Just a dream... (pv Virgil)

Inscription : 23/06/2014
Messages : 159
DC : ////
Localisations : Devant mon Pc
Groupes : Ligue des Assassins
MessagePosté le: Mer 9 Juil 2014 - 22:33
John Dee manquait cruellement d'argent. C'était un fait, une réalité. Lui-même, malgré l'humiliation qu'il ressentait, ne pouvait le nier. Ce voyage à Métropolis se voulait être une dernière chance de se refaire rapidement. Quelle ironie... Lui, l'un des plus grands criminels de ce siècle, devenir un vulgaire mercenaire ?

Il y était forcé. Mais heureusement, ses puissantes capacités mentales pouvaient lui permettre de faire fortune dans un temps qui frisait l'indécence. Son commanditaire était un homme d'affaire. Sa cible, un second businessman. Voler des secrets, empêcher l'un d'être à l'heure à un rendez-vous vital sans que des soupçons soient éveillés... C'en était presque trop facile et indigne de lui, le fantastique Dr Destiny.

''Vous êtes arrivé, monsieur.''

Le taxi s'arrêta doucement juste devant son hôtel, un établissement modeste qui, sans être trop pauvre, convenait parfaitement à ses revenus et à l'avance qu'il avait touché pour ce contrat. Un maigre sourire apparut sur le visage tout aussi émacié du Dr et celui-ci, en empoignant sa légère valise au passage, quitta l'habitacle du véhicule jaune et vert après avoir payé son ''propriétaire''.

''Métropolis... Nous y voilà...''

John souffla légèrement puis poussa le battant vitré menant à la réception. Pourquoi diable ces portes étaient-elles si lourdes ? Le pseudo-scientifique maudit intérieurement sa propre faiblesse puis s'avança jusqu'au comptoir. Là, après avoir salué l'employé, pris sa clé, mémorisé le numéro de sa chambre, il pénétra dans l'ascenseur qui devait le conduire au troisième étage, à la chambre 13. Un chiffre excellent pour un amateur de symbolique tel que lui. C'est à la sortie de l'ascenseur que l'air lui manqua. Trop de pression, trop d'efforts. Un méchant point de côté se fit sentir. Et c'est en titubant, haletant, en quête d'air frais qu'il pénétra dans sa chambre. Dee fonça dans le coin salle de bain et prit le verre posé sur le lavabo d'une main tremblotante. Oh bon sang qu'il haïssait son état physique actuel !

Le criminel ingurgita goulument son verre d'eau fraîche, ouvrit en grand la fenêtre de sa chambre puis s'effondra dans le seul fauteuil de la pièce, harassé de fatigue. Puis d'un coup, il s'endormit. Le verre s'échappa de sa main inerte puis roula sur le sol sans se casser, l'épaisse moquette bleue de la chambre absorbant le choc...

Quatre heures plus tard, John Dee s'éveillait en pleine forme. Un coup d'œil à sa montre lui indiqua qu'il était onze heures du soir. Mmmh. Une sombre idée germa alors dans sa tête. Et si... Oui. Un rictus pervers illumina sa face blême. Gare aux rêveurs, le Dr Destiny était de sortie...

Il lui fallait une victime. Pour s'entraîner. Pour se défouler. Pour être sûr de lui. Pour affirmer sa puissance. Destiny la trouva à un ou deux kilomètres de sa position actuelle. C'était un jeune homme. Du nom de... ? Virgil Hershell. C'était parfait. Parfaitement bien.

L'homme se rencogna dans son fauteuil et se concentra. Quelques minutes plus tard, il accédait à l'esprit de Virgil et s'introduisait dans le rêve que l'étudiant était en train de vivre. Préférant se dissimuler pour l'instant aux ''yeux'' de son cobaye, le Dr Destiny privilégia l'invisibilité.

Le rêve de Virgil commença à se modifier. Imperceptiblement au début, puis de façon plus nette une dizaine de minutes plus tard. Mais dans un rêve, avons-nous réellement la notion du temps ? Non. L'étudiant savait-il se qui se passait ? Il devait s'en doutait. Car ce rêve tournait au cauchemar...

(HRJ : Virgil, je te laisse déterminer quel était ton rêve ainsi que les changements que tu constate. Je me chargerais du reste après...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Juil 2014 - 1:27
Je me repose sur le dossier de ma chaise de bureau, devant moi se trouve un nombre impressionnant de feuilles volantes sur lesquelles figure des morceaux de livres en tous genre, un carnet de notes appartenant à mon père et aussi une boite de carton qui contient les affaires qu'il avait laissé sur son lieux de travail avant de mourir.

Comme tous les soirs j'ai fait croire à ma belle-mère que j'étudie, alors certes ce n'est pas très loin de la vérité, mais contrairement à ce qu'elle pense je ne révise pas pour mes contrôles ou autres types d'examens, je suis actuellement entrain de comprendre ce qu'à fabriquer mon père durant l'année où je suis resté dans le coma.
Un coup d'œil à mon réveil-matin, me permit alors de comprendre pourquoi j'étais si fatigué, il était vingt-deux heure passée et après tous ce que je me suis pris dans la tronche ces derniers temps, cela ne m'étonne pas vraiment que je sois autant fatigué, je me demande d'ailleurs presque pourquoi je continue à poursuivre l'objectif de mon vieux alors que je ne comprends pas vraiment ce qu'il tentait de faire.

Mais en tous cas en suivant sa trace j'ai trouvé Camelot et aussi qu'il ne s'agissait pas du bon endroit, mais j'ai l'impression que cela il l'avait aussi découvert et à présent je suis de nouveau dans le vague à tenter de retrouver les indices qu'il à tendance à disséminé dans ses notes en se doutant que seul quelqu'un pouvant réfléchir comme lui parviendra à le comprendre.

Bref je repose l'amulette de Thot sur mon bureau et me lève de ma chaise tout en retirant mon tee-shirt avant de m'affaler dans ma couverture et finalement sombrer doucement dans les bras de la fatigue et du sommeil.
Le noir de mon esprit laissa alors peu à peu place à des couleur embrumée et finalement comme à chaque fois que le sommeil paradoxal se met en marche, mon cerveau me repasse les évènements qui m'ont marqué de manière plus ou moins fidèles.

Je suis debout dans un placard, sur le campus de Cambridge, je sais pourquoi je suis là et je sais déjà que je ne vais pas trouver ce que je cherches, mais ce n'est pas grave car c'est là que je l'ai rencontré et elle m'a marquée à tout jamais.
Cassandra... , lorsque j'ouvre la porte du placard elle est effectivement quelques mètres plus loin, je la rejoins et elle lève le doigt en me lançant un regard faussement vexé, comme le serai une maitresse devant un élève à qui elle ne peut pas réellement en vouloir.

Nous progressons alors dans la bibliothèque, mais au fur et à mesure que l'on avance, l'endroit devient de plus en plus sombre et quand nous somme devant la porte qui j'avais du ouvrir avec les connaissance récupéré par l'amulette de Thot, mais là c'est elle qui l'ouvre, me lance alors un regard grave avec que le haut d'un corps humain ne surgisse de l'endroit, tel les zombi que j'ai rencontré à Belltown, il se jeta sur elle avant que j'ai le temps d'agir et la tire à l'intérieure.

J'accourt, mais la seule chose que j'arrive à saisir ce sont ses cris...
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 23/06/2014
Messages : 159
DC : ////
Localisations : Devant mon Pc
Groupes : Ligue des Assassins
MessagePosté le: Lun 21 Juil 2014 - 12:21
Cassandra disparut d'un seul coup sous les yeux du lycéen, s'évanouissant en fines volutes de fumée. Et derrière le jeune homme, un craquement sinistre retentit. Puis un autre. Et encore un autre. Le sol de la bibliothèque se lézarde, se craquelle et un gémissement profond retentit au fond d'une des immenses fissures peuplant la salle. Un grondement plaintif lui répond puis les hurlements d'un orgue fou lui font ensuite écho.

''VIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIRGIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIL !''

L'atmosphère s'assombrit considérablement et les livres du campus tombent tous en même temps de leurs étagères. Les bibliothèques en elles-mêmes, fiers ouvrages de chênes, tombent en poussières dans un soupir lascif, sans pouvoir apercevoir le devenir de leur chargement. Les pages des ouvrages de la bibliothèque de Cambridge volent en tout sens dans la pièce, sans cœur ni raison.

Et le rêve du jeune homme qu'est Virgil Hershell tourne définitivement au cauchemar. Les feuilles volantes de la bibliothèque s'assemblent en une monstrueuse parodie d'être humain qui tombe aussitôt à genoux sitôt créée. Essoufflée, la créature se relève pourtant à la force de ses bras et forme elle-même le second fantôme de papier en saisissant au fur et à mesure les pages éparpillées des livres avec ses grotesques membres supérieurs. Un deuxième monstre apparaît. Puis un troisième. Et un quatrième.

Par un curieux coup du sort, il n'y en aura plus d'autres. Mais cela n'enlève rien à la menace que représente le quatuor. Difformes, effrayants, sans visages, ils se dirigent vers le rêveur d'un pas lent, mais si toutefois l'on ne peut détecter aucune expression sur leurs faces floues, leur attitude menaçante est en revanche bien perceptible.

Une fente s'ouvre pourtant sur la tête de celui qui est le plus près de Virgil. Et c'est un sinistre sourire qui se forme à son tour tandis que la voix lente et grave du monstre résonne dans un bruissement de papier aux oreilles du garçon :

''Thot.. Parles-nous... De l'amulette... Donnes-nous l'amulette...''

Jamais le péril n'a été si grand pour l'héritier de l'amulette de Thot. Pourtant, tout n'est qu'un rêve. C'est si simple de se réveiller... Mais rien n'est simple avec le Dr Destiny. Virgil l'apprendra à ses dépens.
________________________________________

Le Docteur s'amusait comme un petit fou. C'était si bon de reprendre ce qu'il faisait de mieux ! Que Virgil Hershell prenne garde, Destiny commençait tout juste à s'échauffer. Mais il devait admettre que le jeune homme l'avait intrigué lorsque l'amulette de Thot lui était venue à l'esprit. Qu'est-ce que c'était que cet objet ? Qui était exactement le sieur Hershell ?

Tout prenait alors une autre tournure. La curiosité du Dr Destiny s'en trouva décuplée. Et il redoubla d'ardeur dans sa tâche. Après tout, il avait seulement jusqu'au lever du jour pour agir.


(HRJ : Je suis vraiment désolé d'être en retard, et j'essayerai d'être plus ponctuel à l'avenir.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 22 Juil 2014 - 2:03
Cela ressemblait au début d'un mauvais rêve, la situation plutôt délicieuse fut très vite remplacer par un gout de décomposition et pour cause, le monde semblait presque s'évanouir autours de moi.
Mais mine de rien en ce décomposant de la sorte, ce lieux prenait un forme semblait à celle de mon esprit, un monde qui s'écroule car ses fondations ne son plus.
Chaque jour apporte sont lots de certitudes qui vole en éclats et seul la lueur d'espoir d'arriver au fond de l'affaire concernant mon père me permet de continuer.

Mais l'instinct de survie est le plus fort, la peur sourde et constante que la fin puisse arriver se fait de plus en plus présente et les réflexes prennent le dessus et alors que le monde s'écroule et que des monstre informe se créer, je commence enfin à réagir, surtout lorsque mon prénom semble être prononcé à la fois par un instrument et tous les démons du sixième cercles de l'enfers
Tout s'écroule et je concentre tout mes efforts à ne pas prendre un étagère dans la tronche ou marché dans un endroit du sol qui donnerai l'impression de s'effondrer sous mon poids.

C'est pendant cette séance d'esquive plus ou moins acrobatiques que j'assiste à quatre naissance de monstres formé à partir des feuille volante à travers le lieux totalement apocalyptique et à force d'esquive et de déplacement je me retrouve juste devant l'un de ces monstres sur laquelle se forme une bouche anormalement longue et dont les bruits qui en sorte, semblable à des millions de bruissement de papier arrivent à prendre un sens à mes oreilles.

Ces monstre en ont après mon amulette... la seule chose qu'il me reste de mon père en plus de cette piste que je suis inlassablement depuis des mois, par réflexe je porte la main au niveau de mon cœur, vu que l'amulette trônes à cet endroit sous mes vêtements.
Comprenant qu'il me faudra courir pour ma vie, je fuis en avant, et passe très près du monstre qui semble presque exploser tant les feuilles qui e compose se dirige vers mois à grand vitesse et je ne parvient pas à me baisser suffisamment vite, la majeur partie des feuille me frappant l'épaule exactement à l'endroit où il y a une cicatrice de balle et m'envoient valdinguer un peu plus loin.

Une douleur sourde frappe mon corps à plusieurs endroit et le gout à la fois sucré et métallique de mon sang me parvint à la bouche, crachant alors ce liquide hors de ma bouche en mettant ma main devant celle-ci, mon regard se fige de surprise lorsque je remarque,non pas que ma main est recouverte de mon sang, mais que je ne parviens pas à compter le nombre de doigts que j'ai sur la main.

- ... Que se passe t'il, bon sang ! Effectivement à ce moment là, je commençais seulement à récupérer les notions de rêve, mais tant que cela ne serai pas totalement acquis, je prends autant de dégât ici que dans la vie réelle.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 23/06/2014
Messages : 159
DC : ////
Localisations : Devant mon Pc
Groupes : Ligue des Assassins
MessagePosté le: Lun 4 Aoû 2014 - 20:22
Le Docteur devait bien reconnaître que cette histoire d'amulette piquait au vif sa curiosité. Et qu'à la base, il était seulement intervenu dans le rêve de l'étudiant pour se divertir un peu. Pas pour se jeter sur la trace d'une très intrigante amulette. Maudissant intérieurement son innocente victime, il tenta d'échafauder rapidement un plan efficace. Mmmh. Non, pas celui-ci. Celui-là non plus. En revanche, ce dernier...

Avec un énième sourire pervers aux lèvres, John Dee se concentra et replongea dans le songe du jeune Hershell.
_________________________________________

''... Que se passe t'il, bon sang !''

''Mais voyons, Virgil, vous vous trouvez dans un rêve.''

Soudain, la voix à la fois puissante et rassurante d'un invisible s'élève dans les airs. Sa phrase y reste en suspens quelques secondes avant de s'effacer doucement, comme sous le coup de gomme délicat d'un dessinateur voulant corriger une minuscule imperfection sur ce qu'il considère comme son chef d'œuvre. Alors que le monstre de papier s'apprête à repartir à l'attaque, il s'enflamme d'un seul coup et se consume en un battement de paupières. Stupéfaits, le trio restant s'immobilise et stoppent leur assaut.

Derrière le jeune homme, une haute silhouette commence à se dessiner. Ses contours floues se précisent, et bientôt, c'est un être à l'aspect curieux qui se trouve derrière Virgil. Vêtu d'une cape bleue foncé avec une capuche dissimulant son visage, l'homme, car c'en est incontestablement un, porte également un ensemble de la même couleur et avance d'un pas. Son visage est invisible, caché par une ombre providentielle, de sorte que sous sa capuche, il n'y ait qu'obscurité. Pour l'instant.

La destruction progressive du lieu est arrêtée dans un silence de pierre par celui qui vient d'apparaître et sur un mot inaudible de ce étrange personnage, les trois créatures de papier faisant face à Virgil s'embrasent dans un gémissement semblable à un souffle. Celui que pousse une feuille lorsqu'elle s'écrase au sol une fois sa courte vie achevée.

Son ''sauveur'' pointe sans un mot d'un index long et effilé une porte d'une blancheur éclatante derrière une bibliothèque renversée. Et d'un geste de la main, invite Virgil à le suivre.

Bien sûr, ce dernier pourrait refuser. Mais le contexte actuel et l'attitude à la fois mystérieuse et dangereuse lui déconseille inconsciemment de céder à cette idée. Bien qu'une tension semble perceptible autour de son étrange individu, le porteur de l'amulette de Thot n'a en réalité guère le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 5 Aoû 2014 - 0:15
Tous ce qui m'entourais continuait à se déchainé comme si cela annonçait une imminente fin du monde, mais soudain une voix répondit à ma plus grande interrogation du moment.
Et ce timing me parait d'autant plus suspect au vue de ce qu'il à répondu, car certes c'est tout à fait logique que nous soyons dans un rêve car j'ai beaucoup de mal à rassembler mes esprits et que mon cerveau ne semble pas disposé à traité des information lié au calcul.

J'ai par exemple beaucoup de mal à évalué les distances, je ne peux pas compter mes doigts, en revanche j'ai très bien réussit à compter le nombres de monstre de papiers, comme si ce détail ne venait pas de mon cerveau, mais du'ne information que me donnerai ce lieu.

Dans tous les cas une silhouette se dessine derrière moi d'abords flouté, comme si je ne parvenait pas à la définir et enfin elle pris corps, couleurs et consistance, c'est là que je compris qui avait parlé, c'était lui et au vu de sa manière de terrassé les monstres qui m'assaillait il semble pouvoir agir directement ici.
Ce qui signifie que je suis soit dans son rêve, soit qu'il est capable de contrôler le miens et dans ce cas je ferait mieux de me méfier de lui, après tout il débarque ici quand j'en ai besoin alors que pendant toutes ces année j'ai dormis sans avoir besoin de l'assistance de qui que ce soit pour m'en sortir.

Mais vu qu'il vient de me "sauver", j'imagine qu'il n'est pas là sans raison alors, je ferrai mieux de le suivre, de lui parler et peut être que je comprendrais mieux ce qu'il se passe, en attendant je ne peux que le juger pour ses actes et il a plutôt l'air de vouloir m'aider et peut être que je deviens seulement paranoïaque.


Aussi lorsqu'il me fait signe de le suivre à travers la porte de lumière je m'avance à mon tour sans vraiment me retourner, je m'arrête juste avant de passer et le regarde intensément

- Dans ce cas il me faudra m'expliquer comment se fait il que nous soyons deux dans le même rêve alors qu'il me semble que c'est quelques chose de très personnel et intime.

Cela tenait plus de l'ordre que de la véritable question, mais j'imagine que ma voix n'est pas assez puissante ou impressionnante pour que même un gamin puisse y voir une once d'autorité.
Mais dans tous les cas je passe la porte en espérant ne pas tomber dans un vieux traquenard.

(hrp : Désolé je ne fais pas beaucoup avancé les choses, mais vu que c'est toi qui contrôle tout ici, je ne me permettrait pas de choisir ce qui doit apparaitre.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Just a dream... (pv Virgil)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I had a dream!
» Les hotels Disney sont devenus hors de prix meme avec PA DREAM !!!!!!
» [Hôtel partenaire] Vienna House Dream Castle
» [HTC DREAM] Le Dream en détails.
» Passeport dream et consignes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis-