This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]

Invité

MessagePosté le: Sam 9 Mai 2015 - 1:44


Nous avons tout essayé....

Nous avons réussi ou ils ont échoué.

This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Fin_OMAC

Nous avons exposé leurs faiblesses
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Cptatom

Nous avons brisé leurs certitudes
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  President_luthor

Nous avons renforcé la position de leurs ennemis
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Suicide_squads

Nous avons été meilleurs qu'eux
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Vaccin

Nous les avons remplacés
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Police

Nous avons protégé le monde contre leurs semblables
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Kalibak

Mais on t'as trahi

This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Girls_month
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Waller

Et ça mon double interdimensionnel, c'est parce que tu as été trop faible... trop patient... trop mou. Tu aurais du profité du moment ou tu avais ma place pour les éradiquer, jusqu'au dernier. Les métahumains, ceux qui sont la contrévolution de la race humaine. Si l'humain évolue, c'est face aux difficultés. Quelles difficultés avons-nous dans un monde où ils sont présents. La race humaine est condamnée à l'extinction et la débilitation face à ces... monstres. Ton monde terre-unis, n'en as t'il pas fait l'expérience? Le temps n'est plus au jeu politique. Il est temps que les hommes reprennent leurs destins en mains.

Luthor se parlait seul devant le miroir. Son double, celui qui l'avait remplacé dans le plus grand secret depuis plusieurs mois n'était pas là. Il lui parlait cependant depuis plusieurs semaines à travers son reflet. On s’était joué de lui, on l'avait gardé captif, pendant de longs mois. La présidence Luthor et ses bénéfices, des foutaises d'idéaliste. Le vaccin Omac n'était pas une découverte, c'était une tricherie venue d'une autre dimension. On l'avait remplacé... lui, par une marionnette hantée et terrifié par Superman. Mais depuis quelques mois, Nereus l'avait libéré de sa prison sous-marines.. Puis, une alliance fut passée entre les deux hommes, Lex aurait le monde du dessus et Nereus celui du dessous. Maintenant il était prêt, il devait agir. Il était habillé en conséquence... il avait mis son armure. Il regardait les coupures de journaux sur son bureau. Il savait exactement ou il allait frapper. Le dernier soutient des héros, celui qui fidèlement avait maintenu le cap, celui qui malgré l'évidence avait choisi de ne pas trahir ses idéaux. Lex respectait cela... mais ils devraient en subir les conséquences.

Le Daily Planet...

Il appuya sur un bouton et ses "policiers" sortirent et se dirigèrent vers le Daily Planet. Aux infos on devait déjà commencer à parler de cette attaque face au Daily. Les policiers n'avaient aucun contrôle sur leur geste, il regardait passif. Lex Luthor avait en effet trouvé le moyen d'utiliser toutes les recherches sur les OMAC de son double de Terre-Unis. Son armée Luthorienne lui obéissait au doigt et à l'oeil. Sans aucun remords, sans aucun libre arbitre, ils étaient ses marionnettes, mais un vrai général va toujours sur le champ de bataille... et toujours sous bonne garde.

THIS is a job for Lex Luthor
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Luthor

(( HRP : vous pouvez d'hors et déjà considéré que Luthor en Armure et Bizarro sont sur place avec la police Luthor, il n'y a pas de tour de jeux, tout le monde poste dès qu'ils le peut. Le sujet se veut épique je n'espère donc pas une conclusion rapide, je jouerai l'animateur donc on n'utilise pas Luthor en tant que PNJ Smile. Vous pouvez cependant utiliser la Luthor police et Bizarro en PNJ ))
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 9 Mai 2015 - 10:07
Wally ne savait pas trop quoi penser des derniers évènements, de ce qu'il c'était passé ces derniers mois. Il avait vécu la plupart de ces évènements, même pour certains il y avait participé, comme la guerre contre les OMAC. Cette guerre, issue d'une modification temporelle, avait plongé la Terre dans le chaos, et fait perdre des êtres chers. Mais ce qui suivit fit peur à toute la communauté super-héroïque, comme la catastrophe nucléaire provoquée par le captaine Nathaniel Adams, AKA Captain Atom, et par la suite l'accession au pouvoir par Lex Luthor, le pire ennemi de Superman et des méta-humains en général. Un homme qui a toujours voulu être le numéro 1, sans laisser de place aux races extraterrestres, aux personnes ayant des pouvoirs.

Mais malgré le fait que Luthor avait trouver un vaccin anti-OMAC, et qui le donnait en libre accès à la population, avait permit à ce dernier de marquer un point dans le côté clair. Mais très vite, les effets pervers de sa politique se fit sentir, avec l'apparition d'une nouvelle Suicide Squad, qu'on connait comme souvent rattaché au gouvernement en place. Mais le pire restait à venir, avec la création d'une nouvelle police, clairement équipée contre les méta-humains. Cette dernière s'était distinguée face à Kalibak. Mais à présent, on ne savait ce que réservait Lex.

Wally se levait avec une sale migraine, et avec une image aux infos qui l'interloqua. Lex Luthor, président des états-unis, était présent avec Bizzaro, et toute sa police, était présent dans métropolis, au sein de la ville. Ils étaient face au Daily Planet, engoncés dans leurs armures.

* Que fais donc Luthor ?  Cela mérite un coup d'oeil ! *

Wally n'hésita pas un instant, il se mit à courir dans la direction de Métropolis, comme si le diable le poursuivait. Il devait faire vite, il le savait, car il sentait la catastrophe arriver. Il fonça à travers les rues avant d'arriver non loin du Daily Planet, et il observa alors les différents mouvements de troupes de l'armée de Luthor.

- Ici Flash à la Ligue, j'ai besoin d'aide, il se passe des choses étranges à Métropolis, devant le Daily Planet, Luthor y est présent avec sa police.

Il se posa un instant, avant de reprendre :

- J'ai besoin d'aide, et vite !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 9 Mai 2015 - 14:24
Zauriel était entrain d'escorter un bandit qu'il venait d'arrêter, celui-ci volait des statues et des tableaux religieux afin de les revendre à des collectionneurs peu scrupuleux, quand la police de Metropolis a reçu un appelle assez étrange.

"Sergent Omara, il se passe des choses étranges au Daily Planet, Luthor est devant le bâtiment avec sa police, les info en parle."

"Sergent Omara, bien reçu nous a....."

Le Sergent n'eu pas le temps de finir sa phrase que Zauriel intervient.

"Je m'en occupe sergent, gardez vos hommes à distance pour l'instant. La ligue a dû être appelée en renfort. Mettez cet homme en prison."

Il tenait le voleur par le bras, il le donne donc au Sergent avant de s'envoler dans les airs en direction du Daily Planet. Il avait suivit le parcours de Luthor tout au long de l'année mais l'ange n'était jamais intervenu pour l'arrêter car il ne représentait en aucune manière une menace, du moins c'est ce que l'ange prétendait. Mais à présent, c'était tout autre chose.
Zauriel avait gardé quelques contacts avec la ligue mais il ne l'avait jamais appelé pour une mission, mais cette fois-ci l'ange n'allait pas les laisser affronter une menace aussi sérieuse seuls, surtout si il se trouvait à quelques mètres de ce danger. Il survole la zone pour distinguer le logo du journal, quand il voit une forme rouge, nul doute, c'était flash. Zauriel se pose à quelques mètres de ce dernier qui était entrain d'observer l'armée de Luthor, l'ange s'approche de Flash.

"Salut j'étais dans le coin quand j'ai entendu l'appel de la police concernant Luthor, qu'est ce qu'il fabrique ?"

Zauriel était aux côtés de Flash et observait les agissements de Luthor. A ses côtés se trouvait une créature que Zauriel ne connaissait pas. Il avait l'air d'un Superman passé dans une machine à laver, si il avait la même force que l'homme d'acier, l'ange devrait alors faire très attention.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 15/02/2015
Messages : 454
Localisations : ...
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  386562Rien
This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  386562Rien
MessagePosté le: Sam 9 Mai 2015 - 17:36
Cassandra était dans une situation particulièrement pathétique. Désarticulée et pitoyable, elle baignait dans son sang ; elle le toussait, même. Cela ne faisait que lui pendre au nez, dirons certains. Vouloir être un héros en toutes circonstances, s'autoriser moins de recours encore que son père adoptif. Il arrivait un temps où l'on ne pouvait s'attendre à pouvoir vaincre, toujours. L'inconsciente Trinité avait ses prérogatives, l'Amazone pour les menaces surnaturelles, le Kryptonien pour les extraterrestres, et le Détective pour les menaces plus terre-à-terre. Chacun avait ses priorités, et chacun savait dans quoi il excellait. Tous étaient interchangeables, dans une certaine mesure, mais cela demandait du temps, de la préparation. Cassandra, l'ancienne Batgirl, n'avait eu ni l'un, ni l'autre. Elle avait du aviser, sur les lieux, faire avec ce qu'elle pouvait bien avoir sous la main.

Cela aurait pu se dérouler calmement. Simplement.

Cassandra avait garé sa moto - Sa Ducati Streetfighter S - non loin du Daily Planet. Elle était sortie, avait posé son casque et avancé avec un sweat à capuche et un pantalon de treillis. Elle était d'une discrétion exemplaire, au demeurant : ses cheveux de jai étaient longs, dénoués et tombant en mèches lisses comme une espèce de fantôme tout droit sorti de l'imaginaire de l'épouvante sud-coréen. Son air était le même, on aurait pu la croire sortie du plateau d'un film d'horreur, encore pleinement enfoncée dans le jeu d'une quelconque créature patibulaire au regard d'une terrifiante neutralité. Son haut ne faisait pas grand chose pour la cacher : il était, gris et noir, à l'effigie des Gotham Knights, et son dos portait le numéro 3, nommé, aussi que celui paraisse, "Cain".

N'aurait-elle pas été asiatique, et une femme, on aurait pu croire qu'elle se serait lancé dans sa propre vendetta religieuse contre le journal, surtout si l'on regardait le sac particulièrement chargé qu'elle portait en bandoulière, ou sa ceinture et ses multiples poches aux hanches qui devaient certainement avoir une origine aussi militaire que son pantalon renforcé aux genoux et couvert de motifs pixelisés noirs et gris.

Elle demanda Clark Kent, puis Loïs Lane. Aucun des deux ne faisait acte de présence aujourd'hui, et elle se retrouva, l'espace de quelques secondes, bien embêté. Ce fut avant qu'un engageant jeune homme ne se présente de lui-même. Jimmy Olsen. Il disait bien connaître Clark Kent. Cassandra se présenta, ils discutèrent. Elle cherchait Conner Kent, et n'avait pas réussi à le retrouver. L'appétit aidant, Jimmy l'invita à déjeuner dans un Diner voisin - qui célébrait le cocasse anniversaire des deux mois de son braquage par un sosie de Power Girl ... -. Cassandra, ne tenant plus, dévoila tout, dans la limite de ce qu'elle pouvait dévoiler à un inconnu, fut-il au courant de l'identité de Superman. Elle se présenta comme Gothamite, et avoua qu'elle allait partir pour un long voyage sans même savoir si elle allait revenir, et qu'elle voulait revoir Conner, avant celui-ci. Elle ne savait pas elle-même quelle était ses sentiments à son égard. Elle avoua l'avoir embrassé, une fois. Elle était d'une égalité de ton et d'humeur prodigieuse, se refusant à se laisser aller aux larmes. Il ne semblait pas savoir comment la prendre, mais resta d'une gentillesse tout aussi prodigieuse, prodiguant son cru de conseils en tout genre - pas toujours judicieux, mais toujours bienveillants -. Tout dans sa personne trahissait sa bonté, et pas le moindre de ses gestes ou de ses traits d'humour pouvait passer pour malveillant, pas même intéressé. Elle parvenait à comprendre un peu de la psyché de Superman, et ses choix, en cet instant.
Cassandra savait très bien comment le contenter, et se laissa aller à échapper un sourire pour qu'il se sente lui-même en confiance, lui qui n'avait apparemment pas l'habitude d'être confronté au caractère tout particulièrement réservé des gens de Gotham - ou des Wayne, au demeurant -

Il paya pour eux deux, et l'invita à revenir au Daily Planet, pour attendre le retour de Clark ou de Lois, puisque lui-même n'était pas en mesure de la renseigner outre mesure sur ce que pouvait devenir Conner en dehors de vagues informations.

Ils rentrèrent, burent un café, discutèrent - il déblatéra, surtout - photographie, lui dévoilant les arcanes de son métier et du lien entre l'angle de la prise et la focale de l'appareil, et puis l'action arriva, l'impensable. Les fenêtres volèrent en éclats, des individus en armure de la Police de Luthor se présentèrent, et commencèrent à se livrer à un carnage en règle.
N'écoutant que son courage, Jimmy Olsen s'interposa entre l'un d'eux et Cassandra.

Il ne s'attendait pas à ce que la taciturne jeune asiatique qui peinait à faire des phrases de plus de quelques mots le pousse violemment contre son bureau et assène un espèce de violent coup électrique dans le masque de l'armure. Elle avait hurlé "A terre !", certes, mais entre un simple avertissement et la voir coucher d'un coup une armure de la Police de Luthor, il y avait un sacré fossé.

" Tu ... m'as rencontré ... à un moment bizarre de ma vie. " avoua-t-elle, en le tirant debout avec une force insoupçonnée. Elle décrocha hâtivement ses gants - et ce qui lui couvrait l'avant-bras -, constatant que son bras d'arme était en feu.

Le fait était que ce qu'elle avait gardé comme équipement de Batgirl, ces gants, n'étaient pas conçus pour percer le bouclier d'une armure de Luthor. Ils avaient plutôt peu appréciés l'expérience.
C'était efficace, cela dit. A usage unique, mais efficace.

Elle ouvrit ensuite son sac, enleva les vêtements du dessus, et dévoila un arsenal qui aurait fait pleurer n'importe quel aspirant vigilante. Une arbalète au poing, elle se fraya un chemin avec des carreaux spécialisés, jusqu'à l'ascenseur.
Et puis celui-ci s'ouvrit, sur une copie malvenue de l'Homme d'Acier.

Luthor avait sûrement dû voir que ses hommes avaient des problèmes à s'occuper de la reprographie, et avait un sacré sens de la mise en scène. Envoyer un Kryptonien en ascenseur. Cassandra, sans mauvais jeu de mot, riait jaune, intérieurement. Une main sur le dos de Jimmy qu'elle forçait à se coucher - à la manière d'un garde du corps emmenant son protégé à l'abri -, son arbalète de poing dans l'autre, elle s'était stoppé net. Le Bizarro était béat, d'une niaiserie aussi énervante qu'inquiétante :

" Bizarro détester ascenseurs ! Bizarro trouver ça beaucoup trop vite ! C'est très pas rigolo ! "

Par réflexe, Cassandra lâcha l'arbalète pour dégainer un morceau de kryptonite de sa ceinture.

" Luthor dire à Bizarro que vous êtes très gentils ! Bizarro trouver vous très gentils aussi ! Caillou vert très pratique avec Bizarro ! Bizarro super content ! Bizarro pense que la fille avec les grands yeux de dessin animé gagner une récompense ! "

L'instant d'après, avant même qu'elle ne puisse s'en rendre compte, la douleur se répandit dans toute la personne de Cassandra : elle n'avait même pas eu le temps de réagir, et elle volait par la fenêtre.
Son dernier réflexe, avant de percuter le sol, fut de serrer Jimmy contre elle.

A posteriori, on aurait pu être partagé entre la volonté de le protéger, et la fureur du désespoir. La fureur de celle qui mourrait très, très connement.

Au sol, donc, elle n'était plus rien. Elle ne sentait plus rien. Jimmy lui-même était mal en point, mais il tenait encore debout. Cassandra, elle, était désarticulée comme un pantin. Elle avait mal, mais cela ne la dérangeait pas. Ce qui la dérangeait, c'était de ne plus rien sentir. Comme si on avait débranché tout les périphériques d'un ordinateur.

" Ca va ? " paniqua le photographe, " Ca va ? Bouge ! Fais quelque chose ! "

" Je ... sens ... que mes lèvres. " souffla-t-elle.

" Oh là ! Oh là ! Merde ! Chié ! Bouge pas ! Je ... J'appelle ... " Il se porta sur sa montre, brisée dans l'impact, " Merde ! Merde ! Elle est cassée ! Qu'est-ce que ... Qu'est-ce que ? "

Cassandra était déjà lasse de la situation. Elle n'avait plus qu'un ultime recours, et à ce stade, elle préférait même envisager la mort.
C'était quelque chose qu'elle devait mériter. Elle ne mourrait pas aussi stupidement. Elle ne pouvait pas.

" Ma ceinture ... Seringue ... Vert ... "

Sa voix n'était qu'un souffle guidant les mains hasardeuses d'un reporter paniqué.

" Je l'ai ! Je l'ai ! Je ... Je fais quoi avec ? "

" Ma nuque ... Injecte-le dans ma nuque ... "

" Je ... Ouais ! Ouais ! Bouge pas !.. Je veux dire ... Non ... Désolé ... Mais ... "

La voix de Jimmy se fit plus paniquée qu'elle ne l'était encore ...

" Hey ... Je reconnais ... C'est ... C'est du Venin !.. J'ai fait un reportage dessus !.. Ça ... Ça ... "

Elle laissa échapper un soupir que l'on aurait pu presque reconnaître, avec une patiente analyse, comme un rire sarcastique.

" Pas du Venin ... Pire ... Injecte-le ... "

Elle le sentit hésiter, mais elle sentit finalement l'aiguille venir trifouiller dans sa moelle épinière, pour y délivrer sa macabre cargaison, et ses yeux de virer à un vert d'une pureté inquiétante ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 12 Mai 2015 - 21:37
Quand l’appelle de Flash, troisième du nom, résonna dans l’esprit de Kent, Il redescendit de sa lévitation pour arrêter sa méditation. Il semblait essoufflé alors qu’il n’avait rien fait depuis trois heures. Ça n’était pas tant la méditation qui l’avait fatigué, mais les visions qu’il eut lors de ses exercices spirituels. Il savait maintenant que ses heures lui étaient comptés, que son temps était révolu. Il se doutait bien qu’il ne survivrait pas à une autre crise comme celle de l’OMAC ou il avait gaspillé beaucoup d’énergie. A cet effet, afin d’être prêt lors de son grand final, il s’entrainait physiquement et spirituellement de manière très poussée. Tant qu’à livrer une dernière bataille, autant qu’elle soit épique. Au diable les principes pacifistes. Cette fois, c’est du sérieux.
Kent enfila le casque, une dernière fois. Il quitta sa tour pour aller à Métropolis le plus vite possible. Il ne faisait plus attention à rien sur ce qu’il croisait en chemin, contrairement à d’habitude où il prenait garde à ne pas foncer dans un oiseau. Non, là, il était pensif. Il se demandait jusqu’où il serait prêt à aller cette fois. Comme pour la guerre contre OMAC, Fate n’avait aucune idée de comment on avait pu en arriver là. Comme pour OMAC aussi, il savait que son seul but était de protéger, sauver et restaurer l’ordre. L’ordre. Ça l’aura hanté tout le temps. Comme une malédiction. Seulement, maintenant, il avait un autre objectif en plus de tous les autres : détruire. C’était sa dernière dance avec le Chaos.
- Ça m’aura plu !
- Ça c’est sûr ! répondit Nabu.
Sous son casque, Kent esquissa un léger sourire.
Lorsqu’il aperçut le bout du Daily Planet en feu, Il amorça son atterrissage brutal aux pieds de la tour. Quand il leva la tête, il vit Cassandra Cain à terre, une seringue plantée dans la nuque par Jimmy Olsen. Il tourna la tête vers l’autre côté pour voir, au pied de la tour, Flash et Zauriel. Il s’approcha d’eux pour avoir une idée de la situation :
- Messieurs, je vous salue et vous remercie de m’avoir attendu. Comment ça se passe ? Quelqu’un a un plan ? Combien-sont-ils ? Et est-ce que les renforts arrivent ?
Au moment où on s’apprêtait à lui répondre pour la première question, Quelques soldats de la police de Luthor sortirent du Daily Planet accompagnés de Bizzaro, apparemment très joyeux (ou énervé selon les interprétations) Quand les héros se mirent en posture pour accueillir leurs assaillants, Kent lâcha un :
- Pour les renforts, on fera sans pour le moment !  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 13 Mai 2015 - 11:56
Luthor et sa police étaient rentrés dans le bâtiment. Zauriel était à présent devant la tour quand soudain une jeune femme et un homme vole à travers une fenêtre d'un des bureau du Daily. La jeune femme demande à l'homme de lui injecter une substance qui se trouve dans une seringue, l'ange ne réfléchi pas à ce que ça pouvait être mais s'adresse au jeune homme dont il ignorait le nom.

"Eh toi, mets-toi à l'abris et emmène la jeune femme avec toi."

Il ignorait encore que la jeune femme allait être une allié redoutable contre la police de luthor. Au même moment, Dr Fate entame une descente vers eux pour leur parler. Zauriel répond aux questions du Dr Fate.

"Justement, je demandais à Flash ..."

Zauriel n'eu pas le temps de finir de répondre que quelques soldats de la police de Luthor sortirent du Daily accompagnés par une sorte de Superman arrêté. La chose qui se prénomme Bizarro prononce quelque chose.

"Luthor dire à Bizarro que vous êtes méchant. Luthor dire tuer vous. Moi Bizarro faire ce que dire Luthor."

"Je m'occupe des soldats, essayez de maîtriser ce Bizarro. Si il a les mêmes pouvoirs que Superman, je ne suis pas en mesure de l'arrêter."

Zauriel sort son épée de feu et s'envole en direction des soldats qui commencent déjà à tirer, les balles ricochent sur l'amure de l'ange. Arrivé à leur hauteur, Zauriel envoie balader d'un coup d'épée un soldat dans le mur d'un bâtiment alentour. La bataille faisait rage dans Metropolis. Au fur et à mesure que Zauriel mettait à terre la police de Luthor, d'autres arrivaient du bâtiment, ils étaient plus nombreux que ce que croyait le groupe et toujours aucun signe de leur chef... Que cherchait t'il dans ce bâtiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 13 Mai 2015 - 12:14

Voilà enfin le jour tant attendu… Luthor montrait son vrai visage. Les flots remontaient en de lourdes écumes, les vagues brisées contre les rochers au pied du phare, Arthur tenait le trident d'or en main, le visage fixé vers l'horizon. Loin, très loin d'ici, Atlantis était protégé par Mera et l'armée Atlantéenne. Rien n'y personne n'arriverait à traverser ce mur de puissance brute et de volonté de fer. Si Luthor tentait quoique ce soit dans les océans… Il serait repoussé sans vergogne. Quand à ses soldats… Ils iraient nourrirent les requins et la faune aquatique qui y vivait. Toutefois, le cœur d'Arthur était serré, les paroles de Barda furent brèves et pourtant pleines de sens. Il avait décidé de marcher sur le symbole qui faisait de Clark une égérie. Le Daily Planet allait être écrasé, bafoué par sa marche cruelle. Mais il n'était pas seul dans ce cas, Bizarro, le tueur né marchait lui aussi à ses côtés.

- Ne t'inquiète pas Mera, je reviendrais.

Détournant le regard des flots, il pu presque sentir les bras de sa bien-aimée l'enserrer contre elle. Recouvrant son corps et remplissant son cœur d'amour. Aquaman, le Roi des Océans allait devoir une nouvelle fois démontrer au monde qu'il n'était pas qu'un simple faire-valoir auprès de la League de Justice. Sa vitesse ne course et de saut était loin d'être égale à celle de Flash, mais il savait très bien le temps qu'il lui faudrait pour rejoindre Metropolis. Avant même que Luthor n'arrive à marcher sur le Daily Planet, Arthur l'aurait arrêté. Par la force s'il le fallait.

La froideur du vent qui lui frappait le visage ne le ralentissait aucunement, plus il avançait, plus une idée lui venait en tête. La priorité du moment était d'arrêter Bizarro. Certes, la police de Luthor possédait des armures high-tech et des armes de pointes, mais le géant avait une force hors du commun… De plus, le fait qu'il ne soit pas des plus évolués psychologiquement n'aidait en rien à un affrontement avec pareil adversaire. Tandis que Arthur réfléchissait à la meilleure manière d'agir, il se retrouva assez rapidement à Metropolis. Posant le pied sur un des plus hauts gratte-ciels de la citée, il darda son regard sur la scène qui se déroulait alors sous ses pieds.

Partout le monde tremblait, les habitants se terraient chez eux de peur. La police marchait dans la direction du journal. Plusieurs équipes étaient déjà en place, et d'autres les rejoignaient encore en formations serrées. Leur nombre ne faisait qu'augmenter plus les minutes passaient. Des fois montèrent aux oreilles d'Arthur. Ses sens bien plus développés que les humains normaux, lui permirent de savoir d'où elles provenaient. Voilà une équipe bien atypique… Un ange, un Speedster, un magicien, une femme, et… Un civil ? Que pouvait bien faire un simple civil là au milieu ? Sautant en contrebas, Arthur répondit à celui qui n'était autre que le Dr. Fate. Un magicien qu'il n'appréciait guère… Comme tous ceux de sa race, ils n'étaient pas habituellement le genre de personnes dignes de confiance…


- On fonce dans le tas. Juste une chose, pas de massacre. Ces policiers ne sont pas maîtres de leurs actes…

Pointant son trident vers l'avant, Arthur s'adressa à Flash.

- Je connais mieux Barry que toi… Malgré tout, si l'idée de faire la même chose qu'à Keystone City te tente, mon trident sera le tiens.

Un petit sourire amusé traversa le visage du Roi des Océans. Il était temps pour eux de mettre fin aux exactions de Luthor, il avait profité bien trop longtemps de sa place, et bien trop de personnes en avaient payé de leur vie… Maintenant cela allait changer. Grâce à eux tous, Luthor allait plier l'échine. Une bonne fois pour toute. Puis ce fut le chaos… Bizarro s'approcha…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 13 Mai 2015 - 23:25
Luthor regardait le Daily Planet. Symbole de la liberté de presse, de pensée et surtout allier inconditionnel de superman. Superman... pffff il n'était même pas humain, superalien plutôt. Ces journalistes de pacotilles avaient trop longtemps traité Luthor comme le vilain de l'histoire, il était temps de remettre les pendules à l'heure et de donner au monde la vraie version de l'histoire. Était-il un tyran ou un héros, les historiens en décideront, lui, savait qu'il faisait se qui devait être fait.

Bizarro, va jouer.

Bizarro se lança dans le combat. Luthor le perdit rapidement de vue. Sa police entra dans le bâtiment, lui également. Il activa son armure et ressortit immédiatement voyant que ses soldats attaquaient déjà les fondations. Il commanda la moitié de trouver Bizarro et de l'aider contre les héros, qu'il s'avait sur place. Lui, il activa, s'agrippa au mur et entrepris l'escalade. Comme un lion chargeant son armure s'agrippait la façade. Il courait littéralement à quatre pattes sur la façade du bâtiment. À sa suite ses policiers qui ne manquait pas une occasion de lancer quelques rayons sur les civils qu'ils croisaient dans leurs viseurs... Luthor voulait faire un exemple de ce bâtiment et de ses occupants. Une fois sur le toit Luthor pointa la terre Daily Planet et tira à sa base à trois répétitions. Le globe se détacha de son socle. Avec un combustible de fabrication lexcorps, il y mit le feu. La boule de métal en feu reçu une poussée de deux soldats de Luthor qui prirent feux en le faisant. Elle se mit à rouler sur le toit arrachant de ce fait une partie du ciment qui servait de toiture. Puis arriver au bord de la corniche du bâtiment. Luthor pointa son canon une dernière fois.

This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]  Lex
Que les fausses idoles... brûlent.

Son canon décocha une dernière fois. Recevant la dernière poussée nécessaire pour démolir la corniche le globe prit son élan vers la terre. Le globe était énorme, il était en feu. Telle une météorite il allait s'écraser à quelques mètres de la tour aider par la gravité et sa force d'attraction qui accélérait la chute de l'immense boule de feu. 110 mètres du toit jusqu'au sol, mais le globe ayant été projeté avec l'aide du canon Luthor, sa descente était plus oblique et on pouvait calculer la force de pousser... en d'autre terme... les dégâts serait énorme. Lex Luthor plus habitué aux frappes chirurgicales avait décidé de sortir les gros canons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 16 Mai 2015 - 10:40
Pendant Que Fate et les autres tentaient de tenir la police de Luthor ainsi que Bizarro en se l’envoyant de droite à gauche chacun son tour pour mieux l’affaiblir et ne pas lui laisser le temps de s’adapter à style de l’un ou de l’autre, Lex avait détruit les piliers du globe de Daily Planet, qui fonçait droit sur le sol. Par réflexe Fate attrapa un robot qu’il jeta sur un autre qui se ruait sur lui, puis une fois les mains libres, il plongea vers le globe pour le rattraper avant qu’il ne tombe, seulement il tombait trop vite et Kent oubliait presque qu’il n’avait pas la force de superman, même qu’il devait tout faire pour arrêter la boule tombante. Il décida alors de se stopper dans son élan pour se calmer d’une part, et d’autre part pour jouer avec ses règles. Il ne voulait pas voir des innocents mourir, mais ce qu’il ne désirait surtout pas, c’était être le jouet d’un chauve riche et démoniaque avec comme seul arme son compte en banque, et ses actions. Il engloba donc la Terre du Daily dans une sphère jaune luisante qui l’arrêta dans sa chute, pour la déposer gentiment. Quand ce fut fait, il eut à peine le temps de soupirer que Bizarro lui fonçait dessus l’envoyant valsé dans trois immeubles. Bizarro s’attendait à un retour en force, comme l’aurait fait Superman. Kent en avait assez de Superman. Il avait juste envie de se défouler. Après tout avec un type qui encaisse bien, Pourquoi se retenir ? Alors l’anti-Superman attendit, quand il entendu derrière lui :
- Coucou petit.
Fate l’attrapa au cou. Alors que Bizarro tenta d’en faire de même, Fate lança un rayon bleuté qui alla traverser la tête de Bizarro et lui grilla légèrement le peu de neurones qu’il avait, puis il le laissa tomber. Ça ne durerait pas longtemps, mais juste assez pour que Kent étudie la situation : On avait de plus en plus de robots sur le dos, Luthor en haut de la tour qui contemplait la scène, et Bizarro à Terre pour 5 minutes encore. En essayant de se concentrer, Kent était dérangé, il entendait la voix de Nabu sans comprendre ce qu’il disait. Il sentait sa voix comme un bourdonnement. Il devait y avoir trop de bruit pour lui par ici. Kent enleva alors son casque pour cesser le bourdonnement affreux qui persistait dans sa tête. Il restait. Sans le casque, le seul lien entre lui et Nabu persistait sans le casque. Cela signait le début de la fin. Définitivement. Le bourdonnement ressemblait à une radio qui crachait, avec des bribes de phrases compréhensibles. Puis il entendit l’appel de Nabu :
- Kent Nelson. J’ai besoin… successeur… il faut… que tu… trouve… quelqu’un…
- Qui ? demanda Kent qui cherchait à se concentrer malgré son mal de crâne.
- … te dirais… en route…
Il tenta de se reprendre, puis répondit :
- OK, mais les autres ?
- Ils… devront tenir…
- D’accord, dit-il d’un air grave.
Alors Fate remit son casque, s’envola aux côtés de ses camarades toujours en l’air :
- J’ai une course importante à régler. Il va falloir que vous teniez jusqu’à mon retour, ou finissez-en si vous en avez l’occasion. Il faut que je me trouve un successeur.
Puis il partit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 18 Mai 2015 - 12:13
Tout c'était enchaîné rapidement, après l'appel de Wally, les héros arrivèrent en force, comme si tous s'étaient préparés à cette éventualité. Cassandra Cain était passé aussi à l'action mais avait été rpsié à part par les forces de Luthor, et avait prit un sacré coup. Un individu semblait lui avoir injecté une espèce de substance qui allait donc poser problème. Les autres rapppliquaient assez rapidement, L'ange Zauriel était arrivé, et demanda le plan d'action à Wally, ainsi que Dr Fate, qui s'ajouta au groupe. Ils posaient tous la même question : qu'est-ce qu'on fais ? Après tout, Luthor était le président, se lever contre lui ne signifiait pas se soulever contre la Nation elle même ? Aquaman finit par arriver et déclara qu'il fallait foncer dans le tas, en évitant les victimes civiles. Wally se leva et fit craquer ses poings :

- Je ne compte pas faire de victimes civiles. Mais ça fait des mois que je rêve de cet instant, enfin, il révèle son double jeu ...

Wally commença à courir vers la zone de bataille, où Dr Fate était aux prises avec Bizzaro, le clone raté de Superman. Il fonça à travers les rangs de la police Métahumaine, frappant dans la tête à l'une des armures, qui était dans un alliage plus dur que ce que Wally pouvait penser. Se faisant mal à la main, et fissurant juste le hublo, il fallait donc trouver une solution.

Il vit alors Dr Fate frapper Bizzaro à la tête, et le laissa tomber, et eu une réaction étrange, il rentra dans une espèce de transe, et déclara à la troupe :


- J’ai une course importante à régler. Il va falloir que vous teniez jusqu’à mon retour, ou finissez-en si vous en avez l’occasion. Il faut que je me trouve un successeur.

Il laissa Wally incrédule, qui ne comprit aucunement la situation :

* Il nous abandonne déjà ? *

Wally ne comprenait rien à la magie, cette histoire de successeur non plus par ailleurs, mais il passa rapidement à autre chose, car il fallait bien se battre à présent. Surtout que Bizzaro se releva, furieux :

- Bizzaro pas aimer avoir mal ! Toi, bonhomme rouge, va avoir mal !

- Oh oh !


Usant de sa super-vitesse, le monstre blanc fonça sur Wally, et lui décocha un direct qui envoya Wally quelques mètres plus loin, et le sonna légèrement. Il se releva, et déjà, autour de lui, des membres de la super-police de Luthor se rassemblaient, haranguant leur discours patriotique :

- Au nom du gouvernement des Etats-Unis ....

Wally ne leur donna pas le temps de s'exprimer et fonça, tournant rapidement autour d'eux, et arrachant quelques fils qui connectaient le casque au reste de l'armure. Cela les handicaperaient sûrement, voir même, rendra leurs armures non fonctionnelles. Les trois policiers à terre, Wally souffla un instant, avant d'observer Luthor au loin. Il vit avec horreur la destruction de la corniche, et l'effondrement du Globe du Daily Planet. Ne sachant pas s'il serait capable de le soulever, Wally fonça, tout en appelant Zauriel et Aquaman à la rescousse. Il arriva sous le globe, avant qu'il tombe, et secoua ses bras à une vitesse super-sonique, afin de créer un courant ascendant, qui n'arrêterait pas la chute du globe, mais qui le ralentiraient suffisamment pour permettre à ces amis de lui apporter son aide ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 19 Mai 2015 - 21:10
Zauriel était toujours entrain de combattre la police de Luthor quand, sans prévenir, Bizarro s'en prend à Dr Fate. Celui-ci avait finalement prend le dessus sur le monstre, puis après quelques minutes, Fate part de la zone de bataille avec comme seul indication, qu'il devait trouver quelqu'un. Luthor avait détaché le Globe du Daily Planet pour le faire basculer dans le vide afin de faire un maximum de blessés car des civils se trouvaient encore près du Daily. La plupart étant des journalistes, l'ange laissa tomber ce qu'il était entrain de faire pour aller aider Wally qui était déjà entrain de retenir, comme il pouvait, le globe. En se dirigeant vers le globe, Zauriel hurle sur les gens présents en dessous.

"VITE ! Reculez ! Le globe va tomber"

"Flash, je ne pourrai pas l'arrêter à moi tout seul ! Continu ce que tu fais... Aquaman, j'ai besoin de toi, je vais détruire une bouche d'incendie. Essaye de manipuler l'eau afin de ralentir le globe."

L'ange vole à tout allure vers la bouche d'incendie la plus proche, il se pose au sol et donne un grand coup d'épée dans cette bouche qui explose dans un vacarme presque assourdissant. De l'eau jaillit, l'ange reprend la voie des airq pour arriver au niveau du globe, il se met en dessus de celui-ci et avec la force des bras, essaye de ralentir sa chute. Flash était toujours entrain de secouer ses bras, il ne manquait plus que l'intervention d'Aquaman.

"A toi Aquaman !"

La police de Luthor était en stand bye depuis que Wally avait déactivé leurs armures, certains essayaient de les réparer pendant que les héros essayaient d'arrêter ce globe de malheur. Quand on avait vraiment besoin de Superman, il n’était pas là et les héros avaient vraiment besoin de lui.
Fallait-il encore vaincre Luthor pour que le calme revienne à nouveau ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 20 Mai 2015 - 14:21

Enfin un peu d'action ! Même si le Flash aux côtés duquel Arthur allait combattre l'avait totalement snobé quand à sa proposition il n'en restait pas moins un allié de taille autant que de choix. La police de Luthor avait fait ses preuves et elle n'en restait moins une des plus puissante force de frappe actuelle. Qui plus est avec Bizarro dans les parages et Luthor à leur tête, ces soldats n'avaient rien à perdre. Somme toute qu'ils n'étaient très certainement pas plus conscient de ce qui leur arrivait que du fait même qu'ils s'en prenaient au Daily Planet. Et ce fut le chaos le plus complet. Les coups se mirent à pleuvoir de part et d'autre des combattants. Les uns utilisant des armes létales, les autres que leurs forces et leurs capacités uniques.

En quelques minutes Arthur comprit que leur cible principale n'était pas la police, mais bel et bien Luthor. Effectivement, il ne fallait pas être doté d'une intelligence hors du commun pour se rendre compte de cela, mais ce dernier devait utiliser d'une manière ou d'une autre son armure pour diriger ses forces de combat sur le champ de bataille. A part lui, aucun ne possédait d'armée sous ses ordres. Le peuple Atlante avait de cela qu'ils obéissaient à leur Roi sans sourciller. Tel le chef d'armée qu'il était, Arthur se mit à réfléchir alors que son poing s'enfonçait dans la visière d'un des casques de la police. La vitre éclata et le policier s'écroula alors sur le sol.

A ses côtés, Fate étala Bizarro en quelques secondes à peine. Juste le temps pour lui de… De fuir ? Mais pour qui se prenait-il au juste ? Il abandonnait sommairement la bataille alors qu'elle faisait rage en plein cœur de Metropolis ? Que lui prenait-il de partir ainsi sans ajouter quoique ce soit ? Rageant contre ce magicien inutile, Aquaman trancha les tubes qui partaient du dos de l'armure du policier qui lui faisait face et qui rejoignait son casque. Tombant à genoux l'homme sembla perdre connaissance. Il ne voulait pas tuer inutilement, il ne le pouvait pas. Dans d'autres circonstances, d'autres adversaires… Mais une fois lui avait suffit… Il avait prit la vie et le regrettait encore aujourd'hui.

Se relevant sans mal, Bizarro se mit en marche et envoya le Flash voler à bonne distance. S'interposant devant le Superman dégénéré, le Roi des Océans pointa son trident vers le ciel. Un sourire amusé sur le visage, Arthur arborait la prestance de celui qu'il était, et tout en offrant un clin d'œil à Bizarro lui envoya à son tour son poing dans le plexus. La force de l'Atlantéen n'avait rien à envier à ce géant albinos. Son cerveau alors soudain à fonctionner de plus en plus vite. Il était un guerrier, mais comme tous les autres, il n'oubliait pas sa mission. Lorsque Luthor offrit au monde l'image de la déchéance de ce dernier rempart contre sa volonté, Aquaman eu une idée tout aussi folle que possible.

Le Flash s'était mit à ralentir la chute de la sphère, Zauriel en avait profité pour mettre en place un plan qui avait une faille, et pas des moindres… Arthur n'était pas Mera ! Sa bien-aimée venait de Xébel et possédait le don d'hydrokinésie… Pas lui. Mais l'eau pouvait peut-être éteindre les flammes, mais elle n'aurait pas arrêté définitivement la chute de la sphère. Se tournant vers Bizarro, le Roi des Océans se mit à lui parler.


- Dis donc, il serait peut-être temps de jeter un froid mon gros ! Je suis sûr et certain que tu crèves d'envie de me transformer en surgelé !

Poussant un rugissement plus animal qu'humain, si tant est que Bizarro puisse encore être comparé à un humain, le Superman Blanc lança un regard glacial dans la direction d'Arthur. D'un bond gigantesque, il attrapa la sphère enflammée et plongea vers la borne à incendie qui déversait un geyser d'eau. A peine eut-il passé le liquide translucide que la sphère fut prise dans la glace. Le regard de Bizzaro aidant l'eau à passer d'un stade à l'autre en quelques secondes à peine. La chute du symbole du Daily Planet venait d'être arrêtée, mais ils avaient encore fort à faire. Leurs deux principaux adversaires n'allaient très certainement pas abandonner en si bon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 21 Mai 2015 - 14:39
Kent arriva encore une fois sur le sol de Metropolis. Encore une fois, il observa l’horreur que Luthor avait imposé, en se jurant de mettre les moyens nécessaires pour l’arrêter. Il se remit de ses émotions plus vite que la première fois qu’il vu ce spectacle, et rejoignit ses camarades en détruisant quelques robots  au passage. Conscient que sa disparition soudaine avait causé une certaine confusion au sein du groupe de héros, il ne chercha pas d’excuse et demanda pardon :
- Veillez m’excuser, je suis désolé de vous avoir lâché.
Il détruisit un robot puis continua :
- Je pense que nous devrions faire descendre Luthor. Pour l’affronter directement. Cela dit nous devons impérativement arrêter Bizarro une bonne fois pour toute. La police de Luthor ne nous causera pas de problème. Le tout sera d’affronter Lex à tour de rôle tandis que les autres le couvrent, en changeant régulièrement et fréquemment d’adversaire. Ce plan vous convient-il ?
Comme personne ne répondait, il continua :
- Je me porte volontaire pour détruire les fondations du Daily Planet quand le lieu sera sécurisé avec un maximum d’ennemis dessous, y compris Bizarro. Il n’en mourra peut-être pas, mais il aura mal. Et il sera sous tout le bâtiment. Ensuite Quand Lex atterrira, vous le cueillerez. C’est bon ?
Ils ne semblaient pas d’humeurs à être guidés par un lâcheur. Pourtant, Kent avait eu ses raisons. Mais il savait, et était le premier à penser qu’on ne juge pas quelqu’un par ses intentions où par son ressenti après un acte, même si cela fait partie intégrante de la notion de « Karma » dans les religions orientales, cependant ici, en tant que super héros, aux yeux du monde, seuls les actes comptes. Aux yeux du monde, Kent était partit. Il baissa la tête, puis la releva, avec la verve des guerriers des tribus indiennes, et parla à ses camarades :
« Je sais ce que vous pensez de moi. Je sais aussi que vous avez peur, au plus profond de vous. Vous aurez beau essayer de le cacher, jamais vous ne pourrez l’enfouir. Mais ça n’est pas de Luthor dont nous avons peur. Nous avons peur de nous-même. On vit avec ses démons. Et ça, je ne l’ai appris que trop tard. Jamais nous ne pourrons faire retour en arrière, faire table rase de nos erreurs. Alors assumons les, vivons avec, et tant pis s’il faudra en payer le prix un jour. Mais la pire erreur que nous puissions faire un jour, ça n’est pas de tuer, d’usurper, de trahir, de mentir. La pire erreur que nous commettrions, la pire chose que nous puissions faire, c’est de regarder tous ces gens qui croient en nous, les yeux baignés de larmes et de tomber les masques parce que nous ne sommes pas en mesure d’affronter la menace. Car même si ce jour venait à se présenter, jamais nous ne baisserons les bras. Jamais nous n’avouerons notre incapacité à affronter le danger, car c’est cela être un héros : être hors du commun, pouvoir affronter n’importe quel menace, surmonter les épreuves, faire face. Jamais je ne me suis sentit capable de porter un masque aussi lourd. En tant que héros, nous avons de responsabilités, des devoirs. Et la plus grande de ces responsabilités et de sacrifier sa vie pour le monde, sans qu’il connaisse votre nom. Mais cela nous est égal, car nous incarnons des idéaux, et un idéal ne meurt jamais. Au contraire, il s’accroit grandit, et glorifie nos noms. Ils font de nous des légendes, des dieux. Et aujourd’hui, nous affrontons quelqu’un qui pense que nous sommes des hommes avant tout. Alors prouvez-lui qu’il a tort ! Et surtout, faites-lui sa fête !"

A ces mots, Fate alla au rez-de-chaussée prêt à recevoir le peuple qu’il attendait de pied ferme. Il était maintenant prêt à faire ce qui était nécessaire. Pendant ce temps, les héros se mirent en position. Fate, dans le rez-de-chaussée, respira un bon coup, se concentra, comme durant les méditations qu’il avait faite et attendit en flottant. Alors qu’il avait les yeux fermé, le temps s’allongeait. Il sentait les ennemis approcher, Bizarro qui hurlait. Il attendit le dernier moment pour ouvrir les yeux et déclencher une immense boule d’énergie qui englobait les trois premiers étages et les bords des rues voisines au bâtiment. Tandis que les civils étaient partis, la tour s’écroulait avec Luthor en haut. En bas les héros restant l’attendaient, et attendaient aussi leur allié, qui ne revint jamais. Kent avait laissé pour seul souvenir le casque de Nabu. Il se mit soudain à résonner et partit dans la direction où était partit Kent quelques minutes plus tôt.

spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 23 Mai 2015 - 14:59
La tour du Daily Planet se mit à trembler. Perry White sur le dessus de la tour venait juste d'arriver. Il était venu raisonner Luthor, mais la vie en avait choisi autrement. Dans un mouvement complètement déconnecté du rôle héroïque, Dr. Fate venait de détruire le symbole du Daily Planet et surtout n'avait pas crue bon d'évacuer ni les civils et encore moins pris en compte la police Luthorienne qui était contrôlée par Luthor. Lex n'avait jamais souhaité une telle hécatombe.

LUTHOR QU'AVEZ VOUS FAIT!

Perry je n'y suis pour rien...
La tour est encore pleine de civils sans compter les bâtiments autour, si la tour tombe, les dommages collatéraux seront énorme.

Ce n'était pas mon intention... CHANGEMENT DE PLAN!

Luthor appuya sur quelques boutons sur son bras mécanique. La police Luthorienne se mit alors à défoncer les fenêtres et a sortir les bras pleins de civils. Les hommes prisonniers des armures ne comprenaient plus ce qui se passait, mais au moins se sentait plus à leur place dans ce rôle que dans celui de destructeur.

Bizarro, le bâtiment ne va pas s'écrouler, il ne faut pas le retenir sinon tu ne seras pas un super-héros !
Bizarro, veut être un vilain!

Bizarro s'installa sous les fondations du bâtiment. Il utilisa de sa force pour soutenir ce qu'il pouvait. Évidemment l'explosion était beaucoup trop importante et le bâtiment craquait de toute part. Le temps que Bizarro donnerait aux hommes de Luthor permettrait de sauver le monde. Luthor ne comptait pas sur les héros, passer une explosion magique de ce genre nécessitait de pouvoir voler. Entre La pseudobatman, le coureur en rouge, l'homme poisson, il n'y avait que l'ange qui aurait pus aider, seul il n'y serait jamais arriver.

PERRY! VITE! AGRIPPEZ-VOUS À MOI.

Perry White hésita une seconde, mais la secousse fut trop grande, le toit commença, à s'écrouler. Il sauta et Lex l'agrippa. Mettant un pied devant l'autre cherchait les structures encore stables dans une course contre un terrain qui s'écroulait sous ses pieds. Luthor trouva la route du bord et sauta sur le bâtiment adjacent à grand renfort de petite fuse hydraulique. Il défonça la fenêtre de l'autre bâtiment et tomba avec Perry bien protégé entre les deux bras mécaniques. Certes des côtes furent cassées durant le mouvement, mais au moins il était en vie...

Puis dans l'écroulement du bâtiment on entendit une voix s'élever et une lumière bleutée jaillir de sous les décombres tombants.

BIZARRO VOUS DÉTESTE TOUS, MOURREZ EN PENSANT À BIZARRO
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 24 Mai 2015 - 2:28
HRP : A aucun moment on avait noté qu'on évacuait les civils, alors le MJ en a pris compte ... Merci encore à Barry pour l'idée que je vais développer ci-dessous =) Comme il a été dit dans le mp, ceci est mon post de conclusion, d'où le fait de mon action qui englobe beaucoup de choses, mais rien n'empêche les autres de faire de même Wink

RP : Wally n'avait pas tout compris. Tout s'était enchaîné, beaucoup trop rapidement, beaucoup trop dans la précipitation. Les gars de la police de Luthor, engoncés dans leurs armures, étaient peut-être des mauvais types, mais ils ne méritaient pas la mort. Fate était finalement revenu, mais avait agi trop rapidement, sans prendre toutes les variables en compte : les civils étaient encore présents sur les lieux. Dans son plan, le fait de se sacrifier n'était pas une bonne chose : il provoqua une explosion gigantesque, et détruisit plusieurs pans de bâtiments, qui menaçaient de s'effondrer.

Fate s'était placé au rez de chaussée du Daily Planet, et avait concentré son énergie, Wally eut à peine le temps de dire ses noms :


- Non attention ne fais pas ...

Il y eu une coupure de son, pure et simple, puis une seconde après arriva le chaos ...
Le souffle projeta Wally contre un mur. L'explosion rasa plusieurs étages du Daily Planet , avec sans aucun doute des civils encore à l'intérieur. Les hommes de Luthor, pour quelques uns se trouvaient au rez de chaussée et ont dû être vaporisés sous la puissance de l'explosion. Wally se releva péniblement, et vit avec horreur le bâtiment tanguer, avant de voir plusieurs morceaux du Planet se détacher, et tomber en direction du bâtiment voisin, un bureau lui aussi, qui était encore occupé. Wally regarda le décor apocalyptique qui commençait à se dessiner devant lui. Mais il devait trouver une solution et vite. Il réfléchit et une idée lui vint, une chose que Barry lui avait dit il y a bien longtemps mais qui avait éviter à Central City d'être victime d'un tsunami.

Il faut atteindre une vitesse absolument gigantesque. Une vitesse telle que les autres héros n'arriveront plus à suivre. Une vitesse capable de créer un courant ascendant, et qui permettrait aux débris de se casser sur la barrière de vent, et de permettre au bâtiment de s'effondrer sur lui même, et limitera le souffle de l'explosion. Il fallait effectuer des allers et retours à cette même vitesse, pour permettre de créer cette barrière de vent, et non pas tourner dans un seul sens, sinon, on risquerais la tornade à coup sûr, et cette dernière ravagerait Métropolis.

Les calculs fusaient dans la tête de Wally alors que ce dernier commençaient à courir sur la face des différents buildings qui se trouvaient autour du Daily Planet. Il commença à arriver de manière verticale, puis à la moitié du bâtiment Wally bifurqua de manière verticale, et fonça à toute vitesse, continuant ses calcules, allant de buildings en buildings en utilisant tout moyen qui pouvait l'aider à les rejoindre : bordures d'autoroutes en hauteur de Métropolis, passerelle entre plusieurs bâtiments. Tout en effectuant cette manoeuvre, Wally bifurquait de manière automatique pour pouvoir créer son mur et non sa tornade.

Il termina ses calculs, et fini par tomber sur un chiffre : 2 382,03 m / s soit 2,4 Km/s. Il avait trouvé sa vitesse à atteindre, il devait donc atteindre non pas Mach 1 ou 2 ... Mais Mach 7.

Wally continua alors de foncer, continuant à faire ses demis-tours. Il fit la même opération de plus en plus vite, alors que les morceaux se détachaient du bâtiment. Les premiers morceaux commençaient à dégringoler du Planet. Les hommes de Luthor continuaient à sortir, et les autres héros aidaient à évacuer. Wally continua à pousser encore et encore, il finit par pousser un hurlement de rage :

- YAAAAAAARRRGGGGGHHHHHHHHH

Hurlant à pleins poumons, la vitesse fut finalement atteinte. Le mur était à présent là, et Wally continua à courir pour le maintenir. Il sentit les débris se disloquer en frappant ce dernier, les gros morceaux tombant un à un se désintégrant face à ce mur gigantesque. Continuant à hurler, Wally continua sa course éffrenée, alors que le bâtiment commença à entamer la phase finale de sa destruction : l'effondrement sur lui-même. Mais Wally savait qu'il pouvait compter sur Zauriel et Aquaman pour évacuer les derniers survivants.

Le bâtiment s'effondra sur lui même, et l'onde de choc frappa le mur avec grande violence, ce dernier parvint à l'atténuer grandement, et Wally absorba le choc. Face à cela, Wally finit par être projeté dans les airs. Il regarda alors le ciel de Métropolis, et retomba vers le sol. Sa mission était accomplie. Il avait protégé les immeubles voisins, et c'était ce qui comptait le plus à ces yeux. Il prit donc le luxe de sombrer dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 24 Mai 2015 - 14:26
HRP : Voilà mon poste de conclusion

Le globe du Daily Planet s'était enfin arrêté dans sa chute grâce à leur travail d'équipe quand soudain Dr Fate est revenu et pris la décision de faire descendre Lex du haut du bâtiment en faisant s'écrouler celui-ci. C'était vraiment une décision très risquée surtout pour un seul homme, c'était quasiment du suicide. Zauriel n'eu pas le temps de dire quoi que ce soit qu'une explosion se fit sentir. Zauriel qui était tout près du bâtiment fut aussi projeté dans un mur à quelques mètres, il retombe violemment sur le sol mais grâce à son armure, le choc fut absorbé. Il se relève quand même avec quelques difficultés, Luthor et Bizarro avaient disparus. Le Daily commence à s’effondrer quand Wally eu l'idée de réduire les dégâts grâce à sa super vitesse. Zauriel s'envole de nouveau vers ce qu'il reste du bâtiment pour aider ses collègues à sortir des débris quelques soldats de Luthor ou encore quelques civils qui n'étaient pas sortis. Malheureusement Zauriel ne trouve aucune trace du Dr Fate, ce dernier était perdu parmi d’innombrable victimes comprenant des hommes de la police de Luthor...

Wally fut projeté dans les airs, il avait accompli sa mission qui consistait à éloigner les débris afin qu'ils ne touchent pas les bâtiments alentours qui se trouvaient encore remplis de gens. Zauriel ne s'en aperçoit pas tout de suite mais des civils qui étaient aux fenêtres d'autres bâtiments commençaient à crier qu'une tache rouge tombait du ciel. Zauriel regarde en l'air, il ne lui fallut pas longtemps pour comprend que ce qu'il voyait n'était nul autre que Wally. L'ange prend son envol et se dirige aussi vite que possible vers Flash pour l'attraper en vol.

"Je te tiens Flash"

Wally était maintenant dans les bras de l'ange, tel un tableau céleste, l'ange descend doucement sur le sol assez loin du Daily, enfin ce qu'il en restait, pour éviter que Flash ne soit blessé par des décombres qui pourraient encore tomber même si il avait quasiment tout arrêté avec sa super vitesse. Il dépose le héros sur le sol encore inconscient mais il reste auprès de lui pour attendre son réveil et lui dire qu'il avait réussi à sauvez des vies malgré qu'il avait perdu la bataille contre Luthor et que des innocents avaient péri.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 24 Mai 2015 - 15:38

La chute. L'image qui colla à la rétine d'Arthur fut celle-ci. Tout s'écroula alors autour de lui. Qu'avait encore fait le Dr. Fate ? Une explosion d'une pareille envergure n'avait jamais encore eu lieu à Metropolis. Le souffle, brûlant autant que puissant repoussa le Roi des Mers qui, sans l'aide du trident d'or aurait lui aussi été projeté contre les murs alentours. Cassandra et Jimmy avaient étés protégés par les membres de la police de Luthor. Personne ne méritait de mourir ainsi. Fate s'était sacrifié pour quoi ? Pour vaincre Luthor ? Mais avait-il eu l'idée même de se rendre compte que le journal était encore plein à craquer de civils innocents ? Art' se mit à courir dans a direction de ce qui restait encore du Daily Planet. Ses fondations avaient été violemment détruites.

Au dessus de sa tête, il senti plusieurs présences. Celle du Flash principalement qui s'était mit à courir si vite, qu'Arthur fini par le perdre de vue, mais un étrange mur d'air quasi infranchissable se mit soudain à retenir tous les débris qui risquaient à leur tour de faire des dégâts collatéraux. Ensuite, la police de Luthor, ses soldats avaient dut recevoir de nouveaux ordres car, d'après ce qu'il voyait, ces derniers sauvaient ni plus ni moins que les journalistes encore en vie. Les vitres éclataient, des morceaux de verre tombèrent du ciel et Arthur senti la morsure violente de leurs tranchants sur son corps. Mais cela ne l'arrêta pas, il s'approcha de Bizarro qui n'était désormais plus que le seul être encore en vie sous le Daily Planet. Sa force, quoique pliée sous le joug de Luthor, était bel et bien celle de Superman.

Toutefois, son visage commençait à être recouvert de sueur et ses bras tremblaient de plus en plus. Il ne pouvait être seul à soutenir les fondations. Trop de civils avaient encore besoin d'être évacués. Trop de vies étaient encore en jeu. Arthur plaça le trident dans son dos et se plaça juste en face de Bizarro. Poussant de toute sa force, utilisant la moindre parcelle de ses muscles, le Roi des Mers aida celui qui avait manqué de les tuer il y a à peine quelques minutes. Désormais ils étaient alliés, de gré ou de force, l'un et l'autre devaient agir ensemble.


- Ne pose pas de questions Bizarro. Ce n'est pas que ça m'enchante vraiment… Mais trop de vie sont en jeu… La tienne en particulier. Je sais que pour toi le bien et le mal n'ont pas le même sens que pour moi. Mais si tu veux être un vilain, mais…

Tout en lui souriant tant bien que mal, Arthur se mit à réfléchir au temps qu'il faudrait à la police de Luthor pour vider le bâtiment de tous les civils présents. Aussi, le visage de Mera passa devant ses yeux. Sa bien-aimée, elle qui l'attendait à Atlantis, protégeant la citée de la moindre attaque. Une larme coula sur la joue d'Art'. Il savait qu'il ne pourrait en aucun cas survivre à tout ce poids, et s'adressa de nouveau à Bizarro.

- Ecoute-moi bien, bientôt tout va s'écrouler, et on restera en dessous. Mais personnellement, j'ai pas très envie de finir aplatit comme une crêpe. Tes amis en ont fini, ils s'éloignent de plus en plus, alors suis-moi et à trois on saute de part et d'autre du Daily. Tu es prêt ?

Pour toute réponse, Bizarro frappa violemment Arthur en plein torse. Son coup de pied était si fort qu'il l'envoya s'écraser non loin de Zauriel et d'un Flash inconscient. A peine eût-il le temps de se relever que le journal mit fin aux jours de celui qui voulait être un héros. Mais il l'était devenu en réagissant de cette manière… Les lèvres de Bizarro bougèrent alors que ses yeux se posèrent sur celui qui venait de l'aider une toute dernière fois. Et Arthur répéta ses mots à haute voix, afin que tous ceux qui étaient présent puissent entendre les dernières paroles d'un être qui ne désirait pas le mal…

- Je veux être un vilain, je vous déteste tous... Bizarro… Tu es un vilain, le pire de nous tous. Peut-être le seul qui était capable de réagir d'une manière aussi folle… Tu as tout mon respect Bizarro. Tout le respect qui t'incombe.

Le Daily Planet n'était plus, Bizarro avait laissé derrière lui une vague de violence sans précédent mais il avait pourtant mit fin à sa vie pour une cause qui lui était juste. Personne n'était exempt de rédemption. Cet être en était la preuve, et tant qu'il vivrait, Arthur se battrait en son nom. Bizarro n'était plus, mais grâce à son acte des centaines de personnes étaient encore en vie…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

This is a job for Lex Luthor [Final Luthor Legacy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Mog postier de Final Fantasy IX
» Application du vernis final
» Passage montrant l'affrontement final du hueco mundo.
» Hautvent (Highwind) de Final Fantasy VII
» images du prochain tomb raider par les créateurs de final fantasy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis :: Daily Planet-