[Event de Noël] Un chant de Noël.

Invité

MessagePosté le: Mer 3 Déc 2014 - 18:46

La porte d'entrée avait rententi comme si les armées des Enfers avaient tenté de l'enfoncer. La solide structure en chêne massif de la grande demeure de Shade teint bon malgré tout et refusa obstinément de laisser entrer la personne qui semblait vouloir la percer de son poing.
Après quelques secondes, cela cessa, et le calme habituel qui entourait la grande batisse retomba, tel un voile sur l'air tiède de son intérieur bien chauffé.

Shade se redressa. Son siège près du feu lui offrait toujours une position convenable pour la méditation, et il était plus que rare qu'on vienne l'en tirer. A vrai dire, cela faisait des années que personne n'était venu frapper à sa porte. Même le facteur, quand courrier il y avait, n'essayait plus d'entrer, déposant simplement son fardeau au bout de la grande allée qui montait la coline menant au manoir. Après quoi il rentrait discuter avec ses amis et collègues de ses rêves de richesses et de ses projets pour plus tard. Se marier, acheter une grande maison comme celle du haut de la coline et être heureux.

Après tout, Noël et sa magie étaient propices à ce genre de rêves incensés. N'importe qui à ce moment de l'année pouvait espérer atteindre ses ambitions, être récompensé pour ses bonnes actions. Cela faisait doucement sourire Shade quand il y pensait. Tout ce qu'il avait, il l'avait obtenu à la sueur de son front, et souvent à travers les larmes du regret. Les sacrifices, les pertes, les combats et la mort, voilà ce qu'il fallait savoir faire pour être là où il était, devant ce feu à siroter un thé chaud. Il fallait être fort. Et ça, le facteur du coin ne pouvait espérer le devenir.

Voilà le train de pensée qu'aurait suivi Shade si jamais l'impromptu qui avait tambouriné à sa porte avait été le facteur. Mais ce n'était pas lui. Pas de bruits de pas, pas de respiration haletante. Tout cela Shade l'aurait entendu à travers l'interphone qu'il laissait toujours branché. C'était une vieille habitude, celle d'un homme qui avait passé tout une vie à être traqué à travers le monde, toujours aux aguets. La vie lui avait montré qu'on ne pouvait jamais vraiment se reposer sur ses deux oreilles. Mais depuis des années, son jardin recevait tellement peu de visite que le micro de l'entrée ne captait que quelques gazouillements d'oiseaux.

Mais ce soir, celui de Noël, que Shade ne fêtait jamais, en tous cas pas seul chez lui, on frappait à sa porte. Alors, quelques secondes après le boucan causé par les coups sur le bois, Shade se leva de son feu, rajusta son kimono, un souvenir de voyage, et se dirigea vers l'interphone. D'habitude il aurait appelé le Gobelin, mais quelque chose le poussa à agir lui même.

"Oui?"

Comme la maison autour de lui, l'interphone demeura muet. Légèrement irrité, mais toujours un peu méfiant, Shade tourna la clef massive dans la serrure et ouvrit la porte d'entrée de sa demeure.

Personne.

Les regard qu'il lança vers l'hebre de son jardin l'obligèrent à se rendre à l'évidence. Celui qui avait frappé était parti sans faire de bruit. Peut être des enfants qui avaient décidés d'aller voir cette grande maison qu'il ne connaissait pas, poussés par l'esprit de Noël et la hardiesse infantile.

Shade referma la porte, tourna la clef dans le verrou et retourna s'assoir devant son feu.

Quelques minutes passèrent, il commençait à se perdre de nouveau dans les volutes et les fumeroles de l'âtre quand un grincement suivit d'un courant d'air frais vinrent une nouvelle fois l'exirper de sa méditation. Cette fois, c'en était trop. Shade ne prit même pas la peine de se lever, il plongea dans l'ombre de son fauteuil pour ressortir par celle de sa porte d'entrée.

Cette dernière était grande ouverte, laissant le vent d'hiver passer. La clef était toujours dans sa serrure, mais le verrou était ouvert. The Shade ne savait pas que penser. Il avait été trop rapide à réagier pour laisser à quiconque le temps de partir en courant. Et de toute façon, on n'avait put ouvrir que de l'intérieur. Quelque chose ne tournait pas rond.

Un bruit dans le salon le fit sursauter alors qu'il refermait la porte. Un bruit de tasse de thé claquant sur une soucoupe en porcelaine. Shade ressera une nouvelle fois son kimono, et prêt à tout, il pénétra dans le salon.

Dans le fauteuil, dos à lui et face au feu, sirotant le thé encore chaud, quelqu'un était assis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 4 Déc 2014 - 19:48
« Shaaaade !! » hurla une voix d'outre-tombe, résonnant à travers les vieux murs. « Shaaade !! » reprit la voix de plus belle avant de laisser place à un petit rire amusé qui appartenait à une voix claire et raffinée sans même avoir tout à fait laissé le temps à l'écho de faire son œuvre et mourir tant le maître de maison n'était pas homme à se laisser prendre à des tels jeux.

« Héhéhé, navré pour cette petite comédie cher ami mais j'ai si rarement l'occasion de me prendre au jeu de la maison hantée. »

Car celui qui avait prononcé ces mots était ce qu'il est convenu d'appeler un spectre, ni plus ni moins. Mais le dit spectre n'était pas de ceux à traîner dans une tenue aussi fruste qu'un linceul, non, celui-ci était vêtu d'un habit de soirée de l'époque victorienne du plus haut chic et du blanc le plus pur. On put entendre un léger souffle qui semblait venir de nulle part, un nulle part sous un haut-de-forme et un monocle qui semblaient tenir dans le vide absolu et vers lequel une main gantée vint tendre une tasse de thé, le dit thé semblant disparaître au contact de rien. Mais si vous aviez interrogé leur propriétaire, il vous aurait seulement rétorqué qu'un peu de mystère suffit à conférer de l'élégance à ce qui agresse les sens.

« Hmm, tout à fait délicieux, comme un goût... d'autrefois. Ce qui n'est pas sans rapport avec le sujet qui m'amène mais chaque chose en son temps. D'aussi loin que je te connaisse mon cher Shade, tu as toujours eu le chic pour te faire des amis partout chez les coquins comme chez les bons, pourtant je ne vois là ni convive ni table richement parée avec en son milieu une dinde à point rôtie, rien qu'une soirée de célibataire désespérément paisible et... solitaire. Shade, vieille canaille, aurais-tu donc oublié que c'est ce soir Noël ? Eh bien réjouis-toi mon ami rabat-joie, s'exclama le défunt dandy en se levant d'un bond, les bras en l'air s'accompagnant d'une légère révérence, car ton vieux camarade le Gentleman Ghost est venu tout spécialement te le rappeler dans le but d'illuminer un peu ta face de carême donc inappropriée, et ce que tu le veuilles ou non ! Et comme le veut la coutume, je ne viens pas les mains vides. Tu accepteras bien de trinquer un verre de vin chaud... avant notre petite excursion entre gentilshommes d'un autre temps et d'un autre lieu... car comme je l'ai dit, c'est bien de cela qu'il s'agit », conclut l'élégant revenant tendant un verre dûment rempli à son hôte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 8 Déc 2014 - 10:58
Malgré le petit discours amusé et amusant de son collègue gentleman, Shade ne se dérida pas. Evidemment, il ne riait que très peu et lui arracher un sourire relevait de l'exploit. Pourtant, les paroles de Gentleman Ghost auraient d'habitude franchement fait sourire le propriétaire du manoir sur la colline. Mais ce soir là, Shade n'était pas d'humeur.

Peut être était ce Noël, et la joie ambiante qui le poussait à la morosité, ou cette méditation devant le feu qui l'avait plongé dans trop de souvenirs désagréables, toujours est il qu'il était de l'humeur la plus massacrante qui soit et l'intrusion de Ghost dans son intimité le mettait dans un état proche de la colère noire. En tant que gentleman, il ne pouvait rien laisser paraitre devant un confrère, mais nul doute qu'uil ferait son possible pour mettre l'intru dehors au moindre prétexte.

C'est ainsi qu'il s'assit sans sourire, mais faisant néanmoins un signe de tête en guise de salut. Il accepta le vin chaud et écouta sans sourciller les paroles fantasques de l'arrivant. Son discours était étrange, les mots choisis dans un objectif bien précis, mais il n'arrivait pas à savoir ce que voulait le fantôme. Peut être ne cherchait-il qu'un ami pour boire un verre?

Bien, juste un verre alors, et après, dehors! Ils burent, faisant tinter leurs verres et savourèrent la saveur acre et douce du vin. Quand ils posèrent leur verre, le son des objets retentissant contre le bois brillant de la petite table du salon, seul le feu suivit le silence de cette petite dégustation. Ghost n'avait pas d'expression sur son visage, n'en ayant pas, et Shade posait sur lui un regard indéchiffrable mais quoique poli.

Il avait parlé de voyage? Entre le froid du dehors et son humeur présente, il n'avait aucune envie de bouger. Il décida donc de décliner l'offre et de, par la même occasion, le mettre à la porte.

Merci pour le vin Gentleman. Pour ce soir, je ne souhaite pas sortir, je dois avouer que je préfèrerais savourer le confort solitaire de ma demeure. Tu peux bien sur revenir quand tu le souhaite, mais annonce toi à l'avenir, et évite de jouer avec les portes, je hais les courants d'air.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 11 Déc 2014 - 15:32
Gentleman Ghost reposa son verre, son invisible tête baissée comme en signe d'embarras, une émotion qui lui était étrangère entre toutes. On aurait même pu jurer entendre un soupir lourd de gravité qui semblait sortir de nulle part mais (ou plutôt justement) ne pouvait appartenir qu'à lui, lui qui avait pourtant fait de la légèreté quand ce n'était pas de la franche frivolité, une règle si ce n'est de vie, terme impropre pour ce qu'il en était de sa personne, du moins de conduite.

« M'annoncer ? Oui en d'autres circonstances, je l'aurais fait, sois-en sûr. Seulement, cela ne dépend pas de moi. Penses-tu, m'imagines-tu vraiment me déranger dans un but aussi manifestement... j'ose à peine le dire... moralisateur ? Mais ce n'est pas à toi que je vais apprendre qu'il existe en ce bas monde des puissances qui nous dépassent. Ni toi ni moi n'y pouvons rien faire hélas. Cela a d'ailleurs déjà commencé. Alors comme l'on dit « Tick Tock goes the clock ! » »

L'élégant revenant sortit alors une montre-gousset dont on put voir les aiguilles remonter en arrière à une vitesse exponentielle et ce sans même une manœuvre des doigts gantées de son propriétaire. Ce faisant, le décor adopta la même cadence, autour et sous les pieds des deux dandys. Le manoir de Shade et la ville autour avaient entièrement disparu, on ne pouvait plus en voir de vestiges. Et sans même faire un pas, son invité et lui traversèrent l'Atlantique où chaque bateau que l'on pouvait voir voguer semblait plus ancien que le précédent. Puis la terre ferme à nouveau, l'Angleterre à l'époque des fiacres déjà. Puis enfin Londres et ses rues enfumées, invariablement grises même sous la blancheur de la neige qui recouvrait les toits et les rues. Le Gentleman Ghost, demeuré étonnamment translucide, plus encore même qu'à l'accoutumée, paraissant donc plus spectral encore que d'ordinaire et ce depuis que cet étrange voyage avait commencé, referma le clapet de sa montre qu'il remit dans la doublure de sa veste, fit tournoyer sa canne puis brisa un silence devenu lourd au milieu du tintement des cloches, du pas des chevaux battant le pavé et des habitants que l'on entendait s'exprimer dans leur si pittoresque et désuet accent cockney.

« Londres, trop pleine de brouillard... et de gens sérieux. Quant à déterminer si le brouillard produit les gens sérieux ou si les gens sérieux produisent le brouillard, je ne saurais dire. Quoique, il semble régner dans ses rues une certaine joie de vivre, comme dit l'éternel rival d'outre-Manche. Car ici aussi c'est le soir de Noël, cela ne t'aura pas échappé. Ou plutôt c'était. Mais cela non plus ne t'aura pas échappé, n'est-ce pas mon cher vieux Shade ? Un de tes premiers, de surcroît. Pas tellement différent des quelques années qui nous séparent mais je m'égare, il ne s'agit pas de moi. Si tu veux y échapper, je crains que ne s'offre à toi guère d'autre choix que de le revivre, en spectateur cette fois, d'un œil neuf et souhaitons-le, plus aguerri. Tu ne pourras rien changer à ce Noël passé mais peut-être ce Noël passé te changera-t-il.

Tout en parlant, il étendit sa forte main et le saisit doucement par le bras. Lève-toi et marche avec moi. » Pas moyen de résister à cette étreinte quoique aussi douce que celle d'une main de femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 24 Déc 2014 - 17:55
Spoiler:
 

Si Shade pensait être maitre de la situation, lui qui était dans sa maison, lui, hôte de ce fantôme du passé, il se trompait. Ni lui ni Gentleman n'était le maitre de cette histoire. Il avait fait l'erreur de croire qu'il pourrait résoudre cette visite inattendue par un simple revers de la main. Tout cela le dépassait, tout cela était bien au dessus de ses pouvoirs, pourtant colossaux.

Il prit conscience de cet état de fait quand, comme par magie, le décors autour d'eux, la maison et les fauteuils, s'évanouirent dans la brume, tels des spectres de mobilier, laissant place au défilement vertigineux du temps. C'était tel un courant d'eau vive, pourtant fait de vent, qui les porta au delà des nuées, laissant la Terre sous leurs pied baigner dans les rayons de la lune.

Loin, loin au dessous, la Terre filait, comme si elle était happée par le temps. Ce dernier courrait, peut etre plus vite qu'aucun Flash n'aurait put le faire. En quelques instants, les deux hommes, les deux fantômes se retrouvèrent dans un endroit bien différent de la maison de l'immortel. Ils se retrouvèrent là où ils devaient être.

Shade n'eut pas besoin des quelques mots du Gentleman pour savoir où et quand il se tenait. Les souvenirs de ce soir de Noël n'étaient que trop bien gravés dans sa mémoire. N'importe qui aurait cédé à la panique, autant devant cette démonstration du surnaturel que devant l'évidente torture à venir. Mais Shade n'était pas n'importe qui. La stupeur disparu de son visage en un instant car il s'était résigné. Peu importait la raison, il n'avait pas le choix. Il jura cependant de ne pas laisser ce qui allait se passer teinter son coeur de regrets, car nul doute que c'était la volonté de quiconque l'avait amené ici.

Aux côté de Gentleman, silencieux, il regarda la silhouette dévaler la rue, visiblement pressée de sortir des ombres des rues Londoniennes. Même à l'époque, Richard Swift ressemblait à une ombre. Tout de noir vêtu, il filait sur les pavés, ses pas retentissant dans les ruelles, légèrement étouffés par la brume naissante. C'était le soir de Noël, et à une époque où tous respectaient les préceptes religieux d'une Angleterre encore croyante, nul ne pouvait se soustraire à la coutume bienheureuse du réveillon en famille. A moins bien sûr d'avoir quelqu'un, une personne proche, avec qui s'enfuir.

C'était ce qui se passait ce soir là. Richard allait dîner avec sa bien aimée, une jeune et jolie femme du nom de Marguerite. Si il était d'une nature sombre, autant par son physique que par son mental, elle était le rayonnement même. D'ailleurs, quand il déboucha aux portes du restaurant chic "The French Sir", elle semblait luire telle un soleil dans la noirceur de la nuit. Blonde, souriante, la peau pâle, la vie transpirait de tout son être. Et c'était ce qui avait probablement attrapé le coeur du jeune Richard. Tel un papillon de nuit attiré par une flamme, il venait se réchauffer dans les bras de sa bien aimée.

Et c'était Noël.

DONG

Un Noël passé depuis longtemps, Shade le savait. Le dîner se passa, calme, délicieux pour les convives, ennuyeux pour Ghost, insupportable pour Shade. Il SAVAIT ce qui allait se passer. Au moment même où il vit Richard, lui même en fait, sortir la petite boite de sa poche, il grogna. Quelle naïveté. Il s'en souvenait très bien. Il avait lui même regardé son reflet dans la glace avant d'aller à ce rendez-vous. "La magie de Noël" avait-il invoqué, croyant qu'elle lui serait d'un quelconque secours devant sa possible déconvenue.

Et ce qui devait arriver....

Devant la bague, la jeune femme eut l'air gênée des rendez-vous déçus, et quelques instants plus tard, elle s'habillait pour partir. Richard, sur sa chaise, était aussi décomposé que la lune pâle était voilée par la brume désormais épaisse. Totalement.

Ghost, quant à lui pouffa, recevant immédiatement un regard assassin de Shade. C'est sur, à ses yeux, un chagrin d'amour devait paraitre futile. Et sans un mot des deux êtres, le décors disparu, au son de la cloche du Big Ben qui sonnait minuit.

DONG DONG

Shade se retourna vers Ghost pour lui faire sentir son amertume. Mais le gentleman, pourtant présent quelques instants plus tôt n'était plus là. Swift était seul dans le vortex du temps et glissa impuissant vers le temps présent où son salon le reçu, aussi chaleureux que n'importe qu'elle autre pièce vide.
Il n'eut pas le temps de reprendre ses esprits que l'on sonna.

Shade fulminait littéralement. Ghost commençait à jouer avec sa vie (ou sa non-vie, qu'importait). Il arracha presque la porte pour l'ouvrir et s'apprêta à déchainer sa fureur sur quiconque se tenait là.
Mais il n'en fit rien.

Devant lui, se tenait un géant. Deux mètres de haut, une grande cape masquant sa personne, l'arrivant le toisait sans rien dire.

"Qui êtes vous? Que voulez vous?"

Lentement, mais surement, l'homme ôta sa capuche. Ce n'était pas un homme.
La tête de la chose qui le dominait de toute sa taille ressemblait plus à un crâne fait d'une glace fantomatique. Ses yeux rouges, enfoncés dans des orbites squelettiques, brillaient d'une lueur malveillante. Pour couronner le tout, sa mâchoire, à l'image d'une crâne humain, était apparente, laissant voir des dents pointues et aiguisées. Shade n'était pas impressionné, mais il était prêt à se battre s'il le fallait. Géant, monstruosité, rien ne pouvait le terrasser.

Mais l'autre ne bougea pas. Un sourire, si c'était possible d'appeler cela de cette façon, naquit sur le visage horrifique. Shade se trompait sans doute, mais il y voyait une forme de compassion.

"Je ne suis pas venu te faire du mal, petit homme, gronda la voix spectrale du nouveau venu, tu le fais déjà assez bien seul."

Il n'était pas sûr d'où cela venait, mais Richard avait l'impression que celui qui lui parlait était un vieil homme malade et triste, pas un monstre cauchemardesque. Il ne sentait aucune menace dans cette voix.

"Je suis venu t'avertir... J'ai comme toi suivi la voie sans issue de la solitude et de la tristesse. Ma fin, je ne te la souhaite pas, pas plus que ma vie de torture...."

Shade se renfrogna devant ces nouvelles leçons de vie. Mais ne put s'empêcher de frémir en entendant le ton plaintif de la voix du géant.

"Je n'ai pas eu la chance de me racheter. Pas comme toi, pas comme maintenant... Change ta vie, où tu aura ce destin..."

L'être remit sa capuche et lui tourna le dos, s'en allant en marchant. La voix continua pourtant de jaillir, comme le vent soufflant dans les arbres.

"Le destin gravé sur cette tombe...."

Et sans un mot, l'ombre tourna au portail et disparu, laissant Shade comme tétanisé.

DONG DONG DONG

Minuit sonnait. Et alors qu'il se retourna pour aller se réfugier près du feu, il ne put s'empêcher de s'arrêter dans sa course, son regard fixé sur ce qui, chose impossible, était une nouvelle colline dans son jardin.

Une colline avec une tombe en son sommet.

Shade savait très bien quelle tombe c'était. Il monta pourtant, car il ne pouvait faire autrement.
La montée sembla durer longtemps, et la colline semblait grandir sous ses pieds. En fait, il avait l'impression d'avoir marché toute sa vie sur cette colline. Et quand il arriva à son sommet, il vit la tombe.

C'était la sienne.

A coté de lui, Jay Garrick ôta son chapeau. Il ne pleurait pas, son visage portait uniquement les regrets. Ces regrets que l'on a quand on voit mourir une personne que l'on aurait aimé connaitre. et sans un mot, il descendît de la colline, laissant Shade seul avec lui -même. Seul, comme il l'avait toujours été.

Alors qu'il ne pouvait s'empêcher de rester là, Shade sentait en lui l'envie de fuir loin de là. Ses jambes ne bougèrent pas, mais sa volonté le tirait en arrière.

"Fuis"

Il tourna les talons.

[color=#ff3333"Fuis"[/color]

Ses pieds le guidaient loin de sa tombe.

"Fuis"

Et juste comme ça, il se réveilla dans son fauteuil.

DONG, DONG, DONG, DONG, DONG, DONG, DONG......

***

La Justice League organisait toujours un réveillon. Et cette année, les anciens de la League avaient même décidés d'organiser une petite sauterie de Noël, en souvenir du temps des premiers héros. Cela se passait à Keystone dans la maison du plus ancien des Flash, qui portait un toast à la prospérité des "petits jeunes", au moment où l'on toqua à la porte.

Il suspendit son verre, le posa sur la table et se dirigea vers l'entrée. Etrange, on n'attendait plus personne. Il ouvrit, se figea de surprise, puis son visage s'illumina d'un sourire franc.

Entre, entre, c'est un plaisir de te voir, j'en connais qui vont faire la grimace!

Et juste comme ça, Shade passa le meilleur Noël de toute sa longue vie.

Dong.....
Revenir en haut Aller en bas
 

[Event de Noël] Un chant de Noël.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [salon] Japan Event... à Clermont-Ferrand !!!
» Movie and Comic Event (18 au 19 Septembre 2010)
» Un nouveau Grand Méchant Admin
» Votre méchant préféré dans les Walt Disney
» L’amore au chant d’honneur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-