Le retour de Superman [Posts uniques]

Inscription : 29/06/2014
Messages : 11112
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Dim 25 Jan 2015 - 21:49
(HJ/ Ce sujet fait suite et conclue l'épopée A la recherche de la Source. /HJ)

Dans l'immensité de l'Espace, le Dernier Fils de Krypton a disparu pour sauver l'Univers d'un danger infini. Alors que le Mur, qui protège cette version de la réalité de la puissance ultime connue sous le nom de la Source, était brisé, les forces obscures d'Ezak et de Kalibak, deux Néo-Dieux rongés par l'influence néfaste de Darkseid, ont tenté de pénétrer à l'intérieur pour acquérir un pouvoir tout puissant.
Kalibak a été repoussé, mais Ezak a réussi à rentrer dans la Source. Pour l'empêcher de nuire, Superman l'a suivi, avant que le conquérant Starro ne soit utilisé pour combler la faille.

L'Univers est sauf, mais a perdu un de ses plus grands protecteurs.

Terrible est la charge d'annoncer le trépas d'un héros à ses proches. Encore plus terrible est la culpabilité de n'avoir pas réussi à empêcher son frère aîné de mal agir, et d'avoir dû laisser un étranger faire ce qui était nécessaire pour sauvegarder la course de la réalité.
Lourd est le pas d'Orion, rongé par ces sentiments, alors qu'il s'avance à l'intérieur de la Forteresse de Solitude, demeure éternelle du champion de la Terre.


"Humf. Des femmes. Je pensais que le Kryptonien était entouré de plus de guerriers."

Les camarades de lutte de Superman ont été renvoyés chez eux par les Néo-Dieux survivants, quand le combat s'est terminé. Orion a exigé d'être celui qui viendrait informé les proches du sacrifié, par culpabilité mais aussi besoin de transmettre à ces derniers tout le bien qu'il pensait de lui.
La technologie des Néo-Dieux a contacté quelques personnes, et les a téléporté dans la Forteresse en même temps que le Champion de Néo-Génésis. Cependant, ce dernier pensait quand même trouver des alliés et des proches plus masculins ici.

Devant lui, il ne trouve que deux femmes, surprises et tétanisées de se retrouver ici.
Martha Kent, qui n'est venue ici qu'une seule fois, quand son fils a construit cette sublime Forteresse pour se comprendre lui-même et collecter les objets trop dangereux pour le reste de la planète. Si elle admire les arts et les souvenirs de son fils, elle s'est sentie ici mal à l'aise dans ce temple à l'héritage de Kal-El, alors qu'elle s'est efforcée d'élever Clark Kent.
Loïs Lane, qui s'est rendue à de nombreuses reprises ici, n'apprécie pas beaucoup les murs et la solitude de la Forteresse. Elle a toujours su que Clark avait besoin d'un endroit à lui, d'un lieu où il peut se retrouver seul avec ses pensées, ses souvenirs et ces sujets d'étude que nul ne peut vraiment comprendre. Elle n'apprécie pas la Forteresse, mais a accepté d'y séjourner parfois - quand elle était encore en couple avec le propriétaire des lieux.

"Qui... qui êtes-vous ? Où est Clark ? La voix... la voix m'a dit que mon petit avait été dans... l'espace, et qu'il... qu'il..."

Martha Kent n'accepte pas la révélation qui lui a été faite par la télépathie des Néo-Dieux. Elle a souvent vu son fils en mauvaise posture, elle a déjà assisté à son décès, mais la disparition définitive de l'enfant qu'elle a élevé est impossible à accepter.

"Martha."

Les bras doux de Loïs entourent lentement les épaules de la vieille femme. Ses mains caressent avec douceur les cheveux gris, alors qu'elle essaye de calmer celle qui est devenue une amie.

"Vous... vous savez ce qui a été dit. Vous savez ce qu'on nous a dit."

L'histoire de Loïs et Clark a pris un tour compliqué ces derniers mois, quand les deux âmes éternelles ont décidé de faire une "pause" dans leur relation. Si l'Homme d'Acier s'est enfermé dans son travail, dans des sauvetages impossibles, la jeune femme s'est faite plus discrète, a cherché des reportages au-delà de l'Amérique, loin de la lutte contre le Président Luthor et de l'influence de l'homme qu'elle continue d'aimer.

Quand la voix l'a contacté, elle était en train d'écrire un article sur les élections grecques et l'influence grandissante de l'extrême-gauche dans une chambre d'hôtel à Athènes. Téléportée immédiatement dans le Grand Nord, elle ne parvient pas à ravaler ses larmes alors que son esprit commence à intégrer l'idée que Clark a à nouveau donné sa vie pour une plus grande cause que sa propre existence.

"Vous... vous êtes Orion. Vous... vous n'avez pas pu le sauver."

"Non."

Orion pousse un long soupir.
Dans son esprit défilent les images des derniers instants de l'Homme d'Acier. Les manipulations de Metron, l'attaque de Colu par Starro, le plan insensé du Kryptonien pour l'emporter, la percée d'Ezak, le combat de Kalibak et le sacrifice de Superman.
Ces pensées sont immédiatement transmises aux deux femmes devant lui, les deux femmes les plus importantes de l'existence de celui qui ne pourra être enterré. Leurs larmes coulent silencieusement sur leurs joues, tandis qu'elles comprennent que l'homme qu'elles aiment leur a été à nouveau arraché.

"Je n'ai pas pu."

Orion enlève lentement son casque, et baisse les yeux. Il passe sa main libre dans ses cheveux roux, et essuie discrètement l'eau qui perle également au coin de ses yeux.

"Superman est mort."

Et même le Néo-Dieu le plus puissant, le plus belliqueux, le plus brutal, le plus arrogant est rongé par le deuil quand cette pensée devient réalité.
Superman a disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle En ligne
Inscription : 29/06/2014
Messages : 11112
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Jeu 29 Jan 2015 - 21:33
Le coeur lourd, Orion est parti.

Le fils de Darkseid, élevé par Highfather, avait prévu de rester une poignée de minutes, le temps suffisant pour annoncer la disparition de Superman à ses proches.
Ce n'est qu'au bout de trois heures que le Néo-Dieu a décidé de partir. Sans regret.

La fougue du guerrier si fier et puissant s'est éteinte devant la douleur du deuil, partagée et exacerbée pour les deux femmes à qui il a dû transmettre la pire des nouvelles. Lui qui est d'ordinaire si impatient, si brutal, si expéditif, a développé des trésors de douceur et de compréhension, choisissant des mots simples et tendres pour permettre à Martha Kent et Loïs Lane d'exprimer leurs souffrances et leur déchirement.

Orion a même accepté, et apprécié, les étreintes tendres qui ont précédé son départ, sa téléportation dans un Tunnel Boom issu de la technologie des Néo-Dieux.
Il s'en est allé, conscient que l'Univers a perdu un de ses héros, que ces femmes ont perdu un être aimé, et que lui a perdu un être qu'il respectait et qu'il admirait. Orion a de nombreux regrets et remords dans son existence, mais l'un des principaux éléments qui le rongeront jusqu'à son décès sera de n'avoir jamais pu exprimer clairement ce sentiment au principal intéressé.

Orion s'en va, le coeur lourd.
Pire est le destin de celles qui restent.

Martha et Loïs observent l'extraterrestre disparaître, et un terrible silence s'abat entre les deux femmes. Si elles n'apprécient pas réellement la Forteresse de Solitude, toutes deux parviennent à trouver leurs marques et à préparer une boisson chaude dans la cuisine installée par Clark, quelques années plus tôt ; heureusement, il a choisi des éléments terriens, pour faciliter la vie de ses invités locaux.

Martha sait exactement ce que Loïs aime dans son café, mais pour la première fois dans son existence, la vieille femme hésite.
Elle hésite à préparer la boisson préférée de la jeune femme. Elle hésite à faire plaisir à celle qui a fait récemment souffrir son fils, pour des raisons et des principes que quelqu'un de sa génération ne peut pas comprendre. De son temps, le mariage, l'union, c'était pour la vie ; les problèmes, les crises existaient, mais le principe était de tenir bon, de faire avec et d'attendre que l'aube chasse les ténèbres. Elle ne comprend pas cette façon de faire, elle ne...

"Vous n'êtes pas obligée."

"Plaît-il ?"

Martha, sortie de ses pensées, se tourne vers la journaliste. Cette dernière, les bras croisés, a collé son dos et ses fesses contre le mur de la "cuisine", et la fixe de ses yeux sombres perçants. Martha retient un frisson de malaise.

"Le café. Je peux me débrouiller. Je comprends."

"Loïs..."

La jeune femme s'avance, et tente de s'emparer de la tasse et de la préparation en cours.

"Loïs !"

Par réflexe, par instinct, Martha la repousse violemment et une expression de colère emporte soudainement son visage.
Loïs, surprise, recule. Elle est stupéfaite par cette réaction, qu'elle ne pensait jamais pouvoir découvrir chez la femme la plus gentille et douce qu'elle ait jamais connue. Cependant, cela ne dure pas, et le masque de rage se fissure, pour qu'une expression de douleur infinie glisse sur son visage.

"Oh Loïs... pardon... pardon..."

Les jambes de Martha se dérobent, et il faut les réflexes de Loïs pour l'empêcher de s'écrouler au sol. Les deux femmes se retrouvent accroupies sur le carrelage gelé de la Forteresse, alors que les larmes coulent enfin pleinement, que les douleurs qu'elles espéraient oubliées, abandonnées aux sombres souvenirs de Doomsday, explosent à nouveau.

Vingt minutes plus tard. Les pleurs ont séché, et la froideur du carrelage a été remplacée par les chaises confortables du salon principal de la Forteresse.
Dans cette atmosphère chaude et agréable, gérée par les systèmes extraterrestres des lieux, les deux femmes se sont retrouvées autour de leurs tasses de café, que chacune a tenu à préparer. Elles sont restées silencieuses depuis l'explosion de colère et de douleur de Martha, s'enfermant dans un mutisme lourd et difficile.

Comme un symbole, celle qui est à l'origine de ce silence et de cette tension reprend la parole.

"Je suis désolée."

Le regard fixe, elle lève cependant sa main pour empêcher Loïs de répondre.

"Pour ce moment de faiblesse."

Martha pousse un long soupir, et tourne lentement un visage fermé vers la jeune femme.

"Je ne peux cependant vous cacher ma déception et ma colère, Loïs."

"A cause de notre... pause."

Les sourcils de la vieille dame se froncent à l'évocation de ce mot.

"Les jeunes ont des mots bien simples pour éviter quelque chose de bien compliqué. C'est là votre principale vanité."

Loïs pousse un long soupir, avant de glisser sa main dans son épaisse chevelure sombre. Elle les coiffe méthodiquement, instinctivement.

"Clark et moi avons eu besoin de prendre un peu de distance. Les choses étaient devenues... compliquées."

"Vous ne supportiez plus de vivre avec un homme parfait."

Le mouvement de Loïs s'arrête, et ses yeux fixent la vieille dame à ses côtés.

"... quoi ?"

"Jonathan... Jonathan n'a jamais compris. J'ai essayé, j'ai essayé de lui en parler, mais... il n'a jamais réussi à comprendre. C'était trop, pour lui. Trop dur à accepter. La fierté, l'ego... l'amour, aussi. Surtout."

Martha se lève, et se tourne pour fixer le mur, les bras croisés.

"Clark... Clark est exceptionnel. Il est fort, surpuissant, mais... ce n'est pas ça, le problème. Ce ne sont pas les super-sens, ce n'est pas sa super-vitesse. Même s'il ne fait rien en tâches ménagères, même s'il semble absent, ses dons lui permettent de tout arranger. Oui, c'est énervant, mais ce n'est pas ça le problème, non ?"

Elle se retourne, et plonge un regard sombre dans les yeux de la jeune femme.

"Clark est parfait. Bon, doux, généreux... extraordinaire. Il n'y a pas de mal en lui. Il n'y a pas de défaut, ou alors il s'agit de son amour pour les autres, de sa dévotion à ses valeurs, de sa volonté de bien faire. Clark n'a aucun vrai défaut... il se les interdit. Il est naturellement bon, et c'est juste insupportable, car nous ne serons jamais comme lui."

Loïs demeure muette. Les larmes qui coulent silencieusement sur ses joues parlent suffisamment pour elle.

"En tant que mère, j'ai voulu que mon enfant soit bon, pour que je puisse fier de lui ; je le suis, je l'ai toujours été. Mais en tant que mère, j'ai eu... de mauvais moments. De mauvaises décisions, des crises, des colères. Je ne suis pas parfaite, je ne suis pas fondamentalement bonne... mais Clark si. Et il... il m'a toujours pardonné. Et... et je l'avoue... je n'ai pas toujours supporté cette perfection. Car elle n'est pas la mienne. Car elle n'est pas humaine. Car il est impossible de voir sa propre faiblesse, ses propres défauts dans le miroir de Clark."

"Oh, Martha..."

Loïs s'est élevée, et enserre une nouvelle fois Martha.
Elles pleurent silencieusement, avant d'échanger à nouveau sur Clark, sur cet être trop noble pour cette vie. Et cette colère, cette douleur, ce malaise partagé par les deux femmes disparaît. Elles retrouvent leur complicité, leur amour et s'endorment finalement quelques heures plus tard, épuisées par les épreuves et les révélations.

Loïs et Martha s'endorment, vaincues.
Elles se réveilleront quelques heures après, les yeux lourds, les membres engourdis. Elles tenteront de reprendre leurs esprits, de retrouver leurs habitudes et d'aller de l'avant.

Elles y arriveront. Elles avanceront. Et elles découvriront, dans la salle d'entrée de la Forteresse de Solitude, la silhouette nue, blessée et endormie de Clark. Sans aucune explication.
Superman est vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle En ligne
Inscription : 29/06/2014
Messages : 11112
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Ven 6 Fév 2015 - 22:48
Une musique douce, issue d'une vieille compilation de jazz, berce lentement ses oreilles. Les accords parfaits d'artistes géniaux aujourd'hui disparus devraient réchauffer cette zone de la Forteresse, qui lutte continuellement contre les températures extrêmes et les conditions climatiques insupportables de la banquise. Sans la technologie et les efforts de la structure extraterrestre, tout ce qui se trouve ici serait réduit à néant en quelques heures, et les êtres vivants seraient tués en quelques minutes.

Heureusement, la Forteresse les protège et réchauffe l'atmosphère.
Mais pas l'ambiance entre les deux personnes présentes dans l'un des nombreux salons du premier étage.

 « Est-ce que tu veux... »

 « Je ne viens rien à boire, ni à manger. Si c'était le cas, je me servirais. »[/font]

Le ton est sec, brutal. Il n'ose pas croiser son regard, pourtant fixé sur lui depuis le début de leur entretien. Il connaît déjà l'expression de ses yeux, si profonds et troublants, mais aussi si durs et accusateurs. Il déteste cette expression-là.

 « Je... sais. Enfin, j'imagine. »

Il pousse un discret soupir. Il ne sait pas quoi dire, il ne sait pas par où commencer.

 « Elle dort. »

 « Je sais. J'entends sa respiration. Beaucoup plus sereine. »

 « Oui. La journée a été chargée. Beaucoup de choses à gérer. De mauvaises choses. »

A l'extérieur, quelques rares rayons de soleil tentent de repousser l'épaisse obscurité qui règne sur la banquise. A l'intérieur, il a l'impression que les ténèbres ne cessent de s'étendre dans ce salon, et dans la relation entre eux qu'il croyait invincible.

 « J'imagine. Tout ça n'était pas prévu. »

 « Quoi ? Ta disparition égoïste ? Ou ton retour ? »

Clark pousse un long soupir, et glisse ses deux mains sur ses joues, rongées par une épaisse barbe sombre. Ses cheveux ont poussé, comme les poils qui recouvrent son visage jadis quasi imberbe. Ça ne le dérange pas.

 « Les deux. Je ne suis pas parti dans l'espace dans l'idée de me sacrifier pour sauver l'Univers. Je ne me suis pas jeté dans la Source dans l'idée de faire un retour triomphal. »

Il ose enfin se tourner vers Loïs, et lui offre un sourire déterminé.
Pendant de longues minutes, celle qui est encore légalement sa femme reste silencieuse, immobile. Ses yeux sombres sont fixés sur son visage barbu, et Clark en vient à se demander si elle a bien saisi ce qu'il vient de lui dire quand elle pousse son propre soupir désespéré et lève les yeux au ciel.

 « Mais comment fais-tu ? Comment fais-tu pour toujours avoir la meilleure des excuses pour te justifier ? »

 « Quoi ? »

Loïs se lève, fait quelques pas et lui tourne le dos. Elle reprend lentement la parole, d'une voix légèrement moins sèche et acide que précédemment.

 « J'ai parlé à ta mère, et ça m'a fait du bien. Je t'aime, Clark. De tout mon cœur. Mais c'est... c'est terrible de vivre avec toi. Tu es parfait. On ne peut rien te reprocher... vraiment te reprocher. Tu es en retard pour le dîner ? Tu stoppes un tsunami au Japon. Tu es fatigué et tu ne suis pas mes histoires de bureau ? Tu as passé la journée à stopper une invasion ennemie et tu as écrit un article dessus. Je te fais des crises et je te pousse à bout ? Tu admets tes torts et tu me proposes une pause. Ton ennemi devient Président de ton pays, mais tu acceptes de partir dans l'espace pour sauver des inconnus. Et... et quand des monstres veulent pénétrer dans je ne sais quel super pouvoir cosmique, tu te sacrifies pour empêcher une catastrophe. Une nouvelle fois. »

Avec son index et son pouce, elle essuie rapidement les larmes qui naissent au coin de ses yeux.

 « J'ai... j'ai cru t'avoir perdu. Encore ! »

 « Loïs... »

Il hésite, puis pose finalement sa main sur son épaule. Elle ne le rejette pas.

 « On... on avait parlé. On avait accepté, ou au moins commencé. Et là... tu reviens. Encore. Tu... je ne sais même pas ce que tu as fait, et... »

 « Je... je ne sais pas quoi dire. Je sais que la vie avec moi est... dure. Je m'en veux, pour beaucoup de choses. Tu es... fantastique, mais je ne te le dis pas. Je reste concentré sur les problèmes du monde, et je ne cherche plus à m'occuper des tiens. Je te néglige. Je ne m'interroge plus sur ta façon de vivre ce qui m'arrive.
Je suis revenu. Je ne sais pas comment. J'étais dans la Source, ce... super pouvoir cosmique, comme tu dis. Je voulais arrêter Esak, qui tentait de contrôler cette puissance pour remodeler l'Univers. Et après... je ne sais pas. Je n'ai pas vu Esak. Je n'ai rien vu, en fait. J'ai juste entendu. »


Loïs reste silencieuse, mais sa respiration s'accélère. Elle attend la suite.

 « La Source m'a parlé. La Source m'a dit que je devrais rester avec elle, que je ne pourrais jamais partir... que mon temps ici était fini. J'ai... j'ai simplement pensé, alors. A vous. A elle. A toi. A tous les autres. Mais surtout à vous deux. Parce que... je vous aime. Vous êtes tout, pour moi. J'ai pensé à vous, et je me suis excusé de vous abandonner encore. Et là... là, j'ai... je ne sais pas. Je me suis retrouvé ici, avec vous. Avec l'impression que quelques minutes étaient passées, alors que mon corps semble avoir vieilli de plusieurs semaines. »

Elle ne peut plus retenir ses larmes. Elle ne le veut plus.

 « Tu... tu as pensé à nous... à moi. Et... et un super truc cosmique t'a renvoyé. Ici. A moi. »

Lentement, Loïs se retourne. Son regard est beaucoup plus tendre qu'avant.

 « Parce que... parce que tu nous aimes tellement que ce truc a été ému, Clark. »

 « Je... je ne sais pas. »

 « Je sais que tu ne sais pas. Moi, je sais. »

Elle se rapproche, et retrouve enfin la chaleur de ses bras quand il l'enserre.
Il est parfait. Il est insupportable. Il est irréprochable. C'est une torture de vivre avec lui, c'est une douleur quotidienne de l'aimer.
Mais vivre sans lui est impossible. Vivre sans lui, ce n'est plus vivre.

Ils s'embrassent. Ils se retrouvent.
Et quelques mètres plus loin, discrètement, une vieille femme sourit en s'éclipsant. Tout rentre dans l'ordre.

**

 « Tu es sûr de toi ? Je m'étais habitué à l'armure. »

 « Pas moi. Elle m'a servi, mais... je me réfugiais derrière. Je me protégeais avec, je restais coincé dans mes préoccupations, persuadé d'avoir raison, persuadé que mes pouvoirs pouvaient tout régler. Que mon origine, mes dons et cette armure me mettaient au-dessus des autres. Cette armure symbolisait tout ça. Je n'en ai pas besoin. Je dois m'ouvrir – au monde, et aux autres. Autant le symboliser. »

 « Et je suis ravi que tu reprennes le costume que je t'avais fait, Clark. Mais tu devrais te raser. Ce n'est pas convenable. »

Il sourit, en finissant d'ajuster la ceinture de son costume, juste au-dessus de son caleçon apparent. Daté, mais indémodable. Il lui a manqué.

 « Hum... moi, j'aime bien. »

Loïs glisse ses doigts dans sa barbe, avant de lui faire un petit clin d'oeil et de reculer.

 « Merci. Ça ne durera peut-être pas, mais je suis plus à l'aise. Ça ne vous dérange vraiment pas si... »

 « Va. La Forteresse nous ramènera chez nous. Fais ce que tu as à faire. »

 « Ca peut attendre, je... »

 « Ca ne peut pas attendre. Le monde a besoin de savoir. Va. »

Clark acquiesce finalement, conscient de ne pas pouvoir lutter contre elle.
Il sourit, recule et disparaît finalement dans une traînée rouge et bleue. Il file, dans les nuages et vers Metropolis. L'objectif est simple : prouver qu'il est là. Prouver qu'il est vivant. Prouver qu'il n'abandonnera jamais, ni la Terre, ni surtout ceux qu'il aime.


Superman est de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle En ligne
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Le retour de Superman [Posts uniques]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le retour de Superman [Posts uniques]
» Man of Steel : le retour de Superman
» [REQUETE] Activer le retour clavier sur HTC HD2
» [AIDE] HD2 et retour sav
» [RESOLU] Echange + retour SAV Orange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs-