C'est l'histoire de deux fous dans un asile ... [ Joker ]

Invité

MessagePosté le: Lun 27 Juil - 14:53
Le long tunnel dans lequel marchait Scarecrow semblait être sans fin. Il avait beaucoup réfléchit. Il avait un plan pour faire plier Batman, le pousser dans ses derniers retranchements. Mais ce plan avait besoin de préparation, et ne serait pas pour maintenant, ni avant longtemps. Du coup, l'épouvantail avait pour le temps pas mal de temps à tuer. Et le temps, ça ne passe pas vite. Alors, si Batman devait souffrir, autant qu'il souffre dès à présent. En plus, cela permettrait à Jonathan de s'amuser un peu. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu un vieil ami. Il lui fallait remédier à cela. Il aurait ainsi non seulement de la compagnie, mais aussi un divertissement et une arme de poids contre le Chevalier noir.

D'abord, il avait pensé au Chapelier. Mais ce dernier lui cassait beaucoup trop la tête. Si il allait à sa rencontre, ils prendraient le thé ensemble, se disputeraient des filles, chercheraient des Alice ... Et Crane n'avait pas du tout la tête à cela. Croc ? Beaucoup trop instable. Et tout les autres étaient internées à Arkham. Mais quand il y repensait, à chaque fois qu'il voulait un allié, il était bloqué. Arkham était toujours un problème. C'était le second problème auquel il fallait remédier. Là bas, il choisirait l'allié qui l'accompagnerait. En même temps, il tenterait de faire de l'asile son nouveau quartier général. En même temps, c'était l'endroit le plus propice à la peur, à Gotham. L'endroit vraiment parfait. Alors il s'était mit en route, avec une petite idée quant à celui qu'il libérerait en priorité.

L'entrée secrète d'Arkham était un secret de polichinelle. Le grand requin blanc, alias Warren White, avait creusé un long tunnel depuis des années, qui allait de sa cellule à l'extérieur. Bien évidemment il ne laissait personne sortir d'Arkham sans son autorisation pour ne pas éveiller les soupçons, et une émeute était provoquée à chaque utilisation du tunnel. Il n'avait jamais mentionné un possible retour aux sources. Scarecrow allait devoir démontrer son autorité.

Au bout d'un long moment, il parvint au bout du tunnel. Un trou était rebouché par le lit de Warren. Jonathan connaissait par cœur les habitudes des gardiens d'Arkham. Il attendit d'entendre des voix. Comme Warren n'était pas considéré comme un grand criminel, peu de précautions étaient prises à son encontre. C'était cette erreur qui leur coûtera cher. Il défit de sa ceinture l'une de ses nombreuses sacoches prises pour cette opération à haut risque, souleva le matelas, retira le cordon qui gardait la sacoche ouverte, et la balança, tel un soldat lançant une grenade. L'effet fut tout aussi immédiat, sauf que ce fut encore plus bruyant. Les gardes hurlèrent, ainsi que le détenu. A l'évidence, il n'était pas prêt de le pardonner. Le maître des phobies se hissa, dégaina sa faux, et mit un terme à l'existence des gardes venus faire leurs rondes, et à l'évidence morts de peur. Immunisé contre son propre poison, il n'avait rien à craindre. Il se pencha ensuite sur sa victime.


" Désolé, mais aujourd'hui Arkham est à moi. Quand t'aura fini de gigoter, tu sera de la partie si t'en a envie. "

Il s'approcha ensuite de la mare de sang et du cadavre du garde, cherchant vainement les clés. Au bout de quelques précieuses minutes, il s'approcha du deuxième garde mort et les trouva. En plein dans le pénitencier, il lui faudrait un moyen d'ouvrir les portes et de provoquer une émeute. Et justement, il avait le meilleur allié à portée de main. Il s'approcha d'une cellule, dépassant celle de Double Face et de Firefly qui étaient désertes, fit tourner très lentement tourner la clé dans la serrure afin de la faire grincer. Il n'y avait pas d'urgence pour les autres détenus, une fois le système informatique piraté, les portes s'ouvriront automatiquement.

" Joker ... J'ai une blague pour toi. "

La lumière pénétra dans la pièce sombre, découvrant le visage du célèbre clown prince du crime.

" Liberté conditionnelle ! "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 11 Sep - 15:11
Le Joker avait une nouvelle fois été internée à l'Asile pour un crime, qu'il niait bien sur. Cela faisait une journée qu'il avait retrouvé sa cellule sombre, il était assit en tailleur dans sa tenue orange, il était entrain de réfléchir à son prochain crime pour une nouvelle fois attirer l'attention du chevalier noir. Le couloir était calme, on pouvait entendre deux gardes faire leur patrouille, un des gardes s'arrête devant la cellule du Joker et dit.

"Hé le clown, tu connais la blague d'un fou enfermé dans un asile ? Et bien c'est toi hahaha."

Le Joker lui répond calmement d'une voix à faire pâlir un jeune garçon.

"Et toi tu connais la blague du garde qui va finir sous terre ? Il est juste en face de moi."

Le garde rigole et injure Mr J comme d'habitude. Puis les deux gardes continuent leur ronde. Puis ils s'arrêtent devant la cellule de Warren, de là où était le Joker n'entendit que de brèves paroles d'une conversation peu inintéressante, puis soudain les gardes se mettent à hurler ainsi que le détenu, du moins c'est ce que le Joker pensait. Mr J rigole et crie.

"J'entends quelqu'un souffrir, oh c'est monsieur le garde HAHAHA."

Puis un silence de mort (c'est le cas de le dire) règne soudain dans le couloir suivit de bruits de pas venant dans la direction de la cellule du Joker. Les pas s'arrêtent devant la cellule et le bruit d'une clé tournante dans la serrure résonne dans la cellule. Une voix familière résonne dans la tête du Joker qui lève la tête en montrant son sourire diabolique.

"Oh déjà !? Je viens juste d'arriver."

Le Joker se lève et sort de la cellule en s'étirant, il regarde Crane avec un air dubitatif.

"Qu'est ce que tu viens faire ici Crane ? On t'as pourtant pas interné ici ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 13 Sep - 12:10
L'épouvantail se retrouva devant le Joker pour la énième fois. Il faut dire que ce n'est pas la première fois qu'ils feraient un coup ensemble, c'était même assez souvent.

" Je m'ennuyais. Et puis j'ai eu une idée de génie. Je t'expliquerai au fur et à mesure, mais là, on à très peu de temps. On pourrait repartir par le trou qu'à fait Warren, mais je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais de s'emparer d'Arkham. Bouge pas. "

Scarecrow rebroussa chemin quelques minutes, s'aventura dans le tunnel, puis revint vers le Joker, un grand sac à la main, qu'il déposa à ses pieds. Il défit le nœud qui fermait le sac. Il ricana à l'idée qu'il y ait du gaz à l'intérieur. Assurément, personne ne serait sorti vivant de la pièce, mais le Joker comme Scarecrow n'avaient pas à s'en faire pour cela puisqu'ils semblaient immunisés. Lorsqu'il eut fini sa tâche, il l'ouvrit en grand : on pouvait y découvrir des gadgets qu'utilisaient habituellement le Joker et Batman.

" La plupart m'ont été fourni par le Trickster, des Rogues. Il y a quelques jours, j'ai eu une nuit mouvementé, où ce petit charlatan m'a vendu des genres de gadgets que vous utilisez, toi et batou. J'ai modifié celui de notre ami pour que ses batarangs libèrent une capsule de mon gaz terrifiant une fois lancé, ou que sa batgriffe ai une seringue remplie de mon sérum ... J'en aurai vivement besoin dans les minutes qui vont suivre. Pour ta part, je suis retourné dans ton ancienne planque, à Amusement Miles, et j'ai déniché quelques un de tes gadgets préféré, comme ton spray de gaz hilarant et d'autres tas de truc "

La salle de contrôle permettant l'ouverture des portes des détenus était proche, mais les nombreux systèmes de sécurité devraient les poussés à sortir de l'ombre tôt où tard. Scarecrow et le Joker ne brillaient pas non plus par leur discrétion, ils n'étaient pas le Suicid Squad.

" Le plus dur sera d'accéder à la salle de contrôle. Ensuite, Croc, Double Face, Freeze et tout les autres viendront nous prêter main forte pour nous emparer de l'asile. Je t'expliquerai ensuite tout mon plan en détail, mais je peut t'assurer que dans les semaines à venir, nous nous emparerons de Gotham, nous liquiderons Batou de la pire des manières et le monde plongera dans le chaos. "

Son petit discours terminé, il se tourna vers le Joker, et puis soudain, il ne douta plus de sa réaction. Sa folie se voyait dans ses yeux. Il ne dirait jamais non à l'épouvantail, cela se voyait, il était prêt à tout pour faire couler le sang. Un génocide parmi les gardiens d'Arkham n'était qu'une petite blague dans un film humoristique.

" Prêt pour une bonne partie de rigolade ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Sep - 11:34
Scrarecrow était devant le prince du crime, il discute un moment puis il rebrousse chemin en demandant au Joker de ne pas bouger, ce dernier lui répond.

"Où veux-tu que j'aille à part dans ce trou ?!"

Puis l'épouvantail arrive enfin avec, dans sa main, un grand sac qu'il dépose au pied de Mr J. Il défait le nœud, le Joker n'avait pas peur que ce soit du gaz que Crane utilisait pour faire peur à ses ennemis car de toute façon le Joker était immunisé contre ce genre de toxines. Le sac s'ouvre en grand et il aperçoit des gadgets en tout genre.

"Oh tu m'as apporter des cadeaux ! Tu sais que je t'aime Cranounet !"

Mr J fouille dans le sac et tombe sur un gadget qui lui est familier, le Batarang il s'empare d'un des batarangs et le jette en face de lui, l'objet se plante dans le dos d'un homme enfermé ici avec tous ces fous, il était inconnu du Joker, mais l'homme eu des spams violent avant de tomber de terreur criant sa phobie. Le Joker se met à rire et dit.

"Oups excuse moi heu ... c'est quoi ton nom ? Oh et puis on s'en fou !"

Le Joker ramasse son spray et au fond du sac son arme favorite, son revolver, chargé celui là. Il manquait une seule chose au Joker et celui-ci le fit comprendre à Crane.

"Tu sais que je ne bas jamais sans mon costume !? Il va falloir le récupérer, il se trouve dans la salle de "pièces à conviction" enfin je te fait pas un dessin tu connait déjà tout ça."

Scarecrow avait parlé d'éliminer Batman et ce plan avait l'air de ravir le prince du crime, il fit son plus beau sourire puis ajoute.

"Allons casser de la chauve souris et du gardien."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 20 Sep - 11:18
Le Joker était aussi imprévisible que la pièce de Double-Face. Aussi, Scarecrow ne s'étonna pas lorsqu'il lui ordonna de se rendre dans la salle des pièces à convictions, qui, pour compliquer toute la tâche, se trouvait à l'autre bout de l'asile, proche des égouts où résidait Killer Croc. Or, Scarecrow n'avait pas vraiment envie d'aller réveiller Killer Croc lui même. Il risquait, dans les eaux sombres, de ne pas le reconnaître, de ne pas chercher plus loin que le bout de son nez et en faire un repas. Ca ferait une bonne histoire au Joker à raconter à ses amis, et au Batman comme il le fait parfois pour le déstabiliser. Et Crane n'avait pas tellement envie d'apparaître dans ces histoires en temps que défunte personne.

De plus, l'instabilité du Joker pouvait rendre les choses plus complexes. Le fait qu'il use du batarang énervait l'épouvantail pour deux raisons. La première, c'est parce que c'était SON arme. La seconde, parce qu'une munition de perdue, c'était une perte de trop. Et Jonathan ne tenait pas tellement à se faire coffrer. Si il était une nouvelle fois enfermé, il n'aurait pas trop de mal à s'en sortir, mais le tunnel de la cellule de Warren serait découvert.


" Mon pote ... On a pas le temps d'aller chercher ton costume pour l'instant. Cet asile est ultra sécurisé et, si tu n'avais pas remarqué, quand tu a fais le mur, tu n'a pas fait de massacre parmi les membres du personnel. Avec un peu de chance, quand on libèrera les prisonniers, tu pourra profiter du brouhaha pour t'en emparer. Mais libre à toi d'y aller maintenant. Seulement, tu y va sans moi. "

Sur ce, il se dirigea vers le garde mort et s'empara de la mitraillette, visa un détenu dans sa cellule, qui parti en hurlant vers le fond, puis le Joker, avant de viser le toit.

" J'ai du mal à manier ces armes. Faudra s'y faire. Je préfère dégainer ma faux, mais les couloirs sont étroits, et il y a peu de chance pour que les gardes nous loupent. "

Il se mit en quête d'ouvrir, avec la clé du gardien, une à une, les cellules aux alentours. Il y avait en tout une vingtaine d'hommes. Une vingtaine, ce n'était rien en comparaison du nombre d'émeutiers qui allaient s'emparer de l'asiles dans quelques secondes.

" Joker, j'ai besoin d'un allié de poids dans la prise de cet asile, j'ai besoin de pouvoir compter sur ton soutien. Nous n'aurons jamais assez d'effectifs pour parvenir à la salle de contrôle, à moins que l'on ai un peu de chance. Je vais passer par les grilles d'aérations. Toi, continue par les couloirs. Je vais tâcher de les prendre par surprise et leur faire croire que ce n'est qu'une petite émeute à calmer. "

Prenant la tête du garde, il pressa son œil contre l'appareil, qui le scanna et laissa la voix libre pour le Joker et les détenus.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 21 Sep - 20:27
Crane répond à la demande du Joker, il n'avait vraiment pas envie de perdre du temps à aller chercher le costume de Mr J.

"Oh, t'es pas marrant Crane !"

Le Joker fit mine de bouder comme un enfant avant de regarder Crane qui s'empare de la mitraillette avec beaucoup de mal, il la pointe vers le Joker qui recule en lui disant de faire attention et montre ensuite son revolver pour lui dire qu'il avait de quoi accueillir les gardes. L’épouvantail ouvre ensuite chaque cellule et les hommes sortent un à un, beaucoup étaient inconnus du Joker, mais eux, au contraire, connaissaient très bien le prince du crime et se méfiaient de lui. Crane allait avoir besoin du Joker et il le lui fit comprendre et s'empare de la tête du garde afin d'ouvrir la porte grâce à un scanner.

"Je te remercie jeune ami, moi et mes copains on va aller chercher des armes et ça tombe bien elles sont dans la salle où se trouve mon costume."

Le Joker s'approche de Crane jusqu’à ce que son visage soit en face du sien et lui dit d'un air menaçant.

"Ne m’empêche pas d'y aller sinon je t'arrache tes membres un a un et je les donne à Croc."

Puis Mr J se met à rire en tapant sur l'épaule de l’épouvantail.

"Tu aurais dû voir ta tête mon gars, heu enfin je sais pas si t'as un visage avec ce masque..."

Le Joker était du genre à faire des blagues même si elles n'étaient pas du goût de tout le monde. Coopérer avec lui, c'était prendre des risques. Il se retourne vers les détenus et leur cri fort et haut.

"J'ai besoin de vous mes mignons, il va falloir massacrer quelques gardes pour arriver à prendre le contrôle de l'asile. Moi et mon ami ici présent, nous vous serions très reconnaissant si vous vous joignez à nous ! Qui est pour ? Et qui est contre ?"

Après une minute de silence, les hommes se regardent puis acquiescent et un des hommes fredonne un air "Joker, Joker, Joker" et tout les hommes se mettent à scander le nom de leur chef. Ce dernier leur répond.

"Bien, dégagez moi le passage vers la salle où sont gardées les pièces à convictions."

Les hommes courent vers la sortie en criant comme des fous et c'est le cas, le Joker se retourne alors vers Crane avec le sourire.

"Bon hé bien on se rejoint dans la salle de contrôle! A plus Cranounet."

Puis le Joker sort de la pièce et suit ses hommes à travers les couloirs d'arkham.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 21 Sep - 21:55
Le clown savait se faire comprendre, à n'en pas douter. Il ne lui avait fallu que quelques secondes pour rallier tout ces hommes à sa cause. De toute manières, bien qu'idiots, ils ne l'étaient pas assez pour ne pas savoir qu'en cas de refus, et malgré le brouhaha que cela ferait, celui qui aurait osé défier l'autorité du Joker se serait fait arrosé d'une pluie de plomb. La seule fois où Crane lui même l'avait défié ouvertement, il s'était pris à plusieurs reprise le pied d'une chaise dans la figure, et une rupture brutale d'une alliance qui s'avérait pourtant fructueuse. Il ne lui avait toujours pas pardonné mais il allait devoir faire avec. C'est d'ailleurs pour cela qu'il ne protesta pas à sa blague douteuse que le clown lui glissa.

Regardant le clown partir, l'épouvantail débloqua de ses gonds une grille d'aération à l'aide de sa faux et s'y engouffra. Il pensa aller à la salle de contrôle, mais celle-ci était bien trop gardé pour qu'il l'attaque seul. Si il sortait le grand jeu tout de suite, il n'aurait plus assez de gaz pour liquider le reste de l'île d'Arkham. Et il ne comptait pas fuir. La victoire où la mort, comme dirait ces bons vieux romains. Il se décida donc à emprunter le chemin qui le mènerait à la salle des pièces à convictions.

Il m'y un bon moment à y aller. Déjà, pour connaître le chemin. Ce n'était pas la première fois qu'il empruntait ces grilles d'aérations, mais cela faisait un bon moment qu'il ne les avait pas utilisés. De plus, les allés et venus des gardiens l'obligeait à s'arrêter, afin de ne pas faire de bruit et de ne pas produire ce son métallique caractéristique. Mais, au bout d'un moment, il pu détruire une grille et se laisser tomber. Pas de tirs, silencieusement, sans bavures.

Et puis, les tirs et le rire strident du Joker retentit dans les allées.


" Bordel de merde. "

Alerté par le bruit, ceux qui gardaient la salle se plantèrent devant la porte. Ou, dans le cas présent, juste en face de l'épouvantail. Combien de personnes, auraient rêvés de l'abattre en ce moment ? Légitime défense, aurait on dit, alors que Scarecrow n'aurait même pas riposté. La peur aurait joué sur eux. Mais non. Il a fallut que l'un d'eux soit parfaitement intègre, pour que le pire n'arrive pas. Il avait bien trop peur que l'administration ne lui tombe dessus, par soucis de trouver un coupable lorsque les médias s'emparerait de l'affaire de la mort du terrible Jonathan Crane.

" Les mains en l'air, sale taré ! "


Dans l'incapacité de faire un seul geste, Scarecrow maudit le Joker, et se mit à genoux, mains sur la tête.

" Dans un monde de fous, seuls les fous sont saints d'esprit. "

Au moment où les trois gardes se rapprochèrent, deux en arrière, Scarecrow dégaina sa faux, trancha la tête de l'un comme si c'était de la mousse, planta ses seringues hallucinogènes dans le cou de l'autre, puis envoya un coup de pied au plexus solaire du dernier, employant sa technique du style du bucrane, un art bien particulier des arts martiaux, l'assommant et l'envoyant bouler à quelques mètres, avant de se fondre dans l'ombre. Pris de panique, le garde qui avait reçu la dose d'hallucinogène confondit les trois derniers gardes en des zombies. Avec un regard horrifié, il les liquida sans aucun remord, puis parti se refugier dans un coin de la salle, abandonnant son arme, totalement paniqué.  

" Akira Kurosawa "

Sur ce, il entendit la porte de la salle des pièce à convictions s'ouvrir. Le sourire au lèvres, il tourna légèrement la tête. Celui qui entrerait dans la salle découvrirait la vision de cauchemar d'un épouvantail, tenant une faux sanglante, meurtrier de cinq gardes pourtant armés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Sep - 20:01
Le Joker parcourt les couloirs vers la salle où se trouvait son costume. Ses hommes de main d'un jour cassèrent tout sur leur passage, apparemment aucun garde n'était dans les parages, mais le Joker se doutait qu'ils regardaient les événements bien au chaud dans la salle de sécurité en attendant de l'aide d'un justicier masqué. Le Joker tire en l'air en rigolant puis il dit.

"Bah alors, personne n'est là pour me souhaiter la bienvenue ?"

"1, 2 Le Joker te coupera en deux ! 3, 4 il te fracassera la tête... Oh non, ça ne rime pas ! Je vais devoir y réfléchir lors de mon prochain internement."

Puis les hommes du Joker et lui même arrivent devant la porte de la salle des pièces à convictions. Le Joker s'avance et ouvre la porte. Ce qu'il découvre le fit rire.

"On dirait que tu aimes bien couper des têtes Cranounet. Bon, où est mon costume ? Les gars, gardez la porte et si de vilains gardes arrivent, tuez-les."

Le Joker parcourt les étages a la recherche de son casier.

"Hmm où est mon foutu casier ! oh tiens, Harley n'a pas récuperé sa petite robe et au fait, pourquoi elle n'est pas à Arkham avec nous Crane ?"

Puis au bout d'un moment il finit par trouver son casier, il pointe son pistolet sur le cadenas et tire un bon coup dessus.

"Oups... Désolé pour le bruit."

Il ouvre le casier et s'empare de son beau costume violet.

"Tourne la tête Crane ! Vieux pervers, j’enlève cette tenue ridicule."

L'humour du clown était vraiment très limite mais cet humour faisait bien peur aux gens normaux. Il se change rapidement alors que Crane était de dos, il s'approche de lui et lui tapote l'épaule.

"C'est bon on peut aller mettre le bazar, je me sens beau gosse, tu trouves pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Sep - 21:25
Finalement, ils n'avaient pas rencontrés beaucoup de difficultés pour parvenir à la salle des pièces à convictions, c'était à se demander si ce n'était pas trop facile. Il était évident que Batman ne viendrait jamais. Il ne vient jamais un jour d'évasion. Il préfère botter les fesses des criminels la nuit, c'est bien connu.

" Peut être qu'elle ne s'est pas fait choper comme toi parce qu'elle déteste cet endroit. Moi j'aime bien Arkham. Tu sais qu'une fois, un détenu s'est suicidé. A minuit pile, parce que je lui ai raconté une histoire d'horreur affreuse. Elle était pourtant pas mal, mon histoire. "

Loin d'avoir envie de regarder d'un peu trop près le Joker nu comme un ver, Scarecrow se tourna les pouces en se retournant, et ne réagit pas lorsqu'un échange de coups de feu retentit. Il compta seulement le nombre de chute lourdes au sol. Deux. Deux personnes s'étaient donc entretués. Il comptait simplement un garde et un détenu. Si le garde n'était pas mort, il y aurait eu d'autres bruits de chutes. En se retournant, Jonathan comprit avec satisfaction qu'il avait vu juste. Son petit jeu s'acheva lorsque le Joker lui tapota l'épaule.

" Tu est déjà mieux que dans ton horrible veste orange d'Arkham ! Allez, à la salle de contrôle. Vérifie que tout est prêt pour toi. On risque de se retrouver face à tout les gardiens d'Arkham réunis. A moins que ces abrutis n'aient verrouillés la porte principale de peur qu'on se fasse la malle ! Ce ne serait pas marrant que même, de tous les abattre quand on aurait déverrouillés les cellules. Enfin, je veux quand même voir la gueule qu'ils feront quand on lâchera Croc ! Tiens, d'ailleurs tu ne sais pas si ils ont incarcérés Grundy ? Ce serait marrant de le voir. Mais le problème c'est qu'il n'obéit qu'à Double-Face ... "

Il passa devant la porte, marmonnant pour lui même où était la salle de contrôle. Il fit un geste de la main avec un grand sourire à la caméra, qui pivota lorsque le criminel passa avec la petite troupe dans le couloir.

" A gauche. Heureusement que tu a pris des armes, je sens qu'on va avoir de la compagnie "

Les bruits de pas se précipitèrent. L'épouvantail recula, pour que le clown puisse s'amuser un peu ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 26 Sep - 16:59
Leur prochain objectif était d'aller dans la salle de contrôle qui permettait en grande partie d'ouvrir toutes les cellules et de libérer les fous qui se trouvaient à l'intérieur. Pendant que Mr J était entrain de s'habiller, il avait entendu un coup de feu et deux bruits de corps s'effondrant sur le sol, mais comme Crane, il n'avait pas relevé. Après tout, il avait confié à ses hommes de défendre l'entrée de la pièce. Le Joker répond alors à Crane.

"Ne t’inquiète pas, mon bébé ne me quitte jamais."

Le Joker vérifie ses munitions qui se trouvent dans son revolver, puis il rajoute.

"Tu as qu'à demander et ce sera fait."

"Les gars, venez voir votre maître, j'ai besoin que deux d'entre vous alliez faire un petit tour dans l'asile et voir si vous trouvez Grundy."

"Le reste, prenez les armes qui se trouvent dans les casiers."

Deux de ses hommes acquiescent puis ils sortent de la pièce. Puis le Joker et Crane ainsi que le reste des hommes de main sortent de la pièce après que ceux-ci eurent pris des armes. Crane s'amuse avec la caméra dans le couloir, puis Mr J tire dessus alors que l'épouvantail leur indique le chemin de la salle de contrôle. Des bruits de pas approchaient à grande vitesse, Crane se recule pour laisser la place au Joker et ses hommes.

"Les gars, à vous de jouer."

Comme les deux criminels l'avaient deviné, il s'agissait des gardes d'Arkham, ils étaient six au total, ces gardes devaient être les plus téméraires, les autres n'avaient surement pas bougé de la salle de contrôle. Le Joker avance pour prendre les devants du groupe, il avait son revolver à la main et il était prêt à s'en servir. Un des gardes s'avance pour prendre la parole.

"Vous n'irez nulle part bande de tarés."

"Oh qu'il est vilain ! Ouinn..."

Le Joker fait une moue triste, en faisant mine de pleurer puis il relève sa tête avec le sourire.

"Les gars, celui-là est pour moi, vous pouvez tuer le reste."

Le Joker tire dans la jambe du garde qui avait osé mal parler, puis se met à couvert derrière ses hommes de main. Les coups de feu fusent dans les couloirs, à ses côtés se trouvait l'épouvantail.

"C'est chaud ma poule, va falloir se mettre à l'abris."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 4 Oct - 14:51
Les tirs fusèrent. En effet, comme le disait le Joker ils étaient dans un problème des plus sérieux : l'alarme enclenchée, les gardes d'Arkham ne tarderaient pas à venir les chercher. Ils devaient, avant eux, se déplacer vers la salle de contrôle. Ils passeraient d'une équipe à une armée. Mais déjà, ils commençait à y avoir des pertes. Très peu, mais les gardes d'Arkham, bien qu'inférieurs en nombre étaient assurément plus expérimentés que les guignols à leurs côtés.

" La salle de contrôle est droit devant, pas étonnant qu'ils soient autant. Ils nous attendent certainement de l'autre côté et n'attendent qu'un faux pas de notre part pour nous abattre comme des chiens. Mais nous sommes bien plus intelligent que cela Joker, bien plus. "

Un geste, et Crane dégaina le batarang qu'il avait dissimulé dans son dos, étroitement ficelé dans sa ceinture de corde. Avec un précision relative, il le lança et celui-ci vint se ficher dans le mur, juste derrière les gardes. Ils se moquèrent ouvertement de lui en lâchant quelques sourires sarcastiques, puis se rendirent vite compte de leur erreur : le choc avait libéré une capsule contenant du gaz hallucinogène. Alors que la fusillade faisait toujours rage, les gardes découvrirent en leur alliés des araignées monstrueuse, des martiens armés de tronçonneuses ou encore Jack l'éventreur, ce qui provoqua des hurlements de peur à réveiller les morts, et ils se tirèrent dessus en reculant, et se mirent accidentellement dans le champs de tir des détenus. Ils furent éliminés ainsi en quelques seconde, et le dernier, qui confondait l'avancé des détenus à une invasion massive de fourmis, se tira une balle dans la tête. L'espace confiné étant trop grand et le gaz trop léger, il se dissipa bien vite, mais le mal était fait. Scarecrow, derrière son masque en toile de jute, lança un petit clin d'œil au Joker avec un petit sourire, puis désigna une bouche d'aération.

" Si on passe par la porte principale, on va se faire lyncher comme pas possible. Je vais lâcher ma sacoche du gaz de terreur par surprise, et quand tu entendre les hurlements, je compte sur toi pour lâcher ton spray de gaz hilarant sur eux. Fais attention, quand il vont se rendre compte de la magouille, ils vont lâcher tout les salariés de l'asile ici. On aura pas beaucoup de temps, mais quand ce sera fait ... Gotham sera presque à nous. "

Une nouvelle fois, il détacha la grille d'aération et se faufila dedans. Bien qu'il était grand, il était atrocement maigre, au seuil de l'anorexie, et pouvait facilement progresser dans le tunnel exiguë. Il monta, tourna et rampa et, au bout de dix interminables minutes, parvint à vaincre le tunnel ... vertical. Il ne lui fallut pas plus de dix seconde pour se retrouver dans la salle de contrôle. Là, malgré la sensation de vertige qui le tint, il défit brutalement et avec sonorité le grillage, ce qui provoqua, chez la vingtaine de garde présent, une peur viscérale, rien que de voir sa tête.

" Allez, faites moi plaisir ... Dites moi quelles sont vos plus grandes peurs ? "

Sans le laisser parler plus longtemps, les gardes tirèrent dans sa direction, et Jonathan profita de cet instant pour lâcher la sacoche remplie de gaz. Deux balles transpercèrent le sac, laissant le gaz se faufiler dans les moindres recoins de la salle. Deux minutes. Ce fut le temps que mirent les gardes avant de hurler de terreur. Ils ne ressemblaient désormais qu'à une vingtaine d'enfants en pleurs.

" Allez mon pote, fais toi plaisir. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 22:27
Crane envoie le batarang qu'il avait mis de côté, ce dernier se plante dans le mur juste derrière les gardes, ces derniers rigolent mais bien vite leurs rires font place à des hurlements. Le gaz hallucinogène faisait son effet. Les gardes furent vite éliminés par les hommes de main et le Joker avait eu une crise de fou rire en voyant les gardes se tirer dessus. Les hommes de main avancent vers le garde au sol, celui sur lequel le Joker avait tiré. Alors qu'il allait avancer vers le garde, ce dernier se tire une balle dans la tête, Mr J se mit en colère et fut déçu.

"Oh NON il était pour moi, quel crétin !!"

Crane montre ensuite une bouche d'aération et indique le plan au clown qui se remet vite de sa déception.

"D'accord Cranounet ! Je te suis, et cette fois laisse-moi m'amuser un peu !"

Après que Crane eu enlevé la grille d'aération ,il se faufile dedans, Mr J se retourne alors vers ses hommes de main.

"Vous restez ici ! Vous aurez une nouvelle tâche bientôt, prenez les fusils des gardes. Et que quelqu'un m'aide pour monter dans cette fichue aération."

Un de ses hommes de main se dévoue et fait la courte échelle, le Joker monte en écrasant la tête de l'homme involontairement, ou pas d'ailleurs. Puis il rampe dans le tunnel crasseux et vraiment petit. Il se dit à lui même à voix basse.

"La prochaine fois, c'est moi qui décide où on va, j'arrive pas à ramper dans ces tunnel."

Il suis l'épouvantail et ce dernier arrive à la salle de contrôle et lâche sa sacoche de gaz, puis Mr J sort du conduit en se laissant tomber lourdement, vraiment pas discret ce M J. Il se remet sur ses pieds alors que la vingtaine de gardes pleure. C'était au tour du Joker de montrer de quoi il était capable.

"OH arrêtez de pleurer, vous aller rejoindre vos mères et puis c'est mieux de mourir de rire que de peur !!"

Le Joker lâche une bombe de gaz hilarant et les gardes se mettent à rire puis étouffent au bout de trois minutes. Le silence règne dans la pièce, soudain ils entendent un bruit de dessous la table de contrôle, Mr J s'approche et se baisse, il découvre un garde encore en vie et mort de peur tel un chiot effrayé.

"Oh Crane, on a un gagnant ici, dit on peut le garder ?! Oh, aller Cranounet !"

Le Joker faisait des manières tel un petit garçon dans une animalerie qui voulait ce chiot en question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 7 Oct - 22:13
Le maître des phobies considéra le carnage provoqué par la toxine de terreur et le gaz hilarant. Ensemble, les deux toxines ne faisant qu'une devrait faire un carnage, ce qui donna matière à rêver pendant quelques instant à Scarecrow. Il monta les escaliers menant aux commandes tout en admirant les effets du gaz hilarant du Joker, esquissant un sourire en pensant à ce qui allait se passer dans très peu de temps. Puis, il se heurta à un problème des plus sérieux : le code d'activation. Il eut alors envie d'hurler. Il aurait dû y penser. Il se tapa la tête contre la porte, qui s'ouvrit, et il se cassa la figure d'une manière des plus ridicules. Ne comprenant pas ce qu'il lui arrivait, il leva la tête et trouva un homme retranché dans un coin de la petite salle. Il comprit alors, qu'il y avait déjà quelqu'un à la base, et que le gaz de terreur l'avait touché également. Un sourire satisfait se forma sur son visage. Et il laissa là l'homme en question. Il ne mourrait pas et il serait inutile qu'il soit éliminé tout de suite, il pourrait se servir de lui plus tard. Puis, tout excité, il redescendit au moment même ou le Joker lui faisait un caprice en lui demandant si il pouvait garder le garde en vie.

" Garder un garde. Ca, c'est un comble. "

Fier de sa propre blague, il adressa un sourire sarcastique au Joker, puis se rapprocha de lui. Au vu de sa tête, il ne comprit pas si il avait échappé au gaz terrifiant ou si il était tout simplement apeuré par la situation et l'ampleur des évènements.

" Montons en haut. Je veux découvrir le degré de peur qui traversera tes yeux quand tu verra les conséquences de ton incompétence. Je veux que tu te dise que c'est de TA propre faute à chaque cellule qui s'ouvrira. "

Au comble de l'excitation, Crane attrapa le vigile d'Arkham par la nuque, et le traîna jusqu'en haut des escaliers, en veillant à ce que le clown les suivent. Puis, il jeta le vigile à l'angle de la pièce, là où était positionné le deuxième garde, avant de montrer toute les caméra.

" Le Riddler serait fou en voyant cela. Je suis sûr qu'il ne s'est jamais évadé de cette façon. En même temps, le tunnel de Warren est récent. Attention ... Et la lumière fut ! "

Il appuya sur une rangée de boutons, et des portes s'ouvrirent. Calendar Man, Mad Hatter, Two Face, Firefly, Mr Freeze, Killer Croc, Silence ... Autant de nom qui, désormais, étaient en liberté. Mais ce n'est pas tout. Ce n'est pas moins de deux cents fous d'Arkham dont les murs de l'enceinte même d'Arkham était ouverte. Mais il fallait désormais les contenir, et ce serait assez compliqué dans le brouhaha que le Joker et l'épouvantail allaient devoir affronter.

" Bon, on doit va à la cour principale et on leur annonce qu'Arkham est à nous. C'est notre nouvelle base, la base des fous. Et d'ailleurs, comme je l'ai dit tout à l'heure, dans un monde de fou, seul les fous sont des saints d'esprit. Ce lieu se nommera Arkham Plaza, et Gotham, Gotham Asylum. Et je serai le nouveau dieu de la peur. Allez, on les rassemble, et je t'explique mon plan. A toi l'honneur. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 9 Oct - 17:36
Scrarecrow fait une blague sur le fait que le Joker voulait garder un garde. Mr J lui répond.

"AHAHAH très drôle Crane, tu commences à être drôle."

Crane attrape le vigile par la nuque et l’emmène en haut dans la salle de contrôle où il pouvait contrôler les portes des cellules. Le Joker les suit et monte les escaliers, il voit dans la pièce un autre garde assit à terre. Crane appuie alors sur les boutons qui se trouvent sur la table de commandes, tandis que Mr J veille sur les deux gardes. Les portes des cellules s'ouvrent et sur les caméras on voit les fous sortir. L’épouvantail indique son plan au maître des clowns.

"Tu penses vraiment qu'ils vont nous écouter ? Ils voudront tous devenir maître des lieux."

"Et je te signale que moi aussi j'ai le droit à ma part du gâteau, Arkham est ma maison."

Le Joker s'empare d'un garde, puis il attend que Crane lui répond puis se dirige vers la cours principale. Il force le garde à passer devant, suivit de l’épouvantail. Ils arrivent sur une passerelle d'en haut ils pouvaient voir les fous s'agiter et un brouhaha pas possible résonnait dans la salle. Le Joker tenait le garde d'un bras et de son autre main son revolver, il tire en l'air pour attirer l'attention et c'est ce qui se passe, tout le monde se tait et lève la tête.

"Allons mes mignons, calmez vous et écoutez moi."

"Nous vous avons libérés de vos cellules miteuses, moi et l'épouvantail on veut reprendre cet asile pour y construire notre lieu de rassemblement, notre maison et vous serez les bienvenus."

"Voilà un petit cadeau de notre part."

Le Joker sourit et jette le garde par dessus la balustrade celui-ci tombe avec un bruit terrible, les quelques cinglés d'en bas commencent à lui marcher dessus. C'est alors que double face se manifeste lui qui se dit juge et bourreau à la fois.

"Il est bien ton petit discours Joker, mais nous qu'est ce qu'on y gagne ?"

Mr J le regarde il n'avait pas penser à ça, il se retourne vers Crane pour lui donner la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 12 Oct - 21:47
Scarecrow contempla ce qui, de loin, le satisfaisait le plus depuis plusieurs mois, voir plusieurs semaines. Pendant tout ce temps, il s'était atrocement ennuyé. Rien à l'horizon, ni catastrophe de grande ampleur à Gotham, ni meurtre mystérieux. Mais voilà que, maintenant, sous ses yeux, les caméras lui montrait des choses qu'il n'osait pas croire de peur de tomber de haut. Les cellules s'ouvraient. Killer Croc sortait de ses égouts. Firefly se ruait vers son armure, ainsi que Mister Freeze. Clayface sortait de sa cellule dans une coulée de boue. Le ventriloque récupérait sa jolie poupée Scarface. Que de belles choses, donc. Il resta dans la même position d'imbécile heureux lorsque, quelques secondes plus tard, les détenus, arrivant en masse dans la salle d'administration, lynchèrent, frappèrent et trucidèrent les gardes présent, qui tentaient tant bien que mal de riposter. Dans le pénitencier, certains hommes, menés par le Riddler, ne faisait qu'une bouchée des résistants. Aux soins intensifs, le Chapelier et Zsazs s'occupèrent de terrasser les infirmiers. La plus grande révolte jamais conçue à Arkham se déroulait sur ses yeux et pourtant, Scarecrow était venu seul, avec les équipements fournis par le Rogue Trickster, par un tunnel, avait ouvert une cellule et était partis dans une salle ... Si Batman ou un autre justicier arriverait, plus tard, à rétablir l'ordre, les mesures de sécurités de la passoire seront forcément remise à neuf. Obligatoirement. Sinon, on ne pourrait plus trouver plus con que le gouvernement.

" On à du charisme, Joker. Ils ont besoins d'un leader et, depuis le départ nous menons les opérations. Ils ne vont pas placer Double Face au sommet de la rébellion alors qu'il n'a fait qu'attendre le cul sur son lit en métal. "

Suivant le Joker jusqu'à la cour principale, il attendit que ce dernier parle pour analyser ses paroles et les réactions des personnes dans la salle. Comme il s'y attendait, quelqu'un, Double Face en l'occurrence, demanda ce qu'il y gagnerait. Ainsi, il expliquerait en même temps que les détenus son plan au Joker. Ce dernier, à court d'argument car il n'avait pas été informé de la suite des évènements, tourna sa tête vers Crane. Alors, celui-ci dégaina sa faux et la pointa au dessus de ses futurs alliés, tel un roi pointant un sceptre.

" Dans les mois, les semaines qui vont suivre, nous allons, petit à petit, nous emparer de Gotham. Black Mask ? La Cour des Hiboux ? Connais pas. Des ennemis ? Nous les terrasserons. Nous allons former une équipe de fous. Sans déconner, l'Injustice League, c'est surfait. On va s'allier entre potes. Plonger Gotham, le pays, le continent, sous un nuage de peur. Chacun alors se combattront pour leur survie, persuadés que chaque personne est un monstre qu'ils doivent éliminer. Ainsi nous briseront le chevalier noir comme Bane l'a fait auparavant, nous briseront la ligue de justice comme les Black Lantern les ont mit à mal pendant un temps. Qu'est ce que vous y gagnez ? La gloire, la folie, le pouvoir, la mort de votre ennemi juré. Gotham sera un véritable terrain de jeu. Des guerres de gangs auront lieu, des marquages de territoires, comme cela c'était passé pendant le tremblement de terre. Cela va être magnifique les amis. Et si vous rejoignez l'Arkham Mad Gang AMG, menés par moi même et mon ami aux cheveux verts ici présent, Nous feront d'Arkham une maison, et de Gotham un asile. Je vous présente la Mad House. Dans quelques temps si vous me le permettez, je vous présenterai Gotham Asylum. "



Epilogue : Arkham est aux mains des fous ! J'ai été ravi de faire ce rp avec toi, Joker Smile
Revenir en haut Aller en bas
 

C'est l'histoire de deux fous dans un asile ... [ Joker ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est l'histoire de deux fous dans un asile ... [ Joker ]
» Deux enfants dans un sapin.
» C'est l'histoire de deux jumeaux -
» Deux blondes dans le désert
» Deux hommes dans la ville - José Giovanni 1973

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Asile d'Arkham-