Un petit poisson en cage [PV Tula]

Invité

MessagePosté le: Dim 5 Oct 2014 - 17:44

Provence, France

Alors que le soleil de la garrigue délaissait peu à peu sa robe d'or pour emprunter aux flammes d'une chandelle sa tenue, que la végétation bruissait doucement sous la brise marine, et que la terre s'humectait les lèvres d'une salinité légère, l'air vibra au sommet d'un petit tumulus naturel. Cela ne dura que quelques secondes, mais eut comme étrange effet de laisser quelqu'un apparaître. Ce quelqu'un, assez fin et grand, portait une chemise blanche boutonnée jusqu'au cou, une veste de costume noire, un pantalon noir des plus classiques et une paire de mocassins cirés.
Son visage, halé, était mangé par une barbe noire imposante, mais maîtrisée, et des cheveux de la même couleur qui arboraient une coupe assez particulière.

Pendant de longues minutes, il ne bougea pas, profitant du soleil couchant et de l'atmosphère des lieux. Les odeurs, les visions, les sons, tout le captivait. Il aimait cet endroit, qui voyait se rencontrer terre, mer et air. Les vagues de cette eau bleue presque azur se déroulaient comme autant de rubans vers des roches à l'apparence rude, mais qui, avec le temps, se laissaient caresser et émietter par la sensualité de l'eau.

Ici, loin de tout, des héros et des criminels, des plans et des batailles pour la domination du monde, il faisait bon vivre. Wotan le sentait, Wotan le savait.
Parfois, il se disait que si tout devait se terminer un jour, et ce malgré ses immenses pouvoirs, il aimerait venir vivre à cet endroit. Il pourrait réfléchir, il pourrait se reposer, il pourrait, peut-être, vivre un peu.

Mais le moment n'était pas venu pour ses pensées parasites. Le présent et le futur n'attendaient jamais, il fallait aller les saisir avant les autres, se battre continuellement avec une force de volonté et un désir de victoire terrible. Seules ces armes là permettaient de remporter la partie.

Ainsi ressourcé, le sorcier s'apprêta à partir quand il aperçut, en contrebas, près de l'eau, quelqu'un. En soi, ce n'était pas exceptionnel de trouver des gens en Provence. Ce qui interpela Wotan, cependant, était la manière dont cette personne était apparue: elle venait de sortir de l'eau, sans véritable signe avant-coureur de son arrivée. Intéressant. Mettant de côté ses petits projets, il décida de laisser sa curiosité prendre le dessus.

D'un geste de la main, il s'éleva d'une cinquantaine de centimètres dans les airs, et se dirigea vers cette nouvelle venue. Plus il s'en approchait, plus Wotan put la détailler. Une jeune femme aux cheveux roux, de petite taille, très fine, vêtu non pas d'une tenue de plongée, mais bien de vêtements atlantes. La surprise saisit l'être millénaire. Que pouvait bien venir faire une représentante d'Atlantis ici, en France, seule ?

Silencieusement, le magicien laissa ses pieds rejoindre la terre, et se mit à s'approcher à pas légers de la fille de l'océan. Il ne voulait pas l'effrayer: le rôle des méchants terrifiants, sadiques et machiavéliques allaient à bien d'autres criminels que lui. Non, juste quelques questions suffiraient (à savoir que le quelques de Wotan allait de trois à mille trois cinquante cinq). Si jamais elle s'enfuyait, le sorcier n'aurait qu'à l'immobiliser le temps de la discussion. Après tout, il avait tout son temps, contrairement à un atlante hors de l'eau.

Derrière eux, le soleil continuait sa course descendante. Ses rayons se teintaient désormais d'un joli rouge sang, agréable à l'oeil. La mer reflétait les lumières chatoyantes du coucher de l'astre solaire, et la terre se colorait de jaune, de rouge et d'or.
Enfin, Wotan s'arrêta cinq mètres derrière elle, se tint droit, croisa les mains dans le dos, et se racla la gorge avant de commencer à parler de sa voix grave, douce et sophistiquée:

- Bonsoir mademoiselle. Ne trouvez-vous pas que l'air marin de ce soir est fort agréable ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 6 Oct 2014 - 6:16
Il faisait encore jour en surface, c’était un péché mignon de la princesse atlante d’aller voir si en haut avec la lumière vive les choses et les couleurs étaient différentes. Bien sûr elle faisait ça après ses heures de garde et s’arrangeait pour être libre de longues heures pour pouvoir contempler au mieux la nature surfacienne.
Tout cela était nouveau pour elle au départ elle ne cherchait rien sur terre à part peut-être aider son Roi et se rendre utile sur terre à défaut d’Atlantis. Maintenant elle avait une place d’importance, elle protégeait le royaume dans l’armée on la voyait moins comme la batarde et c’était déjà pas mal. Pourtant elle ressentait le besoin impérieux parfois de remonter et de profiter des paysages sur terre.

Cette fois ci lords d’un détour en méditerranée qu’elle avait fait escale, façon de parler, pour inonder ses yeux des merveilles de la cote. Celle qui n’était pas encore bétonnée mais sauvage et isolée. L’atlante sorti pleinement de l’eau et apprécia le sable sec sous ses pieds ainsi que les embruns portés par la brise marine.

Alors que l’atlante savourait tranquillement la solitude et les odeurs de ce lieu, une voix l’interrompit pour lui demander si effectivement elle appréciait ce moment. Tula voulu se retourner vertement et chasser l’opportun d’une pique acérée mais se reprit, Quelque chose n’allait pas dans cet homme. Ce n’était pas son physique qui sans être spécialement dérangeant n’avait rien de particulièrement imposant… à part peut-être sa barbe. Etait-ce sa posture ? Ou son phrasé qui ne semblait pas a sa place avec le lieu sinon la troisième option serait bien de la présence magique qu’elle sentait en lui, forte et enveloppante même si elle n’était pas pour le moment spécialement agressive. Mieux valait agir avec prudence…

« En effet c’est agréable bien que le fond de l’air soit frais, je vais vite me rhabiller avant d’attraper froid »

Pieu mensonge que voilà, car sa physiologie atlante lui permettait de supporter des températures bien plus extrêmes qu’une malheureuse chute de quelques degrés mais cela suffirait peut être à berner l’opportun même si elle n’y croyait guère autant donner le change, il c’était montré courtois autant rester courtoise et filer à l’anglaise promptement. Si la magie qu’elle sentait provenait de lui, l’inverse pouvait être vrai et elle ne se sentait pas en jambes pour une petite danse, même l’envie n’y était pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 8 Oct 2014 - 21:06
- En effet c’est agréable bien que le fond de l’air soit frais, je vais vite me rhabiller avant d’attraper froid.

La petite ingénue. Elle essayait de le confondre en se faisant passer pour un être humain. N’importe qui serait tombé dans le panneau, mais pas Wotan. Il savait quelles étaient les caractéristiques principales des Atlantes.

- Voyons mademoiselle, ne vous a-t-on pas a­­ppris les bonnes manières à Atlantis ? Ne pas mentir ? Non, personne ? C'est fort dommage.

D'un geste de la main, il usa de son pouvoir. Une sphère violette entoura Tula, la soulevant dans les airs, à trois mètres du sol, l’emprisonnant dans un champ de force magique. Elle était désormais la prisonnière du sorcier, sa vie reposant totalement entre les mains pâles de l'être millénaire. Cependant, cela le gêna d'avoir recours à de tels traitements: c'était loin de ses habitudes. Il préférait nettement mener un débat constructif avec des gens consentants, plutôt que de réagir de la sorte et mettre fin à toute tentative de coopération commune.
Il sentait néanmoins que s'il ne l'avait pas fait, la jeune femme aurait fui. Or, Wotan avait des choses à demander à une Atlante. Beaucoup de choses importantes au bon suivi de ses plans et de ses projets.

- Veuillez m'excuser de ce petit désagrément, mademoiselle. Je suis fort désolé de devoir vous l'imposer. Mais rassurez-vous, cela ne durera que le temps d'une petite discussion, et vous serez de nouveau libre.

En parfait hôte, courtois, élégant, Wotan se posa sur un rocher en croisant ses mains sur ses jambes. Il sourit poliment à la captive, se frotta doucement la barbe, et se tut. Puis il se releva avec une précipitation toute relative, et reprit:

- Pardonnez mes manières, très chère amie. J'ai oublié de me présenter.

Le sorcier fit une légère courbette, et inclina la tête, le bras collé contre son torse. Son costume se lissa légèrement sous le mouvement.

- Je suis Wotan. C'est une joie de vous rencontrer, très chère. Comme vous devez l'avoir deviné désormais, je suis un sorcier.

Il se redressa et continua:

- Si vous vous trouvez en mon pouvoir en ce moment, ce n'est point pour signifier une quelconque agression envers votre beau peuple, comprenez le bien. Voyez plutôt cette situation comme une rencontre fortuite avec l'émissaire d'une autre puissance.

Wotan sourit tout en marchant de droite à gauche, face à la sphère d’emprisonnement.

- Oui, c'est cela, une autre puissance.

Le sorcier avait répété cela avec un léger rire, comme s'il trouvait l'idée et les termes employés amusants, comiques. Il fallait dire que considérer la Secret Society comme une force politique était assez ridicule. Mais pas si éloigné que ça de la réalité.

- Ainsi donc, j'aimerais que vous me parliez quelques peu des relations qu'entretient Atlantis avec le monde extérieur, qui en est le Roi, et surtout comment a évolué le Royaume ces 30 dernières années. Quelle direction politique a-t-il suivi ? Quelles valeurs défend-t-il ? Et ne vous gênez pas pour parler, j'ai tout mon temps.

Wotan se rassit sur son rocher, laissant ses derniers mots empreints d'une autorité certaine parvenir aux oreilles de Tula. Il voulait savoir, et il saurait. Ce n'était pas plus compliqué que ça. Arès tout, il était un sorcier: il pouvait extraire ce qu'il voulait de l’esprit des gens. Et généralement, c'était douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 9 Oct 2014 - 18:17
L’atlante n’avait pas prévu ça, bien sur au pire des cas elle s’était attendu à fuir plus vite que son ombre voire même a échanger deux trois coups, mais malheureusement non seulement son mensonge n’avais pas pris sur son interlocuteur mais il avait immédiatement riposté en l’entourant d’une bulle magique, évidemment elle n’avait pas anticipé ce coup là et se retrouva prise au piège.

Elle testa vaguement la solidité de son confinement magique, d’abord avec sa force d’atlante qui ne fit qu’onduler doucement la surface de sa prison, ensuite en utilisant sa magie qui sembla donner plus d’effet sans néanmoins qu’ils soient véritablement probants.

Tula se viderait de toute énergie avant même d’éclater sa bulle.

Mais il s’excusa de ses manières et avec une certaine distinction se présenta tout en expliquant que son geste ne devait pas être perçu comme une agression mais comme une sorte de rencontre fatidique entre deux émissaires.

Tula n’était pas spécialement le genre à s’énerver, plutôt du genre placide elle supportait beaucoup de choses, comme les regards en coin les insultes détournées ou non mais elle en avait toujours pris son parti et avec son entrainement dans l’armée atlante elle savait qu’il ne fallait pas se laisser guider par ses émotions mais plutôt les juguler pour mieux les utiliser après. Les laisser l’envahir et déferler comme une vague furieuse qui emporterait tout sur son passage.

Aussi pour l’instant Tula n‘était qu’agacée par les propos du sorcier mais cela grimpait doucement.

- Parce que vous enfermez régulièrement des personnes dans ce genre de piège ? Vous n’aurez ni mon nom, Sorcier, ni rien de moi alors ne gaspillez pas votre salive…Je ne suis pas de celles qui trahissent leur peuple..


La plus stricte vérité, jamais Tula ne dirait quoi que ce soit, jamais elle ne ferait quoi que se soit qui pourrait nuire à la réputation ou a la sécurité d’Atlantis. On pouvait la traiter de beaucoup de noms, mais traitre n’en faisait pas partie.


- Maintenant libérez moi de cette bulle et peut être je serais suffisamment magnanime pour vous laisser partir sans trop de dégâts.
Un second moment rare pour Tula qui faisait preuve d’autorité, mais pas celle d’un supérieur face à ses subordonnés, mais celle d’une lignée supérieure, royale. Wotan n’avait pas ferré un petit poisson….
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 10 Oct 2014 - 22:30
Rares étaient les personnes capables de défendre leur patrie de la sorte, quand leur vie était menacée. Et cette jeune Atlante semblait faire parti de cette élite courageuse et vertueuse. Même si Wotan admirait cela, ses plans n'en étaient pas arrangés. Bien que pour lui, ces informations semblaient banales, cette fille prenait tout beaucoup plus à cœur, au point qu'elle en vint aux menaces. Elles ne firent ni chaud ni froid au sorcier, qui se contenta de les écouter placidement avant d'y répondre:

- La magnanimité ne peut s'appliquer qu'associée au pouvoir. Sans pouvoir, nulle possibilité de se montrer généreux et bon. Dans le cas présent, vous êtes dépourvue de pouvoir, mademoiselle. Vos menaces n'ont donc pas lieu d'être.

Wotan acheva ses paroles avec un sourire franchement amical. Il trouvait cette petite amusante, fière, une vraie guerrière, et malgré ses affinités avec des arts magiques plus délicats, il appréciait ce type de comportement. Il témoignait d'une vraie force intérieure. Le sorcier respectait complètement cela. C'était cependant contre-productif. La contre-productivité ne devait pas pointer le bout de son nez fourbe.
Le magicien fit bouger ses doigts, ce qui eut pour effet de réduire le diamètre de la sphère magique qui emprisonnait Tula. Afin de tenir dedans, la prisonnière dût nécessairement se recroqueviller.

- Allons, très chère, ne me forcez pas à vous faire du mal. Je ne cherche pas des informations confidentielles sur votre peuple, mais bien l'état des relations entre le monde de la terre et le monde de la mer, rien de plus.

Hum... si cette jeune femme refusait de parler politique, sans doute était-ce parce qu'elle en savait trop ? Était-elle finalement une bonne prise ? Wotan qui pensait avoir ferré un maquereau se serait-il retrouvé avec un espadon ? Son sang était-il bleu ? Évidemment, cette dernière question n'était que rhétorique, et jamais il n'irait réellement vérifier.

- Mais puisque vous ne voulez pas parler de cela, abordons d'autres sujets. Nous avons tout notre temps, après tout.

Toujours sans se lever de son rocher, le magicien se lissa la barbe.
Le soleil achevait de se coucher, laissant peu à peu une place d'honneur à la lune. Ses rondeurs argentées se montraient peu à peu, arborées fièrement en signe de beauté. Avec un haussement de sourcils, Wotan se mit à déclamer en français, tout en fermant les yeux:

- Lune, en notre mémoire,
De tes belles amours
L’histoire
T’embellira toujours.

Et toujours rajeunies,
Tu seras du passant
Bénie,
Pleine lune ou croissant.

T’aimera le vieux pâtre,
Seul, tandis qu’à ton front
D’albâtre
Ses dogues aboieront.

T’aimera le pilote
Dans son grand bâtiment,
Qui flotte,
Sous le clair firmament !

Et la fillette preste
Qui passe le buisson;
Pied leste,
Et chantant sa chanson.


Il se tut, et rouvrit les yeux.

- Paul Verlaine, un poète français.

Un petit temps passa durant lequel le sorcier se tut. Puis, il se reprit et cligna des paupières.

- Bien, où en étions-nous ? Ah, oui, les relations Atlantis-Surface.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 11 Oct 2014 - 3:30
Tula n’aimait pas du tout ce qu’il se passait, pas du tout, bon le côté enfermement passe encore l’interrogatoire aussi le sorcier mégalomane qui se la joue délicat et raffiné ok ca la change de la plupart des brutes atlantes. Mais pourquoi fallait-il qu’il s’intéresse à Atlantis, elle n’aimait pas ce sujet. Elle pouvait parler de la flore et de la faune sous-marine, lui faire une démonstration de pouvoirs. Mais non le thème du jour par le sorcier était les relations sous-marine versus surface. Joie

Mais la réplique qu’elle avait formulée ne plut pas du tout au sorcier qui lui rappela sa position et le fait qu’elle était à sa merci, pour prouver ses dires ce dernier réduit la bulle et Tula dut presque se mettre à genoux pour continuer à tenir dedans . Etrangement l’atlante qui avait déjà testé la solidité de son piège ne voulait pas savoir ce que ce dernier ferait en contact trop prolongé. Surement pas du bien.

- Je ne vous force en rien, vous avez le choix ici, plus que moi de me faire ou non du mal quelque sera votre choix vous ne saurez rien des Atlantes…?


Parce que bon quitte à se répéter autant faire passer correctement le message, c’est si difficile à croire pour tout le monde que la princesse Atlante n’est pas une traitre ? Ah oui son frère et belle maman reine d’Atlantis…elle n’était pas responsable du coup d’état d’Orm et y être associée de près ou de loin l’agaçait profondément, même si de toute évidence le Sorcier ne devait strictement rien en savoir.

Un instant la rousse fut tentée de croire que son ravisseur allait oublier le sujet et se consacrer à d’autres thèmes….Mais il était aussi fourbe que sa barbe puisqu’après avoir déclamé un poème qui la laissait très perplexe et l’avait prise un peu à contrecoup, elle haussa un sourcil qui pouvait refléter quelque part l’interrogation immense que suscitait la scène et le personnage sous ses yeux

- …Enchanté de faire sa connaissance…?


En même temps que répondre face à ce genre de scène ? Il n’y avait rien de logique là-dedans rien pour expliquer ou justifier ce comportement…Tout de même Tula avait été polie, gentiment elle avait attendu qu’il finisse.

- Vous êtes un surfacien vous êtes donc au courant des relations atlantes avec le « dessus » non ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 19 Oct 2014 - 19:19
Malgré une inquiétude certaine, la jeune Atlante ne semblait pas plus pressée que ça de donner des informations. Même, elle tenait tête au grand sorcier, ne se gênant pas pour le menacer depuis le début de la "rencontre". Bien évidemment, il n'y prêtait pas attention. Seul celui qui avait le pouvoir et la possibilité de dominer pouvait tenir correctement sa parole. Ceux qui ne pouvaient pas bluffaient, et ce depuis des millénaires. C'était une loi immuable de l'Humanité, et pas que, preuve étant que les Atlantes usait aussi de ruse. Wotan devait avouer qu'il trouvait amusant de décrypter ces comportements, de les analyser, et de voir s'il avait raison, au final. Car malgré tout, il restait toujours une grande part d'imprévisibilité dans les profondeurs de l'esprit.

Ici, en dehors de l'eau, loin des embruns rafraichissants de l'océan, des vagues salées et des fonds marins verdoyants, Tula était totalement à la merci du mage. Et à moins qu'elle ne soit totalement embrigadée et persuadé de la supériorité absolue de sa race, elle le savait aussi. Eh bien soit, Wotan irait extraire l'information du cerveau même de la jeune fille. Ce serait long, douloureux, et le sorcier s'en voudra, mais s'il n'y avait pas d'autre choix...
L'extraction de données d'un esprit était ardu, et risquait de prendre plusieurs heures, en fonction de l'enfouissement du savoir et des connaissances. Il valait mieux commencer dès maintenant.

Sans écouter la moindre des paroles de l'Atlante, le magicien sous couverture fit s'approcher la sphère de lui d'un excentrique mouvement de la main:

- Eh bien, je suis navré de devoir en arriver là, très chère, mais vous ne me laissez pas le choix. Moins vous vous débattrez, moins les séquelles seront lourdes. Peut-être parviendrez-vous à remarcher un jour. Peut-être.

Wotan fit un mouvement sec du poignet et des filaments magiques jaillirent dans la sphère pour se fixer sur le crâne de Tula. Puis, ils se mirent à pulser, tandis que le maître de cette magie entamait ses recherches. Il attaqua rapidement les barrières spirituelles de son "invité", cherchant à les briser d'un assaut, d'un seul. Il y réussit, et n'eut pas à gratter longtemps pour trouver une information essentielle, qui allait lui permettre de débloquer la situation sans pour autant faire beaucoup de mal à l'Atlante.
D'un nouveau mouvement de doigts, le sorcier fit se rétracter les filaments dans la sphère, et reprit comme si de rien n'était:

- Finalement, Votre Altesse, il ne sera pas nécessaire d'aller plus loin. Vous pourrez conserver l'usage de vos jambes, et j'en suis ravi.

Après tout ce temps, il se leva de sa pierre, et s'abaissa pour accomplir une légère révérence qui n'avait rien d'ironique. Il se trouvait en compagnie d'une sang-bleu. Certes, une bâtarde, mais dont les veines étaient teintées de royauté.

- Néanmoins, j'ai encore besoin de votre aide. Je ne peux donc pas vous remettre à l'eau comme un vulgaire goujon, ni vous garder ainsi. Cela ne conviendrait pas avec votre statut. C'est pour cela que j'ai l'insigne honneur de vous mener à ma demeure, où des émissaires de votre peuple viendront vous récupérer.

Sans laisser le temps à la jeune fille de protester, le sorcier bougea ses bras, ouvrant un portail vers son chez soi. Il allait pouvoir faire venir deux personnes qu'il voulait rencontrer depuis son retour. Deux personnes qui risquaient d'être séduits. Deux personnes qui seraient plus qu'intéressés par les paroles du mage.
Ainsi, en compagnie de Tula, Wotan franchit le portail et quitta la Provence française.

Suite: Dans l'antre de l'Immortel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit poisson en cage [PV Tula]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un petit poisson, un petit oiseau...
» Un petit poisson de Méditerranée
» Le petit poisson d'or
» Antonin Artaud ( 1896-1948) Petit poème des poissons de la mer
» Je fais la SAL des fables de La Fontaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Europe-