Sauver le monde.

Invité

MessagePosté le: Lun 9 Déc 2013 - 22:22
La montagne trembla. Autour du Mont Sumeru, la neige se mit à bruisser, comme si un tremblement de terre agitait ce petit pays gelé. Mais il ne s’agissait pas d'un séisme et Dame Nature n'avait rien à voir avec le tremblement qui agitait la montagne.

Son sommet, détruit par l'impact des débris spatiaux, s'illumina brusquement, et les feux allumés par les objets tombés du ciel furent soufflés brusquement par le vent souffla soudain sur le flan du pic rocheux.

Une brise glacée, ectoplasmique, soufflée par un torrent verdâtre.
Des milliers de Pretas surgissaient de la Crypte des âmes, libérés après des millénaires. Sans discontinuer, le flot enveloppa les environs, comme si les créatures redécouvraient la liberté, l'air, la mer au loin.

De cette mer justement, quelques lumières surgirent. Il s'agissait d'autres Pretas, temporairement envoyés en éclaireurs, ceux que Graves avait fait fusionner avec ses alliés. L'ouverture de la Crypte les avait rappelés auprès de leur peuple, leur tâche étant accomplie.

Graves justement, gisait dans la neige, probablement mort. Son corps de métal était brûlé et détruit à plusieurs endroits. Son visage, devenu noir sous la chaleur, ne laissait plus voir la lueur rouge habituelle et aucun souffle ne passait par sa gueule béante.

Lentement, les trois Pretas qui l'avaient jusqu'ici gardé en vie, se détachèrent de son corps, faisant disparaître l'armure de métal constituée par leurs corps fantomatique. Dans la neige, il ne restait plus qu'un cadavre rabougri, vaguement humain. A la teinte bleue qui colorait sa peau, l'homme était probablement mort asphyxié durant sa chute, incapable de trouver de l'air dans le vide spatial.

Autour de lui, la danse muette des Pretas semblait comme un hommage, même si il était peu probable que les parasites ressentent la moindre pitié à son égard. Quelques instants de silence total passèrent.
Puis une sorte de plainte, aigue et stridente, s'éleva du nuage de Pretas. Un signal, une sorte d'appel.

En un instant, le tourbillonnement se fit plus fort, plus rapide, et on ne vit plus rien dans la masse spectrale qui illuminait Sumeru. Ni la montagne, ni les débris, ni le corps sans vie de David Graves n'étaient visibles.

Les secondes passaient, lourdes de conséquences. Puis le nuage rétrécit. Lentement, comme se résorbant sur lui même, la masse disparu et avec elle la lumière et le sifflement.
Aux alentours, rien n'avait changé. Mais le corps de Graves n'était plus là.

A sa place, un être se tenait.

A la différence de l'historien quand il était encore vivant, il n'y avait aucun doute. Cette chose n'était pas humaine. Haute de 6 mètres au moins, la silhouette flottait légèrement au dessus du sol. Son corps, sculpté dans une matière inconnue, dégageait quelque chose, une vibration imperceptible, signe d'une puissance sans limites. Les yeux de la chose s'ouvrirent.

Preta contempla la Terre.

Elle était telle qu'il l'avait laissée, des âges de cela.
Dans sa mémoire, les images récoltées par les parasites Pretas lui montrèrent tout ce qu'il avait besoin de savoir. L'humanité, les héros, les batailles, Preta sut tout instantanément.

Puis il leva un main, et l'espace sembla se plier devant lui. Un instant plus tard, Sept silhouettes se matérialisaient devant lui.

Weather Wizard, Donna Troy, Dr fate, Monkey Mike, Captain Boomerang et Hal Jordan se retrouvèrent assemblés, au beau milieu de la neige, sans aucune idée de ce qui se passait.
Mais l'entité devant eux les figea sur place et un terrible sentiment de danger les submergea, eux qui avaient pourtant tout juste défait un terrible ennemi.

La bouche de Preta s'ouvrit, et des mots résonnèrent partout autour d'eux.

« Je suis Preta, la déité du désespoir. Ma venue est la promesse pour vous de l'immortalité, car je vais unifier la vie et la mort dans ce monde.

Vous êtes ici parce que vous êtes les champions de la bataille qui permit ma venue. Votre anéantissement sera le signe pour toute existence que rien ne peut m'arrêter.
 »