-29%
Le deal à ne pas rater :
Griffoir Lion pour chat
9.99 € 13.99 €
Voir le deal

 

 Sauver le monde.

Invité

MessagePosté le: Lun 9 Déc 2013 - 22:22
La montagne trembla. Autour du Mont Sumeru, la neige se mit à bruisser, comme si un tremblement de terre agitait ce petit pays gelé. Mais il ne s’agissait pas d'un séisme et Dame Nature n'avait rien à voir avec le tremblement qui agitait la montagne.

Son sommet, détruit par l'impact des débris spatiaux, s'illumina brusquement, et les feux allumés par les objets tombés du ciel furent soufflés brusquement par le vent souffla soudain sur le flan du pic rocheux.

Une brise glacée, ectoplasmique, soufflée par un torrent verdâtre.
Des milliers de Pretas surgissaient de la Crypte des âmes, libérés après des millénaires. Sans discontinuer, le flot enveloppa les environs, comme si les créatures redécouvraient la liberté, l'air, la mer au loin.

De cette mer justement, quelques lumières surgirent. Il s'agissait d'autres Pretas, temporairement envoyés en éclaireurs, ceux que Graves avait fait fusionner avec ses alliés. L'ouverture de la Crypte les avait rappelés auprès de leur peuple, leur tâche étant accomplie.

Graves justement, gisait dans la neige, probablement mort. Son corps de métal était brûlé et détruit à plusieurs endroits. Son visage, devenu noir sous la chaleur, ne laissait plus voir la lueur rouge habituelle et aucun souffle ne passait par sa gueule béante.

Lentement, les trois Pretas qui l'avaient jusqu'ici gardé en vie, se détachèrent de son corps, faisant disparaître l'armure de métal constituée par leurs corps fantomatique. Dans la neige, il ne restait plus qu'un cadavre rabougri, vaguement humain. A la teinte bleue qui colorait sa peau, l'homme était probablement mort asphyxié durant sa chute, incapable de trouver de l'air dans le vide spatial.

Autour de lui, la danse muette des Pretas semblait comme un hommage, même si il était peu probable que les parasites ressentent la moindre pitié à son égard. Quelques instants de silence total passèrent.
Puis une sorte de plainte, aigue et stridente, s'éleva du nuage de Pretas. Un signal, une sorte d'appel.

En un instant, le tourbillonnement se fit plus fort, plus rapide, et on ne vit plus rien dans la masse spectrale qui illuminait Sumeru. Ni la montagne, ni les débris, ni le corps sans vie de David Graves n'étaient visibles.

Les secondes passaient, lourdes de conséquences. Puis le nuage rétrécit. Lentement, comme se résorbant sur lui même, la masse disparu et avec elle la lumière et le sifflement.
Aux alentours, rien n'avait changé. Mais le corps de Graves n'était plus là.

A sa place, un être se tenait.

A la différence de l'historien quand il était encore vivant, il n'y avait aucun doute. Cette chose n'était pas humaine. Haute de 6 mètres au moins, la silhouette flottait légèrement au dessus du sol. Son corps, sculpté dans une matière inconnue, dégageait quelque chose, une vibration imperceptible, signe d'une puissance sans limites. Les yeux de la chose s'ouvrirent.

Preta contempla la Terre.

Elle était telle qu'il l'avait laissée, des âges de cela.
Dans sa mémoire, les images récoltées par les parasites Pretas lui montrèrent tout ce qu'il avait besoin de savoir. L'humanité, les héros, les batailles, Preta sut tout instantanément.

Puis il leva un main, et l'espace sembla se plier devant lui. Un instant plus tard, Sept silhouettes se matérialisaient devant lui.

Weather Wizard, Donna Troy, Dr fate, Monkey Mike, Captain Boomerang et Hal Jordan se retrouvèrent assemblés, au beau milieu de la neige, sans aucune idée de ce qui se passait.
Mais l'entité devant eux les figea sur place et un terrible sentiment de danger les submergea, eux qui avaient pourtant tout juste défait un terrible ennemi.

La bouche de Preta s'ouvrit, et des mots résonnèrent partout autour d'eux.

« Je suis Preta, la déité du désespoir. Ma venue est la promesse pour vous de l'immortalité, car je vais unifier la vie et la mort dans ce monde.

Vous êtes ici parce que vous êtes les champions de la bataille qui permit ma venue. Votre anéantissement sera le signe pour toute existence que rien ne peut m'arrêter.
 »



A ces mots, le paysage s'illumina autour d'eux, et ils se retrouvèrent dans une dimension étrange, complètement vide, où l'on ne voyait rien d'autre qu'un ciel d'un blanc pur et un sol étrangement luisant d'un noir d'ébène.

Devant eux, Preta flottait toujours et une léger sourire fendait désormais sur son visage de cauchemar.






Preta, Dieu du désespoir



Identité

Âge : ?
Groupe : Dieux
Hôte : David Graves

Notes :
Preta est un Dieu. Il est invulnérable, indestructible, insensible aux dégâts, omnipotent et omniscient. Il possède également les pouvoirs des Pretas, c'est à dire la manipulation du désespoir.
Son corps géant, constitué de l’agglomération des parasites pretas, contient le corps de Graves, l'outil de sa libération.



« Maintenant, combattez avec l'énergie du désespoir. »


***

Un homme gisait.

Au loin, un soleil orangé se levait.

L'herbe sous son dos le grattait un peu, mais étrangement, cela lui fit du bien.

Il ouvrit les yeux. Son nez capta les odeurs de la nature. Celle de l'herbe, celle des arbres.

L'homme regarda autour de lui.

Une maison.

Il se leva et commença à marcher vers l'entrée de la bâtisse.

Tout cela lui rappelait quelque chose.

Il poussa le portillon et entra dans le petit jardin.

La porte d'entrée s'ouvrit sur une jolie femme.

« Bonjour mon chéri, j'étais si impatiente de te revoir ».

David Graves sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 10 Déc 2013 - 19:36
(HJ/ J'ouvre le bal Smile j'espère ne pas en faire trop ! /HJ)

Un moment, il est dans la nouvelle salle centrale de la nouvelle Tour du Destin, au chaud près d'un feu mystique, sentant le sommeil l'emporter. Un moment plus tard, il est sur une montagne d'Indonésie, dans le froid et la neige.
Sous le heaume magique, le Docteur Fate lève des yeux de curiosité mêlée de colère vers le responsable. Rares sont ceux qui peuvent téléporter l'être qu'il est désormais, et il avoue n'en avoir pas encore rencontré un seul ; quiconque a réussi cet exploit mérite son intérêt, et une forme de punition.

Devant lui, une forme inconnue et visiblement inhumaine. Enorme, massive, impressionnante, elle est digne des créatures de cauchemars que certains de ses anciens patients lui ont jadis décrit. Le souvenir de sa précédente existence l'aurait auparavant énervé, mais il parvient désormais à dépasser la honte, la déception et la désolation d'avoir anéanti sa vie "normale". Maintenant pleinement Docteur Fate, après avoir été assassiné par Nabu puis ressuscité par ses prédécesseurs, Kent Victor Nelson n'a plus peur de se rappeler qui il fut - car il est bien autre chose désormais.

La créature parle, et il enregistre ses paroles alors que ses sens détectent d'autres personnes autour de lui. Six camarades sont réunis à quelques mètres, et beaucoup sont inconnus. Une sorte de singe, apparemment proche du bon Détective Chimp qu'il a formé à la magie ; deux criminels liés à Flash, Barry Allen, son allié ; une jeune Amazone dont les exploits sont parvenus même au néophyte qu'il fut dans le domaine super-héroïque ; et Hal Jordan, son ami et compagnon dans les pires moments de sa carrière.

Apparemment, eux sept ont été convoqués par le monstre pour représenter l'Humanité et la Terre dans une forme de combat, de bataille visant à déterminer leurs destins. La créature dit représenter le désespoir et apporter la Mort dans ses bagages ; sous le heaume, l'ancien psychiatre ne peut s'empêcher de sourire en découvrant tant de manière et de suffisance. Un signe qui ne trompe pas : c'est un illuminé. Il s'agit de frapper fort.

"Le désespoir n'est qu'un manque de foi en un destin, personnel ou global, qui nous permet d'avancer vers des lendemains meilleurs. Tu te dis champion du désespoir ? Je suis le Docteur Fate, et je te refuse le droit de nous dominer."

D'un geste, le magicien se drape dans sa cape et s'élève au-dessus du sol. Un halo doré entoure ses mains, qu'il met en avant pour faire apparaître des chaînes autour des mains, des bras et des jambes de Preta. Il se souvient avoir déjà entraperçu une telle forme, et ses sens mystiques lui rappellent l'affrontement, quelques jours plus tôt, avec le Gentleman Ghost ; d'étranges créatures étaient sorties du corps de ce dernier après leur combat, et ont une apparence similaire au "dieu" devant lui.
Peut-être que cette horreur a un lien avec l'attaque de St Roch. Peut-être que cette dernière n'était qu'un test, qui lui a valu sa présence ici. Peut-être... en tout cas, il est bien décidé à empêcher le destin voulu par son ennemi.

Nelson ne connaît pas bien les pouvoirs de tous ses camarades, comme le camp qu'ils ont choisi. Certains super-vilains développent une conscience quand l'Humanité fait face à l'anéantissement, mais d'autres poursuivent dans le déni et la violence ; habituellement, les ennemis de Flash sont vus comme des "lascars", des hommes et femmes plus criminels que despotes et assassins. Peut-être que les deux représentants de ce groupe feront honneur au code moral qu'ils suivent habituellement, et les aideront dans cette lutte.
Kent n'a de toute façon pas le choix : il doit occuper et combattre Preta, et donc laisser les autres agir, quitte à être frappé dans le dos. Il espère une réaction rapide et efficace de Jordan et Donna Troy, le premier étant devenu un allié de confiance après leurs récentes rencontres ; il faudrait prévoir quelque chose de plus calme, la prochaine fois. Se croiser lors des fins du monde peut devenir lassant.

"Tu n'as pas ta place dans cette dimension."

La dernière fois, un portail ouvert derrière le Gentleman Ghost a permis la victoire et fait s'échapper les créatures. Le Docteur Fate créé un vortex similaire, mais beaucoup plus important, derrière Preta, menant directement dans les Limbes sinistrées par la folie de Nabu.
En même temps, il envoie une gigantesque décharge d'énergie mystique dans le coeur de la poitrine de son ennemi, bien décidé à le propulser en arrière. Il ne sait pas si le "coup" fonctionnera deux fois, mais il se doit d'essayer, au moins pour laisser à ses alliés le temps de se préparer et de passer eux-mêmes à l'attaque. Si la créature dit vrai, beaucoup est en jeu, et il est en son devoir de se comporter comme le Gardien Mystique qu'il est désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 11 Déc 2013 - 0:29
Il y avait disons deux jours que Digger avait fait cette étrange rencontre avec le Joker, qui avait subi des étranges modifications, qui restèrent temporaires notons-le. Il avait là fait des rencontres étranges, avec le héros mystique Ragman, ainsi qu'un autre, John Valor, qui s'était sacrifié pour lui. Cette dernière action par ailleurs semblait l'avoir quelque peu secoué, car jamais auparavant, quelque individu que ce soit, se jeta comme notre bon vieux pirate pour le protéger de la pluie de balles qui lui était adressée. Isolé des autres Rogues, Digger avait pu rejoindre une de ses planques, et avait commencé à entreposer tout son butin, qui était destiné à des recherches macabres, afin de l'aider à retrouver ses pouvoirs. Ses pouvoirs, qui au passage, ne semblait pas s'être totalement évaporé, car il sentit, juste après la mort de Valor, une fureur semblable à celle qu'il possédait durant cette période l'envahir. Ses yeux s'était remplit d'un liquide pâteux noir, qu'il retira peu après le combat, car ce dernier avait coulé sur ses joues. Digger était en soi satisfait de ce nouveau retournement de situation : les recherches n'en serait que plus simples pour lui, car il restait malgré le fait qu'il soit à nouveau de notre monde, habité par une part des pouvoirs des Blacks Lanterns.

Alors même que notre bon vieux captain était en train de trier les divers billets d'un autre casse qui s'était avéré peu concluant, il sentit une grande chaleur l'entourer, puis il sentit son corps s'élever, avant de rentrer dans un état de transe, où il traversa un grand tunnel noir, avec divers objets qui lévitait tout autour de lui. Il sentit quelques secondes plus tard un grand froid, puis un sol mou rentrer en contact avec son visage. Il rouvrit les yeux, et contempla le paysage hivernal qui s'offrait à lui, il ne pu s'empêcher de pousser un juron :


- Bordel, quelle sorcellerie m'a ramené ici ?!

Il finit par distinguer une montagne, où un spectacle macabre se dessinait : le mont semblait ouvert en deux, et des formes spectrales en sortait, en rang, comme une sorte de procession. Il finit par remarquer une grande forme non loin de lui, d'une pâleur cadavérique, ouverte en son centre sur des muscles, avec de nombreux pics qui parcourait l'ensemble du corps. La bête s'approcha alors de Digger, et sembla s'adresser à un groupe, et non à une seule personne :

- Je suis Preta, la déité du désespoir. Ma venue est la promesse pour vous de l'immortalité, car je vais unifier la vie et la mort dans ce monde. Vous êtes ici parce que vous êtes les champions de la bataille qui permit ma venue. Votre anéantissement sera le signe pour toute existence que rien ne peut m'arrêter.

Digger tourna alors la tête pour remarquer que d'autres avait suivi son chemin : Docteur Fate, Seigneur de l'Ordre, Hal Jordan, gardien du secteur 2814, Monkey Mike, un chimpanzé avec une allure d'un Sherlock Holmes, et beaucoup d'autres héros, qui semblait être aussi abasourdi que lui. Il distingua aussi Weather Wizard, au moins, il retrouvait un de ses collègues, malgré que les vilains restait en nette infériorité numérique. Digger se retourna alors vers le Preta, alors que Docteur Fate, après une brève réponse, semblait prêt à affronter le Dieu. Mais malgré toute sa panoplie de pouvoirs magiques, celui-ci ne pourrait pas espérer vaincre le Dieu à lui seul. Digger, malgré qu'il était sans pouvoirs, ne comptait pas rien faire. Fate ouvrit alors une espèce de portail, pour attirer le dieu vers un puit d'où une noirceur se dégageait. Captain Boomerang sortit alors un Boomerang électrique. Le Dieu avait beau, comme il l'imaginait, être insensible à la douleur, celui-ci devrait réagir face à une décharge électrique, et reculer instinctivement. Les dieux restaient pour Digger des humains qui se sont élevés parmit les anges ou les démons, et comme tout être vivant sur la Terre, ils restaient semblables à des êtres instinctifs.

Digger lança alors son boomerang, qui atteint le Dieu. Celui-ci lâcha alors une puissante décharge électrique, il fallait maintenant savoir si celui-ci allait fonctionner comme Digger le souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 15 Déc 2013 - 16:49
Le combat contre «super» Sinestro était terminé. Encore une victoire pour les gentils. Je regardai Jay et Bart qui ont été d’une grande aide fasse à cette adversaire que je n’aurai certainement pas vaincu seul. Cependant, je n’eu pas le temps de m’adressai à eu pour les remercier, car je fus instantanément téléporté loin de Coast City jusqu’en Indonésie. Du moins, c’est ce que mon anneau m’a dit une fois arrivé. Devant moi, je voyais une grande montagne éventré  avec ce qui semblait être, encore une fois, une fin du monde. Juste devant la montagne, une créature qui se dit être un Préta, une certaine divinité du Désespoir ou quelque chose comme cela.

«Encore un dieu. Si tu savais combien de «dieu» j’ai retourné chez leur mère avec leur queue entre les jambes tu serais certainement moins sur de toi.»

En tournant la tête sur le côté je vis mes alliés pour le combat à venir, car je suis certain que cette créature va désirer nous montrer qu’il est un dieu. À ma droite je vis Docteur Fate, qui avait participé à ma dernière fin du monde dans laquelle j’avais refusionné avec le Spectre pour l’empêcher. Il y avait aussi la jolie Donna Troy, une amazone comme Diana, mais l’heure n’est pas au flirt, mais au combat. Peut-être après la victoire si nous en avons la chance. À ma gauche, des individus un peu moins glorieux. Deux des Rogues de Barry était là. Weather Wizard et Captain Boomerang pour être exacte. Finalement, le petit singe Monkey Mike sur lequel j’ai un œil depuis notre rencontre contre Larfleeze. Je demandai à mon anneau d’aller chercher ma lanterne afin de faire le plein pour ce combat, car la rencontre avec Sinestro là quasiment vidée. Une fois qu’elle fut arrivée jusqu’à moi, je l’ai rechargé avec le serment  bien connu des Green Lanterns :

«In Brightest Day, In Blackest Night, no Evil shall escape my sight. Let those who worship evil’s might beware my power, THE GREEN LANTERN LIGHT! »

Je n’eu pas le temps de terminer mon serment que Fate s’éleva dans les airs en faisant apparaitre deux portails derrière le Préta afin de tenter de l’aspirer à l’intérieur. Le Rogue à la tuque fit de même en lançant un boomerang dont quelques petits éclairs électriques sortaient déjà. Je décidai de suivre la cadence et de fortement suggérer aux autres de faire de même.

«Allons tout le monde, faisons comme nos collègues et frappons le très fort avec tout ce que nous avons. Comme cela nous allons pouvoir rentrer chez nous au plus vite, car j’ai un rencart ce soir.»

Je m’envolai à mon tour et fit apparaitre un énorme taureau qui avait pour but d’encorner le «dieu» du désespoir et de l’envoyer dans les portails créés par Fate.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 17 Déc 2013 - 21:34
Perché sur le toit de l'immeuble, Mike vit son propre collègue des Secret Six, Dwarfstar, rétrécir jusqu'à devenir invisible à l’œil. Soudain, le calme revint à Gateway City aussi brutalement que Sylbert était apparu quelques temps plus tôt. Il ne restait plus que des ruines, des cadavres et un Deathstroke retrouvant sa mobilité. Depuis son poste d'observation, le contrebandier se demandait encore ce qui venait de lui arriver. Il n'eut hélas pas le temps d'en apprendre plus qu'il fut transporter dans un endroit bien différent du Q.G des Secret Six. En arrivant en plein milieu d'un paysage apocalyptique, le Criard ne put s'empêcher de soupirer de dépit. Encore une fois, quelqu'un s'était amusé à le téléporter sans son accord. S'agissait-il d'un sport planétaire qu'adoré les Terriens ? Ou n'avait-il vraiment pas de chance dans ce domaine ?

En parlant de manque de bol, Mike jeta un coup d’œil aux alentours pour voir s'il avait été transporter seul, ou si Saiko et Deathstroke avaient eut droit au même traitement. Malheureusement, ses collègues secrets n'étaient pas là. A la place, le contrebandier retrouva le Green Lantern de la Terre. Encore une fois, des entités n'arrêter de le mettre en face de la police galactique, à croire qu'elles n'aimaient la manière de travailler du Criard. Cette fois encore, Le chevalier d'émeraude n'était pas seul. Une femme que Mike reconnu comme étant une amazone et membre d'une des plus célèbres équipe de super-héros de cette planète, Donna Troy. L'extraterrestre à l'apparence simiesque ne la connaissait pas personnellement, mais il avait prit soin de se renseigner sur les Amazones à son arrivée sur Terre, histoire de ne pas tomber sur l'une d'entre elle durant ses affaires. Quant au reste, c'était plus flou, un grand type en bleu arborant un casque doré lui rappelait un article qu'il avait lu à propos de l'équipe de super-héros ayant précédé la Justice League. Il ressemblait à un nommé Dr Fate. Quant au deux autres, il n'avait aucune idée de qui il s'agissait. Un aviateur de la Royal air force sans doute et un type masqué aimant le vert et le jaune. Peut être des super-héros de petites envergures ? Où des vilains avec qui il n'avait jamais commercé avant ?

Quoiqu'il en fut, tout ce beau ne fut pas la préoccupation de Mike. Non, il était bien plus effrayé par l'espèce de mastodonte blanc qui se tenait devant le groupe. De lui se dégagé une présence glacée et terrifiante qui fit reculer le contrebandier. A côté, même le Dwarfstar blanc paraissait rassurant et gentil. En parlant de lui, le Criard tenta de joindre ses camarades de Gateway City, mais sans succès. la radio dans son oreille était brouillé, signe qu'il était très loin de la ville. Alors qu'il continuait à se cacher derrière les autres héros, le géant se mit à parler. Alors comme ça, il était un divinité du désespoir, voilà qui promettait un voyage mouvementé. Tentant de se faire le plus discret possible, Mike ne put hélas pas s'empêcher de commenter les paroles du dénommé Preta :

"Euh...non. Mon anéantissement ne sera pas le signe que rien ne peut vous arrêter. Par contre, si vous me remplacez par un kryptonien de Metropolis et que vous l'anéantissez à ma place, là vous serez un poil plus crédible dans vos remarques."

Mike espérait secrètement, qu'avec un peu de chance, le dieu puisse échanger sa place avec un vrai héros bien plus puissant que lui. Après tout, il n'était qu'un criminel bien moins puissant que tous les héros présent ici. Seulement, le contrebandier se résilia quand il vit le décor changer du tout au tout. Le paysage était maintenant plat et d'un ennui mortel. Un ciel tout blanc et un sol noir de jais, le tout sans une pointe de relief à l'horizon, pas l'idéal pour se planquer. De leur côté, Fate, l'aviateur et Green Lantern passèrent à l'attaque. Sur les suggestions du policier intergalactique, l'extraterrestre se mit à courir, dans le sens opposé au monstre.

Non, il ne fuyait pas. Il essayait de voir s'il y avait une sortie de cette dimension ou illusion. Il fit donc une bonne centaine de mètres à grandes enjambées et tentait de réfléchir à une solution. Heureusement, le dieu l'avait téléporter avec le fusil-sniper et le sac à dos qu'il avait remplis à l'armurerie de Mocking Bird. Arrivé à bonne distance, il retira son sac et le posa sur le sol ébène, ils e retourna ensuite, se mit à genou et ouvrit une pochette. Dedans se trouvait un série de munitions pour le fusil. Des balles en tout genre qu'il avait prit pour contrer Drawfstar. Il les disposa par terre et en choisit quelques unes. Des balles à émission de chaleur sensé faire fondre les blindages des tanks. Il mit les balles dans le chargeur et visage le mastodonte. Il tenta ensuite de prendre une profonde respiration en observant la scène. L'aviateur, Fate et Green Lantern s'acharnait sur le torse et le haut du corps du monstre afin de le pousser dans un espèce portail créé par le docteur. Seulement, il était probable que le dieu leur résiste tant qu'il avait de bon appuis. Donc, Mike prit la décision de viser la cheville droite de son adversaire. Avec un peu de chance, la bête serait déséquilibrée et tomberait plus facilement. Le contrebandier prit donc une grande inspiration, priant pour qu'il ne s'agisse pas de la dernière, et tira.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 18 Déc 2013 - 10:34
[HRP] Navré pour le retard! Si j'en ai trop fait, n'hésitez pas. [/HRP]

Alors que leur camarade gigantesque disparaissait des vitres sans teint des bâtiments de Central City et que Lisa se dissipait tel un mauvais souvenir, Mark soupira de soulagement. Il s'était pour ainsi dire bien cassé la tête à réparer l'artefact de leur ancien camarade pour... rien. Il allait se diriger vers The Top et Capitaine Cold qu'il avait épaulé  dans cette attaque. Le centre ville était en ruine. Des immeubles brûlaient, des trous béants serviraient de climatisation aux employés pour quelques temps encore et des voitures avaient eu la bonne idée de se renverser pour rajouter du pittoresque aux chaussées défoncées. Weather Wizard arborait le sourire de celui qui n'avait pas tout compris, mais le fait était là, Mirror Master version "Grand méchant diabolique avec rire à la clef" avait disparu. Alors qu'il allait proposer de rentrer, un halo de chaleur l'enveloppa et il se retrouva à commencer sa phrase face à un gigantesque pic rocheux gelé fendu en son centre.

- Si on... pas normal ça!

Sa bouche se referma lorsque le froid glacial qui enveloppait la montagne le mordit à pleine dent. Il s'enveloppa d'un halo de chaleur artificiel avec l'aide de son artefact. Bien, donc il était il y a deux minutes dans le centre ville de Central City et il était maintenant... ailleurs. Ailleurs était une notion pratique, elle ne signifiait pas à proprement parlé que l'on était perdu puisque l'on était capable de remarquer là où on était pas et pourtant celui qui le disait avait le sentiment diffus qu'en prenant n'importe quel direction il irait dans un autre ailleurs potentiellement encore plus obscure.

Une forme gigantesque se dressait devant lui et d'autres individus. Il reconnu rapidement une pièce de musée avec un masque, un super policier de l'univers tout de noir et de vert vêtu, un singe, pas un gorille sinon il l'aurait reconnu, une jeune femme vêtue comme Mark l'aimait qui... ah, c'était une amie de Wonder Woman.... Ô Joie... restait Capitaine Boomerang! Lui n'était pas à Central City, mais ça faisait plaisir d'avoir un visage sympathique et connu dans les parages. La masse énorme de malveillance à l'état brute avait une voix absolument détestable. L'acoustique des lieux n'aidait pas mais Weather eut l'impression qu'elle cherchait à lui vriller les tympans plus qu'à communiquer. Soudain, le ailleurs changea pour, précisément, un ailleurs plus sordide. Plat, immaculé une véritable piste noirâtre de bowling. La paysage donnait l'impression que le Grand Architecte avait oublié sa palette de couleur et qu'il avait été pris de vitesse pour la terminer. une ligne séparait deux couleur, point.

Chacun y alla de sa petite réplique pour répondre à cette divinité passablement menaçante, sauf Boomerang qui se contenta d'agir. Mark aurait adoré lancer une belle phrase sur l'espoir mais franchement il n'en avait pas en stock et puis il était un criminel, généralement c'était à lui de faire ce genre de speech. Mais Mark était flatté, il représentait l'Humanité aux yeux d'une divinité de mort et de destruction. Lui qui avait au mieux pillé, volé, kidnappé, détruit, c'était une sacrée promotion, restait plus qu'à vivre pour en profiter.

L'armure antique se souleva dans les airs et enchaîna le monstre gigantesque, le policier fit des cabrioles avec son anneau tout en haranguant ses collègues. Là, Weather retrouvait ses marques.

- J'espère que t'as prévu un meilleur costume que celui-là pour ton rencart! répliqua Weather en faisant quelques pas en arrière pour mieux jauger de la situation qui allait sans doute dégénérer.

Son collège balança un boomerang électrifié. Le singe, lui, fila à toute jambe, comme quoi l'Homme n'était pas la créature la plus maligne du monde. Que lui restait-il à faire? Une balle fusa en direction des jambes du colosse. Pour lui, il n'y avait rien. Autant )à la montagne, il y aurait eu de la neige, du froid, du vent. Il aurait pu ressentir les mouvements et les flux atmosphériques ondoyants d'une mer proche. Mais là, rien. Weather recula une nouvelle fois, il n'était pas un bon combattant à trop courte distance. Sa foulée le conduisit près du singe qui disposait d'un fusil de sniper. Mieux valait ne rien dire, il avait déjà affronté un gorille télépathe après tout.

Comme s'il allait commencer une symphonie en vérifiant que chaque instrument était présent dans la fosse, Weather balaya le paysage une dernière fois. La fossé était désespérément vide. Il allait devoir tout créer lui-même. Il émit une profonde expiration. L'absence de toute pression atmosphérique rendait Weather Wizard inquiet. C'était une présence normalement rassurante et paisible qui lui disait qu'il était dans un monde où il pouvait prendre pied. Mais là c'était comme s'il était dans une zone d'attente de chargement du monde réel, sauf que la barre de progression avait bugué.

Bon, il allait pas devoir se foirer. Il tourna une première molette et envoya une pleine décharge d'énergie dans le ciel, ou plutôt la surface blanche sur laquelle ils ne marchaient pas. Des nuages se condensèrent en une masse noire menaçante. Comme ils parvenaient à respirer, il devait sans doute y avoir de l'eau et de l'air en assez grande quantité et donc, assez de matière pour lui! ça c'était cool! Le sol sur lequel ils marchaient était dur et uniforme, le moindre vent serait dès lors parfaitement maîtrisable. Il fallait profiter que leur ennemi était entravé par des chaînes pour préparer la scène! Au dessus d'eux, le ciel était maintenant grisâtre, belle évolution lui siffla son esprit cynique.

De loin c'était une belle vision, un taureau vert, des chaînes jaune sur une divinité qui suppurait une aura de dévastation. Restait plus que quelques beaux effets "naturels"! Le tout avec un calque de fond en teinte de gris.

Il fit un moulinet qui généra des vents et balaya comme de la crème chantilly l'étendue cotonneuse. Restait l'affaire des température pour générer une belle colonne de vent. Une tornade c'était une chose tellement simple à réaliser qu'il n'allait pas s'en priver et jeter des éclairs c'était bien, mais il valait mieux les garder dans sa manche pour le combat "rapproché" (entendez un combat où le bras de son adversaire pouvait l'effleurer). Une nouvelle décharge fut envoyé dans ce décor apocalyptique. Et les vents commencèrent à s'étirer en emportant un peu de nuages dans leur sillage. La gigantesque colonne se rapprocha du gigantesque colosse. Le refroidissement de la masse nuageuse commença à créer des blocs de givre qui furent emporter par la tornade. Le vent c'était bien, mais s'il pouvait rajouter quelques éléments plus "percutant", alors pourquoi s'en priver? Une nouvelle molette cliqueta et de nouveaux blocs épais commencèrent à s’agglutiner.

Il ne valait mieux pas déranger le Rogue en cet instant, il savait qu'il faisait un véritable travail d'équilibriste. Conserver une tornade alors qu'elle tournoie avec des éléments froids en son sein était un cauchemar d'équilibrage. Mais étonnement les reflux atmosphériques inexistants rendaient la manœuvre plus facile.

A cet instant, Weather Wizard reprenait espoir.

[HRP]Navré pour l'erreur de localisation[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 25 Déc 2013 - 21:41

La réponse des héros ne se fit pas attendre. Fate opta pour la seule stratégie qu'il pensait efficace contre les Pretas tandis que les autres du groupe concentrèrent leurs attaques afin de précipiter le Dieu dans la brèche ouverte par le mage.

Preta ne fit pas un geste pour se défendre.

Sans que ses lèvres ne bougent, il répondit de sa voix qui semblait venir de partout à la fois aux provocations du Docteur qui oeuvrait en ce moment pour l'effacer de cette dimension.

Tu te trompes Fate. Le désespoir c'est la seule chose qui reste à l'homme lorsqu'il fait face à son destin. Mais les mots ne sont rien, laisse moi te montrer.

Cependant, avant qu'il ne put faire quoi que ce soit, les attaques répétées des convoqués le repoussèrent dans la brèche spatiale. Une fois le Dieu de l'autre côté, Fate relâcha son sort et l'horrible figure disparu, telle un mauvais rêve.

Et le silence retomba.

Très brièvement. Dans un craquement sinistre, l'air se fendit et une main crochue sembla arracher le paysage comme s'il s'agissait de papier peint.

Sous les yeux effarés de nos héros, Preta réapparu, comme si rien ne s'était passé. Pas une égratignure sur le corps. Tout ces efforts avaient été inutiles.

Les yeux de la chose s'arquèrent légèrement, dans un rictus, triste mimique d'une sourire.

Vous commencez à comprendre.

Il fit un pas en avant. Mais au lieu d'avancer simplement, ce pas le porta juste devant le petit groupe, comme si l'espace ne signifiait rien. Puis la main droite du géant se leva lentement, et tandis qu'il faisait ce mouvement, son corps se mit à rayonner d'une énergie grise qui s'acheminait rapidement vers sa paume.

Le bras étant maintenant parallèle au sol, une puissante déferlante d'énergie s'abattit sur le groupe. Eux qui pensaient subir quelque dégâts, il se rendirent bientôt compte qu'ils ne pouvaient plus bouger. Plongés dans une sorte de stase, plus personne ne pouvait effectuer le moindre mouvement.

Preta se pencha vers Green Lantern, qui était le plus proche.

Je vais commencer par le chevalier du courage.

Alors que sa figure était presque en contact avec celle de Hal Hordan, Sa bouche, jusqu'ici simple fente rouge dans son visage s'ouvrit, telle l'abîme et il s'apprêta à engloutir sa victime.

***

David embrassa sa femme. Il était fou de joie, bien qu'il n'arrivait pas bien à savoir pourquoi. Il avait la sensation d'avoir oublié quelque chose d'important, mais ne pouvait précisément mettre le doigt dessus.

Tu as passé une bonne journée mon chéri? Tu n'as pas oublié le lait j'espère!

David Graves dut se rendre à l'évidence, il avait bel et bien oublié de faire les courses. Il s'excusa platement, prétextant la fatigue, le stress de la publication, les conférences et 1000 autres choses.
Sa femme lui pardonna tendrement, à la fois douce et conciliante avec son homme.

Des cris leurs parvinrent du jardin. Les enfants jouaient à chat et leur joie faisait beaucoup de bruit.
Souriant, le couple s'attela à la préparation du dîné.

Malgré l'absence du lait, David continuait à se sentir mal à l'aise. Décidément, quelque chose n'allait pas, il sentait bien qu'un truc lui échappait. C'était comme avoir un mot sur le bout de la langue ou être sur le point d'éternuer.

Quelque chose n'allait pas.

Il s'arrêta près de la fenêtre, à mis chemin des assiettes et jeta un coup d'oeil sur la colline qui surplombait leur demeure. L'herbe y était vert, et le peuplier au sommet projetait son ombre sur les trois tombes.

David cligna des yeux. Il aurait juré avoir vu trois tombes, là, sous le peuplier. Mais non, rien.
Il secoua la tête, vraiment préoccupé par son état de fatigue cette fois.

Une fois à table, la petite famille entama le ragoût dans une ambiance fort agréable. Au dehors l'été faisait qu'un vent chaud soufflait encore aussi tard le soir.

Entre deux bouchées, Graves rejeta un regard sur la colline. On y voyait plus grand chose, mais il aurait put jurer avoir de nouveau entraperçu trois petites tombes.

Sa femme remarqua son trouble.

Que se passe t'il chéri? Tu es tout pâle.

David fit signe que ce n'était rien et se leva. Ses enfants lui jetèrent un regard interrogateur.

Papa? Tu ne te sens pas bien?

L'historien leur dit qu'il avait eu une dure journée, qu'il se tuait à la tâche au travail et qu'un petit peu d'air lui ferait du bien. Sur ces mots, il posa sa serviette et poussa le portique du jardin pour aller gravir la colline.

Après quelques secondes d'effort, il se trouva lui aussi dans l'ombre du saule, qui filtrait les rayons de la lune.

Là, dans la lumière grise, trois tombes étaient plantées.

Sur la pierre, David lu trois noms, trois noms qu'il connaissait bien. Dans la panique, il se retourna vers la maison.

Mais il n'y avait plus rien.

***

La gueule béante se referma.

Hal était toujours là. Devant lui, le Dieu s'était arrêté de bouger et tous purent sentir que quelque chose, un détail, presque rien, avait changé.



Preta, Dieu du désespoir



Identité

Âge : ?
Groupe : Dieux
Hôte : David Graves

Notes :
Preta est un Dieu. Il est indestructible, insensible aux dégâts, omnipotent et omniscient. Il possède également les pouvoirs des Pretas, c'est à dire la manipulation du désespoir.
Son corps géant, constitué de l’agglomération des parasites pretas, contient le corps de Graves, l'outil de sa libération. Quelque part, une fissure s'est ouverte.



Un grondement de colère sembla monter des entrailles du géant. Quelque chose n'allait pas.
Preta n'en resta pas moins calme. Il se redressa de toute sa hauteur et tout en lévitant légèrement au dessus du sol d'ébène, il invoqua de puissantes masses d'énergies et se jeta sur le groupe de héros.

Le combat pouvait commencer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 27 Déc 2013 - 21:50
Kent V. Nelson ne sait pas ce qu'est Preta, mais il doit reconnaître sa puissance et son sens de la narration. Propulsé en arrière, vaincu apparemment par le petit groupe hétéroclite, il revient, plus fort, les immobilise et s'en prend au plus expérimenté et héroïque d'entre eux.

Parfait pour mener au désespoir. Parfait pour son plan.
Il ne le laissera pas faire.

Collé contre le sol, incapable de bouger, l'instinct de l'ancien psychiatre le pousse à céder à la panique, à appeler à l'aide et à abandonner ; il refuse de s'abaisser à cela. Il a trop subi, trop souffert pour retomber aussi bas. Si l'année terrifiante qu'il vient de passer lui a appris une chose, c'est que le désespoir n'est pas une fin en soi. Aussi bas, aussi profondément qu'on peut s'enfoncer, les ténèbres peuvent toujours être chassées par la lumière.
Ce n'est pas facile, et ça n'a pas à l'être. Mais, et malgré le cliché, il sait que si on veut vraiment, on peut vraiment. Et il veut vraiment arrêter Preta.

Sous son heaume, les yeux du Docteur Fate fixent son ami, Hal, qui l'a tant aidé dernièrement. Il fait immédiatement appel aux pouvoirs télépathiques de sa nouvelle fonction, et se propulse discrètement dans l'esprit du Green Lantern quand il est agressé par leur adversaire.

Caché, immobile, impossible à détecter, il assiste au flashback terrible et sent le désespoir profond transmis par Preta. N'importe quel homme normalement constitué fondrait face à une telle dose d'horreur, de tristesse, mais il sait maintenant par expérience que le pilote n'est définitivement pas un homme banal. Cependant, même lui sera certainement touché par une telle attaque psychique, et son allié sent que leur ennemi s'apprête à faire de même pour chacun d'entre eux.

Alors qu'il s'échappe de cette vision, Kent découvre sur le plan physique que Preta laisse échapper un étonnant bruit, et se précipite sur eux. L'instinct du Docteur Fate, né des étonnantes facultés mystiques de l'Amulette d'Anubis, l'avertit qu'une fissure vient de s'ouvrir sur le corps de leur adversaire, mais il ne la voit pas encore.
Cependant, il comprend soudainement que cet élément peut tourner en leur sens - s'ils agissent de concert.

Alors que Preta se précipite sur eux entouré d'étranges énergies sombres, le contact du monstre avec le groupe les libère de leur stase. Propulsé sur le côté, roulé sur le sol noir et sans vie, Nelson en profite pour appeler à nouveau ses capacités télépathiques, et entrer en contact avec tous ses alliés.

"Je me permets de pénétrer vos esprits dans cette situation catastrophique. Je suis le Docteur Fate, et notre plan d'évacuer l'adversaire a échoué. Ce faux-dieu a agressé la psyché de Green Lantern pour lui faire partager le désespoir d'un homme qui a perdu sa femme et ses enfants... je n'ai pas pu identifier clairement son identité, mais je suis ouvert à toute suggestion."

Le Docteur Fate stoppe la communication pour éviter une attaque ennemie. Il s'élève au-dessus du champ de bataille et envoie une demi-douzaine de rafales d'énergie dorée vers Preta, pour le faire reculer et permettre aux autres d'enchaîner.

"Tout son discours tient sur le désespoir, qui règne en maître sur l'Humanité et l'Univers selon lui. Je pense qu'il veut nous vaincre autant sur le plan physique, où sa supériorité est évidente, que sur le plan psychique, en nous transmettant sa douleur et en nous rappelant, intrinsèquement, nos propres échecs et tristesses. Je refuse cette issue."

Il échappe à une nouvelle agression en volant au-dessus de Preta et des autres. Le Sorcier se créé un bouclier protecteur, afin de continuer son monologue télépathique.

"Pour aider Green Lantern, pour repousser l'ennemi, nous devons autant le frapper que nous protéger. Ayez des pensées positives... au-delà du cliché, pensez à ceux que vous aimez, aux moments de joie. Sous peu, je suis persuadé qu'il nous forcera à nous retrouver les pires moments de nos vies, mais souvenez-nous : les ténèbres les plus sombres précèdent TOUJOURS l'aube lumineuse. Rappelez-vous ces instants de désespoir, ces douleurs terribles, si fortes qu'elles vous bloquaient la respiration et vous poussaient à envisager la Fin. Retrouvez ces sensations assourdissantes, ces révélations et ces sentiments qui vous donnaient l'impression que plus rien n'avait de sens. Souvenez-vous-en... mais souvenez-vous surtout de ce qui a fait cesser cela ! Des moments de paix, ces solutions apportées quand rien ne semblait possible, de ces mains tendues quand tout était perdu ! Souvenez-vous de l'ESPOIR, et FRAPPEZ AVEC MOI !"

Son hurlement télépathique se mue en attaque terrible.

Rassemblant son énergie mystique, le Docteur Fate adresse une énorme rafale d'énergie magique vers Preta. Une immense gerbe de puissance est expulsée de ses paumes vers le faux-dieu, pleine des pensées positives de l'ancien psychiatre. L'année écoulée a été terrible - mais il est toujours là, et il est désormais le seul unique Maître de la Balance, chargé de l'Equilibre Cosmique.

Quand il a perdu son emploi, sa réputation, ses proches, sa dignité, son mentor, sa confiance et sa vie, il n'a pas laissé le désespoir l'emporter. Il ne commencera pas aujourd'hui.

(HJ/ Bon, j'en ai sûrement fait un peu trop... n'hésite pas à me le dire pour que je modifie. J'avoue m'être laissé emporter par l'histoire et l'enjeu, j'espère que ça conviendra, et dis-moi si je dois me "calmer" un peu Smile /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 31 Déc 2013 - 20:43
Une sensation incroyable submergea Donna, ils avaient enfin réussit à terrasser ce Despero qui n'était pas tout à fait Despero, Metropolis et ses habitants étaient sauvés. Mais ce sauvetage a un coût énorme, des bâtiments effondrés, il faudra tout reconstruire. Donna contemplait tristement les dégâts causé par leur combat contre Despero puis elle se tourna vers Congo Bill pour lui montrer toute sa gratitude de l'avoir aider à défendre Metropolis, elle venait de se faire un nouvel allié, elle savait qu'elle pourrait compter sur lui à l'avenir, son sens de la justice lui serait d'une grande dans le futur mais pour l'instant, il faut penser au présent et à la reconstruction de la ville. Donna était résolu à aider la ville à se débarrasser des débris et voulait aider à reconstruire si on avait besoin d'elle. Elle marchait vers le maire de la ville qui venait d'arriver pour proposer son aide mais tout d'un coup, elle se sentit bizarre. Elle avait la tête qui tournait puis un coup de chaud, enfin elle fut aveuglé par une forte lumière blanche puis plus rien. Quand elle reprit connaissance, elle se rendit compte qu'elle n'était plus à Metropolis. "Mais qu'est-ce que ...?" pensa-t'elle. Une fois que ses yeux habitués à la lumière ambiante, elle scruta les environs et remarqua qu'elle était sur une montagne recouverte de neige et que la température ne devait pas dépasser les 0 degré mais cela ne l'affectait pas car elle savait qu'elle avait une très grande résistance au froid, encore un de ses nombreux avantages d'être une amazone, on ne craint pas les écarts de températures, on s'adapte à tout et cela très rapidement. Puis elle nota qu'elle nota qu'elle n'était pas seule, il y avait Hal Jordan, Diana m'a beaucoup parlé de lui, elle pouvait comptait sur lui c'est sur. Il y avait le fameux Dr Fate, ses pouvoirs sont très grands d’après les dires de Diana, de l'autre coté, donna vit à ce qui ressembler à un singe, puis à sa droite un homme avec un boomerang et encore plus loin d'elle, un homme qui lui semblait louche avec un manteau vert, ces 3 derniers, Donna ne les connaissaient pas. Mais ils semblaient tous préoccupés, Donna tourna son regard vers l'objet de leurs attention et vit cette chose énorme...encore plus grand que le Despero de Metropolis ! Elle n'en avait donc pas finit avec ces géants venus d'un autre monde ? Celui-ci était-il bénéfique ou était-ce un ennemi ? Elle eut la réponse très rapidement quand il se présenta comme le Dieu "Preta" et déclara qu'il voulait répandre le désespoir sur le monde ! C'était bien sa veine ! Elle venait de se débarrasser difficilement du Despero géant qu'elle doit maintenant affronter un Dieu qui veut répandre le désespoir dans le monde entier.

Donna s'était mise en position d'attaque quand elle vit le Dr Fate s’élever dans les airs, ouvrir un portail magique. Elle comprit vite l'intention du Dr Fate, il voulait envoyer Preta dans le portail qu'il venait de créer et l'enfermer dedans, ingénieux de sa part. Donna allait offrir son aide pour le pousser dedans mais elle vit l'homme au boomerang envoyer un de ses boomerangs sur Preta justement, celui qu'il venait de jeter était électrifié puis ce fut au tour de Hal Jordan de se mettre en œuvre. Il créa un Halo vert en forme de taureau et le projeta sur Preta. Quant au singe, il....fuyait ? Donna le regarda s'en aller avec colère. "Quel lâcheté" pensa-t'elle. Elle fut dégouté quand soudain, elle entendit une balle fusé, la balle se logea dans la cheville de Preta, elle se tourna vers le point d'origine du tir et elle vit avec stupéfaction le singe qui était à genoux, le fusil à la main. Quant à l'homme au manteau vert, il recula, paraissait se concentrer et envoya une décharge d'énergie dans le ciel...pourquoi ? Elle comprit vite car elle vit des nuages se former à une vitesse hallucinante, puis cela se transforma en tornade et par dessus le marché, il y avait des blocs de givres dedans. Incroyable ! Son pouvoir est impressionnant. Finalement, il décida d'envoyer cette terrible tornade sur Preta. Donna se dit que finalement ils vont se débarrasser de lui sans elle et qu'elle pourra enfin rentrer chez elle se reposer. D'ailleurs le plan marcha à merveille, Preta fut emporté par la faille. Enfin c'était fini de ce cauchemar. Mais bizarrement, elle avait un mauvais pressentiment, quelque chose n'allait pas. Effectivement, quelque secondes plus tard, Preta réapparu sans la moindre égratignures, tout cela pour rien. Une vague de peur envahissait les rangs de ceux qui se battait pour la Terre. Soudain, Preta avança à une vitesse inimaginable et envoya une vague d'énergie, Donna fut frappé de plein fouet, elle n'avait put esquiver. Elle se rendit vite compte qu'elle ne pouvait plus bouger...cette vague d'énergie l'avait paralysé ! Elle bougea ses yeux et vit que les autres aussi étaient figés. Ce qu'elle vit ensuite est tout bonnement horrible, Preta avait ouvert sa bouche et s'apprêtait à manger Hal Jordan, pas de doute, nous allions être les prochains et la Terre serait condamné. Mais finalement rien ne se passait, puis Preta semblait en colère, il émit un bruit étrange et dans sa colère, se jeta sur nous avec des énergie sombres. Donna le vit venir et esquiva de justesse, la colère de Preta les avait libéré.

Maintenant qu'elle est libre de ses mouvements, elle allait passer à l'attaque, la meilleur défense c'était l'attaque c'est bien connu ! Mais avant de passer à l'acte, une voix fit irruption dans sa tête. C'était le Dr Fate qui leur parlait télepathiquement. Il nous expliqua que ce faux-dieu voulait partager le désespoir d'un homme ayant perdu sa femme et ses enfants en agressant le psyché de Green Lantern. Tiens ? Son histoire me dit quelque chose ! Diana m'avait raconté une histoire d'une personne devenu fou en perdant sa famille et qu'elle a combattu aux coté des autres membres de la Justice League mais elle ne se rappelait plus de son nom. Une coïncidence ? Est-ce le même ? Il  fallait qu'elle le dise aux autres, peut-être que cela dira quelque chose à Hal Jordan, lui ui est membre de la Justice League. Donna n'eut pas le temps de le faire car Preta envoya une autre vague mais cette fois-ci Dr Fates créa un boulier pour les protéger. Il entra de nouveau dans sa tête pour leur dire de n'avoir que des pensées positives pour contrer les attaques psychiques de Preta qui se nourrit de pensées négatives. Facile à dire dans des moments comme celles-ci. Puis le Dr Fate nous dit que c'était le moment de les attaquer. Donna s'exécuta, prit son envol et une fois dans les airs, elle remplit ses pensées de visions d'elle aux côté de Diana sur les plages de l'ile paradisiaque, c'était ses moments préférés, être aux coté de sa "sœur" le ravissait au plus haut point. Après s'être remplies de pensées positives, brisa le bout de la montagne, s'envola avec cet énorme bloc de pierre, prit une inspiration et balança la pierre de toute sa force divine sur Preta. Mais Donna était décidée et se jeta sur Preta les poings fermés, elle arriva derrière Preta et asséna un coups de poings sur la colonne vertébrale de Preta, Donna voulait lui briser sa colonne. Donna espérait qu'avec cette attaque, il pourraient rendre le combats contre Preta plus facile et permettre aux autre de l'achever.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 4 Jan 2014 - 11:14
La situation semblait bien avancer : le dieu du désespoir avait finalement été propulsé dans le trou que le Docteur Fate avait crée, et tout cela sans broncher. Digger avait néanmoins garder la main sur l'un de ces boomerangs, ne serait-ce pas sécurité, s'il voyait ces anciens "alliés"' se retourner précipitement contre lui. Par pur réflexe, il s'était mit à côté de Weather Wizard, afin d'être assuré de pouvoir s'échapper en vitesse, lorsque ceci serait terminé.

Mais bien entendu, le dieu n'avait pas dit son dernier mot, et Digger vit alors le décor se déchirer en deux pour laisser place à une nouvelle faille, et voir la tête déformée de Preta en sortir. Il n'effectua même pas de gestes, et Digger sentit alors quelque chose prendre possession de ses jambes, l'entravant, avec aucune possibilité de s'enfuir. Preta alors s'avancer vers le petit groupe, cherchant une victime pour assouvir sa soif de désespoir. Il se tourna alors vers Green Lantern, qui allait être sûrement le hors-d'oeuvre avant de passer aux mets principaux. Digger espérait qu'il serait seulement au dessert.

Mais alors que Preta s'apprêtait à bouffer le visage de Green Lantern, celui-ci s'arrêta en plein élan. Il resta la bouche grande ouverte, sans que rien ne se passe. Digger leva un sourcil, pensant alors que le dieu n'était pas si tout puissant que ça. Il devait y avoir une faille, quelque part, il suffisait de la trouver, et de l'exploiter. Une voix arriva soudainement dans la tête de Boomerang :


"Je me permets de pénétrer vos esprits dans cette situation catastrophique. Je suis le Docteur Fate, et notre plan d'évacuer l'adversaire a échoué. Ce faux-dieu a agressé la psyché de Green Lantern pour lui faire partager le désespoir d'un homme qui a perdu sa femme et ses enfants... je n'ai pas pu identifier clairement son identité, mais je suis ouvert à toute suggestion."

Digger rit intérieurement, des hommes qui avaient perdu leur famille, il y en avait des tonnes, et par ailleurs, Digger lui même était concerné par ce malheur, son fils, tué par Digger lui même lors de Blackest Night, en forme de zombie, et la mère de Digger, impossible de la retrouver depuis des années.

"Tout son discours tient sur le désespoir, qui règne en maître sur l'Humanité et l'Univers selon lui. Je pense qu'il veut nous vaincre autant sur le plan physique, où sa supériorité est évidente, que sur le plan psychique, en nous transmettant sa douleur et en nous rappelant, intrinsèquement, nos propres échecs et tristesses. Je refuse cette issue."

Le Dieu n'avait pas tout à fait raison, le désespoir régner en maître ? Digger voyait seulement ce type de scénario dans les films de guerre de Ridley Scott, ou les films d'horreurs de ce dernier. Il se mit alors à réfléchir vis à vis de l'identité de l'étrange homme, avait-t-il un lien avec la Justice League ? Peut-être est-ce une piste à explorer, sachant que généralement, Digger avait remarqué que certains vilains qu'affrontait la Justice League était proche d'eux avant de se tourner vers la voie du crime.

"Pour aider Green Lantern, pour repousser l'ennemi, nous devons autant le frapper que nous protéger. Ayez des pensées positives... au-delà du cliché, pensez à ceux que vous aimez, aux moments de joie. Sous peu, je suis persuadé qu'il nous forcera à nous retrouver les pires moments de nos vies, mais souvenez-nous : les ténèbres les plus sombres précèdent TOUJOURS l'aube lumineuse. Rappelez-vous ces instants de désespoir, ces douleurs terribles, si fortes qu'elles vous bloquaient la respiration et vous poussaient à envisager la Fin. Retrouvez ces sensations assourdissantes, ces révélations et ces sentiments qui vous donnaient l'impression que plus rien n'avait de sens. Souvenez-vous-en... mais souvenez-vous surtout de ce qui a fait cesser cela ! Des moments de paix, ces solutions apportées quand rien ne semblait possible, de ces mains tendues quand tout était perdu ! Souvenez-vous de l'ESPOIR, et FRAPPEZ AVEC MOI !"

- Ok ma grande, c'est parti pour le show !


Alors que Fate avait lancé plusieurs attaques sur le dieu, une autre personne fit son apparition, alors qu'elle paraissait absente depuis le début du combat : Donna Troy, clone de Wonder Woman, une autre de ces justicières qui filait la gerbe à Digger. Mais au moins, on peut dire qu'elle avait de l'initiative, puisque elle se jeta derrière le dieu, et le frappa de toutes ces forces dans sa colonne vertébrale, pour peu qu'il en ai une, sait-on jamais. Digger quant à lui, attrapa six boomerangs explosifs, et les lançèrent sur le dieu, qui allèrent se ficher sur son thorax, avant d'exploser. Ne perdant pas une seule seconde, Digger planta aux pieds du Dieu plusieurs boomerangs électriques, créant un cercle, qui forma une barrière électrique autour du Dieu. Il fallait s'accrocher, et espérer, avec du temps, peut-être qu'une faille allait s'ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 4 Jan 2014 - 18:36
Je vis mon Taureau ainsi que toutes les attaques de mes alliés du jour frapper le «dieu» de plein fouet. Le Preta fut submergé par la puissance de l’attaque et fut rapidement emporté par le portail de Fate. Le combat était déjà fini et je n’avais même pas eu le temps de suer un peu.

«C’est ça le «dieu» du désespoir? Plutôt désespérant comme dieu non?»

Si une fois dans ma vie j’aurais aimé me fermer la gueule, c’était à ce moment précis. Préta réapparu presque immédiatement et nous figea, tout le groupe, dans la même espèce de glace que celle qu’utilise Graves. Je ne pouvais plus bouger du tout. C’est peut-être pour ce que j’ai dis, mais le dieu du désespoir s’approcha de moi, la gueule ouverte, afin de me dévorer. Cependant, lorsqu’il était sur moi, sa gueule se referma et j’étais toujours là. Quelque chose l’avais empêché de me manger.

Par la suite, je ne sais pas si c’est seulement mon psyché ou mon corps qui fut transporté, ou s’il jouait simplement avec ma tête, mais je me retrouvai à Ferris Aircraft en plein milieu d’une foule de personne qui regardait un avion voler. J’étais toujours vêtu de mon costume de Green Lantern, mais tout le monde regardait l’avion en question. Puis je sentis quelqu’un me tirer sur la main. Je tournai la tête et je vis une petite fille m’adresser la parole :

«Ils sont beau hein? Mon père les possèdes tous et un jour j’en piloterai un.»

Cette phrase me figea sur place, car j’étais bien à Ferris Aircraft, mais bien des années plus tôt. En fait, j’étais retourné à la pire journée de ma vie, la journée où mon père est mort. Je m’adressai à la jeune fille :

«Carol???»

«Oui c’est ça Green Lantern, je m’appel Carol Ferris et un jour je serai pilote.»

Je levais les yeux à nouveau et vis que le moteur de l’avion avait pris feu et qu’il allait s’écraser. Tout le monde dans la foule me demandais d’intervenir afin de sauver mon père, mais pour une raison que j’ignore je ne pouvais ni voler, ni utiliser mon anneau. Puis je vis l’avion s’écraser devant moi sans que je ne puisse faire quoique ce soit malgré tous mes pouvoirs. Je ne pus me retenir de crier son nom :

«PAPA!!!!!»

Je tombai à genou et me mis à pleurer. Puis la scène recommença à nouveau, sans que je ne puisse faire quoique se soit. Tout ceci duras je ne sais trop combien de temps, mais la scène de la mort de mon père jouait en boucle sans que je ne puisse intervenir. Mais soudainement, un détail me frappa de plein fouet, tout le monde m’appelait Green Lantern, ce qui veux dire que j’ai encore le pouvoir de sauver le monde et de sauver les personnes que j’aime et qui sont toujours en vie. La seule question qui me restait à répondre était comment retourner dans le monde réel.

«Arrête Preta, je n’y crois plus. Tu as échoué comme Graves a échoué avant toi»

La scène continuait à tourner en boucle autour de moi. Bien que je déteste voir mourir on père mainte et mainte fois devant moi, je devais garder ma concentration afin de trouver une issue à cette monstruosité. Aller Hal, pense à des choses positives, pense aux personnes qui t’aiment et qui tienne à toi. Penses aux personnes que tu aimes, pour lesquelles tu te bats à chaque jour afin de les protéger.

«Oui Hal pense à nous deux. Penses à ce que nous avons vécu ensemble. Je suis toujours vivante et je sais que tu tiens beaucoup à moi malgré tout.»

C’était Carol, la Carol contemporaine, celle que je connaissais. La petite fille c’était transformé en la jeune femme que je connais et que j’aime tellement. Puis, du lieu de l’explosion, une silhouette sortie des flammes. C’était mon père et il m’adressa la parole :

«Continue comme ça mon fils, pense à des choses positives, pense aux gens qui t’aime et que tu aimes. C’est la seule manière de vaincre ce démon.»

Avec les images mental de mon père et de Carol qui me soutenaient, je me relevai debout et je savais qu’ils me soutiendraient jusqu’au bout. Quant à Preta, et bien il n’a pas choisi la bonne personne à corrompre en premier, car je vais lutter jusqu’à mon dernier souffle pour le retenir dans ma tête et l’empêcher dans sortir. Mes amis vont certainement en profiter pour lui faire la peau pendant ce temps. Depuis que j’ai été possédé par Parallax, je me suis juré de ne plus laissé une quelconque entité prendre le dessus sur moi encore une fois. Je sais que je peux résister à Parallax maintenant et j’ai contrôlé le Spectre qui est l’un des êtres les plus puissants de l’univers. Je peux résister à Préta, je le sais. Cela va également donner à mes amis le temps nécessaire pour qu’il puisse le vaincre de l’extérieur pendant que je le combat de l’intérieur. Il ne doit pas pouvoir utiliser tous ses pouvoirs contre mes alliés s’il veut me garder sous son emprise.

«Allez Espèce de faux dieu. Donne-moi tous ce que tu as. Tu n’as pas choisie la bonne personne à corrompre en premier. Allez, donne-moi ce que tu as de pire.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 6 Jan 2014 - 21:42
L'espace d'une seconde, l'attaque commune des héros et vilains présents sembla marcher. Seulement, quelque chose clochait pour Mike. D'abord, la dimension étrange dans laquelle se trouvait le groupe n'avait pas disparu. Techniquement, si le dieu était vaincu, alors le paysage qu'il avait créé pour la bataille devrait disparaître. Ensuite, le colosse n'avait même poussé un couinement de douleur ou d'opposition ou même d'irritation qu'on doit ressentir quand un taureau vert, accompagné de boomerangs, phénomène météorologiques et autres joyeusetés vous percute dans une portail dimensionnel. Néanmoins, le contrebandier cru, après un instant de silence, vraiment en avoir fini avec l'autre destructeur. Un sentiment qui se mua bien vite en un soupire agacé. Le géant était revenu triomphant. Il s'était juste amusé à feinté le groupe et maintenant il allait passer à l'attaque.

En un pas, il se retrouva devant le groupe usant sûrement de son pouvoir divin pour rapprocher Mike et le contrôleur de climat qui, lui aussi, avait pris soin de s'éloigner le plus possible au moment de la précédente attaque. Preta leva son bras à l'horizontale et de la lumière irradia sa paume. Ça ne sentait pas bon du tout pour le contrebandier repris de nouveaux es jambes à son cou. Règle numéro un de la survie dans les mondes super-héros, toujours s'éloigner le plus possible de la trajectoire de la paume luminescente du géant. Malheureusement, ses efforts furent vint et, comme les autres, il finit complètement paralysé. Tentant de tourner la tête pour voir où en était le dieu, plusieurs surprises.

Tout d'abord, le dieu s'en pris au Green Lantern. Une bonne nouvelle en soit pour le Criard qui serait bien content de voir un membre de la police intergalactique réduit en cendre, ou en gros dépressif. Ensuite, il se sentait plutôt mal, comme touché par tristesse et un désespoir immense. Pas le genre de sensation vraiment rassurante quand on est à la merci d'un monstre omnipotent. Enfin, le type avec le casque jaune entra dans la tête de l'extraterrestre. Une intrusion qui mit l'esprit de Mike en ébullition. Surtout ne pas penser à autre chose qu'au Preta, surtout ne pas penser à autre chose qu'au Preta. Manquerait pu que le brave docteur découvre les plans et clients du contrebandier. Certes, ce n'était sans doute pas le moment, mais au moins ça éviter au Criard de penser à la mort atroce que lui préparait le colosse :

"Peut être qu'on devrait essayer de lui faire prononcer son nom à l'envers ?"
Lança-t-il d'un air désabusé, ne sachant pas si la communication psychique était dans les deux sens.

Fate émit une théorie. En se mettant à penser à quelque chose de positif, en s'imprégnant d'un espoir indéfectible, peut être que le groupe pourrait affaiblir la partie encore humaine de la bête. Une idée un peu bizarre, mais en même temps, ils étaient tous pris dans une dimension parallèle et combattaient un dieu, alors pourquoi pas. Mike se concentra alors, tentant de trouver ce fameux espoir dont parlait le docteur. Hélas, il n'y arrivait pas, voilà trop longtemps qu'un sentiment aussi pur n'avait envahi son être. De part et d'autre du champs de bataille, les héros se réveillait de leur torpeur et repartait à l'assaut. Le contrebandier chercha alors dans les quatre coins de son esprit. Il finit alors par trouver une piste :

"L'espoir, très peu pour moi Doc." Fit-il en tentant difficilement de sourire. "Par contre, j'ai quelque chose qui pourrait faire l'affaire."

Ça y est, il avait remonté le chemin tortueux de sa psyché et avait trouvé la seule chose que le Preta ne pourrait jamais ternir. Le souvenir de cette magnifique et pure lumière orange qui avait croisé son chemin peu de temps avant son arrivée sur Terre. A travers sa perfection se trouvait le sentiment qui permettrait au contrebandier de surmonter toutes les tristesse, tous les désespoirs : son Avarice. Toujours immobile, il se contenta de la laisser l'emporter. Il n'attaquerait pas le dieu physiquement, car cela ne servirai à rien, non, il allait attendre que géant tente d'envahir son esprit pour le noyer, l’étouffer, l'étrangler dans la plus belle des lumières qui soit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 13 Jan 2014 - 21:29
Le préta fut engloutit par l'immense portail qu'avait généré l'armure antique. C'était une affaire rondement menée qui fit s'esclaffer le Rogue. Pas bien glorieux leur "dieu du désespoir". Autour de lui, tout le monde ne semblait pas aussi confiant. Il allait faire voler sa baguette en l'air comme un artiste fier de sa maîtrise de son colt accompagné d'un "Et voilà le travail". Il n'eut le temps de rien faire avant que La divinité ne se rappelle à leur souvenir. L'immense silhouette déchira le tissu de la réalité pour revenir auprès d'eux comme un cousin de cinq ans qui s'attachait à vos basques lors d'une réunion de famille. Mark tenta d'esquiver ce qu'il prit pour une attaque alors que le singe près duquel il s'était installé avait déguerpit une seconde plus tôt. L'immense lumière recouvrit le champs de bataille.

Le Rogue sentit son corps tout entier s'engourdir. Ses bras se raidirent et ses jambes refusaient de lui obéir. Son esprit paniqua. Ses pensées s'accélérèrent jusqu'à se noyer dans l'intégralité des ordres qu'il cherchait à transmettre à ses membres. Sa main droite était crispée sur son arme, sa main gauche ouverte sur le vide, il arrivait à peine à contrôler sa respiration, il sentait son cœur battre dans sa poitrine, mais ses battements ne parvenaient pas à faire frémir le reste de son corps. Mark déploya un chapelet de juron dans son crâne alors que sa langue refusait de bouger. Ses lèvres restaient irrémédiablement closes.

Dans son crâne résonna alors une voix qui n'était pas la sienne et jusqu'à preuve du contraire, la conscience ne muait pas. La voix se présenta comme étant un docteur. Après avoir vu tout ça, il n''étonnerait pas Weather Wizard qu'il finisse interné. Refrénant l'envie de répondre "Bonjour Docteur Fate", Mark se concentra sur la voix éthérée. Peut-être qu'en l'écoutant il lui donnerait un truc pour qu'il se relève. Elle décrivit l'attaque qui semblait paralyser le Green Lantern, puis elle enchaîna sur un type qui avait perdu sa femme et ses enfants.

Le Rogue n'était pas très attentif malgré toute sa bonne volonté et cherchait surtout à se débattre pour regagner le contrôle de son corps. Sentir un vaste engourdissement l'énervait et le désespérait tout à la fois. Ce qui tombait bien puisque leur "allié" parlait à présent de la stratégie de leur ennemi: désespérer. Après une première attaque aussi brutale qu'impressionnante, le Dieu n'avait même pas cillé, il y avait de quoi perdre espoir! Alors qu'il cherchait à faire bouger sa main gauche, la voix continuait son discours. Cette voix aussi l'énervait, il savait que leur ennemi était plus fort qu'eux sur tous les plans, mais il était là et il refusait de mourir sous les pieds d'un colosse noir! Quant à faire la liste des erreurs et des tristesses d'une vie, Mark pourrait faire crever de vieillesse leur Dieu à la noix avant qu'il n'atteigne la fin de la sienne.

Weather Wizard n'avait aucune envie d'aider le Lantern, c'était un flic de la galaxie, ou un truc du genre et aider un policier c'était... cette simple évocation lui rappela le visage de Julia Jackman, la mère de son fils, une femme qu'il avait brisé et réduit au désespoir. Le mot "joie" jaillit du discours du Docteur Fate pour transpercer ce sinistre souvenir. Il leur indiqua que quoi qu'il arrive, ils devaient se concentrer sur les aspects positifs de leurs existences.

Le corps de Mark répondit alors comme si une longue étreinte s'était d'un seul coup relâchée, ses bras et ses jambes se tendirent et alors qu'il regagnait conscience de son corps, il se sentit d'attaque pour affronter leur ennemi. Les joies, les larmes, la tristesse et l'espoir, le pardon et l'exaltation, tout ça dépassait Mark, il n'avait que la rage, celle de vaincre pour ne pas mourir. Il vit que chacun y allait du sien. Oui, physiquement leur ennemi avait l'avantage, mais s'amuser à lui laisser le champs libre dans l'un des deux champs c'était s'assurer ou de se faire broyer l'esprit ou de se faire piétiner l'échine.

Mark tenta de faire le vide dans son esprit qui bouillonnait. En vain, c'était peine perdu pour lui. Il tentait de se fixer sur des choses puériles et minables, les caleçons sales de Mirror Master qui traînaient dans la salle de bain; les blagues de Trickster; les parties de poker; mais aussi revenait le visage de Julia; alors qu'il espérait en se souvenant d'un Thanksgiving avec les Rogues se superposait le souvenir de celui qu'il avait pourri plus jeune en revenant ivre d'une soirée avec ses "potes". Ironheight se profila en toile de fond et d'un hurlement, Weather Propulsa un puissant éclair qui frappa directement le visage de leur ennemi. Dans ce hurlement il y mit tout sans distinction. Vengeance, haine, tristesse, peur, désespoir, espoir, courage, joie, amour, pardon, tout y passa dans un ultime essai de faire quelque chose face à une créature qu'il ne comprenait pas, surtout après avoir entendu une voix lui demander l'impossible.

A ses côtés Capitain Boomeragn venait d'arriver, avec un camarade à ses cotés il se sentait d'un seul coup plus fort et pourtant...

Le Dieu avait sans doute raison, l'Humanité est un trop plein de désespoir qui essaie de s'échapper de la réalité en se berçant d'illusions. Mais au-delà des grands mensonges qui l'animent telles que la Justice, l'Égalité ou la Liberté, elle avait quelque chose au fond d'elle: l'envie de vivre quoi qu'il lui arrive, quoi qu'on cherche à lui faire; et même si Weather ne le comprit pas immédiatement, cette étincelle qui l'animait depuis qu'il hurlait sur son ennemi en l'agressant et qu'il ne parvenait pas à nommer en pleine action, cette étincelle s'appelait justement l'espoir.

[HRP]Avec mes plus plates excuses pour le retard. [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 17 Jan 2014 - 19:09
Les combattants l'ignoraient, mais Preta ne participait pas au combat. Sentant une menace autrement plus grande que celle du petit groupe, il s'était retiré en sa consience, laissant son corps et les multitudes qui le composaient agir pour occuper ses ennemis.

Cela expliquait qu'il se soit réduit à un combat au corps à corps, alors qu'il aurait simplement pu les exterminer. Preta était ailleurs, profondément enfoncé dans un pan de sa consience qui, en tant que Dieu, ressemblait plus à une dimension de poche.

***

Graves se tourna vers la silouhette du DIeu qui se découpait sur la plaine où désormais il n'y avait plus ni maison, ni famille, ni tombes.

Qu'est ce que vous me voulez? Je sais que tout ceci n'est pas réel.

Preta pencha la tête.

Bien sur que ce n'est pas réel David. Tu le sais bien. C'est toi qui voulait retrouver ta famille.

Et alors? VOus pensez que de piètres illusions me conviennent? Vous pensiez que je me laisserais duper?

Preta sourit, mais pas de façon menaçante, c'était plus de l'attendrissement.

Oui, ça fonctionnait bien jusque là.

Graves tiqua.

Qu'est ce que vous voulez dire?

Regarde toi.

David lança un regard à son corps. Il n'était plus lui même. Il était maintenant recouvert d'une étrange carapace blanche. Et là, sur son bras, son torse, c'était....

Mes... Ma....

Preta s'approcha un peu.

Tu le savais depuis le début David, je suis un Dieu, mais pas un faiseur de miracles, la nature à ses règles que même les plus puissants ne peuvent ignorer.

Ta famille est morte.


Graves tomba à genoux. Preta s'approchait toujours. Plus l'historien perdait espoir, plus il gagnait en puissance. Mais il ne comptait pas le réduire à néant, son précieux réceptacle.... Au contraire, il lui fallait être le seul à lui redonner espoir.

Je t'offre un substitut, ces illusions que tu as vu. Et je vois que comme tu ne peux t'en contenter, je t'offre aussi l'oubli. Recommence une vie ici, et sois heureux comme tu l'as toujours souhaité.

David Graves constata qu'il était de nouveau humain. Le rappel de son corps de pierre, de sa condition de symbiote parasité l'avait annéanti. Comment retourner à une existence de regrets? Ne valait il mieux pas oublier? Ne l'avait il pas mérité?

Preta tiqua. C'était rare de voir son visage neutre afficher une expression d'irritation.
Au dehors, le combat s'éternisait, et il fallait qu'il y retourne. Même son corps de Dieu avait des limites. Il fallait convaincre l'historien. Mais à ce stade, le moindre faux pas pouvait tout faire échouer.

Il décida quand même de presser le pauvre homme.

A côté d'eux se matérialisèrent une femme et deux enfants.

Graves les regarda, il savait bien que c'était ce qu'il avait toujours souhaité. Il se leva, et marcha en trébuchant vers sa famille, vers son bonheur.

Preta sourit une nouvelle fois car il sentait la victoire approcher.



Non, mon chéri.


Tous se figèrent. La femme venait de parler.



Ne fais pas ça. Je ne veux pas te voir faire ça mon amour.


Preta n'en revenait pas.

Qu'elle est cette trahison? Comment oses tu? Tu n'existes que pour me servir pathétique parasite!
Tu n'es rien, tu ne possèdes pas même de consience! Comment cela est il possible?



La femme l'ignora, s'adressant toujours à Graves.

Même les âmes les plus froides ont de la tendresse en elles. Je le sais, toi aussi tu es tendre. Fais ton deuil mon amour. Fais ton deuil et sauve ce monde.


Preta bondit.


NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON!!!!!!!!!!!!!!!!!!

***




Preta, Dieu du désespoir



Identité

Âge : ?
Groupe : Dieux
Hôte : David Graves

Notes :
Preta est un Dieu. Il est faible désormais.
Son corps géant, constitué de l’agglomération des parasites pretas, contient le corps de Graves, l'outil de sa libération. Une fissure béante laisse entrevoir un corps, celui de Graves.


Le corps du Dieu fût soudain agité d'un tressautement. Il lâcha Green Lantern qu'il tenait dans une de ses mains, et la salve d'énergie qu'il venait de lancer sur le groupe s'évanouit. Debout, dans une position désarticulée, le géant poussa un cri strident, trop aigu pour être de ce monde. Son corps se fissurait et s'agitait de puissants spasmes.

Tous purent voir que la source de sa faiblesse venait de l'intérieur, comme si une puissante explosion venait de détruire les organes internes de la créature. Au sein de la lumière destructice, un corps était visible et il ne fallait pas être un spécialiste pour reconnaitre Graves, dans sa forme de symbiote, emprisonné. Autour du corps de Preta, de puissantes vagues d'énergie et de chaleur étaient explusés et lacéraient l'air. Il était temps de frapper vite et fort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 26 Jan 2014 - 0:05
(HJ/ Désolé pour mon retard, dû à de fortes contraintes personnelles et professionnelles. J'ai beaucoup, beaucoup aimé jouer avec vous et participer à cette histoire. Merci à vous tous, et particulièrement Graves. A très bientôt j'espère ! Smile /HJ)

La consigne a été passée - et a été suivie.

Les camarades du Docteur Fate, tout autant troublés, usés, fatigués et déconcertés que lui, ont accédé à sa requête et s'en prennent à Preta. Avec des coups, des montagnes entières, des attaques d'énergie ou des boomerangs, un groupe d'étrangers, qui se seraient affrontés en d'autres circonstances, lutte ensemble contre une menace commune.
Le Bien est une notion floue, subjective, mais le Mal pur peut apparaître terrifiant même pour ceux qui combattent sous la bannière du crime.

En un sens, c'est un immense symbole d'espoir, et Kent V. Nelson en a bien conscience. Une nouvelle arme est à sa disposition, et il ne s'en privera pas.

Lévitant au-dessus du sol, ayant envoyé une immense rafale d'énergie vers leur adversaire, il sent chez la majorité de ses camarades d'énormes pensées d'espoir. Ceux-ci suivent son conseil, et se remémorent les instants les plus agréables, les plus joyeux de leur existence. Ce ne sera peut-être pas suffisant à vaincre Preta si ce dernier l'emporte contre Hal Jordan, mais c'est fondamental pour continuer le combat et empêcher un océan de noirceur de déferler sur le monde.

"Tenez, frappez... pensez à ce que vos proches pourraient subir s'ils étaient livrés au désespoir, si nous échouons aujourd'hui. Tenez, frappez !"

Il accumule à nouveau une puissance mystique dans ses deux poings, se préparant à défendre le groupe contre une autre attaque de Preta quand la créature hurle - de terreur, de peur, de douleur. Un cri strident, terrifiant et dégoûtant lui glace le sang, comme si une bête sans nom, sans âme était frappée en plein coeur.
Mieux encore, son ami Green Lantern est relâché par leur adversaire. Hal Jordan a certainement réussi à repousser l'attaque mentale du monstre, et l'ancien psychiatre est autant soulagé que ravi de voir que son camarade soit débarrassé d'une telle horreur ; ils peuvent désormais s'en prendre directement à lui, et le repousser définitivement dans l'enfer duquel il n'aurait jamais dû sortir.

Cependant, Kent s'empêche de lancer un nouveau sort quand il découvre, à l'intérieur du torse de Preta, une forme - humaine. Un corps apparaît au fil des secondes, devenant de plus en plus humain, découvrant à chaque instant de nouvelles caractéristiques qui permettent de le reconnaître... et de le contacter.

Utilisant à nouveau ses capacités télépathiques, le Magicien essaye de communiquer avec l'homme à l'intérieur de la créature, mais le dialogue est impossible ; il est trop faible. Cependant, Nelson parvient grâce à ses pouvoirs de "sentir" ses émotions, de "voir" ce qu'il est en train de vivre, "d'entendre" ce qui lui est dit à l'intérieur de son crâne. Et il comprend maintenant ce qu'il se passe - et il fulmine de rage.

"Toi... misérable créature... monstrueuse horreur... tu mérites le pire de mes sortilèges, et bien plus encore !"

Sollicitant sa toute puissance, le Docteur Fate épouse pleinement sa fonction et sa nouvelle vocation en s'élevant encore plus haut dans les airs, ivre d'énergie et de magie. Il sait ce qu'a vécu David Graves, il sait ce que la créature a essayé de faire et comment il fut manipulé ; il ne le supporte pas.

"DISPARAIS DANS LA GROTTE QUI EST LA TIENNE !!!"

Nelson innove : au lieu d'envoyer à nouveau une rafale d'énergie, au lieu de créer des éléments mystiques, il adresse une agression mentale, psychique vers Preta. Absorbant toutes les pensées positives du petit groupe autour de lui, absorbant également celles qui ont motivé le refus de David Graves, il aspire également toutes les émotions agréables, joyeuses et pleines d'espoir - dans le monde entier.
A un seul et unique instant, et sans que personne ne s'en rende compte, le Docteur Fate aspire tout ce qui est bon sur la planète Terre et l'envoie directement sur Preta. Derrière la créature, un nouveau portail dimensionnel est créé, pour que la bête s'échappe et ne revienne plus jamais.

L'attaque pourrait être désespérée, mais il n'en est rien. L'ancien psychiatre veut repousser définitivement le monstre, et il se sent possédé de toute la manière positive de l'Humanité : il ne peut pas échouer.
L'Espoir brille, même dans un océan de Ténèbres. Preta, malheureusement, le comprendra aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 26 Jan 2014 - 18:17
Autour de Preta, l'espace même semblait se torde, comme si le corps monstrueux allait imploser. L'air se solidifiait et s'agitait, passant par différents états et l'horizon vacillait. En fait, c'est la dimension elle même qui semblait souffrir, en même temps que la bête.

Seuls les plus intelligents comprendront ce que cela signifiait. Graves n'était pas le seul à être dans l'esprit du Dieu. Tout le groupe avait été absorbé par l'entité divine qui comptait les assimiler en même temps que l'historien. Mais maintenant que Graves se rebellait et que Fate et son groupe frappaient juste, la puissance et la résistance de Preta faiblissaient.

L'entité maléfique avait pensé cela impossible mais son plan avait faillit. Mais pourquoi? Comment?

Là aussi, l'impossible s'était produit.

Les pretas, attachés depuis tout ce temps à David Graves avaient fini par s'attacher à lui, en s'imprégnant trop de ses désirs et de ses souvenirs. Alors qu'ils étaient censés le convaincre d'accepter la proposition du Dieu, ils s'étaient retournés contre leur maitre.

Et maintenant, il ne restait plus beaucoup de temps avant que les héros ne réussissent à s'échapper.
Preta ne se laissa pourtant pas aller à la rage. Après tout, il avait attendu des millénaires, dispersé en milliers de fragments, que quelqu'un lui permette de revenir en ce monde. Attendre un peu plus ne le dérangeait pas tant que ça. Après tout, il était aussi vieux que le désespoir, et il vivrait aussi longtemps que celui ci rôderait dans l'esprit des vivants.

Le temps... le temps n'avait jamais été un obstacle.

***

Devant les yeux du groupe, toujours en train d'attaquer le corps désarticulé de Preta, ce fendit de toutes parts, irradiant une lumière vive, puis explosa et l'horizon s'effaça dans un flash aveuglant.

Quand le les membres du petit groupe reprirent connaissance, ils étaient tous allongés dans la neige, à l'endroit où ils étaient avant d'être emportés par Preta. Leurs corps n'avaient pas souffert du froid, aussi il n'était pas difficile de deviner que la confrontation avait duré quelques instants dans le monde réel. Certaiens d'entre eux n'étaient pas entièrement étrangers au concept de distorsion temporelle.

Quand ils regardèrent autour d'eux, il n'y avait rien. Aucune traces du Dieu ou de Graves, des Pretas ou de la crypte des âmes. En fait, il ne restait rien à part la montagne, le froid, la neige et le ciel emplit de nuages.

Il n'avaient plus qu'à rentrer chez eux, chacun utilisant ses propres moyens, mais il ne faisait aucun doute que chacun parviendrait chez lui sain et sauf, car aucun d'entre eux n'était d'humeur à nuir aux autres.

Et ainsi, les convoqués se séparèrent.

***

Le transport aérien volait bas, survolant la mer. Il ne restait que quelques minutes avant l'arrivée a l'objectif. A l'intérieur de l'avion de taille moyenne, de facture militaire, un petit groupe d'hommes et de femmes attendaient le signal.

La lumière rouge s'alluma tandis que le véhicule entamait un atterrissage. Puis, alors que les membres de la troupe enfilaient leurs casques, ils portaient tous une sorte de scaphandre de protection, la porte du transport s'ouvrit, laissant voir la neige qui tombait à gros flocons. Efficacement, le groupe descendit et commença à utiliser différents appareils, à la recherche de quelque chose.

Puis une femme cria dans l'intercom:

Il est là!

Sans un mot, le groupe se précipita vers celle qui avait parlé. Elle était déjà affairée sur quelque chose qui gisait au sol.

Un homme, apparemment le chef du groupe, porta sa main à son intercom et parla:

"T.A.R.T.A.R.U.S command, vous me recevez? Nous l'avons trouvé, je répète, nous l'avons trouvé."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Sauver le monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs-