Boston Mystery [Terra]

Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mar 27 Oct 2015 - 19:56

Le soleil se couche sur la baie du Massachussetts, qui borde la ville de Boston.
Lentement, les derniers rayons disparaissent à l’horizon, achevant une longue et difficile journée de travail pour la majorité des citoyens de la vieille cité.
La plupart d’entre eux se presse dans les transports en commun pour rentrer chez eux, retrouver la chaleur et le confort du foyer avant de profiter de quelques heures de repos auprès de leurs proches ou devant les écrans devenus indispensables à leurs vies ; d’autres s’amassent dans des établissements alcoolisés, bars, pubs ou restaurants, afin de tromper leur solitude ou leur ennui ou leurs soucis dans des breuvages euphorisants, ou dans des mets qui flattent le palais.

Boston est une vieille ancienne, une des plus âgées d’Amérique. Fondée en 1630 sur la péninsule de Shawmut, au fond du Boston Harbor, elle a d’abord abrité des puritains anglais fuyant les persécutions religieuses. Cependant, la cité a rapidement pris un essor important, fondant dès 1636 l’institution universitaire qu’est Harward ; dès 1750, elle compte 15.000 habitants, ce qui en fait la plus peuplée de toutes les colonies.

Une survie aussi longue, une puissance autant imposée jusqu’aux premières heures du XXIe, malgré la crise économique et ses conséquences sociales, impliquent une résistance exceptionnelle de la part de la cité et des générations qui l’ont habité.
Boston est une vieille ville qui n’a jamais cédé d’un pouce, et qui a toujours repoussé toutes les menaces.
Vieille ville – vieux secrets.

De nombreuses histoires et rumeurs alimentent les légendes locales. Si New York bénéficie de ses éternels alligators dans son terrible réseau d’égouts, Boston a également eu son lot de récits terribles, étranges et morbides ; cependant, à la différence des habitants de la Grosse Pomme, ces histoires ne sont guère exportées au-delà des murs de la ville. Boston garde ses propres secrets, jalousement.

Néanmoins, tout secret a ses limites, et certaines histoires ont été quand même colportées ailleurs, jusqu’à venir aux oreilles d’un certain réseau, qui a transmis des informations étonnantes et dangereuses sur la ville.
Depuis des décennies, voire plus, les habitants historiques de Boston savent qu’il ne faut pas s’approcher de la baie une fois que le jour se couche. Même les plus jeunes, les plus aventuriers, ne transgressent pas l’ordre parental, tous étant mus par un réflexe instinctif de ne pas risquer inutilement sa vie.

Oui : approcher la baie une fois que les ténèbres recouvrent Boston, une fois que les derniers capitaines ont quitté leurs navires, est dangereux. Rares sont ceux qui, parmi les imbéciles ayant bravé l’interdit, en sont revenus ; aucun n’a pu conserver sa santé mentale.

Cependant, si cette peur instinctive est implantée depuis des générations dans le cœur des citoyens de Boston, le phénomène tend à empirer.
Depuis quelques semaines, les disparitions augmentent, et touchent même certains badauds qui n’étaient pas sur la baie, mais aux alentours. Le phénomène empire – car il s’étend. Et Boston ne peut l’accepter.

C’est pour cela qu’une certaine noblesse a décidé d’agir, de laisser l’histoire quitter les frontières de la ville pour aller s’exporter – d’appeler à l’aide.
Et Scott Free a répondu.

Toujours en poste au sein de la Ligue de Justice, le Néo-Dieu continue cependant de courir l’Univers et la planète qu’il a choisie comme monde d’accueil pour résoudre les mystères et intrigues qui le passionnent. Les étonnantes disparitions de Boston, le sous-entendu important d’une puissance mystérieuse qui agit ainsi dans l’ombre depuis des décennies, tout cela était trop tentant pour lui : il n’a pu résister.

De ce fait, Mister Miracle se trouve désormais dans la baie du Massachussetts, au milieu des bateaux plus ou moins riches, plus ou moins éclatants ; il attend. Mais pas uniquement l’arrivée de la menace.

Si quelque chose enlève des gens depuis des années, cette chose a besoin d’un repaire : dévorer, détruire ou tuer ses victimes occasionnerait des traces qui n’ont jamais été relevées. Le repaire doit être suffisamment discret et accessible pour éviter tout écueil, ce qui exclue un repaire sous-marin ou un bateau, qui peuvent être impactés par beaucoup d’éléments incontrôlables.
Non, le raisonnement est simple : la chose a un repaire ; et ce repaire est souterrain.

Par conséquent, pour aller visiter la menace qui pèse sur Boston depuis des décennies, Scott a fait appel à une héroïne ayant une forte connaissance de la vie souterraine, et des capacités utiles sous la surface.
Alors que l’obscurité recouvre définitivement Boston, Mister Miracle attend Terra, et il ne peut s’empêcher de sourire en face d’un mystère dangereux. C’est excitant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Mer 28 Oct 2015 - 2:27
Quand elle avait reçu une lettre, Atlee avait été la première surprise. Elle ne recevait jamais de courrier! Techniquement, elle n'était même pas considérée comme une citoyenne américaine donc elle ne payait pas d'impôts alors cela ne pouvait venir du gouvernement. Ses collègues Titans la contactait par courriels ou par téléphone donc ce n'étaient pas eux non plus… Alors qui? Elle ne savait pas du tout de qui il pouvait s'agir. La curiosité l'emportant sur la méfiance, elle ouvrit l'enveloppe pour y découvrir un texte manuscrit rédigé d'une écriture fort stylisée. En gros, on la conviait pour une enquête loin de sa New York d'adoption. N'ayant aucun engagement avec ses collègues ni plans avec sa meilleure amie au monde, elle décida d'accepter. Qu'avait-elle à perdre? Après tout, la missive mentionnait que son expertise du monde souterrain était de mise. Ce n'était donc pas une affaire conventionnelle. C'était quelque chose de spécial et ça c'était plus dans ses cordes.

Parce que bon, on peut être un super héros et faire le travail que les pompiers, la police ou les ambulanciers pouvaient faire. Quelque chose de plus routinier, de moins dangereux mais tout aussi crucial et essentiel. Ceci dit, pour Atlee, le vrai défi résidait justement dans toutes ces choses étranges et inexplicables, ces menaces invisibles qui demandaient plus que ce que le commun des mortels pouvait fournir. Pour la Stratanne, il n'y avait pas de plus noble cause que de mettre ses pouvoirs au service des autres pour assurer le plus de bien possible. Elle ne savait pas trop dans quoi elle s'embarquait mais ça ne l'avait jamais empêché d'agir ou de dormir la nuit. Quand on faisait ce qu'elle faisait, il ne fallait pas hésiter et encore moins se poser de questions. La vie d'autrui pouvait tenir dans une fraction de seconde. Et puis bon, vivre pour l'adrénaline c'est aussi un petit plaisir coupable. Elle finissait par y prendre plaisir à ces situations impossibles dans lesquelles elle se retrouvait.

Le voyage se passa sans incident. Une roche de transport c'est rapide, pratique et confortable : de quoi pouvait-on se plaindre? Et considérant que tant qu'elle n'était pas inconsciente elle pouvait maintenir en vol son moyen de locomotion, elle pouvait dormir et continuer de se déplacer sans risque et sans mal. Ce ne serait pas la première fois de toute façon. Et très certainement pas la dernière non plus. Elle était encore jeune, ce n'est pas comme si elle comptait prendre sa retraite, franchement. Est-ce qu'un super héros avait même droit à la retraite? Ce n,était pas exactement un métier, pour commencer… Il faudrait qu'elle pose la question à sa meilleure amie au monde. Elle saurait sans doute quoi lui répondre, comme d'habitude. Les avantages de connaître la surface et ses subtilités. Elle finirait par s'y faire très certainement. Elle avait encore plusieurs mois de retard en matière d'apprentissage mais elle ne perdait pas espoir. C'était après tout une des qualités premières des super héros ça, ne pas se décourager.

Finalement, elle arriva à destination avec un peu d'avance par rapport à ce qui semblait indiqué dans la lettre. Elle portait son inénarrable costume, sa marque de commerce pour ainsi dire et la roche de transport devint sable pour ne pas encombrer la voie publique. Il faut bien penser aux autres franchement. Elle chercha du regard son contact, l'auteur de la lettre et elle finit par le repérer ou tout du moins, elle se dit que comme c'était la seule personne présente, il était logique de supposer que c'était lui. Sinon ce serait une drôle de malchance quand même. Au même endroit, au même moment… Non il fallait qu'elle garde des pensées positives. Ne pas s'en faire pour rien. C'est quand on commence à voir le mal partout qu'on risque de devenir ce qu'on combat et elle ne comptait pas trahir la confiance des siens, trahir la confiance de Strata. Ce serait une faute absolument impardonnable! Bon, elle décida de se lancer. Au pire, elle aurait l'air étrange… Ce qui ne serait pas la dernière fois non plus!


« Salut! Moi c'est Terra! C'est toi qui m'a écrit la jolie lettre? C'était quand même un long voyage de New York à ici. Je ne suis pas certaine d'avoir tout compris mais… Je suis volontaire pour aider. Mais ça tu l'avais deviné sinon je ne serais pas ici, pas vrai? Est-ce que tu peux me récapituler la situation? J'ai cru comprendre que mon expertise était nécessaire mais je ne sais pas exactement ce qu'on cherche. Parce qu'il y a des tas et des tas de trucs sous terre... »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Lun 2 Nov 2015 - 21:20
"C'est ce qui fait tout le charme du monde souterrain, non ?"

Scott Free sourit sous son masque en se tournant vers Terra. Il l'a aperçue de loin, volant sur son étonnant mode de transport, et a apprécié son sens du détail, et notamment le fait de venir plus tôt que le moment indiqué dans sa correspondance. Un bon point pour la jeune héroïne.

"Je te remercie pour ta venue, ainsi que pour ton a priori positif sur une lettre d'une personne que tu n'as jamais connue. Mon nom de scène est Mister Miracle, mais tu peux m'appeler Scott."

Il avance sa main gantée vers elle, et enlève son masque pour révéler son véritable visage.

"Enchanté."

Son sourire est direct et franc, alors qu'il reprend la parole de sa voix chaude et sympathique.

"J'ai en effet besoin de ton aide, afin d'éclaircir un mystère qui semble hanter cette ville depuis des décennies. Régulièrement, trop régulièrement à mon goût, des disparitions inexpliquées frappent Boston : ceux qui s'approchent trop de la baie la nuit, ceux qui ne sont pas prudents, ceux qui font fi des alertes et de la prudence s'évaporent, sans jamais redonner signe de vie. Et si les élites locales ont toujours fait secret de ces événements, l'augmentation récente des disparitions les a suffisamment inquiétée pour nous appeler ; et nous répondons."

Mister Miracle, debout sur un ponton du port de Boston, se tourne vers l'Océan et ouvre ses bras vers lui.

"J'ai fait appel à toi car je suis persuadé que ces disparitions ont un lien avec les galeries et les caves anciennes, qui soutiennent la structure même de Boston. La seule explication plausible de ces drames est que les disparus sont enlevés et amenés sous terre, grâce aux tunnels implantés sous Boston et qui débouchent dans la baie."

Son regard azur se fixe sur une embouchure du ponton, et son visage se fait soudain plus dur, plus déterminé.

"Il y en a un à proximité."

Scott se tourne à nouveau vers Terra, et remet son masque sur son crâne.

"J'ai besoin d'une spécialiste du monde souterrain : le fonctionnement de la vie sous terre, le fonctionnement des lois de la physique là-dessus, les principes de base pour survivre ; bien entendu, tes capacités surhumaines sont un atout non négligeable. Je comprendrais que tu ne souhaites pas retourner là-dessous, et sache que je réussirais cette mission même sans ton aide. Ne te sens donc pas coupable, si tu ne te sens pas à l'aise ; ce pays est libre, ce monde le sera bientôt aussi, j'espère."

Il fait un clin d'oeil à la jeune héroïne, avant de s'avancer d'un pas décidé vers l'embouchure du ponton. D'un geste ample, déterminé, le Néo-Dieu saute dans le vide, se récupère à la dernière minute au rebord et se projette à l'intérieur d'un tunnel qui ressemble à une conduite géante d'égout, mais qui est bien plus.
Il parvient à l'intérieur d'un endroit des plus troublants, ce qui ne lui plaît guère.


"Hum."

Mister Miracle se relève et s'approche lentement. Ses bottes, faites d'un tissu venu d'un autre monde, sont bien sûr protégées de toute menace bactériologique ou biologique, et le font avancer prudemment. Ses doigts gantés se posent sur l'étrange matière qui glisse depuis le plafond, qui devrait être directement sous le ponton ; mais il est persuadé qu'il y a quelque chose de plus entre ce tunnel et la jetée.

"Etrange."

Les capteurs de sa Boîte-Mère, et sa propre expérience, lui font comprendre rapidement ce qu'est cette étrange matière.

"Organique."

Ca ne lui plaît pas - mais alors pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Mar 3 Nov 2015 - 0:33
Ah ça pour être volontaire, elle était volontaire! Sinon… Elle ne serait pas venue. Elle écouta les explications qu’on lui donnait, ses grands yeux reflétant ses émotions au fur et à mesure du discours de Miracle. Oui elle connaissait le monde souterrain. Celui de Strata en particulier. Ceci étant dit, ce qui l’embêtait c’était que bien… Il n’était pas supposé y avoir de communautés souterraines ici. Ou alors c’était une colonie de petite taille. Ou alors bien… Strata ne s’imposait pas comme la puissance de la sousface, en fait. Il était fort possible que le peuple d’Atlee ait juste laissé des gens se développer en paix pendant des siècles parce qu’être plus avancé technologiquement ne donne aucun droit supplémentaire sur autrui. Il était aussi possible qu’ils ignorent tout d’une possible communauté ici. Ce n’était pas comme s’ils cherchaient à tout savoir.

Tout cela pour dire que malgré une expertise plus que poussée du monde minéral, quand on entrait dans les facteurs géopolitiques et sociaux de la sousface, c’était une autre paire de manches entièrement. Rien qui ne la ferait reculer par contre. Elle en avait vu d’autre. Et le mystère était trop tentant pour ne pas être exploré. Non définitivement, quitte à en souffrir le lendemain, elle se portait volontaire parce que bon, elle en aurait des choses à raconter par la suite! Et puis bon il faudrait plus qu’un dédale de tunnels pour la perdre, franchement. Se retrouver sous terre? Les yeux fermés! Et puis elle n’était pas le genre de femme à avoir peur de se salir ou de se casser un ongle. Initialement elle laissa Miracle ouvrir la marche mais bien vite, elle prit les devant, observant la configuration du tunnel, humant l’air ambiant de temps en temps comme si elle cherchait une odeur particulière.

Elle fronça les sourcils en observant plusieurs sections des lieux avant de générer une légère onde sismique. Le résultat ainsi obtenu sembla la surprendre elle fit signe à son « employeur » de s’arrêter. Non définitivement quelque chose clochait et ce n’était pas que les traces organiques détectées par Miracle. La structure même de ce tunnel ne correspondait pas à ce qu’elle devrait être. Il y avait une légère odeur, presque impeceptible, que les humains associaient à l’ail mais qui était en vérité un piège des plus mortels. De l’arsenic. Dans la composition même des murs, en surface, un minéral à forte contenance en arsenic avait été utilisé et en plus d’être vicieux, c’était hautement inhabituel. Géologiquement parlant, l'arsénopyrite était loin d’être courante dans cette partie des États-Unis. On en avait découvert au Dakota du sud mais pas dans le Massachusetts et encore moins à Boston. Cela se saurait autrement.


« Quoi que tu fasses, ne touches pas aux murs. Il y a peut-être une explication un peu moins étrange au fait qu’on ne revoit pas les gens qui disparaissent. Les parois de ce tunnel ont été volontairement enrichies d’arsénopyrite dont la toxicité est catastrophique pour les humains. Surtout en de telles quantités. Une chose est sûre : ce n’est pas une formation naturelle. De cela je suis absolument certaine.

Le truc organique en revanche… Aucune idée. Je décèle une présence importante de chlorure de sodium, du sel, si tu préfères. Plus étonnant encore, une forte concentration en soufre. Je doute que cela fasse partie d’un traité classique de zoologie en tout cas. C’est super captivant en tout cas. Un mystère, un vrai de vrai! Quand je vais raconter ça à Power Girl, elle aura du mal à y croire! Et mes amis Titans aussi! »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Sam 21 Nov 2015 - 22:00
"Un grand mystère, en effet. Un grand mystère qui est à l'origine de nombreuses disparitions, certainement toutes mortelles."

Mister Miracle apprécie l'enthousiasme et la volonté de la jeune femme, mais il entend lui rappeler les conséquences de leurs étonnantes découvertes. Boston paye, depuis des décennies, un prix très lourd pour de tels événements, et il compte y mettre un terme au plus vite.

"Cette région du monde et cette zone précise ne sont pas connues pour abriter de tels éléments chimiques, Atlee. Comme tu le dis, tout contact avec ces murs et cette étrange chose organique est mortel pour un être humain."

Il pose sa main gantée sur la structure organique, avant de la faire glisser sur les murs. Toujours accroupi, il fixe la structure devant lui, ses yeux d'azur dans le vague à force de réfléchir aux liens entre toutes les informations qu'il parvient à récolter.

"Cependant, mon costume me protège de toute agression."

Scott Free tourne son visage vers Terra. Le mince tissu permet de refléter chacune de ses expressions, et il esquisse un maigre sourire à son attention.

"Et, heureusement, je ne suis pas humain."

Il songe alors que son interlocutrice ne l'est pas non plus. Deux êtres venus d'ailleurs protègent une planète qui a encore de gros soucis avec le principe d'intégrer les races étrangères à son sol.
Au fond, rien ne les oblige à venir ici, à plonger dans les profondeurs d'une cité plusieurs fois centenaires à la recherche d'horreurs qui vont certainement glacer leurs veines ; mais ils demeurent animés, malgré leurs différences et leurs passés, d'une volonté de bien faire, d'aider autrui et de participer à l'évolution positive des Terriens.

Il acquiesce, sans rien dire, à ses propres réflexions et se relève lentement. Il fixe ses doigts, recouverts de l'étrange substance visqueuse, essayant de trouver des éléments pour l'identifier enfin.

"Les élites de Boston n'ont jamais su les raisons et l'origine de ces disparitions. Tout juste savent-elles qu'un certain nombre de personnes s'évaporent en passant ici, et que cela est nécessaire pour la bonne marche de la ville. Ils ont fait, à plusieurs reprises, des essais pour empêcher les badauds de venir ici, et donc stopper les disparitions ; cela a, à chaque fois, entraîné des crises locales, comme des fermetures inopinées d'entreprises fortes, ou des maladies qui frappent brutalement les populations."

Le Néo-Dieu plonge cette fois-ci son regard vers Atlee.

"En clair, Boston pense que les disparitions permettent d'éviter que des fléaux s'abattent sur la ville. Et les preuves présentées ont du sens, ce qui fait ainsi penser qu'il y a une Intelligence derrière tout ceci."

Il montre, du pouce, la forme organique qui continue de s'écouler lentement, formant sur le sol un tas étrange.

"Une Intelligence capable de modifier les structures chimiques du souterrain de Boston, une Intelligence capable de répliquer quand la ville ne réagit pas comme elle le souhaite, une Intelligence qui a un grand besoin d'êtres humains. Pourquoi et comment, voici les deux questions auxquelles nous devons répondre avant de l'arrêter."

Les structures du costume de Mister Miracle, conçues par lui grâce à la technologie de Néo-Génésis, font soudainement disparaître les traces d'éléments organiques sur ses doigts.

"Car nous allons l'arrêter, Atlee. Suis-moi."

Il lui fait un signe de tête, avant de se tourner et de s'enfoncer dans les profondeurs du couloir qui s'ouvrent à eux, toujours plus bas sous Boston et auprès des choses qui hantent ces lieux et semblent responsables de tant de drames.
Et alors que tous deux descendent d'un pas rapide et déterminé, plus loin, plus profondément, l'Intelligence qu'ils recherchent et qui déteste toute visite s'éveille - et comprend la présence d'intrus dans son domaine. Immédiatement, les structures organiques qui s'écoulaient lentement depuis le pseudo-plafond se figent, avant de s'animer subitement pour filer sur le sol vers Terra et Mister Miracle. Elles n'ont qu'un seul ordre, ces longues traînées multicolores dangereuses : identifier les intrus, les stopper, les tuer et les faire disparaître ; et elles arrivent bientôt sur leurs cibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Sam 21 Nov 2015 - 23:48
S’il y a effectivement une intelligente malveillante derrière tout cela, pourquoi se cacher alors? Pourquoi ne pas contrôler les élites locales ou se servir des morgues des hôpitaux pour se nourrir voire des cimetières? Ultimement, pour ce qu’elle déduit, les disparus meurent. Sans doute sont-ils dévorés. Il y a des moyens bien plus simples et bien moins tortueux de s’emparer de victimes. Des façons un peu plus directes mais toutes aussi efficaces. Pourquoi ces manigances élaborées? Dans l’absolu c’était pratique pour garder le mystère mais ça ne rapportait rien de bien impressionnant. Et si oui, il leur manquait alors une partie de la vue d’ensemble. Elle comptait assister au meilleur de ses capacités et tenter d’avoir une explication rationnelle. Encore que… Avec les vilains, il y avait rarement une raison rationnelle en dehors de « je peux le faire ».

C’était un peu déprimant à la fin bon sang que de se rendre compte que bien… Malgré un vaste intellect, un individu puisse décider de simplement agir de façon égoïste et de ne pas respecter autrui, de mettre les autres en danger pour une histoire de gains personnels… Jamais elle n’aurait osé utiliser ses pouvoirs de la sorte. Cela ne la motivait que davantage à traquer ceux qui en abusaient et les arrêter. Et là, aujourd’hui, à Boston, elle allait neutraliser une de ces menaces. Elle n’avait pas peur d’être blessée. Elle avait choisi ce métier non? Enfin… Pas exactement mais bon. Elle se comprenait. Elle restait alerte, attentive, elle écoutait Mr. Miracle, hochait la tête à ce qu’elle disait en souriant… Elle était vraiment contente d’être venu. Il n’y avait rien qu’elle aimait davantage que de protéger la Terre et de punir les méchants. Certains disaient qu’elle était masochiste…

Elle allait faire remarquer quelque chose à Miracle quand elle remarqua quelque chose d’anormal. Plutôt que de continuer à s’écouler sur le sol comme elle le faisait depuis tout à l’heure, l’étrange substance organique semblait s’écouler plus rapidement… Et dans leur direction. Pour être bien certaine que ce n’était pas son imagination, elle s’arrêta, laissa Miracle s’avancer de quelques pas et elle nota qu’une partie de la substance se dirigeait vers elle, l’autre vers l’homme qui n’était pas un homme. Elle érigea immédiatement une barrière défensive à l’aide de ses pouvoirs. Cela n’empêcherait pas l’étrange substance de monter par-dessus cette protection de fortune mais elle ne pourrait pas passer en dessous ou au travers. Apparemment, ils avaient suscité une attention particulièrement indésirable qui semblait en avoir après eux spécifiquement.

Ceci dit, on ne triomphait pas si aisément de la géokinésiste la plus puissante qui soit aussi facilement et s’il fallait combattre, Atlee ne serait pas celle qui irait se cacher pour éviter l’affrontement. Elle serait en première ligne et elle gagnerait. Et si elle perdait, elle aurait gagné assez de temps pour permettre aux autres de finir le travail. Après tout, Mr. Miracle n’allait pas rester là à regarder en tant que simple spectateur. Il l’assisterait dans son combat. Enfin… Elle l’espérait parce qu’elle ne pouvait très certainement pas tout faire toute seule, surtout en ne connaissant pas l’ennemi à abattre. Elle était dans le noir là, elle n’avait jamais rien affronté de tel et elle espérait que Miracle avait un plan pour leur éviter d’être les nouvelles victimes de la présence malveillante qui hantait Boston. En tout cas elle n’avait pas l’intention de mourir. Elle voulait gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mar 1 Déc 2015 - 20:41
Mister Miracle n’est pas un homme.
Malgré son allure, malgré sa taille, malgré sa peau et son aspect d’apparence humaine, il diffère grandement de l’Humanité grâce à sa génétique différente et aux capacités spéciales qui en découlent. Comme les Kryptoniens, les Daxamites ou même Atlee, il ressemble énormément à la forme physique classique des Humains, mais la ressemblance s’arrête là.
Les Terriens devraient par ailleurs s’interroger sur cet étrange phénomène, qui fait que beaucoup de races extraterrestres leur ressemblent ; cependant, ils sont encore trop concentrés sur leurs petites vies, sur leurs petits quotidiens et leurs petits conflits pour développer de telles réflexions.

Scott Free a déjà songé à ceci, et a trouvé la réponse ; mais il ne la donnera pas à ses alliés locaux, tout simplement parce qu’il considère qu’eux doivent faire la démarche pour y parvenir, pour que leur peuple évolue vers les sommets auxquels il est destiné.
Cependant, il est bien loin de ces pensées-là alors que son sixième sens, issu des capacités génétiques spécifiques de la race des Néo-Dieux, l’alerte d’un danger à venir.

La substance organique qui coulait lentement depuis le plafond, multicolore et étrange, semble s’être subitement animée et file rapidement vers les deux nouveaux venus dans les profondeurs dangereuses de Boston.
Terra, plus prompte à réagir, a déjà créé un bouclier protecteur grâce à ses pouvoirs extraordinaires. Scott sourit sous son masque, appréciant autant le geste que se félicitant d’avoir demandé à une telle alliée de l’accompagner ; elle a un grand avenir, et il est persuadé qu’elle saura en être digne.

Cependant, il n’entend pas rester passif et donne un ordre mental à la Boîte-Mère pour activer ses propres défenses – et c’est une excellente idée, car la substance engloutit déjà la structure de pierres et de roches de Terra !
En quelques secondes, la substance a accéléré, a recouvert entièrement le bouclier et l’a fait disparaître en le réduisant en cendres. Nul doute que le même sort leur est réservé s’ils ne réagissent pas.

« Atlee. »

Il l’attire à elle en la tirant avec son bras droit, et tous se placent au centre de cet étroit couloir conçu dans les roches et la pierre. La substance se rapproche de plus en plus, fond sur eux comme des flots déchaînés, recouvrant les murs, le plafond et le sol.
La Boîte-Mère obtempèrent à la consigne de Mister Miracle, et une sphère de protection bien ronde et légèrement dorée entoure soudainement les deux surhumains.

« Cela devrait nous faire tenir. »

Le Néo-Dieu affiche un sourire rassurant et confiant.
Qui disparaît dès que la substance se jette sur la sphère de protection, qui commence à céder du terrain.

A sa grande horreur, il se rend compte que la protection mise en place par la Boîte-Mère est
impuissante face au pouvoir dévorant de la substance. Il fronce les sourcils sous son masque, tente de réfléchir mais le temps joue contre lui.

De l’extérieur, la sphère est recouverte de la substance multicolore, boule lisse et parfaite plantée au milieu de souterrains qui ont vu bien des disparitions, bien des malheurs. Les secondes s’écoulent, terribles et lentes, tandis que la substance ronge peu à peu la surface de la bulle de protection.
La substance agit comme un acide, sans remords et sans attendre, pour anéantir toute résistance et continue son entreprise de destruction. Chaque instant la rapproche de ses cibles, chaque battement de cœur brise la résistance ennemie.

Et, soudainement, c’en est fini.
La sphère de protection cède. La substance avale ses dernières résistances. Elle fond vers le milieu de la bulle, prête à dévorer Atlee et Scott Free – mais ils ne sont pas là.

L’Intelligence derrière la substance découvre soudain un flot de sentiments bien humains et désagréables : la surprise, l’incompréhension, l’impuissance, la frustration ; la colère.
Ses cibles se sont évadées.

**
*
**

Quelques instants plus tôt.

« Le bouclier ne va pas tenir. »

La voix de Mister Miracle demeure calme malgré la tension et le danger. Coincé dans ce micro-espace avec Terra, il fixe la structure qui les protège jusque-là et le constat est sans appel : cela ne tiendra pas.

« Nous ne pouvons pas nous battre contre cette chose, et je t’informe d’ores et déjà que je réprouve toute forme de violence, même si j’y suis parfois obligé. De ce fait, je n’entends pas me battre contre cette créature. »

Il s’accroupit autant qu’il peut, et fait glisser ses mains gantées sur la terre à leurs pieds.

« Il va falloir que te tenir à moi. Il va falloir fermer les yeux. Il va falloir retenir ta respiration. Et il va falloir prier la divinité à laquelle tu crois, car nous avons ici besoin d’un miracle. »[/color]

Il reste encore quelques secondes en bas, avant de se relever. Son masque sensible affiche le grand sourire qui glisse sur son visage.

« Cela tombe bien, c’est ma spécialité. »[/font">

Et il pose ses mains sur les épaules de Terra, tandis que la substance détruit les dernières résistances de leur bouclier ; toujours souriant, toujours rassurant.

**
*
**

Quelques instants plus tard.

Bien plus loin dans le couloir, à environ cinq cent mètres de distance. Les murs, le sol et le plafond sont similaires, creusés dans la roche pour qu’un être humain puisse y passer. Tout est calme, silencieux – normal.
Jusqu’à ce que deux extraterrestres apparaissent soudainement au milieu du couloir, se tenant l’un l’autre.

Scott Free rouvre les yeux dès son arrivée, et tourne la tête autour de lui pour vérifier l’endroit ; il ne tarde pas à sourire, et à reprendre la parole d’une voix enjouée.

« Parfait ! Ca a fonctionné ! »

Il lâche Atlee, s’avance vers le début du couloir pour fixer les ténèbres, avant de se tourner vers sa camarade, toujours souriant.

« Nous n’avons que quelques instants avant que l’Intelligence nous retrouve, ou ne relance ses recherches. Je te propose de nous enfoncer plus en avant encore, pour en comprendre un peu plus sur ce que nous affrontons. »

Le Néo-Dieu reprend une marche active et dynamique, avant de s’arrêter et de se tourner vers la jeune fille.

« Hum, une explication serait sûrement une bonne idée, n’est-ce pas ? Je te présente mes excuses, je me perds parfois moi-même. Pour faire simplement, nous étions coincés dans une bulle, sans possibilité de sortir. Notre espace était minuscule, et la substance allait nous dévorer. Plutôt qu’ouvrir un Tunnel-Boum, qui est un canal de téléportation entre un point A et un point B, permettant un passage dit classique, comme traverser un pont pour rejoindre une autre rive, j’ai choisi un autre moyen d’évasion. Le Tunnel-Boum demande un certain espace, ce qui n’est pas présent ici.
De ce fait, j’ai choisi d’échanger deux espaces l’un avec l’autre : nous ne sommes pas allés du point A au point B, nous avons échangé le point A avec le point B. Ici, le point A était toi, l’air autour de nous et moi-même ; le point B était l’air autour du vide à cinq cent mètres plus loin. Presque de la prestidigitation, n’est-ce pas ? »


Il sourit encore, jusqu’à déboucher sur une pente qui fait lentement descendre le couloir qu’ils empruntaient jusque-là. Et son sourire disparaît derrière des sourcils froncés quand il aperçoit la suite de leur odyssée.


« Hum. Je ne m’attendais pas à cela. »

Et si Mister Miracle aime les surprises, en voici une qu’il se serait bien épargnée, au regard des nombreux dangers qui semblent résider ici, et des autres qui vont encore les accompagner jusqu’à la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Mar 1 Déc 2015 - 21:58
C’était la première fois qu’elle voyait un bouclier de roche s’effondrer si vite. Une chose était certaine, ce n’était pas normal et elle n’était pas du genre à apprécier ce genre de mauvaises surprises. Quoi que soit cette substance organique, ce n’était clairement pas natif de ce monde. De la magie? Une technologie extraterrestre? Une expérience ayant mal tourné? Difficile à dire en tout cas et la dernière hypothèse était plutôt bancal au vu de l’historique des disparitions qui remontait à plusieurs décennies. En tout cas elle n’était pas mécontente que Miracle sauve la partie avec sa bulle de protection… Sentiment qui se métamorphosa en incompréhension totale quand l’étrange substance vivante commença à attaquer la protection ainsi créée. Qu’est-ce que c’était que ce truc, cela n’avait rien de normal mais alors là pas du tout!

Sa surprise alla croissant quand elle se retrouva… Bien à un autre endroit, faute de meilleure explication. En fait elle en eut des explications, suffisamment vulgarisées pour qu’elle puisse tout comprendre et tout assimiler. L’essentiel étant, ils étaient en vie et il faudrait faire vite avant que cet étrange gardien ne revienne. Cette aventure lui rappelait un peu ce film de Disney « Atlantide : l’Empire perdu ». Le gardien indestructible et ensuite ils allaient découvrir la… La… Alors ça… La cité perdue, ni plus ni moins. Parce que oui, devant elle dans le lointain, on aurait dit vaguement Minas Tirith mais sous terre. Un peuple de la sousface inconnu de Strata. Possible, très possible, ce n’était pas la police du monde souterrain après tout. En revanche, c’était plutôt hostile comme chien de garde. Elle espérait par conséquent que les habitants du coin étaient un peu moins extrêmes.

Parce que bon… Ça allait mal se terminer cette histoire, sinon. Très mal. Et comme ce n’était pas le genre d’Atlee de provoquer volontairement un massacre en règle, elle ne comptait pas faire quelque chose d’hostile ou qui pourrait révéler leur présence. C’était déjà bien assez étrange comme ça. Qui étaient ces êtres qui semblaient bien décider à ne laisser entrer personne ici et surtout, pourquoi? À quoi cela rimait-il? Oui, Strata interdisait l’entrée à la cité à tous mais en même temps, Strata avait simplement dissimulé son existence. Les Stratans ne tuaient pas ceux qui pourraient découvrir la vérité. Avec la bonne technologie, on leur faisait oublier de petits détails et on les renvoyait sans mal. Jamais le Conseil n’aurait utilisé cette horrible substance vivante! Jamais!


« Et maintenant… On fait quoi, au fait? Parce que je ne sais pas pour toi mais je pense que le nous venons en ami ne marchera pas. Si la substance bizarre c’est le chien de garde des habitants de Minas Tirith la souterraine… Je doute qu’ils seront contents de nous voir. Et je suis une gentille. Je me défendrai au besoin mais je ne veux aucun mal à ces gens. Bon ils ont essayé de nous tuer mais on verra bien pourquoi.

En tout cas je ne connais pas cette civilisation. Strata respecte la vie privée des autres civilisations et donc nous ne sommes pas constamment en train de regarder qui se développe quand, comment et où. Ce serait un peu comment dire… Abuser de notre technologie et se donner un mandat qui n’était pas le nôtre. Dans tous les cas, je sais qu’ils existent et Strata va garder un œil sur eux de temps en temps. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mar 8 Déc 2015 - 20:29
« J’apprécie ton intérêt pour ce mystère, et l’implication de Strata vis-à-vis du monde souterrain. Il est rassurant de se dire que cette planète est dotée de protecteurs en surface, sous-marins, mais aussi dans les souterrains qui sont malheureusement bien souvent oubliés de nos semblables. »

Sa voix est lente, posée. Son regard azur demeure fixé sur l’étrange cité devant lui, qu’ils devraient rejoindre en une petite demi-heure par le chemin tout tracé, qui descend des galeries souterraines jusqu’à cette cave immense et saisissante.

« Cependant, et même si je conviens que l’accueil qui nous sera réservé ne sera certainement pas chaleureux, nous devons avancer et aller visiter cette copie de la Cité Blanche. »

Mister Miracle, à son arrivée sur Terre, s’est gorgé de sa culture et de son patrimoine, autant par passion personnelle que parce que son lieu principal de vie durant l’enfance, Apokolips, en était dépourvu.
De ce fait, il est parfaitement à jour concernant les références populaires, et notamment la grande œuvre de J.R.R. Tolkien. Il fut d’ailleurs comme fou à la sortie des films, et irrita longuement son épouse en passant beaucoup trop d’heures sur Internet, à batailler avec d’autres fans sur la pertinence de tel ou tel choix de Peter Jackson. Même s’il apprécie l’ensemble de ses longs-métrages, surtout les versions longues, il ne pardonnera jamais l’absence de Tom Bombadil – mais ceci est une autre histoire.

« Nous le devons aux Bostoniens encore libres, qui craignent pour leur futur. Et nous le devons aux Bostoniens disparus, dont le sort m’inquiète profondément. »

Jusque-là concentré sur l’étrange figure urbaine devant eux, laissant alors son esprit affuté chercher des indices, des éléments, des clés à ce mystère, il se tourne ensuite vers Terra et esquisse un sourire chaleureux, que son masque sensible reflète immédiatement.

« Par ailleurs… n’est-ce pas une aventure définitivement exaltante ? »

La jeune femme n’a cependant pas le temps de répondre ou de réagir à l’enthousiasme du Néo-Dieu.
Alors qu’ils étaient jusque-là cachés en hauteur, à l’orée du chemin menant à la cité perdue, et certainement trop loin pour être vus par les éventuels habitants de cette ville, les sens surhumains des deux extraterrestres les avertissent d’un danger.

Ils se retournent, et découvrent avec horreur que l’étrange substance multicolore, déjà à l’origine de la destruction d’un bouclier de roche puis d’une sphère de protection, n’en a pas fini avec eux. Elle file, à une vitesse folle, sur le sol, les murs et le plafond vers eux, avide de chair et de destruction, pour laver son honneur de chose et pour faire aboutir les désirs de l’Intelligence qui la contrôle.

Immédiatement, Scott Free saisit l’importance de la situation.
Il sait très bien que leurs forces actuelles ne leur permettent pas de gérer cette menace, et que cette dernière semble trop puissante pour être contrôlée. Il envisageait une visite discrète, secrète, silencieuse de la ville mystérieuse, pour ne pas être détectés par ses habitants et ainsi en apprendre plus sur eux ; le retour de la substance rend cette possibilité caduque.

« Terra… cours ! »

Sa voix, jusque-là si douce et sympathique, se fait plus incisive et autoritaire alors qu’il pousse légèrement la jeune femme, pour l’aider à se lancer. Lui-même se jette à sa suite, avalant rapidement les mètres dans une course effrénée, ses muscles surhumains et son endurance supérieure lui permettant d’aller bien plus vite et plus loin qu’un Humain.

Mister Miracle et son alliée descendent ainsi la pente, se dirigent vers la cité mystérieuse à grands pas. Il met quelques secondes avant de tourner le visage pour voir l’avancée de la substance, et sa mâchoire se crispe alors qu’il découvre l’horreur derrière lui.

La substance s’étend.
Elle recouvre désormais tous les souterrains, le début de la pente menant à la cité mais s’avance aussi sur les murs et le plafond de la caverne. D’ici quelques instants, elle aura recouvert la zone toute entière, et filera également vers la ville étrange.

Un doute, terrible, apparaît alors en lui. La cité et la substance sont liées… n’est-ce pas ? Terra et lui sont partis du principe que la substance était le système de défense de la ville, mais… et si ce n’était pas le cas ? Et s’ils avaient précipité la substance vers des habitants qui s’en défendent ? Et s’ils s’étaient trompés ?

Quelques minutes leur suffisent pour atteindre les portes de la cité, aussi impressionnantes et majestueuses que celles décrites par Tolkien. Aussi près, Terra et lui peuvent alors découvrir qu’il s’agit réellement d’une copie fidèle de Minas Tirith – comme si quelqu’un avait souhaité créer, sous terre, une reproduction de la ville, malgré quelques différences légères.

« Mais c’est… »

Mister Miracle ne peut réprimer sa surprise quand il avise une toute petite porte, à taille humaine, sur le côté, cachée dans les ombres des deux immenses battants. Sans réfléchir, et parce qu’il sait que la substance approche, il s’y précipite avec Terra et débouche… sur une place parisienne typique.



« Ah… ceci n’a aucun sens. »

Il s’arrête au milieu de cette place, se retourne pour bien découvrir derrière lui les hauts murs
médiévaux de la cité. Il est surpris, mais se reprend quand un homme sort d’un bâtiment, vêtu à la mode des années 50, le regard terrifié et fixé derrière eux.



Scott Free se retourne, et assiste, médusé, à la création d’un gigantesque géant, formé par la substance qui décide de prendre une forme humanoïde de la taille d’un immeuble. Elle s’approche alors lentement de la cité, avec une attitude agressive et destructrice.

« Et je refuse de périr lors d’une aventure sans aucun sens. »

Mister Miracle donne l’ordre à sa Boîte-Mère, qui fait apparaître ses Aéro-Disques sous ses pieds. Il charge également ses gants en énergie : même s’il réprouve la violence, ses répulso-rayons peuvent être utiles ici.
Il serre les dents, et se prépare au combat. Il n’a aucune idée de ce qu’il se passe ici, mais cette ville souterraine, d’abord médiévale puis parisienne, est un fabuleux mystère ; et il refuse, absolument, qu’une fichue substance devenue humanoïde la détruise.

(HJ/ J’espère que la folie douce que j’insère dans ce sujet ne te gêne pas. Malgré l’aspect biscornu des rebondissements, il y a un plan et une explication crédibles. En tout cas, je m’amuse beaucoup, j’espère que toi aussi. Smile /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Mer 9 Déc 2015 - 2:24
Elle ne s'adonna pas au noble art de la course, non. Elle conjura simplement une roche de transport pour fuir par la voie des airs. Hors de question de prendre le risque de se retrouver engluée puis dissoute dans cette substance aussi étrange qu'inconnue. Il y avait de meilleures façon de mourir, des façons plus héroïques. Elle était venue ici pour résoudre un mystère, pour protéger les innocents. Pas pour échouer dans sa mission. Elle n'avait aucune idée de ce qui se tramait ici mais c'était probablement une des choses les plus incompréhensible qu'elle ait expérimenté, en revanche. Elle n'aimait pas tourner les talons et fuir. Dans sa mentalité, il fallait affronter l'ennemi, faire rempart de son corps et mourir si nécessaire. Le repli stratégique était un concept nouveau pour elle et encore, souvent elle s'y résignait de mauvaise grâce. Nécessité fait loi.

Pour le moment elle était plus en mode réaction qu'en mode action et ça, ça avait le don de l'énerver. Ce n'était même pas être sur la défensive, c'était simplement subir les événements sans trop savoir quoi faire ou comment réagir. Comment pouvait-on faire quelque chose d'héroïque dans ces conditions? Elle ne comptait pas jouer à ce petit jeu encore très longtemps, ça non. Quitte à tenter quelque chose de radical contre cet ennemi qui refusait de lâcher le morceau… Elle ferait ce pourquoi on l'avait envoyé à la surface. Combattre le mal, peu importe où il se trouve. Elle était prête à en découdre si les gens de cette curieuse ville était hostile et… Et ce n'était pas du tout ce à quoi elle s'attendait. Elle connaissait un peu Paris. Elle y avait été au moins une fois. En revanche, elle ne comprenait pas pourquoi elle était dans un décor lui ressemblant. Pourquoi?

Parce que c'était deux styles complètement différents qui s'affrontaient : le style très médiéval de l'extérieur et tout d'un coup, dans la basse ville, une cassure brutale au niveau architectural. Pourtant, elle avait bien vu les bâtiments pendant qu'elle volait vers la ville. Rien de tout cela ne ressemblait à ce qu'elle voyait ici, ce qui la laissait perplexe, plus encore quand ce curieux personnage habillé à la mode d'un autre âge fit son apparition. Soit elle était soudainement frappée de démence, soit quelque chose de particulièrement étrange était en train de se produire et elle était bien incapable de dire quoi. Mais elle en avait marre d'être une vulgaire spectatrice. Elle en avait plus qu'assez de ne pas simplement tenir sa position et combattre. Cela commençait à bien faire à un moment donné de céder du terrain à l'ennemi, à la solde d'un maître encore inconnu.

Et si cette saleté voulait jouer en traître, alors elle se ferait un plaisir de lui montrer que le monde souterrain est bien plus dangereux qu'on ne le croit. Il existait des choses bien enfouies qui ne l'ont pas été par hasard, des créatures remontant à la nuit des temps qui ne se soumettaient à aucune volonté ou presque, des forces capables de rivaliser en puissance avec des créatures venues d'ailleurs et ayant fait trembler des galaxies. Elle avait besoin de comprendre. Elle ne comptait pas jouer encore longtemps une partie perdante selon la volonté d'un maître de jeu invisible. Ce n'était pas son genre. Et quand on a pour meilleure amie au monde Power Girl, vous finissez par adopter certains traits de son comportement, à commencer par une patience facile à être exacerber. Et considérant qu'Atlee apprenait beaucoup par mimétisme...
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2015 - 18:02
La substance ne cesse de l’étonner.
Jusque-là simple liquide dévoreur, un acide multicolore extrêmement résistant et vivace, elle a modifié sa forme, passant à l’état solide pour épouser une allure humanoïde gigantesque. De ce fait, soit la substance est animée d’une volonté consciente, soit elle est pilotée de l’extérieur par une Intelligence souhaitant absolument détruire ses cibles ; qui semblent être autant Terra et Mister Miracle que l’étrange cité médiévalo-parisienne.

« La première priorité est de protéger les populations. »

La voix du Néo-Dieu se perd dans la fureur sonique des pas fracassants de la créature et dans les cris de terreur d’une population qui se répand comme des flots déchaînés depuis les cafés et bâtiments autour d’eux. Il n’anticipait pas la présence de tant d’habitants de cette mystérieuse ville souterraine, mais une évidence demeure : ils doivent les sauver. Quoi qu’il leur en coûte.

« Tes capacités sont plus offensives que les miennes : je te propose de l’occuper, de faire office de diversion, tandis que tu tenteras de l’arrêter. »

Il regarde autour de lui, découvre tant et tant d’étranges étrangers, terrifiés par l’arrivée de la substance multicolore soudain solide. Les cris sont trop nombreux, les paroles trop fortes, mais quelques mots se laissent entendre, et il semble bien que les citoyens de cette enclave aient craint depuis longtemps l’arrivée d’une telle menace, qui fait pour eux office d’apocalypse. Il conviendra d’enquêter sur cela plus tard, quand le danger primordial aura été jugulé.

« Avoue-le… »

Scott Free se tourne vers la jeune femme, et esquisse un sourire d’enfant que son masque sensible reproduit à la perfection. Un éclair d’aventure et de folie douce brille dans ses yeux d’azur.

« Tout ceci aurait été bien ennuyeux sans un gigantesque monstre de liquide-solide multicolore à combattre. »

Il ne la laisse cependant pas répondre et s’élève soudain au-dessus du sol grâce aux Aéro-Disques présents sous ses bottes.
La gravité ainsi défiée, puis vaincue, le Néo-Dieu file vers la créature, qui n’est plus qu’à deux pas de géants de la cité inconnue. Si sa forme demeure humanoïde, son crâne n’a intégré ni yeux, ni bouche, ni nez, de sorte qu’aucune expression n’est présente sur cette immensité gélatineuse qui, en forme solide, ressemble à une gigantesque pâte de fruits maléfique.

Volant au-dessus de son adversaire, Mister Miracle réfléchit au meilleur moyen d’agir, cherchant d’abord un point faible et ensuite une possibilité de s’en prendre à lui sans user de violence. S’il concède, à de très rares moments, l’utilisation de tels moyens pour parvenir à ses fins, il demeure fondamentalement un pacifiste, qui ne supporte guère la brutalité dans
toutes ses formes.

Finalement, après deux tours complets du géant de substance, qui a fait un pas vers la cité et n’est donc plus qu’à un autre pas d’elle, Scott Free se lance.
Ayant chargé ses gants avec l’énergie nécessaire, il envoie deux rafales d’énergie dorée vers le sol, creusé soudainement un sillon puis une tranchée importante dans la terre. Les tirs durent quelques instants, avant qu’il ne cesse sa démarche pour observer le résultat ; une fois la fumée évacuée, il découvre avec satisfaction que cette tranchée est profonde de plus d’une quinzaine de mètres, et largue d’une vingtaine. Cela devrait suffire pour bloquer l’ennemi, ou au mieux le faire chuter et ainsi l’immobiliser.

Cependant, il n’entend pas en rester là. Continuant de filer autour de la créature géante, il glisse entre son bras droit et sa hanche avant d’envoyer vers elle deux éléments tirés des multiples poches de sa combinaison.
Le premier élément est un scanner, en communication constante avec la Boîte-Mère, qui lui permettra d’en savoir plus sur l’origine et le fonctionnement de la substance. Le second est un dispositif conçu après avoir observé les armes volées à Victor Fries et Leonard Snart : une bombe cryogénique, qui devrait givrer, glacer et immobiliser la substance pour un temps.

Du moins, si tout se passe comme prévu.
Ce qui n’a absolument pas été le cas depuis le début de cette aventure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2015 - 22:02
Étape une : renforcer des défenses déjà existantes. Il fallait faire en sorte de s’assurer que la créature aurait du mal à passer cette fois. Atlee recouvra donc la cité d’un énorme dôme de roche à la consistance si dense qu’il faudrait plus que juste un acide pour passer au travers. Il faudrait plusieurs secondes pour digérer cette nouvelle protection minérale ce qui permettrait de trouver un nouveau plan… Si jamais les choses tournaient mal. Ceci fait, elle se tint sur le dôme et projeta plusieurs dizaines de pointes rocheuses sur la mystérieuse apparition pour faire distraction. C’était bien ce que Miracle avait demandé non? Et elle comptait bien lui donner le temps qu’il fallait pour mettre son propre plan à exécution. Et quand elle le vit faire cette énorme tranchée, une autre idée lui vint en tête. Elle contrôlait le monde minéral. Elle pouvait le plier à sa volonté.

Elle pouvait ouvrir le sol en deux et faire tomber cette chose vers le centre de la terre et dans la lave s’y trouvant. Ainsi, même si elle survivait, il lui faudrait un long moment, des jours, des semaines peut-être, avant de s’en sortir. On ne perce pas la croûte terrestre comme on fait s’effondrer un bouclier de roche. C’était une solution plutôt efficace à bien y penser et c’est ce qu’elle fit, regardant le monstre de roche chuter avant de refermer la brèche ainsi créée. Après tout, elle ne voulait pas que les gaz accumulés au centre de la terre ou une coulée de lave ne vienne tourmenter davantage les habitants de la mystérieuse ville. Le danger passé, ou tout du moins elle le supposa, elle retira le dôme de roc qu’elle avait déployé au-dessus de la ville rendant ainsi la lumière aux habitants de la ville parce que quelque chose de parfaitement opaque ne laisse passer aucune lumière.

Il restait à comprendre qui étaient ces gens. Pourquoi avaient-ils reproduit d’abord une cité fictive puis un décor terrien. Pourquoi cet habillement d’un autre âge, aussi. Tant de questions et si peu de réponses, pour le moment… Il fallait en avoir le cœur net. Elle retourna dans la ville sans attendre Miracle et elle se retrouva devant une foule qui ne cessait de croitre et qui la regardait bizarrement. Mais ça… Elle était habituée à ce phénomène. Tout le monde la regardait bizarrement. Ou presque. Il fallait donc essayer de se montrer sous un jour favorable et de ne pas faire peur à tout ce beau monde. Offrant son sourire le plus sympathique à ces gens, elle prit la parole d’un ton très… Atlee. Autrement dit, bruyant et surexcité. Parce qu’autrement, cela n’aurait pas été digne d’elle, pas vrai? Elle avait une réputation à défendre quand même. Une image, tout ça.


« Bonjour! Moi c’est Terra, je suis une super héroïne de la sousface envoyée à la surface pour défendre le monde et lui c’est Miracle mais il est capable de se présenter tout seul. On cherche des gens disparus et on essaie de comprendre pourquoi est-ce que les gens disparaissent sur les quais de la ville la nuit. Est-ce que vous pouvez nous aider? Et accessoirement, c’est quoi la grosse gelée moche au juste? »

Ce n’était pas très protocolaire mais ça… Ce n’était pas dans sa description de tâche. Atlee disait ce qu’elle pensait, elle s’exprimait sans censure et en toute honnêteté. Les gens semblaient se demander ce qu’ils devaient répondre et Miracle devait aussi se demander pourquoi est-ce qu’elle ne l’avait pas laissé introduire le duo. Tout simplement, devant un mystère, Terra s’excitait rapidement et donc elle débordait d’énergie qu’elle se devait de dépenser et parler pouvait aider dans une moindre mesure. Au moins elle n’avait sorti aucun cliché du genre « nous venons en ami » ou assimilable. Autrement qui sait, ça aurait vraiment pu frôler l’incident diplomatique… Involontaire, bien sûr. Jamais Atlee ne chercherait à faire le mal volontairement. Jamais. Ce n’était pas dans sa nature et ce n’était pas près de l’être non plus. Restait à voir la réaction générale de la populace...
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Lun 14 Déc 2015 - 18:26
La substance ne peut se défendre face à l’action conjuguée de Terra et de Mister Miracle. Si ce dernier est parvenu à lui envoyer un mini-scanner et une bombe cryogénique, dont l’effet apparaît et grandit rapidement sur l’aspect humanoïde de la créature, la jeune héroïne n’est pas en reste, et parvient à obtenir presque à elle seule la victoire.
En effet, alors que la chose ennemie avait bel et bien chuté dans la tranchée créée par le Néo-Dieu, l’inspiration géniale d’Atlee de l’envoyer dans les profondeurs de la Terre permet de se débarrasser définitivement de cette menace.

Gênée par la glace qui ronge peu à peu son corps, la substance ne peut réagir à temps et suffisamment pour éviter la chute ou se retenir aux roches autour d’elle. Si elle disposait d’une bouche, ce qui n’est guère le cas, elle aurait certainement crié son désespoir et sa rage de ne pouvoir obtenir ce qu’elle souhaite, à savoir la destruction de l’étrange cité et de ses habitants.

Atlee et Scott ont donc réussi à vaincre l’adversaire, ce qui fait apparaître un large sourire sur le masque sensible de ce dernier.
Volant toujours au-dessus du sol grâce à ses Aéro-Disques, satisfait, il ne voit pas tout de suite que Terra part directement au contact de la mystérieuse population, mue certainement par une curiosité débordante ; il apprécie ce trait de caractère, lui-même rongé par une avide envie de tout apprendre et connaître, mais il aurait préféré qu’elle fasse acte d’un peu plus de prudence. Après tout, ils ne savent rien de cet endroit, et il n’a pas oublié l’objet même de leur venue ici : de nombreuses et terribles disparitions, auxquelles cette ville est certainement liée.

Sans un mot, il donne l’ordre mental à sa Boîte-Mère de l’approcher de Terra et de la foule amassée autour d’elle. Si l’amoncellement d’êtres humains aux vêtements datant de plus de soixante ans était encore, il y a quelques instants, affolé par la menace, le calme semble désormais revenu dans les rues de cette petite place parisienne, qui n’a bien sûr rien à faire à l’intérieur d’une cité médiévale souterraine.

« Bonjour. Je m’appelle Scott. »

Il atterrit à côté de la jeune femme, à qui il laisse le soin de les introduire – avec brio, doit-il avouer en constatant qu’elle évite les clichés et les facilités auxquels ce genre de rencontre pourrait pousser.
Cependant, malgré leur bravoure, leur discours et leur sympathie affichée, les deux héros ne reçoivent rien en retour. Ni réponse, ni mouvement ; la foule est fixe, immobile, comme figée dans le Temps et l’Espace.

« Place ! »

Une voix, cependant, vient briser cette unité silencieuse. Une voix provenant de l’arrière de la foule, qui semble s’approcher rapidement.

« Place ! »

La populace est soudain fendue par un être à l’allure surprenante, même pour cet endroit.


Un vieil homme, à la barbe blanche épaisse, vêtu d’une longue cape et d’une sorte de bonnet. Il impose de suite le respect, voire la crainte, du fait de l’étrange lueur de puissance dans ses yeux. Il met immédiatement mal à l’aise les deux nouveaux venus.

« Au nom de Néo-Avalon, je vous remercie de votre action contre les forces de Mordred et vous souhaite la bienvenue. Je suis Merlin. »

Volontairement, il laisse un petit temps de silence, comme pour permettre aux visiteurs de comprendre la portée de ses paroles et leur sens. Il reprend de suite après.

« Je suppose que vous êtes les Elus chargés de renverser Mordred et de rétablir la Lumière dans le Royaume. Suivez-moi. »

Merlin se détourne alors d’eux, et marche d’un pas assuré sur leur gauche, fendant une foule qui demeure silencieuse mais regarde désormais Atlee et Scott comme des apparitions divines, ce qui n’est en rien agréable.
Le Néo-Dieu hésite un instant, avant de se lancer et de suivre leur étrange hôte, notant de nombreux éléments qui ne lui plaisent guère. Il attend que sa camarade arrive à sa hauteur pour lui murmurer quelques mots.

« Prends garde. Nous ne sommes pas en sécurité. »

Merlin les mène finalement à quelques mètres, dans un café parisien typique dans lequel il pénètre tranquillement. Mister Miracle le suit, et tous s’installent autour d’une table classique dans ce genre d’endroit ; ouf, il craignait encore devoir faire face à une mauvaise surprise.

« Bien, commençons directement. Quand vont venir les troupes ? Quand la Surface mènera-t-elle le combat avec nous ? Qu’en dit le Conseil Secret, qui siège dans les hauteurs et règne sur l’Empire Bostonien ? Bref, quelles sont les nouvelles ? »

« Hum… »

Scott est surpris par une telle tirade, qu’il n’a pas anticipée et auquel il n’a pas encore de réponse. Il hésite quelques instants, avant de se reprendre dans un sourire amical.

« Je crois que l’instant est bien choisi pour vous révéler la vérité, Merlin. »

Il se tourne vers Atlee, lui fait un signe de tête comme s’ils savaient tous deux ce qu’il allait dire, puis regarde à nouveau Merlin avec un regard perçant.

« Nous sommes ici pour détruire votre cité et révéler votre supercherie. »

Et rien de plus.
Scott s’arrête là, sourit comme un bienheureux, et laisse Terra et Merlin se débrouiller avec la petite bombe qu’il vient de poser à l’intérieur de ce café parisien typique et silencieux. Il est à espérer qu’il ait un plan, ou bien la suite de cette aventure risque de prendre un tournant encore plus désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Déc 2015 - 20:11
Les choses deviennent encore plus étranges mais à ce stade des choses, Atlee n’y porte plus trop attention, en vérité. Une bizarrerie de plus à mettre sur le compte de cette visite en sousface : après tout, une journée sans un truc inexplicable, c’est une journée tranquille pour la stratanne. Ceci étant dit, Merlin? Ça elle ne s’y attendait pas! Oh elle avait vu le film de Disney, Merlin l’enchanteur! Il était différent du personnage du long métrage mais en même temps bon, c’était un gentil, Merlin. Il avait l’air un peu épeurant mais peut-être que c’était juste à cause de son air sévère. En tout cas, elle ne comprenait rien à ce qu’il racontait. Elle n’était pas venue pour mener une guerre en tout cas, de ça elle en était bien certaine. Peut-être qu’il les confondait avec d’autres personnes, ce n’était pas impossible. Ce serait même logique en un sens.

En revanche, les personnes aux yeux violets ça ne court pas les rues. Peut-être qu’il ne connaissait pas l’apparence des gens qu’il attendait… Mais en tout cas ce n’était ni elle ni Miracle. Ils étaient venus pour élucider des histoires de disparition, ça n’avait donc rien à voir… En tout cas elle décida de suivre Merlin sans trop poser de questions. En revanche, elle en aurait bien eu une pour Miracle parce qu’il lui murmura quelque chose de vraiment curieux. Évidemment qu’ils n’étaient pas en sécurité, à entendre le magicien parler, c’était la guerre ici-bas. Alors une attaque pouvait survenir à tout moment. Logique. Il la prenait pour une gamine ou quoi? Elle était capable de faire attention à sa propre personne franchement! Le trio entra dans un des commerces de l’endroit, un café. Elle n’avait jamais compris le nom de ces endroits. Le café, c’est une boisson…

Elle ne comprit strictement rien à ce que Merlin disait en tout cas. Si ce qu’il avait dit avant était étrange, là ce l’était encore davantage. Mais ils ne commandaient à aucune troupe et à aucun conseil secret! Et sa surprise ne fut que plus grande encore quand elle entendit les paroles de Miracle. Était-il devenu fou? Il fallait calmer la situation avant que ça ne tourne mal parce que franchement, dire au maitre des lieux ce qui se résumait à « on va te casser la gueule » c’est prodigieusement nul comme entrée en matière diplomatique. Et elle n’avait jamais accepté de prendre part à ce plan, elle était venue pour régler le mystère des disparitions, point à la ligne. Il ne fallait pas non plus commencer à la prendre pour une idiote quand même. Elle détestait quand les gens faisaient ça. Ce n’était pas gentil et ce n’était pas poli non plus. Loin de là.


« STOP! Je ne suis pas ici pour faire la guerre ou pour détruire une ville ou quoi que ce soit. Je suis ici pour élucider le mystère de gens qui disparaissent. Si Miracle veut faire ces terribles choses, il les fera sans moi. Je ne donne pas mon accord si on ne me consulte pas. Ensuite, c’est Merlin, Merlin c’est un gentil, comme dans le film. On ne tape pas sur les gentils. On tape sur les méchants. Logique élémentaire.

Et est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer? Quel conseil secret? Quelles troupes? Quel empire bostonnien? Boston c’est UNE ville. Au mieux ses élus pourraient envoyer la police mais pas la garde nationale, encore moins l’armée. Je sais comment ça fonctionne les États-Unis, Power Girl m’a fait étudier un paquet de textes pour m’aider à mieux m’intégrer. Alors est-ce qu’on pourrait s’asseoir et tirer ça au clair une fois pour toute? »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mar 15 Déc 2015 - 20:19
« Tirer ça au clair… l’expression est bonne, Terra. Permets-moi de la garder, et même de l’illustrer. »

Sans rien dire de plus, sans s’expliquer sur ses étranges paroles, qui cadrent si peu avec la voie choisie par le Néo-Dieu pour agir dans l’Univers, Mister Miracle cherche quelque chose dans sa cape et en sort… un disque. Un simple disque, rond, comme les CD-Roms ou les supports musicaux, à l’époque où les clés USB et le partage de données n’étaient pas autant démocratisés.

Et alors que Merlin, mutique et immobile depuis la déclaration brutale de Scott, tente de se lever, un éclair de terreur dans les yeux, son interlocuteur principal lui envoie directement le disque dessus. Ce dernier vient se greffer, presque par magie, sur le torse de Merlin, qui se fige comme s’il avait été électrifié, blessé ou choqué par le simple contact du disque sur son corps.

« J’apprécie les mystères, mais surtout le principe de les résoudre, Atlee. Des disparitions sans aucune trace des victimes depuis des décennies, une cité médiévale semblable au Seigneur des Anneaux sous terre, qui s’avère ressembler à un quartier typique d’un cliché de Paris, avec une foule issue des années 50 et menée par Merlin… non, tout ceci n’a aucun sens. En apparence. »

Mister Miracle se lève et serre les poings. La mâchoire de Merlin se crispe sous une apparente douleur, celle d’un terrible combat qu’il semble mener avec le disque et son propre corps ; derrière le Néo-Dieu et Terra se masse discrètement une foule qui apparaît bien plus agressive que précédemment, mais toujours silencieuse.

« Ceci n’est pas Merlin – car je connais le vrai Merlin. Tout ceci est l’imbrication de nombreuses références populaires, de goûts divers d’une imagination naissante et avide de connaissances et de nouveautés. Nous sommes face à une imagination qui sort de l’enfance, qui découvre l’adolescence… mais comment est-ce possible ? Cela fait des décennies que les disparitions ont cours, et elles sont liées à tout cela, je peux te l’assurer. »

De la sueur coule le long des tempes de Merlin, alors que la foule s’approche lentement des deux inconnus, sans provoquer de réaction chez Mister Miracle.

« J’ai assemblé les éléments, et je suis parvenu à une conclusion très simple : tout ceci est un montage. Une fausse apparence. Un… camouflage. »

La résistance de Merlin cède, et son corps se transforme soudain. Il se modifie, se module, pour finalement prendre une apparence toujours humanoïde, mais entièrement différente.

Spoiler:
 

« Terra, je te présente un représentant de la race extraterrestre des  
Durlans, issu de la planète Durla. Agé d’environ trois cent ans, ce qui correspond à dix ou douze ans chez les Terriens. »


Un rictus de colère glisse sur le visage de « Merlin », alors que la souffrance semble disparaître ; cependant, il reste coincé par le disque, qui fait désormais office de cage invisible pour lui.

« Il y a environ trois cent ans, la planète Durla a été frappée par la Guerre-des-Six-Minutes, une tragédie nucléaire qui a détruit une grande partie de sa population ; elle s’en est cependant remise, et sa population a maintenant une conduite très pacifique. Néanmoins, de nombreuses rumeurs courent sur ce conflit, et notamment la tentative de sauvetage de nombreux enfants avant le drame ; ces enfants auraient été envoyés en navette vers un havre de paix, sans que personne ne sache où ils ont atterri. Ces informations demeurent perdues suite à la disparition des responsables. »

Mister Miracle se retourne, et son regard d’azur embrasse la foule qui serre les poings ; elle hésite à attaquer, buvant à contre-cœur ses paroles.

« Et tout fait sens. Les Durlans, une race de métamorphes comme tu l’as compris, devaient sauver leurs enfants et choisir de ce fait un endroit sûr. Comme Krypton l’a fait, ils ont choisi la Terre pour ses caractéristiques et son isolement des grandes forces galactiques. Les enfants, très jeunes, bébés pour la plupart, sont arrivés ici il y a trois cent ans et ont dû survivre. »

Il fige ses yeux sur certains visages troublés et émus, tout en continuant son discours. Lentement, chaque être présent reprend peu à peu sa forme initiale de Durlan.

« La suite est simple. L’atterrissage a dû tuer les accompagnateurs, les enfants se sont retrouvés seuls. La substance que nous avons croisée a dû être conçue pour les protéger mais elle a pu être endommagée lors du choc initial, les empêchant de quitter ce foyer. Que faire, alors ? Les capacités métamorphes ont dû les aider à éviter la substance dévoyée, pour faire des expéditions en surface – pour se nourrir, malheureusement.
Privés de cadres, de repères, affamés, terrifiés, les enfants Durlans ont grandi en essayant de survivre, et les disparitions de la surface ne sont que leurs tentatives pour se sustenter. Les élites de Boston ont dû y trouver un intérêt, et offrir ainsi des sacrifices pour leur propre profit ; l’apparence actuelle de tout ceci, ce foyer, doit provenir de l’esprit des pauvres victimes. Les Durlans ayant un faible talent télépathique, la multitude a dû se nourrir tant physiquement que psychiquement pour permettre à leur imagination de croître dans un vase clos comme ici.
Avec l’adolescence, leurs pouvoirs se sont amplifiés, ce qui doit leur permettre de dépasser la barrière de la substance et donc de faire des raids plus réguliers. D’où les disparitions plus massives. D’où la crainte des élites de Boston. D’où notre présence ici. »


Le Néo-Dieu pousse un profond soupir, avant de se tourner vers « Merlin ».

« Ais-je tort ? »

Il claque des doigts, et le disque chute, libérant leur hôte. Ce dernier a besoin de quelques secondes pour se reprendre, avant de tousser et de toiser Terra et Scott d’un regard sombre.

« Bel exposé, étranger. Presque entièrement vrai. Rares sont nos visiteurs directs, aucun n’a été aussi brillant que vous. Cependant, il est évident que vous n’en retirerez aucune gloire. »

Le Durlan sort, avec une vitesse exceptionnelle, un boîtier d’une poche, et il appuie sur un bouton. Un terrible tremblement de terre suit immédiatement son geste.

« Nous avons perdu nos tuteurs dès notre arrivée, oui… et nous avons dû survivre, trouvant dans la chair humaine un met bien supérieur aux créatures souterraines. L’Empire Bostonien, comme les Humains aiment s’appeler en surface quand ils complotent pour prendre le contrôle de cette planète, a scellé un accord simple : nous fournir régulièrement une nourriture acceptable, en échange de quelques missions pour eux.
Le Gardien, ce que vous appelez la substance, nous empêche de passer en masse, mais nos meilleurs éléments parviennent à l’éviter. Nous avons assassiné ou enlevé quelques gêneurs pour l’Empire, et avons ainsi réussi à prospérer. Mais il nous en faut plus. »


Le café parisien tremble, et son toit s’effondre pour laisser finalement apparaître, bien au-dessus d’eux, bien au-dessus de la cité médiévale, l’intérieur d’un gigantesque vaisseau spatial, jusque-là invisible.

« Votre arrivée prouve que nos méthodes ne sont plus efficaces. Cette planète… elle regorge d’Humains, au goût délicieux. Ils sont à nous, ils sont pour nous. Et nous allons nous répandre sur eux, sur l’Humanité, disparaissant dans sa population, enlevant encore et encore des inconnus pour les dévorer ! C’en est assez de rester ici, le restaurant nous attend !!! »

Ivre de folie, le Durlan active encore un bouton de son boîtier et ouvre les bras en croix. Ses camarades hésitent, craignent pour eux, mais ne réagissent pas, tandis que la structure qui entoure la cité, et qui s’avère être définitivement une fusée rendue invisible par leur technologie, apparaît et se prépare à sortir de cette cavité pour rejoindre la surface.

« Atlee… »

Mister Miracle agrippe la main de la jeune femme et grimace.

« Nous ne pouvons pas les laisser faire. Je réprouve la violence, mais… nous ne pouvons pas les laisser faire. Es-tu prête ? »

Ce sont des enfants. Monstrueux, mais perdus, obligés de se livrer à des abominations pour survivre. Ce n’est pas, au fond, de leur faute.
Mais ils ne peuvent quand même pas les laisser continuer. Ils doivent agir et les stopper. Quoi qu’il leur en coûte.

(HJ/ J’espère que ce message n’est pas trop pompeux ou explicatif, j’ai trouvé que c’était le moment de tout révéler. J’espère que ça ne te gêne pas. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Mar 15 Déc 2015 - 22:14
Atlee est calme. Très calme. Elle a écouté tout ce qui s’est dit et elle a suivis du mieux qu’elle a pu mais chose stupéfiante, elle est restée parfaitement silencieuse. Et quiconque connait Atlee sait que c’est quand elle ne fait pas de bruit qu’elle est souvent la plus dangereuse parce qu’elle pense. Elle réfléchit. Et comme elle ne réfléchit pas comme un être humain, comme elle a souvent la mentalité d’une adolescente, parfois… Et bien parfois il faut s’attendre à réparer les pots cassés. Et là, alors que ce fou rigole et se gausse, elle se contente de froncer les sourcils. Ce sont donc des méchants, tous autant qu’ils sont. Du coup… Elle a le devoir de les stopper. Tout d’un coup, le grondement du vaisseau s’interrompt pour laisser entendre un autre son : celui du métal torturé. Le petit drôle cesse de rire et il la regarde avec stupéfaction.

Vaisseau extraterrestre, oui, il a été construit avec les moyens du bord soit des métaux tout ce qu’il y a de plus terriens. Et quand bien même, les gens comprennent mal le pouvoir de Terra. Ils pensent que la géokinésie dont elle est tributaire n’affecte que la roche. C’est absolument faux. Terra commande au monde minéral. Roche, métaux, cristaux, tout ce qui est considéré par les humains comme ce troisième « ordre » (animal, végétal et minéral), elle peut le contrôler. Les plaques tectoniques. Les volcans. Le métal. En fait elle adore le personnage de Toph Beifong dans la série avatar parce qu’elle est un peu comme elle : elle commande à la terre mais en plus, au métal. Et même s’il y avait eu du métal extraterrestre, c’eut été de peu d’importance. La composition aurait été sensiblement la même chose. Maintenant, c’est à elle de parler et d’expliquer.


« Oh mais je pense que tu n’iras nulle part, ni toi ni tes amis. Laisse-moi te faire la leçon moi aussi. Je suis la gardienne de cette planète et je combats le mal où qu’il se trouve. Un groupe de personnes qui enlèvent des gens et qui prévoient un génocide? Ça compte pour des méchants. Ce qui veut dire que je vais me faire un plaisir de tous vous brutaliser pour vos crimes. Ça c’est la première chose.

La deuxième chose, c’est que votre vaisseau est en métal. Je peux donc le sentir et là je viens de transformer en une énorme boule de métal chacun des réacteurs de ce vaisseaux et les éléments métalliques servant à le faire décoller, je les ai fusionné en une masse informe et inutile. Conclusion : vous n’irez nulle part. Et ce n’est pas la peine de penser à des tunnels. Je les ai AUSSI scellés. La prochaine fois, réfléchis un peu…

Je ne peux pas parler pour Miracle mais je suis la plus grande géokinésiste qui soit. Et si tu veux jouer au malin, je vais faire s’effondrer suffisamment de tonnes de roches sur cet endroit pour le rayer de l’existence. Première et dernière sommation : rendez-vous ou je vous botte le cul. Comme le disait Duke Nukem : Il est temps de botter des culs et de mâcher du chewing-gum, et je n'ai plus de chewing-gum ! »


Est-ce qu’elle avait vraiment fait tout ce qu’elle avait dit? Oui. Ultra Humanite avait prouvé ô combien elle pouvait faire de dégâts et elle était capable de faire des choses complexes très rapidement. Ce n’était pas de la vantardise. Elle était la meilleure et l’exposé de Miracle et du vilain avaient pris quelques minutes. Du coup… Elle avait eu amplement le temps de se concentrer sur son environnement, de découvrir la supercherie et d’agir. Est-ce qu’elle volait la vedette à Miracle? Non pas vraiment. Elle faisait ce qu’elle avait à faire, c’était bien tout. Ce n’était pas pour la gloire, encore moins pour épater la galerie. Elle avait agi pour sauver des vies et c’était bien tout. Elle n’allait pas laisser les méchants tuer des humains sans défense. Et quand elle aurait fini avec ces vilains extraterrestre, elle irait se charger des traitres de Boston…
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mer 16 Déc 2015 - 20:38
Tous les regards se tournent vers Terra et Mister Miracle quand le vaisseau, qui apparaissait rapidement autour d’eux et du Durlan en charge des opérations, a été agressé par un pouvoir dépassant l’imagination et surtout les plans des personnes présentes. Et si Scott Free n’apparaît pas responsable de ce phénomène, la tirade de sa camarade à ses côtés répond amplement aux interrogations des Durlans – et à ses propres questions.

Atlee, jeune femme à l’allure sympathique, au langage jovial et à l’enthousiasme communiquant, n’est pas pour autant une pacifiste dans l’âme. Elle a à cœur la protection de son monde d’adoption, et le prouve autant par un discours d’une efficacité redoutable, et par des actes qui révèlent un fait grandement ignoré jusque-là : la véritable menace pour les Durlans ne réside pas dans l’individu à la cape verte et au costume bariolé, mais bien chez sa collègue. Les muscles, c’est elle.

« En effet, je ne suis ni géokinésiste, ni la plus grande qui soit. »

Les tremblements autour d’eux… enfin, ceux du vaisseau qui était sur le point de décoller. Par contre, les Durlans rassemblés autour des deux surhumains sont désormais animés d’intenses tremblements, ceux issus d’une peur profonde devant les puissances qu’ils ont osé défier.

« Pour ma part, je suis simplement Néo-Dieu. D’Apokolips. Vous devez connaître, je suppose… »

Le souffle de terreur qui passe dans les yeux des Durlans, qui ont eu accès aux archives de leur peuple dans leur vaisseau initial et ont donc appris les légendes et horreurs associées à la planète du maléfique Darkseid, confirme la connaissance qu’ils ont de ce qu’il est et de ce qu’il peut faire. Un sourire de satisfaction glisse sur le masque sensible de Mister Miracle.

« Bien. Je constate que nous sommes au clair. De ce fait, nous attendons votre complète et définitive soumission. Maintenant. »

Il ne bouge pas. Il n’exprime aucune agressivité, aucune volonté d’en découdre.
Mais la menace est claire, car elle a été parfaitement formulée par Terra, qui elle semble suffisamment révoltée pour faire s’abattre un juste courroux sur les Durlans – et tout le monde peut la comprendre.

Par conséquent, tout être évolué, tout être doué de conscience devrait ainsi comprendre son intérêt, et se rendre avec l’espoir de bénéficier de la pitié de ceux qui passent suffisamment de temps sur Terre pour être impactés par la grandeur d’âme humaine.
Ainsi, la majorité de la foule des Durlans, cette masse silencieuse qui n’a fait que suivre passivement les débats, rejoint ce point de vue et entend mettre un terme à ce conflit. Beaucoup, d’ailleurs, ne sont guère à l’aise avec les pratiques de leur communauté et voient dans cette possibilité de paix, de sanction et de justice la fin d’un long cauchemar, qui n’a cessé de heurter leurs valeurs et les impératifs de la survie.

Hélas, tous ne partagent pas cette opinion.
Et « Merlin », habité par les tracas de mener les siens, rongé par la crainte de les voir disparaître, habitué au pouvoir et au sentiment de supériorité, est bien loin de cet état d’esprit.

Silencieux durant toute la réplique de Terra, inquiet puis terrifié par les pouvoirs de la jeune femme, il est maintenant animé d’une colère profonde envers ces deux visiteurs, qui ruinent ses plans, détruisent son foyer et l’humilient devant les siens. Discrètement, ses poings se serrent, ses lèvres se retroussent, son cœur bat plus vite, et toute raison disparaît en lui ; il ne supportera pas ceci plus longtemps.

« A MORT !!! »

Le cri est guttural, profond, sauvage.
Cependant, le Durlan ne se précipite pas vers Atlee et Scott, mais recule vers l’intérieur du café parisien typique – et débute une transformation terrifiante. Elle ne dure que quelques secondes, mais modifie entièrement la structure même de l’ADN de l’extraterrestre, pour en faire un monstre de cauchemar.


Détruisant le bâtiment, blessant un certain nombre des siens, le Durlan est un dragon terrifiant, qui se propulse derrière vers Terra et son allié. Mister Miracle active directement ses Aéro-Disques et s’élève dans les airs, faisant pleinement conscience à la jeune femme pour survivre.
Il évite ainsi les premiers coups, avant de jeter un œil vers la foule – et il prend immédiatement sa décision.

« Terra ! Je m’occupe de la foule, je l’évacue : même eux ne méritent pas de périr ainsi. Je te laisse ce monstre. »

Pacifiste, non-violent, Scott Free n’est pas pour autant un naïf ou stupide. Il sait très bien que certains êtres sont au-delà de la rédemption, du pardon ; ce Durlan en fait partie. Ses conditions de vie expliquent sa conduite, mais ne l’excusent pas. Et son refus de céder, de se soumettre, justifient les mesures les plus extrêmes pour le stopper. Quoi qu’il en coûte.

De ce fait, le Néo-Dieu se détourne de la Bête et tente de sauver autant de Durlans, terrorisés et perdus, que possible.
Chacun son combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Mer 16 Déc 2015 - 21:55
Pas de pitié pour les méchants! À peine le vilain avait-il changé de forme qu’Atlee était prête à livrer bataille. Elle ne comptait pas le laisser faire du mal aux innocents. À même les débris du café, elle se servit d’une partie de ces derniers pour attaquer la vilaine bête. Elle ne comptait très certainement pas rester les bras croisés à ne rien faire et elle se mit à bombarder l’ennemi avec de la roche. Son objectif : garder son attention pour permettre une évacuation plus facile des lieux. Et apparemment, ça fonctionnait très bien parce que la vilaine bête semblait plus motivée à la croquer et à l’avaler tout rond qu’à se concentrer sur Miracle. Et c’était tant mieux. Elle se mit à courir dans les rues de la ville, disparaissant sous terre pour réapparaitre quelques mètres plus loin, à gauche, à droite, derrière… De quoi enrager ce gamin capricieux.

En fait plus elle l’éloignait des murailles, plus elle avait de chances de l’empêcher de prendre sa revanche sur ses concitoyens. Le vilain la talonnait. Boum. Boum. Boum. Faisaient les pas du monstre. Et tout d’un coup, Boum. Boum. SPLOTCH. Le monstre regarda le sol avant de se rendre compte qu’ils avaient atteint la fontaine de la grande place et qu’il était en train de s’enfoncer dans des sables mouvants. Bah oui quoi. Les trucs les plus simples sont souvent les plus efficaces et l’autre s’était laissé berner comme un abruti. Conjurant un siège en roche, elle s’installa confortablement avant de dire calmement à ce gamin capricieux que plus il se débattait, plus il s’enfoncerait, ne faisant que provoquer davantage l’ire du fou furieux, le faisant s’enfoncer davantage. Il aurait dû voler, pas essayer de l’écraser. Là… C’était trop tard. Enfin. Presque.

Elle lui ordonna de se calmer et d’arrêter d’essayer de l’attaquer malgré tout ou il y aurait de douloureuses conséquences. De TRÈS douloureuses conséquences. Et devant le refus de collaborer de l’autre, elle fit tomber du plafond rocheux deux stalactites qui transpercèrent les ailes du dragon. Elle l’avait prévenu, oui ou non? On pouvait ne pas approuver de la méthode utilisée mais si le vilain s’envolait, ce serait bien difficile de le faire redescendre. Toujours assise sur son siège rocheux, elle reprit calmement son monologue en lui assurant que moins il collaborerait, plus il s’exposerait à des ennuis et qu’on final, ce n’était pas elle qui en ferait les frais. Qu’il avait encore la possibilité de se rendre et que faire la forte tête ne l’aiderait pas. Elle reçut pour toute réponse une bordée d’insultes qui la laissèrent de marbre. Certains méchants refusaient de comprendre.

Elle se contenta donc de le museler avec de la boue en prenant bien soin qu’il puisse encore respirer et… L’autre continua de se débattre et de s’enfoncer pendant qu’Atlee, toujours tranquillement assise, faisait les mots croisés trouvés dans un journal à l’abandon et flottant au vent. Avec qui elle écrivait? Avec un stylo trouvé aussi par terre et récupéré avec une sorte de tentacule rocheux. Quand Miracle arriverait, il tomberait sur cette scène cocasse où Atlee, en général la plus naïve et la plus « immature » du lot, veillait comme une mère sur un enfant particulièrement turbulent. Si l’autre s’était calmé deux minutes pour réfléchir, il aurait peut-être pu changer de forme ou quelque chose du genre mais non. N’en faire qu’à sa tête semblait être sa stratégie de prédilection. Il en faudrait bien plus pour faire réagir Atlee qui, reconnaissons-le, en avait vu d’autres…
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Dim 20 Déc 2015 - 18:36
L'évacuation se doit d'être rapide et efficace.
Ca tombe bien : c'est la spécialité de Mister Miracle.

Tandis que Terra commence à occuper et à s'occuper du Durlan devenu fou, et devenu également un gigantesque dragon rouge incontrôlable, son collègue pousse la foule à s'échapper du théâtre des opérations, et veille à ce qu'aucune victime supplémentaire ne soit à dénombrer. La tragédie des Durlans sur Terre en a déjà trop fait, tout ceci doit cesser - maintenant.

Scott utilise donc toute son expérience et ses talents de Néo-Dieu pour éviter les débordements d'une masse terrorisée, et flotte notamment au-dessus du sol grâce à ses Aéro-Disques.
Il hurle plusieurs ordres, avec un ton sûr et autoritaire qui rassure immédiatement les Durlans dans cet instant de doute et de peur. Il les mène ainsi dans les confins de leur cité médiévalo-parisienne, en espérant que Terra parviendra à stopper définitivement la menace incarnée par leur leader.

Et c'est ce qu'elle fait.

Au bout de quelques minutes, la fureur du combat a disparu, un silence épais et pesant s'est installé dans la ville en partie ruinée, en partie remplie de Durlans terrifiés qui ne savent pas de quoi sera fait leur futur. L'ambiance est sombre, lourde, et le Néo-Dieu n'a pas de mot pour essayer d'aider ou de rassurer ceux qui demeurent encore à ses yeux de monstrueux criminels ; mais qui n'ont pas forcément eu beaucoup d'autre choix.

"Tout est terminé. Tout va bien se passer, maintenant."

Scott esquisse un sourire, avant de s'avancer dans les avenues pour rejoindre rapidement Atlee - qui a réussi à vaincre, dominer et même soumettre le Durlan, maintenant entièrement vaincu et calme. Il ne peut cacher son agréable surprise de la découvrir ainsi.

"Félicitations. Quel travail impressionnant, Atlee."

Il lui sourit également, avant de glisser son visage vers le Durlan. Son air devient bien entendu plus sévère.

"Vous devrez répondre de vos crimes - toi et ton peuple. Mais pas ici, car les Humains ne pourraient pas rendre une Justice équitable ; ils ne seront pas encore prêts à comprendre le désespoir qui vous a poussé à les prendre comme nourriture. Cependant, et je te le confirme : votre planète et votre civilisation ont survécu. Et malgré votre plaisir de manger la chair humaine, ou étrangère, vos gouvernements ont pris la décision de ne plus s'adonner à ce type de pratique. Ici, et là-bas, vous serez donc des criminels."

Scott s'accroupit pour plonger son regard dans les yeux du dragon rouge, le Durlan étant encore trop énervé et fatigué pour reprendre sa forme initiale.

"Vous serez condamnés, emprisonnés ; mais chez vous. Vous allez retourner chez vous, et les responsables de cette tragédie en répondront. Vous, ceux qui vous ont envoyé ici - et les Humains qui en ont profité."

**
*
**

Le quartier des affaires de Boston.
Le jour s'achève, le Soleil se couche, les employés quittent leurs postes pour rentrer chez eux ; leurs employeurs se retirent pour échanger ensemble sur la suite des opérations.


A l'intérieur d'une des principales tours de la ville, dans un étage anonyme, se cache une pièce secrète. Située loin des centres de décision, loin des éléments les plus puissants de l'entreprise qui contrôle ce bâtiment, cette pièce est volontairement mise dans l'anonymat ; de l'extérieur, sa porte fait penser à un cagibi, un débarras, où personne n'aurait l'intérêt ou l'occasion d'aller. C'est là le but de cette pièce, pourtant protégée par les dispositifs scientifiques les plus puissants et développés.
A l'intérieur, une douzaine d'hommes et de femmes sont assis en cercle autour d'une gigantesque table, une seule lampe venant du plafond pour les éclairer. Tous portent un étonnant masque rouge, et tous ont un air grave. L'Empire Bostonien est perturbé.


"Les faits ont été vérifiés et certifiés. La situation est claire : nos alliés extraterrestres ont mystérieusement disparu. Leur Gardien n'empêche plus l'entrée dans leur caverne, et nous avons découverts des traces d'une gigantesque cité qui a également disparu. Cette ressource a disparu, alors que nos plans reposaient dessus. Des suggestions, pour rebondir ?"

Un silence pesant tombe sur l'assemblée. Les regards sont fuyants, les idées pour survivre sont limitées.
Cependant, alors que certains développent des discours pour bien paraître, ils sont pris de cours par une annonce tonitruante et surprenante.

"Oui, une seule : vous rendre."

L'assemblée se tourne pour découvrir, échappés des ténèbres, Terra et Mister Miracle, qui s'arrêtent devant la table. Ils semblent déterminés et sereins, ce qui tranche avec la surprise et l'inquiétude exprimées sur les visages des inconnus ici présents.

"Irrémédiablement, et sans condition. C'est là votre seule chance de finir cette journée en vie, et de ne pas rejoindre les Durlans sur leur planète - dans leurs réfrigérateurs, bien sûr. Il serait temps de goûter aux pratiques qui vous ont permis de parvenir jusqu'ici."

Mister Miracle se tait, et les laisse alors réfléchir et répondre.
Ils doivent se dépêcher, cependant : l'offre ne durera pas indéfiniment, et il sait que Terra ne le supportera pas plus longtemps. La colère guide les deux surhumains, et le vernis de la civilisation risque de craquer si l'Empire Bostonien fait le mauvais choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Lun 21 Déc 2015 - 0:41
Atlee ne prétendait pas être une experte en géopolitique intergalactique ou en droit extraterrestre mais pour elle c’était bien clair : les crimes de ces vilains ne resteraient pas impunis. Si elle ne pouvait pas remettre ces aliens à la justice des humains, elle pouvait s’occuper de leurs alliés humains et ils avaient intérêt à se rendre. Sa bonne nature avait déjà été suffisamment entamée pour le moment. Elle laissa Miracle régler le cas des Durlans mais elle restait vigilante. Si l’un d’entre eux décidait de jouer au malin, il allait se prendre un rocher dans la gueule. À un moment donné, il ne fallait pas abuser de sa gentillesse non plus. C’était une chose d’être une super héroïne, c’en était une autre d’être le dindon de la farce, non mais oh! Il ne fallait pas abuser non plus de la patience de ceux qui sont chargés de vous juger quoi.

Enfin, pas exactement de les juger mais de les remettre à la justice. Techniquement ils auraient pu juger les Durlans mais la notion de circonstances atténuantes était difficile à saisir quand cela implique une planète à des années-lumière de la Terre. Autant dire que les remettre à la justice des Durlans serait un casse-tête de moins et sans doute un excellent moyen d’éviter la crise de nerfs, à force. Elle fut tirée de ses pensées quand elle fut sollicitée pour remettre le vaisseau en état pour que les Durlans puissent rentrer chez eux. Elle était très hésitante sur le sujet : qu’est-ce qui leur garantissait que les vilains allaient bel et bien rentrer chez eux et pas juste se planquer ailleurs et recommencer leurs méfaits? Car la question se posait et pas qu'un peu. Elle ne serait pas complice involontaire d’une vague de crimes, c’était hors de question. Elle était une gentille.

Mais Miracle su écarter ses doutes avec tout le tact et le doigté dont le néon dieu était capable (Oui parce que c’était ce qu’Atlee avait compris. Pas néo mais bien néon et si ce n’avait été dit de la bouche même de miracle, c’était de la bouche d’un Durlan.) et donc elle put se concentrer sur l’autre problème à résoudre, les méchants de Boston. Elle aurait préféré juste défoncer un mur et leur régler leur compte mais Miracle insista pour les capturer tous en même temps, ce qui nécessitait du temps et de la patience. Et justement, quand ce fut le temps d’agir, toute cette bande de rigolos semblait plus prête à essayer de prendre la fuite qu’à se rendre, ce qui était encore plus absurde. Ne réalisaient-ils pas qu’ils avaient perdu? Et pas qu’un peu. Quel que soit leur plan, c’était fini maintenant. En tout cas, à ses yeux, c’était fini. Quelle option leur restait-il? Supplier? Allons donc!

Elle écouta ce que Miracle dit au conseil des vilains mais elle trouvait que ça manquait de… Comment dire… Mordant. Les menacer de finir comme repas des Durlans, ça faisait plus menaces en l’air que sérieux. Alors elle décida de se montrer plus convaincante en utilisant son pouvoir pour invoquer des dizaines de petits épieux minéraux. Autrement dit : on se tait, on écoute le monsieur et on collabore sinon vous allez avoir plein de nouveaux trous pour respirer. Mais menacer, c’est une affaire de méchants! Pas si c’est utilisé CONTRE des méchants. Enfin, dans la logique de Atlee, on ne peut pas vraiment être méchant contre des méchants non? Ou peut-être que si mais non… Non? Enfin bref, elle attendait de voir ce qui se passerait et si elle serait forcée de faire usage de ses pouvoirs de façon offensive… Encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Lun 21 Déc 2015 - 21:13
Leur arrivée a fait l’effet d’une bombe. Leur discours a glacé le sang des personnes assemblées à l’intérieur de cette petite pièce anonyme d’un immeuble d’affaires. Et la menace exprimée non pas par Mister Miracle, mais bien par Terra, tétanise les membres de l’Empire Bostonien.

A vrai dire, aucun n’a bougé depuis l’entrée en scène des deux surhumaines.
Et cela fait déjà plus de trois minutes.

Impatient, tenant rarement en place, Scott Free ne goûte guère ce genre de moment gênant, quand les gens demeurent incrédules et ne parviennent pas à rassembler leurs pensées, à formuler des phrases et des idées cohérentes. Son esprit est vif, supérieurement intelligent aux moyennes humaines, et son naturel le pousse à continuellement sauter d’un sujet à un autre, d’une aventure à une autre.
Le temps semble suspendu dans cette pièce sombre ; c’en est insupportable.

« Le délai s’achève. Vous êtes responsables de votre propre destin. »

Son regard glisse autour de lui, sur l’assemblée immobile et figée ; il n’aime pas ça. Il sent un mauvais coup dans les étranges masques rouges portés par les membres de l’Empire Bostonien, et il refuse de leur laisser l’opportunité de s’enfuir ou de quitter tranquillement ce bâtiment. Leurs dérives ont coûté bien trop de vies et ont bien trop entaché l’âme de la ville.

« Terra… »

A la base, le Néo-Dieu souhaitait demander à la jeune femme d’emprisonner les personnes présentes grâce à ses pouvoirs.
Cependant, avant qu’il ait eu le temps de terminer, un membre de l’Empire Bostonien, celui positionné à la droite de l’homme qui avait discouru avant leur arrivée, sort une seringue de la poche intérieure de sa veste. Trop rapidement pour les deux héros, il s’injecte son contenu et un sourire mauvais glisse sur son visage.

« Notre cause est juste. Boston était le cœur, l’âme et le cerveau des Colonies lors de la Guerre d’Indépendance, mais Washington a tout raflé. Nous ne supportons pas cette injustice : Boston devrait régner sur ce pays, et pas ces lâches à Washington. L’Empire Bostonien n’est pas une vue de l’esprit, c’est une réalité qui s’établira bientôt avec l’aide de dieu… ET AVEC CELLE DE MES POINGS !!! »

Son corps change, se modifie, et des dizaines de muscles poussent soudain dans la structure même de son être.
Le Venin fait son effet.


Désormais gigantesque monstre de chair et de muscles, l’homme se lève et se précipite vers Terra et Mister Miracle.
Cependant, ces derniers n’ont pas survécu aux souterrains de Boston et aux Durlans pour se faire vaincre aussi facilement. Le Néo-Dieu évite aisément la percée du Géant, avant de glisser un petit disque de la taille d’une pièce de monnaie sur son dos ; de gigantesques éclairs d’électricité s’emparent soudain de son corps, le blessant suffisamment pour le bloquer quelques instants.

Le temps suffisant pour permettre certainement à Terre d’agir.
De ce fait, pleinement confiant dans les capacités de son alliée de faire ce qui est juste, Scott Free se tourne vers le reste de l’Empire Bostonien et active un dispositif de sa Boîte-Mère. Un choc psionique et télépathique est immédiatement créé, impactant directement les esprits de tous les Humains ici présents, le Géant étant désormais trop fou pour être touché.

Ainsi, l’Empire Bostonien cède et s’écroule, ses membres vaincus par un sévère mal de crâne.
Cette folle aventure est bientôt terminée ; du moins, si Terra est toujours aussi efficace et exceptionnelle qu’elle l’a démontré durant cette folle équipée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Mar 22 Déc 2015 - 0:47
C’est qu’ils n’apprendront jamais, les méchants? Tant pis pour eux. Il y a plus qu’une façon de neutraliser un adversaire, la mort étant l’une des méthodes pouvant être utilisée. Mais dans un tel cas, ce ne serait pas nécessaire, pas vrai? Non il y avait infiniment plus simple. Plus… Élégant, en un sens. Quelque chose qui n’offusquerait pas les tendances pacifiques de Miracle. Alors que la grosse brute la chargeait, Atlee se contenta de la regarder, impassible, regardant la distance se réduire… Avant de faire apparaitre devant elle un mur de roche si dense et solide que même Superman en aurait eu pour son argent. Dans un « BANG » sonore, la masse de muscles s’écrasa contre ladite paroi rocheuse et si elle n’était pas assommée, elle était au minimum désorientée. Ce qui laissait à Atlee tout le loisir d’agir à sa guise.

Chantonnant tranquillement, elle fit le tour du mur de roche pour souffler quelque chose au visage de la brute qui se retrouva entièrement et complètement paralysée moins, bien sûr, tout ce qui était une action automatique comme les battements de cœur et la respiration. Elle ne cherchait pas à le tuer accidentellement. Et s’il pensait que ce serait aisé de combattre un poison de nature minérale, elle avait encore plus d’un tour dans son sac. En général, les gens développent une résistance aux poisons organiques. Manifestement celui-là n’avait pas développé de résistance à grand-chose. Et s’il voulait jouer au malin, elle avait aussi pris la peine d’emprisonner ses mains et ses pieds dans des blocs de roche qui l’empêcheraient de frapper ou de se mouvoir. Il fallait faciliter les choses aux forces de l’ordre. Ils allaient les remettre à la police, non?


« De ce que j’ai lu, la guerre d’indépendance ça s’est passé il y a super longtemps. Ils sont pas bien ces gens de vouloir changer quelque chose qui s’est produit si loin dans le passé. Au moins on les a neutralisé et on a aussi réglé le problème des vilains de la sousface. Eux non plus ne poseront plus de problème. Du coup, on a sauvé Boston et pleins de gens en même temps. C’est super moi je dis! »

Elle ne réalisait pas qu’il allait falloir tout raconter à la police et probablement mettre toute cette histoire par écrit. Dans sa tête, ils avaient gagné parce qu’ils avaient neutralisé les méchants. Pourquoi se compliquer davantage la vie? La bureaucratie? Elle ne connaissait pas ça. Et si elle avait effectivement connu, elle aurait râlé sur son inefficacité. C’est vrai quoi, pourquoi se casser autant la tête au juste? Les méchants étaient neutralisés, qu’on les enferme et c’est tout. Ces histoires de tribunaux puis de juger et ces histoires de circonstances atténuantes… De quoi donner des maux de crâne mais rien pour aider la justice. Ils avaient le don de se compliquer la vie, les humains… Et pour rien en plus. Il est coupable, qu’on arrête de chercher des raisons à ses actes! Non, définitivement, elle ne comprenait rien à rien à leurs histoires.

« Sinon, comme on a gagné, je suppose que ça veut dire mission accomplie et tout le monde rentre chez soi? Parce que j’ai vraiment hâte de raconter à Power Girl cette aventure. Elle ne va pas en croire ses oreilles. En fait plus j’y pense plus je me dis qu’effectivement, moi aussi j’aurais de la misère à y croire. C’était tellement bizarre… Et tout ça part de disparitions étranges. Il fallait le faire, non? »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/06/2014
Messages : 6690
DC : The Bat - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mar 22 Déc 2015 - 18:29
Beaucoup de choses ont surpris Mister Miracle durant cette aventure.
L’étrange environnement souterrain de Boston, ce Gardien-substance qui leur a causé bien des soucis, la cité Durlan, la présence même des Durlans et leur goût pour les Humains et leur culture, ainsi que l’existence d’une société secrète maléfique à l’intérieur des murs de Boston, nostalgique d’une grandeur ancienne et rêvée ; mais ce qui ne l’a jamais surpris, c’est l’extrême compétence de la jeune femme à qui il avait demandé de l’aide.

Alors qu’il a vaincu les membres restants de l’Empire Bostonien et qu’il se retourne vers Terra, qui a bien sûr vaincu l’ennemi drogué au Venin de Bane, il sourit sous son masque sensible devant l’ultime réussite de son alliée. Etre fier d’elle n’aurait pas beaucoup de sens car ils ne sont guère proches et il n’est pour rien dans sa réussite, mais il s’agit certainement du sentiment duquel il est le plus proche à cet instant.

« Il me semble en effet que nous sommes parvenus à sauver la ville, à régler le problème des disparitions, à renvoyer chez eux des extraterrestres et à renvoyer à la Justice des criminels – Humains et Durlans. »

Scott Free s’approche d’Atlee, esquissant toujours un grand sourire. Plus loin, plus bas, la police de Boston, avertie par les systèmes de la Ligue de Justice, pénètre à l’intérieur du bâtiment pour rejoindre les deux surhumains d’ici quelques minutes.

« Quant à ta question… en effet, je ne m’attendais pas à une telle aventure quand je t’ai demandé de l’aide. Je suis cependant ravi que tu aies accepté, car je n’aurais pas pu réussir sans toi. Merci, Atlee. »

Il se tourne lentement et laisse glisser son regard sur l’assemblée soudain silencieuse et inconsciente de l’Empire Bostonien.
Les prochains temps serviront à exhumer leurs archives et à vérifier les actes dont ils se sont rendus coupables ; cela permettra certainement de lever quelques mystères anciens à l’intérieur de la cité, même s’il regrette que l’âme humaine en vienne encore à de telles dérives pour obtenir un peu de pouvoir, finalement bien inutile.

« Non, je ne m’attendais pas à tout ça… mais c’est le sel de nos vies. Enfin, c’est ainsi que je le vois : je préfère de telles aventures, de tels moments de folie où nous sommes obligés de faire face à de nouveaux dangers, des renversements de situation imprévisibles plutôt que de mener une existence morne, ou de se confronter continuellement aux mêmes menaces. A titre d’exemple, je ne pourrais pas faire comme Batman, qui a dédié sa vie à affronter le crime dans sa cité : même s’il fait partie de la Ligue, il est évident que son action se concentre sur Gotham City, avec les mêmes adversaires, les mêmes types de crimes. »

Le Néo-Dieu plonge son regard d’azur dans les yeux de la jeune femme. Sa voix est douce et mélodieuse, calme et apaisante.

« Je ne suis pas fait de ce bois-là… je ne suis pas un combattant, un guerrier, un soldat, capable de mener une mission spécifique pendant toute une vie. Je
suis un voyageur, un découvreur… un aventurier, dans la stricte appréciation du terme. Et, par conséquent, je ne suis pas surpris par ce qui est arrivé : je l’espérais. C’est quand même bien plus stimulant et rigolo qu’une chasse au criminel dans des ruelles sombres et désespérées, non ? »


Mister Miracle lui fait un petit clin d’œil, avant de se tourner vers la police qui pénètre à l’intérieur de la salle.
Volontairement, il prend sur lui pour s’occuper de tout ça, des papiers, de l’administratif, de l’explicatif. Il laisse ainsi l’opportunité à Terra de partir, et d’éviter de telles tracasseries. Elle a résolu un mystère, sauvé des vies, stopper une communauté souterraine et une société secrète : une belle journée bien remplie, qu’il ne faudrait pas noircir par de la procédure trop longue !

(HJ/ Et voilà, c’est fini ! J’ai beaucoup aimé ce sujet, j’espère qu’il t’a plu aussi. Merci et à bientôt ! Smile /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Déc 2015 - 1:13
Elle n'était pas mécontente que cette histoire se termine et elle ne partageait pas le curieux enthousiasme de son partenaire temporaire. Très franchement, elle se serti contenté de quelque chose de bien plus trivial. Elle n'avait aucun problème à risquer sa vie. Risquer sa vie pour protéger des meurtriers en revanche c'était contre ses principes. On ne protège pas les méchants. On les arrête. Et là elle avait dû les défendre contre quelque chose d'encore plus méchant. Il y avait quelque chose d'étrange dans toute cette histoire mais elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Est-ce qu'en aidant les méchants on en devenait un aussi? Elle espérait bien que non. Chose certaine il faudrait qu'elle demande à sa meilleure amie au monde ce qu'elle en pensait. Ça lui permettrait de mieux dormir en tout cas. Les lois, coutumes et habitudes des humains étaient on ne peut plus complexes et très certainement dépaysantes. Trop de flous, de cas de jurisprudence et d'exceptions…

Elle salua néanmoins ce curieux personnage qui l'avait convoqué ici, loin de son foyer. Enfin… Son foyer natal. Son foyer d'adoption n,était quand même pas SI loin que ça. En revanche, une aventure souterraine… Là elle avait le mal du pays. Il faudrait qu'elle se garde du temps pour aller voir sa famille, pour leur raconter ses aventures, pour passer du temps au milieu des gens qui comptaient le plus pour elle. Et au moins, là-bas, les choses étaient tellement plus simples. Noir ou blanc. Pas de nuances de gris. Pas de questions qui vous donnent mal au crâne. Juste un petit coin idyllique pour une société qui n'aspirait qu'à cela, vivre en paix et en harmonie. Et ça lui manquait. Les humains étaient bien trop complexes pour son goût. Il y avait beaucoup à apprécier chez eux mais leur instabilité rendait l'expérience parfois plus pénible que constructive. Apparemment, c'était génétique. Ils ne pouvaient s'en empêcher. De fait, elle était fière de ne pas être humaine, de ne pas partager ces défauts.

De toute façon, qu'y avait-il de mal à ne pas être humain? Chaque espèce, chaque culture amenait sa pierre à l'édifice, aidait à protéger le monde. Car essentiellement, ils étaient tous dans le même bateau. Si la Terre était détruite, Strata le serait également même si elle n'était pas à proximité des conflits. Ce n'était cependant pas faux de dire que les humains, plus que les autres, devaient y mettre du leur. Elle en avait encore la preuve aujourd'hui avec ces hommes et ces femmes qui avaient conspirés avec des êtres venus d'ailleurs pour leur propre profit personnel. Il n'y avait rien de bien ou d'honorable là-dedans. Il fallait savoir oublier. Pardonner. C'est ce qu'on lui avait apprit. Elle avait de la difficulté à appliquer ces enseignements au fil du temps passé avec ses nouveaux amis et alliés mais elle resterait toujours une « fille de la sousface ». Certains sont plus à l'aise sur l'eau ou sur terre, elle c'était sous terre. Mais bon. Assez philosophé. Il était temps de rentrer à la maison et de tirer sa révérence.

Après avoir salué une dernière fois cet étrange personnage qui l'avait entraîné dans cette aventure, Atlee conjura une roche de transport et repartit vers New York avec la tête pleine de questions plus qu'elle n'avait trouvé de réponse. Il lui faudrait un certain temps pour revenir mais elle y parvint juste avant le souper. Une bonne pizza, un peu de télé avec sa meilleure amie au monde et tout passerait comme un charme. Car c'était ça au fond, la vie d'une super héroïne : ce sentiment de calme et de paix passé avec ceux qui nous sont chers quand l'adrénaline retombe.Le sentiment de la chose bien faite. Le repos du juste. Ça n'avait pas de prix ça, oh que non et elle ne l'aurait troqué que pour bien peu de choses. Toute souriante, elle fit un énorme câlin à sa coloc avant de commencer à lui raconter sa dernière aventure en date à un débit de voix qui nécessitait des capacités surhumaines pour qu'on puisse suivre l'histoire. Mais cela, ami lecteur, c'était une partie intégrante du personnage ça. Quelque chose d'essentiel.

Car malgré tout, la plus grande force d'Atlee, c'était encore son attitude positive et cette innocence qu'elle n'avait jamais perdu.
Revenir en haut Aller en bas
 

Boston Mystery [Terra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boston Mystery [Terra]
» Boston Public
» un mystery sal chez pelintezer
» [chronique] The Mystery Play de Grant Morrison et John.J.Muth
» 16 Décembre 1773: Boston: la Tea Party

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-