[New-York - Central Park] L'envol de l'Ange [PV Icon]

Invité

MessagePosté le: Sam 18 Juil 2015 - 13:18




Il y a des siècles que les choses se font ainsi. Des millénaires que les démons s'octroient simplement les miettes de ce que les Seigneurs des Enfers prennent sur Terre. Les âmes déchues quand à elle reviennent à ceux qui savent où chercher. Une âme en peine fut retrouvée, errante dans les méandre d'un monde où seules les flammes et la mort prévalent. Son corps nu titubait alors qu'elle s'avançait, le visage blême, la poitrine ensanglanté… Le cœur arraché par la violence d'une guerrière aussi sauvage que la plus puissante des créatures infernales. Retrouvée, enchaînée, bafouée… L'âme ne pu trouver le repos qu'elle escomptait tant. Pire encore que cela, son cœur retrouvé, celui-ci se vit étreint d'une main griffue et rouge sang. Maintenant elle serait sienne, pour l'éternité. La souffrance qui éclatait dans son regard à chaque outrage la rendait un peu plus violente, taciturne, et surtout, à son grand dam, ne faisait que grandir son désir de vengeance. Il l'utilisait, lui comme eux tous… Ceux qui le servait, ils profitaient de son corps… Son nom…



REQUIEM !


Derrière un visage impassible et cruel se cachait avec honte la femme qu'elle était vraiment. Artémis… Amazone de Bana-Mighdall en enfant des terres du Sud… Alors qu'aujourd'hui, pour elle, tout cela n'était plus qu'un lointain souvenir, certains n'avaient rien oublier de ce moment. Et lorsque la vengeance atteignait son paroxysme, elle se muait en un puissant désir de conquête… Pour les plus grands démons qui soit, mettre la main sur la Terre pouvait sembler désuet et inutile car trop simple… Mais pas pour lui… Dalkriig-Hath… Se tournant devant les flammes d'un immense brasier dans lequel se consumaient encore des âmes qui hurlaient à s'en briser les cordes vocales, il gardait ce visage impassible et ô combien cruel qui le distinguait de ses pairs.



DALKRIIG-HATH


Une démone pénétra alors dans la salle, sa peau écailleuse et brune refléta alors les flammes dans une beauté macabre. Ses ailes membraneuses se replièrent dans son dos alors qu'elle posa un genou à terre, baissant la tête dans un signe autant de respect que de soumission, sa voix s'éleva dans la pièce obscure et s'adressa alors au démon rouge.

- Maître Dalkriig-Hath… Moi, Belyllioth est votre dévouée servante. Ordonnez, et j'obéirais.
- Va sur Terre, retrouve-la… Et… Fais ce qu'il y a à faire !
- Dois-je la tuer Maître ?
- Non, suis le plan… Les humains doivent comprendre que nous autres ne sommes pas que des contes pour leurs enfants… C'est elle qui devra TUER !


Opinant du chef, la démone se releva, et le poing sur le cœur, se téléporta alors sur Terre. Alors que la chaleur et l'odeur de souffre des Enfers se laissa aller à la caresse d'une herbe verte, Belyllioth fit quelques pas avant de trouver enfin celle qu'elle était venue chercher. Requiem n'était plus paraît-il… Comme se faisait-elle appeler déjà ? Artémis ? La Shim'Tar ? Quelle étrange nom pour celle qui, à sa place, était devenue la maîtresse préférée du Maître Dalkriig-Hath. Serrant les dents et se rappelant de toutes ces années où c'était ELLE la préférée du Maître Dalkriig-Hath, Belyllioth se rua sur la Cheffe des Amazones. Toutes griffes sorties, il ne lui fallait qu'une chose, un peu de son sang. Une simple cicatrice et cette dernière serait à elle… Dalkriig-Hath mettrait alors son plan en place. Toutefois, malgré sa vitesse démoniaque, la Shim'tar se retourna et, tout en dégainant son épée, contra l'attaque lancé à grande vitesse.

Les coups se contrèrent les uns après les autres. Epée contre griffes, maîtresse contre maîtresse… Démone contre Shim'Tar… Malgré toute la volonté et la force qu'Artémis mettait dans ses coups, Belyllioth fini par prendre le dessus sur son adversaire. Alros que ses griffes lacérèrent sa gorge, un sourire sadique apparu sur le visage de la démone. Désormais elle serait sienne… Maître Dalkriig-Hath serait content de retrouver sa si précieuse petite poupée… Et il la remercierait comme elle le désirait depuis tant d'années. Ca serait maintenant ELLE qui serait bafouée. Oui, elle l'espérait tant. La souffrance, le mépris de son vénéré maître… Elle aurait enfin tout ça.



***


Plusieurs semaines s'écoulèrent, et alors que les âmes qui brûlaient encore dans les flammes du brasero tombaient maintenant en de fin lambeaux de chair calcinée, Dalkriig-Hath fixa son regard sur celle qu'il avait enfin retouvé… Requiem répondrait à tous ses désirs… TOUS !


Je suis… Votre… Esclave…

Des images percutèrent de plein fouet le cerveau d'Artémis. Elles lui présentait un plan, un meurtre. Une manière pour les démons de se présenter enfin au monde des hommes. Elle devait tuer un homme… Un surhomme plus exactement… Sur Terre, il portait un nom bien différent… Mais pour eux… Il n'était autre que…


Ω ICON Ω


***


Le soleil venait de rejoindre la Terre, à l'horizon, ses rayons fuyaient vers un ciel prenant des couleurs ocre et orangées. Sous le couvert de sang et de crimes, le monde avançait, ouvrant petit à petit ses portes aux démons et à tous ceux qui, dans l'ombre tiraient les ficelles. Dalkriig-Hath était de ceux-là… Requiem était devenue sa marionnette, il allait frapper un grand coup. Si grand, que la Terre elle-même tremblerait. Un de ces protecteurs allait disparaître. Elle serait l'épée de sa vengeance, une de celle qui, au détriment de tous marquerait un tournant d'apocalypse dans le monde des hommes…

Des arbres, d'immenses et magnifiques arbres projetaient leurs ombres sur les chemins de pierres et de terre. Debout sur une des branches millénaires, Requiem gardait l'œil alerte. Son ouïe, bien plus fine que celle d'un humain normal écoutait le moindre bruit, la moindre respiration. Au bout de quelques minutes, l'Amazone l'entendit… Il arrivait, au moment précis où Icon passa à sa proximité, Requiem dégaina son épée et se rua sur lui.


- TUER ! MAÎTRE DALKRIIG-HATH VEUT TA TÊTE ! MEURS !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 25 Juil 2015 - 2:53


Icon aimait le soleil jaune de la Terre.
Il lui avait manqué durant tout ce temps.
Ce n'était pas parce qu'il avait vécu dessous presque toute sa vie, non. Il y avait plus: il procurait de la chaleur, de l'espoir pour la vie. Il était père, mère et dieu en même temps. On le vénérait, on le craignait, on l'adorait... Il donnait la force de se battre et de vaincre. Le soleil de la Terre n'avait pas d'égal, non. Même si Krypton, par exemple, idolâtrait Rao, son astre, Auguste estimait que cela relevait plus du religieux et du symbolique que d'autre chose. La planète bleue, elle, différait.
Cela faisait peu de temps qu'Arnus était revenu d'un long, très long voyage vers Terminus. Désireux de renouer avec son peuple d'origine, il traversa la galaxie. Des milliards et des milliards d'étoiles flottèrent autour de lui, suspendues entre elles par l'attraction qu'elles exerçaient les unes envers les autres. Quand on voyageait de la sorte, on avait tendance à parfois se sentir le centre de l'univers, le point autour duquel gravitait tout ce qui existait. C'était à la fois grisant et effrayant.
Icon, baroudeur et grand habitué du voyage supraluminique, se voyait de moins en moins confronter à cela. Il avait des cartes de toute la galaxie, des radars, des millions et des millions de données ainsi que la possibilité de créer et de modifier la vie, tout ça dans son astronef, bien au chaud, dissimulé aux yeux du monde.

Arrivé à destination, il fut d'abord bien accueilli par ses pairs. Ils étaient curieux, amusés, étonnés, terrifiés même par la nouvelle forme de leur ancêtre. En effet, deux cent ans étant passé, les recherches scientifiques avaient considérablement avancé sur Terminus. Ils craignaient que son code génétique, s'il comptait rester, altère le leur irrémédiablement. Et, bien qu'ils le cachaient, ils trouvaient Arnus risible, pathétique, et particulièrement laid. Son nez, boursouflé, éclatait au milieu de son visage comme un bubon répugnant, ses cheveux cachaient la douce courbe de son crâne... Immonde, dégoûtant, indécent. Cependant, à partir du moment où il commença à montrer ses pouvoirs, les scientifiques eurent pour lui un intérêt considérable. De fil en aiguille, il faillit se retrouver sur une table opératoire pour se faire extraire son ADN et recycler en compost. Il semblerait que les Terminiens avaient perdu le sens de l'humour que leur connaissait Icon.

Affaibli tant physiquement que mentalement, il échappa in extremis à son sort funeste, dû régler leur compte à quelques geôliers, et fuir vers son vaisseau, sans laisser la moindre chance à ses nouveaux ennemis. Après une lutte acharnée, il regagna l'espace, lieu vide et froid, mais tellement plus sympathique que celui d'où il venait.

Mais maintenant qu'il était revenue sur sa véritable planète, celle qui l'avait vu souffrir, pleurer, haïr, vivre, en sommes, il se sentait bien, heureux. D'ordinaire, il ne revêtait son costume que pour les rondes ou les missions avec les autres super-héros. Ici, cela ne concernait ni l'un ni l'autre, si ce n'était un profond désir de sentir l'air frais sur son visage, les rayons du soleil sur sa peau, la ville en dessous de lui, grouillante, inarrêtable. Bien évidemment, s'il se passait quelque chose, un vol, une prise d'otage, une tentative de meurtre, il laisserait tomber son moment de détente. Mais en l'état actuel des choses, il voulait prendre du temps pour lui.
Le vent siffla sur son passage alors qu'il contournait le Daily Planet encore endommagé par la récente attaque de Luthor. Il se dirigea ensuite vers le parc de Metropolis, verdoyant, où se dressait majestueusement un Superman de bronze, symbole d'espoir, de renaissance et de puissance. Gotham n'aurait jamais érigé une statue en l'honneur de Batman, les mentalités y étaient bien trop différentes, et leur héros aussi.

Le colosse d'ébène, peu soucieux des regards et des gestes en sa direction, infléchit sa course céleste droit vers un des étangs paisibles qui ponctuaient les chemins de promenade. Ses pieds touchèrent doucement le sol, presque sans bruit, tandis que le reflet de son visage apparut sur la surface irisée. Ses traits doublement centenaires semblaient immuables et intemporels. Son cou de taureau, aussi puissant que large, laissait à peine paraître le bouillonnement d'énergie qui parcourait inlassablement le corps du super-héros.
Il ferma quelques instants les yeux, et les rouvrit au moment où une voix féminine désagréable retentit à ses oreilles:

- TUER !!! MAÎTRE DALKRIIG-HATH VEUT TA TÊTE !!! MEURS !!!


Immédiatement, d'instinct, il se décala, évitant une lame si affûtée que sa vision extraordinaire ne parvenait pas à en distinguer clairement le fil. Une arme de guerrier, une arme magique, une arme à ne pas sous-estimer. Enfin, son regard croisa celui de l'être qui le chassait: une femme à l'âge indéfinissable, aux longs cheveux roux, à la plastique exceptionnelle mais pas particulièrement agréable selon les critères du héros de Dakota. Trop musclée, trop sèche, elle lui rappelait... oui, Wonder Woman. La guerrière qui l'avait pris en chasse devait donc être une Amazone.
Etonnant, vu que depuis son arrivée sur cette Terre, il n'avait jamais rencontré la moindre Themyscirienne. Pas une seule.
Conscient qu'un seul coup de lame pouvait avoir raison de lui, Icon bloqua une attaque en calant l'extérieur de son bras au niveau du coude de l'agresseur, et la frappa avec violence au torse, la repoussant suffisamment pour pouvoir respirer.

- Qui est ce Dalkriig-Hath, Amazone ? Lui ai-je causé le moindre tort pour qu'il me condamne ainsi à la mort ? Je ne veux pas me battre contre toi si tu n'es que l'émissaire de ce triste roi.

Les mains du héros se chargèrent d'énergie positronique, prêtes à s'abattre sur la guerrière si les paroles ne parvenaient pas à la dissuader. Il ne voulait pas causer de dégâts à la ville, de pertes civiles ou matérielles, et il comptait bien prendre l'initiative pour repousser en dehors des limites urbaines le monstre de rage et de haine qui lui faisait face.
Icon serra les dents, se préparant au rude combat...
Il avait un mauvais pressentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 25 Juil 2015 - 16:11

Toute la folie furieuse du monde des Enfers coulait dans les veines d'Artémis. Remplaçant son sang, la rage du démon portait en son sein nourricier l'apôtre de sa colère. Alors que l'épée passa à quelques millimètres à peine de sa cible, sa lame se planta dans le sol, y laissant une entaille profonde. La Terre elle-même sembla souffrir de ce choc car, sous les pieds même de Requiem, la terre trembla. Imperceptiblement, mais bien assez pour la faire reculer. Le choc qui répondit à son attaque la repoussa vers l'arrière. Sa cible ne poserait aucuns soucis. Il ne le pouvait pas, le Maître en avait décidé ainsi. Requiem tuerait sa cible. Point final. Tenant son épée à deux mains, la lame suivant sa joue droite l'Amazone possédée serra les dents. Entre ses lèvres d'un rouge sanguinolent, on pouvait lire la détermination de celle qui n'a plus rien à perdre. Son esprit, son corps n'étaient que marionnettes entre les mains griffues du démon. Artémis n'existerait plus jamais, elle ne serait qu'un pion, un jouet qui se briserait si facilement…

Tandis que la "Cible" créait d'étranges ondes entre ses mains, Requiem fonça sur lui, la pointe de l'arme dirigée vers lui. Les coups pleuvaient. Entre feintes, coups directs et habiles esquives, l'amazone répondait au coup pour coup. Alors que sa lame transperça la cape de son adversaire, d'une main elle l'attrapa à la gorge et l'envoya valser derrière elle d'une force dont même elle ignorait la puissance. Sa fureur se lisait dans ses yeux, elle avançait, dominante, dangereuse, en n'ayant qu'une seule chose en tête : TUER !

Soudain, un éclair vint la frapper dans le dos. Requiem se retrouva face contre terre. Encore plus enragée qu'elle ne l'était déjà, elle se retourna et vit une sorte de luciole volante. Un Super-héros ? CA ? D'un revers de la main elle l'envoya s'écraser contre un arbre, complètement assommé. La rousse s'approcha alors de lui, l'épée en main, et alors qu'elle s'apprêtait à l'abattre, une voix dans sa tête lui remémora sa mission. Icon… Sa "Cible" était Icon. Personne d'autre !


- JE DOIS TE TUER !

Plus Requiem donnait de coups, plus ces derniers se rapprochaient de leur cible. Sa "Cible" avait beau être aussi rapide qu'elle le souhaitait, elle ne le serait jamais assez pour esquiver jusqu'à la fin de ses jours. Toutefois, une attaque mal placée et son épée vola au loin, se plantant dans le sol. Elle ne pouvait abandonner, le Maître l'aurait tué, et son esprit, totalement embrumé ne pouvait réfléchir seul, passant ses bras autour d'un arbre qu'elle déracina, elle frappa le plus violemment possible sa "Cible". C'est alors, que profitant d'une rapide occupation elle sauta sur son épée et contra les attaques qui pleuvaient de nouveau sur elle. Pas de pitié, pas de compassion. Juste la mort !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 2 Aoû 2015 - 21:53
Il n'eut pas le temps d'attaquer.
La menacer n'eut aucun effet.
Elle chargea, purement et simplement, sa lame en avant, prête à tuer, tuer et encore tuer. Ses yeux luisaient d'une détermination mille fois supérieure à celle des autres humains. C'en était presque... irréel. Impossible. Monstrueux. Désireux de préserver sa vie, Icon esquiva le fil sans nul doute mortel de l'épée, profitant d'une faiblesse de la créature. Une seconde trop tard, le héros comprit l'erreur qu'il venait de commettre: l'Amazone n'avait pas de faiblesse. L'écart n'eut comme simple conséquence que de laisser une ouverture à la tueuse. Cette dernière asséna au colosse noir un puissant coup d'épaule, le repoussant pour préparer une attaque d'estoc. Vif, Arnus écrasa ses mains sur le plat de la lame, la bloquant avant qu'elle ne vienne pénétrer sa chair. Il resta là, quelques secondes, tremblant devant la force déployée par Artemis. Il jeta un regard derrière lui, retira une des ses mains, dévia d'une poussée l'arme et enfonça son poing positronné dans le délicat visage déformé par la rage. La pointe glissa dans la terre avec un bruit terrible, et l'Amazone fut projetée en arrière. Malheureusement, elle ne lâcha pas son instrument de mort, et repartit à l'assaut immédiatement.

Icon para, esquiva, rendit les coups autant qu'il put. Sa force phénoménale dépassait normalement de beaucoup celle de la tueuse. Et pourtant, il ne parvenait pas à prendre le dessus: il assurait tout juste un statut quo. Et il n'aimait pas ça. Ses forces déclinaient petit à petit, il les sentait s'amenuiser. Artemis, elle, ne semblait que se renforcer. Ses frappes étaient de plus en plus précises, de plus en plus violentes, de plus en plus déraisonnées. Le colosse d'ébène ne désirait cependant pas laisser libre cours à sa force titanesque; cela risquait de causer des dommages matériels énormes et des pertes civiles importantes. Il ne pouvait pas se le permettre.
Jusqu'à ce que la tueuse l'humilie en le prenant à la gorge et en l'envoyant paître plus loin. Une étincelle de violence se réveilla en lui. De colère. De haine. Il ne connaissait pas celle qui lui causait tant de torts, mais elle allait payer pour tous les autres, sans exception. La perte de son univers, la cruauté des Terminiens, le mal qui ne cessait de s'étendre... Raaaaaah !!!

Libérant son potentiel, Arnus déchaîna sa puissance, et envoya un puissant jet positronique balayer la guerrière égyptienne. Elle fut propulsée, et s'écrasa au sol en laissant une tranchée profonde sur sa route.
Icon ferma les yeux, et les rouvrit étincelant d'une énergie farouche, téméraire et inattendue. Il refusait de perdre aussi facilement. Tout son corps se mit à luire, vibrant. Si le Soleil n'avait pas diffusé sa chaleur sur Central Park, toute la zone herbeuse se serait tout de même vue éclairée. Comment osait-elle ???
Sans lui laisser le temps de réagir, l'alien dirigea un autre de ses rayons vers elle, sans succès. Il tenta alors de s'approcher d'Artemis. Négligeant la prudence, il fut propulsé contre un arbre, le brisant en deux sur le choc. Avec un grognement distinct qui se mua en un cri de rage, le justicier se redressa et reprit le combat. Des éclairs jaillissaient du centre du parc, allant percuter les façades des bâtiments, la terre, les routes, les voitures. Un vacarme épouvantable régnait sur place.
Et Icon faiblissait de nouveau.
L'Amazone, infusée des pouvoirs démoniaques, le dominait.
Il ne pouvait pas l'admettre.

D'un revers de la main, il la désarma, la frappa une fois, deux fois, trois fois au visage. Alors qu'il l'acculait à un arbre et s'apprêtait à la terrasser, la guerrière déracina le superbe chêne derrière elle et s'en servit de marteau. Le héros d'ores et déjà déchu se retrouva projeté en arrière. Usant de sa maîtrise de l'énergie positronique, il se stabilisa, se remit sur pieds et chargea de nouveau. L'ennemie avait récupéré son épée, et paraissait prêt à continuer encore longtemps.
Icon ne pouvait pas se le permettre.
Après un violent coup au foie, il se retrouva à genoux.
En position de faiblesse. Encore. Cette fois-ci, il craqua, et ouvrit complètement les vannes. La présence démoniaque, malgré son confinement dans le corps d'Artemis, l'influençait. Il était plus violent, plus impitoyable que d'habitude.
Sa peau s'illumina de l'intérieur, de la lumière jaillit de ses yeux, de sa bouche, de ses doigts.
L'air vibrait autour des combattants, la poussière se souleva et forma des tourbillons.
La guerrière comprit trop tard.
Icon explosa.
Puis ce fut le noir.


Après un temps indéterminé, le puissant super-héros rouvrit les yeux. Il se sentait mal, vidé de toutes ses forces. Il se redressa cependant, et assista à une vision d'horreur. Il se trouvait dans un cratère de 8 mètres de profondeur, sur près de 500 mètres de diamètre. Tout était propre, nettoyé, mais détruit, irrémédiablement.
Se mettant sur ses genoux, il observa la scène de désolation autour de lui.
Plusieurs hélicoptères passaient au dessus du lieu de combat comme des mouches attirées par des restes oubliés. Icon mit quelques temps à parfaitement réaliser ce qui se passait.
Quand il comprit, il ne lui resta que la force d'éclater en sanglots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 2 Sep 2015 - 16:27

La violence… La… Violence… LA VIOLENCE ! Oui, cette sensation qui naissait dans les veines d'Artémis n'était rien d'autre que cette sensation de rage incommensurable. Elle remplissait ses poumons, son cerveau baignait dans cet esprit de combat et de victoire sans limites. Elle frapperait, tuerait sa cible. Démone au sang mêlé… L'Amazone venait de perdre son humanité au profit d'un être out aussi puissant que détestable. Une force décuplée explosa dans son corps, la violence de ses coups s'enfonçait encore et encore dans le faciès imperturbable de l'homme qu'elle affrontait. Points vitaux après points vitaux, l'épée du jugement sinistre frappait et tranchait, ne faisant aucune pitié. Pas même une once de réflexion pouvait encore s'interposer dans ce combat qui se muait en une guerre, un duel entre deux animaux sanguinaires ne désirant que la mort de leur adversaire, et son sang… Ce liquide vermeil si merveilleux… Se déversant sur l'herbe verte de la citée Américaine.

Croisant les bras devant elle, Artémis contra la poussée de l'attaque de l'homme. Un rayon rougeâtre, qui l'aurait balayée tel un fétu de paille si elle n'aurait pas été la Shim'Tar, et surtout, si elle n'aurait pas portée son armure, celle-là même qui fut bénie par les Dieux et par Circée en personne, la protégeant de la majorité des attaques physiques et magiques. Toutefois, le rayon fini par avoir raison d'elle et l'envoya s'écraser plus loin. Allongée face contre terre sur un sol recouvert ça et là d'une terre brûlée et détruite par leur combat, Artémis se retrouva seule au monde. Malgré tout, la volonté de son Maître était encore bien trop présente pour qu'elle puisse se réveiller et mettre fin à ce combat inutile. Profitant d'un instant de latence de la folie de sa cible, Artémis contra le mimétisme de son attaque et le frappa en pleine face, l'envoyant à son tour paître loin d'elle. Il voulait du corps à corps ? Il serait servit.

Tout autour d'elle, les cieux et la terre ne semblèrent plus faire qu'un. Une lumière d'une rare intensité se mit à brûler, scindant le monde et l'univers en deux parties bien distinctes. Le Yin et le Yang… L'un ne pouvant vivre sans l'autre sans jamais réussir à s'enlacer. Telle fut la manière dont l'Amazone perçue le monde alors que ce dernier implosa. Des coups, des enchaînements d'attaques toutes plus violentes les unes que les autres parvinrent autant qu'elles partirent de l'Amazone. Du sang commença à s'écouler de ses lèvres. Elle n'était faite que de chair et de sang. La douleur qui montait jusqu'à son cerveau lui fit tourner de l'œil une fraction de seconde, pas assez pour l'assommer, mais déjà trop pour qu'elle contre l'attaque suivante. Puis ce fut le néant… Un vortex de puissance s'ouvrit devant l'Amazone, le trou noir créé par la colère de sa cible écrasait et absorbait l'univers qui l'entourait.

La plaie béante de la Terre faisait souffrir l'Amazone, Gaïa, la Déesse Mère souffrait, elle hurlait, les oiseaux qui avaient réussis à fuir les arbres ne chantaient plus, ils hurlaient à leur tour, les arbres déracinés jonchaient le sol tels les cadavres des soldats tombés sur le champ de bataille. Allongée sur le sol, brisée, humiliée, Artémis ne pouvait plus bouger. Elle ne sentait plus dans son corps que la douleur et l'amertume. Ses côtes étaient brisées, sa jambe droite avait prit un angle improbable, et elle ne sentait plus ses bras. L'entièreté de son être ressemblait à un pantin désarticulé que l'on avait fait tomber d'une table. Après la violence, la souffrance…






Son épée quitta alors sa main. Elle la vit flotter dans les airs quelques secondes avant de comprendre ce qu'il se passait. Le démon qui vivait en elle s'était enfin exprimé de manière physique. Serrant les dents, Artémis tenta en vain de se relever pour l'arrêter. Mais il était trop tard. L'Amazone n'avait été qu'un pion sur l'échiquier de son ancien Maître et mari… Elle ne pouvait réagir plus. Des larmes de désespoir coulèrent sur ses joues, se mêlant à son sang qui s'écoulait dans l'herbe calcinée. Un semblant de force s'échappa alors des tréfonds de sa gorge sous les traits d'un mot qu'elle ne put comprendre. Une négation, un simple refus. Mais alors qu'elle perdit connaissance, l'épée s'abattit sur sa cible. S'enfonçant entre ses omoplates, cette lame démoniaque n'avait que faire des résistances des autres êtres de chair, elle tranchait, simplement. Se retournant vers Artémis, et laissant le corps de la cible agenouillée sur le sol, l'épée le transperçant de part en part, la démone sourit. Et jetant un regard noir vers les hélicoptères qui stationnaient au dessus du parc, en fit exploser un d'une gerbe de flammes. Ainsi, ils firent d'une pierre deux coups. Les humains craindraient les démons, et elle s'était débarrassée de cette traînée d'Amazone… Seule et unique chose qui l'empêchait encore de devenir la concubine du Maître. Laissant Artémis pour morte la démone ne vérifia pas si elle l'était réellement ou pas. Elle avait d'autres choses à faire. Bien plus intéressantes.

En quelques secondes, plusieurs amazones apparurent entre les nuages. Le cri de désespoir de leur Shim'Tar avait été entendu par-delà les mers et les océans. Calliope, la bras droit d'Artémis s'approcha de leur principale guerrière et la prit contre elle. Soulevant le corps inerte de la flamboyante rousse, elle remarqua qu'Artémis était encore en vie, dans un très piteux état mais bel et bien en vie. Donnant des ordres à leurs sœurs, elle confia le corps de la Shim'Tar à ces dernières qui partirent en quelques secondes dans la direction de Bana-Mighdall. Faisant quelques pas vers l'adversaire d'Artémis, Calliope posa une main sur l'épaule du géant noir.


- Tu t'es vaillamment battu Guerrier sans nom. Tu resteras dans le cœur et l'esprit des Amazones de Bana-Mighdall. Nous respectons la valeur d'un adversaire, même si celui-là est un mâle. Part en paix Guerrier. Moi, Calliope, je fais vœux d'honorer ton courage à chaque nouvelle Lune. Adieu.

Retirant sa main, Calliope posa un regard sombre sur les soldats qui s'approchèrent d'elle, arme au poing. Tout en s'envolant, elle s'adressa à eux avec une sagesse digne des plus grands.

- Que ses hommages soient ceux d'un soldat qui a combattu pour son pays. Son courage dépassera à jamais celui de vos pairs. Les Bana-Mighdall veilleront à ce que le respect que vous lui devez soit respecté. Offrez-lui la plus belle et la plus grande des sépultures. Ce Géant est un mâle. Désormais, pour tous, il sera le Colosse Noir de Bana-Mighdall.

S'envolant à son tour, Calliope sentit une sensation lui parcourir le corps. Quelque chose ou quelqu'un semblait avoir observé la scène. Des yeux rouges sang perçaient les ténèbres et la regarda partir bien loin d'ici. Qui cela pouvait-il bien être ? L'Amazone l'ignorait, mais elle savait que tôt ou tard, ils auraient à s'affronter. Mais ce jour… Ca ne serait pas un Colosse qui tomberait genoux à terre…

[HRP]Voilà, ce RP mettant en scène la mort d'Icon est terminé pour ma part. Désolé pour le temps de réponse, mais ce fut un réel plaisir que de pouvoir échanger ainsi avec toi. Jusqu'au bout nous aurons combattu comme des diables. Je ne te remercierais jamais assez pour le plaisir que tu m'as donné en écrivant ce RP. Je crois qu'il arrive désormais dans mon top 5 ! ^^ [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[New-York - Central Park] L'envol de l'Ange [PV Icon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» - Central Park zoo -
» Le Casse de Central Park
» Petite sieste à Central Park
» L'Ecureuil de central Park
» CENTRAL PARK de Guillaume Musso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-