Shadow Of the Bat [ Batman]

Invité

MessagePosté le: Dim 4 Oct - 16:23
Deux heure du matin, au port de Gotham. La population s'était, depuis longtemps, laissé aller au son de Morphée. Tous, sauf une dizaine d'homme, qui devaient attendre un bateau sensé livrer plusieurs colis d'origine inconnue. Ceux-ci passaient le temps en échangeant des anecdotes, en jouant au black jack ou en misant sur une partie de bras de fer. Ce n'étaient pas de simples employés, comme vous pouvez vous en douter. Des mercenaires employés par Bane, le célèbre colosse qui brisa la chauve souris, étaient payés tout les mois, qu'il pleuve ou qu'il neige, qu'il soit à BlackGate ou en liberté, qu'il soit prisonnier ou en bonne santé afin qu'ils livrent dans sa planque l'équivalent d'un mois de consommation de Venom. Son addiction, avec le temps, ne s'était pas épuisé et, si il devait lui en manquer, il sombrerait dans une crise qui le rendrait fou ou le conduirait à la mort. Et, pour ses sbires, leur patron était autant un ami qu'un allié. Sa mort conduirait tout le gang dans le mur, car il était l'un des seuls patron qui ne tuaient pas ses acolytes parce qu'une pièce l'incitait à la faire ou tout simplement par plaisir. Et la tronche du Pingouin ne leur revenait pas. C'est donc autant l'argent qui comptait pour eux, que le principe.

Le bateau se rapprochait, et les différentes activités auxquelles s'étaient lancés les hommes de Bane prirent fin. Là, commençait la partie la plus délicate de l'affaire. Pour ne pas attirer les soupçons, le gang n'avait pas envoyé plus de dix membres, mais le danger était partout. Le Venom était un poison qui attirait les convoitises, et il ne serait pas étonnant que Black Mask ou le Pingouin cherche à se l'approprier. Le timing était donc extrêmement serré. Le bateau mit exactement cinq minute à se positionner, le conducteur et son acolyte saluèrent chaleureusement en espagnol leurs comparses et les aidèrent à transporter la marchandise dans le grand camion noir. Trois grands container de Venom. Le leader de la petite troupe serra la main du conducteur et parti sans demander son reste. Tout s'était, pour une fois, passé normalement. Aucun passant n'était venu les ennuyer. Tout allait pour le mieux. Cependant ils n'auraient pas un petit plus dans la prime du mois, et ils n'oseraient pas le demander à Bane de peur de le contrarier. Seul bémol donc. Faut pas abuser, quand même.

Ils déchargèrent les container de Venom dans l'un des camions, tandis que six autres allèrent dans un autre camion et deux autres dans une voiture, équipés de leur mitraillettes au cas où tout tournerait mal en chemin. Mais ce soir, tout avait l'air d'aller pour le mieux. Le transporteur de Venom alluma la voiture et commença à rouler. Le deuxième camion fit de même ... A son grand regret.

Une explosion les réduisit au silence. Ils n'eurent pas le temps de crier. Au moment où le mercenaire avait appuyé sur la pédale d'accélération, il était condamné. Durant toute la durée où les sbires de Bane étaient parti vaquer à leurs occupations, un étrange individu avait trafiqué la voiture. Le deuxième véhicule, où était posté les deux autres sbires, n'avait pas non plus été épargné et avait explosé sous la chaleur soudaine. Comprenant qu'il se passait quelque chose d'anormal, les deux survivants décidèrent de, malgré les pertes, ne pas s'attarder, la meilleure chose qu'ils auraient pu faire.

Mais au moment où le véhicule accéléra, la vitre se brisa et un objet vint se ficher dans le front du conducteur, et le camion s'arrêta alors devint un seul et unique homme, responsable du massacre. Le dernier sbire descendit, mitraillette en main, et contempla l'homme responsable de la situation. Grand, frêle, habillé comme un épouvantail. Lorsqu'il comprit qu'il avait devant lui Jonathan Crane, il resta sans réaction.


" Le silence ? Tu ne crie pas en t'enfuyant ? Tu me fais penser à un ami avec des turbans autour de la tête, on ne peut même pas voir son visage. J'avais confectionné une chanson pour lui. C'en était devenu son nom de code. Faut dire qu'il avait la rage, il ne fuyait pas ses problèmes. Quoique la métaphore du bandeau peu prouver le contraire, mais pour ma part je pense que ... "

Prêt à tout pour sauver les container de Venom et sa propre vie, il tira dans le tas. Bien heureusement pour l'homme de paille, ce dernier s'était posté à côté d'une voiture. Il s'y rua en voyant l'homme paniquer. Les impact de balles sur le métal résonnaient dans les oreilles du maître des phobies, mais voyant là un petit jeu, il conclu que l'homme ne s'arrêterai que lorsqu'il serai à court de balle.

" Garde en deux ou trois, sinon, ce ne sera pas drôle quand viendra le moment du jugement. "

Le déclic fut bref, mais instructif : le sbire avait épuisé tout son chargeur. Malgré quelques éclats de verre qui lui était tombé dessus, Scarecrow s'en sortait indemne pour cette fois.

" Je n'aime pas qu'on me coupe la parole. "

En se relevant, il découvrit son adversaire une dent sur la goupille. Sachant que son heure était venue, le message était clair : il se ferait sauter avec le Venom et se sacrifierai pour son chef. Scarecrow se rua sur lui. Au même moment, son ennemi la dégoupilla. Courant comme jamais, Scarecrow arracha des mains de son adversaire la grenade, la lança au loin, puis planta ses seringues dans le cou de l'homme. Entendant les sirènes de police approcher, il prit la manche de la faux, la dégagea de la tête du conducteur, jeta son corps inanimé sur le sol, puis conduit le camion jusqu'à un endroit des plus sûrs. Lorsque la police découvrirait les corps, l'homme qui s'était pris les seringues dans le cou serait en train de faire une crise. Il courrait dans tout les sens pendant deux minutes, se traînerait par terre, pour mourir au final.

Ainsi avait frappé Scarecrow lors de sa première attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 4 Oct - 17:15
Une nuit pour une patrouille ou une nuit de paix ? Alfred se posait cette question tout les soirs, espérant que Bruce prendrait un peu de temps pour se reposer. Mais bien entendu, les nuits de paix étaient devenues inexistantes, et les nuits de patrouilles omniprésentes. Et cette nuit là n'allait pas faire exception.

- Monsieur ? Comptez-vous rester au manoir pour dîner ?

Bruce, habillé en costume, le masque et la cape en moins, pianotait sur le clavier du Bat-ordinateur, veillant constamment sur la ville de Gotham. Ayant accès de manière parfaitement illégale aux caméras de la ville, il vit une scène pour le moins étrange sur les quais. L'épouvantail, ou du moins quelqu'un qui ressemblait à ce dernier,et qui habituellement demeurait plutôt en retrait, s'était attaqué, seul, à un convoi de venin. A quoi bon cela peut-t-il lui être utile ? Au mieux, il s'attirerait les foudres de Bane, et pourrait finir dans un caniveau avec la plupart des os brisés. Bruce tourna la tête vers Alfred :

- A vrai dire, je comptais partir, il y a une affaire du côté du port qui attise ma curiosité.

Alfred sortir alors un plat en argent, recouvert d'une cloche faite de la même matière. Il révéla une sorte de sandwich, qu'il tendit à Bruce.

- Prenez au moins cela avec vous.

- Merci Alfred.


Bruce saisit alors le sandwich, et l'avala rapidement, alors qu'il commençait à se préparer. Alfred prit sa place sur le Bat-ordinateur, et lui lança :

- Je trouve étonnant que Mr Crane aille faire ses emplettes chez ce catcheur dépendant du Venin. Mais je suis certain que vous allez trouver la solution, n'est-ce pas ?

Alfred se retourna, et ne trouva plus Bruce Wayne. Il se retourna et soupira :

- J'espère vraiment qu'il arrêtera de faire cela un jour ...

*****************


Batman avançait dans les rues au volant de la Batmobile, ne respectant pas un seul instant le code de la Route. Il fonça à travers le bitume de Gotham, cherchant à rejoindre la scène de crime, et trouver l'éventuelle planque de Scarecrow. Il fonça pour s'arrêter dans une ruelle. La police était déjà sur les lieux, et une arrivée en Batmobile ne mettait pas tout le monde d'accord. Il fallait la jouer plus fine.

Batman sortit alors d'une ruelle, pour rejoindre la seule tête parmi le GCPD qu'il connaissait hormis son comissaire. L'inspecteur Bullock dégustait un hot-dog, comme à son habitude.


- Que s'est-t-il passé ici ?

- A vrai dire, on dirait un racket qui a mal tourné. Les deux types là sont du gang de Bane, ils ont tous cet espèce de style mexicain que je ne comprends pas tellement.

- Puis-je regarder ?

- Faites, mais ne pourrissez pas la scène de crime, ce que vous faites 95% du temps ...


Bruce se pencha vers du cadavre de l'individu. Ce dernier avait le crâne enfoncé, par une sorte d'objet tranchant. Ce dernier avait été retiré, vu la forme de la plaie. Un outil léger, qu'on a dû lancer sur lui. L'autre individu montrait les signes de peur, propres à la toxine de Scarecrow. C'était sa marque de fabrique. Mais où était parti le camion que Bruce avait regardé sur la vidéo ?

Il se pencha sur le bitume et observa les traces de roues, qui partait dans une direction. Pour ne pas perdre la piste, il décida alors la suivre à pied, histoire de voir où elle déboutait ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 18:41
Conduire avec un camion blanc cabossé, noirci par les flammes avec un petit trou dans la vitre et le reste craquelé aurait été des plus idiots et des plus voyants. Cependant, Jonathan Crane était fou, pas idiot. En pleine conduite, il donna un coup de pied dans la vitre, de façon à ce qu'elle se brise en une pluie de petits bouts de verre. En faisant cela, il posa son autre pied accidentellement sur l'accélérateur, tout en tournant le volant avec force. Le camion tourna brutalement, ce qui arracha un rétroviseur. Il continua à conduire pendant quelques mètres, jusqu'à un point de rendez vous, où l'attendait un homme habillé d'un blouson de cuir et d'un jeans, tout ce qu'il y a de plus normal. Cependant, cet homme qui semblait normal avait, dans l'après midi, été conditionné par l'épouvantail et était aux ordres de ce dernier.

" Donne moi ce que je t'ai demandé. "

Scarecrow descendit du véhicule, ouvrit le coffre et découvrit qu'un container de Venom avait fui. Assurément, si les hommes de Bane avaient donnés ça à leur chef, ils seraient fait tordre le cou, fou ou pas. Mais étant donné que Crane avait, tout le long, conduit comme un malade mental, il n'était pas étonnant que la grande bouteille ai rendu l'âme. Il ne restait donc plus que deux container de venin. Mais c'était largement suffisant, et plus pratique pour la suite des événements. L'homme conditionné était venu en tout terrain, pas en camion. Scarecrow poussa un grognement insatisfait, puis tandis la main vers l'homme, sans que celui-ci bouge le moins du monde. Etonné, Scarecrow tourna la tête vers celui-ci et, au vu de la sueur qui perlait sur son front, compris que son suppôt combattait ses peurs. Réagissant instinctivement, Scarecrow le saisit par la gorge et le souleva, posant sa seringue pointue à l'extrême sur son œil.

" Je connais tes plus grandes peurs. Je te les ferai voir en te terrifiant au centuple si tu ne fais pas ce que je te demande. Je saurai m'occuper de ta femme une fois que tu sera mort. Et ta fille aussi. Black Mask cherche des femmes pour son nouveau club clandestin, et moi, des organes. Je te conseille de faire ce que je te demande. "

Terrorisé à l'extrême, l'homme lui donna un spray de tag. Scarecrow chantonna, tout en faisant le tour du camion et inscrivit une inscription dessus. Il recula de quelques pas, puis regarda son œuvre, une phrase inscrit en rouge " Pourquoi suis tu ton ombre ? ". Il ricana quelques minute devant son spectacle puis aida son sbire à transporter les bouteilles jusqu'au tout terrain.

" N'oublie pas, Axis Chemicals. C'est pas très loin d'ici, je t'y rejoins sous peu. Mais j'ai quelques chose à faire avant. "

Batman était il à sa recherche ? Il en doutait. Après tout, en ce moment, Batman devait surtout s'occuper de grandes menaces comme Brainac, Sinestro et de toute ces conneries de la ligue de justice. A ses yeux, Scarecrow ne valait sans doute plus rien. Bientôt, très bientôt, il aurait matière à s'inquiéter. Laissant là la caisse de Venom et le camion, il marcha un peu. Il n'avait pas choisi ce lieu de rendez vous au hasard, il était extrêmement proche d'un bar, le " My Alibi " où se regroupait bon nombre de mercenaire ... Et d'hommes de Bane. Avec un peu de chance, ils n'auraient pas appris la nouvelle tout de suite. Pénétrant dans la vaste salle, où siégeait des motards, des mercenaires et des femmes sur leurs genoux, il toussota. Puis toussota un peu plus fort. Puis, perdant patience, il jeta sa faux sur le crane d'un homme en blouson de cuir, une longue barbe blanche et des lunettes de soleil, bien qu'il fasse nuit. Cette mort soudaine et ce geyser de sang, attira l'attention bien plus vite qu'un faible toussotement. Les gens à l'intérieur n'en revenait pas. Deux se levèrent en pointant leurs flingues, le barman hurla, mais les autres ne réagirent pas.

" J'ai besoin de mercenaires. Je peut payer très cher. Une expérimentation qui feront de vous l'égal d'un élite. "

Certains se regardèrent, d'autres le toisèrent d'un air arrogant. D'autres l'ignorèrent même. Mais aucun ne prit sa demande au sérieux.

" Tu viens de tuer un mec, sale taré. T'a du fric, c'tun bon point. Mais pourquoi devrais t'on obéir à un taré tout juste sorti de la passoire ? "

Scarecrow les regarda tour à tour, un sourire sarcastique sur le visage. Qu'il l'attendait, cette question. Il ne pensait pas qu'elle sortirait si vite. Aussi, lorsqu'il ouvrit les lèvres, il dégusta le moment qui s'ensuivit.


" J'ai entre mes mains l'arme qui tuera Batman. "


Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 5 Oct - 22:15
Bruce continuait d'avancer sur la route, cherchant où pouvait être parti Scarecrow, et continuait à voir les diverses traces de pneus sur le bitume. Par chance, Scarecrow avait conduit comme un dératé, effectuant des virages qui ont dû faire tanguer dangereusement le camion. A vrai dire, Bruce continua sa marche, et finit par découvrir une étrange substance, qui accompagnait ses diverses traces de roues. Bruce posa un doigt dessus et regarda la texture de la chose. Puis il prit une sorte d'éprouvette prit un échantillon de l'étrange liquide, puis il déposa le tout dans le Bat-analyser, qui se trouvait dans sa ceinture de gadgets. En même temps, il envoyait les données directement au Bat-ordinateur. Il posa un doigt sur son casque et lança à Alfred :

- Penny-One, je vous envoie un échantillon qu'il serait bon d'analyser, même si je pense savoir ce que c'est.

- Très bien monsieur.


Alfred avec l'échantillon, et à présent, il fallait se tourner sur la suite de la piste. Bruce commença alors à suivre les traces de liquides, présents à côté des traces de roues. Bruce continua sa route, alors qu'il essayait de demeurer dans l'ombre, afin d'éviter d'attirer l'attention. Un Batman à pied, c'était déjà quelque chose, mais déterminé à suivre une piste sans recourir à la Bat-mobile, s'en était une toute autre ! Mais il fallait du temps à Alfred pour recouper toutes les images de caméra qui aurait aperçu le camion blanc, et retracer sa trace.

Bruce tourna alors vers la gauche, et vit alors que les traces s'arrêtaient. Les hypothèses étaient simples : soit il avait continuer tout droit, soit il s'était arrêté là. Le seul moyen était les caméras. Et sortir cette fois-ci la Bat-mobile.


- Alfred, recouper les images de la 27ème et de Broxton Street il y a 20 minutes, je veut que vous me retrouviez la trace de ce van.

- Bien entendu monsieur. Et les analyses ont conclu que l'étrange liquide en question était bel et bien du venin, ce qui validait vos premières théories monsieur.

- Effectivement, Crane aurait volé du venin, mais pour quoi faire ? A moi de le découvrir.


Bruce appuya sur plusieurs boutons sur son gantelet, et dans un crissement de pneus, la Batmobile arriva quelques secondes plus tard, détruisant un grillage et envoyant en l'air plusieurs sacs poubelles qui se trouvaient devant.

* Et encore une facture pour le contribuable ...*

Bruce rentra dans son véhicule, et vit alors l'image d'Alfred apparaître devant lui.

- J'ai usé de vos dernières informations et des diverses images pour vous définir un trajet potentiel.

- Très bien.


Bruce fonça alors, et traça sa route, vers un chemin potentiel. Il finit par s'arrêter quelques instants plus tard dans une rue, et quitta la Bat-mobile. C'était à peu près ici que les caméras l'avaient perdu, mais il le retrouverait facilement. Bruce ramassa un rétroviseur, et continua sa route vers les ruelles, tout en ordonnant à son véhicule de se terrer quelque part. Il s'approcha d'un mur et usa de son grappin pour prendre de la hauteur. Il se sentait proche du but ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 7 Oct - 21:45
Huit mercenaires. Seulement huit mercenaires se tenait désormais autour de Scarecrow. De quoi lui faire péter un câble. Avec aussi peu de nombre il n'irait pas bien loin. Lorsqu'il avait prononcé sa dernière phrase, il avait demandé à ce que les hommes qui se tenaient près à affronter le chevalier noir se tiennent à côté de lui. Apparemment, il y en avait bien peu. Il scruta la salle d'un ultime regard, afin d'y déceler ne serait-ce qu'une envie, une hésitation pour mettre le trouble dans l'esprit de sa cible et l'obliger à faire parti de sa croisade nocturne. Mais non, rien, pas même une flamme dans le regard qui permettrait de se faire une idée. Scarecrow tapa du pied en gémissant d'impuissance, puis se retourna violemment dans un geste théâtral. L'inconnu qui lui avait parlé plus tôt s'autorisa un petit rire sarcastique, suivi de plusieurs autres. Comprenant qu'ils se moquaient de lui, l'épouvantail tourna lentement la tête vers eux. Il disposait de plusieurs moyens de les faire taire, comme user de sa sacoche de gaz, qu'il n'avait pas eu besoin d'utiliser avec les sbires de Bane, les trancher avec sa faux, mais dans les deux cas il risquait de blesser, voir de tuer ses alliés, bien qu'ils étaient nombreux. Mais mieux vaut peu que rien.

" Je peux savoir ce qui vous fait rire ? "

" Tu viens dans notre établissement, tranquille, tu élimine un biker, et tu pense qu'on va bosser pour toi alors que, selon toi, ça fait dix fois que tu à une arme pouvant tuer Batman, et que tu te retrouve, à chaque fois, à la passoire ? Si l'arme est si bonne, il faut se poser des questions sur celui qui l'utilise. "

Jonathan le considéra quelques instant, puis hocha la tête. Il fit un signe de la main à ses nouveaux coéquipiers, puis sorti du bar. Que pouvait il faire, seul, face à toute une troupe de mercenaire ? Visiblement rien, aussi décida t'il de partir. Le mercenaire qui lui avait tenu tête adressa à tout ses amis un regard fier, puis fut applaudit pour avoir poussé une gueulante à un taré d'Arkham. Il hurla que c'était sa tournée, puis le barman s'occupa de ramasser le corps et le mettre dans une rue. Mais, quelques minutes plus tard, la salle fut éclairée d'un étrange néon. Et puis, bordel, qu'Est-ce qu'elle était éclairé cette salle, constata le barman.

Et puis, soudain, la vitre se brisa. Une moto fendit les airs, une faux également, et le visage du conducteur s'élargit de manière abominable. Une véritable erreur de la nature. Halloween avant l'heure. La faucheuse qui avait changée de sexe.


" Je ne suis pas lâche, messieurs dames. Et tout compte fait, tu à raison mon ami, ce n'est pas toi qui sera mon sujet cette fois ci, tu n'est pas digne d'expérimenter mon arme. "

Il avait eu le temps de dire cette phrase en à peine quelques secondes. La moto était encore dans les airs et un humain normal en aurait eu le souffle coupé. Jonathan Crane était un humain normal, mais dans ses yeux brillait une lueur anormale. Son corps entier était poussé par la folie meurtrière. Ecrasant trois personnes au passage, il tendit sa faux et, sans rencontrer la moindre résistance ni même le moindre os, trancha la tête de quatre personnes. Puis, visant avec précision, il fit un demi tour et planta son arme mortelle en plein dans le cœur de l'homme qui, pour lui, suait l'arrogance et lui avait parlé sur un ton des plus hautains. Puis, il se tourna vers le barman, et lui adressa un sourire malsain.


" Si un quelconque justicier arrive, ou une justicière, indiquez lui la rue " Baltimore ", sur le quartier d'Otisburg. Vous avez l'air sympas, alors je vais me contenter de cette vitre brisée comme dommage matériel. Mais la façade de votre bar est abominable, vous faites fuir les clients. Si le barman aurait été con, j'aurait surement fait sauté l'établissement. Mais vous êtes intelligent, et avez la mesure des priorités, pas vrai ? "

Scarecrow insista sur le mot priorité, afin de lui faire passer le message que si il ne livrait pas le sien, c'était un homme mort. Il laissa là la moto, prise au motard qui l'avait accompagné pour le job, et sorti dans la rue. Il trouva ses huit mercenaires en train de braquer une voiture " espace ", qu'il avait remarqué en arrivant. Las de conduire, il ordonna à l'un de ses hommes de main de se charger de la tâche. Plusieurs hésitèrent, mais l'un d'eux, plus déterminé et courageux que les autres, et surtout le moins blasé, se proposa. Il enclenchèrent la voiture, dont les clés étaient toujours sur le contact et, lorsqu'ils démarrèrent en trombe, un homme sorti en hurlant de la boutique à tabac. Ca apprendra les gens à rester imprudent juste pour deux minutes ... Pour l'heure, la fine équipe se dirigea à l'endroit qu'il avait indiqué au barman, à la rue Baltimore d'Otisburg.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 9 Oct - 13:03
Bruce continuait sa route sur les toits, jonglant d'immeubles en immeubles, et prenant de la hauteur avec l'aide de son grappin. Il se sentait proche de Scarecrow, il pouvait même sentir les gaz qu'il trimbalait avec lui. Batman continuait d'avancer, et entendit alors un grand bruit, celle d'une vitre que l'on brise. Bruce porta alors son doigt à l'oreille et contacta Alfred :

- Alfred, localisez moi le son que je viens d'entendre.

- Tout de suite monsieur.


Il entendit Alfred pianoter sur le clavier du Bat-ordinateur, histoire d'aider Bruce a localiser le bruit en question, alors que Bruce continuait d'escalader les immeubles, tout en se dirigeant vers le grand bris de verre. Alfred finit par recontacter Bruce, et lui lança alors :

- Les bris de verre ont été entendues sur 250 mètres, et l'épicentre de ce bruit semble se situer dans les 4 pâtés de maison au nord-est de votre position.

- Merci Alfred, je m'y rends de suite.

- Entendu, Penny-One, terminé.


Bruce fonça alors vers la direction indiquée par Alfred, et se balança d'immeubles en immeubles, pour finir par se placer sur une gargouille, l'une des nombreuses gargouilles de Gotham. Il finit par voir un bar, dans la vitrine a été enfoncée, enfoncée par une moto. Une enquête annexe ? Ou est-t-elle liée à Scarecrow ? Il fallait en avoir le coeur net . Bruce plongea alors vers le bar en question, et atterrit sur son toit. La clientèle de ce bar laissait à désirer, Bruce s'y était déjà rendu en tant que Matches Malone, et savait que ce taudis servait de repère à toute sorte de mercenaires. Il fallait donc la jouer fine.

Bruce s'approcha alors du système de ventilation, et commença à dévisser les boulons de la grille de ventilation. Puis il y glissa 3 petites grenades fumigènes, qui glissèrent doucement, le long de la pario métallique, pour se déclencher plus loin. Le bar allait donc être envahi de fumée dans quelques instants, et Bruce commencerait alors à intervenir.

Batman commença alors sa descente, et glissa le long du mur, pour rentrer dans le bar, rempli de fumée. Les mercenaires se mirent alors à hurler, cherchant à comprendre ce qui se passait. Ils criaient :


- C'est le Batman ! choper le !

- Je vois rien ! AAARGGHHH


Bruce quant à lui, les voyaient parfaitement, grâce à ses lentilles. Bruce attrapa le premier malfrat, et lui brisa littéralement le bras gauche, et le laissa s'écrouler dans un hurlement. Le second, qui ne comprenait pas ce qui se passait, se prit un coup de pied en pleine tête, l'envoyant dans le décor illico presto. Le barman attrapa une sorte de fusil à pompe, et prit de panique, se mit à tirer partout dans le bar, blessant au passage 2 autres de ses compagnons. Batman, resta caché derrière une table de bar, histoire d'attendre que l'averse cesse. Les autres se regroupèrent, et s'organisèrent un minimum. Ils sortirent du bar, tout en toussant.

Il fallait les rejoindre, et en finir, de suite. Saisissant son bat-grappin, Bruce tira sur l'un des malfrats en fuite, et l'attira à lui. Il hurla de terreur alors que Bruce l'envoya dans les bras de Morphée. En comptant le barman, ils étaient plus que 4. Bruce sorta alors un neutraliseur d'armes, pour rendre le fusil à pompe du barman non fonctionnel. Puis il sortit du brouillard, et du bar, face à ses adversaires. Le Barman tenta de presser la gachette plusieurs fois, avant de jeter l'arme au sol. Les 4 hommes chargèrent Bruce, et tentèrent de le frapper. Le premier n'eut pas le temps d'armer son poing qu'il sentit le pied de Batman frapper au niveau du genou, qui se brisa instantanément. Le second envoya un direct, que Bruce esquiva, et il lui asséna un coup derrière le crâne. Le 3 ème sur arrêté dans sa course par un front kick. Le barman fonça à tête baissée sur Batman, et tenta de l'attraper. Mais il fut attrapé au dernier instant par une prise de judoka, et sentit son corps se basculer vers l'avant. Puis il sentit son bras se briser, et poussa un hurlement.

Les deux derniers mercenaires se relèvèrent, alors que Batman se trouvait face à eux, impassible. Un des deux sortit une grosse machette, et se lança vers Batman, Bruce sentit alors une lame s'écraser contre les plaques de son armures, l'endomageant légèrement. Puis d'un geste vif, Batman attrapa la main de son adversaire, et le désarma, avant de le faire pencher, puis de l'assommer en lui lançant un direct dans le visage. Le dernier mit alors les mains en l'air, et balbutia quelques mots, quasi incompréhensibles ...


- Rue .... Baltimore ... Il avait dit rue ... Baltimore, Bababa ...

Batman l'attrapa et lui lança alors :

- Qui t'as enrôlé ?

- Sssscccaarrr...

- QUI T'AS ENROLE !?

- SCARECROW ! J'te jure SCARECROW, ce malade m'a pas assez payé pour ça ! Il a dit Rue Baltimore ! Je sais ce qu'il a dit merde !


Batman n'en dit pas d'avantage, et lui asséna un coup de boule. Il avait désormais une destination, Rue Baltimore, qu'Alfred ne tardera pas à situer....
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 12 Oct - 21:04
Quelques minutes après les évènements du bar, la voiture de Scarecrow se rapprochait étrangement de la rue Baltimore, peut fréquentée en cette soirée d'octobre. Soudain, l'épouvantail se saisit de l'arme du conducteur, et tira trois fois. Chacune des balles touchèrent une cible. Les autres mercenaires, terrifiés, pointèrent leur arme vers Jonathan, qui se retourna vers la route comme si de rien était. Apeurés, pensant qu'il avait libéré son gaz dans la voiture, ils faillirent tirer, sans se soucier des conséquences. Ils doutaient même qu'à la fin ils seraient payés. Mais quelque chose les dissuadèrent de l'éliminer. Vaincre le Batman. Ils seraient considérés comme une légende dans tout les quartier de Crown Point, et même au delà. Aller en prison ? Ils n'avaient pas peurs, car tout le monde sauraient que Batman n'était qu'une grande tafiole. Tout le monde connaîtrait leur noms, certains comme Anarky auraient même des posters d'eux dans leurs chambres. Lex Luthor feraient un discours à leur égards. Ils seraient considérés comme ceux qui auraient descendus le chevalier noir. Chacun, dans la voiture, se regardèrent bizarrement. Devaient ils jouer avec le feu, ou renoncer à une telle occasion que ne se présenterait surement pas deux fois ? Chacun, alors, abaissèrent les armes. Mais alors que l'un d'entre eux allait questionner le maître des phobies, celui-ci d'une voix, non pas pleine de folie, mais des plus sérieuses.

" Voilà un premier pas de fait. J'ai analysé les trois plus faibles d'entre vous, d'après vos gestes, votre comportement, votre taille et votre musculation. Et malgré cette peur qui vous tenaillait de continuer à travailler avec moi, vous êtes restés, par convictions que vous pouviez abattre la chauve souris, je me trompe ? Vous combattez toujours cette peur. Mais dans quelques temps, ce ne sera pas de moi que vous aurez peur, mais de la chauve souris. Cependant nous n'en sommes pas encore là. Mais c'est déjà un premier pas de fait. "

Comprenant alors la logique sordide de Scarecrow, les mercenaires se regardèrent, intrigués. Il avait prévu depuis le début de liquider trois d'entre eux. Mais soudain, le camion déboucha sur la rue Baltimore.


" A chaque rue que nous prendrons, débarrassez vous d'un cadavre. Vous connaissez l'histoire du petit poucet ? Il ne faudrait pas que le justicier qui nous pourchasse, s'il y en a un, ne nous trouve pas, autant qu'il trouve son chemin le plus vite possible pour qu'il découvre ce qu'on a à lui proposer. "

Sans se poser de question - certainement de peur d'être la prochaine victime du psychopathe - les mercenaires ouvrirent l'une des portes, et lancèrent les corps des hommes en maudissant - dans leurs têtes, évidemment - le geste irréfléchi de Scarecrow. De leur point de vue, ce n'était pas une expérimentation qu'il faisait, mais un petit plaisir personnel qu'il avait prit soin de justifier. Ils n'étaient pas loin de la vérité, mais avait tord sur quelques points.

Le peu de passants présent hurlèrent lorsque les cadavres tombaient, et bientôt, trois rues et trois cadavres jetés plus tard plus exactement, la voiture entra dans les locaux d'Axis Chemicals, dont la porte était restée ouverte depuis la veille. Après avoir garée la voiture à l'arrache, ou plutôt l'avoir laissée juste devant les locaux, Scarecrow et la fine équipe en sortirent et se dirigèrent à l'intérieur. Après avoir traversés plusieurs couloirs, Ils se dirigèrent vers la salle principale. Sale, sombre, jonchées de cadavres, on pouvait y voir des tonnes de container de sérum terrifiant. Plusieurs drogués de Gotham au service de l'épouvantail allaient et venaient, entreposant les fioles et container sur des bacs, où les sérums étaient aspirés, ou les containers parfois remplis. C'était une véritable machine monstrueuse. Scarecrow, suivit de près par les mercenaires, se retrouva en face de l'un des biologistes laissés en vie par ce dernier, après qu'il ai finit par accepter de travailler pour lui afin de ne pas connaître un sort funeste.


" Harold, as tu eu le temps de prélever les molécules du Venom ? "

Le biologiste épongea son front. Depuis la veille, il travaillait d'arrache pied sur le Venom car, Scarecrow s'était emparé d'autres réserves, mais plus discrètement. Le carnage provoqué cette nuit n'était fait que pour attirer un potentiel justicier. Il n'imaginait pas qu'il avait décrocher le visiteur.

" Hmm ... Bon. Ca devrait l'être, dans pas très longtemps, je te fais confiance Harold. Je vais déclencher les pièges dans les autres salles. La porte principale étant fermé, il devra passer par les autres. Notre ami devra faire face à ses plus grandes peurs. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 18 Oct - 13:46
Batman s'avança alors vers la Bat-mobile, qui arriva dans un grand crissement de pneus. Bruce laissa l'individu qu'il venait d'interroger tomber au sol, et se dirigea vers son véhicule. Il s'installa à l'intérieur, et détermina le trajet pour aller rejoindre la rue Baltimore, qui n'était pas loin du bar.

La route s’avéra simple, et les différents tournants et virages l'amenèrent rapidement à la Rue Baltimore, destination que le mercenaire lui avait indiqué. Il se releva et s'avança dans la rue, qui était déserte. Du moins, c'est ce qu'il pouvait paraître, puisqu'un cadavre, était présent au milieu de la rue. Il s'avança vers le cadavre et le retourna. Il constata que ce dernier était habillé avec des bottes et des gants de combats. Sa veste de combat accueillait quelques chargeurs d'armes à feu. Bruce, d'après cette courte analyse, tira alors ses conclusions :


- Encore des mercenaires ... Mort, tué par balle. Mais par qui ? Scarecrow ? Ou par un autre mercenaire ?

Après avoir regardé le cadavre, Bruce constata que des traces de roues, et se décida alors de les suivre. Il tourna alors à gauche, et remarqua un second cadavre, qui était là aussi un mercenaire, habillé de la même manière que le précédent. Tout ceci devenait glauque, et Batman sentait que ce chemin macabre l'amenait sans doute à un piège.

Il tourna une nouvelle fois vers une nouvelle rue, et observa un nouveau cadavre. Puis il releva la tête pour regarder l'immense structure qu'il se trouvait de lui. Un endroit bien trop connu pour le justicier malheureusement : Axis Chemicals. Il remarqua une sorte de van, garé devant les locaux. Il jeta un oeil à l'intérieur, et vit plusieurs impacts, rayures, caractérisant une conduite maladroite et brutale .

D'un geste vif, Batman usa de grappin pour se hisser jusqu'à une des cheminées. Puis, il se glissa à l'intérieur, tout en usant de son grappin pour éviter de tomber dans les flammes qui se situaient en dessous.


- Monsieur ? Je suis en train de perdre votre localisation ...

- Pas d'inquiétude Alfred, je suis dans Axis Chemicals.


Il coupa alors la communication et se glissa alors vers un tunnel de ventilation qui se situaient dans la cheminée. Puis, il commença à avancer dans les divers couloirs de ventilation, dans le but de rejoindre la salle principale ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 26 Oct - 12:54
Où un justicier, dans le pire des cas aussi doué que Batman, est-il le plus susceptible d'aller se cacher ? Scarecrow n'avait pas mit longtemps à répondre à cette question. La chauve souris et ses comparses avaient beau être des légendes à Gotham et tout le reste, ils n'en restaient pas moins normaux, ou du moins si ils ne cassaient pas des murs comme Superman où qu'ils n'avaient pas de pouvoirs spéciaux - ce qu'il avait, au passage, certifié pour Batman - et qu'ils n'empruntaient pas les couloirs, comme tout le monde, alors soit ils passaient dans des trappes, soit ils passaient par les couloirs de ventilation. Bonne nouvelle pour l'épouvantail, puisque le gaz se développait rapidement dans les conduits, car les espaces étaient étroits, contrairement aux espace ouvert où c'était très laborieux voir impossible que le gaz fasse effet, surtout en plein air où il se dissipe.

Les hommes de l'homme de paille allèrent donc poser les pièges dans tout les coins, mais surtout dans les conduits et les trappes. Et pour Scarecrow, les pièges se résumait à ... des sacoches de gaz. Mais depuis que le Trickster, des Rogues, lui avait fourni un bon paquet de marchandise, Jonathan avait bien plus de gadgets, et ce serai la dernière fois qu'il les utiliserai, car il en avait utilisé les trois quarts à l'asile d'Arkham, en partant sauver ce malheureux Joker. Dans les conduits, il lâchèrent du gaz, bien évidemment équipés de leurs masques, sans quoi ils seraient aussi affectés. Dans les grilles au sol, ils laissèrent des dents du Joker, enduites de poison. Si par miracle le justicier entrait de la façon la plus normale possible, dans les couloirs, alors il serait accueilli par les biologistes et les fous d'Arkham libéré que l'épouvantail avait réquisitionné ici.

Mais alors que, d'en haut d'une balustrade, l'homme de paille observait tout ce beau monde marcher dans son sens, le biologiste se rua sur Scarecrow.


" J'ai fini, monsieur. le Venom est prêt à être mélangé au sérum terrifiant dont vous seul avez le secret. "


Crane posa sa main sur son front, ou plutôt sur son masque en toile de jute. Si ça se trouve, il n'aurait aucun justicier cette nuit, il s'était fait des idées. Comme il l'avait si justement dit au Joker, Batman ne se souciait peut être en ce moment que des Red Lantern, de la justice ligue ou même de Darkseid. Il hocha la tête à destination d'Harold, l'expert qui s'était occupé des molécules de Venom, afin qu'il trouve les dix plus aptes à mieux accepter le sérum dans leur organisme. En quelques secondes, ils sont là, devant lui. Tout le plan doit fonctionner comme sur des roulettes, mais il a un mauvais pressentiment. Il a l'impression que, qui que ce soit dans les conduits, il arrivera jusqu'ici, pour son plus grand plaisir, bien qu'il aurait préféré retarder son avancée.

" Messieurs, le temps est venu pour vous d'affronter le justicier malveillant qui arrive derrière ces murs et qui s'apprête à nous assaillir. Vous êtes les dix meilleurs, et j'ai la conviction qu'avec cette nouvelle arme, vous le vaincrez. Avec cette arme, vous deviendrez des surhumains ! "

C'était complètement faux évidemment. Scarecrow ne croyait pas un traître mot de ce qu'il était en train d'avancer. Ils ne vaincraient pas le justicier, sauf si le test était un succès total dépassant toute espérance, et ils ne deviendraient pas surhumain. Le Venom décuplaient les capacités mentales et physiques de l'hôte. Mêlé au sérum terrifiant, les molécules seraient utiliser pour augmenter ces capacités face aux peurs viscérales de l'hôte. Autrement dit, ceux ci auraient un sentiment d'invincibilité, de puissance face à leurs plus grandes peurs. Ils n'auraient plus peur de l'épouvantail, mais voudraient tester leur nouvelle force face au justicier. Si cela s'avérait positif, alors ils mourraient, et l'épouvantail pourrait commencer le protocole. Ils n'auraient que quelques muscles en plus pour le combat. Scarecrow leur injecta le forum dans le cou, puis les regarda avec un air satisfait.

" Bon, c'est que notre invité ne devrait plus tarder. Enfin j'espère. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 30 Oct - 9:14
Bruce glissa donc le long de la cheminée, et il se trouvait à présent dans les multiples couloirs de ventilation. Bien entendu, pas d'Alfred pour le guider, sachant que la structure et la présence du puits de chaleur brouillait les communications. De plus, il y aurait sûrement plusieurs brouilleurs pour empêcher d'éventuels visiteurs indésirables de se rendre à l'intérieur de l'usine. Il continua à ramper dans les divers conduits, cherchant une sortie le plus rapidement possible, sinon quoi il ferait un bruit d'enfer, et les criminels n'auraient plus qu'à truffer de plomb les dits conduits, qui serviraient de tombeau au justicier.

Bruce finit par arriver au niveau d'une petite grille, qui lui barrait la route. Il frappa alors la grille avec son point, jusqu'à que cette dernière se torde, et saute sous la force des coups. Batman s'extirpa du tunnel, de manière assez discrète, aussi étonnant que cela puisse paraître. Il resserra ses brassards et ses bottes, et craqua ses phalanges. L'Epouvantail se trouvait là, quelque part dans l'usine, il fallait être dès lors très prudent, et éviter de tomber lamentablement dans un piège conçu par le psychologue déjanté. Bruce s'approcha de la grande porte, et plaça une oreille dessus, histoire d'entendre si quelqu'un parlait : coup de chance, il put entendre deux personnes discuter :


- Cet épouvantail me fiche la chair de poule mec ! T'as vu ce qu'il a fait ? Il a buté 3 gars pour les tester ! Les tester mec !

- Il n'est pas interné à Arkham pour rien ... Surtout que les 10 gars restants ont l'air d'avoir subi un truc étrange ...


Il fallait rentrer rapidement dans la pièce, et interroger un des deux gardes, qui allaient être sûrement armé. Batman envoya donc un front kick dans la porte, qui s'ouvrit avec fracas, elle sortit de ses gonds, et alla s'écraser sur le dos du premier garde. Le second se retourna et tenta de viser le justicier, mais ce fut peine perdue. Bruce s'avança de manière à placer un objet pointu dans le canon de l'arme, qui explosa presque aussitôt. Le garde s'effondra en hurlant, alors que Bruce l'attrapa par le col et le souleva :

- J'ai des anti-douleurs sur moi. Ca calmera les légères brûlures, mais pour ça il faut que tu parles. Où est l'Epouvantail ?

- Va te faire mettre !

- Très bien, passons alors à la méthode forte ...


Batman envoya le garde contre le mur, et saisit son main, dans un craquement terrible, il cassa l'auriculaire du garde, qui hurla de plus belle, et qui délia sa langue :


- OK ok ! Scarecrow est dans la pièce juste à côté, avec une dizaine de gars qu'il a shooté avec un cocktail étrange. Tout ce que je sais, c'est qu'il y a du venom dedans ...


Batman le jeta au sol et lui envoya un comprimé, que le malfrat avala aussitôt. Puis, pour l'éviter d'appeller du renfort, Bruce lui asséna un coup de pied en pleine face, qu'il l'envoya au pays des rêves.

Il regarda la pièce, et hormis un grande porte qui menait à la salle où se trouvait Scarecrow, rien ne pourrait lui permettre d'accéder à cette pièce. De plus, les cris du garde avait dû sûrement attiré l'attention. Autant foncer dans le tas cette fois-ci. Mais avant, un léger bonus pour Bruce. Il appuya sur ses brassards pour que ces derniers se chargent d'électricité. Les poings, désormais parcouru d'énergies électrique, il ouvrit alors la porte, et tomba nez à nez avec une troupe de 10 personnes, shooté au venom ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Shadow Of the Bat [ Batman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Castlevania : Lords of Shadow (PS3, XBOX 360)
» BATMAN - MINUIT A GOTHAM
» THE DARK KNIGHT : BATMAN - 1/4 BUST SCALE
» Batman : Gotham Knight 08/07/08 z1
» [McFadyen, Cody] Shadow man

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-