Une assistance spectrale [PV Gentleman Ghost]

Invité

MessagePosté le: Mer 25 Juin 2014 - 0:09

HRP : L'action se passe après le sujet à l'Iceberg Lounge, même si celui-ci n'est pas terminé et peut avoir quelques rebondissements, la fin est plutôt mauvaise pour le Docteur qui se trouve enfermé et affublé d'un collier annihilateur de pouvoirs. L'action se déroule vers les 6h du matin.

Enfer et damnation.
Cette expression vue et revue était pourtant on ne peut plus appropriée pour désigner la situation du pauvre Docteur ; capturé, humilié. Comment avait-t-il pu se retrouver dans ce poste de police comme un vulgaire junkie ramassé sur le trottoir humide d'une nuit de mardi. Obligé de dormir sur une couchette nauséabonde en compagnie de tout ce que le monde avait enfanté de plus laid, ces compagnons de cellules en premier et leur poux ensuite. C'était insupportable, INSUPPORTABLE !
Cette justicière allait regretter son action, plus que de sa vie, elle le payerait de son âme entière. Le Docteur n'a pas de limites quand on se joue ainsi de lui.
Il aurait dû se méfier de l'Iceberg Lounge dans lequel il ne se trouvait que 12h plus tôt. Gotham est vraiment le pire trou à rat pour toute la vermine quelque soit le coté de cette ersatz de justice duquel elle se réclame. Tout ce déroulait bien au début ; le contrebandier poilu lui avait trouvé ce qui lui permettait enfin de dominer le monde, aussi simplement que d'écrire ces quelques mots. Mais, c'était sans compter sur l'effroyable stupidité de la criminalité de cette cité pourrie qui lui avait chercher noise suffisamment pour le déconcentrer de la menace tapie dans l'ombre, cette horrible femme en collant. Et il ne fallait pas compter sur un quelconque secours, évidemment. Chacun pour sa peau ; l'étiquette et la solidarité pouvaient aller se rhabiller.

Quelle humiliation que d'être ainsi livré à la police locale, collier au cou comme un vilain chien errant. Un corniaud qu'on livre à la fourrière avant de recevoir une piqure fatale.

« GARDIEN !! » hurla la voix courroucé du bon Docteur en apercevant une silhouette passer devant les barreaux.

« Pas de temps à perdre avec des pleurnichards. » lui répondit le rustre qui ressemblait à un meuble mobile non pas rempli de vêtements, mais de beignets visiblement puisqu'il en portait un sachet en format familial +.

« Laissez moi partir, l'avenir du monde en dépend. Une menace terrible va s'abattre sur nous tous bientôt. »

« Qu'est-ce que tu raconte doc ? Ne te lance pas là dedans sinon tu va te retrouver à Arkham et crois moi, c'est encore pire que Belle Reve. »

Le Pénitencier de Belle Reve... le terminal pour les proies de l'injuste système judiciaire. S'évader y était presque impossible. Ce qui n'était pas le cas d'Arkham, disait-t-on, mais il était hors de question d'y mettre les pieds. S'il n'était pas fou, le Docteur le deviendrait à coup sûre, car les esprits les plus sains sombrent tous sous les chocs électriques des tortionnaires de l'Asile. Et il ne voulait pas avoir à se confronter encore à ces monstres stupides qui avaient tout fait échouer hier.

« Vous regretterez de ne pas m'avoir écouter. Elles vous tomberont dessus un de ces jours, elles font toutes cela et vous n'en réchapperez pas... »

« Mais de qui tu parle ? »

« Des femmes ! » Décidément cet homme était méprisable autant par son apparence grotesque, son langage familier et son esprit lent.

« Le jour où une poulette me tombera dessus je te ferais signe, mais je n'y crois pas trop... » dit le flic gras et solide en continuant son chemin en riant avant de se taire probablement la bouche pleine de beignets.

« Arrr... »
Qu'elle perte de temps, quel interlocuteur futile. Il n'y avait donc rien à faire ici pour patienter dignement avant de passer sur la potence ?

Le Docteur préféra se concentrer sur l'éventualité que l'invention de Star Labs se trouve encore dans le Commissariat. Qu'allaient-t-ils en faire ? Il fallait qu'il suivre la trace de la merveille technologique pour la retrouver un jour. Un jour il pourra faire plier Wonder Woman et toutes ses ignobles sœurs comme des marionnettes devant lui, plus jamais elle ne pourront le regarder de haut d'un air moqueur.
Oui, un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 30 Juin 2014 - 22:29
Un jeu d'enfant ! Un jeu d'enfant que de s'introduire dans ce commissariat de la ville la plus malfamée d'Amérique. Du moins pour qui a l'étrange honneur d'être un revenant et donc immatériel à volonté. Et cet honneur, Jim Craddock se trouvait l'avoir, le Ghost qui formait pour moitié son nom de guerre n'étant pas à prendre au sens figuré. Ne pas s'y faire voir, ça en revanche c'était une autre paire de manches. Après, quand votre tête et par conséquent vos yeux sont invisibles au commun des mortels, la difficulté est moindre. A fortiori quand on a le cambriolage dans le sang, quand bien même on n'en a plus, de sang. Tout cela pour dire que Gentleman Ghost ne nourrissait guère de doutes sur le fait qu'il mènerait sa mission à bien, ce qui l'attristait en un sens, tout challenge étant par nature stimulant. Mais bon, il avait choisi son camp, celui des tricheurs et du reste, il avait vu bien trop de ses collègues donner par devers eux l'avantage à l'autre camp pour sombrer lui-même dans cet écueil. Allons tant pis, allons tant pis, tant pis !

Comme nous disions donc, s'introduire dedans le mur pour n'en laisser sortir qu'un œil espion avec pour tout indice de sa présence qu'un monocle peu aisé à remarquer même en ayant bien le nez dessus car transparent, l'enfance de l'art en somme, depuis le temps. Un zeste d'observation et de patience et le maton ayant la surveillance de la cible se présenterait. D'autant plus facile à repérer pour l'œil avisé qu'il portait un trousseau, un trousseau auquel pendait une clé bien spéciale, une clé à distance mais elle n'ouvrait certainement pas une voiture, oh non ! Un tournemain et le dit trousseau était chipé. Oh bien sûr, le propriétaire allait s'en alarmer mais le temps de mettre le danger au clair et il serait trop tard. Même une cité à la criminalité aussi éclectique que Gotham n'était pas préparée pour ce genre d'intrusion, grand Dieu même son protecteur, pourtant prévoyant entre tous, ne pouvait se targuer d'avoir toujours sous la main de quoi y mettre un terme. Et pourtant, si l'on en croyait la rumeur, sa méfiance était accrue au point qu'il avait toujours sur lui de la kryptonite.

Mais peu importait toutes ces considérations ! Gentleman Ghost se trouvait à présent en cellule. Non pas qu'il fut prisonnier, non pas lui ! Il se tenait dans l'angle mort de la caméra de surveillance, faisant tournoyer le trousseau de clés subtilisé par ses soins.

« Docteur Psycho, je présume ? La question était purement rhétorique mais la référence, accent anglais aidant, était trop tentante. Je pense avoir là de quoi vous offrir une chance de quitter cet endroit si toutefois vous me promettez d'être sage. Enfin, si l'on puits dire, hé hé. »

Le docteur Psycho, un être dont la misogynie hystérique le rendait intouchable même auprès de nombre de supervilains. Ce qui le rendait divertissant en un sens mais l'heure n'était pas à l'encouragement de telles mesquineries, auxquelles Mister Craddock se croyait du reste bien au-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Juil 2014 - 11:38
HRP : Très beau post, c'est pour moi un plaisir de jouer en votre compagnie Smile Désolé pour le délai de réponse, plus long qu'a mon habitude.

Tournant dans sa cage comme un fauve au zoo, le Docteur patientait comme il pouvait en maugréant milles reproches contre ses chèvres émissaires préférées, faisant les cents pas. Il faisait cela avec une telle concentration qu'il ne remarqua pas la spectrale apparition qui venait d'entrer dans sa cellule. Lorsqu'une voix se fit alors entendre, le petit homme bondis si haut qu'il en toucha presque le plafond avant qu'il ne distingue d'un regard glacé une silhouette inattendue, un fantôme venue le chercher.
Brrrr... En tant qu'enfant à l'imagination débordante et scientifique pragmatique, Edgard Cyzko n'appréciait pas le mot fantôme et encore moins l'idée d'en rencontrer un. Bien que depuis ses dernière années, il en avait vu des anormalités qui défiaient les belles paroles des hommes de science. Aussi fut-il moins surpris qu'intimidé par cette créature de l'au-delà et ce dont elle était capable, hormis d'avoir un accent Londonien impeccable.

« J'imagine donc que vous ne faites pas partie de mes geôliers. Aussi, si vous ne me conduisez pas en prison, quelles sont vos intentions à mon égard, Mr ?
Je n'ai aucune envie d'être enterrée plus longtemps derrière les barreaux d'une cellule, mais pas désespéré au point de pactiser avec le Démon ou la Mort... »


Il tentait de paraître calme et courtois avec l'inquiétant fantôme, tout en scrutant les moindres détails de sa personne, si l'on peut parler ainsi. L'allure très chic qu'il avait, ses vêtements blancs et soignés, si ces derniers se trouvaient figés depuis son trépas, lui indiquait qu'il avait à faire à un ancien noble, ou bourgeois au moins ; un point rassurant.
Si le revenant se montrait un allié compréhensif, il pouvait retourner considérablement la situation critique dans laquelle il se trouvait en lui permettant de retrouver sa liberté et son outil de vengeance. Ce Commissariat allait se souvenir du jour où il avait commis l'impudence d'enfermer le grand Psycho derrière leurs barreaux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 26 Juil 2014 - 20:18
Le dandy spectral ne put s'empêcher d'être un peu déçu par la réaction de l'horrible nabot. Plus de 70 printemps qu'il défrayait la chronique sous l'appellation de super-vilain et malgré cela, il se trouvait encore quelqu'un dans la partie pour ne pas le reconnaître aussitôt mais c'est un monde ! Maître Craddock se figea, arrêtant de concert de faire tournoyer ses clés durement... enfin, acquises.

« Tututut, vous me peinez, mon cher docteur ! Pour qui me prenez-vous ? Un démon ou la mort, dites-vous ? Un pêcheur, certes, un tueur, s'il le faut et d'aucuns me trouvent puissant mais au point d'agir sur les âmes de mes prochains, certes non ! Mes objets de convoitise tendent à être bien plus... matériels. Vous ignorez donc qui je suis alors qu'au risque de me vanter, je ne me crois pas le premier venu. Corrigeons cette lacune sans plus tarder, voulez-vous ? Permettez-moi de me présenter, je suis un homme de goût et fortuné. Jim Craddock, pour vous servir mais je vous en prie, appelez-moi donc comme le tout venant... Gentleman Ghost ! Revenant, brigand et éventuellement, votre bienfaiteur ! »

Pour mieux se présenter, le fringant fripon avait quitté l'ombre, révélant son habit immaculé et dans une révérence avait soulevé son couvre-chef sous lequel flottait un monocle sans tête apparente.

« Je viens au nom d'une... amicale dévouée à éviter aux gens qui, comme vous et moi, voient la morale comme le cadet de leurs soucis, un sort aussi funeste que celui qui est présentement le vôtre. Ceci et autres menus avantages, médicaux notamment, je n'ai pas besoin de vous dire comme ces soi-disant défenseurs des bonnes mœurs peuvent se montrer inélégants. Évidemment, pour maintenir à flot cette louable entreprise, cette solidarité toute relative doit marcher dans les deux sens aussi il est demandé à chacun de faire montre d'une certaine... bonne volonté, dirons-nous. Après tout, c'est ce qui a fait si souvent défaut à notre corps de profession et vaut à nos adversaires cet arrogant sentiment de supériorité. Ajoutez à cela qu'un élément suffisamment méritant se verra accorder des privilèges en conséquence. Bien bien bien, je crois avoir su faire assez rapidement le tour de la question. La suite dépend de vous. C'est à prendre ou à laisser. Sans vouloir vous influencer : vous n'avez pas beaucoup d'amis à Gotham, n'est-ce pas ? Personne pour s'émouvoir de votre sort et venir vous chercher ? Et vous ne comptez pourtant pas y prendre racine ? Que dit la croyance populaire, déjà ? Ah oui : nous sommes légion ! Oui oui, ce n'est pas la citation exacte, je ne vous l'apprends sûrement pas mais nous n'allons pas nous en formaliser, n'est-ce pas? »

Au fur et à mesure qu'il disait ces mots, le gentleman d'outre-tombe faisait tournoyer son trousseau de clés à une vitesse exponentielle. Oh qu'il était vilain mais charmant malgré tout, cela il y mettait un point d'honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 1 Aoû 2014 - 23:34
Non, définitivement non. Le Docteur n'avait qu'une idée vague du personnage auquel il avait affaire.
Certes son nom lui disait bien quelque chose, même son apparence en prenant bien le temps de l'observer, mais au bout du compte il n'en avait plus grand chose à faire des autres ennemis de la Ligue et après ces désastreuses collaborations dans le passé, il préférait même s'en tenir éloigné. Cependant, il ne pouvait ignorer que ce passe-muraille tombait à pic. Aussi il lui offrit un petit jeu de comédie, pour ne pas chagriner d'avantage son invité.

« Gentleman Ghost ?... » répéta-t-il d'un air songeur en faisant le mou, comme s'il réfléchissait intensément.

« Mais oui, Gentleman Ghost ! » S'écria-t-il ensuite avec un large sourire comme s'il venait d'avoir une illumination avant de se précipiter vers le fantôme un visage balançant entre la confusion et la joie. Une interprétation pleine de bonne volonté, mais particulièrement sur-jouée.

« Toutes mes excuses pour ma mémoire qui parfois me fait cruellement défaut. C'est un honneur pour moi de rencontrer le célèbre voleur fantôme et s'en est un encore plus grand que vous me considériez comme un associé. »
Lui même s'inclina si bas que son nez touchait presque le sol, ce qui en soit était assez simple pour lui.

Il prit le temps de digérer les propos du Gentleman Ghost.
Une association de criminel ? Ça lui disait quelque chose... Mais oui, c'était bien cela qui avait causé la colère de cette méprisable sorcière et tous ses ennuis. Il n'était pas du genre à leur faire porter le chapeau de ses déboires étant donné qu'ils allaient le libérer, mais tout de même, le fil est un peu gros...
Dans tous les cas, après avoir nié sur l'honneur qu'une telle organisation puisse exister à Circé, le voilà bien embarrassé de devoir la rejoindre. Il se trouvait ainsi piégé, redoutant le moment de la confrontation avec l'affreuse harpie. Mais en même temps, si on l'aidait à utiliser le développeur télépathique de Starlabs, alors il n'aurait plus qu'à ordonner à celle-ci de se jeter du haut d'une falaise et le problème est résolu, le monde entier le remerciera.
Le bon Docteur imaginait déjà son avancée triomphale dans une rue méditerranéenne aux pavés immaculés sous un soleil au zénith et sous les applaudissements et la pluie de fleurs de lamiacées qu'un peuple en liesse lui offrait pour son acte salvateur.

« Hey Psycho ! »

Un appel mauvais l'arracha de sa rêverie.

« Mon geôlier ! » chuchota-t-il paniqué au Gentleman Ghost.

Toujours muni de son collier annihilateur de pouvoirs, le Docteur s'en remettait au fantôme.
« J'accepte avec joie de rejoindre votre bannière mon ami. Mais si vous m'aidez à me faire sortir d'ici, je ne peut quitter ces lieux sans mes effets personnels qui seront bien utile pour votre cause... Sans eux je suis grandement affaibli et... »
Les pas du gardien se faisait plus sonore.

« … j'ai aussi besoin de vous pour les reprendre... »

« Pourquoi tu t'agite ainsi dans ta cellule, prisonnier ? Tu nous prépare un mauvais coup ?... »

Ce pauvre homme ne pouvait se montrer plus clairvoyant à ce moment précis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 14 Sep 2014 - 0:50
[HRP : bon, tâchons de pas trop nous éterniser]

Le docteur avait accepté. Comme prévu. Subtil mélange de vanité et de désir d'intégration. Voilà qui était réglé. Le reste ne serait que formalité. Ses effets personnels, il lui fallait. Soit. Ce n'était pas Gentleman Jim Craddock qui allait lui reprocher une quelconque coquetterie.

« Allons bon, si ce n'est que ça... Considérez la chose faite, docteur. Et à tout de suite... » chuchota le sémillant spectre avant de quitter la cellule, laissant les clés salvatrices derrière lui à la disposition de l'occupant.

Gentleman Ghost se faufila dans le dos du garde, accompagnant avec fluidité ses mouvements sans grâce, un doigt complice sur son absence de bouche à destination de son complice. Avec l'élégance d'un danseur, l'anglais se retourna en même temps que l'officier qui s'était mu de façon étonnamment vive pour un homme de sa grossièreté.

« Heu, j'ai senti comme un frisson derrière moi... Bah, c'est cette ville qui fait ça. Maintenant, on attire même les tarés de l'extérieur. Et ils valent bien les nôtres. Ce gars-là ressemble à l'autre sale poupée du vieux taré de Ventriloque... mais en vrai... et encore plus mochedingue si c'est possible. » conclut-il avant de s'en retourner, dans son dos le fringant et fripon fantôme se faufilant à pas de loup, moquant le garant des forces de l'ordre dans un vrai numéro de pantomime.

Or donc il fallait se diriger vers le bureau des pièces à conviction. Gentleman Ghost rasa donc à nouveau les murs, de l'intérieur, en quête si ce n'est de la pièce recherchée sinon d'un plan. Cela ne fut pas long. A partir de là, rien n'était plus simple pour Craddock que de déjouer la surveillance, en s'introduisant dans les casiers depuis le mur. Son état spectral n'émettant pas d'embarrassante signature thermique,  il ne laisserait aucune trace. Alors qu'il fredonnait doucement un air de La Gazza Ladra du grand Rossini, le peu de lumière qui pénétrait par la grille, conjugué à sa vision nocturne amplifiée par les années, lui permit de lire assez distinctement quelles pièces sous housse étaient attachées à l'affaire Psycho. Et c'est encore par le mur qu'il fit sa sortie, retournant jusqu'à la cellule de son camarade.

« Et voilà, mon bon docteur ! Tout est là, je pense. Tel que je les ai trouvés car entre collègues, je ne me serais jamais permis d'y jeter un... œil indiscret. Je vous laisse le privilège de décider vous-même de votre sortie. Considérez cela comme un examen d'entrée. Je me dois toutefois de vous informer que le secret est notre mot d'ordre aussi malgré la tentation que je présume forte de passer vos nerfs sur le personnel, je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas vous épancher en cruautés inutiles, sans vouloir vous commander. Comme vous le savez peut-être, il règne dans cette ville un vent mauvais qui tend à vite propager toutes rumeurs et pas que parmi les éléments criminels, hélas. Vous aurez tout le temps, plus tard.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 7 Oct 2014 - 19:02
Le Docteur remercia le fantôme. Un véritable passe-muraille et un allié particulièrement utile à avoir à ses cotés. Si cette Société disposait d’autres éléments de ce genre, l’offre devenait encore plus intéressante.
Instinctivement le Docteur pinça du nez quand Gentleman Ghost l’invita à une certaine retenue lors de leur départ du Commissariat, comme s’il était du genre à laisser derrière lui une piste de cadavres innocents…

« Le bon Docteur ne punis que ceux et surtout celles qui le méritent, sachez le, Mr Craddock. Je comprends que votre choix de titre de criminel évoque un certain code moral, moi-même j’en ai également un. »

Tout en parlant, le Docteur Psycho sortit une clé du sac et s’empressa de libérer son cou du collier annihilateur.

« La galanterie et l’abaissement des hommes face aux femmes me dégoûtent.

Vous n’êtes pas ignorant de la calamité qu’elles représentent depuis la Création et heureusement des institutions réputées comme cette police ne comptent que peu d’agents féminins. Je ne vais pas faire souffrir ces pauvres hommes, ils ont déjà une vie suffisamment misérable pour être résolu à signer un contrat de travail qui tôt ou tard passera au broyeur après leur rencontre avec les fous ou les monstres de cette ville. »

« Une ville puante que je suis bien content de quitter… »

Mettant ses mains en porte-voix, le Docteur cria :

« Garde, garde ! »

Il n’y eu pas à attendre bien longtemps pour que le pas pesant et les jurons d’un homme dérangé dans sa fascinante occupation ne résonne dans le couloir.

« Psycho, tu commence sérieusement à me gonfler, si c’est une blague, je vais te donner un coup de jus et… »

Le garde venait de croiser le regard et large sourire du Docteur, son cerveau compris très vite la situation délicate dans laquelle il se trouvait à présent avant d’être soudainement entièrement happé sous le contrôle de celui du Docteur.

« Mr le policier, m’enfermer dans cette cage est un affront… je suis un bon citoyen irréprochable. »

« Toutes mes excuses, Docteur Pycho. » répondit le garde confus en s’empressant d’ouvrir la porte de la cellule.

« Voici toutes les clés, il vous suffit de prendre à droite, vous arriverez à la salle des gardes, puis directement au parking souterrain, prenez ma voiture, c’est la bleue avec le rétroviseur cassé, mais s’il vous plait avant, enfermez moi. J’ai commis un véritable crime en vous retenant ici. »

« Votre demande est acceptée, mon brave. » termina le Docteur en enfermant le policier dans la cellule.

Marchant d’un pas presque sautillant, le Docteur jouait à faire sonner le trousseau de clés dans le couloir nauséabond du sous-sol du Commissariat.

« Et voilà, aucune cruauté inutile… Cependant, si les gardes sont nombreux dans la salle, les hypnotiser tous comportent quelques risque, aussi un nouveau coup de main ne serait pas de refus… partenaire. »

Rien ne pouvait stopper le duo dans leur sortie des lieux. La suite du programme, la Société Secrète en déciderait…


[HRP : Je me permet de considérer ce post comme mon dernier, inutile de s’épancher d’avantage sur l’évasion à mon avis. Je vous laisse poster vos impressions, sinon nous pouvons dire que le sujet est conclu, chère collègue.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Une assistance spectrale [PV Gentleman Ghost]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MOTARD FANTÔME "D.Ketch / nouvelle version" (Ghost Rider II)
» The Ghost Squad
» Ghost in the Shell: Stand Alone Complex
» The ghost-writer - Roman Polanski 2010
» Ghost of Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-