Discussion sur les ruines d'un espoir ... [ PV Super-Man]

Invité

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 21:21
La défaite, un sentiment que je n’aimais pas ressentir, mais je devais reconnaitre que c’était mérité. J’avais décidé de me battre aux côtés des défenseurs de la liberté, ceux contre qui d’habitude je me battais. Je m’étais montrée orgueilleuse, je voulais l’impressionner, impressionner tous ceux qui pouvaient me voir, me regarder. Bien sûr, je n’étais pas la seule en cause dans revers que nous avions subit. Nous, les forces alliées à ARGUS, cette organisation militaire chargée d’assister les plus grands héros de ce monde. Je me savais orgueilleuse, téméraire, un trait de caractère que je devais surement à mon double génétique, celle à qui on avait volé son code génétique pour me créer. Mais n’étais-je pas censé être l’un être les plus puissant, je n’avais pas été créée pour être vaincue. Mais ils avaient été plus nombreux, mieux organisés, œuvrant d’une même volonté, en équipe.

Oh nous avions cru un instant, pouvoir repousser cette marée, mais leur nombre était trop important. De plus, des ordres avaient été donnés, ne pas faire trop de dégâts, après tout ceux qui nous faisait face étaient des victimes. Quelle belle connerie, voilà pourquoi les Héros ne peuvent pas gagner, face à une force égale à la leur. TARTARUS, n’avait pas ces réticences, pour réaliser leur plan, ils étaient prêts à marcher sur les cadavres de ceux qui ne se soumettaient pas. Bien sûr, il suffisait de détruire le satellite qui contrôlait et créait cette armée. Mais ce dernier était surement protégé par ceux qui avaient été infectés. Est-ce que Superman pourrait terrasser un ancien allié, un ami, si ce dernier lui faisait face. J’en doutais et cette idée, me déplaisait, car elle risquait d’annoncer une défaite totale. Peut-être qu’il était temps pour moi, de retourner vers ceux qui m’avaient créé, vers mes origines, redevenir l’arme de destruction. Mon créateur était membre de TARTARUS, celui qui avait commandé ma création en faisait aussi partit. Une des raisons qui me retenait du côté de ARGUS, était le fait que je ne voulais pas redevenir le jouet d’une volonté autre que la mienne.

Alors que je regardais, cette cité que j’étais venu défendre, nouveau bastion de TARTARUS. Je perçus son arrivée, avant qu’il ne soit à mes côtés. Que me voulait, le plus puissant des Héros, le représentant des toutes ces valeurs, que faisaient à mes yeux la faiblesse des Héros dans cette guerre. Je ne pus m’empêcher de tourner mon regard vers lui et éprouver de la honte. Il se dégageait de lui une sorte d’aura, mélange de puissance et de noblesse. Je comprenais que les humains pouvaient le considérer comme un Dieu incarné. Mon cousin se posa non loin de moi, alors qu’il passait dans une zone ombragée, le charme se rompit. Je pouvais voir des traces de fatigue, d’inquiétude. Lui aussi devait commencer à comprendre ce qu’il faudrait faire pour vaincre, cet ennemi qui ne reculerait pas. Aux yeux de tout autre, à part de ceux qui le connaissaient bien, ce que je percevais aurait passé inaperçu, mes mais peu de choses pouvaient échapper à mes sens.


" Que me vaut ta présence à mes côtés ? Tu pensais trouver ma sœur, pas de chance ce n’est que moi, le clone. "

Il y avait un peu d’amertume dans ma voix et mon regard fuyait le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 13 Avr - 18:37
(HJ/ Désolé du retard ! La semaine a été beaucoup trop chargée, je n'ai pas pu venir avant mais j'ai hâte de faire ce sujet. /HJ)

Central City sera à jamais une cicatrice que l'Humanité aura du mal à soigner.

L'A.R.G.U.S. a failli les hommes et les femmes qui vivent dans cette ville, qui ont été abandonnés au système O.M.A.C. et aux terribles mains de T.A.R.T.A.R.U.S. après une terrible défaite. Malgré le courage et la détermination de ceux qui ont tenté de défendre cette cité, les adversaires ont été plus forts et ont emporté une grande victoire contre les forces du bien.

Superman n'était pas là lors de cette bataille.
Il se le reprochera toujours, même quand les adversaires seront tombés.

Il n'est revenu que depuis quelques jours de son long voyage dans l'espace, mais il ne peut s'empêcher de venir ici. Il sait que la ligne de front a été établie tout près des frontières de la ville, et une sorte de guerre des tranchées est désormais de mise entre entre les deux camps. L'A.R.G.U.S. est prêt à tout pour empêcher T.A.R.T.A.R.U.S. d'avancer encore, et ce dernier a besoin de conforter sa position avant de reprendre sa marche.

D'ici quelques semaines, les combats reprendront. D'ici quelques semaines seulement.

En attendant, Clark peut venir ici, et observer tristement le destin d'une fière cité tombée. Il n'avait pas anticipé la rencontre avec la clone de sa cousine venue d'une Terre alternative... Bruce aurait sûrement une réplique bien sentie pour ce genre de situation. Lui ne peut que flotter à quelques mètres derrière elle, cherchant pendant de longues secondes la bonne parole pour ce contact.



"Je suis venu pour me rappeler ce que nous perdons dans cette guerre, et ce pour quoi nous devons nous battre. Je reviens d'un long voyage... je ne t'ai pas cherché, même si je n'ai rien contre ta présence."

Il s'avance, et se pose sur la petite butte où Divine a élu domicile pour quelques instants. Fondamentalement, il ne sait pas grand-chose d'elle : Power Girl lui a déjà parlé de cette étrange clone, à la base créée pour être son reflet maléfique avant de devenir, bien sûr, un être plus complexe.

"Bien au contraire : je suis ravi de te rencontrer."

L'Homme de Fer présente sa main, en signe sympathique et chaleureux.

"Tu fais partie de ma famille... et si nous apprenions à nous connaître ? Le lieu n'est pas forcément bien choisi, mais il vaut bien un autre."

Il sourit et attend. Même s'il préfère rester prudent, même s'il reste un peu sur ses gardes, il veut sincèrement faire la connaissance de cette femme et l'aider. Il la sait en difficulté, il la sait en proie à de grands questionnements sur son rôle dans l'Univers, et il veut pouvoir l'aider ; il espère sincèrement qu'elle lui en laissera l'opportunité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 29 Avr - 9:54
Une main tendue, ce geste pouvait se prêter à plusieurs interprétations, un signe de paix, de réconciliation, d'aide. Si c'en était un autre qui avait fait ce geste en ma direction, j'aurais put le prendre bien plus mal. Mais, il était lui, un être bon, juste, qui prônait et représentait des valeurs qui excluaient la moquerie ou le calcul. Je me permis de le regarder, de fixer mon regard dans le sien, pour n'y voir que ce à quoi je m'attendais, de la sincérité et une chaleur qui je ne connaissais pas. Tout en lui aurait dut me révulser, me pousser à le défier, mais la situation ne s'y prêtait pas, nous avions tous deux perdu quelque chose, lorsque la ville était tombée. Il se reprochait de ne pas avoir été là, mais sa présence aurait elle suffit à changer les choses, je ne le pense pas. Ses valeurs l'auraient sans doute empêcher de faire ce qu'il fallait, après tout ma sœur était quelque peu semblable à lui, avait les même idéaux ou du moins s'en rapprochait. Elle avait voulut éviter les dommages collatéraux, éliminer non ennemis, aurait il fait un choix différent j'en doute.
Je mis quelques secondes avant de lui répondre, laissant sa main seule. Il n'y avait pas de mépris dans mon geste, ni défi, juste le fait que je ne voulais pas me montre malhonnête envers lui. Accepter cette main tendue aurait signifié que j'acceptais son aide, son amitié, mais pouvais je seulement espérer en être digne. Je savais qu'il n'en était rien et que ma participation au combat du côté des Héros, ne signifiait pas que j'avais renoncé à être celle qu'on avait voulut que je soit.


"Assoit toi donc, à mes côtés et parlons comme des membres éloignés d'une même famille. Tu pourras peut être m'éclairer sur la comportement des tiens face à une telle situation et je te parlerais de moi."

Les siens, par ce terme, j'englobais, les gentils, les défenseurs de la Justice et de la Paix. Ceux qui s'étaient dressés, les premiers, face à cet ennemi. J'étais toujours convaincu que notre erreur la plus grande avait été de vouloir sauver les vies des victimes du Fléau qui avait frappé ce pays. J'étais calme, détendue, la tension de sa présence s'était peu à peu dissiper. Maintenant que je le voyais de plus près, je devais reconnaitre qu'il était digne de son statu presque Divin, de l'admiration qui suscitait. Il se dégageait de lui une force, une aura sans nulle pareil, mais son regard, son attitude, permettait à tous de pouvoir l'approcher presque d'égal à égal. Il ferait un roi des plus puissant et des plus aimé, même si jamais il accepterait un trône. Voila encore une aberration, une erreur, du moins de mon point de vue.

"Je ne sais si on aurait put gagner, mais la retenue, le refus d'écraser notre ennemi et ce de manière définitive nous à handicaper."

Des mots dures, dit d'une voix calme et amicale, ils avaient l'intérêt de montrer ma façon de penser, une certaine vision du comportement à avoir dans un combat. Je savais qu'il était contre cette idée, mais il voulait apprendre à me connaitre et j'avais accepté cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 17:52
(HJ/ Ravi de pouvoir reprendre avec toi. Smile /HJ)

Clark apprécie l'honnêteté, et cherche à aider au mieux tous ceux qui l'entourent. S'il est bien sûr déçu du refus de Divine de lui serrer la main, un geste qui aurait permis un réel contact entre eux et le début de leur rapprochement, il apprécie son discours, qui reflète ses interrogations et ses prises de position.
Cela implique une discussion, un dialogue, un échange. Exactement ce qui l'intéresse, pour mieux la comprendre et l'aider.

"Adopter les manières de l'ennemi, est-ce devenir l'ennemi ?"

Sa voix est calme, posée. Il plane jusqu'à elle, s'asseyant sur un bout de sol qui porte encore les stigmates des terribles et récents combats pour sauver cette ville.

"C'est là une question qui fonde pleinement notre action, qui a été posée par chaque membre de notre camp. Devons-nous aller aussi loin que l'ennemi, pour qu'il s'arrête et que la menace disparaisse ?"

Superman tourne lentement son visage vers Divine, un léger sourire comme expression faciale.

"J'ai été élevé dans ce pays, et j'ai été élevé dans la croyance en une force supérieure... Dieu. Même si je ne suis pas en accord avec tous les préceptes religieux, je demeure persuadé qu'une force a créé la Vie, en permettant le Big Bang et en plaçant les éléments nécessaires à créer la Vie. Qui suis-je pour décider que quelque chose, ou quelqu'un, ne mérite plus ce cadeau ?"

De ses bras, il montre le paysage de désespoir devant eux, fait de ruines, de gravats et d'un futur terrifiant pour les pauvres habitants de Central City.

"Ceci est l'enfer, ceci est monstrueux. Mais je ne peux pas me permettre de tuer, de prendre la Vie alors que je la considère comme la plus grande merveille de l'Univers. Tu connais mes pouvoirs, nos pouvoirs : beaucoup nous considèrent comme des divinités, capables d'exploits exceptionnels. Je ne veux pas agir comme un roi ou un dieu, et je ne veux pas tuer car je deviendrai ce que je combats."

Son regard se fait plus sombre, plus détaché. Il fixe l'horizon, essayant de bloquer ses sens pour ne pas voir ou entendre ce que les innocents vivent sous la tutelle de T.A.R.T.A.R.U.S.

"Ca rend le combat, le chemin plus difficile. L'espoir est plus rude à entretenir, les efforts sont plus importants. Je sais que ce serait plus simple de tuer les O.M.A.C., d'anéantir nos ennemis... ils le méritent, vu leurs crimes. Mais après ? Le prochain serial-killer ne le méritera-t-il pas non plus ? Puis le voleur de rue ? Jusqu'où s'arrêter ? Si l'on commence, Divine, pourquoi s'arrêter ?"

Kent se retourne à nouveau vers elle, l'air grave.

"Je peux détruire ce monde, mais je refuse d'agir ainsi : je veux être mieux que cela, je veux être meilleur que les autres. Un vieil ami m'a dit que les grands pouvoirs amènent de grandes responsabilités... c'est fondamentalement vrai. Je ne peux pas me permettre le meurtre, car prendre une vie n'est pas et ne sera pas la solution. Nous valons mieux que ça - nous devons, au monde, de valoir mieux que ça."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 4 Mai - 9:37
(HJ: Moi aussi.)

J'écoutais mon noble cousin répondre à mes remarques, un sourire au coin des lèvres. Je n'avais pas vraiment eu le loisir de discuter sur la morale de nos actions. J'avais eu ce début de conversation avec un autre de mes cousins, mais cela n'était pas allé aussi loin. Je ne pouvais m’empêcher de me demander, si il aurait pris le temps de me parler, de m'expliquer son point de vue, si notre situation avait été différente. Ce serait il montré si généreux dans ses paroles, si nous étions retrouvé sur un autre champs de bataille, l'un contre l'autre. Ne m'aurait il pas, simplement cogné, jusqu'à ce que je cède, que je plie sous sa puissance. Mais quelque chose dans sa logique était fausse, du moins biaisé son points de vue. Il plaçait mes propos dans une perspective qui n'avait rien de commun avec celle d'une guerre.

" Je ne te parle de meurtre, mais de faire ce qu'il faut pour vaincre un ennemi, plus nombreux, plus puissant lors d'une guerre. "

Car il s'était bien agit d'une guerre et no d'une simple attaque de bandit sur une banque.


" De tout temps, les habitants de ce monde, se sont fait la guerre, tuant leurs ennemis sur les champs de bataille. En quoi, la situation que nous avons connu était différente. Je ne parle pas de faire des victimes parmi la population civile, même si parfois les dommages collatéraux peuvent les toucher. "

A vrai dire, je ne m'étais jamais posé de telles questions, mais je ne me considérais pas non plus comme une meurtrière. Je n'avais encore jamais tué d'innocents, depuis que j'avais pris ma liberté. Je me contentais de prendre ce qui me plaisait, écrasant ceux qui se dressaient face à moi. Je ne coïnciderais pas les humains, comme une menace, du moins tant qu'ils n'utilisaient pas de Kriptonites.
Sa remarque sur Dieu, faillit me faire éclater de rire, si une telle entité existait, ce qui était possible, après tout, de part la galaxie et d'autres, vivaient des entités aux pouvoirs incommensurables, capable de créer la vie, ou la détruire. Mais pour moi, cette question avait un sens particulier, ce n'était pas cette entité qui m'avait créé, mais une de ses créations, un humain. Quand au sujet d'avoir le droite de choisir qui doit vivre et qui doit mourir, les sociétés humaines se sont données ce droit, afin d'établir une justice. Mais la loi du talion apparait dans les écrits, dit saints, la moralité, la justice, ne sont que des enjolivures, pour la rendre plus civilisée. Mais je ne comptais pas aborder cette question avec lui. Par contre je pensais devoir lui ouvrir les yeux sur la réalité des faits, ou du moins essayer.


" Vois-tu, notre ennemi n'avait pas pour but de détruire, de tuer, juste de soumettre à sa volonté. Il fonctionne comme une ruche, une fourmilière, mais aussi une maladie infectant ce qui l'entoure. Ne pense tu pas qu'il faille couper, enlever la partit infectée afin de pouvoir sauver le malade. N'aurait il pas fallut frapper fort, de manière à permettre de repousser l'ennemi, en vue de mettre en place un moyen de le stopper définitivement et sauver ceux qui pouvaient l'être. "

Superman, me parlait de justices, de valeurs que je comprenaient mais qui rognait ma conception de la liberté. De grands pouvoirs imposent de grandes responsabilités, mais envers qui, les autres, soi même. La dessus, j'étais convaincu que l'on ne pourrait se mettre d'accord, je considérais ma liberté, comme la chose la plus importante et mes pouvoirs me la garantissait. De plus, vouloir utiliser ses pouvoirs pour soit, ne voulait pas dire devenir un monstre, tuant et massacrant. Je ne pus m’empêcher de rebondir sur son exemple, lorsqu'il prit le sérial killer comme exemple.

" Tout dépend du tort qu'il a causé à la société, c'est ainsi que fonctionne la justice. Elle n'est là que pour classifier les torts causés et leur assigner une punition correspondante. Chaque société à son tableau de valeurs, morales, légales, éthiques. On ne peut pas comparer un tueur en série, une menace grave pour la société, avec un voleur. Cette distinction est déjà faite, prévue, par les lois des sociétés. En tant de guerre, la société accepte certaines actions, même répréhensibles, si c'est pour son bien. "

Lorsque je répondit à son regard, en me tournant vers lui, il y avait un peu de tristesse dans mon regard, sentiment que je ressentais pour celui qui se voulait être un phare pour les humains. A la différence de TARTARUS et des Omacs, qui voulaient unifier les populations sous leur volonté, lui voulait servir d'exemple, qu'on le suive de notre propre volonté. Cela risquait de prendre du temps, la nature humaine était méfiante, envieuse, même si elle possédait ce potentiel qu'il voulait que tous révèlent un jour. Je me levais, m'approchant de lui et posa ma main sur sa poitrine au niveau de son cœur, me collant presque à lui.

" Tout ce que j'ai entendu sur toi est donc vrai, je pourrais presque tomber amoureuse et vouloir t'arracher ton uniforme " un sourire 10000 volts apparut sur mes lèvres, " presque."

Puis me détournant aussi soudainement, je pris une inspiration.

" Que tu le veuille ou non, tu es un dieu aux yeux de certains, certains essayent de suivre ton exemple, mais la plupart attende que tu les guide, que tu leur dise quoi faire. Les humains ont besoin, se sont imposés ce besoin, d'avoir un leader, un guide. Ils redoutent la liberté, craignant de ne pas pouvoir résister à leurs désirs. Mais leur contradiction, veut que dès qu'on la leur retire, qu'on leur impose ce qu'ils ont déjà accepté, ils se rebellent, se battent et sont près à tout, pour garder cette illusion. "

Je me retournais, vers mon cousin, balayant les ruines de la main.

" En ne voulant pas frapper de toute nos forces, voulant sauver, ou garder l'espoir de sauver, ceux déjà devenu Omac, ne pense tu pas que nous avons abandonnés les autres. Cette ville était importante, dans le plan pour repousser les forces d'invasion ennemis, pour assurer la sécurité des citoyens encore libres. Le sacrifice de certaines vies, même d'une, n'est il pas nécessaire pour sauver d'autres vies. Sur un champ de bataille, la morale n'a pas sa place, de toute façon c'est le vainqueur qui définira ce qui était bien ou mal. Voila une vérité, avec laquelle tu te bat et qui fait que je n'ai pas l'envie de suivre ton exemple. "

Quittant le champ de ruines, mes bras embrassèrent le ciel.

" Je veux agir comme bon me semble, vivre selon mes lois, mes règles, j'ai la capacité de voler et ne désire nullement me retrouver dans une cage. Voila pourquoi je me suis rangé de votre côté, prête à risquer si ce n'est ma vie, mais mon intégrité physique. Peut être aussi que ce choix m'était facile au vu de ces pouvoirs que j'ai hérité de son ADN. Mais comme tous les humains, je suis prête à tous pour protéger celle-ci, même à tuer si nécessaire. "

Même si mon regard était sérieux, il n'y avait aucun autre sentiment derrière. J’exposai juste une vérité, ma vérité et celle de la majorité des humains, du moins je le pensai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 11 Mai - 18:49
(HJ/ Désolé pour le retard, la semaine a été folle, je n'ai pas eu le temps de me poser derrière un clavier suffisamment longtemps pour te répondre. /HJ)

Clark écoute avec attention les arguments de Divine, essayant de les comprendre de son point de vue afin de découvrir comment elle peut avoir adopté une vision aussi terrible de la vie et de leur combat face aux monstres qui menacent cette planète.
Il rougit, bien sûr, quand Divine évoque une éventuelle passion pour lui - outre l'étrangeté d'une telle possibilité entre deux faux-cousins, il ne pourrait se permettre une nouvelle liaison après ce qu'il s'est passé avec Loïs. C'est encore trop frais, trop dur... et oui, définitivement, il ne peut accepter quelque chose avec la clone de Karen.

"Mon uniforme ne s'enlève pas aussi facilement."

Il se frappe le torse du poids, un bruit métallique sortant du plastron.

"Technologie kryptonienne. Faite pour durer."

Il sourit, mais cette expression disparaît quand il réfléchit aux arguments à opposer à Divine. Kent reste silencieux quelques secondes encore, laissant son regard divaguer sur les ruines de Central City, imaginant à nouveau l'horreur vécue par ceux qui ont été laissés derrière.
Il soupire, et reprend calmement la parole.

"Je peux comprendre ta vision des choses. La guerre est une perspective différente, spéciale, et les soldats doivent prendre des décisions terribles afin de survivre et de pouvoir voir le lendemain. Je ne parle pas de victoire totale, mais de victoire individuelle : pouvoir rentrer, pouvoir continuer encore sur Terre."

Il joint ses mains devant son visage, parlant d'une voix calme, posée mais terriblement sûre et confiante. Il croit, définitivement, à ce qu'il dit.

"Mais je ne suis pas un soldat, ni un dieu. J'ai décidé, il y a bien longtemps, de mettre mes pouvoirs au service de ceux qui en ont besoin, mais sans vouloir les guider. La force des choses, les menaces et les horreurs de ce monde m'ont forcé à combattre des monstres, mais je suis plus un pompier qu'un soldat - plus un secouriste qu'un guerrier."

Son regard se pose soudainement sur Divine, si fort qu'il en pénètre quasiment l'âme de la jeune femme.

"Je participe à cette guerre, mais je ne suis pas Steve Trevor, je ne suis pas Wonder Woman. Je ne suis pas un soldat, et je ne le serai jamais : je combats pour aider, mais ce n'est pas ma place, pas mon destin. Je comprends ce que tu dis, je comprends ce qu'implique une guerre, mais je considère que je ne dois pas devenir un guerrier. Tu as très bien saisi les implications des soldats, le besoin de tuer pour survivre, et tu sais exactement ce qu'ils doivent subir après : stress, paranoïa, syndrome post-traumatique... j'ai un pouvoir extraordinaire, et je ne peux pas me permettre de dépasser la ligne des secouristes, autant parce que je ne veux pas intervenir aussi loin dans la vie des Hommes que parce que je ne peux pas me permettre de vous mettre tous en danger."

Superman soupire légèrement, avant de se relever et de s'élever dans les airs.

"J'ai le pouvoir d'un dieu, mais le coeur d'un homme. Je ne suis pas fait pour diriger, et je ne le ferai jamais. J'espère que le futur me le pardonnera."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Discussion sur les ruines d'un espoir ... [ PV Super-Man]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Gavalda, Anna] 35 kilos d'espoir
» Enid Blyton, biopic de la BBC + discussion sur son oeuvre
» Vers l'espoir d'une vie nouvelle...
» [Suggestion] Lien vers le dernier message non lu d'une discussion
» une lueur d'espoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Central City-