[Girls Month] A l'assaut ! Pour notre liberté ! [Libre]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Inscription : 10/12/2012
Messages : 396
MessagePosté le: Jeu 20 Nov - 11:55
La Maison Blanche, institution ultime qui gouverne les USA. Derrière ces murs et ces colonnes d'un blanc immaculé s'écoule le sang de tous les hommes y ayant vécus et travaillés. Depuis la disparition du Président Luthor, la ville est en proie au Chaos. Héra s'étant installée en tant que Mère et Dirigeante de tout le pays, elle appelle au massacre et à la rébellion de toutes les femmes du monde !

Mais dans les ombres, une équipe de policiers menés par d'anciens soldats émérites tentent pourtant de se relever et contrecarrer les plans démoniaques de la Déesse. Ces derniers, vêtus des dernières armures créées par la Lex Corp, et armé de leurs fusils et autres armes non létales, marchent dans les rues de Washington.

Leurs pas sont sourds, durs et puissants. Chaque mouvement de leur part développe un bruit aussi sinistre qu'impérieux. Ils avancent en cohortes rangées. Evitant les innocents, repoussant les attaques des femmes leur lançant toutes sortes d'objets, chaises en bois, poêles, et même des armes à feu… Même si certain d'entres eux tombent, ils continuent sans se retourner leur avancée vers la Maison Blanche. Car ils n'oublient pas, ils ne perdent pas de vue leur optique principale. Libérer le peuple !

Entourant la demeure de la nouvelle Présidente, un amas de cadavres décapités s'étend avec horreur sur l'herbe verte des jardins. Le sang carmin se déversant dans les égouts, serpentant entre les rochers et les armes plantées à même le sol. Et là, se tenant droite, tel un chêne millénaire, la Chef des Amazones de Bana-Migdall les narguaient avec arrogance. Sa lance plantée dans le sol de marbre de la Maison Blanche, elle gardait un sourire sadique sur le visage. Ses yeux invisibles derrière son casque, semblaient chasser toute forme de volonté et de courage dans le cœur des hommes qui se figèrent à sa vue. Sa voix puissante traversa l'échine des membres de la Police Spéciale de Luthor, les prévenant de leur mort imminente.

"Nous, les Amazones de Bana-Migdall offriront à nos sœurs la liberté qu'elles méritent ! Vous les mâles périrez dans les plus atroces souffrances qui soient ! A l'attaque mes sœurs !"

Comme une seule femme, les Amazones chargèrent sur la police ; lances et épées dardées vers l'avant. Le combat fut aussi rude qu'il ne dura que quelques instants. Les soldats, malgré leur formation avancée et leur puissance de frappe n'eurent que peu de défense à offrir aux armes sacrées offertes par Héra à ses enfantes. Les lames percèrent sans mal les armures de métal, s'enfonçant dans un craquement sinistre dans les flancs et le corps des hommes qui avaient osé leur faire face. Des haches tranchèrent les têtes, faisant rouler les casques déversant leur sang sur des corps qui venaient à peine de s'écrouler sur le sol en un tas de chaires désabusées.

La débandade fut puissante et les morts se comptaient désormais par plusieurs centaines sur le devant de la Maison Blanche. Tous des hommes, pas une femme. Levant sa lance au ciel, la Chef des Amazones poussa un cri de victoire, imitée presque immédiatement par ses sœurs. Fières de leur puissance, elles ne tardèrent pas à se regrouper au pied des marches d'escaliers. De toute sa hauteur, et le plastron de métal recouvert du sang de ses victimes, l'Amazone dirigeante hurla à qui voulait l'entendre.

"Les hommes ne pourront JAMAIS nous vaincre ! Regardez peuples mâles ! Voilà ce qui vous attend tous ! Nos sœurs seront libérées de votre joug impie ! Par la volonté de notre grande Reine et Déesse Héra, la Nouvelle Themyscira aura raison de vous !"

De toute son arrogance, la Chef poussa un second hurlement qui se répercuta dans les gorges déployées de ses subordonnées. Toutes donneront leurs vies pour leur Déesse, car elles le savaient, personne au monde n'aurait le courage de les affronter. Ainsi, quiconque s'approcherait de leur Déesse, se verrait châtié de la même manière que leurs prédécesseurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3871
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Sam 22 Nov - 18:39
Les hommes ne pourront jamais nous vaincre, peut-être, mais nous ne nous résignerons pas sans combattre.

Ces paroles, ils les avaient dits que pour lui même. Dans la nouvelle base de la justice League, sur la lune Cyborg avait vu le massacre dans les moniteurs. Il avait passé l'alerte à tous les justiciers qu'ils avaient pu contacter. Là, il était en rogne. Certes il avait depuis peu pris conscience que la magie d'Héra l'empêcherait probablement de gagner face aux amazones. D'autant plus que même sans la magie de celle-ci cette amazone guerrière, la Shim'tar comme l'avait appelé Héra dans sa prise de contrôle de GBS, ne semblait pas des plus tendre. Elle semblait avoir le niveau de Wonder Woman, ce qui était un vrai problème pour Cyborg, mais il ne pouvait pas laisser cette femme gagnée ainsi et massacrer tout le monde, il essaierait de tenir le plus longtemps possible. S'il pouvait juste tenir assez longtemps pour que les civils puissent s'échapper.

Il entra dans le téléporteur, avec la rage au coeur et ce sentait un peu comme le condamné, s'il n'avait pas de renfort, il se battrait seul. Pour défendre l'amérique et ses habitants.

Le téléporteur l'amena directement à Washington à quelques mètres de la maison blanche. Évidemment ce téléporteur avait été mis là pour un cas de ce genre. Si la maison blanche était attaquée encore une fois, comme ce fut le cas pendant l'invasion d'Onimar-Synn il était hors de question que la ligue reste sur la touche. Cyborg remarqua rapidement que les amazones ne bougeaient pas. Elle défendait la Maison-Blanche. Il ne fonçait pas dans la ville, du moins pas celle-là. Celle-là servait de rempart de protection. Comme si Héra craignait quelques choses. Il décida donc d'avancer face à elle, il s’était muni de quelques greffons supplémentaires qui ne nuiraient pas à ce qui allait suivre.

Il marcha dans la rue face à la barricade des amazones. Il s'avança tranquillement, se demandant si son statut cybernétique faisait de lui encore un homme et s'il devait vraiment craindre pour sa vie. Était-il pour elle considéré comme un élément masculin ou comme un robot. Il s'avança donc sans signe d'hostilité, les mains dans les airs.

Shim'Tar, mon nom est Cyborg, je représente la Justice League ,je suis ici pour parlementer.

Il espérait résoudre ceci pacifiquement, il restait néanmoins tout ouvert, si elle s'y refusait et donnait l'assaut. Il pourrait répliquer rapidement. Il se demandait si ces amazones de Bana-Migdall avaient la diplomatie de Diana ou simplement sa sauvagerie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité

MessagePosté le: Sam 22 Nov - 18:56
Une manifestation environnementaliste, cela avait été une bonne occasion pour la dame de malesherbes la plus redoutée du Green de prendre la route. S'éloigner un temps de Daniel Crow et de la drôle d'attraction qu'il exerçait sur elle en dépit de toute sa haine du Red et de leurs humains au sommet de la dégoûtante chaîne alimentaire. Rencontrer des campeurs et manifestants pro-actifs et s'inviter dans leur mini-bus. Supporter leurs décontractants éponymes, sous forme de pâtisserie douteuse, de soufflette ou carrément de tabagisme.

Ils étaient arrivés. Pianotant machinalement avec une émotion toute en décontraction sur leurs machines infernales, ils semblaient eux-mêmes déconnectés de la Terre qu'ils défendaient. Ils étaient intégrés au système contre lequel ils prétendaient se battre ; mais c'était aussi ce que Weeds avait fait en choisissant de s'exiler du Green pour aller prendre à bras-le-corps ce monde rongé par l'humanité et finalement, le Metal. Elle descendit du transport Volkswagen pour aller prendre l'air, non pas pur mais vicié. Elle vomit. C'était répugnant, ce système digestif plein d'imperfections que donnait le Red à ses congénères. Rien ne vaut un peu de lumières et des sels minéraux pour se charger en énergie. Et puis, cette curieuse idée d'arrêter sa croissance, pour aller vers la dégénérescence. Elle cracha.

Lorsqu'elle releva la tête, sortie de l'ambiance mollassonne à base de psychotropes aérosols du camion hippie, ce qu'elle vit ne l'enchanta pas. Cela la ravit. Violence, conquête et luttes homicides.

"Ladies, ça c'est ce que j'appelle vivre !"

Un ignoble sourire enthousiaste déforma son mignon visage ordinairement impassible et glacial.

Elle se hissa à bout de bras sur le capot de la fourgonnette à fleurs pour en arracher un essuie-glace, puis retomba prestement au sol. Le macadam tremblait, signe de l'activation des sœurs guerrières qui semblaient bien décidées à précipiter l'extinction de l'espèce en achevant tous les mâles de l'espèce. Elle n'allait certainement pas dire non. Portée par l'adrénaline, elle ouvrit d'un coup la portière avant, puis enfonça l'arme improvisée dans la gorge du pauvre diable chevelu qui se trouvait dans la cabine. Elle se saisit rapidement, d'un chiffon et d'un bidon contenant un peu d'essence, puis fouilla le baba-cool à l'agonie pour trouver un briquet au fond de ses poches. Ressortie comme une balle, elle chercha un moment le bouchon du réservoir d'essence, avant de le dévisser, d'y enfoncer le chiffon gorgé de combustible, enfin d'y porter la flamme, laissant la chimie procéder au reste des opérations. Puis, sans se retourner, tournant le dos à la déflagration qui n'avait pas tardé, elle progressa vers l'épicentre de la prise de pouvoir ultra-violente, les pelouses de la Maison Blanche. Armée d'un essuie-glace ensanglanté, elle respirait comme pour la première fois.

"Aux armes. Qu'un sang impur abreuve nos sillons."

Elle chantait à voix haute la comptine adoptée d'un hymne national du vieux continent. En espérant que la traînée de poudre de cette révolution se répandrait jusques aux peuples d'Europe et des Indes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 23 Nov - 19:07
[HRP : Pour information chronologique, ce sujet se déroule avant le sabotage de le Société Secrète par le Suicide Squad.]


« JE le savais ! »

« JE vous avez prévenus ! »

Le Docteur Psycho sortis des rues de Washington d'un pas déterminé en direction du sois-disant héros de la Ligue de Justice et des tueuses au service de cette Déesse impie.
Il criait suffisamment fort pour qu'on puisse l'entendre, en particulier le justicier.

« Mais vous m'avez pris pour un FOU ! »

« En faisant la sourde oreille, en m'empêchant d'accomplir moi même la purification de ce monde, vous nous avez CONDAMNES ! »

« Maintenant ce sont ELLES qui nous attaquent... Si vous m'aviez écouté, nous aurions frappé les PREMIERS ! »

A présent arrivé au niveau du Cyborg le Docteur qui faisait moins de la la moitié de sa taille lui jeta un épouvantable regard de dégoût comme s'il s'agissait d'une femme.

Il n'avait eu de cesse de s'en prendre aux Amazones et à leur chef, cette perfide Wonder Woman qui portait si bien mal son nom, car il avait vu ce jour arriver. Il l'avait l'avait vu dans toutes les têtes de toutes les femmes, cette bombe à retardement.

Impossible de rester sans agir, d'accepter ce destin funeste. Il s'était mis corps et âmes au travail malgré les embuches et les dangers.
Mais, il n'avait pu réussir. A cause de Wonder Woman, à cause de ses amis, cette Ligue aveugle qui se trompe de cible depuis toujours et qui va à présent savourer le goût métallique de la trahison.
Les femmes allaient de nouveau les précipiter en Enfer et cette fois-ci pour de bon.

Mais cette fois encore, il ne resterait pas sans agir et pas de cette manière pitoyable qu'envisageait ce pacifiste en aluminium.

« Parlementer ?! Allo le robot, tu n'a pas entendu leur message ? »

« ELLES veulent nous réduire en esclavage. Pour abuser de nous et nous jeter à la mer, comme elles l'ont toujours fait, ces affreuses sirènes ! »

Il les montra d'un doigt accusateur, espérant bien qu'elles l'entendent.

« Regarde celle là. »

Cette fois-ci il montra la femme qui se dirigeait vers eux couverte du sang de sa première victime, mais pas de sa dernière.

« Elle se réjouis. Elles se réjouissent TOUTES ! »

Il tapait du pied le sol de rage.

« Mais nous n'allons pas mourir sans nous BATTRE ! »

Le Docteur s'avança par défi en direction des Amazones qu'il toisa d'un regard encore plus méprisant :

« Ce sont vos TÊTES qui nous allons faire rouler sur le sol à présent ! »


[HRP : Certes, ce que je fait est pur folie. D'autant plus qu'en cette occasion, les pouvoirs mentaux de Psycho sont évidemment inefficaces contre les Amazones, avec ou sans serre-tête de Star Labs. Mais, je demande à l'Animateur de ne pas me réduire immédiatement en charpie à son prochain post, merci.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 25 Nov - 21:24

Tula courrait, bien plus vite que n'importe qu'elle voiture et pourtant ce n'était pas assez vite. elle avait reçu le message plus tôt de Big Barda qui demandait que toutes les forces disponibles convergent à la maison blanche pour empêcher des amazones de réduire en poussière la surface. Au départ l'atlante avait voulu croire que cela ne la concernait pas , comme elle l'avait fait avec le premier message qu'elle avait reçu pour l'inviter à une sorte de refonte de la justice league.

cette fois ce n'était pas la même chose, ils ont besoin d'elle pour aider les gens pas pour se représenter et pour prouver que l'atlante est avec eux non ils ne veulent pas un engagement qu'elle n'est de toute façon pas sure pour l'instant de tenir mais une aide concrète. c'est pour cela qu'elle court, ils ont besoin d'eux et elle est là aussi simple que ça.

Les amazones détruisent la ville, mais elles ne laissent rien au hasard ce sont des guerrières entraînées et elle font montre de toutes leurs capacités. elles s'acharnent dans un plaisir presque malsain a tuer les hommes. Comme elle manque de temps pour rejoindre l'épicentre des combats elle ne prends pas le temps de combattre réellement les deux amazones qui exécutent deux malheureux journalistes qui n'étaient même pas armés. mais de sa magie elle crée une deux boules d'eau qu'elle envoie sur les deux guerrières pour les noyer elle relâche l'emprise qu'elle a des que les deux femmes tombent , inconscientes.

Arrivant enfin sur le centre des combats elle constate avec bonheur que la majorité des femmes guerrières ne sont pas encore parties commettre leurs massacres, une machine est présente sur les lieux ainsi qu'un nabot qui commence à paniquer il hurle des choses incompréhensibles pour elle et peut être même pour le reste des surfaciens. Elle se place aux cotés de la machine qui ressemble a un homme qui semble vouloir parlementer avec les guerrières .

- Qu'est ce donc tout cela ? Attaquer des civils ? Amazones qu'elle est cette folie ?

Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 10/12/2012
Messages : 396
MessagePosté le: Mar 25 Nov - 21:46
Les Amazones sortaient tout aussi vainqueurs qu'elles le pouvaient. Tout en tendant la tête d'un mâle par les cheveux, la Shim'Tar démontrait ainsi la toute puissance de leur ordre. Personne ne semblait avoir l'audace de les affronter une nouvelle fois. Mâles, ou même femelles, aucun n'osait s'approcher d'elles… Le sang qui maculait le sol continuait sa basse besogne, s'écoulant entre les brins d'herbes arriva aux pieds d'un de la future victime des Amazones. Grand, moche et à moitié robotiser, celui qui avait le courage autant que la folie de se présenter à elles avançait une chose qu'aucune n'allaient accepter. Parlementer ? Il croyait réellement pouvoir en être capable ? En avoir le Droit ? Foutaises ! Et la Shim'Tar n'eu pas besoin de crier plus fort qu'à son habitude pour le lui faire comprendre.

"Parlementer ? Hahaha ! Foutaises que tout ça ! C'est dans ton sang que nos paroles s'écouleront jusqu'à tes oreilles, Mâle ! Comme tous tes frères, tu ne mérites que la mort ! Votre faiblesse vient de votre sexe ! Vous n'êtes que de misérables animaux !"

Alors que la Shim'Tar descella sa lance du sol et s'apprêtait à lancer l'assaut sur ce mâle rempli de folie, elle s'arrêta. Une femme, qui n'était pas Amazone remontait jusqu'à elles. Il émanait de son corps une puissance sans limites, elle serait parfaite pour rejoindre leurs rangs. Si tant est qu'elle se laisse faire. Elle avançait avec le courage d'une lionne, des flammes lançant leurs pointes rougeâtres vers le ciel. Mais elle ne venait pas en amie, non, son regard était sombre, il était presque celui d'un de ces mâles sauvages et égocentriques.

Mais au devant de ce duo atypique, un sourire étira le visage de la Shim'Tar. Pas plus haut que trois pommes, tel un pantin au visage tuméfié et aux spasmes démontrant sa dégénérescence psychique, un homme barbu arriva vers elles en les injuriant presque. Il commença à s'en prendre au robot humain, lui faisant part de ce que la Chef des Amazones avait fait juste avant. Dans un mouvement général presque humoristique, les Femmes Guerrières se mirent à sourires, presque à rire devant ce petit bonhomme au visage difforme.

"Mes sœurs ! A l'attaque ! Montrons à ces ignorants quelle est la puissance des Amazones de Bana-Migdall ! Mais laissez vivant le nain aux lunettes… Il est si… Nerveux, il passera sa dernière nuit en ma compagnie ! En ce qui concerne les deux autres… TUEZ-LES !"

D'un un hurlement sinistre, l'ensemble des femmes se mirent à courir dans la direction du trio. Lances, épées et boucliers en mains, le combat ne tarda pas à éclater sous l'œil amusé de la Shim'Tar, restée en arrière, debout sur le parvis. Son regard allait d'un groupe à un autre de ses Amazones. Elles étaient une bonne centaines, plusieurs dizaines d'entre elles s'étaient démontrées plus violentes et puissantes que les autres… Ca serait amusant… Une victoire éclatante sans aucuns doutes ! Pour rajouter à l'amusement, une femelle dont les cheveux reflétaient l'éclat des flammes venait d'arriver à son tour. Mais que croyait-elle ? Oser s'adresser aux Amazones de Bana-Migdall sur ce ton ? La folie des mâles avaient bien gangrené jusqu'à celles qui vivaient à leurs côtés.

"Silence femme vendue aux corps des hommes ! Pour la Gloire de la Déesse Héra ta tête arborera le parvis de cette demeure !"

[HRP : Vous voilà donc dans le vif du sujet ! Les Amazones sont composées de plusieurs groupes d'une dizaine de guerrières. La majorité sont armées de lances, d'épées et de boucliers bénis par Héra… Ils sont donc bien plus durs que la moyenne habituelle, mais pas indestructible. Bon courage à tous, et essayez de ne pas vous faire massacrer immédiatement !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3871
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Mar 25 Nov - 23:01
Les amazones chargèrent. Cyborg bien qu'espérant une sortie de crise pacifique, s'attendais à ce genre de dénouement.Il plaça donc le canon qu'il forma de sa main en face de lui. Il avait un tout nouveau greffon donc il pourrait essayer de s'en protéger. Un genre de bulle sortie du canon qui s'agrandit comme pour former un bouclier. La bulle devint un rond qui recouvra Cyborg comme une espèce de champ de force. En fait ça n'avait rien de magique. Il s'agissait ni plus ni moins d'une pellicule de polymère extra résistant qui venait se coller et qui évoluait en fonction des besoins cybernétiques de Cyborg, il avait d'ailleurs utilisé la technologie apokolypsienne encore présente dans son corps afin d'en faire une version un peu plus solide et même si le Metal Man avait cru lui retirer, il en avait toujours en lui qui refusait de disparaître.

Bref, c'était un genre de bouclier qui lui collait à la peau et qui lui permettait quand même de tirer avec son canon. Parlant de canon il activa le sien. Évidemment, les charges étaient puissantes, mais il était convaincu qu'elle ne serait pas léthal pour les amazones, certes ont étaient en temps de guerre, mais il y avait des choses qu'il se refusait encore à faire. Peut-être que la Shim'tar trouvait en cela une faiblesse, mais pour lui c'était une force. Il était assez content d'ailleurs d'avoir de l'aide, bien qu'elle soit de Psycho ou d'une femme qu'il ignorait encore le nom, mais la présence d'Aquagirl avait quelques choses de rassurantes et bien qu'ils n'étaient pas de la même génération, il savait qu'il pouvait compter sur elle.

Le canon chargé, il se mit à tirer. Il visait essentiellement les jambes, histoire de les arrêter et surtout de les blesser. Le but n'était pas de leur arracher la tête, mais une fracture de la jambe les arrêterait tout de même de chargé. Il bloqua une lance en la faisant dévier grâce à son bras métallique. Il sentit cette énergie si particulière à la magie écorcher sa carlingue et grimaça. Il se retourna pour grapper en plein visage de son poing reformer une assaillante, le problème était essentiellement qu'elles étaient très nombreuses. Il sauta donc vers l'arrière afin de prendre un peu de distance et continué à pouvoir utiliser son canon tout en redirigeant un peu d'énergie vers son oeil central... il ne l'avait jamais encore n’essayez, mais il s'avait qu'il y avait dans cet oeil la possibilité d'une attaque dévastatrice qui mettait le temps à charger... Heart Attack qu'il l'avait baptisé. Autant pour sa localisation que ça possible puissance et possible conséquence pour sa personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité

MessagePosté le: Ven 28 Nov - 19:29
Son arrivée bienveillante envers les instigatrices de l'émeute ne paraît pas reçue d'un très bon œil, en fait elle est d'abord ignorée, ce qui est normal vu qu'elle n'a rien de spécial ni aucune puissance. Elle crache au sol lorsque force est de constater qu'elle autant visée que les autres par l'oukaze de déchaînement violent des armes envers les contrevenants.

Sur Pennsylvania Avenue, nom indiqué par le panneau, Lady Weeds rassemble rapidement les informations concernant le terrain, les acteurs impliqués, et l'environnement proche de la confrontation qui s'opère.

D'un seul coup d’œil, elle repère ce que l'Homme nomme des Liards ou Peupliers Noirs, que la Lady appelle des frères. Leurs feuilles en losanges, aux pointes effilées, rappellent étonnamment les piques des lances portées par les femmes armées. Mais plus étonnant, le sol dans lequel ils puisent leur force et leur grandeur : la tourbe originelle des lieux, manifestement aménagée et conservée sous forme d'hommage. Cet élément naturel aurait pu plaire à Weeds, s'il ne s'agissait de végétaux, détruits et rejetés par les bactéries du Divided, la pourriture du Rot, le microcosme du Red et les invasions fongiques du Grey. Ce qu'elle n'était pas sans connaître, c'était le climat, inhabituellement chaud et sec comme pour accommoder les guerrières Amazones, dont la tenue évoquait des régions fortement exposées au soleil. Elle arracha une partie de ses vêtements tachée de liquide combustible, puis l'alluma à l'aide de l'instrument qui avait permis l'incendie de la voiture.

Le feu prit rapidement, mais avec lui une odeur forte et épicée se dégageait, répandue par une épaisse fumée qui prit rapidement sa place dans tout le champ de vision.

Quant aux participants, elle avait repéré le garçon de chair et d'acier qui avait été nettoyé de l'Anti-Vie lors de leur croisement-éclair dans le Red. Il ne lui inspirait que répugnance, pourtant il parlait le dialecte d'ententes et pourparlers, et évoquait le jeu de balance des pouvoirs impliqué dans le monde de Lady Weeds. Il était doté d'une puissance qu'elle craignait, tout monté d'armes et de mécanismes, cause principale de la phobie du monde moderne que pouvait avoir l'ancien être de sève. Il risquait de ne pas être dérangé par l'écran de fumée de combustion grâce à l'un ou l'autre de ses senseurs diaboliques.

Un autre était l'homme-bonsaï, trop petit pour paraître imposant. Pourtant, son orgueil et son aigreur l'avaient porté jusqu'au face-à-face avec les conquérantes. Leurs vues semblaient opposées d'une manière qu'on pourrait presque qualifiée d'harmonisée. Il était un chef potentielle de force rivale, donc une source d'information ou bien une monnaie d'échange. En clair, malgré les apparences, les amazones ne semblaient pas savoir quoi faire de lui et devoir se retenir de l'abattre. Il faudrait qu'elle se rapproche de lui si elle voulait tirer son épingle du jeu, quoique la fuite pure et simple semblait une option de plus en plus pragmatique.

La jeune femme qui a fait son apparition en dernier, qui exhibait à sa manière une culture guerrière, se révéla être le premier risque à l'évasion de Lady Weeds de tout ce toutim. Car oui, elle allait devoir battre en retraite, puisque sa tentative de se joindre au mouvement d'éradication des mâles de la ville avait été accueillie trop mal, trop vite, par les conquérantes féminines. Avec sa magie qui semblait une invocation du Clear, l'adolescente en habits de culture primitive risquait de briser la chaîne du feu. Cela, le vieil esprit des plantes ne pourrait le tolérer, c'était sa seule issue dans le moment. Elle choisit donc de cibler la rouquine à la jambe en enfonçant brutalement l'essuie-glace dans la cuisse. Si cela réussissait, elle espérait que l'arme improvisée resterait coincée, peut-être même dans la fémorale, et que le corps étranger empêcherait sa victime de puiser dans sa magie ou d'être trop efficace sur le terrain. Elle aurait surtout besoin d'entraide, et là la Weeds pourrait envisager de négocier.

Puis elle se tourna vers l'homme-bonsaï plein de son importance, lui intimant un ordre bien précis :

"Aidez-moi à l'emmener. Une retraite s'impose."

Puis, à la jeune femme de la mer qu'elle avait entrepris de blesser et qu'elle venait de pointer à Psycho en parlant de la conduire avec eux un peu plus loin :

"A mon signal, et pas avant, tu pourras les embourber avec tes invocations d'eau. Le sol est extrêmement gourmand en humidité, bien que dans le moment il n'en ait absolument pas."

Evidemment, tout cela se déroulait dans un impossible fracas et une cohue de coups de lances et d'épées, mais la Lady s'en tenait à demeurer très peu menaçante tandis que le garçon greffé de métallurgie s'empresser de ressembler à une menace imminente. Et puis, avec la souplesse du roseau et son absence de menace envers les femmes guerrières, elle envisageait très librement de pouvoir être négligée pour le moment. Les quelques coups qui lui furent adressés ne passèrent pas loin des organes, mais l'hémorragie ne faisait que la conforter dans son projet de retraite pour mieux revenir en force. Elle espérait que le gars de métal s'en sortirait pour pouvoir en tirer des données stratégiques, mais de préférence bien amoché quand même. Il lui filait les foies, et cela ne se choisit pas.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 02/05/2014
Messages : 199
DC : Animateur géré par Mister Miracle
Localisations : Watchtower
Justice League
MessagePosté le: Ven 28 Nov - 21:50
La bataille est colossale.
Les dizaines d'Amazones se projettent vers leurs cibles, voulant noyer par leur masse et leur férocité les quelques rares héros voulant les empêcher de mettre en oeuvre leurs sinistres plans. Si Cyborg tente avec courage de les repousser, en usant de toutes ses extraordinaires capacités mécaniques et de son brillant esprit, il ne pourra tenir éternellement ; son combat est exceptionnel, mais il ne parviendra jamais à rejoindre le coeur de la crise : l'intérieur de la Maison Blanche.

Sa présence permet d'occuper le gros de la troupe ennemie, mais tout tacticien qu'une armée n'a qu'une faiblesse : sa tête. En la faisant tomber, le vainqueur parvient à couper toute stratégie, et le flottement qui s'empare des soldats permet la victoire totale. Pour vaincre, pour réussir, pour sauver le pays et ses habitants, il faut faire tomber la tête - les têtes.

La Shim'tar. Et Héra, l'instigatrice de toute cette folie.

Cyborg, et les héros qui devraient le rejoindre, peuvent s'occuper de la Shim'tar. Mais quelqu'un doit s'en prendre à Héra, lui régler son compte et anéantir l'âme de cette terrible invasion.
Quelqu'un qui n'a ni patience, ni temps à perdre.
Quelqu'un qui arrive.

Alors que Lady Weeds vient de blesser Aquagirl par surprise, les deux femmes entendent un terrible BOOM sonique à leurs oreilles. Un Tunnel étonnant, qu'aucune technologie humaine ne pourrait créer, apparaît soudainement devant elles. Une silhouette s'en détache rapidement, jusqu'à prendre la forme que tous ceux qui l'ont croisé ont appris à craindre.



"A TERRE !"

Son hurlement est suivi du lancer immédiat de son Mega-Rod, son maillet qui vient frapper brutalement le crâne de Lady Weeds. L'arme revient subitement à sa propriétaire, qui se tourne vers Tula.

"Prends ceci, et applique-le sur la plaie. Tu tiendras durant la bataille. Les soins viendront après."

Big Barda envoie une version simplifiée d'une Mother-Box, dispositif venu de Néo-Génésis et capable des plus grands miracles.
Alors que la jeune femme s'empare de cette technologie, la nouvelle meneuse de la Ligue de Justice s'empare de deux Amazones, écrasant leurs crânes l'un sur l'autre. Elle projette ensuite les deux corps blessés vers deux autres Bana Mighdall, et use de son Mega-Rod pour bastonner une autre de ses adversaires.


"Tula. Je suis satisfaite que tu aies répondu à mon appel. Nous ne pouvons cependant rester ici : la bataille se mène ici, la guerre se gagne ailleurs."

Les bottes extraterrestres claquent sur le sol et l'approchent d'Aquagirl. Big Barda pose sa main sur l'épaule de la jeune femme, et lui fait un simple signe de tête. Son Mega-Rod se met soudainement à vibrer, téléportant les deux femmes pour les faire disparaître du champ de bataille.

Quelques secondes après, l'originaire de Néo-Génésis et l'Atlante réapparaissent dans l'entrée de la Maison Blanche, à quelques dizaines de mètres de la bataille - mais loin de la bataille. Alors que Big Barda serre ses mains autour de son bâton d'énergie, elle prononce quelques paroles pleines de hargne et de fureur.


"Héra se terre ici. Nous allons la chercher, la trouver et la châtier. Maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 29 Nov - 13:07
Le Docteur était au summum de son dégoût.
Cette femme l'insulta une première fois, mais d'une manière dont il avait malheureusement l'habitude. Bien que ces dernières années, cette insolence féminine était immédiatement suivie d'une sanction appropriée, il n'avait que trop enduré les moqueries et les méchancetés pour ne plus s'en sentir blessé.
Ce qui le mis véritablement hors de lui fut cette seconde insulte ; la chef des Amazones ordonna à ses guerrières de le capturer en vue de coucher avec lui.
Cette perspective l'écœurait.
Est-il réellement si faible au point qu'elle ne pense que jouer avec lui ?... Bien sûre que non. Le Docteur peut réagir à chaud, mais jamais de manière inconsidérée. Surtout lorsque les femmes dévoilent enfin leur véritable nature.

Il fut aussi très désappointé d'observer que l'une d'elle n'était pas totalement pervertie au point de se dresser également devant les Amazones. Ainsi donc, certaines prenait le parti inverse.
Le Docteur décela rapidement la raison qui se cachait derrière cette réaction de résistance. Une ruse, sans aucuns doutes, une comédie perfide pour s'approprier le pouvoirs des actuelles régentes.
Le féminicide qui en découlerait lui redonnait le sourire.

L'héros de métal fit alors tonner les canons comme à l'ouverture de la cérémonie d'une fête nationale.

La femme au rétroviseur l'interpella d'une manière inattendue après avoir attaquée celle qui s'opposait aux Amazones ; se permettant de croire qu'il pouvait être d'une quelconque aide pour elle.
Le docteur lui jeta un regard de mépris, puis celui-ci gagna une étincelle de folie quand il décida de lui répondre :

« La fête ne fait que commencer. »

Une masse frappa soudainement la hippie avant de revenir comme un boomerang dans la main d'une nouvelle protagoniste au costume de bataille encore plus excentrique que celui des Amazones.
Celle-ci aussi semblait visiblement déterminée à prendre le pouvoir aux Amazones avec une violence qui fait briller les yeux du bon Docteur.

Deux amazones s'avancent alors vers lui, armes en main.
Quelques minutes se sont écoulées et enfin, on daigne lui accorder de l'importance.

« Tu va nous suivre docilement petit homme ou bien nous devrons t'assommer pour répondre à la demande de la Shim'Tar. Tu devrais te sentir honoré qu'elle t'accorde une vie moins brèves que celle de tes compagnons. »

Le Docteur acquiesça uniquement sans dire mots, retenant difficilement sa joie contenue en lui et dandina entouré par les guerrières qui l'escortait.

La bataille faisait rage au bas des marches tandis qu'en haut une ceinture de guerrières encerclent la Shim'Tar qui observe les évènements prête à agir dès que la situation tourne à son désavantage, ce qui n'est pas encore le cas...

Le bon Docteur se retrouve à présent entourée par ses immenses femmes hostiles qui le dévisagent comme un bête de foire.
Avant que la guerrière ne dise mot, le Docteur prend la parole :

« Ainsi donc vous n'avez pas pris ma menace au sérieux. Je vais devoir vous en faire une première démonstration. »

ROOOOOOAAARRR !!!!!!!

Un hurlement sinistre déchire l'air.
Il est si puissant qu'il provoquer un léger souffle de vent.

Avec une vitesse incalculable, une masse osseuse et cendrée bondis de sa cachette et atterris avec fracas à l'entrée même de la Maison Blanche juste derrière le Docteur. Ce dernière saute tous comme les Amazones, mais tandis que celles-ci se jettent à couvert, lui se fait immédiatement attrapé par la créature qui la protège comme s'il s'agissait de son petit. Enfin, pas uniquement d'un point de vu de taille, entendons-nous là dessus.

Grâce à un sortilège déloyale, ces femmes sont protégées des pouvoirs mentaux du Docteur, mais son atout, lui, est entièrement sous son contrôle.

« Tue la. »

Doomsday, la créature qu'il a capturé quelques semaines plus tôt pour le compte de la Secret Society, mais qu'il n'a pas hésité à libérer sans l'accord du N°1 pour faire face à cette situation de crise, se jette mortellement sur la Shim'Tar...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 30 Nov - 20:58
Tula aurait voulu pour s’expliquer avec les amazones comprendre pourquoi elles avaient ainsi tourné le dos à leurs principes. D’aucun répliqueraient que non elles faisaient ce pour quoi elles avaient été élevées et qu’elles obéissaient aux ordres. Sauf qu’il y avait des règles implicites au combat et c’était tout le défi de combattre dans l’honneur que de garder en tête même dans les moments de sauvagerie ces règles.

C’était très simple comme concept pas frapper un soldat une fois qu’il est a terre (donc on attends qu’il se relève et pendant ce temps on égorge son pote) , ne pas frapper un soldat armé ( soit on lui donne une arme soit on dépose la sienne et après on l’égorge) et ne pas s’attaquer aux civils. Simple et efficace, c’était ce qui différenciait les barbares de soldats, alors Tula ne comprends pas trop ce que les amazones font mais il faut les arrêter et protéger les civils, elle ne comprend pas non plus la sauvagerie évidente dont elles font preuve. Mais elle ne se laissera pas décapiter, alors qu’elle assure ses appuis une surfacienne arrive et lui embroche la jambe, tout du moins elle tente , car avec sa force et la peau atlante qu’elle vise il n’y a finalement qu’une égratignure qui ressors de cet assaut.

L’atlante la regarde avec stupeur , que croyait elle faire avec son bout de métal même pas aiguisé ? et son regard s’élargit alors même que comme si de rien n’était elle lui parle stratégie guerrière . La phrase lui sort toute seule , naturellement .

« Mais qui diable êtes vous ? »
C’est alors qu’elle entends un ordre et en bon soldat qu'elle est elle s’accroupit , la femme moins rapide que Tula se voit percutée en pleine tête par une masse venue d’un tunnel qui retourne dans la main de sa propriétaire Big Barda.

L’atlante est un instant saisie par sa carrure et l’aura qui se dégage d’elle, grande forte impressionnante voire même écrasante , il faudrait pas mal de troupes d’élites atlante pour la faire plier. Heureusement qu’elle est amicale en l’instant puisqu’elle lui tendait une ...chose de son monde pour la soigner mais l'attaque de l'humaine ne lui as rien faite alors elle dépose la boite sur celle qui vient de l'agresser , après tout peut être qu'en la soignant cette chose réparera aussi le souci évident qu'il y a dans son esprit.

Alors que la chef officielle de la nouvelle justice league attaque deux amazones en les assommant Tula fait de même avec en lançant deux boules qui en explosant forment un bruit tel qu'il en désoriente les guerrières et les deux se retrouvent au final hors d'état de nuire suis a un double coup de bouclier mythique l'une sur l'autre.
Sur ce petit interlude guerrier Barda en profite pour la remercier et lui intimer son nouvel objectif :
L'intérieur Héra et taper.


Simple efficace et probablement dans ses cordes, va pour taper Héra à l'intérieur, naturellement l'atlante veut se diriger vers le lieu futur de la confrontation mais c'est oublier la technologie que possède la brune. Dix secondes plus tard et avec les oreilles qui bourdonnent Tula se retrouve sur le parvis juste avant l'entrée de la maison blanche . Elle entends les paroles de barda lui donner a nouveau ses ordres mais elle préfère ce concentrer et se préparer la bataille face à elle s'annonce rude. Sa peau s'illumine autant utiliser sa magie dès le debut, aussi elle se confectionne un trident en eau avant d'avertir sa compagne d'arme.

" Allons y Barda"
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 02/05/2014
Messages : 199
DC : Animateur géré par Mister Miracle
Localisations : Watchtower
Justice League
MessagePosté le: Lun 1 Déc - 20:44
Barda lève sa main pour stopper Tula, et surtout pour la faire taire. Après un regard militaire, exigeant discipline et contrôle, elle tourne lentement sa tête pour écouter les sons qui lui parviennent de la Maison Blanche.

A l'extérieur, un hurlement animal fait quasiment vibrer les murs, et le fracas de la bataille ne cesse de les hanter. Cependant, si elle se concentre, elle n'entend qu'un silence troublant et inquiétant à l'intérieur du bâtiment, dans cette entrée composée d'un long tapis rouge, d'un grand couloir neutre aux murs blancs, avec quelques meubles en bois anonymes et une grande porte au fond. La Maison Blanche, le coeur du pouvoir de ce pays, est plongé dans un mutisme profond, tout sauf naturel ; tout sauf rassurant.


"L'ennemie nous attend."

Son jugement est direct, immédiat. Les doigts de sa main droite serrent fortement son Mega-Rod, alors que sa mâchoire se crispe par réflexe. Un léger tic emporte également sa joue gauche, un élément qu'elle retrouve à chaque moment précédant la bataille. Barda a appris à apprécier ces tics, ces réactions physiques qui lui rappellent qu'elle n'est pas qu'une guerrière, qu'une machine de destruction et de violence. Ces tics, ces mouvements incontrôlables, lui prouvent qu'elle est une vraie personne, dotée d'une âme et d'un esprit.
Scott lui a appris à s'en rendre compte ; Scott lui a appris à s'en rappeler. Scott lui prouve tous les jours combien elle eut raison de sacrifier ses racines et son éducation pour un tel homme.


"La Shim'tar et ses troupes mènent la défense. Elles vont anéantir nos alliés, tel est le plan de l'adversaire. Cependant, Héra n'est pas restée sans ultime protection. Toute déesse qu'elle croit être, elle a conservé quelques troupes. Elles nous attendent."

Ses super-sens, issus de sa morphologie de Néo-Dieu et de son entraînement intensif sur Apokolips, ont détecté les menaces qui les guettent et les observent depuis leur téléportation à l'intérieur de la Maison Blanche.

"Montrez-vous. Affichez votre visage, au lieu de vous cacher comme des lâches."

Sitôt son discours terminé, six formes se détachent soudainement des murs et du plafond devant les deux héroïnes.
Comme des ninjas, comme des combattantes de l'ombre, six Amazones Bana Mighdall apparaissent là où il n'y avait rien précédemment. Armées de lames, de couteaux, de poings cloutés et de fouets aiguisés, elles affichent une détermination inégalable.


"Silence, catin. Tu souilles ce lieu sacré par tes seules paroles."

"La Maison Blanche n'a rien de sacré. Il s'agit d'un lieu de pouvoir américain."

"Silence, débauchée. Ce lieu est désormais le siège du pouvoir de la Femme, de notre Mère à Toutes. D'ici partira une vague qui anéantira l'Homme, et le ramènera à sa place : dans nos couches, allongé, attendant notre bon-vouloir avant de périr et de finir dans le ventre de nos poissons."

"Nous vous stopperons. Ici. Maintenant."

"Silence, esclave. Nous te connaissons. Notre Reine, notre Déesse, nous a fourni les informations sur les défenseurs de ce monde. Nous te connaissons, traînée. Nous savons que tu es l'épouse, la femme-objet, d'un homme. Ta présence nous dégoûte. Fuis ce lieu, tu es indigne de notre regard."

Barda reste silencieuse. Son regard sombre glisse sur les six guerrières devant lui, bouffies d'orgueil et de préjugés. Ses doigts palpitent sur son bâton d'énergie, alors que son esprit ne cesse de répéter les paroles qu'elle vient d'entendre.

"Vous vous méprenez sur beaucoup de points. Le premier étant le plus important. Je ne suis pas une catin, une traînée, une débauchée, une esclave. J'ai un nom."

Sa stature est la même que précédemment : debout, au milieu de la pièce. Calme. Stoïque. Passive. En apparence.

"THIS. IS. BARDA !"
"C'EST. BARDA !" (HJ/ Petit cadeau à Daniel Wink /HJ)

Sans prévenir, sans laisser aux Amazones la moindre possibilité de réagir, la guerrière envoie à nouveau son Mega-Rod en avant. L'arme vient s'écraser sur le crâne d'une de ses ennemies, avant de revenir dans sa main. Si les cinq autres lui envoient leurs armes de jet, le bâton d'énergie de Barda brille et la téléporte soudainement, lui permettant d'éviter les projectiles.
Elle apparaît subitement derrière une Bana Mighdall, sur laquelle elle écrase son arme sur les omoplates. Un craquement sinistre, suivi d'un cri d'agonie, lui indiquent que la colonne de son adversaire est bien brisée.

Alors que son regard se pose sur le corps désormais immobile de la jeune femme, une Amazone veut la frapper avec son fouet. Sans la regarder, Barda intercepte les lames du fouet, pour tirer brutalement dessus pour attirer sa propriétaire vers elle. Son poing s'écrase entre les yeux, et elle s'accroupit juste au moment où une autre veut lui planter sa lame dans le dos.

L'Amazone est déséquilibrée et chute en avant, ce dont profite Barda pour se relever soudainement. Le choc de son casque contre la poitrine de la guerrière lui arrache un petit cri de douleur, qui devient rapidement de la peur quand la combattante de Néo-Génésis active ses Aéro-Disques pour s'envoler et foncer vers le plafond. Ce dernier cède sous la puissance du choc, et elle propulse au loin l'Amazone en état de choc.


"ALLEZ ! Allez, lâches ! Venez à moi ! Venez TOUTES à moi ! Et toi aussi, Héra ! Cesse de te cacher ! Viens affronter ton destin ! VIENS AFFRONTER MES POINGS !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 10/12/2012
Messages : 396
MessagePosté le: Mar 9 Déc - 10:11
Les Amazones attaquaient ensembles, telle une vague de puissance déferlant sur les côtes d'un pays protégé par des héros. Toutefois, la vague, aussi puissante soit-elle éclataient des milliers de gouttes et d'écume contre les renvois et les attaques de ceux d'en face. Plusieurs de leurs sœurs tombèrent sur le sol, inanimées. D'autres se voyaient ramené à l'état de simple enfant priant leur mère de venir les chercher, leurs corps meurtris par les attaques de l'homme-robot. Les femmes guérrières n'avaient pourtant pas dit leur dernier mot, elles continuèrent à se ruer dans la bataille. Dardant leurs lances et leurs épées vers l'avant, livrant leurs vies pour leur Déesse Héra. Aveuglée par la toute puissance de leur Maîtresse, elles vaincraient les impurs, même si pour cela elles devraient y laisser leur corps sur le champ de bataille.

Les combat faisaient rage et le temps semblaient passer à grande vitesse, et alors qu'une poignée des leurs s'apprétaient à donner le coup de grâce à une femme, lâche abandonnant jusqu'à son statut d'être supérieur aux mâles, une masse vola jusqu'à elle et en assomma une, tandis que deux autres se voyaient le crâne écrasé l'un contre l'autre, puis, dénuée de toute conscience se retrouvaient utilisée comme de simples armes de jets, projetées ainsi contre leurs sœurs. Du haut des marches, la Shim'Tar observait la scène avec stupeur. Non ! Ce ne pouvait pas être possible ! Pas Elle ! Si cette pseudo-déesse était venue ici ce n'était pas pour combattre à leurs côtés, Big Barda serait venue pour prendre la tête de leur Déesse Héra.

Sautant dans la bataille, la Shim'Tar tenta de se rapprocher de Big Barda, sa lance d'or en main. Mais, à son grand désarrois, la Déesse disparue en emportant avec elle une autre femme, elles s'en prendraient sans aucuns doutes à Héra. Ele ne pouvait pas laisser faire pareille chose. Si la Déesse Héra tombait, alors toutes les amazones de Bana-Migdall le feraient aussi. Laissant derrière elle ses sœurs et les combattant inutiles, qui, malgré toutes leurs croyances, finiraient par tomber face à la puissance des amazones réunies, la Shim'Tar  se dirigea vers l'entrée de la demeure de sa Déesse.

"ENFER ! Qu'est-ce donc que cette immondice ?"

Une masse de muscles difformes et d'où émanait la colère tout autant que la rage se dessina devant elle. Un géant, un golem impie. Une de ces créatures désireuse de s'échapper du Tartare sans jamais y arriver… Pourtant elle était bel et bien là, se dressant de toute sa puissance face à la Shim'Tar. Son haleine pestilentielle aurait tué n'importe quel être vivant sur cette Terre. Mais la guerrière n'était pas en reste, elle pointa sa lance dans la direction de la créature et tenta de planter l'arme dans son flanc droit.

"Pour la Grande Déesse Héra !"

Plusieurs coups volèrent et frappèrent le géant, tout autour d'elle les amazones combattaient fièrement. Malgré tout, sans qu'elle ne réussisse à le voir, la Shim'Tar ne serait bientôt plus protégée que par une petite dizaine des leurs… La Déesse Héra avait-elle fini par les abandonner ? Ce n'était pas possible ! Les Amazones de Bana-Migdall étaient les plus puissantes ! Elles vaincraient tous leurs ennemis ! TOUS !



¤¤¤¤¤



Dans l'enceinte de la Maison Blanche, alors que le combat fait rage au dehors, une autre scène se déroule bien loin des regards. Face à un miroir, Héra observe la déchéance de ses filles. Alors que la colère la gagne, elle jette un vase contre un mur et se retourne en pestant contre les mâles de cette planète. Passant à sa portée, la Déesse Grecque attrape sa cape de plumes de paon et se dirige vers la sortie. Ses pas résonnent dans les couloirs, et alors qu'elle s'avance vers sa propre destinée, elle arbore un sourire de vainqueur. Fière et droite, elle entend bien malgré elle les cris et les plaintes de ses filles. Sa présence est aussi vivifiante qu'un vent d'automne. Oui, devant elle la New God est bien présente, celle que certains considèrent comme étant une véritable Déesse, Big Barda. Se croit-elle vraiment être capable d'arriver à son niveau ? Héra en doute, car elle sait, qu'elle seule est capable de faire courber l'échine aux êtres humains. Ces créatures inutiles qui n'ont, au final, rien à faire sur cette Terre.

Héra se doit d'apporter la Paix et la Justice que la Terre à besoin. Et pour cela, il lui faut réduire à néant ces impurs. Alors que la voix de Barda lui arrive aux oreilles, son sourire devient plus carnassier, et plus cruel à la fois. Ouvrant les bras devant elle, la Déesse évite les corps sans vie de ses filles et intime à celles qui sont encore debout de s'écarter devant elle.

"Vous vouliez me voir, alors soit, je suis ici !"

La Déesse s'arrête, puis baisse les bras. Immobile, elle attend le moindre mouvement de la part de ses assaillantes. Car oui, ce sont bien deux femmes, et même si une nouvelle présence se profile à l'horizon, Héra sait que personne sur cette terre ne sera capable de la vaincre. Au moment même où elle sent que l'attaque va arriver, ses pouvoirs se manifestent enfin. Tout en se démultipliant, la multitude de Déesse Grecque entoure les deux femmes. D'une seule voix, les Héra s'adressent à Big Barda et Tula.

"Vous ne pourrez jamais me vaincre. Je suis la Déesse Ultime ! Moi seule suis capable d'offrir à ce monde la Paix qu'il désire. Disparaissez de mon chemin !"

Une bourrasque de vent provient de tous les côtés à la fois, plaquant les deux femmes l'une contre l'autre. Héra rit, sourit, s'amuse. Elle est si proche de sa victoire, bientôt, très bientôt, la Terre sera à elle. Mais avant tout, ces deux femmes devront périr, elles seront les prémices de sa victoire.



[HRP]Vous voilà donc dans la dernière ligne droite du combat épique. Faites-vous plaisir ! Une dernière chose, que ce soit la Shim'Tar ou Héra, aucune des deux ne peut mourir.
Pour Tula et Barda : je me suis permit de vous mettre quelques bâtons dans les roues. Héra étant une déesse, ses copies sont parfaites ou presque… Alors bon courage à vous deux pour savoir laquelle est la vraie ![/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3871
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Mer 10 Déc - 0:49
Cyborg se débrouillait comme il le pouvait. Si ce n'était pas de ses capacités avancé, il n'aurait probablement vu que du flou et des coups. Pourtant il distinguait parfaitement son environnement comme si tout était un tableau. Tout dans l'action, il pouvait voir et prévoir chaque coup. Une épée à la droite 40 degrés, il leva le bras en changeant sa structure corporelle pour créer un bouclier, l'épée se fracassa. Second coup 70 degrés une lance elle arriverait directement dans son coeur, un lancé digne d'un maître. Le bras de Victor fracassa la lance dans son manche ce qui dévia sa trajectoire. Une femme sauta sur lui le serrant par le cou, décharge électrique tout le long de son corps elle tomba à ses pieds, il recula. Un arc pointé sur lui à dix heures angle de 22 degrés 100% de degrés d'atteindre. Il fixa son canon vers l'endroit et l'arc se transforma en cendre.

Le combat continuait à faire rage. Chaque coup était calculé les amazones frappaient de toute leur puissance. Leurs expériences au combat étaient sans égales Victor ne tiendrait pas longtemps. Du coin de l'oeil, il vie Barda partir vers la maison blanche avec Aquagirl à sa suite. Un coup de poing bien visé frappa Victor en plein ventre, il recula sous l'impact. Le second coup trouva la paume hydraulique de Cyborg qui cassa sous le même coup les doigts de l'amazone. La shim'tar, il devait la trouver...

Activant ses jambes hydrauliques, il courut et prit une des amazones comme tremplin. Sautant en s'appuyant sur ses épaules il brisa une flèche dans son vol qui lui était destiné. Il était devenu une cible facile pour les archères et les lanciers. Il scanna rapidement le champ de combat. Ou était-elle? Il l'a trouva, mais que ne vit-il pas sous ses yeux.

Doomsday...

En retombant, Victor entendit quelques choses dans sa tête. [color=#ccccff]Heart Attack Ready[/color] Pas maintenant répondit mentalement Victor. Il frappa une attaque taser dirigé vers un groupe d'amazone 123% de puissance un arc électrique se créa il en électrocuta plusieurs à la chaîne. Il courait devant lui, ne restant plus immobile pour sa défense, il fonçait dans la masse. Il augmenta la puissance de son bouclier pour essayer de contenir les coups surtout il chargeait tête baisser tout en continuant à analyser la scène. Lance à 15h, 83 degrés, le coup ne touchera pas sa cible. Épée midi angle direct, évitement vers l'est, puis riposte, le bras de l'amazone brisa sous le coup.

Je n'y arriverai pas... je dois passer... je n’ai pas le choix je rechargerai.

Victor tendit le bras et son canon se forma rapidement, l'oeil du centre de son bras clignotait rouge, puis soudainement il se vida et le canon de Victor rougi. La décharge fut violente. Fort heureusement la majorité des amazones avaient prévu le coup, elles avaient quitté la trajectoire de la charge d'énergie. Victor courut derrière la charge. Il profita de cette voie sans embûche pour passer à travers la marée d'amazone, il voyait la Shim'tar et Doomsday, il esquiva encore une fois une flèche en augmentant la poussé de ses jambes puis arriva face à doomsday.

NOOON!

Doomsday allait frapper la Shim'tar. Victor ne savait pas si elle connaissait l'étendue du pouvoir de ce monstre. Lui qui avait tué Superman, elle n'y arriverait pas seule et personne n'aiderait la Shim'tar sinon elle ne serait plus la Shim'tar. Mais elle ne tiendrait pas, elle mourrait face au monstre. Cyborg ne pouvait pas empêcher plus grande colère pour une déesse de perdre son avatar, il fallait éviter à tout prix que cela arrive. Il sauta pied devant joint et atterrie en plein sur la tête du monstre qui s'envola quelques mètres derrière sous l'impact du coup. Il se retourna vers la Shim'tar.

Fait partie tes guerrières ou elles mourront sous sa main. Affrontons le seul, il y a déjà eu trop de morts sur ce terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Inscription : 08/09/2014
Messages : 115
DC : Animateur géré par Barry Allen
Localisations : Oblivion Bar
Groupes : Shadow Pact
Shadowpact
MessagePosté le: Ven 12 Déc - 16:36
Phantom Stranger envahi prit les membres du Shadowpact et Luthor à leur sortie du Tartare. La transition avait été si rapide que certains ne devaient même pas s'être rendu compte du changement dans la magie de transport. Phantom Stranger lui avait senti par contre quelques choses de changées dans son groupe, il y avait maintenant plus 1 damné, mais 3... dommages pour eux. Se dit-il, sans plus de forme de cérémonie. Ils atterrirent dans la maison blanche, pas dans le bureau ovale, mais dans une partie des quartiers d'habitations. Il disparut aussitôt. Black Orchid avait repris sa forme normale sa connexion avec le green étant rétablis sans corruption. Luthor s'écrasa par terre. Puis se releva comme si la fin de son séjour en enfer l'avait ragaillardit.

Une télévision était ouverte et passait en boucle les dernières images filmées par GBS et certains vidéos amateurs qui filmait en ce moment même l'enceinte de la maison blanche. Les amazones contre Cyborg, Doomsday, même le nain psychotique avaient fait une apparition dans les vidéos. C'était la guerre, la maison blanche était à feu et à sang... Puis un soubresaut terrible vint secouer la maison blanche. Un combat faisait rage également à l'intérieure et pas simplement à l'extérieur. Le plancher fut secoué d'une violente attaque qui ne laissa personne indifférent sur place. Le lustre se mit à balancer et rapidement le courant fut coupé. La télévision et les lumières s'éteindre et tout se qui restait était la lueur de l'extérieur qui semblait se balancer par le feu créer d'explosion de nombreuse voiture.

La maison du peuple était la scène d'une des plus grandes tragédies de l'histoire. Le président était maintenant présent et le Shadowpact se trouvait sur place. Était-ce la raison de leur rassemblement était-ce la raison de ce nouveau pacte, nul ne le savait encore sauf bien sur le Phantom Stranger, qui bien qu'aillant disparus gardait un oeil en permanence sur ses protégés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 21/08/2014
Messages : 240
DC : The Flash
Localisations : Oblivion Bar
Shadowpact
MessagePosté le: Ven 12 Déc - 16:57
Enfin, sortie des enfers. Sa connexion avec le Vert était rétablie et tout ceci lui avait donné mal au cœur. Elle renvoya sur un des précieux tapis de la maison blanche. Elle était encore traumatisée encore en recherche d'une réponse. Argus, l'enfer et maintenant ça... c'était trop, n'importe qui aurait craqué, mais dans le moment ce n'était pas le temps. La guerre avait éclaté au cœur même de l’Amérique. La télévision avant de s'éteindre avait découvert une réalité nécessaire à la présence de toute cette horreur. Héra, l'enfer, Luthor, c'était ça. Puis tout se noircit suite à un problème majeur. Le combat s’était transporté à l'intérieur. Elle réagit en soldat, comme Garcia.

Gardez le président.

Elle se dirigea vers la fenêtre et sauta pour la défoncer, elle vola afin de voir par la fenêtre dans le salon de la maison blanche ou elle trouva Barda et Aquagirl (qu'elle ne connaissait pas encore) dans un combat contre Héra, en fait, contre plusieurs Héra. Elle se concentra puis défonça la fenêtre afin d'entrer elle aussi en combat. Cependant elle n'entra pas seule. Toutes les racines qui couraient sur le terrain de la maison blanche des arbres qui avaient vu le jour avant même la naissance de cette jeune nation venaient de sortir de terre pour passer par les murs et la vitre. Galvaniser par sa connexion retrouver et pas la colère et la folie qu'elle se refusait de laisser paraître. Par son désir de vengeance stimuler par la torture d'ARGUS et d'Hadès, elle fonça dans la bataille avec tout ses atouts possibles. Le combat serait pour le moment son exutoire en lieu et place de la folie. Orchid transforma ses bras en ailes et ses pieds en serre acérée. Épousant sa connexion renouvelée également avec le Red Black Orchid se déchaînèrent elle et les autres royaumes contre la déesse et ses clones.


Ton frère ne m'a pas arrêté, tu ne m'arrêteras pas non plus Héra...

Les racines s'enfoncèrent dans de nombreux clones ne sachant pas si c'était le vrai ou la fausse, et Black Orchid comme une harpie fonçait sur ses ennemis pour les déchiqueter. Le rep et le vert se mêlant d'un monde qui n'est pas le sien, celui des mythes et des légendes, mais il le pont impossible qu'était Black Orchid s'enragea et laisser toute sa détresse et sa rage canalisée ses connexions et ça force pour vaincre son ennemie. Elles paieraient pour tous les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 13 Déc - 22:19

Le Docteur était particulièrement à l'aise dans la poigne griffue qui faisait sa taille voir un peu plus. N'importe qui d'autres aurait sévèrement tremblé à sa place, car il suffisait au monstre destructeur de serrer une peu plus ses doigts pour broyer le petit homme et n'en faire que chair à pâté.

Mais, cela n'arriverais pas. Il avait le contrôle.
Le contrôle absolue sur cet esprit faible né pour servir ceux des plus grands, les grands esprits comme le redouté Docteur Psycho.

Arborant un sourire carnassier, comme s'il était lui même la créature indestructible assoiffée de violence qui allait écraser toutes ses dangereuses furies hystériques, le docteur regardait la guerrière relever son défi et une mort certaine.

Les Amazones reprenant leurs esprits se lacèrent par dizaines contre Doomsday dont l'objectif prioritaire était de protéger le Docteur. Il se recroquevilla alors que les armes magiques lacéraient sa peau. Mais les têtes des masses se brisaient contre ses extensions osseuses, les pointes des pilums se tordaient en s'enfonçant dans son épiderme et ses coupures rapidement se refermaient.
L'instant d'espoir et de lutte était terminé.

Doomsday leva son bras libre et le fit tournoyer comme un fléau absolument mortel. Les Amazones étaient projetées en tous sens, s'écrasant à des centaines de mètres contre les façades des bâtiments ou roulant sur le sol, labourant terre et bitumes.
Le temps des moissons était terminé.
Le bon Docteur allait amender ce sol horriblement souillé par cette engeance féminine avec leur propre sang.

Avec une vitesse prodigieuse, le géant gris élimina toutes les Amazones à sa portée. Certaines étaient projetées, d'autres écrasées, quelque unes broyées. Tout cet équipement martial se trouvait être bien inutile face au fléau ultime.

Le Docteur était dans un tel état d'extase et d'allégresse, qu'il était sur le point de s'évanouir. Ce spectacle était mille fois plus jouissif que lorsque le monstre s'en était pris à Superman et en plus, il était aux premières loges.
Il y avait peu de résistance, peu d'enjeux dans celui-ci malgré la puissance des Amazones. Ce qui aurait pu en ennuyer plus d'un. Mais la bête s'en prenait cette fois à ce que le Docteur haïssait le plus et lui offrait enfin depuis des années, une digne vengeance.

A présent, Doomsday se tenait droit devant la Shim'tar couverte par son ombre. Le visage sévère de l'officier tentait vainement de ne pas trahir le funeste destin auquel elle était maintenant préparée à embrasser pour sa Déesse. C'était un sacrifice, voilà tout.

« Qu'importe les sortilèges de votre Reine impie, l'homme saura toujours vous remettre à votre place... »

« A genoux. »

Doomsday leva son bras prêt à frapper, la guerrière son épée prête à contrer et soudain le Cyborg s'invita d'une manière impromptu dans la bataille.
Sautant sur la tête de la créature, il se joignit à l'Amazone pour se joindre à son sacrifice.

« Vous n'avez donc aucun sens morale ! » aboya le Docteur contre cet homme qui se devait d'être son allié temporaire, pas son ennemis.

« Tu la vois décapiter ces pauvres innocents et tu la protège à présent ! »

« Je n'ai vraiment jamais compris pourquoi on vous honore... Luthor avait raison et si sa tête trône au sommet du lit de cette folle, je terminerais son œuvre en débarrassant le monde de votre Ligue de fous. »


Provoqué par ce sois-disant héros, le Docteur était maintenant furibond et la créature sous sont contrôle tout autant.
En moins d'une milliseconde, il balaya avec rage la Shim'tar et se jeta sur le Cyborg, avant même que sa technologie ne puisse enclencher des contre-mesures, afin de l'empoigner cruellement.

« Imbécile. » jura le Docteur dégouté par cet homme en donnant mentalement l'ordre à la bête de l'écraser comme une bruyante bouteille d'eau recyclable.


[HRP : J'abuse peut être de la super vitesse de Doomsday, mais c'est pour l'épique de la situation Wink C'est donc à un être suffisamment puissant qu'il conviens de sauver notre amis Cyborg...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 15 Déc - 12:24

Lorsque Daniel arriva sur la terre ferme, il se rendit compte que la totalité de ses blessures étaient bien plus guéries que ce qu'il lui avait semblé aux premiers abords. Malgré tout, la douleur continuait à lui parcourir le corps et il ne pourrait tenir très longtemps face à un potentiel ennemi. Parfois, il lui arrivait de regretter le temps où il n'était qu'un simple membre de la Police montée. Parfois seulement. Alors qu'avant même qu'ils ne puissent dire quelque chose, Black Orchid sauta par la fenêtre et disparue. Daniel passa un bras de Luthor par-dessus son épaule et se tourna vers Shade et Sentinel. Vu son état, il ne leur serait d'aucune aide réelle, et préférant leur éviter un poids de plus, il s'enfonça dans le Royaume des Ombres.

- Je l'amène dans le bureau Ovale, de là, je ferais tout pour qu'il reste en vie… J'espère qu'on se reverra.

Un demi-sourire aux lèvres, le Dark Crow se souvint d'un jour où, alors qu'ils allaient se quitter, une certaine femme lui avait dit la même chose… Amusé, le Dark Crow, pourtant bien froid et distant avec autrui sentait qu'il avait changé énormément durant ce voyage aux Enfers. Mourir pour mieux renaître… Telle était la définition de la Carte du Tarot qui le représentait avant…

Leurs corps se fondirent dans les Ombres une nouvelle fois. Comme à l'accoutumée, Daniel ne savait pas réellement se diriger. Mais une voix passablement commune lui parvint aux oreilles. Elle l'attirait, le faisant avancer les yeux ouverts dans ce monde dénué de lumière. Puis, aussi étrange qu'il aurait pu paraître, ce dernier décida de lui offrir une partie de sa présence. Monts et lacs sombres, mausolées autant que Cathédrales, tout ici ne reflétait qu'un calme immense. La douceur de l'Ombre se perdait devant les yeux d'un Canadien ébahi.

Il doutait que ce soit la présence de Luthor qui avait fait cela. Un le froissement d'une aile, un simple battement discret lui fit comprendre les raisons de ce changement. Il s'était ouvert à ce monde qu'il craignait auparavant. Le Crow l'avait finalement désigné comme digne de lui offrir ses yeux et son regard. Avançant d'un pas bien plus assuré, Daniel sentait l'appel de la pièce qu'il cherchait à atteindre. Une porte se dessina alors devant lui. Toute faite de bois et finement décorée, il hésita à l'ouvrir… Non, il était encore trop tôt… Il ne devait pas se détourner de sa direction. Il en allait de la vie de Luthor. Ici, le Dark Crow ignorait si l'homme pourrait survivre encore longtemps. Toute chose dans ce monde agissait d'une manière bien différente…

Au bout de plusieurs minutes de marche harassante, les deux hommes finirent par trouver le lieu tant espéré. L'ouverture se fit dans le sol, juste devant les pieds de Daniel. Finalement, cette façon de se déplacer n'était pas si désagréable. Qui plus est, elle lui évitait de rencontrer quelques… Soucis désagréables. Sautant dans le lac d'Ombre, ils se retrouvèrent en plein milieu du Bureau Ovale. Pas âme qui vive à l'horizon, seulement les bruits de combat et les cris qui provenaient de l'extérieur. Non personne…


- Mettez-vous là.

Daniel prit soin d'asseoir Luthor sur ce qui devait être autrefois son fauteuil. S'approchant de la porte, il dégaina son arme et la chargea. Lentement et sans un bruit, il tourna la poignée. Un cliquetis se fit entendre et la masse de bois blanc pivota dans se gonds. Le couloir était vide lui aussi… Rassuré, il referma la porte derrière lui, et s'adossa au mur tout à côté. Son regard se posa sur Luthor qui semblait avoir un peu récupéré. L'homme fouillait frénétiquement dans ses tiroirs apparemment à la recherche de quelque chose…
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 10/12/2012
Messages : 396
MessagePosté le: Lun 15 Déc - 13:22
Rien ne se déroulait comme l'avait prévu Héra. Les Amazones tombaient les unes après les autres. Malgré leur toute puissance, ces femmes restaient de chair et d'os, et face à la colère destructrice de Doomsday, elles étaient totalement désemparées. Leurs corps brisés s'écrasaient lourdement sur le sol, en un amas démembré et volubile. Tout à son habitude, Doomsday massacrait sans vergogne, ses poings s'abatant tels d'immenses marteaux vivant. Fauchant jusqu'à la vie elle-même. Face au désarroi de ses sœurs, la Shim'Tar s'était attaquée directement à la bête. Mais sans résultats. Frappé ouvertement par la force incommensurable de ce démon, elle se retrouva dos au sol, incapable de bouger.

Alors que son souffle de vie allait s'éteindre, la lumière d'un acier brillant à la manière d'un soleil salvateur lui offrit une nouvelle vague de vie. Pourquoi ce mâle l'avait-il sauvé ? Elle qui était son ennemie ? Qu'est-ce qui poussait certains hommes à offrir leurs corps pour sauver la femme qu'ils aimaient ? Un seule fois un homme avait été accepté par elles et ses sœurs… Il y a très longtemps, à cette époque déjà, la Déesse Héra désirait le tuer car il n'était que l'engeance de son mari et d'une humaine… La Déesse… Aurait-elle fini par vouloir diriger le monde seule ? Oubliant jusqu'à ses filles ? Non, la Shim'Tar ne pouvait se l'avouer. Ce n'était pas possible.

Mais où était-elle ? Sa magie aurait eu tôt fait de renvoyer ce monstre dans son monde. D'une seule main elle aurait pu retourner la situation à leur avantage. Mais elle n'était pas là. Le doute, quand à lui, s'installait dans le cœur de la Shim'Tar. Plus virulent que le pire des poisons, il s'installait en elle et fini parla convaincre d'une chose… Héra n'était plus celle qu'elle avait été fut un temps. Désormais elle se désintéressait de ses filles. Toutes ses filles…

"Je ne peux pas faire grand-chose d'autre… FUYEZ MES SŒURS ! JE VOUS PROTEGERAIT DE MA VIE S'IL LE FAUT ! FUYEZ C'EST UN ORDRE !"

Se relevant, la Shim'Tar se tint à côté de l'homme de métal et ils firent face à Doomsday dont la rage devenait presque palpable. Passant devant Cyborg, elle joignit ses mains devant elle et commencer à psalmodier une complainte apprise par les Amazones. S'adressant à Cyborg, elle lui parla de la même manière.

"Vous m'avez sauver la vie Mâle. Tu es le second que je respecte durant toute ma vie. Maintenant c'est à moi de te remercier."

Courrant jusqu'à Doomsday, la Shim'Tar apposa ses mains sur la bête hurla de toutes ses forces.

"Εξαφανίζεται ! Γόνος του διαβόλου !"
(Disparaît ! Engeance du Démon !)


Une lumière diffuse éclata de la Shim'Tar. Les pouvoirs magiques conférés par la Déesse Héra l'emporteraient très certainement avec elle. Mais peu lui importait, ses sœurs étaient libres désormais, et toutes pourraient vivre en paix. Le halo de lumière entoura Doomsday et l'écrasa petit à petit avant de disparaître dans une perle dorée qui éclata et retomba sur le sol en un parterre de fleurs multicolores. Le corps inanimé de la Chef des Amazones s'écroula sur le sol, sans vie. Seul un sourire satisfait pouvait encore se voir sur son visage.


¤¤¤¤¤


Que ce soit une pseudo-déesse ou une Atlante, personne ne pouvait faire quoique ce soit contre elle. Héra était puissante, immortelle ! Elle était LA Déesse de toutes choses sur Terre. Sans elle, rien ni personne n'était capable de vivre. Son souffle était la vie, sa main, le marteau qui créait et modelait toutes choses. Son rire sadique s'éleva dans l'entièreté du couloir. La sensation que quelque chose disparaissait la parcouru une fraction de seconde. Une Amazone venait de disparaître ? Tant pis, une autre la remplacerait et ainsi de suite. Toutes n'étaient que des pions. Car au final, elle seule ferait capituler les hommes de cette Terre. Ses clones encerclèrent les deux femmes, et alors qu'elles s'apprêtaient à leur porter le coup de grâce un bruit fracassant leur fit tourner la tête.

Que pouvait bien être cette chose ? Une harpie ? Ici ? Héra ne les avaient pourtant pas appelée. De plus, cette dernière s'attaquait à elles… Encore une ennemie qui allait périr par sa main. Son pouvoir lui provenait d'une chose que la Déesse détestait au plus au point. L'engeance de deux mondes distincts. Cette créature n'était en rien différente de ce misérable d'Héraclès. Elle se prenait pour le maillon de deux peuples ennemis…

"Mon frère n'est qu'un idiot ! Il n'a jamais su combien les humains méritaient bien mieux que Zeus pour les gouverner ! Moi, et moi seule en suis capable !"

Héra repoussa les racines qui sortaient du sol, ronces et plantes, rien n'était épargné par le revers de la main de la Déesse. Alors que ses clones, quoique parfait, disparaissaient les uns après les autres, elle se tenait encore droite devant la harpie déchaînée.

"Tu ne peux rien contre moi misérable créature ! VOUS ne pouvez rien contre moi."

Au moment où Héra se mit à rire aux éclats, les haut-parleurs de la Maison Blanche se mirent à résonner…


¤¤¤¤¤


Dans le bureau Ovale, Luthor de retour à sa place s'était acharné à retrouver la télécommande qui dirigeait toutes l'infrastructure sonore. Face à lui un homme portant le symbole de ce pays du Nord le regardait fait sans dire un mot. Le Président trouva ce qu'il cherchait et appuya sur un bouton. Un micro sorti devant lui, et il s'adressa au Canadien.

"Aidez-moi à me lever."

Daniel obtempéra et servit de soutien à un Président encore assez mal remit de son voyage en Enfer. Penché sur la table, Luthor appuya sur un second bouton qui allait changer à jamais la face du pays. Car, bien au-delà de Washington, partout dans le pays, les radios transmettront l'annonce qu'il allait faire.

"Habitants de Washington et des Etats-Unis d'Amérique. Moi, Lex Luthor, votre Président suis de retour. Désormais vous ne craindrez plus rien. Mon ex-épouse sera jugée et sa peine sera équivalente à la douleur qu'elle vous a fait subir ! Sortez de chez vous ! Peuple des Etats-Unis, levez-vous ! Et n'oubliez jamais que le mérite est à ceux qui luttent constamment !"

Tout était joué. Héra avait montré son vrai visage, mais elle avait oublié une chose. Lex Luthor ne se laissait pas tuer aussi facilement. Tout autant Déesse qu'elle était, elle ne pourrait jamais rien contre lui. Sa volonté aurait pu le détruire en milliers de fragments, rien n'aurait changé pour lui. Il restait le Président incontesté du Pays. Et elle ne pouvait rien faire contre ça !


[HRP]Comme vous pouvez le constater, ce RP d'Event touche à sa fin. Quelques notes concernant vos futures réponses.
- La Shim'Tar n'est pas totalement morte…
- Héra est surpuissante ! Vous aurez beau la frapper, elle évitera toutes vos attaques.
Aussi je me suis permit de renvoyer Doomsday là d'où il venait. Et ce, afin d'éviter un massacre inutile. Les Amazones ont assez fait de dégâts comme ça n'est-ce pas ?
Mon prochain poste sera fait Jeudi, ce dernier aura lieu de fin officielle de l'event. Alors si vous souhaitez poster une dernière fois, profitez-en.[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 16 Déc - 15:26
Tandis que Crow fit disparaître Luthor avec lui dans les ténèbres des shadowlands, Orchid se rua vers le Bureau Ovale pour s'en prendre directement à l'envahisseur. Ils n'étaient pas des conspirateurs mais des soldats. Alan était à l'aise avec cela, même si les actions du Shadowpact devraient rester ternes à jamais sans quoi cette discipline qu'ils avaient leur éclaterait à la figure. De même que les groupes de droits des femmes et de protestation semblaient gauchis à jamais par l'action impudente des Amazones de Bana Mighdall, ils finiraient par être affichés comme une secte terroriste. Alan refusait cela, mais se cacher n'était pas une option suffisante pour changer les choses. Toujours dans ses habits civils, ôté de sa superbe par son épreuve dans les catacombes de l'Olympe, Sentinel n'en était pas moins investi du pouvoir de la Starheart. Elle le poussait, plus que d'habitude, comme si cette expérience dans la mort avait comprimé quelque chose, opprimé la Green Flame of Life. Il en avait des vertiges. Le Green, comme les plantes, tout ce qui pousse, ne demanda qu'à voir la clarté du jour. Pourtant, Alan était presque aveuglé par le changement de décor subit.

Il se précipita vers les diverses victimes en présence, comme un premier témoin de secours possédant un pouvoir immense pouvait le faire. L'afflux de particules photoniques sur sa peau fut rapidement transformé par l'ancien Green Lantern en énergie, qu'il distribua pour donner de la chaleur réparatrice aux combattants, victimes collatérales et personnes agressées. Ils ressentiraient l'équivalent d'une bonne fièvre, et leur corps serait dans les meilleures conditions pour produire les processus nécessaires à une guérison accélérée. Aucun miracle n'était possible cependant, et Alan utilisa cette manipulation thermique en volant également de l'énergie en des endroits très localisés. Utiliser la Starheart pour tordre les lois de la thermodynamique de telle façon lui coûtait énormément d'effort et de souffrance. A ce prix, tous les membres arrachés et les organes sans vie se voyaient rapidement réfrigérés. L'atmosphère autour de la scène de ruine se chargeait de perturbations statiques, à cause du tour de passe-passe physico-magique opéré par le citoyen Scott. Cela ne fut pas long avant que des mini-tornades bénignes et une fine pellicule de pluie ne prennent place sur ce paysage en pleines retombées de violence.

Par la grâce divine, les guerrières conquérantes déposaient une à une les armes, tandis que la menace de Doomsday devenait un souvenir du passé. La menace d'une force supérieure avait suffi pour cette fois à faire vaciller la foi aveugle des fidèles. Alan espérait en un jour meilleur, mais toute cette situation le rendait confus. Par les haut-parleurs résonna un message d'apaisement et d'espoir, de la part d'un président qui s'avérait de plus en plus difficile à débouter. Regardant ses mains luisantes d'un aura de jade, il referma les deux poings en même temps et le halo s'éteignit dans une légère fumée, semblable à une chandelle que l'on souffle. C'était fini, il ne resterait qu'à en démêler les aboutissements. Arrachant la fabrique de sa chemise, il s'employa à panser les blessés, comme tout homme entraîné au secourisme le pouvait. Le bilan serait catastrophique. Il sentait, en arrière-plan, le bourdonnement de la Starheart qui continuait à infléchir le flux de chaleur pour réchauffer les vivants et geler les parties perdues.

"Bon sang d'Enfer," jura-t-il.

Il lui fallut l'espace d'un instant pour comprendre qu'il avait laissé l'anneau en-bas, et qu'il devrait réfléchir à ce qu'il conviendrait de faire à ce sujet. L'anneau n'est plus qu'une construction de plus pour le rassurer dans ses pouvoirs, mais il se demanda si le lien était toujours effectif à travers les mondes. Et si la dissension pouvait émerger de ce joyau de lumière dans la main de l'entrepreneur Charon. En fermant les yeux, il crut voir ce qui entourait l'anneau dans l'outre-monde, mais ce n'était pas une pensée agréable. La chair de poule le gagna, il rouvrit les paupières et choisit de ne plus y songer. Facile à dire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 14:11
La Situation commençait à changer, des cris qu'elle entendait sonnaient la fin imminente des combats. Finalement une force suffisante était en train de renverser les Amazones et leur folie. Pourtant si de l'autre coté des murs un bouleversement ce produit , devant elle se tient droite et fière l'instigatrice de toute cette folie. Héra elle même, la soeur de son dieu elle le sait qu'elles ne jouent pas sur le même plan et même avec Barda de son coté il n'y a rien de sur qu'elle ne se prenne pas une fessée si grande que ses petits enfants aient du mal a s'asseoir.De plus la femme du roi des dieux ne semble pas enclin à juste se replier dans sa montagne pour retrouver son époux infidèle.

" Vous n'êtes pas ma déesse "


Elle se permet de le préciser en tant qu'atlante elle ne vénère que son frère les autres dieux étant relégués au second voire troisième plan. Ce n'est pas ce coup d'état misérable qui la fera changer d'avis , même si d'un point de vue tactique c'était bien joué , mais comme beaucoup elle à sous-estimé les surfaciens . Mais la reine des dieux semble vouloir plus que jamais aller au conflit puisqu'elle fait apparaître des clones d'elle même tout autour de la pièce. Barda en attaque quelques une avec sa masse , ou est un bâton ?

Tula même si elle ne semble rien faire utilise son don de l'eau pour trouver la véritable Héra , après tout des clones elle peut en fabriquer suffisamment vite pour que le combat devienne une farce et leur efforts réduits a néant. Soudain une créature entre en scène ailes et serres dehors et qui méthodiquement détruits chacun des clones de la déesse . Elle ne prends pas part au combat de la même manière que ses acolytes et préfère une autre approche. Héra est une reine , avec un peuple si elle est digne d'eux elle sacrifiera son ambition contre leur vies.

" Héra vous êtes une déesse et la reine de ce peuple qui combat avec ardeur pour vous , vos filles sont fortes et bien entraînées , elles doivent vous rendre fière"


Elle regarde droit dans les yeux une des apparitions de la déesse et elle sait qu'elle s'adresse a l'unique, la créatrice des clones.

" Néanmoins, vous avez sous-estimé les forces des surfaciens concernant leur domaine et à présent vous n'entendez que les cris de terreur et de douleur de vos filles "

Sa voix s'élève, claire et limpide à l'adresse d'Héra malgré le tumulte autour d'elles, ce bain de sang doit cesser et elle compte sur l'amour entre reine et son peuple pour la faire songer au repli.

" Vous les entendez n'est ce pas ? Maintenant la seule chose qui devrait être dans votre esprit est de veiller a présent à les sauver . Car une reine n'est rien sans son peuple"


Durant son monologue l'atlante n'attaque pas mais elle s'approche de la déesse doucement sans paraitre à un seul instant vouloir en découdre.

" Repliez vous Héra , vos filles meurent et vous avez perdu. Admettez votre erreur et plus aucun mal ne sera fait à vos enfants. "

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 21:00
Alors que le Docteur allait définitivement faire taire l'homme machine de la Ligue de Justice, le premier d'une longue liste assurément, la Chef Guerrière Amazone trouva les ressources pour faire quelque chose de totalement inattendue au moment où il avait eu tord de glisser un mot au Cyborg.

Une lumière dorée stoppa immédiatement le monstre kryptonnien et il lâcha son étreinte sur Cyborg.

« Comment ? Mais qu'est-ce qu'il se passé ? Tue le ! Tue le ! »

Cela n'y faisait rien, l'Amazone utilisait une magie que la créature n'avait encore jamais affrontée et cette fois-ci, cette unique fois-ci, cela marcherait, au grand malheurs du Docteur.
Pris lui aussi dans la lumière, il sentit qu'il devait s’enfuir au plus vite. Sautant dans un coin, il vis alors son pauvre jouet se faire ratatiner avant de disparaitre comme si un hippie avant lancé ce sortilège. Quelle infamie...

"Gloupss...''

Wotan ne lui pardonnerais jamais pour cette perte, s'il le gardait encore en vie, cependant.
La Guerrière elle s’effondra dans un ultime souffle. Une fin bien digne pour celle qui avait causée tant de morts. Le Docteur était très déçu par ce retournement de situation.

Mais, regardant autour de lui, il pu constater que Doomsday avait tout de même sut accomplir sa tache. Les Amazones étaient en déroute et la Déesse grecque ne pourra pas affronter le monde entier bien longtemps, son idéale corrompue sera brisée sous peu.

Inutile de dire que le Docteur ne s'attendait pas à des médailles de la part de ces ingrats de la Ligue. Le Cyborg l'avait à présent repéré et son esprit couplé à un ordinateur devait probablement lui offrir un avantage contre ses attaques psychiques aussi boostées à la Star Labs soient-elles.

Prenant ses jambes à son cous, le Docteur tenta de lancer une confusion psychique sur sa personne, mais cela se trouva finalement inutile, car il disparu lui aussi dans un éclaire de lumière.

« Heu... »

Se trouvant dans un espace totalement sombre, il sursauta alors devant le regard sévère de Wotan...

« Ah ! Numéro 1 ! »
« Et bien... Heu... Je vais tout vous expliqué... »


Cela s'annonçait mal...


[HRP : Finis de mon coté. Bon courage aux batailleurs contre Héra.]
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 29/11/2012
Messages : 3871
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Jeu 18 Déc - 21:08
Victor se couvera et son bouclier partit avec l'impact. Il tenta d'analyser, mais la lumière était trop aveuglante même pour lui et son oeil cybernétique. Quand tout fut terminé, il ne restait que la Shim'tar par terre. Victor courut vers elle. Il était peut-être trop tard, peut-être pas. Il pensait capter un pouls, mais c'était tellement faible qu'il ne pouvait dire si oui ou non il y avait une chance de la sauver. Il la prit dans ses bras et se retourna.

Les amazones de Bana-Migdall le regardaient, sans bouger semblant être en déroute. Il était devant elles, la Shim'Tar dans les bras et il les regardait. Une s'avança l'arme au poing, il ne savait pas trop ce qui se passerait, mais elle planta son épée dans le sol et se recula. Victor avança. Il portant la Shim'tar dans ce qu'il croyait être peut-être sa marche funèbre. Une haie d'honneur se forma sur son passage. Aucune amazone ne vint lui chercher des noises. Il marcha tranquillement restant aux aguets d'une attaque qui ne viendrait pas. Les amazones étaient en deuil de la Shim'tar, qui avait sacrifié sa vie pour les sauver. Une fois la foule traverser il se retourna l'espace de quelques secondes, pour expliquer ce qui allait se passer.

Je vais la porter à l'hôpital, une fois que ceci sera fait, si nous ne pouvons la sauvez son corps vous sera rendu. Si elle est vivante, elle sera confiée aux amazones de Themysciara, elles jugeront ce qui sera bon de faire.

Bana Migdall restaient silencieuses. Il ne savait pas si elles avaient accepté ou si elle préférait ne pas réduire le temps qu'il restait à la Shim'tar pour sa survie. Quoi qu'il en soit il se retourna alors que les amazones se mirent à chanter. C'était un chant guttural sans mots, mais il était sombre et triste Victor le savait. Il se rendit à l'hôpital le plus proche, mais dans sa tête résonnait encore le son de cette mélodie étrange qui mêlait toute sorte d'émotions en lui. Tout ceci était beaucoup et Victor savait que la police des États-Unis allait venir la chercher. Mais la Shim'Tar devrait être jugée par ses pairs, et malheureusement... ce n'était pas les Américains. Il resta donc à son chevet jusqu'à ce que les amazones de Tjemysciara viennent la chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Inscription : 02/05/2014
Messages : 199
DC : Animateur géré par Mister Miracle
Localisations : Watchtower
Justice League
MessagePosté le: Jeu 18 Déc - 22:26
Big Barda se saisit de sa méga rod. Elle mit ses deux mains sur le manche et la ramena avec force devant elle. Elle serra fermement le manche tellement que ses gants semblaient se tordre un peu dans la manoeuvre. Elle leva la Méga Rod et la ramena brusquement au centre de son corps. L'effet fut instantané et une puissante vague d'énergie brisa le vent d'Héra.

ÇA SUFFIT!

Puis pointant sa Méga Rod vers Héra une puissante boule d'énergie alla la frapper de plein fouet, la faisant reculer légèrement et brisant un peu sa robe. Big Barda profita de l'effet de surpris pour s'élancer. Elle frappa Héra en plein visage. Les coups faisaient effet. Certes le visage de la déesse ne semblait pas prendre de blessure, mais elle ne restait pas impassible comme quoi la new gods avait au moins la puissance pour l'atteindre. Elle la fit trébucher avec un puissant coup sur la tête qui la força à reculer et à tomber sur une racine de Black Orchid qu'elle avait quelques secondes auparavant fait tomber aux sols.

Ce ne sont pas les hommes qui ripostent à ta réforme. Ce sont les femmes qui ont choisi l'égalité et non pas la destruction du genre masculin. C'est dans cette dualité que les femmes et les hommes grandissent, deviennent plus forts et s'améliorent. C'est ensemble qu'on fait la différence et non pas en ayant une attitude sectaire et d'obligation. Regarde tes amazones nourrirent que la haine et les traditions qui font d'elle aujourd'hui des pions sans colones dans ton échiquier.

L'intermède fut de courte durée et Héra se releva, mais Big Barda était une vraie guerrière. Entraînée sur Apokolyps pour être la meilleure, elle savait se battre. Les females furies en avaient fait les frais et même si elle n'aimait pas cet héritage qui était le sien, elle savait l'utiliser à son avantage. Elle donna un rapide coup de genou puis une nouvelle décharge de méga Rod se qui eu pour effet de décoiffer la déesse. Puis soudainement plus aucun son à l'extérieur et un chant ne retentit. Un chant funèbre et triste.

C'est fini Héra... Ce monde n'est pas le tien. Entends tes filles pleurer, ne comprends-tu pas qu'il s'agit d'une erreur. Si le sort des femmes est si important, inspire-les, tends la main au faible, sois l'exemple de la féminité et de la force. Ne soumet pas par la force, gagne par l'amour et la fidélité te sera acquise pour plus longtemps encore... Sinon... on t'écrasera.

Elle pointa sa Méga Rod une dernière fois vers Héra. Big Barda avait une bonne stature et la confiance qu'elle inspirait en ce moment ne laissait aucun doute sur le fait qu'elle se battrait jusqu'à son dernier souffle. C'était une guerrière, c'était LA guerrière et si jamais guerre il y avait, elle ne se soumettrait jamais au tyran, plus jamais.

Alors que décides-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 18 Déc - 23:34
Les choses commençaient à dégénérer du côté de la maison blanche. Doomsday avait été invoqué, la Shim'Tar grièvement blessée, les Amazones avaient cessés le combat, Lex Luthor avait été ramené d'entre les morts par le Shadowpact. Héra était désormais seule avec sa colère et sa soif de vengeance sur les hommes. Mais tout cela réuni ne garantissait pas une victoire face à l'Olympienne. Même si Big Barda était également une déesse dans son genre, les pouvoirs de la Reine Héra était immense. Incommensurable sans aucun doute. Mais comme tous les Olympiens, elle avait un point faible. L'adoration. Elle devait avoir des fidèles pour accroître ses pouvoirs. Elle était apparue à cause sans aucun doute de la liberté grandissante des femmes, qui se révoltaient de plus en plus contre les inégalités avec les hommes. Héra était le porte parole de toutes ses femmes qui était chaque jours victimes d'un homme, d'une violence physique ou morale, ou d'une inégalité injuste.

Ses pouvoirs avaient grandi en même temps que les mouvements féministes. D'après Diana, elle était elle-même en quelques sortes responsable de son intervention sur Terre, elle-même étant un symbole de force et de liberté pour les femmes de ce pays. Mais si la volonté de Héra était bonne, ses méthodes brutales étaient extrêmes. Comment lui en vouloir ? Les dieux de l'Olympe ne jugeait que par les extrêmes. C'étaient des dieux. Ils ne connaissaient pas la notion de mortalité. La tristesse de perdre un être cher leur était totalement étranger. A partir de ce moment là, un massacre pouvait être une bonne idée.

Mais non.

Wonder Woman apparu dans les airs. Elle étaient accompagnés de nombreux hommes et de femmes, qui s'était réuni à son appelle. Des fiancés, des époux, des parents, des amis, parfois même des inconnus. Tous ces hommes et femmes avaient décidé de faire marche ensemble, pour réduire à néant la magie de Héra. Elle était la déesse du mariage. La force de l'union des hommes et des femmes étaient la source de son immense pouvoir. Mais ce pouvoir avait décidé d'une marche commune de lutter contre Héra. Ensemble, ils pouvaient le faire.

« Héra. C'est fini, s'écria Diana. Je comprend tes actes et tes désirs. Mais ce n'est pas aux dieux de l'Olympe de décider pour les mortels. Tu dois te dresser comme une protectrice, et non pas comme une dictatrice. Il est temps que cette folie cesse et que tu rejoignes ton mari.

Wonder Woman avait rejoint Héra dans la Maison Blanche et était venue à la rencontre de la déesse sans agressivité. Elle s'approcha de la déesse et tendit une main dans sa direction. Il était désormais temps de finir tout ceci sans rajouter davantage de blessés et de morts. Il y en avait déjà eu beaucoup trop.

« Je protégerais toujours les femmes de ce monde, ainsi que je l'ai promis à ma mère. C'est la tâche que tu as confié aux Amazones il y a bien longtemps. Nous avons été séparé des hommes trop longtemps. Alors que nous aurions dû leur montrer le chemin à suivre. Il est temps pour nous toutes d'agir dans ce but, mais pas en effectuant des massacres. Je refuse de croire que c'est la solution à un monde meilleurs pour les femmes.

Elle ne savait pas si elle allait désormais subir la colère de Héra. Elle était prête à se battre, à riposter en cas d'agression. Mais elle était persuadée, cette fois-ci, que la voie du guerrier n'était pas la bonne voie à prendre. Se battre avec une déesse était vain. La raisonner était peut-être encore plus compliquer. Mais Héra était lunatique. Il était difficile de savoir si les paroles de Diana allait provoquer davantage de colère ou apaiser les tensions. En tout cas, tout près d'elle, Big Barda était prête à en découdre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Girls Month] A l'assaut ! Pour notre liberté ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Magnum Photos, 101 photos pour la liberté de la presse
» Cherchons photographe pour notre mariage
» Manifestation à Montréal pour la liberté d'expression dans le domaine horrifique
» Trucs et astuces pour notre jardin
» POUR NOTRE FEE ;-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-