[Pré SVM II] Celui qui a volé de l'or est mis en prison, celui qui a volé un pays est fait roi. (PV Cheshire)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

MessagePosté le: Ven 11 Déc 2015 - 14:23
Un plan dans un plan. Pour mieux confondre l'ennemi, pour toujours conserver une avance sur ce dernier, il faut savoir planifier, anticiper, prévoir sur différents termes. Ce n'était qu'une question de minutage. Ce n'était qu'une question, bien malgré elle, d'attente. Chose qu'elle détestait faire mais face à laquelle elle était contrainte de se plier. De se soumettre. Et cela l'énervait au plus haut point mais elle devait penser selon cette nouvelle réalité. Curieusement, pour quelqu'un d'ordinaire brutal, impitoyable et expéditif, Astarte s'en sortait remarquablement bien à ce nouveau jeu. À un tel point, en fait, qu'elle se demandait si ce n'était pas codé quelque part dans sa génétique. Aujourd'hui, une opération pour une mercenaire. Un contrat alléchant et surtout, un test. Elle avait fait ses devoirs. Elle avait enquêté sur Cheshire, usant de ses propres espions, de la Ligue (et donc de Talia) et elle avait exploré bien des pistes. Ultimement, elle en était à se demander si l'individu était fiable.

Le problème quand on a des allégeances multiples, comme c'était le cas pour la mercenaire, c'est qu'à un moment donné, l'un de vos employeurs peut exiger de vous de faire quelque chose qui va contre le principe même du mercenariat. La loyauté. Il y a une différence entre honorer un contrat et honorer un contrat et aller en faire part à un employeur rival. Jusqu'à présent, Cheshire semblait fiable. Faute de certitude, un test était nécessaire. Et pas n'importe quel test. Il fallait faire dans l'extrême. Penser plus grand que l'ordre et les limites établies. Et pour arriver à ces fins, il fallait se débarrasser de tout bon sentiment, de toute émotion positive. De toute humanité. Et pour Astarte, c'était facile car c'était déjà fait. Ou à tout le moins, face au monde, face à la vie, face à tout ce qui n'était pas elle ou les siennes. Pour le moment malgré tout le cérémonial fait avec Cheshire, l'humaine était un outil précieux. Outil qui finirait par  perdre de son utilité. En revanche, si elle était vraiment prête à faire le dernier pas…

La Citizenry ne fait pas dans la demi-mesure. Ce n'était pas demain la veille que les choses changeraient. On est avec l'Impératrice ou contre l'Impératrice. Et donc pour les besoins de cet exercice, le personnel scientifique de la Citizenry avait concocté un sérum qui, temporairement, pouvait donner des pouvoirs dépassant l'entendement. Ou tout du moins qui pour le commun des mortels dépassaient l'entendement. Le pouvoir corrompt. C'est une réalité que connaissait très bien l'Impératrice du Serpent d'Argent. Plus encore, il révèle la vraie nature des gens. Il empoisonne, il intoxique, il enivre quiconque en consomme ne serait-ce qu'une infime parcelle. Ainsi, elle verrait bien. Elle verrait ce qui se cachait réellement derrière la mercenaire. Qui était réellement Cheshire. Évidemment, ce qu'Astarte donnait, elle pouvait aussi le reprendre. Il aurait été particulièrement vicieux de rendre Cheshire accro au sérum sans avoir des doutes raisonnables sur le fait qu'elle trahirait la Citizenry.

Mais c'était une idée intéressante malgré tout. La Citizenry était impitoyable. Elle testait les forts, éliminait les faibles et testait encore les forts jusqu'à en faire des armes vivantes. Oui, la mercenaire était doué. Compétente. Au-dessus de la moyenne. Mais elle n'était pas encore du vrai matériel de la Citizenry. Il fallait encore la forger. Les meilleures armes après tout peuvent constamment être améliorées. Et c'est précisément ce qu'elle se proposait de faire avec la mercenaire si cette dernière passait le test. C'était un énorme SI. Le processus de sélection était impitoyable. Rares étaient ceux qui n'appartenaient pas à cette faction qui survivaient à ce que l'Impératrice pouvait exiger. Mais ceux qui réussissaient se voyaient investis de privilèges que seule une puissance de cette envergure pouvait offrir. Pour le moment, tout ce que Cheshire savait, c'était que la Citizenry l'avait convoquée pour une importante mission impliquant Tynanda...
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Sam 12 Déc 2015 - 14:48
Cheshire faisait désormais partie de la Citizenry. Enfin, c'était ce qu'elle croyait pour sûr. Elle avait été demandée en Afrique, sans plus de détails sur la mission que le fait de savoir qu'elle était importante. Quand il s'agissait de la Citizenry, évidemment que ça allait être important, ce n'était pas la peine de le préciser. Une organisation souhaitant mettre toute la Terre à ses pieds requérait forcément des interventions importantes. Rien n'était laissé au hasard, surtout pas avec la leader de cette organisation.

La mercenaire ne savait rien d'elle, même pas son véritable prénom. Son employeur se nommait Sarris, mais l'être vêtu tout en armure et dirigeant une armée gigantesque de femmes guerrières, elle, Cheshire ne la connaissait pas. Si cette mission en Afrique était probablement un test pour Cheshire, elle servirait aussi à se renseigner sur les mystères de la Citizenry. D'ailleurs, un test pour quoi? Détruire Greenville veut déjà été une preuve des capacités de Cheshire. Alors quoi? Oh, la Citizenry voulait une preuve de sa loyauté. Très certainement. Et bien, Cheshire la voulait aussi cette preuve de loyauté. En effet, malgré l'admiration qu'elle portait à la femme rousse, elle ne savait même pas si elle réussirait à tenir ses engagements auprès de son organisation. Elle était comme ça, imprévisible pour ses ennemis et victimes mais imprévisible pour elle-même aussi.

Quoi qu'il en fut, Cheshire ne tardait pas à faire des affaires pour l'Afrique et monta dans la premier bateau. À l'ancienne. Elle connaissait un contact sur ce bateau qui la faisait monter à bord sans payer quoi que ce soit et voyageant incognito. Avec elle, une simple valise contenant le nécessaire et surtout son équipement. Elle avait prit la totale. Il ne fallait pas décevoir son patron. Le voyage fut assez long mais la jeune femme avait prévu ce temps pour arriver peu de temps seulement après sa convocation.

Le lieu où elle devait se rendre avait connu des jours sombres avec son dictateur et des guerres civiles. Quelle mission allait-elle donc devoir gérer là-bas? Ayant emprunté un quad afin de s'y rendre, Cheshire arriva dans la ville principale vidée de ses habitants et dégageant une odeur de mort. La mercenaire n'attendait que ses ordres maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Sam 12 Déc 2015 - 19:43
Cheshire était arrivée et une des guerrières d’Astarte, déguisée en civile humaine (avec plus ou moins de succès considérant que un, c’était une femme caucasienne d’apparence, deux, elle était plus grande que la moyenne comme toutes les soldates d’Astarte et trois, elle avait une démarche bien trop martiale pour être une personne « ordinaire »). Qu’importe. La guerre civile faisant rage, les survivants étaient trop occupés à fuir et les mourants à agoniser pour remarquer la chose. La guerrière d’Astarte conduisit Cheshire vers un bâtiment à l’écart qui semblait avoir bien mieux survécu au chaos que ceux aux alentours. En fait, en y regardant bien, avec les sacs de sable, les barbelés et les sentinelles sur le toit et aux fenêtres (sans oublier les cadavres pourrissants de ceux qui avaient essayé de charger les lieux), on comprenait pourquoi.

Descendant vers le sous-sol, la guerrière et la mercenaire croisèrent plusieurs autres guerrières armées avec du matériel humain. Nul besoin de révéler une présence extraterrestre. Elles finirent par arriver dans une pièce qui servait manifestement de centre de commandement mais à voir la disposition de l’équipement, c’était une installation mobile. Astarte, dans toute sa blondeur (car rappelons que le roux c’était une couleur d’emprunt de son dernier « déguisement »), se tenait devant un écran couvert de symboles et d’une écriture définitivement extraterrestre et semblait, comme à son habitude, parfaitement impassible. Autour d’une table holographique, ce qui devait être des officiers de la Citizenry débattaient âprement mais cela ne dura pas longtemps car d’un ordre sec, toute activité cessa et les regards se tournèrent vers Cheshire.


« Bien. Te voilà. Aujourd’hui, tu vas devenir une… Héroïne du peuple. Enfin. Pour certains. Tu vas mettre fin à la guerre civile. Une activité récurrente de la Citizenry ces derniers temps. Toi seule contre une armée, contre un pays. Je serai là à titre d’observatrice. Et bien sûr, pour te donner une meilleure chance, tu aurais le rare privilège d’utiliser notre technologie. Un sérum, pour être plus exacte. »

Une des femmes sous les ordres d’Astarte s’avança avec, dans ses mains, une fiole. Sans un mot, elle la tendit à Astarte qui la fit tourner entre ses doigts tout en expliquant à Cheshire ce que faisait le sérum. C’était, en quelque sorte, un sérum de super soldat. Il rendait plus fort, plus vite, plus endurant, plus… Vous voyez le genre. Évidemment, ce serait temporaire mais cela ferait de Cheshire une armée à elle seule. Oh elle ne serait pas invulnérable aux projectiles mais en même temps, c’était déjà une des meilleures mercenaires au monde, si en plus on augmentait des capacités déjà prodigieuses… Son facteur de régénération serait aussi grandement amélioré donc… Oui. Cheshire deviendrait une force de la nature à elle seule, capable de soulever quelques tonnes et tout ce qui va avec le vieux rêve de super soldat. Temporairement.

« Évidemment, nul besoin de te dire que cette substance est ultra confidentielle et qu’en divulguer l’existence est l’équivalent de la haute trahison. Et je suppose qu’il serait utile de mentionner que pendant les premières secondes où le sérum est actif, c’est extrêmement douloureux car il reconfigure une partie de ton organisme. Mais bon. Tu peux endurer la douleur, non? Tu es Cheshire après tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mar 15 Déc 2015 - 22:42
Cheshire fut conduite dans un bâtiment se dégageant du décor belliqueux et vit à l'intérieur les mêmes femmes qui se trouvaient dans le vaisseau lorsque Cheshire fut admise dans la Citizenry. Elle vit la femme qu'elle respectait, une des seules au monde, faire taire ses soldats, et vit tous les yeux la fixer. Ca aurait pu être gênant mais la mercenaire avait hâte de découvrir sa mission et n'était concentrée que sur ce point. Elle lui adressa la parole.

Cheshire n'en crut pas ses oreilles quand elle se vit proposer un sérum qui augmenterait ses capacités. C'était inouï. Une occasion à ne pas manquer. Elle se voyait déjà surhumaine jusqu'à la fin de ses jours. Jusqu'à ce que la leader de la Citizenry lui dise que ce serait temporaire. Évidemment, il ne fallait pas trop rêver. Il ne fallait pas non plus désirer garder cette merveilleuse chose pour elle: l'avarice serait punie, elle l'avait compris. Et la punition était d'avoir la tête arrachée, donc Cheshire passa son tour. Face à une femme blonde comme celle-ci, mieux valait se tenir à carreau.

À peine se faisait-elle cette réflexion qu'elle pensait aussi au fait que lorsqu'elle serait surhumaine, elle pourrait s'enfuir tranquillement et profiter de ce sérum comme elle l'entendait. Bon là, elle rêvait vraiment, les soldats se jèteraient instantanément sur elle. Vraiment, Cheshire enchaînait les idées les unes après les autres mais toutes ces idées concernaient la trahison ou l'orgueil. Elle devait stopper ça tout de suite si elle voulait satisfaire.

- Pas de problème.

Elle avait pris la fiole tendue, l'avait ouverte patiemment - rien qu'un trompe-œil puisqu'elle trépignait intérieurement de découvrir ses effets, puis la porta à ses lèvres. En une gorgée, elle fit passer le liquide de la fiole à ses veines et se sentit défaillir. Mais ayant été prévenue, Cheshire garda la tête droite et commença à souffrir lentement. Ses membres s'étiraient et s'allongeaient, mais en regardant ses mains, elle vit que ses membres étaient toujours à leur place. Tout ce qu'elle ressentait en cet instant n'était qu'intérieur et pourtant tout lui semblait extrêmement réel. La douleur était réelle. Son cerveau semblait se détacher de son crâne. Son sang déjà bien chaud bouillonnait maintenant. Malgré elle, elle tomba à terre les genoux d'abord et se tint le visage, ses griffes s'enfonçant presque dans ses tempes et son front.

Cheshire se voyait souffrir comme si ses yeux s'étaient détachés de son corps et qu'elle ne pouvait rien faire en s'observant, misérable et criant de douleur. Elle sentit ses muscles composant son corps entier exploser les uns après l'autres, alors qu'ils étaient seulement en train de s'endurcir. Son cœur éclata en mille morceaux, mais il n'était en fait qu'en train de s'habituer au changement organique que lui faisait subir le sérum. Le visage baissé au sol et les paumes posées à terre parallèlement à ses genoux, Cheshire crachait.

Elle se releva, regarda au plafond, sans qu'il n'y ait de raison particulière, puis fixa sa boss. Elle tenait une forme du tonnerre. Ses instructions avaient été données juste avant, elle devait mettre fin à la guerre civile qu'endurait l'Etat. Cheshire sentait son ego gonfler de plus en plus. Son esprit était embrouillé. Peut-être retrouverait-elle la raison sous peu, en attendant elle n'avait qu'une envie: détruire comme elle ne l'avait jamais fait. La mercenaire remonta les marches qui menaient au sous-sol sans dire un mot, et sortit du bâtiment, équipée jusqu'aux dents. La partie du chat et de la souris commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Mer 16 Déc 2015 - 4:17
« Fascinant. Vraiment fascinant. »

« Impératrice? Qu’est-ce qui est fascinant? »

« L’humaine. Cheshire. Nous sommes en train de forger une arme, mes fidèles guerrières. Elle était une simple mercenaire, sans loyauté tuant parce qu’elle pouvait tuer, semant le chaos par envie, par caprice. Nous lui avons donné un but, une cause, une famille. Elle pourrait nous trahir. Le sérum est un inhibiteur. Vous savez très bien de quoi cette formule est capable. Mais regardez la. Regardez attentivement.

Elle a enduré la douleur et après elle est partit au combat. Mais elle est partit accomplir sa mission pour moi. Pas pour l’argent. Simplement pour me faire plaisir. Elle va tuer non pas par plaisir mais dans le but d’accomplir quelque chose de plus grand qu’elle. Elle va répandre le chaos en mon nom. Ma principale inquiétude était qu’elle ait accepté de se joindre à nous sur un coup de tête, pour son bénéfice. Manifestement… »


Jamais Astarte n’admettrait à voix haute de s’être trompée. En revanche, Cheshire avait réussi ce que plusieurs n’avaient su faire, impressionner l’Impératrice du Serpent d’Argent. Elle s’était attendue à trouver une opportuniste, quelqu’un sur qui il était impossible de se fier, quelqu’un qui lui planterait un couteau dans le dos. Elle réalisa, avec un temps de retard qu’en vérité… Cheshire la respectait réellement. Et c’était bien ce qui la surprenait. Logiquement l’humaine n’avait aucune raison de lui offrir autant de respect. Oui, Astarte était puissante, influente et dégageait un aura de chef, de leader mais… Elle ne s’attendait pas à ce que Cheshire la tienne en si haute estime. Ce qui forçait à réévaluer le cas de l’humaine. Ce qui ferait possiblement d’elle la première ou une des premières volontaires à jamais avoir rejoint la Citizenry.

Il y avait beaucoup à admirer chez l’humaine. Cheshire était libre de ses choix, de ses actions. Astarte se savait condamnée depuis longtemps, vivant sur un temps qui n’était plus le sien, une morte en sursis dont l’esprit souffrant la poussait petit à petit vers la folie et la mort. Elle aurait sacrifié beaucoup pour pouvoir avoir la vie qui lui était destinée, celle d’une amazone qui aurait dû diriger ses consœurs, vivre une vie pleine et heureuse… Mais non. Elle n’avait que connu l’horreur et le désespoir en se sacrifiant pour une sœur qui l’avait oublié. Cheshire désirait des pouvoirs surhumains pour transcender ce qu’elle était. Astarte aurait sacrifié tous les siens pour pouvoir ravoir ce qui était perdu à jamais. Elle chassa bien vite ces pensées. Ce serait faiblesse que de trop se concentrer sur ces pensées qui n’avaient rien de constructives ou de pragmatiques.

Non elle se concentra plutôt sur Cheshire pour qui elle avait de grands projets désormais. L’hésitation initiale avait laissé place à un embryon de respect ce qui en soi était un exploit colossal. Il était plus intéressant de regarder Cheshire défoncer des murs de béton à mains nues, d’éventrer des voitures et d’utiliser, d’abuser de ses pouvoirs surhumains bien que temporaires. Définitivement du matériel de la Citizenry. Et un jour, un jour… Elle lui ferait sans doute le plus beau cadeau qu’elle pourrait lui faire : rendre ces pouvoirs temporaires permanents. Qui plus était dans l’intervalle, rien ne l’empêchait d’offrir à la mercenaire des doses dont la durée était de plus en plus longue. La douleur serait toujours présente quand le sérum prendrait effet mais Cheshire finirait par désirer cette douleur car elle s’avèrerait être le prélude à sa surpuissance. Oui…


« Montres moi ce que tu peux faire, Cheshire. Abuses de mon don. Montres à ces mortels que tu es une déesse… »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mer 16 Déc 2015 - 20:45
Cheshire avança tout droit pour s'éloigner du bâtiment et aller au cœur même de la ville où les soldats du dictateur de l'Etat se trouvaient. Elle se sentait tellement puissante et imbattable. Elle pouvait tout se permettre. Se focaliser sur la mission signifiait finalement s'amuser un peu. Il lui suffisait d'éliminer des soldats et opposants de cette guerre civile.

Elle longeait les rues semblant sortir tout droit d'un film post-apocalyptique. Et ce fut à ce moment qu'elle fut attaquée. Au moins, c'était elle qui était offensée la première, mais c'était probablement prévisible vu sa tenue et ses armes, les hommes présents sur le terrain préféraient agir les premiers et le plus rapidement possible en voyant une femme qui était forcément à une mercenaire.

Une musique classique entraînante et enjouée flottait dans l'air tandis qu'elle effectuait ses coups mortels. En fait, Cheshire était comme dans un rêve. Elle était aussi légère qu'une plume et tout paraissait extrêmement facile. Et tout était réellement facile, maintenant qu'elle avait un sérum puissant qui voulait dans ses veines.

Des balles furent tout d'abord tirées sur elle mais elle les esquivait toutes avec une vitesse qu'elle n'avait encore jamais eue. Elle vit ensuite venir vers elle cinq hommes aussi bien équipés les uns que les autres et prêts à en découdre avec elle. Les yeux dénués d'expressivité, elle les affronta en même temps. D'un coup de katana, elle les avait chacun touchés.

D'autres misérables s'approchaient et regrettaient aussitôt leur action. Des civils aussi couraient vers elle et cherchaient querelle, ne sachant sûrement pas si elle était du côté du peuple ou des soldats. Alors que la réponse était évidente. Si Cheshire était quand même consciente d'une chose, c'était que les hommes se valaient tous et n'avaient vraiment aucun bon sens.

La mercenaire ôtait la vie à quiconque passaient devant elle, regardant à peine qui ils étaient. Elle agissait toujours sous l'effet d'euphorie du sérum, elle ne mesurait pas réellement ses gestes. Mais le moins que l'on pouvait dire, c'était que dans tous les cas, c'était efficace. Son patron voulait qu'elle mette fin à une guerre civile, c'était ce qu'elle faisait. Rapidement et proprement. Peut-être sans trop y réfléchir, mais au moins dans l'impression d'être la mercenaire la plus puissante de la planète, et elle voulait bien profiter le maximum de ce sentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Mer 16 Déc 2015 - 21:24
« Impératrice! L’armée du tyran envoie cinq chars d’assaut pour triompher de votre mercenaire! Devons-nous intervenir? Nous avons… »

« Non. Je veux qu’on laisse Cheshire s’amuser. Que pensent-ils pouvoir accomplir avec ces conserves sur chenilles? Il s’agit de la technologie de la Citizenry. Cheshire détruira l’ennemi comme s’il était un vulgaire insecte. Regardez bien mes guerrières, cette expression euphorique sur son visage que seul le vrai pouvoir peut fournir… Je ne vais pas priver Cheshire de ses proies. Ce serait… Mesquin. »

La mercenaire est effectivement en train de semer mort et destruction à une échelle qu’elle n’avait jamais encore accompli jusqu’alors. Greenville? De la petite bière en comparaison. Et ce n’est rien de le dire. Cheshire est agréable à regarder, pleine de vie et d’énergie, voguant sur une vague de bonheur alors qu’elle fait ce qu’elle sait faire de mieux : tuer. Et ce n’est pas un reproche, oh non. Cheshire agit comme Astarte s’attend que ses guerrières agissent. Sans hésitation. Sans remord. Sans pitié. Cheshire est une arme vivante. Un instrument de mort. Nul n’a le droit de lui retirer cette réalité fondamentale. Dans un monde où la loi du plus fort a simplement troqué les gourdins de bois pour le veston cravate, il est plus que temps de montrer que ce n’est pas dans une salle de conseil d’administration que la guerre se joue mais sur le terrain. Ici.

Ils sont incapables de l’arrêter. Astarte regarde, voit un soldat tirer au lance-roquette sur Cheshire qui l’esquive in extremis. Ils ne comprennent pas de quel pouvoir elle est investie. Ils ne peuvent imaginer le génie de la Citizenry. Et c’est tant mieux. S’ils savaient, il y aurait une chance qu’ils se préparent, qu’ils sachent comment se défendre et réagir. Mais encore là, Cheshire est douée, talentueuse, naturellement. Elle ne fait que bénéficier de capacités amplifiées. Véritablement, le succès de Cheshire est dû à 90% à sa propre personne. Un outil de plus dans son arsenal n’est pas une garantie de victoire mais pour qui sait s’en servir, c’est plus pratique qu’une bombe nucléaire. Et c’est une bonne chose que Cheshire sache s’en servir. Non définitivement, ils ne l’arrêteront pas. Ce misérable petit pays n’a pas de super héros pour le protéger. Une chance.

Cheshire va pouvoir s’amuser en toute impunité. Astarte continue d’écouter les rapports : la ligne de front change. Les forces en présence se redéployent. Cheshire est la cible à abattre. Les imbéciles. La mercenaire va apprendre une autre leçon importante. Pour une guerrière de la Citizenry au combat, l’Impératrice n’est jamais bien loin. Les chars d’assaut arrivent face à Cheshire mais Astarte ne compte pas laisser le doute planer dans la tête de la mercenaire. S’approchant d’une console chargée de surveiller les effets du sérum dans le corps de Cheshire, Astarte décide de lui donner un petit « boost ». Sait-on jamais, avec les chars d’assaut. Si Cheshire se sentait euphorique, là elle se sent carrément comme une déesse. Le sérum lui donne l’impression de pouvoir imposer sa puissance à n’importe qui, à la planète même. Elle va pouvoir déchiqueter les chars comme du vulgaire papier de riz.[/color][/i]

« Ah… L’ivresse du combat… Et de penser que si elle le désire, nous pouvons tester tant de choses ensemble… Observez mes guerrières, cette humaine transformée en une force de la nature… Plus dévastatrice qu’un typhon ou une tornade et pourtant ce n’est qu’une femme. Une femme capable de faire le travail d’une armée. Espérons simplement que le retour à la normale, ultimement, ne sera pas trop brutal. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Sam 19 Déc 2015 - 0:45
Cheshire était visée de toutes parts. Mais elle était presqu'intangible tant les balles étaient esquivées à une vitesse impressionnante. Et c'est alors que cinq chars d'assauts arrivèrent sur elle. La mercenaire commença à s'approcher vers les véhicules de guerre mais ressentit soudain un grand choc dans son cœur, ses membres se contractèrent et elle eut l'impression de recevoir une décharge électrique. En fait, elle eut à la seconde suivante l'impression de passer sur la chaise électrique. Mais c'était une douleur qui vous rend addictif. Ça lui avait fait un bien fou. Ses pupilles se dilatèrent et ses poings se serrèrent. Elle pouvait exploser n'importe quel mur en acier rien qu'avec ses mains.

Ultra rapidement elle s'élança sur le char le plus près d'elle et sauta sur le dessus. Elle décrocha d'un coup sec et avec aisance la trappe d'entrée du char et pénétra à l'intérieur. Les soldats qui s'y trouvaient se levèrent d'un bond mais se retrouvèrent à terre l'espace d'une seconde plus tard. Cheshire était imprévisible et courrait à la vitesse d'un jaguar. De l'intérieur du char elle le détruisit. Ses doigts s'accrochaient au quatre murs formant l'énorme véhicule et les séparaient avec une force considérable. Les trois autres chars tirèrent des missiles sans attendre sur Cheshire, désormais à la vue de tous avec le véhicule en miettes à ses pieds.

Dans une fumée se dissipant là où Cheshire se trouvait, on ne vit plus personne. Elle avait disparu. Et c'est là qu'elle les acheva tous l'un après l'autre, grimpant sur les chars et les éliminant à l'intérieur avec une finesse impressionnante. Quand le deuxième char fut vidé de tout souffle humain, elle en dit de même avec le troisième puis le quatrième et évidement le cinquième. Trop occupée à sourire à la vie en se découvrant ces capacités inhumaines, la mercenaire ne savait même pas en combien de temps elle effectuait tout cela. Mais elle l'avait bien fait en trente secondes précisément. Elle avait grâce à ce sérum éliminé une vingtaine d'hommes en trente secondes.

Pour le simple plaisir de goûter à l'incroyable force qui lui avait été offerte, elle détruisit les chars contenant les corps sans vie des soldats les conduisant une minute avant. Elle en souleva un et alla le jeter contre un bâtiment, puis en écrabouilla simplement un autre en le pétrissant avec ses poings. Les yeux toujours grand ouverts, elle se redressait en s'étirant, prête à passer au deuxième round.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Sam 19 Déc 2015 - 5:19
À plusieurs centaines de mètres de Cheshire, l’Impératrice du Serpent d’Argent riait à gorge déployée. C’était amusant, follement amusant. Rien n’était en mesure d’arrêter Cheshire et Cheshire succombait au pouvoir enivrant et addictif du sérum. Plus de morts! Plus de destruction! Ces pathétiques mâles, ces pitoyables humains n’arrêteraient jamais la mercenaire. Plus Cheshire tuait, plus elle utilisait sa prodigieuse force, sa vitesse impossible ou son agilité surnaturelle, plus elle voulait en profiter, en abuser. La Citizenry savait bien faire les choses. Un simple sérum rendant plus puissant et plus agressif? Petit joueur. Il fallait savoir garder une tête relativement froide pour être une combattante efficace. Mais créez un sérum qui « récompense » son utilisateur chaque fois qu’il adopte le « bon » comportement? C’était cent fois plus efficace.

Et encore. Cheshire avait droit à une version améliorée depuis le prototype. Anciennement, le sérum offrait une sensation de plaisir physique comparable à ce qui se produit au summum d’un échange de nature sexuelle. La Citizenry avait perdu plusieurs cobayes qui avaient cessé toute autre activité que de tenter de « plaire » au sérum et être récompensées. Mais Astarte et ses lieutenants n’étaient pas du genre à se décourager si facilement. Après plusieurs améliorations, correctifs et décès de cobayes, ils avaient mis au point la formule qui agissait sur le système de Cheshire. La Citizenry ne tolérait tout simplement pas l’échec. En fait, le mot n’existait probablement même pas dans leur vocabulaire. Dans la Citizenry, il y a des dizaines de façons de parler de la guerre et du combat. Aucun pour exprimer la pitié ou la compassion. Non, aucun.


« Impératrice! Des hélicoptères de combat, en approche. Quatre pour être exact plus un convoi complet de transports de troupes. Nous estimons à plus de cinquante le nombre d’ennemis qui convergent vers Cheshire. Quels sont vos ordres? »

« Patience lieutenant. Le nombre de troupes à leur disposition n’est pas infini et quand elle aura réglé le cas de cette seconde vague, elle aurait une fenêtre de temps acceptable pour se rapprocher du QG ennemi et causer encore plus de morts et de destruction. L’humaine maitrise ses nouvelles capacités physiques avec un taux de succès excédant nos pronostics les plus optimistes. Je veux continuer l’expérience. »

Tynanda n’était pas un énorme pays, non, loin de là. C’était une petite république, un tout petit pays. Avec une population d’à peine douze mille habitants (et encore c’était compter large), on comptait environ cinq cent personnes au kilomètre carré. L’armée ne dépassait pas le tiers de la population (en comptant les branches paramilitaires et « civiles) donc on pouvait compter au mieux 3300 soldats, on ajoutait à cela peut-être la moitié en rebelles (1650 personnes) pour un total de 4950 combattants, moins les morts et les blessés soit au moins le quart de ce total (donc un gros 3713 personnes, plus ou moins de combattants actifs), chaque mort causée par Cheshire était une perte importante, sans compter le matériel détruit. Non vraiment, après le passage de Cheshire et la fin de cette guerre, Tynanda serait amputée de la moitié de sa population.

« Et de penser que ce n’est même pas notre sérum le plus puissant… Je n’ose espérer voir les résultats de nos prochains tests. L’humaine continue de nous surprendre… »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mar 22 Déc 2015 - 0:21
Aux yeux d'un citoyen lambda, Cheshire pourrait presque passer pour un animal enragé. Ou pour un zombie assoiffé de toujours plus de cerveaux. En fait, elle éliminait de la même manière qu'elle le ferait pour un contrat, mais avec des sens acérés et surtout, le plus important, une énergie infatigable et une force surhumaine. S'accumulait à cela une folie lisible dans son regard et ses gestes. Elle était rapide et demandait sans cesse à tuer. Et on le lui servait comme sur un plateau. Les soldats affluaient et Cheshire n'était pas en manque.

C'était maintenant carrément la chevauchée des Valkyries qui fonçait sur la mercenaire, quatre hélicoptères et un attroupement de soldats venus rien que pour elle. Après ce dont elle avait été capable de faire, Cheshire sourit en se disant que ça allait être du gâteau alors qu'elle s'élançait la première sur eux, elle ressentit une douleur en elle et ses genoux fléchirent. Un défaut dans le sérum? Impossible, cela faisait déjà plusieurs minutes qu'elle l'avait ingurgité et qu'elle s'exerçait à mettre à terre bon nombres d'hommes.

Et la leader de la Citizenry n'aurait pas pu lui faire avaler un liquide montrant des faiblesses. Et pourtant Cheshire se retrouvait à vouloir vomir et à ne plus avancer. Elle cligna des yeux une dizaine de fois à la suite puis se redressa. C'était passé. Elle secoua la tête, se disant qu'il ne lui restait plus qu'à finir le travail. La moitié serait déjà faite après ces hélicoptères et ce convoi.

Ils étaient arrivés à sa hauteur. Cheshire escalada le mur d'une bâtisse pour ensuite sauter sur un des hélicoptères. C'aurait été de l'inconscience pure si elle ne s'était pas vu accomplir tant de choses en si peu de temps et avec une agilité et puissance incomparables. Dans l'hélicoptère, elle agrippa les cinq soldats qui s'y trouvaient et les jeta par-dessus bord. Ils maniaient une mitrailleuse mais avaient été pris de vitesse. Cheshire s'en empara donc et ouvrit le feu sur le convoi de soldats attroupés au sol. Le pilote évidemment réagit en faisant tanguer sa machine, cherchant par tous les moyens de faire tomber Cheshire, mais celle-ci restait bien en place. Elle avança vers le pilote, lui brisa la nuque et le déplaça pour prendre son siège.

Maintenant aux commandes, elle fit se rencontrer un hélicoptère et celui qu'elle contrôlait afin qu'ils créent une superbe explosion. Tout retomba sur le convoi. Dans le crash venu sur eux, plusieurs soldats perdirent la vie, mais Cheshire sortit de l'épaisse fumée noire indemne. Deux hélicoptères étaient encore dans les airs quelques mètres au-dessus d'elle et tous les soldats de trouvant à ses côtés passèrent sous les lames de la jeune femme.

Elle bondit incroyablement haut et entra dans un des deux hélicoptères, répéta les mêmes actions qu'elle avait faites quelques minutes plus tôt dans le premier, puis, ayant aussi éliminé le pilote, et sauta hors de l'engin et le laissa s'écraser sur d'autres soldats. Une vraie bête. Elle souleva avec quelque peu d'aisance un camion et le propulsa contre le dernier hélicoptère en l'air. Cheshire continua ensuite à neutraliser les soldats restants avec son katana et tout semblait facile.

Quand il y eut un grand silence dans les rues et que la mercenaire terminait d'achever les quelques derniers hommes qui respiraient, elle se mit vite en route vers là où se trouvait la base de l'armée. Elle courait, aucunement essoufflée par ce qu'elle venait d'exécuter et ayant visiblement encore bien plus à revendre.

Le quartier général se trouvait maintenant à quelques mètres d'elle. Personne ne s'était mis en travers de son chemin, ils avaient probablement pensé que les Valkyries de tout à l'heure auraient descendu Cheshire. Mais elle était bien arrivée à son but: elle sauta par-dessus le mur barbelé en effectuant un salto qui devenait extraordinaire grâce au sérum, et atterrit dans la cor principale. Les soldats allaient en baver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Mar 22 Déc 2015 - 1:52
Les signes vitaux de Cheshire fluctuèrent pendant un moment. Un effet imprévu de sa constitution et du sérum? Impossible. Ce sérum était le triomphe de plusieurs années de recherches. Alors quoi? En voyant de quoi il s’agissait, elle éclata d’un rire cruel. Quelqu’un avait essayé d’empoisonner Cheshire. Elle était une telle machine à tuer qu’elle n’avait sans doute pas réalisé qu’un de ses adversaires avait essayé de la poignarder. Le poison, qui aurait dû la mettre à terre et la paralyser lentement et en lui faisant connaitre une insoutenable agonie, l’avait à peine ralenti. Décidément c’était là un jouet fort amusant à garder dans son arsenal. Elle comptait bien s’en servir pour un autre projet en cours. Des assassins amnésiques. Une fois leur mission accomplie, pouf, plus de mémoire. Impossible de les lier à qui que ce soit ou à quoi que ce soit.

Il suffisait ensuite de les ramener à la base par un autre moyen de contrôle. Sans le savoir, Cheshire testait le sérum qui serait donné à ces dits assassin et au vu de l’efficacité des résultats, Astarte ne pouvait qu’être excessivement satisfaite. Cheshire allait maintenant s’attaquer au gros des forces ennemies, à la base militaire principale. Et après? Mais après, il restait à éliminer le dictateur en place et le chef de cette insurrection. Et ça, c’était le travail de l’Impératrice, de convoquer un sommet pour la paix… Sinon elle enverrait Cheshire finir le travail. Il ne faisait aucun doute à ses yeux que les humains se conformeraient à sa demande. Elle ne comptait pas récompenser leur manque de collaboration. Tynanda lui appartiendrait, d’une façon ou d’une autre. Et Cheshire recevrait ce qui lui était dû. Elle avait été essentielle à son plan, après tout.

Oui, Astarte était impitoyable et n’acceptait aucune opposition mais elle savait reconnaitre la valeur de ceux sous ses ordres. Encore une fois, l’humaine trouvait le tour d’excéder les paramètres auxquels elle aurait dû se conformer. Il en fallait beaucoup pour étonner Astarte et Cheshire réussissait très bien cet exploit. Pas au point de VRAIMENT décrocher la mâchoire d’Astarte mais bien assez pour la pousser à faire certaines dépenses pour voir ce qu’elle pouvait tirer de cette humaine si prometteuse. Elle était déjà en train de réfléchir à la prochaine mission qu’elle lui donnerait. Tiens… Pourquoi ne pas la tester avec une des machines de la Citizenry utilisée en général pour une forme toute particulière de torture? Non, évidemment, elle ne comptait pas utiliser les mêmes paramètres, bien sûr. Elle voulait soumettre Cheshire à la tentation du pouvoir.

Évidemment, ce serait pour plus tard. Là elle regardait Cheshire s’amuser. Car on ne pouvait qualifier autrement la chose. Elle était en train de faire tout un carnage et rien ne pouvait l’arrêter. Ainsi était la Citizenry. Une force implacable, une force qui ne connaissait aucune limite, toujours en mouvement et qui si elle rencontrait un mur, ne le contournait pas. Elle le défonçait. Elle décida de s’amuser un peu. Pourquoi ne pas voir jusqu’où la soif de Cheshire pouvait la pousser? Elle décida d’amplifier les effets du sérum pour plonger la mercenaire dans un état de soif de sang où tout ce qui bouge devait trépasser, sans distinction aucune. Civils, militaires, femmes, soldats, enfants, vieillards… Tout ce qui se trouvait à proximité de Cheshire serait mis en pièce. Possiblement à mains nues. Ce serait divertissant de voir Cheshire tout détruire sur son passage… Correction. Causer encore davantage de destruction.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mar 5 Jan 2016 - 19:44
Cheshire se sentit au-dessus de tout alors qu'elle marchait en direction de la base militaire. Une explosion survint encore une fois dans son cœur. Et maintenant, elle courait. Rien ne pouvait l'arrêter. Son but était d'arriver à la base et d'éliminer toute forme de vie. Elle courait réellement rapidement. Son regard était méconnaissable.

Les rues étaient désertes. Un pont menait au lieu-dit. Les militaires étaient dans la ligne de mire de Cheshire. Elle courait toujours plus vite quand des rafales atterrirent à ses pieds, mais cela ne l'arrêta aucunement. Elle escalada le mur de manière impressionnante, semblant courir dessus comme s'il était à l'horizontale. Arrivée au niveau du tireur, elle le fit tomber par-dessus le mur et sauta dans la cour de la base militaire. L'infraction avait été faite en deux secondes et avec une facilité mémorable.

Une vingtaine de soldats armés foncèrent sur elle, et avec une rage grandissant toujours plus elle les combattit et réussi avec brio à tous les liquider. L'impossible était devenu réalité pour Cheshire. Elle faisait ces actes avec la même facilité depuis plusieurs minutes, mais maintenant une rage l'envahissait. D'où venait-elle?

Cheshire ne faisait que suivre les instructions de la leader de la Citizenry mais n'avait pas pour autant les mêmes convictions. Elle avait été embrigadée et voyait en Astarte une alien courageuse et totalement sûre d'elle, sachant commander des milliers et possédant sans nul doute une force des plus considérables, toutes terres confondues.

Et désormais, c'est Cheshire qui était dotée d'une force presqu'identique. Presque, d'après tout ce qu'elle avait vu à Greenville. Elle voulait l'avoir pour toujours. Elle ne savait pas encore que ça la rongeait de l'intérieur. Si elle voulait supprimer tout souffle sur son passage, c'était sans le vouloir. Cheshire faisait toujours le strict minimum, ce pourquoi elle était payée. Et là, elle était carrément prête à éliminer quiconque se présentait devant elle, ne fusse qu'un enfant ou un animal inoffensif. En fait, si elle en avait conscience, elle se dirait même que ce n'était pas drôle de n'avoir aucune repartie tellement elle était puissante face à l'armée de cet État. C'était toujours plus divertissant de voir la souris se débattre dans les griffes du chat.

Elle défonça les portes blindées de la base militaire et continua son avancée macabre dans le bâtiment. Les couloirs se remplissaient des soldats sortis précipitamment des salles où ils se trouvaient, puis se retrouvaient allongés par terre sans avoir pu tenir plus de deux secondes face à la mercenaire. Le nombre de soldats commençait à diminuer à une vitesse affolante, affolante pour l'armée du Tynanda et pour le dictateur à sa tête. Les hommes se jetaient sur Cheshire en voyant bien qu'ils allaient probablement terminer comme leurs collègues, mais leur courage les poussait à l'affronter coûte que coûte et on pouvait bien leur accorder ça. Mais pour la jeune femme, il était trop tard: seul le désir de mort résidait dans son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Mar 5 Jan 2016 - 21:03
Il était temps d’entamer le dernier acte de cette conquête éclair et d’aller asseoir son postérieur impérial sur le siège commandant à cette pathétique nation. Après tout, elle le méritait plus que quiconque. Elle était Astarte, l’Impératrice du Serpent d’Argent. Accessoirement, à jouer ainsi avec le sérum et ses effets, il arriverait bientôt à terme. En tout cas, il y aurait au moins une personne à s’être bien amusé aujourd’hui. Possiblement deux. Elle ne pouvait pas parler pour Cheshire. Faisant signe à une escorte réduite de l’accompagner, une jeep militaire quitta le QG temporaire de la Citizenry pour se diriger vers le siège du gouvernement. Ce serait une simple affaire : une reddition sans condition ou la mort. Astarte ne négociait pas. Ce n’était pas dans ses valeurs. Dans sa façon de faire. Et ça, tout ceux qui travaillaient pour elle le savaient. Tous sans exception.

On pouvait se poser la question : est-ce qu’Astarte allait s’approprier le crédit de cette opération ou est-ce que Cheshire recevrait sa juste part de félicitations? Car si c’était un sérum de la Citizenry, c’était quand même la mercenaire qui avait fait le gros du travail. C’était elle qui s’était exposé au danger et qui avait fait ce carnage. Il ne fallait pas perdre cela de vue. Simplement, il n’était pas rare que les employeurs profitent aux dépends de leurs employés. Et est-ce que Cheshire oserait contester ce que l’impératrice dirait? Car si le sérum cesserait d’agir, l’agressivité elle prendrait plus de temps à redescendre, agissant comme un inhibiteur. Cheshire serait donc plus portée à dire ce qu’elle pensait. Il était évident que l’Impératrice ne pouvait ignorer un tel détail alors est-ce que c’était un énième test pour voir s’il y avait de l’impertinence ou du défi chez Chesire?

Une seule personne le savait et cette personne venait de faire une entrée fracassante dans la salle ù se terrait le dictateur dont les gardes du corps trépassèrent sous les tirs experts des guerrières de l’Impératrice. Cheshire venait de finir avec les autres soldats quand le sérum cessa tranquillement d’agir. Au moins, il ne la laisserait pas épuisée ou endolorie. Astarte pouvait être d’un grand sadisme mais c’était aussi une pragmatique. Elle exposa ses termes aux personnes présentes, tant les rebelles que le pouvoir en place. C’est que cette guerre civile ne servait pas les intérêts. Elle leur fit savoir que s’ils ne se rendaient pas dans la seconde, c’était la mort leur alternative. Au vue des rapports catastrophiques envoyés au fur et à mesure de la purge de Cheshire, il ne faisait aucun doute que la femme qui se tenait devant eux était plus que sérieuse. Capable de faire ce qu’elle disait.

Mais l’être humain reste l’être humain et bien sûr ils refusèrent de coopérer et le dernier massacre brutal de la journée se termina quand Cheshire entra dans la pièce. Astarte venait de faire passer la trachée de sa victime d’une structure en trois dimensions à une structure en deux dimensions. L’Impératrice offrit un regard neutre à la mercenaire avant de jeter le corps avec force dans un coin de la pièce et de s’installer dans le fauteuil du dirigeant. Elle resta silencieuse pendant un moment, étudiant la mercenaire couverte de sang de pied en cap. Le rouge lui allait bien en tout cas. Bon il était peut-être dramatique de dire que Cheshire était couverte de sang mais elle n’était certainement pas immaculée. L’Impératrice lui fit signe de s’avancer. De nouveaux ordres? Des félicitations? Avec Astarte, c’était difficile à dire. Elle était très dure à lire. Très dure à lire.


« Que penses-tu de : la mercenaire Cheshire, pour le compte d’un commanditaire inconnu, a soumis à elle seule la république africaine de Tynanda? Accrocheur, non? Ce succès te revient de droit, ce serait idiot de révéler l’implication de la Citizenry. Bien sûr, si tu veux aider à composer l’article, je ne suis pas hostile à l’idée. Je suis certaine que tu sauras amener des éléments intéressants à relater. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Jeu 14 Jan 2016 - 19:47
Alors qu'elle avait pour sa part accomplit son boulot, elle continua d'avancer et entra dans la salle où se trouvait déjà Astarte, ses guerrières et ce qu'il restait du dictateur et ses hommes. Elle avait visiblement fait très vite, et surtout un achèvement exceptionnel de celui qui était encore cinq minutes plus tôt à la tête du Tynanda.

La mercenaire n'eut ensuite plus l'esprit occupé par ce qu'il y avait sous ses yeux.
Elle ne pensait qu'à ce qu'elle ressentait maintenant: une nullité absolue. Elle se sentait faible et alourdie, alors qu'elle était juste redevenue la Cheshire déjà bien puissante d'avant sa prise du sérum.

Était-ce l'addiction qui commençait si tôt? Quoi qu'il en soit, Astarte semblait lui avoir fait part de sa confiance et si Cheshire en redemandait, elle en aurait peut-être.
C'était sans doute trop espérer en fait. Elle se sentait audacieuse et pleine d'entrain, mais avec le corps qui ne suivait pas, elle ne pouvait plus réduire en pièces un char ou éliminer dix ennemis aussi vite qu'elle en aurait normalement éliminer cinquante.

Elle se concentra derechef après ce qui avait été trois secondes d'inattention, et entendit la leader de la Citizenry lui adresser la parole. Et ce qu'elle lui disait était alléchant. Elle allait affermir sa réputation d'assassine au niveau plus qu'international. Elle serait davantage crainte et embauchée pour toujours plus d'argent. Cette mission en Afrique l'avait revigorée et elle avait l'immense plaisir d'avoir balayé une dictature à elle seule.

- Je n'ai fait que ce que vous m'aviez demandé.

Sa voix était rauque et les mots étaient prononcés lentement. Sa posture sereine et calme après avoir accompli un tel carnage était déroutante.

- Je ne souhaite qu'effectuer avec succès les prochains objectifs qui me seront commandés.

Elle savait jouer la comédie et élargissait ses propos avec une note d'humilité pour avoir un regard de satisfaction de la part d'Astarte, le même regard qu'elle avait eu le privilège de recevoir à Greenville. Mais une part de ce qu'elle disait était entièrement convaincue du pouvoir de cette femme supérieure et de ce qu'elle pouvait apporter à Cheshire si la mercenaire savait bien évidemment lui apporter avant ce qu'elle désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Jeu 14 Jan 2016 - 22:07
« Tu n’as fait que ce que je t’ai demandé, dis-tu. C’est encore drôle. Les habitants de ce monde sont en général plutôt incompétents quand il s’agit de faire ce que je demande. Ne dirais-tu pas, dans ce cas, que tu es bien au-dessus de la masse? L’humilité te sied mal, Cheshire. Profites de la gloire quand tu le peux et enivres toi des compliments qu’on te fait. Autrement c’est du gaspillage. »

Et comme à l’habitude, Astarte pensait ce qu’elle disait. Cheshire, répétons-le encore, avait énormément de potentiel. L’ex amazone comprenait parfaitement qu’elle commandait le respect et que Cheshire cherchait, consciemment ou non, à lui plaire. Mais elle se voyait comme une simple pièce de puzzle, pas comme une pièce importante comme le contour ou un coin. Comme une simple pièce du milieu. Mais en y pensant bien, elle avait accompli beaucoup en deux missions. Astarte ne lui donnait pas vraiment de détails sur les mécaniques plus subtiles de ses opérations et Cheshire ne semblait pas curieuse de savoir dans quoi elle s’embarquait. Cela plaisait et déplaisait à l’Impératrice. L’obéissance, c’était ce qu’elle demandait. Mais l’obéissance aveugle? Il y avait obéissance aveugle et obéissance aveugle. Qu’est-ce que ça veut dire?

Ses guerrières lui obéissaient aveuglément mais paradoxalement, elles posaient aussi des questions. Pour mieux comprendre, essentiellement. Si la question était pertinente, Astarte ne voyait aucune raison de punir, de se montrer impitoyable sur une affaire de caprice. C’était ce petit plus qu’il manquait à Cheshire. Elle espérait qu’elle finirait par développer ce trait qui semblait lui faire défaut. Et pour ce faire… Elle avait une idée. Si elle faisait en sorte que Cheshire se sente privilégiée, au-dessus de la masse, si son égo était nourri voire nourri à l’excès… Peut-être que Cheshire oserait questionner davantage voire proposer des idées. Et Astarte avait l’idée parfaite pour ce faire. Elle ordonna qu’on la téléporte à bord du vaisseau avec Cheshire et chose peu caractéristique du personnage, elle traina pratiquement Cheshire de force à sa suite, en direction d’une salle précise.

Quand les portes, protégées par plusieurs codes de sécurité, s’ouvrirent, les deux femmes se retrouvèrent dans une salle… Vide. Mais Astarte n’aurait pas amené Cheshire dans une salle vide, n’est-ce pas? Soudainement un décor apparu autour, la réalité se modifia et elles étaient à New York. Une salle de réalité virtuelle? Pourquoi pas. Cheshire était habillée du même uniforme que les guerrières de la Citizenry, ce qui enlevait tout doute à savoir si c’était réel on non. Pourquoi étaient-elles là? Un entrainement? Peut-être. Mais si oui, pourquoi New York et pourquoi le monde autour d’eux semblait… Figé? Astarte ne faisait jamais rien pour rien et inévitablement, elle allait en expliquer les raisons à Cheshire. Ce serait logique puisque c’était, après tout, SON initiative que d’amener la mercenaire ici. Croisant les bras sous sa poitrine, l’Impératrice prit la parole.


« Si nous sommes ici c’est parce que je veux te faire comprendre quelque chose. Tu ne sembles pas réaliser que je ne suis pas le genre d’Impératrice qui dirige sans s’attendre à des questions de ses subordonnés. La curiosité n’est PAS un défaut car une simple question peut mettre en évidence un défaut fatal dans un plan. Or toi tu n’oses pas. Tu ne questionnes pas, tu commentes peu… Tu ne fais que servir.

Seulement voilà : je dirige des guerrières, pas des outils. Les mâles sont des outils. Toi? Tu n’es pas un mâle. Alors nous allons faire une petite simulation ensemble. Imagines que tu puisses tout faire et tout avoir. Tu veux faire deux cent mètres de haut et arracher des bâtiments du sol? Tu peux. Tu veux voler? Tu peux. TOUT est possible. Mais… Pour avoir ce que tu désires, tu dois te comporter comme un élément digne de mes armées.

Je veux que tu repenses à tout ce que tu as fait pour moi depuis Greenville. Que tu réfléchisses et que tu me révèles les questions que tu te poses, les commentaires que tu aurais voulu faire. Et si tu mens… Je le saurai. Tu ne peux pas mourir dans une simulation. Souffrir atrocement, en revanche, ça oui. Ce que certains prennent à tort pour du professionnalisme, je prends ça pour un blocage. Ne pas questionner c’est le plus sûr moyen d’aller droit à la mort. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Dim 17 Jan 2016 - 21:08
Visiblement, elle mourrait d'envie d'être questionnée par Cheshire. C'était juste que ce n'était absolument pas dans les habitudes de la mercenaire de faire la parlote avec son employeur et de poser des questions. C'était même une règle d'or à ne pas transgresser. Mais si Astarte lui offrait cette possibilité, alors pourquoi ne finalement pas y succomber?

Pour le coup, Cheshire ne savait que dire. Astarte avait raison sur une chose: Cheshire n'en profitait pas pleinement, mais elle n'était pas reconnue à sa juste valeur autour d'elle. Cela l'étonnerait beaucoup si on lui disait que la plupart des super-héros la craignaient. Alors, cet exploit à Tynanda ne ferait que l'élever au rang de terroriste mondiale et peut-être qu'on lui porterait un peu plus de respect.

Donc, elle allait enfin demander à Astarte ce qu'elle avait questionné à Greenville sans le faire savoir.

- Pourquoi avoir besoin de moi pour rayer de la carte une ville des États-Unis? Une guerrière de vos rangs aurait fait dix fois mieux et le commanditaire serait resté inconnu.

Les bras croisés et regardant fixement Astarte mais sans aucune prétention, Cheshire se demandait qu'elle était l'origine de la Citizenry. Cette femme l'intriguait. C'eût presque été de l'envie d'être comme elle. Mais heureusement, Cheshire ne renierait jamais ses origines et le parcours qui l'avait menée à être la mercenaire redoutable qu'elle était aujourd'hui.

- Jusqu'à quel point Talia Al Ghul est-elle votre alliée?

Là, elle partait loin et cette question pouvait paraître mal placée, tomber de nulle part. C'était même assez indiscret. Mais Cheshire n'oubliait pas ses autres objectifs en dehors d'être au service de la Citizenry. Et elle devait savoir si Talia serait protégée contre, par exemple, des gens qui souhaiteraient l'éliminer...

Si elle avait juré allégeance à Astarte, son lien avec la Ligue des Assassins et avec celui qu'elle pensait la véritable Tête du Démon était davantage puissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Lun 18 Jan 2016 - 0:16
« Cheshire, Cheshire, Cheshire… Si tu prenais le temps de t’arrêter cinq minutes et d’observer, tu te rendrais compte ô combien tu es redoutée et crainte. Tu es parmi les meilleurs dans ce que tu fais. Oui. Une de mes guerrières aurait pu m’accompagner à Greenville. Ceci dit tu as quelque chose que mes guerrières n’ont pas : tu connais les super héros de ce monde. Tu sais comment les combattre.

Greenville était un test. Tynanda, une mise en garde. Et bientôt? Non… Je ne te gâcherai pas la surprise. Jamais deux sans trois, comme vous dites. Le monde va voir que Cheshire est plus qu’une simple mercenaire et ils vont se poser des questions. Les projecteurs seront braqués sur toi. Des héros voudront t’affronter. Et je serai là pour les observer. Mes guerrières apprendront comment les vaincre. Comment la vaincre. »


Des paroles cryptiques sur la fin. Qui donc l’Impératrice pouvait-elle vouloir voir morte à ce point? Cheshire savait qu’ultimement, Astarte voulait détruire la Terre mais elle ne savait pas pourquoi. C’en était une affaire personnelle, de cela il ne faisait aucun doute. Et pendant un bref instant, toute la rage et la haine contenue en Astarte fut visible. Une chose était bien certaine, ce n’était pas beau à voir. Il y avait quelque chose d’enfoui encore plus profondément encore, une blessure béante… Mais elle redevint impassible comme si de rien n’était. C’était important de toujours montrer le moins possible en matière d’émotions et de sentiments. Autrement vous donnez des munitions à l’ennemi. Mais bon, elle ne l’avait pas amené ici avec elle simplement pour parler de ses projets futurs non? Elle voulait enseigner une leçon à Cheshire.

Dans ce monde virtuel dans lequel elle avait embarqué la mercenaire, Astarte montra à Cheshire des rapports et des communiqués venant de partout au travers le monde la concernant et ô combien on la craignait. Tous authentiques. Chaque pièce d’information vue, lue ou entendue par Cheshire avait un effet sur la mercenaire. Il la faisait grandir, mètre par mètre jusqu’à ce qu’elle atteigne la taille du plus haut des gratte-ciel. Dans quel jeu étrange Astarte avait-elle embarqué la mercenaire? Difficile à dire mais forcément, il y avait un but. L’Impératrice ne faisait jamais rien pour le plaisir. Ce mot n’existait pas dans son vocabulaire. En fait il y avait bien des mots et des concepts qui semblaient ne pas exister chez cette femme qui n’était pas une femme. Posant son regard impassible sur la mercenaire plus grande que nature, elle reprit la parole d’un ton neutre.


« Ils te craignent. Ils ont peur de toi. Tu n’es qu’une seule personne et pourtant cette crainte que tu inspires est aussi dangereuse et mortelle que si tu étais vraiment aussi gigantesque dans le monde réel. Si nous sommes ici Cheshire ce n’est pas pour moi. C’est pour toi. Tu as un ennemi mortel qui bloque ton potentiel. Qui t’empêche de devenir LA meilleure. Pas dans les meilleurs. La meilleure. Et cet ennemi c’est toi.

Tu es une redoutable mercenaire, une combattante aguerrie, cela ne fait aucun doute. Ceci dit, tu ne sembles pas te soucier ou prendre conscience de ce qui gravite autour de toi. Ta notoriété, entre autres choses. Il y a à ta disposition bien plus que tu ne réalises. Je ne suis pas idiote. Tu es manipulée par des forces qui te dépassent. Et je sais très bien que tôt ou tard, nous nous retrouverons avec un conflit d’intérêt. C’est inévitable. »


Où voulait en venir Astarte? On pourra remarquer qu’elle tardait à répondre sur l’autre question posée par Cheshire. Il y avait une raison, comme d’habitude, derrière la chose. Invisible pour le moment mais elle serait révélée en temps et lieu. Probablement que l’Impératrice voulait voir les réactions de la mercenaire. Certes, ce n’était pas aussi déstabilisant que de se faire dire « je suis ton père » mais en même temps… Il fallait avouer qu’Astarte ne ménageait pas la mercenaire, loin de là. Si certains pourraient dire que Cheshire était manipulée comme un jouet… C’était on ne peut plus faux. Si l’impératrice avait un intérêt marqué pour la mercenaire, c’était parce que dans le grand ordre des choses, elle avait un rôle à jouer qu’elle ne pouvait voir pour le moment. Si elle permettait à Cheshire de poser des questions, c’était dans un but précis.

Maintenant… Son lien avec Talia Al Ghul et la Ligue des assassins… Elle avait le pressentiment que Talia la trahirait. Elle avait clairement fait preuve de faiblesse en tentant de la dissuader de ne pas détruire la Terre et le fait qu’elle ait perdu des assassins si facilement lors de l’évasion de masse à laquelle elle avait participé indiquait que la Ligue n’était peut-être plus au sommet de sa forme. Conséquemment, on pouvait supposer que quelqu’un viendrait en défier le leadership et il faudrait alors décider si c’était un poids mort ou un bon investissement à conserver. Tout comme Cheshire. Astarte lui donnait une chance de choisir son camp car il était sûr qu’en cas de conflit d’intérêt, l’Impératrice ne ferait aucun cadeau à Cheshire. Il n’y aurait pas de pitié. De toute façon ce concept n’existait pas chez Astarte. Entièrement inconnu.


« Tu ne poses pas cette question pour ton intérêt personnel. Tu poses cette question sur Talia Al Ghul à cause d’une autre personne qui t’emploie. Tu vois Cheshire, ton manque de volonté à poser des questions à ton employeur fait que quand tu veux essayer d’éviter d’amener sur la table une possible trahison de ta part, tu échoues. Mais si cela permet d’assouvir les interrogations de ton autre commanditaire, soit.

Talia Al Ghul sait comme toi que je compte détruire la Terre et que si elle se met en travers de mon chemin, je la tuerai. Ses assassins me sont utile mais plus mes troupes passent de temps sur Terre, plus elles deviennent efficace dans leur capacité à faire comme ses assassins. Pour l’instant, mes intérêts et ceux de Talia sont alignés. Je ne suis pas idiote : éventuellement elle tentera de me planter une dague dans le dos. »


Elle n’en saura pas plus à moins d’insister sur le sujet. Astarte ne donnait sans rien. Ses troupes n’avaient rien eu facilement et Cheshire n’aurait aucun traitement de faveur. En fait, techniquement, elle avait déjà un privilège de plus que les autres en étant ici. Ainsi donc, L’impératrice regardait impassiblement une Cheshire plus grande que nature, attendant de voir les actions et les réactions de la mercenaire. Y avait-il de la curiosité ou de l’anticipation? Non. Ou tout du moins, si oui, c’était impossible de le voir. C’était enrageant de faire face à quelqu’un qui n’a aucun non verbal décelable et pas la plus petite émotion. Elle pourrait avoir menti sur toute la ligne à Cheshire et cette dernière serait bien dans l’incapacité de le dire. Mais en même temps, pourquoi mentir? Astarte avait le tact et la diplomatie d’un train lancé à toute vapeur…
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mar 1 Mar 2016 - 13:15
Cheshire se sentait exagérément flattée. Si bon nombre de gens haut placés l'embauchaient pour éliminer d'autres gens haut placés, c'était que sa réputation était connue et qu'on la savait puissante. Mais jamais personne ne lui avait montré et exprimé à quel point elle l'était, jusqu'à aujourd'hui et de le part de la leader de la Citizenry. Et vu tout ce qu'elle lui avait offert et les efforts placés en elle, ce n'était finalement peut-être pas si exagéré.

Elle semblait réellement vouloir exploiter ses capacités qu'elle disait exceptionnelles. Elle avait établi tout un plan qui intégrait Cheshire. Et qui visiblement intégrait quelqu'un d'autre ou quelque chose d'autre, désigné par un article féminin. Cheshire en apprendrait plus lors de cette prochaine troisième étape.

Concernant la fille de Ra's al Ghul, Cheshire laissait bien sûr Merlyn décider de son sort. La mercenaire pouvait passer pour un sbire obéissant aux ordres aveuglement, mais elle était réellement convaincue de la légitimité de l'archer noir au trône et ferait tout pour le voir diriger la Ligue plutôt que cette autre femme incapable de tout à ses yeux. Et si elle voulzit voir lz Ligue des Assassins prospérer sous le commandement de Merlyn, cela allait à l'encontre des plans d'Astarte qui désirait détruire la planète Terre sans autre forme de procès. Lui fallait-il dont choisir entre la Citizenry et la Ligue?

Cheshire était liée par tout à cette dernière, pour elle il était impensable de la quitter. Et pourtant, Astarte avait su offrir à la mercenaire une chose qu'elle n'avait jamais pu imaginer, elle lui avait offert une force incomparable, une force qu'elle n'avait jamais ressentie et exploitée avant. Et elle lui avait promis d'autres doses. L'envie d'être surpuissante attirait beaucoup trop Cheshire malgré son allégeance à la Ligue et à Merlyn.

- Très bien, merci pour ces précisions.

Si Talia pouvait être éliminée sans qu'Astarte soit dans son dos pour la protéger, c'était une bonne chose à savoir et qui enlèverait un poids à l'allié de Cheshire. Ce serait toujours ça d'accompli même si elle restait finalement aux côtés d'Astarte et non aux côtés de Merlyn. C'était vraiment une chose qui la faisait cogiter en ce moment. Il fallait qu'elle se donne le temps de réfléchir. Elle ne pouvait certainement pas faire son choix maintenant et surtout pas devant la leader de la Citizenry s'il s'avérait que la mercenaire choisisse la Ligue des Assassins.

Debout face à elle, affichant un visage fier après ce succès à Tynanda, Cheshire savait qu'Astarte la complimentait sincèrement mais lui avait reproché son manque de parole, pour dire cela grossièrement. Il était vrai que la mercenaire n'avait pas pour habitude de commenter et de faire la parlote avec ses employeurs. Cependant l'Impératrice lui avait fait remarquer qu'elle n'était pas à la tête d'une armée d'outils mais de vraies guerrières. Si elle avait répondu à Cheshire au sujet de Talia al Ghul, Cheshire allait maintenant lui lancer un réel défi. En fit, un réel défi pour la jeune mercenaire.

- Si je suis incontestablement la meilleure, prouvez-le en vous mesurant à moi. J'ai inévitablement vu vos exploits à Greenville, et clairement je ne suis pas à ce niveau. A moins que vous ne me le montriez maintenant, en duel.

Si ça ce n'était pas oser, Cheshire voulait bien s'infliger le jigai. En fait, elle voulait vraiment disparaître aux yeux d'Astarte après lui avoir dit de telles paroles, à cette surfemme qui avait arraché des têtes avec une facilité déconcertante. Mais peut-être accepterait-elle. Cheshire ressentait le besoin de se défouler, sans le vouloir elle sentait ses veines bouillir sous sa peau, mais Astarte n'allait probablement se laisser prendre une raclée aussi facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Mar 1 Mar 2016 - 15:29
Intéressant. Astarte regarda longuement Cheshire, se demandant si quelque part en la mercenaire se cachait une envie de mourir ou s’il s’agissait vraiment d’un défi personnel. De se mesurer à plus forte qu’elle. Astarte était une ex amazone en plus d’être la Chef Suprême d’un peuple qui vivait pour et par la guerre. C’était se donner un sacré défi, ce n’était rien de le dire. Certes, cela ne voulait pas dire que sa victoire était assurée. Cependant, il fallait bien reconnaitre que sans sérum, sans rien, ce serait dangereux pour la mercenaire si Astarte ne retenait pas ses coups. Le fait était que la mercenaire semblait plus demander un combat qu’un entrainement. Ceci dit, cela voulait dire de se battre. Pas de laisser des chances. En même temps, stratégiquement parlant, il y avait un point qu’elle ne devait en aucun cas négliger. Cheshire…

Malgré ses belles paroles… Était une mercenaire. Loyale pour le moment mais il y avait quelqu’un derrière elle. Un autre commanditaire. La mercenaire avait flairé le conflit d’intérêt, elle avait fait savoir verbalement par ses questions son inquiétude masquée en curiosité et maintenant Astarte savait qu’elle avait un ennemi invisible qui utilisait Cheshire pour ses propres plans. Prévisible. Et désagréable malgré tout. Elle ne devait par conséquent pas se battre à son plein potentiel. Laisser voir du talent, de la compétence mais en même temps le désir clair de garder des cartes en mains. Est-ce qu’elle le prendrait mal? Seule une gamine capricieuse ne comprendrait pas la nécessité de ne jamais dévoiler tout son jeu. Cheshire était une mercenaire aguerrie. Une des meilleures. Elle savait parfaitement qu’il était pure folie que de se dévoiler entièrement.


« Si telle est ta volonté, nous nous affronterons. Fixes les termes du combat. Si tant que c’est un combat et non un entrainement. Je me dégage de toute responsabilité en cas de blessures graves que tu pourrais subir. C’est ton idée. Je vois bien que depuis le début, cela te démange de m’affronter. J’ai vu des centaines de guerrières, je sais reconnaitre la fièvre du combat quand je la vois. »

Le décor se transforma pour révéler une arène de combat. Sobre, comme on s’attendrait d’un endroit professionnel, sans fioritures ou décor ostentatoire. Quelque chose de spartiate, aux allures martiales. L’ex amazone adopta une posture de combat classique, une base solide qui avait fait ses preuves. C’est une fois que la machine est lancée qu’on en voit l’efficacité. Pas lorsqu’elle est à l’arrêt. Et puis du reste, si jamais Cheshire essayait quelque chose de stupide bien… Astarte n’était jamais seule. Même quand elle en donnait l’ordre. Invisible, en retrait, il y avait toujours un membre de sa garde personnelle. Une Impératrice, aussi puissante soit-elle, n’est pas invincible. Astarte, pour avoir fait couler le sang pour arriver au sommet, le savait parfaitement. Non elle n’était jamais seule et cela, Cheshire n’avait pas besoin de le savoir.

« Te bats-tu pour mesurer ta valeur ou parce que tu as le fol espoir de prendre ma place? C’est la moindre des courtoisies que de dire à son adversaire pourquoi on s’apprête à essayer de le soumettre par l’art du combat. Si cela peut te faire te sentir mieux, Talia Al Ghul n’a jamais eu le courage de se battre contre moi. En fait tu es la première humaine à m’affronter de la sorte. N’est-ce pas là une fierté à avoir? »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Jeu 10 Mar 2016 - 18:54
Elle en était sure! Elle était bien la première personne sur Terre à demander à se mesurer à Astarte. Cheshire était folle, et visiblement au point d'aller affronter celle qui semblait indestructible. Mais elle avait un besoin inné qui était de devoir prouver sa valeur d'abord à elle puis à ses adversaires.

Cependant Astarte n'était pas son adversaire. Normalement. Alors pourquoi lui demander un duel, même amical? Parce qu'elle lui avait dit qu'elle était la meilleure. Une des meilleures. Dans son domaine. Donc peut-être pas la meilleure en tout et certainement pas en combat "humaine versus surhumaine".

- Une condition: si je tiens plus d'une minute, je reste.

Elle le pensait réellement. Si vraiment elle tenait tête ne serait-ce qu'une minute à Astarte, alors elle se prouverait qu'elle était bien une des meilleures. Sinon, elle ne méritait pas sa place parmi ces aliens surpuissants.

Elle n'était pas une Folle furieuse, loin de là, alors elle se demandait beaucoup comme cela allait se dérouler. La force offerte par la leader de la Citizenry qui l'avait emplie pendant plusieurs minutes plus tôt s'était maintenant dissipée et Cheshire n'était plus qu'une simple humaine.

Mais bon, elle ne pouvait pas le nier, elle était le plus grand assassin au monde. Elle était extrêmement agile et douée en combat et particulièrement au corps-à-corps. Grâce à ces qualités et dons, elle avait le présomptueux espoir de survivre soixante secondes.

Astarte était probablement plus agile et plus douée au corps-à-corps. Hé oui. Mais il était trop tard pour reculer. Cette folie qui consumait Cheshire depuis toujours consumait aussi sa lâcheté: elle ne renonçait jamais et ne tournait jamais le dos. C'était ce qu'elle avait montré lors de l'extermination de Greenville.

En voyant la grande femme blonde se mettre en posture d'attaque, Cheshire plissa les yeux. Elle ne voulait pas la tuer, elle lui avait bien fait comprendre qu'elle avait besoin d'elle. Alors, la seule chose à faire était de la rassurer en précisant qu'elle ne n'osait bien évidemment pas espérer sa place.

- Je n'ose bien évidemment pas espérer votre place. Vous l'avez deviné, je veux juste être sûre d'être, sans le moindre doute, la meilleure.

La mercenaire ne se mît pas en posture d'attaque ni de défense. Elle se savait rapide au point d'esquiver ce qui adviendrait, et ce peu importe ce que c'était.

- Ne vous en faites pas, je retiendrai un peu mes coups, dit-elle en esquissant son plus beau sourire.

Bon, c'était de la provocation gentille. Cheshire en avait besoin pour se stimuler au combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Mar 2016 - 21:13
« Ne me fais pas l’insulte de retenir tes coups. Bats-toi pour ta vie. Le seul vrai combat digne de la Citizenry, c’est de se battre avec en tête la victoire. Il n’y a pas d’honneur dans la guerre. Pas de règles. L’essentiel étant de gagner. Dans la nature, il n’y a pas de coups retenus entre les animaux. Être doté d’une faculté de penser n’enlève pas le fait que le combat est avant tout une affaire d’instinct. »

Il n’y aura pas d’autres paroles parce qu’Astarte vient de passer à l’attaque. Stratégie élémentaire : un coup de puissance moyenne pour jauger les réactions de son adversaire. Cheshire est agile. Mobile. Indubitablement mortelle. Ceci dit, l’Impératrice a un avantage que la mercenaire n’a pas. La Citizenry a fait ses recherches. De son propre chef et par la Ligue des Assassins. Astarte sait comment Cheshire se bat. Et pour citer Sin Tzu : Qui connaît l’autre et se connaît lui-même peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même perdra inéluctablement toutes les batailles. L’avantage allait du côté d’Astarte. Ceci dit, il y avait aussi plusieurs facteurs qui faisaient en sorte que Cheshire serait une bonne adversaire.

Tout d’abord, elle voulait se dépasser. Se prouver qu’elle était capable de triompher. La volonté seule est extrêmement puissante et Astarte en savait quelque chose pour avoir survécu à des choses que le commun des mortels ne peut imaginer. Pour pousser son corps au-delà de ses limites, il fallait avoir de la volonté et c’était une chose qu’avait en grande quantité la mercenaire. Ensuite, les techniques de combat d’une assassin et c’elle d’une combattante « pure » comme Astarte étaient différentes. Le style d’Astarte visait un objectif : mettre fin au combat le plus rapidement possible et tenait en compte d’affronter plusieurs adversaires. Cheshire elle se battait pour éliminer, essentiellement, une personne. Un assassin se bat rarement contre un groupe d’ennemi en même temps. Non, Astarte n’était pas prête à juste balayer du revers de la main les chances de Chesire.

Pas de gagner. Non. Mais de donner une bonne prestation, oui. Dans un combat, rester en vie le plus longtemps possible était une tactique toute aussi viable. Épuiser son adversaire pouvait donner des résultats intéressants. Ce n’était pas le style de la Citizenry mais pendant la planification de la seconde invasion, plusieurs nouvelles tactiques avaient été étudiées. Peut-être que le style de Cheshire avait de quoi renforcer les stratégies en vigueur au sein des forces d’Astarte. Cheshire était très… Féline. Gracieuse et mortelle. Par opposition, Astarte était plus du genre à aller pour la gorge, directement. L’échange de coups initial permettait d’en révéler un peu plus sur son adversaire et c’était plutôt intéressant. Soixante secondes. Cheshire se donnait un objectif réaliste. Au moins elle n’avait pas eu l’arrogance de dire cinq minutes. Il y avait une mesure de réalisme.

Ceci dit, ce que l’Impératrice ne comprenait pas c’était pourquoi Cheshire voulait se prouver plus à elle qu’à Astarte… Quelque chose. Aux yeux de l’ex amazone, elle avait déjà une opinion favorable de l’humaine. Autrement elle ne l’aurait jamais embauché. Elle ne lui aurait pas donné le sérum. Elle ne l’aurait pas amené ici. C’est l’employeur qu’il faut convaincre, pas l’employée qui doit SE convaincre. Les humains étaient définitivement très étranges. En tout cas les choses se présentaient plus ou moins bien : dix secondes d’écoulées. Cheshire était encore debout. Plus que cinquante seconde. Voyons voir comment elle réagirait face à un coup beaucoup plus fort et beaucoup plus rapide. Pas encore dans le surhumain mais disons dans le top dix des meilleurs combattants. Ce serait dommage de mettre un terme si vite à l’expérience…
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Lun 14 Mar 2016 - 18:58
Cheshire allait sincèrement devoir se donner à fond pour tenir encore quelques secondes. Astarte ne laissait rien au hasard. Mais la mercenaire non plus. Une victoire contre elle allait lui redonner pleine confiance. "Victoire" était un mot fort, elle avait juste à tenir debout jusqu'à la fin du temps imposé par elle-même, elle savait qu'elle n'allait pas vraiment battre la leader de la Citizenry. À ses yeux, il n'était pas possible de la mettre à terre, à moins d'avoir la même force. Mais aussi les mêmes stratégies, les mêmes techniques. Bref, Astarte était une guerrière accomplie, Cheshire n'en doutait pas. Alors comment espérer rester sur ses deux pieds quand l'adversaire était clairement invincible?

Cheshire savait qu'elle devait se demander pourquoi elle insistait autant à avoir un duel. Elle voulait juste avoir l'immense fierté de pouvoir se dire à elle-même qu'elle avait réussi à ne pas défaillir face à Astarte. Tout ça n'était que pour elle, et seulement pour elle. Personne n'avait besoin de le savoir. Elle aimait les défis personnels, elle adorait saisir l'opportunité de se surpasser.

Tenir encore quarante-cinq secondes allait tout changer pour Cheshire. Elle saurait qu'elle était la meilleure. Elle le savait, mais les petits contrats qu'elle enchaînait depuis des années étaient une faible preuve comparés à un duel contre cette femme, sur-femme, extra-terrestre et extraordinaire, pour qui Cheshire se rendait compte petit à petit qu'elle pourrait livrer bataille jusqu'à son dernier souffle.

Il y a encore peu de temps, la jeune femme aurait trouvait ça outrageant pour elle de penser ceci, et aurait bien ri. Mais maintenant, face à Astarte, consciente de sa puissance et de ce qu'elle pouvait apporter à Cheshire, celle-ci se sentait irrémédiablement attirée par cette dirigeante à la poigne de fer. Elle n'était pas un patron à négliger. Elle avait vu en Cheshire une alliée tout aussi non négligeable. La mercenaire se savait dans ses bonnes grâces. Elle n'allait probablement que plus l'apprécier si elle tenait tête à Astarte sans échouer. Et si elle n'éprouvait rien après cela, alors tant pis. Ce combat était entre Cheshire et sa propre fierté, vraiment, Astarte n'était pour cette minute aussi longue qu'excitante que le reflet du surpassement de Cheshire.

Le coup porté par Astarte était clairement retenu, c'était en tout cas l'impression de Cheshire qui était encore debout et consciente malgré ce que pouvait réellement lui infliger cette adversaire de taille. Elle l'avait esquivé avec un parfait double salto vers l'arrière et reprenait son souffle. Ça n'allait pas être facile en effet. Cheshire fonça à son tour sur son adversaire. Les secondes passaient beaucoup trop lentement, et elle allait donc profiter de ce moment de pur combat contre l'adversaire rêvée. La mercenaire sauta par-dessus Astarte en s'appuyant sur ses épaules et, arrivée derrière elle, effectua un puissant coup de jambe dans son dos. On lui avait de ne pas retenir ses coups, elle comptait bien prendre ça à la lettre durant ces secondes restantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Mar 2016 - 20:42
Excellente technique. Excellent usage de la taille et de la corpulence supérieure de son adversaire. Utiliser rapidité et agilité pour déjouer la garde ennemie avant de frapper par l’arrière, là où en général il y a plus de vulnérabilités. Le dos était un excellent point de contact. En revanche, Malgré la force de frappe de Cheshire qui était non négligeable pour une humaine, Astarte était une ex amazone, augmentée en plus par une science qui dépassait les limites de la compréhension humaine. Une amazone était déjà très difficile à envoyer au tapis alors un membre de la famille royale avec des bonus… Sur un être humain ordinaire, le coup aurait probablement été dévastateur. Pour Astarte, ce n’était qu’un incitatif de plus à cogner sur la mercenaire. Mais quand même. Excellente technique, c’était impeccable, ça oui.

Trente secondes donc avant la fin du chronomètre que s’était imposé Cheshire. Cheshire qui se lançait dans un combat dont les chances de victoires étaient presque nulles. Astarte comprenait le désir de se dépasser, oui, mais ce que Cheshire cherchait à faire relevait davantage du suicide. Ce n’était pas l’Impératrice qui allait lui reprocher cette initiative, en revanche. Elle-même encourageait ses troupes à se dépasser continuellement et les règles en vigueur quand elle était encore chez les amazones n’avaient pas cours dans la Citizenry. La plupart des combats étaient à mort et les survivantes ne devenaient que plus redoutables encore. Theana, sa fille, avait été élevée de la sorte d’ailleurs. Dommage cependant que ce soit la fourberie d’une amazone qui ait conduit à sa mort. Mais bon. Qu’importe. Cette humaine avait du potentiel. Si elle la prenait sous son aile…

Tout en réfléchissant à ce qu’elle comptait tenter avec la mercenaire, Astarte continuait d’échanger des coups. Un autre quinze secondes d’écoulé et Cheshire tenait le coup. Elle devait commencer à fatiguer par contre car Astarte laissait pleuvoir un barrage de coups dès qu’une ouverture se présentait et elle était beaucoup plus mobile que son imposante carrure ne le laissait supposer. Cheshire gagnait au mieux deux secondes, davantage une chaque fois qu’elle parvenait à faire des acrobaties. Justement, l’endurance de l’humaine, il faudrait l’amener au-delà de ses limites actuelles. Autrement, Cheshire aurait du mal à suivre le rythme d’entrainement exigé des guerrières de la Citizenry. Oui. Il faudrait remédier à ce problème. Et en pensant cela, elle envoya un coup de poing dans le ventre de Cheshire qui avait commis l’imprudence de trop s’approcher. À sa puissance maximale, son poing aurait traversé la mercenaire de part en part. Cependant…

Elle n’utilisait pas le maximum de sa force et Cheshire se contenta de faire un vol plané. L’atterrissage serait indéniablement brutal. Il faudrait juste qu’elle reste consciente pendant encore sept secondes. Même si elle avait diminué la force de son coup, il était impensable que Cheshire ne souffre pas d’un tel punch. C’est par la douleur qu’on apprend à ne plus répéter les mêmes erreurs. En tout cas, Astarte gardait une position défensive. Elle doutait que Cheshire se relève en pleine forme. En revanche… Sept secondes et elle aurait réussi tout un exploit. L’Impératrice décida de ne pas être cruelle. En ce moment donc, le seul ennemi de Cheshire, c’était elle-même. Resterait-elle consciente assez longtemps pour réussir son propre défi? Étrangement, Astarte espérait que oui. Une Cheshire plus confiante ne serait que plus dévouée à la cause.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 654
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Lun 14 Mar 2016 - 23:48
Cheshire vit la salle tourner à trois-cent soixante degrés. Tout allait très doucement. Sa chute en arrière fut longue. Mais la chute se transforma en salto de dernière seconde. Elle atterrit un genou au sol, la tête baissée, et grinça des dents en retombant. Astarte avait fait un coup fort, très certainement une pichenette de son point de vue à elle, mais légèrement si ce n’était pour dire extrêmement douloureux pour la mercenaire. Cependant, elle avait déjà vécu ce genre de coups. Bon, ce coup dans l’estomac était assez fort pour faire ressentir à Cheshire une souffrance physique qu’elle n’avait pas connue depuis l’accouchement. Mais ça n’allait pas la faire s’étaler au sol.

Elle était donc agenouillée, et attendit deux secondes avant de se relever. Péniblement mais sans broncher, elle avait un œil fermé et se fit craquer le coup. Plus que quelques secondes. Ou bien en restait-il soixante? Elle n’avait plus trop l’esprit à compter, à vrai dire elle vit flou pendant un court instant, mais secoua la tête afin de s’éclaircir les idées. Elle venait d’échanger toute une série de coups épuisants contre Astarte qui, bien que ne la tuant pas, offrait d’excellentes frappes en matière de placement et de peine infligée. Son agilité et sa résistance naturelle lui avaient permis de les éviter et même de les contrer.

Elle était donc passablement fatiguée après ce coup critique de la part de la leader de la Citizenry, et s’étonna elle-même de ne pas s’effondrer par terre. Alors qu’elle avait résisté à de plus longues batailles auparavant, et qu’elle se savait pertinemment capable de survivre à tout ceci, en sachant en plus de cela que son adversaire ne souhaitait pas sa mort.

Elle s’était relevé doucement, avait de même relevé le menton  pour que ses yeux soient à hauteur d’Astarte, située à quelques mètres devant elle, et sut que le temps s’était écoulé. La mercenaire ne s’offrit même pas le plaisir de sourire et s’avança sans attendre plus prêt de son nouveau boss. Elle appuya ses phalanges contre son dos pour s’étirer tout en avançant et, postée devant elle, Cheshire baissa les yeux, Chose qu’elle se refusait à faire face à n’importe qui.

- Je reste., dit-elle de la manière la plus neutre du monde.

Elle savait bien qu’elle serait restée même si elle avait échouée. Astarte était l’alliée à avoir. Surtout si elle comptait faire exploser la planète. Cheshire était satisfaite. C’était tout elle, ça: avoir sa propre petite satisfaction après avoir obtenue qu’elle voulait elle, alors qu’Astarte n’avait jamais demandé à ce qu’elle prouve sa force, son endurance et sa capacité à tenir tête à la toute puissante Impératrice du Serpent d’Argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 1:18
L'Impératrice du Serpent d'Argent ne broncha pas. Elle regarda sans ciller la mercenaire. Elle n'avait rien demandé. Rien exigé. Cette décision avait été celle de cette femme qui avait voulu se prouver à elle même qu'elle pouvait tenir un round contre une guerrière venue des confins de l'univers pour détruire sa planète. Non seulement celle qui avait eu la folie de demander un tel défi ne voyait pas de problème à voir la planète Terre devenir une boule de roche stérile mais en plus, elle embrassait la même vision destructrice que celle qui avait cherché à l'employer. Curieux cas que cette humaine qui non seulement avait pris des risques que beaucoup auraient considérés comme suicidaires mais en même temps… Semblait parfaitement calme et rationnelle dans sa démarche. L'Impératrice connaissait très bien la folie et ses effets, en tout cas.

Elle avait du potentiel. Si elle acceptait vraiment de se dévouer corps et âme à la cause, à la Citizenry, alors elle pourrait devenir plus redoutable encore. Elle pouvait être améliorée tant par le biais d’entraînements que par la science dont disposait cette puissante nation extraterrestre. Elle pouvait devenir encore plus exceptionnelle. Et elle avait un ego qui demandait à être nourri. Voilà un monstre qu'il serait dangereux de stimuler mais les risques étaient une part intégrante de la vie d'une Impératrice. Les décisions difficiles, elle était habituée à en prendre. Elle ne connaissait pas de problème qui ne pouvait être vaincu ou éliminé. Ultimement tout était une question de volonté et de moyens. Il faudrait proposer la chose à la mercenaire. La question à se poser, en revanche, c'était encore celle-ci : était-elle prête à avoir une seule loyauté?


 « Si je m'étais battu à mes pleines capacités, tu serais morte. Tu vis parce que tu as du potentiel et que tu pourrais faire partie de mon élite. Avec le bon entraînement et avec quelques améliorations que la science de la Citizenry peut procurer, tu pourrais devenir le parfait instrument de ma volonté, capable de triompher de n'importe quel ennemi.Cependant, je vois un problème de taille. Un énorme problème.

Je ne m'entoure que de gens en qui je peux avoir confiance. Et la confiance, pour mon peuple, c'est quelque chose de bien plus compliqué que pour vous les humains. Le fait que tu sois une mercenaire te disqualifies automatiquement. Mon élite n'a qu'une loyauté et elle est à leur Impératrice. Elle est à moi. Pour le moment, tu peux t’entraîner avec mes guerrières. Un rare privilège. Mais tu es loin d'avoir toute ma confiance.  »


Est-ce que c'était une façon brutale et expéditive de dire les choses? Assurément. Mais ce n'est pas comme si Astarte était du genre à tremper ses paroles dans le miel. Si Cheshire s'attendait à se faire chouchouter, ce qui devait être à des lieux de ses désirs, elle avait choisi la mauvaise patronne. Mais si elle voulait se faire dire la vérité en face et savoir très précisément où elle se trouvait sur l'échiquier d'Astarte, ça elle saurait. Astarte ne s'encombrait ni du mensonge ni de la duplicité. Plusieurs auraient trouvé la chose dangereuse. Le mensonge permet de se garder une mesure de sécurité. L'Impératrice s'en passait depuis des siècles et elle vivait encore. Pas SI essentiel que cela, au final… Elle avait dit ce qu'elle avait à dire, comme un coup de masse d'une tonne sur votre tête. Subtilité zéro. Il fallait être fait solide juste pour se tenir en sa présence...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Pré SVM II] Celui qui a volé de l'or est mis en prison, celui qui a volé un pays est fait roi. (PV Cheshire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une 2cv volée dans le Sud """ RETROUVEE !!!!"""
» ON A VOLÉ LE VESPA 50 DE MA FEMME...
» Jeu - Les répliques de la chanson
» celui qui as la plus grosse . . .
» Léon Weil, une vie volée à la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Afrique-