Pointe d'apocalypse (Justice League)

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité

MessagePosté le: Sam 14 Mar 2015 - 22:14

Frapper, embrocher, entendre le bruit caractéristique d'une mâchoire brisée… Voilà ce qui englobait le plaisir sournois que Aquaman ressentait. Noble amusement que celui de renvoyer les pires ennemis de la League… Art' n'était pas en reste, il renvoyait les paradémons dans l'immensité de l'océan. Dans les profondeurs de l'eau obscure, aucun ne trouverait autre chose qu'une fin rapide et sans douleur. Ou presque. Le trident s'enfonçait ça et là, sans réellement faire attention à ce dans quoi il perçait. Du moment que ce n'était pas un des leur, personne ne dirait rien. Quoiqu'il en soit, Arthur continuait sa besogne en marchant toujours plus en avant. Ses coups résonnaient alors qu'il sautait et réduisait les sbires d'Apokolyps à néant. Toutefois, ce furent les paroles de Barry qui le tirèrent de son avancée inutile.

Il fallait donc les renvoyer d'où ils venaient ? Alors qu'il en soit ainsi… Gardant son calme, le roi des océans fit appel à toute la faune aquatique qui vivait dans les eaux tumultueuses… Des punaises d'eau géantes sortirent des eaux et s'en prirent à des Paradémons prit de panique. Les créatures, aussi grandes d'une main les forcèrent à baisser leur garde. Par des gestes tout aussi précis que violent, Aquaman renvoya les sbires d'Apokolyps chez eux par les boomtubes qui commençaient par se muer en des aspirateurs géants. Un petit sourire à demi amusé, l'œil pétillant, Art' commençait à se souvenir de nombreuses choses qu'il avait faites étant enfant.

Avec son père, le jeune Arthur avait eu le plaisir de tester de nombreux sports. Dont le base-ball… Sport dans lequel le jeune garçon excellait. Et encore maintenant il le démontrait. Son trident servant de batte de base-ball, il envoyait les Paradémons dans le Boomtube avec de violents Homerun tous plus puissants les uns que les autres.

Chaque membre de la JL avait sa mission, lui se devait de renvoyer ces deniers là d'où ils venaient. Mera lui manquait à ce moment précis. Si elle aurait été présente, tout cela aurait été encore plus rapide… Aussi, une combat sans la femme qu'on aime à ses côtés… Ce n'est pas pareil. Il fallait l'avouer, Art' aimait celle qui, par le passé, avait tenté de le tuer. Mais tout cela fut dépassé par de nombreux évènements. Aujourd'hui encore il s'agissait d'autre chose, une toute autre mission, mais dans le même monde, celui-là même qui, auparavant le prenait pour un homme sachant parler aux poissons…


*Les poissons ne parlent pas… Ils ne sont pas assez évolués pour le faire…*

Plus les Paradémons se voyaient renvoyés chez eux, plus le Boomtube se transformait. Bientôt les vagues incessantes s'arrêteraient d'elles-mêmes. Encore quelques sbires et le tour serait joué. Arthur ignorait ce qu'il en était pour les autres… Et surtout si Bruce avait réussi à calibrer son nouveau jouet. Kalibak occupé, les sbires renvoyés chez eux… Il ne leur resterait plus qu'une chose à régler. Et pas des moindres… La Matrice Principale…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 16 Mar 2015 - 18:17
Hawkman s'attaquait aux tourelles une à une protégé par son bouclier quand il entendit les ordres inquiets de Barry : Kalibak s'en prenait au Batman qui devait jouer un rôle clé dans le plan de Superman. Finalement la gueule de singe avait de la jugeote et les tourelles attendraient...
Il recula du silo prestement au moment où un rugissement traversa le ciel lâchant une pluie de bombes qui perforèrent les défenses apokalypsienne : Le Batplane. Soit le pilotage automatique était rudement doué et prétentieux pour terminer cette manœuvre offensive par un looping, soit il y avait là un pilote dans le cockpit qui combattait autant qu'il s'amusait. La seconde théorie était nettement plus réaliste.

Esquivant les tirs, par des mouvements de vols saccadés, Hawkman revint en arrière mieux protégé du champ de tir et des boom tubes que Superman, Power Girl, Aquaman et les Soldats en armures tentaient de contenir.
A l'écart se trouvait bien Batman et Wonder Woman, mais cette dernière semblait à bout, alors que le fils de Darkseid se rappochait par bonds avec plus de fougue que jamais. Le thanagarien découpa la lanière de cuir qui retenait habituellement sa masse à son poignet pour ne pas être désarmé, enclencha mentalement l'électricité contenue dans le Nth métal et la lança de toute sa force vers le monstre renforcée par celle propre à l'un des plus précieux alliages du cosmos. Comme une boule d'énergie, la masse s'écrasa sur la tête de Kalibak au moment où se dernier arrivait sur la princesse Amazone. Le choc le fit tomber et racler le sol sur plusieurs mètres.
L’œil de faucon ne ratait jamais sa cible.

Hawkman se posa auprès de Wonder Woman et se contenta d'un seul hochement de tête dans sa direction avant regarder son ennemi que se relevait déjà prêt à ab battre sa masse destructrice...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 16 Mar 2015 - 18:31
En quelques minutes bien des choses s'était déroulés et Lex Luthor assis sur un confortable fauteuil en cuir du bureau ovale n'en perdait pas une miette...

Ses yeux brillèrent à l'arrivé de Superman.
Aux grand maux, les grands remèdes...

Et il pouvait compter sur l'extra-terrestre pour le surprendre encore et toujours...

-----------------------------------------------------

Du coté des soldats, la situation se passait convenablement. Leur effectif était minuscule face à l'armée ennemie, mais les armures tenaient bons dans presque toutes les situations dangereuses. Seuls les erreurs humaines pouvaient se montrer fatales, mais il s'agissait d'hommes et de femmes expérimentés.

Le chef de la division de la Police nationale suivit les directives de Wonder Woman, puis celles de Superman. Et, lui aussi fut étonné par la solution du héros qui avait amené un appareil jamais vu auparavant malgré ce qu'il savait du héros. Bien entendu, il ne lui fit part d'aucuns détails sur la nature de l'objet sachant que le Président écoutait tout.
Malgré la situation dramatique, le protecteur de Métropolis avait le sourire et le regard infaillible. Comment ne pas lui faire confiance ?

Les soldats se mirent donc à appuyer les forces d'assauts contre le bâtiment symbiotique d'où sortait les monstres puis a adopter l'idée du héros Flash qui n'était pas idiote du tout. Grâce aux champs de force protecteurs que pouvaient générer les armures, les soldats pouvaient tenter de ''boucher'' les tunnels de téléportations conduisant peut être à un dysfonctionnement espéré.

De son coté, il observait la scène en retrait pour pouvoir plus facilement donner ordres et mises en garde quand il vit que le chef probable de cet invasion, celui qui l'avait agrippé par surprise avec une force digne de Superman, s'en prenait au petit groupe de justiciers à l'écart dont l'avenir de la planète dépendait et en particulier à Wonder Woman qui faisait corps devant le Chevalier noir de Gotham.

''Je ne vais pas te laisser tomber princesse...''

Fonçant comme une fusée vers eux, il vit avec soulagement que Hawkman avait également repéré la scène, mais ils ne tiendraient pas longtemps. Alors qu'un grosse matraque allait s'abattre sur les héros, il se jeta devant celle-ci et activa tout la puissance de son champ de force protecteur pour constitué un bouclier face à l'arme montreuse. Il tenu bon une fois, deux fois, trois fois, mais il sentait que cela ne pourrait durer très longtemps...

« HAHAHA ! Cette technologie terrienne pitoyable ne fait pas le poids face à APOKALIPS ! »

Il tourna sa tête casqué vers les trois justiciers derrière lui.

« Il est bien présomptueux, mais je ne peut pas enclencher d'arme pour lui fermer le clapet en même temps que le bouclier. Vous n'avez pas encore un ami rapide de disponible ?... »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6714
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Lun 16 Mar 2015 - 22:43
La situation est chaotique.
Mais l'espoir est revenu.

Depuis qu'il a fait son apparition, Superman sent chez ses camarades que le rêve d'une solution victorieuse est revenu chez ceux qui souffraient face aux forces d'Apokolips quelques instants encore. Les combats sont encore terribles, la mort rôde à chaque coup, mais son arrivée semble avoir ravivé quelques flammes, et la solution qu'il offre permet d'espérer que tout se terminera bientôt, et que tout se terminera surtout bien.

Il est heureux de pouvoir ainsi aider ses proches, et de pouvoir encore protéger ce monde.
Sa tristesse est donc peu compréhensible - sauf pour ceux qui connaissent la Zone Fantôme.

Clark sait, au fond, que le projecteur est la seule solution, que c'est la seule chose qu'ils peuvent faire pour stopper durablement et immédiatement l'invasion. Tout son esprit lui hurle qu'il a raison, mais son coeur ne peut s'empêcher de pleurer en réalisant qu'il condamne à une non-existence, à une non-vie totalement cauchemardesque quelques êtres qui sont contrôlés et maîtrisés par une force extérieure.

Il regrettera à jamais cette décision. Il espère juste que la perspective de sauver des millions de vies lui permettra de dormir la nuit.

Rapidement, cependant, l'Homme d'Acier évacue ces pensées pour se concentrer sur l'urgence du moment, et elle est exceptionnelle. Il a distribué ses ordres, ses indications, et il a le plaisir de voir que ses camarades ont suffisamment confiance en lui pour les suivre ; à lui, Barry et Arthur d'occuper les Paradémons pendant les quelques instants nécessaires à Bruce pour calibrer entièrement le projecteur.

Il atterrit avec brutalité au milieu de la mêlée, et ne laisse nul répit à ses adversaires. Usant de sa super-vitesse, il se précipite, encore et encore, contre les Paradémons.
Sa super-force, sa vision-chaude, son super-souffle, tout est utilisé pour repousser ses ennemis, frappant toujours. Il ne veut pas tuer, il ne veut pas anéantir, mais il utilise assez de puissance pour incapaciter pour un long moment ceux qui ont le malheur de passer entre ses mains.

C'est à ce moment-là que Barry leur propose de précipiter leurs adversaires dans les Tunnels Boom, une bonne idée, qui leur permet de trouver un lieu pour décharger les corps inconscients des Paradémons.

"Bien vu, Flash."

Il fait un petit sourire à son ami, avant d'intensifier ses efforts. Il frappe, encore et encore, propulse les adversaires vers les Tunnels.

Il n'a plus que cela à faire, en fait. Taper, frapper, vaincre, se débarrasser. Encore. Et encore. Et encore.
Aux autres de sauver la situation, aux autres de prendre la suite. A lui, et à ses deux camarades, de gérer une horde entière, élevée dans la haine du symbole qu'il porte sur le torse. A lui, et à ses deux camarades, de tenir face à l'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle En ligne
Invité

MessagePosté le: Mar 17 Mar 2015 - 0:39
Power Girl était enragé. Ce n'était pas beau à voir, ce n'était pas beau à constater, mais elle combattait avec toute la force du désespoir, et avec toute la force de sa rage, et de la force, elle en avait, beaucoup. Les Paradémons ne sentaient pas la douleur, et pour Kara, c'en était presque insultant. Pour elle, c'était presque une invitation à frapper fort, très fort, plus fort que de raison.
Et c'est bien ce qu'elle faisait. Ils s'écroulaient, les uns après les autres, pour ne plus se relever, et il était bien dur de se demander si ils étaient bien neutralisées, ou si c'était simplement leurs armures qui contenaient les bouts fracassés et les fluides à l'intérieur. Ils étaient nombreux, bien trop nombreux pour que la Kryptonienne se risque à s'arrêter pour s'interroger sur ses méthodes. Apokolips avait déjà rayé sa Terre de la carte, et elle savait par avance que rien, jamais, n'empêcherait cette folie symbiotique de se répandre, de grossir, et de faire sienne un deuxième astre. Rien, sinon le rempart vigilant des super-héros de la Ligue. C'était leur devoir, et c'était son devoir. Elle ne pouvait rester sans agir.

Au demeurant quelque peu présomptueuse, Power Girl n'avait pas réellement prêté attention à ce qu'avait pu dire l'homme le plus rapide du monde. Pour tout dire, l'heure était au combat, et quand Power Girl rentrait dans un combat, elle y rentrait de tout son être. Tout ses souvenirs, toutes ses passions, tout ce qu'elle pouvait ressentir, toute sa haine et toutes ses tripes ... Il n'était rien qui était dédié à autre chose qu'au combat, en ce moment. Elle n'était que force et violente dans un ballet macabre plus rapide que ce que l'œil humain pouvait percevoir. Avec ses pieds, ses poings, sa tête, et jusqu'à ses yeux et son souffle ... tout y passait. Tout y passait, et les pertes s'amoncelaient, mais toujours il en venait.

Un dernier coup de poing qui coucha un paradémon, et la cousine de l'Homme de Demain s'accorda un regard, plein de lassitude. Un regard qui, seulement, lui permit de décrocher de ces espèces d'œillères qu'elle s'était elle-même infligée. Autour d'elle, le chaos. La Batwing était revenue, avec Hal Jordan aux commandes ... Hal Jordan. La seule mention de cet être suffit à arracher à la jeune femme un soupir. Elle le vit faire joujou avec l'avion du Chevalier Noir, allant à nettoyer toute une zone avec un matériel si offensif qu'elle se risqua à questionner la réelle limite de la règle que Batman s'était fixé, cette fameuse règle du "pas de meurtre". Elle ne vit pas que cela. Elle vit surtout que Kal, Flash et Aquaman étaient occupés à renvoyer les créatures d'où elles venaient, sûrement pour boucher les tubes sur les nombres, et Kara s'en voulut intérieurement d'avoir été trop stupide pour ne pas y penser avant, par elle-même. Ce qu'elle vit, aussi, c'était Hawkman, qui avait frappé Kalibak avec la force que seul le Nth pouvait délivrer, gagner du temps pour qu'un homme de Luthor s'interpose entre l'envoyé d'Apokolips et Batman, Wonder Woman et lui. Il était vaillant, malgré tout ce que Power Girl ressentait comme inimitié pour Luthor et ses sbires, elle devait toutefois lui reconnaître ça. Même si cela faisait partie d'un plan, il mettait sa vie en jeu pour défendre ceux qu'il aurait dû normalement chercher à contrôler, à limiter, si ce n'était à supplanter. Elle aurait très bien pu se laisser aller à la mesquinerie de n'intervenir que lorsque l'ultime coup de masse aurait brisé ses défenses, et l'aurait rendu parfaitement inopérant, mais elle ne pouvait s'y résoudre. En ce jour, face à des défis aussi immenses, et à la lueur de sa bravoure, elle ne pouvait s'y résoudre.

Elle fonça donc, avec toute la vitesse que ses capacités lui conférait, et alla frapper Kalibak en pleine mâchoire. Pour le défenseur, il n'y eût qu'un éclair blanc, car à peine son premier coup délivré, elle attrapa la chevelure du fils de Darkseid, pour le tirer à même le bitume, laissant une véritable sillon derrière lui. Elle continua sa course folle vers l'immeuble le plus proche, qui devait être une institution mémorable au style art-déco flambant, et en défigura la façade en le tirant vers son sommet, laissant la balafre se former dans le béton armé de l'édifice. Arrivée au sommet, elle le frappa au sommet du crâne, comme elle aurait frappé l'une de ces taupes dans les jeux de fête foraine, pour l'envoyer de manière fulgurante vers le sol, à travers l'intégralité des étages du bâtiment, et avec le dédain le plus évident pour la structure en elle-même. Les dégâts qu'occasionnaient la chute de la créature, qui tentait de se raccrocher, et les frappes de sa massue perfectionnée contre chaque plancher faisaient un véritable carnage, réduisant l'intégrité du bâtiment à chaque dixième de seconde qui passait.
Cela n'était pourtant pas suffisant, et Power Girl le savait. Kalibak était résistant, et une telle chute ne le ralentirait que peu. Il fallait le calmer. Le calmer suffisamment longtemps pour que Batman puisse calibrer le projecteur. l'héroïne d'albâtre vola donc à la base de la flèche de l'immeuble, que le style même du bâtiment, sûrement bâtie dans les années trente ou quarante, volait particulièrement imposante, et se plaça sous elle pour l'arracher.

De la scène des combats, la manœuvre pouvait déjà être remarquée par les débris que la chute de Kalibak avait causé, mais l'on pouvait aussi et surtout voir les trente mètres de la pointe massive d'acier du building s'élever, comme pris d'une volonté propre, avant de se retourner, pour retrouver les effets de la gravité de manière particulièrement violente, alors que la fille de Krypton avait dans l'idée de vraisemblablement immobiliser, sinon d'empaler, le fils d'Apokolips avec la gigantesque œuvre d'art que représentait cette pointe par bien des aspects comparable à celle du Chrysler Building de New York. Une œuvre d'art qui se retrouvait à traverser maintenant, la pointe en avant, l'intégralité de la structure de l'immeuble, pulvérisant ce qu'il en restait et projetant d'énormes débris de métal et béton en tout sens, causant son effondrement massif, son oblitération totale, et puis finalement, percutant l'envoyé de Darkseid, s'écrasant sur lui, lui moulant un sarcophage colossal à sa mesure

Voilà qui devrait faire l'affaire, pensa-t-elle en son for intérieur. Faire l'affaire pour, au moins, quelques secondes, le temps qu'il s'extirpe de ce tombeau absurdement disproportionné. Qu'il revienne à la charge, confronter son adversaire dans les décombres du hall de ce qui avait dû être un flambant immeuble d'affaire, jusqu'à ce jour. Ne restait plus, à perdre de vue, que les débris, et l'air chargé de ces fines particules blanches. Des cendres, peut-être, ou bien du plâtre ... quelle importance ? L'oeil humain n'y verrait goutte, mais l'oeil de l'héroïne n'était pas humain, elle attendrait, et elle retournerait à la charge. Elle était enragée, et son rictus de haine, les dents serrés et les yeux rougeoyants, le montrait bien. Elle avait parfaitement conscience que son mouvement était particulièrement dangereux, qu'il avait dû occasionner de terrifiants dégâts, et qu'il l'isolait loin de ses équipiers, mais elle était confiante : les autres réussiraient bien à protéger Batman contre les menaces restantes : Kalibak était un adversaire bien trop puissant pour qu'elle en laisse la charge à quiconque. Superman était déjà occupé, et en tant que seul autre Kryptonienne sur le terrain, la charge lui incombait de le maintenir à distance.

Un jugement fort présomptueux, mais la modestie n'était pas réellement le fort de Power Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 17 Mar 2015 - 11:38
Wonder Woman, après avoir mis à terre des milliers de démons pour protéger Batman, avait été vidée de ses forces. Cependant, il restait encore le fils de l'Apocalypse, Kalibak. Elle avait connu son autre fils, Orion, et il n'était pas du tout du même genre. Elle préféré l'archer de loin. Mais la créature qui fonçait vers eux était bien différente. Elle était faite de haine et de force brutale, elle ne connaissait que la destruction et la recherche de l'anti-vie. Darkseid l'avait mené à poursuivre sa propre croisade de la destruction de l'univers. Il avait été conçu dans cet unique but de le servir et d'obéir. Et son ordre était simple, conquérir la Terre et anéantir tous ses êtres, ou les réduire en esclavage. Et c'est avec cette conviction qu'il fonçait vers les deux héros de la Terre, qui préparaient leur contre attaque.

Mais les renforts arrivaient désormais. L'ironie voulait que ce soit deux extraterrestres, qui voulaient faire gagner du temps aux deux terriens. Hawkman tout d'abord avec son arme si précieuse qu'il avait jeté sur le crâne de Kalibak avec une précision hors norme. Power Girl ensuite, qui se battaient avec rage et l'éloigna bien loin de sa cible. Diana se releva enfin. Elle avait suffisamment souffler, elle ne pouvait permettre à d'autre de mener son combat, sa fierté de guerrière amazone était en jeu. Kalibak devait être arrêté absolument. Tant qu'il serait debout, le danger resterait à son paroxysme. Diana fit signe à Hawkman de prendre quelques instants sa place auprès de Batman, même si le danger semblait s'être éloigné.

Epée en main, elle se projeta de tout les forces qu'il lui restait encore miraculeusement et fonça vers l'endroit ou Power Girl et Kalibak se combattait. Elle lui avait littéralement fait tomber une montage sur la tête, ou en tout cas une montagne de débris. La kryptonienne se battait plutôt bien, elle faisait tout pour ralentir Kalibak. Mais il ne suffisait pas de le ralentir, ou de l'occuper. Il fallait l'éliminer. Ce dernier fit s'envoler la tonne de débris dans toutes les directions pour se dégager de la tombe de béton dans laquelle Power Girl l'avait fait enfermé très brièvement. La poussière rendait les choses peu visible. Mais les yeux du chasseur de Diana ne lui fit pas manquer sa cible. Toujours dans les airs, lancé à pleine vitesse, Wonder Woman para les débris qui fonçaient vers elle à l'aide de ses bracelets et de ses réflexes. Pendant que Kalibak se remettait de l'attaque de Karen, il se fit transpercer par la lame de Diana.

« C'est fini, démon. Jamais les Enfers ne déferleront sur ce monde.

Kalibak n'avait sans doute pas encore compris ce qu'il s'était passé, alors que Diana, à bout de souffle, lâcha son arme, qui restait bloquer au plein milieu du torse de son adversaire. Ce n'était sans doute pas suffisant pour tuer une telle créature, mais la lame la plus tranchante du monde, lancé à pleine vitesse, avait finit par transpercer la peau épaisse du démon. Cela l'affaiblirait suffisamment pour que Power Girl ne finisse le boulot. Mais Wonder Woman ne pouvait plus le faire elle-même. Kalibak attrapa Diana, qui n'avait plus la force de se défendre, et la jeta à plusieurs dizaines de mètres.


Diana n'arrivait cette fois plus à se relever. Sa vision était légèrement trouble et tâché par le sang qui coulait sur son visage. Le choc avec Kalibak avait semble-t-il cassé un de ses bras, peut-être les deux, elle ne saurait le dire. Mais elle avait fait son boulot. Et elle savait que les autres feraient le leur.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1373
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Dim 22 Mar 2015 - 14:12
L'apocalypse avait lieu dans tout l'espace entourant l'ancien silo de Keystone City. Et Batman ne s'en occupait pas. Ou plutôt si, mais pas de la même manière que ses camarades. Alors que Superman s'occupait de repousser, en compagnie de Flash, les hordes de créatures monstrueuses envoyées par Darkseid, Aquaman, Hawkman et les autres s'arrangeaient pour enfoncer les lignes ennemies de toutes leurs forces. Wonder Woman, elle, protégeait le Chevalier Noir de Kalibak, infâme fils du Néo-Dieu d'Apokolyps. Bruce Wayne ne s'était pas coupé du monde, loin de là. Il écoutait et suivait tout ce qui se passait en parallèle, et souffrait avec ses coéquipiers. Deux choses cependant lui firent hausser un sourcil: la première étant l'intervention d'un des hommes de Luthor, dont la voix, malgré le modulateur vocal, lui rappelait quelque chose. La seconde était, bien évidemment, le moment où Diana s'était écrasée au sol après avoir planté sa lame dans le torse du chef ennemi. Une belle action, mais sûrement sans réel impact sur le reste de la bataille. Batman ne put s'empêcher de tourner quelques secondes la tête vers le corps immobile de l'Amazone pour l'inspecter: os brisés, blessures internes diverses, mais rien de bien insurmontable pour une déesse. Rassuré, il reprit très vite son travail.

Power Girl venait d'arriver sur le champ de bataille, et ajoutait une force de plus dans le camp des Justiciers, faisant dangereusement pencher la balance vers les défenseurs terrestres. Toujours fidèle à elle même, elle affrontait avec hargne et un peu trop d'émotivité les paradémons, usant de toute son énergie pour les réduire à néant, ou presque.

Batman la craignait davantage que Superman, pour une bonne et simple raison: l'imprévisibilité. Fait d'un bloc de courage, d'obstination et de self contrôle, le super-héros de Metropolis était assez facilement compréhensible, même si fréquenter le fourbe Croisé Masqué l'avait changé. Kara Zor-L ne semblait pas être faite dans le même métal. Bien qu'elle ait elle aussi des valeurs similaires, elle paraissait beaucoup plus complexe dans sa conception des choses, et autrement plus simple à provoquer. Or, quand on laissait les émotions prendre le dessus, et Batman le savait, tout et n'importe quoi pouvait arriver.

Néanmoins, la justicière blonde semblait mener ses affrontements avec brio.
De son côté, Hal semblait s'amuser comme un petit fou dans le Batplane, enchaînant figures, cascades destructrices et touches d'humour propres à sa personnalité. En son for intérieur, le Chevalier Noir se promit de ne plus jamais laisser ce Lantern toucher à son véhicule: il y prenait trop de plaisir, compte tenu de la situation. Toutefois, une question jaillit sur le canal de la Ligue. Celle concernant le gros bouton avec le symbole de chauve-souris dessus... D'abord crispé, le justicier de Gotham City lâcha un léger sourire et répondit:

- Appuies, tu verras bien.

Puis il reprit ses travaux.
Enfin, après de longues minutes tendues, durant lesquelles chaque seconde de passée était une chance, il réussit à régler correctement le projecteur de la Zone Fantôme, et à se placer correctement par rapport à l'angle du faisceau.
Avant de démarrer la machine ô combien évoluée, il porta un doigt à son oreille et lança à tous les membres de la Justice League sur le terrain:

- Le projecteur est en place, je suis prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3959
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Dim 22 Mar 2015 - 20:44
GO!

Le projecteur fut mis en route. Il fonctionnait à la manière d'un trou noir aspirant tout ce qui se trouvait à proximité de lui. Barry devait agir et agir vite. Il devrait enlever tout le monde près du projecteur. Tous les civils qui se trouvaient sur la trajectoire de la prison mobile. Le problème est que comme le projecteur fantôme fonctionne comme un trou noir et que dans l'esprit de Barry c’en était clairement un, le trou noir avait une attraction tel qu'il avalait tout, y compris la lumière. Barry devrait donc atteindre une vitesse supérieure à la lumière s'il voulait éviter l'attraction et il n'avait pas beaucoup de place pour prendre de l'élan. Fort heureusement pour lui, il courait déjà depuis un bon moment, il pousserait donc la vitesse encore plus loin. Dans un effort titanesque, il parvint à atteindre une vitesse encore plus grande, mais il voyait toujours l'asphalte et les parties du symbiote s’envoler en gouttelette vers le projecteur d'une façon beaucoup trop rapide. Il n'avait pas atteint la vitesse nécessaire.

Plus vite, Barry, plus vite...

Il poussa encore ses forces au-delà de ce qu'il pouvait, malheureusement atteindre la vitesse de la lumière était difficile et elle apportait son lot de doute. La vitesse de la lumière était aussi appelée la grande constante dans le monde des speedster. C'était à cette vitesse que ce trouvait la frontière de la Speedforce, le point de non-retour. Barry y était aller deux fois, se qui était beaucoup plus que la majorité des speedster, la première fois c'était pour sauver le monde de l'antimonitor, la deuxième fois fut face à Steppenwolf à Amnesty Bay afin de freiner une menace semblable à celle affrontée aujourd'hui. À chaque fois, que la vitesse de la grande constante se rapprochait, le doute de la mort et de ne plus pouvoir revenir était écrasant et des plus tourmentant. Cependant, encore une fois aucune place au doute ne pouvait être laissée. C'était cela ou la mort pour plein de gens qui essayait simplement de faire leur devoir. Poussant encore une fois ses limites il entendit le bruit caractéristique du mur de la speedforce ce brisé et... et... rien... Il ne traversa pas la speedforce. Il se retourna et alors que quelques millisecondes auparavant tout ressemblait à une traîné de lumière, tout était visible dans un état presque immobile. La speedforce, il la voyait. Tel un grand rayon rouge et jaune courant d'électricité. Elle s'engouffrait dans la zone fantôme. Le portail que Barry prenait se faisait avaler par la zone fantôme comme si elle y voyait un endroit sans speedforce qui avait le besoin d'être rempli. Barry savait que ça aurait des conséquences, mais à cette vitesse il ne pouvait se permettre de s'arrêter, car malgré cette vitesse incroyable les choses continuaient à s'engouffrer dans le portail.

Ce qui se passait par la suite n'avait lieu que dans un instant précis de l'histoire du monde, un moment si petit que même le penser prenait trop de temps, car au moment où vous commencez à y penser, il est déjà terminé. La police Luthor fut privilégiée par Flash. C'était des civils après tout et même si leur travail consistait à chasser du héros ou du vilain, ils ne faisaient que leur boulot, il réussit à attraper chacun d'eux laissant les héros et Kalibak se faire un petit peu plus aspirer à chaque moment. Puis une fois tous les Luthoriens mis hors de danger ce fut les héros qui furent protégés. Barry souleva de terre dans une facilité inquiétante Aquaman, puis vint Wonder Woman qui furent mis derrière Batman tenant toujours le projecteur. Atteignant une vitesse encore plus surprenante, Flash se mit à courir sur l'air. Ne laissant pas le temps aux molécules d'air de s'écraser sous son poids, il se saisit d'Hawkman, de Superman et de Powergirl, tous amené derrière Batman. Ce tournant vers le Batplane, son statut physique à cette vitesse était devenu si ambigu qu'il n'eut même pas besoin de vibrer pour pénétrer l'appareil. Il s'écraserait sûrement ou serait aspiré par la zone fantôme, mais le batplane se retrouva sans pilote qui rejoint ses camarades derrière le chevalier noir. Puis il se retourna pour chercher Kalibak... Il eut tout juste le temps de le voir s'engouffrer dans le portail de la zone fantôme.

Flash ne pouvait laisser faire cela. Il croyait à la rédemption, aux secondes chances. Pied Piper et James Jesse en était l'incarnation. Chaque personne ayant fait du mal délibérément pouvait être sauvée. Il se devait de garder cet espoir. La génétique de Kalibak le prédisposait t'il à être méchant pour toujours? Orion était la preuve que non. Est-ce que l'environnement et l'éducation de Kalibak le tiendraient pour toujours dans la voix de son père? Mister Miracle et Big Barda prouvaient à eux deux que non. Chacun avait droit à sa chance et même si Kalibak ne le savait pas encore, il avait son rôle à jouer dans tout cela... Barry ne pouvait laisser faire. Il alla vers Wonder Woman et se saisit de son lasso de vérité et se l'entoura autour du corps. Puis passa la corde dans la main de chacun de ses alliés et plongea dans la zone fantôme à la recherche de Kalibak. Lorsqu'il eu disparu à l'intérieur la Speedforce arrêta de s'écouler, son lien avec la terre étant coupé...

La vie de Flash et Kalibak étaient maintenant dans les mains de ses alliés qui allaient devoir les tirer hors d'un trou noir... mais Barry gardait espoir... all will be well.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6714
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Lun 23 Mar 2015 - 16:49
Une minute et trente secondes avant la folle course de Flash.

Superman s'acharne.
Malgré la fatigue, malgré la masse de ses assaillants, il utilise toutes ses capacités, tous ses super-pouvoirs pour repousser encore et encore une armée de Paradémons vers les Tunnels Boom. Il est pleinement conscient qu'il ne pourra pas agir ainsi indéfiniment, mais il a parfaitement confiance en Batman et en ses collègues, qui travaillent activement à utiliser le projecteur de la Zone Fantôme pour mettre un terme à ce cauchemar.

Cependant, alors qu'il entend avec ses super-sens son vieil ami Bruce murmurer quelques mots indiquant qu'il est parvenu à son but, alors qu'il se prépare aux derniers efforts pour envoyer dans un véritable enfer les troupes de Darkseid, il découvre avec horreur le destin réservé à Wonder Woman par le fils de Darkseid.

Devant ses yeux terrorisés, l'Amazone est brutalement repoussée par Kalibak. Ce dernier, blessé, amoindri, a toujours assez de force pour maltraiter son amie. Les coups, terribles, de Power Girl et l'épée de Diana n'ont pas été suffisants pour le faire tomber, et voilà qu'il utilise encore sa puissance pour commettre une atrocité qui ne peut être pardonnée.

Sans rien dire, sans réfléchir, Superman laisse son instinct réagir.
Sa super-vitesse le propulse brutalement vers Kalibak, les poings en avant. Ce dernier a été récemment à l'origine d'une terrible crise cosmique, dans laquelle l'Homme d'Acier a dû plonger à l'intérieur de la Source pour la protéger de l'influence maléfique des Néo-Dieux d'Apokolips. Le Kryptonien a un lourd contentieux avec le fils maudit de Darkseid, et le voir maltraiter sa patrie d'adoption est déjà une torture ; découvrir le traitement qu'il réserve à ses proches est trop fort pour être décrit par des mots.

Kalibak, trop usé, trop blessé, ne peut réagir à temps pour se protéger de la traînée rouge et bleue qui file vers lui.


Superman, ivre de colère, écrase littéralement le Néo-Dieu au sol, et laisse tomber ses poings sur lui à de nombreuses reprises.

"CELA SUFFIT, KALIBAK ! CELA CESSE, MAINTENANT !"

Cependant, la crise de rage de l'Homme de Demain est stoppée par le terrible phénomène déclenché par Flash, l'Homme Le Plus Rapide Au Monde - même s'il n'acceptera jamais de l'avouer devant lui.

Durant la course folle de Flash.

Même pour lui, même pour ses super-capacités, analyser ce qu'il se passe réellement devant ses yeux est impossible. Pour une des rares fois de son existence, Superman se sent faible, presque humain devant quelque chose qui le dépasse, quelque chose qui va bien au-delà de ses pouvoirs et de ce qu'ils peuvent lui offrir.

"Barry... quelle puissance..."

Debout au-dessus du corps jusque-là immobile de Kalibak, Clark est abasourdi par l'immensité des pouvoirs de la Force Véloce, cet élément fondamental de l'Univers que Barry Allen a définitivement maîtrisé.

"Ne te perds pas."

Sa voix n'est qu'un murmure, ses mots qu'un faible filet de son dans le fracas de l'événement, mais il est persuadé que son camarade peut les entendre.
Kent choisit ensuite de se taire, se laissant entièrement guidé et porté, dans tous les sens du terme, par Flash. Le journaliste utilise toute sa puissance pour rester au sol, et lutter contre l'attraction néfaste de la Zone Fantôme, jusqu'à ce que le bolide l'emmène en zone sûre.

Une minute et trente secondes après la folle course de Flash.

Protégé, éloigné de l'influence de la Zone Fantôme, Superman comprend rapidement le projet de Barry - et met quelques secondes à l'accepter.
Il sait que le policier scientifique a un coeur énorme, certainement autant que le sien. Il sait que l'homme réservé et continuellement en retard est positif, constamment croyant en un avenir meilleur et brillant. A vrai dire, tous deux sont proches car ils partagent ce même espoir, cette même foi en un futur agréable et forcément bon et juste.

Cependant, les événements de ces derniers mois, l'influence néfaste de Lex Luthor dans le pays, sa plongée dans la Source et les manigances des Néo-Dieux ont fait baisser le continuel optimisme de l'Homme d'Acier. L'échec de The Citizen Sentinel l'a durablement marqué, et la lutte contre Esak et Kalibak dans l'Espace lui a prouvé que le Cosmos pouvait être maléfique.

C'est pour cela qu'il hésite avant d'aller aider Flash.
Mais c'est parce que, malgré ces épreuves, malgré ces horreurs, il reste et demeure Superman qu'il se précipite en premier pour aller prendre le lasso de Wonder Woman.

"Tout va bien."

Sa super-force est sollicitée, et alors qu'il agrippe le lasso, il utilise toute sa puissance pour tirer et ramener à lui le super-héros et le Néo-Dieu. Il se doute, il sait que ses camarades ne tarderont pas à le suivre, à l'aider, car c'est ainsi qu'ils sont faits - car ils sont des héros.
Clark tire, donc. Avec toute sa force, toute sa détermination, tout son courage. Il est Superman : il ne peut pas échouer ; la Ligue de Justice non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle En ligne
Invité

MessagePosté le: Mar 24 Mar 2015 - 0:14
Appuie et tu veras! Ce fut ce que Batman me dit lorsque je lui demandai ce que le gros bouton rouge faisait. Ce qu'un homme ferait à ce moment serait d'appuyer sur ce bouton, mais seulement dans une situation désespérée. Heureusement pour nous, Apokolips nous attaquait, alors c'était une situation désespérée. J'appuyai sur le bouton et une voix provenant de l'ordinateur de bord dit les mots suivant:

«Scanner à faiblesse activé. Verrouillez une cible pour déterminer automatiquement sa faiblesse. Le générateur du Batplane fabriquera par la suite là dite faiblesse sous forme de projectile. ATTENTION: L'ÉNERGIE DISPONIBLE NE PERMET QU'UN SEUL TIR!»

À vrai dire, je n'étais pas si surpris de voir une telle arme dans le Batplane. Bruce se méfit de tout le monde en particulier ceux et celle qui peuvent devenir une puissante menace. C'est pourquoi je ne fis pas mention de ceci au reste de l'équipe, car nous avons mieux à faire pour l'instant.

«Anneau, scan les détails de l'arme et enregistre le tout.»

Laissant mon anneau s'occuper des détails, je fis quelques loops, flips et tonneau afin de me défaire de quelques parademons toujours dans les airs. Je me mis également à la recherche de Kalibak afin de le scanner avec la super-arme de Bruce. Je le trouvai relativement facilement lorsque je vis Superman l'enfoncer dans le sol à plusieurs reprises grâce à de puissant coup de poings. Je me mis à tourner en rond autour d'eux attendant le moment où  Kalibak se libère afin de le scanner. Cependant, après un demi-tour de vol je réalisai que je n'étais plus dans le Batplane, mais bien derrière le projecteur à zone fantôme avec le lasso de Wonder Woman dans ma main encore fonctionnel. Je levai la tête juste à temps pour voir le Batplane s'engouffrer dans le portail et avec lui le moyen de se débarrasser définitivement de Kalibak.

Une seule personne pouvait agir comme cela sans que je ne m'en rende compte et c'était Barry. Le fait que je tenais le lasso de Wonder Woman, comme les autres d'ailleurs, ne pouvais dire qu'une seule chose. Le grand coeur et le refus de laisser quelqu'un mourir même l'une des plus grandes monstruausités de l'univers avait encore une fois eu le plus fort sur lui. Je me mis immédiatement à tirer sur la corde en espérant intérieurement qu'il n'avait pas eu le temps de le rattraper. Je tirai le plus fort que mon bras me le permettais et je vis avec enthousiasme que Superman et les autres c'étaient également mis de la partie.

«Nous allons te sortir de là Barry!»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 26 Mar 2015 - 15:16

Tandis que les Paradémons retournaient en grandes pompes de l'autre côté des tunnels, Arthur continuait de faire son office. Tout autour de lui, les combats s'intensifiaient. La police de Luthor se voyait repoussée malgré leur puissance apparente, quelques uns réussissaient tout de même à retenir l'avancée des Paradémons, mais sans plus. Alors qu'Arthur s'amusait comme un enfant tout en projetant la majorité de sa colère sur ses adversaires, il entendit le bruit caractéristique du projecteur de la zone fantôme. Batman avait réussi à régler l'équilibrage. C'était bon, d'ici peu de temps tout serait fini.

Fini… Un peu trop d'ailleurs… Arthur remarqua qu'il n'était pas le seul à avoir remarquer. Les Paradémons aussi semblaient l'avoir fait. La peur qu'il leur insufflait s'était muée en une provenant du projecteur. C'en était presque vexant d'ailleurs. Mais il n'était plus temps de s'inquiéter pour eux. Arthur se sentit attiré par la zone fantôme. Jamais l'Atlantéen y avait mit les pieds… Et il préférait éviter de le faire si cela pouvait être évité par la même occasion.

Alors que le sol commençait à se soulever, Art' sautait de plaques en plaques. Tout ce qu'il connaissait perdait de sa consistance. La gravité était devenue une sorte d'idée préconçue totalement improbable alors que l'Atlantéen se sentait soulevé comme un simple fétu de paille. Un bras l'attrapa au vol. Une telle vitesse ne pouvait dire qu'une chose, Flash faisait le tour de tous ceux qui n'étaient pas ou plus en état pour fuir devant la force d'absorption du projecteur.

Art' se retrouva "posé" derrière Batman, Diana, a moitié assommée fut prise dans les bras de l'Atlantéen qui la réveilla en l'appelant par son nom. Même si son état ne le permettait pas, elle devait aider Flash, comme eux tous d'ailleurs. Quoi qu'il puisse arriver, la JL s'était reformée sur la demande de Barda, mais ils possédaient tous une cohésion inébranlable. Certes, le fait que Batman se soit presque autoproclamé "chef" du groupe et que personne n'ai réellement eu à dire son mot agaçait, voir même énervait Arthur, mais leur groupe était ainsi fait. Une fois encore, ils durent s'entraider.

Le lasso de Diana fut lancé à ceux qui le précédait. De toute sa force Atlante, et plantant son trident dans le sol afin de renforcer sa propre puissance, Arthur tira lui aussi sur le lasso de la vérité. Flash ne méritait pas de finir ainsi. Sa folie tout autant que sa compassion pour Kalibak était bel et bien que pure inutilité… Mais le Speedster était un de ses meilleurs amis. Depuis son retour sur la terre ferme, Barry fut le seul à croire en lui…


*Si tu y restes Barry… Je te retrouve et je te noie de mes propres mains ! Alors ne fais pas l'idiot !*  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 28 Mar 2015 - 11:54
" NON ! "

Le cri de Kara est déchirant. Elle vient d'assister, impuissante, à une boucherie. Elle avait tout vu, dans un espèce d'horrible ralenti qui la mettait aux prises avec ses propres limites. Non, elle ne pouvait pas tout faire toute seule. L'équipe était importante, indéniablement, et ce qu'avait fait Diana ne pourrait que l'aider mais ... il l'avait prise, et jeté comme un fétu de paille. Un instant, il se tenait devant elle, prêt à combattre, et la seconde d'après, voilà qu'il était transpercé. Il ne semblait avoir rien senti, ce monstre, et il en profita pour contre-attaquer. Wonder Woman et Power Girl, deux héroïnes certainement trop sûres d'elles-mêmes ... Cela devait arriver, et alors que Diana n'avait même pas fini sa course folle dans les airs, Kara s'apprêtait elle aussi à faire des choses inconsidérées.

" Tu ... vas ... mourir. " marmonna-t-elle, en serrant les poings. Elle avait les yeux fermés, et le ton résolu.

Kalibak était trop dangereux. Trop assoiffé de sang. Trop stupide pour pouvoir réagir, ou se racheter. Trop stupide pour arrêter. Trop stupide pour réaliser qu'il venait de commettre une erreur parfaitement monumentale.

Une seconde, c'est tout ce qu'il lui faudrait pour récupérer l'épée de Diana et le suriner à mort comme le goret qu'il était. Kalibak était une bête sauvage, et il n'y avait pas d'autres moyens d'arrêter les bêtes sauvages que de les neutraliser, pour de bon.

Avec des œillères aussi bien à ses sens qu'à son esprit, Power Girl se rua, avec la volonté claire de mettre un point final à cette mascarade. C'était peut-être une bonne chose que Superman intervint. Sacré boyscout.
En s'écrasant pathétiquement dans les décombres, montrant bien qu'elle n'avait aucune autre idée - pas même s'arrêter en cas d'esquive -  que de massacrer son adversaire.
On aurait presque pu dire que c'était un sourire morbide, sur le visage de Power Girl, alors qu'elle observait son cousin frapper avec une extrême violence le fils de Darkseid. En réalité, elle souriait surtout à l'idée que Superman avait encore sauvé le monde ... ou bien seulement sa collègue kryptonienne. La vision de Diana paralysée, de Kalibak prendre plaisir à briser son ennemie, le voir aimer son œuvre ... C'en avait été trop. Toute la puissance de la Ligue assemblée contre lui ... et il prenait plaisir à faire souffrir, à faire le mal.
C'était une bonne chose que Superman intervienne. Power Girl, avec son tempérament sanguin, aurait fait quelque chose d'inconsidéré. Elle ne se serait pas limité à une paire de claques, et elle s'en serait sûrement mordue les doigts ...

Et puis, tout alla trop vite.

Beaucoup trop vite. Même pour elle. Ce n'était pas normal. Kara perdit tout contrôle, elle n'était plus que spectatrice d'un flou absurde, où tout ses sens, sa vue, son ouïe, tout extraordinaires qu'ils purent être, ne suffisaient pas. Elle était trop lente. Désespérément, trop, lente.

" C- ... "

Une lettre. Elle n'avait eu le temps, dans cet instant, de ne formuler qu'une lettre. Elle avait mis un temps affreusement long à ne faire que se rendre compte de ce qu'il se passait ...

" ... -'est donc ça, le Flash ... "

Elle finit sa phrase, béate, émerveillée. Et avec le lasso de Diana dans les mains, au côté de tout les autres. Elle le savait rapide. Elle le savait très rapide, mais elle n'imaginait pas qu'il pouvait être rapide à ce point. Sans le savoir, Power Girl venait de recevoir une bien bonne leçon d'humilité.
Et tout aussi fou que pouvait paraître son plan, aller chercher Kalibak avant qu'il ne sombre dans la Zone Fantôme ... Et bien, rien que pour cela, il ne méritait certainement pas une fin aussi affreuse.

Alors Power Girl se mit à tirer, aussi, comme tout les autres. Aquaman avait bien résumé la situation, car intérieurement, elle pensait la même chose. Qu'il y passe, et Kara le tuerait, elle aussi ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 3 Avr 2015 - 15:43
Barry.
Tout comme les autres héros présents à ses cotés, Hawkman découvrit avec étonnement qu'il avait changé de lieu, qu'il tenait une corde, le Lasso doré en main et qu'au bout de celui-ci il ne pouvait y avoir qu'une seule personne :
Barry.

L'effort de tous était demandé et peu importe si Superman, Power Girl et Aquaman faisait tous le boulot ; tous étaient conviés a aider leur compatriote écarlate à s'extraire d'un véritable Trou noir. Ultime solution pour se débarrasser proprement de la machination d'Apokolypse.
Mais alors que faisait-il là dedans ?...
Hawkman serrait les dents en tirant de toutes ses forces, de toutes celles que lui offrait le Nth Metal, mais au cours des secondes, de ses pensées, ses doigts serraient de moins en moins la corde.
Pourquoi faisait-il cela ?...

Barry.
Un cœur trop pur.
Malgré toute son expérience, toute sa foi envers la justice, l'Ordre, le bien, Hawkman n'y croyait pas ou n'y croyait plus à ce cœur trop pur. Il prenait le risque de se sacrifier pour sauver un rejeton de l'Enfer, un être qui est venu ici pour anéantir une planète et qui le refera jusqu'à son dernier souffle. S'il a échoué sur Terre, à laquelle s'en prendra-t-il sans que les héros ne l'apprennent, Durla, Colu, Thanagar ?... Des planètes méprisées, ignorées, mais leurs peuples ne méritent pas de mourir sous les bottes apokalypsiennes de Kalibak.

Katar connait Barry, du temps où il était Carter, avant qu'il ne revienne. L'aide et l'espoir qu'il apporte et offre à ses adversaires à Central City autant que des ennuis. Mais il y a deux poids, deux mesures.
Ensemble, ils avaient pris une grave décision, une décision essentielle. Malgré toutes les conséquences, malgré les regrets, elle était et reste essentielle. Et il y en encore d'autres à prendre...
Le cœur meurtri, l'adrénaline tombée, Hawkman lâche le Lasso. La Terre est sauvée et il ne reste plus que Flash.

Autrefois Iris, aujourd'hui Kendra, le deuil est le même pour tous.

« A quoi bon tout risquer pour sauver la vie d'un monstre. Même quand on les tuent, ils trouvent toujours moyens de revenir... »

« Je ne le fait que pour Barry. » annonce-t-il autant à lui même qu'aux autres.

Hawkman retire son gantelet : la Griffe d'Horus. Son bien le plus précieux et le jette dans le Trou noir en le suivant du regard.
Voilà sa part. Un objet unique forgé par Nabu capable d'altérer les corps, la magie, l’électricité, le magnétisme... et la gravité. Celle du Trou noir devrait être amoindrie par la capacité d'absorption de ce petit et si puissant objet. Cela va sauver Barry autant qu'un effort physique et c'est tout ce qui compte.

Pour éviter d'être encerclé par les héros à la suite de cet acte, Hawkman préfère leur tourner le dos et s'envoler...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 6 Avr 2015 - 23:11
La douleur était terrible. Mais la situation l'était davantage.

Wonder Woman s'était brièvement réveillé de son évanouissement, tenant son bras droit fracturé pour éviter qu'il ne subisse davantage de choc suite à ses propres mouvements. Elle était sonnée et ne savait pas trop où ses amis en était dans le combat contre les forces de Darkseid. Son lasso de vérité avait été emprunté, Flash avait disparu, et le portail de la zone fantôme avait enfin été ouvert. Il semblait d'ailleurs avoir eu l'effet escompté. La plupart des membres de la Justice League semblait vouloir tirer sur le lasso. Pas tous. Hawkman ne semblait pas de la partie.

Diana avait globalement compris qu'il fallait tirer Flash qui était parti chercher le fils de Darkseid, Kalibak, de l'autre côté, pour une obscure raison. Un être tel que lui méritait le Tartare, la punition absolue. Le Mal incarné avait eu un rejeton, et ce dernier ne pouvait qu'être aussi malfaisant que lui. Malgré tout, Diana avait eu la chance de connaître un autre fils de Darkseid avec lequel elle était devenue amie, Orion. Mais ce dernier avait été élevé sur New Genesis, l'exact opposé d'Apokolips. Il avait reçu une bonne éducation. Pas Kalibak. Mais Diana n'avait pas a contester la décision de Flash. C'était son choix de le sauver, ce choix était louable. Il serait bien sûr responsable des pertes occasionnés par Kalibak, en partie. Mais le jeune bolide avait conscience de tout cela.

Malgré son état donc, Wonder Woman aida tout le monde a tirer sur le lasso. Sans sa présence, il y avait de toute façon peu de chance que ce dernier soit d'une grande efficacité. Les capacités magiques de l'équipement de la fille de Zeus était particulier. Elle n'en connaissait pas le véritable fonctionnement elle-même. Elle n'avait jamais vraiment eu de manuel lorsqu'on lui confia le lasso, elle avait appris à s'en servir sur le tas, comme elle savait le faire. Malgré sa blessure, elle se sentait rassuré par le contact magique. Apaisé par l'aura de vérité et de justice qui affectait tout ceux qui touchait ce dernier. Ce contact qui était si familier désormais. Il avait accomplis tant de chose jusqu'à aujourd'hui.

Et cette fois-ci, il sauvera la vie de Flash.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3959
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Mer 8 Avr 2015 - 0:59
Barry se sentait tiré vers l'arrière, bien accroché à Kalibak.

Celui-ci avait été absorbé par la zone fantôme et il avait tenté de résister. Évidemment la zone avait rapidement fait de lui prendre toute son énergie, le laissant inconscient. Barry qui était arrivé quelques millisecondes après lui s’était jeté dans le trou. Il avait utilisé la puissance du projecteur pour y pénétrer se laissant engouffrer dans cette dimension étrange. La corde luminescente était enroulée autour de son poitrail, elle passait au-dessus de l'épaule gauche et sous l'aisselle droite, il répartissait ainsi la charge que représenterait la force nécessaire pour le sortir de là. Kalibak était à sa portée et il l'agrippa de toutes ses forces.

...

Il avait envie de crier de douleur, mais aucun son ne put sortir de sa bouche ses poumons étant trop compressés. La force qui les tirait de l'autre côté était énorme, la corde se serrait sur son poitrail comprimant tous ses organes sous sa cage thoracique. Il était content, car il sentait que cela fonctionnait. Il sentait qu'il était attiré de l'autre côté. Il vit la griffe d'horus passer près de lui. N'étant pas trop certain si cela allait les aider ou non, il en doutait. Est-ce que le Nth Metal fonctionnait dans cette dimension? Quoi qu'il en soit il sentit son dos sortir du portail comme si son être était déchiré entre deux dimensions. Puis sa tête, l'air du vent frappait son visage comme s'il venait tout juste de se raser. C'était bon de ressentir le soleil sur sa peau. Il n'aurait jamais cru s'ennuyer de l'odeur d'usine de Keystone et pourtant c'était le cas, même le métal fondu sentait la rose en un moment comme celui-ci. Pourtant le visage de Barry ne démontrait pas d'apaisement la douleur était toujours à son comble. Il finit par passer au complet...

Si je lâchais Kalibak... à ce moment précis je serais sauvé...

Il le savait, il était tiré d'affaire. Quelques secondes dans la zone fantôme relativisaient vos choix. Celui de laisser Kalibak dans cette antichambre de l'enfer était tentant, mais non, il ne pouvait pas. Il serra davantage Kalibak comme pour copier l'étreinte du lasso sur lui même. Kalibak était lourd et passait mal la porte du projecteur, mais Barry n’abandonnerait pas. Le héros n'était pas juge, il l'avait appris à ses dépens. Kalibak n'était condamné que lorsque Flash perdrait espoir et ce n'était pas le cas. La rédemption, c'était un concept flou et difficile à saisir, mais c'était aussi celui sur lequel on pouvait se reposer. Chacun d'entre nous avait fait des mauvaises choses, lui... il avait pris la vie. Chaque jour, il espérait être digne de son nom et de l'héritage de Jay Garrick, la rédemption venait du coeur et chaque être en avait un. Si Darkseid cherchait si avidement l'anti-vie c'est parce que le libre arbitre nous permettait le meilleur et le pire, le jour ou les héros arrêteraient de croire en le meilleur des gens... à ce moment précis, le mal l'aurait emporter, mais ce jour n'était pas venu. Il ne l'était pas pour Flash en tout cas, car Kalibak venait de traverser entièrement la porte projeter de la zone fantôme.

BATMAN, MAINTENANT

Il avait pris toute sa force pour expulser l'air dans ses poumons afin de formuler ces deux simples mots. Il espérait que malgré le bruit et le son de sa voix qui venait de s'engouffrer dans le projecteur Batman avait pu entendre. Car c'était le moment de la fin... et Kalibak... il irait trouver une jolie cellule au pénitencier Stryker. Seul pénitencier équipé pour recevoir des êtres de cette puissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1373
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Sam 11 Avr 2015 - 1:03
Batman, toujours vêtu de sa tenue de l'Insider avait assisté, muet, aux derniers événements qui s'étaient déroulés devant ses yeux. Tout se passait beaucoup trop vite pour les perceptions de Superman, de Wonder Woman, et d'Aquaman; celle de Batman n'y comprenait rien. Seules ses excellentes capacités de déduction lui permirent de remettre toutes les pièces du puzzle dans l'ordre. D'abord la quasi téléportation de tous les membres de la Justice League dans son dos: Flash était passé par là, et avait évité le sacrifice des plus grands héros de la Terre. Il avait défié l'attraction de la Zone Fantôme, et cela inspirait le respect. Le respect, et la gêne, aussi.
Le concept de Speedforce, tout comme celui de magie, ou de sciences occultes, Batman connaissait, mais tout cela restait bien trop vague, bien trop flou pour les théories et l'esprit humain qu'il s'en méfiait, voire les craignait. Il en maîtrisait certains aspects, bien que pas assez pour appréhender l'ensemble et ne pas redouter l'inconnu.

Donc un acte courageux et parfaitement concluant de Barry Allen, qui arrangeait une fois de plus la situation... après avoir jadis failli mettre en l'air le monde. En effet, le plus rapide des speedsters lui avait raconté ce voyage qu'il avait entrepris et cette modification totale de l'univers. Le Chevalier noir gardait d'ailleurs à l'abri la lettre que son père lui avait remis par l'intermédiaire de Flash.

Cependant, rien n'était fini.
Ce même Flash qui venait de tout arranger créa un nouveau risque énorme pour le monde et pour l'équipe dont il faisait partie. Cela ne s'oublierait pas, c'était sûr. Alors que Batman luttait pour maintenir l'ouverture entière et ne pas lâcher le projecteur, le héros rouge et or attachait le lasso de Wonder Woman autour de sa taille et partait chercher Kalibak dans l'arrêt de l'espace et du temps, dans l'univers blanc qu'était la Zone Fantôme. Alors que tout semblait fini, que l'artefact et les deux êtres semblaient perdus dans cette non-existence, l'impossible se produisit. Un à un, chacun des membres, valides et non-valides, saisit un bout du lasso magique et banda ses muscles pour tirer en arrière son camarade.

Bien évidemment, toujours occupé à maintenir le projecteur, le Croisé masqué ne participa pas à l'effort collectif. Après tout, hormis pour le symbole, il n'aurait rien apporté à la puissance de traction déjà présente: son armure étant vide, il n'avait plus que sa simple force d'humain mortel. Ainsi, par la force des choses, certains diraient du destin, Flash d'abord, Kalibak ensuite furent extirpés d'une voie terrible et inaliénable, dont peu revenaient généralement. Les seuls exemples que Batman possédait étaient Zod et sa bande, et Mon-El. Aucune trace des centaines, des milliers d'autres.
Après tout, peut-être n'étaient-ils qu'une poignée, personne ne pouvait le savoir.

Flash hurla, et son cri, porté par l'espoir, atteignit les oreilles du sombre justicier.
Avec détermination, Wayne porta les doigts aux boutons de la petite console de commande. De deux pressions, il stoppa complètement la machine infernale, et d'un coup, le silence se fit. Plus de cris, plus de destructions, plus d'explosion, plus de vrombissement.
Le calme abyssal... tonitruant... assourdissant...

Kalibak et Flash reposaient au sol, sur le dos, sans bouger. Ils étaient vivants, les détecteurs du Chevalier noir lui indiquaient des battements de cœur, des signes vitaux stables. Il fut le premier, car sans doute le moins blessé de tous, à s'avancer vers son confrère. Malgré la réussite incontestable de l'homme le plus rapide du monde, le protecteur de Gotham se pencha vers lui, et lui murmura à l'oreille:

- Plus jamais ça.

Puis il se redressa, et fit volte-face pour s'en aller vers le Missouri, là où l'attendait le Batboat, qu'il avait appelé en voyant son Batplane dévoré par le portail, et rentrer dans sa ville, sur la côte. Sans s'arrêter un seul instant, il mit dans les mains de Superman son projecteur, cligna à peine des yeux devant ses camarades, et partit.
Le risque avait été trop grand.
Batman ne partageait pas cette idée de rédemption à aussi grande échelle. Pour des êtres vivants plus simples de nature, tout était possible. C'était d'ailleurs une des raisons pour laquelle il ne tuait pas, parmi tant d'autres. Les Nouveaux Dieux, l'histoire était toute autre. Ils ne percevaient pas le monde de la même manière, ils se trouvaient au dessus des idées de bien, de mal. Seules comptaient l'ambition, la réussite et l'échec en fonction de ses convictions.
Bruce Wayne le philanthrope autant que Batman le justicier pensaient que Flash aurait mieux dû laisser Kalibak dans la Zone Fantôme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6714
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Sam 11 Avr 2015 - 21:59
Superman ne dit rien.

Depuis qu'il s'est emparé du lasso de Wonder Woman pour tirer Barry et le faire revenir dans leur monde, il n'a pas pipé mot. Ni quand ses collègues l'ont rejoint, ni quand Hawkman les a abandonnés, ni quand Flash est revenu avec le monstre qu'est Kalibak, le fils de Darkseid. Il s'est contenté d'user de sa présence rassurante, et de ses super-pouvoirs, pour sauver leur ami et donner une note positive à ce qu'il n'hésite pas à appeler un désastre.

Alors que Batman éteint le projecteur de la Zone Fantôme, il pousse un profond soupir en baissant les bras. Tous ses camarades lâchent le lasso de Diana, et lui le récupère et l'enroule, avant de le rendre à l'Amazone. Il esquisse un petit sourire en redonnant un des artefacts les plus puissants du monde à sa propriétaire, avant de se tourner vers Batman, qui s'adresse à Barry.

Bruce prévient Flash qu'il ne le laissera plus jamais agir ainsi.
Avec un air grave et autoritaire, bien sûr.

Clark se demande comment le Chevalier Noir compte empêcher l'Eclair Ecarlate d'agir, mais il comprend sa position et sa réflexion. Il a beaucoup affronté Kalibak dans sa vie, et l'a croisé récemment par deux fois. Ici, bien sûr, mais aussi au Mur de la Source, où le fils de Darkseid a voulu pénétrer à l'intérieur pour s'emparer de la puissance ultime et changer terriblement l'Univers.

Il comprend Batman, parce qu'il ne peut permettre le pardon et l'aide à de tels monstres. Mais il comprend aussi Flash, qui veut que la Ligue de Justice incarne autre chose, soit autre chose, pour montrer une voie meilleure et plus positive dans ce monde si terrible.

"Ceci est un naufrage. Notre naufrage."

Sa voix est lente, posée. Ses yeux azur glissent sur chaque visage autour de lui.

"Nous n'aurions jamais dû permettre que cela arrive. Nous aurions dû être meilleurs. Nous le serons."

Bruce pose dans ses mains le projecteur de la Zone Fantôme, et il lui fait un signe de tête avant de reprendre.

"Nous venons de condamner à une non-vie des créatures qui vivent, qui respirent, qui ont une âme. Nous l'avons fait pour sauver ce monde, mais nous avons damné des êtres vivants pour cela. Nous devons faire plus que ça."

Il soupire, avant de se tourner de moitié.

"La Ligue doit faire plus, mais nous avons sauvé le monde aujourd'hui. Peu d'innocents ont péri. Nous pouvons être satisfaits. Pas fiers... mais satisfaits."

L'Homme d'Acier esquisse un petit sourire, avant de tourner son regard vers Barry Allen.

"Flash, tu as sauvé Kalibak. Tu as sûrement une idée pour l'incarcérer. Je pense que nous sommes tous d'accords pour te laisser gérer ce cas. N'hésite pas à nous demander de l'aide si besoin, ma Forteresse peut l'accueillir temporairement."

Il ne veut pas laisser le problème sur les seules épaules de Barry, mais c'est ce dernier qui a pris l'initiative de le sauver. A lui d'assumer, finalement.

"Je me dois de ranger le projecteur, avant qu'il ne tombe en de mauvaises mains. Je reviens après, pour ranger... ce qui peut l'être. Merci à tous."

Un dernier sourire, avant de s'envoler et de filer vers la Forteresse de Solitude. Le coeur très, très lourd.
Son discours sur l'erreur et l'insuffisance de la Ligue ne les visait pas vraiment, en vérité. Il le concernait lui, essentiellement. Il aurait dû faire mieux, protéger sa planète de Darkseid et des monstres qui rôdent dans l'Univers. Il fera mieux - très vite. Très, très vite.

(HJ/ Ceci conclue mon passage ici. Merci, ce fut dantesque et très agréable ! A refaire, très-très vite j'espère aussi. Smile /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle En ligne
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3959
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Sam 11 Avr 2015 - 22:42
Batman vint le gronder et Superman vint raisonner la chose. Barry ne put empêcher un sourire lorsque Batman lui fit la leçon. Il y a longtemps que Flash ne se formalisait pas se genre de chose, du moins pas dans de telles circonstances. Flash respectait Batman, mais ils étaient l'opposé l'un de l'autre. Batman ne se montrait jamais, Barry courait dans la rue au côté des gens, Batman avait choisi la peur et l'ombre, Barry avait choisi l'espoir et la lumière, Batman avait choisi de travailler en dehors des lois, Barry avait choisi de servir la loi. Alors, malgré tout l'affection qu'il avait pour son collègue, cette fois, il avait tort. Il n'était pourtant pas intéressé de poursuivre ce débat ou de faire la gueule à Bruce, chacun resterait camper sur ses positions et Flash n'avait rien à prouver à Batman, tout comme celui-ci n'avait rien à prouver à Barry.

Superman quant à lui avait une constante morosité. Pour le simple citoyen Superman était un modèle de justice et de droiture, il incarnait l'idéal. Pour ses collègues c'était également le cas, mais il sentait cette morosité dans son ton. Toujours gardant espoir, mais il y avait quelques choses de tristes en lui. Quelques choses qui l'empêchaient d'être complètement heureux. Ce n'était pas un mal pour l'équipe, car cette vision un peu plus rationnelle, bien que maussade, permettait à l'équipe de se dépasser, afin de toujours lui en donner plus. Il en donnait plus que quiconque, alors il était aussi de bon aloi pour l'équipe de vouloir en donner autant.

Ses yeux se portèrent sur Hal, sans pouvoir toujours là bravant le feu, malgré le conseil de Barry pour l'homme qui n'avait plus de pouvoir de rester auprès de ses alliers. On disait souvent de Green Lantern que c'était un homme sans peur, Barry le connaissait assez intimement pour savoir qu'il avait probablement eu peur en cet instant. Peur, pour lui, peur pour ses amis. Il avait refusé de quitter et était resté près d'eux. Hal était un grand homme, c'était pour cette raison que c'était également un de ses amis les plus chers.

Regardant Diana, il était content de la voir debout. Il avait craint pour elle pendant un certain temps, mais elle était toujours là solide comme le roc. Un héros exemplaire qu'était Diana, mais une guerrière encore plus extraordinaire. Elle avait percé, Kalibak et c'était probablement pour cette raison que celui-ci c'était laissé berné par le projecteur. Diana avait donné de sa personne aujourd'hui plus que chacun d'entre eux. Elle s’était élevée comme un rempart devant la peur que Darkseid voulait imposer. Barry comme tous les hommes qui l'avaient côtoyé ne pouvaient s'empêcher d'être un peu amoureux d'elle. Elle incarnait un idéal superbe de guerrière et de mère qui prenait soin de chacun d'eux ne serait-ce que par sa présence. À ses côtés, on se sentait meilleure.

Cherchant du regard les autres, il vit Aquaman. Il était droit et digne comme toujours, les yeux présents et distants comme toujours. Arthur n'était pas un homme facile, mais c'était un homme loyal. Il n'avait pas hésité à se retrouver sans arme pour aider les siens. Il s'inquiétait pour ses alliés, même en se sacrifiant lui même. Arthur avait une résilience exceptionnelle, on racontait souvent qu'étant de deux mondes différents il n'était chez lui nulle part. C'était faux, Arthur était chez lui dans la Justice league. Il était l'équivalent de ce père qui veillait en silence sur chacun d'eux, Roi sous l'eau, égaux sur terre. Trop fière pour montrer qu'au fond, chacun d'entre eux était comme un frère et une soeur, mais toujours là quand on avait besoin de lui.

Powergirl était arrivé au bon moment également. Les kryptoniens n'étaient pas légion sur terre et même dans l'univers mais Flash était content de voir que la terre pouvait compter sur une héroïne de la trempe de powergirl. Elle était sans nul ombre d'un doute une alliée précieuse pour eux. Certes un peu instable et peut-être trop susceptible, mais elle représentait l'humanité dans sa dualité la plus charmante. La belle et parfois la bête, mais toujours aux côtés des plus grands. Elles nous avaient adoptés plus que le genre humain ne pourrait jamais le faire. Son visage était celui de la responsabilité et du devoir, mais également celui de l'humanité la plus pure et la plus belle. Barry était content qu'elle soit avec eux et se disait qu'il faudrait au plus vite régularisé sa position dans la Justice League, car c'était là qu'était sa place.

Il manquait Hawkman pour compléter le tout. Barry ne fut pas surpris, celui-ci n'était pas un grand fans dès après combat. Il ne cessait jamais de se battre. Certains l'appelaient le Barbare ailé, mais Barry savait que tout ceci n'était que le reflet de son âme. Il refusait le destin qu'on lui avait donné et il combattrait jusqu'à se qu'il serait libre. Il représentait l'idéal américain, celui qui se faisait un nom et qui se hissait vers les sommets. Il était un homme d'action, un homme de force. Son absence, bien que compréhensible, mettait cependant un peu mal à l'aise Barry qui comprit maintenant que la griffe d'Horus avait été sa contribution à son sauvetage. Sûrement que le combat pour lui continuait.

Pourquoi pensait-il à tout cela alors que chacun avait envie de repartir chez soi, c'était tout simple c'est qu'aujourd'hui, il devait la vie à tous ces gens. Il était conscient que la mort qu'il venait d'éviter l'avait été grâce à eux. La justice League formait maintenant, à cet instant précis, une nouvelle fois une équipe. Une équipe qui avait combattu ensemble, une équipe qui représentait quelques choses pour lui et pour les autres. La justice league était de retour et elle était plus forte et plus unie que jamais. Malgré ses différences et ses divergences d'opinions, ils avaient fait front commun et avait fait quelques choses qui les dépassait tous au niveau individuel. Ils avaient été le rempart de l'humanité.

T'inquiète Supy, je m'occupe du singe velu. Je paris qu'Iron Heignts serait plus qu'enchanté de l'avoir en cellule le temps que Stryker se prépare à son transfert. Ils ont des équipements pour Grodd, ça devrait suffire pour Kalibak, sinon je garderais un oeil dessus. Si madame la jolie blonde veut m'aider à transporter la bête je suis certain qu'on n’aura pas trop de difficulté, il me semble sonné pour encore quelques heures. Je vais préparer la cellule provisoire j'attendrai le colis.

Puis souriant, il fit un clin d'oeil à ses alliés et partit vers Iron Height en attendant que Powergirl lui apporte Kalibak. Il allait de toute façon devoir renforcer ce que le bâtiment avait pour Grodd et surtout préparer une bonne dose de sédatifs. Pour l'affreux d'Apokolyps.

((conclusion pour moi ici, merci ce fut une de mes plus belles expériences RP jusqu'à maintenant.))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 15 Avr 2015 - 1:10
Je tirais de toutes mes forces avec pour seul outils mon bras gauche. Mon droit ayant été brisé plus tôt et mon anneau étant tombé à plat pendant que je pilotais le batplane. Les autres auraient certainement été en mesure de remonter Barry sans moi, mais je tenais à participer à l'effort afin de sauver mon ami. Je vis rapidement le dos de celui que je peux considérer comme l'un de mes meilleurs amis. Par contre, je fus un peu déçu de voir qu'il avait réussi à attraper Kalibak et à le retenir afin de le tirer hors de la zone fantôme. Je vis Batman s'approcher de lui afin de lui faire la morale. Je n'ai pas entendu ce qu'il a dit, mais inutile d'avoir des pouvoirs pour savoir de quoi il s'agissait. Par contre, cette fois je n'étais pas totalement en désaccord avec Bruce.

Je n'ai jamais été un grand partisan de la nouvelle loi des gardiens qui permettait aux Green Lanterns d'user de la force létale lorsque nous avons besoin, mais je reconnais le besoin d'une telle loi. Dans la situation présente la mort de Kalibak aurait certainement été la meilleure des options à cause de sa capacité de faire un trou béant dans presque n'importe quoi. La zone fantôme aurait été le meilleur endroit pour lui. Cependant, la grande âme de Barry a eu le plus fort et il va maintenant être enfermé dans une prison qui, je l'espère, saura le retenir afin qu'il ne nuise plus.

Maintenant que nous avons obtenu la victoire, nous devons tenter de réparer les dégats causés à Central City et, pour ma part, trouver un moyen de retourner chez moi et de guérir mon bras afin de retrouver tous mes moyens. Mais qui pourrais bien me ramener au bon endroit. Barry était déjà en route pour préparer la cellule de Kalibak. Bruce et Hawkman avaient quitter le champ de bataille depuis quelques moments déjà. Même chose pour Superman. Kara transportait le nouveau dieu jusqu'à sa nouvelle demeure. Je me retournai vers Aquaman et Wonder Woman et je leur demandai S'ils pouvaient me rendre ce service.

«Humm! Est-ce que l'un de vous deux pourraient me rendre un petit service et me ramener chez moi? À la limite, Diana, je pourrais t'emprunter ton jet invisible? Tu l'as encore j'espère?»
Revenir en haut Aller en bas
 

Pointe d'apocalypse (Justice League)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Pointe d'apocalypse (Justice League)
» JUSTICE LEAGUE : CRISIS ON TWO EARTHS
» Justice league dark de Pete Milligan et Mike Janin (trailer)
» Urban Comics va réediter Justice League: La Tour de Babel
» JUSTICE LEAGUE OF AMERICA LITHOGRAPH BY ED BENES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Central City :: Keystone City-