[Nécropole de Gizeh] Un gorille dans la pyramide [PV Ultra-Humanite]

Invité

MessagePosté le: Dim 26 Avr 2015 - 22:31

Sous une chaleur écrasante, la peau dorée au bronzage parfait de la Shim'Tar ruisselait de sueur. Voilà plusieurs jours déjà qu'elle était arrivée à Gizeh. Envoyée ici pour retrouver les derniers artefact manquants au peuple de Bana-Mighdall elle espérait plus que tout réussir à les retrouver. Ces maudits touristes qui allaient et venaient sans discontinuer l'énervaient de plus en plus. Ils salissaient le sol, foulaient le sable de leurs pieds crasseux… Et pire encore, manquait de respect aux origines de l'Amazone. Dès que Wonder Woman et Themyscira auraient courbé l'échine devant son peuple, ce serait au tour du reste de l'humanité. Tous s'agenouilleront devant leur puissance. Et c'est l'épée au clair que la Shim'Tar réduirait à néant toute idée de rébellion. Pour le moment, il n'était pas encore temps d'écraser ces misérables insectes. Avant de mettre leur plan en marche, Artémis devait retrouver ce qui leur manquait. Aussi, il n'était pas simple de retrouver ces papyrus. Ces derniers avaient très bien pu être détruits par des archéologues peu doués, ou volé par des pilleurs de tombes.

Se frottant le front de son avant-bras, Artémis regarda le ciel. Son chapeau beige couvrait une partie de son visage, et elle avait abandonné sa tenue cérémonielle de Shim'Tar pour un simple complet short et débardeur, bien plus passe-partout et pour cette mission, Artémis se devait de passer un maximum inaperçu. La pelle se planta une nouvelle fois dans le sable brûlant, soulevant un nuage de fumé opaque tout autour d'elle. Encore une fois, puis une autre… Mais elle ne trouvait rien. Rien qui ne valait la peine d'être déterrer… Enfin, pas par elle tout du moins. Des armes et autres objets qui ne l'intéressaient pas furent jeté au loin et finiraient très certainement sur une étagère. Et ce, chez le premier badaud qui serait passé et l'aurait ramassé comme si c'était la découverte du siècle. Chose qui aurait pu l'être s'il aurait fait expertiser sa trouvaille… Mais cela ne regardait en rien Artémis.

Lorsque le soleil se décida enfin à finir sa course, et alors qu'il disparaissait à l'horizon elle s'assit à même le sable. Attirant sa sacoche de cuir à ses côtés, elle en sortit une gourde d'eau qu'elle vida d'un trait. Rassasiée, ses mains prirent les parchemins sur lesquels les informations furent inscrites il y a des siècles de ça. Ces documents provenaient de son passage aux Enfers… Volés à cette créature impie et démoniaque, qui avait à moult reprises bafoué le corps autant que l'âme d'Artémis. C'était une bien maigre consolation que de lui avoir volé ces parchemins. Après tout ce qu'il lui avait fait subir, la Shim'Tar ne lui en voulait pourtant par autant qu'elle aurait dut. Quelque chose en elle avait été brisée, mais ce n'était ni son courage, ni sa volonté de vengeance. Toutefois ce n'était pas important en soit. Ca ne l'empêchait pas de vivre… De combattre, de diriger les Amazones de Bana-Mighdall !

Plongeant son regard sur les hiéroglyphes, elle manqua de pousser un cri de colère. Par une erreur de compréhension elle creusait au mauvais endroit. Il ne s'agissait pas de creuser dans cette partie de la Nécropole… Le mastaba de l'obscur Seshemnefer IV… Très peu d'informations avaient filtrée jusqu'à présent. Cet homme, d'après les écrits qu'Artémis avait en main, possédait des pouvoirs étranges et bien au-delà de cela, il avait été enterré avec une multitude de parchemins et autres offrandes. Prochaine étape, le Cimetière Sud de la Nécropole. Profitant de la nuit qui s'installait petit à petit, elle se rendit au dit mastaba et alors qu'elle passait entre les deux immenses colonnes de pierre, la Shim'Tar entendit une voix s'élever dans le silence de la nuit. Des ombres gigantesques dansaient sur les murs alors qu'elle avançait. Ses yeux habitués aux nombreux combats distinguèrent facilement la torche enflammée qui éclairait les hiéroglyphes peints sur la roche.


*J'avais vu juste…*

Mais il restait toujours un souci… Le mâle qui se tenait devant elle était le dernier rempart avant de réussir à obtenir ce qu'elle était venue chercher. Le trésor des Bana-Mighdall était à porté de main. Ses doigts pouvaient pratiquement les effleurer, dans quelques minutes elle réussirait à l'atteindre. Néanmoins, elle ne pouvait détruire ce mastaba en déclenchant un combat inutile et gagné d'avance. Artémis allait devoir faire appel à toutes ses connaissances guerrières, plus particulièrement lorsqu'elle ignorait jusqu'à la force réelle de celui qu'elle ne voyait que de dos. Son corps était immense, imposant, mais bien assez grossier pour être recouvert d'un épais pelage. S'il désirait l'affronter en combat singulier alors tel serait ce qui serait fait. Mais cela serait, à son grand dam, pour y laisser la vie.

La Shim'Tar ne faisait pas de prisonniers mâles. Les Amazones de Bana-Mighdall ne pardonnaient rien aux hommes… Ils étaient leurs jouets, tout simplement. Des jouets qui se brisaient si facilement d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 7 Mai 2015 - 0:01
Ultra-Humanite a de très nombreuses passions. Les mathématiques, la géographie, la philosophie, l' héraldique, la mécanique quantique, la psychologie, la biologie, l'informatique, la gastronomie et plein d'autres choses. L'égyptologie en fait bien évidemment partie. C'est pourquoi, alors qu'il s’ennuyait un beau matin il décida de partir pour le pays des pharaons afin, tout d'abord de changer d'air, et surtout d'approfondir ses recherches antiques et peut-être trouver quelque chose d'intéressant qui sait. Il avait entendu parler de Seshemnefer IV, un pharaon mystérieux. Et comme tout sujet mystérieux, il intéresse forcément les chercheurs concernés. Mais seul Humanite avait eu la chance de trouver des traces de l'existence du mastaba du pharaon en question, enfin du moins à sa connaissance. Il se voyait déjà trouver un trésor, voir peut-être des artefacts magiques. Il voyagea donc vers l'Egypte pour aller à proximité de Gizeh, là où était la nécropole en question.

Arrivé à la nécropole, il relut ses papiers et se mit au boulot sans perdre une seconde. Humanite n'était pas particulièrement pressé mais il n'était définitivement pas fan de la chaleur extrême du désert et surtout il risquerait d'attirer d'éventuels importuns. Après tout un gorille albinos creusant dans un désert c'était pas chose commune. Finalement la nuit tomba et Ultra-Humanite se rendit dans le mastaba le plus roche afin de continuer à bosser. Il alluma une torche ce qui lui permettait de lire les nombreux hiéroglyphes qui ponctuaient les murs. Humanite les lut à voix haute, déchiffrant en même temps. Et si sa lecture était bonne, et elle l'était, il parlait d'un trésor, celui des Bana-Mighdall plus précisément. Il était quasi sûr d'avoir déjà lu ça quelque part. Il prit donc son carnet et feuilleta. En effet, il s'en rappelait désormais ceci était des amazones. Il ne valait mieux pas tomber sur elles. Mais bon pas d’inquiétude, il n'y avait aucun trace récentes de personne dans les parages se dit Humanite. Et puis une amazone comme corps de renouvellement ça pourrait être intéressant à dire vrai, se dit-il en ricanant. Soudain pris d'un soupçon de paranoïa, il s'imagina être espionné par une dite amazone et il se retourna aussitôt pour confirmer ces soupçons infondés. Quelle ne fut pas sa surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 15 Mai 2015 - 13:29

Venir pour retrouver un artefact Bana-Mighdall et tomber nez à nez avec une espèce de Gorille géant albinos, voilà une chose qu'Artémis n'aurait jamais cru un jour possible. Au moment où leurs regards se croisèrent, l'Amazone ne put réagir que d'une seule manière, prendre sa moue la plus étonnée et surtout, celle qui lui semblait la plus propice. Faisant mine de reculer de peur, la Shim'Tar dut se contraindre à jouer la comédie. Endossant un rôle qui n'était pas le sien, la rousse se mit à balbutier, forçant son corps à trembler. Sa tenue d'égyptologue et d'archéologue aurait pu tromper jusqu'au meilleur d'entre eux. Elle devait tenir son rôle jusqu'au bout. Elle était venue pour retrouver un objet, elle n'aurait pas d'autres choix que de "travailler" avec ce gorille blanc.

- Qui… Qui êtes-vous ?

Des larmes commencèrent à couler le long de ses joues roses, et elle fit mine de faire un malaise, posant une main mal assurée contre un des murs couverts de hiéroglyphes, Artémis se laissa finalement tomber sur les genoux. Haletante, elle continua de parler.

- Je… Je me suis perdue dans le mastaba, et je n'arrive pas à trouver la sortie… Voilà que maintenant j'ai des hallucinations ! Un gorille géant albinos en plein désert ; je dois être en manque d'eau. Oui, c'est ça, ça ne peut être que ça.

Tandis que la lueur de la torche léchait les murs de sa lumière rassurante, Artémis continuait de jouer son rôle. Comme toutes les Amazones elle était certes très arrogante et surtout fière de ses origines, mais parfois, lorsque le combat risquait d'être bien trop long et fatiguant, il était bon d'utiliser d'autres stratagèmes. Seul le résultat comptait aujourd'hui. Les Bana-Mighdall avaient besoin de cet objet, sans lui, le rituel ne pouvait être terminé.

Toutefois, l'honneur d'Artémis en prit un coup, elle ne devait pas laisser transparaître d'autres émotions que la peur et le désarroi sur son visage. Elle était la meilleure des Amazones de Bana-Mighdall, celle qui mènerait ses sœurs vers la victoire. Artémis était la Shim'Tar ! S'affalant face contre terre, elle balbutia quelques mots avant de fermer les yeux.


- Aidez-moi… S'il y a quelqu'un… Aidez-moi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 26 Mai 2015 - 6:23
Si il s'attendait à ça... Ultra-Humanite n'était pas un critique et encore moins un acteur, il avait néanmoins lu de nombreux ouvrages de dramaturgie et il pouvait affirmer que le femme devant lui avait autant de talent pour le jeu dramaturgique que January Jones, même si un effort avait été visiblement fourni. Cependant, il n'allait pas bêtement lui faire remarquer, au contraire, pensa-t-il machiavéliquement. Après tout si elle voulait jouer, il allait jouer lui aussi. 

"Ouh ouh ha ha" Son imitation de gorille n'était certes pas aussi réaliste qu'un véritable gorille, mais le physique et les cordes vocales aidaient, bien évidemment. Il se mit rapidement à quatre pattes, les bras au sol, tentant de cacher ses quelques affaires derrière lui. Il renifla la femme, en prenant soin de rester à une distance raisonnable. Sa tenue semblait indiquer qu'elle était une humaine, tout ce qu'il de plus normale, une égyptologue en l’occurrence. Mais cela semblait trop facile, bien trop facile. Il continua donc ses mimiques animales. Il se doutait que cela ne marcherait pas longtemps, mais cela allait au pire déstabiliser cette intruse et il pourrait la mettre K.O. vite fait bien fait. En attendant elle était désormais au sol, il s'approcha donc lentement auprès d'elle. Et si elle disait la vérité à propos d'un plus grand danger ? Il décida de continuer son manège, mais il désormais sur ses gardes. Dans le pire des cas, le danger s'en prendrait d'abord à la femme.

En tout cas, si c'était bien une humaine tout ce qu'il y a de plus normale, elle allait vite être effrayée par un gorille, autrement Humanite se jetterait sur elle pour définitivement en finir et lui montrer ce que vaut un gorille au corps à corps. Après tout, elle n'avait rien à faire ici. Il avait trouvé le mastaba, il avait commencé ses recherches. C'était impossible qu'on le trouve ici sans connaître l'endroit auparavant. Humanite se mit donc à théoriser que c'était donc une amazone, de Bana-Mighdall à priori. Mais, prudence est mère de sûreté et il commença donc une position d'intimidation courante chez les gorilles, c'est-à-dire montrer les dents et taper sur sa poitrine à l'aide de ses poings, tout en poussant un puissant cri. Un geste brusque venant de la femme dans sa direction et il y allait y avoir un nouveau cadavre dans la nécropole...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 4 Juin 2015 - 15:26

Que ce soit l'un ou l'autre, aucun des deux n'étaient capable de faire croire quoique ce soit au second. Artémis fini par se relever alors que le Gorille albinos imitait avec beaucoup d'ironie un membre de son peuple. Elle le regarda dans le blanc des yeux et se concentra. Elle n'avait pas beaucoup de temps pour remettre les choses à leur place. Et encore bien moins pour jouer à celui des deux qui tiendra le plus longtemps à jouer un rôle qui n'était pas le sien. Posant une main sur sa hanche, la Shim'Tar ne lâcha pas du regard le gorille qui la regardait à la manière d'un animal curieux. Il jouait très bien son rôle, mais pas encore assez pour se moquer de celle qu'il avait en face de lui.

- Tu es un Gorille, et moi une Amazone… L'un et l'autre on sait très bien ce que ces hiéroglyphes signifient. Je n'ai qu'une chose à récupérer dans ce Mastaba. Peu m'importe ce qui t'intéresses ici, sache juste que nous aurons besoin de l'autre. Car de ce que j'en sais… Ce tombeau cache quelque chose.

Habituellement, Artémis n'aurait pas hésitée à dégainer son épée et à se lancer dans un combat sanguinolent. Mais aujourd'hui bien des choses passaient avant son désir de combat. Ses sœurs attendaient avec impatience son retour. Tout Bana-Mighdall voulait qu'elle revienne victorieuse… La précédente Shim'Tar avait échouée là ou Artémis réussirait.

- Joins-toi à moi, et tu auras tout ce que tu veux. Je ne suis pas du genre patiente, alors donne-moi ta réponse…

Son ton n'avait rien d'un ordre. Mais le temps continuait son chemin si rapidement que l'Amazone ne pouvait se permettre de le perdre en palabres inutiles. S'il désirait des explications, alors il en aurait, mais pas maintenant. Chaque chose en son temps, et un temps pour chaque chose disait l'adage.

De son autre main, Artémis remit une mèche rousse derrière son oreille, ce geste, aussi singulier qu'habituel pour elle, agissait souvent comme un signe de charme pour le mâle moyen. Ce gorille n'était pas un humain lambda et il ne se laissera pas avoir aussi facilement. A ce moment, l'Amazone regretta de ne pas avoir Ivy à ses côtés… Avec elle, il aurait été bien plus facile de berner ce géant de muscles et de poils.

Ses yeux quittèrent une fraction de seconde le visage puissant du gorille et se posa sur les hiéroglyphes. La torche posée à même le sol faisait danser les ombres sur les dessins qui recouvraient les murs, et une chose apparue à Artémis. S'ils descendaient dans les profondeurs du Mastaba, ce n'était pas simplement l'artefact qu'ils y trouveraient… Mais un trésor d'une valeur inestimable ! Alors, voilà peut-être une des raisons qui avaient faites que celui qui était devant elle, se trouvait là. L'appel de l'argent…

Les mâles, tous les même !

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 6:18
Se tenant toujours sur ces gardes, le primate écouta attentivement la femme, tout en continuant son mime. Réfléchissant brièvement à la proposition de l'Amazone, Ultra-Humanite se dit qu'il n'avait, à vrai dire, rien à perdre à collaborer avec elle. Il se leva finalement et déclara :"Bon j'admets que ta proposition est intéressante, c'est donc pourquoi j'accepte. Mais attention, si t'essayes de me rouler, il t'en cuira...". Après tout le génie ne cherchait rien en particulier. Quelque chose à rajouter à sa collection personnelle...de l'or ou autres métaux précieux...ou si il y en avait un, peut-être un artefact... Il était d'ailleurs fort probable que l'Amazone était justement là pour récupérer un artefact... Si tel était le cas, Humanite aimerait, si il ne peut l'avoir, au moins savoir ce que renferme ledit objet magique... Mais il ne se sentait définitivement pas affronter l'Amazone. Non pas qu'il ne pensait la battre, loin de là... Mais il était ici essentiellement pour son hobby et il n'avait pas envie de le gâcher à cause d'une misérable femme, quelle fusse Amazone ou non.

Ramassant ses affaires et la torche, il pensa aussitôt à ce que son 'coéquipier' lui avait dit à propos du tombeau. Il imagina en souriant, une vieille momie sortir de son tombeau pour les attaquer, comme représenté au cinéma. Il haussa les sourcils ne croyant guère à tout cela. Dans tout les cas, il n'aurait guère de mal à l'anéantir. Le gorille déclara :"Et bien allons-y alors, que ce soit vite fait au moins." Il commença donc à marcher vers le fond du mastaba, torche levée, scrutant les hiéroglyphes aux murs. L'Amazone le suivait. Ils arrivèrent ainsi devant une petite salle. Des débris gênaient et ils furent vite écartés par le gorille. La salle se trouvait être une petite chapelle qui contenait une petite table, vraisemblablement dédiée aux offrandes, et des statues. Le tout était couvert de poussières et de sable, mais visiblement en bon état. Humanite commença à dépoussiérer grossièrement les statuettes. Il laissa son 'amie' inspecter, elle aussi, les éléments de la chapelle. Visiblement ce qu'elle voulait ne se trouvait pas ici. Rien d'étonnant. Cela devait être dans le tombeau lui-même. Qui était accessible via un puits se souvient Ultra-Humanite. Reste à savoir où était ce puits...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 4 Juil 2015 - 22:05

Sous la lueur vacillante de la torche tenue par un gorille albinos, Artémis avançait dans les tréfonds du Mastaba. Partout, les hiéroglyphes désignaient des malédictions jetés sur ceux qui osaient pénétrer ici-bas. Un demi-sourire se dessina sur le visage de l'Amazone. Ni elle, ni aucune de ses sœurs ne craignaient ce genre de choses, Circée les protégeaient, et rien ni personne n'osaient aller à l'encontre de la puissance destructrice de la puissante magicienne. S'arrêtant un instant face à une jarre brisée, la rousse se pencha et suivit les dessins inscrits sur le mur qu'elle venait de dévoiler. A haute voix, elle se mit à traduire le texte.

- Le malheur s'abattra sur celui qui osera toucher au sanctuaire du puissant Seshemnefer IV, grand orateur du puissante Râ ! Dieu des Dieux ! Voilà qui présage de bonnes choses…

Se relevant, elle continua d'avancer, prenant bien soin de regarder où ils posaient le pied. Soudain un cliquetis significatif se déclencha. Son ouïe extrêmement fine lui permit de se baisser juste à temps. Une fléchette – très certainement empoisonnée d'ailleurs – se ficha dans le mur opposé. Voilà un comité d'accueuil assez peu charmant. Quoique assez ironique, compte tenu de la manière dont les Bana-Mighdall considéraient les intrus dans leurs murs. Mais le sujet n'était pas là. Ils devaient faire vite. Qu'importait ce que le mâle était venu chercher, ils ne pouvaient perdre leur temps ici. De plus, elle était parfaitement désarmée, un oubli qui pourrait lui coûter la vie si un le gorille venait à vouloir lui arracher les bras avec les dents… Une image qui déplaisait fortement à l'Amazone.

Leurs pas les menèrent finalement un peu plus profondément dans le mastaba. Une pièce assez sommaire, rectangulaire et semblant être la dernière pièce dédiée aux offrandes. Rien de bien intéressant en soit. De la poussière, encore et toujours de la poussière. Du sable, et quelques pièces rouillées s'étendaient sur le sol. D'un mouvement du pied, Artémis chassa ces piécettes inutiles de son regard. Elle n'était pas ici pour l'or, elle était ici pour bien autre chose… Malheureusement, après plusieurs dizaines de minutes de recherches infructueuses, Artémis posa la main sur le dit autel. Un nouveau cliquetis, puis un autre, et encore un autre… Le bruit de mouvements d'un système de poulies et de câbles tendus se fit entendre.

Alors que sous leurs yeux le sol s'entrouvrit, les murs semblèrent se rapprocher inlassablement d'eux. Ils n'avaient que deux solutions, sauter dans ce qui paraissait être un puits, ou se faire écraser entre les murs qui ne cessaient de se rapprocher d'eux, poussant le sable et mes jarres vers l'obscurité de ce trou sans fond. Artémis regarda le gorille albinos qui se trouvait alors devant elle, et s'adressa à lui.


- Je ne sais pas ce que tu choisi… Mais personnellement, je préfère voir ce qu'il y a au fond de ce trou…

Puis elle sauta, ralentissant sa chute en volant, l'Amazone s'enfonça dans les ténèbres et alors qu'elle commençait à perdre ses repères, elle se sentit perdre conscience… Son réveil se ferait au plus profond de cet étrange mastaba, avec ou sans le mâle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 22 Juil 2015 - 6:31
Ultra-Humanite était en train de donner des dates approximatives aux quelques statuettes qu'il avait trouvé et rapidement dépoussiéré quand l'Amazone eut la bonne idée d'activer un piège. Était-ce un accident ? Sans doute, mais cela n'allait clairement pas aider le singe dans ses recherches. Elle prit soin de signaler, d'un ton plus que sarcastique, leur désormais unique chance de sortie. Humanite maugréa tout en se précipitant dans le trou. En sautant à pieds joints, il se rendit malheureusement compte que son importante corpulence faisait obstacle à une descente rapide. Son abdomen resta en effet coincé, les murs continuant de se rapprocher lentement mais sûrement. Le génie grogna, en essayant tant bien que mal de glisser en rentrant son ventre, tandis que les débris et poussières commencèrent à l'étouffer. Il toussait maintenant, les yeux fermés par les particules volantes, et sans doute aussi par réflexe, ainsi il ne voyait pas encore les murs qui arrivèrent sur lui, signifiant sa fin...

Heureusement pour lui, le sable en tombant dans le trou finirent, à la manière d'un sablier et aux prix de nombreuses contorsions, par le faire glisser à son tour vers l'obscurité de ce trou. Humanite ouvrit prudemment ses yeux, surpris d'être en vie mais aussi soucieux d'où il allait atterrir. Quelques secondes plus tard, il s'écrasa sur le dos, mais sans trop de douleur bizarrement. En se relevant, tout en se dépoussiérant le pelage désormais jaune, il remarqua que son amortisseur était sans grande surprise sa compagne. Il se mit à ricaner :"Au moins elle aura été utile." Il entendit aussitôt le bruit des murs se rapprochant prendre fin, accompagné d'un nuage de débris et de sable tombant à leur tour sur l'Amazone inconsciente. L'endroit où ils avaient atterrit n'était évidemment pas éclairé et on ne voyait absolument pas la taille et ce que contenait cette nouvelle salle. C'était vraisemblablement le tombeau, ou du moins une salle voisine.

Regardant sa compagne à terre, Humanite eut un profond soupir et la souleva brusquement pour la mettre sur son épaule droite. Il tapota doucement sur son dos et, en profitant de son inconscience, son fessier. Pour enlever la poussière, bien évidemment... Jetant un dernier coup d’œil sur cette partie anatomique, il se mit à scruter en plissant les yeux la salle, histoire d'apercevoir quoique ce soit. Rien. Et tout son matériel était resté en haut. Enfin plutôt ce qu'il en restait. Dépité, il se mit donc à marcher droit devant lui, lentement et attentif au moindre bruit ou vue d'un quelconque élément. Et c'est là qu'il entendit le bruit singulier d'un arthropode. De plusieurs arthropodes. En fait il se pourrait bien qu'il était entouré d'arthropodes. Il se mit donc à regarder à ses pieds. Rien. Marchant désormais sur la pointe des pieds, il aperçut finalement un mur. Mur qui avait des trous. Ces mêmes trous déversant des scorpions par poignée... Humanite recula lentement, sans remarquer qu'il posa le pied sur un morceau de tesson coupant comme une lame. Il tomba de douleur sur son postérieur, laissant l'Amazone glisser de son épaule, tout en se secouant le pied, pris de panique. Il essaya finalement d'enlever ce qui le faisait souffrir et vite, les scorpions se dirigeant probablement vers eux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 25 Juil 2015 - 17:50

Sans qu'elle ne sache pourquoi, Artémis avait perdue connaissance durant sa chute. Ses yeux peinèrent à s'ouvrir lorsqu'elle se mit à tomber dans le vide. Quelque chose l'empêchait de respirer convenablement. Son cerveau se sentait affaibli, tout autant que ses pouvoirs. Une force invisible absorbait toutes ses compétences. Tel un tuyaux qui buvait directement à sa source. L'amazone senti son crâne se fracasser contre un mur, et ce fut le noir le plus complet. Toutefois son réveil ne fut pas aussi brutal, enfin, pas pour ses oreilles tout du moins. Le cri du gorille la fit se lever d'un seul coup. Malgré la pénombre, Artémis voyait pratiquement comme en plein jour. Partout autour d'eux des scorpions se mettaient à grouiller, déversés par les trous fais dans les murs.

Effectivement, les architectes de l'ancien royaume d'Egypte s'y connaissaient en pièges et autres joyeusetés. Mais là il ne fallait pas abuser. Des murs qui se referment sur eux, des scorpions… La prochaine étape se présenterait à eux comme un rocher dévalant une pente ? C'en était trop pour la Shim'tar. Serrant le poing, elle frappa violemment le sol. L'onde de choc emporta les insectes qui s'écrasèrent en un bruit sinistre, mélange de craquement et d'éclatements de liquide, contre les murs. Les voila enfin débarrassés de ces sales bêtes grouillantes et venimeuses. Si le gorille avait eu l'idée parfaitement stupide de se faire piquer, Artémis n'aurait pas donné cher de sa peau, il fallait bien l'avouer.

S'approchant de lui, elle regarda la cicatrice sous son pied. Mais pourquoi les mâles étaient-ils tous aussi douillets ? Pire que ça, celui là, en plus d'être gros était particulièrement malhabile ! Mais bon, l'Amazone avait besoin de lui, et arrachant une manche de son haut, elle entreprit de lui en faire un bandage rapide. Il tiendrait le temps qu'il faudra se dit-elle. Puis, tout en se relevant, elle scruta la pièce du regard. Apparemment, aucune porte de sortie ne semblait se présenter à eux. Tant pis, elle la créerait elle-même. Ces scorpions ne pouvaient pas provenir directement des murs, ils avaient eux aussi besoin d'oxygène et d'eau pour vivre.


- Est-ce que tu sens ce courant d'air ? Je t'accorde que ce n'est pas très facile à percevoir… Suis-moi.

S'approchant d'un des murs percés de niches à scorpions, Artémis posa ses mains contre et commença à pousser de toutes ses forces. De ce qu'elle en sentait, il n'était pas si épais que ça, fallait-il encore que l'autre singe géant daigne lui donner un coup de main. Elle était bien plus forte que la moyenne, certes, mais pour le coup, elle avait besoin de lui. Et cette idée l'agaçait énormément…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 12 Aoû 2015 - 6:32
Se relevant sur son pied désormais douloureux, Ultra-Humanite se sentait honteux d'avoir été aidé par l'Amazone. C'est vrai, il aurait pu s'en sortir tout seul. D'ailleurs il ne serait pas là si il ne l'avait pas suivie. Voilà ce que c'est que de faire confiance à n'importe qui. Et maintenant il devait être reconnaissant. Il s'approcha donc du mur que l'Amazone commença à pousser. Humanite sentit lui aussi le courant d'air à travers sa fourrure. D'un profond soupir, il s'adossa donc au mur et commença lui aussi à pousser. Le mur ne tint pas longtemps face à leur force combinée. Formé de blocs, il s'écroula au sol plutôt rapidement. Là encore le manque de lumière et la poussière n'aida pas à discerner ce que la salle nouvellement ouverte offrait aux arrivants. Faisant des mouvements de bras pour dégager la poussière, Humanite découvrit finalement ce qui ressemblait à un couloir ascendant. Essayant de voir le haut du couloir, il se tourna vers l'Amazone : "Si mes connaissances en égyptologie sont bonnes, la chambre mortuaire du pharaon devait être situé en haut de ce couloir."

Ultra-Humanite commença donc à monter le couloir tout en boitant. L'Amazone devait le précéder. Il ne se tourna pas pour vérifier si c'était bel et bien le cas car il estimait désormais ne plus avoir besoin d'elle. Et le couloir était trop étroit pour que deux personnes marchent côte à côte. A ce moment-là il entendit un léger son, comme celui d'un mécanisme se mettant en marche. ne s'inquiétant pas outre mesure, il continua son ascension. Tout d"un coup il entendit le bruit de quelque chose qui dévalait le couloir. Humanite s'attendait à un rocher, chose assez courant, ou à quelque chose qu'il pourrait arrêter facilement. Au lieu de ça, il vit dévaler une vague de sable. Il comprit, trop tard, que le couloir n'était qu'un piège de plus, en l’occurrence ici pour noyer littéralement les malheureux sous le sable. Se tournant brusquement, il se mit à glisser, emporté par les premiers grains de sable...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 1 Sep 2015 - 17:39

Petit à petit le mur commença à bouger. Au départ, de quelques millimètres seulement, puis, à force de pression, il céda sous la poussée combinée du gorille et de l'amazone. Sans dire un mot de plus, Artémis observa une seconde son compagnon d'infortune. Il était réellement impressionnant, sa masse musculaire saillait sous son pelage d'un blanc laiteux. Son regard, toutefois, était l'opposé direct de tous ses compagnons raciaux. Habituellement, les gorilles, quoique particulièrement intelligents, ne possédaient pas ce petit quelque chose qui rendait celui qui était présent à ses côtés, aussi particulier. Il ne pouvait être un simple gorille, il y a avait autre chose… Mais quoi ? Aussi Artémis se devait d'imaginer le pire s'il venait à devenir un adversaire pour elle et ses soeurs. De douloureux souvenirs revinrent à sa mémoire.

Un géant cruel, dont le corps était recouvert de pics et de plaques, écrasant ses sœurs telles des planches de bois sec sous le soleil écrasant de Washington. Le sang des Bana-Mighdall avait bien trop coulé lors de cette attaque. Héra les avait trompées, elle s'était servie d'elles et les avaient conduites à la défaite. Elle, et les mâles… La Shim'Tar serra le poing et senti les jointures de ses doigts blanchir. Sa colère contenue ne tarderait pas à exploser si elle ne se passait pas les nerfs rapidement. Enjambant le mur devenu un simple tas de pierres polies et cubiques, la rousse reposa un pied mal assuré dans la salle suivante.

Les scorpions qui semblaient vivre de ce côté du mur, possédaient une salle immense. Le sol était recouvert de sable et d'ossements humains. Apparemment, le supplice du scorpion existe depuis des siècles. Et à quoi bon se poser des questions inutiles, les mâles n'avaient aucune compassion pour leurs pairs, ils s'en débarrassaient dès que leur utilité n'était plus de mise. L'impression de malaise qui montait de plus en plus dans l'esprit de l'Amazone prit en ampleur alors qu'elle posa sa main sur des hiéroglyphes muraux. Renforcé par les dires de l'homme-singe, Artémis senti son instinct hurler dans sa tête. Les écrits parlaient d'une nouvelle malédiction, chose qu'Artémis ne tarda pas à traduire à haute voix.


- Sous les flots du monde immobile, les impies seront balayés. Dans sa grande mansuétude, Amon-Râ, le Dieu Soleil offrira à ceux qui le mériteront, le salut de leurs âmes.

Alors qu'elle venait à peine de finir de traduire les écrits, l'Amazone commença son ascension. Le peu de visibilité offerte par le couloir se réduisait encore un peu plus devant elle, la largeur des épaules de son acolyte, frottant presque de part et d'autre des escaliers. Plus leur avancée se faisait, moins l'obscurité s'offrait à être percée par leurs visions. Un déclic se fit entendre une nouvelle fois. Retenant un "oh non", Artémis regarda derrière elle. La fois précédente, le sol s'était écroulé sous leurs pieds, et ils se retrouvèrent dans cette pièce remplie de scorpions… Laissés pour morts par la même occasion. Comme si les choses ne pouvaient s'aggraver encore plus, la réponse qui leur parvint prit une forme ô combien étonnante.

Voilà donc "les flots du monde immobile" dont parlaient les hiéroglyphes. Une puissante et instable vague de sable se déversait maintenant dans les escaliers. Emportés par cette dernière, les deux êtres dévalèrent les escaliers à grande vitesse. Artémis se servit d'une brique qui dépassait alors du mur, et s'y accrocha de toutes ses forces ; grâce à son agilité hors pair, l'Amazone s'extirpa de la vague de sable et flotta au dessus de la vague de sable. Non pas par compassion, mais réellement par intérêt, elle prit le bras du gorille et le tira à son tour hors du sable. Remontant les escaliers devenus un toboggan de sable, dont les jeunes amazones se seraient faites plaisir à dévaler à toute vitesse, Artémis et le gorille se posèrent enfin dans une salle immense.

A peine eurent-il posés le pied sur le sol que les torches s'illuminèrent. La lumière blafarde devint flammes incandescentes et se mirent à éclairer les ténèbres. Une chaleur intense réchauffa la pièce à tel point que la peau d'Artémis se vit recouverte de perles de transpirations. Un pied légèrement en arrière, le second bien enfoncé dans le sol, l'Amazone se tenait prête à combattre. Quelque chose ou quelqu'un s'approchait d'eux. Une pression se mit alors à les écraser, l'air se raréfia et la suffocation ne tarderait pas. La rousse ignorait totalement ce qui marchait de ce pas si lourd que le sol en tremblait sous ses pieds, mais sa puissance, quand à elle, était vraiment colossale…

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 6 Sep 2015 - 4:54
Encore une fois, Ultra-Humanite devait son sauvetage à l''amazone. Celui-ci se demanda si il n'avait pas pris un coup de vieux, pour être autant dépendant d'un autre, d'une femme qui plus est. Par mesure de précaution, il modifiera le corps de gorille une fois chez lui. Si il s'en sort. Rien n'était moins sûr à ce stade. Ils arrivèrent ainsi dans une grande salle. Toujours pas le tombeau, mais ça devait être la salle adjacente. Écoutant les alentours avec attention, il se rendit vite compte que quelque chose qui ne présageait rien de bon se mit à s'approcher. Humanite reprit tout d'abord son souffle, tandis que l'amazone se mettait déjà en posture de combat. Le gorille fut tenté de prendre la poudre d'escampette et de laisser son 'amie' face à la prochaine embûche. Mais il se rendit rapidement compte que peu d'issues ne s'offraient à eux.

Tout à coup surgit en face de l'amazone, venant d'une autre salle, un colosse. Une gigantesque statue de ce qui semblait être Anubis, dieu gardien des tombeaux. 6-7 mètres de haut, une peau d'obsidienne et d'or, avec des yeux de rubis et une épée quasi aussi grande que Humanite lui-même. Ce dernier ouvrit de grands yeux d'effroi. Il recula contre le mur derrière lui et laissa l'amazone entre lui et la statue géante. Il se dit que cette fois c'était le fuite ou la mort, il fonça à quatre pattes vers la trappe qui menait au couloir désormais rempli de sable. Seulement, le gardien d'obsidienne n'allait pas laisser les pilleurs de tombes s'enfuirent comme des rats. Il marcha lentement et écrasa son épée sur la trappe en question, la brisant en plusieurs morceaux. L'issue était par conséquent condamnée. Humanite recula de peur de nouveau vers le mur derrière lui. Il regarda autour de lui et aperçut une brique non loin d'où il se trouvait, qu'il souleva et lança sur la statue d'Anubis. Ce dernier leva son épée et la brique se brisa dessus comme un rien. Ultra-Humanite continua de reculer et sans s'en rendre compte, il posa son pied déjà blessé dans un piège. C'était une sorte de piège à ours sous forme d'une gueule de crocodile. Le piège se referma donc sur la jambe du primate qui se tordit de douleur, mains sur les mâchoires du crocodile factice, tentant de se dégager de cette terrible tenaille. Cela se passait très mal une fois de plus...
Revenir en haut Aller en bas
 

[Nécropole de Gizeh] Un gorille dans la pyramide [PV Ultra-Humanite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gorille
» Votre premier LDVH
» Luch calibre 2356 : du quartz dans les boitiers des ultra-plates “de luxe”
» Nécropole gauloise-Tombes à char - découvertes dans l'Oise (INRAP-07-2009)
» Une main dans sa culotte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Afrique-