Une Nuit dans l'Enfer Juif: 1945 [Mission spéciale #1 : Time Crisis] [Ft Barry Allen, Reverse-Flash, Ace]

Invité

MessagePosté le: Mer 22 Jan 2014 - 0:26
Il était jeudi, un 11 janvier, qui s'annonçait ordinaire, du moins, c'est ce que Jay pensait. Il se leva, bu un café, prit une douche accompagné de sa douce, et se brossa les dents avant de partir au travail, à son laboratoire. Mais étrangement, lorsqu'il passa la porte, il ne vit que des rues désertes, chose étonnante pour une ville aussi active que Keystone City, qui était une cité qui débordait de vie, où chacun déambulait, surtout en cette heure matinale, heure où tout le monde partait au travail. Son attaché-case dans une main, Jay jeta un coup d'oeil à droite, puis à gauche, et ne vit rien : pas un seul signe de vie. Par pur instinct, Jay rentra chez lui rapidement, et claqua la porte. Joan, surpris de ce retour brutal, lança à son époux :

- Quelque chose ne va pas chéri ?

- Les rues sont désertes. Quelque chose cloche ici.

- Tu te fais sûrement des idées ...

- Non, j'ai un mauvais pressentiment.


Jay prit alors la télécommande de sa télé, et alluma cette dernière. Le voyant indiquait que cette dernière marchait, mais rien ne se passait. Mais très vite, un grand oeil fit son apparition. Par un réflexe fulgurant, Jay coupa de suite le courant et appela son épouse :

- Prends le strict nécessaire, on s'en va !

- Mais que veut-tu qu'il se ...


Une déflagration se fit entendre, faisant voler la porte en éclat. La fumée se dissipant rapidement, Jay put voir alors plusieurs OMACS rentrer dans sa maison, venus visiblement pour l'arrêter. En un temps, il activa son anneau et revêtit son costume de Flash, avant de courir vers Joan pour la récupérer. Jay se mit alors à courir, encore et encore, pour échapper à ses ennemis, qui étaient apparus sur Keystone comme par enchantement. Il traversa la fenêtre de sa maison alors que plusieurs OMACS tiraient des salves de flammes et de glace. Il devait trouver Barry au plus vite, pour tenter de comprendre ce qu'il se passait. Des problèmes aussi virulents, et sans réelles explications pouvaient venir d'un tas de raison, mais le fait que Brother Eye doit infecter des humains pour augmenter la taille de son armée faisait penser à Jay que le problème était d'ordre temporel. Dans les deux cas, Barry avait le Cosmic Treadmill, et donc, Jay devait donc rejoindre sa maison au plus vite.

Jay tenta de semer ses poursuivants, alors qu'une masse commençait à se dessiner derrière lui. Mais grâce à sa super-vitesse, il finirait par les distancer, du moins c'est ce qu'il espérait. L'espoir lui revint alors, lorsqu'il vit le pont de Keystone, reliant la ville de Jay à celle de Barry, Central City. Mais il constata alors avec horreur que celui-ci n'était plus : un trou béant avait été posé là, tout comme les OMACS, séparant les deux villes. Mais Jay ne perdrait pas espoir, il ne le fallait pas. Il redoubla d'efforts, et sauta. L'élan qu'il avait prit pourrait lui permettre de passer cette distance, où au moins, presque la passer. Dans les airs, Jay se mit progressivement à ralentir, et lança alors Joan au dernier moment, pour que cette dernière atterrissent sur le sol. Jay quant à lui, atterrit sur le rebord du pont. En bonne épouse, Joan accourut auprès de son mari, et l'aida a se hisser sur le pont. Jay regarda alors la masse sombre, qui s'était stoppée.

- Pourquoi se sont-t-ils arrêtés ?

Les canons de plusieurs armes apparurent devant le nez de notre héros :

- Déclinez votre identitée !

- Je suis le Flash, et je suis avec une civile !

- Laissez-nous vérifier quelque chose avant monsieur ...


Les militaires, se mirent alors à tâter le torse de Jay, comme s'ils cherchaient un signe distinctif, mais au bout de quelques minutes, ils finirent par baisser leurs armes : ils semblaient soulagés :

- Content de vous compter parmit nous Flash, on vous croyait perdu comme les autres habitants de Keystone City.

Jay était abasourdi : Keystone, une ville morte ? Il ne pouvait rester ainsi, et devait tirer cela au clair. Il remercia le militaire, sans chercher à poser des questions, car l'installation de cette ligne front, et de toute cette place forte, prouvait bel et bien que notre héros avait subi un changement temporel. Tout ceci ne pouvait pas s'être créer en une seule nuit. Une nouvelle ligne temporelle avait été créer, mais à partir de quand fallait-t-il chercher ? La question restait sans réponse.

Jay finit donc par arriver devant la maison des Allen, où Iris les accueillit chaleureusement. Jay expliqua alors ses péripeties à Barry, qui semblait aussi étonné que lui de se réveiller dans un monde complètement différent de celui qu'il avait connu. A vrai dire, cela faisait deux fois qu'il vivait cette expérience, et la dernière avait amené le monde au bord du gouffre. Tout avait changé : apparemment, selon les nouvelles locales, une guerre serait en cours sur le territoire américain, où Brother Eye, dirigé sans aucun doute par une organisation mystérieuse, s'est finalement fait une place fixe sur la côte Est. Les villes comme Gateway City, Coast City et Keystone City, étaient tombées entre les mains du satellite. Le pont reliant Keystone et Central avait été volontairement détruit par les OMACS, afin d'éviter des contres-offensives durant leur prise de la ville. La situation semblait catastrophique, et nos héros avait peu de temps pour agir. Ils décidèrent donc tout les deux d'utiliser le Cosmic Treadmill, afin de trouver quelle était la faille temporelle qui avait créer cette nouvelle ligne temporelle. Selon Barry, cette dernière pourrait remonter au moment où Max Lord avait prit le contrôle du satellite, ou bien alors, lors de son activation par Batman ! Il fallait donc vérifier ses deux périodes : en gros, il y avait du pain sur la planche. Les héros étaient donc prêts, et se lancèrent, tout les deux, sur le tapis roulant. Jay et Barry se mirent alors à augmenter leur vitesse de façon exponentielle, et sentirent alors une déchirure se former devant eux, avant de tomber dans les méandres du temps.

Jay et Barry restait le regard visé sur le cadran, indiquant alors les années, qui remontait petit à petit, ainsi que les mois, qui défilait plus vite. A ce train-là, il pourrait vite revenir aux époques désirées, et ainsi tenter de remettre en ordre tout ceci avant qu'il ne soit trop tard. Mais malheureusement, nos deux héros avait omis quelqu'un dans l'équation. Jay sentit alors une aura différente, une aura négative, qui se rapprochait d'eux. Elle arrivait à grand vitesse, très grande vitesse. Jay put à peine relever les yeux qu'il se prit de plein fouet le poing ganté de jaune dorée dans son casque. Barry hurla à cet instant, tentant de rattraper notre héros, qui tomba du tapis, et tomba dans les limbes du temps, à une vitesse affolante. Il perdit alors connaissance.


- Mon frère !

Jay sentit une voix, avec un léger accent Allemand, qui semblait lui adresser ses deux mots. Cette voix se fit entendre à nouveau, et il sentit qu'on le secoua. Jay finit par se relever en sursaut, expirant d'un seul coup, surprenant les autres personnes dans la pièce. Un homme âgé, de grande taille, lui agitait quelque chose devant les yeux, comme s'il le réveillait d'un malaise, ou autre. Il lâcha un sourire édenté lorsqu'il vit Jay reprendre ses esprits, il lança alors :

- J'savais bien que tu finirais pas noyer, quand même ! Heureusement que David était là ! Il faut que tu te reposes maintenant mon frère, les Allemands ne te laisseront pas tirer au flan éternellement.

- Les Allemands ?
lâcha Jay avec une voix faible

- Bah oui, tu crois que tu es parti du camp ? Tu es toujours à Dachau mon grand !

- Dachau ? Mais que ... en quelle année sommes-nous ?

- C'est une blague ?
lâcha le vieil homme tout en écarquillant les yeux, t'as bu trop de flotte de travers ou quoi ? On est en 1945 mon grand, Avril 1945, après le jour exact, ça j'peut pas te dire, j'm'en souviens plus, j'dirais le 27 ou le 28, oui le 28 ! Le soleil devrait pas tarder à ce coucher ...

Jay fixa alors le plafond, et comprit alors que l'action de Reverse Flash, car ce dernier était le responsable du coup de poing, avait créer un dérèglement du tapis, provoquant un décalage temporel. Jay semblait alors bloqué en 1945, et se sentait faible. Avec un peu de chance, Barry avait lui aussi atterrit ici, et pourrait sans doute aider Jay, qui semblait souffrir de sa chute dans les limbes. Ils leur fallait sortir d'ici au plus vite, car si les souvenirs d'histoires de Jay était exact, il était proche de revivre l'un des plus sanglants crimes de guerre de la Seconde Guerre Mondiale en plus de vivre dans l'un des endroits les plus meurtriers de cette époque ...

HRPG : Je résume brièvement le décor, les protagonistes se sont tous retrouvés à Dachau, camp de concentration tristement célèbre pour rassembler des juifs et des opposants au régime nazi. L'évènement dont parle Jay est le massacre de Dachau, où des soldats américains ont massacré des soldats SS pour leurs crimes. Du coup, si un protagoniste joue un officier Allemand, il risque d'être exécuté sommairement, tandis que les prisonniers du camp souffre de malnutrition, et peuvent risquer de mourir à chaque instant, si un soldat le souhaite.
Voila j'ai mit en place cette petite course à la montre, pour chacun, pour rendre le sujet encore plus attracteur ^^ (les Américains sont arrivés le matin du 29) Si ça pose problème, signalez-le moi ! =) Pour la suite des objectifs, que je rappelle juste au cas où pour éviter que Barry les redise, les voyageurs temporels doivent retrouver le Cosmic Treadmill, qui est quelque part dans le camp, et pour cela, obtenir l'aide de Ace Vans Hammer, pilote prisonnier car il est opposé au régime. Voilà ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Mer 22 Jan 2014 - 1:10
Quand Barry s’est levé ce matin-là, Iris jouait avec des antennes pour mettre la télévision. C'était étrange, car, ils avaient le câble alors pourquoi ces antennes ondes courtes? La télévision était d'ailleurs pleine de parasites et on distinguait à peine l'image.

Bonjour Chéri.

Euh salut Iris. Qu'est-ce que tu fais?

C'est encore ses satanées antennes, elle capte presque rien.

Pourquoi tu as débranché le câble alors?

Tu te fiche de moi?

Euh... je comprends pas.

Brother Eye. On peut ne rien utiliser de câble. C'est les ondes ultra-courtes ou rien tu le sais bien.

Barry regardait Iris avec une mine des plus étranges. Il remarqua un journal sur la table. Il alla vers lui et il vit Steve Trevor sur le dessus en train de tirer sur un OMAC. Il ouvrit la page, le gros titre : Le rideau central tient toujours, l'intrigua. Il lit rapidement tout le journal, il y avait un dossier un retour des fait-tout se qui c'était passé.

Oh mon dieu...

La suite se passa. Comme un film, Jay, le cosmic treadmill. Il avait fait des recherches speedmode dans les archives de la bibliothèque qui ne contenait que du papier de peur de Brother Eye. Wonder Woman n'avait jamais tué Max Lord, jamais personne n'avait vue se qui c'était passé. Il y avait un problème et un gros. Iris ne semblait pas comprendre, personne ne comprenait. Le phénomène s’était déjà produit, il le savait maintenant... phénomène temporel. Quand le Flash original se présenta à sa porte ils échangèrent et convenue qu'ils devaient retourner dans le passé arranger les choses. Utilisant le cosmique Treadmill ils tentèrent de retourner à la date qu'il croyait la bonne. Malheureusement, durant le voyage temporel, Barry fut rattrapé par quelqu'un qui le tira vers l'arrière. Puis tout s'arrêta.

------------------------------------

Dachau avril 1945

Laissez moi tranquille, je suis américain, je suis américain...

Barry accroupie dans le fond de la cour avait été une fois de plus rué de coup. Il était fatigué et meurtri. Travaillaient tous les jours dans le camp et encore, il ne le considérait pas comme un des leurs. Il avait beau leur dire, mais il ne parlait ni allemand, ni polonais. Personne ne l'écoutait. Cheveux blonds, yeux bleus, il était un ennemi dans le camp. Après les soldats allemands, c'était les gars du camp qui venait de le passer à tabac. Il était plus capable de supporter toute cette haine. Il était donc assied dans le coin et attendais. Il attendait un signe. Il attendait Eboard. C'était lui, c'était certain. Son corps agissait comme s'il avait été là depuis des semaines. Il venait tout juste d'arriver, il le savait. Mais quand Eboard l'avait touché, il l'avait vidé de son énergie. Il n'avait plus la speedforce, il ne savait pas pourquoi. Les soldats allemands l'avaient trouvé nue, sans son costume en dehors du camp dans un mauvais état. Il lui avait parlé et comme il ne parlait pas allemand l'avait considéré comme un ennemi du régime. On l'avait habillé de redingotes puis on l'avait torturé. N'ayant rien à dire, on l'avait envoyé avec les autres. Eux, qui en voyant un aryen ont sentiment la hargne montée c'était vengé sur lui, se disant que de toute façon, avant d'être un prisonnier comme eux, il avait de l’être un soldat comme les autres. Barry avait tenter de répliqué, mais ne parlais pas le polonais, il ne se fit pas comprendre. Les deux camps le détestaient, et il ne savait que faire.

Il avait tenté de trouver Jay du regard, mais ne savait pas. Il ne savait même pas, s'ils étaient dans la même époque. Ils ne savaient même pas où ils étaient. Si seulement quelqu'un parlait anglais, il pourrait au moins savoir où il était. Pour savoir quand... ça il le savait déjà.

Il ne pouvait plus qu'attendre. Attendre qu'Eboard se montre. Il finissait toujours par se dévoiler. Il finissait toujours par devoir venir narguer Barry. C'était là qu'il finissait par récolter ce dont il avait besoin, c'est là qu'il trouverait le moyen de repartir. Il avait besoin de la speedforce et du cosmique Treadmill et sans Eboard, il n'allait avoir ni un, ni l'autre...

Le commandant allemand gueula quelques choses et tout le monde se dirigea vers se qui semblait être un genre de dortoir. Barry se leva difficilement, puis suivit la foule vers un des dortoirs. En entant, il remarqua qu'il n'y avait rien. Seulement un toit. C'était un dortoir sans lit, sans rien. C'était plus une cage ou on laissait les animaux pour la nuit, car on pouvait moins bien les surveiller. Puis il entendit quelques choses.

Citation :
Le soleil devrait pas tarder à ce coucher ...

Quelqu'un parlait anglais. Quelqu'un pourrait le comprendre. Il n'arrivait pas à le distinguer dans cet endroit avec trop de monde et pas assez de place. Il décida donc de prendre un risque et de parler un peu. Il espérait que personne ne lui en voudrait... physiquement.

Il y a quelqu'un qui parle anglais, s'il vous plait, j'ai besoin d'aide. Je suis Américain. S'il vous plait, quelqu'un parle anglais?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité

MessagePosté le: Mer 22 Jan 2014 - 20:24
La connaissance du temps et son utilisation est une des nombreuses spécialités , si ce n'est la plus grande , du professeur Zoom.
Fort heureusement , il n'a pas été prit pour cible par certains agents temporels agissant au nom du bien ou autre héros lié de près ou de très loin à la Justice League ... surement parce que ses voyages n'ont aucun impact ni sur le passé ni sur le présent et ni sur le futur .
Malheureusement dans ce cas présent il se demandait comment ces entités allaient agir , T.A.R.T.A.R.U.S. qui profite des connaissances de la speedforce pour crée son générateur temporel , faire un bond dans le passé et modifier une partie de l'histoire . Peut-être que le peuple de ce monde était seul à pouvoir agir..enfin dans la mesure ou ils ne viennent pas chercher des noises , Thawne ne craignait rien .

A présent que la super-organisation contrôle la moitié ou presque du pays , que la légion d'OMAC ne cesse de croitre et que les héros sont une nouvelle fois en position de faiblesse... Thawne pouvait laisser libre court à son imagination pour tenter de dominer ses ennemis et en particuliers son rival de toujours : Flash.
Bien entendu il n'avait pas oublié son projet de Nanospeedster mais quand le monde a basculé de l'autre coté il savait que les speedsters et en l'occurence Barry Allen seraient les premiers à agir pour tenter de remonter le temps fissa et revenir au statu quo.

Mais au lieu d'agir au plus vite et d'intercepter les bolides avant tout acte il préféra attendre et se plonger dans le tunnel spatio-temporel , attendre et intercepter les bolides quand ils decideront d'utiliser le Cosmic Treadmill...tout était prévisible , c'était tout à fait naturel mais ils auraient aussi du voir que Reverse serait aussi de la partie , ce fut bien trop facile mais pour une fois le bolide d'or avait réussit son coup .
Perdu dans les flots du temps , Eboard Thawne courrait dans le temps et attendait que les bolides écarlates y entrent , cela fut facile de les voir car il fallait tout simplement se caler vers toutes les entrées temporelles en provenance de la Terre , au 21è siècle et qui auraient eu lieu après celle de Thawne. Lorsqu'il sentit leur présence , il se dissimula dans les flux temporelles pour masquer sa présence tout en gardant un œil , puis au dernier moment .. ce moment ou l'espoir est culminant , Reverse Flash rentra subitement dans le canal temporel que nos deux bolides avaient emprunter puis frappa le premier venu , soit Jay Garrick ; ce dernier emporta avec lui son compère et tout les deux sortir de ce canal pour rentrer ailleurs .
Bien entendu le coup était planifier , la période qui s'annonçait était connue .. quoi de bon pour le bolide inversée de voir son pire ennemi souffrir comme un animal dans une période ou l'humanité connut sa plus grande frayeur tant morale que physique ?

Le sort de nos bolides était connu , mais quel serait celui d'Eboard Thawne ? se greffer dans l'histoire n'est pas une mince affaire , et son obsession de voir ses ennemis souffrir l'obligeait de venir en personne...

--------------

1945 , Dachau , Allemagne.


Quelques part dans l'un des nombreux Kommando ( petits camps autonomes ) de Dachau , un véhicule militaire nazi se frayait un chemin parmi les routes tortueuses et mal goudronnées de Dachau , à l'intérieur un soldat assistant portant un carnet de note sur le siège passager à l'arrière , un soldat conducteur , un autre à ses cotés pour la garde et à l'arrière , aux cotés de l’assistant un officier.
Ces soldats étaient bien entendu tous membres de l'organisation de le Schutzstaffel ou encore connue comme " SS " .

Le véhicule s’arrêta alors près d'un camp , l'officier descendit calmement , suivit de près par son assistant.

- Ce baraquement contient plus de 600 prisonniers , nous envisageons de rentrer quelques corps supplémentaires dans la fosse commune de ce camps , bien qu'il soit assez bien remplis comme ça..nous ferons en sorte que les prisonniers recouvrent leurs confrères , cela va de soit.

L'officier ne dit rien , il avança lentement et regardait le camp avec un certain calme. Ses vetements , longs , faits de cuir et en noir l'enrobait . On ne voyait pas grand chose si ce n'est quelques aspects de son visage , le col de son manteau était relevé de sorte qu'on ne le voit pas trop , on ne pouvait le remarquer que de face .
L'officier avança alors lentement dans le camps et d'un geste de la main , dit aux soldats d'ouvrir les portes . Il y entra lentement , suivit par son assistant.

- Herr Oberführer , ne vous approchez pas de ces...

Un prisonnier , cadavérique tenta de s'approcher de l'assistant , surement pour lui demander de l'aider mais l'un des soldats de garde le frappa à coup de cross le plaquant au sol violemment...supposant en autre une mort rapide .

- ... eurk , dégueulasse , partons Oberführer nous n'avons rien affaire ici .

L'officier s’arrêta alors devant un petit baraquement , assez bien remplit, qui semblait être un dortoir .  Le soleil n'allait pas tarder à se coucher , aussi l'assistant tenta de faire presser les choses mais l'officier était impassible .. visiblement il voulait quelque chose , mais ne le trouva pas .
Il tenta d'avancer , un peu plus vite cette fois , vers les différents dortoirs ... puis il entendit une voix , une voix familière..non deux voix.

Il y rentra alors doucement , il remarqua alors trois personnes , deux proches qui discutaient tandis qu'une autre se trouvait ailleurs , tassé et caché par les centaines de personnes..Il semblait d'ailleurs que parmi les deux l'une s'était retourner pour voir ou se trouvait la troisième voix caché quelque part..

D'un geste il désigna l'un des deux , celui à la voix familière . L'un des soldats le prit alors de force et le releva puis l'adressa à l'officier. Ce dernier posa sa main sur son épaule :

" Désolé d'interrompre vos retrouvailles , mais... quelques travaux de nuits vous attendent , et je me ferais une joie de vous voir travailler d'arrache pied pour enterrer soigneusement les corps qui jonchent l'aller Monsieur..........Garrick. "

La main poser sur l'épaule du prisonnier le serra fortement et dans l'obscurité profonde qui s'engouffrait dans la pièce , les minces lamelles de lumières mettaient en relief une bague porter sur cette main , une bague fait d'or à l'insigne intéressante mais pour le moins intrigant qu'avait relevé l'assistant..une forme de foudre selon lui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 22 Jan 2014 - 22:50
1945, Dachau ... un camp de prisonniers.

L'ancien héros de la chasse allemande se retrouvait enfermé dans l'un de ces camps de la mort, que le régime nazi avait mis en place pour satisfaire la folie de son chef. Lui qui avait été comparé au Baron Rouge et fait la fierté de la Bavière, était devenu l'ennemi. Son statut, ne lui avait pas valut de considération de la part des gardes, bien au contraire. Par contre, il lui valait la colère des autres prisonniers. Von Hammer ne pouvait pas leur en vouloir, ils ne pouvaient rien faire contre leurs géoliers, alors ils reportaient leur haine sur lui. Par chance, pour l'ancien pilote, l'officier responsable du camp ne l'avait pas mis au milieu de ces derniers. Le régime ne pouvait se permettre que cet ancien héros meurent misérablement dans un camp, loin des yeux de la nation. Il devait servir d'exemple, conduit devant ses juges et y trouver la mort.

Comment, cet officier avait put se retrouver dans une telle situation. La réponse est bien simple, il ne pouvait accepter de continuer de se battre pour ce régime qu'il haïssait. Il avait eu connaissance de l’existence de ce camp et avait tenté de mener une opération à son encontre. Malheureusement pour lui, il avait été abattu et s'était écrasé non loin de Dachau. Il n'avait pas fallut longtemps à une patrouille allemande pour lui mettre la main dessus et le conduire dans ce camp. Il aurait put passer pour un pilote allié, mais son accent le trahissait, de plus l'officier commandant l'avait reconnut et n'avait pas hésité à faire part de  sa présence aux autres prisonniers. Le Baron n'avait pas caché son dégoût pour le régime nazi, ni la raison de sa présence dans la région de Dachau. Maintenant il attendait son extradition vers la capitale allemande afin d'y être jugé.

Cela faisait quelques jours que Von Hammer profitait de l'hospitalité des tortionnaires d'une nation. Il avait put constater les horreurs faites par le régime nazi et son dégoût n'avait fait que grandir. Savoir et voir était deux choses différentes et Von Hammer en faisait l'expérience. Mais l'officier commandant n'allait pas le laisser tranquille, il avait des projets pour lui. Après tout, si Von Hammer se sentait proche des victimes, l'officier allait lui faire un cadeau. Ce fut ce dernier qui vint annoncer la nouvelle à l'ancien pilote, la nuit précédente.


" Baron Von Hammer, j'ai le plaisir de vous annoncer que vous allez pouvoir sortir et vous rapprocher de ces ... prisonniers . "

Von Hammer pouvait sentir le dégoût qu'éprouvait cet officier envers ces hôtes. Mais il y avait aussi un reste de respect envers lui chez l'officier, même prisonnier, Von Hammer gardait son aura. Lui qui avait frôlait la mort plus d'une fois et vaincu tant d'adversaires.

" Nous devons maintenir une certaine hygiène et nous débarrasser des ordures qui jonchent le sol du camp. Vous aurez le loisir de vous dégourdir les membres en enterrant ces derniers. "

Von Hammer ne laissa échapper aucun mots, son regard restait fixe, ne cachant pas son dégoût pour l'officier et ce qu'il représentait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 23 Jan 2014 - 23:03
Jay reprit son souffle, la voix rauque, il sentait à quel point il était faible. Il releva péniblement la tête, et vit son corps alors squelettique, il semblait méconnaissable : on voyait l'essentiel de ses os, toute trace de musculature avait disparue. Il leva son bras rachitique, et se tapota sa tête, pour constater que sa chevelure avait disparue, comme par enchantement. Il toucha son visage, et remarqua les sillons qui s'étaient dessinés, avec des creux au niveaux des joues. Il ressemblait comme tout ces comparses, qui avait tant souffert de malnutrition. Jay finit par se relever péniblement, et tenta de s'assoir sur le lit. Il mit la tête dans ses mains, alors qu'il entendit une voix familière :

- Il y a quelqu'un qui parle anglais, s'il vous plait, j'ai besoin d'aide. Je suis Américain. S'il vous plait, quelqu'un parle anglais ?

Jay lâcha alors faiblement :

- Barry ?

Mais alors que notre héros semblait reprendre espoir, il sentit une main se poser sur son épaule. Il remarqua de suite cette main, ainsi qu'une voix bien plus que familière. Jay sentit la stupeur l'envahir, et tourna alors la tête faiblement pour ainsi découvrir ce mystérieux interlocuteur, dont la voix glaça le sang de note bon vieux speedster :

- Désolé d'interrompre vos retrouvailles , mais... quelques travaux de nuits vous attendent , et je me ferais une joie de vous voir travailler d'arrache pied pour enterrer soigneusement les corps qui jonchent l'aller Monsieur..........Garrick.

Il regarda alors son interlocuteur, et découvrit le visage d'Eboard Thrawne, simple à reconnaître, sachant qu'il ressemblait quasiment à Barry, sachant qu'hormis les cheveux, suite à une lubie, avait modifié son visage pour ressembler à son idole de toujours, Barry Allen, The Flash. Il remarqua le costume de ce dernier, celui d'un officier Allemand. Tout ceci avait l'air d'être une mauvaise blague. Jay et Barry prisonniers et leur pire ennemi geôlier. Il ne savait pas quoi faire, tout s'était enchaîne si vite. Et voilà maintenant qu'il se retrouvait dans l'un des pires endroits qu'il a pu existé dans toute l'histoire de l'humanité, un endroit où l'homme a poussé les pires expériences eugénistes qui ait pu exister. L'horreur poussée à son paroxysme. Jay sentit alors une forme de colère en lui, mais il se sentait impuissant. Il se résigna, et se leva, pour sortir dehors et accomplir la basse besogne qu'on lui demandait de faire. Il sortit, et il sentit un haut le coeur, en voyant le triste spectacle qui se dessinait devant lui. des corps jonchés sur le sol, des pauvres hommes et femmes morts de faim, ou victimes de violence des geôliers. Jay sentit alors un coup dans son dos : un des soldats le poussait, tendit qu'un autre lui tendait une pelle.

Avec Barry, il commencèrent à creuser un trou, histoire de donner une certaine décence à ces pauvres bougres. Il creusa encore et encore, alors que la nuit se dessinait peu à peu. Mais ils furent alors rejoint par un officier allemand, qui semblait être un prisonnier comme les autres. Historiquement, Jay savait que Dachau avait servi de camp pour emprisonner les opposants au régime nazi. Mais ils devaient se reprendre, et trouver un moyen de sortir d'ici, car Jay voulait tout sauf revivre ceci, car oui, il y avait encore plus inquiétant. Jay se souvint très bien de cette journée du 29 Avril 1945, car il avait été là. Il était arrivé quelque heures après le début des exécutions sommaires, et cherchait donc à éviter un paradoxe temporel. Il glissa alors à Barry :


- Il faut qu'on sorte d'ici au plus vite. Le pire reste à venir, mon grand.


-----------------------------------

Base Américaine, à 20km de là

Un des sergent s'avançait au loin, pour rejoindre son officier supérieur. Celui-ci scrutait l'horizon, tout en fumant un cigare. Le sergent s'approcha et lui lança :

- Mon colonel, nos renseignements nous ont indiqués qu'un camp de concentration se trouvait à 20km de là. Que faisons-nous ?

- Nous nous mettrons en route vers la fin de la nuit. J'espère que nous découvrirons pas un nouveau charnier Jackson. Je reçois des rapports décrivant ces camps, et je ne vous cache pas que je suis inquiet.

Il marqua une pause et remarqua alors une silhouette au loin, d'un individu jeune, vêtu d'un pantalon bleu, ainsi qu'un haut rouge. Sur sa tête se trouvait un casque avec des petites ailes. Il lui fit un salut avant de lui serrer la main :

- Vous voilà Flash, nous vous attendions !

Le speedster esquissa un sourire, le seul qu'il aurait en ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Ven 24 Jan 2014 - 13:08
Barry suivit. Il était étrangement un peu content. Étant donné qu'il n'arrivait pas à trouver la personne qui parlait anglais, on l'amenait à lui. Quand il le vue, il ne put s'empêcher d'être content. Il ne le montra pas, mais c'était un soulagement pour lui. Il reconnut Jay même si celui-ci avait changé. Son corps avait changé encore, comme s'il était là depuis des mois, un peu comme lui. C'était étrange, car normalement les changements temporels mettaient du temps à les intégrer à la nouvelle ligne du temps. Barry soupçonnait que c'était le fait d'être semi-coupé de la speedforce par le paratonnerre temporel qu'était Eboard.

D'ailleurs il avait finalement montré ses traits. Barry avait reconnu son accent du futur. De toute façon, sa voix était gravée dans sa mémoire. Eboard Thawne... son ennemie de toujours était responsable de ce qui se passait. Était-il responsable de tout? TARTARUS, les OMACs et maintenant ça? Était-ce un schéma complexe et déviant pour son amusement personnel. Barry allait le découvrir. Il allait attendre le bon moment, mais pour l'heure ce n’était pas le moment. Il ne craignait pas pour sa vie. Il savait qu'Eboard ne pouvait le tuer sans disparaître lui même, mais il s'inquiétait pour Jay. Car mourir maintenant n'empêcherait rien, Barry serait quand même devenu Flash.

Il sortit donc avec Jay et on leur envoya un compagnon supplémentaire. Convaincus qu'il ne parlait pas anglais, ils ne se cachèrent pas plus qu'il fallait pour parler. Ils faisaient simplement attention à se que les officiers nazis ne les entendirent pas.

Citation :
- Il faut qu'on sorte d'ici au plus vite. Le pire reste à venir, mon grand.

Barry travaillais machinalement essayant de ne pas voir se qu'il était en train de faire : On ne peut pas partir on doit retrouver le Cosmic Treadmill. Il ne peut pas être bien loin, si Eboard est ici, le tapis roulant cosmique est ici. Mais faudrait savoir où. Je n’ai pas envie de rester ici, si les alliés débarquent on remettra jamais la main sur la machine.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité

MessagePosté le: Ven 24 Jan 2014 - 17:14
Être un grand voyageur temporel ne signifie pas forcément qu'on est un puits de savoir sur l'histoire , et c'est bien la un tord que regrettera Zoom . En effet , il ne sait pas que des américains vont débarquer dans ce camp d'ici quelques heures et encore moins qu'un Jay Garrick de cette période était présent .. Mais voir son ami Barry souffrir était une source de plaisir qu'il ne pouvait se priver d'aucune façon .

Le soleil était couché , quelques lueurs orangée pouvaient se voir au loin mais ce n'était qu'une question de minutes avant que tout le ciel ne s'obscurcisse .

Eboard Thawne avait convié Jay à ramassé quelque corps avant que Barry ne le rejoigne , faire souffrir Barry était un plaisir , le faire souffrir en tentant de tuer un autre Flash était un luxe que Zoom n'avait pas l'habitude de faire .
Un troisième homme se vint greffer au duo , un allemand selon les dires .. mais Thawne ne s'en souciait guère , Il n'était pas près du groupe préférant regarder au loin plutot que d'etre en compagnie de quelques cadavres l'occasion peut-être pour les Flashs de discuter ... mais pour aller ou ?
" Arrêtez de discuter , creusez.. et quand vous aurez finit je veux une tombe pour notre ami Garrick . "

- Oberführer , pourquoi tuer cet homme ? Il mourra d'ici quelques jours .

" Il s'avère que je connais ces hommes , l'un d'eux paiera pour l'autre... mais pas de tir... je veux le battre au bâton jusqu'à que tout son sang sorte de son corps...hiéhéhé.  "

Thawne commença à rire , au point de gêner son secrétaire mais aussi de réveillé ceux aux alentours , dans la folie il prit une des pelles et s'avança à grand pas du trio de prisonnier . Ne se souciant de l'allemand il poussa brutalement Barry par terre et donna un grand coup de pelle à l'arrière du genou faisant plier en deux Jay .

" Niéhé , Jay tu es tout fragile .. que t'ar.."
Eboard frappa alors d'un coup le visage de Jay , le propulsant à l'arrière.
"..rives.."
Puis , avec le bois de la pelle , Thawne le lui enfonça dans l'abdomen , devenu creux .
"..-t-il "
Il le finit alors un le frappant du visage avec ses bottes , de sorte à lui faire sortir le sang qui s'était accumulé dans sa bouche .
"..mon cher Flash ? HEIN ?!"

Frapper Jay avec une telle violence était tellement jouissif , encore plus quand Barry ne pouvait que les regarder sans pouvoir agir..

"Alors Barry , on est trop faible hein ? Et toi le traitre tu fais quoi à me regarder ?! Allez prend ta pelle et creuse une tombe pour lui. " dit-il en désignant Jay

- M..mais il est toujours vivant , vous ne voulez quand même pas le..

Eboard le regarda alors et à travers son visage froid et maléfique , l'assistant se tu ne voulant surtout pas être traité de la même sorte.
Thawne s'en alla , ne savant pas que d'ici quelques heures , les américains débarqueront .. il a eu son lot de plaisir en tabassant froidement Jay Garrick , il se fichait de le tuer ou pas mais l'enterrer vivant était encore plus cruel qu'une mort classique . L'assistant était toujours près des prisonniers , avec lui deux soldats à moitié réveiller vu l'heure .
Thawne décida donc de prendre une petite sieste dans ses quartiers et de revenir dans quelques heures...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 27 Jan 2014 - 21:50
Von Hammer rejoignit deux autres prisonniers, des américains semble-t-il. Un officier nazi était présent, accompagné par un aide de camps, ainsi que deux gardes à peine réveillés. Il fallait reconnaître que ce n'était pas une heure pour les travaux, normalement à cette heure tout le monde dormait. Le comportement de l'officier, rappelait au baron ce pourquoi il détestait les nazis. Mais en dehors d'un comportement abjecte, l'officier semblait avoir une dent envers les deux américains, on pouvait même dire qu'il semblait les haïr. Celui que l'on avait appelé Ace Ennemy pris la pelle sans véritable volonté, on pouvait lire sa haine envers l'officier. Lorsqu'il entendit le projet que réservait l'officier à l'homme qu'il venait de battre, Von Hammer ne put que relâcher la pelle. L'officier allemand quitta le petit groupe, laissant les trois prisonniers, avec son aide de camp et les deux gardes.

Von Hammer alla rejoindre les deux autres prisonniers, lançant un regard vers le plus amoché des deux. Ce dernier avait sacrément dégusté, serait il en état pour creuser. Le baron n'était pas du genre à se mêler des affaires des autres, mais la curiosité et le fait de pouvoir parler à quelqu'un fut plus fort.


" Comment se fait il, que cet officier vous tienne tant de haine ? "

Von Hammer, ne pouvait cacher le mépris qu'il éprouvait pour ce dernier et ceci pouvait s'entendre dans le ton de sa voix. Mais tout en disant ces mots, le chasseur et stratège qu'il était, lui firent prendre conscience qu'il avait là une occasion à saisir. Pour la première fois, Von Hammer avait une opportunité, celle-ci lui était offerte par la suffisance de l'officier et de l'aveuglement que sa haine avait fait naître en lui. S'il était vrai qu'il ne pouvait pas compter sur l'homme que ce dernier avait appelé Flash, il pouvait peut être compter sur l'autre américain. Les trois prisonniers étaient armés, de pelles soit, mais les deux gardes n'étaient pas très réveillés, quand au secrétaire, il n'était pas du genre à leur poser le moindre problème. En agissant rapidement, ils pourraient neutraliser ces derniers et s'évader.

" Officier, puis je aider l'américain, on va avoir besoin de son aide pour creuser le charnier demandé. "

Après que l'aide de camp, lui ai signifié son accord, Von Hammer alla s'agenouiller aux côtés des deux américains.

" Dans quel état est votre ami ? Peut il tenir debout, peut il se servir de la pelle, on aura besoin de lui pour prendre le dessus sur ses trois là. "

Von Hammer, avait dit cela à voix basse, mais son esprit tournait à vive allure, quelque chose lui avait échappé et il n'arrivait pas à mettre la main dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 29 Jan 2014 - 19:00
Les choses semblaient s'empirer au fur et à mesure que nos héros croupissaient dans ce camp. L'arrivée d'Eobard n'a fait qu'envenimer la situation, surtout que ce dernier, jouissant de son statut exceptionnel, pour le moins c'est ce que l'on pouvait dire, il en avait profité pour passer à tabac Jay, de façon ultra-violente si on pouvait le dire. Il laissa Jay quasiment inconscient sur un talus, alors que Barry et l'officier Allemand allait devoir creuser sa propre tombe. Jay jurait intérieurement :

* Attend de voir ce qui va arriver, sale merdeux ...*

Il crachait du sang, cherchant à en évacuer le trop-plein de sa bouche. Une gerbe de sang apparu alors sur le sol, mêlant la boue, et les cadavres qui étaient autour de lui. Jay n'arrivait pas à parler, juste à sortir des sons gutturaux, ainsi que des quintes de toux. La pelle l'avait quelque peu esquinté, alors qu'il souffrait déjà de mal nutrition. Il jeta un oeil désespéré à Barry, tout en crachant et toussant :

- Koff koff ...

Mais ce fut alors que l'officier mystérieux, se mit à parler la même langue que Barry et Jay. L'Allemand semblait bien déterminé à faire bouger les choses, au vu de son regard qu'il avait lancé à Eobard, il savait que le prisonnier allait retrousser les manches, et essayer de sortir de ce trou à rat. En soi, le fait que le prisonnier parle leur langue n'était pas si étonnant que ça, car bon nombre d'officiers allemands de la guerre était bi ou tri-lingues, afin qu'ils puissent mieux s'insérer dans les territoires qu'ils avaient annexés. Il lança alors au gardien :

" Officier, puis je aider l'américain, on va avoir besoin de son aide pour creuser le charnier demandé. "

En voyant le signe d'approbation, le prisonnier se leva et se rapprocha de Jay. Il regarda les diverses contusions du héros, alors que Barry semblait le rejoindre. Il ne fallut pas longtemps avant qu'une conversation s'établisse :

" Dans quel état est votre ami ? Peut il tenir debout, peut il se servir de la pelle, on aura besoin de lui pour prendre le dessus sur ses trois là. "

Barry regarda Jay de plus près, pour voir que les contusions de ce dernier allait l'handicaper pour les prochaines heures, mais il avait toujours ces deux jambes, et ses deux poings, chose utile pour la suite bien entendu. Jay tentait de reprendre son souffle, et d'essayer de parler. Il balbutia quelques mots, qui sortirent à peine de sa bouche, Barry dût s'accroupir pour l'entendre :

- Aidez moi ... a me relever ... s'il vous plaît...

On sentait toute la faiblesse de Jay, comme si il était devenu à nouveau un vieillard. Il se releva péniblement, appuyé par les deux camarades qui le soutenait. Tremblotant, il ramassa une pelle, et se laissa glisser vers le fond du trou. Le geôlier ne put s'empêcher de rire en voyant la détresse de Jay. Le geôlier s'approcha du groupe, et leur lança :

- Plus vite ! Ou je vous descends moi même !

Jay frappait péniblement le sol pour en extraire quelques bouts de terre, avant de les lancer sur le talus qui se trouvait à sa droite. Au fur et à mesure que le trou s'agrandissait, Jay reprenait peu à peu de forces, jusqu'à qu'il en ait suffisamment pour chuchoter à ses deux comparses :

- Je vais simuler un malaise, lorsque le garde s'approchera, jeter lui de la terre dans les yeux et assommer le. Il faut faire cela sans aucun bruit, sinon, les deux dormeurs se réveilleront. Entendu ?

Le plan désormais en place, Jay reprit son rôle, et se mit à mimer une sorte de fatigue, chose pour le moins étonnante alors que ce dernier pouvait à peine tenir sur ses jambes. Il fit mine de tituber, avant de s'effondrer, face contre terre. Dans quelques temps, le soldat devrait s'approcher ...


------------------
Base Américaine, à 20km de là.

Il faisait nuit noire à présent, et plus personne pouvait prétendre quoi voir. Le Colonel avait depuis bien longtemps quitté son poste d'observation pour rejoindre sa tente, où il rédigeait ses rapports pour l'Etat-major. Il venait de faire la connaissance de cet héros populaire, Jay Garrick, le Flash comme on l'appelait. Il faisait parti de cette société de justice, qui s'est développée depuis peu sur le territoire américain. Le président Roosevelt, malgré sa maladie avancée, avait trouvé bon pour le moral des hommes d'envoyer les héros combattre, et ainsi achever la bête nazie. Le Colonel, quand à lui, s'en moquait éperdument, sachant que son avis comptait peu.

Jay Garrick, quand à lui, se reposait dans sa tente, ou du moins essayait. Pas moyen de trouver le sommeil, car beaucoup de question lui embrumait l'esprit : qu'allais-t-il découvrir là bas ? Un charnier ? Serais-t-il maître de ses moyens ? Beaucoup de questions qui ne pourraient se résoudre uniquement lorsque le héros aura franchi les portails de Dachau. Mais pour l'heure, il devait retrouver du réconfort pour pouvoir au moins dormir quelques heures. Il sortit alors une photo de son épouse, Joan Williams. Ils étaient mariés depuis peu, mais ils semblaient déjà prêts à vivre ensemble à jamais. Il embrassa la photo avant d'éteindre la lumière, et de sombrer dans les bras de Morphée ...
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Jeu 30 Jan 2014 - 0:05
Barry avait la pelle dans les mains. Il y avait une chose qui était plus que claire. Il était le seul parmi tous les hommes, ici qui ne risquait pas de mourir. Tous les autres avaient sur la tête une date, mais lui c'était certains qu'il en sortirait vivant, probablement très amoché, mais vivant. Si Eboard se débarrassait de lui, l'histoire changerait et il ne serait pas Reverse Flash et il serait un perdant de son siècle avec une carrière décevante. Il devait prendre les risques pour les autres. C'est pourquoi lorsque Jay mima son malaise et que le garde vint pour lui mettre une balle afin d'être certain qu'il ne se lève pas Barry prit la pelle et frappa. Il se retourna rapidement et lança sa pelle dans le visage de l'autre qui tomba sous l'impact. D'une vitesse... non surhumain, mais impressionnant, il s'empara de l'arme du soldat et mit l'allemand en joue.

Ace Ennemy, maintenant on est dans le même bateau. Dit lui de jeter son arme et assommez le.

Barry n'était pas des plus a l'aise avec une arme dans les mains, mais dans le cas présent ça irait. Pour être honnête il n'était même pas certain d'être capable de l'utiliser, et ce autant au niveau mécanique que morale. Tué un homme, même si c'est un Nazi, ce n’était pas son genre, le seul qu'il avait tué était Eboard et par la même occasion il avait créé le monstre qui allait tenter de détruire sa vie.

Jay relève toi, prend une arme. Eboard ne me tuera pas, s'il le fait, il meurt. On doit utiliser ça à notre avantage.

C'était peut-être lancer un peu hors contexte, surtout pour Ace Ennemy, mais ils étaient encore une fois beaucoup trop à découvert il devait faire vite. Il devait partir d'ici, mais pas fuir vers l'extérieur. Il devait trouver le cosmic Treadmill, sans même savoir s'il pourrait l'utiliser, car de toute évidence, leur accès à la speedforce était siphonné. Pendant que Jay prit l'arme et se rapprocha.

On a besoin d'Eboard pour utiliser le Cosmic Treadmill...

La constatation était des plus funestes. Comment convaincre Eboard Thawne, le Reverse Flash, l'homme qui les détestait et rêvait de les voir mourir de les aider. Il se retourna vers Ace Ennemy qui venait d'être mêlé à tout ça et probablement sans vraiment comprendre.

Tu voulais savoir pourquoi ils nous détestent? Nous sommes de l'armée américaine et les alliés s'apprêtent à raser cette base et tout le monde y comprit. Le lieutenant nazi que tu as vu, il veut nous faire cracher l'information sur une arme qu'il nous a confisquée. On a besoin des codes qu'il m'a confisqué et qu'il a mémorisés avant que j'aie pu les voir, mais également de notre arme, qui se trouve, on ne sait, ou dans la base. Donc deux questions, tu étais officier allemand. Ou est-ce qu'on peut trouver l'officier et/ou est-ce que selon toi, on aurait la meilleure chance de trouver quelques choses d'ultra important et potentiellement très dangereux dans ce bâtiment.

Tout se déroulerait en deux temps. Si Ace ennemy savait ou trouver ou était Eboard et le Cosmic Treadmill ça serait déjà ça. Entre temps, Barry et Jay devaient trouver un moyen de faire coopérer Eboard. La speedforce ne répondait plus, Reverse Flash devait arrêter de la bloquer, ou ils mourraient tous ici, y compris Eboard.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité

MessagePosté le: Jeu 30 Jan 2014 - 17:17
Les quartiers d'Eboard étaient rudimentaires mais plus confortables que ceux des autres lieutenants .
Il avait réussit avec une facilité qui lui est propre à se greffer à cette histoire , contrairement à Barry et à Jay il avait l'avantage d’être l'instigateur de ce bond temporel et avait donc pu prévoir son coup et donc à fortiori devenir un grand lieutenant nazi .. c'était une modification de l'histoire , un ajout si l'on puis dire..un ajout passager .
Il avait du sortir du camp ou se trouvaient les deux bolides et le traitre allemand pour aller vers un espace assez bien protéger , un lieu à l'intersection de plusieurs camps , un lieu ou se dresse une caserne de soldats , un bâtiment administratif , un bâtiment pour loger les officiers et un petit espace à part ou se trouvaient des petites maisons de 2 étages pour les officiers et lieutenants qui résidaient dans ce camps ou qui étaient de passages ; dans l'un de ces bâtiments Zoom en avait privatisé un .

Pensant que Jay est mort en ce moment il se demandait toujours comment faire pour détruire psychiquement Barry , il lui était impossible de le tuer et bien que le tabasser comme Jay était une envie qu'il avait tendance à appliquer , sans la speedforce il craignait de donner le coup de trop et de le tuer et par la même occasion de s'effacer de l'histoire . C'était l'unique raison qui protégea Allen lorsque Thawne s'en était prit à Jay Garrick .
Dans ses quartiers , enlevant son long manteau , son arme de poing et son chapeau ; Reverse s'assied sur son lit .

Il savait qu'il ne pourrait laisser Barry seul , sans la speedforce il n'est qu'un humain ... il serait très regrettable qu'il souffre de quoi que ce soit et c'est d'ailleurs pour ça que Zoom est ici . Envoyé un Jay ou un Kid Flash dans l'enfer n'était pas un problème , mais envoyé Barry Allen l'était . C'est pour ça qu'il n'avait jamais vraiment utilisé ce stratagème pour faire souffrir son idole d'un temps .

" Tu as de la chance Barry...quoiqu'il se passe , quoiqu'il arrive , tu finira par retourner dans le présent .... T'envoyer dans ce passé n'est pas une solution mais un problème . Garrick payera pour toi , c'est une maigre consolation mais ça fera toujours un bolide en moins ." dit-il en regardant dans le coin de la pièce .

Thawne se leva et s'approcha de cet espace puis posa sa main sur l'objet qui prenait une grande place .
" Je sais que le Cosmic est ton seul espoir . Auras-tu le courage de venir jusqu'ici et me l'arracher des mains? "

Eboard s'avança alors près de sa fenêtre , regardant les petites tours d'observations , les lampes allumés partout autour du périmètre et les nombreux soldats qui patrouillaient et qui se relayaient . Il savait pertinemment que Barry viendrait tôt ou tard , pourquoi venir se frotter à lui alors qu'il suffit d'attendre sagement que son ennemi vienne ? Une fois le face à face , Thawne avisera mais pendant ce temps il préfère se relaxer et s'endormir confortablement .
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 1 Fév 2014 - 14:40
Von Hammer fut soulagé de constater que l'homme sur lequel s'était déchaîné l'officier nazi, était en état de bouger. Bien sur il n'allait pas pouvoir compter sur lui tout de suite pour mettre en action son plan. Mais l'autre américain semblait plus que volontaire et prêt à agir. Von Hammer n'eut pas à attendre longtemps pou que l'action ait lieu et on peut dire qu'il fut plus qu’impressionné par ce dernier. L'américain venait d'éliminer les deux gardes dans un même mouvement, preuve qu'il n'était pas un prisonnier ordinaire. Puis courant plus vite qu'aucun homme, même plus vite que le meilleur sprinteur allemand, récupéra l'arme d'un des gardes et mis en joue l'aide de camp.

Von Hammer ne remarqua pas tout der suite, que l'américain venait de l'appeler par le surnom que ses adversaires lui avaient donné, mais peut être que son nom avait couru parmi les prisonniers. Il s’exécuta désarmant l'aide de camp, avant de l’assommer. Puis il écouta les explications que lui donnait le sprinteur, non sans froncer les sourcils. Ainsi les forces alliées allaient lancer une attaque sur ce camp et les deux américains devaient récupérer une arme secrète. Il lui demanda aussi son aide pour cette partie de son plan. Von Hammer savait qu'ils n'avaient pas beaucoup de temp et qu'ils devaient agir rapidement. Prenant le pistolet de l'intendant, le pilote se mis à déshabiller les gardes et l'officier.


" Choisissez votre uniforme, les gardes ne ferons pas attention à nous et nous pourrons nous rendre là où il doit garder ce que vous cherchez. "

Sans dire un mot de plus Von Hammer enfila rapidement l'uniforme de l'aide de camp, le seul à sa taille. Tout en se costumant, l'ancien officier de l'armée de l'air allemand, expliqua son raisonnement.

" Sous ces costumes nous pourront nous approcher du quartier des officiers. L’officier Nazi doit se trouver dans le quartier réservé aux invités de marque, de plus si cette arme est si importante il doit la garder près de lui. "

Une fois l'uniforme mis, Von Hammer regarda les deux américains et principalement le dénommé Jay.

" Nous dirons que vous avez tenté de défendre votre ami, au cas ou on nous arrêterait, en tout cas vous me laisserez parler si cela arrivait. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 7 Fév 2014 - 22:56
HRP : Désolé du retard, j'ai eu pas mal de boulot cette semaine ...

Les choses s'étaient déroulées plutôt comme prévu, la tactique établie par Jay avait porté ses fruits : le soldat allemand s'était rapproché de lui, et l'avait mit en joue afin d'achever notre héros. Mais Barry, grâce à des restes de super-vitesse, pu le saisir et le vainquit. Il assomma le gardien et mit en joue le deuxième, qui rejoignit son comparse, qui s'écroula plus tard. Chacun s'occupa alors de se déguiser afin de tromper leur ennemi. Mais très vite, ils déjantèrent, car Barry tira la conclusion suivante :

On a besoin d'Eboard pour utiliser le Cosmic Treadmill...

C'était clair, car Eboard devait détenir une partie de la force véloce, et empêcher alors nos héros de repartir. Il fallait donc convaincre ce bourreau qu'on allait avoir besoin de lui pour repartir, car on ne pourrait pas le forcer à courir ... Ou alors, peut-être allait-t-il être obligés de tuer le super-vilain, mais Jay, malgré son état, n'avait pas pensé à cette possibilité, malgré l'état dans lequel il se trouvait. Il ne voulait surtout pas devenir comme lui. Jay finit par se retourner vers le prisonnier allemand, qui allait devenir leur allié providentiel.

Tu voulais savoir pourquoi ils nous détestent? Nous sommes de l'armée américaine et les alliés s'apprêtent à raser cette base et tout le monde y comprit. Le lieutenant nazi que tu as vu, il veut nous faire cracher l'information sur une arme qu'il nous a confisquée. On a besoin des codes qu'il m'a confisqué et qu'il a mémorisés avant que j'aie pu les voir, mais également de notre arme, qui se trouve, on ne sait, ou dans la base. Donc deux questions, tu étais officier allemand. Ou est-ce qu'on peut trouver l'officier et/ou est-ce que selon toi, on aurait la meilleure chance de trouver quelques choses d'ultra important et potentiellement très dangereux dans ce bâtiment.

Jay fit un signe de tête pour convaincre l'officier, et continua à s'habiller. L'officier se mit alors à parler l'anglais, chose qui n'était pas étonnante pour un officier de son rang, qui était souvent bilingue, voire trilingue. Il leur annonça qu'il pourrait s'approcher du quartier des officiers, et donc, de Eboard, et donc du Cosmic Treadmill, leur unique porte de sortie.

" Nous dirons que vous avez tenté de défendre votre ami, au cas ou on nous arrêterait, en tout cas vous me laisserez parler si cela arrivait. "

Effectivement, la barrière de la langue allait être un problème pour notre petite troupe, car Jay ne connaissait que quelques notions d'allemand, appris pendant cette guerre justement, mais ce n'est pas ça qui allait le sauver si on lui tenait une conversation, quant à Barry, Jay ignorait son niveau en cette langue étrangère, s'il avait étudié cette dernière ou non. Jay finit donc par répondre :

- Très bien, nous te faisons confiance, après tout, si tu es enfermé avec nous ici, cela fait de nous des alliés non ?

Il afficha un petit sourire, et ceux malgré les coupures et autres bleus qui parsemaient son corps. Jay empoigna alors l'arme, et tenta de la soulever du mieux qu'il pouvait. Il n'appréciait pas trop avoir ce type d'arme sur lui, mais il fallait qu'il colle à son nouveau rôle, et à son nouveau costume.

La petite troupe se mit alors à avancer, croisant plusieurs autres patrouilles, qui leur adressèrent des signes de respect militaire, que Jay répondit avec dégoût. Ils finirent par arriver non loin du baraquement d'officier. Ils rentrèrent à l'intérieur, avant de s'installer tous ensemble dans une table du mess. La grande salle à manger était brouillante, comme si on attendait le plat d'entrée ou le dessert, Jay n'en avait aucune idée, mais l'idée d'avoir peut-être un repas chaud et gratuit lui pourrait lui redonner des forces.

Il s'adressa alors à Ace, qui était face à lui :


- Que faisons-nous maintenant mon ami ?

D'une voix très basse, Jay avait réussit à glisser la phrase à son camarade, qui lui répondrait bien assez tôt ...
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Sam 8 Fév 2014 - 15:41
Pendant que Barry se changea, il écouta le plan de Ace. Ils étaient chanceux de l'avoir avec eux, car les deux Américains auraient eu du mal à passer inaperçus dans le campement. Certes Barry et Jay faisaient très "aryens" mais ne pas parler la langue était plus que problématique. Barry frappa au visage les officiers afin de les rendre inconscient puis tira deux coups de fusil dans les airs. Il se retourna vers Jay et Ace qui le regardait suite à ce mouvement.

Voilà, vous êtes morts.

Les bruits de balles étaient quelques choses de communs dans un camp et Barry se doutait bien que Eboard essaierait d'entendre ses balles. Celle qui signifiait que le traître allemand et Jay allaient être tués. S'ils ne les avaient pas entendus, les soupçons auraient pu peser. Maintenant ils étaient clairs. Barry voyageait officiellement avec deux fantômes.

Ensuite il suivit le plan d’Ace sans poser de question. Ce type était particulièrement utile et brillant. Barry était content d'avoir tombé dessus. C'était un As. Il regarda Jay en lui faisant un geste signifiant qu'ils étaient sommes toutes bien tombé. Il se ravisa soudainement alors qu'ils venaient d'entrer dans une cafétéria remplie de soldats allemands. Là il se mit à douter. Ils étaient vraiment pris dans un mauvais pied. Certes ils étaient habillés en allemand, mais s'ils devaient engager la conversation ou passer inaperçus c'était plus que difficile.

Barry n'entendit pas la phrase de Jay à Ace preuve que celui-ci avait vraiment fait attention. Il se mit à imiter tous les mouvements d'Ace. Alors que Jay et Ace avaient connu cette période, lui en avait seulement entendu parler dans les livres. Il ne savait donc pas vraiment comment se comporter et espérait que ça ne paraîtrait pas trop dans ses mouvements ou son langage corporel.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité

MessagePosté le: Dim 9 Fév 2014 - 11:52
Thawne était allongé sur son lit moelleux , les deux bras derrières sa tête regardant le plafond ; les yeux à moitié ouvert.
Il avait fait une petite sieste mais ne pouvait s'endormir vu qu'il n’arrêtait pas de penser à Barry. Il se demandait aussi si l'autre bolide était bel et bien mort ; étant donné qu'ils n'ont plus sous speedforce il était difficile pour Eboard de ressentir leur présence . En effet contrairement aux bolides écarlates , Thawne a l'habitude de voyager dans le temps , et par dessus tout il arrive à garder sa Négaspeedforce quoiqu'il arrive se fessant il a un avantage déterminant face aux deux autres ; mais l'utiliser serait compromettant vis à vis des soldats nazis , on pourrait le comparer à un sorcier ou juste émettre des doutes ; il faut dire qu'il n'en faut pas plus pour ces soldats pour finir en prison ...enfin dans un camp plutôt . C'est pourquoi il pensait ne l'utiliser que pour retourner dans le présent , au vu de son rang il n'aurait aucun mal à substituer sa puissance contre quelques centaines de soldats prêt à lui obéir .

Soudain il entendit deux coups de feu bien distinct .

" Les coups proviennent du camp des bolides , mais pourquoi deux ? J'avais pourtant bien ordonné aux soldats d'enterré vivant Garrick ; auraient-ils désobéit? Et le deuxième coup ? Une bagarre? Ou tout simplement avoir tuer le traitre après avoir enterré le bolide ? Possible .. Et Barry ?! Serait-il blessé????!!! "

Thawne sursauta de son lit , les mains tremblotantes et les yeux gorgés de Négaspeedforce , il s'était prit dans un état de transe et devait ôter tout les doutes .
Il prit alors le téléphone et appela le standard :

" Allo , envoyez des pisteurs dans le camp n°035 , deux prisonniers et un traitre allemand sont censé travailler ; voyez si ils y sont toujours . "

Il raccrocha net , se fichant complétement de la réponse de son interlocuteur . La situation semblait lui échapper alors qu'au fond il n'avait tout simplement que des doutes .
Ruminant dans sa chambre , il attendit plusieurs dizaines de minutes avant  de recevoir un appel

" Her Oberführer , nous avons envoyé une troupe de soldats pisteurs accompagné de chiens et il se trouve que vos prisonniers ne sont plus présent .. en revanche certains soldats sont salement amoché , l'un d'eux serait mort en ayant prit un mauvais coup ou alors inconscient.. mais dans tout les cas il y a évasion. Doit on donner l'alerte? "


" NEIN ! , cette affaire doit rester privé.. prenez vos chiens et partez à leur recherches , je sais qu'ils sont toujours dans l'enceinte , ils ne partiront pas d'ici avant d'avoir retrouver un bien inestimable. "

Thawne raccrocha fermement à nouveau , l'heure n'était plus à la relax et à la sieste . Garrick n'était pas mort , et le trio semblait s’être perdu dans la nature , du moins en apparence . Selon les pisteurs certains uniformes auraient été dérobé sur les soldats assommé de quoi faciliter légèrement la traque . L'attente semblait trop importante pour Thawne , tremblotant de partout il ne pouvait se permettre de ne rien faire mais il devait rester pour garder un œil sur le Cosmic ... il espérait surtout retrouver ce Garrick , et le tuer de ses mains une fois pour toute devant les yeux de son ami Barry  , à ce moment là il pourrait de nouveau respirer .
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 11 Fév 2014 - 21:37
Les deux américains enfilèrent les uniformes des gardes, puis prirent leurs armes. Ace Ennemy, doutait de la réponse qu'on lui avait fait. Non pas qu'il remettait en cause l'attaque possible des forces américaines ou le vol d'une arme secrète. Non, ce qui poussait l'ancien héros de guerre allemand à se questionner sur ses deux alliés, c'était le lien qui les unissait à l'étrange officier nazi. Il y a avait de la haine entres eux, une haine qu'il n'avait pas vu, si ce n'est chez le mégalomane qui avait conduit l'Allemagne sur la route de la honte. Mais cette haine était différente, plus personnelle, on ne désire pas entérer un homme vivant et faire subir cela, à un simple ennemi. Von Hammer préféra mettre tout cela de côté, surtout lorsque Barry ouvrit le feu. L'idée n'avait pas semblé mauvaise, mais maintenant le baron avait un doute.

Le trio qu'ils formaient quitta la zone qui aurait dut voir la mort de l'un d'entre eux et pénétra réellement dans la partie réservée aux gardes. Pour le moment il suivait plus ou moins le mouvement, ce ne fut que lorsqu'ils arrivèrent dans la salle du mess, qu'il s'inquiéta quelque peu. Si dans l'obscurité du camp, ils pouvaient faire illusion, ici cela risquait de devenir plus ardue. Par chance, les soldats présent ne firent pas attention à eux. Von Hammer dirigea ses compagnons dans une des files présentes, entendant la question. Une fois de plus la chance, vint à leur aide, ceux qui servaient le repas étaient des prisonniers et ils étaient habitués à regarder quiconque. Le Baron ne prit pas grand chose, mais il savait que ses camarades avaient besoin de reprendre des force. Il guida les deux américains, vers une table désertée, lorsqu'un sergent vint vers eux pour prendre place non loin d'eux, Von Hammer l'ignora. Ce dernier ne fit pas cas du comportement de l'allemand et alla prendre une place, laissant le trio tranquille.


" Mangez vite, je crains que notre stratagème ne dure pas longtemps. Je vais vous conduire auprès de celui que vous recherchez et vous aiderez, savez vous quand l'attaque aura lieu, celle-ci pourrait nous poser plus de problème. Les protocoles de sécurités, vous obligerez à rejoindre la ligne de défense, aucun soldat ne restera en arrière, sous peine de subir la colère du commandant. "

Parler anglais n'était pas très malin, mais il ne savait pas si ses amis comprenaient suffisamment l'allemand pour comprendre ses explications.

" Ce que vous cherchez, se trouve dans la parties Est du camp, les baraquements sont facilement reconnaissables. L'officier que vous recherchez est d'une certaine importance et devrait bénéficier d'un logement personnel, finissez votre repas, nous ne pouvons prendre le risque de rester ici plus longtemps. "

Comment Von Hammer aurait put imaginer, qu'au même moment un groupe de limier avait rejoint les gardes qu'ils avaient neutralisé et que la traque allait commencer. Von Hammer guida les deux américains, non sans remarquer le regard que leur lançait le sergent. Etait ce dernier qui avait poussé, Von Hammer à bouger, quoi qu'il en était il devait faire attention à ce dernier, surtout lorsqu'il se leva et sembla les suivre. Pour le moment, ils ne pouvaient rien faire, Von Hammer devait attendre le bon moment pour agir, il ne devait pas montrer le moindre signe de stress ou d'énervement. Il ne savait pas si ses compagnons avaient remarqué le mouvement du sergent. Alors qu'ils s'éloignaient du mess et que la présence militaire se fit moindre, Von Hammer décida de faire face à celui qui les suivait.

" Was kann ich für Sie tun, Sergeant ? "

" Sie sind Ennemy Ace, wusste ich. "

Avant que le sergent ne puisse parler plus, Von Hammer lui décocha un direct au foi, suivit d'un uppercut à la mâchoire, qui envoya le soldat au sol.

" Il m'avait reconnut, on ne peut pas prendre ce risque, continuez, je vous rattraperais. Suivez ses panneaux et restez dans l'ombre. Normalement, vous ne devriez pas croiser de gardes, il n'y a pas de prisonniers dans cette partie du camp. Je vais me débarrasser de lui, je sais où le cacher, quand à vous allez aussi vite que vous le pouvez, je crains que vos coups de feu, n'ai surpris votre ennemi, il voulait que vous regardiez votre ami être enterrée vivant, quand à moi je devais être jugé sur la place publique pour haute trahison et servir à la propagande de ce fou. "

Sur ce, Von Hammer indiqua une nouvelle fois, les panneaux qu'ils devaient suivre, avant de porter le corps inconscient du sergent là où on ne le trouvera pas tout de suite. Bien-sur il ne leur dit pas le sort qu'il réservait à ce soldat nazi et à son uniforme. Porter celui de l'aide de camp, risquait d'attirer l'attention, après tout il n'y avait pas autant de que cela d'officier nazi de son grade et tous étaient connus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 15 Fév 2014 - 17:12
Profiter d'un repas chaud, voila ce que Jay voulait. Il semblait épuisé, dépassé par les évènements. Jay vit alors la file d'attente, et se glissa alors avec ses amis dans la file pour espérer recevoir un repas. Jay vit alors que des prisonniers servaient les repas, et donc par chance, ces derniers, habitués à servir de façon automatique les plats, et les donner sans lever les yeux, de peur d'affronter la colère de plusieurs soldats allemands, ivres de violences.

Jay vit alors une assiette avec une saucisse et de la purée, lui donnant une envie affolante. Il essayait de lutter contre cette faim qui le dévorait. Il attrapa l'assiette, et se rendit avec la petite troupe vers une table, et se mit alors à déguster. Au moins, son estomac serait remplit, et il pourrait retrouver des forces. Jay se jeta alors bestialement sur son assiette, engloutissant son contenu en deux temps trois mouvements. Il regarda à droite et à gauche, remarquant que le mess était bondés de soldats. Il ne fallait sûrement pas qu'il se fasse remarquer, sinon, c'était la mise à mort directe.

Jay releva alors brutalement la tête lorsqu'il entendit une sonnerie stridente à travers le mess. Automatiquement, les autres soldats se mirent en branle, les plus gradés poussant des hurlements servant d'ordres, les plus jeunes attrapant leurs armes en tremblant. Tout ceci ressemblait à une pièce, où malheureusement, Jay, Barry, et Ace avaient les rôles des grands méchants. Ace eut les bons réflexes, et fit savoir à nos amis qu'il ne valait mieux pas traîner dans les environs, Jay approuva avant de répondre en chuchotant :


- Filons oui, cette alarme reste tout de même une providence, ils vont se concentrer dans plusieurs endroits certes, mais certains lieux vont devenir déserts. Profitons-en pour être plus mobile.

A cet instant, un soldat allemand s'approcha du petit groupe et se mit à parler en allemand. La stupeur s'empara de Jay, qui ne connaissant que quelques notions d'allemand, mais qui ne pouvait pas assumer une conversation. Heureusement, Ace se chargea tout d'abord de discuter avec l'officier, qui semblait décrire la situation. Mais très vite, sans que Jay ne puisse comprendre grand chose, Ace se leva et neutralisa le garde, en effectuant deux ou trois coups bien placés. C'est sûr, ils ont manqués de voir leur couverture foutue. Ace leur donna alors quelques directives, avant de leur désigner une direction.

- Il m'avait reconnut, on ne peut pas prendre ce risque, continuez, je vous rattraperais. Suivez ses panneaux et restez dans l'ombre. Normalement, vous ne devriez pas croiser de gardes, il n'y a pas de prisonniers dans cette partie du camp. Je vais me débarrasser de lui, je sais où le cacher, quand à vous allez aussi vite que vous le pouvez, je crains que vos coups de feu, n'ai surpris votre ennemi, il voulait que vous regardiez votre ami être enterrée vivant, quand à moi je devais être jugé sur la place publique pour haute trahison et servir à la propagande de ce fou.

- Allons-y Barry, filons d'ici et retrouvons Eboard !


Jay attrapa son arme et fonça vers la direction que Ace lui avait donnée. Ils avancèrent dans des dédales de couloir, avant de tomber sur deux soldats, qui poussèrent des hurlements. Ils devaient sûrement chercher à savoir ce que foutait des soldats à cet endroit. Jay s'approcha alors de ces derniers, et assena un coup de crosse au premier, avant d'enchaîner, grâce à des restes de speedforce, un coup dans le plexus solaire au deuxième. Les deux soldats hors de combat, nos deux héros speedsters pouvaient continuer leur route. Jay déclara alors :

- Il semble me souvenir de quel complexe il parle, mais tout ceci me semble lointain. Il faut savoir d'abord si on retrouve d'abord le Cosmic Treadmill, ou si on tente de convaincre Eboard de se joindre à nous ? Qu'en penses-tu Barry ?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Sam 15 Fév 2014 - 23:19
Barry avait profité également de la nourriture qui lui était offerte, malheureusement le repos fut de courte de durée, car une alarme retentit. Dans son esprit il n'y avait aucun doute c'était le résultat de leur disparition. Il se tourna alors vers Ace Ennemy qui avait déjà réagi. Il avait saisi l'occasion, il c'était déjà levé pour repartir. Barry et Jay suivaient maladroitement leur guide dans les dédales de cette base militaire. Ils étaient dans un endroit qui semblait plus calme. Le simple fait de ne pas avoir plein de soldats autour d'eux était déjà rassurant. Ils marchèrent un certain temps, puis ils furent surpris par deux soldats allemands. Jay fut le premier à réagir, Barry qui se préparait à aller en soutient fut surpris de voir que Jay eu un relent de speedforce. Le coup fut si rapide qu'il se demanda si Ace avait pu le voir.

Il ne parlait pas beaucoup, Jay lui fit savoir qu'il avait souvenir du type de baraquement qu'il cherchait. Soudainement, une porte de sortie s'ouvrit dans la tête de Barry. Jay... Jay pourrait agir comme paratonnerre à leur speedforce. Il était quelques parts en Allemagne à cette date.

Jay... J'ai une idée.

Les yeux de Barry s'illuminèrent. Il avait cette étincelle et ce sourire qui le caractérisait tant. Plusieurs croyaient que le symbole de Flash était un éclair, mais pour les habitants des villes jumelles, tout le monde savait que le sourire de Flash était sa vraie marque de commerce. Il inspirait l'espoir à tous ceux qui le voyait et c'était ce qui lui avait valu son entrée chez les Blue Lanterns. Auparavant, il cherchait, maintenant il avait trouvé, il savait comment les sortirs d'ici.

Jay, tu es en Allemagne. Tu utilises la speedforce en ce moment ailleurs. Il faut absolument que tu te recontactes. Si on peut se connecter à ta speedforce, on va pouvoir redécoller la machine et tenir tête à Eboard. On doit te faire venir ici et on doit courir avec toi. Bha ton toi, du passé. Enfin tu comprends?

Les speedster avaient cette possibilité de partager leur speedforce à ceux qui étaient réceptifs. Le Jay du passé ne savait probablement pas comment faire, mais Barry lui savait. Il pourrait la puiser dans la course du Flash original et la transmettre au Jay Garrick du présent. C'était une chance qu'il ne pouvait pas rater. Probablement que toute cette histoire était des plus loufoque pour Ace, mais la ils avaient encore besoin de lui.

Ace, nous avons besoin d'une radio. On doit contacter les alliés. Jay tu saurais te rappeler des codes pour prendre contact avec eux? Il faut que les Américains contactent le Flash original.

Conscient que tout ceci devait être, déstabilisant pour Ace ennemy il décida, de jouer cartes sur table. Ils avaient besoin de leur soutient, pour ça il devait être honnête tout se que Barry espérait c'est que celui-ci le croirait.

Okay Ace on va jouer franc-jeu. Je sais que ça sera dur à avalé, mais voici. Moi, Jay et le soldat Nazi que tu as vu venons du futur. Eboard, le soldat nazi, a déréglé notre machine, ce qui explique pourquoi nous sommes ici en situation aussi dramatique. Jay, ici, a fait la guerre, avec les Américains. Son "lui" de l'époque, peut nous permettre de retourner à notre époque. Nous éloignerons ainsi, le général de l'armé nazi que tu as vu tout à l'heure. Et ainsi préservé le cours de l'histoire tel qu'on le connait.

Barry hésita un instant à révéler ce qu'il allait dire. Mais il savait pertinemment que bien souvent l'histoire était déjà écrite et que, peu importe ce qu'ils allaient faire, rien ne changerait. Il n'y avait que les gestes importants qui bien souvent créent des conséquences tout aussi importantes. Dans le cas présent il se devait de dire la vérité à leurs alliés.

Les nazis seront arrêtés. Tout ceci prendra fin. Les alliés gagneront et l'axe tombera. L'Allemagne sera libérée de votre tyran et redeviendra une nation de droit et de justice prospère. Tout ceci s'arrêtera. Si Eboard reste, il sera en mesure de changer ça. Il ne le faut pas, tu peux nous aider une fois de plus?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité

MessagePosté le: Mar 18 Fév 2014 - 16:30
Après s'étre débarrassé du corps du garde, Ace Ennemy rejoignit rapidement les deux américains. Ces derniers avaient bien avancé, mais avaient rencontré des gardes. Par chance, ils étaient parvenus à les neutraliser rapidement, l'ancien pilote allemande n'avait pas été témoins de la scène, sinon il en serait resté pantois. Il entendit malgré tout la fin de l'explication du dénommé Barry, n'y comprenant pas grand chose. Il était question de passé, de speedforce et d'un autre Jay avec qui ils devaient courir. Mais heureusement, Barry revint à quelque chose de plus terre à terre, si on pouvait dire. Puis Barry se mit de nouveau à parler de choses assez loufoques, de voyage dans le temps, de machine volée, puis il lui parla d'un futur lumineux, pour sa nation, aussi lumineux que pouvait être une défaite avec le prix qui sera demandé. L'Allemagne avait déjà payé énormément suite à sa défaite après la première guerre mondiale et cela avait permit aux nationalistes d’extrême droite de prendre le pouvoir quelques années plus tard. Quel prix son pays allait devoir payer suite à leur défaite, mais au vue de ce qu'il avait laissé faire, tout prix serait raisonnable.

" Je ne vous cache pas que je ne comprend pas très bien ce que vous me raconter. Mais je veux bien vous croire, il me semble que l’officier nazi, ce Eboard, a appelé l'un de vous Flash. J'ai déjà entendu parler de Flash, ce héros américain et si vous êtes liés à lui, alors .... "

Ace ne termina pas sa phrase, la laissant en suspend ne sachant pas trop quoi dire. Il avait déjà été témoin d’événements plus étranges, après tout il avait fait équipe avec un pirate, une héroïne de la guerre d'indépendance américaine, un prince vicking. Malgré tout il y avait quelque chose qui le dérangeait dans le projet de Barry, la radio. Le centre de communication n'était pas loin, mais il était gardé et ils ne passeront pas inaperçus. Où trouver une autre radio, le poste de commandement de secours, pas facile d'accès. Il restait la radio des véhicules à condition que leur portée soit suffisante. Ace avait repéré un avion, il pourrait se servir de la radio de ce dernier, mais il risquait d'attirer l'attention. Vu que Barry avait joué franc jeu avec lui, Ace décida de ne rien caché à ses deux alliés.

" Une radio, cela ne va pas être facile, il ne faut pas compter sur celle du centre de commandement, nous ne pourrons pas y accéder. Il y a un PC de secours, mais il faut que nous changions de direction. Il nous reste celui qui doit se trouver dans le bureau du commandant de la base, ou celles des camions ou encore de l'avion que j'ai put apercevoir. Mais le bruit de leurs moteurs risquent d'attirer l'attention. Je pourrais bien essayé de décoller pour envoyer votre message, cela aurait pour avantage d'attirer les gardes vers moi. Par contre, je pense que votre ami, si je peux l'appeler ainsi, vous attend et vous prépare une réception. Il faudrait peut être mieux que vous attendiez de retrouver votre speedforce, pour l'affronter. "

Le fait de détenir quelque chose, dont les américains avaient besoin, donnait à leur ennemi un net avantage. Même si il pouvait être surpris par la manière dont ils l'atteindraient, il savait qu'ils devaient venir à lui. Ace attendait de savoir quel plan, allait choisir ses deux complices afin de les épauler du mieux qu'il le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 25 Fév 2014 - 9:06
Jay regarda alors Barry avec éfarement lorsqu'il remarqua ce que ce dernier lui proposait : rencontrer son double du passé, et il n'était pas sans savoir que ceci allait avoir des conséquences catastrophiques si cela se produisait. Il ne fallait pas au contraire que ces deux-là se rencontrent, il pourrait en effet avec des conflits avec le flux temporels, et créer un paradoxe temporel, qui pourrait rendre fou le Jay du passé, et rendre du coup Jay complètement fou aussi. Il fallait agir plus astucieusement, et heureusement pour notre troupe, Jay savait par avance ce qui allait se passer. Il savait qu'au petit matin, l'armée américaine allait donner l'assaut, et s'occuper des tortionnaires nazis d'une manière expéditive et sans appel. Il regarda alors Ace, qui avait rejoint le groupe. Jay regarda encore Barry avec de gros yeux lorsque celui-ci lui révéla le futur. Jay n'aimait pas jouer sur les flux temporels de cette manière, et influencer des possibles changements, mais la situation était loin d'être radieuse, et il fallait que les héros s'en sortent d'une manière ou d'une autre. Sachant que pour l'instant, le cas se résumait à Ace, s'il venait à révéler aux autres son aventure, on le prendrait sûrement pour un fou, Jay sentit alors qu'il pouvait se détendre un peu et respirer. Ace exposa alors une partie de son plan.

" Une radio, cela ne va pas être facile, il ne faut pas compter sur celle du centre de commandement, nous ne pourrons pas y accéder. Il y a un PC de secours, mais il faut que nous changions de direction. Il nous reste celui qui doit se trouver dans le bureau du commandant de la base, ou celles des camions ou encore de l'avion que j'ai put apercevoir. Mais le bruit de leurs moteurs risquent d'attirer l'attention. Je pourrais bien essayé de décoller pour envoyer votre message, cela aurait pour avantage d'attirer les gardes vers moi. Par contre, je pense que votre ami, si je peux l'appeler ainsi, vous attend et vous prépare une réception. Il faudrait peut être mieux que vous attendiez de retrouver votre speedforce, pour l'affronter. "

Jay regarda alors tour par tour Barry, puis Ace, et lança alors :

- Pas besoin de radio, je sais ce qu'il va se passer, et je sais que mon moi du passé sera présent au petit matin. Les Américains arriveront peu après l'aube mes amis. Mais par souçi d'éthique, et tu sais Barry à quel point je n'aime pas agir sur les flux temporels, je garderais pour moi ce qui va se passer, la seule chose que je me permet de vous dire, c'est que cela pourrait jouer en notre faveur. Pour moi, le mieux à faire pour l'instant est de retrouver Eboard, et à partir de cet instant, je révélerais ce qui se passera, ce qui le fera sans aucun doute réfléchir.

Il se retourna alors vers Barry, et lui lança un petit sourire :

- Fais moi confiance là-dessus Barry, et je te promet que nous arriverons à rentrer chez nous.

Puis il se tourna vers Ace en lui demandant :


- Vous dites que la salle de commandement n'est plus très loin ? Dans ce cas là, pressons le pas, et rendons-nous y de suite ! Pour que je puisse mettre en branle une partie de mon plan.

Jay chargea alors son arme. Ce geste aurait pu paraître étonnant de sa part, mais il était déterminé. Il ne tuerait personne cette nuit, ni demain, mais il saurais se défendre si on tenterait d'en attenter à sa vie. Eboard serait de plus attiré par la tentation de lui tuer lui, et épargner Barry, sans qui il ne pourrait exister. Il a déjà fait par le passé la malheureuse expérience de se retrouver effacé lorsque Barry "mourut" lors de leur combat contre l'Anti-Monitor. Jay se tourna alors et vit un soldat arriver pile devant lui, ce dernier tournant brusquement d'un recoin du couloir où notre groupe s'était posté. Instantanément, Jay lui bondit dessus, et le désarma en lui assénant un coup dans le thorax. Le souffle coupé, le soldat lâcha son fusil, laissant le champ libre à Jay de finir le travail : il le frappa alors d'une paume dans la tête, afin d'étourdir ses sens, avant de lui asséner un coup de genou dans le visage. Le résultat fut sans appel, et son ennemi rejoignit ses comparses dans le sommeil le plus profond. Jay se tourna alors vers ses amis et lança :

- Il faut faire vite !



------------------------
Base Américaine, à 20km de là, quelques heures plus tard ...

La nuit noire commençait peu à peu a s'éclaircir, et les soldats, matinaux en ces temps de guerre commençaient à se lever. Ce matin, un menu simple comme petit-déjeuner : pain, lait, jus, les choses de base pour que tout homme puisse assurer en cette journée. Jay se leva alors lui aussi, s'étirant de toutes ses forces, et ramassant le casque de son père sur le bureau. Ce casque ailé, qui était son symbole à présent. Il le visa sur sa tête et sortit de la tente. Il avala quelques bouchées avant de voir le contingent se mettrent en formation. Le colonel l'appela :

- Captaine Garrick ! Rejoignez les autres, on part dans 5 minutes !


Jay se leva, le sourire aux lèvres, une journée comme les autres commençaient, mais ces derniers temps, il se sentait plus heureux : il sentait que la fin de la guerre approchait, et que bientôt, il pourrait rentrer chez lui ...

HRPG : Je me permet de faire une petite ellipse temporelle afin de pouvoir faire avancer le rp ^^ Je fais confiance à votre imagination pour nous occuper pendant ce petit "blanc" ^^
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Mar 4 Mar 2014 - 14:18
Barry ressentit soudainement une intense douleur aux ventres, qui se transposa dans ses jambes. Depuis longtemps Barry militait pour la théorie que les speedster n'étaient qu'au final une soupape de puissance pour la Speedforce. Que celle-ci se déversait à travers eux depuis qu'il avait eu son accident et qu'il avait ouvert le portail entre les deux mondes. En fermant ce passage, Eboard avait créé probablement un dangereux précédent, sans s'en rendre compte.

Barry était le portail principal de la speedforce et là il y avait problème. Un surplus de Speedforce devait être évacué et semblait poussé dans la porte qu'Eboard n'avait pas bloquer le passage, il l'avait simplement obstrué. On n'obstrue pas la Speedforce. C'est comme si on bloquait le tuyau d'un aqueduc et que sous la pression il explosait. Le phénomène se produit.

Jay... ARRRRGH


((prendre l'image en haut à gauche))

Barry se mit à vibrer à une vitesse folle. La speedforce étant trop grande elle était en train de le détruire de l'intérieur. Il était en train d'imploser littéralement. Il essayait de la diluer, mais l'afflux était trop grand. Il regarda Ace qui semblait paniqué, puis se dit qu'il venait de mettre une grosse cible sur eux. Il devait disparaitre et vite. Plus il restait plus Eboard le ressentirait, il devait quitter et rapidement. Il se mit à courir et en quelques pas, il atteint la vitesse nécessaire. Il traversa le mur de la speedforce pour disparaitre en elle....


(( dsl pour cette conclusion hâtive. Mais suite à mes vacances soudaines, je préfère ne pas laisser de sujet en plan. Je vous propose donc de continuer ensemble . Bonne chance Smile ))



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité

MessagePosté le: Mer 5 Mar 2014 - 16:08
Dans le camps des officiers , une lumière éclairait toujours une salle d'un des bâtiments .
A l'intérieur , se trouvait Thawne ... sa chambre était en pièce , il ne pouvait rester enfermer dans cet endroit alors que ses ennemis de toujours arrivent tant bien que mal à percer le maillage de sécurité nazi.
Mais il ne pouvait bouger , le Cosmic Treadmill se trouvait juste derrière lui , il ne pouvait partir à l'aveugle alors qu'il y a une chance que ses ennemis récupère la machine.. la seule capable d'en finir avec cette histoire .
Ses yeux devenues rouge , ses mains serrés et son visage crispé ... savoir que Garrick était en vie ne l'aida pas beaucoup , et sa rage antérieur était de plus en plus grande . Soudain , un éclair de speedforce se fit ressentir , de part ses sens , Eboard ressentit le signal de Barry Allen..mais pour une raison inconnue , la force était tellement immense qu'elle inquiétait Zoom. Fort heureusement elle fut brève et s'estompa aussitôt , mais elle fut suffisamment forte pour que Thawne puisse localiser la speedforce et à postériori la position de nos amis fugitifs.

" Ils sont presque arrivé... "

Si Barry a retrouvé la speedforce...comment est-ce possible? Ce genre de questions ne devait avoir lieu , car si Barry est en plein possession de ses moyens.. mais  comment le savoir.. Thawne était encore une fois dans une tourmente psychologique . Tournant autour de la salle , la main sous le menton , il se posait pleins de questions sur cette speedforce .

Trop de questions , pour peut-être pas grand chose... il était temps d'en finir.

- Herr...Aaaahh

L'assistant nazi qui voulait rentrer dans la pièce fut soudainement bousculer en arrière , au point de se faire propulser bien loin derrière jusqu'à tomber brutalement tout en bas de l'escalier et se fracassant le crane .
L'instant fut d'une puissance monstre mais aussi très rapide , les mouvements de Thawne n'était plus perceptible par qui que ce soit et les minces fils d’électricité rougeâtre qui témoignaient de son passage ne restaient qu'à peine une seconde.

Le vent était puissant , mais la course effrené d'Eboard l'était tout autant ... il ne mit à peine qu'une fraction de seconde avant de rejoindre Garrick et Von Hammer.

Il s'arreta alors net devant eux , dégageant un puissant et épais torrent de vent en leur direction .
La tete abaissé sur le sol , son costume était déchiré de toute part à cause de la speedforce , on pouvait voir derrière ces déchirures son costume en collant jaune.

" Ou .. est-il ???.... "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 23 Mar 2014 - 11:57
L'ancien héros de guerre allemand, maintenant devenu traître était le témoin d'un événement qu'il ne comprenait pas. Si il avait compris que les deux américains n'étaient pas simples prisonniers, l'un d'entre eux avait été appelé Flash. Flash ce nom n'était pas inconnu pour Von Hammer, comme tout officier il connaissait le nom de ces héros, aux pouvoirs extraordinaires qui se battaient sous le drapeau américain. Le régime nazi avait lui aussi sur métas et plus d'un projet secret devait œuvrer à la création  d'une armée composée de super-soldats. Mais que faisait, Flash dans un camp de concentration et pourquoi n'avait il pas utilisé ses pouvoirs pour vaincre ses ennemis.
Mais ce qui se passait devant lui, à cet instant, balayait ses doutes. L'un des américains, celui sur qui se portait la haine de cet étrange officier nazi avait parlé d'un plan, d'une force qu'ils pourraient utilisés. Mais il faisait aussi allusion, à un phénomène de doubles temporels. Même si Von Hammer, n'était pas un super ou lié à ce pouvoir qui se manifestait devant lui, il pouvait sentir l'énergie se manifester. Cette dernière, générait un vent puissant et semblait faire souffrir celui qui la canalisait. Puis dans un clin d’œil, Von Hammer se retrouva seul avec Jay, Barry ayant disparut dans un éclair d'énergie. Mais aussi vite que l'un disparut, un autre apparut. Le souffle de vent fut bien plus violent et projeta l'ancien officier allemand en arrière. Celui qui leur faisait face, n'avait rien de l'officier nazi tel qu'il leur était apparut la première fois. Son costume noir, signe de son appartenance à cet ordre militaire, était déchirait par endroit laissant apparaître un costume jaune. Lui qui s'était montré si froid, hautain, n'était que colère et rage. Son regard brillait de cette haine, sa proie venait de lui échapper.

Von Hammer ne savait pas ce qui allait se passer, leur situation semblait désespérée, à moins que le dénommé Jay ne retrouve ce pouvoir qui lui avait valut son surnom. Malgré la situation dans laquelle il se trouvait, Von Hammer restait aussi calme que possible, son cerveau cherchant un moyen d'utiliser ce qui venait de se passer.


" Flash, tu peux le vaincre, son arme n'est plus sous sa surveillance et tu as retrouvé tes pouvoirs. "

Von Hammer ne savait pas si Jay avait retrouvé ses pouvoirs, mais il devait jouer sur l'état d'esprit de leur ennemi. Ce dernier semblait perturbé, perdre toute commune mesure, aussi rapide qu'il pouvait l'être le doute et la colère pouvait le ralentir, lui faire commettre une erreur. Von Hammer ne pouvait pas se permettre de bouger le premier, car il ne serait pas assez rapide. Il devait compter sur Jay et l'espoir que ce dernier parviendrait à maîtriser ce pouvoir qui semblait lui être revenu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Une Nuit dans l'Enfer Juif: 1945 [Mission spéciale #1 : Time Crisis] [Ft Barry Allen, Reverse-Flash, Ace]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une Nuit dans l'Enfer Juif: 1945 [Mission spéciale #1 : Time Crisis] [Ft Barry Allen, Reverse-Flash, Ace]
» photos la nuit dans la neige
» [J'ai Lu] Dans l'enfer de l'Opus Dei de Véronique Duborgel
» Dans l'enfer des tournantes: Samira Bellil
» [Duborgel, Véronique] Dans l'enfer de l'Opus Dei

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Europe-