Un homme après minuit

Invité

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 15:05
Commendement un Tu n'auras pas d'autres dieux que moi. Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces images, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu'à la troisième et la quatrième génération mais ceux qui m’aiment et observent mes commandements, je leur garde ma fidélité jusqu’à la millième génération.

Minuit plus un. Alors que le brouillard nous enveloppe moi et mon ami le père Balden. Nous continuâmes a marché, et ce, malgré la brume et l'humidité. Malgré le froid qui pénètre nos os et notre chaire si faible, mais déterminé.Car le mal est ici pas loin.... Dans un de ses immeubles crasseux au appartement miteux.

Dans une de ses ruelles déshumanisées ou la pauvreté s'entasse et ou les échelles de secours sont des arbres de métal. Nous continuâmes à avancer toujours tout droit légèrement inquiet, mais ici les pauvres êtres sous les cartons ne nous feront jamais de mal, car beaucoup, Vienne dîné au secours populaire et nous connaisse. Non la peur que j'éprouve n'est pas dans celle des hommes, mais dans celle du diable que nous allons devoir combattre avec l'ardeur de notre fois.

"Courage père Leone dieu nous garde et nous protège"

Me lança le père Balder un homme d'expérience et de grande culture certes plus age que moi cinquante-six ans et les cheveux grisonnant. Portant lunette de vue, mais homme de très grand savoir et respecté par toute notre congrégation. Il est aussi habilité pour pratiquer les exorcismes et hautement recommandé par l'évêque de Métropolis Monseigneur Carluchi.

"Rappelez-vous ses paroles du christ, Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. ".

Tout en continuant de marcher avec ma valise sur le côté, je répondis en tremblotent de froid

"Cette affaire Ramon Verga dépasse de loin toutes les affaires semblables. d'après le mari de cette femme, elle est possédée . L'église  a fait une enquête bien sûr et après avoir consulté, selon les possibilités, des experts en matière spirituelle, et, s'il est jugé opportun, des spécialistes en science médicale et psychiatrique, qui ont le sens des réalités spirituelles Tout en manifestant une grande prudence, nous n'avons donc pas exclu l'emprise du démon "

"Comment se nomme-t-elle"

"Aclinda . Elle travaille dans une école comme femme de ménage après le départ des enfants et du personnelles"

"Et comment a-t-elle être pus posséder ?"

"D'après son mari, elle s'est faite ami avec un Brésilienne . Une sorte de médium ... Une adepte du culte Vaudou  . Elle voulait connaitre des sortilèges et autres enchantement pour acquérir la richesse et sortir de leur condition sociale"

"Nous y voila !"

Nous lavâmes nos têtes vers une des fenêtres. Quand soudainement, elle s'alluma la pluie commença a tomber . Un vent violent Et un vent violent immergea autour de nous. Nous repoussant et faisant s'envoler les poubelles, les débris et les papiers. Ça force était-elle que nous reculâmes avant de nous accrocher à des échelles de passage. Nous perdîmes ainsi une de nos valises

"Le diable ne... Ne veux pas de nous"

Hurla le père Balder  donc le son de sa voix était amoindri par la furie du vent

"Raison de ...De  ... Plus pour tenir ... Courage ... Courage"

Cette désagréable aventure dura quelque minutes. Puis aussi rapidement qu'elle était venue le calme retombât . Épuisé, mais sauf, je courus pour récupérer la valise qui contient nos précieuses reliques et vêtements cérémonieux.

Nous entrâmes dans l'immeuble et montâmes les sept étages par les escaliers. Ses immeubles n'ont pas d'ascenseurs. Une fois devant la porte, je frappai et un homme de petite taille avec une imposante moustache nous ouvrit, il nous pria d'entrer et nous présenta les présents. Ses frères et sœurs, mais aussi, ses enfants.

Le père Balder demanda a tout le monde de sortir aucune protestation ne vient comme il fallait s'y attendre puis après s'être assuré que toutes les personnes présentes nous eussent laissés. Nous montâmes les escaliers pour nous rendre dans la chambre de droite. La porte s'ouvrit comme pour nous inviter à entrer.

Ce que nous firent et là,... Nous pouvions que regarder avec horreur le visage de cette femme les yeux jaunes un regard de méchanceté, bavant et ricanant, la peaux flétris et sourient perversement

Nous répondirent rien et commencèrent a enfiler nos tuniques pourpres. Puis je sortis la capsule d'eau bénite donc j'aspergea la malheureuse et récita le cantique

"Celui qui demeure sous l'abri du Très-Haut repose à l'ombre du Tout Puissant. Je dis à l'Éternel : mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie ! C''est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur, de la peste et de ses ravages Il te couvrira de ses plumes, et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.  Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole de jour, Ni la peste qui marche dans les ténèbres, ni la contagion qui frappe en plein midi."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 22:35
Zauriel avait été envoyé par le créateur sur Métropolis, pour un cas de pocéssion. C'est la première fois que l'ange entend parler de ça, c'est sa première affaire de ce genre, mais tous les anges du créateur étaient occupés et le seul qui pouvait à la fois être sur terre et dans le ciel était Zauriel lui même. Survolant Métropolis, l'ange repère la maison, il descend dans un bruit de battements d'ailes atténué par le temps qui tourne à l'ouragan, derrière une ruelle mal éclairée. Zauriel n'avait eu pour seule information qu'il s'agissait d'une femme d'une quarantaine d'années et qu'il y avait un rapport avec un culte vaudou, peut-être la source du problème se demandait l'ange, et de plus, le créateur lui avait indiqué qu'il ne serait pas seul pour mener cette mission, que deux prêtres l'attendaient dont un qui se prénomme Daniel Leone. Les prêtres n'étaient pas au courant de son arrivée, c'est pourquoi l'ange prit une apparence de civil pour ne pas effrayer les gens dans la demeure ni les habitant de Métropolis. L'ange arrive enfin devant l'immeuble, il ouvre la porte, monte les escaliers et se dirige vers l'appartement qu'on lui avait indiqué. Une famille était sur le seuil de l'appartement, dans leurs yeux Zauriel pouvait voir l'inquiétude, il en déduis donc que les prêtres étaient déjà dans l'appartement. L'ange s'approche du père de famille.

"Bonjour monsieur, vous ne me connaissez pas mais je viens de la part de l'église pour votre femme, il me semble que deux prêtres sont déjà présent."

"Oui, ils sont déjà avec ma femme, mais il ne m'ont pas dit qu'ils attendaient quelqu'un d'autre."

"Ils ne sont pas au courant, l'église m'a envoyée en renfort. Puis-je entrer dans votre demeure ?"

"Oui, allez-y. La chambre est en haut des escaliers à droite. Je vous en supplie, sauvez ma femme."

"Je veillerai à celà monsieur."

Zauriel ouvre la porte de l'appartement pour monter les escaliers, il arrive devant la porte , prend une profonde inspiration puis entre dans la chambre. Là, il découvre avec  stupeur une femme au visage pâle et au regard malveillant. Il regarde ensuite les deux prêtres et plus précisément le pére Leone.

"Père Leone, j'ai été envoyé par le Vatican, il faut que je vous parle en privé. Sortons de la chambre un instant si vous le voulez bien."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 8 Avr - 13:26
Commandement Deux Tu n'invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque son nom pour le mal.

Soudainement, un homme entra dans la salle ce qui nous surprit fortement le père Balder et moi et qui plus est tombé mal... Oui vraiment mal. Je le regardais quelques instants oubliant mes devoirs envers la cérémonie m'est, je me repris vite. En une seconde, je regardai le père Balder qui étais largement choqué. Nos demandes avaient t'elles mal comprirent ? Et par tous les saints du paradis qui osé interrompe l'exorcisme ? Heureusement que le rite était a son début une fois de plus je regarda mon collègue et ensuite, La femme qui maintenant beuglé en portugais. crachant et sifflant .nous injurient probablement devais-je laisser le père balder seul?

Rapidement , la femme se releva et dit en latin.

"Et mittet angelos ut illuderet nobis? "... Ce que je traduisis par "alors comme cela, on envoie des petits anges jouer avec nous ?"

Je ne compris pas tres  bien le sens de cette phrase. Mais avant de répondre à notre inconnue, j'aspergeai le pauvre hère d'eau bénite une fois de plus. Ce qui fit effet de la faire, hurler et gigoter dans son lit. Heureusement, nous avions pris la précaution de lui attacher les poignets et les jambes. Maintenant, elle bavé du sang dieu que tout cela était horrible. Qu elle sorte de démon peut ainsi posséder cette âme ?

Le père Balder récita.

"Je te conjure, Satan, ennemi du salut des hommes Reconnais la justice et la bonté de Dieu le Père, qui, par son juste jugement a condamné ton orgueil et ton envie ;
"Je te conjure, Satan, ennemi du salut des hommes Reconnais la justice et la bonté de Dieu le Père, qui, par son juste jugement a condamné ton orgueil et ton envie ; quitte cette servante de Dieu Alcinda Le Seigneur l'a fait à son image, L'a paré de ses dons et par miséricorde, l'a adopté comme sa fille, je te conjure, Satan,
Prince de ce monde. Reconnais la puissance et la vertu de Jésus-Christ, qui t'a vaincu dans le désert.


J'aspergeai une fois de plus la femme d'eau bénite et repris

"À triomphé de toi dans le jardin, sur la croix, t'a dépouillé, et se relevant du tombeau, transporté tes trophées royaume de la lumière ;retire-toi de cette créature Alinda. En naissant, a fait d'elle sa sœur .Et en mourant, l'a faite sienne,Par son sang. Je te conjure, Satan,qui trompe le genre humain. Reconnais l'Esprit de la vérité et de la grâce, "

Je fit signe de la main a l'inconnue que j'allait le suivre dans quelques minutes, Mais avant il fallait finir la formule  qui devait calmé la femme quelques minutes,hélas le malin la reprendrais vite sous son contrôle.


Ensemble le père Balder et moi parlâme plus fort .sur un ton autoritaire.

"Qui repousse tes embuscades et embrouille tes mensonges ; va-t'en de cet humain créé par Dieu
Ulcinda il l'a marqué du sceau d'en haut ; retire-toi de cette femme : Dieu par l'onction spirituelle,
À fait d'elle, un temple sacré. Retire-toi donc, Satan !,Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,
Retire-toi par la foi et la prière de l'Église. Retire-toi par le signe de la sainte Croix De notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne pour les siècles des siècles. Amen.»



La pauvre Femme hurla de fois plus forte en éructant.


"Je vous maudis  hahahahahaha le combat n'est pas fini hahaha les pourceaux de truie  faisandé  , Fils de la fange et des égouts purulent.C'est pas fini hahahahaha reviens père. Revient, on va continuer à jouer "

Ne pouvant en supporter d'avantage, je sortis donc avec l'inconnue sur le palier de la porte. Que je laissai entre ouvert pour avoir un œil dessus notre possédé.

"Qui êtes-vous et que voulez-vous ? Ne voyez-vous pas que nous sommes occupés ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 8 Avr - 20:35
Zauriel regarde la scène qui se déroule devant lui, il n'avait jamais vu une telle chose au moment où la femme prononce la phrase en latin, l'ange changea de visage. Le démon qui était en elle savait qui il était. La tâche allait être plus compliquée qu'il ne le pensait .Le prêtre et Zauriel sortent donc de la pièce où se trouvait encore le père Balder et la femme.

"Je suis désolé mon père de vous déranger mais ce n'est pas le Vatican qui m'envoie mais une force bien au dessus, ce que je vais vous dire ne va pas être facile à entendre mais écoutez moi."

Zauriel était obligé d'indiquer ce qu'il était vraiment pour le bien de l'humanité. Ce qui se tramait dans cette chambre était bien pire que le prêtre ne le pensait, une force occulte allait posséder la ville entière si il ne l'arrêtait pas à temps.

"Je suis l'ange Zauriel, envoyé par notre créateur. J'ai pris l'apparence d'un civil pour ne pas faire peur aux gens du coin et à la famille de cette dernière. Croyez-moi sur parole."

Le prêtre avait du mal à y croire, c'est pour cette raison que Zauriel enleva son manteau et fit apparaître ses ailes avant de les ranger et de redevenir un civil ordinaire. Le prêtre fut abasourdi par ce qu'il venait de voir. Depuis des années, les gens pensaient que les anges étaient un mythe comme les elfes et autres créatures.

"Dieu m'a envoyé pour vous prévenir que le mal que vous allez combattre n'est pas ordinaire, comme vous avez pu l'entendre, il sait qui je suis, il sait tout de nous; nos faiblesses, nos forces et il n’hésitera pas à les utiliser pour nous vaincre. Si vous savez quelque chose en rapport avec cette femme, si elle connait ou est en contact avec quelqu'un qui manipule les forces du mal, le vaudou..."

Zauriel regarda le prêtre réfléchir un moment aux questions qu'il venait de lui poser. Zauriel avait besoin de ce prêtre pour accomplir sa mission. Il espérait que ce dernier allait lui fournir l'aide nécessaire.

"Il me manque ces informations pour repérer la source du mal, car une personne même si elle est proche de la famille, peut engendrer cela et ce ne sera pas la seule à subir ça si on ne l'arrête pas. J'ai besoin de vous mon père."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 8 Avr - 21:45
-Commandement trois Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui réside dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a consacré.

"Je suis désolé mon père de vous déranger, mais ce n'est pas le Vatican qui m'envoie, mais une force bien au-dessus, ce que je vais vous dire ne va pas être facile à entendre, mais écoutez-moi."

"Une fois encore, je fus surpris par les propos de cet homme tout en écoutant attentivement, mais la suite de ses propos me sembla quelque peu incohérente. Surtout quand il clama qu'il était envoyé par une force au-dessus du Vatican. Que veut-il dire par là? Pour les Catholique omis Dieu et sa sainte armée, le Vatican et Sa Sainteté le pape sont nos supérieurs. Ils guident les hommes et représentent le christ sur terre, je fixai l'homme plus attentivement sans dire un mot, mais le temps pressé et je m'inquiéter pour le père Balder

"Écoutez moi monsieur, je n'ai pas le temps peut être que nous pourrions pendre rendez-vous chez moi dans quelques jours pour et parler plus avant ?"

"Je suis l'ange Zauriel, envoyé par notre créateur. J'ai pris l'apparence d'un civil pour ne pas faire peur aux gens du coin et à la famille de cette dernière. Croyez-moi sur parole."

Là, je suis plus que dubitatif. Il fallait certes aider cet homme, Je pensé il devait consulter des Psychiatres. Cependant, je me sentais responsable de lui comment l'aider ? Ma priorité est ailleurs en ce stade de la conversation, je repris donc

"Monsieur, je vous en conjure au nom du père, je vais essay.."

Quand soudainement, le miracle arriva une fois de plus l'homme sorti son manteau et des ailes lumineuse resplendissant jaunâtre comme de l'or ou le couché de soleil dans son crépuscule quelques secondes avant qu'il rougisse. Je reculai de quelque pas partager entre la surprise soudaine et là la peur face à l'inconnue

"Dieu du ciel... Zauriel"


Eu-je la force de dire en faisant le signe de croix sur mon torse, mais l'ange dans sa forme humaine me coupa rapidement la parole.

"Dieu m'a envoyé pour vous prévenir que le mal que vous allez combattre n'est pas ordinaire, comme vous avez pu l'entendre, il sait qui je suis, il sait tout de nous ; nos faiblesses, nos forces et il n'hésitera pas à les utiliser pour nous vaincre. Si vous savez quelque chose en rapport avec cette femme, si elle connaît ou est en contact avec quelqu'un qui manipule les forces du mal, le vaudou..."

Je baissai la tête pour réfléchir quelques instants. Hélas comment l'aider et surtout ou trouver la source du mal ? Je ne sais que les propos que le père Balder mon dis. Lui seul peut nous aider. Mais un crie effrayant se fit entendre. Je bousculai l'homme et pénétrai en trombe dans la chambre pour voir l horrible scène du père Balder mort sur le sol du sang autour de lui et par la fenêtre la femme possédée ricanant ses mains sanguinolentes

"Je suis Béliale  petit curé et toi l'ange que croit-tu faire contre nous ? Bientôt cette ville va être notre. Que cela vous plaise ou non. Et toute votre armée de chamanes castrée en tunique noire et leur bondieuserie n'y pourront rien. J'ai tué l'autre sorcier larvaire. Ce Balder  hahaha comme il m'a étais facile de lire ses peurs et ses cauchemar. le tuer a était un plaisir."

Cette cérémonie tournée à l'horreur et au meurtre, J'avais maintenant une femme possédée par le démon Béliale et un ami mort, je devais agir faire quelque chose, J'étais paralysé un terreur normal et humaine. La police aillait enquêter et mes supérieurs me demander des comptes. Avais-je échoué comme prêtre et comme homme ?
Je levai mon visage vers la fenêtre pour voir la Femme tombée dans la rue. Il y avait personne pas de corps rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 10 Avr - 12:10
Zauriel qui se tenait au bas de la porte vit toute la scène se produire devant lui. Ce qu'il craignait le plus venait ce ce produire, le démon venait de s'enfuir et à présent, il pouvait contaminer toute la population de Métropolis et faire de cette ville un véritable enfer au sans propre. Le père Balder était allongé dans la chambre, toute vie en lui n'était plus. Zauriel s'en voulait tellement de ne pas avoir eu le temps d'intervenir et de sauver cette vie innocente, de plus c'était le seul qui pouvait donner les informations restantes à l'ange. Zauriel regarde le prêtre qui se tenait prés de la fenêtre.

"Vous me croyez maintenant quand je dis qu'il est urgent de m'aider?! Je suis peut-être un ange mais ce démon n'a pas peur de moi. Seul un prêtre peut le tuer et l'envoyer de nouveaux en enfer. Il va essayer de trouver une armée pour détruire la ville, mais pour cela il va lui falloir beaucoup d'âmes innocentes."

Zauriel était démuni de toute ses forces, il ne pouvait rien faire sans avoir retrouvé le démon qui pouvait se cacher partout et de plus c'était une femme. L'ange s'était juré qu'il ne ferait jamais de mal à une femme. Cette mission s'annonçait très dure pour lui, il avança dans la pièce vers le corps du prêtre pour le recouvrir d'un drap et se leva aussitôt.

"Père il va falloir que vous préveniez la famille de cette femme et leur dire qu'elle s'est échappée et que vous et moi allons la retrouver mais ne leur dite pas ce qu'on vient de voir, ça pourrait les choquer. Pour ce qui est du père Balder, appelez la police, dites-leurs que c'est le cas sur lequel vous enquêtez qui a fait ça, ne donnez pas le nom de cette femme car ce n'est pas elle qui a fait ça mais le démon en elle. Je ne veux pas qu'une innocente soit condamnée."

Zauriel prend les reines, quand il vit l'état dans lequel le père Leone était, à la fois perdu dans ses pensées et déstabilisé par tout ce qu'il venait de voir. Sur ces mots, Zauriel déploie ses ailes et s'approche de la fenêtre, il regarde une dernière fois le prêtre.

"Je pars à la recherche du démon, ne vous inquiétez pas, je vous contacte au plus vite. Faite ce que vous avez à faire mon père."

Sur ces mots, Zauriel sauta par la fenêtre et s’envola dans les airs à la recherche du démon. Il espérait que ce dernier n'avait pas fait trop de victimes ou du moins pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 11 Avr - 14:18
Commandement quatre Honore, ton père et ta mère, afin d'avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.

L'ange disparu a son tour après m'avoir donné ses instructions. Je me retournai vers le corps du père Balder puis me décidai à lui donner la prière pour son dernier voyage et le plus grand de tous sont retour dans la lumière divine, Je m'agenouilla donc prêt de lui et commença a réciter

"Le Seigneur est mon berger. Je ne manque de rien. Sur des prés d'herbe fraîche, il me fait reposer.
Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre. Il me conduit par le juste chemin pour l'honneur de son nom. Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. Ton bâton me guide et me rassure. Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis . Tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante. Grâce et bonheur m'accompagnent tous les jours de ma vie. J'habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours"


Je fis le signe de croix et restant quelques minute en silence avant de me décider à me relever maintenait de plus lourdes tâches m'attendais. Prévenir les familles et contacter la police.

*Seigneur que tes voies sont impénetrable pour tes enfants. Libère-moi du doute et aide moi a traversé la rivière déchaînée du mal...  amen*  

Pensé, je en avançant vers la porte de la chambre. Un dernier regard en arrière puis fermant la porte, je descendis l'étage et cherchai le téléphone.

Je composai rapidement le numéro de la station du MPD ( Metropolis Police Département ) du district. Une voix féminine me répondit


"Oui bonjour le père Leone de l'église du Sacré-Cœur de Metropolis. Oui j'appelle pour vous informer qu un terrible drame, c est produit dans un des appartement du Skyville Avenue... Au 786e... Oui 786e. Un homme est mort mutilé..... Non, c'est difficile, a, explique, nous étions en rituel d'exorcisme... Ah, vous êtes catholique donc vous comprenez................ Non, j'ai touché a rien a part placer un drap sur le corps ... Oui par décence... c'est cela  .............. Non, je dois partir, mais vous savais ou me contacter si vous avais besoin d'aide ou de renseignement....... La famille se nomme Bartolomea... Non, je dois partir... Je vais immédiatement parler au chef de famille... leur noms est Diaz... Moustache de Gaulois, Petit et gros... D'origine portugaise oui... À bientôt au revoir Madame

Je raccrocha et composa un autre numéro  celle de l'arvecheque de Metropolis cette fois si ce fut plus long mais une minute plus tard

"Ici, le Pere Leone, j'ai une triste nouvelle à vous annoncer. Le père Balder est mort suite a un exorcisme qui c'est très mal passé... Bien sûr monseigneur, je comprends tout à fait........... J'ai informé la police du district et ensuite, je vais parler avec la famille...................................... Non, je vous rassure, je vais aussi leur demander de ne pas parler à la presse, mais comme ils sont croyants, ils respecteront certainement la discrétion.... Une commission d'enquête ?.......................................................... Parfaitement, mon seigneur ....À bientôt"

*Seigneur, ayez pitié de nous Jésus-Christ, ayez pitié de nous Seigneur, ayez pitié de nousJésus-Christ, écoutez-nous Jésus-Christ exaucez-nous Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nousFils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous. Trinité Sainte, qui est un seul Dieu, ayez pitié de nous Sainte-Marie, Reine des Anges, priez pour nous.*

Voilà ce que je récitai dans ma tête en prenant une grande inspiration avant de demander a la famille de rentrer chez eux et de tout leur expliquer

Ce fut long laborieux. Entre les larmes, l'incompréhension et la peur du mari pour sa femme. Des 4 enfants pour leur mère et des autres membres de la Famille. Je dus réconforter comme je pus. Prêcher la bonne parole de Jésus. Leur dire que nous allions retrouver Ulcinda et la sauvé malgré tout. Je leur récitai des paroles de l'Évangile et leur annonçai que la Police allait bientôt venir qu'ils devraient être coopératifs.


Lentement, je m'enfonçai dans la nuit et le froid. Prêt à partir à la recherche du Démon.



( Suite dans un homme après minuit 2)
Revenir en haut Aller en bas
 

Un homme après minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelques minutes après minuit
» Stephan Eicher - Cendrillon après minuit
» Quelques heures après minuit, un certain 25 décembre
» Belleville Story de Malherbe et Perriot
» [Smallville] [M] Mon cœur, mon amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis en ruines-