Conférence exceptionnelle (Daniel Crow - Poison Ivy)

Invité

MessagePosté le: Sam 27 Sep 2014 - 11:32
*L'Université de Gotham City
vous invite ce soir pour une conférence
sur l'écologie environnementale et pour son projet
innovant de transition écologique financé par les
Entreprises Wayne.*

Des délicates lunettes chaussées sur son nez, ses cheveux longs et bouclés réunis en un chignon stricte qui laissait quelques mèches indisciplinées encadrer son visage, Poison Ivy s'avançait vers l'entrée de l'Université de Gotham. Université où elle avait fait ses études, quelques années auparavant. Quelques années qui lui avaient semblé une éternité. Université où Pamela Isley avait trouvé la mort et où Poison Ivy était née des décombres d'une vie brisée, parmi les débris de verre et d'acier. Des gardes du corps à l'entrée, espéraient-ils vraiment que Wayne pointe le bout de son nez pour venir assister à une cérémonie bien pensante que son entreprise finançait sans lui en tenir mot ? Bien sûr qu'il n'était pas au courant, le milliardaire écumait les soirées mondaines sans s'occuper de la Wayne Entreprise dirigée par un ramassis de vieillards oligarques et intouchables. Ivy referma son trench kaki autour d'elle, en ceignit la ceinture, et continua à avancer dans la file de foule toujours plus nombreuse. Si seulement ils venaient pour l'environnement et non pas pour se faire bien voir par la haute société. Les talons qu'elle portait l'handicapait plus qu'autre chose, peu habituée désormais aux tenues mondaines et à la mode de Gotham. Une de ces armoires à glace qui servait de videur l'arrêta, lui demandant son invitation. Elle lui tendit celle qu'elle avait récupéré sur un homme plus tôt, homme qui allait se réveiller avec un mal de crâne, et avec un peu de chance, une Gotham envahie par les plantes et herbes folles. "Allez-y, entrez professeur Isley. Siège 24B." L'homme ne devait pas être un illustre inconnu pour avoir une place aussi proche de la scène de l'amphithéâtre. Son ancien laisser-passer semblait encore fonctionner sur les gorilles de l'entrée. L'avantage avec Pamela Isley était sa discrétion et son invisibilité, peu étaient au courant de sa disparition tragique dans le ventre fétide de l’égoïsme humain.

La conférence débuta avec les remerciements d'usage. Aux professeurs ici présents. Aux entreprises Wayne. Bah voyons, entreprises qui s'amusaient à déverser dans plusieurs fleuves des pesticides qui détruisaient sur leur passage plantes et végétaux. Aux intervenants, dont le maire qui Gotham qui avait fait l'honneur de venir. Ou de traîner ses fesses pour bien se faire voir, selon Ivy. Mais elle prit son mal en patience, assise sur son siège inconfortable et en plastique, écoutant le discours insipide des professeurs émérites qui pensaient connaître la Nature parce qu'il l'étudiait. Elle quitta ses chaussures inconfortables, libérant ses pieds du dictât de la beauté qu'imposaient les hommes. Mais elle n'y tenait plus. Le représentant des Entreprises Wayne venait d'arriver sur scène, vêtu d'un costume trois pièces, un sourire respirant les faux-semblant sur le visage. Il commença à remercier les organisateurs de la cérémonie, soulignant le rôle vital de la planète pour les Hommes. Une vie que désirait conserver Wayne Entreprise à travers leur politique de sauvegarde de la planète et la nouvelle formule de carburant bio et vert qui ne rejetait aucune particule et leur technologie solaire ultra-performante. Le sang battait aux tempes d'Ivy qui avait de plus en plus de mal à se contenir. Elle voyait les arbres se faire abattre pour que ces entreprises puissent planter des champs immenses de bio-carburants, elle voyait les usines de technologie solaire enterrer les matériaux non recyclables et les rejets de leur confection. Se rendaient-ils seulement compte de l'empreinte de leur fausse bonne volonté ? Une politique verte qui n'avait de but que de redorer l'image de Wayne et d'engranger des fonds et des aides gouvernementales.

Déchirant la toile sur laquelle étaient projetées les illustrations des nouvelles entreprises écologiques de Wayne, une épaisse liane végétale s'empara du représentant en costume tandis que toutes les portes se fermèrent et qu'un mur végétal les recouvrait. Ivy se leva dans une assistance paniquée, les sièges qui barraient son passage écartés à grand coup de soulèvement végétal. Elle détacha ses longs cheveux roux, enleva son manteau kaki laissant apparaître sa tenue végétale et s'empara du micro abandonné par l'orateur. "Mesdames, messieurs, excusez moi du désordre, mais je ne saurai supporter un mot de plus de la part de ces menteurs." Armée d'une clé-USB, elle fit défiler les véritables images des conséquences des entreprises Wayne. Fleuves pollués, arbres abattus, pesticides, décharges. Des photos d'animaux fuyant leur domicile naturel étaient diffusées tandis qu'elle reprenait: "Je suis Poison Ivy et certains d'entre vous me reconnaissent." Clin d'oeil vers le doyen de la faculté qui était blanc comme un linge. "Vous allez assister à un petit cours de rattrapage tandis que mes amies les ronces ici présentes vont récupérer vos téléphones portables et autres moyens de communication. Ne leur cachez rien, elles sont très susceptibles." Le sol se mit à trembler tandis que d'épaisses ronces vinrent percer sa surface et encadrer la foule des spectateurs. La salle ressemblait déjà à une jungle luxuriante et florissante. Des plantes poussaient sur les murs tandis que des fleurs épaisses et larges s'ouvraient et diffusaient des phéromones neurotoxiques. Bientôt, elle aurait une foule de représentants sous ses ordres qui allaient appliquer la juste défense de la nature et détruire les entreprises Wayne. Et elle, elle serait déjà loin. Très loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 3 Oct 2014 - 21:34

L'ambassade du Canada. Comme toutes les autres, ce n'est finalement rien de plus qu'une immense bâtisse dont l'entrée est cernée de colonne magistrales, et dont l'intérieur est affublé de bureaucrates serrés à outrance dans leurs costumes trois pièces fabriqués en Italie. En soit, tout ce ramassis de bien-pensant niais jusqu'à l’existence de Daniel lorsqu'il poussa la porte. Les lumières tamisées émanant de lampes aux couverts anis éclairaient avec dégoût l'homme qui s'approcha du comptoir d'entrée. L'accueil, ou plus communément appelé, le renvoi au point de départ pour ceux qui ne sont pas invités. Une femme, chignon strict et tailleur gris, oreillette en plus adressa un regard réprobateur à la tenue du Canadien. Comme à son habitude, il portait sa tenue de policier, et la couleur rouge semblait être un peu trop criarde au goûts de ceux qui travaillaient ici.

- Monsieur ?
- Je suis attendu.
- Votre invitation je vous prie.


Ouvrant sa veste, Daniel fouilla dans la poche intérieure et en sortir une enveloppe cachetée. La tendant à la femme, il regarda autour de lui. Plus personne ne semblait travailler, eux seuls étaient encore présent dans l'entrée, et sans rien ajouter de plus, la secrétaire l'invita à patienter dans la salle contiguë. Obtempérant, le Dark Crow alla s'asseoir sur un fauteuil de velours noir et entreprit de feuilleter un magazine de mode totalement somnifère. Tournant les pages unes à unes, il finit par arriver au bout de ce ramassis de ragots et autres inepties décrivant la vie des héros Américains. Pour Daniel, tout ce qui était écrit l'avait été fait à l'eau de rose... Tous les défenseurs des USA le savaient, rien n'était aussi beau et rose que ce qui était écrit dans ces pages.

Au final, et après avoir tournée plusieurs centaines de pages soporifiques, un homme chauve au visage aussi antipathique qu'au sourire absent lui dit de le suivre. Daniel se leva et le suivit, les mains dans les poches, nonchalant. Les couloirs s'écoulèrent les uns après les autres, disséminant à chacun de leurs pas des bureaux aux portes fermées, des tableaux représentants les précédents Ambassadeurs du Canada en ces lieux, voir même des personnalités ayant vécues quelques jours ici. S'arrêtant devant une porte gigantesque, dont les contours fais de dorures et de masques vénitiens insultaient avec ferveur la misère de la citée dans laquelle l'ambassade se tenait. Pestant intérieurement contre tant d'inégalités, Daniel pénétra dans la pièce.

Affalé plus qu'assit sur son fauteuil de cuir, l'homme sans âge jouait avec une perle qu'il faisait tourner entre ses doigts. Un sourire amusé sur le visage et des yeux aux couleurs de brume, il proposa à Daniel de venir s'installer en face de lui. Faisant cela, le Canadien apprécia la décoration qui lui rappelait son pays natal. Un petit Canada au plein milieu de Gotham. Mais ce n'était pas le moment pour se laisser aller à ses divagations et ses souvenirs. Si le Dark Crow avait été appelé ici, ce n'était pas pour rien. Il voulait savoir pourquoi l'ambassadeur avait fait appel à lui.


- Mister Crow ! Bienvenue à Gotham City !
- Merci...
- Je ne vais pas passer par quatre chemins, j'ai besoin de vous comme garde du corps.
- C'est une blague ?
- Pas le moins du monde Mister Crow, j'ai une présentation très importante à l'Université de Gotham, une sorte de meeting payé par les entreprises Wayne.


Le nom de Wayne Enterprise fit tiquer Daniel. De ce qu'il en savait, le propriétaire de cette magistrale entreprise, était autant mécène que gentleman charmeur. Vu le nombre de concubines qu'il avait eu, il ne devait pas réellement s'inquiéter à ce qui se passait sous ses pieds. Pas plus que ce que vivaient les habitants de Gotham... A moins bien entendu qu'il se trompait grandement ; quoiqu'il en soit, le Canadien manqua de se lever et de quitter la pièce sans dire un mot. Néanmoins,  la proposition d'aide de la part de l'ambassadeur pour sa famille le fit accepter. Depuis quelques temps, ses parents avaient du mal à joindre les deux bouts. Et même s'il tentait de les aider, la vie n'était plus la même depuis l'arrivée de Lex Luthor au pouvoir aux USA... De plus, les répercutions au sein du Canada laissait un goût amer aux classes moyennes. Son choix venait d'être fait. Daniel devait donc se rendre à l'Université dans trois jours, le temps pour lui de trouver un costume et de déguiser en pingouin...


***


Voilà don qui était fait, une tenue sobre et noire, un nœud papillon lui enserrant le cou et lui écrasant la glotte, Daniel faisait le pied de grue au pied de l'estrade. L'un après l'autre, les scientifiques parlèrent des avancées technologiques qu'avaient faites les Entreprises Wayne, et ce fut au tour de l'ambassadeur de monter les marches. Ce dernier avait été nommé « honoris causa » pour son l'aide financière offerte par le Canada pour ces recherches, ainsi que la main d’œuvre venue du pays du Nord. Jetant de rapides coups d'oeil ça et là, Daniel observait les invités. Tous, ou presque, n'étaient présent que pour se montrer, d'autres, la minorité semblaient boire les paroles de l'homme comme s'il s'agissait d'un nectar venu des Dieux.

Mais quelque chose n'allait pas, le Red réagissait à une présence en particulier. Quelqu'un ou quelque chose utilisait le Green. Après sa rencontre avec Lady Weeds, le Dark Crow avait apprit à sentir les mouvements qui se faisaient dans le ventre de Mère Nature. Pourtant, personne ne paraissait avoir un quelconque lien. Pourtant, alors que l'ambassadeur venait de laisser sa place au doyen de l'Université le Green se présenta bel et bien à Daniel.

Des lianes sortirent du sol, déchirant la toile sur laquelle était projetée les images, les portes se refermaient, empêchant une quelconque fuite de la part des invités. La panique prenant le pas sur la conscience, les femmes et hommes commençaient à se bousculer, se marchant même dessus. Alors que Daniel tentait de défoncer une porte, une liane couverte d'épines le rejeta sur un autre vigile. Malgré le brouhaha environnant, une voix se fit entendre. Douce et suave à la fois, elle était particulièrement agréable... Une voix de sirène... Secouant la tête afin de se remettre les idées en place, Daniel sortit son revolver et tira sur une des lianes qui se rétracta avant de disparaître dans le sol.


- Je doute que vos « amies » ici présentes ne soient réellement capable de cela... (Daniel s'approcha de l'estrade, esquivant et sautant par dessus les ronces.) A moins bien entendu qu'elles ne veuilles perdre leur maîtresse...

Pointant son arme sur le femme aux cheveux roux, le Dark Crow se retint de faire immédiatement appel au Red et aux Ombres. Les invités ne devaient pas êtres au courant du lien qu'il possédait. Pas plus que l'ambassadeur. Si elle voulait apprendre quelque chose à autrui, ce n'était certainement pas en usant de la force qu'elle y arriverait... Tout du moins, pas avec eux. La peur était certes un moteur infaillible pour faire avancer les gens, mais pas pour leur apprendre quoique ce soit. Les humains n'étaient pas tous des destructeurs, pas plus que la nature devait être mauvaise, c'était ce que Daniel avait réussi à apprendre aux côtés de Lady Weeds.
Revenir en haut Aller en bas
 

Conférence exceptionnelle (Daniel Crow - Poison Ivy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Daniel Osborne (Oz)
» [Pennac, Daniel] Comme un roman
» Apicitou de Daniel Sebban
» Journée exceptionnelle en région Chartraine
» offre exceptionnelle diapos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Université de Gotham-