Univers d'Antimatière - Le Creuset du Mal (PV: Gentleman Ghost)

Invité

MessagePosté le: Dim 30 Déc 2012 - 4:52


Weaponer, de Qward, est capable d'inspirer de grandes peurs. C'est du moins ce que laisse entendre l'un des anneaux de Sinestro, qu'il porte sur un immense doigt ganté. C'est un colosse de muscles, de cuir et de métal. Sa forge à ciel ouvert est un charnier où des sons métalliques répondent à des éclairs de feu menaçants. Tel est l'homme que rencontre en ce jour Jim Craddock.

"A qui dois-je l'honneur du dérangement ?" grogna-t-il, de sa voix caverneuse.

Rien ne laissait entendre que ce fut un gentleman, et pourtant, le paysage désertique était surmonté par un château qu'il avait bâti de sa main et dont il était le maître. Tandis qu'il parlait, il frappait d'un marteau gros comme la tête, un petit cercle de matière chauffée à blanc.

Plusieurs êtres semblables à lui, mais plus petits et élancés, pourvus de grands yeux curieux, s'approchèrent de Craddock pour le débarrasser de ses frusques, en ce lieu d'une chaleur volcanique.

Le forgeron s'inclina et approcha son visage, protégé par des lunettes de soudeur, de l'anneau qu'il venait de forger. Il le saisit avec une pince, le porta à la faible lumière du ciel de Qward, puis se saisit d'un stylet pour y graver l'insigne du Corps de Sinestro dans les flammes de son atelier. Puis, il tendit l'objet fini à l'une des créatures qui lui ressemblaient, et le lui confia. Il fit craquer son dos, puis se tourna vers le Gentleman Ghost.



"Tu es celui dont Sinestro m'a parlé, je suppose. Bah ! Quel que soit votre arrangement, j'ai beau être porteur de l'un de ses anneaux, je suis avant tout un entrepreneur et un artisan. Comment puis-je intéresser tes projets, et surtout, si tu veux sceller un marché, que peux-tu m'apporter que je n'aie déjà ?"

Son ton était soupçonneux, comme s'il s'attendait à ce que l'on ne vienne que pour perdre son temps. D'ailleurs, les petits Qwardiens se rapprochaient, fébriles. Ils fixaient Craddock, impatients de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 30 Déc 2012 - 21:42
C'est Sinestro qui avait arrangé la rencontre. C'est même le passage créé par son anneau qui m'avait permis à moi Jim Craddock, e quitter la terre pour un endroit différent de la dimension fantôme. Bien que je sois déjà mort, je dois admettre que je suis loin d'être rassuré. C'était l'inconnu qui me saisissait. J'avais connu la mort, la vie, la misère, mais l'inconnu c'était toujours le plus inquiétait. Ne pas savoir était ce qu'il y avait de pire. L'incertitude était ce qui était le plus énervant et le plus déconcertant. C'est donc dans le doute que je m'avançai vers le mastodonte appeler le Weaponner.

Certains petits extra-terrestres vers moi. Ils passèrent leurs mains à travers moi. J'imagine qu'ils cherchaient à nous me débarrasser de mes vêtements. Ils frissonnèrent à mon contact. J'étais habitué maintenant à ma propre froideur, par contre eux ne semblaient pas habitués à cette sensation. Je regardais autour de moi et voyais la chaleur montée en mirage et en fumé, il devait faire une chaleur accablante. Un des avantages était justement de ne jamais avoir chaud, mais la froideur de la mort qui vous souffle sans cesse dans le dos quand vous êtes un fantôme est tout aussi désagréable.

Citation :
"Tu es celui dont Sinestro m'a parlé, je suppose. Bah ! Quel que soit votre arrangement, j'ai beau être porteur de l'un de ses anneaux, je suis avant tout un entrepreneur et un artisan. Comment puis-je intéresser tes projets, et surtout, si tu veux sceller un marché, que peux-tu m'apporter que je n'aie déjà ?"

Bien au moins il parlait. Avec les membres des corps galactiques, on ne savait jamais. Après tout j'avais bien porté une bactérie. J'étais un peu offusqué, l'accord avait été passé avec le plus haut gradé du Corps et on essayait encore de négocier avec moi. Dans tous les cas, je n'allais pas partir si près du but.

Je me présente, Jim Craddock, mais sur terre on me connaît surtout sous le nom de Gentleman Ghost. Mr. Sinestro m'a dit que vous travailliez quelque chose qui s'appelle la lanterne blanche, ou quelque chose extrait de cette dite lanterne. C'est simple se que je veux c'est la vie, que cette Lanterne apporte. Je refuse de mourir et je suis coincé dans les limbes, Sinestro m'a dit qu'il était possible que vous puissiez faire quelque chose pour moi. Je croyais avoir rempli mes parts du marché avec le chef de votre Corps pour le paiement de votre aide. Mais, je suis assez volubile, je peux vous fournir ce que vous voulez. D'ailleurs je me demande, avez vous déjà travaillé du Nth Metal, peut-être serait-ce intéressant comme piment, pour un homme de métier comme vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 30 Déc 2012 - 22:43
Comme tous les Qwardiens, l'Armurier Weaponer était un être avide et envieux. S'il s'était aigri depuis des années de blâme et d'isolement de son peuple, il avait conservé ce trait de caractère profondément ancré en lui. Aussi, lorsque Jim Craddock évoqua le métal Nth, ses yeux s'agrandirent sous les verres de protection.

"Le métal dont tu parles, sur mon monde on le nomme Qwarda-jin. Il est impossible à trouver ici car les radiations caractéristiques qu'il émet sont natives de ton univers, et ne peuvent naître naturellement ici. Cependant, j'ai déjà eu la chance d'en manier et je suis très intéressé par une quantité même petite, ou un objet forgé dans cette matière. On dit que c'est le revêtement des anges."

Puis, il invita Craddock à le suivre dans son auguste demeure. Elle était faite de pierres noires, c'était assez sombre mais éclairé par des torches ainsi que des ampoules, des néons et d'autres modes de combustion inconnus du public terrien. Les corridors étaient larges, et bordés par des armures, des écus, des robots et des armes de la plus antique à la plus sophistiquée. Chaque pièce qui se succédait ne ressemblait qu'à une nouvelle armurerie plus surprenante que la précédente. Finalement, ils parvinrent à une pièce qui pouvait être un salon. Un divan tout en longueur, sur lequel était jeté une couverture en velours rouge usé, était surplombé par un bouclier circulaire, sur lequel se dessinait une étoile d'une blancheur immaculée, dont la forme rappelait celle de l'étoile juive de David. L'Armurier décrocha l'objet défensif, pour délacer le fil lumineux qui formait le dessin géométrique.

"Ce filin est issu du pouvoir de la Lanterne Blanche. Son énergie se dissipe dans ton univers, mais ici, elle est éternelle. Il me suffira de lui appliquer un traitement spécial, et elle relaiera le pouvoir de la vie elle-même jusque sur ton monde, jusque sur toi, si tu en es le porteur. Je pensais que mes concitoyens Qwardiens t'avaient débarrassé de ta veste, mais je vois qu'il n'en est rien. Si tu veux bien me la confier, j'y ferai un nœud avec ce filin, afin que l'ombre de la mort ne puisse plus planer sur toi."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 4 Jan 2013 - 2:33
Si j'avais encore eu des dents et une bouche, je n’aurais souri comme personne. Enfin mon calvaire s'annonçait terminé toute mes années d'errances et de souffrance allaient se terminer aujourd'hui. Je devrais probablement encore enduré un peu de douleur, car, contrairement à se qu'il pensait je ne pouvais retiré mes frusques, excepté mon chapeau. Si la vie me revenait, le jeu en valait la chandelle. Le seul paiement? Ma dague dans le métal, qui avait scellé mon destin de mort vivant décédant. C'était littéralement une renaissance. J'allais vivre et me débarrasser du Nth Metal.

Hé bien qu'il en soit ainsi.

Je tendis la main et dans un pouf sonore ma dague de Nth Metal apparut dans ma main. Cette même dague qui m'avait tant fait souffrir et tant attiré . C'était littéralement une partie de mon âme que je lui donnais. C'était plus qu'une figure de style, c'était la pure vérité. Ce fichu métal s’était soudé à mon âme et m'empêchait de mourir ou de vivre. Cette spirale allait enfin se terminer. J'allais enfin retrouver la vie et sa puissance. Peut-être même que j'y gagnerai un anneau de terreur, ça serait vraiment la classe. The Gentleman Lantern, c'était génial. Non non, je devais me réinventer, un truc plus vilain, ça faisait 300 ans que je jouais les bonnes manières, il était temps de changer, puis j'aurais une vie entière pour y penser haha.

Voilà ma dague de Nth Metal, maintenant c'est à toi de remplir ta part du marché. Je ne peux enlevé mes vêtements ils font partie de mon corps tu devras travailler directement sur moi. J'essaierai de me rendre... le plus "tangible" que possible. Mais si la vie irradie vraiment dans ce fil, dont tu me parles, j'espère de tout "coeur" (faute de meilleur mot) qu'il me transpercera

J'avais ouvert les bras en disant ces mots. C'était mon dernier Acte. Le dernier acte du Gentleman Ghost mais pour citer Shakespeare dans le roi Léar, dernière phrase, dernière scène: Il meurt. Ou dans mon cas : Il vit. J'aurais pu utiliser Frankestein et dire: Il est en vie... non non, je reste à ma première idée Shakespear faite beaucoup mieux, et je me sens pas un monstre : Il VIT !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 6 Jan 2013 - 22:18
L'ectoplasme en haut-de-forme fit apparaître une dague, un ouvrage magnifique, dans une sorte de bruitage sonore digne d'un théâtre de marionnettes. Les sourcils froncés, le malabar envisagea que son client ait pu faire ce bruit lui-même avec son invisible bouche, puis, dans un haussement d'épaules, renonça à essayer de comprendre ce drôle d'individu.

"Okay, pose cela ici."

Il montra du bout de son doigt, une petite table de travail, que les serviles Qwardiens avaient apporté. Puis il se saisit d'une solution multicolore, qu'il déversa sur un bout du filin afin de le désolidariser. Sa lueur changea légèrement, plus lumineuse sur le morceau qu'il venait de couper. Puis, il le posa entre deux antennes, qui en inversèrent les vibrations. Muni d'une pince, il saisit le bout de fil par un des bouts, et se saisit de la dague en Nth métal.

Par un sens du spectacle propre aux personnes qui vivent dans un manoir lugubre et forgent des armes surnaturelles, l'Armurier se servit de la dague elle-même, objet du marché, afin de percer le minuscule trou, comme avec une aiguille, par lequel entrerait le morceau de filament. Il déposa donc soigneusement le fil sur la pointe. Puis il l'enfonça dans le veston de Craddock.


"Tu ressens quelque chose, Jim Craddock de la Terre ?"

Sans attendre de réponse, il utilisa une toute petite pince afin de nouer le nœud sans se brûler à la lumière de la Création, dont scintillait le filament. Il recula de trois enjambées afin d'admirer les résultats, si d'aventure il y en avait, car ceci n'était jusqu'à présent que théorique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Jan 2013 - 13:52
Ce qu'il faut savoir sur moi c'est que peu de chose peut me faire mal. Il y a quelques exceptions et l'une d'elles est le Nth Metal. Quand j'ai vu qu'il allait me percer avec ma propre dague je dois l'avouer j'ai eu... peur. Mes peurs ne sont pas restées sans appel, car la torture qui s'en suivit était sans nom. Imaginez-vous, si on vous transperçait l'âme à grand coup de couteau. C'était horrible, si j'avais eu des yeux j'aurais pleuré. C'est sans parler du fil. C'était du feu, littéralement. La brûlure qu'il laissait quand il passait me fit rouler les yeux. C'était insoutenable, je laissai échapper un gémissement fantomatique qui s'évanouit dans la chaleur toujours absente pour moi.

Quand il eu fini. Je n'osais pas me regarder je pleurais de douleur, je tremblais et me retenais pour ne pas le flinguer. Aucune douleur ne m'avait été comparable. Une brume turquoise s'échappait partout autour de moi tel le brouillard anglais dans une de ses journées les plus épaisses.
Je trouva le courage de me regarder. À travers le brouillard, je me vie. Avec stupeur la première chose que je vu fut que quelque chose avait changé... mais autre chose clochait, la colère me monta naturellement




Il avait échoué. J'étais toujours aussi mort et en plus j'étais affreux. J'avais retrouvé de la chair, mais elle était en putréfaction et toujours aussi intangible. Se qu'il avait fait de moi, me dégouttais de moi même. J'étais encore plus enragé qu'avant. Ma soif de vie et de vengeance était encore plus forte. J'avais la rage, souffrir autant pour ressortir plus défiguré que jamais. Je lui sautai à la gorge et fit apparaître ma dague en main.

TU VAS VENIR ME REJOINDRE ESPÈCE D'ÉCHEC COSMIQUE.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 13 Jan 2013 - 12:42
Le super-vilain se contorsionna de douleur, bien qu'il soit parvenu à demeurer immobile le temps que le filin pénètre son enveloppe textile. Tremblant, fébrile, sa bouche se serait nettement déformée eusse-t-elle été visible, pour laisser échapper un gémissement strident de quoi réveiller les morts. Même l'Armurier eut un frisson le long de ses avant-bras velus. Il recula encore d'un pas, inquiet d'avoir réveillé des forces qui le dépassent. Et si il avait joué avec le destin, avec le chemin de rédemption d'un homme ? Il croassa quelques mots :

"Tout va bien, Jim Craddock de la Terre ?"

Un véritable écran de fumée bleu pâle, comme le brouillard au-dessus d'un bassin d'eau chlorée, monta en volutes autour de la silhouette blanche du Gentleman Ghost. La forme, changeante et floue, au milieu, se tordait et se déformait. Elle donnait l'impression d'être plus massive, plus sombre, plus opaque. Un deuxième œil, perçant la densité du nuage, fit son apparition, aussi blanc qu'un clair de lune et contrastant avec le reste du bonhomme apparemment d'un noir de jais.

"Tu m'as trahi. Tu as échoué lamentablement. Tu m'as transformé, oui, j'ai changé."

Les brumes hydrochloriques se dissipèrent, laissant place à une émanation malsaine, verte, qui induit en Weaponer un état de malaise. Son estomac se retournait, et pourtant, cet homme ne craignait pas les peurs communes aux hommes. Il reconnut le costume de Craddock, mais plus ample, avec une stature plus large, et un visage en décomposition encadré par deux énormes épaulettes qui semblaient faites de Nth métal.
La voix du spectre hululait une plainte qui vous transperçait le cœur.


"Je reste mort."

"J'ai l'air plus vivant, mais la vie n'est pas. Je souffre toujours autant. Tu es un raté."


Puis, le revenant bondit en avant sur celui qui venait de le modifier. Sa lame de métal Nth apparut dans sa main, mais cette fois, sans aucun effet comique. Juste la rage, semblable à celle d'un autre Corps de Lantern, que Weaponer reconnaissait aisément. Un sentiment qu'il avait longtemps ressenti à l'égard de Sinestro avant que ce dernier ne vienne lui offrir la reconnaissance de ses services. Mais cette fois, l'énervement devait suivre son cours. Et l'Armurier ne comptait pas se laisser menacer par le coup de colère d'un cadavre, ce n'était pas son genre.

"Tu vas me rejoindre espèce d'échec cosmique !"

L'Armurier se saisit de son marteau de forgeron, qu'il portait à la ceinture, puis le fit tournoyer en répondant à la charge du Gentleman par la même furie offensive. Deux êtres négatifs se fonçant dessus, une force intouchable et une puissance sans relâche à la gorge l'un de l'autre. Puis, après avoir envoyé sa masse dans le ventre du fantôme, il saisit le restant du filin qui lui avait servi à nouer le nœud fatidique. Sur ce filin originel, il lui restait suffisamment de longueur de corde pour nouer rapidement un nœud de pendu. Il s'exécuta, plaqué au sol par la force de son précédent assaut. Puis il attendit la première occasion pour serrer la corde autour du cou de son client mécontent.

Cependant que l'odeur et l'aura venimeuses du fantôme infiltraient sa force de volonté, un regain de terreur illumina l'écran de protection de son anneau, qu'il conservait généralement atténué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Jan 2013 - 4:06
J'avais sauté au cou du forgeron. Il avait riposté avec un coup de marteau. Malheureusement pour lui, bien que j'ai maintenant un semblant de chair, j'étais toujours un fantôme, j'étais donc toujours intangible excepté par du Nth Metal. Son marteau fendit l'air, mais ma main vint épouser la forme de son coup, ma grippe se referma puis je tentai de lui planter ma dague dans l'oeil.

Je sentis tirer vers l'arrière de mon corps. Un filin de lanterne blanche était toujours pendu à mon corps. C'était le l'armurier qui tirait dessus. Il allait essayer de s'en servir contre moi et ça avait toutes ses chances de réussir. Mon raisonnement avait pris trop de temps la corde était maintenant autour de mon cou. Je sentis la chaleur de cette "vie" me brûler le cou et m'étrangler. Je sentais la douleur étouffer mon cou, mais c'était peine perdue pour l'armurier.

Et tu va faire quoi gros crétin de forgeron? M'étrangler jusqu'à ce que je vive? Je suis déjà mort idiot et au vu de ton échec ce n'est pas près de changer.


Je passai la dague dans le filament qui se fracassa. Il ne se coupa pas, il se fracassa littéralement au contact du Nth Metal. Cet alliage avait encore beaucoup de secrets à dévoiler et ces surprises étaient toujours bien placées. Mon fusil m'apparut également dans la main et je collai le canon sous la gorge.

Donne moi une raison de ne pas le faire, une seule, raison. Je suis tellement frustré de ton échec. J'ai envie de t'éclater la tête. Tu as vu ma tête maintenant? J'ai l'air d'un zombie. Tu m'a détruit littéralement. Je suis encore plus entre la vie et la mort que jamais. Tu es chanceux que j'aie besoin encore de Sinestro. Mais il pourrait très bien se passer de toi. Oui ça me fera du bien. Une balle fantomatique en plein dans ta gueule d'extraterrestre. Tu vas voir qu'avant d'être un Gentleman j'étais un vrai salaud. Je suis tellement enragé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 18 Jan 2013 - 1:29
Le filin avait littéralement explosé, tout comme la colère de son client mécontent. L'Armurier n'en menait pas large, il se faisait incendier verbalement, et humilier par un adversaire intangible.

Écroulé au sol, sentant le contact glacial du canon sur sa pomme d'Adam, l'Armurier sentait le poids de son échec. Il était parvenu à changer Craddock, mais pas pour le mieux. Il avait une fois de plus, cette sensation de transformer tout ce qu'il touche en une corruption pire que tout. Comme lorsque Sinestro l'avait croyait-il abandonné à la vindicte de ses concitoyens. Sa voix grave était étouffée par la honte et une certaine crainte de ce qui allait suivre. Gentleman Ghost tout d'un coup n'avait plus l'air d'une blague, d'un dessin d'enfant, mais d'une menace bien réelle.


"J'ai... Failli. Encore."

Il ravala sa salive, mais la poussière asséchait sa bouche. Il était mal à l'aise, ce grand gaillard qui connaissait rarement la position d'infériorité. Il avait de quoi combattre zombis, vampires et ectoplasmes parmi les armes qu'il avait créées, mais un abus de confiance en soi l'avait retenu d'imaginer que de telles mesures seraient nécessaires. Il avait été trop orgueilleux pour imaginer que son client serait autre chose que pleinement humain et satisfait à la fin du marché.

Cependant, il était un négociant et il lui restait une carte à jouer. Malgré l'énervement du Gentleman, il releva doucement sa lourde tête, regarda, maintenant que c'était possible, le revenant, dans les yeux. Il eut un faible sourire, plus un rictus ou une grimace. Sa voix s'éleva à nouveau, tandis qu'il jouait une carte qui pouvait sauver en partie sa dignité.


"L'autre parti du marché... Que tu as conclu avec Sinestro. L'anneau."

De son halo jaune, émergea une lumière plus intense, plus concentrée, qui se cristallisa en un anneau à la taille du doigt du Gentleman, qui était la copie conforme de celui que l'Armurier portait lui-même. L'objet vola jusque devant les yeux du fantôme et demeura en lévitation face à lui.

"Voici un anneau adjoint. Il contient une recharge égale à celle de mon anneau de pouvoir et fonctionne selon les mêmes modalités, basé sur la terreur. Comme tu n'es pas techniquement en vie, même ma volonté la plus acharnée ne me permettrait de te procurer un anneau fonctionnel de l'Armée de Sinestro. Cependant avec ça, tu auras l'avantage de ne pas être inféodé à l'autorité de notre leader. Pendant vingt-quatre heures à partir du moment où tu décideras de l'enfiler à ton doigt, tu seras un Yellow Lantern avec tous les avantages et aucune des responsabilités. Sache qu'il me coûte de le produire car cela signifie que si je suis en sérieux besoin d'aide, je ne pourrai en produire un autre pour couvrir mes arrières tant qu'il ne s'est pas épuisé. Mais c'est mon échec, et si je dois en périr, j'assumerai les conséquences."

Puis, il employa son propre anneau pour faire disparaître de ces lieux l'esprit frappeur, en espérant un dénouement un peu moins amer. Il avait rempli sa part autant que possible malgré les limitations que l'univers lui imposait. Il avait fait preuve d'hubris, et une fois de plus il en ressortait frustré. Il se demanda même s'il n'aurait pas mieux fait de se remettre à vouer un culte à l'Anti-Monitor... Mais même ce dernier avait fait sienne la croisade de Parallax et de l'armée de terreur de Sinestro. Si son ancien dieu, et l'ancienne source de sa perdition, tentaient d'amener ce raté vers la gloire, peut-être seraient-ils enfin ses nouvelles idoles. Mais Weaponer ne croyait qu'en la réussite, et il ne put s'empêcher d'avoir l'alcool mauvais ce soir-là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 19 Jan 2013 - 0:18
Au moins je n'avais pas tout perdu. Je me retrouvais sur terre, je ne savais pas ou exactement, mais ce n'était pas chez moi. J'avais toujours cette tête affreuse. Je regardais dans ma main j'avais l'anneau jaune. Je le fis disparaître d'un claquement de doigts. Je n'aurais qu'a le ramener au besoin. 24 heures ce n'était pas beaucoup, mais posséder cette arme était un atout non négligeable, je l'utiliserai au bon moment.

Mon regard se posa sur un petit étang près de moi. J'observais mon reflet. Je volai au-dessus de la marre pour pouvoir m'observer comme il le fallait. J'avais vraiment une sale tête. Au moins dans mon ancien accoutrement j'avais garder un peu de dignité, là je collais vraiment à mon statut de mort vivant. C'est vrai que j'avais l'air un peu plus "vivant", mais c'était loin d'être une réussite. Un mélange entre fantôme, zombie et humain avec un look du 18e siècle. En fait, j'avais l'air plus effrayant. Oui c'était ça. Peut-être qu'avec cette tête mes menaces et mes idées seraient prises plus au sérieux dans la communauté des supervilains.

De toute façon, je devais trouver des points positifs, car de toute évidence j'allais avoir cette tronche pour ... bien, peut-être pour l'éternité. Au dieu, j'espérais que non, il fallait absolument que je revienne à la vie. Oui, il ne fallait pas abandonner. Puis de toute façon ce nouveau corps et visage, n'était que temporaire. Le temps que je trouve le moyen de revenir d'entre les morts.

C'est sur cette note de confiance que je fis apparaître ma canne pour la passa dans l'eau afin de brouiller mon reflet. Puis je souris en regardant celui-ci disparaître. J'allais retourner à la maison. Tout n'avait pas été un échec. J'avais un nouveau visage plus effrayant et un anneau de pouvoir. C'était plutôt intéressant en fait. Oui et maintenant je devais mijoter un autre plan... Qu'est-ce que l'avenir me réservait à moi Gentlemant Ghost?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Univers d'Antimatière - Le Creuset du Mal (PV: Gentleman Ghost)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le creuset de l'amour
» Personnage de l'univers d'albator : libre inspiration
» l univers de poupée de ma puce ...
» enfin, mes tyranides sont prêts à dévorer l'univers !
» Cherryh CJ - Inheritor - L'univers étranger T3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs-