[Love Month] Comment peindre une rose avec de l'amour ? [PV Poison Ivy]

Invité

MessagePosté le: Dim 7 Fév 2016 - 20:46

Los Angeles, la citée des Anges… Il n'y a plus aucuns anges ici, a part si to compte Ange Mendosa… Si j'aurais du créer un jeu un soir d'hiver, je suis persuadé que je l'aurais lancé comme ça. Mais bon, la vie en avait décidée autrement. Une fois encore, je me retrouvais dans une histoire des plus étranges. Quoique j'avouerais que pour moi, elle passait pour classique. Lors d'une visite chez une des connaissances de Chas', on s'était retrouvés devant un tableau vraiment spécial. Pas très grand, mais il attira immédiatement mon regard. Ce n'était pas une copie, mais la peinture était trop fraiche pour qu'il soit vrai. La signature ne pouvait être autrement, Dali… Salvador Dali. Toutefois, plus je regardais ce tableau pour il m'intriguait. Quelque chose n'allait pas. C'set à ce moment précis que Chas' m'expliqua une chose. Ce tableau avait été peint APRES la mort de Dali. Comment ? La question restait encore en suspend.

Des démons danseurs, des anges vengeurs, et maintenant des fantômes peintres… J'étais vraiment maudit jusqu'aux fondements. Alors que je commençais à me poser des questions sur cette toile, on me colla un journal sous le nez. Un exposition sur les fleurs et autres joyeusetés serait mise en place à Los Angeles – ce qui explique pourquoi j'y suis aujourd'hui –, et parmi elles un tableau dans le même genre. Un treizième tournesol de Van Gogh. Si fantôme il y avait, alors ces tableaux me ramèneraient forcément au peintre, voir au nécromancien qui s'amusait à les invoquer pour peindre à leur place. Et bien entendu, on se retrouva quelques jours plus tard devant le musée national de la ville, plantés au pied du bâtiment les mains dans les poches.

Clope aux lèvres, visage blasé, et ma veste tombante je scrutais le moindre passage des costumes-cravates qui entraient et sortaient de là. Les portes automatiques étaient quand à elles surveillées par des gorilles, du genre vraiment pas commode. Chas' fini par m'abandonner, pour le moment, je n'avais pas besoin de son aide. Je l'appellerais dès que ça serait le cas. Comme toujours. Je devais entrer avant minuit, aujourd'hui avait lieu la dernière présentation des tableaux et autres plantes extraordinaires. Si le peintre devait venir un moment ou à un autre, ce serait maintenant, il devrait récupérer son œuvre. D'un pas nonchalant, je m'approchais des portes et tenta d'y passer. Une main puissante autant qu'énorme me repoussa. "Pas de clodo dans le musée !" Ah ben bravo la politesse ! On jugeait les gens sur leur tenue maintenant ! C'était du propre tiens ! Sourire aux lèvres, je sortais mon atout, sans mauvais jeu de mots, c'était une carte "magique". Elle devenait ce que je souhaitais.

A peine l'avais-je sortis de ma poche, que ma photo, accompagnée par un titre de journaliste du Daily Planet – clin d'œil à l'autre greluche brune de Superslip –, que le gorille changea immédiatement de ton. Encore quelques secondes de plus, et j'aurais même eu droit à des courbettes et un tapis rouge. Mes pas m'amenèrent jusqu'à l'endroit où étaient exposées les toiles. Magnifiques, Monet, Renoir, Van Gogh… Toutes ces toiles reprenaient de près ou de loin le thème des plantes et de la nature. Et dire que je devais me retenir de m'allumer une cigarette. La fumée n'a jamais fait de mal, si ? SI ? Tant pis… Au bout de quelques minutes à observer et me promener, je revins devant le tableau qui attirait les esprits ; dans les deux sens du terme j'entends. Les treizième tournesol. Le conservateur, un homme petit et trapus, pour ne pas dire qu'il aurait plus facile à rouler qu'à marcher, s'approcha de moi et commença à me chanter une sérénade lourde et agaçante. Faux ? Vrai ? Personne ne le savais, mais qu'importait, le propriétaire voulait seulement l'exposer aux yeux de tous.
Enfin débarrassé de lui, je me posais de plus en plus de questions. Pas de signe latent de magie, aucun sort de protection ne l'entourait. Rien de rien… Mon esprit se torturait alors que quelque chose d'autre me fit me retourner, une odeur plus précisément. J'en avais déjà croisé pas mal de manipulateurs, de marionnettistes, mais pas d'aussi charmantes. Une chevelure rousse, des courbes… Indéfinissables, et des jambes… Je me serais damné – si ce n'étais pas déjà le cas – pour les voir se relever de part et d'autre de mes épaules… Elle contemplait une rose sous cloche. L'image qui se trouvait juste derrière et qui rendait le spectacle encore plus merveilleux, avait pour connotation un film à succès datant de plusieurs années… On pouvait y lire le nom d'un des acteurs… Jean Marais. A croire qu'ils aimaient tout ce qui avait attrait aux plantes ici.


- On dirait que toutes les fleurs ne sont pas exposées ici… Certaines viennent de l'extérieur…

J'avouerais peut-être un jour que de n'avoir qu'une seule idée en tête, et des plus graveleuse dans l'immédiat, ne pouvait être une raison valable à parler de cette manière. Mais comme je dis souvent, la fin justifie les moyens. Son odeur continuait de flotter autour d'elle, tentant , en vain, de me séduire. Il en fallait un peu plus que ça pour m'avoir ma belle… Beaucoup plus…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 10 Fév 2016 - 16:52
Une exposition sur les fleurs se tenait à Los Angeles. Pamela en avait entendu parlé elle ne pouvait la rater pour rien au monde, de plus elle avait entendu dire qu'une rose blanche tenu sous cloche s'y trouvait. La particularité de cette œuvre c'est que la rose était réelle mais on ne sait comment elle il était possible qu'elle ne fane jamais. Pamela voulait voir ça de plus près mais surtout s'en emparer pour sa collection personnelle.
Pamela prend donc l'avion en inconnu et vêtements ordinaires pour ne pas dévoiler de soupçons, après quelques heures de voyage un peu désagréable elle arrive enfin sur le sol, elle prend un taxi direction le musée national de la ville. Pour être tranquille Pamela devait rentrer avant la fermeture et se cacher ensuite afin de commettre son délit. Malheureusement la représentation se terminait aujourd'hui et la jeune femme n'avait pas eu le temps d'acheter un billet, elle allait devoir faire avec la bonne vieille méthode. Il était à peu prés 20 heures quand Pamela arrive devant le musée. Il y avait encore pas mal de gens qui rentraient et sortaient de cet endroit. A l'entrée, il y avait deux gardes qui vérifiaient les billets et fouillaient les gens. Pamela monte donc les marches pour arriver devant l'entrée et l'un des gardes l'interpelle.

"Bonsoir Madame ! Il me faudrait votre billet s'il vous plait."

"Oh c'est bien dommage mais je n'ai pas pu acheter de billet ! Je viens d'arriver à L.A ! Vous pouvez me faire une fleur si je peux me permettre ?"


"Vous êtes très charmante mais je fais mon travail madame, vous ne pouvez pas rentrer sans billet."

"Et bien je crois que je n'ai pas le choix alors..."

"HUM ???"

Pamela lui souffle alors une toxine dans la figure, les yeux de l'homme deviennent vert et il la laisse passer. Cette toxine prendra fin dans une heure et d'ici là il ne se souviendra plus de rien. La belle plante entre dans le musée avec une telle facilité, elle traverse les couloirs à la recherche de cette rose et soudain, là, au milieu de la pièce, se trouve le Saint Graal ! Elle s'en approche calmement, ne regardant personne, elle l'observe en silence essayant de comprendre son pouvoir, ses secrets...
Soudain elle sent quelqu'un s'approcher d'elle et lui dire une phrase des plus lourdes qu'elle avait entendu, elle se retourne et constate l'homme qui se trouvait devant elle. Un petit blondinet avec un imper marron et qui, en plus, empestait le tabac froid. Sans cacher un sourire narquois, la belle plante répond..

"Si ça marche avec toute les femmes que vous croisez, avec moi ce n'est pas le cas !"

Sur ces mots Pamela s'éloigne à contre cœur de la rose, elle voulait rester seule et ne pas être dérangée, elle va admirer un tableau de fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Love Month] Comment peindre une rose avec de l'amour ? [PV Poison Ivy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [QUESTION] Comment peindre le poney avec des dégradés ?
» Comment peindre des figurines avec le camo type ACU ???
» comment peindre une corosserie?
» Peindre une rose à l'aquarelle
» Comment peindre une carrosserie lexan simplement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-