Lost Love

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Inscription : 10/12/2012
Messages : 442
MessagePosté le: Lun 1 Fév 2016 - 16:21
Février, le mois de l’amour et de l’amitié. Moment où l’on fête la célèbre Saint-Valentin, où l’amour pour l’être cher est dispensé avec joie. Moment de réjouissance. Il va sans dire qu’avec la venue de cette fameuse fête, chacun se préparait à sa façon. Pour la reporter Loïs Lane cela signifiait préparer une petite surprise pour l’élu de son cœur, Clark Kent. À quelques jours à peine de cette fameuse célébration elle en était aux derniers préparatifs d’une soirée qui promettait d’être des plus magie pour le couple qu’il formait. C’est les bras chargés de paquets qu’elle entra dans le domicile familial, sachant pertinemment que Clark ne s’y trouverait pas, car il était en mission pour le Daily Planet auprès de S.T.A.R. Labs. Une entrevue à propos des nouvelles recherches spatiales entreprises par la célèbre compagnie. La surprise s’afficha sur son visage lorsqu’elle remarqua une silhouette assise sur le divan. Les paquets tombent au sol, elle pousse un cri, rapidement étouffé par le vilain présent sur les lieux à l’aide d’un rayon verdâtre qui envoie la reporter au pays des rêves. Prenant soin de soulever cette dernière avec délicatesse, l’intrus dépose une petite carte sur le sol. Une simple adresse.

Central City. Une autre femme préparait la venue de la Saint-Valentin à sa façon, car elle aussi avait un héros avec qui célébrer la fête de l’amour. Iris West s’était préparé depuis un moment, surprendre l’homme le plus rapide du monde n’était pas chose aisée et elle le savait bien. Elle avait dû jouer de ruse pour envoyer Barry faire quelques courses afin de se retrouver seule afin de mettre la dernière touche à ses préparatifs. Un souper et une soirée qui promettait d’être mémorable. C’est dans la salle à manger qu’elle tomba sur l’intrus, la rouquine n’ayant jamais entendu celui-ci se glisser dans leur demeure, pourtant, elle n’avait pas jamais quitté le domicile de toute la journée. Sa stupeur fut de courte durée, car tout comme Loïs Lane, elle fût frappée d’un rayon vert qui l’envoya au pays des rêves. L’être présent dans la demeure souleva doucement celle-ci et comme la première fois, il déposa une petite carte avec laquelle il laissa une mèche de cheveux de miss West. La même adresse se trouvant sur celle-ci.

Gotham. La sombre ville était peut-être légèrement plus égayer qu’à son habitude à la veille de la soirée de la Saint-Valentin. Toutefois pour Harvey Bullock, cette soirée ne signifiait aucunement un rendez-vous galant. Pour le flic, il s’agissait plutôt d’une soirée où l’alcool était de mise. Depuis quelques années, lui et son meilleur ami, l’ancien commissaire de police Gordon avait l’habitude de profiter de cette soirée pour se réunir autour d’un verre d’alcool, se remémorant les belles années. Une habitude qu’ils avaient prise suite à la mort de la femme de Jim. Harvey n’avait donc pas beaucoup de préparatifs pour la soirée, une simple douche quelques habits propres et il ne lui restait plus qu’à attendre la venue de l’ancien commissaire qui venait le prendre pour ensuite se diriger vers leur pub favori. C’est en sortant de sa chambre, avec l’intention d’aller prendre un petit morceau qu’il tomba sur un visage qui lui était quelque peu familier, mais dont le souvenir était flou. Bien évidemment, le caractère trempé du policier fit en sorte qu’il insulta celui-ci le sommant de quitter son domicile s’il ne souhaitait pas se retrouver avec une balle entre les deux yeux. En guise de réponse un rayon vert vint le percuter. Ébranler, Bullock porta la main à sa ceinture tentant d’atteindre son arme de service qu’il avait toujours en sa possession. Un deuxième rayon l’envoya toutefois au pays des rêves avant qu’il n’ait pu utiliser celle-ci. L’intrus s’approcha du policier bien en chair, déposa l’arme au sol, poussa quelques meubles afin de simuler une bataille et mit bien en évidence la fameuse carte contenant une adresse. C’est un sourire carnassier sur le visage qu’il transporta son lourd fardeau.




Surprise et consternation furent certainement les premières à frapper les héros et le commissaire lorsqu’ils firent la terrible constatation que leurs amours et amis avaient disparût en ce soir de Saint-Valentin. La carte, bien simple donnait sur une adresse située dans un quartier abandonner de Gotham qui devait bientôt faire partie d’un projet de revitalisation. Il ne fallut pas bien longtemps aux deux héros pour rejoindre la ville de leur collègue Batman, ni même pour situer l’adresse en question, l’adrénaline de la perte les poussant encore plus promptement vers ce lieu. Toutefois, le premier sur les lieux fut le Jim Gordon, après tout Gotham était sa ville. Pourquoi étaient-ils tous trois en ce lieu? Pourquoi eux? Ils ne trouveraient la réponse à cette question qu’en entrant dans cette usine désaffecté.




-- HJ : L’animateur postera de façon sporadique, selon l’évolution de la situation. Donc ça ne sera pas nécessairement à chaque tour, mais assez régulièrement. Il y aura bien évidemment plusieurs surprises ne vous en faites pas. L’ordre de post sera plus ou moins fixe. Pour le moment, à vous de poster selon vos disponibilités, j’interviendrai en conséquence. --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Lun 1 Fév 2016 - 17:04
La St-Valentin était une fête que Barry aimait particulièrement fêter. La raison était d'autant plus importante lorsqu'on était un superhéros. Le fait de choisir la voie du superhéroisme obligeait pour plusieurs à couper tous les ponts avec la vie civile. Ceux qui choisissaient d'avoir une vie à côté devaient alors conjuguer avec leurs devoirs et leurs envies. Les relations de couples étaient particulièrement difficiles à maintenir et à entretenir. Barry se comptait chanceux car il avait la chance d'avoir une femme qui le supportait dans ses activités et qui comprenait les devoirs qui incombait à une telle tâche.

C'est pour ces raisons que Barry avait choisi quelques fêtes ou il ne donnait aucune disponibilité à la ligue et qu'il essayait au maximum de déléguer aux autres Flash la garde de la ville. L'anniversaire de Iris, celle de ses enfants qu'ils ne pouvaient malheureusement pas aller voir malgré qu'il souligne l'événement chaque année avec Iris, leur anniversaire de mariage et au final la St-Valentin. Toute ces fêtes qui servaient à rappeler à Iris à quel point elle comptait pour lui et à quel point sa vie serait triste sans l'amour de la famille West dans son coeur.

Il était allé chercher les croissants en France demander par Iris. C'était certes un détour, mais guère plus long que d'aller au marché du coin pour une personne normale. Puis il fallait avouer que les croissants de la boulangerie Eric Kayser de la rue Monge à Paris valaient réellement ce détour. Cela accompagnerait à merveille les pâtes et la sauce de la mère de Iris. De retour à la maison, il prit le temps de se changer en chemin avec son traditionnel nœud papillon rouge que lui avait donné Iris lors de leur premier rendez-vous.

Ça sent drôlement bon.

Il passa par la porte de la cuisine. Le rond était encore allumé et l'odeur de la sauce à spaghetti maison flottait dans la maison. C'était succulent et attendrissant. Barry ne put s'empêcher d'y tremper une cuillère pour y gouter. Un délice comme à son habitude. Il mit les croissants dans un panier et les recouvrit d'un linge afin de garder leur fraicheur.

Iris? Ou es-tu mon amour?

Barry avait parlé en marchant vers le salon. Il avait pris au passage deux coupes de vin qu'il n'avait pas remplies. Il marcha puis remarqua l'absence de son épouse. Il remarqua également le petit message laissez sur la table du salon. Il s'étonna de cette situation. En déposèrent les deux coupes sur la table basse, il prit le papier... Il ne dit rien et en moins de deux secondes il avait son costume de Flash sur le dos, un regard furieux et un four éteint laissant refroidir une sauce au gout délicieux. La cité de la folie et de la haine l'attendait. Il se dirigea vers Gotham et l'atteint en moins de temps qu'il fallait pour dire ciseau.

Devant l'usine désaffectée, il cria.

IRIS! TU PEUX M'ENTENDRE?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 2 Fév 2016 - 1:51
Journée de l'amour, Jim n'avait plus de femme et trouver que cette journée de la saint-valentin servait simplement aux commerciales à se faire du fric. Cette journée devait être rayé du calendrier, trouver un cadeau pour son épouse, une sortie au restaurant, quoi de plus futile et en dédier une journée entière. Normalement, un homme aimant, chérissant son épouse fait cela à longueur d'année non. Jim était en route vers la maison d'Harvey pour sortir boire un verre entre pote. Depuis son arrivée à Gotham City, voilà déjà plusieurs années. Bullock avait pris le moustachu sous son aile, l'aidant à se faire une place dans les rangs d'un GCPD corrompu. Mais durant cette période, le gros était de mèche avec la pègre et les différents gangs. En restant au contact de Gordon, après un incident, Jim sauva la vie d'Harvey. Ayant conscience de son erreur, le grincheux resta fidèle à lui-même, mais noua une véritable complicité avec son acolyte.

Jim laissa la voiture sur le parking en face de l'appartement, son imper sur les épaules il traversa la rue. Il monta les étages menant là où Harvey loger. Gordon levait la main pour frapper, quand il remarqua une chose étrange. La porte était entre-ouverte, il poussa cette dernière, les gonds grincèrent, à l'intérieur les meubles étaient chamboulés, au centre de la pièce. Quelqu'un y avait mis la pagaille, Jim appela Harvey, aucune réponse, personne. Soudain, il marcha sur la crosse d'une arme. Bullock ne sortait jamais sans son arme de service, il était trop superstitieux pour laisser son flingue dans son appartement. Gordon inspecta alors la pièce, lorsqu'il remarqua une note sur l'un des meubles. Une carte d'invitation lui donnait l'endroit d'un rendez-vous, un vieux bâtiment désaffecté.

Sans attendre et oubliant une soirée tranquille à boire des verres autour du comptoir. Jim dévala les escaliers pour retourner à son véhicule. Il enclencha le contact et se dépêcha de rejoindre rapidement cette usine. Qui pouvait en vouloir à Bullock ? Qui était ce dingue laissant des invitations ? Gordon voulait en apprendre davantage. Un quart d'heure s'écoula, Jim se trouva enfin sur l'emplacement prévu, l'usine se dressait comme un fantôme. Le décor était terrible et inspirait un drôle de sentiment. Jim était-il le seul sur les lieux ? Quand une voie s'éleva.
Le commissaire adjoint écouta attentivement le son et alla dans la direction. Sur place, il failli être surpris, le bolide de Central City était au même endroit. Un commissaire, un héros rapide comme l'éclair, un véritable mystère commençait à prendre forme. Jim s'avança lentement et annonça au héros.

- Doucement Flash. Je doute qu'elle ne répondre à votre appelle. Quelqu'un de votre entourage fut enlevé je suppose. Maintenant notre principale question est de savoir qui se cache derrière tout ça.

La main au fond d'une poche, Jim sortis une cigarette pour en griller une dernière avant de passer à l'action. Cette clope était la première depuis le retour de Barbara. Il reprenait cette saloperie à chaque fois qu'il sentait le danger ou une certaine pression. Deux hommes au même endroit, deux personnes kidnappées, mais qui était l'auteur ?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Mer 10 Fév 2016 - 15:24
Iris West, c'est ma journaliste attitrée au Central Citizen. Je suis clairement visé par cette attaque. Je suis surpris de vous voir ici quoi qu'en même temps ravis. Vous connaissez plus ses quartiers et bâtiment que moi, nous pourrons nous entraider.

Conscient qu'il n'était pas chez lui et pris en même temps d'une inextricable envie de tout détruire pour retrouver Iris, il savait qu'il fallait mieux coopéré. La force de Gordon était probablement que c'était quelqu'un qui serait sous-estimé dans le duo. Les rogues de Central City jouaient là-dessus depuis des années et Barry savait que c'était un atout non négligeable.

Je vais faire un tour rapide des lieux. Pour voir si quelques choses peu nous aider.

À peine eu t'il décoller à pleine vitesse que l'endroit ou il se trouvait explosa comme une mine. Rapidement il emporta Gordon plus loin, mais dès qu'il passait à certains endroits les  mines explosaient. Pourtant il avait piétiné l'endroit à plusieurs occasions auparavant sans rien ne se produisent.


On va avoir un problème... si j'utilise ma vitesse... ça semble faire exploser ces mines. C'est non seulement un problème physique, mais ça veux également dire quelques choses de beaucoup plus alarmantes. Notre ennemi est non seulement brillant, il est préparé. Ce n’est pas un de ces fous d'arkham qui fonce tête baisser. On a affaire à un criminel intelligent et particulièrement dangereux qui a pensé cet endroit en fonction de nous. Je suis très inquiet pour Iris et votre... personne enlever.


C'était vraiment préoccupant et cela allait l'obliger à revoir sa façon de fonctionner. C'était vraiment dérangeant. La personne qui avait enlever les êtres cher connaissait sa véritable identité et ses faiblesses. Barry était particulièrement préoccuper mais il espérait que ça ne paraissent pas trop pour donner confiance à Gordon que tout n'étais pas encore jouer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 9:07
STAR Labs n'était pas n'importe quel laboratoire de recherche, il était à la pointe de la technologie. Pour être plus précis, elle est bien au-delà de tout ce qu'un citoyen lambda pouvait imaginer. Ses chercheurs avaient mise au point bien assez de technologie pour détruire l'humanité entière, des choses qu'eux mêmes gardaient scellés, afin d'éviter qu'ils ne tombent entre de mauvaises mains. De fait, tout ce qui concernait ce centre de recherche m'intéressait au plus au point. Je me tenais au courant de toutes les nouveautés, afin d'être sûr qu'ils ne dépasseraient pas les limites. Habituellement, j'utilisais mes super sens pour me tenir informé, notamment la vision rayon X et la super ouie. Cependant, cette fois, je n'en eus pas besoin, puisque les chercheurs se proposèrent de faire découvrir à la population leur tout nouveau projet, au travers du Dailyplanet. J'étais plutôt content d'apprendre qu'ils commençaient à faire réellement quelque chose d'utile pour la population, pas seulement créer des monstres mi- homme mi- machine. Ce fut donc avec plaisir que je quittai ma femme pour rejoindre Central City à quelques jours de la Saint Valentin, en promettant de revenir le jour J pour le fêter avec elle. Comme toujours, Lois se montra totalement compréhensive, c'était la femme parfaite après tout.

Après quelques jours d'entrevues riches en informations, je rentrai à la maison avec un certain empressement. La Saint Valentin était le lendemain, mais je n'avais toujours pas acheté de cadeau symbolisant mon amour pour elle. Une fois à Metropolis, j'avais retardé mon retour à l'appartement pour chercher un cadeau, en faisant un détour par un centre commercial. Rien ne semblait correspondre à ce que je voulais pour la femme de ma vie, je rentrai finalement les mains vides. A ma grande surprise, la porte n'était pas verrouillée, je n'eus pas à utiliser ma clef. De plus, des paquets étaient entreposés au sol de manière désordonnée, quelque chose clochait. J'appelais Lois à plusieurs reprise, mais aucune réponse. En faisant un pas pour traverser le hall, mon pied écrasa une carte posée au sol à mon intention. Il ne fallait pas être un génie pour savoir ce que signifiait cette adresse: on avait enlevé ma femme pour que je m'y rende. Celui qui avait commis ce kidnapping ne devait pas se douter à quel genre de personne il m'était en colère, aucun endroit sur Terre ne sera plus jamais sûr pour lui. Je ravalai ma colère silencieuse pour partir chercher Lois avant qu'on ne lui fasse le moindre mal. Si quelque chose lui arrivait... La moindre... Je ne sais pas ce que je ferais, mais ça ne serait sûrement pas digne d'un héros.

En tenue de Superman, je me rendis dans le bâtiment désaffecté de Gotham en question. C'était des ruines, plutôt pratique. Le son d'explosion me fit aller précipitamment dans cette direction, en volant. Il y avait Flash, portant Jim Gordon, courant pour échapper à des explosions répétées. La présence du bolide écarlate voulait dire qu'Iris était en danger et Gordon... Aucune idée, peut- être est- ce Barbara? Je me dirigeai vers le duo, avant de voler à côté d'eux durant leur course folle.

"Flash, Commissaire Gordon, vous avez une idée de ce qu'il se passe? La journaliste à l'origine de nombreux articles sur moi a été enlevée, on a demandé à Clark Kent de se rendre à ce bâtiment désaffecté. Il m'a tout de suite prévenu, mais visiblement, c'était un piège!"

A chaque pas du speedster, une explosion s'enclenchait et si ce n'était sa vitesse hors- norme, il serait éparpillé en plusieurs morceaux. Sans compter Gordon qui se trouvait mêlé à une affaire qui le mettait bien plus en danger que nous deux. Je commençais sérieusement à détester ce kidnappeur. Et il fallait vraiment qu'il agisse ce soir? C'était un indice considérable: ce criminel n'avait pas de femme dans sa vie, ou d'homme si c'était une criminelle.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 10/12/2012
Messages : 442
MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 22:54
Une cellule en verre transparent incassable, trois corps enchaîner, une petite porte. Le colosse qu’était Bullock fut le premier à reprendre ses sens suite à l’injection de sédatif. Encore amoindri par les effets du puissant agent chimique, mais possédant toujours cet instinct de flic, son regard se posa sur son environnement afin d’en découvrir les moindres détails. Le bedonnant inspecteur du GCPD remarqua rapidement la chaîne à son pied ainsi que les demoiselles inconscientes dans la même pièce que lui. Harvey remarqua ensuite l’énorme trousseau de clefs situé au centre de la pièce et les murs en verre qui offrait une vue sur ce qui semblait être une immense pièce vide avec trois portes d’accès. Le tempérament bouillant de l’inspecteur reprit rapidement le dessus, ce dernier tentant de tirer fermement sur sa chaîne afin de se libérer, sans grand effet hormis de produire du bruit. Bruit qui sembla un peu tirer les femmes présentes dans la cellule de leur torpeur.

-HEY LE TARÉ TU VAS IMMÉDIATEMENT NOUS LIBÉRER.

Le cri de l’inspecteur termina d’éveiller Loïs Lane et Iris West. Bien qu’encore sous l’effet du sédatif, les deux réalisèrent rapidement la situation dans laquelle elles se trouvaient, songeant immédiatement à leurs amoureux et au pétrin dans lequel l’auteur de leur kidnapping s’était mis. Évidemment leurs regards allèrent vers l’homme qui venait de crier. Bullock s’étant retourné dans leur direction suite au bruit causé par leur réveil. L’incompréhension générale fut rapidement mise à jour par une voix provenant d’un intercom.

-Chers invités bonjour ou bonsoir, car le temps importe peu pour vous en ce moment. Si vous êtes ici, c’est pour un but bien précis, attiré certains êtres chers afin de me permettre de les détruire. Quant à vous, votre liberté est au bout de ces chaînes. Les clefs, l’une d’elles permettra de déverrouille la porte de votre cellule, trois autres les portes situées dans la pièce adjacente. Ah oui, il y a aussi trois clefs pour vos entraves. Amusez-vous bien.

La transmission s’était terminée ainsi, l’énorme trousseau de clefs au centre de la pièce attirant le regard des trois prisonniers. Il devait contenir une centaine de clefs variées, la tâche ne serait pas de tout repos.

----------------------------------------------

Ailleurs. Les explosions cessaient peu à peu, le speedster ayant compris que sa vitesse était une menace, au moment même où l’homme de demain fit son apparition. Nul ne comprenait ce qui se passait et c’est exactement ce que le vilain souhaitait, surtout en ce qui concernait Jim Gordon. Pourquoi lui? Pourquoi un humain aux côtés de ces deux héros? La réponse ne tarderait pas à venir.

Assis derrière une multitude d’écrans le kidnappeur supervisait le tout via de nombreuses microcaméras dissimulées dans le périmètre. La venue du dernier invité provoqua chez le vilain une joie bien particulière. La partie de plaisir allait pouvoir commencer. Une nouvelle fois, un bruit caractéristique de crépitements d’interphone se fit entendre, cette fois-ci dans l’entrepôt en ruine.


-Bienvenue chers invités! Sachez qu’en ce moment vos êtres chers reprennent peu à peu leurs sens faisant face à un défi bien personnel. Quant à vous vous aurez compris que votre venue était planifiée. J’espère que vous appréciez les mines Flash, car elles n’ont pas terminé d’exploser.

À peine eut-il terminé sa phrase qu’une série d’explosion plus intense retentit propulsant morceaux de gravats et métal dans toutes les directions, un énorme nuage de poussière envahissant la pièce à moitié détruite. Temps de réaction bien mince pour se protéger, même si le vilain savait que cet assaut n’aurait rien de bien menaçant face à ses opposants. La poussière retombait peu à peu, laissant apparaître sur le sol une immense porte en acier incruster à même le sol. Ainsi il y avait une structure souterraine. Le calme suivant l’explosion ne dura pas bien longtemps, l’hôte reprenant la parole via l’intercom.

-Bien bien, voilà l’entrée, il suffit d’en trouver la clef. Ah et Superman, inutile d’utiliser votre vision a rayon X l’entièreté de l’édifice souterrain possède des murs redoubler de plomb. Ne gâchons pas toutes les surprises. La porte est à vous si jamais vous pouvez y entrer.

La porte en acier sans aucune serrure ni penture se tenait devant eux. Entrée leur permettant de pouvoir atteindre ceux qu’ils étaient venus secourir. Mais qu’était une porte face aux héros…

----------------------------------------------

Un peu plus loin dans le complexe. L’amour avait fait une autre victime. Une victime tout autre possédant un tout autre type d’amour. C’était l’amour de l’argent qui l’avait mené en ce lieu maudit pour la soirée de la Saint-Valentin. Assise bien confortablement sur un fauteuil, contemplant le montant faramineux d’argent qui venait d’être viré dans son compte, elle attendait son entrée en scène. L’interphone sonna cette fois-ci dans la petite pièce qu’elle occupait, avant-goût d’un moment glorieux.

-La partie commence très chère. Bientôt, très bientôt, il sera temps d’entrer en piste. Au moment propice la porte s’ouvrira sur l’acte le plus merveilleux de cette pièce, sur notre victoire, sur votre gloire ainsi que la mienne.

Plus aucun son ne fût émis, le génie du mal derrière les enlèvements se contentant d’observer depuis son poste, jouant ses pièces une par une, si tout allait selon son plan il obtiendrait la clef du succès.

---HJ Avant d'entreprendre une action rp vis-à-vis la porte envoyé moi un mp avec l'action désiré, je vous décrirai ladite conséquence à inclure dans votre message. ^^ Oh oui encore des surprise --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 15 Fév 2016 - 21:39
Jim suspectait plusieurs criminels de cette maudite ville, cet endroit aussi corrompu malgré toutes ses longues années de combat. L'aide du Batman et les troupes d'élites et les nouvelles recrues du GCPD, Gotham était une ville poubelle, un endroit parfait ou pullule le crime et les dingues en tous genres. Flash se lança alors dans une inspection, le vieux regardait le bolide prendre de la vitesse, malheureusement à chaque pas, chaque vibration de ses pas sur le sol, une déflagration retentit. Les environs étaient piégés, le salopard qui détenait les amis de nos héros, avait établi un plan bien rôdé. Quand le speedster attrapa l'ancien commissaire, une déflagration plus puissante projeta les amis sur une dizaine de mètre. Jim se réceptionna avec une pirouette, reprenant son souffle, il était trop vieux pour ces conneries.

Après une certaine hésitation, Jim remarqua un autre héros en approche celui-ci volait au-dessus de la scène, un S énorme sur la poitrine. Superman était donc en ville, incroyable, l'acolyte de Batman et l'un des fondateurs de la ligue de justice, Jim n'avait pas encore eu l'honneur de participer à une plaisanterie pareille en compagnie de deux héros aussi singulier. C'était le moment idéal de se faire connaître et de prouver sa bravoure, deux héros, chacun ayant des pouvoirs, Gordon était le seul homme, un pauvre doux dingue munit d'un flingue, d'un paquet de cigarette presque vide et d'une paire de lunette. Cette paire restait le symbole emblématique du vieux commissaire comme le S ou l'éclair de ses acolytes pour cette nuit.

Les présentations et les formalités d'usage terminées. Une voie se fit entendre dans un interphone, suivi d'une puissante explosion. L'inconnue désigna une étrange trappe métallique sur le sol, sous les décombres du bâtiment désormais détruit. Les amis des trois hommes devaient certainement se trouver dans les sous-sols, heureusement. Par contre, la trappe ne possédait pas de gonds, aucune ouverture pour pénétrer à l'intérieur, Gordon chercha à moyen de pénétrer à l'intérieur avant de poser la question idiote.

- Une idée pour ouvrir cette porte ?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/05/2013
Messages : 651
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mer 17 Fév 2016 - 13:29
Cheshire avait recueilli tout ce qu'il lui fallait deux jours avant le 14 février. On l'avait contactée pour un boulot assez particulier. Un boulot qui la confronterait aux meilleurs super-héros. Alors, elle se devait d'être équipée. Non pas pour les mettre au tapis, mais plutôt pour rester vivante. Face à l'homme d'acier, il ne fallait pas déconner quand même. Elle était là pour la paye, puis se tirerait aussi vite qu'elle le pourrait. Ce malade voulait réellement détruire ces héros là? Il en était certainement capable, mais ce serait sans Cheshire. Elle était une survivante, pas une chair à canon.

Évidemment, elle se montrera et fera son boulot, mais déguerpira dès que l'occasion se sera présentée. C'était sa nature: personne ne pouvait véritablement la mettre sous sa botte. Cheshire n'était responsable que de Cheshire et avait beaucoup de mal à obéir à des ordres quand l'enjeu signifiait peu pour elle. Éliminer un flic et deux membres de la Justice League? Très peu pour elle quand on constatait que son compte personnel avait déjà accueilli la jolie somme promise pour ce job.

En tous les cas, maintenant qu'elle était là, autant se préparer mentalement à la confrontation. Physiquement, elle n'avait jamais été aussi prête. La mercenaire tenait une forme du tonnerre, était équipée de ses meilleures armes les plus mortelles et avait prévu une petite surprise pour quiconque tenterait de la mettre à terre. Ça allait probablement être amusant, mais il était encore plus amusant de filer sous les yeux de son commanditaire. C'était la spécialité de Cheshire en fait. Ça lui avait valu de nombreuses fois des soucis et des règlements de compte houleux, mais elle ne pouvait s'en empêcher. Elle comptait prendre son pied aujourd'hui puis profiter rapidement de son dû.

Dans la petite pièce où elle se trouvait, elle entendit sa voix dans l'interphone. Visiblement les personnes conviées à la fête étaient arrivées. Elle se leva de son siège sur lequel elle était lascivement positionnée et se dirigea vers la porte. Ils allaient bientôt pénétrer sous le bâtiment. Cheshire, grande, élancée, incroyablement sûre d'elle et dégageant une terrifiante impression de supériorité, savait pertinemment comment toute cela allait se terminer. Ce qu'elle ne savait pas à l'avance, c'était qu'il n'allait pas être si facile de quitter les lieux comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Lun 22 Fév 2016 - 14:55
Oui j'ai une idée. Dit Barry avec un sourire.

Marchant doucement sur les mines ne prenant aucun speedforce il décida de s'avancer vers elle. Utilisant une minutie extrême, il réussit à se saisir d'une. Il fallait dire que leur création particulière ne semblait réagir à absolument rien d'autre que la speedforce. Il regardait l'assemblage et ne pouvait faire autrement que de saluer le génie devant cette invention. Flash la brassa légèrement, se disant que si elle explosait il pourrait tout de même fuir, et pourtant rien ne se produit. Il pris alors cette même mine et la déposa face à la porte. Puis dans un moment sans hésitation, il appuya dessus à supervitesse et s'enfuya. La mine explosa et un épais nuage de poussière s'en dégageait.

La porte n'avait pas exploser comme Barry l'aurait souhaiter. Cependant, elle semblait avoir faibli.

Bon... je crois que c'est ton moment Sup. Faudrait ouvrir. Et bon c'est comme un pot de cornichon... je te l'ai commencé tu devrais ne pas avoir de difficulté à l'ouvrir.

Barry n'avait pas envie de jouer "selon les règles" du ravisseur d'Iris. Il était en colère à l'intérieur et tout était trop gros en ce moment. Le jeu de chercher la clef ne lui plaisait pas du tout et pour être fortement honnête, il avait hâte d'en finir. Retrouver sa douce dans ses bras, car tout cela était d'une fourberie sans nom. Ce n’était pas la peine de jouer les fort Boyard, Flash voulait retrouver Iris. Le plomb n'était pas une matière qui allait le retenir bien longtemps et s'il le devait, il vibrerait au travers de tout les murs, quitte a faire sauter le bâtiment derrière lui. Il ferait sortir Iris, Lois et Harvey de là tout seul s'il le devait.

Commissaire Gordon, si jamais les choses tournent mal, il faudrait penser tout de même à chercher la clef. Nous ne sommes pas détective, ni moi, ni Superman, pourriez-vous s'il vous plait essayer de trouver ladite clef. Je vais rester disponible autant avec vous qu'avec Superman, pour moi être à deux endroits en même temps n'est pas impossible. Je me fie à vous pour le coup.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 26 Fév 2016 - 17:48
Une voix bien étrange prenait son pied en créant toute cette mise en scène de kidnapping, pour nous voir jouer un jeu auquel aucun de nous ne connaissait les règles. De plus, il semblerait qu'il utilise nos forces et faiblesses contre nous, puisque Flash déclenchait les explosions dans son mouvement, à cause de la speedforce qui l'entourait durant ses courses. En parlant d'explosion, il y en eut une où Barry n'avait rien à voir, c'était le kidnappeur qui voulait nous montrer une porte d'acier à même le sol. Durant l'explosion gigantesque qui projeta des gravas de toute sorte, j'utilisais ma cape pour protéger Gordon et Flash. Ensuite, je laissais ce dernier aller tenter en premier quoi que ce soit qui nous permettrait d'entrer dans ce qui serait à mon avis un gros traquenard. Mais on entrait dans la gueule du loup, pour mieux en sortir avec nos proches qui devaient être morts de peur. J'essayais de ne pas y penser, car une colère sourde s'emparait alors de moi et me demandais de tout casser. Sauf qu'une telle méthode ne donnerait rien de bon avec ce tordu qui avait mit des pièges partout.

Flash revint très vite nous informer à sa manière qu'il était devant une impasse. Même le commissaire Gordon semblait n'avoir aucune idée sur la manière de se débarrasser de cet obstacle. D'après l'homme qui était derrière tout ça, utiliser mon rayon X serait inutile, mais rien ne m'empêchait d'essayer quand même. Malheureusement, il était dans le vrai: je ne voyais rien.

"Je m'en occupe, vous feriez bien de reculer."

A quelques mètres de la porte, je focalisais ma vision au milieu de la porte blindée et laissai mon énergie solaire s'échapper de mes yeux en rayons lasers très intenses. Comme je m'y attendais, le métal ne prit pas longtemps avant de fondre sous mon pouvoir, l'espoir était encore possible. Étrangement, et c'était le plus inquiétant dans cette histoire, notamment pour la suite, un nuage verdâtre s'échappait de la porte durant sa fonte. Il était impossible de se tromper sur sa nature: de la kryptonite. Et dire que ma première idée était de foncer à travers en utilisant ma force et mon invulnérabilité, heureusement que je n'étais pas un idiot (puisqu'il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis... hahaha...). Je désactivai la capacité et me tournai vers Gordon d'un air sérieux.

"Vous devriez aller voir avant que Flash et moi y allions, commissaire. On ne sait pas ce que cet ennemi pourrait nous tendre comme piège après tout ça... Mais n'entrez pas encore, on vous mettra entre nous deux pour pouvoir assurer votre sécurité."
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 10/12/2012
Messages : 442
MessagePosté le: Sam 27 Fév 2016 - 11:55
Dans la salle où se trouvaient les otages, le temps filait à un autre rythme qu’à la surface et pour Harvey Bullock il filait beaucoup trop lentement. Malgré les ronchonnements du flic, ils avaient progressé. Lois Lane et Iris West étaient libres ne restait plus que le grognon qui tentait de se libérer pour une énième fois. Finalement, la serrure de son entrave produisit un clic caractéristique qui produisit chef le bourru inspecteur un petit soupire de soulagement. Fier du dénouement Bullock réalisa rapidement que leur cellule possédait elle aussi une serrure. Rageur il se dirigea vers celle-ci son trousseau de clefs à la main. La lourde tâche de trouver la bonne clef allait débuter lorsque Loïs eut la brillante idée de tester si la porte était verrouillée. Les gonds grincèrent tandis que celle-ci s’ouvrait.

-Ouais… J’aurais dû penser à ça…

Le trio se retrouvait maintenant dans une pièce assez grande, dépourvue de meuble, trois portes leur offrant l’opportunité de poursuivre leur aventure. Le mystère planait sur ce que leur réservait chacune d’elle et depuis son poste d’observation le vilain souriait, amusé par le choix qui s’offrait à eux, mais surtout aux lourdes conséquences d’un mauvais choix.


____________________________________


À peine les héros avaient-ils ouvert la porte, au grand damne du vilain qui avait espéré un petit tour diabolique pour contrer l’homme d’acier, que la porte de la salle de repos où se trouvait Cheshire s’ouvrit. Elle était entrée dans le complexe par la grande porte, puis s’était vu guidée jusqu’à cette pièce où elle avait été « enfermée » jusqu’au moment propice. Cette sensation d’enfermement, ce sentiment qu’il y avait plus chez son employeur, que sa fuite de ce lieu afin de préserver sa propre vie face aux héros était peut-être encore plus présente lorsque la lourde porte s’ouvrit. Plus rien ne semblait être au même endroit, le couloir qu’elle avait emprunté bifurquait où il était auparavant rectiligne. Si elle avait souhaité se sauver rapidement de cet endroit maudit, l’assassin s’était bien mépris, son commanditaire ayant bel et bien compris son intention. Cheshire allait devoir sortir de là à la bonne vieille méthode, arme à la main. Trois routes s’offraient à elle. L’une à environ vingt mètres allait vers la gauche, une autre située quinze mètres plus loin vers la droite et au bout du couloir, un tournant vers la gauche.


____________________________________


Rageur, le vilain s’en voulut quelque peu de ne pas avoir considéré la vision thermique de l’Homme d’Acier dans son calcul diabolique. La porte ne résista pas très longtemps face à la chaleur dégagée et la vapeur de kryptonite contenu entre les deux pans de la solide porte s’échappa sans que Clark Kent n’en respire la moindre bouffée. L’attende de dissipation du nuage ne fût pas bien longue et le trio put finalement entrée dans le complexe souterrain. Une volée d’escalier, vingt pour être exacte les mena sous terre face à un couloir illuminé par des torches en forme de clef. Un couloir qui semblait interminable possédant de multiples embranchements.

On se jouait d’eux en les lançant dans ce labyrinthe. Certes, la vitesse de Flash pourrait lui permettre de parcourir l’entièreté du complexe en un rien de temps, mais qui sait si l’endroit n’était pas piégé comme la surface afin de minimaliser l’utilisation de la speedforce. Surtout dans un espace si restreint qui risquait de s’écrouler et ainsi de faire périr ceux qu’ils aimaient. L’homme de demain pourrait en faire autant, mais si l’on suivait la logique de ce fou furieux, il c’était préparé à leur venu depuis un bon moment et s’il avait contré la vitesse de Flash peut-être l’avait-il fait aussi pour lui.

Supposition qui impliquait un choix de la part des héros. Que tenter, que ne pas tenter afin de venir en aide aux prisonniers de ce génie criminel? Quel chemin prendre? La réponse sembla s’imposer d’elle-même alors que la vision sur développé de Superman put apercevoir Loïs Lane empruntant un couloir à l’extrémité droite du couloir. Quelques secondes lui suffiraient pour la rejoindre avec sa vitesse…



-HJ pour ce tour-ci, j’aimerais établir un ordre de passage qui sera le même pour la suite du rp, à moins d’avis contraire nous irons ainsi : Cheshire, Superman, Gordon et Flash. Je me réserve le droit d’intervenir à tout moment, même si normalement ça se fera après chaque tour de jeu. Amusez-vous ^^ -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/05/2013
Messages : 651
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Lun 29 Fév 2016 - 11:55
La salle dans laquelle Cheshire se trouvait depuis un petit moment s'ouvrit enfin. Sans attendre et sans non plus se précipiter, elle passa le pas à travers la porte et remarqua que plusieurs possibilités de directions s'offraient à elle. Qu'elle était cette plaisanterie?

Cheshire n'était pas une des victimes du jeu sadique de son employeur, pourtant elle se trouvait là dans ce labyrinthe, comme les autres. Elle ne savait pas quel chemin prendre et se fichait en fait de sur quoi - ou qui elle tomberait. De toute évidence, elle devait user de son talent de meurtrière et c'était tout ce qu'on lui demandait.

Sacrément bien armée aujourd'hui, son matériel ne pénalisait en rien la rapidité et l'agilité incroyable de la mercenaire. Elle décida de continuer tout droit dans le couloir et tourna à gauche. Un katana dans chaque main, deux saïs à hauteur de ses cuisses, un sabre dans le dos et des dizaines de petits poignards affutés qui ne rataient jamais leur cible quand ils étaient maniés par Cheshire.

Aussi bien préparée qu'elle pouvait l'être, Cheshire désirait surtout se trouver une sortie assurée. Mais c'était très mal partie: payée pour ne pas laisser les victimes repartirent dans les bras des héros, on l'empêchait aussi en quelque sorte de fuir le lieu. Sa réputation la précédait trop... Grommelant des injures, elle continuait d'avancer d'un pas affirmé dans les couloirs paraissant immenses et dans lesquels on pouvait facilement se perdre.

Son sens de l'orientation ne lui faisait jamais défaut, cependant elle devait l'avouer aujourd'hui: elle s'était bel et bien retrouvée dans ce couloir au moins deux fois et était sûre d'avoir déjà pris cet autre là plus tôt dans son avancée. Une avancée qui allait être périlleuse si on tenait compte des héros appelés pour secourir les personnes enlevées par le psychopathe qui orchestrait tout cela. Mais bon, rien ne pouvait abattre moralement et physiquement Cheshire, elle le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Jeu 3 Mar 2016 - 11:04
"Bienvenue dans la partie immergée de l'iceberg..."

Devant nous s'étendait un autre étage, celui- ci sous terre et remplit de couloirs faisant penser à une sorte de labyrinthe. Je savais que Gotham cachait d'innombrables secrets, mais comment des super- vilains avaient pu mettre en place ce genre de complexe sans que personne ne se doute de rien? Les kidnappeurs possédaient assez de moyen pour obtenir à de tels résultats. Malheureusement, Batman n'était pas là pour me faire l'inventaire des vilains de cette ville pouvant faire une chose pareille. A moins que... Descendant les escaliers après les vérifications du commissaire, je m'engageai ensuite dans le couloir d'un pas prudent.

"Dîtes- moi Commissaire Gordon, ce mode opératoire ne vous dit rien? Il paraît que les vilains de Gotham ont tous un thème plus ou moins reconnaissable. A votre avis, lesquels pourraient être derrière cette mise en scène ridicule? Cette information pourrait nous donner un avantage sur eux."

Je préférais parler au pluriel, même s'il n'y eut qu'une seule voix à travers les hauts- parleurs tout à l'heure. Encore une fois, en arrivant à un embranchement, j'essayais d'utiliser ma vision rayon X afin de déterminer le bon chemin, malgré le fait que le vilain avait spécifié que ce pouvoir ne fonctionnerait pas à cause du plomb dans les murs. Si j'étais le genre de héros à écouter naïvement un criminel capable de commettre des actes impensables, j'aurais perdu avant d'avoir commencé. Ce n'était pas lui le maître du jeu, je ne le laisserai pas me le faire croire. J'allais jouer avec mes propres cartes, inutiles ou pas, pour lui prouver qu'il ne me contrôlait pas. Mais la capacité ne fonctionna pas, comme prévu. Rien ne m'empêchait de penser qu'un moment où un autre, il aura fait une erreur. Soudain, durant mon examen visuel, j'aperçus ma femme au loin, très loin, grâce à la vision télescopique. Maintenant, je savais très bien quel chemin prendre: celui qui me mènerait à elle!

"LOIS!"

Je me mis à courir à super vitesse dans sa direction, accélérant au point que si j'arrivais effectivement à destination, mon cri serait entendu une fraction de seconde à peine avant que je ne me retrouve juste à côté d'elle. Je sais que mon acte était stupide, me doutant du nombre de piège que le tordu à l'origine de l'enlèvement avait prévu. Cependant, à ce moment- là, en voyant qu'elle allait encore bien, qu'elle était inquiète, j'avais bougé presque instinctivement. C'était à ce moment- là aussi, en sentant ce soulagement prendre le pas sur la peur, que je me rendis compte que je n'avais fait que refouler d'immenses inquiétudes sans jamais les sortir totalement de mon esprit. Elles étaient restées dans ce coin de l'esprit où on pouvait trouver la force de supporter les pires supplices, de survivre en pleine jungle avec un simple bâton, de combattre d'innombrables ennemis, juste pour avoir la chance de s'en soulager le moment venu. Cet inconscient qui m'avait poussé à foncer sans réfléchir aux conséquences, s'il y en avait. Comme mettre tout le monde en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 3 Mar 2016 - 17:14
Les affaires commençaient à devenir trop sérieuse et un pauvre humain dans un jeu de super-héros ne trouvait pas la place. Superman et Flash demandèrent des informations sur le commanditaire des actions criminels et proposèrent au commissaire de trouver un clef pour ouvrir la lourde porte métallique. Jim allait prendre le chemin des conteneurs au fond du décor, voir pour trouver un indice, quand l'en-cape utilisa ses rayons optiques pour faire un trou dans la paroi métallique. Une épaisse fumée verte s'échappa de la structure, avant de laisser apparaître aux yeux des trois compères un escalier descendant dans le sol. Jim se torturait l'esprit à la recherche d'une solution, la porte était ouverte, une clef n'était pas utile pour la suite. Quand l'interphone raisonna une fois encore et invita les joueurs à poursuivre ce jeu macabre.

Le flic pensa à Bullock, enfermait au fond de ce trou, le gros bourru devait sans doute perdre patience. Jim dévala les escaliers en compagnie des héros, les hommes arrivèrent dans une pièce circulaire, encore une énigme. des portes, la lumières était faible et l'air suffocante empêchait toutes réflexions. Soudainement Supeman demanda à Jim s'il connaissait le dingue qui avait mis en place ce petit jeu. Le vieux à moustache commençait à avoir une petite idée, mais ce criminel n'aurait pas invité deux héros provenant de villes hors de Gotham. Il caressa son menton en baissant la tête, les yeux dans le vague, il émit une hypothèse.

- Au début de ce jeu, nous avons tous les trois avertis de l'enlèvement de nos compagnons par un message. Je pensais donc au départ que notre ennemi était le Joker. Il aime s'amuser avec ses victimes et les participants de ses petits jeux. Mais en voyant ce local et en regardant les derniers événements de plus près, je pense au Sphinx. L'homme aime le kidnapping et les énigmes. Batman là souvent combattu et m'exposa au cours de nos discussions la façon d'agir de Nigma.

Edward Nigma était sans doute le criminel plus habile dans ce genre de manipulation. Mais la façon spectaculaire de développer les événements gêner le flic. Les mines autours de ce local, la découverte d'une porte en sous-sols. Le Joker et le Sphinx n'était certainement pas responsable de cette mascarade, Jim ne comprenait plus et en vint à une conclusion.

- En y réfléchissant de très près, je doute que les deux criminels que sont le Joker et le Sphinx soient responsables. Je pense à autre chose. Mon second avis concerne l'un de vos ennemis. Un personnage venant de votre entourage et souhaite agir dans ma ville. Gotham est connu pour son crime et ses différents criminels. Batman n'étant pas sur place, il décide de se venger sur vous et moi. Pourquoi ? J'aimerais répondre aux questions que je me pose. Mais nous devons avancer avant de découvrir le responsable.

L'exposer terminé, Jim attrapa son flingue rangé dans son holster. Quand Flash hurla le nom de Lois. Le super-héros quitta la pièce à vive allure, laissant Flash et Jim sur place. Le commissaire haussa les épaules, sentant qu'il ne pouvait pas faire confiance aux héros sur ce coup. Il regardait Flash et choisit le chemin droit devant lui.

- Je prends ce chemin, faites votre choix Flash. On retrouve nos compagnons et on se retrouvent dehors.

D'un signe de tête approbateur, le vieux se lança dans le long couloir sombre en face de lui. Qu'allait-il se passer par la suite ? Jim était près à toutes attaques providentielles.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Sam 5 Mar 2016 - 15:01
Flash détestait ne pas être en contrôle du jeu ainsi et cela arrivait particulièrement souvent lorsqu'on était un superhéros, mais dans le cas actuel c'était différent. Il se sentait assez impuissant. Le plus gros coup pour lui fut de prendre conscience que c'était Barry dans le jeu et non Flash. On avait enlevé Iris, on le privait de l'utilisation de ses pouvoirs et il se retrouvait alors coincé dans un labyrinthe. Il se sentait un peu faible à cette occasion et il enviait Gordon prenant ainsi conscience de ses propres faiblesses face à un homme de ce genre.

Il avança donc vers la gauche, l'endroit qui "restait". Il n'aurait de toute façon pas su lequel choisir et aurait préféré que tous se servent les coudes. Il se sentait comme dans un mauvais film d'horreur ou tout le monde décidait de se séparer. Il espérait surtout que Superman n'est pas fait quelques choses de graves. Il connaissait l'impétuosité de son partenaire et où Batman faisait souvent preuve de pragmatisme Superman écoutait toujours son coeur et cela pouvait lui jouer de vilain tour. Un Boy-scout avec tous les pouvoirs du monde c'était parfois dangereux, mais il avait confiance en son coéquipier qu'il respectait.

Avançons doucement alors.

Il marchait sans savoir vers quoi ce corridor l'amenait et il repensait à ce que Gordon leur avait partagé dans sa grande connaissance des criminels de Gotham. Flash avait la même sensation, c'était au-delà de tout se que pouvait avoir fait les habitués d'Arkham et de Blackgate. De plus que quelqu'un connaisse leur véritable identité assez pour attaquer directement leur proche, mener une opération de ce genre avec leur faiblesse et les jetés dans des pièges dont il devait trouver la clef, il ne comprenait pas le stratagème puis....

The Key... C'EST THE KEY. SUPERMAN, LE CRIMINEL C'EST THE KEY.


Il espérait que l'ouïe superfine de superman lui permettre d'entendre. Ils avaient enfin une réponse, malheureusement le vilain était loin de devoir être pris à la légère, c'était une bonne et une mauvaise nouvelle à la fois, car ils affrontaient un vilain particulièrement dangereux et retords.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 10/12/2012
Messages : 442
MessagePosté le: Lun 14 Mar 2016 - 10:25
Harvey Bullock triomphait. Il venait enfin de trouver une clef permettant d’ouvrir l’une des trois portes qui menait dieu seul sait où, mais hors de cette prison qui était la leur. À peine la porte fût-elle ouverte, qu’un gaz incolore et inodore s’échappa, enveloppant les trois prisonniers de celui qui était maintenant connu des héros comme étant The Key. Un criminel aux capacités bien particulières et aux gadgets à thématique de clef. Lentement, Loïs Lane, Iris West et Harvey Bullock ressentir les effets du gaz. Marchant lentement vers la sortie, sans réellement contrôler leur corps, zombifier par l’effet neurocontrolant du gaz. Progressant dans les couloirs, ils arrivèrent enfin à un embranchement. Sans mot dire, Loïs Lane continua tout droit, Bullock bifurqua vers la droite et Iris West vers la gauche…


--------------------------------


Les couloirs se ressemblaient tous et rapidement Cheshire qui possédait pourtant un excellent sens de l’orientation se retrouva complètement perdu. Une forte impression de voir certains murs bouger et changer de position accentuant cette sensation désagréable. Un tournant supplémentaire et devant elle se trouvait une jeune femme qui semblait entièrement perdue, marchant droit sur elle sans réellement l’apercevoir. Iris West avait été guidé jusqu’à la mercenaire grâce aux effets du gaz qu’elle avait inhalé et aux capacités du vilain qui régnait en maître sur ces lieux.
[/i]


-Ma chère Cheshire, voici un petit cadeau, Iris West, vous verrez un héros vêtu de rouge fort intéressé en sa personne. Les neurocontrolants que j’ai utilisés sur elle en font le parfait zombie, celle-ci étant hypnotisé pour vous obéir.

Ceci dit, un mur pivota une nouvelle fois, puis un autre se referma derrière la mercenaire, coupant toute retraite. Au bout d’un interminable couloir, celle-ci put apercevoir un point rouge…


--------------------------------



Superman avait bel et bien aperçu Loïs Lane et comme l’avait planifié le vilain, il fonça tête première dans le piège mis au point par ce dernier. Tandis qu’il fonçait aveuglément vers sa dulcinée, les clefs qui servaient de torches dans le couloir laissèrent échapper un gaz aux teintes vertes, trop occuper par l’idée de retrouver la journaliste, Clark Kent ne remarqua pas le piège, poursuivant sa progression, celle-ci allant de moins en moins rapidement, lui faisant réaliser son erreur que trop tard. Derrière lui, Flash l’avertissait du danger en identifiant correctement le propriétaire des lieux, quelques secondes avant de voir un mur apparaître entre lui et les deux autres cibles de ce génie criminel.

La kryptonnite était une denrée rare, c’est pourquoi The Key avait altéré la pierre dans un mélange chimique que seul un génie machiavélique tel que lui pouvait faire. Ce procurer la toxine de Scarecrow et l’ajouter au mélange était tout simplement diabolique et tandis qu’en temps normal, le gaz hallucinogène n’aurait aucunement affecté l’Homme d’Acier, combiner à la kryptonite ce dernier pouvait entrer dans son organisme.

Affiblit par l’effet de la pierre maudite, Superman arriva finalement à la fin du corridor. Lorsqu’il tourna la tête afin de trouver la femme qu’il aimait, il eut une énorme surprise. Pas de Loïs Lane, mais plutôt un vilain qu’il connaissait bien et détestait, Doomsday…


--------------------------------



Flash avait vu son compagnon justicier disparaître devant ses yeux, puis en une fraction de seconde un autre mur se dressa entre lui et le policier. Enfermer dans un espace clos, un haut-parleur s’activa.


-Félicitation Barry, trouver qui j’étais, c’est du grand art. Pour cette raison je vais t’offrir un petit cadeau, quelque chose qui te tiendra occuper le temps que je m’occupe moi-même du policier. Ah oui, tu te rappelles les charges explosives à l’extérieur, il y en a une d’attacher à ta merveilleuse Iris.

Sa petite pique lancée, un mur pivota a nouveau, offrant à Flash, une ligne droite vers ce qui semblait être deux femmes, elles étaient trop loin qui qu’il les distingue parfaitement, mais l’une d’elles ressemblait étrangement à Iris.


--------------------------------



Jim Gordon se retrouva bien trop rapidement couper des deux héros aux pouvoirs exceptionnels et c’est maintenant seul et muni de son arme de service qu’il progressait dans les couloirs de ce labyrinthe infernal, ayant finalement l’identité du vilain venu s’opposer à eux. Le souvenir d’avoir été la pierre angulaire lors de sa dernière arrestation aux mains du Chevalier Noir fit réaliser à l’ancien commissaire pourquoi il était ici. La vengeance. Nul besoin de se casser la tête dans son parcours, une seule issue s’offrant à lui. Issus qui émergea sur une salle pleine d’ordinateur. Assis confortablement sur une chaise, The Key l’attendait, un pistolet en forme de clef à la main et Harvey Bullock à ses côtés.



-Bonjour Jim… Comme on se retrouve. Aujourd’hui je prends ma revanche, ta mort sera pour moi le plus merveilleux cadeau en ce jour de l’amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/05/2013
Messages : 651
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Jeu 17 Mar 2016 - 18:42
Cheshire entendit la voix de l'homme qui avait orchestré tout cela lui adresser la parole. Elle détestait cette situation. Elle n'était qu'un pion, et clairement toute issue était impossible. Mais l'action se pointa finalement. Iris West, costume rouge? Bon. Le super-héros qu'elle allait confronter était probablement The Flash.

Et même si elle était agile et rapide, The Flash la surpassait. De très, très, très loin. Alors, elle sourit en entendant qu'Iris était prête à lui obéir quoi qu'il arrive, étant complètement hypnotisée. Elle sourit parce que premièrement, le speedster ne foncerait pas tête baissée, ce qu'il pourrait avoir tendance à faire. Les deux femmes étaient au bout d'un couloir, enfermées, et Cheshire vit tout de suite le héros arriver. Elle ne souhaitait pas lui parler, parce que le vilain qui l'avait embauchée entendrait absolument tout. Et tout bien réfléchie, elle voulait vraiment se tirer d'ici.

Par lâcheté? Aucunement. Même si de mauvaises langues pourraient le dire. Non, c'était simplement sa nature même. Elle était une traître accomplie. Et oui, quand on embauchait Cheshire mais qu'on lui faisait le sale coup d'empêcher toute sortie, la mercenaire savait retourner sa veste. Elle n'en avait que pour sa propre peau.

Aussi, quand Flash arriverait à sa hauteur, il lui serait bien difficile de lui faire comprendre qu'il fallait lui ficher la paix et la laisser trouver une sortie, sans que le génie qui avait manigancé ce plan ne bloque encore plus les issues. C'est pourquoi elle ne devait pas parler au Flash. C'est pourquoi elle était un peu dans une belle galère. En plus du fait qu'elle était coincée, elle l'était avec un légume roux. Elle ne savait absolument pas comment échapper à cette situation. Mais elle trouverait, parce qu'elle trouvait toujours. Et si n'importe quoi devait arriver, elle était aujourd'hui particulièrement bien équipée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Invité

MessagePosté le: Ven 18 Mar 2016 - 18:39
"Lois!"

J'avais entendu Flash, mais je me fichais bien de The Key en ce moment, tout ce qui m'importait était de rejoindre la femme que j'aimais tant que je le pouvais encore. Elle était là, juste là, à portée, marchant sans se préoccuper ni de mes cris ni des alentours. La journaliste que je connaissais m'aurait repéré à des lieux avant que je ne la vois, pour la simple et bonne raison que son regard vif repérait tout avant tout le monde. C'était ce qui en faisait une si bonne journaliste, sa vivacité d'esprit était impressionnante même pour moi. Et pourtant, cette fois, elle ne me remarqua pas du tout. Mon inquiétude à ce sujet était tellement grande que je ne remarquais pas que je ralentissais à cause d'un gaz synthétique mêlant deux substances très dangereuses. Je finis par poser les pieds au sol et marcher en tendant le bras vers Lois, continuant de l'appeler, dans un effort qui ne me ressemblait pas non plus. Puis ce fut la tourmente: Lois se changea en mon pire ennemi: Doomsday. Mes battements de coeur étaient tellement forts que je les entendais dans ma tête comme d'énormes tambours battant dans une champ de bataille primitif. C'était... La peur.

"DOOMSDAY!"

Comme d'habitude quand je ressentais mes pries craintes, au lieu de me laisser submerger, je fonçai vers le danger sans me préoccuper de mes chances. Je saisis le monstre par le cou et le plaquai brutalement contre le mur. Celui- ci ne répliqua pas, à ma grande surprise. Je gardai le poing tendu, sur le point de le frapper au visage pour le calmer un bon coup, mais il n'y eut aucune réaction de sa part. Le monstre se contentait de me regarder de ses yeux maléfiques, dont la violences ne s'exprimaient plus que par eux. Non... Ce n'était pas Doomsday... ça ne pouvait pas être lui, il aurait déjà répliqué. Mais qu'est- ce qu'il se passe exactement? Je reculais en me tenant la tête, serrant les dents en essayant de comprendre ce qui clochait. Lois était là, puis il y avait ce Doomsday sortit de nulle part, créant une frayeur sans nom dans mes entrailles. Pas parce que j'avais peur de perdre la vie, je craignais plutôt et par-dessus tout que ce monstre soit de nouveau relâché et qu'il ne détruise tout encore une fois. Et que cette fois je ne sois pas assez fort pour l'arrêter avant qu'il ne tue ma femme. Cette dernière étant dans les parages, la peur fut encore plus intense.

Doomsday ne m'attaquait toujours pas, je n'avais qu'une solution: l'immobiliser tant qu'il n'avait plus sa combativité, et continuer à chercher Lois. Ainsi, j'utilisai mon souffle givrant sur lui pour l'emprisonner dans la glace. Étrangement, mon souffle était moins efficace qu'avant, je dus insister plus longtemps que d'habitude, comme si j'étais affaiblis... De plus, en temps normal, le plaquage de tout à l'heure contre mon plus grand ennemi aurait du détruire le mur, ou au moins le fissurer, mais rien ne se passa à part un gémissement de sa part. C'était plutôt perturbant... Une fois Doomsday dans la glace, je soupirai en reprenant mon souffle, relativement épuisé. Je n'étais jamais essoufflé ou épuisé, pas quand j'utilisais des pouvoirs basiques... Mais qu'est- ce que ce labyrinthe me faisait et où était Lois?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 19 Mar 2016 - 1:29
Désormais, le commissaire se trouvait seul à marcher dans ces couloirs. Le pas lent, le vieux inspectait le moindre signe suspect, comme les torches en forme de clef. Le mécanisme incessant qui bougeait les parois des murs, menant l'homme sur un chemin prédéfini par le criminel à l'interphone. Gordon sentait l'air se faire plus oppressant, Flash et Superman se trouvaient désormais seul, mais Jim ne pouvait pas sens faire. Après tout, se sont deux héros ayant déjà vu pire et affronté des criminels plus dangereux. Gordon n'était qu'un homme chétif, dans un jeu de dingue. Il ne reculerait pas son ami Harvey Bullock était dans la panade et Jim était le seul être capable de le sentir de ce merdier. Une soirée de saint-valentin bien étrange et qui marque un tournant dans cette fête des amoureux. Le moustachu n'attendra plus cette soirée aussi spéciale soit-elle de la même manière.

Avançant lentement dans les couloirs, Gordon suivait le chemin proposait par les murs en mouvement. Il se demandait dans quoi le criminel l'accompagner. Jim voyait très bien le dingue, assis derrière un bureau à appuyer sur des boutons et mettre en mouvement ses pions à travers ce puzzle géant. Alors qu'il sentait le bout du chemin venir, il se plongea dans la liste des criminels capable d'agir de cette façon, sans voir aucun nom ayant ces compétences.

Finalement après dix longues minutes à vagabonder dans les couloirs, une petite pièce se dressa devant lui. Une porte l'invitait à entrer, des fils et des mécanismes en tout genre sortaient des murs pour rejoindre des poutres et des poulies. Gordon hésita un moment à entrer, pour voir qui se trouve derrière la porte. Il fourra son arme au fond de sa poche, tout en gardant une main dessus et poussa cette dernière. Jim pénétra dans une pièce pleine d'écran, un homme assis sur une chaise une énorme console devant lui. Bullock y était aussi, les mains dans le dos. L'inconnu se dévoila

- Bonjour Jim… Comme on se retrouve. Aujourd’hui; je prends ma revanche, ta mort sera pour moi le plus merveilleux cadeau en ce jour de l’amour.

The Key, ce dingue rêver de vengeance depuis son arrestation et son combat contre Batman. Gordon venait désormais d'en prendre conscience. Ce labyrinthe infernal, les héros et les amis enfermaient ici même. The Key était un dangereux criminel, qui ne faisait pas de vague en général. Depuis la fuite de la prison, l'homme n'avait pas fait parler de lui, aucunes nouvelles depuis des jours. Gordon venait de comprendre et les indices sur les murs aurait dut le mettre sur la voie. Il empoigna la crosse de son arme et salua Bullock d'un signe de tête, tout en vérifiant qu'il n'avait rien de grave. Harvey est un homme costaud et robuste, le voir dans une telle position faillit choquer le commissaire du GCPD. Il avança d'un pas et prit la parole:

- Key, je te demande de stopper cette mascarade. Relâche les prisonniers et laisse sortir les femmes. Cette affaire nous concerne tous les deux. Tu ne résoudras rien en agissant de cette manière. Je suis le responsable de ton arrestation, Superman et Flash ne doivent pas être mêlé. Relâche tout le monde et réglons cette affaire ensemble.

Bullock grogna envers son ami, Gordon le calma d'un signe de main. Jim savait comment agir, mais The Key n'avait aucunes espèce de manière. Il était capable du pire, voir de trancher la gorge du commissaire et rire pendant qu'il se vide de son sang. Le vieux se doutait qu'il ne relâchera pas les femmes aussi vite. Il espérait seulement que les justiciers pourraient les faire sortir de ce puzzle rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Lun 21 Mar 2016 - 13:55
Quel est ton intérêt dans cette histoire?

Lorsqu'il arriva près de Cheshire et Iris il décida de parler. Il n'arrivait pas à comprendre ce qu'elle faisait avec un fou allier comme The Key. C'était une mercenaire connue pour privilégier les contrats payants, même si c'était des contrats particulièrement malsains, mais dans le cas présent, il ne comprenait pas, ce que The Key avait pu lui offrir. Il n'était pas reconnu pour avoir et/ou partager sa richesse.

Tu joues les gardiennes pour The Key. Quel déshonneur pour le maitre assassin et mercenaire que tu es. Je n'arrive vraiment pas à comprendre ce qu'il a pu te faire pour que tu acceptes ce genre de dévotion.

Meilleure assassine, top Mercenaire, l'égo des supervilains était toujours à prendre en compte dans un délire comme celui-là. Ils étaient tous supposément les meilleurs. Deathstroke était le plus grand des mercenaires, MAIS Deadhsot était celui qui tirait le mieux, MAIS Cheshire était beaucoup plus mortelle grâce à ses charmes féminins, MAIS... mais ... mais. Ils voulaient tous la première place et pourtant dans cette guerre d'égo, tous étaient perdants.

Puis se tournant vers Iris, il fut surpris de voir que celle-ci ne parlait pas, ou n'essayait pas de se défaire. Il ne s'attendait pas du tout à cette docilité qui n'avait absolument rien à voir avec Iris Allen-West. Il était donc un peu inquiet de la situation. Qu'est-ce que The Key ou Cheshire lui avait fait pour qu'elle reste comme ça sans parler. Il aurait eu envie de la prendre dans ses bras, de l'embrasser, de la consoler, de l'amener loin de tout cela. À la place des retrouvailles tant espérée, il devait se faire à l'idée que Cheshire avait la vie d'Iris entre ses mains. C'était très embêtant.

Pourquoi tu acceptes de jouer les seconds couteaux dans cette histoire?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/05/2013
Messages : 651
Localisations : Lune
Justice League

MessagePosté le: Mar 22 Mar 2016 - 10:36
Cheshire regardait The Flash avec une moue digne d'elle dans ses pires moments. C'était épuisant de devoir se fier à un super-héros, de lui inspirer confiance afin d'avoir de l'aide pour foutre le camp d'une situation... Elle regardait le speedster puis la femme qu'il était venu secourir, l'un après l'autre, et sourit sans tenter de cacher son expression soudainement joyeuse, ou ce qui ressemblait plus à de la folie. Si elle était coincée ici, autant s'amuser!

Et puis non. Vraiment, elle voulait de la véritable action. Un speedster incapable de s'approcher de sa belle sous peine de faire exploser le bâtiment? Elle méritait mieux que ça... Du véritable corps à corps, voilà ce qu'elle voulait. Dixit celle qui avait eu plusieurs fois recours au terrorisme à la bombe. Elle tenta de communiquer avec Flash du mieux qu'elle pût. Elle voulait qu'il lise sur ses lèvres.

- Je suis là pour l'argent mais j'aimerais me barrer d'ici...

Bon ça allait être plus compliqué qu'elle ne le croyait.

- Je ne savais même pas que c'était The Key...

Et elle agitait ses bras dans tous les sens en disant silencieusement ces mots et en ouvrant grand les maxillaires pour qu'il comprenne.

- Oh et puis shit. J'aurais dû y penser plus tôt.

Cheshire envoya furtivement en direction du héros un de ses petits couteaux mortellement tranchant. Il allait bien sûr l'éviter, mais ce serait suffisant pour laisser le temps à la jeune femme de se téléporter hors d'ici grâce à l'implant dans son poignet donné par la Ligue des Assassins. Elle disparut immédiatement.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5368-fiche-rp-de-big-barda http://dc-earth.fra.co/t5365-big-barda-reprise
Inscription : 10/12/2012
Messages : 442
MessagePosté le: Dim 3 Avr 2016 - 3:22
The Key observait Gordon, puis ses écrans, un large sourire sur les lèvres. Il savait très bien que l’ancien commissaire n’était pas de taille face à son plan machiavélique. Les yeux du vieux lascar du G.C.P.D. aperçurent Superman mettre à mal Loïs Lane avant de la congeler avec son souffle glacial, le vilain retenant un rire. Il y eut ensuite Flash qui tomba nez à nez avec une mercenaire armée jusqu’aux dents semblant détenir le contrôle d’Iris West. Un nouveau sourire pointa sur le visage du vilain jusqu’à ce que dernier disparaissent définitivement avec le départ prématuré de Cheshire. Key retint un juron.

Le calcul si bien effectué par le génie criminel ne semblait pas être totalement parfait. Un pion s’était retiré du jeu, un pion d’une extrême importance qui devait s’occuper de Flash. Néanmoins, la bombe présente sur Iris West demeurait un souci majeur pour le speedster et le retarderait le temps nécessaire. Temps nécessaire pour prendre sa vengeance contre ce cher Jim Gordon. Sa tête se tourna à nouveau vers l’ancien inspecteur.


-Jim, Jim… Tu crois réellement que tout ceci ne concerne que toi et moi. N’est-ce pas merveilleux de voir Superman s’occuper si passionnément de miss Lane? Et que fera Flash avec la bombe sur miss West? Pourquoi eux Jim? La Ligue des Justiciers viendra immanquablement contrecarrer mes plans dans le futur alors autant les éliminer peu à peu. Pour le moment, chargeons-nous de vous.

L’arme en forme de clef se lève une fois de plus vers Gordon, un sourire carnassier pointant sur The Key. La fin semblait proche pour l’un des plus célèbres agents du G.C.P.D. Un seul tir de l’arme mortelle et s’en était joué. Malheureusement pour le vilain, une seconde erreur de calcul dans son plan si parfait allait fait changer la balance.


Il avait administré le gaz contrôlant à chacun de ses otages, une dose pour chacune d’elle, mais The Key avait omis un point majeur. Harvey Bullock ne possédait pas la même constitution que les deux demoiselles et le policier beaucoup plus corpulent avait absorbé la toxine beaucoup plus rapidement. Le collègue de Gordon reprenait peu à peu ses esprits et au moment où celui qui souhaitait obtenir vengeance allait ouvrir le feu contre sa cible, le bedonnant officier se rua contre lui. Roulant au sol et échappant son arme, avant de repousser Bullock de puissant coup de pied, The Key poussa un juron. Tout semblait peu à peu s’écrouler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 4 Avr 2016 - 17:22
La kryptonite fut bientôt évacuée de mes poumons, me permettant de redevenir invulnérable au gaz toxique. Ainsi, ma vision redevint claire: c'était Lois à l'intérieur de la glace, pas Doomsday! Ce qui expliquait la faible combattivité de mon ennemi primordial, ce n'était juste pas lui. Je ne pouvais pas encore expliquer comment j'avais eu cette hallucination, mais comme l'ennemi était The Key, il y avait beaucoup de chance qu'il ait trouvé un moyen assez tordu pour me rendre vulnérable à une toxine hallucinogène. Je laissai mes hypothèses de côté pour faire fondre la glace avec ma vision thermique, tant que ma femme était encore vivante. Un corps humain à une si basse température risquait une hypothermie mortelle. Je gérai la température pour ne pas la blesser, faisant en sorte de la sécher au passage en la touchant avec mes rayons à faible intensité. Enfin, Lois me tomba dans les bras, je la serrai contre moi, rassuré.

Mes excuses ne furent formulées qu'en pure perte, Lois semblait être dans le vague. Elle ne réagissait ni à ma présence, ni à ma voix. Elle était comme sous hypnose. Une colère sourde monta en moi comme une vague du fond des océans à la surface. The Key allait payer, pour le restant de ses jours. Mon ouie me guida jusqu'à la salle de contrôle où je retrouvai le trio en plein affrontement. Je saisis l'arme du super- vilain et la détruisit sous ses yeux, avant de le soulever de terre par le cou, serrant doucement pour l'étrangler sans le tuer.

"Libère Lois et Iris de ton influence, avant que je ne te brise comme un brin de paille, Key. Je ne me répéterai pas."

Mon air sérieux ne laissait aucun doute sur ma détermination à le voir souffrir, bien que je ne prévoyais en aucun cas de le tuer réellement. Lois ne le voudrait tout simplement pas, ni même Iris. Aucune n'attendrait de leurs maris qu'ils deviennent des meurtriers pour elles. Et pourtant, mon regard reflétait une intense hostilité qui pouvait laisser planer le doute quant à mes limites actuelles. Je doutais que Key tombe aussi facilement dans le panneau, espérons seulement qu'il se rende comtpe que son plan avait totalement échoué et qu'il devait maintenant rendre les armes, tant qu'il le pouvait encore.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 29/11/2012
Messages : 3984
DC : Arion, lord of atlantis
Localisations : Central City
Justice League
MessagePosté le: Mar 5 Avr 2016 - 15:36
Barry se saisit d'Iris il avait compris certaine chose sur tout se qui se passait. Il laissa partir Cheshire, puis se concentra sur sa chère et tendre. Il voyait bien qu'elle était sous l'influence de quelques choses, il allait devoir consumer cela pour elle. Flash avait appris certaine chose par rapport à la speedforce. Certaines par lui-même, d'autre en étudiant ses alliés et adversaire. Une des plus surprenantes était celle de transmission de Speedforce. Aptitude maitrisée par Savitar pour nourrir notamment sa secte de speed ninja. Il savait que c'était risqué et n'aimait pas vraiment faire cela, mais il en avait l'obligation.

Il transmit alors à Iris par contact une partie de sa speedforce. Il ne pouvait pas faire grand-chose, car le corps d'Iris n'était pas fait pour tenir la speedforce brute. Elle se déchirerait de toutes les parts. Cependant, il en coula en elle une forme édulcorée qui allait lui permettre d'accélérer son mécanisme de récupération et d'évacuer le poison ou la drogue en quelques secondes. Un processus qui aurait dû prendre des heures peut-être même des jours se fit en quelques secondes. Iris redevint elle-même. Flash activa sa speedforce et sortit par le même endroit que Cheshire, il alla mettre Iris en sécurité à Central City puis revint en moins de temps qu'il fallait pour crier Ciseau.

Il alla au côté de Superman qui confronta The Key pour faire la même chose avec Lois Lane, afin de la ramener à son état normal. Il souffla à l'oreille à Superman de ne pas s'inquiéter que Lois irait bien d'ici quelques secondes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 8 Avr 2016 - 23:55
Le véritable criminel se révélé être The Key. Un vrai manipulateur, maniaque et dépressif en certains point quand ses plans ne se déroule pas comme prévue. Alors qu'il parlait pour ne rien dire, Jim passa la pièce en revue, son compagnon d'arme était au fond de la salle, il semblait lutter contre quelque chose. Une chose le torturait et farfouiller à l'intérieur de son cerveau. Key braqua une arme en forme de clef vers le commissaire adjoint. Le dingue était toujours dans le spectacle, toujours à manipuler des objets, des outils de la même forme. Plusieurs criminels aimaient avoir un symbole, un peu comme les justiciers, mais l'adversaire du jour était trop maniaque pour oublier ses jouets préférés.

Jim resta stoique devant la présence de l'arme, gardant un sang froid imperturbable, laissant Key faire la conversation. Pendant ce temps, Harvey retrouva ses esprits et percuta le criminel de toutes ses forces. Fini les manipulations, le jeu pervers de ce dingue. Il fallait y mettre un terme et la mort de Gordon devra encore attendre un peu. Jim allait passer à l'action quand Superman arriva à toute vitesse en menaçant Key. Aussitôt après arrive Flash, le trio de héros était à nouveau ensemble. Devenu un quatuor, le criminel sentait les affaires tournaient à son désavantage.

- C'est terminé Key. Nous sommes tous ici pour stopper ta folie. Tu vas finir derrière les barreaux à moins que tu résistes. Cette fois, je jure sur mon honneur que je laisse nos amis ici présent. Il montra Superman et Flash d'un signe de tête. Je laisse mes amis jouer avec toi !

Les criminels comme Key ne connaissaient que la menace, pour mettre un terme à leurs actions. Alors qu'il venait à la hauteur du fou encore au sol, le vieux flic demanda à Harvey de quitter la pièce et rejoindre les femmes. Key esquissa un sourire et Gordon lui envoya un coup de point en plein visage pour effacer son sourire narquois.

- Fini de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Lost Love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Lost Love
» Love Live! School Idol Project
» Lost&Fish(Lusis"o"/Sist Bully),Love is death, p.7
» [Manga] Saint Seiya - The Lost Canvas
» Premier love....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-