[France - Jardins de Monet, Giverny] Une rose parmi les nymphéas [PV Ivy]

Invité

MessagePosté le: Dim 22 Mar 2015 - 20:49

Ecoute la nature lorsque le vent se calme, et ton âme se trouvera en paix. Tels étaient les mots de Plume-de-Serpent lorsque Daniel n'arrivait pas à obtenir les résultats qu'il attendait de ses pouvoirs Shamaniques. Il se devait de le faire le temps à autre. Un seul endroit avait finalement réussi à lui rendre cette notion bien moins abstraite que toutes celles que son aïeux lui avait inculqué durant toutes ses années. Ce fut lors d'un simple voyage qu'il se retrouva dans cet endroit, celui-là même qui fut le berceau d'un des peintres les plus célèbres et les plus reconnu par ses œuvres, et surtout, par son pays. Monet. Fatigué par tout ce qu'il avait vécu ces derniers temps, Daniel percevait la colère qui pointait non loin de son esprit. La manière ont il avait pratiquement écharpé un petit dealer de la banlieue d'Atlantic City, l'avait bel et bien forcé à se remettre en cause. Les Ombres qu'il utilisait habituellement avait de cela, qu'elles se nourrissaient de lui. Le forçant à sombrer dans la folie qui fut la sienne durant un temps.

Mais aujourd'hui il prenait le temps. Avait finalement accepté de vivre avec cette douleur et ce fardeau. Aussi, quoiqu'il puisse advenir. Pendant quelques jours tout du moins, le ShadowPact et le Phantom Stranger devraient se passer de lui. Il en allait tout autant de leur bien-être que de la réussite des missions qu'il leur confiait. Après plusieurs heures de vol et presque autant de sommeil a rattraper, Daniel marchait dans les immenses allées verdoyantes des Jardins de Monet, à Giverny. La magnificence et la beauté des fleurs n'avaient rien à envier à leurs couleurs, toutes plus chatoyantes les unes que les autres. Un calme Olympien naissait dans ces lentes et fabuleuses danses florales. Chaque pétale, la moindre tige d'herbe, tout ici laissait paraître une douceur et une fragilité toute égale à sa propre beauté.

La lumière du soleil elle-même semblait se laisser porter par les volutes de couleurs et les odeurs qui montaient au nez du Canadien. Lui qui n'avait guère l'habitude de voir des parterres si colorés, ceux-là étant bien plus des désirs Français que d'autres pays. Il appréciait tout de même le fait que le pont, ce dernier ayant été porté aux Dieux par le pinceau du génie, quoique visible seulement de loin ne fut pas supprimé du paysage. Dans l'eau clairsemée de quelques nymphéas, des grenouilles sautillaient, pleines de vie. Un sourire enfantin apparu sur le visage habituellement froid et austère de Daniel.

Assit sur un des bancs peints de vert du parc, Daniel rejeta sa tête vers l'arrière et ferma les yeux. Depuis combien de temps n'était-il pas venu ici ? Six mois ? Huit ? Peut-être plus… La dernière fois remontait à si loin. Tout autour de lui n'était plus qu'une danse agréable dont il commençait à se voir être le Chef d'Orchestre. Il dirigeait la pousse des fleurs, leur offrant la liberté tant espérée de Mère Nature. Elle qui, par son amour et son immense mansuétude offrit à ses enfants la vie. Qu'il était bon parfois, ne serait-ce que quelques minutes, de prendre le temps d'arrêter de penser… Oublier jusqu'à l'endroit où nous sommes né. Abandonnant le fait même que nous puissions être que ce par quoi nous nous qualifions. Surhumains, homo-magie… "Fou"…

Oui, qu'il était bon d'apprécier la vie telle qu'elle était… Néanmoins, la vie nous joue parfois des tours, elle mettait sur notre route des chimères. Ces dernières nous faisaient croire que ce que nous espérions soit présent. Un être cher, un objet familier… Pour Daniel, c'était la présence de Crow qui l'en empêchait. Le Corbeau, quelle que soit sa forme d'ailleurs – animale ou humaine –, le faisait perpétuellement revenir dans le monde réel. Mais pas cette fois… La chimère qui passa devant son regard possédait la musique qui faisait danser les roses, l'accord parfait de la Maîtresse des lieux… Sa crinière rouge, flamboyante, le fit se lever. Qui pouvait-elle bien être ?

Et si Monet… Lorsqu'il peignait, s'inspirait de cette muse ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 22 Mar 2015 - 23:02
Poison ivy avait pris l'avion pour venir dans ce petit coin de paradis qu'elle aimait tant, après les récents événements qui se sont passés à Gotham, surtout le fait qu'on lui ai volé son lieu de résidence, elle avait besoin de se ressourcer et quoi de mieux que les jardins de Monet là où la vie végétale est reine parmi les hommes. Elle n'était pas seulement venue pour prendre du repos, elle recherchait une rose rouge disparue depuis longtemps à Gotham et elle s'était renseignée. Le seul exemplaire connu était dans ce jardin. Son seul but était de la voler pour la ramener à Gotham et pouvoir l'étudier et peut-être en fabriquer de nouvelles. Mais cette tâche n'allait pas être du gâteau, on avait sûrement installé un système de sécurité au cas où des gens essayent de voler ces fleurs. Pamela parcoure le jardin, sur son passage les plantes et les fleurs bougent, elles dansent à la lueur de ses courbes généreuses. Le jardin était désert, ce qui l'arrangeait car cela pourrait paraître bizarre au yeux des gens que les plantes s'animent au passage de la jeune femme. Elle était vêtue d'un manteau assez chaud car le temps en France n'était pas toujours l'idéal, surtout dans cette région. Un homme était assis sur un banc à quelques pas de Pamela mais elle n'y prêta guère attention, après tout, il fallait qu'elle trouve cette rose, c'était son principal objectif. Elle passe donc devant l'homme pour continuer son chemin.

Espérant ne pas être dérangée par quiconque, car depuis son arrivée en France, la jeune femme avait attiré tout les regards, même une bande de petits délinquants l'avait embêtée mais ça s'est terminé en combat et l'un des jeunes a été étranglé par une racine d'arbre comme cela arrivait souvent à Pamela. Même quand elle se trouvait à Gotham, elle avait horreur qu'un homme lui cherche des ennuis quel qu'ils soient et encore moins lever leurs mains sur elle. Elle s'efforçait de ne pas tuer mais c'était plus fort qu'elle. Et de plus, depuis sont retour, beaucoup d'hommes lui avaient cherché des problèmes ou se mettaient en travers de son chemin. Elle espérait qu'aujourd'hui personne ne serait là pour l'arrêter. Ivy trouve enfin la fameuse rose rouge, elle passe sa main dessus et au contact d'un simple effleurement la fleur bouge.

"Mon bébé tu sera bientôt à moi et je ferais tout pour que tu ai des frères et sœur"

Oui le problème de Ivy était qu'elle prenait les fleurs et les plantes pour ses enfants, elle était impassible quand il s'agissait de la nature, elle pouvait changer de comportement à tout moment d'une nature calme quand elle a toute sa tête ce qui était rare. Elle sentait que quelqu'un la regardait, elle se tourne pour voir un homme imposant devant elle.

"Que voulez-vous ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 23 Mar 2015 - 16:42

Des cheveux dont la couleur rappelait le sang vermeil qui s'écoulait lentement, des yeux aussi clairs que les cieux un matin d'automne… Daniel ne savait plus quoi dire alors que la voix aussi froide cristalline parvint à ses oreilles. Qui était-il ? Il commençait à l'ignorer. Sa prestance, son corps, et… Quelque chose d'autre l'attirait inlassablement vers elle. Cette femme, si tant est qu'elle en fut une et non pas une chimère, possédait dans son être toute la fougue et la passion du jardin qui les entouraient. Elle faisait partie intégrante de ce monde qui s'offrait à eux. Son odeur rappela au Dark Crow une autre femme… Lady Weeds, leurs odeurs furent sommes toutes similaires, n'en restaient pas moins bien différentes. La femme aux cheveux flamboyant ne lui octroyait aucun semblant d'intérêt. Afin d'éviter tout silence bien plus pesant que celui qui se mettait alors en place, Daniel indiqua de sa main la rose à qui elle venait de parler.

- Voici une rose dont la rareté n'a d'égale que la pureté de sa beauté…

Fut la seule phrase qu'il osa avancer. Ses connaissances en botaniques étaient, certes avancées en terme de décoctions et autres techniques d'apothicaire, malgré tout le Canadien n'avait pas l'habitude d'en parler. Ce genre de chose n'ayant que très peu court en dehors de ses discussions avec Plume-de-Serpent. Il s'abaissa à hauteur de la dite fleur et la regarda plus en détail. Chaque pétale, chaque feuille de celle-ci lui donnait un peu plus de pureté. Elle était vraiment parfaite. Mère Nature avait réellement bien fait les choses. L'homme fut sa seule déception, car il était sa seule créature dont l'occupation principale n'était autre que de détruire ses pairs… L'index de Daniel se mit à luire de cette aura rouge, celle qui le liait au Red, et la fleur sembla comprendre qu'il n'était pas là pour la cueillir, mais bel et bien pour l'apprécier.
Car sa réaction, déployant toute sa beauté sous la lueur rougeâtre, fit la part belle à un Canadien seul aux côtés d'une femme aussi belle que mystérieuse. Puis il se releva, restant quelques secondes, muet comme une tombe.


- Ce jardin est magnifique vous ne trouvez pas… Il est juste dommage que le monde ne le soit pas tout autant. Mon nom est Daniel, Mademoiselle ?

Bien peu habitué aux discussions mondaines, Daniel ne savait pas comment parler à autrui, et encore moins à une femme comme elle. Son parfum, si tant est que l'odeur qui émanait d'elle ne provenait pas directement de cette peau à la couleur légèrement rosée. Il n'osait pas poser les yeux sur elle, quelque chose le gênait. Si Crow aurait été présent, tout aurait été plus simple. Une mission, une simple mission du Shadowpact et quelqu'un à protéger… N'importe quoi d'autre. Mais le talon d'Achille de Daniel était là, juste à ses côtés. Vivre dans les steppes du Nord du Canada ne l'avait pas rendu asocial, mais plutôt craintif vis-à-vis d'autrui. A tel point qu'aujourd'hui, il en était devenu froid et distant avec les autres. Sentinel n'avait pas ce souci, perpétuellement souriant, toujours le mot pour détendre l'atmosphère… Tout son contraire.

Maintenant, allait-elle lui répondre ou tout simplement partir, le laissant là, planté comme un arbre devant une rose dont la couleur vermeille fut si belle que détourner le regard était un crime ? Le Dark Crow l'ignorait encore, mais il attendait calmement, tout comme son totem, il prenait le temps, observait la course du soleil, et vivait sous sa lumière…

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 23 Mar 2015 - 20:57
L'homme avait l'air d'être attiré par la belle Ivy, mais la jeune femme n'en avait guère à faire. Mais cet homme l'empêchait d'accomplir sa mission et engager le combat dans cette endroit était vraiment risqué c'est alors qu'il prononce une phrase. Ivy fût surprise que cet homme soit pour ainsi dire intéressé par les plantes et cette qualité ne restait pas de marbres dans la conscience de Pamela. Elle ose donc parler à l'homme.

"Oui je dois l'avouer, cette rose est l'une de mes préférées, elle est ce qu'il y a de plus magnifique chez une fleur et elle est tellement innocente qu'un simple geste de la main pourrait la détruire la mains de l'homme la fait tellement souffrir''

Ivy éprouve déjà des sentiments pour cette fleur, comme si elle était déjà l'un de ses enfants. À Gotham, il n'en rester plus, on avait détruit le champs de ces roses pour, à la place, construire une prison sous la responsabilité de Harvey Dent quand celui-ci avait encore toute sa tête. Et qu'est devenu maintenant le bâtiment ? Un tas de ruines, de gravas, ce qui rendait malade Pamela et si un jour elle avait l'occasion de croiser Dent, elle lui ferait payer son crime. Après sa vague absence elle revient à elle.

"Vous êtes vraiment intéressé part cette rose ou alors est-ce une technique de drague ? Car je ne suis pas intéressée."

Ivy coupe tout contact ou espoir pour l'homme. Elle n'était pas là pour tomber amoureuse mais plus pour cette rose. Mais l'homme, sans le vouloir, lui empêchait toute action. Soudain l'homme lui demande son prénom.

"Oui c'est bien dommage que peu de personnes respectent la nature. Être obligé d'enfermer ces plantes et ces fleurs sous une serre et ne pas les laisser en liberté me rend malade."

"Oh et je m'appelle Pamela.''

N'ayant aucune idée de qui était l'homme, elle se méfiait légèrement, mais elle pensa juste à un simple homme essayant de lui faire du charme et après tout, Ivy savait y faire avec les hommes et surtout pour les contrôler.

"Si vous voulez bien m'excuser, je dois étudier cette plante.''
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 29 Mar 2015 - 16:03

Cette femme rendait Daniel étrangement mal à l'aise. Elle possédait une aura et un charisme qui ne laissait pas le Canadien indifférent, mais en même temps, il semblait émaner d'elle de plus en plus de choses paradoxales. Se contentant de l'écouter, Daniel remarqua que sa manière de parler de la flore qui les entourait ressemblait à s'y méprendre à celle de Lady Weeds. La femme plante qu'il avait depuis perdu de vu n'était pas en reste lorsqu'il s'agissait de mettre en avant la différence qu'il y avait entre les plantes et les humains. Appartenait-elle elle aussi au Green ? La question se posait encore.

Somme toute que cette femme n'était finalement en rien en lien avec le Green, elle n'était peut-être qu'une spectatrice ébahie par la beauté de ce qui l'entourait, tout comme lui. La beauté était une vision paradoxale du monde en soi. Tout à chacun s'entourait de celles et ceux qu'il considérait comme étant "beaux", mais pour d'autres, ces dites personnes passaient pour être parfaitement banale. La faune tout autant que la flore ne réfléchissait pas autant à ces futilités, elles vivaient au jour le jour, prenant en compte qu'une chose, leur propre vie, et celles de leurs consoeurs.

Manquant de le faire chuter, la question que la femme posa se mua en une magistrale gifle que Daniel se prit en plein visage. Certes, il était attiré par la beauté de cette femme, mais rien n'égalait celle de cette rose. Pourtant, la femme n'avait pas manqué d'audace en lui parlant aussi franchement. Effectivement que les Françaises étaient connues pour ce manque cruel de tact, mais l'accent dont elle faisait usage pour parler démontrait qu'elle n'était pas originaire de ce pays. Américaine, très certainement. Mais peut importait à Daniel d'où elle venait. Il se mit à lui sourire, à demi gêné. Niant le fait par un mouvement de la tête, le Canadien apprit enfin son nom. Pamela. Un nom qui résonnait assez bien pour une femme aussi… Etrange.

Sa dernière phrase, mise en avant pour le congédier sans mettre de gants par ailleurs, fit cordialement comprendre à Daniel qu'il était temps pour lui de partir. Elle désirait "étudier" cette plante. Botaniste… Pamela… Les deux mots se mirent à tourner dans l'esprit de Daniel. Ce n'était pas possible ??? Elle n'était très certainement pas la seule spécialiste des plantes portant ce prénom, toutefois, si ses souvenirs étaient bons… Désormais elle se faisait appeler Poison Ivy… Le Batman l'avait pourtant enfermée d'après les journaux. Que pouvait-elle bien faire ici ?

Faisant comme si de rien n'était, le Dark Crow s'éloigna de la jeune femme après l'avoir poliment saluée et se dirigea vers la sortie du parc. Malgré tout, avant de passer la grille, il se retrouva face à une demi-douzaine d'hommes et de femmes sentant la vinasse à des kilomètres à la ronde. Ils le bousculèrent sans s'excuser et pénétrèrent plus en avant dans le parc. Même si son rôle de policier s'arrêtait aux limites du Canada, il ne pouvait pas laisser une bande d'imbéciles saccager la beauté de ce lieu. Les suivant à bonne distance, Daniel fit appel à Crow qui se posa presque immédiatement sur son épaule. Pamela n'était pas loin…

Dommage pour eux, d'ailleurs, Daniel se demandait de qui il devait se méfier le plus… De celle qu'on appelait vulgairement "l'Empoisonneuse", ou d'une bande d'ivrogne. Il verrait au moment où ça dégénèrerait, chose qui ne tarda pas…
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 2 Avr 2015 - 22:04
Ivy n'était pas venu ici pour se faire des amis, encore moins un potentiel petit ami, ses  relations avec les hommes ont toujours étaient catastrophique et d'ailleurs heureusement que l'homme n'avait pas fait le rapprochement entre elle et la criminelle de Gotham, enfin ça, c'est ce qu'elle pensait. Après un bref regard vers l'homme qui venait de la saluer, la belle rousse retourne donc examiner la plante et surtout essayer de trouver un moyen de l'emporter sans l’abîmer. Ivy avait prévu pour cela un sac de couleur marron dans lequel se trouvait une petite cloche de verre pour pouvoir transporter la rose sans dommage. Alors qu'elle se prépare à couper la rose, elle entend des jurons et des rires en direction des grilles de la sortie, ces bruits commencent à s'avancer vers elle. Pamela se retourne en direction du bruit et voit des gens, femmes et hommes confondus, marcher sur des parterres de fleurs et de plantes en rigolant. Cette dernière lâche la paire de ciseaux qu'elle avait sortie et dépose la cloche en verre au pied de la fameuse rose. Ces individus avaient fait la chose qui ne fallait pas faire en présence de Poison ivy, elle se mit dans une colère noir, ferme les poings en regardant les ivrognes qui ne se doutaient pas une seule seconde que leurs gestes allaient être fatal, elle s'approche donc d'eux et les interpelle.

"Eh bande d'imbécile ,vous allez regretter ce que vous venez de faire à ces plantes ! "

Tous rigolent au nez d'Ivy ignorant que cette femme était l'une des plus dangereuses criminelle de Gotham, pas seulement à cause de son pouvoirs sur les plantes, mais aussi son côté bipolaire qui en avait tué plus d'un. Un des ivrognes lui répond.

"Oh... Elle veut quoi la grognasse ?! Dégage..."

On pouvait voir la rage dans les yeux de Pamela, maintenant peu importe si des gens se trouvaient autour, s'en était de trop pour elle, il fallait qu'elle leur montre de quoi elle était capable. Ignorant encore la présence de Daniel non loin de là, elle commence à activer son pouvoir et des racines sortent de terre pour attraper les jambes de l'homme qui venait de l'insulter, celui-ci criait de terreur.

"Ta mère ne t'a jamais dit qu'insulter une femme était mal et que cette dernière pouvait te briser en deux mais vraiment te briser en deux !"

Sur ces mots, d'autres racines attrapent les bras de l'homme et les quatre racines commencent à s’étirer, dans un cri de douleurs on pouvait entendre les os de l'homme craquer, Ivy allait le tuer, personne ne pourrait l'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 25 Avr 2015 - 14:18

[HRP]Désolé pour le retard de réponse. Désormais je vais tout faire pour poster plus rapidement ! ^^[/HRP]

Une femme plantureuse et florale face à une bande d'ivrognes alcoolisés au treizième degré en partant de la droite… Ou comment dire qu'un combat était couru d'avance. Le soucis que craignait Daniel n'était pas que le Jardin puisse être réduit en cendres, c'était une possibilité, certes, mais retrouver des cadavres déchiquetés par une ribambelle de ronces… Là par contre, cette idée tenait bien plus comme étant acquise à ce qui arriverait par la suite. Même s'il n'était pas en terre Canadienne, le Dark Crow ne pouvait la laisser massacrer ces derniers sans rien faire. Il se tenait pourtant à distance. Laissant le Red monter en lui, il senti la présence de millier d'insectes qui grouillaient dans les ténèbres des plantes et autres hautes herbes.

Devant les yeux calmes de Daniel, un des hommes se vit être écartelé par la puissance de la flore locale. Les racines sorties du sol s'étaient enroulées autour des membres principaux de leur victime. D'un sifflement strident, une nuée d'insectes volants se dirigèrent vers les racines. De leurs puissantes mandibules, de mantes religieuses tranchèrent le corps verdâtre des plantes, d'autres insectes de mirent à ronger tout ce qu'ils trouvaient. En quelques secondes, l'homme se retrouva face contre terre, sonné.


- Le meurtre n'est pas une solution Miss Pamela… Personne ne va se poser la question de qui a tué la Rose… Alors laissez-les partir.

Daniel s'attendait à tout sauf à ce qui arriva. Une barre de fer fut projetée dans sa direction, envoyée par un bras étrangement puissant d'une femme qui, aux premiers abords n'était pas des plus forte dans ce groupe. Des metahumains ? Et pas des moindres… Leurs yeux commencèrent à changer de couleur, devenant presque translucides. Après Poison Ivy, maintenant apparaissait l'équipe de choc d'un junkie les nourrissants à une drogue si puissante qu'elle rendait une femme frêle et guère épaisse, en une sorte de monstre sanguinaire… Le Batman avait, d'après les informations télévisuelles tout du moins, arrêter Bane, le plus grand consommateur de Venin. Mais de ce que Daniel avait devant le yeux, quelques uns de ses "fans" étaient encore en liberté.

Il fallait mettre les choses de son côté… Poison Ivy et une bande de drogués alcoolisés d'un côté, lui de l'autre… Mais la triangulation se fit sans surprise, le combat éclata entre tous. Aucun ne faisant attention à qui il brisait les dents. Les coups pleuvaient, et malgré le fait qu'il possédait des réflexes aiguisés, le Canadien ne pu éviter plusieurs attaques qui l'envoyèrent sur le sol. Alors qu'un des drogués le releva, tenant le col de sa veste entre ses doigts puissants autant qu'immense, il tourna le regard vers Ivy. C'était une lubie chez elle ou quoi ? Vouloir perpétuellement tuer tout le monde… D'un côté, le Batman était relativement à plaindre. Il devait affronter des malades, pas de simples petites frappes désireuses de faire un casse dans une banque…

Réfléchissant à ça, il envoya son genou dans l'estomac du drogué qui s'écroula sous le choc. Le Red coula de nouveau dans ses mains et un rayon de pouvoir rouge trancha les ronces qui sortaient sur sol.


- Ce sont des drogués Miss Pamela… Ils ne se rendent pas compte de leurs actes !

Envoyant son poing en plein visage d'un second drogué, Daniel se précipita aux côtés de la flamboyante rousse. De cette manière, il espérait pouvoir éviter une mort certaines et surtout, douloureuse pour ceux qui avaient osés l'affronter…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 26 Avr 2015 - 11:52
[HRP]c'est pas grave t’inquiète pas ça m'a laissé le temps de faire le point sur mes autres RP[/HRP]

Pamela était entrain de faire souffrir les gens qui avaient osés lui tenir tête, surtout un qui était écartelé grâce aux racines sorties de terre. Soudain quelques insectes se mettent à manger ces racines qui maintenaient l'ivrogne, il tombe sur le sol quand les racines cèdent, Pamela ne fait pas tout de suite le rapprochement de ce qui vient de se passer car elle est chaque fois dans une totale fureur lorsqu'on s'oppose à elle, puis une voix derrière elle retenti. Elle se retourne et découvre que c'est l'homme qui l'avait accosté, elle ignorait son nom mais apparemment lui la connaissait.

"J'aurais du m'en douter vous m'avez semblé louche dès mon arrivée dans le jardin. Comment connaissez-vous mon nom ? Vous ne devriez pas vous mettre sur mon chem...".

Elle n'eu même pas le temps de finir sa phrase, qu’une barre de fer fut projetée en direction de l'homme. Ivy se retourne donc et voit un monstre à quelques mètres d'elle. La femme qu'elle avait vu il y a quelques minutes ne ressemblait plus qu'à une montagne de muscles prêt à détruire tout sur son passage.

"Oh, chouette, des potes de Bane ! Il ne manquait plus que ça... Alors, vous êtes avec moi ou contre moi ? Car là, je vais être obligée de les attaquer avant qu'ils puissent toucher le jardin."

La belle rousse dit ces mots de vive voix à l'homme qui venait de l'arrêter et de l’empêcher de tuer l'ivrogne. Une bagarre éclate entre les différentes personnes qui se trouvaient près du jardin, Ivy avait été propulsée par celle qui fut une femme sur un tronc d'arbre, Pamela se relève difficilement avec la lèvres fendillée, quelques perles de sang coulent le long de son menton.

"Oh toi tu vas le regretter espèce de monstre."

Pamela se met à contrôler la flore et une nouvelle fois des racines, mais épineuses cette fois, sortent du sol et viennent se planter dans les jambes de la mutante. Cette dernière hurle de douleur. Quand une nouvelle fois les ronces se détruisent à l'impacte d'un rayon rouge, Poison ivy n'avait plus de doute, l'homme avait bien des pouvoirs surhumains comme elle.

"Mais t'as fini de t'en prendre à moi ! Tu veux nous tuer c'est ça espèce d'idiot ?!"

L'homme rejoint Pamela à ses côtés, elle avait qu'une seule envie c'était de lui sauter à la gorge et de le faire taire pour de bon mais ce qu'elle voyait devant elle était bien plus inquiétant. Les mutants se rassemblèrent devant les deux surhumains pour l'affrontement final, une dernière phrase sort alors de la bouche de Isley.

"C'est ta dernière chance, sois tu es avec moi ou contre moi."

C'était la première fois que Ivy laissait quelqu'un être son coéquipier d'un jour, elle avait l'habitude depuis toute petite de se défendre seule contre la terre tout entière elle se demandait quel camps l'homme allait choisir et si il le fallait, elle se battrai contre lui et détruirai ces mutants à sa manière si barbare soit-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 3 Mai 2015 - 15:20

Alors que le combat montait en puissance, la seule chose que la rouquine eu comme idée fut de l'insulter. Aussi lorsqu'elle s'adressa à lui, d'une voix tout aussi agréable qu'une gifle en plein visage Daniel mit quelques secondes pour lui répondre. Il connaissait les membres du Green pour en avoir côtoyé depuis quelques temps déjà. Lady Weeds… La regrettée Flora… Et même Sentinel qui vivait en partie grâce au Green. Tous possédaient ce lien si particulier avec la Terre. Mais plus encore, certains considéraient les simples humains comme inutiles, voir même carrément inutiles pour le bien-être de la nature. Cette femme en faisant copieusement partie.

- Si vous empêcher de les tuer de sang froid est contre vous, alors oui je le suis… Toutefois, je ne suis pas non plus avec eux… Je préfère éviter un bain de sang inutile. Mais nous réglerons ce différent plus tard.

Sans ajouter quoique ce soit de plus, Daniel fit appel aux Ombres, une lance s'étendit entre ses doigts, et la faisant tournoyer à grande vitesse, il frappa une des brutes dans les côtes. Plié sous le choc, Daniel en profita pour lui asséner un violent coup de genou dans la mâchoire. Voilà des années qu'il avait été formé à diverses formes de combat à mains nues. De plus son petit "entraînement" avec Virgil lui avait offert d'autres occasions d'apprendre d'autres choses. Plus ses poings pénétraient la chair de ses adversaires, plus il sentait sa colère monter. Il ne pouvait pourtant pas la laisser aller ainsi. Aussi pour palier à cela, il se souvint d'une parole du Phantom Stranger. Il l'avait surnommé "Le Fou", lors de leur première rencontre… Alors pourquoi aller à l'encontre de cela ?

Un sourire satisfait apparu soudainement sur le visage de Daniel. Il avait changé en quelques mois. Eclipso avait été vaincu, son Ombre, qui subsistait encore dans un cristal avait été détruite ; Flora avait épousée l'Archange Ramiel… Leur passage aux Enfers avait lui aussi laissé des traces indélébiles sur son âme, pourtant le Dark Crow se sentait plus léger, plus serein. L'obscurité qui persistait jusqu'à lors dans son corps se laissait transpercer par une lueur noire. Toutes les Ombres naissantes le faisait dans les rayons d'une lumière diffuse autant que divine, alors lui aussi ferait de même désormais. Il arrêterait de vivre dans la tristesse et les remords… Daniel se tournait désormais vers l'avenir…


- Lorsque l'on en aura fini avec eux… Accepterez-vous de prendre un café en ma compagnie Miss Pamela ? (Daniel faucha les jambes d'une des deux femmes-monstres et l'assomma dans la foulée.) Ce serait un véritable plaisir si vous acceptiez cette proposition.

Certes, le Canadien doutait grandement que la magnifique rousse n'accepte sa proposition, qui plus est après avoir manqué de la tuer. Toutefois, il aurait préféré l'affronter d'une toute autre manière, et dans un tout autre endroit surtout. Détruire ce superbe jardin ne lui plaisait que moyennement… Ils auraient pu s'affronter à armes égales dans un endroit plus "ouvert". Les serres n'allaient pas tarder à éclater sous les impacts sonores. D'un côté, heureusement que le jardin était vide aujourd'hui… Il leur aurait fallu de très bonnes excuses à tous deux pour expliquer ce qui était arrivé ici…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 4 Mai 2015 - 20:11
Poison ivy était entrain de mettre à terre la femme qui l'avait menacée quelques seconde plus tôt, quand Daniel utilise ses pouvoirs pour terrasser ses adversaires. Là, Pamela compris de quoi il était capable. L'homme lui adresse quelques mots pendant la bataille, la belle rousse entend clairement que celui-ci ne voulait pas de bain de sang et ne tenait avec personne.

"Je n'ai pas envie d'avoir de problèmes également, je suis venu pour une chose, mais ces individus m'ont vraiment mis les nerfs..."

Elle eu à peine le temps de terminer sa phrase que la femme, qui ressemblait à une copie de Bane, envoie un coup de poing dans le visage de la belle jeune femme, la mettant d'autant plus en colère. Elle se concentre pour utiliser la flore à son avantage et c'est une racine d'un arbre non loin de là qui sort de terre pour envoyer la femme inhumaine dans un réverbère. Celui-ci tombe sur le sol dans un bruit terrible.

"Je t'avais dit qu'il ne fallait pas m’énerver".

Le combat continue de plus belle avec les quelques hommes qui restaient. Ivy ne savait toujours pas si Daniel était une sorte de super héros ou alors un homme qui travaillait en solo pour le bien et le mal, quand les paroles de l'homme la réveille de ses pensées. Il ne lâchait rien cette fois-ci, il voulait l'inviter à boire un verre ce qui n'étonne guerre Pamela, entre deux branches envoyées dans la face d'un homme, elle prend tout de même la peine de répondre à sa demande.

"Tu lâches vraiment rien toi ! Si tu envois au tapis les deux derniers monstres mi-humains, j'accepte..."

Pamela Isley s’écarte de Daniel pour qu'il accomplisse, ou pas, ce que la jeune femme lui avait demandé, peut être qu'une fois qu'elle aura pris ce café avec lui, il la laissera repartir à ses occupations ou peut être s'occuper de ce problème de drogues du venin de Bane qui circulait en ces lieux. Elle n'avait jamais porté Bane dans son cœur à vrai dire cet homme était froid et irrespectueux, tout ce qu'elle détestait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 6 Mai 2015 - 13:57

Chocs après chocs, coups après coups, Daniel continuait de se battre comme un tigre. Son visage tantôt impassible, tantôt souriant, décontenançait ses adversaires. Quelques uns, déjà mit à mal par le Shaman se décidèrent à fuir, non sans boiter et tout en évitant de se faire remarquer. Le Venin qui coulait dans leurs veines avait fini par s'estomper, les rendants aussi inoffensifs que des chiots venant de naître. Il ne faisait même plus attention à eux, se contentant de contrer les attaques, et rendant coups pour coups. Alors que son coude droit s'enfonça dans la mâchoire de son dernier adversaire, le Canadien entendit la réponse de Pamela.

Elle accepterais seulement s'il réussissait à calmer ces deux montagnes de muscles et de poison ? Voilà un prix qui en valait la chandelle dirait-on. S'arrêtant net, Daniel détendit ses muscles, il ne lui servirait plus à rien d'être sur la défensive. Bien malgré lui, il commençait à être arrogant, trop de fierté mal placée pour celui qui, il y a peu de temps encore, n'était qu'un nourrisson tremblant de froid et de peur devant son propre reflet. Mais tout être vivant apprend de ses erreurs, pour beaucoup, il s'agissait de "sagesse" et "d'apprentissage de la vie". En ce qui concernait Daniel, c'en était tout autrement.

Les deux molosses, dont l'un avait une bonne partie du visage ravagée par de multiples piqûres, s'approchèrent de lui, le sourire carnassier et la barre de fer en main. Comme tous ceux de leur clan, ils se prenaient pour bien plus qu'ils n'étaient. Toisant les autres de toute leur hauteur, méprisant la vie comme si elle ne valait rien… Une notion qui dépassait la compréhension de Daniel. Toute vie méritait d'être vécue, ce n'était pas la vie qui était inutile, mais bel et bien la manière dont on la réalisait.


- R'garde donc notre joli cœur ! I' veut s'taper la rouquine ! Mais i' va pas l'faire !
- Ch'sais pas… I' m'inspire pas. Tu vu c'qu'il à fait aux potes ? Ce mec est barge.
- Bah alors joli cœur ! T'as plus de jus ? Balance nous une décharge rouge ! T'attends quoi ?
- Eux…


Daniel tendit la main, son index dirigé entre les jambes des deux monstres. Une nuée de rats noirs, leurs yeux écarquillés par l'appel du Shaman s'étaient regroupés tout autour d'eux. La France grouillait de ces petits mammifères, que ce soit la capitale ou un simple village, ils proliféraient à une vitesse hors du commun. Commençant à grimper sur leurs jambes, ils n'eurent besoin que de quelques secondes avant de faire fuir les deux molosses. Leurs vêtements tombant en lambeaux alors qu'ils courraient vers la sortie du parc, poussant des hurlements. Une des rats revint vers Daniel qui le prit entre ses mains. Le Red avait de cela qu'il pouvait aisément faire appel à tous les animaux, même si son lien était bien plus fort avec le Corbeaux, il n'en restait pas moins lié à la faune.

- Mes amis à poils ne vous feront rien Miss Pamela. (Il se baissa et laissa aller le rat après l'avoir caressé gentiment.) Alors ce café, vous avez une préférence pour l'endroit ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 6 Mai 2015 - 21:53
Pamela regarde la scène avec attention, il ne reste plus que deux hommes, des monstres à vrai dire. Quand elle demande à Daniel de se débarrasser des deux hommes, l'un d'eux prononce la phrase qu'il ne fallait pas. Pamela lui répond.

"Je ne suis pas une fille facile, Monsieur plein de muscles ! Je viens de botter les fesses à tes copains et tu vois cet homme devant toi ? S'il ne m'avait pas arrêtée, tu serais déjà sous terre alors méfies-toi de moi mais surtout de lui !"

Des bruits de pattes foulant le sol se font entendre dans l'herbe verte et non loin de là, une nuée de rats était entrain d'arriver. Les deux mutants n'avaient pas remarqués, tellement occupés à faire les beaux devant celui qui allait les mettre à terre. Daniel se débarrasse des deux hommes et surtout le fait avec une telle ruse que Pamela se met doucement à glousser. Ce n'est pas dans son habitude de rigoler, surtout quand il s'agissait d'un homme. Daniel lui demande si elle a une préférence pour l'endroit où ils vont boire un café, la belle répond en s'approchant de lui.

"D'habitude je dis toujours non à un homme mais tu m'as impressionnée je doisz dire et tu pourrais me rendre un service. Pour le café, il y a un endroit que j'adore, la bute Montmartre."

Sur ces mots, la belle rousse et Daniel se dirigent donc vers Montmartre. Ils arrivent devant un charmant petit café tenue par une famille, la façade était de couleur crème et en haut de la porte on pouvait lire "Le lézard bleu".
Les deux héros du jour s'assoient donc à une table en terrasse, il faisait beau, un soleil rayonnant parcourait la bute sur laquelle se trouvait le café. Un jeune barman arrive à la table pour leur demander ce qu'ils voulaient. Pamela répond la première.

"Bonjour Madame, Bonjour Monsieur, que puis-je vous servir ?"

"Pour moi ce sera un café latté, s'il vous plaît."

"Et vous monsieur ?".

Daniel répond, puis le barman repart préparer la commande des jeunes gens.
Pamela Isley n'était d'ordinaire pas une femme avec qui on pouvait discuter, encore moins sympathiser, du moins quand elle n'était pas dans son état normale, c'est à dire "non caractérielle", mais après cette bagarre au parc, elle était de bonne humeur malgré que Daniel l'ai empêchée de tuer les mutants. Il y avait quelque chose chez cet homme qui l'intriguait, surtout son côté sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 14 Mai 2015 - 22:40

Du parc au café-restaurant que Pamela avait choisi il n'y avait eu que quelques minutes de marche. Pourtant, ces dernières furent longues et silencieuses. Ni l'un ni l'autre n'avait eu le courage de s'adresser au second après une pareille mission. Le contrecoup ne devait pas être innocent non plus dans ce silence pesant. Enfin, laissant les Jardins derrière eux, le "couple" du Green et du Red s'arrêta sur a terrasse du dit café. Les chaises étaient simples et le fer qui les composait avait été peint de deux couleurs bien distinctes. Chose ironique par ailleurs, ces deux couleurs n'étaient autre que le vert et le rouge. De plus, comme toute ironie ne vient jamais seule, l'un et l'autre prit la chaise de la couleur qui lui correspondait.

En quelques secondes, leur commande fut passée par un serveur au fort accent régional. Un petit sourire étira les lèvres de Daniel. Souvent les Français prenaient plaisir à se moquer, avec gentillesse bien entendu, de leur manière de parler à eux, les "cousins du froid". Mais s'ils avaient, ne serait-ce que quelques jours tendus l'oreille auprès des leurs, ils en auraient rit encore plus. Le serveur les quitta, rejetant ainsi la gêne qui les avaient séparés jusqu'à lors. Daniel croisa les bras sur son torse et regarda autour de lui. Assez peu habitué à parler de la pluie et du beau temps, il prit sur lui et s'adressa à Pamela.


- Cette rose… Qu'a-t-elle de si particulier ? Je doute que vous soyez venue simplement pour l'observer. Miss Ivy.

Il l'avait appelé par son surnom, une erreur ou pas, il verrait bien. Elle avait accepté l'offre du café, donc la rousse ne devait pas avoir un aussi mauvais fond qu'on le lui imposait. De plus, sa manière de combattre ressemblait bien plus à une danse qu'à un carnage psychotique perpétré par un fou… Daniel en avait arrêté des bien pires qu'elle, bien plus sauvages, dangereux. Malgré tout, son regard était étrange, insoutenable. Sa fougue et son calme semblaient marcher main dans la main sur une route qui n'était autre que l'esprit torturé de la jeune femme. Le Dark Crow se retrouvait en elle. Tout comme l'avait surnommé le Phantom Stranger, il était le "Fou" du Shadowpact.

Ses yeux se posèrent alors sur les pigeons qui picoraient nonchalamment les miettes de pain et de gâteaux qui traînaient ça et là sur le parvis s'étendant devant le café. Le Red était bel et bien partout, il vivait dans un monde qui ne tenait que parce que Mère Nature l'avait décidé ainsi. Le Green, le Red, le Clear… Tout n'était finalement qu'un puzzle dont les pièces s'encochaient tant et si bien que pour celui ou celle qui n'y faisait pas attention, le monde qui l'entourait n'avait rien de particulier… Et pourtant.

Le serveur revint alors avec un plateau, il posa la commande de Pamela en première, galanterie oblige, et posa le café de Daniel juste devant lui. Puis, en dernier, la note de leur commande. Une simple coupelle d'étain dans laquelle était posé un papier griffonné rapidement. Portant son café aux lèvres, Daniel huma l'odeur âcre du liquide noir avant d'en boire quelques gorgées. Reposant sa tasse, il osa plonger son regard dans celui de la magnifique rousse.


- Vous me disiez avoir besoin de mon aide. Dites-moi ce que je peux faire pour vous Miss Pamela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 16 Mai 2015 - 14:57
Une fois que le serveur part, Daniel prend la parole pour demander à Pamela quelques infos sur cette rose qu'elle convoitait tant. La jeune femme répond dans un calme absolu.

"Cette rose a disparu à Gotham, ma ville d'origine si je puis dire. Elle a disparu à cause notamment du milliardaire Bruce Wayne qui s'est amusé à construire ses immeubles un peu partout, certes son excuse était que la ville avait besoin de changer et de logement pour les plus pauvres, mais quand on voit que la plupart des Gothamiens sans ressource dorment dehors, je me demande si ces immeubles servent vraiment. Et donc je voulais ramener cette rose à Gotham pour l'étudier et en reproduire d'autres avant que cette race de rose, si pure qu'elle soit, ne s’éteigne."

Pamela n'avait jamais parlé autant à un homme qu'elle venait de rencontrer, mais la façon dont il s'intéressait à la flore avait changé le point de vue de Pamela envers cet homme, à la fois mystérieux et sombre. Le serveur arrive et pose le café de Pamela et celui de Daniel sur la table, la belle rousse prend la tasse et la ramène à ses lèvres afin de boire une gorgé, puis elle repose la tasse en entendant la question de l'homme. Il était entrain de la regarder dans les yeux, chose qu'aucun homme n'avait osé faire, mais cela ne perturbe pas plus que ça la jeune femme.

"Comme tu as pu voir tout à l'heure au park, nous avons combattu des hommes et des femmes infectés par ce qui n'est, aucun doute pour moi, le virus de Bane. J'ai bien peur qu'il ai remis son venin en "consommation libre" afin de détruire le monde. Si tu as lu les journaux, il n'y a pas longtemps de cela, Bane à déclaré la guerre à Gotham, il a libéré les prisonniers de Blackgate pour nous mettre hors d'état de nuire moi et les personnes qui ont s’ajournées dans l'asile d'Arkham. J'ai par la faute de l'épouvantail, absorbé ce venin et je peux te dire que ce n'était pas jolie à voir et que ce venin peut s’avérer très destructeur à quiconque l'absorbe."

En parlant de cette histoire, des bribes de souvenirs réapparaissent devant les yeux de Pamela. Elle se souvient qu'elle n'était plus elle-même quand elle avait le venin en elle et c'était en partie à cause de cela qu'elle avait quitté Gotham quelques temps. Il fallait y mettre un terme, ou du moins supprimer ce venin du marché pour ne pas que d'autres personnes ne se transforment en monstres sanguinaires.

"Le Batman ne fait rien pour l'arrêter et si ça continue, le monde sera détruit et je n'ai pas envie que mes plantes disparaissent et je sais que Bane jouera avec nos faiblesses si il apprend qu'on essaye d'arrêter son plan."

Dans les yeux de la jeune femme on pouvait voir à la fois de la rage mais aussi un sentiment que Pamela ne montrait jamais... de la tristesse. Elle regarde l'homme afin qu'il lui donne sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 20 Mai 2015 - 16:00

Un soleil agréable, un café délicieux, et une compagnie magnifique sous les traits de Pamela Isley. Voilà ce qui plaisait de plus en plus au Shaman Canadien. Posant sa main sur la note griffonnée, Daniel mit de l'argent sous la coupelle tout en écoutant ce que la jeune rousse avait à dire. Petit à petit il comprit ses raisons, et surtout, le lien qui la rapprochait autant du Green. Elle n'y était pas née de la même manière que Lady Weeds, mais était devenue une enfant adoptive de ce monde floral. Tout ce qu'elle disait ne faisait que rajouter au fait que Daniel comprenait de plus en plus ses raisons. Certes, ses manières laissaient à désirer. Détruire le monde afin de mieux le reconstruire ne laisserait aucune place aux hommes et femmes innocents, ceux-là qui ne faisaient que vivre et même pour certains, tentaient simplement de survivre dans un monde qui les rejetait.

Bruce Wayne n'avait pas été qu'un simple playboy richissime, ou tout du moins d'après les journaux qui faisaient de lui le sauveur de la ville de Gotham City. Ses constructions avaient, comme toutes celles faites par l'homme, détruit une bonne partie de l'écosystème de la planète. Le Red tremblait lui aussi à chaque fois qu'une race animale disparaissait. Daniel le ressentait jour après jour, la mort de toute créature vivante faisait fluctuer le Red, et tous ceux qui en était liés les ressentaient.

Protéger une fleur, envers et contre tous. Pour la survie d'une seule et unique représentante de son peuple, Pamela aurait été capable de massacrer des milliers de personnes s'ils se seraient misent sur sa route. Le Dark Crow préférait rester à ses côtés dans l'immédiat, ne serait-ce que pour l'empêcher de faire de trop graves dégâts collatéraux. Lorsque leurs regards plongèrent l'un dans l'autre, une chose sembla se passer entre ces deux êtres que tout séparait. Finalement, Pamela répondit à sa question. Beaucoup de choses s'expliquèrent alors qu'elle mettait en avant les activités d'un certain Bane. De ce que Daniel en avait entendu à propos de lui, cet homme avait été un ennemi récurent de Batman. Pire encore, il était le plus grand consommateur d'un produit appelé le "Venin".

Si tout ce que la jeune femme disait était vrai, alors Bane n'était pas un être à prendre à la légère. Son esprit divagua et Daniel se souvint de son combat contre un géant à St Roch. Il n'avait pas eu à s'injecter un quelconque produit pour devenir une créature immonde et incroyablement puissante. Si une armée de ces monstres marchaient ne serait-ce que sur la Maison Blanche, alors les Etats-Unis chuteraient sans aucuns doutes devant une telle puissance. Ils se devaient de les arrêter.


- Alors nous arrêterons Bane. Que ce soit les plantes ou les animaux, il ne laissera rien de vivant dans son sillage…

La main de Daniel s'avança et il frôla du bout des doigts celle de Pamela. Toute la tristesse de la femme sembla briller comme un phare en pleine nuit. Le Dark Crow connaissait que trop bien ce sentiment pour l'avoir côtoyé des mois durant. Retenant son geste, il se leva et s'adressa à Pamela.

- Vous avez une idée de l'endroit où Bane entrepose ses stocks ? Nous ne sommes que deux… Mais l'un et l'autre nous possédons des alliés de taille.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 20 Mai 2015 - 20:49
Pamela prend une dernière gorgée de son café mais ce dernier était déjà refroidi, elle eu une mine de dégoût. Daniel était plutôt d'accord pour aider la jeune femme dans sa quête, il n'avait montré aucune réticence malgré le comportement parfois excessif de la belle rousse. La jeune femme lui répond calmement en le regardant dans les yeux.

"C'est justement pour ça que je veux l'arrêter avant qu'il ne soit trop tard, si ce n'est pas un héros, qui le fera ?! Ce sera nous et je suis ravie que tu veuilles bien m'accompagner et m'aider dans cette quête."

L'homme se lève et reste debout tout en regardant Pamela. Elle fit de même et repousse la chaise contre la table, l'homme avait réglé la note pour eux deux. La belle trouvait sa démarche vraiment galante, même si les histoires de galanteries n'avait jamais été son fort.

"J'ai mené ma petite enquête et il s'avère que la plus grande partie du stock de Bane se trouvait quelque part au Mexique mais quand j'étais à Arkham, je l'ai entendu parler de ce stock avec un autre détenu qu'il enroulait dans l'affaire, il lui a donné les coordonnées exactes de l'emplacement où se trouve sa réserve. Il s'agit d'un entrepôt situé en plein désert, on ne peut y aller qu'en moto car les voitures s'enfoncent trop rapidement dans le sable. Tu vas me demander comment j'ai retenu tout ça... J'ai une mémoire qui retient la moindre petite conversation ou le moindre petit détail. Je dois retourner à Gotham, j'ai deux, trois trucs à faire, rejoins-moi à l'aéroport international de Mexico dans 5 jours, j'y serai et je t'y attendrai."

Poison Ivy s'approche de Daniel et lui fait un baiser sur la joue puis elle lui chuchote à l'oreille.

"Ce baiser peut te rendre Homme comme il peut te tuer si tu me trahi, souviens toi en."

Sur ces mots, la belle tourne le dos à Daniel pour disparaître dans les ruelles de Paris afin de retourner à Gotham avant son grand voyage. Ce baiser qu'elle venait de faire à Daniel sonnait comme un avertissement si jamais l'homme la trahissait et plus d'un a péri à ses baisers.

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[France - Jardins de Monet, Giverny] Une rose parmi les nymphéas [PV Ivy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le jardin de Claude Monet à Giverny
» Le jardin de la maison de Monet-Giverny
» Jardin de Claude Monet à Giverny.
» "Voyage Giverny - Le jardin de Monet 2013"
» Broderie "la barque à Giverny" d'après Claude Monet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Europe-