[Libre] L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme.

Invité

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 22:40
[HRP : Ce  RP a deux intentions. Célébrer la légalisation du mariage gay dans tous les États-Unis alors que d'autres évènements plus tristes ont lieu, et offrir un RP libre à qui désire écrire pour l'occasion, notamment avec Katar. Un RP que j’intègre à son histoire personnelle.
Il est ouvert à tous les justiciers en civils, mais également des vilains discrets en civils à condition qu'ils ne sont pas là pour gâcher la joie de l'évènement, comme c'est un sujet un peu à part.
L'écriture de ce RP se fait dans les conditions de mes connaissances actuelles des personnages de DC, merci de votre compréhension si je commet quelques erreurs.]




Le verre de cristal est jeté au sol, éclatant d'un bruit clair dans le silence des lieux.

« mazal tov ! » crient alors ceux qui connaissent le mieux les traditions.
Ils sont aussitôt imités dans cette expression de joie par le reste de l'assemblée, dont Katar lui même qui découvre avec une curiosité, qu'il n'avait pas manifesté depuis longtemps, pour les rituels de ce mariage terrien. Il est bien triste de constater qu'il a dû assister à bien plus de cérémonies d'enterrement de diverses forme, que de mariages.
Pourquoi donc, refuserait-on de s'accorder la célébration publique et officielle de son amour pour son âme-sœur ?

Alors que l'assemblée quitte la Synagogue, certains se rendent vers l'espace où aura lieu le repas de noces et d'autres forment des petits groupes de discussions sous le soleil doux de Juin. Le thanagarien observe et nome mentalement aussi bien les personnes qui lui sont familières, que celles qu'ils tentent d'identifier depuis le début de la cérémonie.
Le père de Katy est immanquable, avec sa chevelure d'un roux flamboyant, bien que sa coupe soit très courte et que l'âge dégarnit impitoyablement l'avant de son crâne.
D'allure tendu, il allume une cigarette qui le calme aussitôt, comme une bonne partie des individus sortants, mais dans son cas, sous le regard sévère d'une femme aux cheveux blond-châtains, tirée à quatre épingle. Une jeune femme bronzée, achevant ce dégradé de couleurs par une crinière dorée, à leur coté, tourne alors la tête et lui fait un clin d'œil inattendu. Légèrement gêné, Katar détourne le regard et fait mine de chercher quelque chose dans la poche de son costume. Il découvre alors que le tailleur sur mesure y a glissé une carte de promotion pour sa boutique.

A présent, qu'il eu abandonné ses attributs millénaires dans une tombe toute aussi ancienne en Égypte, Katar décida de renier son ancienne vie sous Carter Hall, l'héritage du Hawkman (Green Fire).
Confusion, mascarade et manipulation avait durée depuis trop longtemps. L'absence de Hawkgirl, la perte d'espoir de retrouver celle qu'il aime, lui avait fait se recentrer sur sa propre individualité, d'autres souffrances avaient pris le pas sur celle qui accaparait son esprit depuis trop longtemps maintenant, d'autres besoins. Un besoin de renouer avec son identité thanagarienne, malgré sa relation conflictuelle avec son peuple, un besoin de faire sauter le verrou des vertus qui retiennent depuis trop longtemps son bras armé, un besoin d'explorer de nouvelles frontières... Même si cela fâchait la Ligue de Justice (Au revoir Kalibak). Il n'y était pas pour autant insensible, malgré son attachement plus ancien à la JSA, la Ligue comprenait une partie de ceux qu'ils considérait comme des amis, même s'ils ne les nommerait pas ainsi.
Aujourd'hui était jour de bonheur et aucune discorde ne devait le troubler. C'est pourquoi, il avait exceptionnellement acheté et mis ce costume gris ardoise pour s'intégrer parfaitement dans ce mariage en civil qui unissait la justicière nocturne Katy Kane et de la capitaine du GCPD Maggie Sawyer. Katar connaissait à peine Batwoman, mais il n'avait pas pu refuser l'invitation.
Contrastant avec la classicisme de ses vêtements, il portait un foulard vert relativement discret attaché à son poignet,  symbole d'affirmation et de reconnaissance pour le club qu'il avait depuis peu rejoint. Un groupe neuf de justiciers, qui lui avait offert un chemin à suivre, une vocation porteuse de sens pour son regard changé.

Alors qu'il est pensif, Katar est pris à parti par Ted Grant, alias Wildcat. Le vieux boxeur bourru à bien du mal à s'y faire aux changement d'identité de Guerrier ailé, mais les discussions tournent vite sur ses dernières relations sentimentales pour lesquels il n'est pas avare en détails, donnant lieu à un monologue désopilant. Par contre, le sujet de la situation sentimentale de Katar est évidemment évité.
Les deux hommes se rendent en direction du lieu des futurs festivités, un parc aménagés où trône un pavillon au centre. Mais, c'est le bar qui retient leur attention et ils y commandent deux bières bien fraiches.
Finalement, Wildcat repère son élève Dinah Lance et quitte Katar qui se retrouve alors de nouveau seul, assis à l'une des petites tables rondes métalliques de jardin placées dans ce coin du parc où aura lieu les concerts de musique plus tard.

Il remarque que les mariées sont de retour et sont assaillies de félicitations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 28 Juin 2015 - 17:00
Dans son viseur, Floyd voit deux femmes, heureuses. Il voit en montant un peu, les familles des mariées, heureuses aussi. Un peut à droite, il aperçoit un type accoudé au bar, en train de boire une bière. Aucun de ces gens n’est ça cible. Ce soir, personne n’est sa cible. Ce soir, il veut être heureux, en voyant ces sourires innocents, en entendant ses cris de joies, en humant le parfum de l’amour. Ce même doux parfum qui lui caressait les narines lors de son mariage il y a de cela une éternité. Pour lui, c’était dans une autre vie. Toute cette palette de couleur allant du vert au bleue, du blanc au rose en passant par le jaune, ça n’était devenu que du gris pour Floyd. Du gris nuancé, certes, mais de gris. Le gris triste était devenu une couleur fréquente dans le monde de Floyd,  comme partout dans Gotham. Mais là, il existait enfin d’autres couleurs. Et pourtant on était bien à Gotham.
Toute la scène d’après mariage, Floyd la scrutait depuis un toit, assis sur une corniche les pieds dans le vide. Dans le tas, il ne connaissait personne. Peut-être Maggie du GCPD. Mais un mariage, ça reste un mariage.
« Elle aurait pu m’envoyer une invitation, quand même !» fit discrètement Floyd, une bière bon marché à la main. Il rigola presque aussi discrètement et se mit à boire. Derrière lui se tenait un pack de bière complet que Floyd aura fini au coucher du soleil, à côté de son sniper. Bien qu’il ne connaisse pas l’autre mariée, la rousse, il avait l’impression de l’avoir déjà vue. Il but encore en se persuadant que ça n’était qu’une impression.
Son niveau d’alcool actuel le faisant délirer à chanter des chansons dans sa barbe, il décida de boire plus encore. Comme son masque était à mi-hauteur de son visage et qu’il avait chaud en ce 28 juin
_ date idéale pour un mariage_ il le retira complètement. Il avait troqué sa barbichette pour une barbe de trois jours. Dans son état actuel, il prit son téléphone et tenta tant bien que mal de se regarder avec l’appareil photo :
« Il va falloir reprendre tout ça en main, mon coco, se dit-il. »
Puis il prit accidentellement une photo.
A la tombé de la nuit, Floyd avait bu toute les bières, et il vit dans son viseur les deux mariées, l’une la tête sur l’épaule de l’autre. A ce stade d’alcoolémie, il tenait des raisonnements philosophiques inaccessibles pour les simples mortels :
             «  Quel monstre pourrait priver un amour aussi profond ? Qui pourrait se croire supérieur à juger ce mariage comme déraisonnable et à bannir sa pratique ? Les fervents religieux s’opposent à ces unions car ils les disent non naturelles. Mais le message de dieu n’est-il pas d’aimer son prochain, n’est-il pas d’encourager la tolérance, l’amour. Qu’y a-t-il de plus naturel que d’aimer ceux qu’on aime ? De quel droit divin peut-on l’empêcher ? Cela n’a pas de sens. Mais la vie a-t-elle un sens, au fond ? Et si oui, quel sens y-a-t-il à créer un monde aussi controversé, avec des gens qui créent et détruisent en même temps, des gens qui aiment et d’autres qui haïssent ? Non. Le monde est sensé. Il s’est créé tout seul, fonctionne tout seul, a établi un ordre. Non c’est l’homme qui est insensé. Comment un homme peut haïr un autre homme ? Comment un homme peut haïr son reflet dans le miroir ? La simple et bête question d’un enfant qui découvre le monde. La simple et bête raison c’est le pouvoir. Le pouvoir rend supérieur. Etre supérieur donne du pouvoir. Mais supérieur à qui ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Pour emmerder son voisin. »
Floyd se leva, chancelant légèrement :
« Si le monde est comme cela, pourquoi y vivre ? »
Il pointa alors le canon de son pistolet à son poigné ferma les yeux, puis il entendit les rires, la joie. Il ouvrit les yeux et revit le couple s’embrasser. Le temps semblait figé. Floyd avait trouvé sa réponse. Il baissa son arme et répondit :
« Pour ça. »  
Il fit un pas en avant, comme pour les rejoindre, et, à ce stade d’alcool où l’on ne sait plus trop où on est et ce qu’on fait, il tomba en poussant un léger cri. A son atterrissage, il tomba sur des sacs poubelles qui amortirent sa chute. Il rigola un bon coup et se releva comme un vieillard qui c’est coincé dans son fauteuil. Il avança alors dans la rue, la main sur le bas du dos. A vrai dire il avait atterrit sur son fessier. Il était assez sobre (si l’on peut dire) pour se souvenir du chemin pour aller au salon de l’iceberg, ce mariage l’ayant inspiré à faire une rencontre hasardeuse dans un établissement louche :
« On va voir si les voix du seigneur sont impénétrables ! » fit-il avant de disparaitre dans la brume du soir dos au magnifique coucher d’un soleil rouge, colorant le sombre ciel d’une palette de couleurs chaudes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 29 Juin 2015 - 17:05
CLAP CLAP CLAP CLAP CLAP CLAP

Dans la synagogue de Gotham City, lieu de culte plutôt méconnu de la grande ville, le silence de cristal se brisa au sol, déclenchant une vague irrépressible d'applaudissements et de joie. Une foule bigarrée s'était retrouvée pour célébrer le premier mariage homosexuel de l'état. De nombreuses personnes avaient été invitées par Katy Kane et Maggie Sawyer, des proches, des moins proches, des membres de la Justice League et bien évidemment de la famille. Non loin des mariées, l'on pouvait clairement distinguer la chevelure rase mais toujours flamboyante du colonel Kane, illustre géniteur de la justicière masquée. Au milieu de l'assemblée, portant un élégant frac noir, un nœud papillon de la même couleur, des gants et une chemise blanche, Auguste Freeman se réjouissait sincèrement de ce qu'il voyait là. Même s'il n'avait pas pris part active au long et douloureux débat sur la légalisation de l'union homosexuelle, il restait un fervent défenseur des droits humains, surtout du plus important de tous: celui au bonheur. Oui, c'était cela... chaque personne devait au moins essayer d'être heureux.
Enfin, quand le plus gros de la cérémonie s'acheva, des petits groupes de convives se formèrent. Certains quittèrent tout bonnement les lieux, d'autres restèrent sur place, à discuter tranquillement en profitant des rayons d'un soleil assez vigoureux pour percer les volutes noires des hautes cheminées. D'autres encore s'empressèrent de gagner le restaurant où allait se dérouler le repas de noces, situé à deux pas ou presque du perron de l'édifice juif.

Désormais seul, l'éminent avocat se promena parmi les convives restants, cherchant à poser des noms sur les visages. Il ne les connaissait pas tous, loin de là: l'intégration récente de son univers à celui-ci ne lui avait pas permis outre mesure de créer des liens avec les héros, fussent-ils connus comme Batman, Wonder Woman et Superman. Quoique avec ce dernier, une franche amitié s'était forgée depuis les terribles événements qui les avait réunis, il y a quelques années de cela. Le jeune Tim Drake, cependant, ne faisait pas parti des connus. Il s'approcha pourtant d'Auguste pour le saluer d'une poignée de main (après qu'Icon aie retiré son gant, bien évidemment), et engager la discussion. Ni l'un ni l'autre ne s'identifiaient du fait du peu de liens qu'entretenaient leurs alter ego héroïques. Badineries, humour et avis sur la fête constituèrent cependant la majeure partie de ce que les deux justiciers se dirent. La conversation était agréable et fluide, un moment agréable en somme. L'héritier du Détective posa néanmoins, le plus innocemment du monde, le doigt sur un des rares points sensibles de l'extra-terrestre.

- Et vous, marié ?

La plaie grattée, le sang se remit à couler le long du cœur du vieil américain. Oui, il avait été marié à la plus belle, la plus douce, la plus fabuleuse femme que cette terre avait porté. Estelle Freeman n'était plus qu'un souvenir lointain, un fantôme dont ne voulait plus s'encombrer Auguste, et avec raison: il lui faisait mal, à un point qu'il n'aurait jamais pu imaginer. Lui, imparfait, n'avait même pas pu lui offrir d'enfant...

- Non, je ne suis pas marié. Et ce n'est pas quelque chose que j'envisage pour le moment.

Le grand noir reconsidéra Drake du regard, et sourit, l’œil voulu amusé malgré sa tension. Jeune, actif, il avait tout l'air de ne pas se soucier de ce genre de choses là, encore, d'autant plus que s'il était aussi un héros costumé, la perspective de lier sa vie à quelqu'un d'autre comportait des risques importants.

- Je suppose que vous êtes dans le même cas que moi, je me trompe ?

Avec un éclat de rire, le fils adoptif de Bruce Wayne répondit:

- Perspicace en plus !!!

Petit à petit, Freeman fit dévier la conversation sur des sujets moins douloureux, mais le mal était fait. Plus il s'efforçait de ne pas y penser, plus au contraire les souvenirs remontaient à la surface, et sans prendre de pincettes. Enfin, le jeune homme salua son interlocuteur, et s'éloigna, probablement pour aller profiter de la rhétorique d'autres convives. L'avocat se retrouva seul. Seul au milieu de nombreux inconnus. Seul alors que les mariées faisaient leur retour.
Certaines tables étaient occupées, d'autres non, mais parmi toutes, une accueillait un unique invité. Et c'est vers elle que se dirigea Icon. Il ne voulait pas rester seul. Il voulait un peu de compagnie pour parler et oublier le sang qui coulait de nouveau de son coeur. Arrivé en face de Carter Hall, il posa sa main droite sur le dossier d'une chaise, et demanda:

- Puis-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 29 Juin 2015 - 17:37
[HRP : Merci pour vos posts Smile]


Inoccupé, Katar ne pu s'empêcher de se mettre à évaluer les risques d'une soirée conviviale avec autant de super-héros et de leurs proches en pleine banlieue de Gotham City.
Il savait qu'un dispositif de sécurité maximum avait été développé. Tout d'abord, aucun costume à l'horizon évidemment, mais des policiers, beaucoup de policiers pour protéger celle qui se battait sans masque : la Capitaine Maggie Sawyer.
Une cible.

Les cicatrices du tremblements de terre ne se refermait jamais avant des décennies et bien qu'habitué à la mort, le GCPD avait été secoué à jamais lors de l'assassinat de Sarah Essen par le Joker. Le monstre était heureusement derrière les barreaux, mais tous savaient que les fers ni ne l'enterrait, ni ne le soignerait. Bien plus que les policiers, le Batman devait veiller pour que rien ne perturbe la sérénité des lieux.

L’œil de Faucon, qu'il se devait à lui même et non à Nabu ou au Nth Metal, n'ignora pas la présence d'un tireur sur un building non loin. Un tireur qui ne semblait pas disposer à tirer heureusement. Le Thanagarien fut sur le qui-vive durant plusieurs dizaines de minutes, mais se radoucit au fur et à mesure qu'il prenait conscience qu'il avait là affaire à un spectateur et non un tueur.

Sa bière délaissée s'était réchauffée. Il en commanda une nouvelle quand son isolement fut rompu par un homme impressionnant qu'il ne connaissait.
Malgré tout, la force qui émanait de ce personnage ne lui échappa pas. Une allure robuste qui permettait de repérer un certain nombre de héros en civils.

« Bien sûre. »

Katar hésita sur sa seconde phrase. En pareille situation, il se nommerait Carter Hall, l'identité civile qu'il avait repris en tant que Directeur du Muséum de St Roch. Le nom d'un homme qu'il fut autrefois, mais qu'il n'était plus. Et puis... peu lui importait de cacher son identité extraterrestre s'il avait visé juste que cet homme là n'était pas un joueur de football américain.

« Je me nome Katar Hol et vous êtes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 29 Juin 2015 - 22:07
[Libre] L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme. 1435599955-dress

" Non Karen, je l'appuie, on ne s'habille pas comme cela à un mariage. "

" Helena, si je t'écoutais, je ne devrais même pas avoir le droit de me présenter à un mariage ! "

Le débat entre les identités secrètes d'Huntress et de Power Girl était faussement houleux, et toutes deux avaient une coupe de champagne à la main, et le sourire en coin, se balançant piques sur piques.

" Oui, ça serait peut-être mieux, tu es insortable. "

" Tu parles encore de ?.. "

Helena Bertinelli opina du chef en émettant un "mh-mh" approbateur. Karen Starr en afficha une mine choquée, sa main venant se couvrir la gorge.

" C'est lui qui m'a demandé. J'étais saoule ! "

" Avec le marié ? Tu es à Gotham, chérie. On ne frappe pas fort, mais on sait brancher nos neurones. A qui tu veux faire croire ça ? "

Atlee, candide comme à son habitude, sembla surgir de nulle part, des petits-fours plein la bouche.

" Qu'est-che qui ché paché ? "

" Rien Atlee. Rien. " tenta de calmer la blonde,

" A son dernier mariage, Karen a embarqué le marié et sa voiture faire un baptême de l'air. Elle a failli crasher un vol commercial. "

La coupable affichait un regard profondément las, la mine interdite autant par le récit que par le manque de discrétion avec lequel son amie exposait son identité secrète, qui aurait pu tomber dans n'importe quelle oreille curieuse. Celle que l'on connaissait sous l'identité héroïque de Terra ferma les yeux, en collant sa tête dans le creux du bras de Karen.

" C'est troooop romantique ! " soupira-t-elle, émerveillée.

Helena, un sourire en coin, reprit une gorgée de champagne, avant d'agiter sa coupe dans la direction du couple.

" Elle est adoooorable. C'est pour quand, les épousailles ? "

De retour dans le domaine des piques et des allusions à la vie privée relativement problématique de Power Girl, Karen Starr monta au créneau en pointant la scène du doigt.

" Oh, regardez, c'est Metric ! Tu sais qu'il paraît que c'est le groupe préféré de Kate ? Je les adore ! "

Huntress n'était pas dupe.

" C'est toi qui les a fait venir... "

L'excuse était trop bonne, et l'héroïne blonde s'était déjà esquivé dans la marée de convives, laissant Helena Bertinelli avec un Nicholas Cho qui était arrivé sur ses entrefaites pour excuser sa patronne, autant que pour sympathiser avec le gratin des héros qu'il n'avait pas réellement l'habitude de côtoyer. Atlee, elle, était repartie discuter avec une Stéphanie Brown qui apparemment, ne se départirait jamais vraiment de cette attirance pour tout les individus à la compréhension lacunaire des normes sociales. Elles étaient toutes deux au buffet, la sous-terranéenne le visage profondément intrigué par une remarque de Spoiler, qui rigolait en toussant, visiblement de manière parfaitement fortuite.

Power Girl, avec sa minutie tarte et son sens de l'à-propos à peu près aussi développé que celui d'un pachyderme épris de calligraphie, s'arrêta à la première table à laquelle elle apercevait des têtes connues, afin de disparaître en douceur. Elle serra la main du solide gaillard à la peau d'ébène, qu'un rapide examen interne de ses yeux aiguisés lui révéla comme étant, sinon un "collègue", au moins un individu qui ne devait certainement pas être tout parfaitement humain. Une information que sa carrure seule aurait pu délivrer, mais que la Kryptonienne aimait bien, ne serait-ce que par curiosité, ne pas laisser au hasard de son intuition.

" Karen Starr, enchantée ! " se présenta avec l'un de ces précieux sourire éclatants dont elle avait le secret.

Ou bien, c'était un secret de son physique, qui la faisait appartenir à cette très réduite caste de femmes qui, même dans les haillons les plus impropres avec une tête d'enterrement, paraissaient éminemment épanouies.

Du reste, elle tourna bien vite le visage vers Hawkman, un de ses plus vénérables compagnons d'armes - bien que peut-être pas le plus sociable -, en posant sa coupe de champagne sur la table et en s'asseyant à une chaise libre. Elle jeta un coup d’œil inquiet par-dessus son épaule vers son amie qui discutait encore avec son "opérateur" asiatique.

" J'ai besoin de me cacher, Carter. Il y a Helena qui parle de me marier. " avoua-t-elle au sociétaire en reprenant sa coupe, son regard passant d'un homme à l'autre, " Faites pas attention à moi. Je me ferais toute petite. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 1 Juil 2015 - 7:58
Profitant de la légère attente précédant la réponse, négative ou positive, l'extra-terrestre observa son probable futur interlocuteur. Large d'épaules, les bras épais, taillé en V, il avait tout l'air d'un autre héros venu incognito célébrer le mariage d'une consœur. Détail amusant: poussait sur sa mâchoire carrée une barbe de quelques jours, sombre mais entretenue. Rares étaient les héros qui laissaient ainsi la nature reprendre ses droits. Ce visage lui était étrangement familier... il l'avait déjà vu quelque part. Mais où ? Le mystère restait pour le moment complet.
Arnus remercia l'invité solitaire d'un sourire, et répondit à l'accord en prenant place sur le siège de bois, rugueux et ancien. Une coupe de champagne à la main, il assista lui aussi, à distance, en silence, au départ du tireur. Voilà une chose qui se voulait des plus étrange: quel intérêt aurait pu avoir un assassin à se placer et à préparer son arme si ce n'était celui de tirer pour tuer ? Quoi qu'il en soit, les risques d'un meurtre fâcheux s'amenuisaient de plus en plus au fil des secondes et des minutes, et bientôt il ne resta plus que la félicité.

La police de cette ville devait vraiment être débordée pour permettre de telles failles, surtout quand la vie d'un de ses membres en dépendait. Néanmoins, au vu de la réputation que trainait Gotham City derrière elle, ce n'était pas étonnant. Jamais encore Icon n'avait été confronté à un Joker, un Double-Face, un Hush ou même un Scarecrow. Il ne pouvait même pas imaginer la menace que faisait peser ces psychopathes sur la population, et les atrocités déjà commises. Car les monstres que confrontait chaque jour le Chevalier Noir n'avaient nul pareil: ils étaient les plus dérangés de tous les fous qui peuplaient la belle planète bleue.
Alors que l'être d'un autre univers s'était perdu dans ses pensées, le convive silencieux lui faisant face engagea la conversation de la plus simple des manières. Ainsi, il se nommait Katar Hol... Ce nom n'était pas humain, loin de là. Mais il n'arrivait plus à identifier son origine. Cependant, cet aveu nominal le désigna immédiatement comme un super-héros. Icon n'était pas si étonné, à vrai dire. Vu la densité de héros au m² à Gotham ce jour là, il aurait été étrange de ne pas en croiser un seul.

Sans se départir de son sourire, l'homme d'ébène tendit sa main pour serrer celle de l'homme d'ivoire, et lui offrit une réponse lui aussi.

- Je m'appelle Auguste Freeman. C'est un plaisir de faire votre connaissance, M.Hol. Pardonnez moi cette petite indiscrétion, mais d'où vient votre nom ? Ses origines me sont familières, mais diantre, pas moyen de mettre le doigt dessus !!! Hé hé hé...

C'est alors qu'arriva inopportunément une plantureuse jeune femme blonde qu'Arnus reconnut immédiatement. Karen Starr n'était certainement pas la personne la moins connue de cette assemblée, d'autant plus que dans le cadre de son travail, l'avocat avait œuvré avec son frère, Richard Starr. Sans se laisser décontenancer, et sans montrer qu'il l'avait identifié, le héros se leva, empoigna la main d'apparence délicate et la serra prudemment, comme il avait sagement l'habitude de faire auprès de ses clients. Il n'en restait pas moins que sa poigne paraissait d'acier, et sa force considérable.

- Enchanté, Miss Starr. Auguste Freeman, ainsi que je l'annonçais à notre bon ami M.Hol.

Il se rassit et laissa la millionnaire commencer à expliquer ses soucis déchirants. Oubliant le temps d'un moment ses soucis, Arnus écouta sans se départir de son sérieux la menace qui planait au dessus de la femme d'affaires. L'envie de rire gagnait à chaque instant du terrain, mais il ne pouvait se le permettre sans paraître... offensant.
Une chose le fit tiquer, néanmoins. Starr nomma le troisième larron Carter, alors que quelques minutes auparavant, celui-ci disait s'appeler Katar. Les deux patronymes possédaient quelques sonorités communes, mais l'ouïe surdéveloppée d'Icon ne l'avait pas trompé. L’homme vivait-il une crise identitaire au point de renier ses noms, comme avait pu le faire Auguste à une époque aujourd'hui lointaine, ou bien était-il, lui aussi, doté de trois identités distinctes: un humain, un super-héroïque, et un alien. Oui, cela semblait logique, d'autant plus qu'éclairé sous cet angle, le mystère des origines de Katar Hol se levait: seule Thanagar offrait de tels noms. Deux aliens à la même table... amusant.
Si ça se trouvait, Karen Starr était elle aussi venue d'une autre planète !!! C'était presque impossible, mais quelle splendide coïncidence cela ferait.

- Face à un tel danger, il serait criminel de ne pas vous accueillir comme réfugiée politique, voyons !!! Ce sera un plaisir de vous avoir à nos côtés, Miss... enfin, si cela ne vous dérange pas, M.Hol, évidemment.

Auguste remonta ses petites lunettes rondes avec un sourire, et observa ledit M.Hol en attente d'une réponse. Après tout, ils étaient les intrus venus s'installer à sa table. Peut-être ne voulait-il pas autant d'action, et désirait-il du calme ? Ce genre d'événements où les héros pouvaient passer un moment tranquille étaient rares.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 6 Juil 2015 - 19:00
[HRP : Désolé de la tardiveté pour une réponse aussi courte, merci pour ta participation Power Girl ; te lire est toujours un plaisir.]


L'homme noir se présenta à son tour, il se nomma quant à lui par un nom plus humain. Mais, peut-être était-il tout de même un métahumain et érudit, car il se montra curieux envers le patronyme de Katar, sous-entendant qu'il pouvait en connaitre les origines extraterrestres.
Katar n'eu guère le temps de réfléchir à une réponse appropriée, que Power Girl fit irruption à leur table et s'installa entre eux dans le but semble-t-il de disparaitre de la vue de la justicière Huntress.
La situation inattendue amusa le Guerrier, il connaissait bien la kryptonienne et sa bien faible capacité à se faire véritablement discrète.

Auguste la reçu chaleureusement et entra dans le jeu avant de questionner Katar.

« Non, non, j'ai l'habitude de côtoyer Miss Star. Et, depuis suffisamment longtemps pour savoir que l'éventualité d'un mariage ne devrait pas être écartée... »

La pauvre n'était pas mieux servie ici, mais il ne pu s'empêcher de commencer ainsi, le contexte et les bières aidant. Cependant, il enchaina rapidement :

« Au moins ça nous rassemble dans de meilleurs circonstances que d'habitudes. »

Les bières arrivèrent et Katar salua le garçon qui les avaient apportées.
Une autre commande fut prise.

« Sinon, Mr Freeman. Mon vrai nom est bien Katar... de Thanagare... » Il jeta un œil à Karen en hochant la tête avec de fixer à nouveau l'homme.

« … si vous voyez alors bien de quoi je parle. ».

L'évocation de sa planète natale et l'imaginaire libérée par un peu d'alcool, fit réapparaitre dans sa tête quelques images des lieux.
La villes et leur architecture céleste honorant les maîtres des cieux.
Les paysages sauvages et dangereux à l'abri de la colonisation des habitants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 20:23
" Ah non Carter, pas toi aussi ? "

L'air de Kara était faussement outré. Il fallait dire que la perspective d'un mariage ne l'enchantait guère. Elle était peut-être l'une des rares femmes de l'assemblée qui n'avait aucune relation amoureuse connue. Bon, il y avait bien cette fois avec Hal Jordan, il y avait de cela un bon moment déjà mais ... Ah. Il valait mieux ne pas y penser, c'avait été une expérience relativement peu agréable.

" Je suis très bien comme je suis. J'arrive très bien à vivre toute seule ! En plus, je dois héberger mon frère et Atlee à la maison, sans compter ma sœur qui passe de temps en temps squatter le canapé avec sa progéniture ... "

La Kryptonienne haussa ses puissantes épaule en faisant la moue.

" Non, je peux pas tenir une vie de couple ! "

Elle finit sa coupe de champagne d'une traite avant de passer à la bière, et de la descendre avec la même cadence qui aurait pu la faire passer pour une Dublinoise endurcie à la Guinness. Cela aussi car elle était parfaitement insensible à ses effets. Une caractéristique qui lui permit de souffler à l'oreille de Hawkman quand celui-ci semblait avoir perdu les pédales, exposant son identité et ses origines au premier avocat venu, eût-il été doté de caractéristiques surhumaines.

Elle lui glissa donc subtilement un coup de pied sous la table, en lui susurrant quelques mots du bout des lèvres :

" Mais t'es complètement malade, Katar ? Tu le connais depuis trois minutes ! "

Ce ne l'empêcha pas de sourire de son sourire le plus charmant - et niais - à l'adresse de cet Auguste Freeman, quand il continua. Il était définitivement chargé, le Katar. Il se mettait en danger.

Jusqu'à ce qu'un bruit strident plaqué contre son oreille ne fasse sursauter Kara Zor-El. Par réflexe, elle contracta ses muscles et fit passer son verre de l'état de contenant à celui de fine poudre concassée avant même que l'on puisse entendre un bruit de fissure. Elle regarda tour à tour l'invité à la peau, son bras et son biceps d'une proportion plus que respectable, le tas de poudre qui traînait sur la table et le bras qui tendait un petit boitier noir à côté de son oreille.
C'était Atlee, qui se tapait sur les cuisses de rire.

La Kryptonienne, sa couverture définitivement détruite, se retourna pour voir, en sus, quatre autres personnes qui étaient à la limite de la rupture zygomatique près du buffet : Stephanie Brown, évidemment, mais également Jenny "Quantum" Quarx et ses parents adoptifs, le couple formé par ceux qui, dans le privé, se surnommaient Apollo et le Midnighter. L'idée des ultrasons concentrées dans les oreilles était probablement celle de ce dernier, d'ailleurs.

" Ah ben c'est malin, ça ! " lâcha à leur adresse une Karen Starr complètement blasée, un visage expressif bloqué à cette seule expression de lassitude, " C'est intelligent ! "

Atlee était déjà repartie taper dans les mains de ses deux nouvelles amies et rendre son gadget au mercenaire à la moralité fugace. La Power Girl blasée retourna à sa table avec des explications à donner, ouvrant alors sa main parfaitement immaculée pour évacuer les derniers bouts de verre.

" Bon, ben ... " elle haussa une fois de plus les épaules, en soupirant, " Kara Zor-El, de feu Krypton ... Au point où on en est. Si vous pouviez éviter de le répéter à tout le monde, ça m'arrangerait. "

[HRP : Désolé pour le délai, moi aussi :/]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 7 Aoû 2015 - 4:53
HJ: Je ne peux quand même pas ne pas participer à mon mariage!

DJ: C’était plus fort que moi. Je m’étais mariée avec mon oreillette branchée sur les fréquences du GCPD. Grand mal m’en fasse. Quand j’embrassai Kate, ces bandes de joyeux drilles que sont mes subordonnés se sont mis à hurler de joie… Dans les oreilles de leur commissaire préféré. Certains disaient encore capitaine Sawyer en se trompant de grade avec inspecteur (détective) mais ma récente nomination n’avait pas été célébrée en grande pompe. Un remplacement d’urgence, ce n’est jamais matière à célébrer. J’aurais tellement voulu avoir James Gordon à mes côtés. Au boulot, j’entends. Si le GCPD a une âme… C’est James Gordon. Oh et puis pourquoi suis-je encore en train de penser au boulot? Je suis en train de me marier, bordel! Et je… Hum…. Kate… Comment faire fondre la super flic de Gotham… Ma Kate à moi…

Bon moi je voulais un mariage à l’hôtel de ville, bien classique, bien de style fonctionnaire mais ma super héroïne de fiancée n’avait rien voulu entendre. Je ne suis pas une femme de religion. J’ai vu bien trop d’horreurs pour croire à quoi que ce soit du genre. Mais si ça faisait plaisir à Kate… Ça me faisait plaisir aussi. Par contre je jure de ne plus jamais laisser la liste des invités entre les mains de sa famille. Vous avez vu le nombre de personnes présentes? J’en connais mon du quart de la moitié d’entre eux merde! Quelle idée de débile! Mais c’est parce qu’il faut aller saluer tout ce beau monde maintenant! Comment tu veux saluer autant de gens! Bon, au moins, certains d’entre eux sont parti sitôt la cérémonie terminée mais… Du calme Mags. Tu ne vas pas réduire en bouillie la belle-famille je jour de ton mariage! Ce serait bien le comble.

Alors je me sépare à contrecœur de Kate et je commence à remercier les invités, prenant parfois un temps d’arrêt pour écouter ce que les policiers déployés pour assurer la sécurité ont à dire. Rien à signaler. Tu parles. Ce serait bien un foutu miracle. En tout cas je suis armée moi, sous mon tuxedo. Si vous pensez que je vais laisser quelqu’un foutre en l’air mon mariage… J’ai fait tripler la garde à Arkham et à Stonegate et j’ai même utilisé toutes les faveurs à ma disposition pour faire venir le SCU du MPD de Metropolis et d’ex collègues de Star City. Évidemment, ça a fait rire Kate qui dit que je m’en fais trop. Mais enfin mon amour, que je lui ai dit, c’est mon JOB de toujours être sur le qui-vive. Moi je n’ai ni costume ni super pouvoirs pour me protéger. Juste… Moi. Mes talents de super flic. Arrêter de penser au boulot. Arrêter de penser au boulot.

Je m’approche d’une table où un trio d’invités est rassemblé. Une blonde et deux hommes. C’est un groupe d’invité comme un autre à commencer à saluer. Du coin de l’œil, je vois quelqu’un qui tient une boite noire qui de loin pourrait être une arme. Instinctivement je porte la main au flingue que je dissimule sur moi mais fausse alerte. Cela semble être inoffensif. Un sourire un poil plus crispé que quelques instants auparavant, j’arrive apparemment au milieu d’une conversation car j’entends le mot « Krypton » et je perds le reste de la phrase à cause d’un de mes officiers qui semble avoir repéré quelque chose. Fausse alerte. Bon allez Maggie. Faut que tu montres que tu peux faire autre chose que gueuler des ordres à tes policiers. Je me demande si je ne préfèrerais pas être en train de faire ça au lieu de stresser pour douze…


« Excusez-moi, vous avez dit Krypton? Quelle coïncidence. J’ai jadis travaillé pour le SCU du MPD de Metropolis. Assister Superman est plus de sport qu’on pourrait le croire. Oh euh… Commissaire Margaret Ellen Sawyer, du GCPD et nouvelle mariée. De grâce, appelez-moi Maggie ou commissaire. Je pense que je fais arrêter le prochain qui m’appelle Margaret… Vous vous amusez bien? Je confesse ne pas tous vous connaitre : c’est la belle famille qui a fait du zèle avec les invitations… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 17 Aoû 2015 - 17:14
Karen n'apprécia pas que Katar fasse ainsi tomber son masque, mais qu'ils soient en terrain amical ou dangereux, elle allait devoir s'y habituer, car le Thanagarien refusait à présent à dissimuler son vrai nom en utilisant celui de sa précédente vie, Carter. Il n'était pas comme Kal, avec une famille, une femme, un emploi civil... Lui est Thanagarien, il est venu sur Terre et à est resté pour protéger cette planète et aider ses habitants. Pour ceux-ci, comme pour ses amis et ennemis, il ne compte plus assumer fièrement qu'une seule autre identité que la sienne.
A peine son reproche lancé appuyé par un coup de pied quelque peu efficace, elle brisa net son verre entre ses doigts. Une blague évidente du couple de héros qui s'esclaffaient plus loin en compagnie de deux jeunes femmes brunes.
Irritée et déçue, Karen décida d'être également honnête en présentation vis à vis de leur compagnon de table.

C'est alors que Maggie Sawyer s'approcha d'eux.

Katar se leva de sa chaise dès qu'il la remarqua en signe de politesse, une attitude d'apparence martiale. Dès que cette dernière termina, il lui tendit une main solide et un sourire chaleureux légèrement teinté par l'alcool.

« Toutes mes félicitations Maggie.
C'est un réel plaisir d'avoir assisté à votre mariage. »

« Vous pouvez m'appeler Katar en ce qui me concerne.
Je viens non pas de Krypton, mais de Thanagar et j'étais le porteur du costume d'Hawkman. »

« Voir autant de monde réunis autour de cet évènement heureux nous changent des enterrements. Nous avons tous besoin de cela... »


Il se rendit compte qu'il avait naturellement glissé vers un ton légèrement morbide et se repris aussitôt.

« Changeons de sujet. »

« Je vous présente Karen et Auguste. »



[HRP : Bien qu’Icon ne soit plus incarné, je le considère bien toujours à notre table.  C’est donc à toi de poster Karen. Par la suite je pense ne pas tarder à me retirer de ce RP mariage, même si je suis très content d’y avoir salué l’une des principales protagonistes à présent parmi nous Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Libre] L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promesses amoureuses
» Htc desire connexion bluetooh avec kit mains libre voiture difficile
» pomme d'amour
» UN AMOUR VINTAGE d'Isabel Wolff
» L'amour à l'infini...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-