[FIRST PART] "On met en place le projet Phoenix" [Batwoman - Flash I - Big Barda]

Invité

MessagePosté le: Jeu 22 Oct - 16:58
Du haut de la tour Wayne, la vue est toujours imprenable. On peut voir tout Gotham depuis ce point central de la ville. C’était ce que voulait Alan Wayne quand il a fait construire cet édifice en 1888. Que la tour Wayne soit un symbole, un repère pour ceux qui regarderaient vers les nuages. De la haut, on peut observer le quai de Gotham, le tribunal Solomon Wayne, le musée, et même Métropolis avec de bons yeux.  J’aime vraiment beaucoup la vue qu’à cette ville, la nuit, quand seules quelques lumières vacillent, éclairant de toute leur bonté les rues de Gotham. Maggie adorerait aussi surement.  Elle n’est jamais allée en haut de la tour Wayne. Aime pas. Je me demande si la vue serait aussi belle la tête à l’envers. Alors je demande :
« Tu aimes la vue, Marcus ? »
Marcus est un criminel de bas étage. Mais il a de bonnes oreilles. Et la tête à l’envers, pendu par le pied en haut de la tour des Wayne, en train de gigoter comme un asticot. Ses cris désespérés me font comprendre qu’il n’aime la vue. Ces gens-là ne savent rien apprécier. Outre son avis sur le panorama, il me faut des réponses. Je sais que quelque chose se trame. Et ça n’a pas l’air bon.
« Dit moi tout ce que tu sais sur les activités des gangs ! »
Entre deux cris, il glissa trois mots incompréhensibles. Aime pas quand les gens qui marmonnent.
« Plus fort ! »
« La religion du crime ! »
J’étais à la fois satisfaite d’avoir arraché une réponse à ce type, mais j’étais tout autant choqué de connaitre la réponse. La religion du crime refaisait surface. Après avoir avalé l’information, je fis remonter Marcus, et me mis à parler plus calmement :
- Qu’est-ce que tu sais d’eux ?
- Ils sont prêts à faire un rituel bizarre…avec ‘chais plus qui…dans pas longtemps…
- Tu sais que tu ne m’aides pas beaucoup, là.
- J’te jure…c’est tout ce que je sais…
A cet instant, ma radio de communication réservée se mit à sonner. Apres avoir porté ma main à l’oreille, j’entendis  une voix irritante et familière à la fois :
- Bonjour Mme Kane, ici l’agent Chase. Vous vous souvenez ?
- Hélas…
- Je vais faire simple : vous avez besoin de mon aide, et j’ai besoin de la vôtre.
- vous n’avez donc pas assez de dossiers pour faire du chantage à quelqu’un d’autre ?
- là n’est pas la question. Vous nous appartenez toujours officiellement.
- Vous voulez dire plus officiellement que votre organisation ?
- Ecoutez bien Madame Kane…
- Non ! Vous allez m’écouter ! J’en ai assez de faire votre larbin ! Je ne suis pas un soldat ! Demandez à quelqu’un qui a les qualifications pour vos missions à la noix, avec votre DEUS à la noix et tout votre barda !
Après un léger silence, Je repris la parole :
- Alors à moins que vous n’ayez quelque chose d’intelligent à dire, je vous conseille de raccrocher et d’aller voir ailleurs si j’y suis…
- Nous avons besoin de vous pour stopper la religion du crime.
A ces mots, un nouveau silence s’installa. Je savais au fond que c’était la raison de son appel, mais c’est de l’entendre qui me choqua le plus. J’attendis alors les instructions à venir :
- Voilà ce que vous allez faire : vous allez balancer ce type du haut de l’immeuble, descendre de là et contacter d’autres héros. Je vous enverrai la liste dès que vous serez en route. Vous allez être en charge du projet Phoenix, en outre vous allez remonter la JSA pour le bien de notre nation. Ais-je été assez claire ?
- Et si je refuse, rétorquais-je ?
- Il doit bien nous rester quelques dossiers sur vous. Des gens sauraient en tirer profit. Ne vous déplaise. A vous et votre femme.
Dans ce genre de situation, je reste persuadé que la meilleure option est le silence. Qui ne dit mot consent, dit-on. Marcus releva la tête et me demanda, encore effrayé :
- Je t’en supplie, me balance pas au flic !
- Je te jure que tu vas préférer les flics dans 5 minutes
A ces mots, je relâchai le malfrat pour le laisser suspendu à la gargouille la plus haute, mais pas la moins accessible pour Maggie. Celui alla en effet s’écraser contre une fenêtre de l’étage inférieur ou étaient quelques policiers prévenus à l’avance par Kate. Lorsque l’un d’eux ouvrit la fenêtre pour récupérer Marcus, il put constater que Batwoman avait rendu justice et rentrait dans sa grotte. Mais il avait faux sur un point : je n’ai pas rendu la justice. Pas encore. Je dois à tout prix arrêter cette folie avant qu’elle ne commence. Soudain je reçus un appel.
- Avez-vous reçu la liste des gens à contacter, Mme Kane ?
A cet instant apparu sur mon affichage la liste des héros qui allaient participer au projet, leurs forces et faiblesses, leur localisation.
- Maintenant que vous le dites…
- Ne me décevez pas Kate.
- C’est vous qui avez intérêts à ne pas me décevoir !
- Ne jouez pas à la plus fine avec moi.
- Est-ce que j’ai au moins droit à des explications ?
- La religion du crime tente d’invoquer les 7 péchés capitaux, des démons capables de raser la moitié du pays
- Pourquoi ne pas avoir prévenu la Ligue des justiciers avant moi ?
- Parce que c’est sur vous que j’ai des moyens de pression, pas sur eux.
Après avoir plané sur une bonne distance, j’atterris dans une ruelle où était resté caché ma moto. Je continué la discussion alors que je la chevauchais pour rejoindre mes deux premiers contacts.
- Je suis en route.
- Ne trainez pas. Et ne prenez pas cette mission à la légère : si vous essayez de me doubler, je me ferais une joie de vous rappeler qui a les cartes en main.
Sans commentaires.
- Je vous laisse, je dois appeler quelqu’un.
- Est-ce que je me suis faite compre…
- Oups. Raccroché.
J’étais prête à stopper le gang. A trois s’il le fallait. Cela suffit largement. Mais autant trouver le reste de la bande. C’était la raison pour laquelle j’ai appelé le Dr Fate. Il est assez rapide quand il suffit de trouver des gens et de leur parler, plus rapide que moi. Il va falloir que je prenne garde. Ils sont peut-être plus forts qu’avant. Peut-être qu’il y a une raison à l’implication du DEUS de cette manière. On dirait bien que c’est le moment d’unir les forces de plusieurs héros.
_________________________________________________________________________________

« Wayne à la recherche du premier héros de la liste (Jay Garrick), Flash (ce Jay Garrick) apparait au Lansing, dans le Michigan, sur Terre 0, depuis la dimension de la speedforce. Ce jeune homme de Terre 2 vient tout juste de fusionner avec sa version de Terre 0 et suit immédiatement une envie forte de rejoindre Keyston City en courant. Son but est de rejoindre la femme de celui qu'on va dorénavant appeler Old Jay, sans totalement savoir pourquoi. Son instinct, ou plutôt ce qu'il reste d'Old Jay, le lui ordonne. Pendant ce temps, les capteurs du QG de Justice League les informent qu'une signature énergétique semblable à Apokolips a été détectée dans le Michigan. Bien que le signal est très faible, Big Barda est chargée d'aller sur place trouver la source (le lieu exact d'arrivée de Flash) puis de suivre les traces de toute autre énergie en mouvement, jusqu'à intercepter la chose -supposée maléfique- arrivée sur Terre 0 sans autorisation. Mission plutôt simple pour une guerrière de son acabit. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 23 Oct - 12:27
Je courais à toute vitesse, avec cette même impression de lenteur et d'expansion du temps que lorsque j'étais dans la voiture de mon père, sur une autoroute, à plus de 100km/h. La vitesse à laquelle je me déplaçais n'avait pourtant rien à voir, sans parler du fait que j'étais moi- même le véhicule, si je puis dire. Seulement, dans ce trajet, j'étais comme hors de mon corps, étant moi sans l'être, dirigeant en suivant. Quels étaient mes derniers souvenirs avant d'apparaître sur Earth zéros... Non, ce fut bizarre bien avant ça, quand je combattais Darkseik aux coté de mes amis super-héros. J'avais foncé tête baissée vers ce rayon de la mort sortant des yeux de l'ennemi de l'humanité, pour protéger Green Lantern pendant qu'il déplaçait tous les survivants de la Terre vers les vaisseaux d'évacuation par la pensée. Sa concentration était totale, il n'aurait jamais pu éviter une attaque de cette ampleur ni l'encaisser. Pour ma mère et les autres, j'avais cru sacrifier ma vie afin d'être le bouclier de mon ami.

Le reste était très flou, au moins parce qu'il y avait une suite à ma désintégration. Au lieu de disparaître dans le néant, j'atteignis ce lieu indescriptible qu'aujourd'hui je pouvais nommer "dimension de la speedforce" grâce aux connaissances d'Old Jay. En parlant de lui, le pauvre était devenu une partie de moi, son histoire était devenue la mienne, ses connaissances aussi, au cours d'une fusion de nos corps et nos esprits. Cependant, c'était moi au commande, bien qu'il avait aussi ses penchants, en quelque sorte. Son influence était réelle, puisque je prenais la direction d'un lieu Où je n'avais jamais mis les pieds, pour trouver une personne que je n'avais jamais parlé. Elle se nommait Joan, comme mon ex- petite- amie, c'était en fait la même en une autre version. Sauf qu'Old Jay avait réussi à la garder avec lui, se mariant avec elle et vivant une vie commune des plus heureuses globalement. Quelle était son secret?

En quelques secondes, j'étais devant la porte de "ma maison". Joan y était, dans une autre partie de la demeure. J'entrai lentement, regardant autour de moi comme un touriste visitant un temple ancien. Tout ce qui tombait sous mes yeux ne m'étaient pas inconnus, bien que je ne les avais jamais vu avant. Cette impression revenait sans cesse, c'était déroutant. La femme d'Old Jay entendit le bruit de mes pas et se précipita dans le salon m'accueillir avec un grand sourire. Elle s'était inquiétée de mon... son absence soudaine.

"Jo... Joan?
- Oui, la seule et l'unique... Qu'est- ce qu'il y a? Je t'ai manqué?
- Je..."

J'avais un tas de choses à lui dire, des milliers, notamment une explication détaillée de ce que j'étais devenu. Il fallait absolument qu'elle sache qu'elle n'avait plus son mari en face d'elle, que c'était un jeune homme différent, pas le jeune homme vieux qu'était Jay Garrick de Earth Zéros. Elle aussi avait rajeuni quelques temps après Flash I, elle était aussi belle que la première fois que je l'avais vue... Au lieu d'entamer les explications, quelque chose qui me semblait plus important me torturait l'esprit.

"Pourquoi tu es restée avec lui... moi avant que je ne devienne Flash ou même que tu ne saches que je combattais le crime avec des super pouvoirs?? Tu... Ne me trouvais pas... sans intérêt?
- Jay... T'es sur que ça va?"

Non ça n'allait pas du tout, et tout ce que je trouvais à dire, c'était de lui demander le secret d'Old Jay pour son succès auprès de celle qui fut sa petite- amie à la fac, puis sa fiancée et enfin sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 25 Oct - 20:26
Barda avait été contactée suite à la localisation d'une énergie d'origine apokoliptienne dans le nord-est des États-Unis. Normal qu'on l'envoie elle, elle pouvait sentir n'importe quel Apokoliptien à des kilomètres. Cependant, elle avait été envoyée seule et cela lui manquait de faire équipe, elle qui pourtant était d'origine solitaire. Quand elle n'était qu'un suppôt de Darkseid, elle se battait aux côtés des Folles furieuses mais sans aucun lien d'amitié. Alors qu'avec la Justice League et rien qu'avec Mister Miracle, son époux, elle avait appris avec plaisir à allier des forces à celles d'autres justiciers souhaitant le triomphe du Bien.

Et aujourd'hui, c'est ce qui lui manquait.
Mais bon, autant régler cette mission le plus rapidement possible et elle pourrait rejoindre sa moitié chez eux et profiter d'un peu de repos.

Logeant dans le sud du pays, elle avait bien sûr utilisé des Aéro-disque pour se rendre dans le Michigan. Vêtue de son équipement digne de la plus forte des Néo-déesses (avec toute l'humilité possible), elle avait atterri entre deux ruelles et s'était avancée sans attendre en plein jour dans la rue. Plissant les yeux, elle regarda aux alentours. La chasse à l'Apokolitien démarrait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 28 Oct - 18:24
A la recherche du Flash Jay Garrick et de Power girl, Je sillonnais les rues de Gotham dans la direction de la demeure du bolide écarlate. Quand je vis le panneau qui m’annonçait que je quittais Gotham, j’ai eu comme un mauvais pressentiment. Le mal ne s’arrêtait pas à la porte de ma ville. Ça aurait été trop simple. J’ai l’impression que ces démons veulent s’étaler sur tout le pays. Je dois avouer que la simple vision de cette idée me donna la chair de poule un léger instant. En attendant sur le trajet, je décidais de contacter Power girl pour la prévenir de mes intentions, et pour qu’elle se tienne prête à ce que je la récupère. J’attendis quelques instants. Aucune réponse. Même pas sa messagerie. Je vais devoir aviser. Ou pire : faire sans. Arrivé devant la maison e Jay, je sortis mon grappin pour monter sur le toit quand j’entendis des gens discuter. Sans comprendre ce dont il était question, je distinguais la voix d’un homme, et par moment celle d’une femme. Je dois admettre qu’un instant, en fixant la porte d’entrée, il m’est venu à l’idée de rentrer par la porte après avoir sonné. En sortant de ma tête, l’idée me fit sourire. Je devrais peut-être essayer un jour. A Halloween peut -être.
Je montais alors par une fenêtre entrouverte pour redescendre par l’escalier, discrètement, sans même faire grincer l’escalier. Ça, j’en était plutôt fière. C’est en arrivant dans ce qui devait être le salon que je me précipitais. Lorsqu’on m’entendit arriver. Je me dressais à l’entrée de la pièce et, tant qu’à faire une entrée remarqué, autant dire quelque chose :
« Jay Garrick, j’ai besoin de ton aide. Je suis désolé de te déranger mais j’ai une mission de la plus haute importance qui requiert ton aide. En fait, qui requiert de remonter la JSA. Tu en est ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 1 Nov - 16:23
Je ne dis rien, totalement bouleversé par les événements encore frais dans mon esprit. J'avais vu mon monde être attaqué par de plus en plus d'ennemis, tous plus puissants les uns que les autres, au point que ses survivants durent fuir la planète à bord de vaisseaux qui les mèneraient au-delà de notre propre système solaire. Et tout d'un coup, je me retrouvais dans ce nouveau monde totalement différent et encore plus complexe, avec toutes sortes d'informations dans la tête que je n'arrivais parfois pas à comprendre. J'avais besoin de faire une pause. Malheureusement, le destin en avait décidé autrement. En effet, des pas se firent entendre à l'étage, quelqu'un venait à nous. Joan et moi tournâmes la tête vers la femme chauve-souris. Old Jay n'avait aucune information à sa disposition sur l'intruse, elle devait faire partie de la nouvelle vague de héros. Elle me demanda de l'aider à reformer la JSA, mais il n'en était pas question, pas en ce moment.

«Tu peux compter sur moi!»

Dis- je subitement. Juste après avoir déclaré ça, je me mis une tape sur le front avec le plat de la main pour n'avoir pu retenir ces mots. C'était l'ancien Jay qui parlait, JSA avait fait comme un déclique dans mon subconscient partagé en deux. Maintenant que c'était dit, il était trop tard pour revenir dessus, sans compter le fait que cette femme faisait sans conteste partie de la batfamily. Or, je savais que Batman n'était pas du genre à agir de manière irréfléchie ou futile, il avait du inculquer ce genre de comportement à son entourage héroïque, à mon avis. Et donc, quelque fut la raison de la présence de cette femme, elle était primordiale.

«Jay ne pourra pas te suivre, il n'a pas l'air bien du tout depuis son arrivée...
- Chérie... Joan, je te dirai tout dès mon retour, c'est promis. En attendant, ne t'inquiète pas pour moi, j'ai vécu bien pire!»

C'était totalement faux, mais que ne fallait- il pas dire pour rassurer une femme inquiète pour moi? Je me tournai vers l'intruse en noir et rouge avec une expression déterminée sur le visage.

«Où est- ce qu'on va?»

J'étais loin de me douter que j'étais pris en chasse par l'une des femmes les plus fortes de ce monde qui était déjà sur ma piste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 7 Nov - 14:55

Big Barda continua son avancée dans une rue de la ville. Les quelques passants ouvraient grand les yeux en la voyant, elle qui mesurait au moins deux têtes de plus que les gens de taille moyenne et était vêtue telle une guerrière imposante et intimidante. Tant mieux si elle faisait cet effet-là, la chose qu'elle trouverait dans quelques instants en serait tout au plus intimidée.

C'était un mauvais signe d'être appelée parce qu'une énergie semblable à celle d'Apokolips avait été signalée. À quoi rimait tout cela? Barda le découvrirait dans quelques instants de toute façon. Elle était sûre d'elle comme à son habitude, et ne laissait pas ses émotions du passé resurgir dans son esprit.

Elle se sentait toute proche maintenant... Instinctivement elle se déplaçait vers une maison en particulier. Une habitation paisible semblable à sa demeure à elle et Scott. Quand elle arriva devant la porte, elle n'attendit pas plus pour fracasser la porte avec un puissant coup ravageur de sa jambe. La porte tomba en morceau dans un bruit lourd dans l'entrée et Barda enjamba les restes de bois et s'avança pour arriver dans un salon. Trois personnes la regardaient alors, une femme, un homme et Batwoman. Le regard de Big Barda se posa sur eux tour à tour et s'arrêta sur l'homme.

- Batwoman, éloigne cette femme de cette maison.

Sa voix était forte et complètement dénuée de sensibilité. La signature énergétique visiblement semblable à Apokolips émanait donc de lui. Bien. Barda aurait adoré des explications mais elle était du genre à en venir aux armes sans perdre de temps. Elle empoigna sa Mega Rod et fixa l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 7 Nov - 18:19
La tension montait alors que Big Barda venait de faire une entrée fracassante. Elle venait de m’adresser la parole alors que j’étais perdu dans mes pensées, déboussolée par un imprévu aussi imposant. Mais il fallait rester de marbres, passer au-delà de tout ce qui pouvait m’empêcher de gérer la situation. Alors qu’elle s’apprêtait à affronter Jay, la première solution pour éviter l’échec de la mission fut de m’opposer à ce qui risquait d’arriver, quitte à réveiller la colère de Barda :
« Nous ne sommes pas obligés d’en arriver là. Je ne sais pas ce que tu es venue chercher mais ça n’est pas en sortant les armes que tu le trouveras. »
Je m’étais placé, au moment où je prononçais ces mots, entre Jay et  Barda. Il y eut un silence qui n’attendait d’être rompu. La femme qui était dans cette maison était choquée, presque paralysée par la peur. Elle ne devait surement pas comprendre ce qui lui arrivait et ce qui arrivait à Flash, et je le comprenais très bien. L’espace d’un instant, j’imaginais la même situation, si ce genre d’histoire m’arrivait, comment réagiraient Maggie ? Serait-elle aussi dans une situation de panique extrême ?
J’ai décidé qu’il n’arriverait rien à Jay Garrick. Je m’en suis fait la promesse, et indirectement, j’en ai fait le serment à cette femme aussi. Mais puisque Barda était là, j’ai pensé qu’elle pourrait nous être d’une grande utilité…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 9 Nov - 9:42
Ma porte... Ma pauvre porte explosa comme frappée par une rafale de vent vengeresse. Je me tins immédiatement sur mes gardes, me rapprochant de Joan pour pouvoir l'emporter hors d'ici le plus vite possible en cas de nécessité. Non ce n'était pas le vent, mais Big Barda en personne. Elle entra sans demander d'invitation, bien qu'elle frappa effectivement à la porte. Un peu trop fortement, mais c'était un début de politesse... Ses yeux se posèrent sur nous, me lançant des éclairs. Il n'y avait aucun doute sur sa proie, bien avant même qu'elle ne demande à Batwoman d'emmener la femme d'Old Jay loin d'ici. Elle était prête à se battre pour m'anéantir, et je savais très bien pourquoi, ou plutôt, je croyais savoir. En effet, dans mon monde, Big Barda travailla pour Darkseid en personne, lui vouant une admiration excessive.

Elle fit semblant de se retourner contre lui quand Mister Miracle et la fille de Wonder Woman trahirent le New God afin d'aider les Terriens à se sauver. Elle aida à mettre en place un plan pour tuer le maître d'Apokolips, mais il se trouvait qu'en réalité c'était un piège pour le libérer du noyau de cette planète, en utilisant la haine de Mister Miracle pour son père. A cause d'elle, plus aucun espoir ne nous était plus permis et visiblement, elle m'avait suivi jusqu'ici pour terminer le travail. Alors que je me préparais à lui foncer dessus avec toute la vitesse dont j'étais capable, l'écran plat de ma télévision clignota à une vitesse inhabituelle. Le plus étrange était qu'elle n'était pas allumée, avant... Soudain, apparut un visage qu'aucun de nous ne connaissait, à part Batwoman. C'était son agent de liaison au sein de D.E.U.S.

"Bonjour membres du projet Phoenix... Mais attendez, où est Power Girl? Peu importe, on a plus le temps, vous trois ferez très bien l'affaire! *remarque Joan* Bonjour madame Garrick, ravis de vous rencontrer, excusez mon intrusion. *s'adresse aux autres* Batwoman n'a pas été assez rapide, la Religion du Crime est sur le point d'entamer le rituel pour invoquer les péchés, vous devez y aller maintenant et l'en empêcher! S'ils réussissent, ce monde est très probablement condamné! J'ai envoyé les coordonnées sur le GPS de ta moto Batwoman, rendez- vous-y sans attendre!"

L'agent disparut de mon écran de télévision qui s'éteignit par la même occasion. Le silence qui suivirent était plutôt pesant, je regardais tour à tour Batwoman et Big Barda, me demandant ce que nous devions faire. Il était évident d'après le fait que l'agent n'était pas effrayé par Big Barda et la mémoire d'Old Jay, qu'elle n'était pas celle que je croyais. La New God devait aussi me prendre pour quelqu'un d'autre. Je finis par attraper Joan, l'emmener à la vitesse du son au Laboratoire Garrick, et revins dans la pièce. Il ne s'était pas passé cinq secondes entre ces deux actions. Ensuite, je soulevai Batwoman de terre, soutenant ses jambes avec un bras, son dos avec mon autre bras.

"Il faut qu'on y aille vite pas vrai? Je vais nous y emmener!"

Je passe par l'endroit où était garée la moto de Batwoman et récupère le GPS que je lui mis entre les mains, avant de prendre la direction de Gotham City aussi vite qu'un avion super sonic. L'héroïne avait intérêt à bien s'accrocher, heureusement que l'aura qui me protégeait agissait aussi sur ceux que je portais près de mon corps. J'étais passé près de Big Barda sans me soucier d'elle, trop préoccupé par le destin du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 10 Nov - 19:51
Big Barda restait immobile dans cette grande pièce, vide depuis la disparition de Jay Garrick et Batwoman. De nouveau, l'écran s'alluma, laissant apparaître le visage de l'agent.

"Big Barda, je sais ce qui t'amène ici et je peux te dire que tu te trompes. Ce garçon n'est pas une menace, tu remarqueras que l'énergie apokoliptienne se détache peu à peu de lui, diminuant à vue d'oeil. Il a dû être exposé d'une manière ou d'une autre au rayon de Darkseid et en a survécu... Je sais ce que tu penses, que c'est impossible. Mais tu sais comme moi à quel point un speedster est plein de ressources. Je peux t'aider à comprendre comment il a fait, mais pour cela, tu vas devoir faire en sorte qu'il y ait un lendemain, en aidant la nouvelle JSA à battre la Religion du Crime, avant qu'elle n'anéantisse le monde."

L'écran s'éteignit définitivement.

_________________________________

Barda fixa l'écran noir puis, sans perdre un instant de plus, elle sortit par le seuil de la porte défoncée et fit apparaître deux Aero-disques devant elles puis sauta dessus, ce qui la souleva et la fit monter haut dans le ciel. Elle vit la silhouette de Jay Garrick traverser les rues à une vitesse impressionnante, laissant des éclairs sur sa trace et le suivit avec toute la rapidité que le permettait la technologie des Néo-dieux.

Alors qu'elle s'élançait au-dessus des maisons et buildings, Barda repassa en boucle dans sa tête le message qu'on lui avait transmis à l'écran. La nouvelle JSA? Et elle allait en faire partie? Pour effectivement permettre qu'il y ait un lendemain, il fallait que Barda donne son possible et si elle était voulue dans la renaissance de la JSA, alors elle acceptait volontiers. Mais ne pas savoir qui leur demandait cela énervait Barda. C'était une raison de plus qui la motivait à suivre le speedster pour voir qu'est-ce que tout cela signifiait. Et qui d'autre allait former l'équipe. Si Batwoman en faisait donc partie, c'était très bien: Barda encourageait ce genre de personnalité combattante et prête à tout. Si le speedster en faisait partie, c'était encore mieux: Barda allait garder un œil sur lui.

Alors qu'elle volait tout en suivant ses futurs coéquipiers, Barda vit apparaître sous les nuages les tours et immeubles de la ville de Gotham, et commença à descendre de vers la terre ferme pour se poser là où s'arrêterait le speedster.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 20 Nov - 19:50
Je dois avouer que je suis avide de sensation. Pourtant la ballade que m’avait offerte Jay m’avait un peu remué l’estomac. Après m’être remis de cet état second, je vis que Barda descendait pour nous rejoindre. J’empruntais le GPS de ma moto restée sur le parvis de la maison de Flash pour vérifier précisément l’emplacement des membres de la religion du crime.
Ils étaient sur la baie de Gotham à une fausse plage. Ils ne s’étaient pas placés au hasard : un des ponts les plus importants de Gotham passait par-dessus cette partie de la baie, et juste derrière eux se situait une sortie vers les égouts de la ville, lesquels se répartissaient en de multiples chemins à la manière d’un labyrinthe. Je hais celui qui a construit cette ville, et je crois que s’il était vivant, il éprouverait la même chose à mon égard. Je m’adressais alors à mes coéquipiers. Je ne savais pas si je devais leur donner des ordres, mais j’avais un plan qui avait des chances de marcher. Et là, je dis bien que j’avais des chances, parce que la situation, avec le recul que j’ai maintenant, était bien plus coriace que ce que je croyais. Je fis alors à mes compagnons :
« L’endroit où ils se trouvent est en lien direct avec les égouts. Je les connais par cœur, je peux m’y faufiler pour les surprendre par derrière pendant que vous les tenez de devant. On se rejoint à leur emplacement dans dix minutes. »
Je quittais alors les deux autres pour me glisser sous une plaque d’égout. En bas il faisait trop sombre pour y voir suffisamment bien. J’allumais alors une lampe torche. En avançant, je vis des ombres bouger. Consciente que des gens bougeaient, prêts à donner l’assaut, j’éteignais ma lampe torche pour allumer la visière nocturne de mon masque. Celle-ci, bien que moins efficace que la lampe torche, me permettait d’y voir correctement. Je continuais alors sans avoir d’information du reste du groupe dans la pénombre, Jusqu’à apercevoir le bout de l’égout. J’entendais déjà des gens parler, sans comprendre les mots. Alors que m’étais avancé, je sentis derrière moi se faufiler une ombre. Je fis volte-face pour attraper un homme de taille moyenne, mais incroyablement fin, mince et rapide, armé de couteaux sacrificiels en bons états. Je l’envoyais alors valser là d’où il venait. Il était tard, je devais rejoindre le point de ralliement, et le bout du tunnel que j’avais vu n’était pas si près que ça. Je courais alors vers la sortie, mais alors que je sprintais, d’autres « rats d’égouts » sortaient par d’improbables trous dans les murs et me donnaient des coups de couteaux à droite, puis à gauche, puis dans le dos. Quand certains arrivaient en face de moi, je les poussais contre les murs sans essayer de les neutraliser. Vite, l’invocation est sur le point de s’achever. Certains déjà à terre essayent de me faire tomber. Je ne céderais pas. Je ne dois pas. Arrivée près du bout de cet infâme tunnel, je me rendis compte que le bout est fermé par une grille qui a l’air bien solide. Peut-être pas assez pour mon gel explosif. Je le sortis alors en courant pour commencer à en asperger les contours de la grille ronde. Je n’eus pas le temps de faire le tour de celle-ci avant qu’on me saute dessus. Les « rats » m’avaient rattrapés, ils s’accrochaient à moi, me poignardaient à multiples reprises, me mordaient pour certains. En dernier recours, la seule chose qui me restait à faire exploser le gel. Je pris le détonateur dans ma main, levait le couvercle et appuyait sur le bouton sans me soucier de ce qu’il se passait derrière la grille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 14:30
Barda écouta avec grande attention les indications de Batwoman et la vit entrer dans les égouts par la plaque qui y menait. La Néo-déesse marcha ensuite quelques mètres plus loin pour rejoindre une autre plaque d'égout qui les mènerait à l'emplacement de la religion du crime.

- Allons-y, lança-t-elle au speedster en soulevant la plaque aussi facilement qu'elle le ferait avec une plume.

Descendant sans perdre de temps, elle commanda à sa Boîte-Mère d'éclairer leur chemin. À peine une vingtaine de secondes plus tard à marcher les pieds dans l'eau, sans dire un mot parce que Barda faisait honneur à sa réputation de pas grande bavarde du tout, deux chemins s'offraient aux deux justiciers. Ils n'allaient pas faire compliqué et Barda l'informa qu'elle partirait à gauche et lui à droite.

- On se retrouve là-bas, dit-elle en sortant sa Mega-Rod et en avançant dans le tunnel de gauche.

Son souffle était modéré et ses yeux scrutaient au plus loin dans l'obscurité, la Boîte-Mère n'éclairant qu'à dix mètres à la ronde. Ce fut alors qu'elle entendit des voix, assez distinctement. Elle approchait près du but. Mais elle tourna furtivement la tête quand une détonation se fit entendre pas si loin que ça. Barda accéléra le pas et éclaboussait les mur avec ses pieds bottés, elle cherchait d'où venait les bruits de combat. En effet, des lacérations et grognements arrivaient jusqu'à ses oreilles.

Elle arriva ensuite devant de la fumée se dissipant peu à peu et laissant voir Batwoman se débattre face à une dizaine de petits gars déterminés à en finir avec elle. Barda soupira et se jeta dans la foule en frappant à droite et à gauche quiconque se trouvait sur son chemin. Implacable, elle n'en manqua pas un seul et fracassait chaque membre avec son arme, les types faisant la moitié de sa taille il était facile pour elle de les laminer. Quand ils furent tous à terre, tout de même au bout de quatre minutes, Barda attrapa la main de Batwoman et s'assura qu'elle allait bien en la relevant. De vrais tarés ces adeptes de la religion du crime. Mais elle n'avait encore rien vu. La véritable menace se trouvait derrière la porte située près de la grille explosée par la justicière rousse. Maintenant que sa collègue était sauve, Barda pouvait enfin s'occuper de ce qu'il se passait de l'autre côté.

D'un violent et extrêmement puissant coup de pied, elle démolit la porte. Aux yeux de Batwoman, Barda allait définitivement passer pour une démolisseuse de portes...
Pénétrant à l'intérieur, elle ne pût que constater l'horreur qui allait se produire. Un sacrifice allait être commis par les fous de la religion du crime, entourés par des tas de bonhommes armés jusqu'aux dents.

- Gotham cache bien des choses dans ses fondations, railla-t-elle en observant chaque personne présente.

Elle attendit que Batwoman agisse. Sa ville, son plan d'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 16:15
C'était gênant de marcher avec la femme qui chercha à m'éliminer quelques minutes avant... Mais je devais faire avec, même si c'était super dur. Puisqu'on était coéquipiers, je me demandais si je devais lui faire la conversation pendant qu'on marchait, cherchant un sujet intéressant. Mais plus je cherchais, plus  la mémoire d'Old Jay me disait que le côté alien apokoliptique de Barda ne serait pas adapté à une conversation normale. Je finis par laisser tomber, de toute façon, on était arrivé à un embranchement. Mon alliée voulait donc qu'on se sépare, je pris la direction qu'elle m'ordonna, totalement soulagé de cette pression. Mais maintenant que j'étais seul dans un endroit aussi flippant, je commençais à regretter ce plan. N'importe quel son me faisait sursauter, j'avais fini par pousser un cri aigüe en voyant un rat sauter d'un conduit vers l'eau dans laquelle je marchais.

Gotham n'était définitivement pas ma ville préférée, ce n'était pas à Keystone City que les méchants iraient se terrer dans les égouts. Sans compter qu'ils étaient loin d'être accueillant, j'avais l'impression d'être dans un film d'horreur. Soudain, une explosion de lumière eut lieu juste devant moi, à travers un énorme conduit. Je m'y approchai prudemment pour voir, quand je remarquai qu'il descendait comme un toboggan. Je devrais glisser sur un lit de saleté liquide pour arriver en bas.

"Han... Oh non ça pue en plus, je peux pas... Je ferais mieux de retourner chercher les autres. On décidera à la course paille qui ira en premier."

Au moment où j'allais remonter ma tête, penché dans le conduit, quelqu'un dans mon dos me donna une grosse poussée qui me fit tomber brutalement à l'intérieur et glisser jusqu'en bas à grande vitesse. En bas, je me pris la grille barrant le passage la tête la première, heureusement que j'avais mis un casque hein.

Le son devait avoir plu au salopard qui m'avait fait ça, car j'entendis son rire malsain qui s'éloignait lentement. J'étais dans la merde, dans tous les sens du terme. Mes vêtements étaient sales et sentaient mauvais, heureusement, je savais comment arranger ça. Pour le moment, ce qui m'inquiétait était d'être bloqué. Alors que je cherchais une solution, mes yeux regardèrent à travers les trous de la grille pour voir cinq corps d'homme étalés au sol côte à côte. Une personne à capuche et longue robe faisait le tour en récitant des formules mystiques, tenant un grimoire. Une femme dans l'ombre regardait aussi la scène. Tout ce que je pouvais voir d'elle était son sourire d'un blanc éclatant qui ne la quittait pas, ainsi que sa silhouette féminine et fine. Une idée me vint en fouillant dans la conscience d'Old Jay: je saisis la grille en passant mes doigts à travers les trous pour les accrocher, avant de la faire vibrer de plus en plus vite, jusqu'à ce qu'elle se décolle du mur.

Je la reposai doucement sur le côté, contre le mur. J'en avais profité pour faire disparaître mes vêtements super-héroïques magiquement, puis les faire réapparaître sans aucune saleté ni odeur, et sortis lentement à quatre pattes sans me faire remarquer. FAUX! Des jambes violettes apparurent devant mes yeux, j'étais encore sur mes genoux, les mains au sol.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avant que Jay Garrick ne se relève, Orgueil, dont les jambes violettes appartiennent, saisit l'intrus par le cou et le met debout, avec son air méprisant habituel sur le visage. Son expression dit très clairement: s'il y avait un cafard à taille humaine, ce serait toi. La femme dans l'ombre agrandit son sourire en voyant Jay, il va pouvoir se rendre utile pour son plan. Pendant que Batwoman et Barda mettent fin au sacrifice mis en place pour les occuper plus qu'autre chose dans la salle principale, les véritables événements ont lieu dans ce local isolé. En effet, les six péchés n'ont besoin d'aucun sacrifice humain pour revenir, il suffit d'utiliser un mage assez puissante pour détruire le sceau de Black Adam, utilisé pour les sceller dans des enveloppes humaines qui doivent se réincarner au cours des siècles jusqu'à son retour. Malheureusement, la Religion du Crime n'a eu assez de puissance que pour libérer Orgueil, il leur fallait plus d'énergie magique pour le reste. Justement, Flash en possédait bien assez, de la magie divine qui plus est. C'était ce qui lui permettait d'avoir accès à la speedforce, c'est le cadeau du dieu Mercure en personne. Ainsi, le mage canalise cette force durant son invocation, mais Jay parvient à s'échapper malgré la douleur du tel processus. Il apparaît dans la salle où se trouvent ses deux nouvelles amies. Malheureusement, Orgeuil l'a suivi et compte bien détruire toute personne voulant l'empêcher de récupérer la pathétique Merveille.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 5 Déc - 12:12
Après que Barda m’eut relevée, je me servais d’une trousse de secours que j’avais toujours sur moi dans les situations difficiles comme celle-ci. Fatiguée par la perte de sang conséquente que j’avais subit, Je ne pensais plus à remercier Barda pour ce qu’elle avait fait pour moi. Je m’avançais alors vers le lieu du supposé sacrifice. Je ne voyais plus ma coéquipière dans mon dos, sans doute était-elle partit devant. Je n’étais pas très au fait des activités de la religion du crime, mais la notion de sacrifice humain me paraissait étrange, même pour des fous. Quand j’arrivais dans la salle, je voyais un groupe de personnes cachés sous des robes rouges. Les mains en prières, récitant je ne sais quel cérémonie, ils ne bougeaient pas. J’arrivais à pas de fauve, d’une discrétion qui me surprenait, pour découvrir un des pratiquants. Qu’elle ne fut pas ma surprise quand je vis que ça n’était pas une personne qui récitait dans une étrange langue, mais un robot ! Folle de rage, j’arrachais le voile rouge d’une bonne dizaine des robots pour me rendre compte avec horreur que j’avais été bernée par des fous. Les robots provenaient de la manufacture de Wonder City. Un plan parfaitement orchestré pour nous faire tomber dedans. Et pendant que j’étais à me lamenter sur mon échec, ces hérétiques étaient en train de réveiller des forces instables. Je me remettrais en cause plus tard, je dois aller retrouver Flash.  Et Barda aussi. Mais peut-être est-elle déjà sur ces traces. Elle doit avoir un don pour le trouver où qu’il soit. Moi j’appelle ça le flaire d’une apokolyptienne. Peu importe ce que ça veut dire. Mais où peuvent-ils être ? Comment retrouver une organisation crimino-religieuse ?
Me mettre sur la fréquence de flash était une idée intéressante. Peut-être était-il au bon endroit. Je décidais de pister les traces de résidus de speedforce dans un délai assez récent. Je suivais alors les traces qu’affait mon masque en poursuivant ma route à moto. Par chance, mon intuition concernant Barda était juste : elle cherchait aussi Jay. L’espace d’un instant, l’idée qu’il puisse arriver malheur à Jay me traversa l’esprit : il était seul contre une armée. Peut-être que je m’inquiétais pour rien, mais il fallait qu’on y arrive le plus vite possible.
Arrivée à hauteur de la New déesse, Je l’informais de la situation :
« Je poursuis la piste de Jay. Il est peut-être seul avec la religion du crime à l’heure qu’il est. On devrait se dépêcher si on tient à vouloir casser du méchant, c’est un rapide, il aura tout nettoyé dans deux minutes. »
Je ne savais pas exactement si la santé de Flash intéressait Barda. En revanche, je me doutais qu’elle ne supporterait pas d’arriver après la bataille. C’est dans son sang. Dans sa nature. La réaction désirée ne se fit pas attendre : Elle semblait avoir accéléré avec ses disques flottants. Sans doute avait-elle envie de se défouler. Quant à moi, je suivais toujours la piste de notre ami le bolide. Barda semblait avoir son propre GPS. Nous suivions notre route séparément. Quand j’arrivais devant un bâtiment qui semblait désaffecté où des traces de speedforce s’enfonçaient. Suivis de Barda, j’entrais dedans, tête baissée. L’entrée n’était pas gardée. Sans doute le rituel demandait toute la main d’œuvre nécessaire. Puis au hasard d’un couloir, Jay nous sauta dans les bras, sortant de nulle part. Il était suivit de rats, comme dans les égouts, et d’une  femme grande, violette de la tête au pied.
Orgueil était debout, et ses compagnons ne demandaient plus que d’être à ses côtés.
J’ai fait ce que je n’aurais pas dû faire : me jeter dans le tas, prise d’une rage incontrôlable. J’avais envoyé au préalable des fumigènes aux pieds de la foule. Je sautais par-dessus leurs épaules et envoyais des batarangs électriques aux étourdis pour les clouer. Ceux qui résistaient encore aux fumigènes seraient bientôt aveuglés par le brouillard qu’ils dégagent. Je frappais alors dans le tas, sans me soucier de ce que faisaient mes coéquipiers. Je les avais oubliés. Comment était-ce possible ? Être aussi égoïste à ce point pour oublier qu’on est dans une équipe.  On dirait un joueur de football. C’est très dégradant.
Quand je vis qu’Orgueil était à portée de main, je me jetais sur elle pour l’asséner de coups, mais elle ne subissait aucune douleur. Elle me prit et m’envoya  m’écraser contre un mur. Quelques de mes coupures se rouvrirent, puis je vis allongée sur le dos que la structure peu solide s’effondrait sur moi.
Je vis les gravas s’écraser sur moi sans que je ne puisse bouger. Une tige de fer trop solide s’enfonça dans mon bassin. Aucun organe vital touché, mais la douleur est là. Je suis bloquée sous ces débris, je me laisse distraire par des cris, des bruits. Je m’endors. Mais avant de fermer les yeux, j’attrape une capsule que je brise dans ma bouche. Peut-être n’ai-je pas de chance de survie, Mais j’aurais tout tenté au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 7 Déc - 20:05
Barda vit pénétrer dans la salle Jay mais constata qu'il était suivi. Une femme vêtue de violet qui semblait être la super méchante et déterminée à accomplir son dessein par tous les moyens fit en effet son apparition à son tour. Cependant, Barda était bien plus déterminée à démanteler cette secte et savait de toute façon qu'elle aurait le dessus. Les vilains de Gotham, du moins pour la plupart, paraissaient bien pâles aux côtés du tyran d'Apokolips... Mais avant d'avoir pu esquisser le moindre geste, Batwoman se jeta dans le tas, sur la femme en violet et ses sbires. Et elle la vit se faire jeter violemment contre le mur. Sans perdre plus de temps, Barda se lança elle aussi dans un affrontement contre la garce. Autant y aller franchement et la neutraliser au risque de voir ses coéquipiers avoir plus des soucis. Mais ces derniers pourraient se débrouiller, elle en était sûre.

D'un coup magistral de sa Mega Rod, elle fit tomber à terre celle qui se nommait Orgueil. Ça, ça l'atteignait douloureusement au moins. Mais d'un vif regard vers Batwoman qui était à terre, Barda vit un tas de fracas s'effondrer sur elle. Courant vers elle le plus rapidement possible, elle dégagea deux puis trois puis quatre pierres et retira délicatement la barre de fer s'étant enfoncée au niveau du ventre. Elle porta sa collègue sous les bras et jambes et alla la déposer plus loin. Mais son attention devait se reporter sur Orgueil à présent. Elle continua l'affrontement en s'élançant sur elle et en lui infligeant une bonne droite, la refaisant tomber en arrière. Avec ça, elle laisserait le speedster tranquille et allait passer un sale quart d'heure sous les poings de la championne d'Apokolips.

Faisant balancer son arme de droite à gauche pour virer de son chemin la dizaine de rats qui se mettaient en son travers, Barda ne perdait pas de vue la femme. Quand elle fut pleinement en face d'elle, constatant qu'elle avait réussi à se remettre debout, Barda la fixa et fronça les sourcils. Elle était réellement mécontenté de la situation. Cette femme ne se prenait vraiment pas pour rien. Mais la Néo-déesse mangeait des pires qu'elle au petit-déjeuner. Sans effort, elle attrapa sa cheville après s'être baissée et la retourna d'un coup sec. Tournant autour d'elle, elle remarqua à quel point elle paraissait misérable puis donna un high kick à un sbire arrivant par derrière. Elle reposa ses deux yeux bleus sur la femme par terre et projeta sans pitié sa Mega Rod sur son visage. C'était une sorte de coup de grâce de la part de Barda.

C'était un amuse-bouche pour elle tout cela. Mais qu'en était-il de Batwoman et de Jay, s'en sortait-elle? Et lui?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 18:50
Orgueil en a pris un coup, surtout au niveau de son amour- propre. Perdre aussi facilement face à une crevette dans le genre de Barda lui donne la nausée, au point qu'elle vomit un mélange de sang et d'autre chose qu'il ne vaut mieux pas décrire. Elle se relève lentement malgré le coup au visage avec l'arme Apokolipsienne et tous les autres avant, titubant vers la néo-déesse en se tenant le ventre avec son bras. La douleur est insupportable dans chaque recoin de son corps, et pourtant, rien d'autre que l'orgueil et la vanité la porte sur ses jambes tremblant.

"J... Je ne peux pas perdre... Jamais... Face à personne! Un seul homme, UN SEUL! Mais pas toi sale chienne!"

Elle poussa ensuite un hurlement qui fait fuir toutes les bêtes aux alentours et frémir la peau de chaque citoyen de Gotham. Jay faillit s'écrouler. Une puissance sans commune mesure vient de booster immédiatement la démone qui fonce vers son adversaire avec un regain de santé. Elle fait appelle à son don unique (chaque péché ayant le sien propre) qui se résumait à "devenir plus forte que son adversaire", quelque chose qui la mettait au-dessus de tous les péchés réunis. Elle devient ainsi trop rapide pour que les membres de Barda puissent esquiver, enchaînant les coups de poings avec une incroyable vitesse, même pour la New- God. Pour cette dernière, Orgueil n'est plus du tout la même, totalement méconnaissable. Toute riposte est impossible, et elle n'arrête en aucun cas de frapper, pas avant que Barda ne s'écroule finalement vaincu et assommée. La démone cesse ses attaques quand le corps de son adversaire reste inerte et s'avance vers Jay avec une lueur féroce qui augmente sa nervosité.

"Je ne te laisserai pas m'emmener!"

Le jeune speedster tourne autour d'elle à vitesse super sonique, formant une tornade qui fait danser les cheveux d'Orgueil comme d’innombrables serpents prêts à l'attaque. Avant que la tornade ne devienne réellement dangereuse, la démone tend le bras brutalement vers Jay en prévoyant sa trajectoire et saisit son cou en serrant de plus en plus fort. D'abord, le garçon bat des jambes à toute vitesse, mais la perd de plus ne plus, à mesure qu'il perd connaissance, avant de tomber dans un sommeil forcé. Batwoman est la première à être tombée, puis Barda et enfin le speedster. Plus rien ne l'empêche de retourner dans la salle où se trouve ses camarades pour enfin les faire revenir. Elle ne voulait pas obéir à cette femme pâle comme la mort, mais si elle ne le fait pas, elle la renverrait dans sa sordide enveloppe humaine. Chose qui la dégoutte bien plus que la servitude. Au moins, elle a toujours une chance de s'en sortir dans l'avenir, au moins parce qu'un humain ne vit que fort peu de temps. Ainsi, la démone jette le speedster devant le mage qui recommence la cérémonie.

Au bout d'une heure, qui fut une éternité de torture pour Jay, les péchés sont libérés. Le premier à s'éveiller fut Envie possédant le don de détruire les aptitudes qu'il jalouse, puis Luxure qui peut augmenter les désirs déjà présents chez chacun à un point où toute inhibition devient impossible (il possède aussi quelques sorts d'illusion à son actif), puis Gourmandise qui peut aspirer l'énergie vitale de toute personne qu'il touche, puis Colère qui a une taille proportionnelle à sa rage, puis Paresse qui détruit la motivation de toute personne le regardant dans les yeux au point de la rendre amnésique partiellement, et enfin Avarice qui possède une dimension de poche contenant quelques merveilles utiles. Ils partent immédiatement accomplir leur mission, leur cible se trouvant à Central City, la ville de Flash deuxième du nom.


A SUIVRE... Ici: http://dc-earth.fra.co/t3020-second-part-on-met-en-place-le-projet-phoenix-dr-fate-stargirl-sentinel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[FIRST PART] "On met en place le projet Phoenix" [Batwoman - Flash I - Big Barda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Spike #02 - A Dark Place [Part. 2]
» [Irving, John] L'oeuvre de Dieu, la part du diable
» [PROJET] XDA Marketplace
» Projet BHNS - Horizon 2015
» notre projet de faire part est il faisable???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-