[MFN] 14 Juillet : La marseillaise

Inscription : 10/12/2012
Messages : 425
MessagePosté le: Mer 1 Juil 2015 - 0:58
14 Juillet, Paris, Palais Bourbon, fête nationale de la République Française


Vous avez été attiré à cet endroit. Comme un appel que vous avez ressenti directement dans votre coeur. Un appel plus fort que tout, il y avait un besoin vital pour vous, de vous rendre à cet endroit. Vous avez donc tout fait pour vous rendre au palais bourbon. Malgré tout, vous sentez un mauvais présage. Une fois arrivé sur place, au lieu de trouver les habituelles joies et parades de la fête nationale, vous trouvez un cortège de policier qui encercle l'assemblée nationale. Vous voyez un héros qui semblait vous attendre.

Dollman



Identité


Nom & Prénom :Darrel Dane
Âge : non pertinent
Sexe : Masculin
Nationalité : Américain
Groupe : Freedom Fighter
Alias : Dollman
Profession :Scientifique dans l’armée


Description

Pouvoirs: Miniaturisme, pouvoir psionique, vol, nombreux gadgets, champion d’arts martiaux et maitrise tous les types d’armes.

Description: Darrel Dane découvrit une formule pour faire de lui un superhéros. Son unique but était de garder sa femme Martha Roberts en sûreté de menace qui pesait sur elle. Devenant le parfait espion et utilisa son cerveau pour vaincre les menaces. Uncle Sam en fit son second officier grâce à son leadership et son esprit vif.


Enfin, les renforts qu'Uncle Sam à envoyé. Je m'apelle Darrel Dane, mon alias est Dollman.

Regardant ses alliés qui semblaient pleins de questions Dollman reprit la parole.

Quoi? Cet appel que vous avez ressenti. Le fait que vous êtes là. Vous croyez ça normal? Uncle Sam c'est pas qu'un poster. We Want You! C'est du sérieux, il a ce genre de pouvoir de vous faire répondre à l'appel. Enfin c'est pas important.

Voici les informations que nous avons jusqu'à maintenant. L'Ultramarine Corps s’est manifestés à deux occasions jusqu'à maintenant. Le General Elling à lui même détruit un petit journal aux USA nommé le Citizen Sentinel. Puis récemment, Jack O Lantern s’est infiltré pour voler des documents sur les alliés des USA à Checkmate. Nous comprenons maintenant pourquoi.

Goraiko, un Ultramarine Corps. Tiens actuellement le parlement français en otage. Sur les ordres du Général Elling, il ordonne au président français François Hollande, de signer un document qui enverrait la France sous le protectorat de Superbia et de l'Ultramarine Corps. Selon Elling, les récents événements avec Luthor démontrent que les nations plus "faibles" selon lui, ne peuvent se défendre seules dans des cas semblables. Cela fragilise donc la toute-puissance des États-Unis. Il a donc mis sur pied ce "push" afin de forcer les nations libres de tomber sous le joue du Général Elling et de sa dictature fasciste. Voici toutes les informations que nous avons sur Goraiko.


Goraiko



Identité
Nom & Prénom :
Âge : non pertinent Sexe :
Nationalité : Japonaise Groupe : Ultramarine corps Alias : Goraiko Profession : Soldat


Description
Pouvoirs: Nuclear powerhouse, Gigantisme, miniaturisation, superforce, invulnérabilité apparente, bouclier d’énergie

Description: Lorsque l’Ultramarine corps fonda Superbia, il ouvrit ses portes à toutes les nations du monde désireuses de partager son projet. Le Japon envoya Goraiko pour bien paraître, celui-ci développa de l’empathie pour le projet du Général et bien qu’il reste fidèle au Japon, il semble avoir épousé la cause de Elling.


Alors vous avez été recruté dans les Freedom Fighter par Uncle Sam le temps de cette mission. Bienvenue, comment voulez-vous procéder?

((L’animateur n'interviendra plus dans ce RP, la suite des choses vous appartient. Vous pouvez utiliser votre allier Freedom Fighter en PNJ, il a spécifiquement été choisi car ses capacitiés peuvent servirent contre votre ennemi. Vous devez sauver ce Pays... Bonne chance Very Happy ))

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 2 Juil 2015 - 6:01
- Ahhh, la France, pays des droits de l'homme, de la bonne cuisine, de la romance... Quel pays de tapettes, pas vrai Ambush Bug ?
- Tu l'as dit boss !
- C'est pourquoi tu vas y aller !
- Saperlipopette, en voilà une entourloupe... Je peux pas aller sur une plage tranquillou ?
- Non, tu sais bien qu'on a épuisé le budget la dernière fois. A cause de toi, soit dit en passant.
- Flûte de zut... Bon ben va pour la France...
POUF

Notre insecte préféré se retrouve devant la Tour Eiffel. En bon américain qui prend les stéréotypes pour la réalité il porte le béret, le shirt rayé, l'accordéon, la baguette, la cigarette, j'en passe et des meilleurs.
- Nom d'une pipe, ça c'est d'la ville ou je mis connaît point. Eh be, vl'à le bordel quand l'Ambush Bug arrive tsé. Boudiou, il s'passe quoi Môsieur ?
- Et bien euh, il semblerait que ce soit une prise d'otage.
- Ahhh, c'bien ma veine ça, tsé. J'peux jamais boire un coup chez Jojo sans que le bon dieu me pignole.
- En effet le président est actuellement en otage, va le sauver !
- Ehhh, ben voyons donc. T'façon les politiques, tous des pourris ! Moi je m'enfous tiens !
- Mais tu es un super-héros voyons !
- Un super-héros non payé, voilà c'que je suis Môsieur. Je devrais être payé d'puis belle lurette vu le boulot que je me tue à faire. Appel à la grève, voilà que ce que je dis !
- Rah, bon prend ce pinard, fais ton boulot et on en reparle après.
S’essuyant d'un grand coup de manche la bouche après avoir vidé d'un trait la bouteille de pinard, Ambush Bug se met à jouer de un air à son accordéon quand une jolie fille passe à côté.

- Hé Mamzelle, vous en allez pas si vite, je connais un resto sympa à deux pas. Hé ! Revenez vingt dieux ! Nom d’un p’tit bonhomme, t'as vu ça gégé ? C'est'une bobo ça pour sûr. Bon sang de bonsoir, allez je te paye un rouge.
- AMBUSH, tu dois sauver le président ! Même si tu ne l'aimes pas. Et les français non plus. Hum... Dois-tu réellement le sauver ?... En tout cas, on m'a dit que tu aurais une charmante compagne à tes côtés !
- Ah, ça change tout !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2015 - 21:26

" Je préfère prévenir tout de suite, si cet espèce de contrôle mental est encore un coup de Darkseid, je ne répond plus de rien. "

Il semblait facile de comprendre la grogne de Power Girl : un instant, Karen Starr était en plein réunion dans la branche parisienne de Starr Industries, à la Défense, et l'instant d'après, elle était en tenue de Power Girl, devant le Palais Bourbon, face à un curieux gonzo sorti d'un film super-héroïque à petit budget des années soixante.
Et avec un béret sur la tête, et des tas d'autres ouailles en train de la prendre en photo, comme une célébrité en vadrouille.

Ce qu'elle était, en fait.

" Quand je ne répond plus de rien, je frappe très, très fort. " précisa-t-elle.

Le fait qu'elle dépasse l'écrasante majorité de l'assemblée d'une bonne tête semblait appuyer avec force cet argument. Ça, et le fait qu'elle était Kryptonienne.

" C'est-à-dire que l'Ultramarineuh Corpseuh tient le Parlement et le Président en otage ! Ils veulent que la France se rende à Superbia ! " matraqua, avec un anglais marqué d'un très fort accent français - si ce n'était même franchouillard -, un policier avec une moustache en guidon de vélo et avec son képi réglementaire, qui était à côté de l'aspirant acteur pornographique.

" Ah. " constata Power Girl en se frottant le front, " C'est pas ce que vous faites à chaque fois, ça, vous rendre sans combattre ? "

" Kara ! Qu'est-ce que ?! " réagit Nicco dans sa boucle d'oreille-oreillette, " Ça ne se fait pas ! "

" Oh, je rigole, Nicco ! Si on peut plus rigoler ! C'est pas comme si la France avait une armée ! "

Nicco se racla la gorge. Evidemment, Karen avait depuis longtemps remarqué l'important déploiement de forces en treillis autour du bâtiment : il y avait des chars, des jeeps, des véhicules de l'avant blindé, et même un bon tas de gaillards avec des vestes estampillées "G.I.G.N." ou encore "R.A.I.D." et "G.I.P.N.".

" Bon, excuse-moi, je croyais que c'était un pays pacifique, et que ce qu'ils avaient de plus proche d'une armée, c'était le GIGN ... "

" Tes connaissances militaires françaises, Kara, se limitent aux parties multijoueurs de Call of Duty que tu acceptes de faire avec Atlee et le voisin. "

" C'est vachement réaliste, comme jeu ! "

" Un jeu où tu sautes partout, ou ton arme a l'efficacité d'un pistolet à clous et où tu peux guérir de tes blessures en respirant ? Kara, voyons ... "

" Ah ouais ? " pesta Power Girl, le doigt sur son oreillette, qui semblait ne pas apprécier d'être remise en question, " Excuse-moi d'être invulnérable, de voler, d'être beaucoup trop sexy pour cette réalité et de devoir me retenir à chaque fois que je me bats pour ne pas frapper si fort que je déchire l'espace-temps ! "

" Kara ... "

" Shhh Nicco. Je peux le faire, et tu sais pourquoi ? "

" Je ... "

" I'm the goddamn Power Girl. "

" Oh... Pitié. "

Karen leva le doigt de son oreillette et se retourna face au Dollman et à Cliché de Policier Français #1

" On en était où ? " demanda-t-elle

" Le Président et le Parlement, on aurait besoin d'aide pour les sauver. " répondit le policier,

" Bien ! " fit-elle alors que ses yeux viraient à un rouge vibrant, " Je vois un gros tas gris... Ca doit le Goraiko, il est avec un petit bonhomme à lunettes avec une cravate mal nouée, ça doit être le ministre du travail, encore en grève. "

L'héroïne blonde lâcha un petit rire, avant de se reprendre,

" Ahem, pardon. Par contre, je ne vois pas le Président Sarkozy ... Bon, je vais sniper le gros tas d'ici, et vous réglerez ça entre v- ... "

" En fait, Goraiko est avec le Président Hollande. " fit remarquer Dollman, " Et c'est un monument historique, nous devons limiter les dégâts au maximum ! "

Les yeux de Power Girl reprirent leur teinte azure surnaturelle, et elle prit une expression d'une profonde lassitude :

" Sérieusement ? Vous laissez votre président s'habiller comme ça ... Ah la la ... Enfin ... Je suis Power Girl. Genre, comme dans "J'ai empêché un vaisseau de la taille de New York d'écraser une métropole en le soulevant à bout de bras" ou dans "J'ai sauvé Tokyo d'un monstre de plusieurs centaines de mètres de haut qui balançait des rayons atomiques". Pas Power Girl comme dans "J'entre par les conduits d'aération et je bastonne comme une ninja". C'est des gens comme Mister Miracle, qu'il vous faut, ou bien Batman, ou Huntress ... Je peux l'appeler si voulez, c'est une très bonne am- "

Dollman l'interrompit :

" Uncle Sam a pris les devants. Vous ferez équipe avec un être plus ... "subtil" ... "

Il fit un signe de la tête en direction de l'Ambush Bug. Power Girl tourna la tête.

Elle retourna la tête vers Dollman.

" Sérieusement ? On doit sauver la France ou faire un remake d'Intouchables ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 23 Juil 2015 - 7:00
- Wow wow wow, mattez moi ça ! Ce châssis, ces pare-chocs, ces essieux... Hé Mademoizelle, siouplait, wallah c'est un peu gênant la vérité... mais... vous serez pas... par hasard... la marque de cette bagnole, nan parce que franchement elle en jette ! Oh zut elle est partie... Tant pis, je me présente moi c'est Ambush Bug, avec un B comme Bug. Et vous êtes... Attendez laissez moi deviner !
L'insecte disparut dans un nuage de fumée verte, pour réapparaître en magicien, costard cravate coiffé d'un turban vert. Il sort une boule de cristal de derrière sa cape. Et une table avec un nappe brodée de lunes et d'étoiles. Il s'assit sur une chaise qui apparut aussitôt.
- Formidable boule magique, boule de lavage, es-tu là ? Si oui frappe trois fois !
Le brave petit Cheeks apparut dans la boule, lunettes au nez et devant un ordinateur.
- Toc, toc, toc. Mais euh, c'est pas pour les esprits ça ?
- Chut, jeune impudent, ne vois tu pas que je me concentre... Bon j'ai besoin d'un nom.
- Robert.
- Quoi ? Non, c'est une fille !
- Géraldine.
- Attend tu sais même pas à quoi elle ressemble... Elle est blonde et à forte poitrine.
- Géraldine.
- Non ! C’est une super-héroine !
- Marin lunaire.
- Moins asiatique.
- Bulle.
- Moins jeune voyons !
- Buffy.
- Moins tueuse.
- Réparateur de cloche.
- Moins féerique.
- Elle-Ra.
- Moins kitsch.
- Scarlett Johansson
- Moins réelle.
- La femme invisible.
- Plus visible.
- Emma Frost.
- De notre univers steuplaît.
- Ah ben j'ai trouvé, c'était pas si difficile !
Quelques minutes plus tard, après avoir tout rangé, Ambush Bug s'approche de la mystérieuse fille, en jouant de ce qui semblait être ses sourcils, c'était difficile à dire vu sa combinaison.
- Hum, Ambush, je te rappelle que le président est en danger...
- Ah ben ouais tiens.
POUF
- Dis moi la grisaille, pas touche au président, tant que je parle à la fille capiche ? Mais oui, mais oui c'est qui le gentil gris-gris hein ? Mais oui, c'est toi !
Après avoir pincé la joue de Goraiko, qui resta abasourdi, il sauta de son épaule et parla au président Hollande.
- Bon et toi tiens toi bien, faut que je te récupère en une pièce hein.
POUF
Marchant désormais vers ce qui semblait être sa future conquête :
- Alors Black Canary... quoi de neuf ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 17:13
" Nicco, c'est quoi ces conneries ? "

" Il te prend pour quelqu'un d'autre. "

" Je comprend bien, Nicco, je ne comprend juste pas ses références ... "

" La Femme Invisible fait partie des 4 Fantastiques. Emma Frost des X-Men. "

" Ouais, la première, c'est Jessica Alba dans les mauvais films, mais la deuxième ... Elle était dans les films ? "

" Yup, January Jones, dans le film qui se passait dans les années soixante. "

Karen se renfrogna subitement,

" Quoi, il me prend pour l'autre gourdasse qui frime en récoltant des glaçons dans l'arctique ? Il me prend pour une méchante ? "

" En fait, Kara, je pense qu'il considère plutôt la version comics. " souffla-t-il, en essayant de tourner dans sa tête quelque chose de correcte, et de pas trop dégradant, " Il ... Et bien, dans les comics ... "

" Quoi ? Qu'est-ce qu'elle fait ? "

" Du ... Fan-service. Elle se balade en blanc, avec un décolleté plongeant. Elle considère ça comme parfaitement normal et distingué. "

Elle s'arrêta, se gratta le front alors que l'Ambush Bug rangeait le matériel, et sembla bien le prendre.

" Tiens, il faudrait que je m'y mette, aux X-Men. Je demanderais au voisin s'il peut m'en prêter. Je crois que je l'aime bien, cette fille. "

" Oui, enfin ... Tu as une mission à remplir, aussi. "

C'était à ce moment-là que l'Ambush Bug, probablement lassé de son roulage de mécanique auquel la Kryptonienne ne prêtait pas attention - trop occupée à dialoguer avec son coordinateur -, disparut dans un pouf, et reparut quelques secondes plus tard, le président avec lui.

Evidemment, la police se précipita sur lui pour le mettre en sûreté.

Et l'insecte revint à la charge, pour la traiter de Black Canary. Sérieusement ? Le fait que l'on puisse les confondre l'interrompit d'un coup. Gelée sur place, la main sur son oreille. Immobile, ses yeux seuls trouvèrent le Bug.

" Sérieusement ? " réagit-elle avec un brin de colère égoïste dans la voix, " Réellement ? Tu sais que Black Canary s'habille en noir, non ? C'est ... son nom. "Black Canary", noir. "

Elle prit appui sur un jambe, une main sur la hanche, dans une démarche chaloupée et involontairement racoleuse, comme si elle était sur un podium. De son autre main, elle fit un mouvement de va-et-vient entre le haut de son crâne et le bas de son costume, au niveau de ses hanches.

" Qu'est-ce qui est noir, là ? On fait difficilement plus blanc. Moi, c'est Power Girl, il n'y a certes pas "White" dedans, parce que "White Girl", c'est tendancieux, mais quand même ! C'est pas comme si j'étais un second couteau, tout de même ! "

Il fallut l'intervention du Freedom Fighter "officiel" pour mettre un terme à la confrontation de nerds.

" Messieurs, " se permit Dollman, " Goraiko est toujours à l'intérieur ... "

Power Girl se retourna pour lui faire face, le toisant de sa hauteur.

" Ah ouais ? Je m'en occupe, maintenant que le Président est en sûreté. Ca va bien cinq minutes, vos clowneries ! Vous voulez de la subtilité ? Je vous aurais prévenu ! "

Elle appuya sur son oreille, activant la fonction Bluetooth de ses boucles d'oreille high-tech.


Sans attendre, elle piqua un sprint olympique vers la grille et sauta par-dessus en faisant une vrille artistique. Elle atterrit et continua sa course vers les portes. Arrivant face à elle et sans s'arrêter, elle balança un coup de vision calorifère dans la serrure pour la transformer en ferraille rougeoyante et sauta, poing en avant. Le mouvement était joli, académique, propre à n'importe quelle scène de film d'action, mais Power Girl arriva si vite et avec tant de force que, même sans serrure, elle fracassa les portes et envoya d'énormes débris de chêne massif voler en tout sens sur les preneurs d'otages du hall. Terminant son vol plané par une gracieuse roulade et une glissade qu'elle n'avait pas prévu. Le sol de marbre était trop bien lustré, et elle dut s'arrêter en plongeant une main dans le sol, laissant quatre marques profonde d'au moins cinq ou six centimètres.

Kara Cascadeuse - 1, Sol - 0.

Prompts à se mettre en branle, les commandos de Superbia passèrent à l'action. Le plus proche sortit un couteau de combat qu'il "alluma". La lame vira au bleu avec un bruit distinct d'énergie. Sûrement un joujou technologique. Il porta un coup et Power Girl, efficacité en tête, attrapa la lame au vol dans son poing par le tranchant. Le plasma ou quoique ce fut, couinait.
Le soldat regarda Kara, surpris. Kara regarda le soldat, elle hocha les épaules. Elle serra un peu, faisant littéralement exploser la lame, puis elle colla un léger coup dans son gilet pour le libérer de la gravité sur quelques mètre. Il s'écrasa sur le mur, assommé par le choc. Les tirs fusaient dans tout les sens, Power Girl volant et distribuant les coups, esquivant avec une grâce surhumaine plus encore qu'elle n'encaissait. Ils étaient encore humains, ça allait, elle pouvait gérer.

Finalement, elle se retrouva face à l'un d'eux, un espèce de bazooka technologique sur l'épaule. Le commando masqué était même parvenu à lui braquer le canon face au visage.
Précision intéressante : le canon était aussi gros que la tête de Power Girl. Il luisait méchamment, et rouge.

" Crève, espèce de saloperie de suceuse de ... " beugla-t-il en appuyant sur la gâchette.

Il y eût un gros "boum", et la tête de l'héroïne fut couverte par un épais rayon lumineux autant que la voix de son agresseur par la détonation.

Le flash l'aveugla un instant, mais quand il put voir à nouveau, Power Girl se tenait toujours là, le visage roussi, un épais nuage de fumée s'échappant de sa peau qui ne semblait pas avoir subi un traumatisme insurmontable. Elle était principalement décoiffée et le visage figé dans une expression pincée de colère.

" Vas-y. " lâcha-t-elle, assassine, en faisant son casque d'une pichenette, révélant un blondinet apeuré, " Répète un peu, qu'on rigole. "

Dehors, c'était la panique : on avait donné l'assaut et personne ne semblait comment réagir à ces méthodes quelques peu ... expéditives. On entendait des tirs, des explosions, on se demandait ce qu'il se passait ... Finalement, Power Girl sortit sur le perron, tira avec ses yeux pour faire fondre la serrure de la grille du parc, et leva un pouce bien en l'air.

" C'est bon ! " lança-t-elle, en français au désespérant accent américain dans le texte.

Elle se retourna pour voir Dollman qui ouvrait la porte sur l'hémicycle où était présent Goraiko.

" Efficace, bien qu'un brin trop destructeur. " remarqua-t-il,

" Je vois pas de quoi vous voulez parler. " rétorqua l'héroïne, alors qu'un pilier s'effondra sur elle, se brisant à son contact et la couvrant de débris et de poussière.

Le hall était décoré de terroristes assommés, de douilles, d'armes, de traces de balles dans les murs et de traces de poings ou de pieds dans les murs fissurés. Certains avaient réussi à esquiver un ou deux coups.

Alors que l'agent secret la regardait en haussant un sourcil sarcastique, il ouvrit la porte sur un Goraiko qui semblait déjà l'attendre.

Parfait, ça simplifierait les choses.

C'était un mastodonte. Enorme, tout gris. Un sumo sous stéroïdes technologiques, avec des yeux bouffis. Il faisait peine à voir, à vrai dire. On aurait dit une gentille et mignonne figurine de dessin animé japonais ... Qu'importe, Power Girl était parée. Elle secoua la tête pour s'épousseter et s'exclama, peut-être pour montrer l'étendue de sa culture, ou parce qu'elle et le sérieux de la situation faisait deux à moins d'une menace cosmique :

" It's clobberin' time ! "

Et en effet, ça allait chauffer. Elle courut en armant son poing, et fut accueilli par un pied quasiment aussi gros qu'elle, qui la fit voler en traversant le mur et jusqu'au flanc d'un blindé qu'elle coucha sur le flanc par le simple choc.

Elle était tombé en plus à côté de l'Ambush Bug, qui ne manquerait sûrement pas d'une remarque assassine, ou d'une drague vaseuse.

" Je mets au défi Black Canary de faire ça ... " lâcha-t-elle en se relevant, intacte mais avec son amour-propre quelque peu blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 30 Juil 2015 - 6:27
"Il y a de l'idée mais ça tombe à plat !
Ambush Bug prit un bloc-notes et en suivant de son stylo une liste écrite, il tomba sur la case 'remarque vaseuse' qu'il cocha d'un air satisfait. Il tapota ensuite de son stylo la case suivante :'drague assassine'. Tournant sur lui-même, il se stabilisa habillé d'un smoking tout ce qu'il y a de plus classique. Cheeks l'appela à ce moment pour corriger son erreur sur l'identité de la personne qui l'accompagnait. Ambush Bug surprit de cette erreur, se vida par inadvertance tout son flacon de parfum dessus. Il raccrocha et sauta à côté de sa charmante coéquipière, la saisissant langoureusement.  
- Quelle est ? Ah, le belle femme soupergirl fatale... mwoo mwoo  vous ici mon bel enfant, quelle sourprise... mwoo  dans mes bras, petit farfalle... mwoo mwoo  viens brouler ton cœur au feu de l'amour... mwoo  yé vous aime, comme y'aime... mwoo  la mozarella... mwoo  c'est le moment de la mise amore... mwoo mwoo mwoo...
- Hum, désolé.
- Qué encore ?
- En vérité, ce n'est pas Supergirl mais Power Girl a qui vous faites du charme...
Ambush Bug lâcha la malheureuse et tomba à genoux sur le sol. Saisissant un policier français à proximité il lâcha d'un fort accent français (en VO ici) :
- I am the broken heart of love. I am the disillusioned. I wish to enlist in the Foreign Legion so I may forget. Take me!
- Bon Ambush, t'as épuisé tout le budget clin d’œil interdimensionnal. Alors tu vas me faire le plaisir de terminer ça avec du DC hein...
- Rah, faudra que je change d’imprésario... Attendez vous avez dit Power Girl ? Fille pouvoir ? THE POWER GIRL ? Mais je suis son plus grand fan !
Tourbillonnant sur lui-même il réapparut à peu près comme ça :



- HIIIIIIIIIIIIIIIIIII POWER GIRL. JE SUIS VOTRE FAN N°UNO. Un totographe Power Girl, un totographe !
- Elle te le donnera si tu finis le gros gris là-bas.
- Pfff easy. POUR POWER GIRL Supery
Ambush Bug fonça sur Goraiko tête la première. Celui-ci l'arrêta sans effort de sa main droite pour le lancer 20 mètres plus loin. Il réapparut quelques instants plus tard dans un fauteuil roulant, avec des bandages et tout le taintouin, tandis que Cheeks, érudit de la gastronomie française depuis quelques minutes le gavait à la pelle comme une oie.
- French people call this 'foie gras'. Dis should be good."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 29 Aoû 2015 - 16:16
Power Girl était occupé à se remettre de la drague ravageuse d'Ambush Bug. Elle lui avait en effet ravagé les nasaux. Et les oreilles, passablement. Un tel accent ne devrait pas être autorisé.

Et il voulait un autographe, en plus. Il s'était pour cela habillé en terrible cosplay d'elle-même, pour prendre d'assaut le Goraiko. Diantre. C'était affreux.

Ce qui devait arriver arriva. Il mourut de manière particulièrement horrible. Elle put le voir avec horreur s'écraser comme une espèce de gelée à la pomme croisée avec un mannequin de crash-test, une longue traînée rougeâtre liquide le suivant.

Mais il revint. En chaise roulante. Ceci ne faisait absolument aucun sens. Et puis il y avait cette fille. Power Girl l'avait déjà vu quelque part ...



Mais ... C'était ça ! La voisine ! Didi ! La gentille fofolle qui vivait avec deux poissons rouges ! Celle qui avait les services sociaux sur le dos en permanence et réussissait pourtant à sen sortir avec l'aide de colis de l'Armée du Salut qu'elle recevait de la part de l'épicière en bas de l'immeuble !

" Salut Karen. " fit-elle de manière désinvolte, en observant avec un sourire le Bug.

" D- ... Comment tu ... Qu'est-ce que ... ? "

" Oh, rien. Buggy est encore mort. Je passais tamponner son passeport. "

Elle passa en caressant Cheeks, puis elle sortit un marqueur et dessina un petit stickman joyeux sur l'un des bandages d'Ambush Bug, accompagné d'un "Get well soon !"

" C'est quoi ce ... ? Comment tu ... ? Tu pourrais parler en anglais ? Je suis pas en train d'halluciner, ou bien ? C'est un effet secondaire des pouvoirs de ce monstre ? "

" Not really. It's pretty easy to understand actually. You're not insane, it's just that ... "

Power Girl se saisit la tête entre ses mains en lui coupant la parole.

" Ça y est, je pète un câble, je vois des apparitions de ma voisine qui parle dans une langue cabalistique que je comprend pour on ne sait trop quel raison ... Je sens que j'ai fait quelque chose d'idiot en me levant ce matin ! "

Didi sourit, amusée, en lui tapotant sur l'épaule, ce qui était particulièrement burlesque, puisqu'elle était debout sur la pointe d'une jambe pour le faire.

" De l'anglais, ma grande. C'était du vrai anglais. En fait, l'anglais que tu es persuadée de parler, c'est du français. " expliqua-t-elle, " Comme je disais, c'est assez simple à comprendre : il y a une donnée que tu ne perçois pas, ça s'appelle le Quatrième Mur. Ambush Bug - et moi, accessoirement -, la voit et la prend en compte. Il est pas fou, juste un peu plus conscient que toi. En réalité, tu es un personnage de papier contrôlée par un auteur. Ambush Bug aussi, mais par autre. Ils interagissent ensemble à travers vous. Et moi, je suis Death, la Mort. "

Power Girl était toujours perdu la frimousse dans ses mains.

" Ça y est. J'ai perdu la tête. Ce Goraiko avait des pouvoirs sur l'esprit ... "

" Non, non ! Je t'assure. Tout ceci est bel et bien réel ... Dans une certaine mesure. Si tu veux tout les détails, je suis même ici parce que ton auteur n'avait plus la moindre idée de comment il pourrait faire avancer l'intrigue, et comme il m'aime beaucoup, il m'a fait intervenir. Comme ça. "

" Comme ça ? Toute ma vie est contrôlé par un type qui fait apparaître ma voisine de New-York en plein milieu de Paris ? "

Elle éclata d'un rire sonore. Didi ne broncha pas, toujours souriante.

" Je ne suis ta voisine que depuis moins d'une heure, en fait, mais tu es persuadée de me connaître et de connaître ma famille depuis des années, alors qu'elle n'a jamais existé. " dévoila-t-elle, " Ça, par contre, c'est moi qui l'ait fait. "

" C'est un rêve ? Un délire halluciné ? Une caméra cachée ? Lawrence Fishburne va sortir de derrière un buisson pour me demander de choisir entre la pilule rouge et la pilule bleue ? "

" Non, rien de ça, ma grande ! " claironna la jeune femme pâle, " Pour reconnaître un rêve, il faut chercher un sosie de Robert Smith, et les délires hallucinés ... Eh bien, tu trouveras une gamine avec les cheveux multicolores dans tout les sens. C'est la réalité, mais tout est relatif : tu balances bien des lasers avec les yeux au mépris de toutes les conventions scientifiques ... "

Power Girl n'en pouvait plus. Elle se demandait ce qui avait bien pu l'atteindre : Elle ne se laisserait pas faire !

Elle se rua en volant sur Goraiko pour le frapper de toutes ses forces, le tirant sur le parvis pour échanger des coups d'une extrême violence. Dollman et les autorités pouvaient constater avec horreur qu'après avoir discuté toute seule pendant quelques minutes et en se prenant la tête entre les mains, elle massacrait violemment le chef local des forces de Superbia en lui hurlant de lever le maléfice ou la drogue qu'il lui avait asséné.
Tout puissant qu'il était, le golem ne tiendrait sûrement pas bien longtemps. Restait à savoir si il allait mourir sous les coups de la Kryptonienne enragée et dans un état qui paraissait second ...

Death, elle, était accoudée aux poignées de la chaise roulante d'Ambush Bug, l'air pensive.

" Si Neil Gaiman passait maintenant, je pense que l'auteur de Karen se prendrait un procès au cul. Je me demande si il lit le français, d'ailleurs. " Elle observait la bagarre en refrénant de légers "ouchs" qu'elle faisait en plissant les yeux à quelques baffes particulièrement violentes, " Au début, j'ai failli être remplacée par Ciri de Cintra, d'ailleurs. Tout ça en justifiant qu'elle traversait les dimensions. L'auteur de Peegee est marrant, mais il a de légers problèmes une fois qu'il est lancé, quand même. Il va nous sortir Deadpool, bientôt ... "
Revenir en haut Aller en bas
 

[MFN] 14 Juillet : La marseillaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1° BCP_14 Juillet 1916_PARIS
» 14 Juillet 2008
» Lundi 14 juillet 1919
» Orages au Mont July (01) - 3 juillet 2010
» Le statut d'auto-entrepreneneur (Réponse photo de Juillet 2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Europe-