Inauguration : Les Secrets de la période Thinite. (Green Arrow)

Invité

MessagePosté le: Ven 1 Mar - 15:06

Vendredi 1er Mars, 20h00.


Le jour J était enfin arrivé, ce jour qu'Oliver ainsi que de nombreux associés passionnés attendaient depuis bien longtemps. C'était une belle soirée, qui s'annonçait merveilleusement bien, mais qui pourtant suscitait en lui une légère angoisse, une appréhension. A y réfléchir, ses journées n'étaient plus ce qu'elles étaient depuis les derniers évènements. Le calme et la tranquillité n'étaient plus de rigueur, au contraire, il se déchainait avec plus ou moins de subtilité une révolte et une violence latente qui ne ferait qu'empirer. L'ambiance générale était constamment tendue, et il était plus que nécessaire d'avoir des yeux partout. Mais plus nécessaire encore de garder ses esprits et ne pas tomber dans la panique générale. Car s'il avait pu retenir quelque chose au fil de ses nombreuses existences, c'était l'acte démesuré et irréfléchi dans l'inquiétude et la peur de ce qui nous entoure. Le tout était de ne pas se laisser embarquer et de rester sur ses positions quoiqu'il advienne. L'espoir, était le mot. Mais la population semblait pour la plupart avoir oublié ce qu'était ce mot, où refusait d'y croire. Non, il ne les blâmait pas, après tout n'était-ce pas une réaction humaine toute à fait prévisible ? Non, il préférait croire lui même en ceux qui ne laissaient pas tomber et qui tentaient de toutes leurs forces de ramener les choses à la normale, de calmer la population, et qui veillaient à la protection des habitants. Dans un sens, l'homme pensait pouvoir en faire partie. Bien entendu, loin de tout combat physique, mais par cette sagesse qu'il avait accumulé et qui apaisait bien souvent les ardeurs. Plus particulièrement celle de son ami Carter Hall. Le conservateur avait été tenu au courant, du moins dans la globalité de ce qui se tramait. Bien entendu, il n'avait pas eu les détails techniques des évènements, et ce n'était d'ailleurs pas ce qui lui importait. Le tout était d'agir, et à son échelle, ses informations étaient largement suffisantes. C'était donc pour cela qu'était organisée en cette soirée une venue particulièrement importante, celle d'un homme qui avait le pouvoir de faire changer les choses au niveau de l'opinion publique, soit un point capital.

Cependant, il était hors de question d'en oublier le sujet principal de cette soirée, qui était l'inauguration d'une exposition fortement attendue. Une exposition qui lui tenait d'autant plus à coeur qu'il s'agissait du travail de son fils Danny, archéologue, et d'années de dur labeur avant d'obtenir un tel résultat : des trouvailles de la période thinite, soit le début de l'ère égyptienne antique. Des trouvailles dignes des plus beaux trésors et parfaitement conservées, dont la plupart étaient surtout de précieuses informations. Des détails qu'on avait jamais eu l'occasion d'aborder. Des symboles, et une véritable source de connaissance qui à ses yeux et aux yeux de milliers d'autres conservateur, archéologues et passionnés d'art et d'histoire valaient tout l'or du monde. Il ignorait d'ailleurs si Carter allait se joindre à lui en cette soirée, il ne lui avait répondu que vaguement, après lui avoir mentionné la présence de Shiera en ville. Un sourire lui vint alors qu'il y repensait. Elle était venue aussi, pour du travail notamment, mais aussi sous conseil de son ami. Il lui semblait toujours aussi fascinant la connexion qui s'était créée entre les Hawks. Quoiqu'il en soit, leur présence ou non ne changeait rien au fait que l'heure approchait. Les invités étaient déjà arrivés, et le discours approchait à grand pas.

Oliver prit une profonde inspiration. Il reprit sa cravate correctement et jeta un dernier coup d'oeil au miroir avant de se diriger vers la sortie de son bureau. Il avait pris l'habitude d'apprécier l'ambiance du Musée dans ce genre de situation, bien qu'il les appréciait bien davantage sans toute cette tourmente qui avait envahi la ville. Le calme qu'il traversait dans ce long couloir ne faisait qu'amplifier la ferveur de la soirée, des visiteurs. Son rythme cardiaque s'était accéléré. Un mélange incroyable d'émotions. Devant les deux portes qui annonçaient son arrivée, il prit le temps de faire une pause. Sa tête se baissa quelques secondes, et ses yeux se fermèrent. Il espérait, il priait peut être. Lui même n'en savait rien. Tout ce qu'il désirait c'était un changement, une lueur d'espoir dans cette ombre latente. Une promesse, qui sait. Alors qu'il redressait la tête, il ouvrit les deux portes fermement, et pénétra dans cette grande salle d'inauguration, dans laquelle il fut accueilli comme il se devait. Acclamé presque. Un sourire illumina son visage, alors qu'il descendait les escaliers, retrouvant son fils qui l'attendait en bas des marches, et qui lui serra vigoureusement et chaleureusement la main. Ils avaient prit l'habitude en public de rester sobres, ce qui n'otait pour rien au monde leurs regards complices, et leur tendresse dans leurs gestes l'un envers l'autre. Il n'eut pas le temps de saluer énormément de personnes individuellement qu'il fut conduit à son estrade. Le conservateur n'avait jamais apprécié les longs discours, ne trouvant son intérêt que dans les oeuvres, l'histoire et les réunions en petit comité. Il racla sa gorge et régla correctement son micro. Les yeux étaient rivés sur lui. Toute l'attention de la salle, bondée.
- Mesdames, Messieurs. Chers collègues, mes amis. Bienvenue à cette soirée d'inauguration de notre nouvelle exposition : La Période Thinite. Le résultats de dures recherches dirigées par un grand archéologue, mon fils, Danny Evans, que je ne remercierai jamais assez de nous offrir, au Musée ainsi qu'à la ville entière, un tel trésor de connaissances et de culture. Et merci à vous tous d'être présents ce soir, je ne saurai vous exprimer combien cela me touche.

Des applaudissements retentirent, ainsi qu'un grand sourire de Danny, qui leva son verre en direction de son père.

- La culture, l'histoire, sont là pour nous rappeler combien et comment nous avons évolué à travers les ères, les âges et les époques. Elles sont la pour nous rappeler nos heures de gloire ainsi que nos erreurs. Elles témoignent de notre avancée et de nos efforts. De nos progrès ainsi que de ce que nous avons durement acquis. Mais elle nous rappellent aussi à quel point il est important de ne pas perdre cet acquis si précieux. C'est aussi pour cela que je me ravis de votre présence ici ce soir, qui elle, témoigne de votre intérêt pour l'avenir de St Roch, pour sa réussite et non pas sa régression. Ne nous laissons pas intimider par toute cette ferveur à l'extérieure, par ce semblant de révolte qui ne relève que de la violence et de la perturbation. Restons maîtres de nos actes et non pas au service d'une politique dictée par un seul homme qui pense pouvoir tout déséquilibrer sous prétexte de son éventuel pouvoir.

Alors qu'il observait la foule, son regard se posa sur Oliver Queen, près de l'estrade. Pile à l'heure, Monsieur Queen. Il sourit légèrement, laissant plutôt apparaître sa reconnaissance dans son regard. Il était temps.
- Ainsi, c'est dans cette optique que j'ai l'honneur, le privilège d'accueillir ce soir, au sein de notre Musée, une grande figure d'espoir de cette Campagne Anti-Peur, Monsieur Oliver Queen.

Des applaudissement retentirent encore, cette fois-ci plus soutenus. Il lui fit signe d'approcher et attendit sa présence sur l'estrade pour lui serrer la main, avec un sourire chaleureux, avant de redescendre vers la foule, restant tout de même non loin de lui. L'espoir. C'était avant tout ce message qu'il avait souhaité faire passer, au fil de son discours certainement digne d'un véritable militant, comme lui disait souvent son fils. Peut être trop, enfin, là n'était plus la question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 1 Mar - 16:05
Et Hop une nouvelle conférence cette fois dans la ville de St-Roch avec le bon vieux Oliver Evans. Il n'avait jamais eu l'occasion de le rencontrer surtout le faites qu'il n'avait était que très rarement dans cette ville mais y'a un début à tout. Il avait entendu dire qu'il allait avoir l'occasion de faire son discours durant une inauguration dans le musée de la ville, ça fait deux inauguration auquel Oliver participa et il faut dire que c'est un honneur pour lui. Oliver voulait faire une entrée remarqué et auquel on ne s'y attend pas et il faut dire qu'il est le seul qui arrive à être aussi imprévisible ce qui faisait d'Oliver quelqu'un d'unique en son genre. A bord de sa moto de sport, Oliver joncha les rues une par une sous les regards de quelques passant qui le fixait avec étonnement. Il faut dire que voir quelqu'un en costume sur une moto ce n'est pas tout les jours mais peu importe ça prouve que la peur et la honte n'est pas quelque choses à prendre en compte et il compte bien exploiter ce faites dans son discours. Une limousine se trouvait derriere Oliver au cas ou il y aurait un imprévue. Il s’arrêta alors à un feu et posa un pied à terre puis se mit à réfléchir à toute vitesse pour tenter de se rappeler combien de conférence il lui restait à faire exactement. Il en avait déjà fait pas mal mais ce n'était pas encore suffisant malgré le grand nombre de soutien, il voulait placer la barre assez haute donc il est hors de question de chômer maintenant. Le feu passa au vert et Oliver accéléra un coup jusqu'à arriver devant le fameux musée qui était grand, très grand. La double porte d'entrée étais ouverte et Oliver pu voir le grand nombre de personne, de journaliste et de fan à l'intérieur, en général ce genre de musée et un endroit symbolique pour la ville et calme mais aujourd'hui c'est vraiment le contraire. Il attendit quelques instants avant d'enlever son casque et une fois fait il pu voir que certaines fans commençait à hurler son nom à l'entrée. Ça commence bien en tout cas, Oliver descendit de sa moto et posa son casque avant de se faire escorter par son garde du corps personnelle jusqu'à l'entrée. Il en profita pour saluer les demoiselles aux alentours et de signer un ou deux autographe. Le voyage jusqu'à l'estrade risquait d’être long si la foule est aussi en délire que les quelques personnes devant le bâtiments.

Oliver rentra à l'intérieur au moment ou Evans demandé au personne d'accueillir Oliver Queen. Il leva sa main pour saluer toute la foule qui était en délire avec des pancarte "Anti-peur" avec la tête d'Oliver juste à coté. Oliver trouva cette conférence assez dynamique et on remarque que les gens se sont investi le plus possible pour les pancartes et même les costard. Il y en à la même barbe qu'Oliver. Il ne pu s’empêcher de lâcher un sourire au coin avant de faire une petite comparaison avec la sienne. Le verdict était clair, Oliver préfère la sienne ce qui est normal malgré qu'elles soient ressemblant comme deux gouttes d'eau. Oliver vit alors Evans lui faire signe de monter et c'est ce qu'il fait sans perdre de temps. Il lui serra la main et se plaça devant un pupitre avant de tapoter légèrement le micro pour voir si il était bien opérationnel parce qu'il suffit qu'il déconne et il imaginait même pas la honte qu'il se serait pris.

- Bonsoir à tous avant de commencer je tiens à remercier Monsieur Evans pour son soutien ainsi que l'invitation au fait de participer en tant qu'invité spécial pour l'inauguration du musée.

Sur ce léger discours la foule commencer à applaudir et Evans en faisait autant. Oliver fit un signe de tête amicale comme pour dire "Merci" et reprit la parole.

- Comme je l'ai dit plusieurs fois lors des différentes conférence que certains personnes on surement suivi, je suis ici pour faire face à la peur que le sénateur Ross à installé dans vos esprits avec ces discours. Quand j'ai vu ce qu'est devenue Gotham lors d'une de ces conférences je n'ai pas pu m’empêcher de penser aux autres villes comme Metropolis, Central City, St-Rock et même ma ville Starcity. Je ne veux pas et je ne peux pas me mettre en tête que vous soyez les pantins de Ross. Je sais que certain doivent encore croire à l'espoir et je le comprends mais regardez les choses en faces, depuis que le sénateur Ross à était élue nous n'avons eu que des représailles et des révoltes dans certaines villes. Voyez tout autour de vous, tout ceci est votre œuvre pour des heures, des jours, des mois voir même des années d'acharnement, je ne peut pas tolérer de voir tout ce travail partir en fumée à cause d'une seul personne. L'avenir est entre vos main, j'ai confiance en vous pour faire le bon choix mais n'oublier pas une chose....Nous sommes un pays LIBRE !!!!!!

La foule explosa completement en applaudissement et acclamations strident. Oliver les salua en levant la main et en serra quelques unes en bas de l'estrade. Quelques secondes après il tourna son regard vers Evans qui applaudissait également. C'était peut-être la soirée d'Oliver mais il ne faut pas pour autant négliger le maitre des lieux qui avait surement quelques choses à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 2 Mar - 23:39
A cette heure où les campagnes, de chaque coté, avançaient, il semblait logique qu’Oliver Queen fasse une véritable tournée de meetings. Il devait apparaître le plus souvent possible, notamment au niveau des médias, mais aussi rassurer les foules qui sentaient la situation leur échapper. Le tout était d’éviter un vent de panique. Et c’est en voulant soutenir cette cause qu’Oliver l’avait convié à cette soirée. Une parmi tant d’autre, mais il espérait tout de même qu’il s’y sente un minimum à l’aise. Et puis tant qu’à faire, autant découvrir lui aussi la nouvelle exposition et passer une bonne soirée, entre les discours, conversations et autres serrages de mains qu’il aurait a effectué. Le jeune homme vint le rejoindre sur l’estrade, et il s’éclipsa rapidement afin de lui laisser la parole. Il avait cette aura à la fois rassurante, mais motivante, et une présence qui en fascinait plus d’un. Et ce soir, il restait tout aussi fascinant. Pour quelqu’un qui n’appréciait jamais les grands discours et prises de parole en public, le Conservateur en restait scotché. Comment pouvait on être si à l’aise, et en même temps dégager une telle ferveur, capable de déplacer des montagnes. Ils semblaient tous subjugués, et il l’était aussi. Au fur et à mesure, ses paroles faisaient remonter en lui comme en chaque personne de cette salle ce fameux sentiment, cet espoir on ne peut plus nécessaire étant donné la situation. Le silence s’était installé, et tous s’y tenait. On n’entendait plus que lui, l’homme de la soirée, dans toute sa splendeur qui tentait comme il pouvait de rassurer la population présente, de la convaincre de ne pas abandonner. Après tout, il avait raison : si Pete Ross donnait l’impression que c’était gagné d’avance pour lui et que rien n’était réversible il faisait totalement fausse route. Tout le travail était à faire très prochainement, et pour cela, il était nécessaire de ne pas se diviser comme le désirait le parti adverse. S’unir autour d’une même cause afin de parvenir à cet objectif commun. Il n’était pas question de laisser tomber maintenant.

Comme prévu, le discours eut l’effet d’un électrochoc. Au fil des secondes, l’émotion, la véhémence s’imprégnait de tous. Et après ses derniers mots ce fut l’explosion. Une explosion qu’ils avaient tous attendue depuis un certain temps, et le revirement de situation. Un espoir, une conviction, tout cela en quelques minutes obtenus grâce à l’intervention d’Oliver Queen. Les applaudissements d’Oliver furent tout aussi sincères, et il ne détacha pas son regard du jeune homme non loin de lui. Il se tourna vers lui afin de l’inciter à monter une nouvelle fois afin de clore cette prise de parole et de lancer l’inauguration comme il se devait. Mais il resta quelques secondes immobile, à regarder toujours dans la même direction. Il profitait de l’ambiance qui se dégageait et qu’il n’avait plus l’habitude de côtoyer. Il profitait de ces visages illuminés et de l’effet opéré sur tous. Il se décida finalement à se frayer un chemin pour retrouver sa place près du micro. Mais avant cela il se permit de resserrer la main de son invité, et de poser son autre main sur son épaule. Cette poignée de main était à la fois chaleureuse, mais traduisait sa reconnaissance. Il glissa un discret « Merci. », personnel, avant les remerciements officiels. Peut être qu’après tant d’interventions il en oubliait à quel point cela comptait. Puis s’adressant à la foule il reprit.
- Merci Monsieur Queen, je pense ne pas faire fausse route en vous disant que votre présence nous honore, et qu’on ne vous remerciera jamais assez pour tout ce que vous faites, et pour ce que vous représentez.

Après s’être retourné une dernière fois vers Oliver Queen, il prit une profonde inspiration et l’air sur son visage changeant signalant un changement de sujet pour cette soirée.

- Et bien ne privons pas notre invité de la raison qui nous réunit avant tout ici, la nouvelle exposition. Elle se situe au fond de cette salle même, ainsi que derrière cette porte derrière moi. Mon fils et moi même restons à votre disposition, ainsi que quelques autres archéologues. Je pense que Monsieur Queen sera aussi disponible pour d’éventuelles remarques ou questions. Merci à tous, je vous souhaite une agréable découverte.

Après des derniers applaudissements, le Conservateur descendit une nouvelle fois de son estrade et rejoignit l’autre Oliver de la pièce. Danny l’avait aussi rejoint, et notamment s’empressa de le saluer à son tour. Il se doutait que beaucoup de personnes voudraient s’adresser à lui, c’est pour cela qu’il avait tout de même veiller à une certaine sécurité, notamment concernant les médias qui bien qu’ils juraient s’intéresser aux nouveaux trésors du musée, ne trouvaient leur intérêt ce soir qu’en une seule personne. Le fait est qu’il ne voulait pas le lacher dans cette cage aux lions. Au moins contrôler les flux qui se dirigeraient vers lui.
- Il y a un buffet, de quoi boire, et de magnifiques œuvres et découvertes à disposition si vous le souhaitez…

Il eut à peine le temps de finir qu’une journaliste s’approchait d’eux. Il les repérait assez aisément à présent, elle ne pouvait cacher son air intéressé sur son visage. Elle ne prit que brièvement le temps de se présenter.

- Bonsoir Messieurs, je suis Jennifer Stones, je travaille pour le journal local. Si cela ne vous dérange pas Monsieur Queen j’aurais quelques question à vous poser sur la campagne, ainsi que sur vos ressentis la concernant ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 6 Mar - 16:15
Suite à la fin de son discours, Evans vint le rejoindre et le remercia de sa présence et de ce qu'il fait pour tenter de remettre une once d'espoir au peuple. Oliver fut touché par ces paroles et pour lui sa devrait être plutôt l'inverse. Evans avait pris par au comité de soutien de la campagne et sans ça Oliver aurait un gros désavantage et pour ça il lui en serait éternellement reconnaissant. Mais ce n'était pas seulement pour cette conférence que les personnes étaient là et même Oliver d'ailleurs. Il avait développé une curiosité pour cette fameuse exposition dont il avait tant entendu parler et ne se priverai pas de jeter un œil. Une fois les indications donné par Evans celui-ci le rejoignit un peu plus bas avec son fils qui vint lui serrer la main également. Oliver fut ravi de voir qu'il y avait le père et le fils derriere lui. La foule commencé à se disperser petit à petit pour aller visiter les nombreuses exposition ce qui allait laisser à Oliver un petit moment pour souffler avant de recevoir une vague de journaliste en pleine tronche. Alors qu'il tentait de repérer ou se trouvé les journaliste, il fut interrompu par Evans qui lui proposa de rejoindre le buffet pour boire un petit truc si il le souhaitait et d'admirer quelques expositions. Comment refuser ? Il pourrait enfin gouter le vin ou champagne de St-Roch et voir si il était de bonne qualité. Il faut dire qu'Oliver est un grand amateur de tout ce qui est alcool et ne refusé jamais une coupe. Il s’apprêtait alors à suivre Evans mais il fut coupé par une journaliste qui vint au pas de course tout excité. La dénommée Jennifer Stones posa enfin sa question, cependant cette question n'était pas très explicite mais Oliver pris alors la parole et tenta de répondre du mieux qu'il pu.

- Vous voulez savoir ce que mes ressentis sur la campagne que je mène ? C'est simple. Je pense que si cette campagne abouti, tout le peuple sera au droit à la parole et non à la soumission. Si je venais à être élu je peux vous promettre que tout ceci changera et que les dégâts causé par Ross seront réparer, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour refaire de ce pays, un pays libre.

La journaliste le remercia avec un sourire et Oliver fit de même comme signe de politesse. Celle-ci repartie vers la foule avec sa question résolue. Néanmoins Oliver avait l'impression d'avoir était un peu flou sur sa réponse, était-ce du à la mauvaise formulation de la question ? Il se tourna ensuite vers Evans et son fils avant de murmurer.

- Maintenant laissons place à notre collaboration et allons fêter ça autour d'une coupe de champagne.

Oliver fit un sourire au père et au fils avant de se diriger vers le buffet. Une fois arrivée devant la longue table il pu constater plusieurs bouteille de vin dans des bacs à glaçon ainsi que du champagne un peu plus loin. Oliver ne se fit pas prier et se dirigea vers le champagne. Il se prit un verre et en dégusta une gorgée avant de lever les yeux vers une des expositions au mur du temps égyptien si il déchiffrer correctement les signe. Il se tourna alors vers le fils cette fois.

- Qu'est-ce que cela veut dire ?

Oliver n'était pas très fort sur l'histoire égyptienne mais avait plusieurs autres domaines ou il excellé. Après les explications donné par le fils, Oliver fit une grimace stupéfaits de ce qu'il venait de découvrir. Il se tourna ensuite vers Evans et bu une autre gorgée.

- Je tenais à vous remercier tout les deux pour votre soutien, c'est important pour moi. Cette campagne demande beaucoup d'effort et le faite que vous soyez là prouve que St-Roch n'est pas encore tombé dans la violence comme à Gotham. Si je venais à être élu faudra qu'on fête ça entre partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 14 Mar - 22:48
Ces bains de foule, ce succès, et tous ces regards rivés sur une même personne n'avaient jamais été l'habitude d'Evans. Jamais sa tasse de thé non plus. Les rares occasions étaient les différentes conférences sur de nouvelles trouvailles archéologiques, ou sur des renouvellements dans le musée. Mais c'était justement le point. Il n'avait jamais été à l'aise avec ce genre de situation, mais le fait qu'il y ait derrière une raison suffisante lui permettait d'être plus à l'aise, détendu, et finalement de gérer son stress et son malêtre. Il avait toujours été impressionné par les personnes comme Oliver Queen, mais restait persuadé que leurs motivations étaient identiques. Il fallait une raison, une idée, presque une vocation, car après tout, qui réellement peut se jeter dans la gueule du loup et s'exposer ainsi sans une once d'angoisse ? Et cette vocation était unique et spéciale. Pour le conservateur lui même, il n'y avait aucun doute, un tel discours même de sa part était nécessaire quite à laisser de côté ses ressentis habituels. Mais l'heure était maintenant au buffet, et à la découverte des derniers trésors de son propre fils, qui aujourd'hui comme depuis des années représentait une telle fierté pour son père, par son tempérament, sa joie de vivre et sa ténacité. Des qualités qui pouvaient aussi être de gros défauts. Mais après tout, n'aime-t-on pas les personnes essentiellement pour ces caractéristiques qui font qu'on ne les supporte plus par moment ? Il avait réussi à éloigner son invité après quelques minutes, même si l'intervention de la journaliste avait coupé leur élan. Cela ne dura pas longtemps, et le fit sourire. Toujours le bon mot au bon moment, assez pour satisfaire cette jeune femme qui n'insista pas après la réponse du jeune homme. Elle semblait certes satisfaite, et conquise... Etait-ce un talent naturel de sa part ou réellement voulu ? Cette remarque dans son esprit le fit sourire de plus belle. Ca aussi, il n'avait jamais su y faire réellement. Et aussi naturellement. Un talent que développait aussi Danny, et grand bien lui fasse d'ailleurs.

Un autre sourire et ce fut régler, l'heure était à la fête et à la connaissance. Il s'agissait donc de lui faire gouter les plaisir de cette ville, et il est vrai que le champagne fourni au musée, soigneusement choisi par ses soins était une merveille. Mais ce soir, Evans avait préféré un bourbon, son petit plaisir partagé par les membres de sa famille, mais aussi par certains de ses vieux amis. Il attrapa un verre au vol, que l'un des serveurs présents qui le connaissait bien avait pris soin de lui apporter, dès qu'il vit qu'il s'éloignait de l'estrade. Des petites attentions qui le touchaient chaque fois un peu plus. Le moindre effort selon lui devait être pris en considération. La première gorgée fut la meilleure : une récompense après une journée de dure labeur, dans un contexte qui ne laissait pas toujours place au plaisir. Son invité semblait s'intéresser à ce qui ornait les murs et composait la pièce, et il en fut agréablement surpris. Après tout, il aurait très bien pu venir uniquement pour faire une apparition et repartir à ses occupations. A sa question, il posa de même le regard sur son fils. Le regard de Danny s'éclaira, il semblait partager l'avis de son père. Et puis, quelqu'un d'aussi important qui s'intéressait à son travail, c'était toujours flatteur et bon à prendre. Reprenant une gorgée de champagne à son tour, il fit le tour de la pièce des yeux.

- Des légendes. Globalement, quand on parle de la civilisation égyptienne, on pense aux Dieux, à ce qu'on apprend rapidement lors de la scolarité, et pour certains, à l'université. Mais tout est tellement plus vaste. Il est simple de nos jours de découvrir des pratiques, des gestes de la vie de tous les jours, et des architectures... Mais il devient plus complexe de s'intéresser aux rituels, aux cérémonies et aux légendes. Des symboles, peut être, mais tout se passe dans l'esprit des populations, ce sont leurs interprétations qu'il est difficile de déceler et donc qu'il nous faut réinterpréter. D'autant plus qu'il s'agit de la période la plus ancienne et vaste de l'Egypte antique. Ces légendes que vous voyez, en soit ressemblent à des comptines pour enfants. Mais leurs interprétations, et il n'y a qu'une partie, sont bien plus intéressantes.
Danny s'interrompit et rit légèrement avant de reporter son regard sur Oliver Queen.

- Pardonnez moi Monsieur Queen, j'ai tendance à m'égarer lorsqu'on me lance sur le sujet...

Evans sourit à son tour et posa une main sur l'épaule de son fils. Il était exactement comme lui et comme la plupart des archéologues. Jamais satisfaits, et une soif de découverte et de connaissance jamais assouvie. Ce qu'il avait omis de préciser, car il n'en savait presque rien, était l'origine d'une de ces histoires, qui avait pris tout son sens, et pour laquelle il avait reçu l'aide de Carter Hall même. Une histoire bien connue depuis des années par le conservateur, mais qu'il préférait garder pour lui, et laisser au rang de simple légende d'une longue période de l'histoire de l'Egypte ancienne. Plutôt que d'expliquer que deux des membres de la Ligue des Justiciers s'avéraient être des réincarnation de figures importantes de cette époque. Il avait demandé à Shiera Sanders de passer aussi dans les prochains jours, cette fois ci un peu plus que pour un café. Leurs talents et capacités ne changeaient décidément pas de génération en génération.
Après ces explications, les remerciements d'Oliver touchèrent les deux hommes, qui s'échangèrent un regard. La situation à Gotham était en effet plutôt compliquée, pour ne pas dire très sombre. St Roch s'en approchait mine de rien, et en ce moment l'angoisse montait. Il leur fallait quelqu'un comme Oliver.
- Monsieur Queen, ce n'est pas à vous de remercier qui que ce soit. C'est tout à fait naturel qu'on vous supporte dans cette situation. Et comptez sur moi, une fois vainqueur, je vous sortirai mon meilleur Whisky !

La fils Evans s'approcha de lui avec un regard complice.

- Et croyez nous, vous découvrirez l'aspect festif de Saint Roch et ses talents cachés !

Le conservateur se mit à rire. Un peu de bonne humeur dans cette ambiance si tendue, cela faisait un bien fou. Il but une gorgée de bourbon et fit le tour de la pièce du regard, lui aussi. Les visage s'éclairaient devant les oeuvres. Les gens riaient, discutaient de manière véhémente. Ils se tournaient et se retournaient vers l'intervenant principal de la soirée, certains semblant hésiter à venir le voir. Ils se retrouvaient certainement depuis des jours, et tout semblait bien se passer. Comme une bulle à l'intérieur d'une violence et de l'insécurité. Il soupira profondément, et se tourna de nouveau vers le politique, un sourire sur son visage.
- Regarde le visage de ces gens Oliver. Regardez autour de vous. Je ne vous remercierai jamais assez pour ce que vous apportez par votre présence ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
 

Inauguration : Les Secrets de la période Thinite. (Green Arrow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Inauguration du bac de Seltz sur le Rhin
» Les secrets du catch - le livre
» [Points] Le livre des secrets de Michael Cox
» SOTR (Secrets of the Third Reich)
» Quelle période de l'Undertaker préférez vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: St-Roch :: Stonechat Museum-