C'est grave, Docteur?

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Inscription : 05/05/2013
Messages : 633
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 21:05
Bonsoir à tous (:

Je ne sais pas si c'est le bon endroit, si ce genre de sujet a déjà été fait et surtout si ce n'est pas bête mais j'ai besoin de savoir... Chers pairs, comment faites vous pour jouer le rôle de vilains en toute sérénité? (Je parle en fait à vous chers amis rpgistes).

Je m'explique: je viens de poster ma réponse où Cheshire entre vraiment en action dans mon rp avec Astarte. Et je joue une terroriste qui décime toute vie humaine sur son passage. Bon, c'est le rôle, d'accord, mais moi humble jeune femme irl je trouve ça... malsain? (Ce n'est pas le rp en question qui me fait écrire ce post bien entendu Astarte Wink mais le rôle de vilain en général).
Sur Dc-Earth, j'ai joué dans l'ordre Duela Dent, Hawkwoman et Zatanna, ces deux dernières furent une sorte de soulagement après l'ado schizo-névro-sychopathe... Et là de nouveau je me sens "bien" en jouant Barda en DC en parallèle avec la meilleure assassine du monde (oui oui derrière Lady Shiva je sais).

Ce topic s'adressant aux vilains et anciens vilains, je souhaiterai finalement savoir comment vous abordez ce côté obscur de la force. Je sais que ce n'est que du Rpg bien sûr!! Mais il y a quand même une âme s'exprimant derrière l'écran ahah

Voilà merci zoubi flash


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7485
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 21:29
Très intéressant sujet de discutions autour de notre manière d'aborder le RP Pouce levé
Je l'ai donc déplacé dans la catégorie ''Parlons RPG''.

Alors, les vilains...

Déjà, même si je m'identifie inévitablement aux personnages que j'écris, je reste un ''écrivain'' et eux des personnages. Donc, on est pas ce que l'on écrit, ni ce que l'on joue. Si j'écris un psychopathe ou joue un terroriste dans un jeu vidéo, je n'en suis pas un. Même si la barrière entre virtuel et réel n'est pas forcément la même pour tous.

Toutefois qu'ai-je écrit comme vilain ? Ragdoll, Maxie Zeus, Hush, Mad Hatter, Cheetah, Dr Psycho et aujourd'hui Merlyn. Je n'ai jamais fait de bain de sang en RP avec aucun d'eux. Les plus fous étant humoristiques, les plus sérieux étant réglo.
Par exemple, ceux qui ont lu mon début de RP avec Green Arrow auront pu remarquer que je n'ai pas tué les gardes du corps, seulement ma cible, parce-qu'elle est ma cible. Merlyn est un professionnel. Il ne tue que s'il n'est pas payé pour le faire. J'aime bien cette situation.

Je suis assez empathique et il est vrais que je suis aussi mal à l'aise à la lecture de meurtres que dans les films violents. Dans tous les cas, le gore, ce n'est pas mon truc.
Donc mes vilains ne feront pas de massacres, à moins que ça ne sert mon intrigue, mais ça n'a pas encore été le cas. Mais peut être m'y mettrais-je avec détachement, comme je me suis mis avec détachement (oui je ne m'habille pas en robe) à l'écriture de personnages féminins.
Car s'il faut des méchants pas vraiment méchants, il en faut qui le soit vraiment : Tremblez devant Ma'alefa'ak !!!

En tout cas, du 100% méchant, je pense aussi que je ne pourrais pas ^^ Avoir un héros permet de racheter les maux provoqués par son vilain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures
Invité

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 21:46
Tu remarquera que je n'ai quasiment prit que des méchants, mais toujours avec un but ou une raison de l'être. King Shark avait une faim qui le tenaillait et ne se calmer que lorsqu'il mangeait de la chair humaine, Arkillo était aveuglément fidèle à son maître, Sinestro. Mon Black Mask sur un autre forum ne pensait qu'à sa soif de d'arme, de drogue et de territoire, même si il fallait employer la torture pour cela. Mais le plus intéressant d'entre tous c'est Atrocitus. Le fait que sa famille et sa planète ai été décimée lui donne une but ultime : la vengeance.

Donc mon meilleur conseil, si tu veux bien incarner un vilain : Fixe lui une raison, ou un but d'être. Pourquoi doit il faire cela ? Pourquoi est il comme ça ? Développe sa psychologie au fur et à mesure, et tu verra que tu pourra vraiment en faire quelque chose. Pour Cheshire tu peut même partir du plaisir de tuer à lui faire poser des questions sur cette nécessité Wink
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 633
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 21:50
Très intéressant Mary! Je joue donc pour ma part une vilaine à 100% je pense et c'est assez difficile. Mais Atro tes conseils sont vraiment bons à prendre et je vais tenter cela dès ma prochaine réponse oui! Merci pour votre témoignage Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7485
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 21:55
En effet, je marche très souvent aussi qu'avec un but précis, même s'il est parfois trop ambitieux et périclite, mais il peut évoluer.

Au départ j'ai pris Merlyn pour le Secret Six et puis il y a eu ce RP avec Cassandra et Ras Al Ghul mort de ses mains qui fut génial et ensuite l'arrivé de Talia et je me suis décidé à faire un choix qui a donné un nouveau but à mon personnage : Couper la nouvelle tête du Démon Kill
(je pense à toi pour m'aider Cheshire à ce propos quand tu sera dans le Six, soon, very soon Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures
Inscription : 05/05/2013
Messages : 633
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 22:00
Ouh super, avec Talia comme collègue dans l'IL en plus? Cheshire ne saura plus où se donner la tête! (..dudémon,c'esttoutpourmoimerci)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 18/07/2015
Messages : 1293
DC : Slade Wilson / Deathstoke
Situation : Revenu sur terre avec des pouvoirs et une rage intérieur qui l'effraie.
Localisations : San Fransisco, St Roch (Titant Tower) , Oblivian Bar
Groupes : Teen titans
Shadowpact
New Titans
MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 22:22
Faudrait que je joue un vilain pour te répondre mais me connaissant même si je sais que mon perso n'est pas réel j'aurais quand même un mauvais ressenti genre "malsain" s'il fait un carnage , je pense que c'est normale et logique car c'est contre nature.

c'est si c'était l'inverse que se serais inquiétant Wink

Et puis je pense qu'en plus vu que tu es une femme IRL se sentiment doit être encore plus fort.

Ca reste que mon avis .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7485
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 22:44
Static Shock a écrit:
Faudrait que je joue un vilain pour te répondre mais me connaissant même si je sais que mon perso n'est pas réel j'aurais quand même un mauvais ressenti genre "malsain" s'il fait un carnage , je pense que c'est normale et logique car c'est contre nature.

Je pense aussi.
Par exemple, j'ai déjà joué avec GTA et prendre un fusil d'assaut et tirer sur la foule lambda c'est vraiment pas le truc qui me ferais délirer.
Après c'est plus une histoire d'''innocence'', abattre un flic ou un soldat pour lui voler son véhicule, ce n'est pas pareil, même si dans la réalité, la tragédie est la même.
Quel blockbuster prend en compte la tristesse des familles des officiers tués ? Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures
Inscription : 08/10/2014
Messages : 253
Localisations : Présent
New Titans
MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 22:55
Pour ma part je préfère les vilains plus caricatural pour cette raison. C'est plus facile et surtout sa aide au niveau de "la conscience" même si au bout du compte rien ne change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2015 - 10:35

Il y a carnage et carnage...

Personnellement, je ne joue que des vilains ayant des raisons de l'être. Fondamentalement, que ce soit pour Artémis ou pour Rankorr, ils ne sont pas méchant par choix, ou pire encore, parce qu'ils sont tout simplement cinglés. Certaines choses ont fait d'eux ce qu'ils sont désormais.

Après, il faut effectivement apprendre à faire la part des choses. Un massacre de masse, si cela sert ton personnage (et surtout, est dans ses principes), ça ne doit pas le déranger plus que cela. Question moralité, peu de vilains s'arrêtent à ça il faut dire. Et-ce que le Joker a eu des élan de moralité lorsqu'il a passé à tabac Jason avec sa barre à mine ? Il ne me semble pas...

Le principal conseil que je pourrais te donner est le même que je m'impose, apprendre à se détacher de son personnage. Vilain ou non. Ensuite, je rejoins Atro' sur le fait que sans raison valable pour Che' je doute qu'elle s'amuse à faire ça "comme ça", juste pour "s'amuser" (ce n'est pas une sociopathe il me semble... si ? Razz ).

Et puis si ça se trouve... Une Cheshire dort profondément au fond de toi hein !  Kill

/me retourne à Atlantis pour s'y cacher Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2015 - 10:51
Je ne suis pas fan des nouvelles ambitions de la gamine Marvel ! Neutral Laughing

Moi honnêtement, ça ne me dérangerait pas de jouer un personnage qui est juste horrible de par ses actes et sa mentalité. Le tout c'est de garder un détachement par rapport à ce qu'on écrit, ça reste de la fiction. Par contre, jouer un vilain sans but je ne pourrais pas. Les plus intéressant reste ceux qui ont une sorte de "double personnalité, l'idée du méchant qui fait ces choses horribles par que c'est le seul moyen d'arriver à ses fins, des fins pas toujours "malhonnête" d'ailleurs, je trouve ça aussi passionnant que de jouer un héros Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2015 - 15:00
J'ai joué deux tueurs en masse et j'ai pris beaucoup de plaisir à les incarner, je suis fasciné par le chaos et le mal en général et je me permets des actes innommables tant que je sais qu'il n'y aura aucune répercussion sur un quelconque être vivant. Ainsi, mon détachement ne se fait pas par rapport à mon personnage, au contraire j'y mets tout ce que j'ai au fond de moi, l'humour et le goût de la destruction pour le Joker, la haine pour notre société, la violence et mon orgueil dans Black Adam. Mon détachement se fait au niveau de ma conscience, je sais qu'en écrivant un quasi-génocide, personne ne sera réellement blessé.
Après, est-ce une bonne idée de s'impliquer trop dans son personnage ? Je sais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2015 - 17:38
Ce qui est bien quand on joue un vilain c'est qu'on peut franchir la limite qu'un héros ne peut pas. Rp avec Pamela a vraiment été une expérience nouvelle et vraiment à l’opposer de Nightwing avec lequel je joue aussi. Pour moi un vilain n'est pas une personne prête à tuer tout ce qui bouge, c'est quelqu'un qui pense autrement et voit le monde autrement.
Le gros dilemme que j'ai en ce moment c'est d'incarner le Joker, ce personnage est vraiment fou contrairement à Pamela qui est quand même assez saine d'esprit, jouer le psychopathe à fond est vraiment dur mais je vais m'y faire ^^

Ps : Je rassure tout le monde, je ne suis pas une tueuse en série dans la vie contrairement au personnage que j'incarne dans le forum x)
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1373
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 1 Oct 2015 - 18:02
Personnellement, je m'implique énormément dans mes personnages. J'aime ressentir ce qu'ils ressentent, me dire que ça "aurait pu" m'arriver, et surtout, surtout, agir en pleine conscience des choses. Je m'explique: lors du premier event de la Justice League, Pointe d'apocalypse, au fond de moi même, je me suis senti mal quand le premier plan de Batman a échoué, soit faire s'écrouler le bâtiment sur lequel se trouvait le portail. Pire, ça a aggravé la situation.
Je l'ai ressenti comme un échec personnel.

Ainsi, mes rares tentatives de vilains ont toujours peu duré. Ici, sur le forum, j'ai incarné un temps le vilain Wotan, mais je ne pouvais pas m'empêcher de lui donner un petit côté à la méchant de James Bond, très élégant, et surtout pas incapable d'avoir de bons gestes, de beaux gestes, nobles.
Je ne pourrais que très peu, à l'écrit tout du moins, m'impliquer en tant que véritable marionnettiste d'actes sombres, glauques et cruels.
A l'inverse, un méchant comique me déplairait.
Il faudrait que je puisse trouver un juste milieu, mais en même temps, je n'en veux pas. C'est très paradoxal.

Jouer des personnages plus ambivalents, oscillant entre héros et vilain, ou tout du moins marchant en funambule sur la ligne, est beaucoup plus gratifiant à mes yeux, et plaisant. Car, derrière, j'aime permettre à mes personnages une vie. L'alias héroïque n'est qu'une face du personnage, et savoir gérer les deux me paraît essentiel.

Après, je comprends le plaisir qu'on peut ressentir en franchissant la barrière de la loi avec un vilain, mais moi, je ne pourrais pas m'y faire.
Je suis bien trop investi émotionnellement dans mes personnages pour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/08/2017
Messages : 53
DC : Drury Walker/Killer Moth
Localisations : Fawcett City
MessagePosté le: Mar 19 Sep 2017 - 16:10
Me voilà à jouer les fossoyeur, mais je trouve le sujet intéressant et je ne vois pas de raison particulière d'ouvrir un autre sujet en parallèle. De même j'ai l'impression que si les justiciers sont légions, les vilains paraissent délaissés, l'occasion peut-être de ranimer la flamme de ces parias.

A titre personnel, je n'ai joué que des vilains ou des neutres franchement borderlines (Max Shreck ; Edward Nygma ; L'Épouvantail ; Anarky ; Comte Vertigo ; Weather Wizard – jamais je ne dirais météo-mage - ; Doctor Death ; Simon Hurt ; Black Mask ; Calculator). Seule exception Congorilla mais j'ai eu beaucoup de mal. Du coup je peux dire que je préfère les vilains aux justiciers pour plusieurs raisons :


  • Les vilains sont des moteurs d'intrigues. C'est la base, une bonne histoire de comics passe par un bon méchant, rien n'est plus décevant qu'un adversaire décevant, ça enlève l'intérêt du lecteur, il en est de même dans les Rps, le méchant va être une sorte de maître du jeu, un homme qui a un plan et veut l'appliquer, le justicier ne sort pas en tant que tel s'il n'a pas un adversaire à affronter ;

  • Point connexe : le vilain a des projets. Un justicier n'a pas de plan, il improvise face aux criminels et aux évènements et ne prépare des plans que pour affronter les vilains ou des catastrophes. Le vilain cherchera quelque chose (vengeance, argent, pouvoir, intérêts eugénistes, etc.), ce qui lance de le point suivant ;

  • Les vilains sont pour la plupart fous et avec une vision du monde qui change de celle des héros. Aucun méchant n'a d'intérêt s'il ne fait le mal que pour le mal (même le Joker à ses raisons). Leur motivation, leur logique, leurs raisonnements sont un plaisir à jouer, à imaginer, à développer. Il ne s'agit pas de faire un avec le criminel, mais s'éclater à prendre sa logique et la pousser jusqu'au bout. C'est un exercice de style complet ;

  • Le vilain n'impose pas de cadre lors de son appropriation. Certains criminels ont un lourd passif, mais avec les reboot, etc. ils offrent l'opportunité de souvent les réinventer du début à la fin, sans avoir le poids de leur histoire. Vous avez ainsi une grande latitude pour inventer l'histoire du personnage, là où les justiciers sont limités par des « histoires officielles » beaucoup plus pesantes ;

  • D'un point de vue purement littéraire, les vilains avec leur thème permettent de jouer sur des répertoires (littéraires) différents des justiciers qui vont avoir tendance à une vision assez lisse du monde et par conséquent à jouer d'un même répertoire.

    Dans les histoires.... je préfère les méchants Razz.


Lorsque vient le moment de le jouer, il y a, comme il a été dit, une différence entre le vilains et soi-même, on joue le vilain de telle manière (voir point ci-dessus) qu'il mette le justicier en difficulté (jusqu'à un certain point). Si celui-ci doit mettre le monde à feu et à sang, à massacrer une population, il doit le faire, la narration l'exige de lui.

Cela peut en mettre mal à l'aise, se dire que l'on joue un type qui dézingue des civils à la pelle peut répugner, mais ça veut dire que le personnage fait le job (c'est triste à dire mais les méchants sont sensés donner envie de les vaincre, sinon ce sont des pseudo-méchants, des héros borderline et attachants). L'on ne s'attache pas vraiment à un vilain, on peut aimer son style, on peut apprécier ses interventions, mais globalement, le voir perdre doit toujours être un plaisir. Le Joker est très apprécié, mais peu de gens veulent le voir gagner tout à fait, même le personnage n'en a souvent pas très envie lui-même.

Maintenant, pour ceux qui se donnent à fond dans leur personnage, jouer un méchant implique un recul. Vous n'êtes pas ce ver vénusien qui rentre dans l'oreille des gens et qui considèrent l'Humanité comme l'Humanité considère ses insectes ; vous n'êtes pas le clown psychotiques qui voit des chevaux de bois tourner autour de lui ; vous n'êtes pas un fasciste de l'espace qui domine par la peur. Vous êtes un écrivain, un interprète. Vous aurez envie de voir vaincre votre personnage, logique, personne (ou presque) ne joue pour perdre en permanence, vous allez travailler votre personnage, pas vous y attacher totalement mais vous allez l'apprécier pour les moments qu'il vous fait vivre.

D'un point de vue encore moins objectif, voici comment je m'y prends pour choisir/interpréter un méchant :

  • Prendre un personnage méconnu. Pour être libre de son histoire et ne pas dépendre d'une trop lourd historique qui risque de me peser,

  • Voir si le personnage m'autorise une écriture originale (registre humoristique, glauque, domaine de la peur, etc.) J'ai le plaisir des lettres,

  • Pour interpréter mes méchants, je prend généralement ce que je trouve de détestable dans le monde, ce que j'aimerais voir disparaître et j'en fais ou l'arme de mon personnage ou son moteur. Mister Mind utilise les défauts de l'Humanité (drogue, inégalité, capitalisme déshumanisé...) pour la soumettre en la considérant comme une moins que rien alors qu'aujourd'hui elle se croit maîtresse du monde ; avec mon Docteur Death je jouais sur l'extase grandiloquente d'une société guerrière (il rêvait d'une grande guerre pour son plaisir personnel) ; avec Max Shreck j'incarnais un self-made man financier sans scrupule ; avec l'Épouvantail j'ai joué un scientifique sans déontologie obsédé par « son domaine de compétence » comme la société l'exige. Bref, j'utilise mes vilains dans un but en plus de leurs aventures : mettre en avant un travers de notre société (toute proportion gardée) et si je devais jouer un Docteur Sivanah par exemple, je m'intéresserais au rejet de la différence, etc. Les vilains incarnent à la perfection les défauts du monde et c'est un plaisir de les utiliser en tant que tel, là où les justiciers cherchent à les corriger de façon méthaphorique.
    Cela fait d'ailleurs de Drury le moins méchant de mes méchants : il déteste la haute société hypocrite alors qu'il est un doux rêveur pathétique et copie un justicier qui le moque, c'est une victime complètement perdue et qui prend la pire des voies.


Et pour casser un lieu commun : jouer un méchant ce n'est pas toujours perdre, bien au contraire, les pires perdants sont les justiciers, ce sont eux qui ont toujours un ennemi, eux qui doivent affronter le monde entier et sa grisaille ambiante, là où le criminel est capable de jouer avec. Si vous interprétez un vilains, il arrivera forcément un moment où vous serez défaits, c'est logique et même nécessaire pour tout le monde (l'univers de jeu, le joueur du justicier qui vous affronte car votre victoire implique souvent sa mort, etc.). La différence est dans la victoire. Si le vilain gagne, il modifie le monde, si le justicier gagne, le monde est au mieux ce qu'il était avant, au pire mutilé et meurtri. Interpréter un méchant c'est souhaiter bousculer le monde des justiciers, faire évoluer son monde pour le pire ; interpréter un justicier c'est vouloir le protéger, dans toute ce qu'il a de laid et de beau mais tâcher le plus souvent de le laisser tel quel.

Pour toutes ses raisons, j'aime jouer les méchants et jouer un criminel sans foi ni loi, prêt à toutes les horreurs (là encore toute proportion gardée) ne me paraît pas malsain, je le vois d'une façon assez froide : c'est un méchant, joue-le de telle façon qu'on veuille le massacrer (je me fais plaisir avec Mind sur ce registre Very Happy).

Cela vous donnera peut-être des pistes pour jouer ou choisir d'interpréter un méchant dans cet univers riche d'adversaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7485
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Mar 19 Sep 2017 - 19:00
Dézinguer des civils à la pelle peut être jouissif ^^
Bien que je suis pas adepte du meurtre et de la destruction gratuite dans la mesure du réalisme.

Je suis tout à fait d'accord avec cette sacré réflexion Pouce levé

Personnellement je trouve toujours plus de plaisir à écrire des scènes dramatiques mettant en scène les vilains que j'adore.
Par exemple Hawkman manipulé et mis à mort par Hath-Set, Mary Marvel dans les complots des Dieux et des Déesses égyptienne avec un Black Adam monstrueusement dangereux ou Miss Martian qui... ah non... ça c'est pour plus tard Smile

J'ai incarné avec plaisir des vilains aussi, Cheetah, Psycho, Merlyn, Larfleeze, Manta, Clea... mais je ne les tiens pas très longtemps au final. J'ai rarement une storyline avec eux qui me maintiens en haleine, ils sont plus là pour faire remplissage, nourrir une équipe ou se permettre un registre humoristique.
Souvent ma storyline de héros implique d'être en prise à un plan d'un vilain que je joue en PNJ justement. L'histoire finie on passe à la suivante, sans changer de personnage (bien que mes histoires prennent des années, donc je finis rarement ^^).

Et surtout j'aime maltraiter mes personnages. J'aime maltraiter mes héros.
Maltraiter mes vilains et moins évident et peut être moins pertinent, car comme tu l'a dit le vilain doit être fort sinon l'histoire est moins intéressante.

Comme tu le dit, je m'attache plus difficilement à un vilain. A la rigueur celui que j'ai le plus apprécié fut Merlyn, car c'était presque un anti-héros, victime dans le Secret Six du forum, et j'avais un sacré projet avec lui.

Niveau recul ça va. J'ai même toujours bien envie de rejouer l'un des pire d'entre tous... le tueur de nourrisson Black Manta qui tue à la pelle.
Mais je vous rassure, je n'ai rien contre les nourrisson ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6360
DC : The Bat - Garth - The Atom - Sportsmaster
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mar 19 Sep 2017 - 19:13
Merci de vos avis. Smile
Mais, du coup Mr Mind, jouer un Héros, ça te met, toi, mal à l'aise ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 19/05/2016
Messages : 233
DC : Atrocitus - Faora
Situation : Contemplative
Localisations : Espace
MessagePosté le: Mar 19 Sep 2017 - 19:28
Je préfère jouer des vilains et j'aime bien écrire des scènes de carnage massifs :p Jinx est gentille en soi mais Faora et Atrocitus sont des monstres de puissance donc je donne une dimension épique à chaque affrontement qu'ils ont.

Les héros, c'est très sympa mais je préfère faire mon méchant :o

Et puis, d'un point de vue Kryptonien militaire, Faora ne serait t-elle pas une héroïne (presque) seule contre un monde entier ?  Razz C'est pas mon intérêt de la montrer sympathique mais c'est toujours bien d'avoir des méchants convaincus d'être des héros, ça rend les scènes où ils arrivent à battre des héros bizarrement inspirantes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 18/07/2017
Messages : 27
Localisations : Dans un fast-food
MessagePosté le: Mar 19 Sep 2017 - 20:08
Merci à Drury d'avoir remonté le sujet, ça m'a permis de le voir ! ^^

Sujet très intéressant d'ailleurs.

Pour ma part, j'ai quasiment toujours incarné des méchants, et tout comme Mr. Mind, je préfère généralement les méchants aux héros dans les fictions, que ça soit comics, films, séries ou jeux vidéo.
D'ailleurs, la plupart du temps, je n'aime pas beaucoup les héros... sauf ceux qui ont un côté sombre, qui sont un peu borderline, comme Batman par exemple.

Pourquoi cette obsession pour les méchants ? C'est difficile à dire. C'est peut-être par leur originalité, leur vision du monde particulière ou leurs problèmes. Sans compter qu'énormément de méchants sont classes/charismatiques, quelque soit le support : il y en a beaucoup qui sont beaux, intelligents, calculateurs, peu expressifs etc... et nul doute que c'est aussi ça qui m'a le plus fasciné chez eux quand j'étais gosse.

Et pourtant... l'un de mes personnages préférés, qui est un criminel, est aussi l'inverse de tous ces traits que je viens de citer : il s'agit de Killer Croc. Il n'est ni beau, ni intelligent, ni calculateur et très expressif surtout quand il s'agit d'exprimer de la colère. Dés que je l'ai vu dans "Batman, la série animée" quand j'étais môme, je l'ai tout de suite adoré, plus que les autres personnages, et j'ai du mal à comprendre pourquoi. Je pense que, d'une part, c'est parce que je ressentais de l'empathie pour lui à cause de sa souffrance, d'autre part j'ai toujours apprécié les reptiles, et enfin, quand j'étais gosse, j'adorais toujours les persos bien bourrins et costauds (dans Tekken, mon perso préféré était Jack-2). Je sais pas pourquoi, étant gamin, j'adorais les gros muscles (ça a changé par la suite).

J'ai incarné Killer Croc pendant des années sur un forum sur l'univers Batman, sur lequel j'ai côtoyé certains des personnages de Drury (Max Shreck et Killer Moth notamment). J'ai donc fait beaucoup de RP violents/gores (obligé avec Croc) et ça ne m'a jamais dérangé... Même si je ne ferais jamais une chose pareille dans la vraie vie. Au contraire, j'essayais parfois de choquer le lecteur, de le répugner.

Mais une très grande partie de mes RPs en tant que Croc consistait à traiter de sa psychologie, et cela m'a permis de parler de certains problèmes de notre société, principalement le rejet de la différence mais également beaucoup d'autres choses. C'était ça qui me plaisait le plus. Le gore, c'était juste pour le spectacle, on va dire. Mais Croc était juste un pont qui me permettait de faire certaines critiques de notre société, car je la trouve justement hautement critiquable sur énormément de points. Dans la vraie vie, je ne cautionne pas le meurtre ni même la violence, mais je fais partie de ces gens qui pensent que, dans notre monde, à l'époque actuelle, tout va de travers. Et cette vision pessimiste du monde, je pouvais la retranscrire à travers Croc, parce qu'il est lui-même une victime de la société.

C'est peut-être aussi pour ça que je n'aime pas trop jouer de vrais héros, ils ont une vision que je trouve trop optimiste de notre société. Au fond, comme l'a dit Killer Moth, ils ne veulent pas changer le monde. Ils veulent simplement le maintenir dans son état actuel, ils pensent donc que le monde va assez bien et qu'il suffit juste de s'occuper de la criminalité pour que tout le monde soit heureux et gentil. Ils ont une vision assez simpliste du monde au final, je trouve, et ils ignorent la plupart des gros problèmes à l'échelle mondiale, ceux dont nous sommes tous fautifs, les problèmes environnementaux, les problèmes des inégalités dans le monde, etc... Avec ses pouvoirs, Superman pourrait assez facilement, je pense, rendre le monde plus égalitaire, faire cesser la faim dans le monde, faire en sorte qu'on pollue moins etc... Mais il ne s'en occupe pas. (c'est le même constat avec les autres héros). Pire, les seuls personnages qui se soucient de ce genre de problèmes sont finalement des méchants, car leurs solutions pour régler ces vrais problèmes sont toujours trop extrémistes ("coucou je m'appelle Ra's Al Ghul et je veux buter tout le monde pour que la planète aille mieux").

Je pense donc que je partage certaines idées des méchants que j'ai incarnés, et c'est ce qui m'a permis de prendre autant de plaisir à les jouer, sans toutefois cautionner leurs actes.

Après, il y a aussi des persos que j'ai incarnés, non pas pour ses idées, mais simplement parce que j'aimais son chara-design (coucou Sephiroth), c'était surtout dans ma jeunesse ça, au début du RP. C'est juste que ça me plaisait d'incarner un personnage beau, charismatique et fort, bien différent de ce que je suis dans la vraie vie. xD

Enfin, ce que j'aime faire avec mes persos méchants, c'est faire justement ce que Hollywood (par exemple) ne fait jamais, ce qu'on voit quasiment jamais au cinéma ou à la télé, faire des trucs qui ne sont pas vraiment "grand public". Genre tuer des gosses ou dévorer des bébés. Je profite justement du fait de n'avoir pour seule limite que mon imagination, pour pouvoir mettre ce qu'on n'a pas l'habitude de voir ailleurs. Il m'est arrivé de jouer un méchant purement méchant, qui n'avait aucun autre but que de faire le mal pour faire le mal, juste parce que ça le faisait marrer, et je prenais beaucoup de plaisir à l'incarner, en jouant justement sur l'humour noir, la provocation et le politiquement incorrect. Au final, c'est peut-être aussi le fait de jouer un personnage complétement différent de ce que nous sommes dans la réalité, qui est amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/08/2017
Messages : 53
DC : Drury Walker/Killer Moth
Localisations : Fawcett City
MessagePosté le: Mar 19 Sep 2017 - 22:05

Pour réagir à la réponse de M'gann:


Mettre son personnage en danger, le "torturer", est naturel dans le sens où nous sommes sur un forum RPG et en ce sens concevons nos personnages comme des êtres évoluant et pour évoluer, la dramaturgie nous offre pour moyen principal les péripéties. Nos personnages ont besoin de trouver en eux la force de progresser, plus obstacle sera important, plus grande sera la révélation, le dénouement intense et la récompense personnelle du personnage forte. Parfois le personnage ne trouvera pas la réponse en lui-même ou dans son entourage (échec), parfois il la trouvera (victoire).

Cette mécanique peut s'adapter aux vilains, on peut lui faire affronter une menace et le sortir grandit, mais avec grande prudence (c'est mon avis). Je m'explique.

La question que cela soulève est: Peut-on faire de même avec un super-vilains? Ce sont pour la plupart des êtres pensants avec leurs forces et leurs faiblesses, internes comme externes et dotés d'une psychologie, de ce point de vue logique, on pourrait dire "oui" ce sont des personnages qui peuvent se retrouver confronter au mêmes problèmes que les justiciers de ce point de vue. Et pourtant, j'aurais tendance à dire "non". Cette fois-ci c'est plutôt sur le plan narratif et émotionnel que se baseraient la plupart de mes réflexions.

Nous racontons des histoires, nous les construisons dans un processus d'improvisation/adaptation, mais ces histoires suivent des trames logiques et cohérentes: introduction d'un ou plusieurs problèmes, péripéties, résolution d'un ou plusieurs problèmes (avec un schéma actanciel généralement classique). Cela signifie que nous suivons, consciemment ou non, un schéma de narration et offrons à nos lecteurs (parties prenantes ou non de l'écriture) une histoire dans laquelle nous voulons qu'ils se plongent. Cela implique un certains nombres de règles techniques (grammaire, orthographe, langage) comme purement artistiques (mise en page, style littéraire, niveau de langue) et des conventions : le héros est celui en qui l'on peut se projeter et pour qui on peut éprouver de l'empathie ; le vilain, l'adversaire, le méchant envers qui l'on peut transférer nos pulsions plus négatives.

Rendre son vilain pathétique, lui donner une faiblesse qui ouvre la porte à l'apitoiement c'est lui ôter son rôle de méchant, c'est comme Jason Todd dans les comics, il finira tôt ou tard par devenir un gentil, car il évolue, voit ses erreurs et pour que les gens puissent s'identifier à lui, il fait les bons choix. Une autre déclinaison pourrait également de lui faire prendre les mauvais choix, mais si vous laisser votre lecteur s'identifier à un être qui finalement prendra une voix négative vous risquez de provoquer de la frustration*.

Cependant je suis pour les méchants qui évoluent à chacun des échecs qu'ils ont face à un justicier, qu'ils s'adaptent et se renouvellent!

Donc, torturer - soi-même - son vilain pour le faire évoluer dans un sens, est un pari très risqué, c'est le risque de le faire glisser du bon côté, sauf à lui faire prendre une décision encore pire que les autres, mais il faudra bien la justifier et bien la ficeler. J'aurais donc tendance à dire que si toutes les options sont ouvertes, lorsqu'il s'agit d'une confrontation justicier/criminel, il vaut mieux laisser les doutes et les remises en question au justicier.

Mais là encore, il ne s'agit que de mes réflexions.

Pour répondre à Mister Miracle qui met le doigt sur le point sensible Very Happy:


Jouer des justiciers me met "mal à l'aise" dans le sens où je me sens enfermé et où mon inspiration s'essouffle très rapidement, je le reconnais, de même j'ai plus souvent des idées de plans pour "méchants" que pour « gentils », ayant du mal à projeter les justiciers sur des projets.

Pour avoir tenté avec Congorilla, je dirai même que je n'ai pas vu l'intérêt pour moi de jouer un justicier, je n'ai pas trouvé de thème à exploiter avec lui, je ne suis pas parvenu à lui insuffler une âme à proprement parlé. Et si je réfléchis sur d'autres justiciers (batman, superman, Booster Gold, Blue Beetle, etc.) j'ai le même problème: que ferais-je avec eux? Est-ce que je leur ferai vivre une aventure entre "super buddies"? Est-ce que j'attendrai un criminel à arrêter? Je comprends que ça puisse plaire mais je n'ai réussi à accrocher, sans doute prends-je le problème dans le mauvais sens, mais je n’y arrive point.

A l’inverse, lorsque je prends un criminel dans la liste des super-vilains disponibles j’ai tout de suite des idées (Lenny Fiasco alias l’Effaceur pourrait être un bon criminel qui efface efficacement les preuves ; rien qu’en disant Per Degaton j’ai des tonnes d’idées de crimes temporels et de jeux avec le temps qui me viennent - d’ailleurs un jour je l’incarnerai! - ; le gentleman Ghost m’inspire direct…) bref, il faut croire que j’imagine plus facilement des histoires depuis les projets du méchant (les péripéties en somme) que du point de vue « faire évoluer le héros ».

Après, j'ai un style de jeu qui adore les intrigues, les complots et les projets qui n'ont pas peur de s'étaler, ce qui me met directement en porte-à-faux avec des justiciers qui subissent souvent l’intervention des criminels.

Après, j’aime sans doute jouer les super-vilains par pur confort, je suis à l’aise avec eux et j’aime mettre des bâtons dans les roues des justiciers pour qui tout semble réussir (niark niark niark!)

Pour répondre à Croquinou alias KFC:

Je valide le fait de jouer quelqu’un d’autre, une sorte d’étrange catharsis à faire le mal sur le papier, à se venger un peu du monde qui nous entoure de manière mesquine mais divertissante ^^.


Allez, je vais m'arrêter là, je crois que je suis allé un peu loin par moment.


* Dans la littérature, il y a comme dans beaucoup de médias qui transmettent une histoire, une notion d'attente de de paiement (je ne me souviens plus de la terminologie exacte). Le lecteur s'attendra à ce que l'auteur le récompense de sa lecture et tâchera de lui laisser les indices de sa conclusion. Faire prendre une mauvaise décision (finale) à un personnage sur lequel vous avez fait monter des attentes positives est très risqué, mais ça peut donner d'excellents twist (même s'il est préférable de laisser des indices de sa mauvaise décision dans votre récit sinon c'est de la gratuité commerciale Razz).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7485
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Mer 20 Sep 2017 - 1:14
Intéressant ton avis aussi, Croc Smile

Il est vrais que le vilain est souvent une victime, même le gros monstre, et jouer là dessus est inspirant et intéressant. C'est aussi une raison d'un attachement au vilain qui souffre, comme on peut s'attacher au héros qui souffre.
Cela explique (pas justifie quand même), et ça deviens très présent les nuances de gris.

Moi même je met parfois mes vilains en situation de victime. Mon Mad Hatter était atteint d'une maladie grave comme le Docteur Psycho, Cheetah est maudit au service de Circé, Manta en veux à Aquaman pour le meurtre de son père, etc.


Très intéressantes réflexions et décryptage, Mind ^^

En fait, avec les nuances de gris, d'un seul personnage on peut le jouer gentil et méchant suivant nos envies. J'ai une attirance pour les héros qui ont une part d'ombre (Miss Martian, martienne blanche, Mary Marvel en Black Mary...) et de même les vilains qui peuvent avoir un rôle utile (Suicide Squad, Secret Six...) me plaise aussi.

Après ma préférence va pour le personnage parfait, mais c'est pas forcément celui que j'ai envie d'écrire. Juste de lire.
C'est pourquoi j'adore Superman, plus que Batman, mais je me vois incapable de l'écrire.

Et trop de nuances de gris ne me plais pas à lire ou voir non plus. Je ne saurai bien l'expliqué, mais je ne trouve pas ça sain.
Si on apprécie un peu tous le monde, ou on peut trouver détestable un peu tous le monde... Il y a moins de prise de position, d'émotions, de fiction... Le virtuel veut devenir réel et je serai peut être moins à fond dans l'histoire racontée.

Là dessus, je compare à mon avis sur le catch, qui de base se joue sur des histoires de vilains contre des gentils. Les meilleurs émotions sont la victoire d'un vrai gentil sur un vrai méchant, quand tous le monde soutien le gentil et tous le monde éclate de joie à la fin.
Comme pour les comis, romans, films...

J'aime l'histoire qui part d'un vilain qui représente bien le mal, les vices (Frolo, Luthor, Sauron, Triple H...) et le moment où le gentil qui représente des valeurs, lui mettra une bonne raclée (Casimodo, Superman, Frodon, Daniel Bryan...)

Le vilain est important, mais le héros est le personnage principal.
Je préfère quand même les héros Flowerred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures
Inscription : 05/05/2013
Messages : 633
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mer 20 Sep 2017 - 18:24
Je tiens à dire que ça me fait plaisir de lire toutes vos réponses car à l'époque ça me tenait à cœur ce sujet! Vos avis sont très intéressants, merci à vous!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 24/08/2017
Messages : 53
DC : Drury Walker/Killer Moth
Localisations : Fawcett City
MessagePosté le: Mer 20 Sep 2017 - 21:33
Et ça nous fait plaisir d'être lus ^^

Le catch joue effectivement sur un récit pour le coup très riche en pathos du fait de la prestation d'un combat violent, le marquage gentil/méchant est encore plus marqué et marquant. (j'avais d'ailleurs lu un article sur le catch au Mexique, plus Luchadores que catch américain, mais qui était très intéressant pour son analyse).

Je comprend ton point de vue sur la grisaille généralisée qui peut être indigeste, mais si le récit le porte bien et si cela sous-tend un propos intéressant, ça peut-être une excellente approche. Mais pour le RP c'est très difficile, surtout avec des personnages de comics qui ont tout de même le clivage justicier/criminel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7485
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Mer 20 Sep 2017 - 22:23
Le clivage et la distinction claire des rôles me semble importante.

C'est pourquoi si j'avais des doutes, j'ai depuis totalement adhéré avec le partie pris de Barry de ne jamais créer un groupe ''Neutre''.
On peut se la jouer ''neutre'' mais le clivage vilain/héros m'a convaincu dans son caractère essentiel.

Dans le catch je retrouve la même réflexion. Les ''Heels'' sont les méchants, les ''Face'', les gentils et leur job respectif est de se faire huer ou encourager. Le rôle de ''Tweener'', le méchant qui est encouragé ou le héros qui est hué (ça c'est dur) est à évité selon moi sauf dans les affrontement GentilVSGentil, MéchantVSMéchant, mais c'est le public qui choisi au final, car c'est une sorte de théâtre interactif. (Si tu a la source de l'article ça m'intéresse Wink)

Après, je suis assez contradictoire car j'aime écrire les héros qui se comporte mal, mais je préfère lire ceux qui se comporte bien.

Même si je préfère les héros, c'est plus simple d'écrire la méchanceté de manière générale, je pense. Être hué et plus facile qu'être encouragé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures
Inscription : 19/05/2016
Messages : 233
DC : Atrocitus - Faora
Situation : Contemplative
Localisations : Espace
MessagePosté le: Mer 20 Sep 2017 - 22:38
Je préfère faire des gros vilains qui foutent la trouille  Razz  J'ai croisé un joueur qui avait un perso terrifiant dans un rp et ça me plairait beaucoup si un de mes vilains instaurent la peur totale comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

C'est grave, Docteur?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» C'est grave docteur ???
» Kaori, 27 ans, accro aux poupées... C'est grave docteur ?
» Noiraude (La Noiraude)
» C'est grave docteur ?
» Santos 75 en panne (est-ce grave docteur?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Plateforme joueurs :: Hors-jeu :: Parlons RPG-