Descente Nocturne

Invité

MessagePosté le: Mar 16 Sep 2014 - 1:49
放浪 (errance)


Sombre Gotham. Sombre nuit. Sombre Katana.

Déambulant seule et sans but réel, dissimulée par un long manteau noir, Tatsu marchait, encore et encore. Elle était partie sans un mot, sans un regard, laissant des Outsiders, que par trop habitués au caractère solitaire et farouchement indépendant de la Japonaise, sans motif, sans raison quant à son départ subite. Katana ne prenait jamais la peine de s'expliquer. Elle n'en avait pas l'envie. Elle n'en voyait pas l'utilité. Après tout, elle finissait toujours par revenir.

Alors, elle s'était enfoncée dans les ruelles froides de Gotham, ne laissant entrevoir de sa personne que ses lèvres teintées de rouge, et un visage gris comme les cendres. Son sabre rangé dans son dos, elle tournait, retournait, se retournait, sans raison ni logique, suivant un instinct inconscient pour se diriger inéluctablement vers les ennuis. Plus tard, elle-même ne comprendrait pas pourquoi elle avait pris cette ruelle, pourquoi elle avait levé la tête à ce moment-là, pourquoi elle avait poussé la porte de cet endroit.

Miteux. Moisi. Pourri. Gangrené. Les adjectifs acerbes et foncièrement péjoratifs ne manquaient pas pour qualifier la ''glauquitude'' de ce lieu, cette décharge fermée qu'était ce bar. Katana avait une certaine tendance à dépeindre un tableau généralement plus noir de ce qu'elle voyait, mais en cet instant, elle n'avait nullement besoin de forcer ce trait de caractère. S'asseyant à une table qu'elle jugea discrète, elle s'appuya contre le mur, jouant sur l'équilibre de cette chaise cassée pour faire passer le temps, pour tromper son ennui. Sans retirer sa capuche, elle dégaina néanmoins légèrement son sabre, et un frisson de réconfort ne tarda pas à parcourir son corps.

Maseo, susurra-t-elle pour elle-même, alors qu'un sourire se dessina sur ses lèvres.


L'espace d'un instant, l'espace fugace d'un battement de cœur, il lui sembla sentir l'étreinte de son époux, avant que cette sensation ne disparaisse aussi subitement qu'elle était apparue. Puis, comme un murmure, d'abord lointain, un son, une voix parvint jusqu'à elle, écho d'un souvenir qu'elle chérissait plus que tout. Tout comme celui qu'elle portait autour du cou.

Tatsu...Que fais-tu ici ? Il n'y avait ni reproche, ni remontrance dans ses paroles, seulement l’inquiétude que l'on ressent pour quelqu'un qu'on aime. Et qu'on aimerait voir partout sauf ici.


Je ne le sais pas moi-même. Peut-être avais-je besoin de prendre l'air ? Elle jeta un bref coup d'oeil aux composantes de la salle. Musique, du moins ce qui s'en rapprochait, pourrie, odeurs d'alcool et de tabac froid, rires gras, regards lubriques. Oui, que faisait-elle ici ?


Promets-moi de faire attention à toi...Parce que je crois deviner pourquoi tu es venue là...Cette fois-ci, la voix de Maseo s'était faite plus dure, plus cassante. Et elle commençait à comprendre pourquoi. Tel était l’inconvénient de cette ville, c'est en voulant se faire le plus discret possible que tout le monde vous remarque.


Je crois que tu as raison, en effet...Elle savait ce qu'avait voulu dire Maseo sans qu'il n'eut besoin de le dire lui-même. Sa main droite tremblotait légèrement. Sa main d'arme. Sa main de sabre. Elle avait besoin de se défouler.


Le grincement caractéristique d'une porte manquant d'huile résonna alors, et un homme entra à son tour, mais Katana ne le remarqua qu'à peine, du coin de l'oeil. Elle n'avait de cesse de défier du regard un groupe de loubards qui ne faisaient pas que regarder le manche du sabre qui dépassait dans le dos de la Japonaise. Elle se décida alors à se lever, prenant l'initiative d'aller elle-même se commander à boire, le patron ayant délibérément cherchait à l'ignorer, en tentant tout de même, bien que maladroitement, de faire passer cela pour un simple oubli. Elle s'accouda à côté du dernier client arrivé, et rabattue alors sa capuche, dévoilant le soleil rouge du demi-masque qu'elle portait. Quitte à se la jouer discrète, autant y aller jusqu'au bout.

Sake, lâcha-t-elle au barman à la mine patibulaire, qui semblait avoir trouvé un intérêt soudain à nettoyer un comptoir qui en avait plus que besoin. Et bien sûr, il ne lui répondit pas. Je crois qu'il n'aime pas les femmes, murmurra-t-elle alors à l'intention de son voisin. Je vais devoir me servir moi-même je crois...


Elle lui adressa un léger sourire, avant de commencer à fouiller derrière le bar avec son bras tendu, renversant les bouteilles qui ne l'intéressaient pas, jusqu'à finir par trouver le fruit de son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 16 Sep 2014 - 21:26
Encore une soirée passé à Shadowcrest, une routine dont les habitudes commence à marqué doucement mon esprits et au fil des soirs je me suis rendu compte que mon moment favori est celui où je me retrouve quelques part dans Gotham.
Ensuite il me suffit de prendre une porte me menant au Bar Oblivion, mais je me suis rapidement rendu compte qu'entre le moment où je sors d'une pocket dimension il faut qu'un certain temps s'écoule avant que je puisse espérer aller dans une autre.

Et c'est pour cela que ce soir je suis assis au comptoir d'un bar que je ne connaissais pas avant de me retrouver dans les toilettes de celui-ci alors que je quittais la demeure des Zatara.
Poussant la porte grinçante, je me rendit compte que si les toilettes venait de me faire ressentir une forme de dégout je n'étais absolument pas prêt pour ce qui allait suivre.

La fumée et les effluves m'aurait bien rendu malades si mon estomac n'avais pas rapidement appris à s'accrocher au fil de ces derniers mois j'aurai pu rendre les reste d'un déjeuner lointain mélanger à de la bile et à mon avis cela aurait peut être été plus agréable à respirer que l'air de ce lieu.
Mais pour l'heure j'ai du temps à faire passer et au moins ici je risque pas d'attirer l'attention avec mon sweat blanc rayé rouge et ma capuche.

M'installant donc au comptoir afin d'attirer l'attention du Barman, ce dernier leva les yeux vers moi et semblant peut être reconnaitre mon costume, baissa les yeux sur son chiffon alors qu'une femme s'installe à côté de moi, tout aussi costumé que moi mais moins haut en couleur dirons nous.
Elle relève sa capuche et fait apparaitre un demi masque revêtant le symbole du japon et il faut dire que le katana qu'elle aborde n'est pas discret et le fait qu'elle commande du Saké dans un endroit pareil veut peut être dire qu'elle ne cherche que très peu à s'intégrer.

Mais bon après s'être levée et avoir fouillé dans les bouteilles sans que le barman ne relève sa présence je commence à me dire qu'il y a peut être de la véracité dans ses propos, même si ce n'est peut être une autre forme de discrimination qui est en réalité exercé ici.

Passant ma main gauche devant mon sternum je lançais une petite impulsion sur l'amulette de Thot et pris comme connaissance la langue japonaise, bon apprendre des choses par ce biais est loin d'être la meilleur des méthodes, mais mine de rien pouvoir parler pleins de langue à ses avantages.

Et donc tournant la tête vers je continuais de m'exprimer en anglais pour le moment, puisqu'elle m'avais parlé ainsi.

- Alors autant le malotru qui sers de Barman à décider de rester passif, autant je crois que certain clients n'apprécie guère vos méthodes de sélection.

Surtout qu'elle risquait de briser beaucoup de bouteilles vu qu'il y a peu de chance qu'il y ai du sake ici et si c'est le cas, il y e beaucoup de chance pour qu'il soit mauvais.
Mais bon pour ma part je me tournais vers le groupe de badaud qui nous fixaient depuis un moment et qui à présent se levaient afin de s'approcher eux aussi du comptoir.

Je sens que cela va mal finir.

Tournant juste la tête vers l'inconnue à la recherche de sa bouteille je lui adresse alors une phrase en japonais en espérant que le fait que je dois avoir un accent bien ignoble rend ma phrase compréhensible au moins pour elle.

- J'espère que cette bouteille valait le coup, car on va devoir en calmer quelqu'uns pour que vous puissiez la boire.

Et là dessus le type ayant probablement le moins de courage parmis le groupe s'arrêta devant moi comme pour me juger de bas en haut, c'est à dire juste détaille le physique d'un gamin qui ne paye probablement pas de mine et il est vrai que la dernière que j'ai eu à combattre contre un groupe dans cette ville j'en ai pris plein la tronche, mais depuis j'ai pas mal appris aussi bien avec Stuff que Catwoman et il est vrai que je me demandais si je m'ne sortirais mieux à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 18 Sep 2014 - 10:24
Gotham City... Après Blüdhaven, il n'y avait aucune ville atteignant une telle médiocrité. Les crimes se déroulaient à chaque instant, des braquages finissaient régulièrement en bain de sang... Et ce, malgré l'intervention perpétuelle de Batman.

De nombreux souvenirs revenaient à Dick tandis qu'il remontait la rue principale. Voilà déjà quelques temps que cette citée de perdition ne l'avait pas revu. La tour Wayne le toisait de sa hauteur, arrogante de puissance et pourtant, l'homme savait au fond de lui ce qu'elle était réellement. Le symbole inavoué de la puissance de Batman. D'ici Bruce pouvait tout savoir ou presque. Les informations qui y circulaient revenaient forcément jusqu'à son ordinateur dans la Batcave. Et pourtant, sans même le savoir, tout ceux qui y travaillait l'ignorait.

Il restait tout de même un point important à ne pas oublier sur Gotham, outre ses rues mal-famées et ses criminels en villégiature, il restait néanmoins quelques endroits où, malgré une odeur nauséabonde et des habitués relativement désagréable, quelques bars où pouvait régner un semblant de plaisir. Mais tout cela s'ajoutait bien entendu aux club de pole-danse, et autres boites de nuit portées sur les plaisirs du corps.

Regardant les immenses affiches lumineuses qui parcouraient les murs et désiraient en secret se montrer encore plus aux yeux des badauds qui passaient à leur pied, Dick continua sa marche inlassable. Silencieux comme à son habitude, ce fut au détour d'une ruelle qu'il s'arrêta devant un cimetière. Là, tout au fond, dans un mausolée offert par Bruce se trouvait les corps des défunts parents de Dick. Des années s'étaient écoulées depuis cette soirée où, par pur vengeance un homme les lui avaient arrachés. Retenant ses larmes, il se releva après y avoir déposé les fleurs qu'il avait apporté et ressorti du dernier lieu qu'allaient connaître ses parents.

Le visage grave et se laissant aller à ses douloureux souvenirs, Dick ne fit aucunement attention à l'endroit où il allait. Percutant quelqu'un, il s'excusa et continua de marcher sans même écouter les injures dont l'homme prenait plaisir à le qualifier. Une nouvelle fois il s'arrêta, s'adossant à un mur, il regarda la lune avec tristesse.


*Gotham... Cette ville est vraiment de plus en plus pourrie... Que fais-tu Bruce ?*

Pour toute réponse, le symbole de Batman apparu dans le ciel. La police et la ville toute entière réclamait son sauveur. Il fallait croire que ce dernier allait peut-être bien pouvoir se présenter à son ancien acolyte. Mais pas ce soir... Dick n'était pas Nightwing pour la soirée, de plus, Bruce n'était plus seul depuis quelques temps ; Damian se trouvait à ses côtés, et le fils prodigue aidait bien mieux son père que lui ne l'aurait jamais fait. Tout du moins, Dick préférait l'imaginer ainsi.

Alors qu'un homme fit un vol-plané juste à côté de lui, il regarda par la porte d'où il venait de passer. Un semblant de bagarre venait de finir. Semblant seulement, car vu la masse qui sortit du bar, celui qui venait d'apprendre à voler n'aurait effectivement eu aucune chance. Lui intimant de ne jamais revenir, il claqua la porte derrière lui. Amusé par cette scène de théâtre bien mal orchestrée, Dick entra à son tour dans le bar.

Ici, tout était comme le reste de Gotham, puant le truand à plusieurs miles à la ronde. Mêlant des râles rauques à des blagues graveleuses, et bien entendu, une multitude de posters représentant des corps de femmes dénudés... Quelle classe n'est-pas... Tous les stéréotypes du bar miteux et remplis de motards répugnants se retrouvaient ici. Mais faisant fi de toute cette crasse et surtout le fait qu'il semblait ne pas être le bienvenue, Dick s'approcha d'une table de billard et sortit un billet de sa poche.


- Deux cents dollars à celui qui arrivera à me battre au billard ! Et vous réussissez à le faire sans toucher la 8, je vous en donne le double ! Quelqu'un est partant ?

Un homme vêtue d'un costard noir à rayures grises se leva, avec un style pareil, il serait passé bien plus inaperçu dans un club pour mafieux du XIXème siècle... Il se prenait pour Al Capone ? Ce malade que Bruce et lui-même avaient fini par enfermer à Arkham. Car ce n'était pas lui, ce cinglé coulait des jours paisibles au frais derrière des barreaux renforcés.

- Moi je suis partant.
- Oh ! Monsieur désire se mesurer à moi ! Ça marche !
- Arrête tes fanfaronnades et joue !


Quelques minutes plus tard, assit sur le rebord de la table de billard, Dick récupérait son argent. Le faux mafieux n'était pas plus doué à ce jeu qu'il n'était capable d'être quelqu'un d'autre. Rangeant ses billet, Nightwing se dirigea vers le bar et passa commande. L'odeur âcre du houblon monta jusqu'à ses narines lorsque le barman lui donna son verre. Prenant place dans le fond de la salle, Dick observa le vieux juke-box qui se trouvait tout à côté de sa table.

*Ça fait longtemps qu'on en fait plus des comme ça !*

Tout en sirotant sa boisson fétiche, l'homme observait avec attention tout ce qui se déroulait ici. Plusieurs hommes ivres comme des outres de vins tentaient désespérément de se battre, les coups pleuvaient, tout autant que les ivrognes s'écroulaient sur le sol en mugissant. D'autres avaient reprit place à la table de billard. Et ce fut l'entrée impromptue d'une femme qui souleva la curiosité de Dick. Katana ?! Que faisait-elle ici ? La samouraï ne s'était pas rendue à Gotham depuis des mois déjà, et la dernière fois... Ce fut douloureux pour tout le monde...

Et comme à son habitude, elle dut se faire remarquer en brisant plusieurs bouteilles d'alcool à l'arrière du bar... Mais ! Elle risquait de casser celles de Bourbon ! Ah non alors ! On ne touche pas à ça ! Apparemment, certains avaient eu le même réflexe et plusieurs bagarreurs s'approchèrent du bar, avec sans nul doutes, dans l'idée de lui apprendre les bonnes manières. Ou tout du moins celles qui incombent à un client mal venu dans un bar.

D'ailleurs, on aurait pu croire qu'elle n'était pas venue seule... Un gamin qui devait à peine avoir un peu plus que l'âge de Damian se tenait à sa gauche. Mais ça, c'était pour le premier venu qui ne la connaissait pas. Katana bossait majoritairement seule, un peu comme lui d'ailleurs. Tandis que les hommes s'avançaient, bouteille et queue de billard en main, Dick eu une idée aussi folle qu'amusante, enfin... Amusante pour lui !


- STOP ! Messieurs, cette dame ne connaît très certainement pas les us et coutumes de cet endroit. Il serait agréable de votre part de les lui apprendre avec bonté.
- La ferme toi ! Elle a pété nos bouteilles ! On va lui péter la tronche pour lui apprendre le respect.
- Faites alors... Que voulez-vous que je vous dise !


Imitant le fait de retourner s'asseoir, Dick passa vers la table de billard et prit une des queues en main. Sautant sur la dite table, il exécuta un magistral saut et se retrouva une nouvelle fois en face de l'immense masse de muscles.

- Finalement, ça me déplaît assez ton idée mon gros ! Je n'aime pas qu'on maltraite les dames ! Tu manque horriblement de savoir-vivre tu sais !

Se tapotant l'épaule avec l'arme de fortune, ses doigts se dépliaient et se repliaient sur le manche de bois. Dick savait comment toute cette histoire allait finir. Mais il connaissait surtout comment Katana allait réagir. Et les bains de sang... Ce n'était pas réellement son plaisir.

- On évite le carnage, pas de sang... Ça marche miss Katana ?

Sa phrase pouvait avoir deux sens. Le premier était qu'elle pensait qu'il l'avait appelé ainsi par la possession de son arme, la seconde, bien plus discrète, qu'il n'ignorait pas son alias. Quoiqu'il en soit, la bagarre n'allait pas tarder à commencer. Mais pourquoi Dick arrivait-il toujours à se retrouver dans des situations pareilles ? POURQUOI ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 2 Oct 2014 - 2:29
対戦 (combat)


Sa fouille aveugle finit par porter ses fruits. Dénichant une bouteille de Saké, elle jeta un regard mauvais à l'étiquette, avant d'en humer le parfum d'un air dédaigneux. Il était coupé. Avec de l'eau ou autre chose, mais il ne valait rien, et certainement pas le prix que ce barman réclamait. Elle remarqua alors que le bedonnant la reconnaît, la colère tâchant de rouge son visage grossier. Vraisemblablement, il déployait des trésors de retenue pour ne pas s'approcher d'elle d'avantage et lui exprimer sa façon de penser. Provocation supplémentaire, elle renversa lentement le saké derrière le comptoir, avant de laisser rouler la bouteille vide jusqu'au propriétaire.

Elle se renfrogna alors légèrement, ignorant royalement les paroles de l'homme à qui elle venait pourtant d'adresser la parole. Elle cherchait à provoquer son monde, et non pas à attirer sa sympathie. Néanmoins, ce qu'elle recherchait commençait doucement à pointer le bout de son nez. Des badauds s'approchaient d'elle, bouteilles brisées et queues de billards en main. Quelle maigre lot de consolation. Ils ne lui offriraient rien d'autre qu'une distraction passagère, qu'un simple divertissement. Elle était dessus. Elle détestait cette ville.

Quelque chose résonna alors à ses oreilles. Elle tourna lentement la tête pour voir que le jeune homme qu'elle avait délibérément ignoré s'adresser de nouveau à elle. Mais cette fois, il avait eu l'audace de le faire en japonais. Elle en oublia ce bar miteux. Cette ville pourrie. L'odeur de la crasse, de l'alcool et du tabac froid. Son propre dégoût, sa propre lassitude. Elle le fixait, intensément, ne regardant que ses yeux et uniquement ses yeux. Comment avait-il osé ? Comment avait-il pu croire que cela marcherait ? Comment cet homme, ce gaijin avait-il osé lui parler dans sa propre langue ? Elle fulminait.

Qu'avez-vous dit ? Sa voix était glaciale. Ne me parlez jamais plus dans ma langue, est-ce clair ? Chacun de ses mots, chacune de ses paroles, étaient habités par une colère froide.


Laissant sa menace en suspens, elle se détourna, autant pour se calmer, que pour laisser sa colère s'apaiser. Après tout, ce jeune homme n'y était pour rien, et ne devait sûrement rien comprendre à la réaction de la japonaise. Elle inspira un coup, laissant les bribes de sa rage fugace se dissipaient dans son souffle. Elle se tourna alors à nouveau vers lui, un air se voulant plus amicale sur son visage à demi masqué.

Pardonnez mon emportement. Elle s'inclina légèrement en signe d'excuse. Je ne voulais pas me mettre ainsi en colère, mais je n'ai que trop perdu l'habitude d'entendre un occidental parler japonais.Un sourire furtif passa sur son visage. Et je m'excuse également pour ce qui va suivre.


L'homme qui s'était approché du gamin semblait vouloir délibérément ignorer la japonaise. Première erreur. Elle s'apprêtait à s'interposer quand une voix vaguement familière parvint jusqu'à elle. Une voix qu'elle n'avait plus entendue depuis des mois. Une voix qu'elle ne pensait plus jamais entendre. Une voix qu'elle vit monter sur une table de billard, d'une manière exagérément théâtral.

Nightwing...murmura-t-elle.


Avec cette apparition, elle prit conscience de la tension qui s'était emparée du bar, une tension qui était sur le point d'exploser. Comme elle l'avait finalement souhaité depuis qu'elle était entrée ici, depuis qu'elle avait remis un pied dans cette vielle. Elle commençait déjà à se lever, vidant son esprit, contractant ses muscles, redevant la tueuse sans état d'âme, la guerrière implacable que destin avait créé. La voix de Nightwing détourna cependant son attention. Il voulait éviter le carnage, il voulait éviter que le sang coule. Carnage. Sang. L'esprit sélectif de Katana avait déjà fait le tri.

Je ne te promets rien. Elle dégaina alors son katana, caressant sa lame noire du bout des doigts. Cela dépendra d'eux. Elle jeta alors un bref coup d’œil au jeune homme, qu'elle avait préalablement malmené dans une colère qu'elle avait quelque peu regretté par la suite. Restez avec moi, si vous ne savez pas vous battre.


Il n'y avait nulle moquerie, nul rabaissement dans ses paroles, seulement sa manière à elle, maladroite et directe, de lui dire qu'elle le protégerait si jamais il le lui demandait. Sa manière à elle de se faire pardonner. D'exprimer avec un sabre, d'exprimer dans les affres d'un combat, ce que ses mots ne lui auraient jamais permis d'exprimer. Elle lui jeta un dernier regard, et se lança dans la mêlée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 2 Oct 2014 - 10:03
Mes paroles ne semblait pas l'atteindre et c'est aussi pour cela que j'ai parlé en japonais, en espérant suscité une réaction de sa part et mes attentes furent plus que comblé, bien que j'avouerai avoir espérer autre chose que de me faire gueuler dessus, mais sur le moment entre elle et son arme et les type s'avançant vers moi je me sens légèrement pris en sandwich et autant elle serait certainement une plus grand menace autant j'ignore si je peux tout gérer.

Mais finalement après avoir pris quelques secondes pour sa calmer elle s'excusa auprès de moi, de mon côté je vais tout simplement éviter d'utiliser sa langue, mais les choses ne vont pas tarder à s’envenimer surtout que le type qui à tenter d'arrêter le groupe de bois sans soif un peu plus tôt s'est presque vu totalement ignoré.

Enfin ça c'était avant qu'il s'appuie sur la table de billard pour se placer entre moi et le grand type qui me faisait face, j'ignore si il essaie de me sauver ou de se mettre dans les ennuis, mais dans tout les cas il est certain qu'il connait la fille au katana et qu'il à l'air de lui demander d'éviter les effusion de sang.

Chose avec laquelle je suis d'accord, d'ailleurs pour appuyer cela je m'apprêtais à avancer afin de régler cela rapidement, car les impasse mexicaine à main nue je trouve ça bidon et d'ailleurs je ne suis pas la seul car la japonaise me propose alors gentiment de rester près d'elle, j'abaisse alors ma capuche d'un mouvement de la tête afin de récupérer ma vision périphérique et je m'avance car déjà Katana s'avance dans la bataille.

Passant sur le côté j'avance sur un des types qui souhaite l'affrontement, il ne semble pas se méfier de moi et me donne négligemment un coup de pied, mon coude vient frapper son genoux de plein fouet, provoquant une grimace qu'il ne garda pas longtemps car mon poing vint le frapper en plein diaphragme, lui coupant la respiration et l'envoyant dans les choux.

Juste à temps pour remarque qu'un autre des type arrive avec un tabouret dans les main, je lui envoi donc le corps de son collègue dans les bras qu'il ne réceptionne pas et j'en profite pour enter dans son champ d'attaque et de le frapper sous l’aisselle, pour le faire lâche son arme improvisé avant de le rouer de coup au niveau du visage et de l'achever d'un coup au niveau de la tempe.
Ce qui provoque sa chute, j'aurai jamais pensé que le wing chun aurai été si efficace lorsque j'ai commencé à l'apprendre, mais ces derniers temps je ne cesse de me surprendre, pourtant je suis certain que physiquement je suis seulement quelqu'un de moyen.

Me tournant vers les autres je m'attends presque à ce que ce soit déjà terminé de leurs côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 6 Oct 2014 - 20:16

Ce n'était pas possible ça ! De deux choses l'une, soit l'être humain moyen est totalement maso, soit il est tout simplement décérébré ! Et quelque que soit la réponse, Dick arrivait toujours au même point de réponse. Personne ne pouvait arrêter Katana lorsqu'elle entrait dans ses rages meurtrières, pas même lui. En plus, il ne fallait pas oublier qu'il y avait un gamin avec elle... Son nouveau copain ? Dick ria intérieurement, les imaginant ensemble, bras dessus bras dessous, et katana dans le dos ! Mais bon, cette idée n'était finalement pas dans le cas actuel. Bien loin de là d'ailleurs. Elle le vouvoyait, et semblait même le considérer comme un simple badaud venu boire un verre dans un bar sans autres idées que celle-ci.

Bon, comme à son habitude Katana ne quitta pas son arme et profita même de l'arrivée fortuite de Nightwing pour foncer dans le tas, la lame dirigée vers l'avant. Secouant la tête de gauche à droite, Dick fini par pester contre elle. Au moment où il faisait ça, un des poivrots profita du fait que le jeune homme avait baissé la tête pour le frapper sur la tempe. D'un mouvement rapide, Dick se retourna et bloqua la bouteille à l'aide d'une main et le fixa dans les yeux.


- Dis donc, ta mère ne t'a jamais dis qu'il ne fallait pas frapper un homme dans le dos ?

Liant le geste à la parole, Dick lui envoya son pied dans le ventre, le repoussant à plusieurs mètre plus loin. Sautant sur lui, il lui asséna un magistral uppercut qui l'envoya au royaume des rêves. Et une de moins déjà... La queue de billard s'était brisée sous le choc, et désormais, Nightwing possédait deux armes de taille un peu près égale. Une manière assez amusante de se faire des bâtons de combat pour par cher ! Le combat faisait rage dans le bar, et en quelques minutes seulement, Dick avait étalé un second homme, un troisième tenta de fuir par la porte du fond. Afin de contrer l'avancée de Dick, l'homme aux cheveux noirs fit tomber le juke box sur le sol.

- Ah mais non ! La musique ça se respecte !

La par contre il ne fallait pas abuser ! Lançant ses bâtons sur l'homme, le premier se coinça entre ses jambes, le faisant tomber face contre terre. Le second alla se planter dans un tableau accroché au mur, et fini par tomber sur le crâne de l'homme, l'assommant sur le coup. Bon maintenant il ne fallait pas rester sur une victoire facile, il devait bien rester encore quelques courageux pour se battre... Ou pas ! Le gamin tout autant que Katana avaient fini le boulot de leur côté. Mis à part des hommes KO et un juke box cassé, plus personne ne semblait avoir encore dans l'idée de se battre. Enfin, peut-être que si, mais ce n'était plus le cas pour Nightwing.

Prenant appuis sur la table de billard, Dick prit la queue entre ses mains et commença à jongler avec. Le travail ici était terminé, il avait bien droit à une récompense maintenant non ? Un verre de bourbon par exemple ! Ou mieux encore, deux ! S'approchant du bar en souriant, Dick sauta au dessus de ce dernier, attrapa trois verres et les posa sur le comptoir. Les mains bien à plat sur l'étendue de bois vernis, il s'adressa à Katana et à son nouvel ami.


- Messieurs-dames ! Que puise-je vous servir pour vous faire plaisir ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 16 Oct 2014 - 22:24
怨嗟 (haine)


Le monde disparut autour d'elle. Si fugace, si éphémère. Si dénué du moindre intérêt. Elle ne voyait plus que l'instant présent, sa lame noire dans sa main, sa colère et sa rage glaciale dans son cœur. Son katana frémissait, comme-ci lui aussi répondait à l'appel  du carnage à venir., désireux d'étancher sa soif, désireux de se nourrir d'âmes. A moins qu'il ne cherchait qu'à apaiser à sa manière la tristesse de Tatsu. Combler le vide laissé par son époux, en l'aidant à accomplir sa v.engeance contre tout ce que ce monde avait de plus pourri à lui offrir. Et cette ville mettait tout en œuvre pour devenir ce parangon de pourriture, comme-ci, en son âme et conscience, elle était devenue la némésis de Katana, l'exutoire de sa colère, le récipiendaire de sa haine.

Mais les paroles de Nightwing résonnaient dans son esprit, gangrenant sa volonté, endiguant sa hargne et sa rage. D'un simple geste, elle aurait pu balayer ces paroles creuses de son esprit. Elle n'avait que faire de la justice. S'il y en avait une en ce monde, elle n'était que trop faible pour pouvoir le sauver. Elle avait sa propre justice, ses propres règles. Mais d'un autre côté...que gagnerait-elle à tuer ces vulgaires déchets, ces simples parodies de toutes les vicissitudes de la vie humaine ? Une satisfaction passagère, peut-être. Un apaisement éphémère, probablement. Mais tout cela ne durerait qu'un temps. Au final, cela n'en valait pas la peine.

Pour la première fois dans sa vie, elle se résigna à écouter quelqu'un d'autre qu'elle-même, à accéder à la requête d'un autre homme que le Chevalier Noir. D'un autre homme que son époux. Son premier coup était déjà porté. Elle avait visé le cou, assurant une mort suffisamment lente et douloureuse pour que sa victime en soit déjà consciente. Alors, elle desserra son étreinte, quitta brièvement le lien qui l'unissait à cette lame. De son autre main, elle tourna le manche de son sabre, à temps pour frapper du dos de sa lame. L'homme s'effondra, poussant un cri de douleur.

撫で下ろした心がポロリ...(Mon cœur se calme de lui-même)


Poursuivant sur sa lancée, emportée par son élan, elle esquiva une attaque aussi inutile que maladroite, décochant un violent coup de coude en guise de réponse. Déjà, elle se détachait de ce combat aussi futile qu'inintéressant. Son esprit ravivait des souvenirs endormis, ses yeux n'avaient d'yeux que pour la noirceur de son katana. Et toujours, elle chantonnait, sa voix semblable à un murmure, soufflant des paroles destinées à personne, de simples mots emportés par le vent.

声を出せず消えてゆく...(Disparaître sans pousser un seul cri) Une nouvelle attaque, une nouvelle parade. Quelques gouttes de sang, un corps brisé s'effondrant au sol. 紅い闇の中...(Au beau milieu des Ténèbres pourpres) Un combat perdu d'avance, un affrontement dénué de sens.


Elle se tenait là, immobile, solitaire, appréhendant un peu plus encore l'absence béante qui déchirait son âme, le vide immense qui épuisait son cœur. Cette chose inutile qu'elle avait déclenché était terminée. Et comme elle avait fini par le comprendre, tout cela avait été vain. Elle le regrettait déjà.

Gomennasai, Maseo, murmura-t-elle, embrassant une dernière fois l'acier de sa lame, avant de la ranger dans son dos, tout contre sa peau.


Elle se retourna, observant les maigres destructions causées dans la salle. Elle ne remarqua qu'à peine le sourire soulagé que quelques visages affichaient. Au moins avait-elle apaisé la soirée de quelques-uns. Portant son regard en direction du bar, elle n'eut guère la surprise de voir Nightwing en proie à ses fanfaronnades habituelles. Même s'ils ne seraient jamais sans doute réellement amis, elle n'avait que faire d'un lien aussi inutile, elle appréciait le jeune homme. Même si elle ne le montrerait probablement jamais.

Qu'es-tu venu faire ici ? Cela ne peut pas être qu'un hasard...Sa voix restait glaciale, détachée et arrogante. Elle estimait n'avoir de compte à rendre à personne, y compris à un homme proche du Chevalier Noir. Comment savais-tu que j'étais de retour à Gotham ?


Puis elle se retourna vers l'autre jeune homme, et fut soulagée de constater que son erreur d'un soir n'avait laissé aucune trace sur lui. Elle fit un pas vers lui.

Watashi wa Katana, prononça-t-elle dans sa langue natale, sa manière à elle de s'excuser pour ses mots passés, sachant que le garçon la comprendrait. Je suis navrée de vous avoir entraîné là-dedans. Autour d'eux, les victimes quittaient les lieux, et le bar retrouvait peu à peu son activité habituelle. S’accoudant, elle poursuivit, toujours à l'attention du jeune homme. Que faisiez-vous également ici ? Vous connaissez ce monsieur tout nouvellement barman ?


Désignant Nightwing d'un léger mouvement de la tête, elle continuait d'observer le garçon. Quelque chose l'avait lui aussi amené ici.

Et Tatsu ne croyait pas au hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 20 Oct 2014 - 23:13
Je pense savoir me battre, alors je sais que je suis loin d'être un expert et que je suis encore trop dicté d'un point de vue académique et non par l'expérience que l'on acquière au fil des combats.
Mais face au deux autres personnes ici présentes je ne pense pas être capable de tenir plus de quelques secondes par rapport aux types que l'on trouve ici.

Dans tous les cas le groupe de traines-savates de bar est à présent au tapi et je suis assez content de voir qu'il n'y à aucun morts bien que la dame à la recherche de saké utilisa son Katana, de plus l'homme qui nous est venu en aide ainsi que l'autre personne semble se connaitre.
Car si le joueur de billard n'a pas agit de façon nous permettant de comprendre qu'il s'agissait de connaissances, la japonaise elle ne s’embarrasse pas des mêmes précautions.

Observant donc en silence leur échange, je m'interroge sur ce qu'il risque de se passer, car j'ai bien peur que si il doit y avoir un autre affrontement je n'ai pas le niveau nécessaire afin de l'arrêter si besoin, il y a une grande différence entre un groupe de badauds et des gens qui ont clairement de l'expérience dans ce domaine.
Mais finalement l'échange ne dura pas car la femme qui se présenta à moi devait trouver cela plus urgent et bien qu'elle s'exprima en japonais je compris clairement ses mots, bien que l'espèce de litanie qu'elle entonna durant le combat ne pris pas vraiment de sens bien que put traduire les phrases sans problèmes.

Les vaincu quittaient petit à petit le bar pour ceux encore conscients tendis que "Katana" s'excusait de m'a trainé dans cette bataille, je m'incline légèrement avant de m'exprimer à mon tour.

- Ne vous en faites pas, je commence à avoir l'habitude.

M'approchant à nouveau du comptoir afin que je puisse reprendre ma place initial avant que cette situation ne dégénère, c'est là qu'elle me demande si je connais l'homme qui était passé derrière le comptoirs.
Si il s'agit d'une célébrité j'ignore totalement de qui il peut s'agir, aussi je regarde de nouveau Katana avant de hausser légèrement les épaules.

- Disons que je sors des toilettes et après l'odeur qu'on y trouve je me suis dit que j'allais rester ici le temps de décompresser.
En revanche j'ignore qui est le Barman, bien que je prendrais bien un lait-grenadine si ça te gêne pas ?


La fin de ma phrase était bien évidemment diriger vers l'acrobate se trouvant derrière le meuble de bois noircit par la saleté.

- Oh fait, moi c'est Stripesy, ravi de vous rencontrez Katana.

J'aurai bien converser avec elle en Japonais, mais vu sa réaction de tout à l'heure je pense qu'il vaut mieux éviter cela, après ce que j'ai vu ce n'est pas en trichant avec un peu de magie que je pourrais prendre le dessus contre elle.
Je me tourne de nouveau vers le comptoire espérant que la boisson commandée arrive bien que je puisse comprendre que le nouveau Barman ait du mal à trouver les ingrédients nécessaire à la réalisation de ma boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 1 Nov 2014 - 15:06

Posément appuyé sur le ba, Dick attendait d'avoir une réponse. Peut lui importait laquelle, il s'était auto-proclamé barman pour la journée et quand bien même on le lui reprocherait, il saurait comment garder cette place. Il n'avait effectivement pas l'habitude de servir des cocktails ou autres boissons, cela étant bien plus dans les habitudes d'Alfred, toutefois, il ne manquerait pas de faire part de sa façon de penser au vrai barman. Même si ce dernier était bel et bien encore dans les pommes. En le regardant, il se mit à sourire. Katana n'y avait pas été de main morte, et sans nul doute qu'elle avait du se retenir pour ne pas l'envoyer à l’hôpital... Mais bon, tout cela était fini désormais. Le combat contre la tribu d'alcooliques avait touché à sa fin, et au vu des dégâts, personne ne semblait y avoir perdu la vie. La Japonaise avait – apparemment – suivit ce qu'il lui avait demandé. Aucunes traces de massacre ou de bain de sang. Intérieurement, Dick se félicitait. Il n'avait pas l'esprit d'un meneur d'homme à proprement parlé, mais il avait tout de même réussi à éviter le pire...

La discussion entre ses deux acolytes le fit sourire un peu plus. La manière dont Katana lui posait ses questions n'était pas plus agréable qu'elle était violente. Dick se contenta de lui répondre en lui servant un verre de saké rempli à ras-bord. La manière dont elle avait prit l'habitude de le boire. Enfin, c'était de cette façon que Dick appréciait cet alcool aussi fort que bon. Surpris, il dut se retenir de ne pas exploser de rire quand il entendit la demande du jeune homme. Ce « Stripesy » avait vraiment commandé un lait-grenadine ou se fichait-il de lui ? Non, ce n'était pas possible ! Boire encore ce genre de choses... Même pour un mineur ça dépassait le ridicule ! Qui plus est, comment pouvait-il encore croire que du lait réussirait encore à survivre dans un cloaque aussi insalubre... A moins bien sûr qu'il ne veuilles boire un verre de lait en poudre sur un miroir... Mais ce gamin ne semblait pas être de ce genre de consommateur...

Se baissant sous le bar, Dick fouilla parmi les bouteilles et fini par trouver la seule chose qui ne contenait pas d'alcool. Un récipient recouvert d'une épaisse couche de poussière se dévoila à lui sous les traits d'un soda bas de gamme. Le genre de celui que l'on trouve coupé avec de l'eau au fast-food du coin. Après avoir essuyé la dite bouteille, il la lui ouvrit et manqua de la voir lui exploser au visage. La mousse redescendue, il la lui tendit avec un conseil.


- Fais attention, je ne suis pas sûr que tu survive si tu bois ça...

D'un verre à l'autre, Dick prit en main celui qu'il cherchait, tel un barman des temps modernes, il se mit à l'essuyer frénétiquement et le posa devant lui. Un bourbon de quelques décennies posé devant lui plus tard, il s'en servit une bonne rasade, et leva le récipient transparent devant se deux nouveaux compagnons de soirée.

- Je lève mon verre à cette rencontre fortuite. Et surtout au fait que pour une fois, j'ai le plaisir de boire un verre en votre compagnie Dame Katana.

Dick savait qu'il allait énerver la Japonaise, mais bon, que pouvait-elle y faire ? C'était dans son tempérament. Il avait peut-être été le bras droit du Chevalier Noir durant plusieurs années, pourtant, rien n'avait changé chez lui. Que ce soit sous le masque de Nightwing ou à visage découvert, son humour passait généralement assez mal avec ceux qu'il croisait. Et même Bruce n'y coupait pas !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Descente Nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ballade nocturne.
» Scène nocturne à la côte
» Apparition nocturne
» Champ de course de Ghlin (Mons) Nocturne sous la pluie
» descente de police

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-