[Love Month] [Pré SVMII Coast City] [Titans] What is love? (PV Indigo)

Invité

MessagePosté le: Dim 28 Fév 2016 - 5:34


Tout avait commencé par un clip des années 90 (1993 pour être exact) : « What is love » de Haddaway. Évidemment, écouter pareille chanson dans un climat Saint-Valentin avait mis en lumière certaines lacunes évidentes de la Stratane face à l’amour, ses arcanes et le reste. Alors, pour essayer de comprendre, elle avait décidé d’aller voir la personne la plus intelligente qu’elle connaissait soit Indigo qui avait toujours réponse à tout… Ou presque. Après tout, de ce qu’elle avait compris, sa nouvelle amie avait un cerveau bien différent de celui des autres et elle n’était pas exactement vivante. Enfin. Pas de chair et de sang. On avait essayé d’expliquer la chose à Atlee sans trop de succès. Il n’y avait que des êtres vivants à Strata. Pas de robots. Pas de golems. Elle avait du mal à comprendre toutes ces notions d’intelligence artificielle.

Elle avait bien sûr tenté de trouver la réponse toute seule. La télévision, pour commencer puis un dictionnaire de la poésie avec suffisamment de définitions différentes pour faire faire un suicide collectif à vos neurones. Internet, ensuite mais elle n’était tombée que sur des sites commerciaux ou des sites étranges comme le « love calculator » (à ce propos, selon lovecalculator.com, Atlee et Power Girl ont un taux de compatibilité de 91%, non pas qu’elle ait regardé, elle avait juste mis deux noms « au hasard » pour tester). Il lui faudrait donc quelqu’un capable de l’aider à trier le bon grain de l’ivraie et elle était bien trop gênée pour demander à sa meilleure amie au monde de l’aider à répondre à cette question. Ce serait bien le comble. Non mieux valait en fait que Power Girl ne soit jamais mise au courant de cette curieuse quête dans laquelle Atlee s’était lancée. Parce que.

Hors donc, elle avait décidé d’aller voir ce véritable puit de science sur pattes pour lui poser la question : What is love? En espérant avoir une réponse qui serait plus complète que ce que la télévision avait à offrir. Il n’y avait aucune raison logique pour qu’Indigo ne sache pas : elle était branchée en permanence sur Internet, c’était donc une source à jour d’informations. En plus, le fait qu’elle ne soit pas humaine lui permettait de regarder les choses avec bien plus de détachement et de neutralité. Marchant d’un bon pas considérant qu’il était encore tôt et qu’elle ne voulait pas nécessairement se faire demander « Atlee, que fais-tu debout à une heure pareille? » et donc devoir fournir une réponse embarrassante, la Stratane se retrouva devant la porte de la chambre d’Indigo (si tant est qu’on pouvait appeler cette pièce une chambre) et elle cogna trois fois.


« Salut Indigo! Je vais avoir besoin de ton aide et de tes super connaissances. J’étais en train d’écouter une chanson et dedans ils disent : what is love. Et je me rends compte que je ne sais pas ce qu’est l’amour et mes recherches ne produisent pas de super résultats. Alors je me suis dit : toi qui connais plein de choses… Peut-être que tu pourrais m’aider à comprendre, non? Que je m’instruise, quoi.

J’ai amené la chanson avec moi, si ça peut t’aider et un dictionnaire de la poésie avec beaucoup trop de définitions du même mot. À deux, on devrait arriver à trouver une réponse. Enfin… J’espère. Si tu n’as pas le temps ce n’est pas grave, j’essaierai de me débrouiller… Enfin… Je crois. C’est très compliqué ces histoires humaines. À Strata, on aime sa famille, ses amis et son compagnon ou sa compagne. Mais ici? Il y a ces histoires de maitresses et d’amants… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 29 Fév 2016 - 13:23

J'avoue ne pas connaître énormément de choses sur le monde qui m'entoure. Mes connaissances purement théoriques, ainsi que les informations relatives à celles intégrées dans mon système centrale ne me donnaient que des contre indications de plus en plus étranges. Je ne pouvais me contenter de relever ces incohérences passagère entre les mondes. C'est ainsi que je commençais à visiter le monde par les yeux d'autrui. Une sagesse grandissante désirait me présenter les choses de telle ou telle façon. Pourtant, en tant qu'androïde, je ne pouvais me concentrer ce que les humains considéraient comme étant un "dieu". Et encore moins sur ces sentiments que, malgré toutes mes analyses, je n'arrivais pas à complètement comprendre le sens. C'est bien pour cela que lorsque ma porte s'ouvrit, mettant à la lumière des néons, le corps d'Atlee, je fus perplexe. Mes circuits percevaient un questionnement dans sa manière de se tenir, de me regarder. Le langage cinétique n'était connu tout autant que compris que par une poignée de personnes. Une étude de cette manière de parler avait été faite. Par ailleurs, en regardant une série télévisée, je remarquais quelques incohérences assez peu notable. Je pensais pouvoir apprécier ces divertissements humains. Quoiqu'il en soit, peu me surprenait. Nombreux étaient ceux qui commençait et se terminait de la même manière.

L'Amour avec un grand "A". Voilà donc une des dernières choses qui ne me donnait que très peu de résultats. Cette question ainsi que le nombre dont, même mon cerveau beaucoup plus en avance sur le reste ne pouvait obtenir un sujet convenable. J'en étais "étonnée" ? Atlee me regardait avec ses yeux violet. Elle se présentait comme une "Stratane". De ça, j'en apprit beaucoup de choses sur les études géologiques. Son peuple avait de nombreux points communs avec des créatures du folklore Germanique. Des petits lutins vivants sous terre et ne sortant qu'à la nuit tombée pour jouer des tours aux humains. Sauf qu'Atlee n'était ni une lutin, ni joueuse. Je fixais son regard un instant, mon cerveau fonctionnant à grande vitesse, j'étudiais sa posture, fière mais pleine de questions. Je remarquais alors que sa main tenait fermement un CD, le genre de choses particulièrement obsolète à l'heure ou toute chose se trouvait dématérialisée et possiblement téléchargeable à distance notable.

Mon fauteuil pivota une nouvelle fois, me remettant face à mon ordinateur tandis que mes capteurs sonores analysaient ses paroles. En une microseconde j'obtins le sujet de ses question. "Qu'est-ce que l'amour ?" Mon visage se tordit de dégoût. Car oui, voilà une réaction que Mon Créateur m'avait insufflé, les images qui passaient devant moi m'aurait fait vomir si j'aurais été humaine. L'amour se représentait "toujours" de cette manière ? Les humains n'étaient rien d'autre que des animaux nourris par leurs pulsions ? Voilà qui m'étonnais. Mon système analysa les images de manière plus approfondies et je compris soudainement qu'il ne s'agissait pas là "d'amour", mais de "sexe". Les deux choses semblant se mêler l'une à l'autre dans un paradoxe des plus dérangeant. Sans me retourner je répondit à Atlee de ma voix habituelle. On m'avait déjà reproché d'être trop "monocorde". Recherche que je rajoutais à mes connaissances quelques secondes plus tard. Et sur un conseil de Cyborg, je fini par travailler sur ce point. Sans grands résultats apparemment.


- L'amour est un sentiment ressenti par les humains. Ils se rapproche de l'amitié sous certaines formes, le besoin de la présence de l'autre, le plaisir d'être avec cet autre. Des études ont démontrées que l'amour aidait de nombreuses personnes à se sortir de problèmes. Il existe plusieurs sens au mot amour. L'amour physique, l'amour charnel, l'amour de l'argent, l'amour du pouvoir…

M'arrêtant d'un coup sec, j'analysais la phrase prononcée par Atlee. "What is love". Dans son sens premier, cette phrase faite de ces trois mots anglais désignait apparemment un "amour moral". Pianotant sur mon clavier je continuais mes recherches tout en faisant comprendre à Atlee de s'approcher de moi. Ma "chambre", que mes compagnons considéraient bien plus comme étant une pièce dénuée de vie, me servait de lieu de recueillement. Mon corps d'androïde ne réclamais aucun des besoins physiques humains. Un fauteuil, un bureau, des ordinateurs. Une vie simple en quelques mots.

- Internet est très flou sur ce sentiment. Je ne suis pas la meilleure pour te répondre Atlee. Tu es Startane, moi une androïde. J'ai été crée non pas pour avoir des sentiments, mais pour analyser le monde. Veux-tu quand même obtenir d'autres informations sur mes recherches. Mes assimilations me permettent de répondre à de nombreuses questions. De cela, je peux t'expliquer ce que sont les amants et les maitresses chez les humains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 29 Fév 2016 - 20:26
Bon, au moins Indigo acceptait de l’aider. Elle avait beau dire ne pas être la plus compétente pour l’aider, Atlee avait une autre vision de la chose. L’androide était capable d’analyser les choses avec neutralité, sans émotions. Et c’était de comprendre dont Atlee avait besoin, pas d’entendre avec passion ce que c’était l’amour de façon très biaisée. Non sa collègue serait parfaite pour faire office de professeure dans la situation actuelle. Une Stratane et une androide qui essaient de comprendre l’amour. Plus elle retournait ce constat dans sa tête, plus cela ressemblait à un début de blague. Ce qui, naturellement, ne l’empêcherait pas de poursuivre sur sa lancée pour pouvoir comprendre. Ce n’était pas l’amour des choses qu’elle cherchait à comprendre, c’était l’amour des gens. C’était un peu plus complexe, quand même. Un peu plus.

Donc : amitié, amour, amour charnel. Était-ce là une gradation dans les degrés d’amour? Pourtant, de par ce qu’elle avait pu voir à la télé, souvent c’était ces histoires de coup de foudre qui étaient en jeu et cela, Indigo n’en avait pas parlé dans ce qu’elle lui avait dit. Décidément c’était bien plus compliqué que de casser du méchant. Viser, taper, passer au méchant suivant… C’était simple, non? Enfin, très certainement plus simple que de tenter de démêler tout ce paquet de nœuds qu’était l’amour. Est-ce qu’elle avait eu une bonne idée en demandant? Une part d’elle redoutait de ne pas aimer ce qu’elle allait apprendre. À ce qu’on dit, la vérité fait mal et aux nombres de sentiments conflictuels qu’éprouvait la jeune super héroïne bien… Non. Ne pas penser aux choses négatives. Elle demeurait une optimiste et elle ne laisserait pas le doute l’affecter. Pas question.


« Donc en gros… Tu ne considères personne ici comme ton ami parce que tu ne peux pas ressentir de sentiments? Si je fais un énorme câlin, comme ça, tu ne ressens strictement rien? Tout se résume à une analyse très clinique des choses? C’est bien et mal en même temps. Bien parce que tu vas pouvoir me répondre avec objectivité, mal parce que tout le monde devrait pouvoir éprouver des choses. »

C’était bien la première fois qu’elle rencontrait quelqu’un qui soit immunisé à ses super câlins. C’en était presque perturbant en fait. Elle avait l’habitude de véhiculer sa grande joie de la sorte. Ça ne rimait plus à rien si la personne en face ne ressentait rien. Ce n’était pas une vie de ne rien ressentir, c’était comme être… Aveugle… Ou paralysé… C’était manquer quelque chose quoi. Enfin bon. Elle aurait l’occasion de se pencher sur la chose plus tard. Là il était question de l’amour et que de l’amour. S’il fallait commencer à mélanger les sujets, c’est que l’on n’en finirait plus quand même! Fichue chanson. La matinée aurait pu être infiniment plus simple si Atlee n’était pas tombée sur ce clip. Parce que franchement, dès qu’Atlee est inclut dans l’équation… Ça va finir par devenir étrange ou bizarre. Pauvre Atlee…

« Enfin. On parlait de l’amour. Comment est-on sûr de le ressentir, comment on peut le reconnaitre? Il doit y avoir des indicateurs non? Comment le détecter chez les autres? La peur, la joie, la colère, c’est facile. L’amour a l’air beaucoup plus abstrait, beaucoup plus complexe qu’une simple émotion. Enfin… C’est comme ça que je le vois. C’est toi la super androide avec la tête pleine de super connaissances! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 3 Mar 2016 - 15:49

J'avais énormément de mots à comprendre avant de répondre à Atlee, le fait même qu'elle parle bien trop vite rajoutait aux choses. Certes, je ne pouvais ressentir les sentiments à la manière d'un humain lambda, pourtant, j'arrivais à les rationnaliser. Toutes les réactions humains ou non-humaines possédaient une raison exacte à leur présence. Que ce soit l'apparition de cercles dans des champs de blé, ou la radiesthésie. Le monde n'était qu'un amas de théories avancée par des êtres donc le QI ne dépassait que très rarement les 130. Pire encore, ils ne voyaient que ce qu'ils voulaient voir. J'observais le monde dans son ensemble, la métaphore exacte fut celle d'un étudiant qui observait une colonie de fourmis à travers les vitres de verre d'un vivarium. Cela étant, les hommes devraient tôt ou tard s'avancer dans l'étude bien plus approfondie des algorithmes des fourmis. Cela risquerait de prendre de trop nombreuses années. Tout comme Atlee n'était pas immortelle, je me contentais de répondre à sa question après avoir analysé les moindres potentielles réponses, et en tirait les conclusions les plus simples.

- Les câlins sont la représentation physique du bonheur chez certains individus. On peut en comprendre le terme "câlinothérapie", une partie moindre de cliniciens ose s'avancer sur le fait que le transfert de l'énergie électrique contenue dans le corps humain, s'avère plus simple et plus efficace de cette manière. Aussi, je n'ai pas ce genre de besoins Atlee. Ma compréhension est une rationalisation des choses dans leur ensemble. Ressentir est une théorie exsangue d'après mon système et mes études. Les sentiments ne sont que les expressions plus ou moins fortes de notre cortex cérébral, dont l'être humain se sert pour faire part de son niveau moral et ou psychologique à ses pairs.

Une minute, je compris réellement où voulait en venir Atlee. Elle ne cherchait pas à comprendre les choses à ma manière, mais plus du point de vue humain. Certaines choses, certaines sensations se voyaient expliquées par l'augmentation des pulsations cardiaques, ou sous couvert de contractions musculaires, de troubles obsessionnel, voir même de psychose. Mais l'amour, tel que la chanson en parlait, n'avait rien de tout cela en réserve. Ainsi, la Stratane avait besoin de réponses que, pour une fois, je doutais de pouvoir donner.

Quoiqu'il en fut, la brune qui me faisait face n'avait pas tort sur certains points. Les sentiments les plus forts s'expliquaient plus facilement, se percevaient plus aisément. Le langage cinétique, l'étude sur les sciences du comportement du Dr. Paul Ekman, m'ont aidées à comprendre ce qui trahissait les gens violents, dangereux, ou ceux qui, au contraire, allait être "sympathiques". Mais pour Atlee, l'amour ne pouvait pas s'expliquer tel que je le percevais. Pourquoi était-elle venue me voir moi ? Mon manque de "sensations" vis-à-vis des sentiments et autres modifications morales n'était un secret pour personne ici pourtant. L'esprit Stratan était-il bien plus tortueux que l'esprit humain ? Des futures recherches m'offriront des réponses.


- L'amour s'exprime d'après plusieurs facteurs physiques. Chez les humains tout du moins. Augmentation plus qu'excessive du rythme cardiaque, sueurs, moiteurs des extrémités, perte de logique dans les paroles. D'autres facteurs sont à prendre en compte, comme la pulsion masculine qui projette du sang du cœur vers les corps caverneux. Toutefois, il s'agit d'amour physique, non plus de celui dont tu me parle Atlee. Peu d'informations filtrent sur l'internet à propos de ce que tu appelle "l'amour véritable". J'ai trouvé cette citation qui se rapproche le plus de ce que tu espère.

Appuyant sur plusieurs touches à la fois, j'imprimais ma trouvaille. Une tirade de quelques lignes à peine, mais qui, d'après les commentaires des utilisateurs de la page internet et plus précisément de la page personnelle, allait parfaitement dans le sens où Atlee désirait aller. L'ambigüité des sentiments humains me fascinait de plus en plus, plus j'en rationnalisais certain, moins je trouvais de réponses aux autres sentiments. Qu'était-ce que l'amour au final ?
Ces quelques mots me portèrent sur une page qui aurait fait rougir un sénégalais dans la force de l'âge. Ce genre d'expression provenait d'une partie de mon système dont je préférais parfois ignorer les constatations. Mon Père semblait avoir une passion pour les métaphores étranges. Une femme aux cheveux rouges se mit alors à parler, se présentant sous le pseudonyme de "Lucy MacDall". Les préceptes masculins de beautés me parurent bien acerbe alors que la vidéo se recula d'elle, la présentant comme une sorte de "Vénus de Milo" du XXIème siècle. Tout en fermant la page internet, mes doigts prirent la feuille et je ne mis qu'une fraction de dixième de seconde pour la lire.


"Aimer quelqu'un pour son physique, ce n'est pas de l'amour, mais de l'attirance.
Aimer quelqu'un pour son argent, ce n'est pas de l'amour, mais de l'intérêt.
Aimer quelqu'un sans raison, tel est le véritable amour."


Atlee serait peut-être aidée par cette tirade. Rationnaliser et expliquer un sentiment qui ne peut s'exprimer avec des mots et des raisons n'avaient pas de réel intérêt pour moi dans l'ordre actuel des choses. Malgré tout, je devrais continuer mes recherches. C'est quoi l'amour ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 3 Mar 2016 - 16:15
Tant de mots compliqués… Ce n’était pas qu’Atlee était moins intelligente ou quoi que ce soit mais le vocabulaire des Stratans était considérablement plus épuré. C’était à croire que les humains aimaient parler pour ne rien dire ou alors dire peu de choses. Au moins Indigo ne la jugeait pas. Enfin. Ne semblait pas la juger. Elle se contentait de répondre à ses questions avec toutes les connaissances qu’elle avait amassées et c’était un acte aussi bénévole que conscient. Oui, en un sens, la question posée, « What is love », s’avérait infiniment plus complexe que prévu. Mais en même temps, s’il y avait bien quelqu’un pouvant offrir un éventail très large d’explications… C’était Indigo. Et si l’androide doutait de la qualité de ses réponses, c’était en pure perte. Atlee en apprenait plus maintenant que n’importe quand avant. Elle en savait des choses!

Contrairement à ce qu’on pourrait penser de quelqu’un ayant la douce naïveté d’Atlee, elle ne se sentait pas offusquée qu’Indigo explique et résume certaines parties de l’amour et des sentiments à des réactions purement physionomiques. En fait, la Stratane comprenait la pertinence de cet argument et elle était même d’accord. Aux yeux d’Atlee, tout s’explique. À Strata, il n’y avait pas vraiment de mythes et de légendes, au sens où cette société souterraine ne connaissait pas le mensonge. Et raconter une histoire contenant des éléments faux était une aberration. On avait dit un jour à Atlee de commencer à lire la Bible et quand elle avait questionné le curé d’une des églises, elle s’était fait mettre à la porte sous les hurlements hystériques d’un fanatique religieux incapable d’accepter qu’il n’avait pas réponse à tout. C’était pourtant une question simple : pourquoi les croisades si Dieu a dit : tu ne tueras point? Pourquoi les guerres?

L’approche d’Indigo, plus clinique et plus rationnelle, lui convenait donc parfaitement. Oh elle était loin de comprendre l’amour. Indigo elle-même semblait ne pas en connaitre grand-chose, probablement parce que c’était encore une invention humaine où les gens disent « QUOI!? Tu ne connais pas l’Amour? Pffff! » sans le comprendre eux-mêmes. Comme ces histoires concernant le mensonge. Si c’est pour faire une surprise, c’est correct. Si c’est pour éviter de faire de la peine, c’est correct. Non. Un mensonge est un mensonge et le mensonge est mal par définition. Si on lui demande : est-ce que j’ai engraissé? Atlee répond : oui. On ne doit pas mentir. Visiblement, cette recherche de réponse sur l’amour était plus complexe que prévu. Un vrai de vrai mystère, comme c’était intéressant! Elle relut le texte tendu par Indigo. Aimer sans raison…


« Mais c’est complètement idiot! Aimer sans raison! Quand on fait quelque chose, il faut qu’il y ait une raison! Comment l’expliquer aux autres, sinon? Dans l’exemple totalement fictif où j’aimerais Power Girl, ma meilleure amie au monde, C’est parce que c’est une personne super, une très belle femme, j’aime son humour, son tempérament explosif, tout ce qu’elle a fait pour moi… Il en faut des raisons!

Je veux dire imagine : là, comme ça, pouf. Un mec arrive et commence à t’embrasser. La première question que tu vas lui poser c’est : pourquoi. S’il te répond : parce que, c’est juste débile. Non. Cette réponse est clairement erronée et insatisfaisante. Quand on fait quelque chose, il y a une raison. Ne serait-ce, dans mon exemple, parce que c’est un dangereux pervers. Il y a forcément quelque chose qui nous échappe! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 5 Mar 2016 - 14:56

Plus j'avançais dans mes recherches sur la demande d'Atlee, moins je trouvais d'informations. Les humains semblaient ne pas vouloir, ou même pouvoir expliquer ce qu'était l'amour. Nombreux étaient ceux qui parlait d'amour charnel, ou physique, le "sexe" tel qu'ils en faisait part. Mais mon système interne m'informait que l'amour moral humain, et l'amour physique humain se pouvait d'être indépendant l'un de l'autre. Il en était pareil pour les réactions réfléchies ou infondées de certains humains lors de discussions qui se voulait, au préalable, basée sur des incompréhensions sphériques. De cela, je sentais mon esprit de chercheuse transcender la question primaire. Mon écran d'ordinateur fini par se mettre en veille et sans même avoir besoin d'y faire attention, je me contentais d'y penser. Une partie de la technologie qui faisait ce moi ce que j'étais, se voyait parfois nommée "technopathie". Une pensée, la vibration des ondes qui allaient et venaient dans, et depuis mon cortex cérébral agissaient sur les même qui permettait à la technologie humaine de fonctionner.

Lorsque le mot "amour" apparu dans mon esprit, j'eu une liste des plus exhaustives de la définition de ce mot. Je poursuivais mes recherches tout en écoutant Atlee me faire part de son point de vue. Sa métaphore, tout autant que son idée d'un homme s'approchant de moi afin de m'embrasser m'étonnèrent. Pourquoi une telle façon de penser ? Les Stratans ne réfléchissaient bel et bien d'une manière plus que différente aux humains. Intéressant. Une page s'ouvrit alors que mon cerveau se mit à fonctionner de plus en plus vite. Une chanson se mit alors en route et je me perdis dans les paroles.



De tout ce que j'avais lu, la manière de traiter l'amour me laissa perplexe. Ce n'était pas de l'amour charnel, ni celui dont j'avais trouvé les textes. Un amour "par delà la mort" ? Comment était-ce possible ? Plusieurs termes me donnèrent des réponses bien différentes autant que divergentes. Au moment où les dernières notes tintèrent, je me levais de mon fauteuil, et répondis à Atlee platoniquement.

- Les êtres humains sont des créatures sensiblement différentes à toi ou moi. Ils agissent selon des pulsions qui dirigent leurs émotions, leurs agissements, leurs pensées. En tant qu'androïde, mes agissement se font après avoir étudié toutes les possibilités. Les études humaines ne font jamais part de ce qu'ils ne peuvent comprendre. Il ne faut jamais idolâtrer un être humain, car l'être humain est limité dans ses capacités Atlee.

Je me levais et pour donner du corps à mes paroles, je pris le visage d'Atlee entre mes mains, et je déposais un baiser qui, d'après les préceptes humains, se dévoilait comme étant rempli de tendresse. Aucunes paroles ne servaient à grand-chose lorsqu'il s'agissait des humains. Ma façon de pensée agissait en deçà des interactions de ces derniers. Une sensation traversa mon corps. Etait-ce donc cela que "l'amour" ? La synthèse et l'étude des informations perçues par mon système central considérait ce geste comme particulièrement "humain".

- L'amour est souvent exprimé de cette manière chez les humains. D'autres informations viennent d'êtres saisies par mon enseignement primaire. Toutefois, je n'ai pas plus d'informations, trop de contradictions entre ce procédé et mes données connues. Qu'en est-il pour toi ?

Mon statut de création ne pouvait comprendre les sentiments que d'une manière clinique. La brune était certes, une Stratane, mais elle était bien plus proche que moi des autres humains. Autant physiquement, que psychologiquement. Toutes les questions se devaient d'avoir une réponse. Même si cette dernière ne donnait qu'un nombre à deux chiffres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 5 Mar 2016 - 16:15
Pourquoi est-ce que les humains tenaient tellement à mettre leur foi et leur confiance dans des choses qui au fond ils ne pouvaient pas expliquer? L’amour, Dieu, le pouvoir… On avait déjà essayé de lui expliquer le pouvoir mais c’était un autre non-sens dont seuls les humains semblaient avoir le secret. Quelle curieuse espèce, quand même… Mais bon. C’était un peu son devoir en tant que gardienne de la Terre de faire tout son possible pour les comprendre. Elle ne s’attendait pas à de glorieux résultats en revanche. Au moins elle n’était pas la seule dans cette situation. Indigo était probablement la personne la plus intelligente qu’elle connaissait et elle peinait aussi à comprendre l’amour. Plus la discussion avançait, plus l’amour apparaissait à Atlee comme quelque chose de dangereux. De très dangereux. Pourquoi? Simple.

Si vous commencez à mettre votre confiance dans quelque chose que personne ne peut expliquer, vous prenez le risque conscient de vous faire manipuler au nom de cette notion indéfinissable. Et alors, même le plus vertueux des êtres peut devenir un monstre. Est-ce qu’Atlee, au final, aimait réellement ou était-ce de sa part ce qui se rapprochait plus de ce que les Stratans exprimaient, mais altéré, modifié par le milieu humain dans lequel elle évoluait? Difficile à dire. Et cela la mettait sur ses gardes. Elle savait très bien ce qu’elle pensait de Power Girl. Le genre de sentiments qu’elle avait en la regardant. Ce à quoi elle pensait et qui la faisait rougir. Mais était-ce de l’amour ou était-ce un insidieux piège humain en train de se refermer sur elle? Impossible à dire. En fait si, il était probablement possible de déterminer la chose mais… Elle était craintive quant à la… Quant à la…

Est-ce qu’Indigo venait vraiment de l’embrasser? C’était intéressant ça. Elle n’avait pas vraiment d’expériences de nature physique en matière de contacts physiques de cette nature et c’était plutôt stupéfiant que de constater que malgré son statut d’être artificiel, Indigo avait la chaleur d’un être vivant. En fait, n’eut été de sa coloration de peau particulière (mais qui ne dérangeait en rien Atlee, elle-même dotée d’yeux violets qui n’avaient rien d’humain « naturel »), elle aurait très bien pu se faire passer pour un être humain. Peut-être que pour comprendre l’amour, il fallait en comprendre les mécanismes corporels? Elle décida donc de prolonger le baiser parce que dans son esprit étonnamment simple, pour devenir douée dans quelque chose, il fallait qu’elle pratique. C’est en s’entrainant à quelque chose qu’on peut prétendre s’améliorer. Eh oui.

N’importe qui parmi les habitants de la tour en construction qui serait passé à ce moment-là aurait crié au lesbianisme, à la relation contre nature. Pourtant, il s’agissait uniquement d’un exercice. Enfin. L’équivalent d’un exercice. Atlee n’était pas forcément la plus calée pour comprendre ces histoires d’adrénaline et d’endorphine mais elle comprenait, dans le moment, que les gestes associés à l’amour sont plaisants. Conséquemment, ce n’était peut-être pas de l’amour mais bien du plaisir que les humains voulaient, en le déguisant sous un mot plus noble. Ce serait une autre question à poser à Indigo. Enfin. Éventuellement. Là elle était en train de passer à la partie travaux pratiques de leurs recherches. Qui a dit que la science n’était pas amusante? En tout cas, pas Atlee. En tout cas elle en aurait des choses à raconter à Power Girl en rentrant à la maison!


« Moi je dis qu’on fait des progrès! On est en train d’établir la gestuelle associée à l’amour donc à partir de là, on devrait pouvoir tenter de faire une définition digne de ce nom! T’imagines? La première VRAIE définition de l’amour, proposée par une androide et une intraterrestre. Les Humains ne vont tout simplement pas en revenir. Quels autres gestes sont associés à l’amour? Il faut continuer d’expérimenter! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2016 - 11:37

L'amour était bel et bien une suite plus ou moins logique des données exprimées par une partie cortex cérébral. Cela étant, lorsque je compris cela, je me mis à ma recherches d'autres informations. Augmentation de la chaleur corporel, du nombre de battements cardiaques à la minute, "besoin de la présence de l'autre" ?! Cette dernière partie me fis me perdre dans d'autres recherches de plus en plus étranges. Comment pouvions nous être en "manque" de quelqu'un d'autre. Les humains pouvaient faire des carences en fer, en magnésium, et en un multitudes de d'autre choses vitales à leur santé, à leur bien-être vital. Pourtant, outre les traités sur l'anthropophagie, faites sous les constatations de scientifiques intégrés dans une poignée de tribus indigènes d'Amérique du sud, aucun être humain ne ressentait ce besoin. Un échange d'ondes se pouvait-il être la raison de cela ? Ils étaient bel et bien parsemés de courants électriques portant les informations de leurs cerveaux aux système nerveux et ainsi de suite, pourtant comment pouvaient-ils le faire d'un être à un autre ? Je fixais Atlee qui me parlait avec cette joie non dissimulée dont elle seule avait le secret.

La joie pouvait être expliquée d'une manière théorique des plus simplistes. Sourire, yeux écarquillés, tension des zygomatiques, mouvements exacerbés des membres hauts. Mais l'amour. Les informations restaient encore de parfaits paradoxes inexplicables. Mon système de recherche se perdait dans d'innombrables théorèmes inutiles. Nous devions trouver les raisons qui poussait inlassablement les humains à chercher cet "amour véritable". Toutes constations confondues, j'en arrivais perpétuellement à la même déduction. L'amour véritable ne pouvait exister. Il s'agissait d'une métaphore édulcorée du besoin physique et charnel de l'humain. Tout comme leurs dieux, tous autant qu'ils étaient, avaient été démontrés comme aucunes créations supérieures, mais bel et bien comme des inventions humaines. Et ce, dans l'optique de gouverner des peuples apeurés et simples d'esprit durant les derniers siècles. Exposant mes résultats à Atlee je me posais une autre question. Qu'est-ce que les humains trouvaient d'aussi "agréable" à cet amour charnel ? Cette question posée à l'ordinateur fit qu'il répondit en mettant une chanson en place.



Les paroles étudiées par mon système de reconnaissance vocale, démontrèrent plusieurs choses. L'humain était un animal. Doué de pulsions. Point. En tous points, il était inférieur à de nombreuses créatures qu'il méprisait ouvertement. L'arrogance serait toujours le point faible de l'humain. Il était mieux que l'autre. Toujours. Levant une main et la déposant dans celle d'Atlee. Ma voix monocorde se fit à répéter certaines paroles. Si pour connaître, pour comprendre l'amour humain, je me devais de passer par cet acte. Alors tel serait le cas, je ne pouvais rester ignorante dans aucun domaine. Mon Créateur m'avait doté d'une "conscience", et de capacité de combat hors du commun. Pourtant, je n'apprenais la "vie" dans son sens large et pratique qu'aux côtés des humains. Cyborg étant le chaînon manquant entre leur peuple et moi, je passais de nombreux moment en sa compagnie.

- L'amour véritable semble être une déraison humaine. La décadence de Rome, la chute de divers régimes militaires et politiques ne semblent être rien comparés à ce que l'amour peut engendrer. Mes calculs me donnent tous le même résultat. Il ne s'agit finalement que de l'expression physique d'un désir né du cerveau, aucunement une chose inexplicable, telle qu'avancée dans les récits des poètes. Afin de mieux comprendre "l'amour", nous devons agir en humain. Faire correspondre nos corps afin qu'ils puissent transférer ces "sensations amoureuses" dont les textes font part.

Une nouvelle fois j'embrassais Atlee. Tout en augmentant mes pulsations cardiaques, je m'aperçu de la chaleur de son corps. Les courbes de la brune que j'embrassais se plaquèrent alors contre moi. Ces analyses extérieures me permirent de comprendre une chose, la Stratane rentrait bien au-delà de l'excès dans les proportions de désirs masculins. Internet m'envoya de nombreuses images de l'expression de l'amour, que je mis en place. Chacune de mes mains prenant place à divers endroits du corps qui se trouvait contre le mien. La première se logea dans le creux de ses reins, tandis que l'autre se figea entre ses omoplates. Mon crâne penchée de 30° vers la gauche, je continuais à analyser les réactions physique et physiologiques d'Atlee.

- Les humains préfèrent se montrer leur amour dans un endroit clos. Je vais donc fermer la porte à clef.

Je lui avais-dit cela à brûle-pourpoint. Sans qu'elle ne puisse refuser, la clef avait déjà tournée dans la serrure et nous reprenions notre étude. Mais quelques êtres étranges que les humains pensais-je alors que mes lèvres se posaient une nouvelle fois contre celles de la Stratane.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2016 - 16:59
« Cool! Je vais passer à l’histoire comme la Stratane qui a percé le mystère de l’Amour! Je suis trop contente! » C’est ce qu’était en train de se dire la Stratane la plus motivée de l’univers. Considérant que ce peuple ne vit qu’à un endroit et qu’ils sont plus des milliers que des millions, c’était beaucoup dire. Ceux qui sont avides de scandales pourraient dénoncer l’attitude inacceptable de l’ambassadrice de Strata mais… Est-il nécessaire de rappeler encore une fois que les Stratans et les Humains ont un système de valeurs différents? À Strata, le désir d’Atlee d’aider à la compréhension humaine serait vu comme un acte d’une grande bonté. Chez les humains… Les termes seraient plus acerbes et lubriques. Allons. Ce n’est qu’une séance de roulage de pelles… POUR LA SCIENCE! Et n’essayez pas de les arrêter : on n’arrête pas le progrès.

Bon d’accord, c’est un peu particulier comme méthode d’analyse mais… Ça peut marcher! Concrètement, étudier les humains en étant humain, ça fausse les données. Mais étudier l’amour en n’étant pas humain mais en essayant de s’en rapprocher, ça n’enlève pas sa nature profonde. Atlee restera une Stratane et Indigo restera une androide. C’est vraiment intéressant comme recherche parce que c’est un sujet sur lequel les humains préfèrent rester volontairement ignorants. Atlee s’imaginait les sourires heureux de tous ces humains qui enfin trouveraient une vraie réponse à cette question : what is love? Bon, certains lui aurait aussi dit : Atlee, imagines la foule de sauvages avec des torches et des fourches qui veulent ta tête pour avoir tué le romantisme mais… Chut. Ne gâchez pas son enthousiasme. Ce serait cruel de tuer une si belle initiative, pour le bien de l’humanité.

Ce n’est pas tous les jours qu’une Stratanne avec trois points derrière Power Girl en taille de buste échange, pour la science, des baisers passionnés avec… Bien une androide mathématiquement physiquement parfaite! Parce que oui, Atlee avait répondu à tous les baisers, à toutes les caresses et son corps pressé contre celui d’Indigo donnait à la machine une EXCELLENTE idée de ce qu’était l’espace courbe. Certes, elle n’était pas capable comme Indigo de reproduire précisément les gestes de la machine mais elle avait regardé suffisamment de série télé (et avait eu l’infortune de voir son cerveau traumatisé par l’univers malsain des fan fictions sur elle et Power Girl) pour savoir vaguement comment ça fonctionne. Et puis bon. Ce n’était pas vraiment par sentiments, c’était pour le bien de l’expérience. Elle ne faisait rien de mal donc c’est ok (merci les Visiteurs)!

Et le fait de se retrouver enfermée avec une potentielle sexbot (merci les fan fictions) ne la dérangeait pas. Si elle devait se déguiser en soubrette française pour permettre d’approfondir le sujet, se déguiser ne la dérangeait pas. Certains diront d’un air interloqué : du cosplay, vraiment? Ah mais c’est parce qu’Atlee avait quand même fait des recherches sommaires et… Et elle n’aurait vraiment pas dû parce qu’Internet est plus sale et malsain qu’un déversement de pétrole ou le programme électoral du parti républicain américain. Mais bon. Elle se retrouva sans trop réaliser pourquoi à plaquer Indigo contre un mur et à l’embrasser avec une fougue qu’elle ne se connaissait pas. Génial! Cela voulait dire que l’expérience se voyait dotée de paramètres supplémentaires donc plus de données compilées donc une meilleure chance d’obtenir des résultats concrets!


« Finalement c’est cool la science. Moi j’aime bien cette expérience. Tu crois qu’on aura un prix Nobel pour notre découverte? Ou qu’on devra faire la démonstration de notre étude lors de conférences? Moi qui ai toujours pensé que la science c’était une affaire de vieux frustrés qui s’habillent en sarrau et qui crient : il est vivant! Il est vivant! Je retire ce que j’ai dit finalement la science c’est super! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Mar 2016 - 11:10
La science, tout autant que les études scientifiques étaient bel et bien différentes lorsque vous les faisiez en compagnie de quelqu'un d'appréciable. Je me perdais en de nombreuses et nouvelles constatations, et tout autant de recherches alors que mon dos percuta la froideur du mur. Mes ordinateurs n'eurent pas le temps de s'éteindre que leurs écrans tombèrent sur le sol. Je poussais un râle. Tout du moins, j'imitais les cris poussés par les femmes humaines dans de pareilles circonstances. De ce que les images d'internet proféraient dans mon cerveau, il le fallait. L'Amour était-il fatalement charnel avant d'être moral ? Très bonne question. Malgré tout, mon système percevait des contractions dans le spectre émotionnel d'Atlee. Son corps se courbait sous mes mains, et la chaleur qui commençait à émaner d'elle sembla prendre quelques degrés de plus que sa température corporelle habituelle. La seconde étape de notre étude avançait – semblait-il – à grands pas. Ce ne fut que lorsqu'elle me parla, nous comparant au Docteur Frankenstein, que je compris où nous mènerait une étude plus poussée. La recherche de la signification de l'Amour serait, entre autres choses, le résultat inhérent à notre évolution personnelle. La science ne devait PAS être une raison pour évoluer personnellement. Mais elle devait être là pour faire avancer l'être humain. Pourtant, mes détecteurs extra-sensoriels paraissaient aller à l'encontre de l'idéologie inscrite dans mon système principal.

- Oui. La science permet au monde d'avancer. Particulièrement celle qui offre aux êtres humains la possibilité d'êtres meilleurs. Pourtant, une question se pose. En quoi est-ce que l'explication de l'amour permettra aux humains d'avancer ?

Je me reculais, délaissant le corps charnel et de plus en plus chaud d'Atlee à quelques mètres de moi. Mon fauteuil retrouvé sur le sol, les roues en l'air, j'entrepris de le relever et de m'y assoir. J'étais perplexe. Trop de questions s'amoncelaient dans ma tête. Les humains utilisaient perpétuellement la science pour faire le mal. Si nos recherches permettaient d'offrir une explication concrète à cette question. Qu'en auraient-ils fait au juste ? Une arme pour vaincre leurs adversaires ? Telle qu'ils le firent avec la kryptonite rose ? Il m'était impossible de prendre pareille décision actuellement.

- Les humains ne sauront comment utiliser notre étude autrement que pour faire la guerre. Ils possèdent une chose que je ne peux encore expliquer. Ils appellent cela "l'arrogance". En vouloir toujours plus, se considérer comme toujours mieux qu'autrui. Mes connaissances font que je ne puis, dans l'état actuel des choses leur offrir pareilles explications. Mais notre étude se doit de continuer.

De nombreuses images percutèrent mon cortex cérébral. Si, comme je le pensais, l'amour moral devait commencer par l'amour charnel, alors nous devrions, avant toutes choses, passer à l'acte. Mes yeux passèrent en mode rayon X, et je scrutais la moindre parcelle du corps d'Atlee. Une fracture était visible sur ses os lorsque mes yeux glissèrent ça et là. Basculant une nouvelle fois en vision globale, mes doigts l'agrippèrent violemment et, imitant les images qui dépassaient ma compréhension dans les réactions humaines, je lui arrachais ses vêtements. Un baiser langoureux s'en suivit…

***

Plusieurs heures s'écoulèrent, et je fini par observer plusieurs réactions de mon système principal. L'augmentation de mes pulsions cardiaques, l'accélération de mon souffle nourri par un pompage grandissant d'oxygène de la part de mes poumons synthétiques, et bien d'autres observations étranges. Voilà ce qu'il en était donc de l'amour entre humains. Afin de compléter notre étude, mon corps se tourna vers celui d'Atlee. Ma poitrine serrée contre la sienne, je posais alors une main au niveau de son cœur. Toutes les femmes humaines paraissaient démontrer leurs sentiments de cette manière. Ma compagne d'étude aurait peut-être plus de raisons à obtenir satisfaction que moi. En tant qu'androïde, je me contentais d'observer et de notifier les actes, les résultats, et les constatations dans une partie de mon cortex cérébral. La Stratane serait plus enclin à observer cette étude d'un œil plus humain.


- J'ai notifié de nombreuses augmentations physiques lors de cette seconde partie de notre étude. Qu'en est-il pour toi Atlee ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Mar 2016 - 14:57
La douce, gentille, naïve et très vierge Atlee ne savait manifestement pas dans quoi elle s’était embarquée en posant cette question. What is love? Et comme elle n’avait pas de raisons de s’objecter, elle se disait que les résultats de cette expérience pourraient l’aider avec Power Girl. C’était surtout pour comprendre ce qu’elle ressentait pour sa meilleure amie au monde qu’elle était ici. La belle Power Girl, objet de désir et de fantasme de la moitié de la planète au moins… Pour pouvoir comprendre ce qui se passait dans sa tête, elle devait comprendre l’amour et pour comprendre l’amour, elle avait besoin de la façon de penser particulière d’Indigo. Même si, bien franchement, les choses prenaient une tournure qu’elle n’avait clairement pas imaginée. Est-ce que c’était mal? Non, raisonna-t-elle. C’était pour la science.

Pour que toute l’humanité en bénéficie. Donc c’était bien, au contraire. Elle rendait service. On pourrait débattre de la justesse de propos d’Atlee pendant des heures mais bon. Dans la tête de la Stratanne, elle était en train d’aider les gens de la Surface alors ce qu’elle faisait ne pouvait pas être « mal ». Évidemment, elle était loin de se douter que si elle allait annoncer tout joyeusement à Power Girl ce qu’elle avait fait avec Indigo, probablement qu’il faudrait trouver une nouvelle lune à la Terre parce que la plantureuse blonde l’aurait détruite dans un accès de colère mais ça… Atlee, c’est Atlee. Trop naïve pour son bien et Indigo qui n’était pas méchante non plus avait une part de naïveté. C’est clair qu’ensemble elles étaient capables du meilleur et du pire. L’androïde cherchait tout autant à comprendre que l’intraterrestre comment fonctionnait cet étrange concept.

La suite des événements allait d’ailleurs prouver que parfois, la morale a une certaine élasticité que Terra, jusqu’alors, ne connaissait pas. C’est pour la science, se répétait-elle en boucle. Donc ce qu’elle faisait allait servir à faire le bien donc ce qu’elle faisait était bien. Évidemment, n’importe quel Terrien aurait un sourire gêné en lui expliquant que c’est un peu plus compliqué que cela mais pour le moment, à part des vêtements déchirés, il ne lui était pas arrivé grand-chose de mal. Elle ne pensait pas que le physique, pardon, la physique pouvait jouer un rôle si important dans la découverte de ce qu’était l’amour mais ce n’était pas elle la scientifique : c’était Indigo. Et forcément, elle savait ce qu’elle faisait : c’était une machine venue d’un lointain futur, ultra perfectionnée et tout! C’était comme l’IA dans I Robot avec Will Smith. Ma logique est indiscutable. Bah oui…

Indigo, en bonne « femme » de science, avait quelques questions à lui poser et Atlee, incapable de mentir et parlant presque toujours sans filtre, lui relata avec bien trop de détails ce qu’elle avait vécu et éprouvé. Pourquoi est-ce qu’elle aurait refusé de collaborer, de donner des informations? Il n’y avait pas de raison valable. Ses grands yeux mauves regardaient Indigo alors qu’elle répondait, trop contente d’aider à faire du monde un endroit meilleur. Elle avait complètement zappé le commentaire de l’androïde sur le fait que leurs recherches pourraient être utilisées à mauvais escient. Considérant qu’un camion de crème glacée pouvait l’attirer comme un papillon l’est pas une flamme… Des fois, capacité d’attention zéro. C’était encore un miracle que les méchants de ce monde n’aient pas exploité une telle faiblesse. Une bénédiction, même.


« Et ça résume essentiellement ce que j’ai ressenti. Quand je vais raconter à Power Girl que j'ai aidé à science et que je vais lui raconter en détail tous les trucs cools qu’on a fait… Je ne suis pas sûre de comprendre la moitié de ce qu’on fait mais c’est toi la scientifique alors tu dois savoir ce que tu fais. Je veux dire… Si on ne peut plus faire confiance à ceux qui font la recherche pour aider le monde, ça va mal… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 28 Mar 2016 - 11:25

Tandis que ma main se posait sur un des seins d'Atlee, je constatais que les battements cardiaques de cette dernière se ralentissaient de plus en plus. Effectivement, en plus d'avoir utilisé bon nombres de pulsations, pompé une grande quantité d'oxygène, et avoir augmenté sa température corporelle, l'amour physique démontrait une intense utilité calorifique. Je tournais alors mon regard vers l'unique fenêtre de la pièce. Recouverte de buée, très certainement créée lors de notre étude de l'amour, mon regard perçu une ombre posée sur le rebord. Entièrement nue, je me levais et, m'approchant de la dite fenêtre, l'ouvrit. Un bruit fracassant se fit alors entendre. Et, passant ma tête par-dessus l'embrasure, je remarquais que les fourrées un peu plus bas avaient étés écrasés par une masse importante. Plusieurs branches s'étaient brisées, et les feuilles aplaties.

Retournant auprès d'Atlee, je pris ma chaise et m'y assit. Mon regard étudia la moindre des courbes de ma comparse d'étude. Il était de plus en plus explicite qu'elle relevait de la perfection en termes de plaisirs visuels masculins. De plus, le fait était, sans réflexions avantageusement cybernétiques, que la présence de Power Girl à ses côtés y était pour quelque chose aussi. Mon regard se posa alors sur les reins de la brunette, et après m'être levée, je lui retirais ce qui y était accroché. Lui tendant le dit objet, ma voix monocorde s'adressa à elle.


- Ceci appartient à Garfield. Il a, semble t'il, tenté le récupérer en passant par la fenêtre.

Un grattement se fit entendre derrière la porte. Aucun animal n'était accepté alors dans cette partie des locaux. Quittant mon fauteuil, je me dirigeais vers la porte, l'objet en main, et l'ouvrit après avoir prit soin de la déverrouiller. Derrière cette dernière, je vis un Garfield à demi allongé sur le sol, le nez saignant à la manière d'une hémorragie externe. Lui tendant la web-cam, je m'adressais à lui calmement.

- Il me semble que tu désirais récupérer ceci Garfield. J'espère que le fait d'avoir potentiellement entendu les constatations de notre étude avec Atlee ne t'ont pas dérangées. Cela étant, je vais devoir aller m'habiller. Vous autres humains, n'appréciez que moyennement le naturisme. Prends un peu plus soin de toi, une telle parte de sang peut s'avérer être mortelle pour vous autres.

Tournant les talons, je l'abandonnais à son regard béat et attrapa mes affaires. La porte pouvait bien rester ouverte. Je n'avais rien à cacher. Pourtant, notre étude semblait avoir offert d'autres résultats que ceux attendus à la base. Néanmoins, comme l'avait si bien dit Atlee, la science est présente pour aider les hommes. Non pas pour les tuer.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 28 Mar 2016 - 15:01
C’est un petit pas pour l’homme et un grand pas pour l’humanité, avait un jour dit l’astronaute Neil Armstrong. Les recherches entreprises par Terra et Indigo allaient éventuellement mener à un grand pas. La compréhension pleine et entière de l’Amour, pour le bénéfice de l’Humanité dans son ensemble. Un objectif louable qui méritait au moins une bonne tape dans le dos en guise d’encouragement. Ça ou un budget pour les vêtements, si à chaque fois Indigo déchirait les vêtements d’Atlee. Oui, c’était pour la bonne cause mais quand même… Elle l’aimait ce costume, quand même. Peut-être qu’Aurla pourrait l’aider à le réparer. Sait-on jamais. En bonne assistante, Atlee laissait Indigo faire tout en l’écoutant. Si Indigo la touchait, c’était pour poser un diagnostic. Tout simplement. Pourquoi y voir quelque chose de mal?

C’est l’arrivée surprise de Beast Boy dans leur étude qui la surprit une quelque peu. Elle ne comprenait pas trop il était là ni ce qu’Indigo lui avait redonné et elle comprenait encore moins pourquoi il saignait du nez. S’était-il fait mal et il désirait l’assistance d’Indigo pour le soigner? Considérant qu’Atlee n’était ni médecin ni vétérinaire (ou, pour faire simple pour les gens de son peuple, guérisseuse), il était forcément là pour l’androïde. Elle ne se doutait nullement que le jeune homme (surnommé le Beast Pervers, bien connu de nos services) avait décidé de s’intéresser à leur étude mais pas pour de nobles raisons comme les deux amies le faisait. Pauvre Atlee, si naïve… Elle n’aurait su imaginer pareille chose et lui expliquer de quoi il retournait prendrait assurément de la patience. Elle n’était pas méchante mais elle ne se méfiait clairement pas assez.

Pour aujourd’hui, l’expérience était terminée. Les conclusions… Elle n’en était pas certaine mais bon. Elle pouvait au moins raconter en détail ce qu’elle avait fait et ce qu’elle avait aidé à faire avancer : la compréhension de l’Amour. On ne pourrait qu’apprécier sa noblesse d’âme. Il fallait absolument qu’elle raconte la chose à Power Girl. En personne. Pour pouvoir voir toute la fierté dans le regard de sa meilleure amie au monde. Elle alla se changer, emporta avec elle son costume déchiré, fit apparaitre une roche de transport et se dirigea vers New York. Peut-être qu’elle pourrait faire quelques expériences de son côté avec Karen. Elle dirigeait quand même Starr Labs, elle était très intelligente. Qui sait : elle serait peut-être la première Stratane à recevoir le prix Nobel! Ce serait tout un pas, un sacré pas pour les rapprochements humano-stratans!


Domicile de Power Girl, un peu plus tard…

Finalement… Peut-être que Power Girl n’aimait pas la science. Parce que la réaction de la meilleure amie au monde d’Atlee avait été… Comment dire… Musclée. La belle kryptonienne ne semblait pas avoir apprécié le récit beaucoup trop détaillé d’Atlee et elle avait changé de couleur plus vite que la Stratane ne l’aurait cru possible. D’abord, elle avait brisé une bouteille de bière en la serrant trop fort et maintenant… Pourquoi se mettre dans un tel état? Atlee avait voulu aider l’Humanité à trouver des réponses à ses questions. Une excellente idée se présenta à l’esprit de la Stratane qui l’énonça tout haut : peut-être que la prochaine fois, Power Girl pourrait aussi participer à l’étude! Indigo, Atlee et Power Girl, toutes trois cherchant à répondre à la question « What is love ». Mauvaise idée apparemment. La Stratane n’avait pas rajouté de l’huile sur le feu mais bien un pétrolier…

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Love Month] [Pré SVMII Coast City] [Titans] What is love? (PV Indigo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Metropolis City
» Projet 10 : Adeptus Mechanicus / Titans Legions (AMTL)
» Feral Titans, peints et non soclés
» Love me tender
» [Film] Love Actually

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: St-Roch :: Titans Tower-