Une journée au musée (PV Clark Kent/ Superman) (Terminé)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

MessagePosté le: Mer 18 Nov - 21:03
Atlee avait décidé d’aller faire un peu de tourisme. La surface était si vaste qu’elle se doutait d’avoir assez d’une vie pour l’explorer en entier. Aujourd’hui, elle explorait la ville de Metropolis car elle accueillait une exposition sur le monde minéral. Elle voulait la voir de ses propres yeux car elle avait un intérêt pour toutes les choses se rattachant à son pouvoir. Pour s’assurer de ne pas répéter l’incident de Star City, elle s’était munie d’un guide touristique, elle avait préparé un petit sac à dos et elle avait utilisé une roche de transport pour suivre le trajet qu’elle devrait emprunter. Les gens de la surface faisaient toujours de drôles de têtes quand ils la voyaient assise sur une roche volante. Pourtant, ils avaient des avions, ils étaient habitués à voler… Qu’importe. Elle voyageait comme bon lui semblait. Tant qu’elle restait prudente…

Elle arriva en matinée à Metropolis et elle décida de s’arrêter dans un petit restaurant pour un déjeuner bien mérité. Encore une fois, on lui posa des questions sur ses yeux violets mais à force, elle avait l’habitude. Elle répondit patiemment à toutes les questions, expliqua que c’était sa couleur naturelle et le patron du restaurant la trouva si sympathique qu’il lui donna un croissant chaud qu’elle pourrait grignoter en se rendant au musée. Elle décida d’y aller à pied, suivant son guide touristique et elle arriva un peu en avance. Juste à temps pour s’acheter un billet d’entrée. Elle remarqua qu’il y avait des journalistes venus pour l’inauguration de l’exposition. Des gens d’un journal local et apparemment ils avaient envoyé certains de leurs reporters vedettes pour couvrir l’événement. Atlee était fébrile : elle adorait se promener dans ce genre d’expositions.

Les minéraux avaient tous une signature particulière qui nécessitaient pratiquement un sens supplémentaire pour pouvoir être ressentis. Un peu comme ces héros qui peuvent détecter la magie. Le reportage des journalistes était en train de commencer quand elle commença à se promener au travers des diverses salles… Et immédiatement elle se rendit compte que quelque chose clochait. Ce n’était pas la plus grosse pépite d’or du monde, ça avait la signature de pyrite de fer! Et ce rubis de la taille d’un point? Du verre coloré à base de sable! Se promenant de pièce en pièce elle réalisa l’ampleur de la catastrophe : quelqu’un avait remplacé tous les originaux par des faux. Que faire quand on est dans une ville qui a un héros attitré à la protéger? Vous faites beaucoup de bruit pour l’attirer. Elle se changea en costume de Terra dans les toilettes et couru vers les caméras.


» STOOOOOP! Arrêtez de filmer! Ce sont des faux! Vite! Faites venir Superman! De vils voleurs ont subtilisé la vraie collection! De la pyrite de fer! Du verre coloré et même du plastique! Ce sont des faux! Je suis géokinésiste, je sais de quoi je parle! Je suis une touriste dans votre ville mais je peux vous aider! Superman! Il faut que tu viennes et on pourra brutaliser les méchants et sauver l’exposition! »

Apparemment, les gens du musée n’aiment pas entendre la vérité car à peine avait-elle fini de livrer son message que les gardes du musée l’amenèrent à part et la gardèrent enfermée dans un petit local jusqu’à l’arrivée de Superman.  Elle eut beau protester, on ne voulut pas l’écouter. Pire, on l’accusa d’être la coupable! Alors elle décida de prendre les choses en main et pendant qu’on ne regardait pas elle utilisa ses pouvoirs pour passer au travers du plancher. Ce n’était pas comme si on lui avait donnée le choix. Depuis les événements de Star City, elle se méfiait des arrestations arbitraires. Elle avait eu sa leçon avec les policiers corrompus. Elle se mit ensuite à courir vers la salle d’exposition et elle n’avait pas fait dix pas qu’elle se cognait contre quelqu’un. Et pas n’importe quel quelqu’un. Est-ce un gardien de la paix, est-ce un journaliste? C’est…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 16:33
Une matinée tranquille avec ma femme, c'était tout ce que je demandais. Pour commencer, un réveil des plus tranquilles dans le grand lit qui était le nôtre, la prenant dans mes bras pour sentir sa chaleur le plus longtemps possible. On me prendra sans doute pour un grand romantique, si je disais que malgré toutes ces années, j'avais encore du mal à croire que cette femme aussi belle que forte était mienne. Tout ce temps à l'observer de loin durant mes débuts en tant qu'ange de Metropolis, à la sauver à tout bout de champ surtout, avait fini par payer. Je n'y croyais presque pas. Puis, je la serrais contre moi avec amour et tout devenait bien plus réel à mes yeux. Ce matin n'échappa pas à la règle, le rituel fut accompli à la perfection. Cette fois- ci, ma tendre femme prit la peine d'ouvrir légèrement les yeux en souriant et me rendre mon câlin. Que c'était bon d'être chez soi en ces temps troublés, avec tous ces vilains qui se mettaient tout à coup à devenir plus actifs à travers le monde, comme s'ils s'étaient passés le mot. Sans compter le nombre de défaite des super- héros qui augmentait ce mois- ci, s'en était affolant. J'étais vraiment très inquiet pour mes camarades, espérons que ce phénomène ne cachait rien de plus que de simples coïncidences.

J'aurais bien voulu faire une grasse mat aujourd'hui, c'était notre jour de congé après tout. Mais nous avions promis qu'en échange d'une journée exceptionnelle dans la semaine sans travailler au Dailyplanet, nous nous mettrions tout de même à jour sur nos articles chez nous, pour le lendemain. Ainsi, je quittai le lit un peu dans le brouillard pour aller boire un bon café, me rappelant au passage à quel point celui que je prenais avec Maggie me manquait, avant de m'asseoir devant mon ordinateur portable pour taper mon article. En une heure, tout était plié, fallait dire que j'étais très motivé à retourner au lit. Malheureusement, celle que j'avais en tête de retrouver dans la minute avait fini par se lever et venir se servir aussi son café. Ses cheveux en pagaille, ses yeux à peine réveillés, son air perdu... C'était la plus belle de toutes! Ayant fini, imaginant que Lois resterait bosser le temps qu'il fallait, j'allai me mettre devant la télévision regarder les informations. Pas longtemps après avoir vu un cyclone dans une partie inhabitée du Texas, filmé par un cameraman pour le seul plaisir à mon avis, la détentrice d'un prix Pulitzer s'assit à côté de moi et se pencha pour s'appuyer sur mon bras et mon épaule, afin de suivre ce que je regardais. Malgré une remarque de ma part sur son travail inachevé, elle fit semblant de ne pas m'avoir entendu. Bien...

Elle saisit subitement la télécommande et zappa de manière totalement aléatoire. Je compris qu'elle était juste en train de m'embêter. Elle ne disait rien, car attendait une réaction outrée de ma part. Elle gardait une sorte de calme qui devrait m'exaspérer. Mais si elle savait à quel point j'étais content de la savoir si taquine avec moi après tout ce temps en couple, elle serait très certainement déçue de son petit manège et cesserait. J'évitais de sourire, afin de faire durer le plaisir. Elle s'arrêta finalement sur une chaîne locale, à cause de ce qu'elle diffusait. En effet, on voyait une jeune fille déclarant devant les caméras que les oeuvres du musée étaient fausses...

"Zappe s'il te plaît... Je t'en prie zappe.
- Non.
- S'il te plaît.
- Non.
- Je taperai tes articles à ta place.
- Non.
- Je graverai ton nom sur la face visible de la lune en lettre géante.
- Non.
- Tu auras le droit de porter ma cape pour dormir.
- Je le fais déjà.
- Oui mais... J'en ai une nouvelle..."

C'était peine perdue. Oui, Clark Kent était en congé, mais jamais Superman. Et à présent que j'avais assisté indirectement aux événements du musée, je devais intervenir. Je posai le tissu de la forme du symbole des El sur ma poitrine et attendis que mon costume me recouvre grâce à la biotechnologie Kryptonienne. Ensuite, je quittai mon foyer avec grand regret en direction du lieu de l'incident. La foule s'écarta pour me laisser passer en me voyant arriver. Soudain, la jeune femme vue à la télévision se cogna à mon buste, sans me faire vaciller.

"Attention! Tu vas bien? C'est bien toi qui a remarqué que les oeuvres sont des contrefaçons? Raconte- moi tout, je veux tout savoir en détail. N'aies pas peur de donner des noms, peut- être as- tu une idée des coupable?"

Pendant que je parlais, je la redressai en la mettant sur ses pieds, car elle était tombée. Depuis quand courait- on dans un musée? C'était plus dangereux qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 17:52
Atlee vint pour répondre quand elle se rendit compte que c’était Superman. LE Superman. Un héros dont même Strata avait entendu parler. Les yeux pleins d’étoiles, elle essaya de formuler une phrase cohérente… Sans grand succès. Elle semblait complètement captivée par ce qu’elle voyait. Certes, certes, Power Girl gardait toujours la place numéro un dans son cœur et dans sa tête mais… Superman! Wow… Le moment de béatitude fut interrompu par les éclats de voix d’un des gardiens du musée. Après tout, Terra s’était enfuie de l’endroit où on l’avait mise en détention. Laissant entendre un gémissement plaintif, elle se cacha derrière Superman. Elle n’aimait pas faire des choses contre la loi mais quand elle ne savait pas si elle avait à faire à des gentils ou des méchants… Elle préférait ne pas prendre de chances au cas où ce soient des méchants.

Évidemment, elle dû expliquer pourquoi elle s’était enfuie, argumentant que se faire arrêter sans raisons alors qu’elle venait d’exposer un crime, ce n’était pas une attitude de gentil. Elle ajouta que c’était idiot de vouloir cacher la vérité et qu’elle était convaincue que les faux avaient été remplacés AVANT leur arrivée au musée, ce qui voulait dire que quelqu’un ici était au courant. Tout d’un coup, le directeur du musée, qui était le plus enclin à simplement condamner Terra sous prétexte que c’était une diversion évidente, balbutia qu’il se souvenait avoir un appel urgent à passer et il quitta abruptement le groupe. Sauf que la Stratane n’était pas du genre à lâcher le morceau facilement et elle se jeta sur lui en le traitant de criminel. Pour preuve, il y avait des résidus minéraux coincés dans les coutures de ses vêtements qui prouvaient qu’il avait manipulé certaines pièces.

Et pourtant, le directeur n’aurait jamais dû être en contact direct avec lesdits objets, considérant qu’il faut mettre certains équipements de sécurité pour manipuler des pièces d’exposition. Le fautif eut beau se débattre et marteler de coups Terra mais elle refusait de lâcher sa jambe et bientôt, les gardiens se joignirent à la mêlée pour arrêter le directeur qui venait de passer suspect numéro un. Amateur. Essayer de s’en sortir sur une affaire de minéraux avec Atlee. Il ne savait manifestement pas à qui il avait à faire! Les cheveux en bataille, Atlee se releva en époussetant ses vêtements et le choc « C’EST SUPERMAN! » était passé, elle sautait autour de lui comme une puce surexcitée en demandant un autographe, son arrogante poitrine suivant le mouvement de haut en bas de haut en bas dans un ballet qu’auraient apprécié  part égales Static Shock et Beast Boy.


« SUPERMAN! Je suis trop contente! On a entendu parlé de toi jusqu’à Strata et tu es une inspiration pour moi et je voudrais un autographe et je vais t’aider à résoudre l’enquête parce que moi aussi je suis une super héroïne même si en fait je suis ici en vacances mais c’est pas grave parce que j’adore aider les gens et c’est pour ça que je suis l’élue de mon peuple et la gardienne de la Terre et mon nom à moi c’est Terra! »

Règle numéro un avec Terra : ne jamais laisser de pause dans la conversation. Dommage que Superman n’ait pas été mis au courant car à peine venait-elle de débiter tout ça d’un coup qu’elle reprit son souffle et repartit dans une nouvelle tirade encore PLUS rapidement. Pour en faciliter la compréhension, nous réduirons ici le débit à quelque chose de compréhensible. Pour Superman, en revanche…

« Après pour le crime c’est facile de savoir que ce sont des faux parce que les vibrations ne sont pas les mêmes et c’est sûr que ça a été volé hors du musée parce que certaines pièces sont vraiment trop lourdes pour être déplacées et ça veut dire qu’il faut commencer l’enquête dans l’entrepôt ou les pièces étaient entreposées mais on devrait aussi fouiller le bureau du directeur parce que c’est un méchant et les méchants laissent trainer pleins d’indices! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 18:41
Voyant les gardes arriver, la jeune fille se cacha derrière moi, se retrouvant à s'accrocher à ma cape. Qu'est- ce qu'il se passait au juste dans ce musée? S'ils voulaient faire un spectacle, ce serait plus logique de l'organiser dans un théâtre, et non un endroit de ce type. Certes, ils étaient tous les deux réservés à la culture et l'expression, mais il était établi que ces deux arts se dissociaient totalement. Au moins, la foule semblait apprécier, riant pour les plus audacieux. Quant à moi, je restais stoïque, attendant que les choses se calment d'elles- mêmes. Le principe de la régression vers la moyenne, vous connaissez? En tout cas, il était drôle de regarder une jeune fille pleine d'énergie faire tourner en bourrique une bande d'adultes, ce n'était pas vraiment habituel dans le coin. J'écoutais les explications de cette personne en observant les réactions du directeur. En effet, il avait l'air de cacher quelque chose. Seulement, je ne pouvais l'accuser en me basant uniquement sur les déclaration d'une inconnue, il me faudrait l'avis de véritables experts. Non en fait... Je n'en avais absolument rien à faire, ce n'était pas un travail pour Superman, mais pour la police. Je n'aurais jamais dû me laisser embarquer dans cette histoire.

Alors que l'agitée se jetait sur son coupable, je fis volt-face pour prendre le chemin de la sortie. Toute cette affaire ne me concernait pas, j'étais un super- héros, pas un enquêteur. Retenant mon propre conseil, je marchais lentement vers la porte de sortie, me frayant un chemin parmi les présents. Ils étaient plus captivés par le spectacle que leur offrait les membres du staff du musée, que par ma présence. C'était mieux ainsi, il n'était pas question que j'entre dans leur jeu. Ma femme chérie, ton mari rentre à la maison!
Ce conseil... Il aurait mieux fallu que je ne le suive pas, car à cause de ma lenteur, l'agitée était de nouveau sur moi. Ou plutôt, autour de moi, sautillant au rythme de son hystérie. Combien de fois allais- je faire ça? Décevoir un fan qui en demandait trop... Je n'étais ni une rock star ni un V.I.P., j'étais un simple citoyen de Metropolis qui avait une vie de famille comme tout le monde. Je n'étais pas aussi exceptionnel qu'on voulait bien le croire. Et pourtant, certains me mettaient au rang de modèle, comme si j'étais parfait. Je m'arrêtai finalement pour ne pas la bousculer et la suivis des yeux durant ses sauts. Mes yeux montaient et descendaient au même rythme qu'elle, essayant tant bien que mal de capter ses yeux une bonne fois pour toute, afin de lui dire très clairement de suivre les vigiles qui avaient très certainement beaucoup de questions à lui poser.

Non, la brune ne me laissait pas en placer une. Elle prit à peine une seconde pour reprendre son souffle et relancer la machine à parler. Heureusement que je possédais la super- vitesse, sinon, aucun de ses mots n'auraient eu de sens à mes oreilles. En fait, il aurait été difficile de les dissocier pour former une phrase, c'était comme écouter une personne voulant battre le record du mot le plus long. Finalement, je me penchai doucement en avant, me courbant, et saisis ses lèvres entre mon index et mon pouce, les pressants l'une contre l'autre.

"Je suis sûr que la police sera très intéressée par ton témoignage et tes arguments, j'ai quant à moi rien à faire ici. En réalité, tu devrais plutôt t'inspirer de Batman, c'est lui le super détective et toi, tu sembles être plutôt maligne pour une enfant et c'est très bien! J'espère que tu trouveras le fin mot de cette histoire, je suis sûr que tu en es très capable. Au revoir!"

Je relâchai ses lèvres et quittai le musée par la sortie principale. Je saluais les gens qui m'interpellaient sur le trottoire, en toute politesse. Qu'avait- elle dit déjà? Qu'elle venait de Strata et qu'elle était leur élue? J'avais mémorisé tous les noms de pays de ce monde, aucun n'avait ce nom. Enfin, ce n'était plus mon problème mais celui de la police. Si elle décidait tout d'un coup de démolir des immeubles, je reviendrais la voir pour faire plus ample connaissance. Je m'envolais en partant en direction de chez moi, sur le point d'entrer en super vitesse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 19:49
UNE ENFANT?! Mais elle avait vingt-six ans quand même! Et comment ça, la police! Il n’écoutait pas quand elle parlait ou quoi? Elle avait mentionné des pièces lourdes. Cela pouvait sous-entendre des super vilains! Mais il fallait tout leur dire ou quoi? Et Batman? Non Batman il faisait bien trop peur! Pourquoi il ne voulait pas aider avec l’enquête? Ça ne ressemblait pas au Superman dont on parlait à Strata ça! Elle devrait donc le convaincre de rester et de l’aider. Elle essayait de se rappeler tous ces textes qu’elle avait dû se farcir sur la justice humaine, après l’incident de Star City et après un effort surhumain, elle parvint à se calmer, adoptant une attitude plus mature. Plus adulte. Ce n’était pas tous les jours qu’elle faisait ça. Mais là elle avait l’impression qu’il y avait une urgence. Se dirigeant vers Superman, elle vit qu’on amenait le directeur du musée vers une voiture de police. Ils ne mettaient pas de temps à arriver ici! Et…

Et c’était curieux parce qu’il avait un point rouge sur le front… Oh non! Utilisant ses pouvoirs, elle créa un bouclier de roche pour protéger les policiers et le directeur du musée. Là les gens commençaient à paniquer et à courir en tous sens! Se dirigeant vers la rue pour la traverser et entrer dans le bâtiment d’en face, elle fut prise pour cible et elle eut à peine le temps de se protéger que les impacts de balles criblaient de trous sa protection rocheuse. Quelqu’un quelque part n’avait pas aimé qu’elle sonne l’alarme sur le vol en tout cas. Une seule voiture de police avec deux agents ne serait pas assez pour repousser des armes automatiques ou semi-automatiques. S’il s’agissait d’un unique tireur, il faudrait essayer de le capturer vivant pour l’interroger. Mort il ne servirait à rien. Criant aux policiers de mettre les civils à l’abri, elle reprit sa course folle.

Peut-être que LÀ Superman serait forcé d’agir! Ce n’était plus une simple affaire de vol si on rajoutait une tentative d’assassinat! Travailler avec Superman, ce serait génial ça! Elle parvint à traverser la rue sans mourir et à arriver à la porte du bâtiment. Maintenant, il ne lui restait plus qu’à capturer le méchant et elle montrerait à Superman qu’elle était aussi une super héroïne et que donc ils pouvaient travailler ensemble. Elle tourna la poignée et n’eut pas le temps de réaliser qu’elle venait de marcher dans un piège quand le bâtiment explosa. Ou tout du moins, une explosion dévasta le rez-de-chausée, projeta Atlee avec force et n’eut été d’un réflexe purement instinctif, elle se serait sans doute rompu les os en heurtant le sol. Le dit sol devint boue qui amortit le choc. En tout cas elle était sonnée, ce n’était rien de le dire. Elle essaya de se relever, sans succès.

Elle luttait pour rester consciente et c’est probablement ce qui fit qu’elle réussit à voir la silhouette du tueur avant que celui-ci ne quitte la fenêtre. Évidemment, tous les regards étaient soit sur elle, soit sur le site de l’explosion. Elle tenta de le dire mais elle avait de la misère à retrouver ses repères. La tête commença à lui tourner, elle fut prise de vertiges et elle dû perdre connaissances quelques secondes. Pourquoi est-ce qu’elle ne pouvait jamais avoir une sortie normale, au juste? C’était à croire qu’elle était maudite ou quelque chose de similaire! En tout cas une chose était certaine : elle qui voulait juste venir en touriste, elle allait encore se retrouver à la une du journal local pour un énième acte héroïque. Le truc c’est que des fois, trop d’héroïsme nuit à votre santé. Comme en ce moment par exemple… Elle aurait peut-être dû laisser Superman y aller en premier… Comme si une explosion pouvait en triompher!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 20 Nov - 10:12
Je me retournai pour voir qui me suivait: c'était encore la petite brune. N'avait- elle pas compris ce que j'avais dit? Si, bien sûr, mais ses yeux disaient qu'elle ne me lâcherait pas avant d'avoir obtenu ce qu'elle voulait: ma coopération et sûrement un autographe. J'allais pousser un soupire, quand j'entendis très distinctement un coup de feu. Mon ouïe très fine ne pouvait me tromper et elle m'indiquait au passage la source du son. J'y fonçai quand le bouclier de terre érigé, c'était bien une méta- humaine, ou quelque chose qui s'en rapprochait. Je saisis le tireur par le col une fois être passé derrière lui trop vite pour qu'il me voit, et l'emmenai avec moi à quelques dizaines de mètres du sol. Il se mit à se débattre inutilement, demandant à ce qu'on le repose de manière bien trop vulgaire pour que je le cite.

"Qui es- tu et qui t'envoie?"

Il n'eut pas le temps de répondre que d'autres coups de feux eurent lieu: il y avait plusieurs tireurs. Je repartis en chasse sans lâcher ma prise et ramassai chaque criminel que je repéré, en tenant un certain nombre d'une main, un autre nombre de l'autre. Ce n'était en rien pour repartir équitablement le poids, ils ne pesaient presque rien. Mes mains étaient seulement trop petites pour en tenir autant d'un seul bras. Je déposai les deux tas devant la voiture de police, les policiers se dépêchèrent de leur mettre les menottes. Ceux qui n'en eurent pas à cause de leur trop grand nombre furent assommés d'un coup sec du tranchant de ma main. Au final, je les assommais tous, il était inutile de prendre des risques avec ce genre de racaille. Malgré les regards horrifiés des autorités, ils ne dirent rien en guise de protestation. Ils se contentèrent d'appeler du renfort, cette voiture ne suffirait jamais pour tous les futurs prisonniers, un fourgon était dépêché. Pendant ce temps, je cherchai la jeune fille à l'origine de tout ce grabuge du regard et la vis pousser la porte du bâtiment en face du musée.

Son action déclencha une explosion dont le souffle la propulsa en arrière. Je m'attendais, à défaut d'être totalement brûlée, qu'elle se blesse gravement en s'écrasant au sol. Heureusement, elle n'eut rien, ma curiosité me poussa à analyser la structure du sol sur lequel elle reposait pour remarquer qu'elle avait changé. Ou plus précisément, elle avait été modifiée en circonstance, afin d'être aussi malléable que la boue. C'était encore ce pouvoir de géokinésie qui était à l'oeuvre, je n'en doutais pas. Il était très astucieux pour ma part de s'en être servi de cette manière. Très impressionnant même, qu'elle fut aussi précise dans la manipulation des molécules du béton. Pas le temps de s'extasier, il fallait éteindre ce feu et emmener la blessée à l'hôpital. Je me plaçai entre elle et le bâtiment pour souffler à l'intérieur jusqu'à ce qu'il ne reste que des braises. Ensuite, je me baissai pour ramasser la jeune brune sonnée, la portant comme je l'avais tant fait pour Lois, auparavant. J'espérais que ma femme ne serait pas jalouse en voyant cette scène à la télévision, car oui, ils filmaient tout. C'était ça Metropolis.

En marchant vers les policiers, je me rendis compte qu'une des pièces d'un étage plus haut était inaccessible à ma vision rayon X depuis le début. Était- ce une coïncidence que justement, la petite héroïne cherche à s'y rendre? Il n'y avait qu'une explication à ce phénomène: quelqu'un l'avait recouverte de l'intérieur avec du plomb, en prévision de l'apparition de l'homme d'acier. Et donc, il y avait très probablement un dernier tueur dans la nature dont on ne savait rien, à part qu'il serait à l'origine de l'explosion du Rez-de-chaussée. Il faudrait que je vérifie cette théorie avant de sauter sur ce genre de conclusion, en allant voir cette pièce noire plus tard.

"ça va jeune fille? Maintenant qu'on a sauvé des vies ensemble, tu peux bien me dire ton nom?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 20 Nov - 15:21
Où est-ce qu’elle était déjà? Ah oui… Metropolis. Elle se souvenait vaguement de l’explosion. La panique des gens et d’avoir changé le sol en boue pour se protéger. Ou à tout le moins quelque chose ayant une consistance similaire. Elle avait l’impression d’avoir de la mélasse dans le cerveau. Tout était au ralenti, penser était pénible… Mais elle était en vie et tout était encore attaché à la bonne place. C’était un soulagement. Quelqu’un avait tendu un piège à Superman. Leur avait tendu un piège. Pas à elle particulièrement. Comment aurait-on pu savoir qu’elle comptait passer quelques jours de vacances ici? On pouvait extrapoler sur la nature de l’exposition mais ça commençait à être tiré par les cheveux. Elle eut la vague impression que quelqu’un la transportait mais elle était vraiment trop désorientée pour vraiment s’en rendre compte.

Conséquemment, elle mit plusieurs secondes à réaliser que c’était Superman qui lui parlait. Il lui demandait quelque chose mais elle avait de la difficulté à comprendre ce qu’il disait. Maudit cerveau sonné qui refusait de faire son travail! Elle ferma les yeux, se concentra, se laissa s’enfoncer dans le sol et après quelques secondes, en ressortit en bien meilleur état. Là elle pouvait penser clairement. Il n’y avait rien de mieux que les vibrations du monde minéral pour remettre sa caboche en place. D’accord, c’était plus étrange que le yoga mais ça fonctionnait. Et jamais elle n’aurait eu la patience pour ce genre d’exercice de relaxation de toute façon. Où en était-elle? Ah oui. La question de Superman! Lui offrant un large sourire montrant sa dentition parfaite, elle reprit la parole d’un ton joyeux mais beaucoup, beaucoup moins rapide que précédemment.


« Je m’appelle Terra! Enfin, normalement, Terra III mais comme c’est long et compliqué à expliquer, les gens m’appellent Terra. Je viens d’une civilisation qui vit sous la surface de la Terre. Ma meilleure amie au monde c’est Power Girl, je pense que vous vous connaissez. Et toi tu es Superman! C’est un grand honneur de rencontrer le héros qui a motivé mon peuple à envoyer une ambassadrice à la surface! »

Elle faisait de gros efforts pour bien endosser son rôle d’émissaire de Strata et d’élue de son peuple. C’était LE Superman. Il fallait faire bonne figure. Sinon… Il penserait de mauvaises choses sur les Stratans. Est-ce qu’elle devait l’inviter à Strata? Le Conseil n’aimait pas que les gens de la surface viennent à Strata et pour Power Girl, elle avait dû batailler ferme pour les convaincre. Enfin… Après avoir résolu le crime, bien sûr. Il aurait besoin d’elle. Il était plus grand, plus fort et plus expérimenté en tant que super héros mais pour traquer les originaux, il aurait besoin d’une experte du monde minéral. Parce que bon, le crime restait non résolu. Il y avait des vilains à interroger plus le directeur du musée et un bâtiment encore potentiellement piégé à passer au peigne fin. Autrement dit assez de boulot pour deux. Voire plus même au vu du nombre de méchants.

« Bon, c’est toi le plus expérimenté et c’est ta ville. Comment tu veux qu’on procède? Allez quoi tu ne vas pas me dire que c’est encore un boulot juste pour la police. Et je peux aider! Je veux aider! Je ne suis pas une gamine, j’ai vingt-six ans! J’ai sauvé des vies aussi, dont Manhattan au complet. Et je sais suivre les consignes aussi! Donnes moi une chance Superman et à deux on va résoudre l’affaire, j’en suis certaine! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 21 Nov - 12:30
Ma question resta sans réponse, la jeune fille perdait connaissance. Je lui avais parlée afin de la maintenir éveillée, mais on dirait que le choc fut trop rude pour elle. Je la déposai au sol et posai ma cape sur son corps sans recouvrir sa tête, en attendant l'arrivée de l'ambulance, quand elle disparut sous mes yeux... C'était comme regarder ces vieux tours de magie où le prestigitateur faisait disparaître son assistante en posant une sorte de drap sur sa tête pour la recouvrir totalement. A l'époque, il n'était pas rare qu'il y ait un monte-charge sous ses pieds, ou une simple trappe qui la faisait tomber brutalement sur un matelas. Cependant, la brune n'avait rien de tout ça, elle s'était vraiment volatilisée. Je repris mon vêtement pour le rattacher à mes épaules, avant de la voir remonter de sous la terre avec une bien meilleur mine.

"Sous la terre tu dis? Ravis de rencontrer leur ambassadeur, je suis surpris que vous ressembliez tant aux humains."

Elle connaissait Power Girl? Peut-être, je ne voyais aucune raison de ne pas la croire. En tout cas, tant qu'elle ne préparait pas une invasion de la surface, il n'y avait aucune raison de me montrer hostile. Or, c'était tout le contraire, d'après ce que j'avais compris: elle était une super-héroïne. La jeune fille de Strata tentait encore une fois de me persuader de me mêler de l'affaire et de la gérer avec elle. Cette fois, avec mes soupçons, je ne pouvais plus laisser la police seule s'en charger. Ce n'était plus un simple vol, pas en sachant que quelqu'un voulut se cacher de ma vision rayon X. Je souris avec affection.

"Je suppose que tu ne me laisseras pas tranquille, même si je te le demandais. Suis-moi, de toute façon, j'ai des questions à te poser sur ton peuple."

En tant qu'ambassadrice, elle devrait pouvoir me renseigner sur son pays inconnu. Atlantis était clairement hostile aux hommes, mais que pouvait-on dire du peuple de sous la croûte terrestre? Je me dirigeai vers le bâtiment du dernier tireur en silence, préparant mes questions. Une fois à l'intérieur du Rez-de-chaussée, ma vision télescopique me permit d'en apprendre plus sur les explosifs utilisés, ils n'étaient pas rudimentaires. Cette bombe fut assez puissante pour sans doute me sonner, au moins. Sans compter que tout était pulvérisé, au sens propre du terme. Il ne restait que des particules, aucun morceau de ce que contenait cette pièce. C'était du propre.

"Quel est le but de Strata en t'envoyant à la surface?"

Je pris les escaliers en direction des étages supérieurs, faisant un tour complet des lieux jusqu'à arriver devant la pièce que je ne pouvais sonder de l'extérieur. La porte était fermée, c'était sûrement piégé. D'un coup de semelle, je fis voler la porte. Non, rien ne se déclencha. Mais par contre j'avais raison: il y avait une couche de plomb recouvrant l'intérieur du sol au plafond. Alors que je m'approchais de la fenêtre observer l'extérieur, j'entendis un son étrange venant du musée. Si je ne l'avais pas observé par la fenêtre, je ne l'aurais sans doute pas entendu malgré ma super ouie. Le secret de ce don était la concentration, sans, elle échapperait à mon contrôle.

"Quelque chose se passe au musée, on y retourne!"

Je me laissai flotter vers le bâtiment en question et y entrai. Ce son me rappelait de la pierre glissant sur une autre, chose qui n'arrivait que lorsqu'on ouvrait un passage secret comme celui de Bruce dans son manoir. Plus étonnant encore, il m'était impossible de voir à travers les murs.

"Il y a un passage secret quelque part dans ce musée... J'en suis sûr. Mais ma vision rayon X m'est inutile."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 21 Nov - 15:03
« Strata était présente sur Terre bien avant l’existence de l’humanité. Nous sommes les gardiens de cette planète. Pendant des millénaires, nous avons envoyé un représentant infiltrer votre race pour aider les humains à faire des choix qui préserveraient leur monde. Tout a changé avec la révolution industrielle et plus récemment avec la montée des super criminels, ce qui explique ma présence. »

Elle jugea plus sage de ne pas entrer dans les détails comme expliquer qu’elle avait forme humaine pour aider les humains à l’accepter, que la plupart des physiologies stratannes étaient carrément alien, que Strata était le secret le mieux gardé de son peuple. Cela donnerait l’impression qu’ils pouvaient être mauvais. Contrairement à Atlantis, les Stratans étaient des êtres pleins de compassion. Terra un peu moins de par sa nature particulière mais elle savait qu’Aurla aurait soigné le pire des criminels parce que la souffrance n’est pas quelque chose que le peuple de la sousface inflige. De par leur nature bonne et généreuse, ils se protégeaient en ne laissant entrer aucun étranger. Pas par xénophobie, non. Simplement, imaginez le Joker ou Lex Luthor en train de semer le chaos et la corruption dans une société si vierge des mauvais côtés des humains…

Elle suivit avec une vigilance renouvelée Superman dans le bâtiment. Quiconque avait décidé de leur tirer dessus avait bien préparé son affaire, apparemment. Ce n’était rien pour rassurer la Stratanne et quand Superman lui annonça qu’il fallait retourner au musée, elle sauta par la fenêtre sur une série de plateformes rocheuses qu’elle avait fait apparaitre. Elle écouta ensuite l’analyse de Superman avant de le regarder avec de grands yeux. Pourtant elle ne détectait pas la présence de plomb dans les murs. Qu’est-ce qui pouvait bloquer la vision de Superman? Elle n’avait pas de moyen de le savoir. Enfin… Pas avec précision. Mais elle allait l’aider. Ce que l’un ne pouvait voir, l’autre le pourrait. Il semblerait que l’interrogatoire attendrait. Il fallait trouver ce fameux passage secret. Le problème, c’est qu’il pouvait être n’importe où dans ce grand bâtiment.

Si Superman l’avait entendu avec sa super ouïe, il y avait deux hypothèses. Le bruit ambiant avait empêché les personnes présentes de l’entendre ou alors le passage secret se trouvait quelque part en retrait. Il était peu probable qu’il soit sur les étages, en revanche car si c’était un passage secret à l’ancienne, les systèmes de levage seraient renforcés de bois et le bois sèche ou pourrit avec l’âge. En revanche, au niveau plancher, il ne faut pas grand-chose pour communiquer avec quelque chose directement sous le bâtiment. Elle trouverait. Elle n’était pas du genre à baisser les bras facilement. Elle se concentra sur la structure, cherchant les failles, cherchant les éléments qui ne seraient pas tout à fait à leur place… Elle se mit à fureter un peu partout sous le regard plein de désapprobation des gardiens quand elle demanda d’avoir accès à la section réservée au personnel.

Ses recherches la menèrent devant une section du musée barrée d’un signe disant : « accès interdit sauf aux ouvriers de la construction. Section en réfection ». Voilà qui semblait plus prometteur. Plus encore, ses pouvoirs lui indiquèrent que quelqu’un avait très récemment amené ici des particules minérales qui ne correspondaient pas à ce qu’on trouvait dans le musée. Quelqu’un était entré dans cette zone interdite d’accès. Elle le fit savoir à voix basse à Superman. Dans la quasi obscurité des lieux, c’était l’endroit rêvé pour une embuscade. Atlee n’était pas peureuse mais elle n’aimait pas se faire tirer dessus pour autant. Contrairement à Power Girl ou à Superman, elle n’était pas invulnérable. Et elle savait que Power Girl la gronderait si elle rentrait de vacances amochée, encore une fois. Elle pouvait vraiment être mère poule, Power Girl…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 23 Nov - 11:12
Ce qu'avais dit la Stratanne sur son peuple éveilla ma curiosité, que voulait- elle dire par "aider les humaines à faire des choix qui préserveraient leur monde"? Peu importe à quel point leurs intentions étaient nobles, il y avait toujours un risque dans le fait d'intervenir dans la société humaine, qui était celle d'en devenir une menace, justement. Comment? En les contrôlant "pour leur bien", et j'espérais que ce n'était pas ce qu'elle entendait par là. Étant sur le point de lui poser la question, ce fut à ce moment- là que j'entendis le son venant du musée et y allai. Après lui avoir communiqué mes soupçons et mon impuissance, je sentis qu'elle était prête à faire quelque chose pour m'aider. Sinon, j'allais devoir démolir quelques murs jusqu'à tomber sur ce lieu secret. Une petite fille s'approcha de moi -oui j'adorais les enfants- et je me baissai pour la prendre dans mes bras, pendant que la jeune héroïne le travaillait.

Sa mère nous observait avec tendresse, alors que je levais et baissais son enfant avec mes bras, pour lui donner l'impression de voler. La maman se dépêcha de prendre une photo, avant qu'un gardien ne lui dise, ainsi qu'à tous les visiteurs encore présents, de s'en aller, car la police venait de donner des consignes pour que personne à part les super- héros ne restent sur la scène du crime, jusqu'à l'arrivée des enquêteurs. Avec grand regret, je rendis la petite à sa génitrice et suivis la Stratanne lorsqu'elle se dirigea vers la porte interdite. Je l'entendis chuchoter que quelqu'un était entré dans ce local, devinant qu'elle voulait dire une personne non- autorisée.

"Ouvrez cette porte!"

Un vigile s'exécuta sans se faire prier, nous laissant pénétrer dans une sorte d'anti-chambre, avec une autre porte devant nous. Celle- ci étant blindée et beaucoup plus difficile à ouvrir, puisqu'il faudrait composer un code. D'un regard de ma part, l'employé alla chercher l'un de ses collègues et revint composer le code. Ensuite, tous deux entrèrent leurs clefs dans deux serrures séparées, avant de tourner en même temps. Alors, la porte tourna vers l'intérieur de ce local interdit d'accès.

"Merci, on s'occupe du reste messieurs."

J'y entrai en compagnie de Terra et réutilisai ma vision rayon X qui me montra qu'il y avait bien une pièce secrète sous le sol. Deux choix s'offraient à moi: démolir le sol d'une manière ou d'une autre ou laisser la manipulatrice de la terre faire un boulot plus propre. Où étions- nous? Une fois avoir allumé la lumière, on put constater la présence d'un grand nombre d'oeuvres soient qui seraient bientôt ou ayant déjà été exposées au public. C'était une sorte de réserve du musée. Il y avait aussi des pierres, un grand nombre. Je me tournai vers mon acolyte du moment.

"Essaie de voir si ce sont des vrais. Je pense que tu as remarqué qu'en- dessous il y a un sous- sol non- répertorié, tu peux nous y faire accéder?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 23 Nov - 14:30
L’avantage de mener une enquête avec Superman c’est que les gens l’adorent et ils l’écoutent quand il parle. Pour preuve, les gens du musée n’étaient que trop désireux que de montrer leur bonne foi. Ils ouvrirent toutes les portes nécessaires et avant cela Superman put même poser pour une photo. Quand les gens prenaient des photos d’elle, ce n’était que rarement des photos pour dire « regarde, j’ai posé avec Terra ». Non on ciblait certaines parties de sa personne et c’était tout. Un peu comme avec Power Girl. Mais bon. Terra n’était pas là pour la gloire et le renom : elle était là parce qu’elle était la gardienne de la Terre. Elle ne comptait pas laisser ce genre de détails miner son moral. Au pire, cela pouvait l’agacer mais guère plus. Elle avait compris depuis longtemps que les Terriens avaient de très étranges coutumes.

Quand ils arrivèrent dans l’espèce de réserve et que Superman lui montra les pierres, elle sut tout de suite que ce n’était pas les bonnes. La forme et les couleurs ne correspondaient pas. Un employé du musée, un de ceux ayant ouvert la porte blindée, mentionna que c’était des répliques pour une exposition sur les pirates datant de quelques mois en arrière mais que cela venait d’une collection privée dont le propriétaire était absent, partit faire le tour du monde. Du verre de très grande qualité mais ce n’était pas ce qu’ils cherchaient. En revanche, pour le passage secret, ça elle pouvait aider. Forcer le mécanisme aurait probablement rendu le système au complet inopérant. Il fallait donc trouver comment activer la chose et en se servant de ses pouvoirs, elle trouva l’élément de maçonnerie qui commandait l’ouverture. La porte dérobée s’ouvrit alors, leur permettant d’avancer.

Ils purent donc voir ce qui semblait être une galerie souterraine qui n’était pas sans rappeler les égouts ou le métro. Une construction définitivement humaine, bien éclairée et qui semblait faire partie d’un système plus vaste. Cela rappelait vaguement à Terra ces rumeurs d’abris souterrains pour se protéger de la guerre nucléaire. Quel intriguant mystère! Et en plus, elle avait découvert quelque chose que Superman ignorait de sa propre ville! C’était vraiment trop génial. Ces vacances devenaient de plus intéressantes, de seconde en seconde! Elle n’attendit pas qu’on le lui offre, elle passa en premier. « Les femmes d’abord », pour elle, c’était « à la plus courageuse les honneurs ». La galanterie? Rien à voir avec ça. C’était l’héroïsme qui parlait, rien de moins. Elle n’était pas du genre demoiselle en détresse de toute façon. Chose certaine, aucun signal vers la surface.

À cette profondeur et avec cette composition pour les tunnels, impossible de demander des renforts. S’ils parvenaient à trouver les méchants, il faudrait les neutraliser sans assistance supplémentaire et en cas de fuite, ce serait limite cauchemardesque de leur courir après, avec toutes ces galeries qui semblaient serpenter sous plus bâtiments importants, tous identifiés à la peinture sur les murs. Elle ne regrettait pas d’être venue en tout cas. Le mystère devenait de plus en plus prenant, de plus en plus intéressant et elle en aurait encore plus à raconter en revenant à New York. Ses amis n’allaient pas y croire et pourtant, tout était vrai à 100%! Une aventure souterraine avec Superman. Si un jour elle écrivait ses mémoires, ce serait sans doute un des passages qui serait le plus apprécié de tout le livre! Il faudrait juste lui trouver un bon titre. Elle se tourna vers Superman, attendant ses instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 24 Nov - 16:48
Je me laissai descendre dans le tunnel en flottant, suivant la jeune fille.

"Bon travail! Voyons ce que nous avons- là..."

C'étaient de sous- terrains datant de plusieurs décennies, dont je n'avais jamais remarqué l'existence. En même temps, je n'avais jamais vraiment cherché ce genre de chose et ne comptais pas le faire dans l'avenir pour le plaisir. Je laissais ces activités aux chasseurs de trésors et autres explorateurs. Mon plus grand soucis pour le moment était de savoir le lien entre les oeuvres dérobées et ce chemin mystérieux. Quelque chose me disait que les choses étaient plus compliquées qu'on le croyait. Je sentais l'excitation de Terra, entendant avec ma super ouïe son coeur battre de plus en plus vite. Sans compter son expression joyeuse qui n'échappait pas à mon regard bienveillant. J'avais de plus en plus de mal à savoir si elle était une gamine, une adulte, ou entre les deux. Pour l'instant, je la considérais comme une super- héroïne digne de ce nom, elle me l'avait assez prouvé. J'avais l'impression qu'elle était une jeune fille sur qui on pouvait compter, qu'elle avait un coeur bon et des intentions plus sincères que beaucoup de personnes que je connaissais. Si son peuple était comme elle, je n'avais aucun soucis à me faire. Il était toujours rassurant d'être accompagné de ce genre de personne, son énergie pouvait se transmettre assez facilement.

"Suis- moi Terra, je vais nous guider."

En effet, avec ma super vue, je pouvais scanner toute la zone et savoir à l'avance si on tomberait sur un cul-de-sac ou non. Je la dépassai donc afin d'être légèrement devant elle, ne m'éloignant que d'un pas. Même si Terra possédait le pouvoir de se protéger avec la terre, je ne pouvais m'empêcher de chercher à la protéger en cas de danger. Au bout de dix minutes de marche, nous arrivâmes devant une grande salle éclairée, bien mieux que les tunnels, avec un grand nombre d'hommes travaillant à construire des machines. C'étaient des humains, totalement épuisés, pâles comme la mort. Ils n'étaient visiblement pas sortit prendre le soleil depuis un très long moment. Il m'était arrivé en tant que Clark Kent d'écrire ou de lire des annonces de disparition dans le journal, de la part de familles inquiètes. Bien que je n'y faisais guère attention, il m'avait suffit de voir les visages une fois en photo et en vrai dans cette salle pour les reconnaître. Le plus extraordinaire était que les avis de recherche les concernant dataient d'au moins de l'année dernière. Depuis tout ce temps, ils étaient là. Lorsqu'ils nous remarquèrent, il s'exclamèrent "Superman!" en laissant tomber ce qu'ils faisaient.

"Mais qu'est- ce que c'est que ça..."

Soudain, un rayon laser aussi gros qu'un poteau de but me frappa de plein fouet au torse, m'emmenant plusieurs centaines de mètres à l'extérieur de la salle. Je traversais les murs des galeries sans pouvoir m'arrêter. Si on n'éteignait pas la machine qui tirait, il me serait impossible de répliquer. Sa puissance était bien trop forte, sans compter qu'il ne m'était pas possible de poser pieds au sol afin de ralentir ou stopper ma progression. Ce rayon ne faiblissait pas non plus avec la distance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 24 Nov - 18:18
Pour Atlee, de telles installations étaient primitives. Elle venait d’un monde de haute technologie alors la technologie humaine, surtout quand elle datait de plusieurs décennies, n’avait rien de bien impressionnant. Elle était bien plus intéressée et intriguée par Superman que par des détails aussi insignifiants. Enfin… Jusqu’à ce qu’ils arrivent dans la grande salle. Qui étaient ces gens dont la physionomie n’était pas adaptée à une vie sous terre? Ils avaient l’air de reconnaitre Superman en revanche, ils n’étaient peut-être pas hostiles, finalement. Logiquement, ils semblaient être les prisonniers de ceux qui tiraient vraiment les ficelles. Pendant que Superman était concentré sur les gens, elle se concentrait sur l’environnement, repérant une énorme machine qui… Un laser! Un énorme laser qu’on utilisait contre Superman! Fourberie!

Évidemment… Les pierres précieuses pouvaient être utilisées comme composantes pour des lasers. Et avec la qualité et la taille des pierres dérobées, le résultat obtenu ne pourrait qu’être dévastateur. Elle n’était pas ingénieure militaire, du coup pour elle, le vol était un vol. L’appât du gain, tout simplement. Oh qu’elle était loin, très loin de la vérité. Mais en même temps, comment aurait-elle pu deviner? Qu’importe. Superman était en danger et elle allait le sauver. Elle se rua vers le panneau de contrôle du laser et plusieurs hommes armés de fusils laser commencèrent à lui tirer dessus. Là elle allait avoir fort à faire. La plupart des roches et minéraux ne résistaient pas aux lasers. Une partie de ses pouvoirs se voyait alors bien moins efficace que d’habitude. Ce n’était qu’un défi de plus. Rien d’insurmontable. Elle était Terra. Elle en avait vu d’autre. Elle ne reculerait pas.

En plus, Power Girl l’avait entrainé dans l’art du combat au corps à corps. Elle savait se défendre sans pouvoirs si besoin était. Commença alors un combat ardu entre les mystérieux assaillants et Terra qui luttait pour atteindre le panneau de contrôle. Simplement détruire le système, la machine, c’était risquer une explosion qui pourrait tuer des innocents. Et ça… Ce n’était pas son genre, loin de là. Elle n’aimait pas mettre les gens en danger. Pas inutilement en tout cas. Elle distribua coups de pieds, coups de poings et elle mordit même quelqu’un qui essaya de l’étrangler. Au bout d’une lutte qui lui prit au minimum une bonne minute mais qui aurait pris une fraction de seconde au kryptonien, elle parvint au panneau de contrôle et désactiva le laser. Pour bien faire, elle utilisa son pouvoir pour fusionner les éléments dudit panneau. Le laser était neutralisé.

Ce n’était hélas pas le cas de l’Ennemi qui lui revint en force et elle se retrouva mise en joue par trop d’armes laser pour pouvoir efficacement se défendre. Il fallait qu’elle gagne du temps aussi elle se mit à couvert pour forcer ses adversaires à venir la chercher. Son plan était simple : éloigner les méchants des prisonniers pour leur permettre de fuir, le cas échéant. Ne jamais mettre un civil dans la ligne de mire d’un méchant. C’était une règle élémentaire ça. On lui dit de se mettre à genoux, les mains derrière la tête, ce qu’elle fit de mauvaise grâce. Il ne restait plus qu’à attendre l’intervention héroïque de Superman… Ou de se prendre un tir laser dans le crâne. Elle préférait et de loin la première option, en tout cas. C’était bien moins funeste pour elle. Vivre avait son charme, quand même… Tant que les civils s’en sortaient, ce serait une victoire au moins partielle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 25 Nov - 12:08
Une longue minute à traverser les sous- sol de Metropolis, sous une douleur qui devenait de plus en plus forte. Ce laser ne percerait jamais ma peau, même si elle avait réussi à traverser ma combinaison pourtant réputée aussi indestructible que son porteur. Quand enfin le rayon cessa d'agir, je retombai au sol et roulai quelques mètres encore. J'étais assez épuisé, car j'avais en fait essayé de lutter contre cette force avec seulement ma capacité de vol. Mais même pour moi, avec les pieds décollées du sol, ce fut impossible. Les gens qui étaient à l'origine de tout ce bazar avaient réussi à fabriquer de quoi me donner beaucoup de mal dans l'avenir. Il fallait détruire leurs armes et sauver les citoyens, bien que pas forcément dans cet ordre. Comme d'habitude, je récupérais très vite ma forme, sans avoir à me reposer. Seule le trou sur ma combinaison kryptonienne au niveau du torse témoignait de ma lutte précédente. Entre le moment où j'avais roulé et celui où je m'étais mis sur mes jambes, c'était comme si je n'avais jamais ressenti de fatigue Dieu bénisse le Soleil de la Terre.

Avec ma vue télescopique, je découvris la situation dangereuse dans laquelle se retrouvait Terra. Elle faisait sans doute ça pour protéger les civiles, il lui aurait été facile de se débarrasser de ces gardes avec ses pouvoirs. De toute manière, je fonçai sur eux à toute vitesse dans le but de la sauver elle et tous les autres, avalant la distance énorme qui nous séparait en quelques instant. Revenu dans la salle, je les frappai chacun leur tour trop rapidement pour qu'ils puissent réagir, en y mettant juste assez de force pour les assommer.

«Terra! Tu vas bien? On dirait! Aide les civils à évacuer en direction du musée, je m'occupe de faire diversion.»

Habituellement, les choses étaient très compliquées dans un cas comme celui- ci. En effet, il m'aurait été difficile tout seul de gérer les prisonniers tout en combattant, car ils fuyaient en général le danger sans réfléchir à leurs actions.

Ainsi, avec Terra à leur côté, ils pourront suivre des instructions précises leur permettant d'agir avec prudence, malgré la peur panique qui enserrait leurs cœurs. Soudain, un mur s'écroula pour laisser apparaître son destructeur: un immense robot portant un grand nombre de canon laser, du plus fin au plus gros. Il commença par me tirer dessus, mais on n'allait pas m'avoir deux fois avec la même attaque, j'étais sur mes gardes. Au lieu d'esquiver au risque de blesser des gens, je tendis les mains et stoppai net le rayon. Quand j'essayai d'avancer malgré le tir continue, un autre laser me frappa à l'estomac, me faisant reculer. Grâce à mes semelles anti- antidérapantes, je réussis à me stabiliser, puis recommencer à avancer. Un autre rayon me frappa en plein visage, me faisant lâcher un grognement de surprise. Les rayons devenaient de plus en plus chaud, de plus en plus fort, me forçant plusieurs fois à m'arrêter. Ma peau commençait à brûler...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 25 Nov - 15:05
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Atlee savait suivre les ordres sans rechigner. Parmi les super héros, certains avaient des égos plus prononcés que d’autres, ce qui faisait en sorte qu’ils refusaient d’écouter ce qu’un autre super héros pouvait dire. Atlee n’avait pas ce problème et elle se chargea d’évacuer les civils du mieux qu’elle put, érigeant des barricades entre eux et les méchants. Une stratégie plutôt de base mais qui suffirait à confondre l’ennemi : derrière quel pan de roche se cachaient les prisonniers? Le temps de chercher adéquatement, il serait trop tard : les civils seraient en route vers le musée et donc vers la sécurité toute relative offerte par les forces de l’ordre. On pouvait questionner la pertinence d’une telle stratégie mais pas ses effets. Aucun civil ne se retrouva blessé et tous purent évacuer dans une relative sécurité.

Restait à essayer de comprendre qui était derrière tout ça. Qui avait l’expertise technique pour s’emparer de toutes ces pierres précieuses pour en faire des instruments de mort d’une telle qualité. Ce robot qui venait d’apparaitre, par exemple, ce n’était pas une petite pièce facile à produire. Il avait fallu plus que du simple talent pour réussir un coup pareil. Tous ces lasers… En revanche elle pouvait faire quelque chose pour régler son compte à cette machine : elle utilisa son pouvoir pour arracher toutes les pierres précieuses qui servaient de focus aux lasers. Elle sauva ainsi les pièces de l’exposition tout en rendant le robot inopérant. Ou pas. Il essaya plutôt d’écraser Superman. Comme s’il allait réussir un coup pareil en lui tapant sur la tête. C’était bien connu, Superman n’avait que quelques faiblesses dont… Ah non quand même, personne n’était assez fourbe pour faire ça!

De la kryponite, bien sûr… Mettez suffisamment de distractions devant Superman pour dissimuler le fait que vous vous apprêtez à lui faire un coup de cochon. Une fois bien occupé par les lasers, lasers provenant de diverses sources, il serait aisé dans ce cas de s’attaquer de façon plus fourbe à Superman. Il avait beau être le plus grand super héros de cette planète, il ne pouvait pas tout faire non plus. Ceci dit, la personne derrière cette vilaine histoire n’avait pas prévu que Superman aurait des renforts, encore moins des renforts de la plus puissante des géokinésiste. Quand ce qui était potentiellement le maitre d’œuvre derrière tout ceci vint pour… Quoi au juste, poignarder Superman avec une arme en kryptonite? Comment savoir, au fait? Elle n’était pas experte en armement. En revanche, faire exploser un minéral extraterrestre, ça elle pouvait le faire.

Apparemment elle dû réussir son coup car le hurlement de douleur qui suivit lui indiqua que cette explosion ne fit pas de bien. Et si ce n’était pas le méchant en chef, ce serait sans doute quelqu’un d’important. Et puis bon il le méritait. Il avait essayé d’assassiner Superman… Et il ne pouvait y avoir de vraies raisons pour tenter de tuer Superman. À tout le moins, rien qu’elle puisse imaginer. Peut-être que quelqu’un pourrait le lui expliquer mais dans l’instant elle était prête à se battre et elle laissait l’interrogatoire au kryptonien. Parce que bon, personne ne prenait vraiment au sérieux un minois aussi mignon que celui d’Atlee. Elle pouvait se montrer menaçante mais c’était assez difficile pour elle de se fâcher suffisamment. Superman ayant plus d’expérience qu’elle… Il arriverait peut-être à quelque chose de plus efficace. Enfin… Elle l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 26 Nov - 10:26
Alors que j'étais immobilisé, me demandant si Terra avait déjà évacué tout le monde, pour pouvoir esquiver ces lasers sans mettre personne en danger, ils stoppèrent d'un coup sans mon aide. Le son d'un arrachement juste avant leurs désactivations me mit la puce à l'oreille: quelqu'un venait d'arracher la source ou le canaliseur des armes de ce robot. Un coup d'oeil dans mon dos me fit comprendre que c'était la géokinésiste qui avait encore fois fait son oeuvre, à merveille. Ce moment d'inattention ne suffit pas à me faire avoir par l'attaque sournoise de la machine, je l'arrêtai dans sa tentative de m'écraser, en plaçant mes bras en croix au-dessus de ma tête. Comme je le pensais, sans les lasers, ce robot n'avait aucun intérêt. Il n'avait même pas eu la force de me faire vaciller avec son coup en traître, malgré le fait évident qu'il y avait mis toute sa force. Un cri de douleur dans mon dos faillit me faire tourner la tête, mais ce n'était pas le moment, j'étais couvert, je pouvais continuer mon action. Celle- ci fut, après avoir stoppé les bras mécaniques tentant de me frapper, de foncer à travers sa coque en me propulsant à super vitesse. Le métal céda sans aucun mal sous mon coup de tête, puis le robot entier explosa en plusieurs pièces détachées.

Je ressortis de l'autre côté, pendant que l'ensemble de la structure s'écroulait. J'aurais voulu crier que c'était gagné, mais les sons que j'entendais venant de la salle de l'autre côté du mur détruit par cette machine m'en dissuadèrent. Ils étaient plusieurs centaines du même calibre, activés en même temps.

"Terra? Combien de fois peux- tu refaire cette fameuse attaque spéciale de l'arracheuse de pierre?"

Avais- je dis assez fort pour masquer les gémissements de l'humain au sol, sûrement l'instigateur de toute cette folie. Il se tordait dans tous les sens en se tenant la main, mais ce n'était pas le moment de s'occuper de son cas, car nos ennemis arrivaient déjà. Un rapide coup d'oeil aux alentours me firent comprendre qu'il n'y avait plus personne d'autre dans les parages à part nous trois. C'était une bonne nouvelle, assez bonne pour m'arracher un sourire satisfait. J'allais pouvoir me lâcher.

"C'est le moment de nous remontrer ça encore... une centaine de fois!"

J'esquivais sans mal les tirs des premiers robots à arriver et leur rentrais dedans avec la force de propulsion de mon pouvoir de vol pour les détruire. Certains réussissaient à échapper à mon attaque, puisque ma vitesse ne pouvait augmenter éternellement en me prenant des obstacles, aussi fragiles soient- ils. Ces rats- là, je les laissais à ma coéquipière -oui je l'ai dis- du moment, pour avancer à travers cette armée mécanique et en détruire un maximum. Il m'arrivais d'utiliser ma tête, comme mes poings, mais je faisais toujours en sorte d'en finir un en un coup, et d'en détruire plusieurs en même temps avant de reprendre de l'élan.

"Au fait, comment tu trouves ma ville?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 26 Nov - 15:19
Les humains. Capables du meilleur et du pire. Tous ces robots qui auraient pu servir à la construction, à aider les gens dans le besoin ou pour un million de choses encore. Mais non. La guerre, la mort et la destruction. C’était décevant. Mais bon, il fallait sauver le monde, parfois de lui-même et c’était le travail de tout super héros qui se respecte dont le sien. Le combat reprit avec plus d’acharnement encore pour neutraliser une armée de robots tueurs. Au moins ce n’étaient pas des monstres visqueux à tentacules ou des morts vivants ou elle ne savait quelles horreurs encore. Au moins ici son pouvoir pouvait servir. Ce que Superman ne détruisait pas, elle neutralisait. Visualisant les ennemis dans sa tête, elle se concentra sur les diverses pièces du musée servant à les rendre fonctionnels et elle les arracha violemment à leur structure.

Une belle réaction en chaine qui fit briller de mille feux toutes ces pierres précieuses avant que les carcasses des robots ne s’effondrent. Ces pièces étaient uniques, hors de prix, elles ne devaient pas servir à faire la guerre! Il fallait les préserver pour permettre aux humains d’en admirer non seulement la grande beauté mais de comprendre la vraie valeur de ce trésor. Elle était considérablement plus que simplement monétaire. En tout cas elle n’était vraiment pas contente de voir les trésors du monde souterrain ainsi utilisés et elle ne se gênerait pas pour sermonner vigoureusement le maitre d’œuvre derrière cette folie. C’était qu’elle était courroucée cette petite, quand même… Son « travail » terminé, elle se dirigea vers le vilain blessé. Elle ne le connaissait pas, elle n’était pas de Metropolis. Superman, en revanche, le connaissait peut-être. C’était SA ville.


« Metropolis est une belle ville. Dommage que le paysage soit gâché par des gens comme lui. Est-ce que tu es idiot? C’était quoi le plan? Créer une armée de robots, attaquer Metropolis et ensuite conquérir le monde? D’autres ont essayé avant toi et Superman les a vaillamment combattus! Pourquoi aurais-tu réussi où ils ont échoué? C’est bien votre problème à vous les criminels. Vous ne réfléchissez pas! »

Quand les gens voyaient Terra, ils ne s’attendaient certainement pas à ce qu’elle puisse avoir l’air fâchée ou méchante. Elle en était parfaitement capable en revanche et le regard venimeux qu’elle dardait sur le méchant dénotait qu’elle était tout SAUF de bonne humeur. Et pourquoi l’aurait-elle été? Cet homme avait mit inutilement la vie en danger de dizaines d’innocents! Oh il avait beau gémir parce qu’il souffrait des blessures infligées par son arme en kryptonite mais c’était bien fait pour lui. Terra pouvait avoir beaucoup de compassion mais pas envers les méchants. Dans sa tête, il n’y avait aucune raison valable pour devenir un méchant. C’est simplement choisir le chemin le plus facile pour arriver à un objectif, souvent très égoïste et personnel. Comme on ne le répètera jamais assez, le gris, pour elle, était une notion toute nouvelle.

« Je n'ai jamais compris le terme génie du mal. En théorie, un génie est une personne disposant d'un intellect largement supérieur à la moyenne. Conséquemment, on pourrait s'attendre à ce qu'il ou elle sache qu'être maléfique est aussi stupide que contreproductif à tous les niveaux possibles et imaginables... Mais non! On dirait que vous le faites exprès pour être le plus désagréable possible en plus! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 9:26
Je restais un moment au milieu des restes de cette grande armée déchue. Il n'y avait pas un corps mécanique entier, tous réduits en morceaux, mais je voulais m'assurer qu'aucun ne se relèverait quand même. Pour un être vivant, il était facile pour un Kryptonien de vérifier sans même le toucher qu'il était mort ou vif, ce n'était pas le cas des robots. Eux ne possédaient aucun signe vital constant. Combien de fois avais- je cru avoir éliminé définitivement un ennemi métallique, avant qu'il ne me tombe dessus une fois le dos tourné, en faisant appelle à une miraculeuse batterie de force sortie du fin fond de son... répertoire interne? Ne sachant pas comment ces choses fonctionnaient, je me mis à déambuler parmi eux jusqu'à me rassurer moi- même de leur état définitif. La réponse de Terra me fit sourire, elle avait tout à fait raison. Cette ville était un véritable joyau de l'Amérique, celle qu'on surnommait avec raison "la ville de demain". Elle représentait pour moi un compromis entre la ville lumineuse de Centrale City et celle sombre de Gotham, tout en restant fidèle à elle- même par certains aspects. Si une ville avait le héros qu'elle méritait, on pouvait dire que j'étais celui qui se rapprochait le plus de Flash et Batman, en quelque sorte.

Je revins ensuite dans la salle principale où se trouvait la jeune fille et le chef des opérations criminelles souterraines. L'expression de la Stratanne était des plus courroucées, chose qui m'étonnait à moitié. Certes, on avait l'impression en la rencontrant qu'elle n'était pas habituée à s'énerver autant, mais ne la connaissant que depuis peu, il m'était facile d'imaginer qu'elle me cachait pas mal de chose concernant sa véritable personnalité. Peut- être même qu'elle gardait ses véritables émotions enfouies, n'exprimant pas totalement ce qu'elle ressentait, en temps normal. Mais après avoir assisté aux méfaits de cet homme, elle ne pouvait s'empêcher d'éclater. Au moins, sa colère ne l'avait pas poussée à déchaîner sa fureur sur ce criminel, ce serait quelque chose que je ne permettrais jamais. Pas quand la personne en face était déjà hors d'état de nuire. La déclaration que Terra fit ensuite me laissa songeur un moment. Parfois, ses réflexions relevaient du bon sens, ce qui était définitivement plus surprenant que de la voir en colère.

"Je pense que cet homme devrait avoir compris la leçon, s'il est un véritable génie. On va lui donner une chance de la réviser, en tout cas, et il aura bien le temps de réfléchir à ta réflexion en prison, pour les quelques années qu'il y passera à l'ombre."

Je pris l'humain sous le bras et me dirigeai vers la sortie qu'avait prise les prisonniers.

"Tu es plutôt intelligente Terra III, tu devrais donner des cours aux méchants, tu ferais un très bon professeur."

Je laissais flotter un sourire ironique sur mes lèvres, bien que je pensais à moitié ce que je disais. Si seulement une chose pareille était possible, créer une académie de méchant en ré-insertion... Attendez, depuis quand j'étais devenu aussi fantaisiste? Ce serait l'influence de ma coéquipière? Power Girl et elle devaient faire la paire, deux personnalités à la fois opposées et semblables. Opposées car l'une mâture et l'autre enfantine, semblable car toutes deux excentriques et fières. Maintenant, j'avais très envie de revoir ma cousine d'une autre dimension, pour en savoir plus sur elle et pourquoi pas, nous rapprocher. Un jour, j'y penserai. Une fois être sortis par le musée, les journalistes nous attendaient avec un tas de question dont je ne donnais aucune réponse. L'enquête était après tout en cours. J'offris le criminel aux ambulanciers, la police les escortant pour éviter toute tentative de fuite.

"Que vas- tu faire à présent Terra? Rentrer chez toi ou continuer la visite de Metropolis?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 15:05
Donner des cours aux méchants. Quelle idée ridicule. Pour Terra, un méchant était et resterait un méchant. Malgré tout ce qu’on pouvait faire ou vouloir faire, 90% du temps c’était le gentil qui avait plus d’espoirs pour le méchant que le méchant lui-même. Alors pourquoi perdre son temps? Les enfermer était une mesure bien plus sécuritaire. En disposer encore davantage. C’était peut-être froid de sa part et extrêmement naïf mais Terra se disait que si on se débarrassait des méchants, si on prouvait que c’était très mal et qu’au final le jeu n’en vaut pas la chandelle, peut-être alors que les gens ouvriraient enfin les yeux et cesseraient de vouloir poursuivre une voie si néfaste. Elle avait des doutes sur le fait que cette solution serait viable à long terme. Il y aurait toujours des gens pour se penser supérieurs ou invincibles. C’était dommage.

En revanche, elle avait du mal à croire que c’était terminé. Qui était cet homme? Comment avait-il su pour le musée, pour les assassins? Travaillait-il seul ou avec des acolytes? Elle avait mémorisé les pièces volées de l’exposition. Tout ce qui était pierre précieuse était ici, oui. Tout ce qui était roche, oui. Dans des caisses, dans la pièce à côté. Mais tout ce qui était métal était manquant. Qui plus était, construire autant de robots en secret demande d’avoir une aide extérieure. Enlever autant de gens aussi. C’était trop… Facile. On pourrait argumenter sur le fait que détruire une centaine de robots n’avait rien de facile mais depuis le début, cette histoire semblait être… Plus que ce qu’elle était en réalité. Il y avait autre chose, forcément. Personne ne fait un tel vol pour que celui-ci soit résolu en deux minutes. C’était trop voyant. Trop évident. Quelque chose clochait.

Tous ces tunnels… Cela voulait dire que quelqu’un les connaissait. Les utilisait. Ce quelqu’un avait probablement recruté le savant fou qui avait construit tous ces robots mais cela voulait dire qu’il y avait une fortune derrière. Elle répondit donc à Superman qu’il manquait encore des pièces de la collection du musée et qu’elle comptait bien les retrouver. Sans attendre, elle retourna dans les tunnels et elle décida de tenter de trouver grâce à ses pouvoirs ce qu’elle cherchait. Grand mal lui en fit car à peine était-elle revenue dans la salle avec les restes de robots qu’elle se fit tirer dessus pas une ni deux mais bien trois fois et les projectiles contenaient un produit paralysant. Incapable de remuer le petit doigt, on l’amena en vitesse bien plus loin dans ce dédale de tunnel, sur une ancienne ligne de métro puis dans un métro.

Elle fut jetée aux pieds du véritable cerveau derrière cette histoire : Albert Cadwell, un ancien ennemi de Superman, oublié de tous après une humiliante défaite. Le métro était rempli des pièces manquantes. Comme quoi Terra aurait fait une excellente détective si cela n’avait pas le don de la mettre dans ce genre de situations. Enragé par la ténacité de cette « foutue héroïne », le vilain en chef ordonna à ses sbires de battre une Atlee sans défense. Parce que bon, ça donne l’impression d’être tout puissant de tabasser quelqu’un qui ne peut rendre les coups. Enfin. De faire tabasser quelqu’un qui ne peut rendre les coups. Comme tout bon méchant, il commença à monologuer sur son plan, l’affront commit par Superman en le combattant, l’injustice que le monde lui avait fait subir… Atlee en était à se demander si elle préférait les coups à ce pleurnichage interminable…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 30 Nov - 10:48
Terra semblait préoccupée, au point qu'elle esquiva ma question. N'était- elle pas satisfaite que l'on ait arrêté le coupable? Il suffirait à la police de le faire parler pour obtenir plus amples informations... Elle me dit que d'autres pièces manquaient et qu'elle allait les retrouver, retournant à l'intérieur du musée pour revenir dans les tunnels. Pourquoi devait- on en arriver là? J'avais joué le détective pour lui faire plaisir, mais on dirait qu'elle n'était toujours pas satisfaite. Malgré tout, l'avoir suivie m'avait permis de mettre au jour une grosse machination -au sens propre comme au figuré- se déroulant dans les sous- sols de la ville. Quelque chose que je n'aurais remarqué que bien trop tard, sans elle. En fait, maintenant que j'y pense, la plus part des ennemis pourraient être arrêtés avant d'avoir commencé à détruire la ville avec des robots géants ou autres sous-fifres destructeurs. Pourtant, je me contentais d'intervenir quand il était déjà trop tard, réduisant des dégâts devenus colossaux.

En surveillant le prisonnier, je me rendis compte que je devais beaucoup à cette jeune géokinésiste, que je ne pouvais pas la laisser foncer vers un danger potentiel seule. Quand la police vint récupérer l'homme, j'allais à la poursuite de Terra sans attendre. Je me doutais que si elle voulait avoir des indices, elle irait dans la salle principale, là où les disparus travaillaient. Malheureusement, elle n'y était pas, ce qui voulait dire deux choses: soit elle avait bien trouvé une autre piste qu'elle avait suivi, soit mon acolyte du moment était en danger. J'utilisai ma vue au rayon x pour savoir où elle avait bien pu aller, à travers les dédales des tunnels. Rapidement, je repérai de la lumière dans une ligne de métro aujourd'hui inutilisée. Un grand balayage me suffit à localiser la Stratanne dans un wagon de métro, en très mauvaise compagnie. J'avais ajouté ma vision téléscopique pour savoir qui d'autre y était, et sans surprise, Terra se trouvait dans une situation délicate.

Je courus à sa rencontre le plus rapidement possible, arrivant en quelques secondes devant la porte une rame de métro. D'un coup de poing, je la démolis et entrai sans demander la permission. Ma colère en voyant la jeune fille se faire tabasser fut telle que j'envoyai voler chaque sbire à travers les vitres avec des coups de poings au visage qui leur démolis le nez et les dents. Cette violence était certes inutile, mais la leur aussi envers Terra. Des gens aussi peu scrupuleux à s'en prendre à une femme sans défense ne méritaient rien de plus que ma rage.

"Albert Cadwel! Je t'annonce officieusement que ta liberté conditionnelle prend fin MAINTENANT!"

Je le saisis par le cou et le levai au-dessus du sol en serrant, une expression furieuse sur le visage. Ses jambes battaient l'air, j'attendais qu'il s'évanouisse pour le relâcher. En fait, là non plus, je n'avais pas besoin de me montrer aussi cruel. Pas vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 30 Nov - 15:02
Elle subissait les coups sans pouvoir se défendre mais comme dit précédemment, elle trouvait le monologue de ce vilain encore plus douloureux à supporter. Elle ne pouvait plus bouger, certes mais son esprit était encore assez clair pour qu’elle puisse utiliser son pouvoir. Enfin, était redevenu assez clair. Faites-vous injecter autant de cette substance et vous aurez l’impression que votre cerveau a la consistance du sirop de maïs ou de la mélasse. Difficile donc de penser dans ces conditions. Très difficile. Mais elle n’avait pas grand-chose de mieux à faire, pas vrai? Il avait bien fallu qu’elle attende de reprendre suffisamment de concentration pour pouvoir commencer à faire quelque chose d’utile… Et ce serait probablement quelque chose de violent car elle remarqua qu’elle saignait. Atlee et le sang, son sang, c’était un peu spécial.

De façon générale, elle essayait de neutraliser l’adversaire plus que de le tuer parce qu’en théorie, selon Power Girl, un super héros doit capturer l’ennemi. À Strata, les consignes avaient été plus simples encore : si quelqu’un ou quelque chose menace la Terre, tu dois intervenir et l’empêcher de nuire. On pouvait tenter de l’étrangler, de la noyer, de l’électrocuter, de lui faire subir mille tourments et mille supplice mais une ligne. Si elle commençait à verser le sang, là l’Ennemi risquait les blessures graves voire la mort. Même si elle ne pouvait toujours pas faire bouger son propre corps, elle pouvait se servir du métal ambiant. Deux mains de métal aux doigts acérés se matérialisèrent et se dirigèrent vers le vilain et une tête de métal révélant l’expression furieuse de Terra fit également son apparition. Elle n’était pas contente… Vraiment pas contente.


« Tu as fait une grosse erreur, criminel. Tu peux me brûler, m’électrocuter, me noyer, m’empoisonner mais faire couler mon sang? Tu vas connaitre l’impitoyable justice dispensée dans la nature. Pas celle des humains. Pas celles des sociétés que tu parasites. On parle de lois bien plus anciennes que ne se soucient nullement de l’opinion humaine. Et la nature ne fait pas de prisonniers. »

Question simple : est-ce que Terra était une méchante parce qu’elle pouvait avoir un côté beaucoup plus sombre que le héros moyen? Probablement pas. Quand on vous conditionne à incarner un côté de la médaille, inévitablement vous vous retrouverez à inconsciemment développer des traits opposés. Pour comprendre les ténèbres, il faut comprendre la lumière et vice versa. Terra était une jeune femme en général douce et innocente mais elle était aussi, hélas, quelqu’un qui par ce qu’elle était, par ces pouvoirs, se voyait forcée dans un rôle qu’elle n’avait pas choisi. La peur, le doute, le fait qu’elle se sentait parfois prisonnière d’une vie qui ne semblait pas être la sienne… Elle en parlait peu voire n’en parlait pas mais ça la rongeait de l’intérieur, comme un acide. On devient un super héros, on ne le « fabrique » pas, en réalité.

Et puis techniquement, l’argument d’Atlee se défendait. La justice, c’était une affaire de définition. Dans la nature, l’ordre naturel des choses, sans altération humaine, était impitoyable. Dans les sociétés humaines, la justice était trop souvent utilisée comme un slogan plus qu’un concept. D’un pays civilisé à l’autre, il y avait des différences, parfois subtiles, parfois majeures. Même la façon dont les super héros voient leur rôle change allant des modérés aux extrémistes. Alors pour la Stratanne, s’y retrouver, quand on lui a dit qu’elle était la gardienne de la Terre et qu’elle devait tout faire pour la protéger… Où tracer la ligne, quand tracer la ligne, devait-elle-même le faire? Une chose était certaine : si Superman ne voulait pas avoir le sang de Cadwell sur les bras, il allait devoir désamorcer une situation épineuse… Qui n’était pas aidé par les commentaires arrogants du potentiel cadavre en devenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 30 Nov - 17:49
Terra retrouva ses esprits, pendant que le vilain les perdait. Il se mit à vociférer en direction de celle- ci, mi- arrogant, mi-dégoûté. Se retrouver dans une situation pareille à cause d'une gamine, ce n'était normalement possible que dans un épisode de scooby doo, l'un de mes dessins animés préférés avec les super nanas (bah ouais, elles sont très courageuses). On dirait que ces provocations fonctionnaient, puisque la Stratanne génèrait des bras et une tête à partir du métal, chose nouvelle pour moi, puisqu'elle était censée être géokinésiste et non métalokinésiste. En tout cas, l'expression furieuse de cette tête métallique et l'hostilité des bras ne disaient rien qui vaille. Je relâchai Cadwell au sol et me tournai vers Terra.

"L'impitoyable justice dispensée dans la nature? Tu es sérieuse? Est- ce là ce que veulent nous apporter Strata? Alors non merci."

J'avais tout de suite l'impression de m'être trompé sur son compte, ce n'était pas la première fois. Il m'était par le passé arrivé de rencontrer des alliés sortis de nulle part, avec des intentions louables qui me subjugueraient presque. Mais au bout d'un moment, ils révélaient leurs véritables méthodes et alors, il m'était impossible de collaborer avec eux. Bien plus, la plus part devenaient des véritables vilains devant être neutralisés. Et dire que j'avais cru que cette fois, ce serait différent avec cette fille. J'avais baissé ma garde sous prétexte qu'elle en était une, sans essayer de me rappeler mes expériences passées. Au final, les gens avec un tant soit peu de pouvoir finissaient par se corrompre d'eux- mêmes en se plaçant au-dessus des lois humaines. Je lâchai un véritable soupire de déception.

"Alors c'est tout? Tu agissais en héros pour finalement glisser au premier coup dur?"

Je m'avançai vers elle lentement pour éviter de la brusquer, pas parce que j'avais peur qu'elle me blesse, mais parce qu'à la moindre attaque de sa part, je serais dans l'obligation de la traiter comme une criminelle. Nous étions dans un tournant dans notre relation. Malgré tout, je voulais croire en elle, croire qu'elle était capable de mieux. En sondant ses grands yeux violets, je sus immédiatement ce qui lui manquait: de l'humanité. C'était pourtant le seul trait de caractère en moi qui avait de la valeur, qui me rendait si prompte à protéger tout ce qui était vital. Mon héroïsme ne venait que de là, ce fut prouvé lorsque je perdis mes pouvoirs en pensant que ce serait définitif.

"Comment crois- tu pouvoir sauver les humains, si tu n'essaies pas d'en être une? Je devine que tu ne pense pas mal agir, sûrement ta mentalité de Stratanne. Mais crois- moi, la bienveillance et la compassion sont des qualités qu'on ne doit jamais perdre en toute circonstance. Même si tu es en train de brutaliser un méchant, il ne faut pas oublier qu'il était né innocent et peut le redevenir. Tu dois trouver mes paroles bien mystérieuses, alors je vais te dire quelque chose que tu risques d'assimiler rapidement: si tu veux rester libre dans cette partie de la Terre, je te conseille de te comporter plus humainement que tu en as l'habitude. Les lois humaines te concerneront tant que tu vivras parmi eux, est- ce clair? Sinon, tu peux dors et déjà me considérer comme ton pire ennemi."

Cette enfant avait besoin d'être éduquée par d'autres personnes que ces gens d'en-dessous qui avaient un regard extérieur et froid par rapport à la vie humaine. S'il le fallait, je la corrigerai sur ces choses qu'elle ignorait, sur des principes qui faisaient la stabilité de la société humaine. En effet, donner le droit à une personne de mettre à mort d'autres, pour de bonnes ou mauvaises raisons, ne feraient que nous ramener à une époque d'obscurantisme et d'ignorance. Aussi longtemps que Terra continuerait de penser qu'elle avait le droit de faire justice parce qu'elle était plus spéciale que les autres, elle serait un danger potentiel pour les innocents aussi. Un innocent l'était par décret, pas celui d'une seule personne, mais celui d'une population entière. Bien qu'il puisse y avoir des exceptions selon les circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 30 Nov - 18:43
« Mais c’est ça que je ne comprends pas! Et ce n’est pas parce que Power Girl n’a pas tenté de me l’expliquer. Si on est les gentils mais qu’en laissant les méchants vivre nous leur permettons de tuer à nouveau, nous devenons complices de leurs crimes! J’ai lu les lois humaines et elles sont claires. Si par ta collaboration un méchant peut faire le mal alors toi aussi tu es considéré comme un méchant! »

De la confusion. Une tonne et demi de confusion même. Atlee n’était pas méchante. Elle ne voulait pas consciemment faire le mal. Elle venait d’un monde où le mensonge n’existait pas. Où les crimes n’existaient pas. Où tous tentaient d’aider à faire une société meilleure, une société plus belle où il fait bon vivre. Et là, la voilà sur terre avec toutes ses cultures, ses ethnies, ses religions, ses lois qui changent d’un endroit à l’autre, ses médias et sa propagande. Comment pouvait-elle prendre le risque conscient de laisser un méchant aux autorités tout en sachant qu’il y avait 90% de chances pour qu’il s’enfuit, causant des morts et des blessés pour recommencer ensuite à faire le mal et à le répandre? Mais elle ne passa pas aux actes. Les mains de métal se reconfigurèrent (le métal étant issu du monde minéral, elle pouvait donc le contrôler).

Elles se reconfigurèrent en des mains plus normales qui vinrent aider son corps encore à demi paralysé à se remettre debout. Oui parce que bon, elle n’était pas dans une position très confortable. Et Superman avait tout faux. Strata avait tellement de choses à apporter à la surface, un modèle de bienveillance et d’altruisme. Aurla avait sauvé Ultra Humanite pour remettre le cerveau d’Atlee dans son corps. Elle l’avait même guéri, ce qui avait laissé Power Girl presque sans voix. Presque parce que pour couper le sifflet à Power Girl, il fallait faire quelque chose de vraiment énorme. Atlee, maintenant supportée par les mains de métal, sentait qu’elle pouvait remuer les jambes. Le paralysant se dissipait plus rapidement que prévu. Elle essayait de se tenir bien droite devant Superman… Ce qui était plus difficile à faire qu’à dire en vérité. Elle essaya malgré tout.


« Il n’y a pas de crimes à Strata. Pas d’émotions négatives. Nous travaillons ensemble à bâtir une communauté saine basée sur le respect mutuel. Mais ici… À la surface… Un Stratan ne pourrait survivre. La douleur, la souffrance, la mort, la corruption… C’est au-delà, bien au-delà de tout ce que j’avais pu imaginer. Je ne suis pas une méchante. Je ne veux pas faire le mal. Mais je ne peux pas… Je… »

Elle se laissa tomber dans les bras de Superman. C’était tellement dur d’être une super héroïne. Superman avait eu des années pour comprendre les humains. Elle avait eu quelques mois. On ne pouvait même pas encore dire raisonnablement « des années » dans le cas d’Atlee et très certainement pas autant que quelqu’un qui avait même été élevé par ces mêmes humains. Elle avait tellement de pression sur les épaules que parfois elle avait l’impression qu’elle allait juste s’effondrer. Elle se disait qu’elle aurait dû rester avec Power Girl, finalement. Elle préférait encore jouer les faire valoir plutôt que de se retrouver confrontée à ce genre de dilemme moral. Elle ne comprenait pas. Tout simplement. Elle avait trop peur de mal faire pour analyser calmement la situation. Un vrai paquet de nerfs qu’on avait relâché dans la nature avec de vagues instructions…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 1 Déc - 16:55
Je soupirai de soulagement en voyant les mains changer d'apparence, lâchant un petit sourire satisfait. Je ne m'étais peut- être pas autant trompé que je ne le croyais, Terra n'était pas non plus un cas perdu, loin de là. Son acte pouvait être mis sur le compte d'un emportement passager, bien que ce n'était pas non plus une raison suffisante. Et si je n'avais pas été là? Elle aurait sans hésité commis l'irréparable, cette réalité m'effrayait au plus haut point. Mais comme je le pensais, il lui fallait une éducation humaine au plus vite. Avant, elle devait se rendre compte qu'être un héros demandait bien plus que de simples bonnes intentions, beaucoup de criminels en avaient. Les nouveaux bras se tendirent doucement vers la jeune fille pour la relever devant moi. J'aurais voulu qu'elle reste allongée encore un moment, pour qu'elle se remette, mais qui étais- je pour l'empêcher de faire ce qu'elle souhaitait? Je restais tout de même proche d'elle, afin de pouvoir lui venir en aide en cas de besoin.

"Bien sûr que tu peux."

Dis- je en la rattrapant, l'enlaçant affectueusement. Dans cette position, on dirait une fille ordinaire, fragile et épuisée autant physiquement que mentalement. Rien en elle en ce moment ne dénote de capacités extraordinaires, ni d'un talent à l'héroïsme. Combien d'ennemis avaient pu la juger sur cette seule apparence? Sans compter des attributs plutôt impressionnant pour une fille de son âge (oui je crois toujours qu'elle est en dessous de la vingtaine). J'aurais sans doute fait cette erreur aussi, avant de la voir à l'oeuvre.

"Tu m'as dit que des sauveurs sont envoyés régulièrement aider les humains, donc ton peuple connait bien les humains. Ils ne t'ont pas envoyé par hasard, si tu es là c'est que tu en es capable. C'est vrai que ton obstination est agaçante, mais c'est aussi ta force. Tu ne dois pas abandonner, si réellement, tu veux le bien de l'humanité. Tu as dit vouloir suivre mes pas, alors ne laisse pas tomber maintenant. Et à chaque fois que tu trébucheras, relève- toi de plus belle, pour aller de l'avant. Je ne serais jamais loin et je t'observerai grandir, mûri et enfin, sauver le monde. Tu en es capable Terra."

Je passais lentement ma main chaude sur sa tête et son front pendant cette précédente réplique, une main qui pourrait contenir l'entièreté de son crâne sans problème. Avec un sourire bienveillant, j'appuyai le bout de son nez du bout de l'index.

"Et peut- être qu'un jour, ce sera toi Superman."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 1 Déc - 18:19
« Je ne vais pas abandonner, ça non. Mon peuple compte sur moi et je dois protéger la Terre. Je n’ai pas vraiment le choix que de continuer, pas vrai? Et tu seras vraiment là pour me regarder devenir une meilleure super héroïne? Cool… Mais je ne pourrai jamais être toi. Tu es de sexe masculin et tu viens d’une autre planète… Alors que moi je suis de sexe féminin et que je viens de la sousface… »

Était-ce si étonnant qu’Atlee ne comprenne pas le second degré ou les métaphores? Pas tant que cela en fait. Superman avait bien deviné qu’il lui restait encore beaucoup à apprendre de la culture terrienne et de ses subtilités. Entre observer de loin une espèce aussi complexe que l’humain et vivre parmi eux, c’était littéralement deux mondes. Elle faisait de son mieux pour s’adapter et au moins dans la situation actuelle Superman avait réussi à désamorcer une situation qui aurait pu autrement être tragique. Superman était une présence rassurante et donc toute l’agressivité que Terra pourrait avoir fondit comme neige au soleil. LÀ l’enquête était résolue. Les pierres précieuses, les échantillons de roche, les métaux précieux… Atlee au final était satisfaite. Tous les méchants étaient neutralisés, le butin récupéré et en plus elle recevait un peu d’affection.

Elle eut besoin de Superman pour pouvoir sortir des tunnels, encore trop faible pour se déplacer seule. La police vint cueillir Cadwell et ses sbires. Elle aurait bien besoin d’un chocolat chaud tiens. Elle était devenue accro au chocolat. Comment une chose si délicieuse ne pouvait pas exister à Strata? On leur posa des questions, bien sûr. Sur la bataille, sur le butin, sur les victimes sauvées d’un esclavage forcé… Et ce n’était que les forces de l’ordre. Les journalistes, inévitablement, les attendait dehors. Et là, ce serait vite le cauchemar. Atlee n’aimait pas les médias. Elle faisait ce qu’elle faisait parce que c’était la bonne chose à faire. Pas pour la gloire. Et les journalistes étaient plus intéressés par son physique que par ses actes. Du coup, elle se cacha derrière Superman qui était assez robustement bâti pour la dissimuler entièrement. Pratique quand on y pense.

Elle se sentait encore faible et n’avait pas envie de répondre à des questions. Elle avait vraiment l’air d’une gamine apeurée. Et en plus Superman devait bien avoir une copine non? Que dirait-elle si elle le voyait avec une autre super héroïne? Elle ne voulait pas être la source d’un conflit ou d’un litige. Elle répétait à voix basse « fais les partir » à Superman. Elle voulait du calme, son chocolat chaud et se sentir en sécurité. Ce n’était pas demander la lune quand même. Malgré un arsenal de pouvoirs impressionnants, elle restait quand même vulnérable, Atlee. Une réalité qui met en évidence quelque chose de trop souvent oublié, trop souvent négligé : ce n’est pas parce qu’on est un super héros que l’on n’a ni émotions ni sentiments ni des moments où on se sent mal. On parle de tonnes de pression à porter sur ses épaules et souvent on porte ce fardeau seul.


« Est-ce qu’on est obligés de parler aux journalistes? Je n’aime pas les journalistes ils posent des questions bizarres et ne semblent pas s’intéresser à la vérité. Pas tous. Mais certains d’entre eux. Ils prennent des photos de moi plus qu’ils ne m’écoutent. C’est encore pire quand je suis avec Power Girl. Est-ce que tu peux les faire partir? Je veux juste un peu de calme et un chocolat chaud… »
Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée au musée (PV Clark Kent/ Superman) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tous les héros ne portent pas forcément une cape (PV Clark Kent/ Superman) (Terminé)
» SUPERMAN RETURNS - SUPERMAN/CLARK KENT 2in1 (MMS50)
» DC DIRECT - SUPERMAN / CLARK KENT - N°2
» Clark Kent
» SUPERMAN RETURNS - CLARK KENT (MMS27)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis en ruines-