[Newark] Réminiscence rouge sang [PV Maggie Sawyer]

Invité

MessagePosté le: Dim 11 Oct - 15:42

Ce fut sous un ciel azuré et froid que Rankorr apparu à Newark. Cela faisait des mois, voir même peut-être des années qu'il ne s'était pas rendu sur Terre. La dernière fois, ce fut une véritable catastrophe. Atrocitus avait tenté de réduire la planète à néant. Pourtant, aujourd'hui, ce dernier était bien trop occupé avec les Gardiens pour prendre une quelconque attention à un des derniers membres de son corps. Au fond de lui, Rankorr n'ignorait plus les plaintes de son anneau rouge, celui-là même qui lui donnait sa force et sa puissance. Une chose allait à l'encontre de tout ce qu'il avait connu. Traversant les nuages épars, ses yeux glissèrent sur un monde qui avait été le sien durant des décennies. Bien loin dans son passé, alors qu'il portait encore le nom de John Moore, son vœux le plus cher n'était autre que de voyager, pour apprendre, pour connaître, pour comprendre… Désormais, seule la rage vivait en lui, la rage et, depuis Oa, autre chose de plus sinistre.

Glissant dans le ciel, évitant les oiseaux qui virevoltaient tout autour de lui, le Red Lantern s'approcha d'une immense maison. Une sorte de château refait à neuf. Pâle imitation de ceux qui représentaient avec une fierté non dissimulé les terres Anglaises, et plus précisément sa ville natale, Oxford. Des toits coniques, parfaitement entretenus, puis, tout autour du dit bâtiment qui avait attiré son regard, des usines, des immeubles. Le spectacle jurait amèrement avec la beauté des lieux. Une multitude de questions se posèrent alors à son cerveau nourri de rage tout autant que de calme. Pourquoi lui ? Pourquoi ici ? Que lui était-il arrivé sur Oa ? Aucunes n'aurait de réponses avant très longtemps, une seule ne le frappa pas, que penserait donc Atrocitus de sa disparition. Rankorr s'en fichait. Sans aucuns doutes que sa frappe finirait dans sa défaite. Même si le Butcher, cette entité psychotique de la Rage, s'était éprise du géant rouge sa défaite était pratiquement assurée. Quelques-uns de ses pairs réussiraient très certainement à fuir. Mais peu lui importait, tant que la batterie se trouvant sur Ysmault tiendrait bon, il resterait en vie.

Ralentissant son vol, il fit le tour du bâtiment, observant chaque pièce par les fenêtres étrangement bien entretenues. A croire que quelqu'un s'était prit de passion pour le ménage et en avait profité pour remettre l'intérieur à neuf. Comme il le pensait, quelques badauds et autres curieux s'agglutinèrent de l'autre côté de la route. L'observant tel un animal en cage au fond d'un zoo. Une fois, alors que son grand-père était encore en vie, ils visitèrent un de ces "centres pour animaux". John, bien qu'enfant à l'époque, avait déjà commencé à ressentir la tristesse et le dépit qui grandissait dans le regard des victimes. D'autres enfants prenaient plaisir à taper sur les vitres et les barreaux, apeurant ainsi les animaux sans aucune honte. Mais une fois encore le jeune garçon ne réagit pas, laissant son frère leur mettre une correction digne des plus grands combats de boxeurs américains.

Son anneau se mit alors à clignoter et la voix d'Atrocitus se fit alors entendre. Il était certes en rage, tout comme à son habitude, pourtant autre chose montait dans sa voix. De la fatigue ? A dire vrai, il avait dû se retrouver face à plus fort que lui. Bleez serait très certainement contente de prendre sa place s'il venait à ne pas s'en sortir. Bleez… Ils s'étaient perdus de vue sur Oa, et le plus étrange, était qu'il ne ressentait plus vraiment sa présence, connaissant la démone, sa fuite n'avait pas pu être trop spectaculaire. Enragée à souhait, elle préférait tout de même rester en vie que de la donner pour une raison qui ne lui plaisait pas le moins du monde. D'ailleurs… Bleez n'était pas blonde… Alors pourquoi cette femme le regardait-elle aussi intensément. Il était vrai que les Lantern étaient connus sur ce continent, mais il s'agissait des Green… Non pas des Red… Rankorr se posa alors sur le sol, et, la tête haute, s'approcha de la femme aux cheveux d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 11 Oct - 18:15
J’étais au QG des opérations pour l’initiative Outlaws (un des éléments du Projet GCU, gracieuseté de moi à… Moi…) quand un de mes subordonnés m’avisa qu’il avait détecté la présence d’un « super » faisant partie de nos dossiers. Pas le genre de gentils qu’on voudrait présenter à sa famille. Le genre Red Lantern, des enfoirés de première. La question à se poser : qu’est-ce qu’il foutait ici et pourquoi si près de notre QG. Personne n’était au courant pour cette petite base cachée mais paradoxalement à la vue de tous. Que faisait-il ici et comment se faisait-il qu’il n’y ait pas une armée de Green Lanterns à ses trousses? Comme d’habitude, il faut toujours que je fasse tout moi-même. Je vais lui exploser la gueule à ce clown c’est moi qui vous le dit. Allez je vais aller me chercher une bonne grosse arme de type canon plasma et je… Quoi encore?

Quelqu’un veut me parler genre… Là? Maintenant? Tout de suite? Mais qui? Ah… Notre généreux mécène, celui qui finance cette petite expérience. Et que veut-il celui-là? Que je QUOI?! Mais c’est absolument hors de question! Que j’invite cette brute volante à entrer ici? Mais je proteste! Tout le monde va le voir entrer et les gens vont DÉJÀ se poser des questions sur POURQUOI il rôdait autour du manoir! Comment s’imagine-t-il que je… Ah. Ah d’accord. Il a un plan. J’écoute dans ce cas. Oh. Oh… Oh oui! Mais c’est génial! Brillant même! Les gens sont habitués à ce que la publicité envahisse leur vie. À ce que tous les moyens soient bons pour attirer l’attention et vendre. Et plus c’est extravagant et improbable, plus les gens veulent y croire. Alors quel est le plan? Je dois dire que j’ai du mal à y penser correctement sans pleurer de rire tellement c’est absurdement malin.

Transformer cette curieuse visite en un faux coup de pub pour, je cite les « Red Cake, s’en priver c’est expérimenter la rage d’un millier de soleils »… Je ris tellement que j’en ai mal aux côtes. Bon il faut juste que je sorte rassurer la populace, faire rentrer le Red Lantern et espérer que cette brute épaisse collabore. Une question cependant : comment mon généreux commanditaire a pu savoir si rapidement que j’avais ce curieux visiteur? Je me poserai la question plus tard. Là il faut faire en sorte d’éviter une catastrophe. Ce ne sera pas facile bien sûr mais c’est un peu ma routine quoi. À Gotham, si une journée se termine sans morts ni blessés, c’est parce que quelque chose ne tourne clairement pas rond. On me dira que je fais preuve de cynisme mais c’est hélas la pure vérité. Bon allez je sors et je vais aller tenter de jouer un jeu qui n’est pas le mien. Il faut ce qu’il faut.

Je sors, donc et je fais mon annonce. Comment j’ai réussi à ne pas me mettre à hurler de rire, je l’ignore. Je ne sais même pas si le Red Lantern va se prêter au jeu mais je sais me montrer convaincante, comme quoi c’est un cascadeur professionnel, que c’est une initiative de la chambre de commerce de Newark, etc., etc. La foule de moutons rassurés se disperse rapidement et j’invite notre indésirable à entrer. Ceci dit, la minute qu’il passe la porte et qu’elle est refermée, je le mets en joue avec une arme créée par Star Labs qui a laissé en piteux état des extraterrestres, des démons plurimillénaires, des êtres venus d’une autre dimension et j’en passe. S’il veut jouer au con, il va se rendre compte que je suis plus que prête à lui coller une balle entre les deux yeux. Je suis Maggie Sawyer, une super flic moi, je n’ai pas peur de ce type. Pffft. Même pas en rêve!


« Ok. Tu as une minute pour me convaincre de ne pas te descendre. Je trouve ça quand même étrange qu’un Red Lantern décide de venir faire du tourisme à Newark, par hasard au moment où je m’y trouves et par hasard au moment où il n’y a aucun super héros de disponible dans un rayon de cinquante kilomètres. Alors je vais te faciliter les choses. Tu collabores et je consentirai à accepter ta reddition sans condition. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 13 Oct - 13:58

Les humains. Rankorr en fut un durant de bien nombreuses années. Pourtant, il se retrouvait face à un être qui ne réagissait pas comme la moyenne habituelle. La réaction la plus classique n'était autre que la fuite, et d'une manière ou d'une autre, le plus rapidement et surtout le plus loin possible d'un Red Lantern. Se contentant malgré tout de rentrer dans une annonce tout aussi improbable que marquante, elle parle d'une spécialité, un pur produit du New-Jersey… Des "Red Cakes". En faisant un mauvais – voir même très mauvais – jeu de mots, vu d'où il provenait Rankorr aurait plutôt pu être un "Space Red Cake". Ce n'était pas un gâteau pas plus qu'une friandise que les badauds pourraient se procurer à la supérette du coin. Il était un Red Lantern ! Arquant un sourcil, passablement circonspect d'ailleurs, il rentra dans le jeu, qui, d'après le regard de la blondinette, n'était qu'un magistral coup de théâtre pour, ce fut sa première idée qui fut la bonne, expliquer sa présence ici.

Rares étaient ceux qui avaient appréciés les précédentes visites d'Atrocitus et co… Et même si il avait tenté de remédier à ces actions, l'être humain moyen à la rancune tenace, presque autant que sa propre bêtise. Après quelques virevoltées ça et là, la porte s'ouvrit devant lui. Alors que l'embrasure passa de part et d'autre de ses épaules, un sentiment s'insinua une nouvelle fois en lui. Son instinct le brûlait – sacré paradoxe pour celui dont la chevelure était faite de flammes –, lui faisant comprendre subrepticement que toute cette comédie s'arrêtait immédiatement. Une arme bien peu conventionnelle, dont les munitions pourraient sans aucuns doutes l'envoyer "ad patre", se pointa dans sa direction. Cette réaction fit sourire le Red Lantern. Quelque soit l'arme utilisée, une seule chose pouvait venir à bout de lui. Deux en fait. Mais si elle aurait été une Blue Lantern, son pouvoir se serait déjà manifesté.

Ses paroles manquèrent de le faire exploser de rire. Elle ressemblait tant et si bien à Bleez que Rankorr aurait pu s'y perdre. Même si la couleur des cheveux et la tenue n'était pas la même, leur caractère par contre, semblait en être une copie conforme. Une rémission ? Voilà de biens grands mots sortant de la bouche d'une simple humaine. Osait-elle embrasser sa mère avec une pareille verbe ? Ou alors elle se trouvait vraiment drôle. Son regard en démontrait l'inverse. Aucun humour, aucunes réactions autre que celle de continuer à le mettre en joue. Levant le bras droit en douceur, celles et ceux qui tenaient une arme de cette manière savait habituellement, habituellement oui, s'en servir. Donc pas de mouvements brusques, il aurait pu être dommage de faire de plus amples dégâts dans une maison décorée avec autant de goût que… Qu'un ragondin tué par un Bescherelle… De la tapisserie affreuse, représentant des raies brunes et grises, et bien entendu, tout ce qu'il fallait pour rappeler à Rankorr le temps où, avec son frère, ils vivaient chez leur grand-père. Même décoration, même meubles…


- Vous croyez vraiment que j'aurais choisi Newark pour faire du tourisme ? L'Angleterre est beaucoup plus belle en cette période de l'année. Mais passons.

Ses doigts se déplièrent et une cube se forme dans la paume de sa main. Il était parfait, les arrêtes tranchantes comme des rasoirs, les six faces se complétaient avec une justesse hors du commun. Une chose n'allait pourtant pas. Au centre de ce cube vermeil aux pourtours transparent, une pointe, une bille plus exactement, pas plus grosse qu'une perle de culture scintillait. Cette dernière brillait d'un bleu aussi profond que les océans. Fixe, flottant dans la création du Lantern elle représentait une seule et unique chose. Sa propre douleur, celle-là même qui l'avait frappé sur Oa. L'Espoir. Cette marque des Blue Lantern.

Rankorr n'avait jamais été un Red Lantern dans la totalité de son être. Il n'avait pas vécu la noyade du lac de sang. Son corps ignorait le plaisir sadique et violent de la cruauté dont certains de ses pairs avaient fait les frais. Toujours, il s'était toujours senti différent. Trop humain, lui avait même dit un jour Bleez. Mais jamais, non jamais sa vie n'aurait pu prendre un tel pendant. Différent oui, mais jamais plus accepté par personne. ELLE le lui avait fait comprendre. Son humanité avait été perdu, son corps devint celui d'un Red Lantern. La Rage serait sa vie. Et aujourd'hui cela changea alors en tout autre chose, c'était cette perle bleutée qui l'avait amenée ici. Pas cette femme blonde qui espérait pouvoir le tuer. Mais l'Espoir.


- Je n'ai ni envie de collaborer, ni même de me rendre. Votre arme, quoique puissante, ne le sera jamais assez contre un Lantern… Je souhaite juste savoir pourquoi mon anneau m'a attiré ici. Qui êtes-vous ? Vous avez la même odeur qu'eux… Les Blues Lantern, sans leurs pouvoirs par contre. (Rankorr baissa le bras et le cube disparu.) Baissez votre arme s'il vous plaît. Je ne suis pas ici pour me battre, mais pour comprendre. Atrocitus vous aurait déjà broyé les os, moi pas. Cela étant, j'aimerais que vous répondiez à ma question...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 13 Oct - 15:54
« C’est une blague? Je ne suis pas une lanterne, ça tu l’as bien remarqué et de mémoire parce que vos conneries me passent à des kilomètres au-dessus de la tête, les lanternes bleues c’est pas un truc d’espoir ou je ne sais quoi dans le même genre? Elle est bonne. Si moi je représente l’espoir, c’est encore une première. Maggie Sawyer, symbole d’espoir... On ne me l’avait encore jamais fait cele-là! »

Un Red Lantern comédien. Bah tiens. Il a un humour de corbillard mais bon. C’est toujours mieux que rien. Il ne veut pas collaborer et il ne veut pas se rendre, ça va compliquer les choses mais bon hein. Si je ne peux pas le tuer je peux lui faire très mal et il va voir que je suis plus coriace que j’en ai l’air. Et qu’est-ce que j’en sais moi des volontés étranges de son anneau? Je suis une humaine de la planète Terre, pas une spécialiste des Lanternes! Peut-être qu’il a des bugs son machin. L’espoir, moi… Je fais mon boulot et c’est tout. Je protège et je sers comme le demande le mandat de tout bon policier. Je ne me suis jamais vu comme un symbole. Jamais. Je suis le bulldozer qui n’a pas peur de se prendre une balle et qui n’hésite pas à se salir les mains et à cogner dur pour protéger les civils. Ce n’est pas moi la super héroïne. Je suis la super flic.

Je fais quelque chose de con. J’abaisse mon arme. Mais s’il pense que c’est un signe de faiblesse, il va se rendre compte que je suis tout sauf faible. Si notre mystérieux commanditaire a tenu à ce que je le fasse entrer ici, c’est qu’il a des plans pour ce type. Je ne vais pas aller contre la volonté de celui qui nous file tout notre argent. Il va falloir que je me la joue plus diplomate. Je peux le faire… Mais ce n’est pas mon truc. Je ferai un effort. Je dois faire un effort. Sauf que je ne comprends vraiment pas à quoi il joue. Le truc bizarre? Il a vraiment l’air de penser ce qu’il dit. Bon réfléchis Maggie. Est-ce que t’as touché à un artefact extraterrestre récemment? Non… Pas que je sache. Je m’en souviendrais. Alors comment il a pu avoir cette impression? Je continue de réfléchir. Les trucs de lanternes… Ce n’est vraiment pas ma tasse de thé. Loin de là.


« Bon… Écoutes. Je ne sais pas à quoi tu joues. Je ne sais pas de quoi tu parles. Je suis une humaine ordinaire. Une flic, d’accord. Mais je ne suis pas Superman ou Batman. Je fais mon boulot comme des millions d’êtres humains alors je ne vois pas pourquoi je serais un symbole d’espoir plus qu’une autre. À moins que tu ne cherches la rédemption. Ça je suis bonne pour les cas perdus dont personne ne veut. »

Je suppose que c’est ce que notre généreux mécène veut. Que je recrute ce type. Je trouve ça suicidaire mais en même temps quand on y pense, un Red Lantern qui se pointe avec un gadget de Blue Lantern… Ce n’est pas super commun non plus il faut le dire. Alors ça veut dire quoi? Que le mec en a marre de bosser pour une bande de psychopathes et qu’il veut changer de vocation? Si c’est le cas les chances pour qu’il débarque au bon endroit au bon moment pouvaient se compter comme des plus marginales. Mais nous voilà, pas vrai? Il est là devant moi dans le QG des Outlaws, version 2.0 et pas ailleurs. Je ne suis pas une fan des coïncidences mais je ne sais pas trop comment appeler ce qui se passe en ce moment. On va tester les choses et voir ce qu’il va dire. C’est con mais on dirait que ce type VEUT parler. Qu’il en a gros à raconter…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 15 Oct - 16:31

Un caractère digne d'un char d'assault. La mentalité d'une Star Sapphire… Il ne lui manquait plus que la tenue en lycra rose fushia et tout aurait été parfait. Quelle ironie du sort se jouait une nouvelle fois devant Rankorr… Une de celle qui prenait un malin plaisir à se moquer de lui sans vergogne. Pire encore, plus il y réfléchissait, moins son cerveau arrivait à comprendre les réelles volontés de son anneau. L'odeur de sang qui en émanait perpétuellement était pourtant encore là, dixit le bleuet ou celle de la dinde de Thanksgiving. Encore et toujours du sang. A force, on s'habituait à tout parait-il. Par contre, quelques souvenirs, aussi lointains soient-ils peuvent aisément remonter à la surface si on n'y prend pas garde. Agréables ou non, rien n'était capable de les empêcher de pointez le bout de leur nez. C'est ainsi que, alors que la blondinette, dont le nom était toujours inconnu de Rankorr, baissa son arme, elle prononça un mot qui le poussa à pratiquement lui sauter à la gorge pour la faire passer de vie à trépas en quelques secondes à peine. Flic.

Contenant sa Rage la plus primaire telle qu'il le faisait depuis son arrivée dans le Corps des Red Lantern, son poing se serra tant et si bien que l'anneau laissa une marque douloureuse entre ses doigts. Il considérait encore que l'état actuel de son frère était de sa faute. Malgré tout, en dehors de cette sensation de malaise et de fureur qui grandissait petit à petit en lui, il se contenait. Pas de dégâts, pas de meurtres inutiles. En y regardant de plus près, son corps et son esprits étaient si loin de ceux de Dax-Starr. L'un et l'autre n'avait rien en commun à vrai dire. D'un côté, un ancien humain, de l'autre, une sorte de chat psychopathe et bleu. La seule chose qui les rapprochait n'était autre que le fait qu'ils provenaient tous deux de la Terre. Secteur 2814…


- La… Rédemption ?

Percutant son esprit aussi fort que son poing dans la face d'un Green Lantern, ce mot y résonna quelques secondes avant de passer au second plan de ses réflexions. Le voulait-il ? Qu'en avait-il à faire au juste ? Partout où il allait, personne ne l'acceptait tel quel. Pour les humains, sa chevelure enflammée le rendait affreux et repoussant. Pour les autres Red, son calme le mettait constamment de côté. Suivant un chemin qui, tout comme celui qui l'avait amené ici, lui changerait la vie à tout jamais, Rankorr fit quelques pas et regarda par la fenêtre. Les mots de la blonde revinrent les uns après les autres, défilant devant ses yeux. Oui, il devait choisir un endroit auquel se rattacher. Son frère était devenue une loque humaine, son grand-père était mort. Atrocitus… Peut lui importait… Personne ne restait assez longtemps en vie dans son entourage pour qu'il puisse considérer avoir une "famille", ou plus simplement, "un endroit où il pouvait se sentir bien".

- Jo… Rankorr… Appelez-moi Rankorr…

Au dehors, un corbeau se posa sur la barrière de métal qui entourait la demeure. L'oiseau de ténèbres poussa plusieurs cris gutturaux, ouvrant et fermant les bras d'une manière parfaite. Dodelinant de la tête, l'animal fini par détourner les yeux vers le soleil et s'envola sans autres marques d'attention à son encontre. Un signe ? Peut-être. A moins que tout cela ne fut décidé par une tierce personne. Les Ombres… Un lieu que Rankorr affectionnait assez peu. Les livres étaient bien plus rassurants. Ses pieds se soulevèrent du sol, et son corps, entouré d'une aura rouge et s'envolant en de fines volutes enflammées, le fit pivoter sur lui-même. Faisant une nouvelle fois face à la blonde, Rankorr parla.

- J'ai sauvé une femme et sa fille un jour… Je suppose que c'est à ce moment là que j'ai commencé à comprendre les choses. Mais ne vous méprenez pas. Je ne travaille pour personne. Toutefois, vous avez toute mon aide et ma considération.

Son bras se tendit dans sa direction, signe qu'il acceptait totalement cette proposition "d'aide". Rankorr, et John Moore encore plus, le devait à ce policier qu'il avait un jour dévisagé. Une Rédemption n'était pas possible pour un Red Lantern. Même si Guy le lui avait un jour parlé. Il avait accepté son sort. Ce n'était pas d'une rédemption dont il avait besoin, mais d'un exutoire. Faire naître la Justice à sa manière. Là où ceux qui ne peuvent accepter de le faire s'arrête, lui agirait. Sa décision était prise. Plus tard, beaucoup plus tard, il essaierait peut-être de retrouver cette femme et son enfant. Mais pas aujourd'hui. Le temps passait inexorablement, certes. Mais le sien par contre, semblait se figer dans un rêve éphémère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 15 Oct - 18:31
Attends mon grand tu penses que c’est toi le patron, que tu es libre de faire ce que tu veux quand ça te plait? Ici mon poussin c’est mon domaine. Mon projet. Mon idée à l’œuvre. Alors ici tu joues selon mes règles ou tu vas aller te faire voir. Ici, ce n’est pas la charité. Je n’ai besoin d’aucun bénévole. Ici vous bossez pour un groupe financé par le gouvernement américain ce qui veut dire que vous avez un statut de citoyen, que vous payez vos taxes et vos impôts et que vous votez comme tout le monde. Alors tu vas rentrer dans les rangs ou tu vas aller voir ailleurs si j’y suis. Tu veux jouer au dur avec moi? Tu t’es trompé de personne. J’en ai vu bien plus et bien pire que n’importe quoi qui pourrait te passer par la tête. Tu me prends pour une simple humaine… Ce que je suis… Mais tu vas te rendre compte que Maggie Sawyer c’est tout un personnage.

Alors quand il faut sa forte tête, je laisse entendre un rire sans joie. Le genre de truc bien cynique qui te fais comprendre tout de suite que t’auras beau jouer des muscles mais que tu n’impressionnes personnes. Vas-y, pètes toi la avec tes pouvoirs. Est-ce que j’ai l’air impressionnée? Effrayée? Dégoûtée? Non. Blasée, terriblement blasée, oui. Alors si tu penses que ton attitude de merde va me faire me cacher en boule dans un coin en me disant « oh non, il est bien trop rebelle et incontrôlable pour moi », t’as mal cru. J’en ai brisé des plus coriaces que toi. Alors soit on va trouver un terrain d’entente, soit ça va mal finir pour tout le monde car je ne cèderai pas le moindre centimètre. Et même si notre généreux commanditaire semble vouloir le Red Lantern dans l’équipe, ça va quand même se faire avec mes règles. Et ça il sait très bien que ce n’est pas négociable.


« Hey Rankorr? Je pense que t’as pas trop compris où ton anneau t’as amené, pas vrai? Ici, ce n’est pas les scouts ou un groupe quelconque de mercenaires ou de bénévoles. Ici, c’est le centre névralgique de mon projet le plus ambitieux. Si ton anneau t’a amené ici parce que tu devais faire partie de l’équipe, tant mieux pour toi. Mais que les choses soient bien claires. Tu. Travailles. Pour. Moi. Compris?

Tu n’es pas d’accord? La porte est là. Je n’en ai rien à foutre de l’aide volontaire. Ici tout le monde perçoit un salaire, vote et paie ses impôts. Pas intéressé? Ton anneau t’aura mal guidé. Ici on joue avec mes règles. Et tu vas voir que je suis bien moins chiante comme patronne que j’en ai l’air. La question à se poser : est-ce que ça te dis oui ou non de faire régner la justice de façon proactive c’est-à-dire quitte à tuer les criminels? »


Je vous entends déjà. Oh bon sang Maggie, tu provoques un Red Lantern, tu vas te faire tuer et bla, bla, bla. J’ai passé l’âge d’avoir peur de crever. Passé l’âge de me la jouer diplomate. Passé l’âge de vraiment croire en quelque chose. Alors je fais ce que j’ai à faire et c’est tout. S’il ne veut pas faire partie du groupe ça le regarde et ça regarde aussi son anneau. Mais s’il pense que parce qu’il a sauvé une femme et sa fille que je vais soudainement me mettre à le louanger et à lui faire des passes droits, il se met le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Comme je l’ai dit : Maggie Sawyer ne plie jamais. Elle casse. Ça vous donne une idée de la flexibilité que j’ai vis-à-vis de certaines choses. Moi il ne me fait pas peur. Il ne m’impressionne pas. Une fois engagé, ils ont pratiquement carte blanche, mes Outlaws. Mais ils savent tous qui donne les ordres et ce quel que soit leur caractère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 16 Oct - 19:31

Tournant une nouvelle fois la question du "pourquoi" dans son esprit, Rankorr commençait maintenant à se demander "comment". Beaucoup de raisons pouvaient donner lieu à une réponse globale des choses. Mais aucune, tout du moins à s'y méprendre, ne correspondait à ces deux ci. La flic blonde lui arracha un sourire. Son caractère bien trempé, même face à un Red Lantern ne manqua pas de lui plaire. Courageuse, ou peut-être tout simplement éprise d'une folie suicidaire, elle ne manqua pas de l'envoyer, non pas sur les roses, mais dans un énorme buisson de ronces qui ne manquerait pas de lui apprendre que, face à elle, il n'aurait jamais le dernier mot. Un sourire fini par se détacher du visage diaphane. Sa main toujours tendue, ses yeux se posèrent alors sur la mèche qui retombait négligemment sur le front de son interlocutrice. Avec pareille femme pour lui donner des ordres, leurs "missions", car c'était la manière dont elle en parlait, n'allaient pas être de tout repos.

Et puis, il y avait eu cette phrase prononcée. Tuer des criminels ? Comme si c'était dans les habitudes d'un Red Lantern que de faire subir une justice active et intransigeante à ceux qui transgressaient les lois… En fait, oui. Si sa Rage pouvait être utile à quelque chose, alors il l'utiliserait pour "faire le bien d'autrui". Inconsciemment et surtout, hors contexte, cette expression serait passé pour extrêmement ironique. Pour le coup, c'en était tout autre chose, Rankorr n'avait jamais été aussi sérieux dans ses pensées. Elles fusaient en tous sens dans son cerveau et, laconiquement, s'adressa à elle.


- Comment dois-je vous appeler alors ? Patronne, ça vous conviens ? Et puis… Les impôts n'ont pas court là d'où je viens…

Une petite pointe d'humour pour, il fallait bien l'avouer, détendre cette atmosphère aussi lourde qu'une présentatrice d'émission culinaire. Pourtant, quelque part dans ce monde vivait d'autres personnes, bien différentes de lui, qui les rejoindrait sans aucuns doutes dans ce rôle. Là où les Green se refusait d'agir, étaient les Red. Sur Terre, il en allait de même. Là où ces imbéciles en spandex multicolores s'arrêtaient, lui et celle-qui-n'a-pas-encore-donné-son-nom commenceraient leurs actions. Il était vraiment plus que temps de faire comprendre au monde que quoiqu'il puisse se passer. Aucun geste ne restait impuni. Ils seraient des Ombres dans un clair-obscur. Rejetés par ceux qui se considéraient comme étant des "bien-pensants", ils resteraient les nettoyeurs. Même s'ils ne seraient jamais mit sur le devant de la scène, eux le saurons, ils saurons qu'ils étaient là, présents. Et que sans eux, personne, non personne ne pourrait vivre sans être inquiétés…

- Où dois-je signer… Patronne ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 16 Oct - 20:02
« Bwahahahaha! Patronne! Tu me commences à me plaire toi! Maggie fera l’affaire. Ou Mags, si c’est plus simple. Je suis votre patronne pour ce qui est administratif mais sur le terrain je ne vous demande qu’une chose : le moins de morts ou de blessés civils possibles. Je ne suis pas idiote. Tenter de forcer les vrais professionnels à faire le travail d’une certaine façon c’est tuer leur efficacité. »

Vous l’ignorez peut-être mais il y a un gros débat entre les spécialistes. Certains disent qu’il faut absolument centraliser les opérations, tout contrôler et ainsi optimiser toute la gestion de terrain. Je dis que c’est des conneries. J’ai beau être une super flic, si je suis dans le poste de commandement, je ne sais pas ce qui se passe en temps réel. Le mec qui y est oui. Alors je préfère leur donner un objectif simple, le moins de contraintes stupides possible et les laisser agir comme ils l’entendent. Pour arriver à un résultat il y a plus d’une façon de faire. Je serais une conne finie si je commençais à dire à Rankorr, comment utiliser ses pouvoirs. Non c’est un pro. Il sait d’instinct quoi faire pour réussir. Et dénaturer l’instinct ne donne JAMAIS de bons résultats. Conclusions : que les théoriciens restent avec leurs livres. Je travaille dans le vrai monde, moi. Le concret.

Je finis par serrer sa main puis je lui tends une tablette électronique qui contient le contrat général des Outlaws et une FAQ préparée par mes soins. Et si le Red Lantern s’attendait à une brique de texte chiante pleine de clauses incompréhensibles… C’est moi aussi qui aie rédigé le contrat. C’est clair comme de l’eau de roche, sans langage ampoulé, sans jargon juridique qui pèse quinze tonnes. Qui, de toute façon, lit les petits caractères de nos jours, merde! Je ne vais pas aller faire chier mes recrues avec de quoi assommer un troupeau d’éléphants! Non, ça non. C’est moi la patronne, c’est moi qui décide de comment est faite la paperasse. Et je pense qu’ils m’en sont tous reconnaissants. Mais bon il faut bien un petit test d’entrée non? Je veux voir de quoi il est capable et des crimes, il s’en passe constamment partout. Mais j’y travaille. J’y travaille.

On va envoyer Rankorr sur le terrain voir ce qu’il a dans le ventre. Selon Crime.net (non, pas le truc dans PAYDAY 1 et 2, je parle d’un vrai système pour traquer les crimes en cours), il y a un beau cas pour Rankorr… À environ vingt minutes de marche d’ici! Une prise d’otage dans une boutique de prêteur sur gage. Tant mieux. D’une pierre deux coups. Les criminels et le salopard qui extorque les gens avec sa boutique. Ce genre de types ont toujours les deux mains dans le milieu criminel alors je ne verserai pas de larmes si on me le ramène et qu’on l’interroge de façon musclée. Oh il sera parfait. Je n’ai aucun doute là-dessus. Rankorr va me livrer une performance mémorable. S’il est vraiment sérieux et motivé à se joindre aux Outlaws, je veux dire. Moi, mon instinct me dit que oui. Même si c’est un Red Lantern, il a un quelque chose de différent.


« Coup de chance pour toi… Rookie. Il y a une prise d’otage dans une boutique de prêteur sur gage à vingt minutes de marche d’ici. Tu vas aller t’en charger. Considères ça comme ton test d’entrée. Je vais retarder l’intervention de la police. Temps au chronomètre : une demi-heure à partir de maintenant. Vas-y : impressionnes moi et fait vite. Il te reste vingt-neuf minutes et cinquante-trois secondes… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 21 Oct - 13:55

Désormais les choses seraient misent officiellement en place. Loin derrière lui les ordres enragés d'Atrocitus, et sa volonté perpétuelle de détruire les Gardiens. Ici, Rankorr le sentait, il serait toléré en tant que tel. L'acceptation de sa présence parmi l'équipe formée par Maggie, d'ailleurs, quel était le nom de cette équipe au juste ? "Maggie Sawyer et Les Joyeux Luron" ? Ou quelque chose de moins scolaire peut-être. C'est ainsi que les bases se posèrent, on évitait les dommages collatéraux, on apprenait aux "vilains" à se tenir à carreaux, voir à les laisser sous le carrelage, et on sauvait des gens. Rien de bien fantastique en somme. Après bon, parfois, il fallait en passer par là pour commencer à mieux se connaître soi-même. Le soucis était de devoir "travailler" avec d'autres personnes. Mis à part la "patronne", Rankorr n'avait pas vu âme qui vive. S'il devait agir seul, ça ne serait très certainement pas un mal. Ca éviterait de devoir protéger quelques incapables ou simples humains qui pourraient devenir une épine dans son pied…

Rien que l'idée même de ne pas aider autrui lui avait traversée l'esprit, qu'une douleur amère le frappa en pleine poitrine. Super… Voilà que maintenant il se devait de faire attention à ses propres pensées. Cette histoire de "bille" bleue risquait de lui mener la vie dure. Leurs mains se serrèrent alors dans un salut presque olympien. Un symbole bien particulier, car la dernière personne à avoir serrer la main de Rankorr ne fut autre que Guy Gardner alors qu'il était encore un Red Lantern… De bien lointains souvenirs d'ailleurs. Une tablette passa de mains en mains, et sur l'écran, dans le petit encadré au dessus duquel il était écrit "signature", Rankorr réfléchit à quoi écrire. Il n'était plus John Moore depuis bien longtemps. Matérialisant un stylo à l'aide de son anneau, il se contenta de reproduire le symbole des Red Lantern. De cette manière, il marquait au fer rouge son appartenance à cette équipe.

Bref, maintenant, et comme pour toutes les nouvelles recrues il allait devoir faire ses preuves. Chose qui le faisait copieusement sourire intérieurement, fut le fait même que cela ne tarda pas à arriver. Pianotant à une vitesse vertigineuse, Maggie se mit à rechercher ce que devrait faire Rankorr pour prouver sa "loyauté" à l'équipe. Ding-dong ! En quelques secondes à peine la nouvelle fit son apparition. Un casse dans une banque ? L'attaque d'alien sociopathes ? Ou pire encore, un Dieu omnipotent et arriviste désireux de gouverner un pays inexistant car n'étant au final qu'une région comme une autre ? Rien de tout ça… Un casse assez basique chez un receleur du coin. Sans même faire le moindre acquiescement, Rankorr s'éleva du sol et parla d'une voix claire.


- Trente minutes ? La moitié me suffira, et encore, je compte large pour le coup.

La poignée de la porte tourna et cette dernière pivota dans ses gonds. A vol d'oiseau (ou de Red Lantern plus exactement), il ne fallut pas plus de trois minutes à Rankorr pour arriver en lieu et place de sa première mission. Une devanture qui ne laissait rien au hasard. Néon rose fluo narguant la police locale, dont la patte devait être copieusement graissée, vitrine remplie à ne plus pouvoir voir à travers d'objets divers. Mais l'œil de Rankorr fut attiré par une chose en particulier. Une guitare, dont le corps, noir, était en parfait état. Une signature y avait été inscrite "E.D." Comme il n'avait encore jamais pu s'y essayer, autant lier l'utile à l'agréable n'est-ce pas ? Entrant dans la boutique, la porte fit tinter une clochette qui se trouvait juste au dessus de sa tête. Habituellement, un "bonjour" s'ajoutait à ce bruit. Pour une fois, ce fut une salve de balles tirées dans sa direction qui lui souhaitèrent la bienvenue.

Ricochant sur son corps, les munitions tombèrent sur le sol. Voilà qui était fâcheux. Aux premiers abords, Rankorr ne voulait pas en arriver à la violence… Bon d'accord, il était un Red Lantern quand même ! Les deux braqueurs tremblèrent en le voyant marcher dans leur direction. Bafouillant, l'un d'eux attrapa le receleur et pointa son arme sur la tête de son otage. Le canon de l'arme fumait encore et la chaleur brûla légèrement les cheveux de ce dernier qui, agacé, poussa un juron assez fleurit.


- J'sais pas qui t'es toi, mais fais attention à où tu mets les pieds ! Sinon j'te fais sauter l'citron une bonne fois pour toutes !
- Je mets mes pieds où je veux, et c'est souvent dans la gueule !


Fier de sa phrase, Rankorr se contenta de matérialiser une gigantesque botte rogue vermeil et écrasa le premier braqueur qui traversa le plancher, ouvrant un chemin direct vers la cave où était entreposée bien plus de choses que le magasin ne pouvait en contenir. La main tremblante du seconde braqueur passa frénétiquement du crâne du receleur à la direction du Red Lantern. Pour finalement s'arrêter sur le front de Rankorr. Impassible, tel un rocher devant un vent puissant, le calme apparent laissa s'écouler une salve de napalm brûlant sur le braqueur. Son visage se consuma alors en une poignée de secondes, avant que le reste de son corps ne soit suivit et finisse par ressembler à un petit tas de cendres fumantes. Une sorte de piège mortel caché dans une porte…

Attrapant le receleur par le col. La main puissante le souleva du sol et tout autour de lui, une forme se matérialisa. Aussi étrange qu'elle pouvait paraître, l'idée lui était venue comme ça, sans raison. Enfermé dans un mixer. L'image lui rappelait une histoire drôle que son grand-père lui avait raconté quelques années plus tôt. Avant de sortir, la vitrine se vit allégée de la guitare vu en entrant. Désormais, le temps ne serait plus un problème, et quoiqu'en dise sa "patronne" elle n'était pas vraiment de taille à l'empêcher de faire ça. Regardant l'heure sur l'immense horloge murale, le temps qui s'était écoulé fut bien plus court que prévu. Trente minutes proposées, quinze demandées, et onze écoulées. Avec le voyage de retour, le calcul aurait été juste. Volant au dessus de curieux médusés, le gigantesque mixer rouge se posa devant le manoir. Les deux braqueurs ne pourraient plus agir avant… De s'être réincarnés plusieurs fois… Quand à lui, il finirait à l'ombre pour un bon bout de temps.


- Quatorze minutes patronne. Et je vous ais ramené un petit cadeau en prime.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 21 Oct - 15:24
Je sens qu’on va bien s’amuser moi… Je ne dirais pas que Rankorr est mon genre de type, au sens où il est un peu trop enthousiaste côté mort et destruction mais en même temps je me dis que le mec, il doit être assez malin pour savoir qui peut finir en tas de cendres et qui doit être ramené pour interrogatoire. Et puis bon. Il faut bien que quelqu’un fasse le sale boulot. Ça a toujours été mon travail. Faire ce que les flics ordinaires ne veulent pas faire. Les missions à haut risque. Sacrifier sa vie personnelle pour servir la loi et l’ordre. Là bien… J’ai juste décidé d’en revenir au principe plus fondamental que la nature elle s’auto régule. Moi? Je ne fais que lui donner un petit coup de pouce. Les pourris on s’en débarrasse. Et ne venez pas me dire que c’est faire quelque chose de sélectif. Un cancer, ça se voit. C’est très laid.

Mais je m’égare. Le chrono tourne et si Rankorr a vu la surface, je suis allé voir au centre de commandement ce qui se passe. Une demi-heure, c’était de la pure provocation. Je savais qu’il ferait bien en dessous de cela. Mais bon. Si j’ai l’air de lui donner trop de crédit, il va se sentir important. Je peux suivre ses progrès grâce aux divers systèmes de surveillance civile qui se trouvent sur son chemin. Qu’il ait butté les deux criminels ne m’arrachera pas une larme. Notre mandat est dicté par le ministère de la défense et par le gouvernement fédéral. À ce juste titre, cela compte pour des pertes acceptables. Pas de morts civiles. Pas de blessés civils. Destruction de biens minimaux mais un vol de guitare? On va couvrir les frais. Pour cette fois. On va dire cadeau de bienvenue. Je ne suis pas SI chiante que ça après tout. Les joies d’un mariage heureux.

Je remonte au niveau « plancher » un peu avant qu’il ne revienne avec son « prix », un antique chronomètre à aiguilles en main. Un sourire narquois nait sur mes lèvres quand je le vois poser ce malaxeur géant devant moi avec à l’intérieur un prêteur sur gage hystérique. Oui… Je te connais toi. Et je vais te cuisiner mon grand parce que je sais que tu as… Eh attendez une minute. Cuisiner. Malaxeur. Je suis TROP drôle. Euh je veux dire… Ce n’était pas une attaque au hasard. Les deux mecs sont venus t’emmerder pour une bonne raison et je veux savoir pourquoi. Je ne l’ai pas dit à Rankorr mais plusieurs boutiques de prêteurs sur gage ont été attaquées « par hasard » un peu partout sur la Côte Est ces dernières semaines. Je suis sûr qu’il y a un lien et je compte le découvrir. Quand vous aurez été flic aussi longtemps que moi, vous comprendrez l’instinct.


« Pas mal Rookie, pas mal… Je me demande s’il fonctionne ce machin. Des fois que… Johnny Beanner ici présent refuserait de collaborer. Allez, suis moi, on va aller l’interroger dans un lieu un peu moins… Exposé. Oh et Rookie? La guitare, c’est cadeau pour cette fois mais plus de souvenirs sans autorisation la prochaine fois ou tout du moins, pas sans avoir rempli la paperasse pour qu’on puisse rembourser. »

Évidemment, nous n’allons pas rentrer dans le manoir avec un tel colis. Nous allons prendre une entrée alternative pour notre complexe souterrain. Je ne compte pas à attirer l’attention. Nous sommes prudents, dans les Outlaws. Notre travail sera inévitablement fortement critiqué si l’existence du groupe venait à être révélée. Alors je suis prudente. Nous entrons dans ce qui ressemble à une sorte de garage ou mini entrepôt en retrait de a circulation et après avoir activé un panneau secret, nous voilà en train de descendre vers le QG après avoir fait faire de beaux rêves, temporairement, au prisonnier. Rankorr peut voir pour la première fois les véritables installations du groupe. Quoi? Il pensait vraiment qu’on allait trainer dans le manoir avec sa décoration douteuse? On est un peu comme la XCom, si vous connaissez la série de jeu vidéo.

« Bon tu veux l’interroger ou je l’interroge? Mais attention. Je ne veux pas de sang si on peut l’éviter. On va commencer en douceur. Enfin. Douceur musclée mais bon. Il parlera sinon je vais m’en servir du malaxeur. Il fera moins le malin. Beau travail Rookie. Toi et moi on va bien s’entendre. Il était plus que temps de montrer à ces connards que la loi mord si on la provoque. Ils vont en chier dans leur froc. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 22 Oct - 9:43

Tout s'était plutôt bien passé au regard de certaines missions lancées depuis Ysmault. Au moins ici, Rankorr pouvait se laisser aller à une certaine forme de rage. Pas celle avancée par Atrocitus, mais la sienne, une rage bien plus réfléchie, contenue, et très certainement plus puissante que celle dont le géant rouge se targuait de posséder et d'utiliser dans sa vendetta personnelle. De pareilles idées lui aurait très certainement values de se faire arracher l'anneau, et sa mort se serait présentée à lui dans un linceul de douleur et de violence inouï… Heureusement pour lui, la Terre ne s'intéressait que très peu aux aléas de la vie d'un Red Lantern, et encore moins d'un membre de ce corps possédant désormais un semblant d'état d'âme.

Une légère remise en question se fit entendre. Même pour la récupération d'une guitare il devait en faire une demande par écrit ? Voilà qui pourrait s'avérer être passablement énervant pour le Lantern. Elle lui avait pourtant bien précisé qu'il était libre de récupérer certaines choses sur le lieu d'un crime. Pour éviter ce genre de remontrances inutiles, lors de sa prochaine mission il se contentera de tout détruire, et de faire passer ça en dégâts matériels. Qui irait à fouiller réellement dans les décombres d'un bâtiment pareil, tout ça pour y récupérer une guitare ? A moins d'avoir un sérieux soucis psychologique, Rankorr en doutait très fortement. Pour toute réponse, il se contenta de hausser les épaules en signe de dépit. Finalement, il commençait à regretter le fait d'avoir signé, pouvoir trucider des criminels mais sans pouvoir profiter de son statut de Red Lantern… Voilà qui était paradoxal quand même, surtout pour lui.

Suivant sa patronne, il pénétra dans une sorte de remise en arrière-plan de la demeure. Le genre de débarras, croisement entre le garage à voitures et l'atelier de découpe de cadavres pour psychopathes en manque de sensations fortes. Tout s'y trouvait, tableau de commande avec affiche en trois-dimensions, outils de décorations en fer et autres joyeusetés dans le genre. Une décoration des moins banales qui auraient très certainement plu à Zillius. Tout en prenant en compte qu'ici, rien n'était parfaitement sphérique. Etonnant mouvement que celui qui les emporta vers les profondeurs du bâtiment. Une sorte d'ascenseur dissimulé dans le sol et quelques minutes plus tard, les portes s'ouvrirent devant les yeux de Rankorr.

Partout autour de lui les murs étaient recouvert d'une technologie de pointe. Matériel informatique dernier cri – enfin, pour des humains lambdas –, quelques écrans provenant sans doutes de vaisseaux aliens. Des tubes transportant des liquides multicolores, des claviers à en perdre la tête. Et au milieu de tout ce fatras informatique, eux deux, et un receleur dans un mixer écarlate. d'ailleurs ce dernier avait la bouche grande ouverte et les yeux écarquillés. Son réveil le fit retomber dans les bras forts et agréables de Morphée. Même s'il devait "travailler" à Newark depuis des années, jamais il n'aurait cru qu'une pareille installation existait sous les fondations même du Manoir. Et oui, ce n'est pas en fixant le haut de l'iceberg que l'on connaît sa véritable taille !

Posant le mixer sur le sol, et tout en faisant disparaître sa création, Rankorr plia les jambes et regarda le receleur qui était encore de l'autre côté du miroir. relevant ses paupières, il remarqua que le choc lui avait laissé un marque assez importante du côté cérébral. Déjà qu'à la base ça ne devait pas être très folichon… Le fait qu'il en ressorte indemne n'avait guère beaucoup de pourcentage positif. Rankorr écouta attentivement la proposition de sa patronne. Interroger ce type ? Très peu pour lui, chacun ses soucis. Rankorr ramenait la cible, elle posait les questions. Prenant le dossier d'un fauteuil fixé au sol, il le fit pivoter et s'assit dedans. Prenant la guitare contre lui, le Lantern matérialisa un médiator et se mit à en jouer.


- Je vous laisse lui poser les questions. Ce n'est pas dans mes attributs…

Tandis que Maggie se mettait en place pour l'interrogatoire, Rankorr commença à gratter quelques cordes. L'anneau possédait une capacité particulièrement pratique, il apprenait et étudiait si vite que son porteur connaissait tout ce qu'il désirait sans même se fatiguer. Quelques mesures de guitare plus tard et un receleur réveillé en plus, Rankorr se mit à jouer et chanta alors en même temps un vieil air qui rappelait nonchalamment celui d'un certain cowboy solitaire.

- I'm a poor lonesome Red Lantern
I've a long long way from home
And this poor lonesome Red Lantern
Has got a long long way to home
Over space and over galaxy
From dawn 'til day is done
My red ring and me keep riding
Into this settin' sun
I'm a poor lonesome Red Lantern
But it doesn't bother me
'Cause this poor lonesome Red Lantern
Prefers a rage for company
Bot nothing against women
But I wave them all goodbye
My ring and me keep riding
We don't like being tied
[Lonesome Red Lantern]
[You've a long long way to go]
[To go ...]
[To go]


Avec une pareille tirade, le receleur allait chanter comme un rossignol tout ce qu'il savait sur les raisons qui avait fait que ces deux casseurs – adjectif extrêmement ironique vu l'état où ils étaient désormais – s'en était prit à son "magasin". Toutes ces histoires devaient très certainement mener à autre de bien plus important. La chance n'avait jamais été une denrée non périssable chez les Red Lantern, et encore moins chez Rankorr d'ailleurs… Mais l'un et l'autre verraient ça au fur et à mesure des réponses que le receleur leur donnerait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 22 Oct - 15:06
Je sais, je sais, l’idée de la paperasse ne lui plait pas et il préfèrerait se servir allègrement. Je voudrais lui donner ce privilège mais je ne peux pas. Déjà que mon projet est à la limite des zones grises de la loi… Je vais voir ce que je peux faire pour essayer… Comment dire… De considérer ce genre de « vol » comme pièces à convictions ou je ne sais trop. Je suis sûr que Rankorr sera trop content d’aider si ça lui laisse se commencer une collection de souvenirs à même les affaires des mecs qu’il butte. Après tout, techniquement, voler un voleur, ce n’est pas vraiment un vol. Ceci dit, comme l’article appartenait déjà à quelqu’un à la base… Je pris note mentale d’acheter une guitare similaire à notre Red Lantern et à peine cette pensée formulée que notre télépathe de service se chargeait de la chose pour moi. Ma secrétaire particulière.

On me dira : t’as une secrétaire télépathe qui lit les pensées de surface? Où t’as récupéré ça? Et ça va pas rendre Batwoman jalouse? C’est pas comme si je couchais avec de un et de un et demi, les pensées de surface sont souvent les plus dangereuses et de deux, il n’y a pas que les kryptoniens et les martiens qui puisse développer ce genre de pouvoirs. Mais bon laissons ma charmante assistante de côté pour en revenir à cette guitare. Tant qu’à avoir un tel instrument de musique, autant lui donner quelque chose de vraiment « badass ». Ou pas. Parce que quand il se met à chanter, je me dis : je ne serai jamais capable de rester sérieuse devant autant de conneries. C’est psychologique pour l’ennemi, je le sais mais bordel, je suis supposé être la méchante flic qui protège le mec du gentil psychopathe. Bah oui quoi. Je ne joues jamais les gentils en interrogatoire.

Après avoir étouffé un reniflement atrocement douloureux pour ne pas exploser de rire, je laisse mariner dans sa peur notre prisonnier qui ne fait que répéter en boucle une suite de mots sans trop d’intérêt. Quand je jugeai qu’il était prêt à commencer à déballer son sac, je commençai à poser quelques questions de routine, juste pour voir comment il réagissait. Les gens qui mentent ont de la difficulté à ne pas laisser leur langage corporel les trahir. Alors avec des questions si innocentes que personne ne pense à mentir, on peut se donner une bonne idée de la façon dont l’interrogé répond et réagit. Cette petite conversation servant d’échauffement dura un bon cinq minutes avant que je ne me décide vraiment à entrer dans le vif du sujet. Il allait parler ou j’allais lui faire avaler deux galons d’huile de foie de morue. Quoi? Vous avez déjà consommé de cette horreur?


« Il est doué hein? Figures toi que c’est lui le gentil dans l’histoire. Moi? Je suis la folle furieuse qui l’a envoyé après toi avec ordre de faire un exemple avec ceux qui t’ont attaqué. C’est marrant parce que c’est d’eux justement que tu vas me parler. Pourquoi est-ce que tout d’un coup, plusieurs receleurs dans ton genre sont la cible d’attaques supposément sans lien alors que… Je ne trouve que ça, des liens, moi.

Tiens je vais te donner un choix. Tu coopères et toute cette histoire se termine… Relativement bien pour toi. Je te laisse y réfléchir pendant que mon collègue ici présent te chante une petite composition de son cru. Et crois-moi. Si tu ne veux pas parler, j’en ai fait céder des plus coriaces que toi. J’ai tout mon temps. Toi? Plus ma patience diminue, moins tu en as. Hey Rankorr? Chantes lui donc la chanson de l’interrogatoire pyroclastique… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 27 Oct - 15:39

A peine la chansonnette poussée par Rankorr fut-elle terminée que le voleur manqua de tomber de sa chaise, totalement traumatisé par la voix – pourtant magnifique – du Red Lantern. Il fallait croire que sa manière de chanter n'était guère appréciée par les américains. Ces rustres ne savaient pas reconnaître la perfection de la chanson Anglaise. Pourtant de nombreux groupes provenaient de sa terre natale. Les Beatles, Cradle of Filth… Et tant, tant d'autres. Bon, certes, son style vestimentaire et la Rage qui vivait dans son corps le rendait particulièrement traumatisant. Mais parfois, il faut savoir faire avec les moyens du bord n'est-ce pas ?

L'interrogatoire commença avec le genre de questions posées à chaque fois. Age, lieu de naissance, nom et prénom… Ces dernières étaient faite pour "tester" le détecteur de mensonges. Les livres n'était pas qu'un amas de cellulose compressée. Beaucoup de choses s'y cachait, et nombreux furent les premiers intellectuels à le devenir en ouvrant tel ou tel ouvrage. Tous les souvenirs de son ancienne vie revinrent à son esprit. Durant les guerres terriennes, le nombre incalculable de soldats passés aux mains de leurs ennemis comprirent que le mensonge ne pouvait pas être éternellement dissimulé. Maggie pour sa part paraissait avoir une tout autre idée en tête. Haussant un sourcil, Rankorr remarqua qu'il était question de lui lorsqu'elle parla du "gentil psychopathe". Non, il n'était pas aliéné. Sociopathe peut-être, car malgré toute la Rage accumulée par l'anneau rouge, le bien et le mal possédaient encore bel et bien leur place dans son monde.


- Interrogatoire pyroclastique ?

Nom de dieu… Pour qui le prenait-elle finalement ? Pour un animal de foire bien gentil que l'on pouvait traîner en laisse comme un gentil toutou et qui levait la patte bien sagement sur les réverbères ? Encore un coup comme ça et elle se serait retrouvé avec le dit réverbère bien enfoncé dans les fondements… Mais pour une fois qu'il était libre de réagir à sa manière. Calme, et surtout sadique ; il en profita pour reprendre sa guitare en main et enchaîna quelques accords avec un nouveau médiator rouge. Tout autour de lui les volutes de son aura s'envolèrent sous la forme de petites flammèches qui dansaient sur ses épaules. Un démon rouge, bien moins grand et imposant qu'Atrocitus, effectivement, mais peut-être plus dangereux. Une Rage contenue faisait nettement plus de dégâts qu'une Rage explosive.

- Dans un grand mixeur tout rouge
Veillez à ce que rien ne bouge
Faites tiédir à la casserole
Un bon verre de pétrole...

Quelques gouttes de ciguë
De la bave de sangsue
Un Green coupe très fin
Sans y mettre les mains

Emiettez votre voleur
Et qu'il soit de bonne humeur !
Deux cuillères de laxatif
Qu'on fait bouillir à feu vif...

Dans un petit plat à part
Tiédir du sang de lézard
La valeur d'un dé à coudre
Et des testicules à moudre !

Vous versez la mort-aux-rats
Dans du venin de cobra
Pour adoucir le mélange
Coiffez-le d'une belle frange...

Décorez de fruits confits
Moisis dans du vert-de-gris
Tant que votre pâte est molle
Buvez une rasade d'alcool

Le voleur dans ce mixer
Nous offre beaucoup de bonheur
Allongé sur le goudron
Que mangeront les pigeons ?
UN VOOOOO-LEUUUUUR !


Le regard de Rankorr fixa le dit voleur dans le blanc des yeux. Le plongeant dans une peur que jusqu'à présent seuls le Sinestro Corps était capable de faire apparaître chez quelqu'un. Pourtant, derrière cette chanson enfantine et détournée de son contexte habituel, se cachait une volonté profonde à faire parler leur nouvel "ami". Jamais Rankorr ne tuait par plaisir. Seule la Justice des Red Lantern avait le pouvoir de Juger les méfaits. Qui était-il pour se permettre de penser cela ? Baissant sa guitare et faisant disparaître le médiator, une autre forme apparue dans la paume de sa main. Bien plus petite que celle dont il s'était servir pout l'amener jusqu'ici, mais bien assez pour lui faire comprendre que s'il ne se mettait pas à parler rapidement… Une partie de son anatomie finirait dedans !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 27 Oct - 17:21
Alors là… Il était mûr de chez mûr pour un interrogatoire en règle et en fait je n’eus pas grand-chose à faire de plus pour qu’il se mette à parler. Et pour parler, il parle. J’ai le droit à une curieuse histoire d’ailleurs. Apparemment, ces mystérieux assaillants en avaient après un chargement d’articles venus de Gotham plusieurs semaines auparavant. Une caisse qu’il avait acceptée pour une somme d’argent pratiquement négligeable et qu’il avait depuis longtemps oublié. Jusque-là je me dis bon : sans doute un gangster de Gotham qui avait oublié de l’argent ou un document X dans ladite caisse. Mais voilà où les choses deviennent encore plus intéressantes. Les articles venaient d’un groupe d’hommes servant Black Mask. Et ça ce n’est pas banal parce que ce drôle revient un peu trop souvent dans le décor ces derniers temps…

Même s’il est enfermé. La prise d’otage par ses faux partisans, des morts suspectes dans les rangs de ses associés… Des criminels en guerre, ce n’est rien de nouveau. Cependant, quand ils se font la guerre, on sait qui attaque qui et le territoire perdu ou les affaires perdues passent aux mains d’autres. Sauf que dans ce cas particulier… Personne ne s’était manifesté. Personne n’avait repris le contrôle de quelque opération que ce soit. Et pour être bien certaine, je posai plusieurs questions précises, pointues et je m’assurai qu’il ne mentait pas. Tout concordait avec des occurrences similaires et une fois avoir épuisé mes questions, j’ordonnai à un de mes subalternes d’enfermer le coupable dans une cellule de notre base secrète avant son transfert vers un établissement fédéral. Ceci fait, je fis signe à Rankorr de me suivre et je l’amenai vers le fond de la base.

Il fut introduit dans une pièce qui n’était pas sans rappeler une bibliothèque ou plutôt ces grands salons privés issus des récits de l’ère victorienne. Un petit caprice à moi ça. Ouvrant un meuble je lui présentai une collection d’alcools fins. Je ne partage pas mon cabinet personnel avec n’importe qui mais il fallait le reconnaitre : il avait assuré, le Red Lantern. Et grâce à lui j’avais une pièce de puzzle de plus à mon arsenal. Je ne sais pas si son ancien patron prenait le temps d’encourager ses troupes et de les récompenser mais moi, j’étais une fervente partisane de la méritocratie. Tu travailles bien, tu récoltes les justes fruits de tes efforts. Point. Oui, je suis sévère. Exigeante. Certains vous dirons que je suis vache et souvent aussi délicate qu’une porte de prison. Mais sous ma gouverne, le GCPD est devenu la force de police numéro un au monde. Oui. Au monde.


« Rankorr, je sens que c’est le début d’une longue et fructueuse collaboration. Félicitations. Je ne sais toujours pas ce qui se trame mais j’ai un indice de plus. On va s’entendre toi et moi. Par sur tout mais si tu continues à bosser comme ça, je continuerai d’être heureuse et une patronne heureuse est une patronne généreuse. Prends toi un verre et garde la bouteille : c’est cadeau. Et ça me fait plaisir.

Il y a quand même un truc que j’aimerais comprendre. Moi je sais pourquoi je fais partie de ce programme. Mais toi? Atrocitus va te courir après non? Alors pourquoi ne pas fuir très loin d’ici au lieu de rester là où il va inévitablement venir regarder… Sans compter que la Terre a quand même quelques Green Lanterns actifs dessus. Tu joues à un jeu dangereux, tu le sais ça, non? Je ne critique pas attention. Je suis juste curieuse. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 6 Nov - 16:31

Apparemment, cette traque avait durée des semaines, pour qu'au final il ne lui avait fallu que quelques mesures pour faire chanter un oisillon à peine sorti de l'œuf. Le braqueur parlait si vite que Rankorr avait du mal à suivre les paroles. Qui plus est, il ne le voulait pas, son "dévouement" pour les Outlaws se contenait dans des actions, pour la réflexion, il préférait laisser ça à celle qui l'avait engagé. Malgré tout, quelques mots parvinrent à ses oreilles. Black Mask. Psychopathe aguerri, membre d'un Culte se vouant à la scarification. D'ailleurs certains de ses membres avaient fini en petits tas de cendres à Oxford et Londres. L'Angleterre était et sera toujours son lieu de prédilection pour la protection des gens. Contents ou non, un Red Lantern les protégeaient. Si ce gros malin se mettait dans le calcul, Rankorr en ferait une affaire personnelle. Trop de gamins avaient été sacrifiés pour son Culte de malade…

Bougeant la tête de droite à gauche et se faisant de cette manière craquer la nuque, il se détendit l'esprit avant de se lever, laissant sa guitare appuyée contre un des nombreux ordinateurs qui remplissaient cette salle. Leur ami qui avait failli finir dans son mixer retournait faire mumuse derrière des barreaux, Maggie l'invitait à la suivre. Quoi de plus normal ? Ironie quand tu nous tiens… Se levant à la suite de sa patronne, ils empruntèrent des couloirs plus ou moins étroits et finirent leur "promenade" dans les tréfonds de Newark dans une tout autre salle.

La labyrinthe qui composait le Manoir Kruger devait sans doute traverser la ville de part en part. Une véritable toile d'araignée en fait. Maggie était une Veuve Noire ? Habituellement, elle est plutôt représentée rousse et vêtue de cuir noir… Invité à choisir une bouteille parmi l'incommensurable bar qui s'offrait à lui, son choix se porta sur un Brandy de très haute qualité, équivalente à sa teneur en alcool. Non pas en prenant un verre, mais deux, il les remplit l'un après l'autre et en tendit un à sa patronne. Faisait tourner le liquide dans le cristal, il observait la danse macabre qui se présentait à ses yeux. Dans quelques mois, voir quelques années, la question de Maggie trouverait sa réponse…

Non pas qu'il possédait un don de préscience, mais il était vrai qu'Atrocitus ne le laisserait pas en paix ainsi. Son anneau tirait sa puissance du Lac de Sang d'Ysmault, et tant que ce serait le cas, n'importe quel Red Lantern serait capable de le retrouver. Portant le verre à ses lèvres, son nez huma quelques volutes nacrés et agréables, un petit sourire satisfait, il en bu une gorgée délicatement avant de laisser retomber son bras lentement.


- Atrocitus me tuera sans aucuns doutes le jour où il me retrouvera. Mais j'ai mes raisons d'être ici. De vous à moi patronne… J'ai été frappé par une force dont j'ignore encore tout. Mais elle ressemble assez aux Blue Lantern comme je vous l'ai déjà dit. De plus, l'anneau que je porte est un traceur pour mon Corp. (Après avoir bu une nouvelle gorgée, il se remit à parler.) Ce Brandy est une excellente cuvée. J'espère qu'il vous plaît.

Il avait volontairement détourné la discussion sur un sujet bateau. Les Red Lantern, les raisons qui avaient faites qu'il s'était retrouvé ici… Trop de choses se mélangeaient dans sa tête, et tant qu'il n'en saurait pas plus sur elle, il serait hors de question qu'elle ne sache autre chose que ce qui avait été dit jusqu'à présent.

- Merci beaucoup pour la bouteille. Toutefois, je préfère la laisser ici, je déteste déguster un tel alcool seul.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 6 Nov - 20:13
Ah bon bah s’il voulait garder la bouteille ici, libre à lui. Moi j’offrais de bon cœur, tout simplement. Après bon, c’est vrai qu’il n’était pas piqué des vers cet alcool. Au fil des ans, on reçoit un tas de cadeaux que l’on n’utilise pas, de quoi se remplir un minibar ou deux. Considérant que je ne bois que rarement, ça donne la situation actuelle. Du coup Rankorr était content, j’étais contente et si sa réponse ne me faisait pas plaisir, j’avais suffisamment de cerveau pour ne rien rajouter. Gardes les tes secrets. Tu m’en révéleras plus le moment voulu. Si tu penses que je suis pressée… Tu te trompes. On a un proverbe qui dit : tout vient à point à qui sait attendre. Et fais-moi confiance, je finirai par savoir ce que je veux, avec ou sans ton accord. Je suis Maggie Sawyer après tout. Ce ne serait pas moi de juste abandonner, comme ça, nonchalamment.

Ceci dit, le bilan de la journée est plutôt bon je dirais. Une nouvelle recrue, une nouvelle pièce de casse-tête et pas mal de données et de preuves à réviser de zéro. Histoire de s’assurer de n’avoir rien manqué au vu de ce qui vient d’être révélé. C’est un travail de tête et donc sans offense pour notre Red Lantern attitré mais ce n’est pas pour lui ça. Rankorr, on le paie pour casser des gueules et repeindre les murs. L’analyse, je laisse ça à d’autres. Je ne dis pas qu’il est con. Simplement que ce serait idiot de ne pas utiliser ses plus grandes forces et le confiner à du travail de bureau. Je me demande vraiment ce que Black Mask vient faire dans cette histoire. Le type est enfermé. Je veux bien croire qu’il est influent mais là, il y a un truc que je ne vois pas dans cette histoire. Je finirai bien par trouver. Je suis une des rares flics à avoir réussi l’impensable. Quoi donc?

Boucler toutes ses affaires. Il faut dire aussi que quand ça se résume à « attrapes le Joker » ou « captures untel », ça ne vous fait pas trop de dossiers horriblement difficiles. C’est un peu le propre de Gotham. Des enquêtes nerveuses, rapides, qui nécessitent plus d’adrénaline que de cerveau. Il va peut-être que j’aille lui rendre visite à Black Mask. Sait-on jamais. Je termine mon verre et je fais signe à Rankorr de se resservir. J’ai du travail et lui beaucoup à réfléchir avec son histoire de Blue Lantern. Et justement, comme je m’y attendais, les techniciens ont fini de mettre sur papier les confessions de notre plus récente prise. Ça veut dire fin de la récré, Maggie. Retour au boulot. Et espérer finir, bien sûr, pour pouvoir passer la soirée avec Kate. On s’est promis de passer plus de temps ensemble après tout. Comme un couple normal. Mais nous ne le sommes pas.


« Bon allez, ouste. Je te chasse, j’ai du travail. Ici ça n’arrête jamais. Toi tu casses des gueules et nous on utilise les confessions que tu ramènes pour trouver des éléments récurrents dans notre lutte contre le crime. Et si tu décides de te garder un souvenir, tu m’avises que je remplisse la paperasse. Ils ne vont pas aimer ça, à Washington si mon personnel commence à voler sur les lieux de nos interventions.

N’oublie pas de prendre mon numéro de téléphone en sortant. Si tu as besoin de me contacter, te gênes pas. Une bonne patronne est à l’écoute de ses employés. Et tu connais le chemin de mon bureau si tu veux poursuivre le vidage de cette bouteille. Encore une fois, bravo, Rankorr, pour cette brillante performance. On va bien s’entendre toi et moi. C’est le début d’un fructueux partenariat, je le sens ça… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 15:04

Personne ne semblait pouvoir percer les secrets des Blue Lantern, pourtant cette femme aux cheveux d'or avait un sens de la déduction si important qu'il en devenait palpable. Au-delà de cela, Rankorr n'ignorait pas non plus que même s'il ne laissait rien transparaître de ses sentiments, elle savait ce qu'il cachait, ou tout du moins elle commençait à s'en douter. Posant le verre sur la table basse qui les séparait l'un de l'autre, ses doigts se raidirent lorsqu'il vit un symbole gravé dans le pied. A travers le disque transparent sur lequel reposait désormais le verre, le socle de bois vernis brillait de milles feux. Un animal longiligne et fin paraissait se mouvoir dans les nervures du bois. Tel un chasseur profitant que sa proie ignore encore sa présence, le serpent grimpait dans sa direction. Il visait son cœur, le seul organe que Rankorr ne possédait plus. Clignant des yeux, l'animal disparu alors, les illusions d'optiques n'étaient pas monnaie courante pour lui. Ce devait être le Brandy qui lui jouait des tours, plusieurs années s'étaient écoulées depuis la dernière fois où ses lèvres purent connaître la douce caresse de ce nectar si délicat.

Tout cela n'avaient de cesse d'étonner Rankorr. Nombreuses furent les choses qui modifieraient son avenir dans les mois qui allaient suivre, malheureusement il les ignorait encore. Maggie fini par le congédier avec politesse. Les verres étaient vides, il était désormais temps de retourner "vaquer à ses occupations". Mais qu'elles étaient elles ? Celles d'un Red Lantern qui ne pouvait décemment pas retourner sur Ysmault seul… Les signatures énergétiques de ses pairs s'étaient dissipées les unes après les autres. Ce ne pouvait être la distance qui avait fait cela. L'anneau se mit à briller lorsque sa nouvelle patronne lui parla de son numéro de téléphone. Un hologramme apparu, une création rouge sans aucune trace de Blue Lantern. Etrange.


- Mon anneau me permettra de vous contacter si besoin est.

Après s'être levé, il jeta un dernier coup d'œil à cette table. la métaphore lui semblait bien trop évidente pour n'être qu'une simple coïncidence. Quelque chose ou quelqu'un se jouait de lui. Rankorr serra les dents et se promis de le retrouver et de lui régler son compte une bonne fois pour toutes. Certes, il était un Outlaw désormais, mais son Corp réclamait de la Rage et de la violence. Alors si on s'amusait avec ses nerfs… L'anneau aurait de quoi faire. Sans oublier sa guitare, il passa la sangle par-dessus sa tête, et laissa le corps de la guitare suivre ses volontés. Ses pieds s'élevèrent alors du sol tandis que Maggie reprit la parole. Un petit sourire apparu sur les lèvres rouges de Rankorr. Un compliment. Voilà une denrée bien rare chez les Red Lantern, encore plus après une mission aussi simple que celle-ci.

- Je n'en doute pas non plus une minute. Tant que j'aurais ma liberté, je répondrais présent.

La journée était finie. Remontant les longs couloirs aux murs recouverts d'écrans et de tubes, Rankorr fit mine d'ignorer complètement les scientifiques et autres membre de l'équipe qui purent le regarder passer. Son instinct lui dictait que sa prochaine mission ne serait pas aussi simple, et encore moins qu'il serait seul. Obéir aux ordres était une chose, agir en équipe, avec d'autres Outlaws dont il ignorait encore tout, là par contre, l'idée commençait à être bien plus délicate que ce qu'il croyait. Tôt ou tard les réponses à ses questions lui apparaîtraient. Les Blue Lantern, les Outlaws…

Prochaine étape, un monastère perdu dans l'Himalaya. Il avait besoin de réfléchir et le monde des hommes tel qu'il était ne l'y aiderait pas…
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 16:41
À peine Rankorr était-il partit que notre mystérieux commanditaire me contacta. Je ne peux pas dire que j’étais surprise, au contraire, je m’y attendais et pas qu’un peu. Ce petit malin avait le tour de chercher à me parler pile au bon moment, pile dans les circonstances lui étant favorables. C’était un petit jeu qui en aurait hérissé plus d’un. Pas moi. Mes nerfs étaient à toute épreuve. Alors je suppose qu’il veut avoir un rapport complet sur notre nouvelle recrue. Sans problème. Presque uniquement du positif pour le rapport. Rapport dans lequel je me lance avec le plus d’objectivité possible, occultant le fait que l’incinération d’enfoirés n’est pas pour me déplaire. Il faut l’avouer. Pour un Red Lantern, il est remarquablement maitre de lui. Très articulé, lucide, presque distingué parfois. Il va faire une addition de choix dans nos rangs.

Nous discutons aussi de ces nouvelles révélations qui semblent encore impliquer Black Mask. Difficile de déterminer avec précision de quoi il retourne mais les Outlaws finiront bien par trouver. Nous travaillons sur le cas depuis des semaines au minimum. Fait curieux cependant : selon les sources de notre commanditaire, nous sommes le seul groupe à enquêter sur le sujet. Cela veut dire que ce curieux maitre d’œuvre a su se jouer de la Justice League. Ou que la Justice League ne s’intéresse pas au cas, un des deux. Une chose est sûre par contre. Les ramifications de cette affaire sont bien plus complexes qu’on ne pourrait le croire. J’ai hâte de clore cette affaire parce que j’ai l’impression que ce sera tout un défi, même pour une enquêtrice de mon calibre. J’ai l’impression que cela va demander le plein talent de toute mon équipe. On ne joue pas face à un amateur.

Les questions de notre commanditaire se portent ensuite sur les opérations futures que je prévois et comment y intégrer la plus récente cuvée de membres des Outlaws. Des trucs logistiques, au fond. Rien de bien extraordinaire. Il n’en demeure pas moins que cette petite conversation dura une bonne heure, une bonne heure et demie, Le nom de Rankorr revenant souvent dans la conversation. Logique quand on y pense, c’est le petit nouveau, le dernier arrivé dans l’équipe. Il y avait certaines questions légitimes comme sa capacité à travailler en équipe avec les autres Outlaws et les éventuelles frictions dues à son statut de Red Lantern. À mon avis ce ne serait pas un problème. Je ne m’en faisais pas avec ça. Après tout, Rankorr tout comme le reste de l’équipe était bien au courant de l’épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Tous savent que ce ne sont pas des menaces en l’air.

Que de ne pas me prendre au sérieux serait une erreur bien plus coûteuse. À peine cet entretien terminé qu’un de mes subordonnés me contacte pour me dire que nous avons du nouveau. Suffisamment de données concrètes pour mettre sur pied au moins deux opérations d’envergure avec les Outlaws. Enfin. Un peu d’action. Faire du nettoyage en éliminant les criminels c’est bien mais j’aime encore mieux donner un vrai défi à mes agents. Quarante-huit heures et je les rassemble. Je veux m’assurer que nous avons un maximum de données concrètes. Je déteste envoyer de bons éléments vers l’inconnu si je peux l’éviter. Et là, je peux l’éviter c’est donc ce que je vais faire. Bon allez Maggie. Un tout petit verre de cet excellent alcool de cassis. Je porte un toast invisible à la future réussite de mes Outlaws adorés. Et tiens. Pourquoi ne pas conclure sur un petit délire?

Outlaws, assemble!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Newark] Réminiscence rouge sang [PV Maggie Sawyer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LA MODE EST AU ROUGE SANG de Valérie Stivers
» MERLOT ROUGE SANG (H/P)
» DINKY ROUGE SANG de Marie-Aude Murail
» Rouge Sang (2013, Martin Doepner)
» Retour à la maison ! [Pv : Maggie Sawyer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-