Les plans pensé à la va vite, sont rarement les bons. [Batman + Libre]

Invité

MessagePosté le: Mar 29 Juil 2014 - 4:53
Un bruit dans le m'avait instinctivement fait tourner la tête.
C'est là que mes yeux se fermèrent tout en soupirant, sa présence n'était plus aussi et à moins qu'il se soit de nouveau dissimulé dans les ombres, j'imagine que cela signifie qu'il est parti.

Ce qui me pose problèmes, car cela signifie que le temps m'est compté, après tout je lui ai lancé un défi et vu comment il a jouer avec moi un peu plus tôt, j'imagine que cela signifie que j'ai intérêt à être là-bas avant lui car il risquerai de prévenir le Wayne et cela compromettrait dangereusement mon opération.

Bref je dois juste compter sur le fait qu'il à d'autre chats à fouetté avant de faire cela, pour récupérer mes affaires et y aller.
Moi qui voulait prendre du temps pour me préparer, je vois que je suis juste foutu, il va donc falloir que je fasse avec le matériel que j'ai amassé jusque là, c'est dire le matériel  que j'ai emmené lors de mon excursion vers Camelot et les objets que j'ai ramassé au court de mes aventures, donc un bâton défense qui en soit est juste la version américaine du tonfa japonais.

Enfin, je finis par me relevé, après mes deux minutes de réflexions et effectivement je suis seul dans la pièce et donc sans perdre de temps je sors de mon sac un pantalon du genre militaire mais noir au lieux du camouflage habituel et prend un sweat noir avant de me diriger vers la sortie de la chambre d'hôtel.

Mon temps est compté, surtout que le Manoir Wayne se situe à l'extérieur de la ville donc je vais en avoir pour pas mal de temps de trajet, même si je prends un taxi qui me déposera non loin de la sortie de la ville.
Enfin c'est donc tout en me dirigeant vers le lieu où  pris un casier afin de ranger mon second sac, que je consulte la carte de Gotham City, le fait est que je suis obliger de faire ma préparation tout en agissant et cela n'est pas terrible mais au moins je vois où me faire déposer quand je prendrais le Taxi, La Brantwood Academy se trouve vraiment non loin du manoir Wayne.
Je n'aurai qu'à marcher à partir de là.

Dans tous les cas j'arrive dans le service de casier, il n'y à personne pour les surveiller et je me rends compte que cette endroit ne sens vraiment pas bon, pourtant Otisbug est loin d'être un mauvais quartier, alors je me demande vraiment l'ambiance qu'il règne dans Crime Alley.

Mais bon je m'attarde pas dans les rues mal fréquenté, car une fois que j'ai mon sac, je me dirige sur une rue plus grande en laissant ranger mon téléphone cette fois-ci, il serai dommage que je meures pour un objet aussi dérisoire alors que je cherches à faire tellement plus.

Effectivement une fois sur la grande rue je fais signe à un taxi qui s'arrête devant moi et je monte à l'arrière tout en demandant au chauffeur de me conduire à la Brantwood academy.
Ce dernier me fait comprendre qu'il à bien compris et démarre sans poser de question.
Pendant ce temps je branche l'amulette de thot sur mon smart phone puis vient fixer ce dernier dans l'intérieur de mon avant-bras gauche, car je sens que je vais avoir énormément besoin des informations qu'il pourra me révéler plus qu'utile que je puisse l'utiliser rapidement.

J'y fais donc apparaitre une carte du manoir Wayne et repère la salle d'art dans laquelle la peinture en question est censé se trouver.
Le fait de foncer tête baisser risque de me coûter de précieuse préparation, mais je dois avouer que la visite de Batman, ne me laisse guère le choix, c'est maintenant ou jamais...


Le Taxi s'arrête là où je lui avait demandé et je m'attendit presque à ce que le chauffeur sorte une arme afin de me faire cracher tout mon argent, mais ce ne fut pas le cas et je le payais avant de sortir de sa vieille voiture jaune, afin qu'il puisse reprendre la direction du centre-ville.
Pendant ce temps, ma route m'amena en direction du manoir Wayne.
et je dois avouer que je ne m'attendais pas à cela.
D'abord la propriété est très grande et entouré d'une clôture difficilement contournable, pour ne pas dire que ce n'est pas possible, en plus d'être majoritairement entouré d'une barrière naturelle qui sont les arbre ainsi que les différente plante peuplant son jardin.

Je m'approche donc du Manoir par l'Est et une fois devant la clôture, je sors de mon sac une solide corde et n'ayant pas de grappin, j'y attache dessus le tonfa, dont la forme me permet d'aisément le coincer assez haut entre les barreaux et de grimper afin de passer de l'autre côté et de redescendre.
Là entre la clôture non-naturel et la naturelle, je jette un œil à mon téléphone afin de voir si il capte une trace du wi-fi de la maison, mais toujours pas.

Un rictus marque mon visage alors que je commence à avancer dans l'énorme propriété, il faut dire que les résidents ne manque pas d'espaces, je passe près d'objet de décoration tel que des statues... des tombe aussi, mais je ne m'arrête pas la dessus, je ne suis pas là pour ça.
Le Manoir se rapproche et avec lui le Wi-fi, que mon téléphone finis par capter.
Là je reste à ma position et tapote sur l'écran tactil, évidemment la connexion me demande un mot de passe, mais ce dernier s'affiche tout seul grâce à l'influence de l'amulette de Thot.

Elle ne permet pas de hacker en soit, mais aide pour pas mal de choses.
Dans tous les cas une fois dans le système j'essaie d'atteindre le système de sécurité, ce dernier me donne pas mal de fils à retordre et j'ai bien crus que je ne parviendrais pas à le faire ployer.
Mais après une demi-heure de retour de balle, il semblerait que soit le vainqueur et même si c'est pour une quinzaine de minutes, je profites du fait que toute la sécurité du manoir soit coupé afin de courir silencieusement en direction de la maison, même d'une fenêtre pour être plus précis.

Les fenètres son classiques et ont deux forme de fermeture, la première une poigné qui se tourne et la seconde un petit loquet qui se place dans une encoche afin d'être certain que rien ne bouge.
C'est là que je sors une paire d'aimant assez puissant mais banal.
Normalement ce genre d'objet ferais sonner toutes les alarmes de la maison, mais actuellement ces dernière sont éteinte aussi je peux me permettre d'utiliser quelques chose d'aussi grossier et enfantin.

En plaçant les deux aimant de part de d'autre de la pognée je parviens à la faire tourner et pour le loquet, un seul aimant suffit pour le relever et du bout du doigt je pousse la fenêtre qui s'ouvre vers l'intérieur.
J'escalade la bordure de la fenêtre et passe dans le manoir le plus silencieusement possible.
Le manoir est grand donc il est peu probable que quelqu'un m'entende arriver, mais on ne sait jamais, je referme la fenêtre derrière moi et range mon matériel ne gardant que sorti le tonfa que je garde à la mains alors que je me dirige vers l'entré de la maison car il me faut atteindre l'escalier central, celui qui se trouve juste en face de la porte d'entré.

Pour le moment les chose ont l'air de bien se déroulé, le Batman à peut être été vraiment trop occupé à arrêter tout les bandits qu'il croise en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 29 Juil 2014 - 11:31
Savez ce qu'est un piège ? Selon le dictionnaire, c'est une "embûche insidieusement dressée pour que quelqu'un s'y laisse prendre". Notez le mot "insidieusement". Le piège avait également comme synonyme le traquenard, le chausse-trappe ou encore le leurre. De nos jours, le mot a pris une connotation absolument négative de part le caractère de tromperie qui se trouve derrière. Piéger quelqu'un, c'est mal dans la société du XXIème siècle. On peut aller en prison pour avoir piégé des gens. On peut être puni pour avoir piégé des gens.
Et c'est ce que s'apprêtait à faire Bruce Wayne. Tromper quelqu'un, le piéger. Ce n'était pas la première fois, mais d'ordinaire, la suite logique de ce traquenard n'était pas une bonne chose pour la santé de celui qui en faisait les frais. Mais aujourd'hui, contrairement à toutes les connotations du monde, le playboy milliardaire allait piéger en vue d'aider. Certes, il allait en profiter pour s'amuser un peu, c'était si rare de nos jours, surtout pour lui. L'objectif premier restait toutefois d'apporter son aide au jeune Virgil Hershell qui comptait prendre d'assaut, seul, le Manoir Wayne. Derrière ce projet fou s'esquissaient l'énergie du désespoir, de la volonté, et de la précipitation. Et ce n'était pas l'alter ego du Chevalier Noir de Gotham qui allait stopper un tel élan.

Ainsi, quelques minutes après avoir quitté la chambre d'hôtel du garçon, Batman était de nouveau dans sa Batcave, son seul lieu de repos inviolable et inviolé depuis que Bane y avait pénétré pour lui briser le dos. Mauvais souvenir, mais ce n'était que du passé. Le mercenaire au venin courrait dans la nature, loin des villes, pour le plus grand plaisir des polices du pays. Depuis peu les psychopathes de Gotham se faisaient rares, ce qui apportait un souffle de tranquillité aux rues de la ville, et aux justiciers qui les défendaient.
Jonathan Crane, Pamela Isley, Victor Fries, Harvey Dent... tous étaient soit emprisonnés, soit suffisamment tranquille pour que Batman ne vienne pas mettre un terme à leur liberté. Les seules vraies grandes menaces du moment étaient le Joker et Harley Quinn, le duo meurtrier. Il fallait les garder constamment à l’œil.

Là, dans le repaire mythique, trônait le grand ordinateur central, réputé être le plus à jour, le plus puissant au monde. Et c'est cette machine qu'allait devoir hacker Hershell avec les moyens du bord et, peut-être, s'il le pouvait, avec son artefact. S'asseyant dans son siège métallique, face aux écrans de contrôle, Bruce joignit ses mains, et ferma les yeux, s'octroyant quelques précieuses minutes de sommeil.

Un bip sonore le réveilla enfin, indiquant que quelqu'un ou quelque chose venait de pénétrer dans l'enceinte du manoir. Ouvrant les yeux en un instant, le Chevalier Noir se mit à pianoter sur son clavier, dans l'optique de diriger toutes les caméras vers la zone indiquée par les capteurs. Il eut très vite des images d'un Virgil Hershell en plein effort, en train de se déplacer "discrètement" dans le parc du manoir, vers la grande bâtisse datant du XVIIIème siècle. Il bataillait contre le bruit, de la même manière qu'un escrimeur se confronte à son adversaire. Une fente, une parade, une feinte de quarte, une parade de sixte, et de nouveau une fente fulgurante. Parfois, le point était à l'infiltré, parfois pas. La partie se finissait avec la réussite ou l'échec de l'intrusion.
Dans le cas présent, l'infiltration était terminée avant même d'avoir commencé, mais cela intéressait Wayne de voir comment se débrouillait le jeune homme.

Enfin, il trouve une "faille" dans le système et essaye de s'introduire via le wi-fi. Batman n'eut qu'à appuyer sur deux boutons et attendre que le travail se fasse. De nouveau, un combat s'engageait, mais virtuel cette fois. Bientôt une force inconnue, probablement la relique égyptienne, vint peser de tout son poids sur le réseau de sécurité. Mais le bat-ordinateur était de taille, et aurait pu tenir ces assauts de très longues heures durant. Toutefois, pressant une autre touche, Bruce permit au jeune homme de désactiver toutes les alarmes, lui faisant croire qu'il avait gagné.

Dans le laps de temps entre la "réussite" du piratage et l'arrivée d'Hershell devant les murs du Manoir, le Chevalier Noir eut le temps de se changer, et d'enfiler une tenue de nuit et une robe de chambre. Il fallait soigner les apparences. Puis, il quitta la Batcave et regagna la surface. Alfred l'attendait en haut des escaliers, malgré l'heure tardive. Cela surprit le milliardaire, qui se reprit très vite, cependant.

- Monsieur attend un invité ?

Bruce fit comme s'il n'avait rien entendu.

- Voyons Alfred, vous avez vu l'heure ? Vous devriez dormir un peu, vous faites encore plus peur que moi.

- Monsieur ?

Le regard insistant et inquisiteur du majordome fut le plus fort, cette fois, et le Prince de Gotham céda:

- D'accord, d'accord... ce garçon vient me cambrioler. Il me l'a dit ce soir. Enfin, il l'a dit à Batman. Il m'a intrigué, j'ai voulu en savoir plus, et je lui ai facilité l'entrée... sans qu'il le sache.

- Je vais donc l'accueillir de ce pas. Je vous l'amènerais dans votre salle de réception personnelle.

Sachant que renchérir était peine perdue, Wayne accepta sa défaite, mais jura de se venger... un jour. Laissant Virgil Hershell aux bons soins du meilleur des majordomes, Bruce gagna son salon de réception, alluma un feu et se posa dans son fauteuil. Dans LE fauteuil, celui qui l'avait vu décider de la chauve-souris, celui qui avait vu la création du Batman. Il posa son coude sur l'accoudoir, sa joue contre son poing, et attendit.

Du côté d'Alfred Pennyworth, la traversée du Manoir fut rapide tant il en connaissait tous les moindres recoins. Il aurait pu dessiner de tête les plans de la maison pour n'importe quel architecte hautement qualifié si besoin était. Enfin, le vieil homme atteignit le hall, vers là où se dirigeait le lycéen. S'arrêtant en haut des grands escaliers centraux de bois rare, il se tint droit et attendit que l'adolescent pénètre dans la pièce. Une fois qu'il l'eut en vue, Pennyworth se racla la gorge et dit à voix haute et distincte:

- Puis-je faire quelque chose pour monsieur ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 30 Juil 2014 - 20:26
Plongé dans la pénombre de la nuit, je decouvre une ambiance alliant bon goût, richesse et le standing que ce doit de posséder le manoir d'une des familles fondatrices de Gotham City.
Mais dans l'éclairage de la nuit, le tout prend une teinte légèrement effrayante me rappelant la bibliothèque du campus de Cambridge, à vrai dire il n'est pas impossible que cela me viennt aussi du fait que je n'apprécies pas ce que je fais et que inconsciemment tous ce qui m'entoure est là pour me rappeler que ma place n'est pas ici.
 
Sous le regard du mobilié, je remontes la capuche de mon sweat, en espérant ne pas avoir à croisé qui que ce soit, mais à peine arrivé au coin des escaliers que je dois emprunter pour rejoindre la salle d'art qu'un vieil homme en tenue de majordome et avec l'attitude allant de paire avec cette fonction, semblait posté en haut des escaliers, ayant clairement l'air d'attendre mon arrivé.
Il faut donc croire que je n'ai pas du percer les pare-feu, mais plutôt que l'on m'a laissé entrer dans la maison.
Ou aors cette homme possède une ouïe de tous les diables et un sang-froid aussi glacé que le souffle de l'homme d'acier.
 
Je fait une mentione spécial à son sang-froid car il attire mo attention alors que je suis clairement armée, même si c'est uniquement d'une arme de corps à corps et surtout défensive, et surtout pas à ma place ici.
Mais comme il à l'air de m'interroger calmement je fais de mon mieux pour ne pas paniquer moi même, car c'est ainsi que l'on à tendance à faire les plus grosse erreur et autant si je me fais prendre dans la maison des Wayne, c'est une entré par effraction, je risque pas grand choses, par contre si ça part en vrille je risque bien plus gros.
 
-Je ne souhaite pas vous faire de mal, je dois juste vérifier quelques chose dans la salle d'art, aussi rester calme et aller calmement prévenir la police qu'il y a une effraction chez vous, j'aurai déjà ceux pourquoi je suis venu avant qu'ils arrivent.
 
Je m'engage donc doucement sur l'escalier, chacun de mes geste est fait de façon à ce que l'homme d'un certain âge puisse voir que je ne lui veux aucun mal et qu'il sera assez sage pour rester tranquillement car je n'aimerais pas devoir le neutraliser.
Sachant que je stop mon ascension une fois à quelques marche devant lui, afin de lui faire comprendre que j'attends de lui qu'il s'écarte de ma route... ce qu'il fera j'en suis sur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 31 Juil 2014 - 2:50
- Puis-je faire quelque chose pour monsieur ?

Alfred maîtrisait son travail, comme d'habitude. Grand comédien, il savait maîtriser ses émotions, et malgré une légère inquiétude inconsciente, le vieux majordome tenait le coup, droit comme un i face au jeune garçon qui lui faisait face. L'adolescent semblait observer les lieux où il se trouvait, comme s'il n'y croyait pas. Ce ne devait pas être un habitué des cambriolages.

Virgil Hershell, extrêmement surpris de voir quelqu'un de de bout à cette heure là, et encore plus un majordome habillé, prêt à exercer ses fonctions, resta sur place l'espace de quelques instants. Il semblait détailler le personnage, évaluant si c'était une menace ou non. Puis, petit à petit, il se mit à gravir les escaliers du hall. Il y allait avec douceur, évitant les gestes brusques, afin que le majordome ne prenne pas cela pour une agression. Enfin, c'est ce que supposait Pennyworth, fort de sa grande expérience des relations sociales.

- Je ne souhaite pas vous faire de mal, je dois juste vérifier quelque chose dans la salle d'art, aussi restez calme et allez calmement prévenir la police qu'il y a une effraction chez vous, j'aurais déjà ce pourquoi je suis venu avant qu'ils arrivent.

Quel présomptueux. Il pensait qu'on entrait et sortait de ce Manoir comme d'une cantina ? Jamais. Si le choix n'était que celui d'Alfred, le jeune homme aurait été mis dehors à grand renfort de coups de pied au fondement. Mais maître Bruce voulait le voir, lui parler. Il fallait respecter ses demandes.

- Je ne vous laisserais pas vous déplacer seul dans le Manoir. Maître Bruce veut vous voir, monsieur. Suivez moi.

Le majordome tourna les talons, et partit vers le salon de réception. Il se déplaçait à vitesse modérée, suffisamment vite pour ne pas passer la nuit à marcher dans la demeure familiale des Wayne, mais assez lentement pour ne pas perdre l'adolescent.
Ce dernier suivait avec méfiance le vieil homme.

Cinq minutes suffirent pour qu'Alfred abandonne Virgil devant les portes de la salle où il était attendu. Le plus vieil ami des Wayne partit, sa place n'était pas dans cette discussion. Mais avant, il toqua sur le battant de bois noble, pour ne pas laisser de possibilités de fuite au jeune homme.

- Entrez.

Une voix grave, mais douce, plutôt amicale, presque chantante résonna, invitant Virgil à pénétrer dans la pièce. Bruce était en robe de chambre, correctement vêtu malgré l'heure tardive. Il s'était néanmoins emmêlé les cheveux pour donner l'illusion d'une personne ayant passé la soirée chez soi.
Une pièce de théâtre allait s'engager ici, une nouvelle, entre Bruce Wayne et Virgil Hershell.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 31 Juil 2014 - 15:04
Ma remarque semble avoir été reçut de manière plutôt négative, je veux dire le majordome est resté très professionnel n'a pas vraiment réagit.
Mais j'ai pu sentir dans son regard, la lueur de l'homme qui juge une autre personne, évidemment il ne connais pas toute la situation, aussi il ne semble pas vouloir bougé et au final il finit par me dire que son maitre m'attendais et qu'il semblait vouloir m'amener à lui.

Bien il semblerait donc que le chevalier noir de Gotham se soit empressé de prévenir Bruce Wayne, pour l'heure il faut peut être mieux que j'aille voir ce que me veux le milliardaire vu que ce n'est pas la police qui se trouvait au haut de l'escalier, mais son serviteur.
C'est donc sur mes gardes que je suis l'homme du troisième âge en espérant qu'il ne me conduise pas dans une chausse trappe ou n'importe quel embuche qui pourrait mal finir.

Aussi même si j'ai décidé d'accepter de le suivre, je garde mon arme à la main et lorsque le majordome frappe sur une porte, j'en profite pour jeter juste un œil à l'écran de mon smart-phone afin de consulter la carte que j'ai du manoir et je remarque que la salle d'art n'est pas si loin.
J'ai presque envi de déguerpir et aller jeter mon coup d'œil, mais le langage corporel de mon guide me laisse clairement pensé qu'il est prêt à agir vite.

De ce fait je ne tente pas de m'enfuir et me contente de suivre la voix provenant de l'intérieur de la pièce et donc j'entre dans une salle que l'éclairage au feu de cheminé rendait à a fois chaleureuse et austère et devant moi se trouvait un canapé dans lequel un homme était installé, ce qui se devina grâce à sa silhouette même si le canapé est orienté de façon à ce que je ne puisse voir son visage.

Mais j'avance tout de même de quelques pas tout en vérifiant les coins sombres, afin d'être certain qu'il n'y à pas un Batman présent dans la salle, surtout que le type d'éclairage créer beaucoup d'ombre dans la pièce.

- Alors comme ça, vous saviez que j'allais venir ?

Bon j'avoue que là je suis plutôt apeuré, mais je vois pas vraiment comment réagir, car j'ai comme l'impression qu'atteindre mon objectif est en trin de devenir compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 1 Aoû 2014 - 17:39
- Il semblerait, Monsieur Hershell, il semblerait.

Bruce Wayne se leva, sortant de l'ombre qui le masquait. Il ne voulait pas se la jouer mystérieux, ou même intimidant. Là n'était pas le but de cette (nouvelle) rencontrer avec le jeune garçon. Ses intentions restaient louables, sans volonté de tromperie aucune. Il voulait juste connaître le fin mot de cette histoire.

- On m'a raconté ce que vous avez vécu, ces épreuves, ces difficultés.

Le Prince de Gotham joignit les mains dans son dos et s'approcha d'une des fenêtres de la salle. Une lumière opaline pénétrait dans le Manoir par ces ouvertures sur l'extérieur, déversant des flots argentés sur les boiseries luxueuses.

- Et je suis prêt à vous aider.

Le milliardaire se retourna alors pour faire face à Virgil. Son air était grave, et son visage creusé par le jeu d'ombres.

- Je m'explique: votre quête me plaît, et je serais ravi de vous financer. La logistique, une aide financière... je pourrais vous faciliter grandement la vie.

Bruce s'approcha davantage du lycéen, son regard s'ancrant dans celui de l'adolescent.

- J'y poserais cependant une condition: je voudrais que vous me laissiez ensuite l'artefact que vous recherchez le temps d'une semaine, afin de l'étudier et d'en déceler les potentiels dangers. Ensuite, vous le récupèrerez. Si vous le souhaitez, vous pourrez même mener ces recherches en coopération avec WayneTech. Qu'en dites-vous, Monsieur Hershell ?

Le presque quadragénaire laissa sa question s'envoler, attendant une réponse de Virgil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 1 Aoû 2014 - 18:13
Je reste droit, le tonfa le long de mon avant bras le rendant le plus discret possible, je n'ai pas envie que Bruce Wayne se sente menacer, mais pouvoir toujours agir en cas d'agression, car je n'oublie pas le majordome derrière moi ni le fait que dans cette ville il y a apparemment des gens qui savent très bien se dissimuler dans l'ombre.

Et apparemment Batman à du avoir une longue discutions avec le philanthrope car ce dernier à l'air de savoir à peu près tout de la raison pour laquelle je suis ici ce soir et bien que je n'apprécie pas sa façon de le dire car je passe un peu pour une victime des circonstances, je l'écoute silencieusement et je n'ai toujours pas rabattu ma capuche, ce qui est très bête vu qu'il connait mon nom.

Mais je crois que ce qui me laissa sur le cul, c'est le fait qu'il déclare ouvertement que ce que je fais lui plaît et qu'il est prêt à me financer, ce qui est le seul point faible de mon opération, car depuis que je poursuit mes recherches j'ai dépensé sans compter, en billets d'avions, équipement en tout genre et chambre d'hôtel.
Et malheureusement cela commence à peser assez lourd d'autant que j'ai déjà commencé à taper dans l'argent qui devait servir pour mes études et ce que m'a laissé mon père en héritage est déjà partie en fumé.

Son regard croise alors le miens et semble s'y fixé, je tente alors de rester le plus impassible possible, je ne souhaite pas qu'il puisse lire en moi comme Batman l'a fait un peu plus tôt et je me contente de l'écouter car évidemment il n'aurait pas proposé cela sans contrepartie.
Mais le fait qu'il me demande de lui laisser l'objet une semaine pour l'étudier m'étonne.

- C'est drôle, j'ai fais la visite guidé de WayneTech il y a quelques temps et je ne me souviens pas que l'on nous ai parlé d'une branche occultisme.

Je soutiens son regard, non pas que je tente de le destabilisé, mais je me rends compte qu'effectivement l'image que présente Bruce Wayne au grand jours n'est pas forcement celle qu'il semble posséder en réalité, ou alors il possède des connaissances peu commune pour une personne normal.

- Aussi une fois que j'aurai retrouver l'objet, j'aimerai être là quand vos chercheur se pencheront dessus, et j'espère que parmi eux il y en a qui ont de grande connaissance en Théologie et en Occultisme et surtout qu'ils ne sont pas motivé par rien d'autre que la curiosité.

Là dessus je lui tends la mains afin que l'on scelle notre accord de manière non officielle, mais que nous soyons au moins d'accord sur le principe et la dessus j'ajoute.

- Bon on va la voir cette peinture ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 2 Aoû 2014 - 20:55
- C'est drôle, j'ai fais la visite guidé de WayneTech il y a quelques temps et je ne me souviens pas que l'on nous ai parlé d'une branche occultisme.

Bruce arbora alors un grand sourire, et ne put répondre que d'une seule manière:

- Touché.

Il écarta alors les bras, et continua:

- Effectivement, ce n'est pas forcément pour WayneTech que je fais cela. Même si cette découverte pourrait permettre un grand bond en avant face à Luthor Corp. Non, c'est avant tout pour aider le Chevalier Noir, que je finance déjà depuis quelques années. Il me faut rester à la pointe pour être efficace et lui offrir le meilleur matériel. Mieux vaut être préparé avec tout ce qui se passe ces derniers temps.

Le milliardaire voulait clarifier les choses, tant les paroles du jeune Virgil étaient pleines de sous-entendus. Oui, il était le Batman, mais le crier sur les toits l'aurait mis en danger. Il ne voulait pas prendre ce risque avec un jeune lycéen peu au fait de la noirceur des âmes de certains. Il fallait toujours prendre ses précautions, que ce soit avec les amis, les ennemis, et les nouveaux.
Mais quoi qu'il en soit, Bruce attendait l'accord ou le refus d'Hershell quand à la coopération qu'ils pouvaient hypothétiquement mener. Si le playboy voulait étudier l'artefact, ce n'était pas vraiment pour la technologie en elle-même, mais bien pour s'assurer qu'elle ne causera pas de mal au monde. Il l'avait déjà payé cher avec Brother Eye, hors de question que cela se réitère.
Néanmoins, Virgil accepta de passer temporairement sous la tutelle de Wayne pour cette quête épique. Il voulait cependant assister aux tests qui seront effectués, ce qui était effectivement proposé par Wayne. C'était un minimum.

- Ne vous inquiétez pas, Monsieur Hershell. Zatanna Zatara est une bonne amie à moi, et elle m'a enseigné quelques petites choses. Je ne suis pas un homo magi, mais je m'y connais.

Il cessa de parler avec un clin d'oeil adressé à son interlocuteur.
La main de l'adolescent se tendit, en quête de celle du milliardaire, afin de sceller l'accord entre les deux hommes. Sans sourciller, sans hésiter, Bruce empoigna la main de Virgil, et la serra sobrement.

- Bon on va la voir cette peinture ?

Ah, la fougue de la jeunesse... Desserrant son étreinte, le playboy se dirigea vers la sortie du salon et passa la porte. L'ex-intrus en sweat-shirt blanc rayé de rouge le suivit. Quelques minutes suffirent pour qu'ils arrivent devant la salle protégeant les œuvres d'art de la famille Wayne. Une main sur un panneau dissimulé, et les sécurités propres à la pièce furent désactivées.
L'alter ego du Chevalier Noir y pénétra et se dirigea droit vers le tableau en question. Il se souvenait s'être posé une question quand à l'existence de ces caractères gaéliques. Il aurait peut-être une réponse grâce au jeune homme qui l'accompagnait.

- Le voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 2 Aoû 2014 - 21:42
La vigoureuse main du milliardaire saisit la mienne afin de confirmer notre accord, cette poigne, qui à du serrer tant de main dans sa vie qu'elle lui permettrait presque de savoir quelle sports j'ai du pratiquer dans ma vie.
Mais il dut être déçut de toucher une main douce, celle d'une personne qui à plus l'habitude d'effleurer du papier afin de tourner des pages que de saisir une raquette de tennis.

Surtout si je dois prétendre être capable de partir en expédition afin de récupérer un objet disparut depuis plusieurs siècles, mais enfin il semble être disposé à m'accordé ma chance et j'imagine que ce n'est pas la centaine de dollars que le tout va lui coûter qui lui ferra une grosse différence.

Mais je dois avouer que le fait qu'il déclare financer Batman, m'étonne un peu, mais à la réflexion il est vrai qu'il est à l'origine de ce qui se fait appeler la Batman incorporated et que cela à permit de placer des héros un peu partout dans le monde.
Mais soit, pour l'heure ce qu'il me faut c'est observer cette peinture aussi je suis Bruce Wayne jusqu'à la salle d'art, dont il abaisse les systèmes de sécurité avant de me laisser entrer et de me placer devant la peinture que je convoitais

La toile se découvrait devant moi, me montrant un scène pas banal de la vie du roi Arthur, le jour où il apprends l'existence de son fils tout en l'affrontant dans une bataille décisive pour l'avenir de Camelot, et derrière la représentation de Mordred se trouve la fée Viviane ou Morgane selon la version alors que derrière Arthur c'est Merlin est représenté.
Et à plusieurs endroit de la toiles des symbole gaélique son représenté, pris à part de cette manière ils n'ont pas vraiment de sens, mais c'est là que j'interviens.

Je sors de mon sac, les lunettes que j'ai trouvé à Belltown dans les affaires de mon père, je les active et relève mon avant bras gauche, bien sur le tonfa à été rangé à la ceinture, je ne pense pas avoir quoi que ce soit à craindre pour le moment, car même si il désirait en réalité me neutraliser, Wayne attendrais certainement que j'ai terminé d'analyser les symboles.

Et effectivement les lunettes me permettent de voir certaine symbole qui ne le sont pas à l'œil nue et je n'ai qu'à poser ma main au niveau de l'amulette de thot pour que mon portable se lance tout seul dans la traduction des symboles et les différents sens qu'ils peuvent avoir.

Le tout se fait à une vitesse totalement surhumaine et sur l'écran de mon smart-phone je peux voir la traduction des divers écrit.

"Toi qui est à la recherche de l'éternité, ne répète pas les malheurs du passé.
Un cœur pur tu devras possédé et dans la forêt sacré tu pourra pénétrer."

Mine de rien il ne suffit que de quelques mots pour que les choses deviennent claire, je me tourne vers Bruce Wayne avec un grand sourire sur les lèvres.

- Et voila, si ça ce n'est pas de la traduction éclair... enfin bref, bien nous savons à présent où se trouve l'objet, maintenant je n'ai plus qu'à recoupé le tout avec les notes de mon père et je pourrais rapidement estimé l'endroit exact ainsi qu'être certain de ne pas avoir besoin d'un autre objets pour pouvoir entrer.

Je débranche alors l'amulette de mon téléphone et la repasse autours de mon coups avant de remettre le téléphone dans ma poche.
J'avoue que sur ce coup là je suis fière de moi, ma maitrise de l'amulette et de son fonctionnement semble s'être grandement améliorer depuis le début de cette aventure et donc trouver des informations aussi particulière que des traductions et ensuite de les recouper pour former directement le texte est devenu faisable, alors qu'avant j'aurai du traite toutes ces données moi même.

- Bon avec tout ça, je peux vous demander un verre d'eau, ou quelques chose à boire, ainsi je pourrais vous parler un peu plus de ce sur quoi nous pourrions éventuellement tomber et ce dont j'aurai besoin pour mes recherches.

La question qui n'en n'étais pas vraiment une était aussi bien pour le maitre que le majordome, car je n'oublie pas qu'il est relativement tard et que certaine apprécierait surement de pouvoir dormir, même si moi j'ai déjà fait ma nuit justement parce que je savais que je risquais de veiller très tard ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 3 Aoû 2014 - 16:47
A peine étaient-ils devant la toile que Virgil commença son oeuvre. Il plaça une paire de lunettes devant ses yeux -elles devaient sans aucun doute être spéciales- et débuta sa lecture. Il y passa quelques secondes, avant de manipuler son amulette et faire apparaître un message via son téléphone portable. Profitant de la concentration du jeune homme, Wayne jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule et lut rapidement:

"Toi qui est à la recherche de l'éternité, ne répète pas les malheurs du passé.
Un cœur pur tu devras possédé et dans la forêt sacré tu pourra pénétrer."


Une énigme... Mais si Camelot était associé à cela, comme avait pu le dire l'adolescent à son interrogateur chauve-souris, une seule forêt sacrée coïncidait.

- Brocéliance... souffla très bas le playboy, si bas que Virgil n'entendit rien.

Intéressant. La forêt française avait donc un lien avec l'artefact que recherchait Hershell. Seulement, Bruce ne savait pas qu'elle avait non seulement un lien, mais surtout était l'épreuve final de toutes ces recherches. Virgil avait passé de longs mois en quête de ce lieu mythique.
Le lycéen se mit alors à parler, faisant sortir le milliardaire de ses pensées:

- Et voila, si ça ce n'est pas de la traduction éclair... enfin bref, bien nous savons à présent où se trouve l'objet, maintenant je n'ai plus qu'à recoupé le tout avec les notes de mon père et je pourrais rapidement estimé l'endroit exact ainsi qu'être certain de ne pas avoir besoin d'un autre objets pour pouvoir entrer.

Ah... l'alter ego de Batman venait de comprendre. Toute cette histoire touchait à son but. Le pénultième péril était le Manoir Wayne, et l'ultime la forêt de Brocéliande. Cela prenait peu à peu d'étranges consonances médiévales, qui ne déplaisaient pas au philanthrope.
Il faut dire que vivre dans le passé l'avait sensibilisé aux choses de l'Histoire. Il s'intéressait davantage aux reliques, artefacts, à toutes les découvertes récentes. Il en avait financé certaines d'ailleurs, et voilà qu'il remettait le couvert.

- Bon avec tout ça, je peux vous demander un verre d'eau, ou quelque chose à boire ? Ainsi je pourrais vous parler un peu plus de ce sur quoi nous pourrions éventuellement tomber et ce dont j'aurai besoin pour mes recherches. demanda ensuite Virgil, après avoir rangé ses affaires dans son sac.

Avec un léger sourire, Bruce lui répondit:

- Venez donc avec moi aux cuisines.

Il mena son nouvel associé droit vers la salle aux grands frigos et aux fours monstrueux, afin de lui servir de quoi boire. Il sortit un pichet d'un des réfrigérateurs et le posa avec un verre près d'Hershell.

- C'est de l'eau pure tirée des neiges de l'Himalaya. Faites-vous plaisir.

Afin d'entretenir sa réputation de riche, excentrique, philanthropique playboy, Bruce Wayne excellait dans l'achat inutile et incongru. Que ce soit dans la nourriture (la majorité finissait d'ailleurs à la poubelle) ou dans le divers, il se débrouillait merveilleusement bien.
Il se posa sur un tabouret, et prit un air sérieux.

- Hum... Monsieur Hershell. Vous parlez donc d'un lieu abritant un objet magique millénaire extrêmement puissant. Et vous voulez y aller seul ? C'est très simple, je vais garantir votre sécurité en envoyant quelqu'un de hautement qualifié vous aider. Ce n'est pas négociable. Il ne vous entravera pas dans votre quête, et sera uniquement là pour veiller à ce que rien de fâcheux ne vous arrive.

Le milliardaire alla se chercher un verre et une bouteille de scotch. Il détestait l'alcool, mais bon...

- Quand au financement, soixante mille dollars seront envoyés à votre banque. J'ai conscience que c'est largement au dessus de ce dont vous avez besoin, mais si vous avez accepté mon aide, il doit y avoir un ou deux trous dans votre compte. Je ne voudrais pas que vous repartiez de zéro une fois cette quête achevée. Prenez ce qui vous restera comme... un cadeau.

Wayne avait profité de son temps de parole pour remplir son contenant.

- A propos du matériel dont vous avez besoin, dites moi, et il sera prêt pour le jour de votre départ.

Il porta ensuite le verre à ses lèvres et but.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 4 Aoû 2014 - 12:46
Finalement la soirée n'était pas si mauvaise que cela, il semblerait que Batman m'ait ouvert des portes que je n'aurais pas imaginé et donc et donc me voila dans la maison de Bruce Wayne et non plus pour m'infiltrer, mais pour aller boire une verre d'eau en cuisine avec le très connu Milliardaire de Gotham.

Bon certes c'est pour une raison plus ou moins professionnel, mais c'est toujours plus sympathique que de devoir forcer l'entrer juste pour observer une toile, vu que je pensais même pas à la voler.
Une fois dans la pièce où sont préparer les repas des membres de la famille Wayne et je dois avouer que je rêverai avoir une telle installation, c'est bien le genre de chose qui me donnerai envie de faire la cuisine plus souvent.

Mais je me doute que c'est surtout le majordome qui en profite et bon je prends juste place sur une des chaise haute et attends que le philanthrope me sers un verre de son eau, mais à la place il me pose carrément un pichet d'eau apparemment provenant des neige de l'Himalaya.
Je relève un sourcil légèrement interrogateur, me demandant un instant à quoi cela pourrait bien servir de se prendre de l'eau de là-bas, mais je ne fais pas aller plus loin.

Je me serre mon verre et attends que mon hôte se serve à son tour... un verre de scotch, bon tant qu'il est pas alcoolique je dirais rien, et je me contente de l'écoute parler tranquillement, alors déjà il m'assigne une nourrice... génial, à cela je fais une légère grimace, mais je me plaint pas, vu que je n'étais pas seul lorsque j'ai trouvé Camelot.

Buvant tranquillement dans l'eau fraîche qu'il ma déposé devant moi, il est vrai que cette eau est savoureuse, alors une fois avoir terminé le premier d'une traite, je n'ai pas pris le temps de boire depuis que j'étais partie me coucher, et e ressert un verre que je savoure un peu plus .

C'est là que Wayne m'annonce un prix, qu'il ne cherche même pas à négocier, non juste il me le donne, la surprise me fait recracher un peu d'eau sur le côté, au plus grand damne du majordome j'en suis certain.
Je laisse juste Wayne terminer sa phrase avant de me relever et de prendre une serviette pour essuyer mes bêtises et me retourne vers mon mécène.

-Bon vu que je n'ai rien à dire sur vos conditions, je sais d'expérience qu'une aide extérieur est toujours le bienvenue, par contre pour ce qui est du matériel, j'ai toujours celui que j'avais pour camelot qui est de bonne qualité et en soi je pourrais prendre sur l'argent que vous m'avez donner pour remplacer ce qui doit l'être.

Là dessus je sors mon porte feuille et lui tend un RIB, non pas qu'il en est besoin, mais si jamais quelqu'un enquête là dessus, Wayne aurait une très bonne raison d'avoir les référence de mon compte bancaire.

- Bon j'imagine que tout est dit, alors je pense que je vais vous laissez et je vous remercie encore pour votre aide et votre financement...
Au fait, si jamais vous ouvrez vraiment une branche occultisme à WayneTech, contactez-moi.


Bien sur c'était plus ou moins dit sur le ton de la plaisanterie, mais quelques part j'étais sérieux, car certes depuis que je suis à la recherche de cette "éternité" ma vie est sans dessus de dessous, mais je me sens bien plus vivant que dans les 15 dernière année de ma vie avant le coma et quelques part je me demande si mon père adoptif ne m'avait pas préparer à ce genre d'expédition.

Dans tous les cas je finis mon verre d'eau et le regarde avant de partir, au final ce n'est pas grave si je lui lisse un peu de mon adn, même si je me doute que ce sera Batman qui récupéra ce verre.

-Ah et envoyez mes amitiés à Batman, et probablement ce verre aussi, j'imagine.

Et là dessus je prends le chemin de la sortie accompagné par le majordome qui m'escorte en direction de la porte et que je finis par passer tous seul, alors qu'un soupire de soulagement quitte ma poitrine,  une soirée de terminé bien qu'elle annonce beaucoup d'autre de ce genre désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Les plans pensé à la va vite, sont rarement les bons. [Batman + Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» QUELS SONT LES DERNIERS BONS FILMS D'HORREUR ?
» les bonnes nouvelles sont rarement uniques...
» Ceux qui sont rarement à Disneyland
» Pourquoi utiliser le mode Raw+jpg selon vous?
» Max et Arthur sont-ils de bons antagonistes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-