Tous les héros ne portent pas forcément une cape (PV Clark Kent/ Superman) (Terminé)

Invité

MessagePosté le: Lun 7 Sep - 15:13
Ah, Metropolis. Une belle ville. Une grande ville. Presque aussi folle que Gotham mais d’une façon différente. Gotham est sombre. Si on veut se la jouer asiatique, c’est comme si la ville était victime d’un mauvais chi qui empoisonnait cette dernière, petit à petit. Metropolis fait face à toutes sortes de menaces, oui mais elle est moins… Je ne dirais pas déprimante mais disons que j’ai l’impression qu’il y a plus de soleil ici qu’à Gotham. Bien que j’ai commencé ma carrière à Star City, je dirais que c’est vraiment à Metropolis que j’ai eu la chance de me donner à fond. Qu’on ne se trompe pas. J’étais une super flic à Star City. Mais le SCU? Quand vous faites partie d’une unité spéciale révolutionnaire qui fait le boulot de Superman quand il est absent… Vous devenez VRAIMENT un super flic. Il faut bien l’admettre : c’était quelque chose.

Mais de vous à moi, ça perd vite de son charme. Je suis une flic corps et âme. Et passer plus de temps dans un laboratoire ou combattre des menaces étranges qui n’ont rien à voir avec le boulot de policier… On finit par se dire : je veux retourner à mes racines. Et puis c’est aussi à Metropolis que je me suis retrouvée confrontée pour la première fois à ce que plusieurs vont appeler les « supers ». Superman, pour nommer directement l’individu. Au début, notre relation n’était pas harmonieuse du tout. Je le voyais comme un emmerdeur qui se prend pour un justicier, sans autorisation légale pour le faire et j’ai même tenté de l’arrêter. Mais le temps passa et je me rendis compte que… L’école de police avait encore à faire pour se moderniser. Nous n’étions plus en mesure de répondre à tous les types de crises, tout simplement. Nous étions, dans certains cas, déclassés.

Et je lui dois beaucoup à Superman. Ma vie. Celle de ma fille. Mon droit de visite à mon enfant… C’est un chic type Superman, quand on prend le temps de le connaitre. Et bien trop modeste par moments pour ne pas me tomber sur les nerfs. Qu’on ne se leurre pas. C’est quelqu’un pour qui j’ai énormément de respect.  Mais je me dis mec : il faut rendre à César ce qui appartient à César! Je lui écris de temps en temps et on se parle parfois au téléphone mais… Il est occupé et moi aussi. Remarquez que je l’ai quand même invité à mon mariage avec Kate. C’était la moindre des choses. Mais là j’ai un vrai prétexte pour aller à Metropolis. On m’a demandé de donner une conférence pour un événement qui regroupe les principaux services de police des États-Unis. Sympa non? C’est vrai quand même que bon, après avoir révolutionné trois services de police…

Mais bon. La conférence est dans deux jours. Je suis arrivée avec deux jours d’avance. Pourquoi? Parce que c’était ça ou étrangler le conseiller du maire. Alors du coup, je laisse le commissariat de Gotham entre les mains expertes de Gordon. Je vais en profiter pour aller voir Superman. Discuter du bon vieux temps où Maggie Sawyer était inspectrice à la tête du SCU. Comment contacter Superman par contre? À l’époque, elle avait un numéro de téléphone direct pour une boite vocale que Superman utilisait. Peut-être que… Que malgré son départ et les années passées, elle fonctionnait encore. Elle laissa donc un message, invitant le super héros à la rejoindre à un endroit qui leur avait servi jadis à planifier des opérations du SCU : ironiquement, un penthouse dans un coin pour les gens fortunés, le dernier endroit où on s’attendrait à trouver une flic et un super héros.

Mais le lieu avait été choisi car plutôt central et permettant une bonne vue d’ensemble sur la ville. En arrivant là-bas, la nostalgie lui fit l’effet d’un coup de poing. Rien n’avait vraiment changé en fait. La plupart des meubles avaient été recouverts d’une toile protectrice et elle se surprit à rigoler en découvrant des appareils désormais déclassés. Gotham la gardait plus proche du travail d’un vrai policier mais elle avait un pincement au cœur en repensant à ce temps passé à Metropolis. Elle resta longuement plongée dans ses pensées (combien de temps c’était-il écoulé? Cinq minutes? Une demi-heure? Une heure?) ce qui fait qu’elle réalisa avec un temps de retard que quelqu’un se tenait désormais derrière elle. Comment le savait-elle? Instinct de flic oblige, elle sentait ce genre de choses…  Elle se retourna lentement, la main sur son arme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Sep - 7:15
Superman qui dort, ce serait plutôt atypique non? Alors voyons un Superman qui se réveille en retard... Impossible me direz- vous? Et bien sachez que c'était la stricte vérité, je n'avais tout bonnement pas sentit les heures passer. Le soir même, j'avais reçu un message d'une vieille connaissance que je considérais du fond de mon cœur comme une amie, me demandant de la rejoindre à un ancien lieu où on avait l'habitude de... Comploter, si je puis dire.

Elle faisait partie des rares personnes qui ne portaient pas un costume et pourtant, faisaient beaucoup pour le genre humain. Pour tout dire, sa force alimentait bien souvent la mienne, surtout dans mes moments de doutes et de questionnement. La voir travailler autant à améliorer le quotidien de millions de vie me faisait réaliser à quel point le rôle de héros n'était pas l'apanage des super- hommes. Ce n'était pas non plus une mission, mais une vie entière et surtout des sacrifices.

En quelques secondes, j'étais déjà prêt à partir et réveillé. Avant de fermer la porte d'entrée derrière moi, je me rendis bien vite compte que ma tenue n'était pas totalement appropriée, je n'étais visiblement pas aussi réveillé que ce que j'aurais voulu, pour décider de rejoindre la policière en Clark Kent. Je pris une seule petite seconde pour me changer, avant de repartir illico par la fenêtre, en volant. Ma femme était déjà au Daily Planet, et elle n'avait pas pris la peine de me réveiller et ce, sûrement parce que si j'avais dû me lever à la même heure qu'elle, je n'aurais dormi que trente minutes. Une mission de Ligue m'avait retenu toute la nuit.

Une fois sur la trajectoire de notre ancien lieu de rendez- vous habituel, j'entendis un cri, puis un deuxième et enfin un enchaînement des plus sonores, venant de la même voix aiguë de petite fille. Immédiatement, je changeai de trajectoire pour gagner l'endroit où se trouvait la source du cri. Je ne fus pas surpris d'atterrir en face d'une fillette pleurant toutes les larmes de son corps, elle- même debout face à un grand arbre. Je m'agenouillai pour être à son niveau et lui demandai ce qui n'allait pas. Son chat était coincé dans l'arbre, avais- je compris après avoir assemblé le méli-mélo de paroles qu'elle débita.

Je lui caressai le sommet du crâne en souriant avec bienveillance, lui assurant pouvoir le sauver. Mais il fallait qu'elle soit forte et qu'elle arrête de pleurer. Dès qu'elle fut calmée, je récupérai le petit animal et le lui mis dans les bras. Après lui avoir fait promettre de mieux le surveiller, je m'en allai en agitant la main. Captain Sawyer était déjà sur les lieux, je me posai sur la terrasse et entrai par la porte coulissante sans faire de bruit. Un sourire amusé naquit sur mes lèvres en constatant que la policière restait toujours autant sur ses gardes. C'était une plutôt bonne nouvelle pour sa vie, pour tout dire.

«Vous n'avez décidément pas beaucoup changé Miss Sawyer!»

Ma voix grave résonnait dans la pièce principale dans laquelle nous étions, dans le ton glacé que renvoyait ce logement désormais abandonné. J'essayais de cacher la joie immense que je ressentais à la simple vision de celle que je considérerais toujours et à jamais comme ma co-équipière. C'était la femme que je citerais en premier, si un jour un être surhumain osait sous- estimer les hommes pour leurs faiblesses. Ils avaient aussi leurs forces. Je voulais m'approcher et la prendre dans mes bras, mais ce ne serait pas très... Superman. Alors, je me contentais de lui tendre la main, avec un large sourire joyeux.

«Ravis de vous revoir saine et sauve Captain, dans ce lieu devenu sacré à mes yeux! Je vous ai manqué?»

C'était évidemment de l'humour, chose que j'avais appris à faire en sa présence sans avoir peur de révéler quoi que ce soit de mon identité. De toutes les manières, je savais qu'elle ne trahirait jamais mon secret, si elle venait à l'apprendre. Je lui faisais entièrement confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Sep - 11:06
« À l’époque c’était inspectrice pour le SCU de Metropolis. Maintenant je suis à la tête du SCU et commissaire de Gotham. Super flic un jour, super flic toujours… Que veux-tu, l’uniforme me va si bien, comment résister! Et toi non plus tu n’as pas changé. Le jour où je te verrai utiliser la porte d’entrée, je pense que c’est parce que j’aurai fait retirer la porte coulissante… Et encore j’ai des doutes! »

Tutoyer Superman? Bah ouais. Je veux dire: les gens avec qui j’ai un lien de proximité, je les tutoie. Ceux que je considère comme des inconnus ou de simples relations professionnelles, en général, je les vouvoie. C’est ma façon de montrer aux autres qu’ils ont de l’importance à mes yeux. Remarquez que je tutoie aussi les criminels mais pour une toute autre raison. L’essentiel, c’est que Superman sache qu’il a toujours sa place dans mon cœur de flic. Et très franchement, il est beaucoup plus sociable que Batman. Attention, je n’ai rien contre Batman, il fait un travail essentiel pour Gotham sauf qu’il préfère se la jouer solitaire ténébreux, c’est tout. Je ne lui en veux pas : c’est un style totalement différent de Superman. Le monde a plus que jamais besoin de gens tant comme un que comme l’autre. Drôle d’époque, il va sans dire. Drôle d’époque…

Et si Superman n’est pas du genre à trop se laisser aller à la démonstration de sentiments, ce n’est pas mon cas. Moi je n’ai pas peur de montrer que Maggie Sawyer est une femme de tête ET une femme de cœur. Je l’enlace donc dans une étreinte qui en aurait étouffé des moins costauds mais… C’est Superman. Si un jour je réussis à lui faire mal, physiquement, je vais vraiment me demander ce qui s’est passé. Parce que bon hein. Le mec peut quand même se prendre un TGV dans le torse sans broncher. Moi, j’essaie de faire pareil… Il ne restera pas assez de matière organique peur tartiner un crouton alors… Je suis vraiment contente de le revoir. On apprécie toujours de revoir les gens qui nous sont chers. En tout cas il sait qu’il pourra toujours compter sur moi. Je ne mentirai pas. Ça fait du bien de le revoir, surtout ici. Tant de souvenirs, tant de nostalgie…


« Si tu m’as manqué? Il me faudrait une demi-douzaine de Batman additionnel et trois Superman pour réussir à assurer la loi et l’ordre à Gotham. Alors revenir ici et prendre le temps de visiter un vieil ami? Oui tu m’as manqué. Plus que tu ne le crois. Je pense que Metropolis me manquait plus que Star City où je suis née. Mais attention, monsieur, je suis une femme mariée et Kate tient à sa femme! »

Tout le monde est au courant de mon orientation sexuelle, certains moins de mon mariage avec la femme de ma vie mais bon. S’il y a bien un truc que j’ai appris, c’est que les préjugés, c’est de la merde. Vous ne pouvez prétendre à la justice, à la loi et à l’ordre si vous n’êtes pas capable d’accepter la différence. Tout simplement. Une leçon que j’ai moi-même apprise quand j’ai fini par accepter que nous avions besoin de super héros en costume pour nous aider dans notre mandat de policier : protéger et servir. Une devise que j’ai à cœur depuis plus de temps que je ne veux l’admettre. En tout cas je battrai le record de Gordon comme étant la policière ayant servir le plus longtemps! Je retire le plastique d’un des canapés et je l’invite à s’asseoir. Il ne va pas me dire que depuis le temps, il n’a rien à raconter! Je n’en croirai rien du tout!

« Et toi, quoi de neuf? Tu ne vas pas me dire que depuis que je suis partie, Metropolis est devenue un havre de paix, où la criminalité et la pauvreté ont été entièrement éradiqués. Parce que si oui, on ne lit pas les mêmes journaux. Tu sais que je suis abonnée à la version électronique de ton cher journal local? Alors pas de bobards, monsieur Superman parce que je sais quand on me conte des salades! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 9 Sep - 11:14
Je ris à sa réponse, remarquant en moi- même qu'en effet, elle n'avait vraiment pas changée. Bien qu'elle n'utilisait plus son ton autoritaire habituel. Je me doutais que c'était parce qu'on ne se rencontrait plus pour des raisons officielles. Mais à mon avis, elle devait l'avoir gardé, ce ton qui faisait plier des dizaines d'homme en uniforme à ses ordres. Mon interlocutrice me connaissait autant que j'en savais sur elle, c'était comme parler à un ami de longue date. Pour tout dire, c'était presque le cas, mais j'ignorais si elle ressentait cette même amitié à mon égard, ou si je n'étais qu'un ancien coéquipier dans son esprit.

Cette question, toutefois, s'envola bien vite, lorsqu'elle m'étreignit avec force. Si je n'avais pas été Superman, je me serrais dégagé afin de garder mon vieux dos en état de marche. Mais étant plutôt solide, je me surprenais à lui rendre son embrassade avec tendresse, fermant les yeux afin de profiter pleinement d'un moment aussi unique. Je n'avais pas eu d'instant aussi agréable avec une autre personne que ma femme depuis un moment, et je devais avouer que cela m'avait beaucoup manqué. Je passais le plus clair de mon temps à voler d'un bout à l'autre de la planète et de l'univers pour sauver toutes les vies que je pouvais, éliminer les menaces rencontrées.

Ce n'était pas une activité qui laissait le temps de retrouver des gens qu'on avait tendance à perdre de vue, alors qu'on les appréciait énormément. S'ils ne faisaient pas ou plus partie de la mission, il m'était quasiment impossible de les revoir. Une telle solitude, je l'avais acceptée, sans non plus feindre ne pas ressentir tout son poids. Je voudrais lui dire tellement de choses, que nous devrions nous revoir plus souvent, nous présenter à nos âmes- sœurs, faire des sorties, visiter nos anciens camarades... Cependant, rien de tout cela n'arriverait, ce ne serait que des paroles en l'air.

Un autre rire se déclencha à la référence de sa femme Kate, qui serait jalouse d'un homme un peu trop attentionné avec sa femme.

«Si vous saviez comme vous manquez aussi à cette ville! Et à moi aussi au passage, mais je ne compte vous enlever à votre femme! Et de toute façon, elle n'y pourrait rien au vue de mes capacité.»

Dis- je en plein rire. Quand je le calmai enfin, je me détachai d'elle et reculai d'un pas. Un sourire joyeux ne quittait plus mon visage, cette journée s'annonçait des plus agréables. Rassurer une enfant, revoir une amie... On aurait dit la vie ordinaire d'un homme ordinaire, chose que j'aurais voulu de tout mon cœur. L'agent de police demanda des nouvelles de la criminalité de Metropolis depuis son départ. Je lui répondis d'un air gêné:

«Pas du tout, en effet. Il me faudrait une Miss Sawyer à chaque coin de rue pour maintenir un minimum de sécurité dans cette ville, devenue un véritable champ de bataille. Elle l'a toujours été certes, mais avec vous au moins, les habitants se sentaient protégés. Mes responsabilités de Justicier de la Ligue me fait parfois les négliger, à mon grand dépits!»

J'allai m'asseoir sur un fauteuil sous plastique et invita Miss Sawyer à faire de même en face de moi. On serait plus à l'aise pour discuter.

«Je te fais confiance, alors je vais te révéler quelque chose que tu devrais savoir en tant que collaborateur du Batman: il a décidé de mettre en place un plan visant à contrer chacun des membres de la Ligue des Justiciers. Son pragmatisme est plutôt impressionnant, je dois l'avouer. A vous deux, vous devez faire merveilles, vous vous ressemblez sur ce point! Les idéaux sont pour les naïfs comme moi hahahaha!»

Je pris un moment pour réfléchir à ce qu'il s'était passé à la réunion sur la Lune. Mon visage était alors devenu plus soucieux, penseur.

«L'initiative de Batman m'a fait comprendre une chose: on ne peut plus nous faire confiance. J'ai moi- même fait des choses horribles, bien que sous l'influence d'un autre.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 9 Sep - 13:05
« Alors là tu sous-estimes Kate. Elle n’a pas tes pouvoirs, d’accord mais souviens toi de ce que je répétais sans cesse à l’époque. Il n’y a rien de plus terrible qu’une femme en colère. Et une rousse enflammée, de surcroit… Ce serait jouer avec un brasier que tu ne pourrais éteindre, cher Superman. Elle vient de Gotham en plus. C’est triste à dire mais si la ville ne te tues pas, elle te rend plus forte. »

Et c’était vrai. Enfin. Sur les deux points. Kate était une vraie furie quand elle le voulait et Gotham avait cette tendance de décimer les plus faibles et de ne laisser derrière elle que des survivants. Traumatisés, parfois mais beaucoup plus solides. Rien à voir avec Metropolis. Metropolis, c’était quelque chose, ça oui. Je ne le nie pas. Mais Superman à Gotham? Le pauvre aurait sans doute fini avec un bon psychiatre. Mais bon. Nous ne sommes pas ici pour parler de choses déprimantes, pas vrai? Si je veux me taper ce genre de discussions, je vais demander à mes flics le rapport des victimes de la dernière nuit à Gotham. Et puis bon, c’était gentil de me complimenter mais une Maggie Sawyer à chaque coin de rue? Une Maggie Sawyer c’était trop pour la plupart des administrations, habituées à se faire obéir sans trop de discussion. Mais moi? AH!

Ce n’était pas mon genre. Je confrontais. Et pas qu’un peu d’ailleurs. Ceci dit ce qui me surpris ce furent les révélations de Superman et le plan de Batman. Plus encore, la fin de son analyse. Comment ça, on ne peut plus faire confiance aux super héros? Qu’est-ce que c’est que cette histoire? Et si on ne fait plus confiance aux super héros, considérant que le public fait de moins en moins confiance à la police malgré un travail titanesque, qui va représenter la loi et l’ordre? Et puis les super héros sont des symboles. Un seul d’entre eux peut inspirer les masses plus que tous les services de police des États-Unis combinés. Il ne faut pas se voiler la face non plus : la plupart des départements de police ont eu des allégations de corruption au fil du temps et le fonctionnariat n’a jamais vraiment eu la cote. Je le regarde avec des yeux ronds, me demandant s’il est  sérieux.


« Attends tu plaisantes? Sais-tu combien de personnes tu as su inspirer, juste en étant… Toi? Bon sang Superman, tous les flics de ce foutu pays ne sauraient inspirer le dixième du respect que toi tu inspires et à part des divisions comme le SCU, nous sommes impuissants à se frotter aux menaces d’envergure comme les extraterrestres, la magie, ce genre de chose. Même l’armée est impuissante à le faire!

Et puis quand bien même que parfois il y a des ratées, que vous fassiez des choses sous le contrôle d’un autre… Est-ce que cela vient effacer des années de dévotion, d’actions purement bénévoles et tous ces sacrifices que vous faites? Ne plus faire confiance aux super héros! Quelle ingratitude! C’est scandaleux! Qui ose dire ce genre de conneries? Je le ferai arrêter pour terrorisme! Je le ferai enfermer à Arkham! »


Autant dire que je n’étais pas restée assise longtemps. Debout, les poings crispés, il ne faisait aucun doute que quiconque aurait la prétention de dénigrer les défenseurs de cette planète se heurterait violemment à mon opposition pleine et entière. Sans Batman, Gotham serait tombée. Sans Superman, Metropolis se serait effondrée. Sans des gens comme Wonder Woman, Power Girl, Martian Manhunter et tous ces êtres qui plaçaient le bien commun avant leur propre vie, je n’ose imaginer ce qui serait arrivé à l’humanité. Ne plus faire confiance aux super héros. La liberté d’expression, soit mais il y a une limite aux conneries qu’on peut entendre dans une vie! C’est absolument révoltant! Et quand bien même, qui prendrait leur place? C’est une chose de critiquer mais sans apporter de solution, c’est de la merde et pas qu’un peu. Je suis scandalisée!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 13:35
Les yeux de Miss Sawyer s'agrandirent à une taille que je n'avais jamais vu auparavant. C'était sûrement dû à la surprise et à une forme de protestation silencieuse, mais j'étais plutôt surpris et amusé. Avait- elle jamais eu ce genre de réaction? Je ne regrettais vraiment pas d’avoir accepté de prendre un peu de temps pour la voir sous un autre jour. Ce qu'elle dit ensuite fit tourner mon esprit de nouveau, pour repeser le pour ou le contre de ma conclusion. Je n'aurais jamais vu les choses sous cet angle sans la commissaire et c'était fort étonnant de sa part. Après tout, il fut un temps où elle me pourchassait pour mes actions, et je commençais à me demander si elle n'avait pas raison à l'époque.

Qui étais- je pour me donner le droit d'intervenir à la place de ceux qui étaient qualifiés pour ça? Depuis que je portais cette cape rouge, j'avais décidé d'agir comme un ange gardien pour cette ville, puis ce monde. Cependant, personne ne m'avait rien demandé et aujourd'hui, je me rendais compte que c'était sans doute pour une bonne raison. Je pris une grande inspiration (à échelle humaine, il ne faudrait pas provoquer un trou d'air das la pièce qui emporterait mon amie) et expirai longuement.

"Inspirer tu dis? En cela je peux te répondre que j'ai aussi inspiré ce cher Lex Luthor, le Général Zod et une grande partie des ennemis de la Terre."

Mes yeux se levèrent légèrement, cherchant une réaction silencieuse à cette déclaration. Peut- être que quelque part, j'étais à l'origine de l'amélioration de certaines choses, mais les mauvaises n'arrivaient que par ma faute. Plus j'essayais d'arrêter la machine, et plus la machine se débattait avec force.

"Mes actions ont certes pour seul but d'aider les autres, de sauver des vies. Mais les conséquences me dépassent souvent. Je ne contrôle rien Maggie, tout s'enchaîne à une vitesse vertigineuse et emporte le monde vers de plus en plus de chaos, parce que je continue d'agir. Je vais finir par penser que les super- héros ne sont pas la solution aux tragédies de ce monde, mais qu'ils apportent encore plus de tragédies au contraire."

Je me levai à mon tour et posai doucement mes mains sur les épaules de la quarantenaire. Je serrai ensuite mes doigts sans y mettre de force, dans un geste attentionné. Son visage exprimait une colère et un scandale qui me touchait profondément, bien que je ne le voulais pas. Je ne comprenais pas pourquoi elle se sentait aussi redevable envers les héros, alors que les monstres qui mettent sa vie et celle de sa famille en danger viennent pour la plus part de nous. Je plongeai mon regard bienveillant dans le sien, souriant à demi.

"Tu es la femme la plus loyale qui existe, je le sais à présent. Mais regarde la vérité en face, l'ère des super- héros s'achève. Nous n'avons qu'apporté trop de malheurs à ce monde."

Je m'étais mis naturellement à la tutoyer, n'hésitant plus à le faire. J'enchaînais d'un air convaincu:

"La solution de Batman n'en est en réalité pas une, combattre le feu par le feu peut les faire fusionner et le rendre encore plus dangereux. C'est toi la véritable héroïne, tu es la solution. Et un jour, ta fille deviendra elle aussi une partie de cette solution. C'est à vous que ce monde doit être confié."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 14:26
« Mais penses-y deux minutes. S’il te plait, fait cet effort pour moi. Tu parles de Batman. Prenons donc Gotham en exemple. Avant que Batman ne s’en mêle, Gotham était corrompue, pourrie à la moelle. L’administration de la ville, le GCPD. Gordon, mon mentor, se serait fait simplement assassiner pour avoir été le bon flic. Et puis Batman est arrivé et il nous a donné le courage de nous battre.

Oui. Le Joker. Double Face. Catwoman, Poison Ivy et le reste. Certains sont attribuables, en un sens, à Batman. Mais d’autres auraient quand même existé malgré tout! Regardes Metropolis : Lex Luthor, parlons-en! Sans toi, il aurait pris le contrôle de cette ville. Probablement de façon moins agressive mais sa tyrannie elle n’aurait pas connu de limite. Zod? C’était un criminel bien avant que tu ne t’en mêles. Et les exemples sont nombreux.

Oui Superman. Il arrive que vous créiez des problèmes. Tous ceux qui s’opposent au chaos en créent. Tu penses que MOI je n’en ai pas créé? Est-ce que tu as déjà dû regarder une femme tenant un jeune enfant dans ses bras et lui dire que son mari ne rentrera pas ce soir parce qu’il a été abattu en service? Si j’avais eu ta super vitesse, cet officier vivrait encore aujourd’hui. Nous ne sommes que… Que des humains face à vous! »


Maggie, calmes toi, tu t’emportes là. Et tu vas faire une connerie c’est sûr, genre pleurer. Parce que là Superman touche à un sujet que tu veux éviter depuis tellement longtemps. Si les super héros raccrochent le costume, je vais devoir regarder une réalité que je refuse obstinément de regarder en face. Le monde, notre monde, avec des gens ordinaires pour le défendre. Les morts se chiffreront par millions. Les dommages en milliards de dollars. Et pour avoir été aspergée de produits hallucinogènes, hypnotisée, embobinée par des gadgets ou soumise à des maléfices, je l’ai vu plus qu’une fois en cauchemar ou en hallucination ce futur que je redoute plus que tout. Nous avons survécu sans les super héros parce que pendant un temps, un certain équilibre se maintenait seul. Or ce ne sont pas les super héros qui ont brisé l’équilibre en premier.

Non. Si les super héros raccrochent la cape, la mince barrière qui empêche les choses d’exploser cèdera. La police va devenir encore plus impuissante et la loi martiale sera la seule solution pour tenter de gérer ce foutoir. Ça ne peut pas bien finir. De tout temps, nous avons eu besoin de croire en quelque chose de plus grand que nous. Des dieux puis des champions puis des héros ordinaires puis des super héros. Si on nous enlève ce qui a motivé tant de gens à se tourner vers le bien, une vague noire et visqueuse va balayer ce que nous avons construit. Je le regarde et il n’y a plus de joie dans mon regard. De la douleur. Énormément de douleur. La mienne. Ce que je garde en moi, ce que je refuse de laisser sortir parce que je dois être forte pour tant d’autres. Comme Superman, je dois être celle qui fait le sacrifice de sa personne pour en aider des dizaines d’autres.

Mon regard se fait suppliant. Je ne veux pas qu’il abandonne. Je souffre cruellement du fait qu’il puisse se considérer de si piètre façon. Oh Superman, si tu savais, ô combien tu as mon respect, notre respect… Tu as été un rival puis un partenaire d’abord hésitant puis plus confiant et enfin, tu m’as sauvé la vie et tu as aussi sauvé le cœur d’une mère en lui rendant son enfant. Tu es mon ami. Un des rares que j’ai. Une des rares personnes à qui je fasse confiance. Une des seules personnes au monde pour laquelle je serais prête à commettre les pires atrocités pour te sauver. Tu ne peux pas ne pas voir cela. Tu ne peux pas ignorer à ce point ta valeur… Si le monde va mieux, c’est parce que vous nous avez donné une raison de croire. De nous battre. En nous prouvant que vous pouviez être plus grands que nous et être prêts à tous les sacrifices pour nous sauver…


« On parle rarement de nos familles mais je veux que tu saches ceci. Tu connais Jamie, ma fille. Elle m’a dit un jour : maman, quand je serai grande, je veux être comme Superman. Pas parce qu’elle voulait voler ou avoir une vision laser ou tes pouvoirs. C’était le vœu d’une petite fille d’un jour pouvoir aider d’autres petites filles à retrouver leur mère. Elle avait compris à quel point tu étais un être bon et généreux.

Alors… Je t’en supplie Superman. Si tu ne le fais pas pour toi ou pour moi… Fais le pour Jamie. Fais le pour ces milliers d’enfants qui veulent devenir comme les super héros, des forces du bien. Des forces qui se battent sans avoir à tuer, la plupart du temps. Je ne veux pas que la police ou l’armée redeviennent les modèles de notre jeunesse où la loi du flingue mène à tant d’abus. À tant de morts inutiles sous le prétexte trop souvent fallacieux de la justice… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Sep - 6:00
Y penser… Pourquoi pas? Après tout ce qu'on avait vécu de meilleur et de pire, je lui devais bien ce petit service. Tout en méditant sur le bien et le mal qui eut lieu depuis le début de mon aventure, j'écoutais le moindre mot de mon interlocutrice, dont la passion commençait peu à peu à gagner mon propre cœur. C'était cela la plus grande force des humains: cette capacité à transmettre les émotions et convictions avec les mots. Mots qui gagnaient alors un pouvoir plus grand et plus important que ceux d'un Kryptonien ou tout autre créature extraterrestre surpuissante. Sa foi était son moteur. Or, je me rendais compte à mesure qu'elle me rappelait ce que fut Gotham et ce qu'elle était à présent, que Miss Sawyer avait totalement foi en tous les super-héros, notamment Batman et moi.

Elle fit alors la deuxième chose qui me toucha profondément aujourd'hui: elle se remit en cause pour rassurer le grand gaillard que j'étais. Pourtant, je la trouvais absolument parfaite dans son rôle, toujours efficace et ingénieuse, sans la moindre fausse note. Une fois sa première tirade finie, je me rendis compte que j'étais à quelques centimètres au-dessus du sol, comme lorsque j'étais en compagnie de mes alliés de la Justice League. Un mince sourire naquit sur mes lèvres, baissant les bras pour les placer le long du corps. Toutes mes incertitudes avaient été balayées par un raz- de- marée de bons sentiments, c'était comme lorsque je recevais les discours galvanisateurs de mon père adoptif.

Ma mère s'occupait généralement de ma rassurer sur mon humanité, et de m'aider à l'accepter pleinement afin de vivre ma vie à fond, sans me soucier de ma nature extraterrestre. Quant à mon père, il avait ce pouvoir avec les mots de me faire sentir plus extraordinaire que tout autre, au-delà du fait que je possédais à assez de puissance pour réduire des planètes en gravas. Il mettait plutôt mes qualités en avant et montrait à quel point ils étaient appréciables de lui et de tous. C'était alors suffisant pour me faire sans cesse aller de l'avant, de me battre de toutes mes forces pour ce que je croyais juste, sans plus douter. Et étrangement, je retrouvais ce phénomène auprès de cette chère ancienne inspectrice. J'en étais bouleversé, mais je le gardais pour moi, n'en montrant rien.

Mon esprit revint à elle en l'entendant reprendre la parole, me parlant de son tendre enfant que j'avais le plaisir de connaître, bien que par des circonstances plutôt sombres.

«Tu as raison, Miss Sawyer. Mon but en devenant un super- héros n'était pas de faire des miracles avec mon pouvoir, mais de sauver des vies. Cependant, j'espérais que ce ne soit pas mes dons physiques qui inspireraient le monde, mais ma bonne volonté. Et si pour toi, cette bonne volonté est suffisante et fonctionne, alors je suis prêt à continuer éternellement à combattre le crime pour l'humanité entière. En espérant tout de même qu'elle finira pas prendre la relève comme Batman l'a fait, mais sans masque ni cape, comme toi. J'ai foi, grâce à toi et surtout tes actions, en un monde rempli de Superman.»

Évidemment, je n'insinuais pas «Kryptoniens». Oui, je voulais -mon père biologique voulait- qu'ils suivent tous mon exemple dans la bonne voie. Que ce soit les générations présentes et futures. Je reposai pieds à terre et pris la femme dans mes bras. Il était peut- être temps de changer quelques habitudes... Enfin, petit à petit tout de même. Un sourire amusé étira mes lèvres, alors que je lançai avec humour:

«Beaucoup de gens t'envierait d'avoir la chance  de profiter d'un câlin de l'homme d'acier, profite.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Sep - 10:22
Si les super héros ne croient plus en eux, alors notre monde était vraiment voué à se diriger droit dans un mur. Si les plus grands défenseurs de l’Humanité flanchaient en proie à une crise de foi, c’est que la partie était partiellement perdue. Le doute existe. Et c’est normal de douter. Mais pas au point de vouloir tout abandonner. Et si personne ne voulait faire l’effort de leur tendre la main, de les aider à avancer dans ces moments où la confusion les gagne, quel genre de peuple sommes-nous alors? Ils donnent sans compter et c’est à nous de leur rendre, au meilleur de ce que nous pouvons, quelque chose. Non Superman. Ne raccroche pas la cape. Nous avons encore besoin de toi. En fait, tu as probablement choisit le pire métier du monde. Comme tous ceux qui font le choix de sauver des vies. Le monde ne peut pas rester en sécurité cinq minutes.

Alors si je peux lui donner une part de ma force, le peu que je puisse offrir, soit. J’ai vieilli trop vite, je m’en rends compte. Faire mon job, c’est volontairement raccourcir son espérance de vie. On regarde les super héros, ils ont toujours l’air… Jeune, en un sens, pleins de vie. Et après on regarde la police et l’armée et ça donne des gens fatigués, usés, hantés par trop de choses qu’un être humain ne devrait jamais voir. On peut en un sens admirer notre travail. Mais l’on n’admirera jamais les hommes et les femmes qui le font quand à côté, il y a un Superman éternellement impeccable. L’image. Dans notre société moderne, tout est une question d’image. Et même si Superman souhaitait qu’un jour nous reprenions le flambeau… Cela ne se ferait pas sans que les symboles survivent. Enfin bon. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Ça vaut la peine de s’accrocher.

Superman me prit ensuite dans ses bras, m’enlaçant. Si Loïs l’apprenait, je risquais d’y laisser des plumes mais bon. Nous ne faisions rien de mal et il ne se passerait jamais rien entre nous. Superman était un homme fidèle et j’étais mariée à la femme la plus extraordinaire qui soit. Ses paroles me firent rire. Parce qu’il pensait qu’avec ma réputation, ce n’était pas lui le chanceux? Oui, plusieurs aimeraient beaucoup un câlin de Superman parce qu’il a l’air gentil, noble et tout. Moi? S’il fallait qu’on me voit donner un câlin en public, je pense que pour plusieurs ce serait comme si la terre venait d’arrêter de tourner. J’ai toute une notoriété quand même. Pas nécessairement la plus glamour qui soit, ça je veux bien le reconnaitre mais bon. Sacré Superman. Tu peux bien dire ce que tu veux, à mon avis tu seras toujours irremplaçable. Et je le pense sincèrement.


« Ah non pardon de nous deux c’est toi le plus chanceux. Rares sont ceux qui voient mon côté sensible. Je peux te garantir que déjà, être policière, ce n’est pas forcément bien vu. Alors une policière lesbienne, commissaire de police et capable de casser plus de gueules que nos mâles en uniforme… Autant dire que tu te fais toute une armure pour devenir imperméable à tous les commentaires désobligeants. »

Mais bon, ici, il n’y a pas de préjugés entre nous. Nous sommes tous deux des héros, à notre manière. Lui par ce qu’il est, ce qu’il représente et la mission qu’il s’est donné, moi parce qu’au lieu de ralentir ou de trébucher je continue d’aller de l’avant, risquant ma peau pour sauver la veuve et l’orphelin… Tout en suivant la loi, bien sûr. Ce qui me fait penser qu’il va falloir que je retravaille le projet que je veux soumettre au maire de Gotham soit donner un rôle légal aux super héros opérant à Gotham. Le truc, c’est que pour le moment, tant que personne ne se plaint, les super héros n’ont pas de problèmes en justice. Il suffit d’un imbécile pour créer une réaction en chaine qui pourrait s’avérer catastrophique. Et si ça fonctionne à Gotham, ce n’est qu’une question de temps avant que notre bon président ne fasse adopter la loi à l’échelle du pays…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 15 Sep - 8:13
Je me détachai doucement d'elle pour la regarder avec compassion. Ce qu'elle disait était totalement vrai et je le savais, mais contrairement à beaucoup, sa sensibilité de femme était restée intacte. C'était une des choses les plus admirables chez elle. Certaines étouffaient ce côté essentiel de leur personnalité afin de paraître plus forte, alors qu'elle ne faisait rien d'autre que renier ce qu'elles étaient au fond d'elle- même. Son statut, son rang et son rôle ne l'empêchaient pas d'être une policière, une femme et une mère à la fois, loin de là. Tous ceux qui comptaient sur Miss Sawyer dans tous les aspects de sa vie étaient fiers d'elle. Que ce fut sa fille, ses collègues ou ses amis.

Elle n'avait pas de masques pour chacun, juste la capacité à faire la part des choses, ce qui était plutôt compliqué dans le milieu. Il n'était pas rare qu'un papa flic soit flic du matin au soir avec les années, ce qui devenait très vite lourd pour tout le monde.

"Je suis sincère en te disant que je me sens honoré de faire partie de ces quelques chanceux. Tu fais toi aussi partie des quelques rares personnes auxquelles je peux me fier et appeler "ami" sans arrière pensée ni exagération. Tu es exactement ce qu'on attend d'une amie digne de ce nom et je t'en remercie du fond du coeur!"

Le réconfort passé, je sentis quelques autres pensées troubler la commissaire de Gotham. J'hésitais entre lui demander ce qui la rendait pensive, et parler d'autre chose afin de détendre l'atmosphère. Mais je ne savais pas quand est-ce que je la reverrais de nouveau, dans un contexte aussi propice à la discussion. Il fallait qu'on en profite pour nous ouvrir l'un à l'autre de ce qui nous tracasse, pour y remédier ou de se soulager. Je repris mon air sérieux, mais pas trop, et lui demandai sans émotion dans la voix qui trahirait une quelconque inquiétude, afin qu'elle se confie sans gène:

"Quelque chose te travaille commissaire, un problème avec Kate? Je peux lui rendre une petite visite si tu veux, et discuter entre super- héros..."

C'était évidemment de l'humour, je ne la connaissais de toute façon pas assez pour débarquer dans sa vie ainsi. Il me fallait au moins une petite présentation en face à face, avant de vouloir me mêler de leurs problèmes de couples. J'espérais tout de même que ce ne soit pas le soucis, mais bien quelque chose que je puisse régler. A coup de poing et rayon laser, si possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 15 Sep - 10:01
« Oh c’est un truc un peu idiot en fait. Enfin. Pas si idiot que ça. Je travaille avec des juristes et des avocats sur un projet spécial visant à reconnaitre officiellement le statut d’agents de la paix aux super héros. Un peu comme avec nos shérifs qui ne sont pas nécessairement des gens formés aux techniques de police mais bien élus à ce poste. Histoire de vous éviter des poursuites au judiciaire. »

Cela pourrait causer un problème au sens où dans les registres, il serait un peu difficile de juste faire signer « Superman » ou « Batman » et que dans les faits, techniquement, il y a toute une question de territorialité à prendre en considération, plus trouver un moyen de rendre ce mandat international mais si le mouvement commençait aux États-Unis, nous avions suffisamment d’influence pour encourager nos alliés et partenaires à suivre le mouvement. Qui sait. Ultimement, il y aurait peut-être une division complète de l’ONU dédiée entièrement à la question des super héros. Mais bon, je m’égare. C’est bien moi ça. Je ne crois pas aux problèmes impossibles. J’en ai fait enrager des élus municipaux à cause de cette façon de penser. Et j’ai tendance à les anticiper ces foutus problèmes, au lieu d’attendre qu’ils arrivent. Eh oui.

Dans la vie il y a ceux qui agissent et ceux qui subissent. Je n’ai jamais été du genre à subir moi. Et quand j’ai dû subir malgré moi, je me suis toujours battu. Et je me battrai toujours. Abandonner, je laisse ça à d’autres. Je suis vraiment contente d’être ici avec Superman. Pas de ville à sauver, pas de criminels à arrêter, pas de rapport à rédiger… Je devrais vraiment prendre plus de temps pour moi. En dehors des moments magiques que je passe avec Kate, je confesse que ma vie est plutôt un enchainement de situations toutes plus stressantes les unes que les autres. Quand je pense qu’à cause de tout ça j’ai failli manquer une visite de Jamie à Gotham… Je pense que j’aurais pu rivaliser côté vitesse avec la Batmobile. Je ne me souviens pas avoir conduit aussi vite de ma vie avant ça. Heureusement que je suis une as du volant parce que ça aurait pu mal se terminer.

Mais bon. Si je ne m’abuse, l’équipement est encore dans la cuisine, il ne manquait que le café… OUI! Rien n’a changé. Ah mais c’est parce que ce modèle de machine à café n’existe plus, remplacé par ces merdes demandant un million de garanties prolongées, toujours en train de pratiquement s’autodétruire. Foutue société de consommation. On entend toutes sortes de choses sur Superman dont sa vulnérabilité à la kryptonite mais en vérité, la plus grande faiblesse de Superman, c’est une tasse de café préparée par Maggie Sawyer. J’aurais pu faire barista, moi, vous savez? Au poste, je dois garder ma machine et mon café sous clé sinon mes caféinomanes de subordonnés seraient toujours en train de m’en voler. Certains collectionnent les grands crus. Moi C’est le café. Mon arme de destruction massive? Un huit onces de Klatch Coffee, Panama Ironman Camilina Geisha soit LE meilleur café au monde de 2014 selon le prestigieux site coffee review.


« Mwahaha, Superman, tu es tombé dans mon piège! J’ai en ma possession l’arme absolue qui me permettra de triompher de toi… Un huit onces de Klatch Coffee, Panama Ironman Camilina Geisha soit LE meilleur café au monde de 2014 selon le prestigieux site coffee review. Et je n’hésiterai pas à m’en servir! Cèdes moi le contrôle de Metropolis et tu auras droit d’en avoir une tasse! »

Bah quoi? Si on ne peut plus rigoler avec les amis, à quoi bon vivre merde! On était deux à avoir besoin d’un congé. Lui et moi. Et quelques instants plus tard, une entêtante odeur de café se répand dans la cuisine. Je me souviens d’une des dernières fois où j’ai fait du café ici. J’avais un bras en écharpe et je m’étais enfuie une énième fois de l’hôpital, refusant d’attendre d’être guérie pour tendre une embuscade à un trafiquant se spécialisant dans ce que je qualifierais d’esclavage. Il enlevait des scientifiques, des techniciens, des administrateurs, des gens avec un savoir technique important pour les revendre à toutes sortes d’organisations sans scrupules. Une superbe prise d’ailleurs, avoir capturé ce salaud. Devoir s’opérer à froid pour extraire trois balles… Une chance que Superman a une vision rayon X pour identifier où elles se trouvaient!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 17 Sep - 11:33
Charmante attention, mais nous n'avions pas besoin de l'autorisation de l'Etat pour agir contre les menaces. Certes, les super-héros ne possédaient pas de diplôme de gardien de la paix, ni même de formation (bien que cela commence à changer), mais l'héroïsme n'avait pas de structure. Elle n'en avait pas besoin. Avait- on besoin de l'accord du Président pour empêcher Darkseid d'asservir l'humanité? Ou d'empêcher un bâtiment de s'écrouler ou des criminels de cambrioler? Non, il suffisait pour cela d'avoir une intention louable et les moyens de mettre fin au mal qui corrompt la société. Si un jour, les êtres comme moi finissaient pas être traités comme des parias, il serait totalement absurde de penser que nous abandonnerions le combat pour autant. Ce statut que ma très chère Miss Sawyer tentait de nous donner serait certes un formidable cadeau pour nous tous, mais rien de plus encourageant que de voir des vies sauvées à chacune de nos actions.

"J'entends plus souvent la population demander à ce que les super- héros prennent la place des autorités, que le contraire tu sais. Mais bien évidemment, ce n'est pas envisageable, vous êtes tout aussi indispensable que nous. Je veux seulement dire qu'il n'y a pas à s'inquiète de notre légitimité, elle nous est acquise dès le moment où on ne fait de mal à aucun innocent, et qu'on continue d'offrir au monde la sécurité, sans remettre en cause votre justice humaine, bien qu'imparfaite."

Je haussais un sourcil, intrigué, en entendant mon amie rire de manière exagérée, parlant d'un piège tendu. Il était impossible qu'une simple humaine me prenne de court avec le genre de pouvoir que je possédais... Ah mais oui, effectivement, ce genre de piège marchait! J'éclatai de rire à la fin de sa menace, totalement conquis par sa prestation. Son rôle du vilain était plutôt crédible en fait, si elle n'avait pas ce petit sourire flottant sur ses lèvres. Ce qui la rendait si sûre de son emprise sur moi, était ma faiblesse méconnue pour son fabuleux café. Je ne savais toujours pas pourquoi, mais quand c'était Maggie Sawyer qui le faisait, il était plus délicieux que tout autre. Mon coeur battait la chamade à la seule idée qu'elle ne mentait pas, qu'effectivement, la commissaire de Gotham possédait le seul aliment pour lequel je pourrais vendre ma très chère ville Metropolis (lol). Sans attendre, je pris un air des plus charmant.

"Tu plaisantes? Je t'offrirais l'univers pour une tasse de ton café, et le meilleur d'après ce que tu me dis."

Je m'assis sur le fauteuil et attendis patiemment qu'elle prépare cette fameuse boisson chaude. Seulement, l'odeur venant se répandre jusque dans le salon, je ne pus m'empêcher de me lever pour rejoindre la flic à la dernière étape de sa préparation. Je m'adossais à la table juste à côté d'elle, l'observant les bras croisés contre mon torse, un sourire amical sur le visage.

"Merci de m'avoir invité Maggie, tu m'avais beaucoup manqué."

Tout simplement, une phrase que j'aimerais qu'elle n'oublie jamais quand elle retournera combattre les ténèbres de Gotham. Qu'elle garde toujours à l'esprit que Metropolis l'appellera toujours, que des gens qui tiennent à elle ne feront qu'espérer vivre assez longtemps pour la revoir et l'embrasser, encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 17 Sep - 12:25
L’univers? Que veut-il que je fasse de l’univers? J’ai du mal à gérer UNE ville alors une planète? Je n’ai jamais compris ces fous mégalomanes qui veulent tout dominer. C’est virtuellement impossible, c’est bien trop vaste à contrôler. Mais bon, je sais qu’il ne fait que se prêter au jeu. Nous devrions monter une troupe de théâtre, tiens. À nous les plus grandes scènes de New York à Paris! Oh bon ça va j’ai le droit de délirer un peu bon! Que je sache, ce n’est pas illégal et en plus, il faut bien s’amuser dans la vie. Sacré Superman. Tu sais comment me redonner le sourire. Fais gaffe mon grand parce que Kate va devenir jalouse si je reviens à Gotham avec un énorme sourire scotché au visage et le Joker risque de hurler au plagiat. Qui a besoin de photos de bébés chats quand on peut avoir un sourire de Superman? Hein? Qui?

En tout cas pas moi. On oublie ô combien un sourire c’est contagieux. Comment ça fait du bien. Les gens se mettent en tête de chercher je ne sais quelle cure ou traitement contre la déprime alors que le meilleur des remèdes est gratuit. Il faut savoir se contenter des choses simples. Je le sais mieux que bien des gens. Avec le parcours que je me suis tapé… Alors je vous le dis-moi. Un sourire. Une tasse de café et un petit morceau de soleil dans le ciel. Et celui qui me dit : pas de journal, je lui réponds : t’as envie de tuer ton moral avec toutes les horreurs qu’on y lit, espèce de malade mental! Et justement, parlant de café, sachez messieurs dames qu’on oublie souvent un détail capital. Vous pouvez avoir le meilleur café au monde, s’il n’est pas préparé avec amour, il sera imbuvable. Vous ne me croyez pas? Demandez à Toby Raynes si je dis vrai.

J’ai réussi à lui faire boire l’infâme jus de chaussette du Daily Planet comme un café ordinaire. En cuisine, si vous ne préparez pas les choses avec amour, ça n’a pas le même goût, la même saveur. Et si Superman vient me rejoindre dans mes préparatifs, c’est que la volonté de l’homme d’acier vient de fondre comme vos économies au soleil du fisc. T’inquiètes mon grand, elle est prête ta tasse. Sans sucre, sans lait, sans crème mais bien nature. Noir. Sans rajout. C’est la magie de Maggie Sawyer quoi. On ne vient pas gâcher ce qui est parfait! Ce serait prodigieusement crétin! Et voilà, c’est prêt, c’est chaud et c’est parfait. Au prix que coûte ce café, je ne le partage pas avec n’importe qui. Et quiconque dira que Superman est n’importe qui va se prendre mon pied au cul, non mais sans blague! Et maintenant, retour au salon et à nos sièges! Un mot : détente.


« Je dirais : mission accomplie. Je voulais évacuer le stress, me changer les idées, me détendre… C’est réussi! En tout cas, tu es mon prisonnier pour les prochaines heures parce que j’ai un tas de trucs à te raconter. Oui parce que bon, même à Gotham on trouve le tour de rire quoi. Alors c’était un peu après ma nomination au poste de commissaire. J’étais à la banque et il y a ce type devant moi qui… »

Je ne suis pas devin. Mais je sais que rien ne va venir troubler les heures à venir. Il y a des moments comme ça où l’univers conspire pour te donner ce que tu souhaites. Et là, si nos vies étaient un conte, je peux déjà vous relater la fin de ce chapitre. Maggie Sawyer et celui qui se faisait appeler Superman terminèrent leur café plusieurs dizaines de fous rires plus tard. L’humaine racontait récits et anecdotes, à grand renfort de mimes et d’imitations et son auditoire ne pouvait s’empêcher de rire, d’un rire franc et chaleureux. Plus tard dans la soirée, ils soupèrent d’un repas préparé par la commissaire du GCPD qui était aussi redoutable en cuisine qu’avec une arme. Et enfin, quand ils se dirent au revoir car il fallait bien se coucher pour reprendre des forces, la nuit fut enfin tranquille et réparatrice, exempt de cauchemars. La morale de l’histoire? Toujours se réjouir des petits plaisirs de la vie!
Revenir en haut Aller en bas
 

Tous les héros ne portent pas forcément une cape (PV Clark Kent/ Superman) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tous les héros ne portent pas forcément une cape (PV Clark Kent/ Superman) (Terminé)
» Roman : Un mur a forcément deux côtés
» 600 mm f:8 , la cata ? non, pas forcément ...
» Le Joker (The Joker)
» Moulin manuel à meule en céramique forcément cônique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis en ruines-