[Mer Méditerranée, au large de Marseille] Un tour en mer ! (w/ Aqualad)

Invité

MessagePosté le: Mar 19 Fév 2013 - 21:28
J'étais sur l'océan Atlantique, direction l'opposé des Etats-Unis, Aqualad avait besoin d'aide pour détruire un trafic sur la mer Méditerranée. Des pirates trafiquaient je ne sais quoi à partir d'une plateforme pétrolière détournée.
Je ne sais pas exactement comment les Atlantéens avaient entendu parlé de ce trafic maritime aussi loin de leur océan, mais étant donné leurs liens si particuliers avec les poissons et tout autres habitants des sept mers et océans, je me doutais qu'il se passait réellement quelque chose de grave, surtout pour avoir envoyé l’acolyte d'Aquaman; acolyte qui avait besoin d'aide qui plus est.

Lorsque je fus de nouveau sur Terre, je vis un panneau rectangle, entouré de rouge, au centre duquel était inscrit Cognac. Je pris alors une carte de France et d'Angleterre, que j'avais téléchargé avant de partir de la tour des New Titans. Je vis cette ville de Cognac en Centre/Sud-Ouest de la France. Je devais rejoindre Jackson à Marseille, qui se trouvait à plusieurs kilomètres au Sud-Ouest d'où j'étais. Je rejoignis donc l'autoroute et suivis les panneaux jusqu'à la cité maritime de Marseille.

Une fois là, je rejoignis le bord de mer, en sortie de la ville. En chemin, j'avais vu des personnes bronzés et bruns en train d'échanger des paquets de poudre blanche. Ces paquets, à part si les Français échangeaient de la farine ou du sucre, devaient contenir de la cocaïne, et c'est ce qu'il s'avéra être après que j'eu assommé et attaché les trafiquants, puis jeté les petits paquets à la mer.

Enfin, lorsque je fus sur la plage, j'activa mon récepteur pour indiquer à Aqualad où je me trouvais exactement. Lorsqu'il émergea, je l'accueilli d'un:


"Eh, Aqualad. Pourquoi tu m'as fais venir si loin."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 21 Fév 2013 - 23:15
Fendre les flots à grande vitesse comme je le fais maintenant, voilà qui me permettais souvent de me changer les idées, de m'éclairer l'esprit et de me noyer dans le chant voluptueux des flots. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui était l'aboutissement de plusieurs jours sans sommeil, de traque, d'espionnage et d'enquête. Aujourd'hui était la dernière ligne droite avant de finir la tâche à laquelle je m'étais attelé depuis une semaine déjà.

Aujourd'hui, j'allais démanteler un bras de la mafia méditerranéenne.

Pas seul évidemment. La fatigue et la raison avaient eu raison de ma fougue et j'avais décidé de faire appel à un ami. Flash, troisième du nom, devait sans doute déjà m'attendre sur la plage. Cette dernière était déjà en vue d'ailleurs.
Pour ne pas attirer l'attention sur moi, et pour ne pas lancer une alerte au requin, je me forçai à ralentir de plusieurs crans. Les gardes côte avaient déjà confondu mon sillage avec celui d'un prédateur des mers.

D'ailleurs, je ne comprenais toujours pas la peur ancestrale des hommes envers les requins. Si on franchissait leur premier aspect grognon, les requin faisaient de bons amis. Mais qu'importait, parfois avoir un grand sourire ne suffit pas pour se faire aimer.

C'est sur cette dernière pensée que je me propulsai hors de l'eau pour atterrir sur la plage, près du signal de la balise de Flash III. Il était déjà là, et tapait du pied sur le sable chaud.

"Eh, Aqualad. Pourquoi tu m'as fais venir si loin."

J'étais content de le voir, et mes cernes n'étaient pas si visibles que ça sur mon visage foncé.

Wally! je suis content de te voir!

On se fit le High five habituel. Puis je pris un air plus sérieux pour lui expliquer en détail la situation.

Bon, tu sais déjà que je me bats depuis des jours contre une branche de la mafia Sicilienne installée sur la Côte d'Azur. Tu as du déjà constater qu'ils s'échangent de la cocaïne presque en public, devant une police locale sous la menace constante de représailles contre les civils.
C'est beaucoup pour quelques sacs de drogue me diras tu. Tu as tout à fait raison. Ce trafic de Cocaïne cache quelque chose de beaucoup plus grave. Après des jours de nage et d'écoute, j'ai finis par suivre leur piste de livraison vers, tiens toi bien, une plate-forme pétrolière au large. Prétextant des livraisons depuis la Sicile, le Gang se rend en fait là bas régulièrement. Intrigué, j'ai d'abord cru à du trafic de pétrole. Mes petites enquêtes à la base de la foreuse m'ont vite révélé qu'elle ne marche pas depuis longtemps. Alors quoi?
J'ai vite compris en ouvrant des containers dans un docker qui revenait de là bas.


Je pris une inspiration, je me souvenais de la rage que j'avais éprouvé alors.

C'est du trafic d'organes. En masse.

J'avais moi même du mal à y croire, mais j'avais du me rendre à l'évidence en découvrant les coffres réfrigérants.

C'est pour ça que j'ai fait appel à toi. Tu es l'idéal quand il s'agit de sauver des otages. Je vais te conduire là bas, on ira vite puis tu rentreras sans te faire remarquer et tu prendras quelques secondes pour explorer tous le bâtiment. Une fois que tu auras localisé tous les gens séquestrés là bas, emmène les sur une des canots de secours que je t'aurais sortit entre temps.
Une fois que ce sera fait, on aura plus qu'à s'occuper des salauds qui se terrent là bas.


Je regardai l'horizon et pointai mon doigt.

Voilà, c'est par là. On y va?

J'hésitais un peu et lançai un regard craintif à Flash III.

Euh, tu pourras ralentir à ma vitesse pour le trajet?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 26 Fév 2013 - 14:25
[Désolé pour le retard, j'ai pas vu qu'il y avait un nouveau message]


Aqualad me rejoignis enfin sur la plage. Après les salutations habituelles, il m'expliqua la mission.

Des membres de la mafia Sicilienne corrompaient la police locale afin de se livrer à leurs trafics sans être embêtés. Mais ce qui était horrible dans tous, ça, c'est qu'il ne se contentait de leur trafic de drogues, mais ils allaient jusqu'à trafiquer des organes.

*Les criminels européens sont aussi horribles que les criminels américains, donc.*

Il m'expliqua ensuite que les criminels utilisé la station de forage pour retenir des otages, qui devaient donner les organes directement, ainsi que des conteneurs réfrigérés contenant les organes.
Il me fit part de son plan: aller là-bas, sauver les otages, arrêter les méchants. OK!


"Voilà, c'est par là. On y va?
- OKay, je te suis.
-Euh, tu pourras ralentir à ma vitesse pour le trajet?
- Mmm?, je me grattai la tête, puis repris, Tu sais que si je ralenti trop je tombe dans l'eau? ... Mais j'essaierai de faire un effort.

Nous ne perdîmes pas de temps, et partîmes directement. J'arrivai à garder une allure plus lente, mais assez rapide pour rester sur l'eau.
Une fois sur la plate-forme pétrolière abandonnée, il n'y avait que deux personnes armées qui gardaient le quai. Je les désarmai, avant que Jackson les assomme, puis après les avoir attachés, je dis à Aqualad:


"Bon, on se sépare maintenant? Tu descend vite fait les canots; et je te rejoins après avoir fait le tour, et d'avoir pu sauvé tout les otages que j'ai pu. OK?"


[PS: tu utilise quelle couleur pour toi?]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 2 Mar 2013 - 17:43
La station fût vite nettoyée. A une vitesse pareille, Flash III aurait put être la vedette de pubs pour une marque de lessive.
Déjà que le voir courir sur l'eau en sifflotant, faisant de son mieux pour ne pas aller trop vite était assez impressionnant, j'étais bien content de l'avoir invité.

On ne pouvait pas dire que je brillait. D'abord parce que je n'aimais pas me battre, ensuite parce qu'en dépit de mes capacités, j'étais crevé. Et la fatigue n'aide jamais, même s'il on est porté par un courant chaud. Et en l’occurrence, le métal de la structure maritime était on ne peut plus inconfortable pour mes pieds.

Du coup, quand Flash III m'avertit qu'il allait partir à la recherche des autres survivants et des derniers trafiquants, je me précipitais sur le point d'embarcation pour y choisir trois chaloupes parfaitement entretenues. Ni une, ni deux, elles furent à l'eau, des échelles de corde les reliant à la plate forme, n'attendant plus que leur passagers.

Mais je n'allais pas rester là à attendre le déluge. Après une petite pirouette gratuite, je plongeais dans les profondeurs sous la plate forme pétrolière. Là, longeant les lourdes structures de métal sous marines, j'examinait les fondation qui reliait le sommet au sol marin, et les vieilles foreuses. C'était moche. Non pas que j'y voyait grand chose, mais je sentait la présence dérangeante de l'acier dans le calme marin. Mêmes les poissons aux alentours semblaient se plaindre, s’agglutinant autour de moi, comme pour que je déblaye tout ça.

Aucun soucis les amis. Elle sera bientôt par le fond, engloutie dans le sable.

Bon bien sûr, il fallait attendre que tout le monde soit parti. J'allais quand même pas laisser les trafiquants se noyer.
En quelques instants, je refus à la surface. Une des chaloupes semblait se détacher des deux autres.
Alors que je m'approchais prudemment, je constatais qu'il y avait deux bandits à bord, tentant de fuir l'endroit à mon insu et celui de Wally. Un petit saut et hop, je fut à bord.

Salut Les gars, vous allez quelque part?

Le premier s'étala par terre quand je lui assénai mon poing dans la figure. Le second sortit une arme mais s'écroula foudroyé avant d'avoir put tirer.

Pfiou... C'était pas loin, dis je en baissant ma main, encore parcouru de petits éclairs bleutés.

Je ramenai la chaloupe au point d'attache et attendit Flash III, qui ne devait plus en avoir pour longtemps.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 4 Mar 2013 - 12:45
UNe fois que nous nous étions séparés, je visitai la plate-forme en un éclair, assommant les criminels restant présents sur mon chemin; ces derniers ne voyait rien venir, et finissait souvent désarmés, et parfois déshabillé, petite blague de Flash, sans même avoir eu le temps de comprendre qui faisait cela; ils prenaient tous un air idiot avant que je finisse par les mettre K.O.

Mais je mis du temps à trouver les otages. En effet, la plate-forme était grande, et je me perdis à plusieurs reprises.
Heureusement, je pouvais passer à travers les portes fermées ce qui me fit gagner beaucoup de temps.
Je trouvai finalement la pièce où tout les pauvres captifs étaient enfermées; certains étaient en bonnes conditions, d'autres en revanches, étaient dans des états déplorables, et semblaient avoir traversés des épreuves horribles. Il étaient de tout âges et de tout sexes, jeunes, vieux, femmes, adultes.
J'essayai de leur parler dans un grand sourire, pour tenter de les rassurer:


"Bonjour. Je suis The Flash. Le troisième, mais The Flash quand même."

Cependant, ils ne me comprenaient pas; ils venaient tous de France, d'Italie ou d'autres pays d'Europe, et ne semblaient pas comprendre l'anglais-américain; et même si ils comprirent que j'étais venu les aider, ils semblaient effrayer de m'avoir vu apparaître dans une pièce fermée à clé.
Je haussai mes épaules, et décida d'aller chercher Aqualad, pour qu'il puisse détruire les cadenas bloquant la porte. Je levai mon index droit pour leur indiquer d'attendre, et que je reviendrais rapidement.
En chemin en direction des chaloupes, je passai devant les conteneurs contenant les organes prélevés. Je ne savais pas comment, encore comment, mais j'allais m'en débarrasser.


"Eh Aqua. J'ai besoin de toi. J'ai trouvé les otages, mais je n'arriverai pas à tous les faire sortir. Faut que tu viennes détruire le verrou."

...

Une fois tous les otages libérés, je les transportais un à un ou par deux, selon le poids, jusqu'aux chaloupes. Quand ce fut finit, je demandai à Jackson:


"T'as une idée pour détruire cet endroit? On peut pas laisser les conteneurs avec les organes comme ça."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 6 Mar 2013 - 21:43
Briser un verrou! Voilà qui relevait de mes compétences! je faisais la remarque avec humour à Flash quand les otages sortirent de leur cachot. Bien sur, cela ne le fit pas trop rire, et je pouvais comprendre. L'état de certains otage était révoltant. On pouvait encore voir des traces de prélèvement, des cicatrices mal refermées, des membres amputés à vif. Quelques uns durent s'aider des épaules de leurs amis pour marcher, d'autres devaient être portés, inconscients.
C'était franchement moche, et j'étais bien content d'y mettre un terme. Sur le chemin du retour, un peu avant d'arriver aux chaloupes, et pendant que je tentais vainement de percer l'accent français d'un otage qui s'évertuait à communiquer, ou à essayer, avec moi, Flash me demanda:


"T'as une idée pour détruire cet endroit? On peut pas laisser les conteneurs avec les organes comme ça."

Je souris légèrement.

T'inquiètes. Je sais pas faire grand chose, mais ça, c'est dans mes cordes.

Je marquais un petit temps, hésitant un peu sur la façon de formuler ça.

Euh, par contre je vais être un peu crevé après. Enfin je veux dire, plus que maintenant.

Après avoir aidé tous les otages à monter à bord, et lancé tous les malfrats dans les fonds de cales, nous éloignâmes les esquifs de la plateforme. A deux ou trois lieux, je sautais à la mer, non sans susciter les cris de quelques otages, inquiets pour leurs sauveurs. A toute vitesse, je me dirigeais de nouveau vers la structure de métal.
Puis, levant mes bras hors de l'eau, je me concentrais. Lentement, les courants marins entendirent mes appels. Lentement, mes bras palmés s'enfoncèrent dans l'eau et mes tatouages s'illuminèrent. Rassemblant mes dernières forces, j'invoquait la puissance des courants marins. Peu à peu, et dans un gargouillait sourd et inquiétant, un siphon immense se forma sous l'édifice. Entraînées par le courant, gémissant sous la force irrésistible, les barres de métal se tordirent et cédèrent. En quelques instants, tout fut engloutit par les flots et la surface ne fut plus troublée que par le vent qui soufflait légèrement.

Je m'affaissais de fatigue. Je n'y serais jamais arrivé seul. J'avais au préalable demandé aux poissons de ronger les fondations de la plateforme. Déjà rouillées, celles ci trop affaiblies avaient été facile à briser. Des courbatures le long du corps, je revins à la brasse, peinant à fendre les flots. Arrivé à la barque, je me laissais hisser à bord par les otages. Une fois étendu sur le pont, je tournais un tête hilare vers Flash.

Alors, comme dans la chanson! Trois petits tours et puit sans fond!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Mer Méditerranée, au large de Marseille] Un tour en mer ! (w/ Aqualad)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (Coll) Paris- Méditerranée ( ED Marcel Leconte à Marseille)
» Avis de marché - Marseille - crypte de l'abbaye Saint Victor - Lot 3 archéologie du bâti, lot 4 conservation-préventive décor
» Crypte de l'abbaye Saint-Victor de Marseille
» [Topic Unique] Marseille 11 & 12 Juin 2011
» Bouton "PLM" - Paris-Lyon-Méditerranée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs-