Ordre de Mission --> Exhumons la Haine

Invité

MessagePosté le: Lun 31 Déc 2012 - 0:29
ATTENTION, les propos du PNJ ne reflètent pas mes opinions ni celles d'une personne réelle, physique ou morale. Ceci est une situation de fiction

Ordre de Mission --> Exhumons la Haine Pete_Ross_003

Le sénateur Ross était censé présenter les honneurs aux dépouilles de soldats américains tués dans un raid au Moyen-Orient. Malgré sa blessure récente à Métropolis, il se rendit aux funérailles, et sa présence aussi rapidement après l'attaque du Gentleman Ghost avait attiré les journalistes, qui attendaient dans son discours des détails pour savoir quel lien il avait avec le vilain.

Il s'était présenté en avance, avait serré la main des familles, puis prit place au pupitre pour rendre l'hommage. La cérémonie religieuse avait eu lieu la veille, séparément, dans chaque famille. Il s'agissait donc seulement d'un discours avant la mise en terre.



"J'ai choisi de rendre hommage aujourd'hui à tous les bons américains touchés comme moi par des gens tout simplement différents. Vous croyez que votre voisin est comme vous ? Non, il est différent. Très rares sont les bons citoyens. Nous sommes entourés de sodomites, de traîne-savates à la peau basanée et de religions dont tous les membres sont des extrémistes et des enfoirés, pardonnez-moi le terme.

L'Amérique en a assez de ces communautés qui s'en prennent à nous en permanence. Je suis ici pour rendre hommage à des soldats, mon assistant dira les noms tout à l'heure, des américains courageux qui ont été tués par des nord-africains. Tous ces gens-là sont des moins que rien qui méritent la mort. Contrairement à nos soldats qui sont des gens bien, comme vous et moi. Sauf un, le noir. Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il a de mauvais états de services. C'est tous des salopards qui nous prennent nos boulots et nos femmes. "


L'assistance semblait en partie choquée, mais nombre de blancs conservateurs du vieux sud des USA acquiesçaient de la tête. Les reporters notaient fébrilement ses propos, les photographes déchaînaient leurs flashes. Il dévisagea l'assistance, puis ajouta avec une véhémence accrue :

"J'encourage d'ailleurs, avec fierté, tous mes concitoyens à prendre les armes, comme autorisé par la Constitution, contre ces dangers qui nous menacent. Les soi-disant afro-américains d'abord ; ainsi que les juifs et les mahométans. Les gauchistes. Tous ceux qui menacent notre intégrité par leur manière de vivre et leur apparence repoussantes, qui les conduit tôt ou tard à s'en prendre à nous !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2013 - 1:29
Ça faisait du bien de pouvoir voler à nouveau. Depuis le combat contre Doomsday à Coast City j’étais trop mal en point pour patrouiller et encore moins pour voler. Six côtes fracturées, de sévères brûlures au 2e degré, une commotion cérébrale et l’épuisement suite à l’utilisation totale de toute l’énergie de mon anneau m’avaient gardé au lit pendant quelques jours. Cependant, une semaine plus tard je volais à nouveau et, comme Coast City qui se reconstruisait tranquillement, je n’étais pas en grande forme, mais je pouvais faire mes rondes de patrouille habituelle à nouveau.

Présentement, j’étais en route pour la ville de St-Roch, car j’ai appris que le sénateur Ross avait été touché par balle par nul autre que Gentleman Ghost. Le même individu qui m’avait filé entre les mains la journée où Doomsday est arrivé. Si le fantôme ne m’avait pas glissé entre les mains, le sénateur n’aurait pas reçue ce projectile. Lorsque je suis arrivé à St-Roch, le sénateur Ross tenait un discours raciste, ce qui ne lui ressemble pas pour autant que je le connaisse. Je restai à distance en m’assoyant discrètement sur une branche d’arbre afin que personne ne me remarque. J’ai été choqué par la plupart de ses propos sur les noirs, mon collègue des Green Lanterns John Stewart était noir et il n’apprécierait certainement pas qu’on le traite d’incapable.

« C'est tous des salopards qui nous prennent nos boulots et nos femmes. » dit-il.

Ross avait été vice-président sous le règne de Lex Luthor comme président. Mais il n’avait jamais tenue des propos aussi choquant au par-avant. Serait-ce possible que Luthor l’ai corrompu pour qu’il devienne comme cela? Je n’étais pas un spécialiste de politique et encore moins quelqu’un qui s’intéresse de prêt aux politiciens du pays. Cependant, personne ne peut changer d’attitude aussi dramatiquement et je mettrais ma main à couper que Gentleman Ghost y est pour quelque chose, mais que lui avait t-il fait. Aux dernières nouvelles il ne pouvait empoissonner personne avec ses projectiles. Normalement Ross aurait dû être en colère contre les criminels avec de super pouvoir ou des héros, là il aurait un motif, mais pas contre les gens d’autre ethnie. Il fallait que je lui parle pour en avoir le cœur net. Je décidai donc d’attendre la fin de son discours et j’attendis qu’il se dirige vers sa limousine. Lorsqu’il était suffisamment éloigné j’atterris gracieusement entre lui et la limousine et lui dit :

« Senateur Ross, puis-je vous parler quelques instants s’il vous plait?»

À la seconde où j’atterris ses quatre gardes du corps ont tentés de m’intercepter et ont sorti leur arme à feu.

« Tout doux les molosses, si j’avais voulu l’attaquer vous n’auriez même pas eu le temps de dégainer vos armes. Puis vous savez que vous ne pouvez rien contre moi et en plus je suis de votre côté.»

Cela a semblé avoir de l’effet, car ils ont baissé les armes, mais continuaient à s’interposer en le sénateur et moi.

« Sénateur, j’aimerais m’entretenir avec vous au sujet de votre changement drastique d’idéologie.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2013 - 18:44
Tandis que Ross rejoignait discrètement sa limousine, accompagné de ses quatre gardes du corps, ainsi que de trois membres de la NSA en civil, la foule qui avait déjà commencé à s'échauffer, se changea en une véritable émeute. Par malheur, le discours avait fait mouche et l'assemblée des proches et des dignitaires était très variée.

Les sudistes de bonne famille, avinés, s'écharpaient avec des cas sociaux sous stupéfiants ; les proches des défunts se disputaient déjà les droits d'héritage à coups de chaises et de sacs à main ; les campagnards commençaient à tirer sur un groupe de jeunes afro-américains, qui riposta en sortant des crans d'arrêt.

Cela dégénérait rapidement. Les agents de la NSA en civil s'approchèrent du Sénateur pour le pousser à entrer dans son véhicule, dans l'intérêt de sa propre sécurité.


"Je suis désolé Monsieur Jordan, ces messieurs sont chargés de ma protection. Les quatre autres ne sont là que pour tenir les journalistes un peu entreprenants comme vos amis Lane et Olsen."

Les barbouzes firent entrer de force le sénateur pour son bien. Ce dernier eut tout juste le temps de dire, hélant Jordan le temps que la portière ne se ferme :

"Restez pas dehors voyons."

Deux des gardes du corps en costume entrèrent dans la limousine à la suite du dignitaire. Les deux autres enfourchèrent leur moto, tandis que l'un des agents de la NSA s'installa à l'avant avec le chauffeur.

Les deux autres agents du gouvernement sortirent leurs armes de poing, et s'approchèrent de la mêlée afin de commencer à tirer dans le tas.


"Qu'est-ce que vous attendez ? Ça va chauffer, là-dehors !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 11 Jan 2013 - 19:14
Plastic Man ne peut concevoir que de tels propos ont été tenus, surtout de la part d'un sénateur. Ce genre de parole n'a pas du tout ça place lors de tels évènements. Ce n'est pas du tout le moment de diviser la population. Les véritables ennemis sont ceux qui tuent nos fidèles soldats qui combattent à l'étranger pour notre mère patrie. Bien qu'ils étaient plusieurs autour du sénateur Ross, la population était beaucoup trop grande pour ce que Plastic Man et c'est comparse pouvait faire. Il est certain que Plastic Man n'approuve pas ce genre de propos, mais là n'est pas la question, la sécurité du sénateur est prioritaire pour le moment, il faut éviter le plus possible toute confrontation.

Des projectiles étaient lancés de partout, ceux-ci étaient directement dirigés au sénateur. Pour assurer un minimum de protection, Plastic Man se grossit en un gros mur afin d'être une barrière entre les manifestants et monsieur Ross et son entourage.

Il faut faire quelque chose, ce n'est pas si grave pour le moment, je ne reçois que des canettes et des pancartes, je ne pense pas que cela va rester ainsi bien longtemps.

Quel que instant plus tard Plastic Man reçut une roche, certains éléments perturbateurs avaient réussis à ce faufiler dans la foule. La présence de nombreux journalistes n'allait en rien aider la situation, les propos du sénateur seront rapportés dans les différents médias et quotidiens de la ville. Il est certain que des groupes extrémistes utiliseraient, c'est propos pour faire valoir, leur point de vue.

Il faut faire quelque chose, messieurs, il faut que le sénateur quitte les lieux, la foule devient de plus en plus violente et hostile, surtout que cela ne fait que commencer, il faut l'évacuer. Je ne pense pas qu'il soit convenable pour le moment de parler des idéologies du sénateur, plus tard lorsqu'il sera en sécurité. S.v.p. monsieur le sénateur, pas question que vous restiez une seconde de plus, je crois que monsieur Jordan et moi, ainsi que vos hommes, sommes capables de nous occuper de la situation, votre sécurité est prioritaire. Évacuez le maire, il faut qu'il parte.

La police tentait tant bien que mal de contenir le tout, l'antiémeute venait tout juste de faire son entrée sur place. Il n'était pas question pour le sénateur de rester une seconde de plus en ses lieux. La situation devait vite être réglée avant qu'elle ne devienne incontrôlable. Le fait de voir les membres de la famille des différents défunts se battre entre eux démontrait toute l'ampleur que cela avait pris, et ce en l'espace de quelques minutes, il fallait régler cela et le plus vite possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Jan 2013 - 15:50
L’arrivée de Plastic Man était à point donné et il avait raison sur un point, il fallait protéger le sénateur, car il était l’un des dirigeants de notre pays. Nous devions le protéger et le sortir de ce merdier. Par contre, je ne pouvais pas laisser les civils se faire blesser par les armes à feu des hommes de Ross. Je ne pouvais pas non plus laisser le sénateur partir seul sans lui avoir parlé.

« Plastic Man calme la foule, je m’occupe des hommes armés du sénateur et du sénateur lui-même. Ensuite, viens me rejoindre à la mairie»


Donc, j’utilisai mon anneau pour enlever les armes à feu des mains des gardes du corps de Ross afin qu’elles me reviennent et qu’elles soient entre de bonnes mains. Voyant que la limousine du sénateur venait de partir je l’attrapai dans un champ de force et me suis envolé en direction de la mairie de St-Roch avec la limousine qui me suivait dans le champ de force. Une fois arrivé à la mairie, je déposai la limousine juste en avant du bâtiment et demandai au sénateur de descendre.

« Le voyage est terminé monsieur le sénateur. Maintenant nous allons entrer dans la mairie demandé une salle privée afin que nous puissions avoir une bonne discussion. Vous nous devez bien ça au moins, nous sommes du même côté après tout.»

Je montrai l’entrée de la mairie de la main au sénateur afin que nous puissions y entrer calmement. Je jetai un coup d’œil à ses gardes du corps, ils semblaient sur leurs gardes. Ils savaient tout comme moi qu’ils ne servaient pas à grand-choses, mais ils avaient un travail à faire, je respectais cela.

« Vos gardes du corps peuvent venir si vous le désirez. Ils font leur travail comme moi. Je vais aller demander s’il y a une salle de disponible pour nous, j’imagine qu’ils vont être honoré de recevoir un ancien vice-président.»


Je me mis à marcher vers l’entrée de la mairie, mais je m’arrêtai brusquement et fit volte-face.

« Ah oui j’oubliais! Pouvez-vous attendre mon collègue élastique ici quelque instant je vais être de retour dans quelques minutes.»

Je fis apparaitre des verrous pour bloquer les roues de la limousine juste au cas où ils penseraient à partir pendant que je suis à l’intérieur et reparti en direction de la réception de la mairie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Jan 2013 - 17:47
Arrêtés dans leurs cohues par Plastic Man, le héros qui avait pris la forme d'une grande barrière, les civils accentuèrent le combat entre eux. Un groupe de paysans partit rejoindre son pick-up, décidés à revenir armés de leurs fusils de chasse. Ils furent immédiatement suivis par des gars de la ville, bon chic bon genre, dont deux juchés sur le toit ouvrant d'une berline, en hurlant des propos injurieux. La citadine fit une queue-de poisson au pick-up, qui fit une embardée dans le talus.

Pendant ce temps, au cimetière, des jeunes de l'armée forçaient leurs aînés dans une position de soumission sur les pierres tombales. L'un d'entre eux heurta violemment le crâne d'une vieille dame contre la croix, avant de tracer des symboles haineux sur la stèle avec le sang versé.

Les deux agents de la NSA, une fois la limousine partie, se rapprochèrent des officiels, deux gradés de l'armée ainsi que le maire de St Roch, afin de les protéger. Cependant, ces trois-là étaient déjà en train d'étrangler le curé avec son propre chapelet.

Une famille commençait sérieusement à se blesser, ses membres continuaient de se battre pour l'héritage, mais cette fois, ils utilisaient des parapluies et des couteaux suisses. En particulier une vieille mère en prenait pour son grade.

Quant aux deux motards, ils suivirent Hal Jordan qui transportait la limousine. Lorsqu'ils parvinrent à la mairie, ils appelèrent leurs contacts à la NSA, qui envoya immédiatement un hélicoptère de secours à proximité du cimetière et contacta immédiatement des ambulances et les services de police municipale sur ces mêmes lieux. La NSA accorda le bénéfice du doute au Green Lantern et n'envoya pas d'hélicoptère armé, c'était un héros après tout.

Le sénateur se laissa faire, sans rien dire. Il pouvait reconnaître une force plus grande que lui. Mais quand le héros eut tourné les talons, il ordonna aux fonctionnaires de la mairie et aux agents de police de lui trouver une voiture pour l'amener à l'aéroport immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 16 Jan 2013 - 6:05
Maintenant que le maire était en sécurité plus question pour Plastic Man de rester en mur, il fallait qu'il devienne autre chose, il fallait qu'il contrôle la foule. Bien entendu il ne pouvait pas le faire tout seul mais, il pouvait au moins tenter de résoudre du mieux qu'il peut la situation. Tant et aussi longtemps de Jordan ne discuterait pas avec le maire pour le résonner et l'amener à s'excuser publiquement aucun calme ne serait en vu.

Lorsque la foule déjà très hostile vit que la voiture du même n'était plus là elle se mis à ce battre entre elle encore plus férocement qu'elle le faisait avant. Les poings revolaient et les objets lancés de plus en plus gros. Heureusement pour lui quelques hommes charger le la sécurité du maire ainsi que la police anti-émeute étaient sur place.

Vous devez aller séparer les groupes ceux-ci se battent entre eux, surtout faites quelque chose pour ces familles, elles sont en train de s'entretuer, elle ne mérite pas cela elles ont déjà beaucoup souffert. Je vais vous aider, ne vous inquiéter pas, je vais tout d'abord aller séparer ces familles, je vais ensuite devoir aller rejoindre Jordan pour voir où en est la situation avec le maire, je veux quelques hommes avec moi.

À ce moment, Plastic Man accouru le plus rapidement possible pour aller séparer un adolescent qui était en train de fracasser le fracasser le crâne de sa grand-mère sur la pierre-tombale de son mari. Pendant ce temps c'est deux parents se battaient, laissant aller toute la haine qu'ils avaient l'un envers l'autre depuis tant d'année.

Plastic Man attrapa l'adolescent par les épaule: Arrête, tu vas la tuer. Le garçon continuait encore, la scène était d'une horreur inimaginable. Le super-héros n'eut d'autre choix que de le lancer plus loin, malheureusement le mal était déjà fait, il y avait du sang partout, la femme ne respirait plus, elle qui était pourtant venir dire un dernier adieu à son petit-fils mort en service. La scène n'était guerre différente chez les autres familles, tous semblaient être retourner au stade animal.

Le héros sépara une autre famille, il devait quitter les lieux, des manifestants en lançaient d'autre dans les fausses fraichement creuser pour ensuite les recouvrir et les enterrer vivant. Il fallait qu'il aille parler au maire afin qu'il s'excuse publiquement pour ses propos, c'étaient le seul moyen de calmer les esprits bien que ceux-ci étaient déjà très échauffer. Plastic Man savait que cela n'allait malheureusement pas suffire, rendu à la mairie il en parlerait avec Jordan, tous deux devaient trouver une solution.

Je dois partir, il faut que j'aille parler au maire, continuer à contenir le plus possible la population, je sais qu'elle continue à grossir de minute en minute, mais il faut continuer.

Suite à ces mots, Plastic Man se transforma en un gros oiseau et il s'envola vers la mairie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 19 Jan 2013 - 0:34
« Voilà je me suis arrangé avec la récep…….»

En sortant de la mairie, je vis que le sénateur avait appelé une autre voiture et que cette dite voiture venait tout juste de quitter, certainement pour se rendre à l’aéroport. Mais je n’avais toujours pas de réponse aux questions que j’avais et le fait qu’il se sauve de moi prouve qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Pourquoi changer une formule gagnante. Alors, je soulevai la seconde voiture grâce à mon anneau, mais cette fois je l’amenai sur le toit de la mairie pour qu’il n’aille pas d’autre option que de m’écouter. J’ouvris la porte arrière de la voiture où le sénateur se trouvait et lui dit :

« Vous êtes arrivé à destination sénateur. Notre pièce nous attend pour notre rencontre.»

Je jetai un coup d’œil en bas et je vis le reste des gardes du sénateur se diriger vers l’entrée de la mairie. Ce n’était pas vraiment un problème, car ils ne pouvaient faire grand-chose d’autre que de ralentir mon entretien avec le sénateur. S’ils se montraient trop insistants et me menaçaient il fait partie de mes droits de citoyen de me défendre si mon intégrité physique est en jeu. De ce côté aussi je ne risque pas beaucoup de choses, car chacun de ces hommes sait très bien qu’ils ne font pas le poids contre moi. Surtout après le passage de Doomsday à Coast City dans lequel je n’ai montré qu’une infime, mais non le moindre impressionnante, démonstration de mes capacités dans un engagement. Si Doomsday pouvait encaisser ce que je lui ai envoyé, chacun de ces hommes savaient très bien qu’ils ne pouvaient faire la même chose.

L’un des hommes du sénateur Ross, qui était dans la voiture lui, sorti et me menaça de son arme. Lorsqu’il vit que je ne portais pas attention à lui, ou plutôt qu’il pensait que je ne l’avais pas vu faire, il ouvrit le feu. Je bloquai facilement le tir avec mon bouclier et immobilisa le garde en l’attachant avec des cordes construites par mon anneau. Je me retournai ensuite vers le second homme de Ross, qui ne dégaina pas son arme quand y vit que je le regardais.

« Maintenant je crois que vous me devez une explication monsieur le sénateur Ross. Ce n’est pas votre style de vous sauvez d’un de nous. Surtout quand il n’y a pas de danger immédiat et encore moins pour de simples questions. Il y a quelque chose de changer en vous et j’aimerais savoir pourquoi.»

Par la suite, je me mis à scanner discrètement le sénateur avec mon anneau afin de vérifier s’il n’y avait pas quelque chose de suspect sur ou à l’intérieur de lui. Je ne mis pas longtemps à attendre, mon anneau détecta quelque chose d'anormal dans le sénateur, mais je devais continuer si je voulais savoir ce que c'était. Je le savais, un homme ne change pas comme cela du jour au lendemain et même si je ne suis pas son ami Clark, je le connais suffisamment pour savoir qu’il ne dirait pas quelque chose comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 19 Jan 2013 - 16:22
Les hommes du sénateur étaient bien impuissants. Au sol, les deux motards cette fois appelèrent un hélicoptère d'assaut de la NSA. Au moindre signe de répression de la part du héros, pire, ils enverraient la garde militaire.
Cependant, Hal fut bien incapable de mener son scann à bien, car il eut un souci d'un ordre plus surprenant qui arriva vers lui.

D'un seul coup, Hal sentit son pouvoir quitter son corps et son anneau-même. Les relevés diminuaient sans raison apparente. Lorsqu'il se retourna, il reconnut son mentor et ennemi juré, le vétéran Sinestro. Revêtu de son costume jaune et noir caractéristique, l'homme au physique lutin le regardait d'un air goguenard. Cependant il n'avait pas fière allure, car en effet il sortait d'un affrontement plus qu'éprouvant avec Lobo, le mercenaire, et ces quelques jours avaient été difficiles même avec les vertus curatives de l'anneau.

Il tenait dans sa main un robot, en fâcheux état, mais encore capable d'utiliser ses fonctions de drainage de l'anneau vert à la perfection. Cette vieille carcasse rouge et bleue n'était autre qu'un robot nemrod conçu bien avant le Corps des Green Lantern, et reconfiguré par le Cyborg Superman lors de la Guerre du Corps de Sinestro.


"Hal Jordan. Je te cherchais. Voilà que j'ai repris possession de l'équipement Manhunter rejeté par tes maîtres-chien, les soi-disant Gardiens de l'Univers. Ton anneau, j'en enlève la totalité de la charge. J'ai besoin de ton aide, et cette babiole ne te sera d'aucun secours là où nous irons."

"Dans l’aube noire et la nuit claire, craignez vos peurs de lumière. Que les ennemis de nos idéaux flambent comme l’énergie de Sinestro."

Toute l'énergie qui avait été celle de Hal Jordan était désormais rechargée dans l'anneau et l'aura de Sinestro. Ce dernier jeta un regard de dédain au Sénateur.

"Partez, petit homme, avant que la puissance de Sinestro ne vous réduise en fumée. Déjà, je suppose que Jordan va me demander de l'aider à réparer les dégâts humains créés par votre discours, c'est la pagaille au cimetière. Le vieux village même commence à s'agiter. Vu les nouvelles technologies de communication, bientôt ce sera l'état et le pays qui seront à couteaux tirés. Allons."

Sinestro permit à Hal d'être entouré d'un halo d'énergie jaune. S'il le souhaitait, ils pourraient s'envoler tous les deux vers le vieux Saint-Roch et ainsi, éviter à de nombreuses vies d'être ôtées par le chahut général.

Justement, du côté de la vieille ville, des incendies commençaient à prendre, ainsi que des fusillades en pleine rue. C'était fou comme la haine se levait avec des mots, comme une poignée de poudre. Plastic Man heureusement, recevait l'assistance de pompiers locaux, ainsi que d'ambulanciers. Mais ils n'étaient que de simples humains, sujets aux mêmes faiblesses que les autres.

L'hélicoptère de secours s'éloigna du cimetière, pour prendre comme passager le Sénateur Ross. Celui-ci, sous le regard impuissant de Jordan, s'envola pour Gotham City.


HJ: désolé si je prends un peu de libertés. Vous aurez bien des occasions de revanche. Wink
EXIT le sénateur, mais Sinestro est toujours présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Jan 2013 - 5:28
Durant son trajet vers l'Hotel de Ville, Plastic Man cru entendre des des explosions, sur le coup il n'était pas certain de ce qu'il venait d'entendre. C'était la première fois qu'il y avait pareil son depuis le début des hostilités, le problème était que c'était loin d'être celui que faisait le son des projectiles lancés par la police antiémeute afin de calmé les manifestants. Pas question de rebrousser chemin il doit aller rejoindre son comparse Hal Jordan. En arrivant sur les lieux, il vit la voiture du sénateur sur le toi de l'Hotel de Ville, elle devait avoir été placé là par Hal, justement il était encore sur les lieux. Il croisa sur son chemin un hélicoptère qui venait tout juste de partir et à son bord, le sénateur. Mais que voyait-il, il y avait un individu, sur le coup il ne reconnut pas la personne, de loin il put voir que celui-ci avait le même anneau qu'Hal, ce devait être un de ses compatriotes.

Après observation, il semblait y avoir un problème, Hal avait l'air en difficulté, il paraissait éprouver des troubles avec ses pouvoirs. Plastic Man devait faire quelque chose, c'est à ce moment qu'il plongea sur la personne tel un oiseau sur sa proie. Il devait aider Hal, pas question de le laisser dans cette situation, il y avait assez de problèmes comme cela dans la ville, il avait besoin que chaque atout à sa disposition pour empêcher les membres des mêmes familles de s’entre tuer, et la population diviser entre elles de se faire violence. Il avait pu voir en survolant la ville, des gens qui se battent, qui se crèvent les yeux, qui se frappe dessus à coups de machettes, la ville devenait de plus en plus ensanglantée, de plus les explosions ne laissaient présager rien de bon.

En arrivant sur le toit à toute vitesse, Plastic Man s'intercala entre Hal et la mystérieuse personne, pas question qu'elle continue à faire mal à son ami. Il repoussa l'individu d'un grand coup.

Ça va Jordan, tu sembles un peu à bout de souffle, et comment ce fait-il que je viens de croiser le sénateur dans un hélicoptère, tu n'étais pas sensé lui parler. À moins que soit de votre faute, dit-il à la mystérieuse personne. Mais qu'est-ce que vous faites ici, vous ne voyez pas que vous lui nuisez. Il y a assez de problèmes dans la ville en ce moment. De doute façon qui êtes-vous, vous me semblez être de la même confrérie que Hal, mais êtes-vous un de ses amis?

Plastic Man ne savait trop sur quel pied danser, il ne voulait pas non plus attaquer la personne, car il ne connaissait son lien avec Hal, mais il devait aussi s'assurer par la même occasion de la sécurité et de la bonne santé de son ami. Il fallait absolument que la situation soit clarifiée, plus vite elle le serait, plus vite les deux héros pourraient retourner au travail et remettre de l'ordre dans la ville.

HJ: pas de problème pour la liberté. Je n'étais pas trop certain si mon personnage connaissait ou non Sinestro ou s'il était même au courant de la relation entre ce dernier et Hal. J'ai donc fait en sorte qu'il ne sait pas qui il est, si cela ne vous dérange pas, sinon je le modifierai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 25 Jan 2013 - 0:47
Comme si ma journée n’allait pas suffisamment mal comme cela, voilà que Sinestro viens se mêler de mes affaires encore une fois. Pour faire pire, il avait un Manhunter avec lui, ce qui lui permettait de drainer l’énergie de mon anneau afin de se l’approprier. Ce qu’il me surprit par contre fut qu’il me demanda mon aide. Pourquoi mon ancien mentor et ennemi juré depuis toujours me demanderais de l’aide. Pourquoi maintenant alors que la ville est à feu et à sang. Au moins, je sais à présent que Sinestro a certainement quelque chose à voir avec le changement d’attitude du sénateur, mais quoi.

Maintenant, Plastic man venait tout juste d’arriver sur le toit et se mis en position agressive face à Sinestro. « Ça va Jordan, tu sembles un peu à bout de souffle, et comment ce fait-il que je viens de croiser le sénateur dans un hélicoptère, tu n'étais pas sensé lui parler. À moins que soit de votre faute, dit-il à la mystérieuse personne. Mais qu'est-ce que vous faites ici, vous ne voyez pas que vous lui nuisez. Il y a assez de problèmes dans la ville en ce moment. De toute façon qui êtes-vous, vous me semblez être de la même confrérie que Hal, mais êtes-vous un de ses amis?»

« Tout doux Plastic Man, s’il avait voulu me tuer il l’aurait fait depuis longtemps et tu n’aurais rien pu faire. Pour répondre à ta question, il s’agit de Sinestro, mon ancien mentor chez les Green Lanterns et maintenant mon Némésis depuis qu’il a trahi le corps pour former la Sinestro Corps. Si le vert est la couleur de la volonté, le jaune est celle de la peur. La seule chose que tu peux faire présentement est de contrôler tes peurs sinon tu n’es pas mieux que mort surtout pour lui.»

Plastic Man était un bon Super-Héros, mais il n’avait probablement pas les compétences pour faire face à Sinestro sans renfort. Surtout que maintenant j’étais à sa merci, mais il ne m’avait pas tué, donc il avait besoin de moi, cela me donne un certain avantage, pas un gros, mais un avantage tout de même et contre Sinestro tout est bien à prendre.

« Maintenant à ton tour de répondre à mes questions Sinestro. Visiblement, tu es quelque peu responsable de ce qui se passe ici, j’aurais dû m’en douter c’est tout à fait ton style. Maintenant, que me veux-tu? Pour quel mission suicide as-tu besoin de moi? Un de tes sbires ne peut pas s’en occuper? »

Il y avait aussi la question des émeutes partout dans la ville. Je ne pouvais pas quitter sans que ce problème ne soit réglé. Le moment était venu de jouer la seule carte qu’il me restait entre les mains.

« Tu veux que je te suive. Parfait, mais à une condition, tu fais que tout ce chaos, qui est vraisemblablement de ta faute, s’arrête et que tout rentre dans l’ordre. Seulement après que tu auras fait cela je te suivrai pour la destination où tu as ABSOLUMENT besoin de moi je précise.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 30 Jan 2013 - 20:47
L'homme caoutchouc venait de les rejoindre, alors que Thaal s'attendait à ce qu'il tienne à protéger les civils d'eux-mêmes d'abord. Apparemment, il avait compris tout comme Hal Jordan que Sinestro leur était supérieur, et la seule personne capable de contenir une foule en furie. L'ancien politicien qu'il était en savoura l'ironie quelques instants, mais il réalisa aussi qu'ils soupçonnaient qu'il fût à l'origine du problème.


"Je viens seulement d'arriver, même si j'aime le style de ce sénateur. Mais bon, puisque vous y tenez, je vais tenir tranquille tous ces humains jusqu'à ce qu'ils soient trop fatigués pour causer du mal."

Il leva son anneau en l'air. Sa moustache frétilla tandis qu'il ressentait les peurs communes à tous ces citoyens, outre ceux qui leur étaient différents. S'il avait mis un pied dans cette ville qu'il avait contribué à affoler, il serait sans doute déchiré comme une poupée de chiffons sans ses pouvoirs. Mais il perçut que la Louisiane avait des peurs encore plus généralisées ici.

"Tous ces citoyens ont peur de bien des choses. Mais vu qu'ils vivent dans un delta qui a subi des catastrophes naturelles... "

Sinestro utilisa son anneau pour puiser dans les peurs des habitants énervés de St-Roch, afin de créer une véritable tempête venteuse. Puis il utilisa ses pouvoirs pour créer un raz-de-marée de couleur jaune lumineuse. Bien qu'un Lantern ne puisse recréer les molécules, sa lumière projette exactement les mêmes effets que ce qu'elle représente, et donc les terrains boueux de St-Roch se soulevèrent, gonflés par l'eau artificielle, et emprisonnèrent chacun des citoyens qui retombèrent douloureusement dans la terre froide et meuble qui se referma autour de tous sans exception, jusqu'à la gorge, jouant sur leur peur de la noyade. Néanmoins Thaal s'assura qu'aucun ne suffoquât.

"Plastic Man, si tel est votre nom. Sachez que Hal Jordan fut ce que j'ai de plus proche d'un ami, avant de me trahir. J'ai parcouru seul l'univers, et il a été là. Désormais, j'ai à nouveau des gens pour m'obéir à travers le monde, mais j'ai confiance dans le sens du risque et l'honnêteté du capitaine Jordan. Un jour, je serai votre maître à tous. Seriez-vous assez fou pour vous opposer à une petite faveur ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 31 Jan 2013 - 8:12
Patrick était rassuré de voir que les deux hommes se connaissaient, car il n’était surtout question d’engager le combat, du moins pour le moment. De plus, Sinestro semblait avoir trouvé une solution à court terme, pour calmer la violence dans la ville. Ce même Sinestro ne semblait pas se prendre pour n’importe qui, on aurait dit qu’il avait un léger complexe de supériorité. C’est vite dit qu’il sera le maître de tous, pour le moment Plastic Man ne pouvait rien y faire, et ça ne semblait pas être le genre de personne à partir sans avoir obtenu ce qu’il voulait.

Loin de moi l’idée de vous insultez ou de vous froissez, en passant merci pour cette solution, pour le moment elle marche, mais je crois bien qu’il faudra toute de même faire quelque chose pour résoudre la situation. De plus, il serait bon avant de vous répondre, qui vous nous disiez la nature de la faveur que vous nous demandez. Nous ne voudrions surtout pas répondre oui sans savoir ce que cela implique.

En effet, pas question pour Patrick de répondre quoi que ce soit sans être plus éclairé sur le sujet. Il ne savait pas du tout quels pourraient être les conséquences d’une telle demande. Il avait déjà assez de problèmes pour le moment, pas question d’en ajouter plus avec ce mégalomane. Patrick ne portait pas cet homme dans son cœur, et ce dès le premier regard, les paroles de Sinestro n’avaient en rien amélioré la situation. De toute façon, il y a avait Jordan sur les lieux il semblait très bien connaître cet individu même si les deux étaient en froid selon leur dire.

Tout dépendamment de ce que Sinestro allait leur demander, Patrick pourrait proposer à ce dernier un échange de service afin de régler la situation de façon permanente. Une chose est certaine, il laisserait Jordan prendre le contrôle à ce niveau, il était tout de même la personne qui connaissait le mieux Sinestro. Il est certain que Patrick n’hésiterait pas à tout faire en son pouvoir pour se débarrasser de ce dernier si la situation le demandait. Pas question de même sa vie, celle de son ami ou de la population en danger. Restait plus maintenant qu’à savoir qu’elle est la faveur que veut demander Sinestro aux deux supers-héros.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 2 Fév 2013 - 0:15
Sinestro avait tenu parole, il avait utilisé la seule capacité de l’anneau jaune qu’un Green Lantern ne peut utiliser avec le sien, soi puiser dans les peurs des personnes afin de faire revivre ces dites peurs. Je savais que Sinestro avait quelque chose derrière la tête, s’il avait demandé mon aide c’est qu’il devait y avoir un problème que seul moi pouvais régler ou bien un problème tellement dangereux qu’il ne voudrait pas risquer sa vie ou celle d’un de ses hommes. Cependant, il avait tenu parole. Je devais donc faire respecter ma part du marché et faire le travail que Sinestro désire que je fasse. Je n’avais vraiment aucune idée sur ce qu’il allait me demander de faire. Plastic Man quant à lui, voulait savoir qu’elle était ce que Sinestro voulait nous demander, ou plutôt ce qu’il voulait ME demander. Je suis certain qu’il n’a pas besoin de Plastic Man, de toute façon nous ne sommes pas en position de force présentement. Sans mon anneau chargé à bloc, nous n’avons aucune chance face à Sinestro. Je me tournai donc vers Plastic Man et lui dit à voix basse :

« Je ne crois pas que Sinestro aille vraiment besoin de toi Plastic Man. Il est visiblement venu me chercher moi et moi seul pour exécuter une tâche que je suis le seul à pouvoir accomplir. Il a tenu parole en neutralisant la violence. Je dois par le fait même tenir parole et le suivre pour accomplir cette tâche. J’aimerais par contre, que tu restes derrière afin te t’assurer que tout reste sous contrôle et que tu prennes les dispositions pour que tout cela rentre dans l’ordre s’il te plait.»

J’espérais également qu’il comprenne que je voulais qu’il contacte d’autres membres de la ligue afin qu’ils viennent me retrouver. Également, s’il pouvait essayer de trouver un remède avec l’aide de spécialiste ce serait un plus, mais tout cela je ne pouvais pas lui dire clairement, car sinon ce despote serait en mesure de déjouer ses manœuvres. De mon côté, mon travail est d’éloigner la menace de la région, ce que je vais faire en respectant ma parole que j’avais donnée à ce mégalomane.

« Quant à toi cher Némésis moustachu, visiblement tu as calmés la population comme demandé. Je n’ai d’autre choix que de te suivre dans cette mission qui est, je suppose, impossible, car tu ne serais pas venu chercher l’homme qui t’a vaincu à plusieurs reprises simplement pour lui parler. Donc comme je l’ai promis, je vais te suivre où tu veux aller. Bien que je ne sache pas très bien de quel utilités je pourrais bien t’être sans charge dans mon anneau.»

Maintenant, il ne me restait qu’à espérer qu’il tienne parole et qu’il ne cause plus d’autres problèmes à St-Roch. Cependant, Sinestro a peut-être beaucoup de défauts, mais il est un homme d’honneur et respecte la parole qu’il donne, même celle faite à ses ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 4 Fév 2013 - 19:46
Le héros vêtu de rouge était un peu énervé contre Sinestro, malgré ses actes clairs pour aider à la situation, l'alien se sentait un peu mal vu par l'homme élastique. Il consulta son anneau, comme il l'avait fait autrefois en tant que policier galactique au sein du Corps des Green Lantern. En effet, l'intelligence artificielle de la bague de pouvoirs agit comme une base de données qui enregistre les informations des mondes visités, et peut même se connecter aux médias de la planète. Il parla donc à son anneau puis à Plastic Man.

"Anneau, dis-moi qui est Plastic Man ? ... D'accord. Monsieur, vous savez ce que c'est qu'être mal jugé, vous avez un casier judiciaire. Je sais que je suis incompris sur ce monde, mais respecté ailleurs. Un jour, je ferai appel à votre sens du devoir. Pour l'instant, comme l'a dit Jordan, j'ai surtout besoin de ses services ; je vous confie les rênes de la situation."

L'un comme l'autre s’enquéraient de l'aventure dans laquelle le korugarien escomptait embarquer Hal Jordan. Cependant, même si cela était d'une très haute importance, il ne devait pas en révéler la nature, pas plus que le pilote ne devrait en référer à ses supérieurs sur Oa et ses collègues de la Tour de Guet. Il avait besoin d'un coup de main, c'était la seule chose qu'il était prêt à admettre devant un tiers, et connaissant son égo qu'il déteste voir blessé, c'est déjà beaucoup d'information.

"La mission sur laquelle j'ai besoin d'aide doit demeurer au secret défense total. Je n'ai jamais divulgué d'informations sur les Gardiens de l'Univers et leurs systèmes de protection. Aussi, je demanderai toute discrétion à mon co-équipier en la matière, en signe de loyauté. Et qu'un jour, pas si lointain, la peur ou la volonté triomphe, que le meilleur gagne à ce moment-là. En attendant, cela doit rester du plus grand secret."

Puis, il salua Patrick l'anguille, et engloba l'aviateur dans un halo de lumière jaune qui prit la forme d'une bulle. Cette bulle s'envola puis flotta dans les airs jusqu'à disparaître dans la lumière d'un soleil éblouissant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Ordre de Mission --> Exhumons la Haine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dvdrip l'émission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: St-Roch :: St. Roch Cemetery-