Meet the Green [Lady Weeds]

Inscription : 23/03/2014
Messages : 7725
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Sam 20 Sep 2014 - 14:35
[HRP : Voilà mon intro. Elle est donc identique aux deux sujets ouverts.
Elle reprend en bonne partie ce que j'avais écrit pour Martian Manhunter précédemment, mais relue et remaniée. Elle a l'avantage de vous informer assez précisément sur l'état de M'gann, même si je me répète un peu. Le sujet fait donc suite à l'attaque du lycée.
Merci à vous ne vous intéressez sur mon cas, au plaisir de vous lire Smile]



Plusieurs jours étaient passés depuis la tragédie du Lycée de Metropolis. M'gann ne saurait dire combien, elle ne les comptait plus.
Les prises d'otages finissent souvent mal, mais la mort du Directeur de l'établissement l'avait d'avantage marquée que n'importe quelle précédente tragédie. Assassiné devant ses yeux en conséquence de ses mensonges, quelques secondes après qu'elle ai pris possession de son esprit ; quelques secondes plus tôt et c'était elle qui mourrait en lui... Mais peut-être était-ce le cas...

Torturée jusqu'à l'évanouissement, elle avait perdue le contrôle. Tous les mercenaires ne ferait plus de mal, plus jamais, sauf lui... Cet homme, ce chef... qui lui avait rappeler la douloureuse morsure de la flamme.
Cette mission n'était pas une réussite, elle n'avait que faire de cet objet tant désiré possédé par quelqu'un qui devait probablement toujours être en danger... Elle avait échouée, cet échec serait le dernier.

A présent elle était dans un bois non loin de Metropolis, couchée sur la mousse sous l'ombre d'un arbre. Elle n'avait pas l'intention de rentrer chez les Teens, elle était trop honteuse. Bien sûre ils se mettront à sa recherche et s'il le faut elle se rendrait invisible, prendrait l'apparence de cet oiseau perché en haut qui chante sans tourments ou de cet arbre calme et ignorant de la folie des hommes. La nature est si paisible...

Elle ne se remet pas en question, elle agit par instinct, elle vie l'instant présent et dure des millénaires. Les obstacles sont contournés grâce à l'évolution, chaque individu à son rôle à jouer, l'énergie est transférée des chauds rayons du soleil à la terre, en passant par la proie et le prédateur. Le cycle est parfait.
M'gann se remémore lorsqu'elle était vétérinaire en Australie...
Pourquoi avait t-elle tout arrêté ? Les criminels allait t-il vraiment la poursuivre où qu'elle se cache où ne trouvait t-elle vraiment un sens à sa vie que dans les batailles...

Les batailles qui ont fondés son peuple.
Un peuple mort, disparu, dont elle n'a aucun souvenir.
Mais un peuple qui ne vit plus qu'en elle.
Un héritage génétique qu'elle ne peut modifier.
Une malédiction...

J'onn J'onzz lui avait un peu parlé de sa race, celle des martiens blancs qu'elle avait immédiatement décidée de renier après avoir appris toutes les horreur qu'avait pu commettre cette abominable civilisation. Dans sa pleine sagesse, malgré les souffrances subies, le martien vert lui avait conseillé de ne pas les juger trop hâtivement la valeur de leurs actes et de leur philosophie, aussi destructrice soit t-elle.
Mais M'gann ne voulait pas en savoir d'avantage, elle se pensait indépendante et avec son pouvoir de métamorphose se faire passer pour un martien vert ne fut pas difficile. J'onn décida de la soutenir dans ce jeu de mascarade. Un secret pourtant ne reste jamais intact et devant le risque d'être accusée de traîtrise chez les Teen Titans à un moment de tension forte, elle dut passer aux aveux. Ils furent difficiles pour elle, mais pas pour ses proches amis.
Ils ne savaient pas encore de quoi elle était capable...

Ses pouvoirs se développant, elle ne se retint pas de les utiliser à leur plein potentiel, encouragé par certains de ses coéquipiers qui en percevait tous l'intérêt même s'ils comportaient quelques risques. Des risques sous-estimés.
Elle n'aurait alors pas dû faire la sourde oreille à celui qui fut l'un des plus clairvoyants, Superboy, et la mettait en garde sur ce quelle devenait. Ce n'était pas un don, il l'a percevait mieux qu'elle même ne se connaissait. Et, en rompant avec elle, ce fut son ultime avertissement ; elle ne l'écouta pas et commis le pire.
''Le jour où on franchis la ligne...", comme l'avait tant de fois répété Batman lors de leurs entraînements, ''...on ne revient plus en arrière''.

Convaincue sur cette idée, elle quitta tout pour l'Australie et y passa deux années calmes avant que cette nouvelle vie parte aussi en fumée. Elle reçut une seconde chance dans cette nouvelle équipe des Teen Titans et échoua avec une rapidité qu'elle ne pouvait même pas craindre.

''Ma pauvre M'gann, au moins tu ne leur a pas donné de faux espoirs. Ils savent maintenant tous à quoi s'en tenir.''

''Je suis une martienne blanche. Une créature maléfique.
Pourquoi refuser un fait qu'on ne peut changer ? Quel que soit mon apparence, je ne peut métamorphoser mon esprit.''

''Dois-je embrasser cet héritage ou le brûler ?...''


Bonnes fêtes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures En ligne
Invité

MessagePosté le: Sam 20 Sep 2014 - 16:00

La jeune femme, couverte de venin et de sang de serpent, bondit de toute sa souple nudité. Ses longs cheveux noirs, légèrement teintés de chlorophylle, ondoyaient massivement derrière elle, bouffants, amplifiant la forme de tête telle une crinière pour la durée d'un instant. Corolle de poils crâniens qui vint retomber mollement sur ses épaules et sa poitrine, couvrant tout juste un certain manquement à la pudeur. Sa peau semblait inégale, couverte de taches d'ombre et de lumière, de saleté peut-être, de fluides ophidiens évidemment. C'était une nouvelle naissance, et chacun sait qu'on ne peut naître que nu comme un ver, sans titre ni protection. Pourtant, son esprit lui, était pleinement formé. Elle était l'Avatar, ou plutôt un ancien avatar de la terre nourricière, qui jouissait jusqu'à présent pleinement de son droit parlementaire. Mais quelque chose l'avait sorti de sa torpeur, de son nihilisme routinier. Une épiphanie qu'elle aurait bien du mal à relier à la situation actuelle, aussi elle le balaya comme un pétale mal rattaché.

Devant elle, elle trouva une jeune personne. Était-elle représentative de son peuple, les soi-disant Etats-Unis d'Amérique, ou bien une orchidée rare parmi les fleurs plus conventionnelles, Weeds ne saurait et ne pouvait le deviner. Elle avait besoin d'aller de l'avant pour se bâtir des notions de référence, si elle voulait infiltrer et affecter ce monde. Inutile d'être rien de bien compliqué pour laisser son empreinte, il n'y a qu'à voir les effets de la Grande Famine en Irlande, tout cela à cause de la seule pomme de terre. Il fallait comprendre les repères de cette ère pour mieux la condamner et lui reprendre ce qui lui donnait de faux sentiments de sécurité. Son esprit était tellement celui d'une plante, qu'elle aurait du mal à concevoir à nouveau la vie humaine. La sienne était si loin, désavouée et oubliée littéralement. L'amnésie a parfois du bon lorsqu'on épouse un système de valeurs dans lequel on n'est pas né.

"Hello. Je crois que j'ai du poison sur moi. Il m'a attaquée, mais je lui ai fait la peau. Mais peut-être que c'était votre futur repas, ou un compagnon familier ? Pardonnez-moi si je vous ai offensée, mais je ne veux pas souffrir à cause des glandes percées d'un prédateur."

Elle le constata, les mots sortaient un peu trop vite, un peu trop nombreux lorsqu'elle tâchait de s'exprimer. Parler lorsqu'on a forme humaine est un exercice très différent du monde des esprits, surtout dans le Green où la communication est sève, écorce et ramifications, où chacun est aussi transparent qu'il veut le laisser paraître, ou au contraire opaque comme un bosquet resserré. Ici, les émotions se montraient sur le visage, les pensées et la sincérité ne se découvraient qu'a posteriori, après avoir eu une démonstration du discours de la personne, et un point de comparaison entre la réalité, le monde de l'action, et les propos justes ou manipulateurs tenus par l'interlocuteur. Pour une parlementaire, elle sentait un terrible déséquilibre, elle qui n'avait pas depuis longtemps appris à jauger un humain dans sa manière d'entretenir la communication.

La grande fragilité se trouvait aussi évidemment sur le plan physique, mais son premier réflexe fut de devoir compter sur quelqu'un pour parer à d'éventuelles conséquences. Elle savait qu'elle n'avait, contrairement à Swamp Thing ou Poison Ivy, aucune immunité face aux toxines et autres substances vénéneuses, aussi elle avait rapidement jugé qu'il fallait trouver une solution. Dans cette nature fabriquée, reconstituée par l'homme dans un but uniquement récréatif, elle ne disposait de quasiment aucun outil botanique pertinent pour traiter sa potentielle affliction. Elle ignorait si l'autre était en mesure de l'aider ou de la conduire à un praticien capable, mais elle avait néanmoins repéré sur son visage une ombre. Non pas celle de l'arbre qui les surplombait, dont elle-même venait de bondir après son incroyable renaissance, mais l'ombre d'émotions contradictoires probablement dirigés vers la Lady, la dépouille du serpent, ou quelque chose qui venait probablement de se passer. Dans son angoisse de la réponse, elle espérait tout de même trouver en elle une personne réceptive à la question du poison sur sa peau d'humaine, une peau d'emprunt, générée au coût de certains sacrifices qu'elle ne souhaitait pas devoir rester en vain.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7725
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Sam 4 Oct 2014 - 19:12
L'apparition soudaine d'une femme et d'un serpent surpris M'gann qui ne put s'empêcher de tressaillir un instant avant d'évaluer la situation inatendue. Celle-ci n'avait rien de commune, était-t-elle presque symbolique...
Elle n'avait pas sentit la venue de cette femme jeune et nue comme si elle n'était qu'un des fruits de cet arbre qui venait juste de tomber. Elle jeta instinctivement un regard vers la cyme pour s'assurer que ce dernier était bien normal et qu'il n'y avait pas d'autres individus de ce genre, avant de reporter son attention sur ce qu'elle lui disait dans un dialecte américain légèrement hésitant.

« Je... oui.. je vais vous aider. »

Elle pris le temps d'observer le serpent que l'étrange femme tenait en main, tout en ne pouvant s'empêcher de lui jeter des coups d'œils curieux.
Martienne ayant évoluée chez les Terriens, elle avait pris quelques habitudes auprès d'eux, que certains pouvaient qualifier de mauvaises, comme le fait de juger selon l'apparence. Cette femme là, avait une apparence bien singulière, mais c'est également son comportement qui l'a mettait assez mal à l'aise. Déjà, elle, ne s'étonnait pas du tout de parler avec une martienne...

« Il a une tête de crotale... ça doit être un Mocassin à tête cuivré, mais dans ce cas, je ne vois pas ce qu'il faisait dans cet arbre... »

Elle s'approcha pour prendre le reptile meurtri. Il était pesant et magnifique, ses écailles cuivrées scintillaient sous les quelques traits de lumières qui perçaient le feuillage de l'arbre. Sa tête en forme de flèche et ses yeux ronds et noirs ne donnaient plus signes de vie.
Un nouvel être mort devant elle, mais un serpent. Elle n'allait pas se laisser perturber par cela, car l'animal était déjà mal en point avant d'être achevé.

« Vous n'êtes pas la seule à lui avoir fait du mal. Le pauvre a été capturé et lâché par un rapace, je pense... »

Elle le déposa dans l'herbe comme s'il pouvait encore bouger et dût porter son attention sur la femme.

« Ne vous inquiétez pas pour le poison, s'il vous aviez vraiment été mordu, atténuer la douleur serait surtout votre priorité. Cependant, vous êtes bien recouverte de venin, il faudrait vous laver rapidement... »

Elle tendis l'oreille un instant avant de continuer :

« J'entends une rivière non loin, je vous y conduit. »

Elle se permit alors de regarder rapidement son organisme au cas où celle-ci serait bel est bien empoisonnée et découvrit avec stupeur que cette femme était bel et bien apparue une minute plus tôt. Ses organes étaient tout neuf.
Un clone ? Mais un clone ne pouvait apparaître en pleine forêt.

« Je me nome M'gann, je Martienne. Mais vous, qui êtes vous ?... »


Bonnes fêtes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures En ligne
Invité

MessagePosté le: Dim 12 Oct 2014 - 18:46
"D'aide. Oui j'ai besoin d'aide, je crois."

Visiblement, par chance, cette première personne rencontrée était perspicace, voire même plutôt douée de talents de détective. Le serpent avait lui-même été victime avant d'atterrir sur la Lady et de l'asperger de son poison. Son prédateur ? Un rapace... Curieux présage que cet oiseau de mauvais augure.
Plus drôle encore, la véritable nature, assumée, de la jeune femme qui lui proposait son assistance.

"Martienne ? Vous voulez dire que vous n'êtes ni humaine, ni une plante ? A votre forme et votre couleur, j'étais bien en peine de jauger de quelle part vous héritiez le mieux."

Lady Weeds avait du mal à saisir ce que cela impliquait. Elle avait entendu parler du Parlement des Mondes, mais jamais encore n'avait eu l'occasion d'y siéger. Ou peut-être que si, mais sans en avoir conscience. En tout cas, Mars était presque sûrement l'un de ces mondes, qui partageait le même soleil.

La proximité de l'eau, d'une rivière, la rassura immédiatement. Liquide indispensable à la survie des végétaux, il était aussi une part essentielle de l'organique des êtres de chair, auxquels elle avait pris part tout récemment. Evidemment, cette pensée fut brièvement l'occasion d'un frisson. Là où, dans le monde des esprits, Green, Red et Clear demeuraient séparés, le précieux liquide cristallin paraissait ici omniprésent et sous la régie omnisciente de son propre Parlement des Vagues. C'était plutôt troublant. Sortir des sphères des âmes des guides pour entrer de plain-pied dans ce monde dangereux, où la sève et le sang pouvaient à tout moment se diluer dans l'eau pourtant nourricière. Elle eut un sourire cependant à l'idée que la Parlement des Pierres lui, avait été dissous et son pouvoir accoté à la charge de l'élémental de plantes. La terre nourricière elle, nous appartenait, jusqu'à la prochaine émergence de conscience réfractaire. D'ailleurs, cela pourrait être une approche pour déstabiliser le Swamp Thing, si cela devait en venir à de telles méthodes. Holland, puisque ce n'était lui que depuis très récemment, n'avait connu le Green que comme dépositaire des pouvoirs du minéral. Ou bien cela avait-il changé ? Son esprit lui jouait de vilains tours, à mesure que l'apport en oxygène s'insufflait dans ses poumons à nouveau pour la première fois, et que les effets du poison se faisaient jour dans ses cellules.

"Je..."

Puis le noir. Dans son inconscience, elle ne retourna pas au Green. Elle était donc encore vivante dans cette horrible enveloppe de chair et d'os. Rien, pas de rêve, pas d'hallucination, juste le néant, puis l'éveil.

"De l'eau, du soleil, des minéraux, de l'air doux. Je m'épanouirai."

Comme un code de programmation, elle avait énoncé ces vérités. Etait-ce un feedback télépathique d'avec la liseuse des esprits, dont elle ignorait tout des pouvoirs en réalité ? Lady Weeds n'avait, donc, pas les éléments pour répondre à cette question. Mais celle qui était prégnante dans son esprit lui brûlait les lèvres.

"Pourquoi m'aider ?"
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7725
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Dim 26 Oct 2014 - 18:23
Cette femme étrange et visiblement perdue ne répondit pas à sa question, mais commenta son identité d'une manière inattendue.
Une plante... c'est vrais, elle ressemblait à une plante sous cette apparence de Martien vert. Beast Boy lui avait déjà fait la remarque dans le passé, une blague liée à la couleur qu'ils partagent, alors que lui même n'a rien à voir avec le monde végétale.
Mais le ton employé par cette femme était des plus sérieux. Elle pensait vraiment qu'elle pouvait avoir des liens avec la végétation terrienne ?

« Ma forme et ma couleur ne sont pas des éléments permettant de savoir qui je suis, car je peut changer, regardez. »

Alors qu'ils marchaient en direction de l'eau, elle prit la forme d'un merle bleu et voleta le temps de quelques pas.

« Vous voyez ? Je suis métamorphe comme on dit ici, et... je ne me suis jamais métamorphosée en plante... Mais ce n'est pas le moment de jouer, on est arrivé. »

La femme dont elle ignorait toujours le nom sembla aller mieux à l'approche de la rivière.
M'gann en profita elle aussi pour boire de l'eau, cela faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas fait. Le liquide absorbé par son corps lui fit plus de bien que prévu.
Perdue dans sa honte durant des jours, elle s'était légèrement desséchée, accentuant son état de malêtre. Elle s'en rendait maintenant compte et se promis de boire plus souvent.
Elle tourna la tête pour voir si la femme profitait également des bienfaits de la rivière et la vit choir sans prévenir. Elle se précipita vers elle, affolée.

Que c'était t-il passé ? Je ne comprend pas...
Je n'ait pourtant pas vu de poison... Et maintenant son cœur est arrêté. Elle est morte. Et je suis responsable...
Encore ? Combien de fois encore ?
Je suis maudite. Ma race est maudite, m'entrave...
...

La martienne était tétanisée devant le corps inerte et sursauta quand la femme se mis à bredouiller quelques mots. Elle la pris instinctivement dans ses bras avant de libérer son étreinte, certaine que ce corps était bien vivant.

Elle semblait se réveiller difficilement, comme à mi chemin vers la sortie d'un rêve tenace et pourtant elle s'adressa directement à elle par une question, encore une fois, inattendue.

« Pourquoi ? Pourquoi ne le ferais-je pas ?
C'est ce que j'ai toujours reçue, toujours donnée... Mon... oncle me l'a appris et mes amis aussi.
Mais... vous avez faillie mourir... je suis désolée. »


« Vous voulez que je vous apporte ce que vous avez demandé ? »

Une question posée rapidement, qui en réfléchissant ensuite était assez idiote, car la femme ne demandait rien qui ne se trouvait pas ici...
Mais à qui avait t-elle donc à faire ? M'gann n'était pas ignorante, une idée lui vint, mais elle paraissait absurde. Si celle-ci la prenait pour une plante, c'est qu'elle est une plante elle même ? Elle ne put se retenir de poser cette nouvelle question qui pouvait paraitre bien stupide :

« Vous êtes une plante ? »


Bonnes fêtes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures En ligne
Invité

MessagePosté le: Lun 3 Nov 2014 - 17:14
La dame de mauvaise herbe était positivement impressionnée par les dires de son interlocutrice, qui paraissait bien connaître la biologie. Elle pouvait tout simplement employer tout son savoir non seulement pour tenter de soigner Lady Weeds, mais aussi d'après ce qu'elle disait pour changer son apparence et sa physiologie. Donc, sa couleur verte n'était peut-être pas celle de sa naissance, et en tout cas, elle ne trahissait pas vraiment une origine végétale, pas plus que sa figure ne corroborait en fin de compte une quelconque nature humaine. C'était une martienne donc, originaire d'un monde mystérieux et, pour la parlementaire plus que tout autre, vraiment inconnu. A part qu'elle en avait entendu parler au détour du Parlement des Mondes. Mais, cela ne suffisait pas d'en parler qu'elle se mit à se métamorphoser pour de bon, sous le regard vitreux de notre ex-avatar, qui ne savait décidément qu'en penser.

"Changer de forme..."

Elle avait donc suivi l'oiseau qui était une transformation de M'Gann. Une forme du Red. Apparemment elle n'avait jamais essayé de tendre vers le Green. Ce fut évidemment une déception de l'apprendre. Quelqu'un qui avait une telle ouverture pour être ce qu'elle voulait et comprendre le monde à travers diverses perceptions, et pourtant n'avait jamais embrassé les possibles de la végétation. Un instant Weeds rêva que c'était un monstre mythique, qu'il suffirait de l'occire pour prendre son pouvoir. Mais l'âge des monstres et des héros était révolu, et rien ne lui permettrait d'imiter ce que la martienne avait eu de naissance, sinon sa propre naissance dans un corps martien. Evidemment, elle avait peiné tellement pour renaître en femme, c'était hors de portée.

L'intéressée, qui avait entendu le babillage de la Dame au sujet des nutriments végétaux manifestement, se proposa pour lui apporter ce qu'il fallait. Elle savait... Elle devait déjà savoir, ou n'allait pas tarder à le deviner. Elle était très intelligente pour son âge. Enfin... Décidément c'était troublant de ne pouvoir se fier aux apparences et à la morphologie de la martienne. Les gens devraient penser ça pour ceux qui découvriraient un jour qu'elle était une plante dans un corps de femme. Elle secoua la tête, s'arrachant à ses pensées à nouveau, le corps lui-même affaibli.

"Que vous m'apportiez, non. Je ne peux pas, cette forme que j'ai n'est pas adaptée pour collecter les minéraux."

La jeune femme à la peau verte lui posa donc la question fatidique, elle était vraiment brillante. Lady Weeds savait qu'elle était en désavantage, mais c'était une lutte qu'elle ne savait pas gagner, alors autant lâcher prise.

"Je suis une plante qui s'est coincée dans un corps de personne. Une personne que je ne me souviens pas avoir été, et que j'ai pourtant été."

Elle esquissa un vague sourire, tout en se rinçant machinalement le poison qui lui colorait une part de son épiderme. Il y avait une similitude amusante entre la jeune fille faussement verte à l'extérieure, et la vieille femelle dont même l'intérieur ne pouvait plus refléter fidèlement son appartenance à la verdure. Elle essuya ses mains sur une roche, puis posa ses dix doigts sur les deux épaules de la demoiselle. Plongeant son regard dans le sien.

"Vous aussi, vous avez choisi de vivre parmi l'humanité. C'est votre famille, votre oncle, qui vous y a conduit ? J'avais une famille dans le temps, enfin j'imagine. Mais tout ça est derrière moi. J'ai la rage de vivre, c'est déjà ça."

Elle ferma les yeux pendant bien plus d'une minute. Elle serra les dents, puis les mains avant de se rendre compte qu'elles s'enfonçaient en griffant le haut du dos de M'Gann. Elle lâcha prise, rassembla ses mains devant sa bouche en marmonnant un similis d'excuses et de navrés. Ses yeux pourtant étaient rouges et humides. Elle ignorait si elle avait fait le bon choix en venant ici. Les humains ne comprendraient pas son besoin de conquérir, mais c'était pourtant son mandat contre les propres travers de l'humanités. Ils étaient tellement différents. Tandis qu'elle peinerait à arpenter la corde raide de la civilisation, eux ne cesseraient de bafouer les lois naturelles. Tout abrutis que soient certains, d'autres comme M'Gann pouvaient comprendre. Mais elle n'était pas responsable, malgré ses capacités hors du commun. Alors, Lady Weeds qui n'en avait aucune, choisirait pourtant ce chemin de responsabilité pour forcer l'humanité au repentir. Elle trouverait quelque chose pour faire refleurir les siens.

Elle tremblait de conviction, et des larmes rondes rebondissaient sur la peau à découvert de ce corps tout neuf qui semblait avoir déjà la belle vingtaine pour un humain.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7725
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 16:50
La jeune femme lui avoua ce qu'elle n'aurait jamais imaginée avant aujourd'hui. Elle est une plante dans un corps animal. M'gann était impressionnée par une telle possibilité.
C'était indétectable physiquement. Psychologiquement, elle n'oserait pas entrer dans son esprit, l'esprit d'une plante… Ses sens martiens lui permettait de ressentir l'animal comme la plante autour d'elle, elle peut capter leurs sens, leurs connexions, leurs esprits. Et l'esprit des plantes et d'une simplicité originelle. Elle n'en sont pas démunie, non, bien que la plupart des terriens avaient bien du mal à le croire, mais elle ne pensait pas qu'un tel esprit puisse manœuvrer un corps animal avec autant de réussite.
Elle avait encore beaucoup à apprendre sur la biologie terrienne. Cette rencontre inattendue piquant sa curiosité lui fit presque oublier ses soucis jusqu'à ce que la plante la questionne.

Elle parla d'elle aussi et en plus de ressentir de la compassion, la martienne senti de la proximité entre elles. Elles se ressemblaient étrangement dans leur histoire...

« Non, je ne sait rien avant mon réveil sur cette planète. Ma famille, ma jeunesse, ma culture, je ne sait rien… Je n'ai rencontré que deux autres martiens, mais ils ne sont pas comme moi.
L'un m'a recueilli et m'a enseigné la vie sur Terre et celle qu'il y avait autrefois sur Mars. Je le considère un peu comme mon ''Oncle''. L'autre a détruit toute vie sur Mars dans sa folie, il est normalement mort... »

''Et s'il ne l'est pas, alors… je ne sais pas ce que je ferais...''

Un moment de silence se déposa comme un rideau. Un moment de pause durant lequel les esprits se libéraient. Celui de la plante serra prise sur M'gann qui renforça par réflexe son épiderme pour ne pas en souffrir. Elle relâcha ses poignes au bout d'un moment et s'excusa, mais la rage contenue en elle, qu'elle avait évoquée plus tôt, n'était pas éteinte.

« Ce n'est pas grave, vous ne pouvez pas me faire de mal de cette manière... »

Mais pouvait t-elle le faire à d'autres ?
Se ressemblait t-elle aussi sur ce point ?

M'gann ne savait pas comment réagir face à cette créature terrestre jamais rencontrée. Elle n'a pas le tempérament qui le conduirait naturellement à vouloir aider cet esprit par la télépathie et sa sagesse qui lui permettrait de savoir comment le faire.
Lui avait toujours l'esprit calme, capable de calmer une telle rage, mais elle, elle empirerait la situation, probablement.

« Je suis un peu comme vous… J'ai aussi des réactions violentes. Mais je tente de les contrôler. C'est quand je souffre que je perd le contrôle et que je met en danger des personnes. Vous êtes peut être pareille ?
Vous devez enfouir vos doutes en vous même… vous trouver un endroit calme comme ici… Vous êtes ici avec vos semblables, non ? »

Elle montra d'un geste de la main la végétation de la forêt.

Ces paroles naïves manquaient de convictions personnelles, mais elle ne savait pas quoi faire autrement.


Bonnes fêtes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures En ligne
Invité

MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 23:29
A son grand étonnement, la jeune femme couleur de chlorophylle ne connaissait elle non plus rien du monde de la civilisation qui l'avait vue naître pour la première fois. C'était Mars évidemment, et non la Terre comme ç'avait été le cas pour la dame de mauvaises herbes. Quoi qu'il en soit, elle avait connu deux figures, une bonne et l'autre mauvaise. Bizarrement, Weeds fut envahie par l'image de Frère Jonah (Monk Thing) et DeWolff (Burgher Thing), dont elle n'avait pas une image aussi manichéenne. Ou plutôt si, le moine elle le détestait, il sentait le soufre et l'encens, mais tous deux avaient les mêmes qualités de négociations qu'elle-même et une force semblable en affaires. De vrais parlementaires, dommage que le Conseil Intérieur manque autant de poigne. Arriverait l'inévitable, comme sur Mars...

"Alors votre monde est mort. Et vous avez pris fait et cause pour l'humanité. Ne sont-ils pas pourtant comme ce mauvais Martien, perpétuelle réminiscence à son image, simplement capables de destruction aveugle ?"

Comment pouvait-on avoir foi en l'humanité, alors que chaque petite exaction de leur part n'était que l'action d'inconscients fratricides, cela Lady Weeds ne pouvait le concevoir. La jeune femme voulut la rassurer en précisant qu'il ne lui était nullement possible de lui causer des blessures. Ce fut une forme de déception qui s'avachit sur la parlementaire végétale, mais un rictus se dessina pour expliciter ce qui les différenciait. L'une voulait réprimait sa nature violente, et c'était une triste erreur. La Weeds serra le poing, l'agitant aux vents, malgré sa faiblesse.

"Oh, nous sommes très différentes, je le crains. Souffrir est un signe de faiblesse. Alors que la violence, le contrôle et la domination sont l'image même de la force. C'est lorsque je souffre, lorsque je me sens médiocre et inutile que les autres sont en sécurité. Croyez-moi, ne pas me craindre est leur seul salut pour le moment. Qu'ils aient conscience de ma force et alors, rien ne me retiendra plus."

Bien sûr, elle avait vaguement conscience que les règles ici ne s'appliquaient pas comme dans le Green. Savoir le pouvoir ne le rendait pas plus réel, pas pour autant qu'elle le sache, dans le monde des hommes. En fait elle n'en était que trop au courant, elle craignait que leur ignorance à son sujet soit une simple forme de lucidité. Elle n'était qu'une faible femme, rien de plus. Ce qui se cachait à l'intérieur n'avait guère d'impact sur le monde et risquait guère de l'empêcher de tourner, rouage après rouage. D'ailleurs, ce devait être ce qui avait rendu les brins d'herbe du Green si insignifiants, comme si le végétal n'était qu'un vulgaire bovin regardant passer le cheval de fer. C'en était insultant d'appartenir au même royaume.

"Sembables ? Parfois, je crois qu'ils sont à peine doués de conscience. Moi seule, et quelques autres de mon rang parmi les moins dégénérés, ai vraiment l'idée de veiller sur les miens. Damnée soit leur innocence."

Pourtant, toujours aussi nue, elle se laissa tomber dans l'herbe près du rivage, les yeux grands ouverts. Elle attendait presque un message, un rappel du Green pour cesser cette folie d'incursion dans le monde de l'humanité. Mais rien, rien ne résonna de la part des esprits guides, pas plus que de la part d'insignifiants brins d'herbe. Elle était faible et vulnérable dans cette position ; M'Gann aurait pu aisément lui écraser la trachée, ou quels que soient les organes faiblard de ce corps humain si inconnu pour elle.

"S'il y avait une réponse, on ne pourrait plus appeler ça une vocation. C'est le doute qui donne toute sa noblesse à la croisade dont on se croit investie."

Les mots sortaient en saccade comme d'énorme perles d'opale qui auraient à faire leur chemin à travers la gorge pour devoir sortir. Etre au service des siens, c'était comme répondre à la voix de Dieu, sans jamais l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7725
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Mar 23 Déc 2014 - 11:17
La femme plante avait un bien mauvais point de vue de l'humanité, ce qui n'était pas si surprenant.
La martienne était bien au courant du mal considérable que des terriens pouvaient infliger aux plantes et aux autres animaux surtout ces dernières décennies et qui provoquait pas moins qu'une extinction massive d'espèces vivantes à la manière d'une glaciation. Ceux qui avaient le moins d'empathie avaient le plus de pouvoirs, mais ils ne sont pas les plus nombreux. J'onn, seul mais sage, ne méprisaient pas les humains aux comportements si égoïstes en les comparant à sa propre essence, il leur faisant confiance pour subir et dépasser les crises et les erreurs, malgré les souffrances perpétuées. Il adoptait la philosophie de l'espoir et de l'apprentissage de Superman qui n'était pas une exclusivité extraterrestre, car il y bien longtemps un terrien avait prononcé ces mots qui la résumait si bien :
''Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours.''
Après tout l'humanité primitive et si respectueuse et pleine de sagesse que sa simple survie, bien que menacée par la folle machine moderne, permet de garder cet espoir possible. Le développement avait détruit Krypton, mais les terriens pouvaient emprunter un autre chemin.
M'gann avait rencontré un peuple premier de nombreuses fois en Australie, les aborigènes, et c'était liée d'amitié avec certain. Elle se rendit soudainement compte, qu'elle n'était jamais revenu les voir, alors même que certains de ces amis aussi sages que J'onn ou Superman avaient peut être les réponses à ces questions...

La femme l'a surpris ensuite par ses paroles dures, presque cruelles. Elle avait l'impression d'entendre parler un homme justement, gonflé d'amour propre et de supériorité. Les plantes pouvaient donc leur ressembler ?
Était-ce un exutoire pour sa souffrance qui lui faisait honte puisque signe de faiblesse ? Ou le choc des consciences végétales et animales, sa situation si singulière, faisait d'elle une mauvaise graine par nature ?
Mais comment pouvait-elle la juger de la sorte ?... Cette plante dans un corps de femme, une incarnation qu'elle n'avait jamais rencontrée.

Mais elle n'était pas seule. Elle le précisa, toujours sur ce ton violent que M'gann constatait, mais ne pouvait approuver personnellement. Finalement sa force lui octroyait à elle aussi du mépris.
M'gann ne pu se sentir autrement que déçue.

« Une croisade ? »

« Ce mot humain n'évoque pour moi que guerre, sang et folie, mais absolument aucune noblesse. Quelque soit cette vocation qui vous anime si elle nécessite violence et domination comme garants de votre force, alors vous participerez à salir l'histoire comme l'ont fait ces hommes, plante ou animale que vous êtes.
Je pourrais faire de même, je devrait faire de même. Ma nature et ma situation ont de quoi me rendre violente, mais je refuse.
Mon ''Oncle'' m'a enseigné l'empathie qui par son absence dans le cœur de l'autre martien, l'a conduit à détruire sa planète. Faire le choix d'apporter plus de bien aux autres qu'a soit même, c'est pour moi une force plus grande et plus noble.
Et cela même s'ils ne le méritent pas, s'ils ont emprunté cette voie de la violence.
Ils peuvent changer, ils ont le choix... »

« On a toujours le choix. »


Bonnes fêtes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures En ligne
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Meet the Green [Lady Weeds]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour une poignée de briques [PV: Cyborg; Lady Weeds]
» Tiger Meet 2010 Spotter's Day
» Sir Cosmo et Lady Duff Gordon
» Lady Diamand, Kate Von D et d'autres [Tatouage]
» Total Green Theme by Nokialino

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis-