Du Rififi à Iron Heights

Invité

MessagePosté le: Sam 5 Jan 2013 - 15:44
Iron Heights. Un gigantesque bloc de béton et d’acier. Un pénitencier, bâti il y a de cela quelques années, conçu pour supporter tremblements de terre, tornades et inondations sans mettre en jeu la vie, ou pire, une évasion, de ses pensionnaires. Les étages supérieurs consistent dans l’incarcération de détenus dits ‘classiques’, à savoir des fraudeurs, voleurs et meurtriers divers, sans aucun pouvoir surnaturel. Au sous-sol, les super-vilains et les surhumains, dans des cellules prévues pour répondre à leurs pouvoirs. Contrairement à certaines cellules d’Arkham, il ne s’agit pas de garantir leur confort ou leur bonne santé, mais bien de leur enlever la moindre parcelle d’espoir.

Notre protagoniste, quant à lui, n’est qu’un simple humain, tombé pour avoir fait partie d’un gang de motards qui ont commis plusieurs braquages à main armée, ainsi que trafic de stupéfiants, conduites mafieuses et dont le plus grand fait d’armes est le meurtre d’un policier de Central City. Autant dire, que les Dark Riders Motorcycle ne sont pas les plus choyés des citoyens. Quant à Daniel, qui en a fait partie, il est l’une des victimes régulières du talent surnaturel du directeur Wolfe, capable d’infliger à distance d’insoutenables douleurs musculaires.

Ce soir, Danny avait encore une de ses migraines. Depuis qu’il était en prison, l’accès à certaines substances était, disons, contrarié, mais pas stoppé. Il avait les bonnes relations, et une consommation assez diminuée pour éviter de perdre les pédales à cause de la sensation de manque. Non, à Iron Heights, la principale raison de ses céphalées, c’étaient les tremblements dans les murs et les échos sourds provoqués par les violents coups du super-vilain Girder contre les murs indestructibles du sous-sol. La plupart du temps, vu le niveau de sécurité maximale, les profondeurs étaient l’endroit le plus calme, et même d’un calme malsain, dénué des moqueries et des trafics des quartiers d’incarcération des détenus ordinaires. Mais lorsque cette grosse brute de Girder occupait sa cellule, c’étaient des maux de tête assurés pour presque tous les résidents.

Daniel quant à lui, engoncé dans son uniforme orange, se tenait la tête entre les mains, un paquet de draps soigneusement mis en boule serré contre la nuque, adossé au mur de la couchette. Il ne savait pas par quel miracle son codétenu dormait comme un bébé, et s’il n’était occupé à grincer des dents et serrer les poings, il aurait bien pris le temps de l’envier. Mais en fait, il ne voulait rien avoir à voir avec ce spécimen. On lui avait assigné un compagnon de chambrée violent et haineux depuis la mort de son ancien protecteur. Cette fois, ses airs de chien mouillé ne l’avaient pas aidé.

La sueur perlait sur son front, il se demandait quand cela allait s’arrêter. Mais il savait, dans ses tripes, il le savait d’expérience, que le béhémoth métallique ne s’arrêterait pas avant le lever du soleil. Il entendait, dans les cellules autour de lui, des voix rauques et bourrues se faire écho : « Ferme la, Woodward ! » « Arrête ton cinéma le rouillé » « Mais collez lui une balle dans la tête » et autres joyeusetés. En fermant les yeux, il pensa à la demoiselle qu’il avait rencontrée par correspondance, qui refusait encore de lui dire son prénom. Bientôt, il sortirait et il aurait peut-être une chance d’une relation normale, si sa tête n’explosait pas avant.

Soudain, il entendit un bruit qui sortait de l’ordinaire. Il hésita un instant, puis réveilla son compagnon de cellule. Il allait sûrement le payer en se faisant molester, mais si il se passait vraiment un truc grave, peut-être ce malabar lui apporterait un peu plus de crédit.


"Earl, réveille toi. Il se passe quelque chose de pas normal. "

La brute se réveilla, et ne prit pas même le temps de s’étirer avant de ruer Daniel de coup pour l’avoir sorti de son sommeil. Il lui envoya plusieurs fois son poing dans la mâchoire, en le saisissant à la gorge avec son autre main, tout aussi énorme. Puis il l’envoya valser contre la couchette du bas, qu’il percuta de plein fouet dans la colonne vertébrale. Puis, Earl descendit aisément de sa couchette pour regarder ce qu’il se passait.

"Bon, alors c’est pourquoi que tu m’as fait lever, abruti ?"

Sa grosse tête rousse et ébourrifée cherchait frénétiquement de tous côtés, une bonne raison pour que West l'ait sorti du lit. Pendant ce temps, avec de grandes douleurs dans le dos et les reins, l'intéressé se relevait péniblement, au fond de la minuscule cellule qu'ils partageaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 7 Jan 2013 - 2:04
La prison d'Iron Heights avait une apparence des plus désagréable. Pour ceux qui savaient ce que contenait le lieu, cela tombait sous le sens, mais les touristes qui passaient en bus devant le grand bâtiment se demandaient souvent ce q'un édifice aussi sinistre venait faire à Keystone. On leur faisait vite comprendre qu'il valait mieux ne pas le savoir. Qu'on soit humain ou pas, super puissant ou super méchant, on espérait ne jamais passer de vacances là bas. Après tout, nombres de vilains se délectaient de toute forme de désespoir, excepté le leur.

Quand Graves arriva en taxi par la grand rue, il sentit, avant même de poser le pied dehors, que le lieu lui plairait. Des vagues d'émotions négatives émanaient par les fenêtres hautes et filtraient parmi les grillages barbelés. La voiture s'arrêta, et le chauffeur se retourna pour être payé. Graves lui lança un regard noir de sous son capuchon. L'autre fit un sourire gêné et lui souhaita une bonne soirée.

Dehors, il faisait nuit, et malgré l'heure tardive, la grand route encore proche faisait assez de bruit pour couvrir le son étouffé des pas de l'homme de métal blanc. Calmement, il s'approcha de l'entrée principale. Près du scanner à métaux, un garde somnolait. Quand Graves passa l'arche remplie de détecteurs, l'alarme ne se déclencha pas mais le garde sursauta.

Pardon, je peux vous aider?

Graves s'arrêta mais ne se retourna pas. De sa voix grave, il répondit à l'homme qui, mal à l'aise, se balança d'un pied à l'autre.

Je viens voir un ami. Si je ne me trompe pas, il est au premier sous sol de cette prison.

Le garde en uniforme tiqua.

Je vous demande pardon, mais l'heure des visites est passée. Revenez demain, et inscrivez votre demande à l'accueil.

Graves se retourna lentement.

J'ai un laisser passer!

D'un bond, il fut sur le garde. Avant que celui ci n'ait eu le temps de faire un bruit, il lui planta sont avant bras dans la poitrine, brisant cage thoracique et poumons. Dans un léger gargouillis, il s'écroula à terre. Sous le capuchon, les yeux brillèrent d'un éclat mauvais. Graves se pencha et fouilla le garde. Mis à part son arme et des barres chocolatées, il ne trouva rien d'utile. Jurant silencieusement, il reprit son chemin vers l'intérieur mal éclairé de la prison. Quittant le bâtiment d'entrée, il pénétra la cour intérieure. Les miradors projetaient une lumière blafarde sur le sol sablonneux. Drapé dans son habit noir, Graves n'eut pas de mal à se glisser entre les lumières et à pénétrer dans le bâtiment principal, véritable donjon entouré de ses remparts. Plus il s'approchait, et plus les énergies négatives du lieu affluaient en lui. Il pressa le pas.

Après un couloir de béton et un escalier, il déboucha dans le premier complexe de détention, celui du premier étage. Apparemment, le sous sol n'avait pas d'accès direct. Pas étonnant, si l'on prenait en compte la nature de leur détenus. Graves sursauta quand un coup sourd vient briser le silence. On aurait dit que quelqu'un frappait violemment contre les murs de la prison. Après avoir lancé un regard aux alentours, il repéra vite les gardes en pleine ronde. La lumière de leurs lampes-torches les trahissaient. Doucement, il longea un des allées en quête d'un accès au sous sol. Il devait y avoir un ascenseur, quelque part.

Alors qu'il marchait doucement, légèrement accroupit, un son lui parvint d'une des cellules avoisinantes. Ainsi, tout le monde ne dormait pas ici...

"Bon, alors c’est pourquoi que tu m’as fait lever, abruti ?"

A l'intérieur, a travers les barreaux, il aperçu un homme grand, assez musclé de dos, près des barreaux. Non loin de lui, encore sur son lit, un autre homme, plus petit, se massait la mâchoire.
D'un geste, il saisit l'homme le plus grand à travers les barreaux et l'attira à lui. Il lui plaqua sa main de métal sur la bouche pour l'empêcher de crier. Son otage frissonna violemment à son contact.

Je dois aller au sous sol, vous connaissez le chemin?, murmura-t'il.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 7 Jan 2013 - 14:27
Malgré le manque de journaux et toutes sortes de médias, Oliver appris qu'un pénitencier se trouvait a Keystone City, mais ce pénitencier avait quelques chose de spécial, a en croire une rumeurs il y avait un secret enfoui dans les bas-fonds des locaux. Ce n'était qu'une rumeur, ce n'est pas pour autant qu'il fallait intervenir ou même aller sur les lieux. Cela n’intéressait pas Oliver même si un secret était un enfermé. Oliver feuilleta les journaux a bords de sa limousine qui se dirigeait vers StarCity avant de tomber comme par hasard sur une page parlant des nouveaux incarcérait dans la prison d'Iron Heights, il se mit a lire les noms des nouveaux prisonniers, il y en avait de plus en plus c'était incroyable, le nombre de délinquants avait augmentés. En lisant les noms il tomba sur une personne nommées: Daniel West... Ce nom de famille lui disait quelques chose... Il tenta de se souvenir d'un nom comme celui-ci mais aucun souvenir. Cependant ce nom l'intriguait, va savoir pourquoi. Il appela son contact de la police...

Bonjour, ici Oliver Queen j'aimerais connaitre les liens de parentés proche d'un certain Daniel West...



Pendant que l'inspecteur du poste de police lui sita les noms des parents proches du fameux Daniel West, Oliver toqua a la vitre du chauffeur de la limousine et lui désigna leur prochaines destinations: Iron Heights. Mais Oliver coupa l'inspecteur entendant un nom qu'il connaissait...



Barry Allen, vous êtes sur ?.... Ok je vous remercie.

Un des héros de la ville avait visiblement de la famille qui n'approuvait pas la justice...Etait-ce un simple accidents ou tout simplement un membres mauvais de la famille West/Allen. Oliver se mit confortablement assis sur le siege de la limousine. Vétu de sa veste en cuir noir, jeans bleu foncés, chaussures de sport et lunettes de soleil, Oliver prit son aise en attendant d'arrivée sur place.

Le chauffeur annonca a Oliver qu'il venait d'arrivée au pénitencier. Oliver prit soin de prendre quelques billets au cas ou une urgence important devrait avoir lieu. Il se dirigea cependant vers l’arrière du coffre de la limousine et découvrit l'arsenal spécial de "L'arche Vert", toujours prévoir un second plan quand on sort, surtout pour aller rendre visite a quelqu'un dans une prison. Il refermait le coffre avant de se dirigeait vers l'entrée du pénitencier, celui-ci était immense comme on le lui avait décrit. Il rentra tout en saluant les gardes qui se trouvait a l'entrée avant de se dirigeait vers l’hôtesse se trouvant derriere le comptoir.

Oliver venait de scruter l'horizon pour voir un homme a terre, il pouvait pas voir tout le corps qui était caché par une partie du détécteur. Il s'en approcha comme guidée par son instinct de Justicier et découvrit le cadavre portant un gros trou au niveau de la cage thoracique.

- Oh merde....

Oliver sortit du pénitencier en vitesse et couru vers la limousine, il prit son sac et alla se changer derriere une bâtisse, prenant fleche aveuglante et toute sorte de gadgets pouvant être transporté sans trop le gêner. Une fois le costume enfiler, il vit quelque chose passait en hyper vitesse soit Clark, soit Barry venait d'intervenir et de rentrer dans le pénitencier. Oliver n'avait pas de super pouvoirs mais ces gadgets pouvait faire effet. Il courut a jusqu'a l'entrée avant de passer le détecteur de métaux, les flics restants ne tenter rien, ils savaient tous qui était le fameux Archer-Vert. Oliver continua jusqu'au cellules. Une fois a l'étage, il vit au loin une betes avec une capuche sur la tete, ainsi qu'un peu plus loin, Flash....Enfin ce n'était pas exactement Barry, mais plutôt Wally. La réunion de famille avait décidément eu lieu. Oliver arma son arc avec flèches aveuglante et tira directement dans le mur juste derriere la bete a capuche laissant échapper un gros Flash....
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 7 Jan 2013 - 15:34
C'était un jour de repos. Enfin, un jour de repos en tant que Wally West, le technicien mécanique de la police de Keystone City.
Mais ce n'était pas un jour de repos pour The Flash, le troisième. Les super-héros ne prenaient jamais de congés ou de vacances, les criminels, et super-criminels non plus. Et c'était son devoir de protéger MA ville.
Surtout avec la présence du pénitencier abritant des supers-vilains dans le sous-sol.
Justement, alors que j'étais chez moi, écoutant la radio de la police pour savoir s'il se passait quelque chose, on annonça une intrusion dans la prison d'Iron Heights. L'intrus avait tué le gardien en poste à l'entrée.
Ni une, ni deux, je fus en Flash, et je partis en direction de la prison.

Arrivé là-bas, je vis un attroupement de gardes autour de quelque chose, c'était un cadavre, celui du gardien dont j'avais entendu parlé à la radio plus précisément, je vis que son torse était complètement éclaté, il ne restait plus rien de la cage thoracique, je sentais que c'était mauvais, très mauvais; seul un super-vilain pouvait faire cela, j'avais une idée sur lequel, mais je n'étais pas sûr à cent pour cent.


"Qu'est-ce que vous faites là, regagnez vos postes, il y a une intrusion de super-vilain, et vous n'avez même pas encore donné l'alerte? Qu'est-ce que vous attendez? !!", ordonnais-je aux gardiens, je savais qu'ils n'avaient pas sonné l'alerte car ils étaient traumatisés d'avoir trouvé leur collègue, peut-être amis, comme ça.

Je courus ensuite au poste de contrôle pour visionner les caméras de surveillance, et trouver qui était entré sans permission, et en tuant un pauvre gardien; un super-vilain ne devait être venu ici que pour voir un autre super-vilain. Je passai néanmoins les caméras du premier sous-sol pour être sûr, mais il n' avait rien, à part des détenus surexcités par le déclenchement de l'alarme.
Sur les caméras de l'étage je vis une silhouette blanche et noire. C'était Graves. Qu'est-ce qu'il faisait ici, aucune idée.je remarquai par contre, que dans la cellule se trouvait un détenu humain grand et musclé, et un autre plus rachitique; je zoomai, et je vis que le plus petit n'était autre que mon deuxième oncle, le frère de ma tante, Daniel.
Je courus donc le plus vite possible vers sa cellule.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 9 Jan 2013 - 1:11
Danny se massait douloureusement le dos, en se préparant à prendre de nouveaux coups de la part de sa brute de codétenu. Il réalisa que le malabar était trop occupé à effectivement chercher la cause du raffut. C'étaient les pas de quelqu'un qui s'approchait, accompagné du bruissement de communications de surveillants un peu plus éloignés.

L'individu s'approcha des barreaux. Il avait un physique monstrué, comme déformé ou recouvert d'une membrane osseuse bizarre, de couleur très pâle. Il portait une sorte de veste noire faite dans une matière réfléchissante, mais le plus captivant étaient ces grands yeux rouges qui vous renvoyaient au néant de l'âme humaine. West ne le regardait pas dans les yeux, mais de là où il était il sentait l'absence de vie l'envahir. Comme une forme d'obscurité qui s'abattait sur son coeur. Il recula contre le fond de la cellule, apeuré.

L'individu saisit Earl par le col, non sans violence, et le plaqua contre les bareaux. Puis de sa voix d'outre-tombe, à la fois rocailleuse et sifflante, comme celle d'un malade en phase terminale, mais plus puissante, il lui intima :



Je dois aller au sous sol, vous connaissez le chemin?, murmura-t'il.

Le pauvre Earl vomit tous les repas de la journée à même le sol. On pouvait reconnaître des macaroni aux fromages qui surnageaient au-dessus de petits îlots de boudin noir. Il renifla, et n'en menait pas large. La peur suintait, offrant toutes sortes d'odeurs corporelles, celle de la transpiration au niveau des aisselles, et d'autres plus désagréables encore en-dessous de la ceinture. C'était un festival du dégoût offert à l'humanité.

Il hocha la tête, doucement, mais perceptiblement. Puis il lâcha, dans un seul soupir :


"Je vous y conduis?"

Soudain, l'alarme retentit, et un éclair aveuglant empêcha Daniel de pouvoir assister au reste de la scène. Il crut entendre que quelque chose exploser, des bruits métalliques et un bruit sourd, comme quelqu'un qui se serait cassé la figure, en glissant dans le vomi par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Jan 2013 - 0:44
D'abord il y eu un flash. Puissant. Toute la prison retenit des hurlement des prisonniers. terreur, colère, tout était mêlé dans ce brouhaha général. Certains n'étaient pas contents d'être réveillés, d'autres hurlaient à l'aide et d'autres encore voyaient là une occasion de faire un peu de chahut.
Mais ça, Graves s'en fichait bien. Il était aveuglé. Bien sûr, cela ne l'empêchait pas de sentir les auras autour de lui. D'un geste brusque, il empoigna le prisonnier musclé et le jeta de côté. D'un autre geste, plus puissant, il arracha la porte de la cellule. avança droit et saisit le jeune homme qui venait de lui répondre. Déjà mal en point, son nouvel otage frissonna, semblant perdre connaissance quelques instants. Mais quelques secondes plus tard, il remua de nouveau, cherchant sans doute à rompre le contact physique.

Derrière eux, le premier prisonnier se relevait et contemplait d'un air abruti la scène qui s'offrait à ses yeux. Constatant que la porte n'était plus là, il se précipita vers la sortie. Il y fût aussitôt renvoyé dans un éclair jaune. Wally West, "The Flash" se tenait devant la sortie de la cellule, affichant un air décidé et légèrement contrarié. Son arrivée n'était pas une surprise. Les flash étaient toujours les premiers arrivés sur les lieux. Et puis.... ses pouvoirs s'insinuaient déjà dans la tête de ce qui se révéla vite être un détail affreusement intéressant....

Graves, qui recouvrait peu à peu la vue, put constater que ses pouvoirs ne l'avait pas trompé. Mais il ne broncha pas. Loin de paniquer, il plaqua sa main sur la bouche de Daniel West. Et tandis que sa paume s'illuminait d'un bleu pâle, il commença à parler.

Aaaah.. Wally, quel plaisir de vous revoir.... Je me demandais comment vous empêcher de me gêner et j'ai trouvé.....

Il regarde la pauvre Danniel qui pâlissait à vue d'oeil. Les yeux révulsés, on aurait dit qu'il s'apprêtait à vomir de nouveau.

C'est vôtre.... oncle n'est ce pas? La famille.... je sais ce que c'est, de voir sa famille mourir....

Voyant Wally serrer le poing, il monta un peu le ton et sera Daniel un peu plus fort. peut être un peu trop.

Si vous me laissez aller où je le souhaite, il ne lui arrivera rien. Par contre, tentez quoi que ce soit et.... je sais mieux que personne ce que vous ressentirez!

A ces mots, ses deux yeux, semblables à des feux ardents, brillèrent plus fort, leur rouge sang dégageant une menace sourde et inquiétante. Dans sa main, la lueur s'estompa, mais Daniel conserva son état maladif.
Graves venait de lui faire avaler une partie de son aura. Il était le seul à pouvoir l'enlever. Et si jamais on tentait de l'arrêter..... sa mort serait douloureuse.

Doucement, il poussa son otage vers la sortie, encore barrée par Wally. Il avait une main autour de son coup et l'autre de libre, au cas où. Se penchant un peu, il chuchota à l'oreille du prisonnier.

Maintenant, tu vas me montrer le chemin.... ou je te tue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Jan 2013 - 20:32
Oliver vit la scène de loin, il profita de la fumée pour viser avec son grappin sur une des plateforme en hauteur. De la il pouvait mieux voir le monstre qui venait d'arracher les barreaux de la cellule et prendre les deux prisonniers, il en balança un vers Flash et garda un autre dans la paume de sa main. Il n'avait jamais rien vu de tel, ce monstre avait des yeux d'un rouges vif....Oliver ne pouvait pas faire grand chose face a cette créature, mais le garçon qui est au prise de la créature avait des airs de famille avec Wally West...Etait-ce un membre de sa famille ? En tout cas, il fallait s'occuper du monstre avant qu'il ne soit trop tard. Oliver se mit alors a courir sur la plateforme qui faisait le long de la pièce a l'horizontal puis une fois au bout il sauta discrètement derriere le monstre avant de lever son arc et détourna l'attention du monstre.

- Et l'affreux......

Oliver visa la main du monstre et tira une flèche détonante...Une fois les trois secondes passer, la flèche lâche une sorte de décharge électrique. Oliver n'eut pas le temps de voir ce qui s'était passé qu'il esquiva In-Extremis un projectile avant de sauter par-dessus la rambarde menant a l'étage inférieur. Oliver atterri devant une double porte qui devait etre la sortie du quartier des cellules, un bouton sur la gauche annoncer: "Alarme"....Sans réfléchir il frappa dessus, déclenchent logiquement l'alarme....Les portes des cellules s'ouvrit une par une...Une grosse émeute allait avoir lieu dans peu de temps. Oliver leva les yeux vers l'étage avant de les redescendre et d'equiver un prisonnier qui voulait le frapper, Oliver l'envoya dans les roses avant de se dirigeait vers les escaliers, une fois en haut il fixa le monstre ainsi que le gamin et Flash....

- Lache le gosse........

Oliver commença a glisser furtivement sa main vers une des fléchettes explosive accroché autour de sa taille.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 15 Jan 2013 - 15:07
Graves m'envoya le corps du gros détenu sur moi, je me déplaça sur la droite laissant la brute retombée brutalement sur le sol de béton du quartier des cellules. Il tenait mon oncle, Danny d'une autre main, fermement serrée autour de son coup.

J'avais complétement oublié que Graves connaissait la vraie identité des justiciers. Et je fus troublé lorsqu'il me menaça de tuer mon oncle. Il lui fit ensuite avaler quelque chose, pas une chose matérielle, mais une énergie purement maléfique. Je ne pouvais rien faire dans cette situation, et je fulminais intérieurement.

Soudain, un allié, inattendue ici, dans cette ville, fit son apparition. C'était Green Arrow. Il interpella Graves d'un "Eh l'affreux." avant de lui envoyer une flèche électrifiante, qui ne fit rien à Graves mais elle toucha Daniel qui fut pris de petits tremblements.
Sans attendre le résultat, et avant de se prendre la porte de la cellule, l'Archer sauta à l'étage supérieure, et quelques instants après , se déclencha une seconde alarme, celle de ce quartier des cellules.


*Mais qu'est-ce qu'il a fait encore?*, me dis-je en secouant la tête lorsque j'entendis les portes des cellules s'ouvrirent; mon regard resté fixé sur Graves et Danny.

Arrow remonta et se mit à quelques pas de moi, lorsque je vis qu'il bougeait sa main vers une flèche explosive, je dis:


"Eh la Flèche, qu'est-ce que tu fais à Keystone? Ça fait plaisir de te voir, par contre, arrête avec tes flèches, elles peuvent toucher mon oncle."

Je pouvais dire à Green Arrow que l'homme que tenait Graves était mon oncle, je faisais parti des justiciers dont la Ligue connaissait l'identité réelle.

"Et puis, on a une émeute à gérer en plus. T'as pas une idée pour empêcher les détenus de ce quartier de partir?
Quand à toi Graves, tu sais bien que je vais trouver un moyen de sauver Daniel, et de te botter tes fesses métalliques. Alors fais nous gagner du temps, et laisse le partir, en vie, en entier, et retire lui ce que tu viens de lui faire."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 16 Jan 2013 - 12:06
L'affreux semblait connaître la double identité du Flash rouge foncé. Pire... Il considérait que c'était Wally West, le neveu de Daniel. Il se demanda si c'était possible, si c'était la vérité. The Flash avait peut-être dévoilé son identité dans les médias pendant qu'il se trouvait en tôle. C'était vrai que son visage lui disait quelque chose, mais de toutes les façons, il n'avait jamais rencontré ce Flash en personne, et puis on lui avait interdit de revoir son neveu depuis tout jeune, alors il n'en avait pas une image impérissable.

Il fut saisi et serré très fort par le super-vilain lorsque The Flash essaya de s'approcher. C'était une forme de négociation assez particulière. Daniel réalisa qu'en un instant, il était devenu un otage. Au moins, si tout se passait bien, on ne le tiendrait pas responsable d'avoir collaboré. D'un autre côté, si le vilain lui permettait de quitter ces murs, la loi le rechercherait. Il lui restait si peu de peine à purger. Et bientôt, il devait rencontrer cette jeune fille qu'il avait trouvée sur un réseau de rencontres.

Il décida de jouer le jeu, considérant que le Flash était Wally. Il lui aurait bien fait un clin d'oeil pour lui montrer que c'était une astuce pour gagner la confiance du surhumain hostile, mais il se sentait scruté jusque dans son âme.


"Wally... Mon garçon, laisse-moi le conduire où il veut. C'est ma vie ou celle des Rogues ou un autre monstre dans ce genre, j'ai pas envie de claquer."

Il hocha la tête, et essaya de se débattre pour pouvoir mener le méchant pas beau jusqu'aux quartiers de très haute sécurité
.

"Bon... On y va. Je tiens pas à mourir ici, grand chef."

Il ravala sa salive cependant, car l'étrange énergie mystique que Graves venait de lui faire avaler réduisait ses forces, et le rendait beaucoup plus nerveux. La sueur lui couvrait les paupières, et il sentait le sang quitter son épiderme devenu très pâle. Après cela, il vit une flèche filer distinctement vers la main de Graves, soit extrêmement près de sa propre gorge. L'oeuvre de Green Arrow sans doute. Les héros se liguaient pour lui gâcher la vie, et les vilains aussi. Décidément, vivre en ville était dangereux, même les prisons n'étaient pas aussi risquées avant.

"Fiche nous la paix, l'arch..."

Il fut cependant le seul à ressentir les effets de la flèche. Une douleur qui le déchira de part en part, de nature électrique.

"Argh... Maudit héros."

L'alarme s'intensifia, toutes les cellules s'ouvrirent à la fois. Les murs semblaient trembler, ils résonnaient de l'écho des détenus qui, à peine éveillés, couraient pour leur liberté. Certains cependant, demeurèrent dans leur cellule. Pourtant le nombre de simples humains qui déferlaient vers la sortie formait autant de boucliers humains pour empêcher Oliver et Wally d'atteindre Graves et le petit malfrat.


"Suis... Le bruit d'écrasement. Girder est en bas, suis son boucan et tu trouveras la personne mystérieuse que tu veux rencontrer. Mais les autres Rogues vont sortir aussi. Certains te remercieront, croyant que tu es la cause de leur libération. D'autres ont nettement moins d'honneur."

Poussés et bousculés, un Daniel West nettement affaibli sur le plan physique, spirituel et psychologique, et le super-vilain dévoreur d'âmes, se dirigèrent vers les quartiers du sous-sol. Quelque part, Danny espérait trouver là-bas un allié, un protecteur face auquel les détenus ordinaires ne pourraient plus rien pour le faire souffrir. Mais il se rappela que c'était une cause perdue, que les méta ne soutenaient bien souvent que les leurs, pas de simples hommes de mains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 21 Jan 2013 - 0:01
Graves était un peu décontenancé. Les prisonniers, désormais libres, fonçaient vers la sortie dans une pagaille indescriptible. Cela ne l'arrangeait guère. The Key, encore détenu au sous sol de la prison, allait pouvoir lui filer entre les doigts. Le télépathe avait déjà dut sentir l'aura de l'homme de métal approcher, et avait sûrement fait tous son possible pour mettre de la distance entre eux. C'était prévisible, leur dernier entretien avait laissé ses traces.

Graves jura silencieusement. Voilà qui était fâcheux, au moins, les deux héros qui lui bloquaient la route avaient mieux à faire que l’appréhender. Mais Wally ne semblait pas vouloir bouger. Bloquant la seule sortie de la cellule. Graves lui lança un regard noir et s'apprêta à ordonner au héros de dégager le passage. C'est à ce moment que Graves entendit deux choses.

La première, c'était le son de la voix de son otage, qui lui donnait des indications pour aller au sous sol.

"Suis... Le bruit d'écrasement. Girder est en bas, suis son boucan et tu trouveras la personne mystérieuse que tu veux rencontrer. Mais les autres Rogues vont sortir aussi. Certains te remercieront, croyant que tu es la cause de leur libération. D'autres ont nettement moins d'honneur."

L'autre, c'était le martèlement en question. Qui se rapprochait. Une seconde avant que le mur ne s'effondre, Graves se jetta sur le côté, lâchant son otage au passage qui tomba aux pieds de Wally. Graves eut tout juste le temps de relever la tête pour voir le géant qui venait de surgir du trou béant dans la parois de la cellule.


HORS DE MON CHEMIN, BANDE D'INSECTES!, hurlait-il.

Dès qu'il aperçut, Wally, il rugit de rage et se précipita sans réfléchir sur le héros.
Sans attendre la suite des évènements, Graves se précipita par le trou du mur et sauta à l’extérieur, fracassant le sol de sa masse après une chute de plusieurs mètres. La fuite était sa seule option, il était hors de question de perdre son temps à rechercher The Key dans cette prison désormais transformée en bazar géant, avec des héros sur le dos.
Il ne ferait que s'enliser dans un combat difficile et fatiguant. De plus, la joie soudaine des prisonniers avait sensiblement baissé ses pouvoirs. Il n'était pas sûr de pouvoir affronter un Flash dans l'état actuel des choses.

Lançant un regard en arrière avant de renverser un groupe anti-émeute qui lui barrait la route, Graves put voir que certains prisonniers commençaient déjà à envahir la ville. Il fronça les sourcils. Tous ces criminels allaient s'en prendre à des innocents. exceptionnellement, il pria pour que la Justice League arrive à temps.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Jan 2013 - 21:20
Oliver suivit la conversation entre le vilains a armure et Wally, visiblement ce n'était pas terminé entre eux. Malgré la demande de Wally, comme quoi il voulait qu'Oliver baisse son arme a était rejetée, il continuer de viser le monstre même si au fond ces flèches ne lui ferait rien du tout. Mais au moment ou Oliver voulait prendre la parole le mur derriere le monstre explosa, Graves lâcha l'otage qui tomba au pied de Flash. Oliver fit un pas en arrière en voyant la grosse brute, bon Ok c'était mal partie. C'est alors que Graves s'échappa par l'ouverture, Oliver ne comptait cependant pas le suivre, ils avaient mieux a faire...Comme tenter d’arrêter la pagaille qu'il avait causé sans faire exprès. C'est alors qu'il devait vite trouver une solution pour s'enfuir.

- Flash, nous ne pouvons pas affronter ces monstres en une fois même avec ta super-vitesse. Je te propose qu'on lance l'alerte a la JLA, et on s'occupe d'eux, mais pour l'instant c'est trop dangereux.

Affronter tout ces vilains seulement a deux était totalement impossible, ils pouvaient certes en arrêtaient quelque uns mais pas énormément. Et surtout avec un civils dans les bras.

- Je sais pas comment toi tu veux fuir, mais moi je vais par la.

Oliver montra alors son grappin, mais bon il restait une chose a faire avant, tenter d'éloigner l'affreux. Oliver tourna son regard tout autour de lui et vit l'émeute un peu plus bas. Mais au meme moment un des prisonniers agrippa l'épaule d'Oliver, celui-ci se retourna avant de le balancer vers l'étage d'en bas en le faisant passer par-dessus la rambarde....Bon au moins il ne risquait pas de revenir.

- Wally a toi de jouer....

Dans ce genre de situation en général quand Oliver disait ca c'était pour que la personne fasse diversion un moment afin qu'il puisse passer par-derrière.

- Toi tu viens avec moi...

Oliver venait de dire ca directement a l'oncle de Wally.



-
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Jan 2013 - 21:56
J'étais toujours immobile en face de Graves, attendant une ouverture pour récupérer Daniel.
Et une ouverture, au sens littéral, se présenta; Girder, le super-vilain à la silhouette et à la force colossales, venait de faire un trou béant dans la paroi de la cellule.

Graves lâcha Daniel à ce moment, et ce dernier vint directement à mes pieds, en même temps que Girder se précipitait sur moi.
J'utilisai donc ma vitesse pour sortir Danny du chemin du colosse, et en même temps pour éviter sa charge.
Green Arrow utilisa ce mauvais moment pour parler de la suite.



"Flash, nous ne pouvons pas affronter ces monstres en une fois même avec ta super-vitesse. Je te propose qu'on lance l'alerte a la JLA, et on s'occupe d'eux, mais pour l'instant c'est trop dangereux.
-OK, je te laisse faire ça; mais je suis un peu occupé là; et faut aider les gardiens, ils vont se faire submerger.", dis-je en évitant les coups de poings hargneux que Girder me lançait;

Tout en esquivant, je réfléchissais à comment résoudre la situation, certes la JLA allait s'occuper des super-vilains , mais il fallait quand même stopper les détenus "normaux". Et surtout de mon oncle; Green Arrow allait s'échapper grâce à son grappin; il partait au lieu d'aider, mais il pouvait servir quand même.


"Occupe toi de Daniel s'il te plait l'Archer."

Une fois l'Archer et Daniel partis, je décidais de m'occuper de Girder, je l'amenai dos au bord du trou qu'il avait laissé dans la cellule et qui ouvrait plusieurs mètres en bas; une fois placé, je pris mon élan, et courus vers le colosse, puis je me jetai les deux pieds en avant, le frappant au torse, et le faisant tombé.
Je me relevai quelques instants après, regardai en bas; il avait disparu.

Je me dirigeai ensuite vers l'entrée afin d'aider les gardes à contenir l'émeute, aidant tous ceux que je pouvais en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 24 Jan 2013 - 2:11
Graves avait dû comprendre que Daniel serait un poids. Celui-ci, en étant jeté sur le sol, se résigna. Il n'aurait probablement pas la gratitude des Rogues, qui ne sauraient rien de sa collaboration dans leur évasion imminente. Encore secoué par le choc électrique de la flèche de Green Arrow, il fut pris de vertiges. Après un magnifique quatre-pattes digne d'un bébé de douze mois, il constata qu'il avait mis les mains dans le dîner de Earl, son codétenu. Dégoûté, il s'essuya par reflexe sur le sol puis sur sa combinaison orange de prisonnier.

Il sentit une secousse gigantesque, s'accrocha aux barreaux pour ne pas retomber à terre. C'était Girder qui avait finalement réussi à détruire les murs qui le séparaient de la sortie de cellule. Graves en avait profité pour filer, et il vit les deux héros réagir au quart de tour. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, l'Archer l'avait saisi et remonté en un balancer sur le filin de son grappin. Pratique, ces choses-là. Mais il ne se sentait pas rassuré entre les mains de celui qui avait risqué sa vie pendant la prise d'otage.


"Hé, oh, tout doux, j'aime pas ton style, okay ?"

Finalement il s'évanouit. Il n'était tout de même pas fait du même bois que ces héros et vilains de l'ère moderne, avec pouvoirs, endurance et tout le tintouin. Il avait eu bien assez d'action pour toute l'année. Mais bizarrement, il continuerait de chercher les ennuis. D'ailleurs c'était à peu près certain que le réveil ne lui serait pas ménagé, de la part du justicier à la capuche.

/fin du Rp à Iron Heights
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Du Rififi à Iron Heights

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» IRON MAN 2 : les fig 3"3/4
» Le choc des titans : Jane Eyre vs Wuthering Heights
» IRON-MAN "Quadry Pack"
» IRON MAN - MARK I (MMS80)
» Iron man 2 critiques/ (pro/ spectateurs) débat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Central City :: Keystone City-