[OVER]Batman VS Superman [PV: y a vraiment besoin de préciser?]

Invité

MessagePosté le: Lun 29 Fév 2016 - 19:52
Les coups étaient fort, tonitruant. Pourtant, je n'attendais personne... Pas à trois heures du matin. En caleçon rayé et t-shirt, je laissai Lois grogner de rage dans son lit pour aller ouvrir la porte. Qu'elle ne fut pas ma surprise de voir Jimmy Olsen, l'un de mes meilleurs amis, en ouvrant. La surprise n'étant pas sa présence chez moi, mais plutôt son expression en ce moment: de la frayeur. Il entra rapidement et se jeta sur mon frigo. Sa première action fut de boire un litre de jus d'orange non- stop, avant de pousser un soupire et essuyer sa bouche du revers de la main. Il ne se sentait pas beaucoup mieux, mais pouvait respirer normalement. Lois arriva juste à ce moment- là pour demander ce qu'il se passait. Jimmy déballa alors toute l'histoire. En effet, hier, il avait suivi Lois sur une affaire concernant un savant fou qui ferait joujou avec des forces étranges. Une fois sur place, la journaliste et son acolyte découvrirent que c'était des cellules de Doomsday. Mon regard sévère tomba immédiatement sur ma femme, qui fait son sourire angélique.

Comme d'habitude, ils firent appel à la police au moment où ça virait mal, sauf qu'avant leur arrivée, Jimmy et Lois durent fuir le savant qui leur tirait dessus avec une arme high- tech. Dans sa fuite, le photographe lâcha une fiole contenant une substance granuleuse qui devait leur servir de preuve contre lui. La fiole se brisa et toute la substance entra par les narine du garçon sous forme volatile. Par la suite, le savant fut abattu, donc même sans les preuves, tout était bien qui fini bien. Lois ajouta que la raison pour laquelle elle ne m'en avait pas parlé était que Doomsday était un sujet sensible pour moi et que tout était normalement réglé. Sauf que... Jimmy retira son t-shirt, révélant dans le dos, le long de la colonne vertébrale, des excroissances assimilables à celles qu'avaient Doomsday partout dans le corps. Sans compter la peau tout autour qui mutait, en quelque sorte. Mon premier réflexe fut d'appeler Batman pour lu idonenr rendez- vous à Star Labs,  celui se trouvant au centre ville de Metropolis, et d'emmener Jimmy là- bas.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 619
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 2 Mar 2016 - 22:01
Gotham City.
Trois heures et trois minutes.


Matt tremble. Son regard ne parvient pas à se fixer, glisser tout autour à la recherche d'un signe, d'un indice, d'une alerte. Sa sueur coule le long de ses tempes, et dans ses paumes devenues moites. Ses lèvres sont entrouvertes, et sa respiration est haletante.
Matt a peur. Il a raison d'avoir peur.

Dix minutes plus tôt, Matt a quitté la boutique de nuit qu'il avait choisie de braquer. S'il avait besoin d'argent pour nourrir sa mère malade, il sait que ce n'était qu'une excuse ; Matt a surtout besoin d'une dose, et il n'a pas vu de meilleur moyen pour en obtenir une que se servir directement dans une caisse pleine des recettes d'une partie de la nuit.
Malheureusement, l'employé n'a pas été assez réactif, il y a eu une diversion, et les réflexes ont joué leur rôle. Ses nerfs se sont crispés, son doigt a bougé ; le coup est parti. Et lui aussi.

Matt a fui, sans un regard en arrière. Sans regarder l'état de l'employé. Sans même récupérer un peu d'argent, ce dont il s'en veut le plus.
Mais maintenant, Matt a peur. Parce que le tir a été bruyant, parce que sa fuite n'a pas été discrète ; parce qu'il sait ce qui rôde ici. Et parce qu'il sait que ce qui rôde, ici, n'est pas de bonne humeur en ce moment.

Depuis que l'Asile d'Arkham a été anéanti par un fou venu des étoiles, la ville subit un double phénomène paradoxal. D'un côté, une partie des super-vilains locaux s'acharnent sur Gotham City comme "vengeance" des décès de l'établissement psychiatrique ; de l'autre, le reste s'est échappé et commence une croisade criminelle dans de nouvelles villes, guère préparées à leurs folies.
Et il est maintenant connu que la Chauve-Souris ne goûte ni ce paradoxe, ni son origine. Sa main est à nouveau lourde, et terrible.

Oui, Matt a peur... mais il commence à se rassurer.
Dix minutes, c'est long - trop, même, pour que la Chauve-Souris joue avec lui. Il ne ferait pas ça, pas dans la situation actuelle. Et donc, si Matt n'a encore rien eu, vaguement caché dans une impasse, il peut espérer. Et se permettre un sourire.

Matt a peur, mais ça commence à aller mieux.
Et ça ne dure pas.

Alors que son regard glisse sur l'entrée de l'impasse, son crâne est lourdement impacté par deux bottes, puis une silhouette entière qui descend de l'immeuble voisin. Cette dernière roule sur le sol, se reprend, se relève et enchaîne avec un coup de genou dans le visage de Matt, suivi de deux coups de coude dans le dos.
Matt s'écrase brutalement, perclus de douleur. Son visage est immédiatement frappé par une botte, qui l'emmène immédiatement vers l'inconscience.

Bruce pousse un profond soupir, avant de passer les menottes à Matt.
Oui, dix minutes, c'est long ; mais c'est juste assez pour entrer dans la boutique, stopper l'hémorragie, appeler les premiers secours, et retrouver la trace de Matt. Dix minutes, c'est long - mais bien, bien moins que le temps que cette petite ordure va passer derrière des barreaux.
Et alors que la Chauve-Souris est sur le point de continuer sa ronde, son costume lui transmet une alerte, un appel, une demande d'aide sollicitée par une des rares personnes qu'il respecte et considère comme un véritable ami ; une des rares pour lesquelles il est prêt à abandonner temporairement Gotham City durant cette période troublée.


**
*
**

Metropolis.
Quatre heures et douze minutes.


Le Bat-Avion s'est posé sur le toit de S.T.A.R. Labs, à l'emplacement prévu pour ce type de véhicule. Les codes nécessaires ont été transmis dès l'arrivée à Metropolis, et les personnels de garde ont préparé son arrivée au mieux de ses besoins ; comme d'habitude.
Quelques salutations rapides, et Bruce se retrouve à descendre lentement les escaliers de l'immense bâtiment de recherche, de soins et d'avancées technologiques. Son air est sombre, maussade ; son esprit ne cesse de répéter les terribles images de la destruction de l'Asile, et les dégâts que cela cause dans sa ville et ailleurs.

Bruce arrive devant la porte du laboratoire qui lui a été désigné. Il s'arrête, soupire, puis ouvre brutalement les portes battantes et pénètre à l'intérieur de la salle.
Là, il découvre Jimmy Olsen, éternel camarade et ami de Superman ; et l'Homme d'Acier, en train d'aider le photographe à enlever son t-shirt pour analyser les excroissances osseuses et dérangeantes sur sa colonne vertébrale.


"Hum."

Ses paupières se plissent, ses yeux observent, son esprit analyse.
Et comprend. Et s'assombrit encore.


"James Olsen. Superman."

Bruce s'approche, et s'arrête à un mètre d'eux. Autour, quelques scientifiques préparent des systèmes, des analyses, et semblent ne pas voir la dangerosité de la situation ; ce n'est pas son cas à lui.
Une minute passe, une minute d'observations et d'analyses complémentaires. Puis il reprend la parole, d'une voix lourde et autoritaire.


"Superman, un mot."

Du geste, Bruce fait signe à son ami et s'avance dans un angle de la pièce, à cinq-six mètres de Jimmy. Il reprend, d'une voix bien plus basse qu'avant.

"Tu reconnais ces excroissances. Tu sais très bien d'où elles viennent. Tu sais très bien que nous devons agir."

Son regard, blanchâtre du fait du masque, se plonge sur le visage angélique et parfait du Kryptonien. Sa voix se fait plus tranchante, plus terrible encore.

"Nous devons l'enfermer, pour éviter tout débordement. J'espère que tu as déjà pris les dispositions nécessaires..."

Il le fixe, encore. Il espère y trouver du sérieux, de la discipline, de la concentration ; de l'espoir, pour lui et cette ville. Et, surtout, moins d'optimisme niais, et enfin plus de réalisme...


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Jeu 3 Mar 2016 - 12:36
"Merci pour la sucette... AIE VOUS FAITES QUOI!?"

Un chercheur venait de donner un petit coup de marteau sur l'une des excroissances dépassant du t-shirt de Jimmy, pendant que l'autre faisait diversion avec la sucette. Le premier nota en constata à haute voix que la structure moléculaire de Jimmy continuait d'évoluer, que les excroissances grandissaient aussi.

"Bien sûr qu'elles grandissent, pas la peine de me frapper pour le savoir, suffisait de le demander! Impossible de l'ignorer, c'est comme sentir un balai me sortir du c...
- Calme- toi Jimmy! Ils essaient seulement de t'aider, mange ta sucette et laisse- les travailler."

Bien que je m'étais vêtu de mon costume de Superman pour inciter les employés de STARlabs à travailler pour moi dans les plus brefs délais, ce fut plus facile de les persuader que prévu. Il avait suffit de montrer le début de transformation de mon meilleur ami, pour qu'ils acceptent de l'étudier immédiatement. Ce dernier vivait le pire moment de sa vie, c'était ce qui le faisait perdre son calme. Lorsque sa sauvegarde dépendait d'autre personne que moi, il n'était jamais vraiment à l'aise. Alors que, si je lui demandais de se jeter dans le feu pour se sauver la vie, il n'hésiterait pas. C'était ce genre de relation qui s'était installé après toutes ces années.

"Supes... Me laisse pas devenir une chose, ne me laisse pas devenir une chose! Je ne veux pas ressembler à ces monstres que tu combats quotidiennement, j'en perdrais la tête...
- Je t'en prie Jimmy, fais- moi confi...
- Promets- le moi!
- Je te le promets... Batman trouvera une solution pour te soigner, c'est le meilleur d'entre nous."

Jimmy cessa de trembler des pieds à la tête, permettant aux laborantins de se remettre au travail. J'espérais vraiment ne pas me tromper sur le compte de la chauve- souris, il n'était pas le genre de héros à laisser tomber les autres, encore moins ses amis. J'avais toute foi en lui, il était tout ce qu'il me restait. Entre autre, je devais passer outre cette sensation de malaise de me retrouver en présence d'une partie du seul être qui causa ma mort par le passé. C'était assez difficile de ne pas finir dans le même état d'anxiété que le photographe et pourtant, je le devais. L'un de nous deux n'avait pas le droit de flancher, et encore une fois, ce devait être moi. Je fus soulagé à l'arrivée du Gothamite dans la salle d'examen, juste au moment où on se débarrassait du haut de Jimmy pour révéler toute l'ampleur des dégâts. Le héros était en combinaison protectrice, comme les travailleurs, à porter obligatoirement avant de pouvoir entrer dans la pièce. J'étais le seul à rester dans ma seule tenue de justicier.

"Bonsoir Batman, merci d'avoir fait aussi vite malgré tes nouvelles ocupations à Gotham."

Je lui étais reconnaissant d'être venu, tandis que les prisonniers échappés de l'asile disparu continuaient de déferler sur sa ville et les alentours. Je ne comptais pas le laisser affronter cette épreuve seul, c'était en partie de ma faute si Arkham n'existait plus. Mais pour le moment, il y avait plus urgent. J'attendis patiemment que le justicier en noir finissent d'examiner mon ami. Il avait l'air beaucoup trop préoccupé pour me rassurer sur les chances de guérison du blondinet. Je le suivis à l'écart, en me doutant pertinemment de ce qu'il allait me dire, sans non plus y croire totalement. Je voulais aussi espérer qu'il allait me sortir un remède miracle dans la seconde, qu'il fabriquerait cette nuit et lui administrerait, pour qu'on puisse tous rentrer chez nous avant le levé du soleil.

"Tu plaisantes, j'espère?"

Mon visage se durcit, ainsi que mon ton. Je faisais comme si les paroles de Batman n'étaient pas plein de bon sens, parce que j'espérais de lui bien plus qu'un simple enfermement, probablement à vie si l'état du photographe empirait.

"Je ne t'ai pas fait venir pour enfermer mon ami comme un vulgaire détraqué de Gotham, Batman. Il n'a rien d'un... monstre! Il y a sûrement un moyen de le sortir de ce pétrin, sans avoir à en arriver là. Bruce... Il ne s'en remettra jamais, s'il passe ne serait- ce qu'une heure en isolement. Réfléchit à une autre solution, s'il te plaît."

Un chercheur décréta qu'il n'y avait aucun risque de contamination par influence physique ou respiratoire. Quand au sang, il était encore en analyse, dans une autre partie du complexe, en zone sécurisée, bien plus qu'ici. Cependant, il serait plus prudent de garder leurs combinaisons pour le moment, précisa -t- il. Pourtant, l'un d'eux osa retirer provisoirement son casque, afin d'essuyer son front ruisselant de sueur et se gratter. Jimmy éternua à plusieurs reprises au visage de cette personne. Se retrouver torse nu n'était jamais bon dans un laboratoire sans chauffage. L'homme prit l'air dégouté en s'essuyant, avant de remettre son casque isolant. Cette scène brève ne m'échappa pas, ni les cris qui se déclenchèrent soudainement au centre ville de Metropolis. J'étais le seul à les entendre, grâce à ma super ouïe. Un mot revenait souvent dans leurs plaintes: Doomsday. Je devais me rendre sur place.

"Je dois y aller... Quelque chose se passe dehors! Continue de chercher Batman!"

Sans écouter d'éventuelles protestations, je quittai STARlabs pour partir en direction des cris. Là, restant suspendu au-dessus du grabuge, je pouvais voir trois créatures à l'apparence de Doomsday. L'un poursuivait les passants dans sa rage meurtrière, un autre détruisait les voitures et autre forçait le mur d'un magasin. Ils étaient bien moins imposants que l'original, mais tout aussi violent. Je fonçai sur eux pour les affronter. Pendant ce temps, dans le laboratoire, le chercheur touché par les germes de Jimmy commençait déjà à changer... A l'intérieur, comme à l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 619
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Dim 6 Mar 2016 - 21:56
Bruce reste silencieux.
Tout du long.

Ni quand Superman réplique sèchement à sa question, ni quand il décide de quitter S.T.A.R. Labs pour régler une crise ailleurs, ni quand Jimmy Olsen éternue au visage d'un chercheur, qui se sent soudain mal et qui voit sa peau se griser peu à peu.
Non, Bruce ne parle pas. Il préfère agir que perdre de précieux instants en paroles.

Alors que son ami a quitté l'établissement de soins et de recherches, le Chevalier Noir ne laisse aucun des employés de S.T.A.R. Labs réagir à ce qui est en train d'arriver. Il se précipite vers Jimmy Olsen, et appose brutalement sur son visage une sorte de masque ; prévu à la base comme respirateur dans des zones sans oxygène, il fera très bien office ici de dispositif de protection pour les autres. Il se préoccupe ensuite du chercheur infecté, qu'il frappe sèchement à un endroit à la naissance du cou.
La prise martiale propulse le laborantin dans l'inconscience, et Bruce l'intercepte alors qu'il était en train de chuter. Le gardant dans ses bras, il se tourne vers ses collègues et, pour la première fois, reprend la parole.


"Ne restez pas là sans réagir."

Il aboie plus qu'il ne parle. Sa voix n'est qu'autorité, violence et agression. Son ton est de ceux auxquels on ne réplique pas, auxquels les foules déchaînées obéissent aveuglément.

"Installez-le dans l'une de vos zones stériles. Filtrez l'arrivée en oxygène pour le plonger dans un coma relatif. Et alertez vos services de sécurité, pour lancer les protocoles d'urgence. Puis priez pour que ce soit assez."

Bruce dépose sans ménagement le corps inconscient du chercheur, dont la peau est maintenant définitivement grise. Pas encore d'excroissance, mais cela ne devrait pas tarder, sauf si sa prescription est prévue à la lettre et que S.T.A.R. Labs parvient à le plonger dans une sorte d'état catatonique, qui devrait limiter ses fonctions vitales et donc l'évolution de son état.

"Et, bien sûr, fuyez."

Protégé par sa propre combinaison, avec une plaque en verre devant les narines et la bouche, il regarde pendant quelques instants les employés terrifiés se reprendre, avant de lentement se tourner vers Jimmy Olsen.
Ses systèmes analysent les relevés du photographe, et l'informent d'une augmentation du pouls, d'une montée de stress, et d'une augmentation rapide des capacités physiques du sujet d'étude. Les muscles grandissent, le corps se développe, et les épaules prennent de plus en plus une taille impressionnante - et menaçante.


"James Olsen."

Sa voix, lourde, se fait un peu moins agressive alors qu'il s'avance vers lui. Sa main se pose lentement sur l'épaule du jeune homme, et il esquisse une forme de sourire sur son visage.

"Je ne sais pas ce qui t'est arrivé, mais je pense que tu comprends que la situation ne peut pas perdurer ainsi. Actuellement, Superman est en train de combattre, en ville, des créatures aux capacités et à l'allure proches de Doomsday - et je vois à tes yeux que tu sais de quoi je parle."

Bien entendu, le journaliste était présent lors du terrible combat entre le Kryptonien et le monstre venu de l'espace. Ces souvenirs font partie des pires moments de son existence, et Bruce acquiesce en reprenant la parole.

"Je m'engage à chercher un moyen de te soigner au mieux de mes capacités. Mais, si ton état est une priorité, l'urgence demeure la protection du plus grand nombre. La protection... contre toi."

Et alors que Jimmy veut répliquer, se défendre, argumenter, la paume métallique du costume de Bruce livre une décharge d'énergie. Le jeune homme est surpris, puis propulsé également dans l'inconscience - mais avec malheureusement plus de douleur et de trauma que le laborantin quelques instants avant.

A nouveau silencieux, Bruce récupère le corps immobile du photographe, le garde dans ses bras et s'avance lentement dans les locaux de S.T.A.R. Labs.
Sa démarche est régulière, calme, tandis qu'il prend des raccourcis afin d'infecter le moins possible de lieux et de zones dans le bâtiment. Quelques instants lui suffisent pour rejoindre le toit, et le Bat-Avion  qu'il a préparé via les systèmes de communication de sa combinaison.


"Maître Bruce, j'ai bien reçu les derniers relevés, mais... pensez-vous que ça soit une bonne idée ?"

"Exfiltrer un ami de Superman, sans son consentement, pour l'amener à la Cave, alors qu'il est en train de se transformer en Doomsday, n'est en rien une bonne idée, Alfred."

Il dépose le corps inconscient dans l'habitacle, avant de se tourner vers Metropolis. Au loin, il voit Clark en train de soumettre ses ennemis - mais avec difficulté. Le combat est âpre, engagé et terriblement rude.

"Mais je n'en ai pas d'autre. Préparez la zone de quarantaine, et tous les systèmes de sécurité. J'arrive."

Bruce monte dans le Bat-Avion, referme la porte et lance les moteurs. Il lève son appareil dans les airs, et le lance vers Gotham City - aussi vite que possible. En priant, très fort, pour que Clark soit encore assez occupé pour que ses sens ne le captent pas ; et en priant, encore plus fort, pour que sa colère ne soit pas aussi forte qu'il le craint...


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2016 - 17:41
Individuellement, ces créatures n'étaient pas bien dangereux pour moi. Mais une fois qu'elles se furent rassemblées, les choses devinrent plus compliquées. Sans compter les civils qui continuaient de nous fixer, en restant à proximité. Les moins ébahis utilisaient le mode caméra de leurs téléphones portables. Les gens n'étaient plus habitués à me voir en difficulté, ils ne se rendaient pas bien compte de la situation. Ils avaient déjà oublié que la dernière fois où j'avais affronté un monstre similaire, il m'avait tué. Mon mémorial était là pour le prouver, à jamais. Et pourtant, ils continuaient de me voir comme l'invincible Superman, quelle connerie!

"Allez- vous en!!!
- Ouais! Superman! Un sourire!
- Partez!
- Tout de suite! Juste: tu peux prendre la pause quand tu lui mets un Super Punch?
- Un... quoi...? DÉGAGEZ!!!!!!"

Cette fois- ci, mon cri fut entendu, la foule se dispersa. Le combat reprit aussitôt, dans de bonnes conditions. Ce qui expliqua ma victoire, mettant au tapis les trois enragés. Ils n'étaient définitivement pas l'original: il ne serait jamais assommé par quelques coups surpuissants. Doomsday premier était tout simplement inépuisable, la fin du monde vivante. Je savais pertinemment d'où ils venaient, ou plutôt, qui était à l'origine de leur apparition. Jimmy... Qu'est- ce que tu as fait? Je pris avec moi les ennemis terrassés pour les laisser aux soins des chercheurs de STARlabs. Mais en arrivant dans le complexe, je sentais que quelque chose n'allait pas: il n'y avait aucun signe de Jimmy, ni du scientifique qui avait reçu son éternuement -super mémoire- dans la salle d'examen. Je confirmai ce que je redoutais déjà en arrivant physiquement dans la pièce: Batman l'avait, en quelque sorte, kidnappé, en considérant que le photographe était porteur d'un virus dont il serait le patient zéros. Et le scientifique était en isolement.

Alors que je me dirigeais vers la sortie pour rattraper celui que je considérais à présent comme un traître à ma confiance, l'un des chercheurs arriva pour m'intercepter. Son air paniqué suffit à m'arrêter, je le suivis. Il me montra alors son collègue déchaîné dans la salle d'isolement, sous une forme monstrueuse. Il n'avait plus rien d'humain, que ce soit dans le comportement, ou le physique. Ma mine s'assombrit en le regardant. Peut- être que c'était Bruce qui avait raison, peut- être que c'était la seule solution possible... Non, Jimmy avait besoin d'autre chose, il avait besoin d'aide. A quoi bon mettre cette foutue cape, si je ne pouvais même pas garder mes propres amis en sécurité?

"Clark?"

Je me retournai brutalement, me rendant compte que j'étais resté immobile au milieu du couloir, perdu dans mes réflexions, en regagnant la sortie.

"Lois? Qu'est- ce que tu fais là?
- Je suis venu voir Jimmy, comment il va?
- Comment...? Bien, il a un attrapé un petit rhume durant l'osculation, mais rien de grave."

Je n'osais pas la regarder et lui dire que son état était plus grave que je ne le pensais à l'origine.

"Batman l'a emmené. Je vais les rejoindre.
- Clark... Tu te souviens quand nous n'étions que de jeunes journalistes, à la limite de la concurrence...
- Tu veux dire qu'on était carrément concurrent!
- Peu importe! On était dans ce musée, à cause d'une info d'un de mes amis me prévenant d'un possible cambriolage. Le soir, seuls, attendant dans un coin de prendre le voleur en flagrant délit.
- Oui, je t'avais offert mon manteau, ils avaient coupé le chauffage.
- Je me souviens aussi de ce moment où, mystérieusement, tu as reculé face à une pierre verte, comme si tu avais peur qu'elle ne te brûle. Tu as dit que ton sursaut était du à ton inquiétude par rapport à une éventuelle alarme si tu venais à la toucher."

Elle saisit mon visage au niveau des joues et le tira vers le sien, pour planter son regard dans le mien.

"Je ne t'ai jamais cru honey, tout comme je ne te crois pas en ce moment. Dis- moi la vérité, je le mérite.
- Désolé... Jimmy a contracté quelque chose qui contamine les autres, très probablement par éternuement. Je l'ai laissé au soin de Batman, mais il l'a enlevé, pour l'enfermer quelque part où il ne ressortira que quand il aura trouvé une solution à ce mal. Et je me demande s'il n'a pas tort...
- Hey... Pourquoi cet air désespéré? Je ne connais pas ce "Batman", à part ce que j'ai lu dans les journaux et sur Wikipédia. Mais une chose est sûre: je ne connais personne en ce monde qui sait mieux que toi ce qui est bon pour les autres. Tu m'as appris qu'il y avait toujours une autre solution, je suis sûr que tu trouveras. Fais ce que tu crois juste, Jimmy comprendra."

Elle retira finalement ses mains en souriant avec bienveillance, puis s'en alla. Ses paroles étaient assez ambiguës, interprétables de différentes manières. Une chose était pourtant claire dans son discours: je devais agir selon mes convictions et m'y fier jusqu'au bout. Le reste s'arrangerait de lui- même, c'était ce qui arrivait d'habitude. Je restai quelque minutes à ressasser encore un peu ses paroles et mes propres pensées, avant de prendre une décision que je ne comptais pas changer. Je quittais le bâtiment et décollai en direction de Gotham.

Quelques secondes plus tard, j'atteignais l'entrée principale de la Batcave. Je n'entrai pas, car je voulais laisser à Bruce l'occasion de réparer son erreur de son propre chef. Sinon... Je l'y forcerai. J'attendais donc à quelques mètres de la cascade, flottant au-dessus de l'eau, les bras croisées.

"BATMAN! Rends- le moi! Ne me force pas à t'assiéger, tu n'es pas préparé pour ça et tu ne le seras jamais!"
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 619
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mar 22 Mar 2016 - 22:16
Pour le commun des mortels, l'immense propriété du Manoir Wayne comporte de nombreuses merveilles naturelles, mais finalement peu intéressantes. De ce fait, même les conducteurs curieux qui arpentent les nombreuses routes autour de Gotham City n'ont jamais vraiment fait attention à un petit chemin de terre, anonyme. S'ils l'avaient suivi, ces derniers n'auraient trouvé qu'une impasse, une chute d'eau naturelle de la rivière qui serpente le domaine.
Superman se trouve devant cette cascade.



A de nombreuses reprises, l'Homme d'Acier est venu ici ; parfois invité, parfois de lui-même, toujours accepté et accueilli chaleureusement par Alfred Pennyworth, et amicalement par le maître des lieux.
Malgré leurs différences évidentes, Bruce Wayne apprécie sincèrement Clark Kent - et il le considère comme un véritable ami. Cette journée va peut-être changer cela.


"Entre."

La voix de Bruce n'est qu'un murmure à l'intérieur de la Cave, mais les super-sens du Kryptonien sont suffisamment acérés pour réussir à capter ce simple mot.
Alors que le nouveau venu s'avance, et passe la chute d'eau pour pénétrer à l'intérieur du passage qui mène au repaire du protecteur de Gotham City, Superman découvre les nouveautés installées depuis son dernier passage ici, et redécouvre finalement l'immensité et l'étrangeté de la Cave, qui a longtemps constitué l'univers même de Bruce Wayne.



A une trentaine de mètres, au centre de la structure, une silhouette solitaire et hautement identifiable demeure immobile. Sombre, figée, cette silhouette ne fait aucun geste, alors que la voix de Bruce reprend son lent débit de paroles.

"Ton origine kryptonienne ne t'a pas donné le talent d'omniscience, Clark. Tu te trompes sur Jimmy."

Sur l'immense écran derrière la silhouette apparaît soudain le visage calme, endormi et apaisé du jeune photographe. Ce dernier est allongé dans une sorte de cocon étanche, qui semble le maintenir à l'abri du monde - et le monde à l'abri de lui.

"Tu as affronté ces créatures, et tu sais qu'il est le premier infecté. Le sujet porteur. Il doit être analysé, afin de comprendre le phénomène dont il est à l'origine - mais il doit être contrôlé, parce que le monde ne peut survivre à cette infection."

Clark peut alors entendre le profond soupir du Chevalier Noir, dont la silhouette demeure figée.

"Jimmy est placé en lieu sûr : il n'a rien, il ne risque rien. Et nous non plus."

Alors que Superman a dû s'approcher du Bat-Ordinateur et de la silhouette, il découvre soudain que cette ombre n'est... qu'un mannequin, recouvert d'un des nombreux costumes du maître des lieux. Il n'a pu le voir jusque-là, du fait d'un étonnant système intégré au mannequin, constitué pour simuler le fonctionnement humain.

"Je ne veux pas te faire du mal, Clark. Ecoute-moi, comprends-moi. Ecoute la raison..."

A quelques mètres, un BIP sonore se fait entendre, et une des nombreuses armoires intégrées dans la roche s'ouvre. Des pas, lourds et puissants, claquent sur le sol de la structure métallique de la Cave.

"... ou je te ferais écouter."

Bruce s'avance, puis s'arrête au bout de quatre pas.
Il soupire, et pose un regard lumineux sur l'Homme d'Acier. Il ne veut pas en arriver là, mais il n'a pas le choix. Il avait besoin de quelques secondes pour que le dispositif soit prêt, et il a fallu occuper le nouveau venu le temps que tout soit terminé.


"Et tu avais tort pour autre chose, Clark..."

Bruce serre les poings, et prend une grande inspiration.
Tout est prêt - l'armure est prête.


"Je me suis préparé à toi dès notre première rencontre."



Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Lun 28 Mar 2016 - 11:07
"C'est ça ton arme secrète Bruce? Un nouveau costume, encore moins confortable que l'ancien? Sois sérieux, tu sais que ça ne m'arrêtera pas. J'ai combattu des robots plus armés que ça!"

Je jetai le mannequin sur le côté d'une petite frappe du dos de la main, avant de me tourner totalement vers Batman. J'avais beau faire le malin, je n'étais pas aussi confiant en réalité. Il était quasiment impossible que l'homme que je connaissais utilise quelque chose d'inefficace contre moi, à moins de vouloir gagner du temps pour quelque chose. Je restais méfiant, tout en essayant de paraître aussi idiot que les autres. Bruce avait toujours un plan, je devais seulement anticiper lequel avant de me retrouver dans sa toile. Je sais de quoi ça avait l'air, qu'on me considérerait très probablement comme le méchant de l'histoire. Je doutais qu'après ça, les choses redeviennent comme avant, quelque chose s'était brisé au fond de moi. Aujourd'hui, ce n'était pas Superman qui venait prendre d'assaut la Batcave, mais Clark Kent venant récupérer son meilleur ami de Metropolis. Mon père m'avait appris au cours de toutes ces années, même quand je devins un symbole, à toujours faire ce qui était juste. A me remettre sans cesse en question, aussi. Et surtout, à rester fidèle à mes amis. La raison n'avait rien à voir là- dedans.

"Écoute Bruce, je sais ce que tu penses, tu crois que j'ai atteins le point de non-retour. Que j'ai finalement cédé à ma part sombre, en devenant le monstre que tu craignais que je deviendrais à notre première rencontre. Mais ce n'est pas le cas, j'essaie seulement d'écouter mon coeur, et il me dit que tu es sur mon chemin donc... Désolé."

Je fonçai vers les yeux brillant dans la pénombre en volant à super vitesse, avant de le heurter de plein fouet avec mes poings tendus. Une onde de choc se propagea au moment de l’impact. Je m'arrêtai après le choc, pour le regarder se fracasser contre un mur derrière lui, flottant au-dessus du sol, le dos courbé, les poings serrés.

"Où est- il, Bruce!? Tu n'as pas pu l'emmener bien loin, mais mes super sens ne m'apprennent rien! Qu'est- ce que tu me caches!?

Ma voix était forte, on pourrait presque entendre la grotte trembler en réponse à ma propre colère, celle contenue dans ma voix. Je voulais seulement le secouer un peu, pour que le Justicier de Gotham saisisse qu'il n'avait pas la force de lutter. Comme quand on lève bien haut le bras, en tenant le ballon d'un enfant au bout de sa main. Ce n'est pas forcément de la torture, c'est une manière de lui dire qu'il y a des choses hors de sa portée sur ses courtes pattes et qu'il ne suffit pas de sauter aussi haut qu'on le voudrait pour atteindre les étoiles. Je ne doutais pas que Bruce aurait été capable de récupérer la balle avec ses capacités et son génie, mais pas avec moi. Je me posai finalement au sol en ne sentant plus aucun mouvement de la part de Batman et marchai vers l'homme en armure. J'essayais de marcher rapidement, tout en restant prudent. Je m'inquiétais pour lui, je commençais à me détester, autant que je détestais cette situation.

"ça va Bruce? Je suis désolé, j'y suis allé un peu fort!"
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 619
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 31 Mar 2016 - 21:20
Plus rien ne bouge dans la Cave.
Pendant un long moment - un trop long moment.

L'expression de frustration de l'Homme d'Acier a fait trembler la structure même de la Cave, ainsi que les fondations du Manoir Wayne. Ce dernier est heureusement vide, le maître des lieux ayant ordonné à son fidèle Alfred Pennyworth de prendre quelques heures de congé ; et malgré le refus initial du majordome, ce dernier a accepté et a délaissé la propriété. Pour sa propre sécurité.


"Tu te trompes."

Coincé dans le mur de roche, jusque-là immobile, Bruce lève lentement son visage. Son regard blanchâtre, brillant dans son nouveau casque, plonge sur le visage du Kryptonien, qui semble avoir repris le contrôle de lui-même, au moins pour l'instant.

"Je ne pense pas que tu ais atteint le point de non-retour. Je ne pense pas que tu laisses ta part sombre dominer. Et ce n'est pas ce à quoi je me suis préparé depuis notre rencontre."

Sa voix roule comme le tonnerre, elle se répercute avec puissance dans l'immensité de la Cave.
Il détache ses bras de la pierre, puis son corps entier. Il retombe lourdement sur le sol de sa base, puis se redresse et serre les poings. Sa respiration est lente, régulière, calme ; terrible, vu l'instant qui se déroule entre eux.


"Dès notre première rencontre, je n'ai pas craint que tu ne sois plus contrôlable. J'ai craint qu'un jour, tu sois tellement aveuglé, tellement persuadé d'avoir raison et les autres tort que tu en viendrais à mettre ce monde en danger. Par arrogance. Par suffisance. Parce que tu te considères supérieur aux faibles Humains que nous sommes."

Superman n'est qu'à un mètre de lui. Le reste de la Cave demeure silencieuse et immobile.

"Jimmy Olsen est dans un endroit secret, protégé du monde par un dispositif prévu pour te retenir. Les murs sont recouverts de plomb, et la sécurité est optimale. Il ne risque rien, et nous ne risquons rien, tandis que mes machines analysent le phénomène qui le touche et cherchent une solution."

Bruce s'avance, et le bruit du pas lourd et métallique résonne dans toute l'immense pièce.

"Tu veux protéger ton ami, et je le comprends. Mais tu refuses de comprendre la position de ceux qui ne sont rien face à Doomsday, ou des ersatz de ce monstre. Il t'a tué, Clark. Il a arraché la vie du plus grand héros du monde. Il est inacceptable et insupportable qu'une personne porteuse d'un virus capable de transformer autrui en Doomsday ne soit pas sous contrôle."

Un autre pas, qui résonne encore.

"Nous risquons trop. Nous craignons trop. Et le simple fait que tu n'y penses même pas, que tu ne prennes même pas en considération notre destin et nos risques plutôt que de ne penser qu'à ton ami, cela me fait comprendre que ma crainte est devenue réalité."

Bruce est à quelques centimètres de Clark. Sa respiration est tout en contrôle.

"Tu préfères ton intérêt et celui d'un proche à celui du monde, au risque que celui-ci brûle. Quelques temps à peine après que tu ais visité l'Asile d'Arkham avec Barda et Atom, sans me prévenir. Quelques temps à peine après que votre visite ait provoqué un affrontement qui a blessé des centaines de personnes et tué des dizaines d'autres. Quelques temps après que tu ais échoué à sauver des innocents, qui ont pâti de votre négligence."

Ses lèvres sont crispées, ses poings serrés à l'extrême. Il avance lentement son crâne, comme s'il voulait révéler un secret à voix basse.

"Tu as échoué à les sauver. Tu as échoué à nous rassurer. Et maintenant qu'un nouveau danger, plus terrible, nous menace, tu ne penses qu'à ton intérêt ? Tu refuses de penser à ceux qui pourraient périr par ton erreur ? Et tu viens ici, chez moi, pour me menacer et me frapper ?"

Un profond soupir s'échappe de ses narines dilatées.

"J'ai bien noté que tu as suivi ton coeur, Clark. C'est bien ce que je te reproche."

Bruce appuie sur un bouton secret de son armure.
Les lumières de la Cave changent alors, et prennent soudainement une teinte verdâtre. Superman ressent alors une faiblesse grandissante dans son corps, un goût de malaise et une migraine qui va en s'empirant au fil des secondes.


"C'est bien ce que j'ai toujours craint."

Et sans laisser à l'Homme d'Acier la possibilité de répondre, de se défendre ou de reculer, le poing droit de Bruce recule derrière lui.

"Je veux que tu te souviennes, Clark. Pour toutes les années à venir. Dans tes moments les plus intimes. Je veux que tu te souviennes pourquoi cela est arrivé, qui en est responsable.
Je veux que tu te souviennes le seul homme capable de te dompter."


Son poing file. Un crochet du droit titanesque s'écroule sur la mâchoire parfaite de Superman.


Une guerre commence. Une amitié se termine.
Et un monde change.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Lun 4 Avr 2016 - 15:03
Il se trompait, lourdement. Je ne me pensais pas supérieur aux humains. Je les enviais, au contraire. J'ai toujours voulu être comme eux. Tout le monde pourrait penser qu'après toutes ces années, je m'étais habitué à être différent. Mais c'était faux, tout comme cet enfant du Kansas qui ne pouvait pas jouer avec les autres enfants parce qu'il n'était pas capable de se mêler à eux sans leur faire de mal, je me sentais exclus de ce monde que je prenais plaisir à aider. Malgré ma protection inconditionnelle, ce monde ne m'accepterait jamais comme l'un des leurs. Aujourd'hui, comme demain. Mais, si dans toute cette exclusion, il y avait bien une personne dont j'espérais quelque chose en étant civil, c'était bien Jimmy. Il me faisait aveuglement confiance, pas parce qu'il me considérait comme un dieu infaillible, mais parce qu'il savait que ce que j'avais le plus besoin en ce monde c'était d'un ami. Certes, il croyait que je vivais en solitaire dans ma Forteresse de Solitude, mais au fond, même Clark Kent ne baignait pas dans l'amitié. Batman le savait, il me connaissait mieux que personne. C'était pour cette raison qu'il n'abandonnerait pas non plus. Je l'en respectais que plus.

Soudain, les lumières changent de couleur, devenant ce vert que je reconnaissais très bien. Les radiations de la kryptonite faisait effet dans mon organisme, me rendant plus faible à chaque seconde qui passait. Je grimaçai sous le coup des migraines qui faisaient plus intenses. Je ne pouvais que regarder mon ami charger son poing, et l'abattre sur ma mâchoire avec la puissance d'une machine. Je m'écrasai sur les consoles de commande, m'y encastrant à moitié. Il me fallut plus d'effort que d'habitude pour m'y extraire. La douleur était incommensurable au niveau de la mâchoire, elle s'était déboitée puis remboité rapidement. Je me vidais rapidement de mes forces, il ne m'en resterait plus si je restais dans ce piège mortel. J'utilisais le peu d'énergie qu'il me restait encore pour foncer sur Batman et l'emporter avec moi à travers la batcave, sortant juste au- dessus de la casque, par une sortie faite sur mesure en utilisant le dos de Bruce pour creuser à travers la roche en le poussant. Dans mon élan, je continuais de le porter en montant de plus en plus haut, avant de le lâcher en tombant avec lui. Je m'écrasai sur une voiture garée, l’aplatissant.

Les rayons solaires revinrent me rendre mes forces, me permettant de m'élever au-dessus du véhicule et de me retourner par la simple pensée. Je me sentais plus fort, les effets de la kryptonites se dissipaient déjà. Bruce n'avait pas hésité à utiliser les grands moyens, il était vraiment sérieux. J'allais devoir en faire autant, mon visage accueille une nouvelle détermination qui ne laissait rien présager de bon. Mes yeux rougirent, alors que je me propulsai à toute vitesse vers Batman en tenant la voiture écrasée par un bout à deux mains, puis le frappai tel un tennis man renvoyant la balle avec une raquette, l'envoyant heurter un bâtiment et passer au travers. J'espérais que cette frappe le calmerait. Je le rejoignis à l'intérieur en soulevant un pan du mur que s'était brisé, prêt à l'abattre sur lui, s'il voulait continuer.

"Abandonne Batman, au nom de notre amitié, ne me force pas à te mettre une raclée. Tu sais très bien que j'y prendrai bien plus plaisir que toi."

Comme toujours, je me retenais, il m'était impossible d'y aller à fond contre lui, même s'il était plus que capable de me tenir tête. Si contre mes ennemis, je faisais attention, ce n'était contre mon ami que je me laisserais aller.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 619
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Sam 9 Avr 2016 - 15:27
"Ah."

Bruce se relève lentement.
Des gravats retombent lourdement autour de lui, tandis qu'il se redresse dans les ruines d'un pavillon de chasse de l'immense propriété des Wayne. Ce bâtiment avait été construit le siècle précédent, et avait abrité ses premiers entraînements quand il avait décidé de lutter contre le crime.
Ce pavillon fait partie de son histoire, et de l'Histoire de sa famille. Sa destruction ne restera pas impunie.


"Je pourrais croire que tu montres ton véritable visage. Je pourrais utiliser tes mots pour pointer le plaisir que tu prends à causer du mal à autrui, et donc à souligner le danger que tu poses pour ce monde."

D'un léger mouvement des épaules, il se débarrasse de la poussière et des pans de mur encore présents sur son armure.
A l'intérieur, il analyse les capacités de la combinaison, et l'ampleur des dommages causés par l'explosion de violence de Superman ; ça va. L'armure n'est plus en état optimal, mais elle peut encore fonctionner pendant quelques temps, et a encore assez d'énergie pour lui permettre de donner une véritable leçon à son adversaire.

Quelques instants plus tôt, lors du premier et terrible crochet que Bruce a donné à Clark, il a vu son ami se reprendre et utiliser ses dernières forces, rongées par la Kryptonite diffusée dans la Cave, pour s'enfuir - en l'emmenant au passage.
Des secondes terribles et violentes ont alors suivi, durant lesquelles l'Homme d'Acier l'a propulsé à l'extérieur, avant de s'emparer d'une voiture de luxe pour l'utiliser comme raquette ; et lui est bien sûr la balle. Mais c'est terminé.


"Je ne le ferais pas. Je ne vais pas profiter d'un de tes moments de faiblesse pour rayer une existence d'exploits et de sauvetages."

Son regard, animé d'une énergie bleutée intense sur son casque, reste fixé sur le visage du Kryptonien. Il hésite une seconde, puis acquiesce à ses propres réflexions en appuie sur un autre bouton caché dans ses gants.
Son armure expulse immédiatement après une explosion sonique, dirigée vers Superman pour troubler ses sens et le bloquer au maximum.


"Je ne vais pas abandonner, Clark. Pas par arrogance, pas par ego, pas parce que tu es mon ami et que tu vas trop loin. Je ne vais pas abandonner parce que je refuse de laisser le monde sous la menace de dizaines de Doomsday incontrôlables, simplement parce que tu ne supportes pas que ton ami soit mis à l'écart pour étude."

Profitant du trouble de son adversaire, Bruce s'avance. Ses pas sont lourds et brutaux sur le sol, jusqu'à parvenir devant Superman lui-même.
Il lève ses deux poings, serrés comme jamais. Les gants métalliques s'animent soudain, l'acier se rétracte pour révéler deux poings américains de couleur émeraude, animés d'une lumière vive et intense.


"Jadis, tu m'as donné une bague de Kryptonite, dans le cas où le monde aurait besoin de te stopper. Si j'ai veillé à récupérer plus de matière, j'ai bien accepté cette mission, Clark. Et tu vas trop loin aujourd'hui."

Le poing droit de Bruce s'écrase sur le front de Superman, avant que l'autre poing vienne le frapper à nouveau au visage.
Il enchaîne avec un coup de pied, qui propulse l'Homme d'Acier un peu plus loin. Refusant de lui laisser la moindre occasion de se reprendre, le Chevalier Noir se précipite vers lui, et écrase son genou sur le visage de Clark. Ses deux poings armés viennent le frapper en plein torse, avant qu'il ne le soulève avec sa main droite.
Il approche le visage de Superman vers le sien, et reprend la parole d'une voix lourde comme le tonnerre.


"Arrête, Clark. Ouvre les yeux. Réfléchis. Tu n'es pas si bête..."

Son bras gauche recule. Son poing américain en Kryptonite, qui recouvre sa main, est taché du sang de son ami, actuellement en piteux état.
Un coup, et Superman tombe - mais Bruce hésite.
Un instant, un moment, une seconde de doute, de réflexion, de culpabilité ; une seconde terrible, cruciale, car cette seconde est celle dont Alfred a besoin pour activer la communication avec son employeur, à plusieurs kilomètres de distance. Sa voix âgée et inquiète s'élève dans le casque de Bruce, qui se fige à son écoute.


"Maître Bruce, je... selon les relevés, Monsieur Olsen a disparu. Le cocon vient d'être enlevé, aussi étonnant que..."

"QUOI ?!"

Son hurlement est autant de rage que de surprise. Son visage exprime une colère bien plus grande que celle provoquée par Clark lui-même.

"Les dispositifs de protection ont été bloqués, une équipe de professionnels est intervenue, et... et Monsieur Olsen a été enlevé. Nous n'en avons été informé qu'à l'instant, car un logiciel de protection, pour couvrir les traces, a été mis en place et a fait croire à l'Ordinateur que tout était normal. Ce n'est que lors de ma vérification, chaque heure, que je..."

"Envoyez-moi la vidéo. Maintenant."

Bruce lâche Superman, et concentre son attention sur le fichier transmis dans son casque. Il y voit quatre hommes armés, très entraînés, qui pénètrent à l'intérieur du bunker, placé dans les profondeurs de l'Océan à quelques kilomètres de Gotham City. Ils utilisent leur expérience pour gérer toutes les difficultés installées par Bruce, et s'enfuient avec leur précieux trésor.
Ce sont des professionnels, parfaits pour ce genre d'intervention. Ils ne sont cependant pas sans défaut, et peuvent faire des erreurs : par exemple, ils communiquent ensemble sous l'eau via un réseau de communication privé. Un réseau qui est la seule propriété de Galaxy Communications, l'entreprise qui est la propriété de...


"Morgan Edge."

Lentement, Bruce se retourne et pose son regard courroucé sur Superman. Il reprend, plus furieux que jamais.

"Je sais que tu m'entends - il en faut plus pour te faire tomber. Morgan Edge est lié à l'enlèvement de ton cher Jimmy : je n'ai pas pu l'empêcher parce que je devais m'occuper de toi. Maintenant, est-ce que tu comptes encore vouloir prouver que tu es bien le meilleur et le seul à avoir la raison et la vérité avec toi, ou bien vas-tu enfin te comporter comme un adulte, et comme le héros que tu es censé être ?"

Le ton est agressif, brutal ; il ne le regrette pas.
La situation est terrible, et le monde entier est en danger. Il n'a pas le temps pour les politesses, et le verni de la civilisation est de toute façon tomber. L'heure est à la réaction, brutale et enfiévrée, et à la réalité de leurs rapports et de leurs coeurs. No More Misters Nice Guy.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Lun 11 Avr 2016 - 13:17
Une explosion sonique me fit lâcher le bloc que je tenais, pliant les genoux sous le coup d'une hyper sensibilisation intense. Cette arme appartenait à Cyborg, je n'aurais jamais cru voir Bruce l'utiliser un jour ni en être la première victime. Bien que pour une chauve- souris, c'était en fait dans le thème. J'entendais à peine ce qu'il disait, j'essayais plutôt de retrouver un semblant de concentration pour reprendre le contrôle de mes sens, malgré les décharges soniques.

"Il... Y... A... Sûrement... Mieux... A... Faire... Que... ce que tu fais!"

Je n'avais pas la force de dire exactement ce qui me passait par la tête, j'avais juste balancé la fin pour arrêter d'intensifier le choc en multipliant inutilement les paroles. Batman approchait tranquillement, il me tenait, il n'avait aucune raison de se presser. Il avait parfois ce genre de comportement avec nos ennemis, quand son plan se déroulait sans accroc. Le regarder faire m'amusait, mais maintenant, je me rendais compte de l'agacement que pouvait ressentir la victime. Le genre d'agacement à te rendre dingue, à te faire nourrir d'innombrables idées de vengeance. Je serrai les dents pour calmer ma fureur face à sa suffisance. J'avais l'impression de régresser au stade natal de notre relation, quand il me voyait comme un monstrueux oisillon sans cervelle et moi le voyant comme un cinglé drogué à l'adrénaline. Encore aujourd'hui, je me demandais ce qui avait changé.

Je poussais sur mes jambes pour essayer de me redresser face à lui, mais dès que la kryptonite apparut sur ses poings, je n'eus plus la force de résister à la gravité terrestre: mes genoux heurtèrent brutalement le sol.

"Qui... De nous deux... Va trop loin?"

Les coups de Bruce me coupèrent définitivement le sifflet, je n'avais plus ni la force de parler, ni celle de répliquer. Je me contentais d'encaisser et de saigner. Le visage tuméfié, je souriais devant le visage à l'expression rageuse du chevalier de Gotham. J'avais oublié à quel point j'aimais voir cette expression sur son visage. J'adorais le titiller pour le revoir, dans nos premières années. C'était plutôt drôle de constater que les plus beaux souvenirs d'une amitié, ne remontaient que lorsqu'elle se brisait. Il me cracha son énième conseil au visage, que je ne prenais toujours pas en considération.

"Peut- être bien que si Bruce. Sinon, tu n'aurais pas préparé toute cette artillerie rien que pour moi... Je crois que c'est la fin. Fais- le, mais sache que ce n'est pas une victoire..."

Je lisais l'hésitation d'un tel acte dans les yeux de Batman, malgré la luisance de la visière de son casque. Il n'était pas prêt à me démolir, ce serait triste dans le cas contraire. Soudain, son expression de colère s'intensifia, un hurlement s'échappa de sa gorge. Quelque chose clochait et avec mes super sens au plus bas, je n'étais pas capable de savoir quoi. Il dit quelques mots à son interlocuteur invisible et me relâcha, me laissant retomber sur le dos. Dès qu'il s'éloigna, mes forces revinrent peu à peu, je commençais à me sentir mieux. Quelque chose était arrivé, peut- être bien à Jimmy. Je devais savoir. Ma vision télescopique revint assez tôt pour que je puisse voir sur l'écran de la tablette de Bruce. Un bunker sous l'eau... Jimmy y fut, mais il n'y était plus. Le nom de Morgan Edge déclencha toutes mes alarmes internes. Le ton avec lequel Batman s'adressait à moi ne me plaisait pas et il le savait. Sans répondre, je m'envolai depuis la position allongée, me dirigeant vers Metropolis avec dix pour cent de ma vitesse habituelle. Même si je savais qu'il était peu probable qu'il m'entende à la distance où j'étais, je rajoutai:

"Débrouille- toi tout seul Bruce, je ne te laisserai pas remettre la main sur Jimmy."
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 619
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Lun 11 Avr 2016 - 22:08
Bruce regarde Superman s'en aller, prenant un peu plus de vitesse à chaque seconde, chaque mètre un peu plus loin de la Kryptonite. Lentement, il referme les plaques de métal de ses gants sur les anneaux de Kryptonite, facilitant discrètement la remise en forme de son adversaire du jour.
Alors que son regard blanchâtre observe la silhouette rouge et bleue, il active les super-sens de son armure, et entend parfaitement les paroles de l'Homme d'Acier. Une légère grimace glisse sur son visage, alors que ses poings sont encore suffisamment serrés pour faire crisser l'acier.


"Je me suis toujours débrouillé seul, Clark. C'est ce qui m'a fait. C'est ce qui construit les hommes - ceux qui n'ont pas de coup de pouce pour être super."

Il le fixe jusqu'à ce que Superman ne soit plus qu'un point dans l'horizon, avant de lentement se tourner. Le Chevalier Noir doit retourner dans la Cave, pour vérifier que les coups stupides de l'Homme d'Acier n'ont pas endommagé des éléments essentiels au bon fonctionnement des systèmes ; ce serait bien le genre de Clark de causer encore plus de dégâts par sa balourdise...

**
*
**

Une heure plus tard, à Metropolis.
Le siège de Galaxy Communications, la grande entreprise de médias dirigée par Morgan Edge, est placé dans le centre-ville de la Cité de Demain. N'ayant pas cédé aux sirènes de l'arrogance et du symbolisme, comme le Daily Planet, G.C. n'a pas de dôme sur le toit, et n'exhibe même pas de logo sur sa façade.
L'immense immeuble ne dénote pas dans le quartier des affaires de la ville, même si sa trentaine d'étages attire l'attention en toisant les autres bâtiments. Cependant, nul ne peut devenir, sans le savoir, que ce building abrite les médias les plus agressifs et les plus scandaleux de Metropolis.



La soirée est déjà avancée, la nuit épaisse.
Quelques heures plus tôt, Metropolis a été la proie d'une étonnante attaque de Doomsday-bis. Ils ont été stoppés par Superman, mais les rumeurs sont déjà lancées, et les terribles souvenirs du monstre qui a pu tuer l'Homme d'Acier en plein coeur de sa cité ; pour faire simple, les gens ont peur, et attendent avec impatience le retour de l'aube pour chasser ces mauvais fantômes et retrouver l'espoir.
Bruce, aussi, voudrait faire disparaître les spectres et accueillir le jour avec plaisir et soulagement - mais il connaît trop ce monde et ses secrets pour se laisser aller à ces enfantillages. Il sait que seules les ténèbres, froides et terribles, apportent la vérité du quotidien. Le monde n'est pas beau, simple et doux : il faut faire avec, serrer les dents, et prendre les décisions nécessaires, pour que certains puissent encore voir l'aube comme une libération.

Le Chevalier Noir est sur le toit du siège de Galaxy Communications. Il s'est libéré de son imposante armure, pour reprendre son costume habituel. Il a rejoint Metropolis avec le Bat-Avion, filant sans aucun remords vers la Cité de Demain en refusant les appels au calme et à la médiation d'Alfred.
Il sait que Clark a utilisé cette heure d'avance pour mener ses propres investigations, mais Bruce part avec un avantage : il connaît exactement l'état de Jimmy Olsen, et avait veillé à introduire un pisteur dans son corps lors des premières analyses.
Si Morgan Edge a dû faire de même, avec une étonnante technologie qui a pu fausser ses propres capteurs, Bruce entend reprendre ici le contrôle. Il sait qu'Olsen se trouve ici, quelque part dans cet immense immeuble qui abrite encore bien des innocents ; une nouvelle preuve de la démence délirante du propriétaire des lieux.

Cependant, alors qu'il ouvre une porte de service pour descendre les escaliers menant au coeur du bâtiment, Bruce s'arrête.
La tête d'abord baissée, il la relève et prend une grande inspiration. Son instinct ne l'a pas trompé. Il est ici.


"Edge tient Olsen, certainement sans aucun dispositif de sécurité. Le virus va contaminer les employés, et filer dans toute la ville. Cela ne doit pas arriver."

Il pousse un profond soupir, et serre les poings de rage, à peine contenue.

"Si tu as encore une pensée pour ceux d'entre nous qui ne sont qu'humains, je t'invite à garder contact via le réseau de la Justice League. A deux, nous le retrouverons plus vite, et nous empêcherons Edge de l'utiliser.
Après, nous pourrons reprendre là où nous nous sommes arrêtés."


Bruce s'enfonce dans les profondeurs du bâtiment, et disparaît dans les ombres.
Il a tendu une main vers Clark - même gantée, même provocante, cela reste une main. Ce dernier a tout intérêt à la saisir, même si l'Homme d'Acier doit sûrement se demander ce que le Chevalier Noir a pu préparer pour la suite. Leur combat n'est pas terminé, et retrouver Jimmy n'est qu'une parenthèse ; le coeur de la dispute n'est pas réglé, et n'attend pas grand-chose pour reprendre - et tout emporter avec lui.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Jeu 14 Avr 2016 - 11:53
Après avoir interrogé le policier en charge du dossier du savant fou qui travaillait sur les restes de Doomsday, il m'apprit que leur enquête l'avait relié à Morgan Edge en personne. Ce lien remontait à longtemps, mais c'était bien suffisant pour faire une petite inspection au siège de sa société. Le plus petit indice devait être suivi, il me fallait une avance conséquente sur Batman qui était bien meilleur que moi en investigation. Je pénétrai donc le bâtiment de son entreprise, sans demander la moindre permission. Après avoir inspecté chaque pièce à une telle vitesse que les caméras ne pouvaient pas m'enregistrer, je finis par utiliser ma vision au rayon X pour découvrir une partie cachée du bâtiment. D'un coup de poing, je détruisis le mur en béton qui me séparait de mon ami. Juste à ce moment- là, Batman décida de faire entendre sa voix que je captais grâce à mon ouïe en alerte. Aucune réponse de ma part, il n'en méritait pas. Je progressais à travers la nouvelle salle illuminée par des lumières assez faibles. Il y avait des cuves en verre, contenant une sorte de liquide amniotique et... Des clones de Jimmy Olsen y baignaient, à moitié transformé en Doomsday. Seules quelques parties de leurs corps avaient perdu leur humanité, déformées par des pigmentations osseuses et des excroissances.

"Bienvenue dans mon humble repaire, Superman.
- Morgan Edge!"

*
*
*

Mr. Mxyzptlk se tenait dans une salle adjacente à celle où se trouvait Superman, d'où il pouvait observer son arrivée par une vitre tintée, camouflée en une paroi comme une autre de la pièce. Il était assis sur un fauteuil roulant, les pieds sur une console de contrôle, attendant quelqu'un. Ce "quelqu'un" ne tarda pas arriver, dans sa cape noire, sa tête surmontée d'oreilles pointues.

"Bienvenue dans les coulisses Batman! Je t'attendais! Je t'en prie, approche, le spectacle ne fait que commencer!"

*
*
*

"Qu'est- ce que tu as fais!? Tu es complète fou!"

Je n'arrivais pas à croire que Morgan Edge était allé aussi loin, mais pourquoi? Je serrais les poings en crispant la mâchoire, incapable d'ajouter quoi que ce soit d'autre. Encore des clones, toujours des clones. Mais où était l'original? Le criminel était calme, il me fixait en silence. Puis il se mit à jouer son rôle habituel, celui du psychopathe prêt à tout pour m'éliminer. Il me raconta comment, des années plus tôt, il avait recueillit quelques restes de Doomsday. Quand je revins à la vie, il donna l'ordre à l'un de ses plus talentueux savants de fabriquer le virus le plus mortel qui soit, celui à même de me détruire, à l'aide de ces restes. Malheureusement -ou plutôt heureusement- il lui manquait des cellules humaines pour finaliser l'agent bactérien. Aucun des cobayes humains n'avaient été un succès, jusqu'à récemment, quand Jimmy entra en contact avec un échantillon. Oh non, il n'était pas infecté, le virus n'était pas complet, il donnait de la fièvre, des maux de tête, une grande faiblesse, mais rien d'aussi grave que ce qu'on voyait aujourd'hui. Ni de comparable au résultat final qu'il comptait utiliser sur moi. Son organisme le vainquit en quelques heures à peine.

Par mesure de sécurité cependant, quand Jimmy fut assommé de fatigue en luttant contre la maladie, Morgan Edge préleva de son sang pour l'analyser et réalisa que le photographe était l'hôte parfait. Le criminel le fit alors kidnapper et enfermé dans un de ses appartements, dans une pièce secrète, le traitant comme un roi, tout en prélevant les échantillons dont il avait besoin pour les expériences.

*
*
*

Mr. Mxyzptlk eut un sourire satisfait devant le visage abasourdi de son vieil ennemi kryptonien, il n'aurait jamais cette satisfaction avec Batman qui était très bon pour cacher ses émotions. L'être de la cinquième dimension se demandait comment faisait Joker pour ne pas en être agacé. Rien n'était aussi frustrant qu'un héros incapable d'offrir ce genre de spectacle entre le désespoir et la colère, lorsque les plans machiavéliques étaient révélés.

"Tu as déjà du comprendre pourquoi un Jimmy Olsen s'était présenté chez Clark, s'il était séquestré tout ce temps chez Edge... Un clone! HAHAHAHAHA! Et devine quoi? C'est moi qui l'ait libéré! Pour lui, pour toi, pour vous! HAHAHAHAHA! Votre amitié m'agaçait, elle le rendait plus fort, plus intelligent, TROP INTELLIGENT! Je suis un bouffon, pas le dindon de la farce et avec Superman, je n'étais que ça! Mais quand je vous regardais détruire votre loyauté l'un envers l'autre, mon bonheur était complet! Je suis heureux, enfin! Je gagne Batman, JE GAGNE!"

Mr. Mxyzptlk fut pris d'une crise de fou rire, trop heureux de révéler enfin son rôle dans toute cette histoire. Comment il s'était joué des deux héros et de Morgan Edge lui- même...

*
*
*

"Un problème dans ma sécurité a permis à l'un des clones de s'échapper, croyant être le véritable Jimmy Olsen. Alors qu'en réalité, il n'était né qu'hier et ne se souvenait plus avoir été ici."

Mes yeux passaient des clones endormis dans leurs cuves et Morgan Edge qui me parlait, sa voix passa rapidement en fond, mon esprit était en ébullition. Ils étaient tous des clones, des aberrations, mais tous innocents, tous Jimmy. Je devais les libérer de l'emprise de ce malade avant qu'il ne mette son plan à exécution. Ils étaient tous comme Kon, ils n'avaient rien demandé à personne. Quand ils seraient soignés, ils pourraient bien trouver le bonheur, oublier toute cette histoire et vivre une vie épanouit. C'était possible, j'en étais persuadé. Sans compter que dix Jimmy Olsen étaient mieux qu'un seul, il y en avait jamais assez... Je devais aussi retrouver l'original, lui venir en aide. Il devait avoir une grosse frayeur.

"Edge... Libère- les immédiatement! Et dis- moi où se trouve Jimmy, n'aggrave pas ton cas!
- Libérer les hôtes du virus le plus mortel de l'histoire de l'humanité sans les avoir exploité à leur juste valeur? Tu me connais mal!"

Il sortit une télécommande de sa poche pour la tendre devant lui. Son expression était sûre, son regard ne vacillait pas.

"Je vais les libérer oui, mais pour qu'ils te tuent! Ensuite, je garderai l'original pour moi et vendrait les autres aux plus offrants. Adieu, Superman!"

*
*
*

Mr. Mxyzptlk cessa enfin son rire sinistre et pointa du doigt un bouton devant Batman, sur la console.

"J'ai collé quelques explosifs sous les cuves, pour toi mon ami! Si tu appuies sur ce bouton, chacune explosera, détruisant les clones. Mais seras- tu prêt à en subir les conséquences, auprès de l'un de tes plus grands amis qui ne pourra sûrement jamais te le pardonner? HAHAHAHAHAHAHA J'adore cette histoire! J'aime le suspens, j'aime le drama! Tu as cinq secondes pour te décider... Quatre.. Trois... Deux... Un..."

*
*
*

Je me propulsai vers Morgan Edge en tendant la main, pour intercepter la sienne. Mais il était trop tard, je n'arrivais pas à temps. Son doigt pressait déjà le bouton, les cuves vacillèrent, sur le point de s'ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 619
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Dim 17 Avr 2016 - 17:23
La journée de Bruce est intense.
Après la surprise et l'inquiétude de découvrir un virus Doomsday, la colère face à Clark, la douleur et la violence de leur affrontement, voici l'incompréhension de voir apparaître devant lui le nuisible Mr. Mxyzptlk, que Superman s'entête à supporter dans ses aventures.


"Ce n'est pas un spectacle."

Sa voix est encore lourde, agressive.
Perdu dans une petite salle, devant un farfadet bondissant dont l'existence viole toutes les règles qui cadrent son univers, le Chevalier Noir n'a pas une grande patience, et tient à l'exprimer. Les poings serrés, les dents crispées, il fixe le petit être et écoute son discours, en imaginant les multiples blessures qu'il pourrait lui faire subir avant de le plonger dans l'inconscience.
Cette idée créé une esquisse de sourire sur ses lèvres, mais l'expression s'efface rapidement. La situation est trop dangereuse pour ce genre de douceur.


"Et je n'ai aucune envie de suivre tes petits jeux. Je ne suis pas Superman, je ne tiens pas au défi que tu souhaites me lancer, je n'ai pas à me prouver que je suis supérieur que la nuisance que tu incarnes."

Bruce relève lentement ses bras, puis place ses poings en position de boxeur, prêt au combat.

"Un des tiens a essayé de suivre tes pas avec moi, tu sais. Il se faisait appeler Bat-Mite, et voulait également me lancer des énigmes, modifier la réalité, se jouer de moi pour occuper son temps."

Un sourire sadique glisse sur son visage.

"Je l'ai stoppé, je l'ai renvoyé dans votre cinquième dimension, et j'ai fait de son existence un mythe, une blague. Rendant son retour dans ce monde impossible, car personne ne croit en lui, car il n'est qu'une plaisanterie de bas de page dans le grand livre de l'Histoire."

Bruce s'approche, et feint de vouloir frapper Mr. Mxyzpltk avant de finalement se placer juste à côté de lui en récupérant la télécommande que le farfadet lui lance.

"Tu as eu tort de me défier, petit être. Et tu as eu surtout tort de croire que je suis venu ici sans préparation."

Depuis la découverte des liens de Galaxy Communications avec cette affaire, Bruce a utilisé son énorme puissance financière pour détourner les satellites de Wayne Industries afin de placer cet immeuble sous surveillance. Son masque lui transmet donc en temps réel la discussion de Clark avec Morgan Edge, et il est de ce fait pleinement conscient de l'évolution de la situation, qui ne lui plaît guère.

"Je n'avais pas anticipé le clonage de Jimmy, mais je savais très bien que j'aurais de mauvaises surprises en venant ici. Heureusement, je sais comment réagir."

Alors que les cuves s'ouvrent, et vont relâcher des Jimmy Olsen dangereux pour le monde entier, Bruce appuie sur un bouton - mais pas celui de la télécommande du farfadet.
Le bouton est relié à un autre satellite de Wayne Industries, qui libère immédiatement un rayon qui s'échappe de l'atmosphère pour descendre vers l'immeuble de Galaxy Communications. Le contact est fait en quelques secondes, et un gigantesque choc sonique attaque de suite la structure et ses occupants.

Sa puissance est telle que le building tremble, et le choc doit être horrible pour ceux qui ne se sont pas protégés ou qui ne sont que de simples humains.
Heureusement, Clark est au-delà de la douleur terrible qui frappe l'esprit des victimes, et Bruce est venu préparé ; il ne risque donc rien, et est curieux de voir l'effet sur le farfadet. Normalement, Edge et les Olsen devraient s'écrouler, plongés violemment dans l'inconscience par le choc.

Cela devrait leur permettre de reprendre le contrôle.
Cela devrait leur permettre de mettre fin à cette sale histoire, et de retourner à leur affrontement personnel.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mar 26 Avr 2016 - 11:44
Tout était fini en un instant. Un choc sonique d'une incroyable intensité m'avait alerté, mais avant que je ne puisse réagir à cette attaque surprise, il s'arrêta aussi brutalement qu'il avait commencé. Les cuves en verre explosèrent en libérant finalement les clones qui s'effondrèrent par terre, inconscients. Morgan Edge ne s'en tira pas mieux, il ne se relèvera plus avant un long moment. Plus important encore, une vitre tintée que je n'avais pas remarquée en arrivant vola en éclat, révélant Bruce et un super- vilain que je connaissais bien. Le rayon l'avait aussi touché de plein fouet, lui faisant perdre le contrôle sur ses capacités les plus élémentaires. Son corps vibraient à des fréquences égalées seulement par Flash, avant de disparaître totalement. Il était renvoyé dans sa dimension d'origine, sans avoir besoin d'utiliser l'astuce habituelle de lui faire prononcer son nom à l'envers. Un silence pesant s'installa immédiatement, au cours duquel mes yeux restaient fixés dans ceux de Batman. Puis, un son inquiétant me fit baisser les yeux vers les clones: ils devenaient de la bouillie de chaire.

"Non non non non non!"

J'étais impuissant face à leur mort, tournant sur moi- même à la recherche d'une quelconque solution. Mais rien ne pouvait les sauver, ils n'étaient plus. Finalement, je cessai tout mouvement en retrouvant mon calme, le visage baissé. Un long soupire s'échappa de mes narines, alors que je serrais les dents pour ravaler ma colère. Elle n'était adressée à personne à ce moment- là. Même pas à Morgan Edge, je me sentais coupable. Ce fut donc des yeux plein de colère et de ressentiments envers moi- même que je relevai vers Bruce, essayant de garder mon calme, malgré mon envie de hurler de rage et de tristesse.

"Rentre chez toi Bruce, et ne revient jamais."

Je restais droit face à lui, flottant dans sa direction jusqu'à me retrouver face à face. Lui à l'intérieur de cette pièce secrète à quelques mètres du sol, moi dehors au- dessus du vide sans bouger. Cette histoire ne me faisait ressentir que de la honte et de la culpabilité, mais une chose était sûre: je ne verrai plus Batman de la même manière. Pour tout dire, je ne voulais plus le revoir du tout, ni les autres membres de la Ligue. Je comptais bien sûr terminer ce qu'on avait commencé pour sauver le Multivers, ce n'était pas mon genre de laisser tomber tout le monde à la moindre occasion. Mais après ça, il n'y aurait plus de place pour moi dans le groupe, je laisserai mon titre de Justicier de la Ligue à qui la voudra. Après ce qu'il s'était passé cette nuit, j'allais avoir besoin de prendre de la distance avec tout le monde. Qui était le fautif? Qui avait tort, qui avait raison? Toutes ces questions que je n'osais pas me poser, revenait en boucle dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 28 Avr 2016 - 20:27
Malgré sa colère et sa frustration, et l'envie qui ne lui manquait pas d'insuffler du bon sens au dieu solaire à coups de phalanges dans le nez, Bruce s'adressa à son ami :

"Superman. Tu as choisi ton ami plutôt que le sort du monde. Tu n'es pas la seule personne qu'une épidémie de Doomsday aurait affecté ; nous savons toi et moi que ta mort ne serait qu'une des conséquences dans une telle finalité."

Il faisait face à son ami. Un homme qu'il avait rapidement appris à craindre, puis à respecter, à aimer comme un frère, bien qu'il n'aurait pu en juger ayant été élevé comme fils unique. Il était certain que Superman pouvait voir l'ADN des Jimmy Olsens se désagréger dans la pièce de façon non naturelle, encore eut-il fallu qu'il se laisse convaincre d'y regarder de plus près. Face au rejet, contre toute la peine qui bouillait en lui, il restait une créature d'esprit et de raison, têtu, convaincu de voir juste et d'amener un véritable ami à rejoindre sa perception.

"On m'a souvent reproché, ou questionné, sur le fait de garder en vie le Joker et le poids de la responsabilité sur les innombrables victimes qu'il fera encore et toujours après une rapide évasion. Et il n'est rien pour moi, sinon celui qui aura brisé la vie et l'échine de ma famille. Jimmy Olsen est ton ami, et un alerteur hors pair pour aider à rendre la justice. Mais jamais il ne devrait primer sur le sort de l'humanité. James Olsen est un héros, le premier à avoir permis au monde de connaître Darkseid et l'infamie qui va avec, ce dieu sombre auquel s'est voué Morgan Edge parce que la puissance peut rendre inhumain ; et je parle seulement de la puissance d'un milliardaire et patron de média."

Superman ne pouvait pas ne pas entendre Bruce, sinon mentalement pour rejoindre son point de vue du moins par sa super-ouïe. Mais il pouvait ignorer son ami. Il avait déjà confié au Batman sa capacité, la nécessité même de faire abstraction de tous les sons de la ville, de la planète, de l'univers en mouvement.

"En ce qui concerne Jimmy, comme toi-même ou n'importe lequel de ceux qui comme nous avons vu le vrai visage du mal et continuons de lutter pour nos prochains... Je crois qu'il y a toujours une solution. Qu'il faut prendre le problème sous tous les angles, et en déduire une voie de sortie pour épargner les vies des gens en protégeant nos concitoyens."

Il restait planté là à parler, usé, et pourtant toujours certain de son fait. Il aimait et respectait Superman, mais il ne comprenait pas comment il pouvait en arriver à ne pas faire confiance à Bruce pour prendre la décision la plus respectueuse et la moins radicale possible.

"Mais une puissance telle que celle de créer Doosmday encore et encore, supprimant purement et simplement l'identité des hommes, femmes et enfants éventuellement convertis... J'aurais cherché inlassablement une solution. C'est le choix que j'ai fait pour protéger Jimmy, le monde, et pour être préparé face à de nouvelles menaces impliquant ce virus d'apocalypse."

Parler, parler encore. Il s'agissait non pas comme face à un vilain de gagner du temps, mais bien d'expliquer à son ami pourquoi ils en arrivaient là. Pourquoi Bruce ne pouvait pas laisser passer ça sans essayer désespérément de sauver leur amitié, luttant contre sa propre colère mais certainement pas son ego... sauf que si. Ils avaient échoué. En tant que force pour le bien, en tant que frères, en tant que compagnons d'armes et héros garants d'une politique de sauvegarde de petits humains.

"Quels que soient nos masques, Superman. Nous avons une responsabilité publique. Notre pouvoir est là mais si nous devions être affectés dans notre jugement et rendus dangereux... "

Sa voix sauta comme un vieux lecteur de disques. Il était particulièrement affecté et tout ce à quoi il était forcé de songer et envisager à cause de l'affaire du virus des clones de Jimmy Olsen le renvoyait à des images de mort et de terreur.

"... C'est ton cas, Superman. Ton protectorat envers Metropolis devient mon affaire si tu prends des actions aussi peu réfléchies que de privilégier la vie de ton ami à la perspective de le protéger lui et le monde par la patience et la recherche."

Il songea à STAR Labs, mais aussi aux dérives de l'ARGUS et du DEO. La science faisait peur, et ceux qui la maniaient. Le coeur humain de garçon de ferme de Clark devait le divertir de la vérité, l'effrayer pour son ami proche au lieu de lui inspirer la confiance envers l'as de l'invention et de la déduction que pouvait être Batman aux commandes d'une recherche scientifique pour sauver Jim et le monde d'une pandémie apocalyptique et de la mort certaine. Mais il pensa aux pertes que Kal et lui-même avaient vécues. Comme pour les criminels qu'ils se contentaient d'arrêter, la mort ne semblait pas une réponse possible. Pourtant, il la souhaitait si cela signifiait éviter de devenir la cause instoppable d'injustice et de destruction. Ou sinon la mort, la mise en échec. Mais à l'instar des pouvoirs de Superman, il croyait tellement à la puissance de son intelligence que même la captivité ne suffirait pas à le retenir s'il devait perdre sa lucidité humaine.

"C'est pour ça que j'ai rejoint la Ligue de Justice. Je leur fais confiance pour prendre la bonne décision si ma lucidité devenait altérée au point de risquer la sauvegarde même de nos concitoyens."

"Si tu n'es pas capable de voir au-delà du lien de l'amitié pour reconnaître les bonnes décisions... Tu as voulu sauver un ami, tu en perds un. Tu n'es pas l'ami dont j'ai besoin, Superman. Tu es un balourd indigne de son pouvoir. Si tu n'es pas prêt à sacrifier ton affection... pour... le plus grand bien..."

Alors, il fallait mettre fin à Superman. Mettre fin à ce superman, perdu, délirant, prêt à goudronner l'autoroute de l'Enfer avec la fournaise de ses bonnes intentions. Peut-être qu'alors renaîtrait un Superman plus digne. Mais là n'était pas le temps de l'espoir. C'était le moment des actions désespérées et vides de sens pour répondre à la pure absurdité du kryptonien américain.

"Prouve-le, Super héros. Prouve que ça valait... le... coup..."

Voilà, il sentait le virus se répandre dans son organisme. Il n'était peut-être pas un porteur aussi efficient que pouvait l'être Jimmy Olsen. Ce qu'il n'était certainement pas, il l'avait testé, c'était : un porteur sain.

"D-D-D..."

Il sentait sa gorge se déchirer, brûlante. Son corps entier semblait s'user jusqu'à l'explosion, sa peau craquer comme s'il allait exposer ses chairs à l'air libre et assassin de la ville polluée dont il avait l'impression de sentir les affres sur la chrysalide éclatée que devenait son corps.

"DOOMSDAY KILL SUPERMAN."

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 1 Mai 2016 - 14:43
Je dois avouer que je ne m'attendais pas à cette longue tirade. Batman n'était pas connu pour ses longues tirades. Bruce Wayne peut- être, dans les moments où il devait se montrer différent de ce qu'il est vraiment. Mais pas à un tel degré , et en même temps, la profondeur de ses paroles ne pouvaient me tromper sur la nature même de mon interlocuteur, c'était Batman tout craché.

"Bruce, tu devrais vraiment..."

Tentai- je après avoir jeté un coup d'oeil sur les corps des clones en train de tomber en décrépitude à une vitesse extrême, après sa première pause. Mais il continua, sans se démener, me forçant à me taire, avec une force qui surpassait visiblement le surhumain. La conclusion fut des plus dramatiques, son esprit et son corps étaient sans aucun doute empoisonnés. Pourtant, je ne pouvais m'empêcher d'imaginer qu'une part de lui était encore là, m'observant pour savoir comment je devais réagir, avec son oeil sévère habituel, malgré la dernière réplique qui ne laisserait à aucune autre personne espoir de ce qu'il restait de l'ancien Bruce en ce moment. Je pouvais me targuer d'être la personne qui le comprenait le mieux, qui le connaissais assez pour savoir que son esprit -pour ne pas dire sa nature obstinée- était bien plus fort que n'importe quel virus. Ce fut donc presque naturellement que je lui répondis:

"Ce n'est pas aussi simple..."

Je reculai brusquement pour éviter un bond d'attaquer, le laissant chuter sur le sol qui se détruisit sous son poids.

"Ce que je n'approuverai jamais chez toi, c'est cette manière que tu as de catégoriser les gens en menaces et... Les autres."

Nous finîmes par sortir des locaux, détruisant quelques murs du bâtiment au passage, moi essayant de lui échapper tout en continuant de parler, lui dans les attaques à répétition. S'il y avait bien une chose que jamais un Doomsday n'aurait c'était la super vitesse. Tant que je resterais dans la défensive et l'esquive, il n'avait aucune chance de m'avoir.

"Ce n'est pas de sa faute, Jimmy ne méritait pas ce traitement, il méritait bien mieux."

Connaissant la résistance physique de Doomsday, j'utilisai ma vision thermique à haute intensité pour le garder à distance de certaines structures contenant des civils. Mes arrêts me rendaient vulnérables à ses attaques, mais c'était le meilleur moyen de les protéger. Ce fut aussi pour cette raison que j'avais affrontement directement le premier Doomsday.

"Tu as agit agressivement, à la va vite, comme tu le fais toujours quand tu dois "nettoyer". Tu n'as pas cherché une seule seconde à mesurer toutes les autres éventualités, tu l'avais déjà condamné."

Une fois dans un endroit relativement désert, les gens comprenant qu'il ne vaut mieux pas rester dans les parages avec ce cauchemar ambulant à ma poursuite, je m'arrêtai enfin et posai pieds au sol.

"Je suis désolé Bruce, je ne suis pas comme toi. Je ne suis pas... Aussi fort que toi. Je ne peux pas sacrifier un innocent pour en sauver d'autres, c'est contre tout ce contre quoi je me bats. Je vais plutôt tous les sauver, toi y compris."

J'allai enfin à sa rencontre à super vitesse et le heurtai à pleine puissance, générant une onde de choc qui fit vibrer les structures autour. Nos forces étaient égales, mais ma vitesse me donna l'avantage nécessaire pour gagner cette confrontation brutale. La suite s'enchaîna très vite, je le molestais avec hargne, bien qu'il ne fut pas en reste. Il y avait sûrement un moyen de mettre fin à cette histoire, sans tuer, que ce soit lui ou moi. Il ne me restait plus qu'à trouver quoi, mais avant, je devais faire diversion, lui donner le change, jusqu'à ce qu'une idée lumineuse me traverse l'esprit, comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 1 Mai 2016 - 20:44
La créature était une machine de guerre, une oeuvre génétique destinée à abattre le jugement dernier sur les kryptoniens, quels que soient les rayons solaires qui les baigneraient. Elle ne pensait pas, elle calculait, prévoyait, adaptait, anticipait. Evidemment on ne pouvait prêter à Doomsday la possession d'un quelconque arsenal ou équipement : il était l'arme, arme qu'il maniait avec autant d'efficacité que de force brute. Mené par les assauts de rayons thermiques de l'ange de Metropolis, acculé puis repoussé, éloignant leur lutte brutale et indescriptible des populations civiles, il n'épargnait pourtant aucune destruction matérielle, quoique inutiles elles prouvaient bien son point, qui était : détruire. Tout concernant la bête paraissait simple à comprendre, et pourtant elle calculait ses coups et ses assauts. Néanmoins face à un maître tel que Superman, la créature à peine éveillée et manquant de l'expérience fabriquée à la longue par les Doomsdays, était assez facile à faire tourner en bourrique, au prix de glorieux et coûteux efforts par l'homme d'acier.

Batman voyait le combat, à travers les yeux et les nerfs senseurs du monstre qu'il était devenu. Il entendait les paroles du Kryptonien qui lui étaient destinées, et découvrait même de nouvelles armes analytiques qui en décryptaient la fréquence en temps réel de son discours. Il était aux premières loges pour vivre le processus de recréation de Doomsday par le virus, mais il courait le risque que Doomsday accède à la mémoire et aux talents de la chauve-souris ; et cela, Superman devait le savoir aussi. Batman comptait là-dessus pour prouver son point au justicier venu d'ailleurs. Il espérait que Superman pourrait trouver un issue à cette situation, qu'ils apprendraient tous deux quelque chose et pourraient continuer de travailler ensemble.

Un monde où l'ange de Metropolis et le chevalier noir de Gotham vivaient dans une aigreur et une méfiance mutuelle n'était pas viable aux yeux de Bruce, dont la conscience continuait d'embrasser les protocoles de l'arme vivante Doomsday.

Mise à terre par la charge violente du héros volant, la créature analysa les armes à sa disposition, celles du Batman. Le costume était certes explosé, mais les restes d'une cape et de la ceinture utilitaire demeuraient accrochés par quelques fils à la résistance de pointe à son immense stature. Il identifia le grappin, qu'il empoigna et manipula avec une étonnante dextérité. Il le déploya dans la direction qu'il croyait être celle de Kent, afin de l'enserrer dans un ligotage du filin conçu pour son hyper-densité et sa résistance. Puis il se releva, bondissant en direction du fermier du Kansas, prêt à abattre ses énormes poings rugueux sur les omoplates de l'alien américain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 2 Mai 2016 - 18:21
La créature profita d'une ouverture pour m'emprisonner dans un filin assez résistant pour me donner du fil à retordre, sans mauvais jeu de mot. Pourtant, ce n'était pas assez. A force d'essayer, je fus sur le point de détruire l'entrave et encaisser le coup avec mes bras. Ce n'était pas la première fois qu'on tentait de limiter mes mouvements avec des liens supposés indestructibles, je finissais toujours par les surpasser. Seulement, cette fois, une faiblesse soudaine me fit me libérer une demi- seconde trop tard. Le filin tomba en pièce sur le sol, sauf que je ne pouvais plus me protéger de l'attaque: mes omoplates encaissèrent le choc, craquant sous le choc, m'écrasant au sol avec une telle violence qu'il se brisa en plusieurs morceaux qui s'éparpillèrent autour de moi. Je lâchai une plainte, me relevai rapidement et m'éloignai dans les airs pour reprendre contenance. La faiblesse n'était que passagère, mais il présageait de ce que je redoutais depuis le début de ce combat, à savoir que le virus faisait effet sur moi. La chaire des clones se décomposant à très grande vitesse, je ne fus pas épargné. Au lieu de me changer en monstre, il empoisonnait me tuait à petit feu, comme l'avait prévu Morgan Edge. Je n'avais plus beaucoup de temps avant que ma santé ne se dégrade en continue.

"... Je l'ai trouvé. Mais..."

C'était Steel, il me recontactait par communicateur. En effet, à mon retour de Gotham, j'avais présumé , après avoir deviné -avec un peu d'aide- qui était derrière le deuxième enlèvement de Jimmy, qu'il serait emprisonné dans le bâtiment administratif de Edge, je m'y étais alors rendu personnellement. Mais je n'avais pas écarté la possibilité qu'il soit dans l'une de ses propriétés privées. J'avais alors envoyé Steel vérifier chacune d'elle, par acquis de conscience, me doutant que le riche criminel ne me révélerait pas spontanément où serait caché mon ami, s'il ne se trouvait pas au siège de son entreprise.

"... Il semble que l'appartement contienne des vaccins.
- Edge a dit s'être immunisé contre le virus Doomsday, on sait maintenant comment. Tant qu'il recevait des injections régulières, il n'avait rien à craindre."

Je me propulsai vers Doomsday avant qu'il ne le fasse, les poings tendus, pour les écraser contre son visage.

"Je crois pouvoir fabriquer un antidote, à partir de ces substances."

Je reculai après mon coup, évitant une éventuelle contre- attaque.

"J'en aurais bien besoin, ce sera prêt dans combien de temps?
- Les chimistes de Edge ont fait le plus gros boulot et il y a du matériel ici, ça devrait me prendre une demi- heure, pour une seule dose.
- J'ai pas autant de temps."

Ce n'est pas que je ne pensais pas tenir aussi longtemps face à mon pire ennemi, possédant le corps de mon meilleur ami. C'était plutôt le virus qui parcourait mes veines qui me terrasserait bien avant le temps qu'il me donnait. En outre, d'après ce que j'avais compris, il n'y aurait pas assez de dose pour moi. Je ne m'en inquiétais pas, tant que Batman était sauvé, je ne redoutais pas la mort ou quoi que ce soit d'autre. Je lui avais promis de sauver tout le monde, lui y compris, je devais respecter ma parole.

"Quinze minutes avec un procédé accéléré, Superman. Mais je ne garantis pas le résultat et je risque de me rater durant la fabrication, une deuxième tentative me prendrait au moins une heure...
- Alors, ne te rate pas Steel, c'est important. Terminé."

Je revins à la charge, cette fois sans prévoir de reculer une seule seconde,. J'abattais mes poings sur la créature comme une pluie diluvienne de comètes. Il fallait que je l'occupe un quart d'heure. Au bout de cinq bonnes minutes à donner des coups et en recevoir, je sentais déjà la fièvre monter, mes attaques se faisaient moins intenses, mes gestes moins précis. Contre une créature enragée, à peine capable de penser par elle- même, ce fut moins compliqué de continuer tout de même à donner le change sans devenir un véritable punching ball. Durant quelques minutes tout du moins. Mes défenses immunitaires tombaient les unes après les autres, et je me retrouvais à lutter pour reprendre mon souffle, voyant le coup venir sans pouvoir le repousser. Je m'éclatai contre une voiture, avant de m'être rendu compte de la douleur à mon visage, là où la créature m'avait frappé. J'atteignais mes limites, mais me relevai pour me préparer à encaisser la prochaine attaque. L'image de mon adversaire se distordait sous mes yeux épuisé, de la sueur coulait de mon visage. Ce virus était très efficace.

"Steel...
- Encore cinq minutes, Superman!"

Je serrai les dents...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 2 Mai 2016 - 19:04
Superman assénait coup sur coup à la créature nommée en dialecte Kryptonien ce que les anglophones ont traduit par Doomsday ; un incroyable béhémoth capable d'encaisser et de s'adapter à toutes les contraintes pour surmonter et tuer les êtres de chair. La ceinture de gadgets de Batman éclata sous les coups du héros de Metropolis, exposant à la vue du monstre et à ses nombreux sens, la fameuse bague de Kryptonite. D'abord craintif face à ses radiations, le goliath se baissa pour enfoncer les bague dans ses plaies. La douleur était déchirante, pire encore que celle vécue par Bruce lors de la métamorphose.

Il encaissa les chocs, en position de défense. Il avait besoin d'un avantage, d'une nouvelle adaptation pour vaincre le Kryptonien sous un soleil jaune. Les scientifiques de Krypton avaient découvert le Kryptonium, une version stabilisée de l'isotope connu sur Terre sous le nom de Kryptonite. Mais Doomsday n'était pas un scientifique, il était une bête qu'on avait gardée en cage pendant des millénaires. En embrassant le douloureux pouvoir de la pierre radioactive, il comptait sur l'intuition que lui avait donné l'esprit de Bruce, trop proche du sien pour ne pas trahir ses pensées à la vue de la babiole.

Il stoppa Superman dans un coup de poing. Doomsday s'améliorait pour survivre à tout. La force surhumaine n'était pas des plus difficiles en termes d'adaptation. Il voyait son adversaire au sol, son armure cérémoniale déchirée. Luttant contre la douleur des radiations, il finit par les rendre supportables, les incorporer à son set d'améliorations. Ce qui lui tient lieu d'organisme peut surmonter toutes les menaces, tous les dangers à son intégrité. Même...

"Superman... Je... Doomsday... Peut surmonter... Le virus..."

Depuis tout ce temps, Batman guettait. Il guettait son moment, celui où les protocoles d'adaptation de Doomsday seraient accessibles à sa psyché à l'intérieur du monstre, celui où le monstre serait affaibli. La Kryptonite avait fait l'affaire dans les deux cas, grâce à l'opposition violente d'un Superman qui se déchaînait en désespoir de cause.

"Mm..."

Le colosse de Metropolis devrait ponctionner les cellules de Doomsday au moment exact où ses cellules seraient à mi-chemin entre sa physiologie d'origine évolutive Kryptonienne et celle humanoïde d'un Batman ayant définitivement vaincu le virus grâce aux capacités même d'adaptation de survie de la créature.

"Maintenant!!"

Bruce frappa de tout son corps grotesque, redevenant progressivement humain, avec encore la force de la créature. De nombreux éclats d'os de la créature tueuse de kryptoniens volèrent en lambeaux, selon un angle calculé par le Batman pour être figées par le super-souffle de Kal-El.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 3 Mai 2016 - 19:58
Voilà que la créature utilisait la kryptonite, utilisant ses radiations pour m'affaiblir encore plus que je ne l'étais déjà par la faute du virus. Je fus alors incapable de l'atteindre à nouveau, Doomsday stoppa mon poing d'un geste et me regarda poser le genou au sol, sur le point de perdre conscience. Steel assura par communicateur avoir fini, il arrivait bientôt. Attendant le coup de grâce qui ne devait pas tarder à venir, il était surprenant que mon adversaire tarde tant à l'assener. Pour tout dire, il se mit plutôt à parler, difficilement, et je sus que c'était les mots de Batman. Il était bel et bien encore là, la conscience bestiale de Doomsday se superposait seulement à la sienne, sans la faire totalement disparaître. La modification physique commença rapidement, c'était plutôt effrayant à voir, et en même temps, soulageant. Batman n'était pas homme à abandonner aussi facilement son être, que ce soit son corps ou son esprit. Il était rassurant de le constater à nouveau, au moment même où la peau craquelée de Doomsday explosait pour révéler la véritable personne derrière.

Dès le signal du justicier noir, j'inspirai à plein poumon, avant de souffler sur les débris expulsés pour les figer dans la glace, avant qu'ils ne retombent en plusieurs blocs au sol. Normalement, je n'aurais pas eu besoin de reprendre mon souffle avant de le déchainer, mais mon affaiblissement me forçait à utiliser mes capacités à leur maximum à chaque fois. Je me relevai pour poser la main sur l'épaule de Bruce, avec un sourire faible.

"Étrangement, tu me rappelles Jonas sortant du ventre de la baleine la plus laide de tous les temps, ça v..."

Mes genoux heurtèrent finalement le sol brutalement avant que je ne pose ma question, alors que Steel se posait non loin de nous. Il salua Batman d'un air dubitatif, avant de venir me soutenir.

"J'ai l'antidote, Superman. Je vais te l'administrer."

Il plaça un masque à oxygène contre mon visage, avant de libérer un gaz depuis une bombonne miniature.

"Inspire profondément. Un sérum aurait été plus efficace, mais ce gaz était prévu pour Doomsday... Je n'imaginais pas une seconde pouvoir percer sa carapace. Vue ta faiblesse, ça aurait sûrement suffit, hein Big Blue?"

Plus j'inspirais, mieux je me sentais, ma fièvre retombait.

"Les symptômes les plus forts vont rapidement disparaître, tu ne seras toutefois guéris totalement que dans quelques jours, avec beaucoup de repos."

Je remerciai Steel, avant de me tourner vers Bruce, le masque couvrant toujours ma bouche et mes narines.

"Merci à toi aussi. Je..."

Il n'y avait rien à ajouter, aucun de nous n'était désolé et le dire serait un mensonge. Ou plutôt on l'était, mais pas pour les raisons qu'on voulait chacun entendre. Notre relation avait pris un grand coup ce soir, notre lien à la limite de la déchirure. Mais tout comme ma maladie, le temps devrait sans doute le réparer et nous donner l'occasion de le renforcer. La meilleur chose que l'on pourrait tirer de cette aventure serait une compréhension mutuelle accrue et une leçon à retenir pour l'avenir. Nos affrontements n'avaient rien donné de bon, nous avions mis plus d'une personne ne danger, en croyant tous les protéger. Une seule erreur de notre part, à cause de nos égos, et nous aurions eu une véritable apocalypse sur Terre. Pourtant, nous l'avions évitée, de peu, car nous avions gardé en tête nos véritables motivations: faire ce qui était juste. Et donc, peu importe qui avait tort et qui avait raison, ce n'était pas quelque chose à déterminer. Nous devions être au- dessus de cette préoccupation, au-dessus de nos fautes passées. Nous devions chercher le meilleur de nous- mêmes, tant que nous voulions le meilleur pour le monde. Je voyais le meilleur chez Bruce, depuis toujours, et lui- même en faisait de même pour moi. Mais ce soir, nous avions montré à quel point nous continuions de redouter le pire de l'autre, alimentant une méfiance qui n'avait fait que s'exposer aux yeux de tous. L'avenir nous dira à quel point cette vision en était affectée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 5 Mai 2016 - 14:58
Lorsqu'un Clark affaibli reposa les yeux sur l'endroit où se trouvait Bruce, celui-ci n'y était plus.

"Penny-One, préparez un bon lit et un monitoring intensif pour les 72 heures à venir. Activez le protocole Nid et adaptez les shifts et les patrouilles. J'ai besoin... d'un gros somme."

Batman s'assoupit dans le brancard aéroporté tandis que le drone qui en soutenait le poids et ajustait les forces en fonction du vent s'engouffra dans la trappe du bat-plane. Ses rêves seraient agités, à l'image de son organisme qui luttait pour détruire les traces du virus Doomsday. Il songea à Superman et Steel qui travaillaient parfaitement en adéquation. De la même manière qu'il pouvait travailler de son côté avec Alfred ou avec Luke, se conforta-t-il. Ils avaient chacun leur famille, leur équipe. L'homme d'acier et le chevalier noir n'étaient ni des frères, ni des camarades. Ils faisaient partie d'une alliance pour le bien de tous, et cette alliance s'était avérée plus malaisée qu'ils n'avaient pu le croire. Qu'à cela ne tienne.

"Préparez une dose de gaz phobique et une stimulation hypno-endocrinienne. Il n'y a pas de raison que mon sommeil ne soit mis à bon usage. Programmes DKR, KC, INJ et CSA."

Quelle que soit sa résolution à faire contre mauvaise fortune, Bruce devait faire ce qui l'avait défini depuis cette nuit dans une allée : surmonter le trauma pour devenir plus fort, plus adapté ; pour survivre. Il avait perdu un ami, leurs égos s'étaient affrontés, il devait devenir plus fort que sa perte de confiance en l'amitié avec Superman. Il devait comprendre et pardonner, il devait lutter et vaincre, il devait surpasser et accepter. Il était... Doomsday? Non, il était le Batman.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[OVER]Batman VS Superman [PV: y a vraiment besoin de préciser?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Batman v superman : Dawn of Justice
» BATMAN vs SUPERMAN - DAWN OF JUSTICE
» Batman v superman : Dawn of Justice
» BATMAN VS SUPERMAN : L'AUBE DE LA JUSTICE
» Batman V Superman : Dawn of justice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis-