Un sourire dans la nuit d'hiver [ PV Sentinel et Red Robin ]

Invité

MessagePosté le: Mar 9 Déc 2014 - 20:49
HRP:
 

Voilà des mois que le Joker se terre a Amusement Mile...On est le 22 Décembre...et ce soir, la municipalité de Gotham a organisé un grand festival de Noël. Le Joker apprit l'existence de la soirée et il se jeta sur son téléphone pour donner quelques instructions...Quelques heures plus tard, ce dernier, bien à l'aise dans un fauteuil de la Fun House et bien gardé par ses hommes de main, le Joker s'amusait à jouer dangereusement avec ses armes et ses détonateurs. Il avait un plan bien précis et il savait ce qu'il allait faire...Il avait toujours cette petite idée en tête...

Héhéhéhéhé...Quelle journée...Des heures à préparer ma soirée de Noël...Il fallait être sûr que tout ceci allait se remarquer héhéhéhéhé...C'est vrai quoi ? Pourquoi semer désordre et chaos, si ce n'est pas pour s'amuser, où est l’intérêt ? Oh ? Du bruit ? pensa le Joker, un immense sourire aux lèvres.

Un groupe d'hommes, vêtus d'élégants costumes trois pièces sortirent d'une voiture qui venait de se garer dans les ruines du vieux parc d'attraction. Le Joker se leva d'un bond de son fauteuil et se dirigea vers la fenêtre pour regarder les individus qui étaient entrer chez lui.

- Euh...Monsieur ? On a des...des visiteurs... dit un des sbires de Joker, qui venaient d'entrer dans le bureau du clown prince du crime.

- J'ai vu...Merci bien.... dit-il avant de prendre le microphone pour accueillir les mafiosi.

La voix sinistre du Joker se mit alors à résonner dans Amusement Mile via le réseau de mégaphones du parc.

- Hé les gars !! Oui vous là ! Restez pas planter là, bandes d'escargots shootés au lait périmé ! Entrez donc, je vous en prie...

Une porte s'ouvrit dans un entrepôt à proximité de la Fun House. Les mafiosi, s'engouffrèrent à l’intérieur. Une fois entrés, les truands regardèrent tous les sbires du Joker, armes pointées dans leur direction, ce dernier était sur une plateforme de maintenance et regardait le groupe de truands.

- HAHAHAHAAHAHAHAHAHAAHAHAHAHA !! Sergio Damanello ! Vieille branche ?! Quoi de neuf ?! hurla le Joker à ses " invités ".

- Tu nous a appelés, rappelle-toi...j’espère que tu as une bonne raison, le clown... lui dit le plus vieux du groupe.

Le Joker actionna la plateforme de maintenance qui descendait lentement...trop lentement...Le Joker soupira, sortit son colt anaconda piégé et tira dans la poulie qui dirigeait la plateforme, il fit une chute de quelques mètres et atterit, pieds joints sur la tête d'un de ses hommes, la nuque de son homme de main ne tint pas le choc. Il rangea son arme et prit le vieux truand dans ses bras de façon exagérée.

- Mi Cosa Nostra es tù Cosa Nostra !! dit-il en riant avant de jeter Damanello loin de lui.

- Tu es vraiment malade..tu disparais et tu réapparais en me demandant un service...le tout avec ton sourire idiot... lui répondit sèchement le parrain.

- Pourtant ce sourire est pourtant très craint...HAAHAHAHAHAHAHA !

Le Joker sortit son arme et abattit deux des gardes du corps de Damanello aléatoirement.

- NOM DE...MAIS TU ES CINGLE !!! hurla le chef mafieux.

Le clown le braqua dans un immense éclat de rire.

- As-tu fais ce que je t'ai demandé ? demanda le Joker, son immense sourire aux lèvres.

Damanello, un truand de longue date, ayant tout vu et encore pire parfois, se rendit à l'évidence...Il n'aurait jamais du accepter ce travail...mais il ne pouvait plus faire marcher arrière...Il s'efforcait de rester fort mais la présence du Joker l'intimidait et le terrifiait...pire encore...Il ne savait pas quoi faire pour essayer de se convaincre de rester calme.

- Ouais...200 kg d'explosifs placés dans chacun des lieux que tu m'as donné...Tous contrôlés à distance par cette télécomma... lui répondit le truand anxieux, en sortant une télécommande artisanale.

Un coup de feu interrompit la réponse du chef mafieux et le Joker poussa un nouveau rire sadique qui fit frissonner ses propres hommes.

- Parfait !! dit-il en récupérant la télécommande dans la main de l'ancien boss.

- Il ne nous reste qu'un invité pour commencer la fête...

C'est alors que des pas lourds et de violents coups se fit entendre contre l'une des portes de l'entrepôt. Des coups d'une telle violence que les marques des coups se dessinaient sur les portes. Toutes les armes furent braquées sur la porte, sauf celle du Joker, qui fixait la porte en souriant. Les deux portes furent littéralement propulsées à l’intérieur du bâtiment, le Joker fit un pas sur le coté, tel un personnage de cartoon pour éviter les deux projectiles.

Et lorsque retomba la poussière, une immense masse de muscles écailleuse et verte fit son entrée dans l'entrepôt, des chaînes comme ceinture, des chaînes comme bracelets, des chaînes comme collier, une énorme mâchoire et un véritable sale caractère. Killer Croc...

- Tu m'as appelé...je suis là, Joker...

Le Joker s'approcha de son nouveau camarade et le regarda droit dans les yeux.

- Superbe ! Il est temps de passer aux choses amusantes, tu ne crois pas ? Laisse-moi t'expliquer ce que j'ai prévu pour Noël...Dis-moi...As-tu été vilain cette année ? répondit le Joker avant de sourire comme un cinglé comme à son habitude.

// QUELQUES HEURES PLUS TARD, AU MARCHE DE NOËL //

Le Joker, déguisé en Pere Noël alla se barricader dans le clocher de l'immense horloge de la Croft Church et surveillait le déroulement de son opération de " retour ".

- Tout est prêt, les enfants ? demanda-t-il à ses sbires, sur le marché.

Ces derniers, tous vêtus en elfes du Pere Noël, lui répondirent de façon positive.

- HO HO HO HE HE HE HA HA HA !!! C'est Noël et maintenant...On va pouvoir...FOUTRE LE FEU !!! hurla le Joker dans son talkie-walkie.

Sur ces mots, les " elfes " sortirent des armes et ouvrirent le feu sur les passants et les boutiques. Ce fut la débandade, parents et enfants fuyaient mais certains n'avaient pas cette chance, abattus par les hommes de main du Joker et ce dernier avait tout prévu : Si un de ses hommes venait à être capturé pour être interrogé, une bonne dose d'Hilarex lui serait vaporisé dans le visage afin de signer son acte, au dépend du malheureux sbire mais qu'importe ? C'est lorsque cette petite diversion sera éventée que la vraie soirée commencera...Cette simple pensée fit rire le Joker avec un immense sadisme. Son rire résonna dans toute l'église.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 14 Déc 2014 - 1:22
Pour avoir suivi à la trace de très nombreux malfaisants de Gotham, des êtres humains physiologiquement mais dont l'âme corrompue est noircie par les tentations terrestres, au point qu'ils n'ont plus guère d'once d'humanité envers leur prochain, Alan savait quand ceux-ci avaient un comportement bizarre. Inhabituelle, l'attitude du petit boss Damanello, qui figurait en bonne place sur un petit tableau des réseaux dommageables à la justice dans la ville de Gotham. Ce tableau, couvert de photographies, de coupures de presse et tricoté de nombreux fils de laine reliant tel mafieux à tel ripou jusqu'à former une impressionnante toile digne des arachnides les plus travailleurs, c'était un des tableaux du bureau privé d'Alan Scott. Sentinel, mais aussi le journaliste d'investigation qu'il était depuis quasiment l'âge adulte, ne pouvait pas ne pas surveiller de près ce qu'il se passait dans sa ville entre tous ceux qui, trop humains et vicieux, s'étaient détournés en leur âme et conscience de leur humanité. Depuis quelques temps, les comportements de Damanello s'étaient avérés plus erratiques. Certains l'évitaient de manière peu caractéristique, tout comme il paraissait esquiver un nombre de ses collaborateurs habituels relativement hors du commun. Alan s'était penché sur son cas, un chapeau melon vissé sur son crâne blond, allant jusqu'à se cacher derrière un tirage de la Gotham Gazette par moments pour mieux observer les faits de plus près. Le moindre détail, non seulement avait son importance, mais pouvait déséquilibrer la balance de pouvoir et rendre quelqu'un nerveux ou leur donner les dents subitement longues.

Bien sûr, un type comme Damanello payait largement autour de lui pour n'avoir rien à faire d'un quelconque mouchard. Malgré l'administration policière de Gordon, ici rien ne changeait pour les phats du crime, du moment qu'il existait au moins une personne pour faire effacer leurs écarts. Nul besoin de posséder un commissariat entier, mais un seul fonctionnaire de police un peu dans le besoin était assez pour mettre à l'abri des types pareils et leur organisation. Evidemment, plus d'un gardien de la paix craignait pour sa famille comme pour son découvert autorisé. Alan avait beau, comme quelques autres généreux donateurs, faire son possible pour financer le département de loi et ordre, la tentation était forcément là.

Alan ne pouvait se permettre de filer le mafioso dans des endroits comme un Amusement Mile désaffecté au risque de se faire immédiatement repérer. Alors il avait pris son mal en patience, jusqu'à ce que des pas lourds ne viennent le réveiller dans sa planque mitoyenne. Il crut à des secousses sismiques, fait rare mais déjà observé à Gotham, mais bien vite la régularité lui fit conclure aux pas d'un colosse tel qu'on n'en trouve que là où l'on trouve des métahumains. Il songea immédiatement à Grundy, mais rien, pas même un frémissement dans le Green, ne sembla pointer en ce sens. Alors, il activa le chas de son anneau pour devenir le héros Sentinel, dans un flash de lumière vert citron.

"... Et je jetterai ma lumière sur le mal obscur, car les choses sombres ne supportent la clarté... La lumière de Sentinel !"

Mais lorsqu'il s'envola en chandelle au-dessus des attractions du parc en ruines, rien n'apparut à ses yeux. Il entendit une succession de bruits sourds mais brefs qui résonnèrent chacun leur tour, mais dans l'écho de l'ancien monde forain, il ne lui fut pas possible de tracer l'origine des bruits. Il avait fait chou blanc, et risqué d'attirer l'attention de son suspect. Quoi qu'il en soit, si Damanello avait effectivement maille à partir avec une brute surhumaine aux dimensions herculéennes, c'est qu'il avait réellement voulu jouer dans la ligue d'au-dessus. Cela n'était jamais de bon augure lorsqu'un criminel commun, quel que soit son rang, commençait à se frotter au lot plus mythologique de Gotham. Mais lorsqu'il s'agissait d'Amusement Mile, c'était le territoire arpenté par la chauve-souris et sa famille de justiciers. Alan n'était pas en mauvais termes avec Bruce, mais ce dernier n'agissait pas toujours réciproquement. Il y avait un protocole à respecter, c'était bien du Batman mais s'ils voulaient protéger cette ville Sentinel devait s'en accomoder. Bien qu'on fût en pleine journée, Alan choisit de se poster à l'un des points de contrôle d'un chemin de patrouille de la Bat-Family, espérant franchement tomber sur Nightwing ou Batgirl, qui aboient beaucoup moins fort et souvent que le patriarche des Waynes. Ainsi, l'attente commença, dans le froid de la nuit tombant en fin d'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 14 Déc 2014 - 12:41
Voilà depuis quelque temps que Tim faisait des patrouilles de surveillance dans Gotham en changeant de quartier chaque soir. Les rues étaient de moins en moins sûres et de ce fait, il faisait tout son possible pour que cela s'atténue le plus vite possible. Toutefois, cette tâche n'était pas simple. Heureusement, il n'était pas seul à vouloir rétablir un sentiment de paix aux habitants de Gotham. Toute la bat-Family le souhaitait. Enfin d'après ce qu'il pensait. Chaque soir, il se battait contre des petites bandes de malfrats après une course-poursuite. Parfois, il arrêtait aussi de la contrebande, mais il ne comprenait pas pour qui ils travaillaient ou pour quelles raisons ils faisaient cela.

Ce soir-là, Tim faisait une patrouille seul dans un quartier qu'il n'avait pas visité depuis quelque temps et il ne s'attendait pas à ce qu'il allât s'en suivre. Tim patrouillait de toit en toit en regardant autour de lui pour vérifier s'il n'y avait pas d'ennemi ou de malfrat quelconque, mais pour le moment s'était calme. Cela ne le dérangeait pas. Au contraire, si le calme était présent tant mieux. Pourtant de ce qu'il avait vu ces derniers temps, le calme était peu présent. Peut-être est-ce dû à une impression, mais il ne savait si cela était vrai. Ce n'était qu'une impression qu'il avait au vu de ce qu'il avait fait ces derniers jours, rien de plus. Toutefois, il ne laissait pas cela de côté et le gardait dans le coin de sa tête.

Il n'était plus très loin de quelques points de ralliement. Il se dirigeait vers le premier pur se reposer un peu en regardant la vue dans haut en écoutant le bruit des habitants du quartier. Quelques minutes plus tard, il repartait de plus belle en direction de l'autre point de ralliement où il voyait une silhouette. Il se demandait alors s'il s'agissait de Bat-girl ou Nightwing. En s'approchant au fur et à mesure du point de ralliement, il remarquait qu'il ne s'agissait ni de Bat-girl ou Nightwing. La nuit était fraîche et il le ressentait plus ou moins, mais comme il bougeait beaucoup, cela ne le dérangeait pas. Lorsqu'il était au point de ralliement, il voyait un homme 'une stature assez imposante. Il restait alors sur place en se demandant qui cela pouvait être et gardait une position plus ou moins défensive.

- Qui êtes-vous et que faites vous ici ?

Bon, ce n'était peut-être pas une façon de demander les choses, mais au moins, il avait été direct. Le fait qu'il soit là s'en bouger signifie qu'il connaissait ce point de ralliement. Il faudrait donc qu'il pense à réfléchir pour en mettre à de nouveaux endroits. Ainsi, il sera sûr que seuls ceux de la bat-family connaîtrait ces emplacements. Quoi qu'il en soit, il continuait de regarder la personne en restant méfiant. Il ne savait pas à qui il avait à faire après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 14 Déc 2014 - 14:02
Les agents du Joker continuaient leur sale besogne : tuer autant d’innocents que possibles pour attirer Batounet. Mais le temps passait bientôt, la police fit son entrer fracassante, ce gros sac putride d'Harvey Bullock menait la charge contre les elfes meurtriers, mais que pouvait-il avec ses petits chiots armés de quelques calibres face à un groupe sur-armé et sur-équipé. Bullock avait beau être un policier compétent et efficace...Il ne serait pas suicidaire non plus. Il se jeta sur sa radio et se brancha sur la fréquence de la police.

- Central, ici Bullock. Une fusillade énorme a débutée sur le marché de Noël, des tarés en costume d'elfes ! On ne sait pas ce qui se passe mais on est surpassés en nombre et en matos. Certains de ces types sont de la famille Damanello, je les reconnais !! Si on pouvait avoir des renforts, ce serait super !!

Le Joker, qui surveillait la fusillade depuis son perchoir, souriait de toutes ses dents face à tout ce sang versé...Les flics pouvaient essayer de se défendre mais ils ne parviendrait jamais à venir à bout du petit groupe armé d'elfes. Il prit un talkie-walkie et contacta ses "elfes".

- En avant, phase deux !

Les elfes avancèrent vers les voitures de police en les mitraillant avec une redoutable violence. Depuis la Croft Church, le Joker souriait et fixait le ciel en se demandant quand Batman ou un autre de ses petits copains débarquerait. Il attendait patiemment...patiemment...patiemment...mais il y a un tout petit détail : le Joker n'EST PAS PATIENT !!!

- Bon...On va accélérer le rythme... dit-il, avec un étonnant calme

Il sortit la télécommande et appuya sur un des boutons pour actionner une des charges. C'est ainsi qu'il fit sauter l'immense sapin de Noël sur la place du marché, faisant voler en éclat, un bon nombre de ses hommes et des flics. L'explosion fit hurler de rire, le clown prince du crime, sous le regard inquiet de ses hommes de main. Il se tourna face à eux en riant.

- Que voilà un beau chant de Noël, non ? HAHAHAHAHAHAHAAHAHAHA !!

Il savait que cette explosion attirait l'attention, ses hommes se rassemblèrent sur la place du marché de Noël et se préparent à recevoir de la visite, toutes armes dehors. Ils prirent Bullock en otage et l'attachèrent à un poteau comme trophée. Le Marché de Noël était tombé aux mains des truands du Joker.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 15 Déc 2014 - 20:56
Vu qu'il était revenu bredouille de tout indice malgré les bruits et fracas, à cause de son rituel de transformation en Sentinel qui lui avait pris du temps et de la concentration, Alan se demandait s'il n'était pas trop vieux. Dépassé, malgré tous les pouvoirs de la Green Flame of Life que la Starheart lui avait transmis en les enfermant dans un ancien anneau d'officier spatial Green Lantern. Jamais Batman n'envisagerait de passer la main, pourtant Bruce avait facilement deux générations d'écart avec Alan et déjà il avait préparé la relève. Dick et Barbara étaient très indépendants mais de véritables fiertés pour leur mentor. Alan lui comme un dinosaure continuait d'arpenter ces terres de l'occident sans avoir personne pour poursuivre son propre héritage. Son ouïe pouvait très bien avoir baissé, songea-t-il.

Avec la prudence et la précision d'un gymnaste, une figure de taille inférieure à la moyenne s'était hissée jusqu'à lui en un temps record. Alan ne reconnaissait ni la silhouette, ni le symbole. En revanche, le hasard n'était pas permis. C'était forcément un disciple de la chauve-souris. Alan lui offrit un sourire sans chaleur, tendant la main en avant non pour lui serrer la sienne, mais en signe d'apaisement.

"Juste un citoyen senior qui fait son devoir, jeune bat-dawan."

Est-ce que la référence était toujours à la mode, ou vraiment trop surannée ? Alan ne saurait le dire, mais si l'humour était un bon exutoire, on ne pouvait pas dire qu'il brillait toujours par ses traits d'esprits parmi les plus grands comiques. Ses joues gonflèrent et rosirent pour indiquer le rire et la bonhomie qu'il n'était pas assez extravagant pour communiquer autrement. Il allait s'avancer vers le jeune homme pour lui annoncer les faits plus graves qui l'avaient amené à vouloir communiquer, quand résonnèrent des coups de feu non loin, concomitants à une sirène de police. Il se rembrunit, et se drapa dans sa cape sombre pour mieux s'élever en un éclair d'émeraude dans la direction des échauffourées. Sa voix au timbre clair se réverbéra dans le smog gothamien.

"Je déteste quand j'ai raison..."

Il descendit tel un météore couleur de jade sur la place de Croft Church, où la congrégation avait admis à une superbe fête marchande de Noël en accord avec la municipalité. Il remarqua la fusillade , mais aussi la présence de Bullock, un officier de police aguerri. Si personne n'était tiré d'affaire, y compris les hommes de Damanello déguisés en nains joyeux, mais la priorité était de sécuriser les civils. Une fusée humaine du nom de Sentinel traversa le parvis à la vitesse de l'éclair pour rassembler dans une construction supersonique de traîneau en énergie photonique verte toute personne qui ne portait pas un déguisement ou un uniforme. Il en rassembla le plus possible, mais au même moment...

BOOOM

Tandis que la rixe aux armes à feux dégénérait entre gendarmes et voleurs, une explosion d'ampleur conséquente vit exploser le sapin. L'arbre colossal, qui s'éclata mais tomba en de hauts morceaux de tronc, risquait d'écraser un petit groupe de civils qu'il avait isolé de la zone principale des affrontements. Faisant obstacle de son corps à la vitesse de la pensée, Alan eut à peine le temps de conjurer un voile d'énergie verte. Cette égide lumineuse ne suffit pas à le protéger, et il fut violemment projeté sous la souche déchiquetée. Le dos courbé dans une position douloureuse, il sentit quelque chose lui couler sur les doigts. Du sang. Son sang, qui avait rarement eu l'occasion de s'écouler par quelque événement naturel. Pourtant, le bois, sa faiblesse gravée dans l'anneau, était aussi gravé en lui. Il était transpercé, et pour le moment il ignorait si un organe était touché. Tout était allé trop vite, mais voilà que le guerrier de jade se retrouvait cloué au sol par un vulgaire arbre décoratif.

Du coin de l'oeil, il remarqua qu'Harvey Bullock avait été pris par les criminels fous. S'il le pouvait, il en aurait rigolé. Personne n'aime cette raclure de Bullock, encore moins depuis qu'il était passé clean.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 6 Jan 2015 - 22:59
VRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

La neige s'envole.
Le givre colle
Aux poubelles éventrées,
Aux fenêtres fermées.

VRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

Les énormes roues de la Batmobile soulevaient d'innombrables flocons blancs des routes sur lesquelles ils s'étaient posés. Son bruit d'enfer résonnait dans les ruelles près desquelles elle passait, et dans son sombre sillage les coeurs s'illuminaient. Quelque chose de terrible se passait, mais les secours étaient en route. Les yeux rivés sur le chemin devant lui, Batman parlait avec le commissaire James Gordon, qui avait reçu il y a peu des nouvelles inquiétantes.

- Des elfes au marché de Noël, Jim ?

- Oui Batman, c'est bien ce que j'ai dit. Et parmi eux, des hommes de Damanello déguisés eux aussi.

VRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

Alfred maintenant. Il devait se trouver dans la Batcave, comme souvent lorsque les Justiciers de Gotham se trouvaient en mission. Peut-être aurait-il des informations supplémentaires susceptibles d'éclaircir l'identité des criminels. Le fétichisme des dates correspondait à Calendar Man, mais pas la manière. De même, la présence de mafiosi signifiait qu'un travail d'alliance avait lieu entre deux grand pontes du crimes. De mauvaises nouvelles en perspective.

- Le marché de Noël, maître Bruce ?

- Oui Alfred. Des informations ?

- J'ai recoupé tout ce que j'ai pu avoir pour le moment, et voilà la situation: de nombreuses morts civiles, le GCPD dépassé, l'Inspecteur Bullock au main des elfes, et Sentinel est arrivé sur place, mais nous n'avons plus de signes de lui depuis que l'arbre de Noël a explosé.

- Hum...

- Maître Bruce ?

- Je pense que les pièces s'assemblent Alfred. Je vous recontacte.

VRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

Le GPS indiquait l'arrivée imminente de la Batmobile sur les lieux. Plus que deux petits kilomètres, et il allait pouvoir régler le problème. Mais quel problème ? Qui pouvait bien agir de la sorte un jour de Noël, massacrant hommes, femmes et enfants, s'associant avec la pègre pour parvenir à ses fins ? Qui pouvait faire exploser le grand sapin, sans raison apparente ? Quel esprit aussi pervers et dérangé pouvait mêler autant de vulgarité dans la manière et de folie dans les intentions ? Un nom, un seul vint aux lèvres du Chevalier Noir.

- Le Joker...

Enfin, après de trop longues minutes pendant lesquelles tout pouvait se passer, les hauts bâtiments de Gotham s'écartèrent pour dévoiler une scène de carnage innommable. Des corps, du sang, des flammes... Activant son masque d'un clignement d’œil, Batman dévoila devant lui les forces auxquelles il était confronté. Vingt-huit criminels, dont une bonne partie affiliée au Joker selon les bases de données, et d'autres à la famille Damanello. Son intuition ne s'était pas trompée. Bullock, attaché à un poteau, et Sentinel, dissimulé sous des branchages. Un zoom suffit pour repérer le gros éclat de bois fiché dans son flanc, et le sang qui coulait de la blessure. Aucun organe important touché, voilà une bonne nouvelle. Étape une, le dégager de là.
Le bruit émanant de la Batmobile alerta bien évidemment tous les criminels de la zone. Bien à l'abri dans son cockpit blindé, le Chevalier Noir tapota sur un clavier, et ordonna à son véhicule:

- Pilote automatique.

La réponse fut instantanée, et prit la forme d'un petit rectangle vert reprenant les deux mots énoncés à l'instant. Puis, une fois cela fait, Batman s'éjecta, décollant dans les airs comme une immense chauve-souris, au nez et à la barbe des meurtriers du marché. Il plana quelques instants au dessus des balles pour ensuite plonger en piqué à travers les flammes qui crépitaient furieusement sur les restes meurtris du sapin. Il allait pouvoir s'occuper de Scott.

Pendant ce temps, le tank sur roues du Croisé Masqué attirait l'attention des hommes du Joker, ne leur laissant aucun répit. Six bandits tombèrent, électrisés ou assommés par les chausse-trappes que recelaient la Batmobile, tandis que les autres tentaient de se cacher du véhicule mythique.
De son côté, Batman passait discrètement sous les branches pour atteindre le journaliste blond empalé. Après un court instant, il fut à ses côtés et sans sommation lui dit:

- Tu es blessé au flanc. Tes jours ne sont pas en danger, mais tu perds du sang. Il va falloir retirer cet éclat de bois et te soigner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 7 Jan 2015 - 19:37
Le Joker attendit quelques minutes de plus après l'explosion, les yeux rivés vers le ciel attendant que son cher ennemi de toujours arrive au volant de son bat-truc volant afin de se livrer à une nouvelle bataille face à son adversaire de toujours ou un autre de ses camarades assoiffés de justice, il savait consciemment que l'explosion du marché de Noël ne resterait pas inaperçu... C'est alors qu'une sorte de lueur parvint enfin à ses rétines : Une lumière verte...un de ses foutus Green Lantern ? Le Clown Prince du Crime était grandement déçu...Plus encore lorsqu'il vit cet ennemi pitoyable, sauver des civils au lieu de combattre les sbires du psychopathe et plus encore lorsqu'il vit ce super-héros en carton, se faire écraser par l'immense sapin de Noël...Il se tourna face à certains de ses hommes, du haut du clocher de  la Croft Church.

- Messieurs...Je dois vous admettre que je suis déçu...grandement déçu...Je vais donc devoir...faire sauter une autre bombe pour voir quelqu'un d'un peu plus doué que...ça... dit-il en pointant Sentinel, sous l'arbre.

Il ressortit sa télécommande de son manteau de Père Noël et actionna le détonateur afin de pouvoir faire sauter une nouvelle charge. C'est alors qu'une vibration se fit ressentir...Une vibration familière...Trop familière pour que ce soit un hasard, il garda le doigt sur l'un des multiples boutons de la télécommande et tourna la tête vers ses hommes de main en affichant un de ses plus horribles sourires.

- Voilà une journée qui commence à me plaire... dit-il sans changer de pose.

Il rangea la télécommande et jeta un coup d’œil depuis le bord du clocher afin de vérifier si ce vrombissement était bien celui de la Batmobile et...

- BINGO !!! dit-il avant de se ruer sur son talkie-walkie.

- Père Noël à Sac à main...Père Noël à Sac à main...Répond Sac à main...

La sombre voix rauque et rocailleuse de Killer Croc résonna au travers du talkie-walkie.

- TU PEUX TE LES GARDER, TES NOMS DE CODES, VIEUX CINGLE !!! hurla Killer Croc de l'autre coté du petit gadget.

- On va pouvoir passer à la phase 3...Tiens toi prêt...à mon signal, tu sauras quand tu devras agir, mon petit Crocodile Dundee...

Le Joker retourna sur le bord du clocher et regardait ses hommes, totalement paniqués, qui ouvraient le feu sur la Batmobile. Ils se faisaient assommer par tous les petits jouets de Batman. Le Joker se mit à rire avec démence, comme à son habitude. C'est alors qu'il regarda le sommet de l'immense building qui faisait face à la Croft Church. Il actionna son talkie-walkie et passa sur une autre fréquence.

- Les garçons ? Vous pouvez y allez... dit-il en fixant le toit du building.

Le toit du building était investi d'une dizaine d'hommes de main du Joker, vêtus comme tels, comme des malfrats bariolés et arborant des masques de clown sadiques. Tous étaient armés de lance-roquettes. Ils tirèrent une salve de roquettes en direction du marché de Noël. Ce fut donc un déluge de flammes en conserve qui descendait à toute allure. Le Joker était prêt à mettre son plan en marche, il fallait juste que ses agents remplissent leur rôle, il préféra se terrer dans le clocher avant qu'il ne se fasse remarquer...Il ne pût se retenir de lâcher un nouveau rire en présence de ses hommes de main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 10 Jan 2015 - 15:22
HRP: Désolé pour le délai les copains.

Alan était dans un état de souffrance, mais l'arrivée de Batman, à l'intervention rapide et pertinente, le rassura sur son état et l'espérance à avoir. Rien n'était perdu quant à l'attentat perpetré par le maître clownesque du crime. Malheureusement, il ne pouvait opérer sur ses propres blessures, et tant qu'il y aurait ne serait-ce qu'une écharde de bois à l'intérieur de son corps, sa magie et ses constructions seraient incapables de remédier à la situation.

"Batman, je ne suis pas capable de me guérir. Je vais tenir bon."

S'il le fallait, il était prêt à poursuivre le combat depuis un lit d'hôpital, tant le pouvoir de l'esprit était grand, amplifié par les pouvoirs mystiques de la Starheart. Mais pour le moment, il fallait tenir bon. Il reforma comme il se doit son armure de jade photonique autour de lui, une armure imposante comme il convenait d'en porter au temps des lourds chevaliers suréquipés. Malheureusement, demeurait une brèche dans la construction quasi-solide, au flanc, à l'endroit où le morceau de bois venait interférer avec son pouvoir. Du reste, il construisit une bulle en quelque sorte un champ de force sphérique d'un diamètre de trois mètres cinquante, autour de Batman et lui-même le temps que durerait l'extraction du pieu.

"Je vais avoir besoin d'adrénaline, si l'extraction du morceau ne permet pas de garantir ma survie je devrai moi-même m'envoler jusqu'à l'hôtel-dieu. T-Tu as des compresses ?"

Alan s'en voulait de retenir le héros de la sorte, mais si le chevalier noir lui accordait son temps dans un moment aussi critique, c'est qu'il le jugeait tactiquement essentiel. Pendant ce temps, le Joker ne manqua pas d'envenimer la situation. Des roquettes décollèrent sans crier gare, mais Alan concentré sur le nécessaire pour assurer sa survie, ne pouvait plus y faire grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 2 Fév 2015 - 10:07
Associant des gestes aux paroles de Sentinel sans pourtant prononcer le moindre mot, Batman ne manqua pas de sortir de sa ceinture un ensemble de matériel chirurgical basique sous vide. Il n'avait pas beaucoup de temps, et les assauts des hommes du Joker se faisaient de plus en plus insistants. Des roquettes fusaient, et nul doute que leur destination était la petite bulle vert émeraude qui scintillait sous les éclats brisés, brûlés du sapin.

Enfin, sans attendre plus longtemps, il passa un anesthésiant autour de la blessure, prit un scalpel, activa sa vision rayons X et commença à inciser légèrement la peau de Scott autour de la blessure, pour éviter d'avoir à arracher trop de chair en retirant le pieu de bois. Ainsi, la peau et les tissus s'écarteraient sur le passage de l'inhibiteur involontaire. Après avoir essuyé un léger filet de sang qui commençait à couler le long de côtes de la Green Lantern, Batman regarda son camarade.

- Sentinel.

Puis, lorsque les regards se croisèrent, il arracha le plus gros de l'éclat de sapin du corps d'Alan Scott, ne laissant qu'une plaie et quelques éclats de bois. Le trou restait important et il fallait agir vite pour que les pouvoirs de la Starheart prennent le relais.

En plein milieu de ce que l'on pourrait qualifier d'opération sommaire, et afin d'économiser les forces de son camarade justicier, le Chevalier Noir approcha son poignet de sa bouche et prononça:

- Interception des roquettes.

La Batmobile, semant encore la panique parmi les criminels, trouva immédiatement une autre cible. Le système de détection de chaleur s'enclencha, identifia les deux héros présents et repéra immédiatement les traînés chaudes que laissaient les projectiles des hommes du Joker. Un canon lourd jaillit de sous la coque blindée, et vint anéantir les deux roquettes qui partaient à peine des bouches des bazookas, provoquant un souffle qui renversa les tireurs.

- Roquettes interceptées...

- Bien.

Dans le même temps, équipé d'une petite pince et de sa formidable vision à rayons X, Batman continuait d'extraire les petits fragments d'écorce et de bois du flanc de Sentinel. Ses gestes étaient précis, ses mouvements rapides, et bientôt l'armure photonique verte de Scott put se refermer sur une plaie encore dangereuse, mais neutralisée pour le moment.
Laissant ici la Green Lantern, estimant qu'il pouvait se mouvoir seul, le protecteur de Gotham quitta le champ de force vert et partit reprendre la lutte contre les hommes qui restaient. Il n'y avait pas de temps à perdre, des vies étaient encore en jeu.

Se faufilant à travers les débris végétaux légèrement carbonisés, Batman repéra un groupe d'ennemis relativement isolé. Bien évidemment, tous (les cinq) étaient équipés d'armes automatiques, prêtes à cracher le feu et la mort d'une simple pression sur la gâchette. Pour contrer cela, quoi de mieux que les bonnes vieilles techniques ?

Saisissant à sa ceinture de petites boules grises, il les soupesa, en sentit six, et les lança juste aux pieds de ses cibles. Avec un chuintement dérangeant, elles dégagèrent une épaisse fumée, propice à l'élimination discrète et rapide.

Avec tout le talent qu'on lui connait, le Chevalier Noir se jeta au milieu du groupe, éliminant les ennemis les plus proches avec ses poings, arrachant et lançant leurs armes sur leurs collègues pour les désorienter et gagner de précieuses secondes. Dans cette purée de pois, il était inarrêtable.
Enfin, une fois son œuvre terminée, bien que conscient des encore trop nombreuses menaces qui restaient sur la place, il scanna le visage de chacun des hommes, releva leur identité, et vit que la moitié d'entre eux appartenait à la famille Damanello. Les infos de Gordon étaient bonnes. Le Don allait avoir très prochainement une visite...

Revenant à la réalité, Batman partit se positionner sur un toit non loin, pour prendre un autre angle de vue. Bullock restait encore prisonnier, Sentinel n'était pas encore parti, et le Joker se trouvait être introuvable, justement. Il restait du pain sur la planche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 26 Fév 2015 - 11:17
Quel ennui...

Le Joker en avait marre...oui, marre...Marre de tout ce peuple, marre des flics, marre de ses hommes et surtout, surtout marre de regarder Batman qui essayait de sauver Sentinel au lieu de tabasser ses hommes. Il allait à l'encontre de TOUTE la logique...enfin venant du Joker...Même un rat volant à réaction couvert de petits autocollants de champignons nucléaires pourrait paraître parfaitement normal et sensé.Le Joker commençait à perdre de l'intérêt pour cette bataille et cela n'annonçait rien de bon pour Gotham...Il reprit son talkie-walkie et donna de nouvelles instructions à ses hommes.

- Bien messieurs...Je regrette mais j'ai décidé...d'écourter cette balade... dit-il en regardant l'immense building surplombant le marché de Noël.

- Il fait des bonds...Petit Patapon... dit-il presque tristement en prenant la télécommande et en appuyant sur un autre bouton.

La réaction fût immédiate : L'immense bâtiment vola en éclat dans un torrent de flammes, de roches et de métal. Le Joker admirait le bâtiment enflammé, une vraie vision de l'enfer similaire à l'image de la folie régnant dans son esprit. Le bâtiment voyait sa structure à semi-brisée, en effet, sa façade avait volée en éclats, propulsant une bonne moitié du bâtiment sous la forme d'une immense chute de pierres et de flammes mais le pire était à venir...

Le Joker souriait comme un dément mais en voyant le batiment qui tenait bon, il perdit momentanément le sourire.

- Bon... dit-il en se tournant et en arrachant un lance-roquette des mains d'un de ses hommes.

Il tourna l'arme vers la base du bâtiment et afficha un nouveau sourire démoniaque.

- HO HO HO...Un sacré joyeux Noël... dit-il en appuyant sur la détente.

La roquette partit du haut de la Croft Church et alla à toutes vitesses sur sa cible, l'explosion qui en résulta, ébranla le reste de l'immeuble et ce dernier commença lentement à pencher vers l'avant...avant de commencer à s'écrouler sur la place du marché...sous le rire maléfique du Clown Prince du Crime. Un hélicoptère vert et violet arriva peu de temps après pour s'amarrer à la Croft Church afin de récupérer le Joker. Tandis que ses hommes de main montaient à bord. Le Joker admirait ce spectacle avant de prendre un mégaphone et s'adresser à Batounet et Sentinel...Pour peu qu'ils soient encore en vie...

- C'est un peu plus chaleureux comme ambiance pour Noël, tu ne crois pas ? Un bon feu dans l'âtre, il y a que ça de vrai, tu ne crois pas ? Joyeux Noël Batounet !!

Il prit son talkie-walkie et changea la fréquence.

- Croc, toi et les gars, vérifiez si ils ont leur compte...Moi, je vais m'offrir une petite promenade...avec feux d'artifice... dit-il en regardant la télécommande.

Il monta dans l'hélicoptère et se prépara à partir...Pour lui, la nuit ne faisait que commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 26 Fév 2015 - 17:43
De longues secondes... Minutes, peut-être, sont perdues par le croisé masqué pour opérer la sentinelle de jade de sa blessure. Son sauveur cependant ne perd pas le Nord, et parvient à commander à distance plusieurs interventions mécanisées pour éviter à la zone d'empirer son état de dégradation et de menace. Lorsque l'intervention sur sa plaie est terminée, Alan hoche de la tête envers un héros déjà envolé vers d'autres horizons.

"Merci... Bruce."

Le prénom de la chauve-souris avait été prononcé dans un murmure, comme une marque d'amitié que nul autre n'avait pu entendre à travers le fracas ambiant ni à ce volume. Alan se releva, ressentant une douleur à son flanc, mais le héros de la nuit avait ôté la moindre trace qui aurait pu empêcher le vétéran d'utiliser ses immenses pouvoirs pour sauver la situation. Il se campa solidement sur ses deux pieds et chercha du regard, à travers un écran de flammes, de gravats et de fumée, la présence des victimes sur place et des agents du clown.

En utilisant ses pouvoirs de contrôle énergétique, il ouvre un léger canal avec la Starheart. Le feu devient sien, et s'il ne peut le contrôler pour le faire éteindre sans avoir un prix plus grand à payer, du moins parvient-il à regarder au travers et repérer les formes de vies qui dégagent leur propre chaleur. Temporairement incapable de sentir la morsure des flammes, il glisse dans les airs pour rejoindre la position estimée du lieutenant de police molesté par les mafieux.

Sentinel arrache d'un coup sec l'adhésif épais qui empêche l'homme de respirer. Il lui place une main sur l'épaule, vérifiant tout autre lien qui empêcherait l'ancien ripou de se déplacer à son aise.

"Bullock. Je suis avec vous, vieille canaille. Il est temps de mettre fin à feu de joie."

Concentrant sa volonté à travers le chaton de son anneau, Sentinel invoqua une gigantesque couverture d'énergie fluide verte. Semblable à un titanesque rideau de mousseline imperméable, la construction s'abattit sans violence sur tout le théâtre des faits pour étouffer les flammes. Chacun devrait se passer de respirer pendant quelques secondes, mais le tour serait joué et ce n'était que se faire moindre violence pour le bien général.

C'est à ce moment qu'une roquette vient littéralement fendre l'air pour s'exploser contre le bâtiment principal de l'église Croft. Alan, impuissant, voit le lieu de culte exploser sous ses yeux. Il n'y avait nul besoin de faire cela. Nul besoin... Regardant les débris tomber sur les pauvres citoyens, Sentinel n'a pas la rapidité ni la réactivité suffisante pour les sauver cette fois. Il ne peut rien pour empêcher leur souffrance, leurs blessures, leur agonie. Mais il peut tout remettre debout afin que ceux qui peuvent être soignés puissent l'être, pense-t-il. Les vantardises du clown ne sont d'aucun effet sur lui, seuls ses actes lui pèsent, et il choisit de les réduire à néant à sa façon.

Grâce aux enchantements du Dr. Gotham, cette ville ruisselle littéralement de magie à l'état brut. Comme la Starheart, qui prête sa puissance à Alan, n'est littéralement que magie, le léger canal qu'il a ouvert devient une faille dans laquelle ses énergies se mettent à vibrer tandis qu'Alan se concentre pour porter cette énergie mystique dans la bonne direction : celle du bien. Il s'élève vers le ciel pour absorber les rayons ultraviolets du soleil, et contrebalancer les énergies reçues avec celles produites. Inutile de se laisser perturber par les énergies étrangères quand on en recèle soi-même. Cela serait ridicule mais pourtant Alan est obligé d'effectuer cet équilibre. Il joint ses mains et en une boule de magie translucide, il réunit ce qui s'apparente à un sort.

Ouvrant ses mains, la boule de magie s'éclate en se dispersant à travers le petit quartier entièrement dévasté, et en instant chaque bâtiment reprend sa place légitime dans le décor, de sorte que les destructions matérielles faites par le Joker et ses hommes sont tout bonnement annulées. Même la fumée disparaît, laissant place à un très léger brouillard qui se dissipe en laissant apparaître une silhouette massive.

"Croc."

Alan est conscient qu'il serait plus efficace dans les airs, à poursuivre le Joker qu'il aperçoit déjà d'ici. Que faire ? Son dilemme, il le soumet à son équipier d'un jour.

"Batman, j'ai Killer Croc en visuel, et le Joker prend la voie des airs."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 12 Mar 2015 - 23:08
La lune éclairait péniblement Gotham, en cette froide soirée d'hiver. Dans les rues de la grande ville, peu de monde osait encore braver les basses températures, et ceux qui tenaient malgré tout à trainer sur les trottoirs étaient bien couverts. Parmi ces gens, il y avait des hommes du Joker, situés près du dernier grand immeuble projetant son ombre sur un marché de Noël ravagé par la violence d'un fou furieux. Les sbires maintenaient quelques pauvres personnes attachées, au sol, comme otages à échanger une fois que le GCPD se présenterait à eux. Ils n'avaient pas prévu avoir affaire à une menace bien plus importante.
Se faufilant entre les débris de bois et les ombres de la nuit, le Chevalier Noir s'avançait prudemment vers ses cibles. Premier objectif: sécuriser les otages. Ensuite, s'occuper des criminels. Il ne pouvait pas se permettre de recommencer la technique des boules fumigènes; il suffisait d'une balle perdue tirée dans la fumée pour qu'un des citoyens y laisse la vie. La subtilité allait donc être de mise. Batman glissa entre deux étals renversés, ne se révélant pas, et continua d'avancer. Chaque pas le rapprochait d'une potentielle conclusion à cette histoire d'un soir, ce drame de Noël comme on n'en voyait que peu.

Enfin arrivé à proximité des premiers ennemis, comptant sur l'effet de surprise, le Croisé à la cape banda ses muscles, prêt à bondir. Il n'en eut pas l'occasion.
Une explosion ébranla l'immeuble, envoyant des tonnes de béton, d'acier et de verre dans les airs, véritables épées de Damoclès prêtes à s'abattre sur les têtes innocentes, si elles pouvaient l'être, des otages. Le Détective ne le permettrait pas. Portant la main à son poignet avec une rapidité défiant toute concurrence, il lança à la volée, d'un ton impérieux:

- Destruction des cibles en mouvement rapide immédiate.

La Batmobile, fidèle compagnonne, lança un scan ultra-rapide des environs, et détecta trois objets importants se déplaçant à haute-vitesse. Les canons du véhicule s'actionnèrent, anéantissant un gros morceau de béton, déviant un second et envoyant au sol, assommé, un des sbires du sinistre clown qui avait tenté de s'enfuir. Une bonne chose de faite. Cependant, un sifflement retentit dans le dos de la chauve-souris, évocateur de cataclysmes.
La roquette envoyée par le Joker avait fendu les airs pour s'écraser au pied du bâtiment à moitié détruit, le faisant d'abord chanceler, puis chavirer. Le héros ne put rien faire d'autre qu'observer, et contempler les énormes débris écraser les trois hors-la-loi armés et les otages. Encore des morts...
Cela ne pouvait plus durer. Il fallait couper la tête du serpent sans plus tarder. Si le Prince du crime regagnait sa cellule à coups de pieds dans les fesses, cela mettrait fin aux velléités de son gang.

Le Détective se détourna du massacre, et entreprit de découvrir la cachette de sa Némésis. Il passa en revue les dernières traces de chaleur émises par la roquette, et découvrit sa provenance: le clocher de Croft Church. Il porta la main à sa ceinture et en sortit une petite paire de jumelles qu'il déplia. Grâce à elles, il put observer ce qui se passait dans le bâtiment sacré.
Un clown déguisé en Père Noël un jour de célébration se trouvait en haut d'une tour religieuse de style résolument gothique. Cela ressemblait à une mauvaise blague... comme tous les plans de l'affreux visage de craie.

C'était alors qu'une espèce de petit voile blanc se déposa sur le marché et les destructions savamment orchestrées. Curieux, le Dark Knight tenta d'observer ce que c'était, sans succès. Il ne croyait que peu en la magie, mais il ne put que constater son effet quand les bâtiments reprirent leur place et leur forme initiale. Par malheur, les cadavres ne revinrent pas à la vie. Les pouvoirs de ce type devaient avoir des limites, et heureusement, d'ailleurs.
Alors que le décor se reconstruisait sous l'impulsion de la vague magique de Sentinel, Batman se trouvait confronté à un dilemme. Son collègue défenseur de la veuve et de l'orphelin venait de lui envoyer une communication ô combien difficile à entendre.
Il devait choisir entre poursuivre le Joker ou affronter Croc qui venait d'arriver sur le champ de bataille. Malgré son désir de faire taire le clown, le justicier à la chauve-souris savait pertinemment vers quel adversaire il devait se diriger.

- Sentinel, va poursuivre l'hélicoptère. Je me charge de Jones.

Sortant de sa ceinture son célèbre grappin, le Batman l'activa et s'élança dans les airs, pour atterrir là où se trouvait précédemment le chevalier d'émeraude, après quelques secondes passées dans les airs, à sentir le léger vent d'hiver sur ses joues mal rasées.
Enfin, il se trouva face à un de ses vieux ennemis, le difforme et maladif Killer Croc, saurien humanoïde titanesque aux tendances meurtrières et cannibales. Car oui, derrière ses écailles, ses griffes et ses crocs se cachait un être humain atteint d'une terrible maladie.

- Croc, ne te met pas sur mon passage aujourd'hui. Je n'aurai aucune pitié.

- Peuh, épargne moi ces vantardises, Batman. Tu mourras ici ce soir, et je me régalerai de ta chair et de tes os.

Et le colosse chargea, sa queue fouettant violemment l'air autour de lui.
Le regard déterminé, le Chevalier Noir observa son adversaire mobiliser toute sa force pour courir, sûrement en vue de le percuter. Le combat allait s'avérer difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 13 Mar 2015 - 18:17
Une fois que ses hommes furent tous montés à bord, Le Joker monta à son tour dans son hélicoptère customisé et donna l'ordre aux pilotes de quitter la zone de façon...immédiate ! L'hélico commença donc à reprendre la voie des cieux afin de quitter la place du marché qui était en train de reprendre figure humaine...malgré la quantité massive voire totalement apocalyptique que le Joker, par l'intermédiaire de feu Don Damanello et de la famille du crime de ce dernier, avait placé dans toute la ville. Il se pencha dangereusement au dessus du vide, retenu uniquement par ses hommes de main qui s’efforçait de l’empêcher de tomber, les yeux fixés sur le marché de Noël. Lorsqu'il vit que son oeuvre n'avait servit à rien, exception faite aux quelques centaines de victimes de cette nuit froide, il entra dans un état de rage, il rentra dans son hélicoptère et frappa plus fois le plafond en poussant des cris de colère, sous le regard incrédule de ses hommes. Malgré la destruction/réparation de la place, il vit une sorte de chance : Il pourra la détruire une seconde fois avec le même plaisir ou presque.

L'hélicoptère traversait le ciel de Gotham et son sinistre occupant la regarder de haut, sa large télécommande à la main et un sombre sourire aux lèvres.

- Gotham City...Je ne me lasserai jamais de te regarder brûler...Hmmm voyons...et pourquoi pas....celui-là ! dit-il en appuyant au hasard sur un des boutons.

Une explosion retentit et le Joker regarda dans sa direction, c’était plusieurs entrepôts sur les quais de Gotham qui volait en éclat. Ce dernier leva les bras en l'air, dansant presque dans son hélico sous le rire pseudo-sadique de ses sbires. Il cessa rapidement de danser et se décida à appuyer sur d'autres boutons au petit bonheur la chance. Plusieurs explosions se firent alors entendre dans toute la ville : des voies de métro aérien, des immeubles délabrés de East End, une bonne partie du Gotham General Museum et beaucoup d'autres explosaient partout en ville, le Joker s'amusait comme un fou. Il regarda tout le chaos qu'il faisait régner en ville, Gotham brillait tel un phare dans l'obscurité froide de l'hiver, il regarda sa télécommande et sourit.

- Bon alors que pourrais-je faire sauter d'autre ? dit-il.

C'est alors que son regard se tourna vers le plus grand building de toute la ville...la Tour Wayne...Ce fut alors une étincelle de pur malfaisance qui apparut sur le visage du plus clownesque des princes du crime. Il ordonna à son pilote de se diriger vers la Tour Wayne. Le pilote s’exécuta mais en effectuant la manœuvre, le Joker vit alors une sorte de fusée verte humaine qui fonçait sur lui ou du moins dans sa direction. Le clown comprit que Sentinel le poursuivait et que Batman devait surement être aux griffes de Croc...Il regarda le Green Lantern avec un mélange de rage et d'amusement. Il s'avança du bord et tira une énorme plate-forme gatling et se mit aux manettes, tandis que ses hommes s'emparaient d'armes lourdes.

- C'est un oiseau ? C'est un avion ?... dit-il en s'assaillant sur le fauteuil de la plate-forme.

- ...NON !!! C'EST UN CADAVRE !!! dit-il en ouvrant le feu de son imposante machine de mort tirant 6000 coups par minute.

PENDANT CE TEMPS SUR LE MARCHE

Killer Croc chargea Batman de toute son imposante force, courant vers lui avec une seule envie : cannibaliser ses restes car pour l'énorme mastodonte en écailles, il était clair qu'il ne souhaitait pas laisser le moindre petit quelque chose de son ennemi noctambule : Ni vie, ni corps...

Croc attaqua férocement Batman, l'attrapant de ses deux énormes mains rugueuses, commançant à le compresser afin de le briser en deux ou de voir sa cage thoracique ressortir de son corps.

- Tu vas mourir...Et je ne laisserai rien de toi... s'exprima le crocodile humain en serrant de plus en plus fort Batman.

Les hommes du Joker s'attroupèrent en riant et en se moquant de l'homme chauve-souris. C'est alors que l'impensable eût lieu : un coup de feu résonna et toucha l'épaule de Croc, sa peau ne sentit rien mais le choc détourna son attention, c’était Bullock ! L'ancien ripou repenti avait récupérer son arme et avait ouvert le feu sur Killer Croc mais malheureusement pour lui, il dût se mettre RAPIDEMENT à couvert car les truands accompagnant le saurien eurent vite fait d'ouvrir le feu sur lui.

- Tuez-le et ramenez-moi sa carcasse ! Il me servira de désert et ses os, de cure-dents !! dit-il en fixant Bullock, en oubliant presque le justicier auquel il faisait un de ses " câlins ".
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 7 Avr 2015 - 17:16
Sentinel avait le regard vissé sur l'objectif, à savoir, le transport aérien du Joker. Il avait ouvert sa personne à la magie cristallisée dans Gotham depuis la présence du sorcier qui lui donna jadis son nom. Il n'est que motion, vecteur, canal, énergie. Il réagit à chaque manifestation de la volonté du Joker, il lit les ondes comme si elles étaient visibles à l’œil nu. Lorsqu'il voit la commande à distance déclencher une explosion plus bas dans la ville, sa forme énergétique se dédouble. Depuis plus de vingt ans, Alan n'a plus rien d'un inhumain, sinon la volonté d'y ressembler pour ne pas sombrer dans la perte de l'identitié et de contrôle.

Son double va aussitôt dans la direction du signal, puis crée un champ de stase dans la zone de l'explosion. L'opération se répète autant de fois que le prince clown du crime réitère ses malfaisances, mais Alan n'est pas diminué car son énergie est infinie pour autant qu'on puisse y faire attention. Elle est la magie réunie des temps anciens du cosmos, elle est alimentée par les éléments bienfaisants au Green qui baignent la planète, air, humidité, chaleur, minéraux. Lorsqu'il fait face au démon au visage de pitre, il sait que tout est déjà fini, qu'il a gagné. Pourtant, les opinions divergent à ce sujet, et il est parfaitement conscient que le Joker n'est jamais vaincu, tant qu'il existe. Tout infini qu'il soit, Alan ne peut juger le psychopathe, pas plus qu'il ne peut s'auto-proclamer en dieu ou diable.

"Faisons un noeud autour de tout ça."

Ignorant purement et simplement la pluie de balles, qui n'est pas constituée de bois, Sentinel forme en flammes d'énergies verdoyantes un immense paquet cadeau qui brise les hélices et laisse le moteur diminuer la quantité d'air respirable, avant de simplement faire s'écraser la boîte verte sur la place-même où Batman et Croc échangent des gentillesses.

"Le Joker n'a pas eu l'air emballé par mes talents, mais au final c'est à s'y méprendre !"

Ecrasés sous le poids de la boîte verte enrubannée, le croisé masqué et son adversaire d'écailles se retrouvent séparés de force. Alan tend alors la main dans la direction de la main gantelée du Batman, pour l'aider à sortir de là-dessous.

"Je parie qu'Arkham garde toujours un ou deux repas de Noël en plus pour les internements de dernière minute."

Il riait. Devant toute l'horreur, celle qui avait lieu, celle qu'il avait retenue, celle qu'il avait empêchée d'arriver, la dernière réaction logique d'un homme qui a surmonté l'adversité et la pure terreur. Alan chercha du regard Red Robin, qui avait été traîné dans cette affaire. Il supposa que Bruce l'avait envoyé fêter Noël auprès de sa famille tandis qu'il s'occupait de tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Un sourire dans la nuit d'hiver [ PV Sentinel et Red Robin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dans le nuit du 5 juin 44
» UN CRI DANS LA NUIT de Mary Higgins Clark
» Chants dans la nuit - Roland Becker
» une fleur dans la nuit
» [McDermid, Val] Quatre garçons dans la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-