Le voyageur des étoiles [Libre]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 23:06

Le silence régnait dans le Système Solaire.
Les astres gravitaient comme à leur habitude, entamant ou terminant leurs cycles et révolutions dans un lent ballet. Les planètes baignaient dans une immobilité illusoire, et même le temps semblait s'être stoppé.
Le silence régnait dans le Système Solaire. Jusqu'à ce que...

Un vaisseau apparut alors, non loin d'une des planètes, celle que les hommes nommaient Jupiter, cette énorme boule de gaz traversée par une terrible tempête depuis des décennies, si ce n'est des siècles. Cet appareil était arrivé, comme ça, d'un coup, après avoir franchi des parsecs entiers en quelques minutes. Les avantages de la vitesse supraphotonique.

Puis, après une poignée de secondes de calme durant laquelle le Solar King dériva sereinement dans le vide, ses propulseurs furent activés. Une gerbe de flammes bleues jaillirent, et l'astronef pointa son nez vers la seule planète encore habitée du Système Solaire, la Terre. Le Soleil, immense concentré jaune d'hydrogène et d'hélium, envoyait ses rayons se répercuter sur la carlingue usée, l'illuminant de toutes parts.

Cinq cent quatre-vingt huit millions de kilomètres séparait la Terre de Jupiter. La technologie du vaisseau spatial lui permit de les traverser en une demi-heure. Une technologie que les humains ne possédaient pas encore, sans quoi ils auraient déjà tenté de conquérir tout le système, puis la galaxie. Bientôt, le Solar King fut bien en vue d'une sphère légèrement ovaloïde, comme si on l'avait écrasé aux pôles, autour de laquelle gravitait une sphère torturée ou invisible. La Terre et la Lune.
Le choix pour le pilote fut ardu.
Pas moins de sept grandes étendues émergées s'offraient à lui. Il exclut d'office les extrêmes nord et sud, couverts de glace, ce qui redescendit le chiffre à cinq. Une était assez petite, trop petite. Quatre. Une autre était trop grosse. Trois.
Il décida ensuite arbitrairement, et se dirigea vers ce que les terriens appelaient l'Amérique du Nord. Une zone assez grande, mais pas trop, avec une chance de se poser. Le vaisseau pénétra les couches gazeuses de la planète sans le moindre problème, ayant été conçu pour ça. Toutefois, le pilote se montra étonné de passer à travers une espèce de nuage noir de pollution. Il y en avait peu, c'était parfait. Il piqua ensuite droit vers le sol, analysant les émissions de chaleur pour repérer les zones peuplées.

Il fallait éviter de se frotter à la population avant de la connaître. Il faudrait observer, les comprendre, et voir ensuite s'il était bon de se mêler à elle. Alors que le nez de l'astronef refroidissait après son entrée rapide dans l'atmosphère, le pilote hésitait encore sur sa destination. Il savait que ce monde était protégé par Superman, et de nombreux êtres aux pouvoirs démesurés. Mais c'était tout.
Que faire ? Où aller ? Une question sommes toutes épineuse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3870
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Ven 22 Aoû - 20:24
Vous croyez sérieusement que votre projet d'entrer en contact avec des extraterrestres vaut encore la peine?

Récemment déménagé à Central City, Cyborg avait accepté de travailler sur un des projets de Star Labs. Il ne s'attendait pas à la lubie des extra-terrestres par contre. En fait, il disait lubie, mais c'était de plus en plus une science exacte puisque les contactes avaient été fréquent maintenant avec la terre. Le plus gros problème que Victor y voyait c'est que généralement ces contacts se faisaient souvent sous le signe de la confrontation.

Je veux dire, avec tout se qu'on a vue dernièrement vous souhaiter encore attirer plus de monde ici, il me semble qu'on commence à avoir eu notre dose de visiteurs de l'espace.

Ça Mr. Stone ce n'est pas à vous de décider.

L'homme qui venait de parler était Murray Takamoto, un éminent spécialiste de la question extraterrestre chez Star Labs. Ce projet c'était le sien et il y tenait. Le projet était peu compliqué, envoyer une offre de partenariat entre deux planètes différentes. Certes le projet était des plus pacifistes et les visées du professeur Takamoto étaient nobles, mais Cyborg savait bien que derrière tout ça, il y avait d'énormes risques.

Alors pourquoi vous voulez que je m'en mèle alors?

Parce que vous pourrez intervenir en cas de débordement, n'est-ce pas là la fonction des justiciers?

Nous ne sommes pas vos gardes du corps Takamoto.

Se que votre père à trouver dans la Fatherbox à littéralement changer notre façon de voir le monde, je croyais que vous seriez aussi visionnaire que lui.

Victor se rapprocha de Takamoto très faché. On ne parlait jamais de son père et encore moins de l'accident qui l'avait transformer en personne mi-homme, mi-machine.

Justement, je sais mieux que quiconque les conséquences reliées à cette folie des grandeurs.

Quoi vous osez vous plaindre? La Fatherbox vous a transformé en dieu. Imaginez ce qu'elle pourrait faire pour l'humanité.

Vous allez trop loin Takamoto, attention.

De toute façon, vous n'êtes pas obligé de rester. C'est les grands pontes de Star Labs qui voulaient votre présence ici au cas ou... moi je m'en fiche le projet sera mis en route que vous le vouliez ou non.

En disant cela, il lança le message dans la stratosphère. Victor ne bougea d'un poil. Autant le professeur Takamoto lui était antipathique, autant il savait qu'il avait la responsabilité d'être là. Il appelait sans savoir qui se trouvait à l'autre bout du combiné. Il se devait d'être là si les choses tournaient mal. Central City était une des métropoles des États-Unis et la population bien que protégée par de nombreux Flash, n'étaient pas prête à l'arrivée d'un new gods chez eux... Il resta donc pour être cette boue de sauvetage si le danger s'avérait réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 0:14
Le Solar King survolait des plaines vides de vies humaines, situées au centre de la grande étendue de terre que les humains nommaient Amérique du Nord. Mais non loin de là se trouvait une ville grouillante, Central City.
Rik Starr décida d'orienter son vaisseau dans cette direction, afin de trouver un endroit où atterrir proche d'échoppes pour y acheter composants énergétiques et peut-être effectuer quelques réparations. Il reçut alors un étrange message par les ondes ordinairement réservées aux communications entre véhicules spatiaux. D'abord, il ne le comprit pas.

- Andouille, tu n'as pas activé ton traducteur...
grommela-t-il pour soi-même.

D'une pression à l'oreille, il enclencha l'appareil qui allait devoir retranscrire dans une langue compréhensible le charabia des êtres humains de la planète Terre. Curieux de savoir ce qu'exprimait ce message, Rik fit ralentir son vaisseau pour profiter pleinement des intonations et sonorités de la voix. Il allait sans doute côtoyer ces personnes un sacré bout de temps, il fallait bien s'habituer à l'idiome local.
Une fois le message retravaillé, le capitaine put l'écouter dans sa langue. Et il resta bouche-bée l'espace d'une seconde, avant d'éclater de rire. On lui demandait d'un ton monocorde et ridicule s'il venait en paix, et s'il était prêt à conclure un marché politique, économique, scientifique et culturel. Lui ? La seule créature vivante dans son petit vaisseau ? Lui ? Un contrebandier pilleur de tombes et de ruines ? C'en était hilarant.

Mais la tension était à son comble dans le laboratoire. Le professeur Takamoto espérait une réponse, et Victor Stone espérait une réponse pacifique.

Voulant instaurer de bonnes relations dès le début, Rik ne tarda pas à régler ses fréquences sur le point d'émission du message. Il bidouilla un peu ses consoles de commande, tourna un ou deux boutons, et se racla la gorge avant de commencer à parler. Son traducteur fera tout le travail pour lui.

- Euh... hello ? Ici le capitaine Rik Starr du Vaisseau XZPtDR89O01sDF5873-LOLILAER86636596BDNOBCSJD53833632, nommé le Solar King. Je demande à atterrir dans la ville nommée... attendez... Ca y est presque... saloperie d'ordinateur de bord... Ah merde !!! Non, c'est bon, c'est bon... Central City.

Le Solar King était en vol stationnaire devant le panneau qui indiquait:

BIENVENUE A CENTRAL CITY !

Rik avait mis un temps fou à scanner les symboles pour les analyser et en tirer une traduction plausible, d'où le petit laps de temps entre le début et la fin de sa phrase. Les paroles de Starr avaient pu être entendues dans toute le laboratoire. Mais une fois cette demande faite, le jeune pilote se dit que ce n'était sans doute pas assez, et de sa voix la plus triomphante, il dit alors:

- Et je viens en paix.

C'était juste parfait.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3870
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 0:51
Le professeur Takamoto jubilait. Il avait reçu une réponse extrêmement rapidement. Il ne s'attendait pas à un retour si rapide. Il se frappait dans les mains et regardait Victor avec un air de défi. Il se retourna vers l'ordinateur et commença à noter sa réponse. Cyborg se mit à lire par dessus l'épaule. Il incluait des coordonnés dans son message. Vic se saisit de sa main.

Mais vous me faites mal que faites-vous là?

Votre vaisseau là. Il a répondu beaucoup trop vite. Il orbitait déjà autour de la terre. Il foutait quoi à cet endroit, vous pensez?

Bha je ne sais pas, je...

EXACTEMENT, vous ne savez pas. Alors avant de tracer une cible sur la tête des habitants de cette ville ça ne vous dirait pas de réfléchir un peu.

Il fallait dire que les arguments de Victor étaient assez convaincants. C'est vrai que tout ceci se passait extrêmement vite. Le signal transmis était généré par un convecteur à Speedforce, fourni grâce au défunt Dr. Elias qui avait travaillé avec Flash sur différent projet. Le message pouvait se rendre à l'autre bout de la galaxie et revenir à un laps de temps incroyablement court, par contre là on faisait fort. Le professeur Takamoto devait se rendre à l'évidence, ce vaisseau était déjà très proche. Il se mit même à faire des calculs pour savoir la distance. Pour Cyborg la solution était plus simple. Il se brancha directement dans l'ordinateur pour transmettre son image et sa voix au vaisseau.

Capitaine Rikk Star, mon nom est Cyborg terrien et citoyen des États-Unis d’Amérique. Selon les lois américaines, vous êtes actuellement en violation de la primauté des États-Unis en ce qui a trait au respect de l'espace aérien. Veuillez vous retirer le temps que l'on demande une autorisation d’atterrissage pour votre vaisseau A.K.A le Solar King. Toute tentative autre sera perçue comme une agression.

Mais arrêtez vous allez le faire fuir.

Et vous, quoi qu'en pense les biens passant de Star Labs comme mon père, vous n'êtes pas au-dessus des lois. Maintenant, veuillez vous rétracter, je suis en train d'envoyer la demande au pentagone. Nous ne mettrons pas inutilement la vie des Centraliens pour satisfaire vos ambition Docteur Takamoto.

Cyborg pouvait faire plusieurs choses en même temps. La vérité est que par réflexe il ne s'adressait pas vraiment au pentagone. Il avait directement fait sa demande à l'ARGUS. Pourquoi? Simplement parce qu'il avait plus confiance en Trevor qu'en Luthor et son Pentagone. Trevor avait toujours montré une grande solidarité aux mondes superhéroiques et pour l'instant il était encore en poste à ARGUS. Il espérait simplement que l'adresse et le code de priorité qu'il avait envoyés étaient encore le bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 11:16
Adossé à son siège, les mains croisées, le visage serein, Rik patientait. Il attendait que les humains lui accordent la possibilité de se poser. Il n'était pas un envahisseur, et voulait faire ça dans les règles, après tout. Il avait tout son temps, et n'avait aucune intention belliqueuse. Ce n'était pas grave si on le faisait un peu attendre. Les quelques secondes que durèrent l'attente de la réponse furent comblées par un brin de musique. En effet, depuis que Starr avait découvert (bon, d'accord, pris) ça aux mains de certains chasseurs de primes qui le poursuivaient, il appréciait de se laisser aller à l'écoute de la mélodie.

Soudain, le son se coupa. Rik se redressa, intrigué, et assez fâché de se voir privé dans son moment solitaire. Mais il ne pipa mot car une image jaillit sur les écrans de la salle de commande. Étrange... Personne ne se connectait comme ça au Solar King... Une espèce d'humain à la peau noire, doté de prothèses cybernétiques au visage, venait d'apparaître pour délivrer son message:

- Capitaine Rikk Star, mon nom est Cyborg terrien et citoyen des États-Unis d’Amérique. Selon les lois américaines, vous êtes actuellement en violation de la primauté des États-Unis en ce qui a trait au respect de l'espace aérien. Veuillez vous retirer le temps que l'on demande une autorisation d’atterrissage pour votre vaisseau A.K.A le Solar King. Toute tentative autre sera perçue comme une agression.

Cyborg ? Cet humain s'appelait comme ces créatures mi-êtres, mi-machine ? Amusant. Mais le reste des paroles du robot furent accueillies avec moins de joie. Il fallait qu'il retourne dans l'espace ? Non merci. Il n'allait pas faire des allers-retours incessants pour ne pas violer la "primauté des États-Unis en ce qui a trait au respect de l'espace aérien."
Cependant, il ne voulait pas s'attirer les foudres de son nouveau monde. Il fallait qu'il trouve quelque chose.

- Il m'est impossible de quitter votre espace aérien, citoyen Cyborg. Mon vaisseau manque d'énergie pour regagner l'espace, et même si j'en avais juste assez, je ne pourrais jamais redescendre en sûreté. Ce que je vais faire, c'est rester où je suis, en vol stationnaire pour ne pas me poser et dépenser un minimum d'énergie, le temps que l'on vous réponde.

Rik avait pris son ton le plus sérieux. Il n'avait pas l'habitude de la jouer comme ça, mais en territoire inconnu, face à des forces non répertoriées et une protection de Superman, mieux fallait la jouer le plus serré, et surtout le plus crédible possible.

Toutefois conscient que le Cyborg ne pouvait pas le voir, Starr se glissa sous son ordinateur de bord pour jeter un œil aux câblages. Il voulait voir s'il ne pouvait pas sécuriser un peu mieux ses entrées et sorties audio. Il tritura un fil, en poussa un autre et...

Tout le vaisseau s'éteignit, et cessa de fonctionner. En conséquence de quoi, il chuta vers le sol. Heureusement, que seuls quelques mètres séparaient la coque de la terre des États-Unis. Mais le plus inquiétant était que le contact avait été rompu, et que les humains prendraient sans doute cela comme une menace. De vrais paranos, mais bon...
Une fois le Solar King de nouveau en l'air, Rik se jeta sur son siège et ralluma les communications sur la même fréquence.

- Pardonnez cette coupure, j'ai eu un problème technique avec le vaisseau, mais c'est réparé. Enfin j'espère. Foutus câbles...

Les deux derniers mots avaient été mâchonnés, et ne pouvaient pas être compris par les personnes à l'autre bout du communicateur, sauf si Cyborg avait un traducteur pour le "Parlé dans sa barbe".
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3870
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 14:06
Je n'aime pas ça.

Le vaisseau refusait d’obtempérer prétextant une panne d'essence. C'était un brin facile non? on dirait un collégien essayant de forcer le rapprochement avec sa copine, désolé manque d'essence. Pas que Victor est déjà utilisé cette technique, mais du moins il la connaissait. Le docteur Takamoto ne disait plus un mot il laissait Victor opéré. Il avait enfin compris, peut-être trop tard, que dans une situation pareil valait mieux laisser faire Victor.

Solar King, je...

Le vaisseau chuta alors vers le sol. Star Labs qui venait d'établir l'image de leur visiteur le vit tomber vers le sol. Victor sursauta. Il se déconnecta rapidement puis quitta Star Labs remettant les commandes au docteur Takamoto. Il fonça vers l'endroit ou était le vaisseau. Usant de ses prothèses cybernétiques il tenta d'aller le plus vite possible. Certes ce n’était pas la vitesse de Flash, mais en même temps le vaisseau n'était pas si loin. Entrant dans un building il monta les marches 4 par 4 afin de rejoindre le toit. Déjà athlète lui même, mais accentué par ses nombreux implants il put atteindre le somment sans perdre son souffle. Se connectant aux nombreux Wi-Fi présents dans la ville, il put savoir qu'ARGUS avait envoyé des avions escortés le Solar King. Il pirata alors le réseau de communication Star Labs afin de continuer ça conversation.

Solar King, répondez. Ici Cyborg, une escorte avec ce symbole approche veuillez, suivre leurs indications, sinon je devrais entrer en contact direct avec vous.

Un symbole s'afficha sur la console du Solar King.


Il ne savait pas si le Solar King pouvait le voir d'où il était, mais lui le voyait, très bien soudainement la voix du professeur Takamoto se fit, entendre dans la transmission.

Victor vous venez de pirater Star Labs?

Professeur Takamoto veuillez s'il vous plaît rester en dehors de ça.

J'en référerez à votre père dès que tout cela sera terminé.

Oui, c'est ça. bye bye

Il coupa le canal du professeur Takamoto.

Capitain Rik Starr veuillez ne pas prendre en compte la dernière communication.

On entendit alors dans le ciel le bruit des trois avions noir avec le logo d’Argus arrivé. Ils allaient escortez le Solar King vers un zone agricole non loin, ce qui lui permettra d'atterrir. Victor avait hâte de rencontrer Rik Starr malgré toutes ses appréhensions. Il espérait que celui-ci soit sympathique car au fond il avait un ton plutot humoristique se qui plaisait bien à Victor. Il espérait juste que tout ceci ne soit pas une énième ruse d'une race extraterrestre prête à les détruires ou les asservir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 17:47
Les gens dans leurs voitures, hallucinés, avaient observé le Solar King se rapprocher du panneau d'accueil de Central City, puis s'écraser au sol, avant de redécoller l'instant d'après, dans une espèce de ballet ridicule. Quelques personnes s'étaient même arrêtées, afin de suivre l'ensemble des événements.
Dans son vaisseau, Rik n'avait pas jeté un seul regard à ce qui se passait dehors, pour le moment. Tant mieux, son orgueil en aurait pris un sacré coup, vu les sourires amusés qui fleurissaient sur les visages des conducteurs.

- Solar King, répondez. Ici Cyborg, une escorte avec ce symbole approche veuillez, suivre leurs indications, sinon je devrais entrer en contact direct avec vous.

Avec un petit ding, l'image apparut sur le tableau de bord. Un symbole qu'immédiatement le Ténébrien se mit à ne pas aimer.



En conséquence de quoi Starr obtempéra, et écouta les instructions rapides que lui donnaient les membres de l'escorte. Il fallait qu'il s'écarte de la ville pour se poser dans un champ, loin de toutes les installations possiblement nécessaires à un vaisseau spatial.
Puis, alors qu'il déplaçait son véhicule, Rik entendit une autre transmission, moins sérieuse, plutôt amusante.

- Victor, vous venez de pirater Star Labs ?

Sans couper son communicateur, Rik émit un rire discret, mais parfaitement audible. De plus, il venait d'apprendre le nom de ce Cyborg. Il devait encore avoir une grande partie de chair pour avoir gardé un nom.

- Professeur Takamoto, veuillez s'il vous plaît rester en dehors de ça.

- J'en référerai à votre père dès que tout cela sera terminé.

- Oui, c'est ça. Bye bye.


Et plus un son de la part de ce Takamoto. Une manière efficace de régler une discussion. Rik aimait de plus en plus ce Victor.

- Capitaine Rik Starr, veuillez ne pas prendre en compte la dernière communication.

- Mais sans problèmes, Victor. Sans problèmes.

Pendant le temps que prit le petit trajet jusqu'à la zone d'atterrissage, Rik se mit à parler à Cyborg, histoire de meubler le silence.

- Alors Victor, que sont ces États-Unis d'Amérique ? Un Empire ? Et vous ? Pourquoi vous êtes-vous appelé Cyborg tout à l'heure ? Vous semblez plus humain que robot, vous auriez pu me donner votre nom.

Derrière sa vitre à l'épreuve du vide spatial et des balles, assis tranquillement sur son siège, Starr souriait. Les humains semblaient aussi amusants que les autres êtres vivants, loin des idées préconçues que se faisaient les autres races de l'univers.
Enfin, le Solar King se retrouva entouré des trois avions sombres d'ARGUS, et il put se poser au milieu du champ qu'on lui avait assigné. Quittant sa place de pilote, Rik s'avança vers la sortie de son vaisseau, et ouvrit la passerelle. Il allait enfin pouvoir rencontrer ses nouveaux hôtes.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3870
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 19:38
Cyborg avait les coordonnées d’atterrissage. Il se rendit sur place. Une fois arrivée le vaisseau était déjà stabilisé et il était stationné à l'endroit exact choisi par ARGUS. Plusieurs hommes d'ARGUS étaient déjà sur place. Ils avaient réussi à monter une base temporaire en moins de quelques minutes. C'était assez impressionnant, malgré que peu étonnant. Victor connaissait l'efficacité d'ARGUS et il savait surtout qu'ils avaient des hommes dans les plus grandes villes des États-Unis. C'était donc probablement un contingent en provenance de la ville la plus vite d'Amérique, Central City.

Il s'avança et on le laissa passé. L'étoile des superhéros avait été ternie avec les derniers événements, mais dans la ville des Flash la situation était différente. Les héros avaient toujours eu la meilleure des presses ici, particulièrement les Speedsters. Cyborg s'était affiché plusieurs fois aux côtés de Wally, il jouissait donc d'une certaine réputation. Il se rendit donc au vaisseau et la rampe commença à s'ouvrir. Il se planta devant et attendit que "quelques choses" en sorte. Il ne fut qu'à moitié surpris de voir que l'homme qui en sortie ressemblait traits pour trait à un humain. À moitié surpris seulement, car Superman prouvait que la physiologie humaine n'était pas unique à la terre. Il s'avança donc vers Rik Starr.

Bonjour Capitaine, je suis content de vous rencontrez en personne. Merci d'avoir obtempéré à nos demandes. Il est important de régularisé votre situation avant de...

Il fut interrompu par l'arrivée d'un hélicoptère aux couleurs d'ARGUS. Son oeil se porta sur la machine. Il analysa les occupants. Il savait qui était là, et il espérait amèrement se tromper. L'hélicoptère se posa dans une zone proche. Une importante escouade armée se regroupa autour du véhicule. Puis la portière s'ouvrit.



Oh merde...

Une magnifique femme noire en sortie. Vêtu d'un tailleur des plus respectable qui lui allait à merveille et de bottes trop luxueuses pour ce genre d'endroit. Son visage était d'une froideur et d'un sérieux des plus décontenançant, mais le pire c'était ce regard. Un regard dur et sévère qui en avait vu beaucoup plus que la majorité des personnes dans ce monde, beaucoup plus que Cyborg en tout cas. En tout cas, il savait une chose... ils étaient mal barré.

Bonjour, Officier Waller. Dit-il avec un sentiment de malaise des plus évidents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 22:21
Au fur et à mesure que la rampe s'ouvrait, Rik put voir de l'herbe, des constructions métalliques, des hommes prêts à se battre, le fusil à la main, puis une tête à moitié robotisée, et un corps identiquement composé. Victor. Il avait sans doute été envoyé en émissaire, voire en première ligne. Quittant l'ombre relative de son vaisseau, Starr sortit en pleine lumière solaire. Il n'avait pas l'habitude de ce soleil jaune qui venait lui chatouiller le visage.
Le capitaine du Solar King s'avançait doucement, conscient qu'au moindre mouvement un peu trop brusque, il finirait au sol, soit paralysé soit mort. Si il pouvait éviter ces deux perspectives, ce ne serait pas plus mal.
Une fois en vue du vrai Cyborg, en chair et en o... en métal, Rik se rendit compte qu'il n'était pas si vieux que ça. Victor devait avoir quoi, cinq à six ans de moins que le Space Ranger, et peu d'expérience malgré sa carapace.

- Bonjour Capitaine, je suis content de vous rencontrer en personne. Merci d'avoir obtempéré à nos demandes. Il est important de régulariser votre situation avant de...

Un véhicule aérien à hélices, beaucoup plus bruyant et dérangeant que le Solar King, arriva alors, coupant la parole de Cyborg. Ce dernier tourna la tête dans sa direction. Un air inquiet naquit alors sur son visage, signe que ce qui arrivait n'allait rien avoir de sympathique.

Enfin, l'appareil aérien se posa, et toute une partie des hommes près des barricades vinrent se regrouper autour de lui, comme des chiens bien dressés qui venaient accueillir et protéger leur maître. Juste le genre de comportement que détestait Rik. De même, s'il avait accepté de suivre aussi docilement les indications jusque là, c'était pour sa survie, et parce qu'il appréciait ce qu'il avait vu de Victor... pour le moment.

- Oh merde...

Les portes de l'hélicoptère s'étaient ouvertes, laissant sortir une femme à la peau sombre. Contrairement à Victor Stone, Rik Starr ne pouvait juger de la qualité, de la beauté ou du prix de ses vêtements. Ses canons de beauté étaient bien différents, et sa connaissance de la Terre était trop faible pour pouvoir poser son avis. Plus tard, sans doute.

Bientôt, la femme s'avança vers le duo formé par Cyborg et le Space Ranger. Son visage était terrible, et rien que d'y jeter un œil refroidit immédiatement le capitaine du Solar King. Mais fidèle à sa réputation galactique (il n'y croyait même, et il avait raison de ne pas le faire), il adressa un joli sourire, mais marmonna à la destination de Cyborg uniquement, du coin de la bouche:

- Bon Victor, je fais quoi ?

Soit le terrien ne l'avait pas entendu, soit il ne voulait pas encore lui répondre. Quoi qu'il en soit, il salua la femme qui approchait en la nommant. On pouvait toutefois sentir à des kilomètres à la ronde qu'il n'était pas à l'aise devant cette personne. Pas discret, le gamin.

- Bonjour, Officier Waller.


Waller ? Un nom à retenir, on ne savait jamais, ça pourrait servir un jour. Mais là, loin de tout ce qu'il avait déjà vu, Rikane n'était pas dans son élément, et il se sentait pieds et poings liés. Toutefois, il connaissait aussi sa propension à s'attirer des ennuis, mais aussi à s'en dépêtrer, aussi ne fut-il pas trop angoissé. Il allait négocier ça tranquillement. Il inspira, et alors que Cyborg lui tournait le dos, il s'avança.
Il passa à côté du géant de chair et de métal, et tous sourires, tendit sa main.

- Je vous salue, Officier Waller. C'est un réel plaisir pour moi de faire votre rencontre, et de m'être posé sur votre planète. Sachez avant tout que... je viens en paix.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3870
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 2:23
Amanda Waller était comme d'habitude sûre d'elle et tranchante dans le ton de ses remarques. Le regard vif qui rendait justice à son intelligence maligne transperçait Victor comme si elle lisait en lui. Comme si elle scrutait la moindre de ses incertitudes. Pourtant elle ne disait pour l'instant aucun mot, jusqu'à ce que l'extraterrestre se mit à parler. Victor eut un sursaut et surtout son regard se porta sur Waller. Elle ne le regarda même pas les yeux toujours fixés sur Cyborg.

Mr. Stone

Le ton était glacial. Elle utilisait le suffixe Monsieur d'une manière bien précise. Certains auraient pu y voir un signe de respect, mais dans le cas d'Amanda c'était plus une insinuation qu'autre chose. Elle lui rappelait subtilement qu'il n'était qu'un décrocheur scolaire qui n'avait aucun diplôme qui lui permettait de faire valoir un titre et il n'avait encore moins un rang militaire ce qui, comme Victor s'en doutait, n'allait pas jouer en sa faveur.

Sous quelle autorité vous octroyez vous le droit d'entrer sur ma scène de crime? À se que je sache vous ne travailler par pour ARGUS et encore moins sous mes ordres. Votre attirail ne m'impressionne pas, fichez-moi le camp ou je dépose une plainte directement aux pentagones. Déjà que je doute bien que vous ayez piraté la base d'ARGUS pour envoyer le message avertissant de cet aéronef. Vous êtes chanceux que je ne vous conduis pas devant un des tribunaux spéciaux instaurés par la nouvelle présidence.

Il y avait plusieurs choses dans ce qu'elle venait de dire qui rendait le tout extrêmement difficile. Premièrement, elle considérait l'extra-terrestre déjà comme un criminel. Le choix des mots scène de crime n'était encore une fois pas anodin. Le capitaine Rik Starr était dans l'eau chaude. Ensuite, elle rappelait douloureusement que depuis la catastrophe OMAC, les superhéros ne jouissaient plus de la belle réputation qu'ils auraient pu avoir et que la Justice League bien qu'encore reconnu comme une organisation bénéfique n'avait plus aucun privilège en ce qui a trait au différent sujet qui serait normalement de leur ressort (comme une "menace" extraterrestre par exemple). Ensuite une plainte au Pentagone... c'était une façon subtile de faire comprendre à Victor que l'état Major américain travaillait maintenant avec ARGUS. C'était déjà le cas lors d'OMAC crisis mais la on était en dangereux conflit d'intérêts. Ensuite elle insinua qu'il avait piraté ARGUS se qui était faux. Il avait utiliser les protocoles que Steve Trevor lui avait donnés durant OMAC Crisis, se qui est vrai par contre, c'est qu'il ignorait s'il avait toujours le droit de les utiliser pour communiquer avec ARGUS maintenant que la crise OMAC était réglée. Bref, il était mal. Mais c'était rien comparé au Capitaine.

Je veux deux équipes pour se saisir du vaisseau il est maintenant la propriété du gouvernement des États-Unis. Vous dites venir en paix Cpt. Starr c'est ce que j'entends découvrir. Soldat escorté le Capitaine Starr tout de suite, soyez gentil, il est notre invité...

Je demande l'autorisation d'aller avec lui Officier Waller.

Autorisation refusé... que faite vous encore ici Victor, retourner dans les jupes de Star Labs avait que je vous fasse mettre aux arrêts.

Victor se renfrogna, puis glissa quelques choses dans la poche de Rik Starr. Il lui dit tout bas d'à peine un souffle.

Ne lui dites rien, elle s'en servira contre vous.

Il prit alors le chemin. Des hommes armés l'escortèrent jusqu'au périmètre extérieur du campement. C'était inutile évidemment, mais Amanda ne prenait aucune chance. Victor s'en alla et dès qu'il fut assez loin il ouvrit son un écran sur son bras. Il allait pouvoir tracer Rik jusqu'où elle l'amènerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 17:16
Les salutations du visiteur spatial se perdirent dans les airs. L'Officier Waller les avait complètement méprisées, pour s'intéresser d'abord au personnage de Victor. Il n'aurait pas voulu être à sa place, tant la femme noire intimidait et semblait maîtresse de la situation... mais après tout, n'était-il pas pire d'être dans la position d'immigré extra-terrestre arrêté par une espèce de super-police ?
Bah, après tout, le Space Ranger s'était tiré de situations bien pires que celles là. Et puis, il n'avait rien fait de mal, et s'était plié aux exigences de ses hôtes. Rien ne pouvait lui arriver, techniquement parlant... enfin, il espérait.

- Mr. Stone, sous quelle autorité vous octroyez vous le droit d'entrer sur ma scène de crime ? À ce que je sache, vous ne travaillez par pour ARGUS et encore moins sous mes ordres. Votre attirail ne m'impressionne pas, fichez-moi le camp ou je dépose une plainte directement au Pentagone. Déjà que je me doute bien que vous ayez piraté la base d'ARGUS pour envoyer le message avertissant de cet aéronef. Vous êtes chanceux que je ne vous conduise pas devant un des tribunaux spéciaux instaurés par la nouvelle présidence.

Scène de crime ? Quelle scène de crime ? Rik regarda autour de lui pour voir s'il n'y avait pas un cadavre, ou quelque chose qui puisse nécessiter une telle appellation. Rien pourtant. Il compris enfin dans quel guêpier il s'était fourré. Rien que sa présence était considérée comme un crime, et son arrivée sur la Terre n'était pas vue d'un bon œil. Et meeeeerde...
Il fallait juste espérer que la prime sur sa tête n'ait pas été transmise jusqu'ici, sans quoi il était sûr d'être envoyé direction le Tenebrian Dominion. Et ce devait être la pire des fins possibles. Mais après tout, l'influence de Lady Styx peinait à pénétrer dans le domaine des Lanterns. Avec un peu de chance, personne ne saurait.

- Euh... excusez moi ? Je ne suis pas un criminel, et quoi que puissent être ces Pentagone et ARGUS, je ne suis pas venu là pour entrer en... comment vous dites... en conflit, oui.

Mais Waller l'ignora encore une fois, et se tourna vers ses hommes. Rik remarqua que le regard de la femme s'était attardé sur son vaisseau, et un mauvais pressentiment l'envahit. Non, ils ne fouilleraient pas le Solar King. Jamais !!!
Mettant la main dans sa poche où se trouvait un petit boitier de contrôle, il fit fermer automatiquement et hermétiquement les entrées multiples du vaisseau. Propriété privée, merde.

- Je veux deux équipes pour se saisir du vaisseau, il est maintenant la propriété du gouvernement des États-Unis. Vous dites venir en paix Cpt. Starr et c'est ce que j'entends découvrir. Soldats, escortez le Capitaine Starr tout de suite, soyez gentils, il est notre invité...

Inconsciemment, Rik frissonna quand le dernier mot sortit de la bouche de l'Officier. Oh non, il n'était pas un invité, et rien que de penser que son vaisseau lui avait été pris de la sorte le révulsait. Il en avait rencontré des pirates dans sa vie, mais là c'était le pompon. Les pirates cachés derrière un voile de légalité étaient les pires de tous. Mais réfrénant sa rage, Starr lâcha un sourire, et alla mettre une tape dans le dos des gardes qui allaient l'accompagner.

- Mais c'est avec plaisir, madame Waller.

Une voix retentit ensuite derrière le visiteur spatial, le Space Ranger.

- Je demande l'autorisation d'aller avec lui Officier Waller.

Ah, un bon gars.

- Autorisation refusé... que faite vous encore ici Victor, retourner dans les jupes de Star Labs avait que je vous fasse mettre aux arrêts.

Ah, une salope.
En douter plus longtemps serait faire preuve d'un grand manque de lucidité.

Cela ne plut ni à Rik, ni à Victor. Ce dernier, d'ailleurs, s'approcha pour saisir le bras du capitaine, et glisser quelque chose dans sa poche. Profitant de ce mouvement, Starr réussit à mettre un petit objet dans la main de Cyborg.

- Ne lui dites rien, elle s'en servira contre vous. murmura ensuite Victor.

Rikane lui répondit avec un clin d'oeil, et suivit le groupe armé vers là où ils allaient l'emmener. Son avenir était incertain, comme toujours, mais il espérait ne pas s'être trompé en ayant littéralement donné les clefs du Solar King à Victor. Il ne voulait pas qu'elles tombent entre les mains de Waller.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3870
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Lun 25 Aoû - 13:25
Cyborg décida de retourner à Star Labs. Il avait ça petite idée. En le voyant revenir, le Professeur Takamoto s'en approcha d'un pas décisif. Victor ne s'arrêta pas de marcher força le scientifique à se déplacer pour ne pas entrer en collision avec un homme de métal sachant ou il va (ou une voiture... la comparaison aurait été meilleure avec une voiture).

Alors comment ça, c'est passé ?!?! Vous ne l'avez pas ramené ici? À quoi il ressemblait? Où est-il maintenant?

Victor se retourna vers Takamoto.

Ça, c'est mal passé, il ressemblait à un humain et ARGUS l'a ramassé.

Le visage de Takamoto s'assombris: Tout ça est votre faute! c'est vous qui avez appelé ces fous furieux du gouvernement, maintenant nous ne le reverrons plus jamais.

Victor se retourna en montrant la clef. En fait il la flanqua littéralement sous le nez de Takamoto. Celui-ci arrêta net de parler pour examiner l'objet. Il s'en saisit puis se mit à la faire tourner dans sa main cherchant un moyen de décoder sa structure.

Je ne sais pas se que c'est, je ne sais pas comment c'est fait et je ne sais pas à quoi sa sert. Mais avec votre aide on devrait pouvoir trouver comment s'en servir et à mon avis. C'est notre seule chance de revoir notre ami commun. Vous croyez qu'on peut y arriver.

le professeur Takamoto regarda Cyborg.

Tout se qu'il nous faut c'est un peu de temps...

J'espère qu'on en aura professeur, je l'espère sincèrement...


Sur ces dernières paroles, ils se mirent à l'ouvrage.

(Le prochain message sera celui de Flora Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 25 Aoû - 19:43
La boucle était bouclée: la première personne qu'avait vu Rik depuis son arrivée était Cyborg, alors que la passerelle du Solar King s'abaissait, et la dernière qu'il vit avant de partir fut de nouveau Cyborg, juste avant que la porte de l'hélicoptère ne se referme devant lui. Une seule différence, de taille, venait troubler le cycle. Il était arrivé seul, et repartait accompagné.
Assis de force dans un véhicule inconnu, désarmé, à la merci de personnes dont il ignorait les intentions, le Space Ranger ne pouvait que se demander ce qui allait se passer ensuite. On lui passa une paire de menottes. Il n'avait pus ni vaisseau, ni liberté, ni droit à la parole. Fabuleux... Sa seule chance de s'en sortir, s'il en avait une, reposait entre les mains d'une nouvelle connaissance liée de près ou de loin à ses ravisseurs. Victor avait mis quelque chose dans sa poche, et il n'y avait plus qu'à espérer que ce soit pour l'aider.

Le chemin se fit dans le silence. Seul le bruit des pales de l'hélico rompaient la monotonie. D'où il était assis, Starr ne pouvait même pas observer le paysage, pour se distraire. On le privait de beaucoup de choses, pour un invité. Enfin, le véhicule ralentit, et après quelques secousses, s'immobilisa complètement.

La porte latérale s'ouvrit, laissant la lumière s'engouffrer totalement dans l'habitacle, et quatre hommes armés, prêts à tirer, firent un mouvement pour intimer à Rik de sortir. Les mains dans le dos, attachées, il se retrouva encore une fois contraint d'obéir. Tout cela l'énervait de plus en plus. D'accord, il était piégé. D'accord, il avait peu de chances de s'en sortir. D'accord, il était dans la merde. Mais bordel, il avait rien demandé !!! Il venait juste en paix, pas innocemment, certes, mais ça ils ne le savaient pas.

On le mena dans de longs couloirs, jusqu'à une petite pièce très lumineuse, avec une vitre au verre sans teint, où deux chaises se battaient autour d'une table pour savoir qui allait occuper tout l'espace. Les gardes firent s'asseoir Rik sur l'une d'elles.

- L'Alien, tu vas rester ici. Quelqu'un va venir pour toi.

Avec un grand sourire, de ceux qui exaspèrent dans les situations critiques, Starr répondit:

- Mais bien sûr. De toutes façons, je viens en paix. Je viens toujours en paix.

Il essayait de se faire passer pour plus idiot que ce qu'il était. On sous-estimait toujours les idiots, et ça portait souvent préjudice.
Toutefois, une fois assis, Rik croisa les mains sur la table, et attendit.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 21/08/2014
Messages : 240
DC : The Flash
Localisations : Oblivion Bar
Shadowpact
MessagePosté le: Mar 26 Aoû - 0:09
Elle détestait quand Amanda Waller l'appelait. Ce n'était jamais pour des boulots agréables. Elle avait accouru parce qu'elle n'avait pas le choix. C'était également la personnalité de Garcia qui l'obligeait à répondre. Mais dans l'absolu c'était aussi par peur d'Amanda Waller. Elle avait à ses ordres des gens particulièrement influant et malsain, elle pourrait l'obliger à tenir ses obligations face à ARGUS peut importe se que Flora décidait.

On lui avait télétransmis le dossier, il était encore chaud, à peine sorti de l'imprimante. En gros, il n'y avait rien de bien probant. Amanda avait intercepté une communication de la part de Cyborg parlant d'un atterrissage de vaisseau spatial. Elle s’était pointée et avait embarqué le tout. Une manœuvre classique de la part de cette chère Amanda. Elle avait les retranscriptions de la conversation. Il s’appelait Rik Starr, son vaisseau s'appelle le Solar King et globalement il viendrait en paix. Elle feuilleta le reste du dossier, mais il n'y avait rien d'intéressant.

Soldat Garcia.

La voix d'Amanda Waller résonnait derrière le miroir sans tain. La seule d'interrogation était des plus banales. Une table deux chaises et un miroir sans tain. D'un côté elle et de l'autre Amanda et probablement d'autres personnes. Elle se questionna quelques secondes à savoir si Digger pourrait y être, son cœur émit un léger soubresaut, puis elle enterra rapidement cette éventualité bien profondément.

Oui Madame !

Nous allons faire entrez le prévenu, avez-vous eu le temps de réviser le dossier.

Absolument vous pouvez le faire entrer.

Vous savez se qu'on attend de vous n'est-ce pas.

Une petite hésitation fut marquée. Oui bien entendu. Elle savait que l'hésitation avait énervé Waller. Le son de la porte se déverrouillant Black Orchid était habillé en civile. Elle avait l'allure d’Alba Garcia, ne souhaitant pas révélé ses autres "identité" à Amanda Waller. Un chandail rose/mauve avec un tailleur gris. Aucun bijoux aucun maquillage et les cheveux cours à la moitié de la nuque. Elle avait hésité pour plusieurs raisons. La principal, elle savait que Waller se fichait de la vérité. Se qu'elle voulait, c'était trouver un moyen pour l'incriminer et le faire incarcérer à Belle-Reve. Comme ça elle aurait une pièce de plus dans son coffre à jouet pour sa "suicide Squads" ou "task force X" dépendamment des jours. Elle n'était pas à l'aise dans ce rôle, mais elle n'avait pas le choix.

Bonjour Mr. Starr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 26 Aoû - 23:03
- Bonjour Mr. Starr.

Une jeune femme à la peau basanée, aux cheveux noirs et aux yeux marrons pénétra dans la pièce. Elle avait indubitablement une manière de marcher très militaire. Ca, c'était une chose qui ne changeait jamais à travers tout l'univers. On pouvait quasiment deviner à coup sûr certains corps de métier. Les médecins, les soldats, les ouvriers, tous ces jobs laissaient leurs marques dans les corps et les âmes, et ça se voyait très souvent. Ici, cette femme faisait preuve d'une rigueur et d'une façon de se mouvoir propre aux soldats.

- Bonjour, mademoiselle ?


Toujours rester poli en situation de crise. Enfin, un petit peu poli, parce que si cette envoyée pensait lui faire cracher le morceau, elle allait devoir sortir le gros matériel. Pour lui montrer sa détermination, Rik fixa ses yeux dans ceux de Garcia, et continua.

- Quand comprendrez-vous que je n'ai rien fait. On m'a envoyé ici pour communiquer avec les terriens, en éclaireur, et je me retrouve dans vos geôles. Si vous traitez tous vos nouveaux arrivants de la sorte, je comprends que la planète Terre n'entre en communication qu'avec des envahisseurs.

En effet, les histoires courraient dans la galaxie à propos des nombreuses invasions que subissait la Terre. Darkseid, Brainiac, Thanagar, et on en passe d'autres. C'était à se demander si un message était constamment envoyé vers l'espace, et disant:

ATTAQUEZ-NOUS !!! ON VEUT ÊTRE ATTAQUÉ !!! VENEZ !!! VENEEEEEEZ !!!
Mais là, l'inverse se produisait. Après tout, c'était peut-être à cause de ces attaques que la méfiance et la tension s'étaient installées dans le coeurs des hommes, envers les aliens. En cela, Rik comprenait pourquoi on le traitait de la sorte... enfin, pas pour tout. Lui voler son vaisseau, le menacer sans preuves... conneries, pures conneries.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 21/08/2014
Messages : 240
DC : The Flash
Localisations : Oblivion Bar
Shadowpact
MessagePosté le: Mar 26 Aoû - 23:49
Black Orchid le laissa déblatérer ses âneries. Évidemment, il était stressé. Elle devait dire qu'il avait toutes les raisons de l'être et malheureusement ce n'était pas nécessairement elle qui viendrait le décontracter. Elle s'assied sans rien dire puis il laissa tomber le document retraçant son arrivée sans rien dire. De toute façon, il n'y avait rien de bien intéressant dans tous ces papiers.

Je crois que vous comprenez mal, la gravité de la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Elle appuya ses coudes sur le bureau. Elle soupira puis ses yeux regardèrent vers le miroir sans tain. Elle détestait cette situation, elle était là pour faire le sale boulot. Ce qu'elle pouvait détester Amanda Waller parfois. Tout ça pendant que Luthor se prélassait dans la chaise de président. Elle se sentait vraiment dans la mauvaise équipe. Le type qui l'avait tué deux fois présidait le pays et elle exécutait les ordres de la pétasse qui l'avait fait enrôler dans le suicide squads. Mais elle n'avait pas le choix, Garcia avait pris des engagements qu'Amanda lui ferait tenir.

Voici comment ça va se passer si vous ne coopérez pas. On va vous faire enfermer pour menace extraterrestre. Nous n'aurons pas vraiment besoin de plus pour le faire. D'autant plus que dans le moment, personne ne sait que vous êtes ici. Quelques membres d'ARGUS qui jureront sur la tombe de leur mère qu'ils ne vous ont jamais vue. A oui il y a aussi le scientifique de Star Labs, mais c'est quelqu'un de sacrifiable pour le bien commun, quant à votre superhéros là... Cyborg...

elle se mit à se métamorphoser devant lui

Je suis convaincu qu'il fera un serment comme quoi il ne vous a jamais vue

Elle reprit sa forme initiale. Elle attendit quelques secondes pour qu'il comprenne bien la situation. Elle imaginait Amanda entrait de sourire derrière la vitre. Quand Amanda souriait, ce n'était jamais bon signe. Même dans le cas présent c'était surtout que c'était une très mauvaise chose pour Rikk.

Alors commençons vous le voulez bien, Capitaine Rik Starr. D'où venez-vous et que venez-vous faire sur notre planète?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 28 Aoû - 10:59
Une fois que Rik eut terminé de parler, l'interrogatrice prit à son tour la parole.
Voyez vous, il y a deux types de froideur dans un discours. La froideur menaçante, qui cherche à faire peur, à s'imposer, à montrer qu'on peut vous faire subir des choses que votre corps et votre esprit ne pourraient jamais supporter, comme Waller, et la froideur plus conventionnelle, type hôtesse d'accueil, ou une connerie du genre, qui ne cherche qu'à montrer une certaine neutralité. C'est avec cette seconde froideur que la jeune femme à la peau basanée répondit au capitaine spatial:

- Je crois que vous comprenez mal, la gravité de la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Puis, elle appuya ses coudes sur le bureau, et soupira avant de diriger son regard vers la vitre sans teint. Elle n'aimait pas ce qu'elle faisait. Pas besoin d'être un flagrant détective pour le remarquer. On la payait pas assez pour ça. Ou alors elle y était forcée... quoi qu'il en soit, derrière la vitre opaque, une source de pression devait patienter, sûrement l'Officier Waller. Ce n'était pas sorcier de comprendre ça, surtout après avoir écumé un bon paquet de centres d'arrêt et de contention dans toute la galaxie. Le coup du bon flic, méchant flic, l'interrogatoire, l'emprisonnement... autant de ficelles connues par tous les gardiens de la loi et les fouteurs de merde à des parsecs à la ronde.

- Voici comment ça va se passer si vous ne coopérez pas. On va vous faire enfermer pour menace extraterrestre. Nous n'aurons pas vraiment besoin de plus pour le faire. D'autant plus que dans le moment, personne ne sait que vous êtes ici. Quelques membres d'ARGUS qui jureront sur la tombe de leur mère qu'ils ne vous ont jamais vue. A oui il y a aussi le scientifique de Star Labs, mais c'est quelqu'un de sacrifiable pour le bien commun, quant à votre superhéros là... Cyborg...

- Je suis convaincue qu'il fera un serment comme quoi il ne vous a jamais vu.

Même voix, même corps...

- Alors commençons vous le voulez bien, Capitaine Rik Starr. D'où venez-vous et que venez-vous faire sur notre planète ?

Rik lâcha un grand sourire, et se tendit vers l'avant, ses coudes appuyés sur la table. Il fallait avouer que la transformation l'avait impressionné. Pas secoué, vu qu'il connaissait d'autres espèces capables de modifier leur structure, mais ça restait tout de même spectaculaire venant d'une humain, eux que l'on (entendez bien les autres races) qualifiait de si faible par nature.

- A quoi cela va servir que je parle ? Vous pouvez m'enfermer quand bon vous semble, je suis à votre merci. Si j'étais un monstre d'alien envahissant votre monde, j'aurais plutôt intérêt à fermer ma gueule pour laisser mes petits amis me venger, ne pensez-vous pas ?

Le capitaine du Solar King se tut, laissant sa question planer quelques secondes entre lui et la femme qui l'interrogeait.

- Par chance pour vous, je ne suis pas de ceux là. Cela devrait vous suffire, non ? Je suis venu de bonne foi, sans résister. Que vous faut-il de plus pour satisfaire vos penchants, humaine ? Mon autobiographie détaillée ? Un certificat de naissance ? Un témoin ?

Rik s'adossa de nouveau à sa chaise, posa ses mains menottées sur ses jambes, et se mura dans un silence de mort... qu'il rompit très vite pour ajouter:

- Je viens d'une galaxie inconnue des Green Lantern, alors imaginez le temps que vous mettrez à la découvrir. Un lieu d'effroi, de mort et de désolation, mené par un monstre. Oui, un de ceux que vous craignez tant. J'ai pu quitter cet enfer indemne, mais ne pensez pas pouvoir entrer en communication avec quelqu'un de là-bas; ça signerait votre perte. Oh, et joli votre Cyborg, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 21/08/2014
Messages : 240
DC : The Flash
Localisations : Oblivion Bar
Shadowpact
MessagePosté le: Lun 1 Sep - 17:57
Black Orchid le laissa parler. Elle prenait bien en note dans sa mémoire les points d'informations importants. Évidemment Le Capitaine Starr se la jouait un peu. C'était normal et elle s'attendait à ce genre de réaction elle décida donc de ne pas donner suite à ses provocations. Il était un rat coincé dans une cage et il montrait les dents en espérant être pris au sérieux. Mais devant le lion qu'était ARGUS n'importe quel rat n'avait pas la moindre importance.

Merci j'apprécie que vous aimiez mon don. Maintenant je vais être plus précise dans mes demandes, car de toute évidence vous semblez sous-estimer la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Elle prit le temps de jeter un regard au Capitaine pour qu'il comprenne bien qu'il ne s'agissait pas d'un jeu. Les menaces étaient belles et bien réelles de la part des gens de l'espace. Il fallait maintenant déterminer quel niveau de menace, l'homme dépendait.

1. Le nom du secteur de votre galactique que vous venez.
2. Si les Green Lanterns ne sont pas responsables de la sécurité de votre secteur qui en est responsable.
3. L'enfer ne m'impression pas, j'y suis déjà allé... se que je veux c'est une description de votre univers pas une image dantesque.


Et pour le certificat de naissance je verrai si vos réponses ne me satisfait pas.

Elle se leva. Elle en avait marre de regarder assied devant sa table ce petit blond d'un autre monde. Il ne représentait pas de menace et elle le voyait tout de suite. Elle passa derrière lui pour l'examiner, quelques choses attirèrent son attention. Elle prit Rik par le derrière de la nuque et le souleva grâce à sa super force puis elle examina la grosse étoile rouge qui ressemblait étrangement a une étoile de shérif était dessinée derrière la veste bleue de Rik. Elle le déposa ensuite avec une nouvelle question dans son inventaire.

Quel est ce symbole?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 1 Sep - 19:58
Rik avait deux choix: parler avec la possibilité d'être libéré si ce qu'il disait convenait, ou se taire et attendre. Théoriquement, il ne pouvait faire que ça. Techniquement, il pouvait aussi dire une partie de la vérité, et croiser les doigts. C'est pour cette troisième solution qu'il opta, gardant pour lui des détails personnels, et se bornant à en raconter le moins possible.

- Je ne sous-estime rien du tout, mademoiselle. Vous prenez juste votre boulot trop au sérieux.

Bon, ce qu'avait dit Starr n'allait pas plaire, c'était sûr. Mais peu importe, à la vue des diverses réactions de l'Agent Garcia, elle avait déjà dû en voir un sacré nombre, de ces interrogatoires. Peut-être même du mauvais côté de la table.
Quoi qu'il en soit, le visiteur des étoiles écouta les demandes suivantes, soit le nom de son lieu de naissance, et une description détaillée. Cela ne dérangeait pas tant que ça Rik, ce n'était juste que de l’information. Et puis, maintenant qu'elle lui avait remis en tête ces mauvais souvenirs, autant les partager. Parodiant la jeune femme, il adopta pour sa réponse le même style, en comptant sur ses doigts pour accentuer davantage un certain effet comique:

- 1, Je viens du Tenebrian Dominion.
2, les Green Lanterns le craignent trop pour s'en approcher.
3, vous voyez un Empire immense, qui ne cherche qu'à s'étendre, une galaxie entière dominée par un être fourbe, cruel, manipulateur et sadique ? Rajoutez à ça la nécessité pour chaque personne de devenir pareil pour survivre, et vous avez mon lieu de naissance. Un lieu industrialisé à l'extrême, loin de toute idée de civilisation.


Rik passa ensuite la main dans ses cheveux, lâcha un rictus, et continua:

- Un endroit où un nom, un seul, fait fuir des armées entières. Lady Styx.

Un silence retentissant s'abattit sur la pièce, et le capitaine du Space Ranger se mit à rire. Pas un fou rire, certes, mais le décalage avec la gravité des paroles et du moment contrastaient fortement.

- Si vous voulez mon certificat de naissance, je vous souhaite bonne chance pour aller le trouver là-bas.

Le Lion d'ARGUS n'effrayait pas totalement Rik, et pour cause. Il avait vécu pire, il avait bien plus terrible sous le coude. Bon, il ne fallait pas non plus exagérer, ARGUS inquiétait tout de même Starr: sa liberté, son champ d'action étaient menacés, et ça ne lui plaisait pas. Mais il fallait savoir relativiser, à certains moments. Et justement, le moment était venu.
C'est alors que l'interrogatrice se leva, toujours sans le quitter des yeux. De forts jolis yeux, d'ailleurs, mais Rik se garda bien de le lui dire. Elle s'approcha de lui doucement, sans se presser. Elle n'avait pas à le faire, elle avait tout son temps. Puis, elle passa dans son dos. Ne plus l'avoir dans son champ de vision gênait Starr. Il resta cependant de marbre, laissant l'agent faire ce qu'elle avait à faire.

- Hum oui ? Que voulez-v...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il sentit une pression sur sa nuque, et se trouva soulevé dans les airs. Ses pieds ne touchaient plus le sol. Une sensation étrange, qui n'avait rien à voir avec l'apesanteur, par ailleurs.

- Quel est ce symbole ?

Hum, elle voulait sans doute parler de l'étoile rouge des Space Ranger... Enfin, DU Space Ranger, les autres ayant été exterminés.

- L'étoile ? C'est le symbole du dernier des Space Rangers, mademoiselle. Le seul restant.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 21/08/2014
Messages : 240
DC : The Flash
Localisations : Oblivion Bar
Shadowpact
MessagePosté le: Lun 1 Sep - 21:59
Elle ne notait rien, mais savait que derrière le miroir sans tain Amanda venait de passer des ordres. Tout se qui sonnait le moindrement comme se que venait de dire Rik était en train d'être monté en dossier. Black Orchid en aurait sûrement une copie bientôt. En attendant, elle s’essaya, de nouveau face à Rik quelques choses avaient piqué sa curiosité.

Les Spaces Rangers... ou plutôt LE Space Rangers. Tu m'expliques ce que c'est ?

Elle cachait bien son ton, mais elle était un peu amusée. Pour plusieurs raisons en fait, la première étant qu'elle ne pouvait s'empêcher d'avoir en tête l'image des Power Rangers. La seconde est que s'il venait de se coincer un "ranger" de l'espace, Waller en ferait une syncope. Comme tout le monde le savait un "ranger" était un officier de lois aux États-Unis et clairement gardé un officier de police sous garde comme ça c'était pas des plus diplomates. Évidemment, pour Amanda ça serait un moindre mal et il était encore temps de tout nier, mais cela voulait dire faire du "très très" sale boulot et la Black Orchid s'y refuserait. Bien que King Shark, lui... ne s'en formaliserait pas.

Elle eut presque un repoussement en pensant à l'animal, mais ne montra aucun dédain dans son visage.

Le dernier Space Ranger plutôt intéressant. Pourquoi le dernier la copine de Dennis Deyoung vous à détruite?

Elle se rendait compte qu'elle lançait des références plus que terrienne, mais elle s'en fichait. Elle savait pertinemment que Rik était assez intelligent pour comprendre. D'autant plus qu'elle commençait à capter son petit jeu. Il ne lui disait pas tout, en fait, il lui disait le strict minimum. C'était aussi ce qu'elle aurait fait en cas d'interrogation. Ils n'étaient peut-être pas si différents tous les deux, mais elle n'avait pas réellement de point de comparaison, jusqu'à aujourd'hui personne n'avait été comme elle.

Ça serait plus facile pour toi et pour moi si tu déballais toute l'histoire depuis le début.

Ne le laissant pas répondre aux questions, elle oscillait entre la personnalité froide et pleine de devoir civique de Garcia et ironiquement son côté plus "humain" de Flora. D'un côté elle savait qu'elle devait faire son travail, mais elle savait aussi qu'elle devait aider ce type et elle ne savait pas pourquoi elle savait qu'elle devait gagner du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 5 Sep - 15:09
- Ce n'est pas à vous de décider ce qui est simple pour moi, mademoiselle.

Rik lâcha ces mots d'un ton froid, insoumis. Il n'appréciait pas qu'on le force à parler. Comme d'habitude, ses idéaux de liberté reprenaient le dessus. Toutefois, se rendant compte que Black Orchid n'avait pas dit cela dans cette optique là, Starr se gronda intérieurement et reprit très vite la parole minimiser la casse:

- Désolé, réaction instinctive.

Il bougea les mains en même temps pour montrer qu'il se calmait. Puis, passant par-dessus la proposition de son interlocutrice, Rik passa la main sur son blouson, et continua à parler:

- Le dernier des Space Rangers, oui. Nous étions une unité justicière dans le Tenebrian Dominion, qui cherchait à combattre et à limiter l'expansion de Lady Styx. Nous extradions aussi de jeunes personnes pour leur épargner un avenir atroce. J'ai fait parti de ceux là.

Le capitaine du Solar King posa un regard dur sur l'Agent Garcia. Il n'avait pas oublié ce qu'il avait vu là-bas. Ce fonctionnement politique ne s'effondrait certes pas, signe de son fonctionnement, mais était loin d'être un avantage pour la populace. Des souvenirs d'épouvante, terribles, restaient encore gravés dans son esprit. Il n'était pas rare qu'il se réveille encore, tourmenté par des cauchemars en lien avec le Tenebrian Dominion. Jamais Starr ne pourrait souhaiter que quelqu'un ne finisse là-bas fusse-t-il son pire ennemi.

- Et oui, Styx nous a tous anéanti. J'ai eu de la chance de m'en sortir. Je continue de prodiguer un semblant de justice là où je vais, mais c'est assez difficile à la vue des nombreux contrebandiers et criminels qui peuplent l'immensité de la galaxie.

Bon, cette dernière partie n'était pas totalement vraie. Actuellement, Rik faisait plus partie des contrebandiers que des justiciers, mais ce n'était qu'un détail minime dans ce qu'il racontait. Qui faisait la différence entre les deux, de toutes façons ? Des bureaucrates à l'esprit étroit, formatés depuis leur naissance, si ce n'est avant, qui ne jugent que par les actions globales sans s'enfoncer dans le particulier, cessant ainsi de faire fonctionner la vraie justice au profit de la punition expéditive et cruelle. Un peu comme Waller, devait penser l'extra-terrestre.

- J'ai dérivé jusqu'ici, espérant trouver une base, un foyer et vous m'êtes tombé dessus.

Des violons jouaient une triste musique dans les paroles de Rik. On pouvait presque les entendre grincer et laisser tomber des larmes grosses comme le poing par terre. Mais de nouveau, ce n'était pas vrai. Pas totalement.
Si le Solar King s'était approché de la Terre, c'était pour s'éloigner encore plus de l'influence néfaste de Lady Styx, fuir les chasseurs de primes, un peu épater la galerie, s'ouvrir de nouvelles routes de travail et de nouveaux chemins de traverse et trouver de nouveaux contrats -c'était un peu fichu, vu que la Terre accueillait mal les autres habitants de l'espace, que Mars était désertique et désertée, et que le reste du système solaire semblait aussi vide de vie que les alentours d'un trou noir.

- Puisqu'on en est là, il paraît que la nourriture terrienne est atroce, c'est vrai ?
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 21/08/2014
Messages : 240
DC : The Flash
Localisations : Oblivion Bar
Shadowpact
MessagePosté le: Ven 5 Sep - 15:49
Black Orchid avait écouté avec grand intérêt ce que Rik racontait en ce moment. Ce que Rik ne savait pas c'est que durant cette partie de l'interrogatoire Black Orchid avait utilisé de son pouvoir de spore. C'était celui qu'elle détestait le plus, mais qui était en somme le plus utiles. Elle ne voulait pas se limiter à un simple sérum de vérité, elle voulait prouver qu'elle-même était un atout. Mais le changement fut notable. Une minute avant elle eu droit à :

Citation :
- Ce n'est pas à vous de décider ce qui est simple pour moi, mademoiselle.

Et quelques secondes après

Citation :
- désolé, réaction instinctive.

Ce qu'il raconta à propos de Lady Styx et des spaces Rangers la toucha particulièrement. De plus, elle était maintenant sûre que ce qu'il disait était vrai. Des souvenirs de Flora lui revinrent en tête, lorsqu'elle à découvert la serre, lorsque Carl Thorne tua son père et détruisis toutes ses soeurs et qu'elle fut la dernière. Elles auraient été l'équivalent d'une équipe comme les spaces rangers. Malheureusement elle se retrouva elle aussi seule pourchassée par une compagnie terrible voulant les détruire. En quelque sorte, elle se reconnaissait un peu en Rik, elle prit une grave décision cette fois, elle allait aider Rik aux dépens d'ARGUS. Mais comment faire avec Amanda qui regardait probablement toujours derrière le miroir. Elle se releva et passa derrière Rik à nouveau. Elle lui parla calmement et d'une voix qui ressemblait plus à un murmure.

Je vous croit, je vais vous aider à sortir d'ici... Dès que la porte sera ouverte foncée dans le couloir à gauche je m'occuperai du reste... Désolé pour ce qui va suivre...


Elle se sait de Rik et le souleva d'une main et le lança contre le mur.

ÇA SUFFIT MAINTENANT JE NE JOUE PLUS.

Elle frappa sur la table qui se brisa sous le choc. Puis elle prit une chaise et la lança au-dessus de la tête de Rik. Elle fonça ensuite pour se saisir de lui à nouveau, elle le souleva en lui serrant la gorge.

JE SUIS CERTAINE QUE TU ME CACHES QUELQUES CHOSES, CROIS-MOI TU VA PARLER

Elle lança Rik sur la porte qui se défonça sous l'impact projetant Rik à l'extérieur. Le garde stationné devant la porte se cogna la tête en tombant se qui le fit tomber sous les pommes. Orchid prit une chaise et la balança dans le miroir sans teint qui se brisa sous l'impact. Puis elle se dépêcha de rejoindre Rik de l'autre côté de la porte.

Cours, vite...

elle se transforma



Puis parti dans la direction opposée du Capitaine Starr. Elle s’était saisie de l'arme du garde puis tira dans le plafond, ce qui activa des mesures d'urgence coupant ainsi les systèmes électriques. Les lumières claires s'effacèrent au profit des lumières rouges sous-alimenté. Les mesures avaient été mises en place en place en réponse à Electrocutionner qui avait déjà fait partit de la suicide squad et qui c'était servi des anciennes mesures d'urgence pour mettre la pagaille. Ils n'alimentaient maintenant plus que les sorties, les lumières rouges, les cellules et les caméras de surveillance. Qu'orchid avait bien pris soit de flinguer pour laisser un peu de temps à Rik.

Bonne chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 6 Sep - 14:40
Des heures, des jours, des semaines... Rik en était convaincu, désormais, on ne le relâcherait pas de sitôt. Ils allaient sans doute faire des expériences sur lui, pour déterminer si son organisme était semblable à celui des êtres humains. Ils ne le tueraient pas, mais le garderaient enfermé. Officiellement pour protéger leurs USA, officieusement pour la recherche et peut-être même le combat. Ainsi aurait pu penser le capitaine du Solar King si son interlocutrice, sa geôlière, son interrogatrice ne s'était approché rapidement pour lui murmure à l'oreille:

- Je vous crois, je vais vous aider à sortir d'ici... Dès que la porte sera ouverte, foncez dans le couloir à gauche, je m'occuperai du reste... Désolé pour ce qui va suivre...

Et avant que Rik ne puisse dire quoi que ce soit, ou même commencer à le penser, il se retrouva soulevé dans les airs, et malmené par la grande force de Black Orchid. Secoué à droite, à gauche, en haut et en bas, il n'était rien de plus qu'une poupée de chiffon entre les mains puissantes de la méta-humaine. Cependant, habitué à la violence des turbulences spatiales, Starr se recroquevilla légèrement pour limiter les probables dégâts que lui apporterait ce traitement quelque peu spécial. Grand bien lui en prit, car l'instant d'après, il se retrouva projeté contre un des murs de la salle.

Si Rik ne trouvait que désagréable ce début d'évasion, il en aurait été autrement s'il n'avait pas été informé préalablement. L'Agent Garcia jouait très bien son rôle, et simulait à merveille la colère et l'énervement. Elle en profita même pour briser le mobilier: chaises, table, tout y passa. Elles virevoltaient dans la pièce, soumises à la force de l'interrogatrice.
Très vite, une fois l'ensemble des meubles mis hors-course, Black Orchid se rua de nouveau sur l'extra-terrestre pour le saisir, et cette fois-ci l'envoyer contre la por... rectification, à travers la porte. Le battant se brisa sous la force de l'impact et Rik se retrouva par terre, le souffle coupé par le choc. Mais il était dehors, certes menotté, mais relativement libre de ses mouvements. La roue tournait.

Garcia rejoignit ensuite l'évadé, et lui intima un conseil riche de sens, et fort logique, que s'empressa très vite de suivre celui à qui il était destiné:

- Cours, vite...

A peine avait-elle dit cela qu'elle se transforma en lui, et partit dans le sens inverse du Space Ranger original. Étonné malgré tout de trouver une aide intérieure au groupe qui l'avait capturé, Rik resta quelques secondes immobile. Mais rapidement, la douleur de son dos meurtri le fit revenir à lui, et il se dépêcha de partir dans les mornes couloirs de la base. Laissant sa sauveuse se débrouiller -elle semblait ne pas avoir besoin d'aide-, l'alien suivit la route qui lui semblait le plus juste par rapport à celle qu'il avait eu à emprunter à l'arrivée. Il ne pouvait se référer aux indications: elles étaient dans la langue des humains. Impossible pour lui de traduire sans l'ordinateur de son vaisseau.

Il fit donc sans, se fiant à son instinct uniquement, instinct qui avait d'ailleurs déjà fait ses preuves à de nombreuses reprises. Un coup à droite, deux coups à gauche, on monte les escaliers, on reprend à droite puis on court tout droit.
Mais arriva ce qui devait arriver: des gardes armés surgirent à un embranchement, à deux ou trois mètres du fugitif. Il n'y avait aucun endroit où se cacher. Tentant le tout pour le tout, Rik fit deux pas et plongea. Son épaule heurta l'abdomen du soldat, le faisant perdre l'équilibre. Une fois tous les deux au sol, l'alien se releva vite, et asséna un violent coup de pied en pleine tête de son adversaire, l'envoyant visiter les limbes le temps d'un joli petit somme. Incapable d'utiliser une arme à cause de ses mains, toujours liées dans son dos par une paire de menottes chromées, Rik ne put que jouer à un jeu de cache-cache avec les gardes. Mais, tous attirés par l'autre Space Ranger, le faux, ils ne prêtaient pas grande attention à la petite ombre qui furetait non loin d'eux.

Un fait étrange intrigua cependant le visiteur des étoiles: quelque chose, probablement ce qu'avait mis Victor, vibrait dans sa poche. Et plus il avançait, plus le rythme s'accélérait. Mais si il faisait demi-tour, il décélérait. Enfin, après des minutes semblables à une infinité d'éternités, Rik franchit la dernière porte le séparant du dehors, de l'air libre et d'une base extérieure encore pleine de soldats...

- Et merde...
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3870
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Dim 7 Sep - 18:59
Difficile à conduire ce truc.

RESTEZ CONCENTRÉ.

Cyborg dans le un genre de hub mécanique essayait de réparer les dégâts que les hommes d'Amanda Waller avait faits au Solar King, pendant que le professeur Takamoto au commandes du vaisseau essayait tant bien que mal de faire voler l'engin. Cyborg et le professeur avaient réussi à décoder la clé et sa technologie. Comprenant que c'était fait pour le Solar King, Cyborg était retourné avec le docteur sur le site d’atterrissage. Les hommes avaient commencé tranquillement à démonter le vaisseau. L'opération était cependant lente, protocole de sécurité oblige. Il s'agissait d'une technologie inconnue et potentiellement dangereuse.

Cyborg et le professeur Takamoto, qui avait insisté pour suivre, était entré dans le Solar King et l'avait fait décollé. Plusieurs problèmes internes obligeaient cependant Cyborg à se connecté à la machine afin de remettre en ordre, les imbroglios faits par ARGUS. Takamoto aux commandes suivait les directives que Cyborg projetait sur le tableau de bord. Grâce à l'émetteur récepteur de géolocalisation qu'il avait fourni à Space Ranger, Cyborg pouvait le suivre à la trace. Il avait suivi le signal jusqu'à l'endroit prévu. Takamoto au volant prouva que ce n'était pas parce qu'on était un homme de science qu'on avait pas un langage coloré d'insulte. C'était un homme plutôt théorique qui au final se ramassait coincé dans une histoire qui le dépassait par son désire de suivre Victor.

Quand ils arrivèrent au bâtiment ARGUS, ils arrivèrent au moment où Rik sortait et où les soldats le pointait de son arme. S'approchant tranquillement grâce aux manoeuvres grossières du professeur corrigé par le guidage d'ordinateur que contrôlait cyborg, ils se positionneront au-dessus de la foule. Évidemment la force des réacteurs et la grosseur du vaisseau attiraient non seulement l'attention des soldats, mais les déstabilisaient également très fortement.

Je ne croit pas que je saurai faire atterrir ce truc.

Alors il va falloir qu'il monte lui même à nous. Je vais ouvrir la passerelle.

Il navigua dans le système électronique du vaisseau et activa la porte afin d'ouvrir la passerelle. Il était à plusieurs mètres du sol et espérait que Rik est une idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 9 Sep - 19:36
Une fois dehors, Rik se retrouva face à deux dizaines d'hommes au bas mot, armés jusqu'aux dents, prêts à tirer si jamais la nécessité ou l'envie s'en faisait sentir. Et à vrai dire, le Space Ranger ne se sentait pas merveilleusement à l'aise: debout, droit comme un i face à ce mur de fusils, il avait peu de chances de s'en sortir... Sauf que...
L'objet qu'avait donné Cyborg, jusque là non-identifié, se mit à clignoter de plus en plus fort, à vibrer et à émettre davantage de sons. Le rythme s'accélérait les secondes passant, et tous les regards convergèrent vers la veste bleue extra-terrestre. Baissant les yeux vers sa poche, Starr les releva aussitôt, en lâchant un grand sourire gêné aux hommes qui l'observaient attentivement. On pouvait sentir la méfiance et la tension, flagrantes.

- Bon, eh bien messieurs, je suis là, tout à vous, fraîchement menotté... Une bonne âme pour venir me chercher ?

Rik ne se rendrait pas sans combattre, c'était une certitude. Plutôt mourir que de rester enfermé des années dans une boite, sans pouvoir bouger, sans voir la lumière des soleils de l'univers... De même, s'il mourrait, Waller ne pourrait jamais accéder à son vaisseau sans le mettre en pièces, ce qui serait une moindre consolation.
Mais, alors qu'il se préparait mentalement à distribuer plusieurs volées de coups de pied, un léger bourdonnement emplit l'air. D'abord diffus, il gagnait en force à chaque seconde qui passait, à l'instar du boitier dans la poche du Space Ranger. Bientôt, le bourdonnement devint un feulement, puis un rugissement. Et ce rugissement, Rik le connaissait par cœur.
Le Solar King.
LE SOLAR KING !!!

Partagé entre angoisse et espoir, peur et résolution, hanté par le doute et l'incertitude, l'alien vit peu à peu apparaître dans le ciel la forme très familière, amicale, splendide de son astronef. A certains endroits, des panneaux manquaient, quelques petites parties avaient été enlevées, mais c'était lui. Il ne restait plus qu'à savoir qui le pilotait.

Tous les soldats se retournèrent pour voir arriver le vaisseau, tandis que la passerelle s'ouvrait en plein air, sans que les patins ne se soient déployés. On lui offrait une chance !!! Et même si ce n'était pas le cas, mieux valait essayer que ne rien faire. Une fois en cellule, jamais il ne se pardonnerait d'avoir loupé une telle opportunité. Jamais.
Rik posa la main sur la doublure de sa veste, pressa un endroit particulier entre son pouce et son index, et en récupéra un petit objet qu'il passa très vite au doigt.
Il y a bien longtemps, au cours d'une de ses missions incluant piraterie, capture et combat épique au sabre, Rik avait récupéré un anneau spécial lui permettant de défier la gravité. Certes pas à la manière d'un Superman, ou d'un autre super-héros doté de pouvoirs, mais suffisamment pour lui permettre d'accomplir des bonds incroyables. Comme il ne le maîtrisait pas, il le laissait souvent à l'abri dans sa cachette.
Ce jour était le bon moment pour l'utiliser. A ses risques et périls, mais qui ne tente rien, finit en prison.

Prenant son élan, Rik recula de deux pas, et fonça. Il prit quatre foulées et bondit dans les airs, fendant l'oxygène, le diazote, le dioxyde de carbone et les autres gaz présents dans la composition de l'atmosphère terrestre. Avec un grâce sans égale, il traversa la distance qui le séparait de la passerelle et... se cogna la tête contre la paroi du vaisseau. Par chance, l'énergie cinétique le fit tournoyer et glisser droit vers la passerelle, située juste en dessous. Il atterrit donc à moitié sonné, mais vivant sur son vaisseau, alors que les soldats de l'ARGUS se mettaient à décharger leurs armes.


[Je reprécise que cet anneau est présent dans ma fiche. J'ai néanmoins décidé après coup d'atténuer ses capacités. Au lieu de voler, il ne permettra que de sauter, sans que Rik ne maîtrise vraiment cette capacité.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Le voyageur des étoiles [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le voyageur des étoiles [Libre]
» Le CF approuve le message sur le libre choix du décodeur
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» les toiles
» Les toiles Etamine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-