[Outlaws]Hurry up ! Zombie's Clash ![PV Maggie Sawyer] (Terminé)

Invité

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2016 - 10:20

J'étudiais les propos de chacun. Maggie était telle ce que les humains appelait la réincarnation d'un Samouraï ? Ces guerriers Japonais prêts à mourir pour leur Shogun ? J'en ressentais les prémices. Sa manière de parler et de réagir face au danger. Pourquoi faisait-elle cela ? Qu'avait-elle à protéger. Les humains étaient pourtant si égocentriques et ne pensaient qu'à leur propre personne, allant jusqu'à mettre leurs intérêts personnel en avant, cela pour écraser les autres et remplir le vide incommensurable de leur concrétisation physique ou morale. Etrange humanité. Maggie ne pouvait pas agir ainsi. Mon système se perdait dans de futiles contradictions. Elle avait des raisons qui m'empêchait d'obtenir des résultats cohérents et allant pour le mieux, dans des directions proches, mais non moins parallèles. Mes membres se figèrent tandis que la salle se vidait, dans un dernier mouvement je fini par me téléporter en plein centre ville. A quelques mètres seulement d'une foule déchainée et dont la rage ne cessait d'augmenter.

D'après mes capteurs, la colère provenait d'une augmentation de la chaleur corporelle, de spasmes faciaux et de cris tous plus gutturaux les uns que les autres. Ainsi, ces hommes et ces femmes n'étaient pas propres à un raisonnement cordial, la folie de leurs yeux, ainsi que la colère constante, ne me laissait que d'autre choix de les empêcher d'avancer plus. Toutefois, aucuns morts ne pouvait être accepté. Aucuns dommages collatéraux. Mon scanner détecta plusieurs centaines de mètres de câbles électriques et informatiques passant sous mes pieds. Aussi, j'avisais avec calme un panneau de contrôle des feu de signalisations non loin de moi.

Leurs cris, tout autant que leurs insultes montaient en tons alors qu'ils se rapprochaient encore et toujours du GCPD. La vitesse n,'aurait pas été un soucis, mais les ordres de Maggie furent précis, pas de massacre. Cela étant, nous n'étions pas la ligue de justice, nous pensions aux civils, aucune destruction pouvant, de près ou de loin, ravager une ville telle que Gotham. Aucuns dégâts collatéraux sur les pertes civiles n'était autorisées. Mais doigts pénétrèrent dans le tableau et j'infiltrais le système informatique de Gotham City. Partout autour d'eux, sur les écrans géants qui, malgré les chocs qu'ils avaient reçu, les Gothamites verraient mon visage s'afficher. Du sol sortir plusieurs câbles d'acier et d'informations qui, à la manière d'un serpent se déplaçant sur un sable brûlant, les forceraient à reculer.


- Habitants de Gotham City, vous ne pouvez avancer plus. Veuillez rentrer chez vous dans le calme et le respect de vos pairs. Le GCPD a entendu vos plaintes, et il s'occupera de tout.

Cyborg m'avait dit un jour que j'étais presque trop naïve dans mes propos, les humains moyens, poussées dans leurs derniers retranchements, n'agissaient plus avec réflexion, mais sous le coup de leurs pulsions. Toutefois, je n'avais pas le droit de les blesser, et encore moins de les renvoyez chez eux par la force. Levant ma main gauche, je fis apparaître l'hologramme de Maggie et le mis à lui parler.

- La foule est actuellement contenue derrière les câbles informatiques de Gotham City. Quels sont les ordres suivant Maggie ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Mar 2016 - 19:50
Il faut bien le reconnaitre : elle sait y faire, la Indigo. Moi je trouve ça impressionnant, perso, tous ces câbles comme autant de serpents métalliques sortis des entrailles de la terre… Je suis loin d’être du genre peureuse mais je vous garantis que j’aurais hésité. Je sais très bien que parmi ces abrutis, il y en a qui seront assez cons pour tenter quelque chose de prodigieusement idiot et c’est justement pour cette raison que notre boulot est parfois inutilement compliqué. De vous à moi? Si quelqu’un est trop con pour vivre, j’appelle ça la sélection naturelle. Tout simplement. Le problème c’est qu’à Washington, ils n’aiment pas la sélection naturelle. C’est mauvais pour les votes électoraux ça, les morts civiles, à ce qu’on m’a dit. Donc… On peut blâmer les Outlaws mais pas la Justice League, responsable de ce bordel. Magnifique.

Pour commander tant aux forces de police qu’aux Outlaws, j’avais décidé d’aller là où j’aurais la meilleure vue d’ensemble : dans un dirigeable de la police de Gotham. Kate était partie en laissant son communicateur sur la table et bien entendu, mon adolescente de fille avait décidé de partir sur les traces de la maman qu’elle avait adoptée. Je me chargerai personnellement de leur hurler dessus plus tard. Et je vous garantis que transférer un poste de commandement mobile dans un dirigeable, c’est du sport. Mais au moins, de là-haut, j’ai une vue d’ensemble sur une bonne partie de ce foutoir. Ce que je ne pouvais avoir depuis le QG secondaire des Outlaws. Les satellites c’est bien mais… Là c’est trop le bordel pour vraiment savoir ce qui se passe derrière la fumée et le reste. Et je ne vais pas utiliser un satellite militaire : ce serait un peu abuser du système.

Bon on me dira que j’abuse constamment du système mais ce sont là de vulgaires détails. Là dans le moment, comme je l’ai expliqué, j’essaie de régler un beau bordel avec le moins de ressources possibles « empruntées » de l’extérieur. Je conserve mes faveurs. Et avec les projecteurs du dirigeable braqué sur la foule, ça va peut-être les inciter à reculer aussi : rares sont ceux qui veulent vraiment être au centre de l’attention. Raisonnons logiquement : si l’émeute échoue, tous les visages identifiés par le GCPD seront arrêtés pour trouble de l’ordre public, vandalisme, etc. Donc, entre la démonstration d’Indigo et l’effet dissuasif d’une attention non désirée, on devrait arriver à quelque chose. Devrait étant bien sûr le terme clé. Et je ne suis pas fan que ce soit la tête d’Indigo sur les écrans pour deux raisons qui s’expliquent très simplement en fait. Un imbécile s’y retrouverait.

La première, techniquement, elle est affiliée aux Titans et ils vont poser des questions sur sa présence à Gotham, ou risquent d’en poser. La seconde… Indigo n’est pas, comment dire, ce qu’il y a de plus normal comme apparence. Cela pourrait causer des problèmes. En tout cas, une petite partie des émeutiers décide discrètement de rompre les rangs. Sans doute s’attendaient-ils à se pointer devant le QG de la police sans avoir été trop remarqués. Avec tant de problèmes à contenir en même temps, c’est un raisonnement à peu près logique. Les trouillards partis, il reste les modérés et les radicaux. Bon allez Maggie. Essaie de faire un discours convaincant qui ne finisse pas par « rentrez chez vous ou je vous botte le cul un après l’autre ». Ça va être horriblement dur. Je suis le bulldozer, pas le camion de crème glacée avec son jingle hypnotisant! Je mangerais bien une crème glacée… MAGGIE!


« Bon, on se la ferme et on écoute. Ici le commissaire Sawyer. Le QG du GCPD a été reconstruit comme une forteresse. Traduction, vous ne réussirez pas à entrer. Je comprends que le coup de cochon de la mairie vous emmerde au plus haut point et que vous êtes en beau pétard après la Justice League mais sérieusement, tout casser va VOUS coûter plus cher en taxes. Alors pour la santé de votre portefeuille, on arrête les conneries et on rentre chez soi. Maintenant! »

Hum… C’est moins pire que je ne le pensais. Bravo Maggie.

« Sawyer à Indigo: tiens toi prête à assommer avec les moyens du bord le chef des radicaux qui va sûrement tenter de galvaniser ses troupes. Discrètement hein. C'est un ordre.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 11 Mar 2016 - 14:03

Je me devais de rester calme et stoïque, et ce, quoiqu'il puisse arriver. Mon Créateur en me donnant vie avait ajouté à mon système de réflexion cybernétique la possibilité de comprendre et d'expliquer certains sentiments. Les ressentir ne m'étais pourtant impossible. Cela étant, j'arrivais à leur donner un sens, et mon corps pouvait en faire des représentations presque humaines. La majorité des gens qui marchaient encore dans la direction du GCPD s'était arrêtés devant les câbles. Ces serpent de fer et d'informations serait dans la capacité de retenir une masse compacte durant quelques heures. Toutefois, l'exactitude de mes propos ne pouvait être donnée actuellement. Trop de données se devaient d'êtres traitées avant d'obtenir une réponse convenable et parfaitement juste. Alors que mon visage brillait sur les écrans, la fumée qui montaient des flammes léchant les restes d'un immeuble à proximité, empêchait les hélicoptères du GCPD de faire leur travail correctement.

Soudain, plusieurs faisceaux lumineux traversèrent l'opacité grisâtre et firent reculer une nouvelle poignée de dissidents. Alors que ma main était encore tendue, l'hologramme de Maggie Sawyer apparue une nouvelle fois. Les ordres étaient simples à donner. Mon cortex cérébral étudia toutes les possibilités. Faire le moins de dégâts et empêcher la tentative d'avancée des groupes. Mon regard en perçu plusieurs qui tentaient avec rage de passer par-dessus les câbles. Chose qu'ils regrettèrent rapidement lorsque ces derniers s'écartèrent et, par ordre de mon système se refermèrent sur eux. Sans les écraser, les Gothamites disposait de tout l'oxygène dont ils avaient besoin pour survivre. Seuls les possibilités d'avance furent réduites à néant. Le point numéro un fut, d'une manière très relative, assez simpliste à mettre en œuvre. Quand au second, il en serait quelque peu plus compliqué.


- Je fais une étude de la disposition des meneurs de troupes. Malgré le grand nombre de Gothamites, ces derniers ne sont que deux douzaines. J'ajuste les données afin de les arrêter.

Discrètement, les câbles se virent chargés de mon énergie. De minuscules bulles bleutées remontaient désormais le système électrique de Gotham City. Je voyais très nettement mes dirigeants de l'émeute commencer à contourner les câbles leur bloquant le passage. Utilisant les bâtiments alentours comme moyens de sorties à ce mur d'électricité. Une bulle s'extirpa d'un câble et alors qu'elle flottait nonchalamment dans les airs, percuta un des dirigeant en plein front. A une telle distance, personne n'aurait eu la possibilité de réfléchir à ce fait. Un pavé aurait pu être envoyé, il aurait pu être frappé par un autre dissident. Les possibilités semblaient pratiquement infinies. Mes calculs n'avaient pourtant pas prit une chose en compte. Les informations données par Maggie Sawyer ne me permettant aucunement de considérer qu'une telle chose puisse m'arriver.

- Salut gamine !

Un onde rose me frappa violemment. Mon corps répercuta le choc et je perdis le contrôle des câbles quelques instants. Après avoir reprit mes "esprits", je déposais mon regard sur l'homme qui venait de s'adresser à moi. Etude du sujet terminée, il s'agissait de Roy G. Bivolo, plus connu sous le nom de Rainbow Raider. Pouvoirs connus : projections d'énergie et altération des émotions. J'étais une androïde, mon système ne pouvait être endommagé par ce genre de choses. Pour toute réponses, je détournais totalement mon attention de lui. L'ordre principal de Maggie Sawyer était celui d'arrêter l'avancée des Gothamites vers le GCPD. Aucunement de combattre et, dans toutes possibilités, de vaincre un vilain.

- Maggie, je suis en présence du Raindow Rider. Dois-je procéder à son arrestation, ou simplement le mettre hors d'état de nuire ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 11 Mar 2016 - 14:46
Quel bordel, mais quel bordel… Une chance que j’ai ordonné une révision complète de nos appareils parce qu’avec une fumée pareille, c’est un plan pour transformer un hélicoptère ou un dirigeable en une brique bien trop lourde pour être considérée comme inoffensive. Je me demande si nous avons même les ressources nécessaires pour éteindre ce bordel. Ce n’était pas comme si je pouvais souffler dessus pour l’éteindre, ce brasier! Si c’était si simple, c’est que mon job serait bien trop facile. Et comme la vie est une horrible salope doublée d’une pute, c’est clair qu’il n’y aura rien de simple aujourd’hui. Et quand je pense que si j’étais restée à Star City, jamais je ne me serais farci pareille merde. Metropolis c’était quelque chose aussi mais Gotham? On devrait raser cette ville et repartir de zéro avec une tolérance zéro pour le crime et la corruption, oui! Et je…

Attends mais c’est une blague? D’où il sort cet emmerdeur? Hum… Ce n’est pas un civil… J’ai la furieuse envie d’ordonner à un de mes snipers de lui mettre une balle dans la tête. Ça règlerait le problème de façon expéditive. Quoi que… Si le GCPD ouvre les hostilités, ça pourrait mal passer auprès de ces abrutis du fédéral. Alors, si c’est une super héroïne mercenaire, parce que pour le moment rien ne nous relie Indigo et moi… Ça va mieux passer. Oui. Je sais. Je raisonne comme une politicienne. Mais je m’en fous. En ce moment, j’ai une crise à gérer et en plus de cela il faut que j’essaie de faire en sorte qu’il y ait le moins de retombées possibles sur Washington. Tu parles d’un bordel. Alors croyez-moi. Je DÉTESTE faire ça mais je le ferai. Je vais devoir penser comme les bureaucrates pour sauver le cul de mon équipe. Comment?

ÉVIDEMMENT que je ne fais que cela pour mon équipe! À quoi vous pensiez? Que j’avais des envies de gloire personnelle? Faut vous faire soigner, oui! Je suis une femme ambitieuse, certes. Mais je n’ai pas ce genre d’ambition. L’officier aux communications du dirigeable me fait savoir que le GCFD (Gotham City Fire Department) vient d’envoyer sur notre position un de ses camions pour utiliser les lances à incendies pour disperser la foule au besoin. Tant mieux. Ce ne sera pas de trop. En ce moment, je préfèrerais et de loin être en train d’étrangler le maire de mes propres mains mais que voulez-vous : un poste à haute responsabilité ne vous permet pas forcément de vous amuser. Hélas. Parfois il faut aussi être sérieux. Ce qui n’est pas pour me plaire, vous vous en doutez bien. Entre faire ce que le job impose et ce qui est nécessaire…


« Sawyer à Indigo. Rainbow Rider n’est pas un civil. Je répète. Rainbow Rider n’est pas un civil. Autorisation d’utiliser la force létale. Objectif : empêcher cet individu de troubler l’ordre public. De toi à moi, si tu casses la gueule de cet enfoiré sans effort, tu vas en dissuader quelques-uns de vouloir faire les malins. Si on en fait un spectacle bien… On devrait pouvoir calmer la foule. Enfin. Une partie. »

Maggie Sawyer, tu es une vraie salope. Ce type n’a aucune chance. Indigo est capable de bien plus que ce corps laisse présager. Les gens se disent : c’est une mignonne. Pas de danger. Sauf que la mignonne va casser la gueule en direct de Rainbow Rider sur tous les écrans des environs. Ce sera l’événement sportif de la journée, juste après le lancer des grenades fumigènes. Qui va faire le spectacle de mi-temps? Bonne question. Très bonne question. J’aurais bien dit Janet Jackson mais après le coup du Super Bowl… Vous imaginez, montrer un sein à cette bande de bêtes sauvages… Le nombre de vaisseaux sanguins de cavités nasales explosés… Tout ce sang, ça prendrait un temps fou à nettoyer. Remarquez qu’une perte de sang importante cause la perte de conscience. Est-ce qu’Indigo pourrait faire un strip tease pour neutraliser la foule?

Merde, où est Power Girl quand on en a besoin? C’est hallucinant, elle a une paire tellement énorme que je suis convaincue qu’elle a son propre centre de gravité…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 11 Mar 2016 - 16:26

Je hochais la tête en signe d'acquiescement. Maggie fut très précise. Le Raindow Raider n'était pas un civil. Aucunes pertes civiles autorisés. Il ne l'était pas. Mon système m'accorda le fait que je possédais ainsi le droit, tout autant que le devoir de le mettre hors d'état de nuire. Plusieurs raies de lumières me percutèrent les unes après les autres. Les chocs me firent reculer de quelques pas. Mon corps avait encaissé les dégâts sans trop de soucis. La force de frappe de mon adversaire me paraissait plus que négligeable. Se contentant de glisser sur un arc-en-ciel multicolore, je n'eu aucun mal à m'interposer entre lui et sa prochaine cible : un immeuble en piteux état qui ne tarderait pas à tomber s'il venait à être frappé par une de ses attaques colorées. Une énergie bleutée le frappa en plein thorax. Allongé sur le sol, je me téléportais à lui et revins à mon point de départ en quelques secondes à peine. Tout en le tenant en respect, son crâne enserré dans ma main droite, tandis que la gauche continuait d'agiter les câbles retenant les dissidents, je tendis le bras et présenta le Rainbow Rider aux Gothamites. Ses jambes battaient dans les airs, et malgré les coups qu'ils tentaient vainement de m'envoyer dans le ventre, je ne réagissais pas. En tant qu'androïde, la douleur sous sa forme de sentiments ne pouvait m'atteindre. Père avait fait de moi une "machine de guerre". Préférant le combat à la discussion, j'avais pourtant apprit à utiliser les fondements de l'idéologie diplomatique de certaines philosophies Asiatiques.

- Rainbow Rider, j'ai pour ordre de vous mettre hors d'état de nuire. Vous n'êtes aucunement le bienvenu à Gotham City.

La puissance de mon énergie contenue dans ma main éclata soudainement, le choc électrique assomma le Rider qui perdit conscience. Mettre hors d'état de nuire ne signifiait pas forcément tuer d'après les informations contenues sur l'internet. Un ennemi reste un ennemi. Toutefois, la rédemption peut s'avérer être une option pour un être tel que lui. Mon système m'informa que cet acte avait fait reculer de nombreux civils, et réfléchir certains meneurs. Tombant sur le sol, le corps léthargique du Rider ressemblait à un pantin désarticulé tel qu'ils étaient représentés sur les images et les gravures des siècles passés. Poussé par une volonté de fer, un des meneurs sauta dans ma direction. Son arme ? Une guitare étrangement tranchante qui se retrouva tout simplement arrêtée par mon avant-bras. Je baissais les yeux pour constater que l'arme avait pénétré la chair qui recouvrait mon squelette indestructible.

- Je ne désire pas vous faire de mal. Simplement vous demander de rentrer chez vous dans le calme.

Son visage peint de blanc et de noir me tira la langue. De ce que j'en avais étudié, il s'agissait là d'une manière détournée de me faire part de son manque de volonté à obéir à ma demande. Réaction enfantine et particulièrement déplacée envers mon statut d'Outlaw. Un de mes doigts se tendit et j'appuyais sur son aorte. Révulsés, ses yeux devinrent blanc et il lâcha son arme. Seconde réaction atypique de ma part. Toutes les informations que mon système central contenait m'informais du fait que je devrais tôt ou tard devoir affronter les civils. Plongeant mes deux mains dans le système informatique de Gotham, je déclenchais le plus grand chaos que la ville n'est jamais connu. Partout, s'extirpant de terre, les câbles d'acier, à la manière de tentacules agrippaient les badauds qui continuaient leur avancée. Mon cortex cérébral envoya l'information à Maggie sous formes d'images.

- D'après mes dernières observations, les dissidents se sont réduits des deux tiers Maggie. Que dois-je faire désormais. Le Rainbow Rider fut mit hors d'état de nuire par mes soins, et ne se réveillera que d'ici, approximativement, trois heures, quarante-six minutes et quinze secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 11 Mar 2016 - 17:23
Était-ce possible? Est-ce que pour une fois nous pourrions avoir une operation qui ne finisse pas avec une ambulance et des gens à la morgue? Ce serait inespéré. Et donc hautement suspect. Il y allait forcément y avoir une merde pour venir pourrir davantage ma journée. Ah. Un appel du QG du GCPD. Qu’est-ce que je disais. HEIN?! Des soldats? Une bombe? Kate. C’est forcément Kate. Gotham n’a pas de base militaire, je l’ai déjà dit et le seul officier ou ex officier que je connais et je sais encore plus ou moins impliqué… C’est mon beau-père. Jacob Kane. Et si Jacob est impliqué, Kate l’a envoyé. Ce qui veut dire que Kate est parti tabasser du méchant sans moi. Sans me dire qui. C’est vraiment égoïste de sa part! On aurait pu faire une activité de couple, tabasser du criminel ensemble, c’est tellement romantique! Mais non! Elle y va seule!

Je donne pour consigne à Indigo de rester en alerte, au cas où la foule retrouve un second souffle pendant que j’appelle Jacob. Et il essaie de faire l’innocent! Je l’engueule si fort que je suis convaincu qu’ils m’ont entendu jusqu’à Berlin. Pourquoi Berlin? Parce que c’est la première ville qui m’est venue en tête. Et comme il ne veut pas collaborer, je lui raccroche la ligne au nez avant de me préparer à un autre round de « Maggie hurle dans le téléphone ». J’appelle ma fille. Je sais qu’elle a son téléphone avec elle parce que vous savez, les ados de nos jours… Et elle SAIT que ne pas répondre c’est signer son arrêt de mort. Je peux presque l’entendre décrocher à contrecœur. Je lui dis de mettre le téléphone sur haut-parleur. Elle rechigne. Je hausse le ton. Maintenant Kate peut entendre. Jamie essaie de se justifier en me parlant d’une histoire avec Alice et le lapin blanc…


« Jamie, je vais tuer ton père pour son manque évident à ses devoirs de père. Ensuite, Kate, mon amour, je vais t’étrangler parce que c’est de ta faute si Jamie est partis à ta recherche. Enfin, Jamie, pour avoir menti à ta mère, je te promets de te faire une telle scène que même Alzheimer ne te permettra pas de l’oublier. VOUS ÊTES DEUX IDIOTES! PARTIR SANS RIEN ME DIRE! MERDE À LA FIN!

Kate, au cas où tu aurais oublié… NOUS SOMMES MARIÉES! Tes problèmes sont mes problèmes! Alors tu vas m’arrêter ces conneries de vouloir faire cavalier seul! Je te prive de sexe pour deux semaines! Oh Jamie arrête de faire la prude! Je finis ici et après je viens vous ramasser chacun par une oreille et… C’était quoi ça?! Comment un des moteurs a explosé!? Stabilisez moi ce dirigeable immédiatement ou on va… »


Black out. Je ne me souviens plus trop du reste. Je sais que le dirigeable s’est écrasé. Ça ne peut être qu’un acte de sabotage. Je connais notre matériel et je connais les armes. L’explosion est venue de l’intérieur. Pas de l’extérieur. Merde. Déjà que j’étais blessée, je ne me sens guère mieux. C’est pratiquement un miracle : tout le monde est en vie. Amoché mais en vie. Mon téléphone est HS mais mon communicateur Outlaw lui est encore fonctionnel. Parfait. Je contacte Indigo en essayant de lui donner des coordonnées précises mais j’ai de la misère à rester consciente alors… Et j’entends des ricanements qui ne laissent rien présager de bon. Quelqu’un vient pour finir le travail. Enfin. Un groupe de quelqu’un. J’espère qu’Indigo va nous trouver et vite sinon il n’y aura plus grand monde à sauver. C’est quoi ce nouveau délire, au juste? Hein?

Parce qu’il faut donner ça à Gotham. Il y aura toujours un nouveau truc pour vous faire dire : mais c’est quoi ce bordel!? Alice et le lapin blanc. Et pourquoi pas Blanche Neige et les sept nains? Ou Cendrillon? Les criminels manquent cruellement d’imagination. Donnez-leur encore quelques années et on va affronter le terrible Coca Cola et son armée de criminels pétillants. Je hais cette ville. Une opération qui se passe bien. UNE. Il me semble que ce n’était pas demander grand-chose. Mais non. Quelqu’un quelque part me hait avec l’énergie du désespoir. Une chance que nous avons fait des progrès avec les dirigeables. Au lieu d’une douzaine de membres d’équipage, comme avant, nous pouvons fonctionner avec la moitié de ce nombre, moi inclus. Ça se protège mieux parce que j’ai l’impression que c’est Indigo qui va se taper le gros du travail. Ah et évidemment… Les ordres sont clairs : tirer pour tuer…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Mar 2016 - 18:26

J'avais réussi à repousser la globalité de la foule. Les câbles mouvants ayant fait leur office, plus personne ne tentait d'approcher le GCPD. Mission accomplie pour ma part. Qu'en était-il pour les autres Outlaws ? Je fouillais les alentours de mon scanner et les détecta non loin de moi. Trois membres à la mairie comme convenue dans leur propre mission. Deux à une centaines de mètres de mon poste, et enfin une unité solide a une distance assez importante. Mes yeux se portaient sur les dégâts collatéraux engendrés par les super-héros et super-vilains lors de leur dernier combat. Au vu de mes calculs, les réparations, tout autant que les pertes humaines étaient innombrables. Outre les pertes matérielles, les vies humaines et animales perdues se comptaient en plusieurs centaines de morts au milles à la ronde. Pourquoi devaient-il perpétuellement offrir une telle violence aux yeux des hommes ? Comment pouvaient-ils se faire appeler des "héros" dans ces conditions ? Aucunes données ne me satisfaisait. Tandis que les civils s'éloignaient de plus en plus, j'entendis une plainte. Un râle animal plus exactement. Hurlant à la mort, un chien s'était retrouvé emprisonné sous les décombres d'un immeuble qui ne tarderait à finir de s'écrouler.

Le temps d'un clignement d'yeux et je me retrouvais à sa portée. D'une main, je repoussais une partie du mur qui l'écrasait, et de l'autre, l'en extirpa en tirant sur son collier. Une autre seconde plus tard, l'immeuble s'écroula. Toutefois, lui et moi, étions déjà à une distance aussi respectable que haute. Les toits de Gotham City semblaient si haut d'en bas, mais paradoxalement, bien bas comparé à d'autres. Etrange réaction, mais facilement explicable par le fait de sa connotation de canidé ; le chien me "sauta au cou" pour me lécher. Il paraissait heureux. Passant ma vision en rayons X, je vérifiais qu'il n'avait rien de cassé. Quelques contusions, presque autant d'hématomes, mais rien de grave. Une caresse après l'autre, l'animal m'accepta comme sa maitresse. Internet m'offrait une source intarissable d'informations sur la manière de traiter un animal. Avec "amour". "Il n'y avait pas de chiens méchants, mais des maîtres stupides". Nombreuses furent les anecdotes de cet acabit.

Son pelage tricolore étudié de près, sa race m'apparue presque immédiatement. Berger Australien. Une race singulièrement plus intelligente que certains humains, rendant autant d'affection à ses maîtres qu'il en reçoit. Malgré le fait que je prenais "plaisir" à m'occuper de lui, j'avais une mission à rendre compte. Alors que je levais la tête pour observer le ciel nuageux, on bruit sourd monta à mes oreilles. Tous les capteurs sonores de mon système se mirent à hurler. Quelque chose venait d'exploser. L'hologramme tremblant de Maggie Sawyer apparu alors dans le creux de ma main. Que faisait-elle allongée sur le sol ? Ses explications furent brèves et ma téléportation à son chevet se fit rapidement. Un dirigeable s'était écrasé et avait emporté la majorité de son équipage dans la mort. Le chien se mit à fouiller les décombres en grattant de ses pattes. Un bip se déclenche alors non loin de moi. Des coups de feu, des hurlements. Mon énergie se condense quelques secondes et une lame bleutée pénètre dans l'interstice de l'habitacle. Ils sont de l'autre côté. Nouvelle téléportation, et j'arrive aux côtés de Maggie. Le chien est resté de l'autre côté, trop dangereux pour un animal.


- Maggie Sawyer, votre état semble s'être aggravé. Pour votre bien-être, une convalescence de plusieurs jours est conseillée.

Une balle siffla au niveau de mon torse, juste entre mon sein et mon bras. Je me tourne. Un groupe armé, tous vêtus de costumes représentant des cartes à jouer se mettent à nous tirer dessus. Je penche la tête sur le côté, étonnée de voir une telle attaque ici. Les réactions sont stériles au moment où, suivant l'ordre de Maggie Sawyer, je me mets à mon tour à répondre à leurs attaques par les miennes. Quelque chose apparaît dans mon système de combat alors que j'enclenche les compétences de combats à mains nues apprises via internet. Erreur système. Voulez-vous forcer la configuration secondaire ? Configuration tertiaire inactive actuellement. Veuillez réessayer ultérieurement. Mon espace interne se représentait comme un chaos de données qui se percutaient les unes contre les autres. Activation de la configuration secondaire, humanisation de la Création nommée Indigo. Dans ma tête, une musique se met alors à jouer. Et, à la manière d'une danseuse mes coups se mettent à pleuvoir sur mes ennemis.


- Let's rock baby !

Emportée par cette étrange musique, mes attaques suivent un rythme effréné. Cela en deviendrait de plus en plus plaisant. Tandis qu'il de mes mollets percute le flanc gauche d'un de mes ennemis, les tirs de barrage des hommes et femmes protégeant Maggie traversent plusieurs fronts, offrant ainsi une fin digne d'une tragédie Grecque à ceux qui avaient tenté de s'en prendre à la Commissaire du GCPD.
Soudain, mon poing s'enfonce dans le visage d'un des assaillants, ressortant de l'autre côté de son crâne aussi facilement que je l'aurais fait dans un mur d'eau. Mes doigts s'ouvrent alors et s'enfoncent dans les orbites de celui qui se trouve derrière lui. Des éclats de sang et de chaire se collent sur ma peau bleutée. Pourquoi est-ce que je réagis de cette manière. Je ressens mon cœur cybernétique augmenter ses pulsations. Serait-ce cela le "goût du combat" dont parlait Bruce Lee ? C'est… Agréable. Il ne reste plus rien autour de nous qu'un tas de cadavres décharnés et ensanglanté. Mon cortex m'envoi d'autres informations. Blocage du système secondaire. Retour au mode androïde.


- Maggie, prenez ma main.

Tiens, pourquoi parlais-je comme un humain ? Je devrais en référer à Cyborg. Lui seul serait capable de me donner des raisons valables à ceci. De plus, dès que j'aurais du temps pour moi, j'étudierais cette "fonction tertiaire inactive". Actuellement, je ne pouvais faire autrement qu'aider la cheffe des Outlaws. Aucuns dégâts matériels, aucunes pertes civiles. Ma mission était accomplie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 14 Mar 2016 - 20:07
Quel merdier mais quel merdier. Un de mes officiers me fait remarquer que quelque chose dépasse de ma poche. Sérieusement? On vient de s’écraser depuis les airs à bord d’un dirigeable de la police qu’un enfoiré a saboté et ce qui lui saute aux yeux c’est un papier dépassant de ma poche. Péniblement, je le récupère avait de reconnaitre ce que c’est. C’est le machin chinois qu’on met dans les biscuits. Je les lis de temps en temps mais lui je n’avais pas eu le temps, c’est pour ça qu’il est dans ma poche. Allez. Quel mal y-a-t-il à lire ce petit texte en attendant les secours? Que!? Ok. C’est officiel. L’univers me hait. Je viens de lire ce qui devrait être la devise de Gotham : Espérer que tout s’arrangera, mais être prêt au pire. Ouais. C’est Gotham en résumé. Merde il commence à faire chaud là-dedans, j’espère qu’Indigo ne tardera pas.

Mourir rôtie comme un poulet, je pense que ce serait la mort la plus ironique de l’univers. On surnomme les flics les poulets alors mourir comme l’un d’entre eux… Non. Il faut rester positive. Indigo va trouver le site du crash et nous sortir de ce merdier. C’est à ça que servent les coéquipiers. Merde, j’ai mal. Je pense que c’est encore une de ces fois où j’ai forcé la note. Kate va me tuer. Mais bon. Je serai sur les antidouleurs alors ce qu’elle va me dire va se faire comprendre à moitié par un cerveau dans le coton. Je hais les médicaments. Je hais devoir aller chez le docteur et je hais devoir être en convalescence. Vous pensez que le GCPD va se gérer tout seul? Les Outlaws? Cette putain de ville? Il faut que je sois là! Comment vous voulez arriver à régler les problèmes sinon? Je sais, je sais, personne n’est indispensable mais me tourner les pouces c’est contre mes principes.

Et parlant d’Indigo, la voilà qui débarque. Je ne m’habituerai jamais totalement à cette androïde. Pas pour ce qu’elle est, non. C’est un membre important de l’équipe et je ne remettrais jamais en cause ses compétences. Mais ce qu’elle est capable de faire? C’est hallucinant! On a essayé un jour de m’expliquer le principe de téléportation, je transfert de masse, la reconstruction moléculaire, tout ça. Laissez-moi vous dire que j’ai compris à moitié et encore. Dans l’absolu, je préfère encore marcher. C’est plus long mais j’arriverai à destination avec tous mes morceaux et c’est ça le plus important. Je n’ai même pas le temps de hurler sur Indigo qui ose suggérer que je me mette en convalescence qu’elle est partit se battre. Et moi là-dedans? Je veux aussi tirer sur les salopards qui ont manqué de me tuer. Je réussi tant bien que mal à me joindre à la fête.

Bon, j’ai été somme toute utile, au final. J’ai quand même abattu trois adversaires et j’espère qu’Indigo aura la présence d’esprit de ne pas révéler que nous travaillons ensemble. Ces policiers sont trop sur l’adrénaline pour suspecter quoi que ce soit mais il ne faut pas QUE compter là-dessus. Prendre des précautions ne fait jamais de tort et… Un chien? Sérieusement? Nous sommes au milieu de l’apocalypse et Indigo trouve que c’est le bon moment pour adopter un animal? Pas d’animal dans la base! C’est une consigne que je ne compte pas changer! Si elle veut le garder, elle s’arrange pour que ce ne soit pas dans une installation des Outlaws, non mais sans blague. Comment ça, mes priorités ne sont pas à la bonne place. Je sais très bien que je saigne, merci! Vous pensez que c’est ma première blessure, peut-être? Ce qu’il ne faut pas entendre…


« Un membre des Titans si loin de St-Roch? Je ne me plaindrai certainement pas d’un coup de main en tout cas. Et en passant, la convalescence c’est pour les faibles. J’ai une ville à sauver, je n’ai pas le temps pour le repos. Je peux encore tenir une arme donc je suis encore utile. En revanche, j’ai perdu du sang donc il va falloir soit recoudre, soit trouver un endroit pour une petite transfusion. Sympa dans ce bordel… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 17 Mar 2016 - 22:00

Plus j'attendais que Maggie me donne la main, plus je comprenais qu'elle ne le ferait pas. Pas de son gré tout du moins. Etrange mentalité que celle des humains, cette arrogance dont ils se targuaient d'avoir non sans être relativement faible physiquement. Je ne pouvais trouver cela plus qu'étrange au demeurant. Peut-être que cette "faiblesse" faisait d'eux des êtres bien plus dangereux que n'importe qui d'autre. Suis-je faible ? Ma question me laissa perplexe quelques instants. Oui je l'étais d'une certaines manière. J'étais une androïde, une Création de mon Père. Les sentiments humains, je les expliquais par des algorithmes tous plus dispendieux les uns que les autres. Malgré tout, il me manquait la compréhension globale de l'effet même des réactions physiques et morales de ces émotions. Voilà que je me perdais à nouveau dans des études scientifiques et analogiques actuellement inutiles. Longue tirade. Surnom étrange. Le fait m'étais acquis pourtant. Les Outlaws étaient un groupe intangible, inconnu, nous devions vivre dans l'ombre. Les yeux de Maggie me firent comprendre, à la manière dont les pupilles se dilataient, que personne ici n'avait connaissance de l'équipe. Rester impassible et ne rien dire. Tel semblait être le mot d'ordre.

- Les Titans ne sont pas seulement actifs sur Saint-Roch Commissaire Sawyer. Il nous arrive de nous déplacer de manière sporadique.

Le fait que Maggie était la Commissaire du GCPD était une information que je tirais de Nightwing. Ce dernier connaissait très bien Gotham et ses environs. Rien qui se déroulait dans les parages ne lui échappait. Batman étant son mentor et le "protecteur" de la cité, il en était pourtant resté un parfait incapable, ne pouvant empêcher de tels combats sanglants, et autant de pertes civiles. Plus mes observations s'étendaient sur le monde de ces hommes et femmes que les humains appelaient des "super-héros", moins leurs actes paraissaient étudiés, réfléchis, protégeant la "veuve et l'orphelin" tel qu'ils étaient décris dans les récits. Mon entrée chez les Titans s'était faite le plus simplement du monde, j'y avait rencontré des gens vraiment agréables. Aussi, grâce à Terra, nous avions entraperçus ce qu'était l'amour. Une étude qui se devrait d'être perdurée lors de nos prochaines rencontres. Aujourd'hui, ma présence se résumait au fait d'être une Titan. Pas une Outlaws. Mes mains se posèrent sur la cuisse de Maggie et mes doigts agiles augmentèrent lentement leur température. L'énergie contenue dans mon corps cautérisa aisément la plaie. La douleur devait être assez supportable pour cette femme à l'arrogance démesurée.

- Vous voilà en pleine récupération de vos moyens. Toutefois, évitez les gestes brusques et inutiles. Des antalgiques de premier ordre peuvent vous aidez à faire passer la douleur.

Voilà, la mission fut un succès. Les principaux civils seraient soit arrêtés pour trouble à l'ordre public, soit renvoyés chez eux. Etonnamment, je ne me sentais pas particulière heureuse de mes actes. Comme si quelque chose manquait à cette histoire. Mon corps vibra durant plusieurs secondes. Plantés à l'exacte point central de mes omoplates, à peine en dessous de ma nuque, deux piques m'avait projeté un puissant courant électrique. Un taser ? Un stungun ? Pris entre mes doigts, je tirais dessus afin de faire parvenir à moi celui, ou même celle qui m'avait tiré dessus. Mon système enclencha presque automatiquement le mode de combat. Au moment où je me retournais, une masse difforme et passablement ignoble aux yeux des humains se rua sur moi, me plaquant au sol. Ses doigts boudinés dont la terminaison se faisait par des lames de métal, écrasaient mon visage. L'arrière de mon crâne s'enfonça dans le sol, faisant éclater le bitume qui l'entourait. Une force de pression d'une approximation de 138kg par cm2. Pas d'approximation. C'était une exactitude. Sans bouger, je m'adressais alors à Maggie. Sa survie, tout autant que celle des policiers du GCPD étaient plus importants.

- Je vous conseille de vous écarter. Aucuns dommages collatéraux n'est autorisé.

Un doigt après l'autre, sa main lâcha sa prise. Sectionnés à la première phalange, à la parfaite jonction entre ces dernières et les métacarpes. A la manière d'un chirurgien en pleine opération, je restais concentrée. Silencieuse, mes jambes se plièrent et me permirent de me relever sans mal. Androïde de métal et de chair, voilà ce que j'étais. Mon Créateur avait fait de moi l'être parfait en tous points. Le taux de chance de survie de mon assaillant n'était plus que de 0.356974%. Très bien. En face de moi, il me regardait, les yeux injectés de sang. Sa masse musculaire nettement plus développé que la moyenne – stéroïdes de synthèse –, deux têtes sur les épaules, une petite et une de taille humaine. Tout portait à croire que le fait que sa main n'ait plus de doigts l'aurait empêché de continuer à m'attaquer. Pourtant, il lui restait encore 4 bras dont chacun était terminé par les même doigts tranchants. Gotham recelait de créatures semblant sortir d'un cauchemar. Certains tests persistaient à vouloir donner à l'homme une vie plus aisée, plus facile ; mais d'autres servaient la guerre et les armes. Ressemblant à l'Hécatonchire de la mythologie Grecque, ce combat pourrait être intéressant pour mes études.

Malgré toute ma volonté à en apprendre plus sur lui, un tir lui parvint en pleine tête et, chancelant sous le choc, s'écrasa au sol dans un fracas assourdissant. "Plus ils sont gros, plus je les aimes" disait un gaulois de bande dessinée. Ma manière de faire semblait déplaire à un des policiers de Gotham qui, alors que je posais mon regard sur lui, il se mit à trembler. Tous ses muscles se raidirent, et il lâcha son arme. Lui faisais-je peur ? Si oui, pour quelles raisons ? Un cri monta jusqu'à mes oreilles. Réprimé par une stupeur qui grandissait chez les policiers, leur envie de tirer disparue. Je tendis machinalement un bras vers l'arrière. Une sphère de plusieurs mètres de hauteur autant que de largeur apparue à l'extrémité de ma main, paume ouverte.


- Les armes à feu son proscrites à Gotham City. Apparemment vous l'ignoriez.

A l'inverse de l'autre géant de muscle, celui-ci était si petit que de loin, j'aurais presque pu le prendre pour un enfant. Mais non, il s'agissait bel et bien d'un adulte dans la force de l'âge. D'ailleurs sa force était telle qu'il pointait sur moi un étrange engin d'un temps révolu. Mes yeux étudièrent alors le canon dirigé dans ma direction. Mon champ de force avait stoppé net le premier tir, mais un second ne tarderait pas à mettre encore un peu plus à mal Gotham. L'analyse terminée, je donnais un nom à cet objet : FIM-92 Stinger. Arme de gros calibre utilisé durant de nombreuses guerres humaines. Son poids était de 15kg environ, et possédait une capacité de 4 missiles. Du dos de la main, je contrais le second tir et envoya le missile dans les airs. Entre la vitesse d'exécution à la sortie du canon, ainsi que ma force cumulée, la lune serait dotée d'un nouveau cratère. Enfin à proximité de l'homme au lance-roquette, je me téléportais derrière lui, et d'un coup sec, ses rotules quittèrent leurs emplacements respectifs. Il chu alors sur le sol, incapable de réagir à mon attaque. Mon cortex m'informa du fait que Maggie et ses acolytes se trouvaient à couvert, et ne risquaient donc plus rien. Je n'étais pas ici pour tuer. Réfléchissant une nouvelle fois aux ordres donnés, il ne fallait aucunes pertes civiles, mais cet homme n'était pas un civil. D'autres informations parvinrent à mon cortex cérébral. Une couverture de Titan. Un Titan ne tue pas répétait perpétuellement Mary Marvel. Ennemis hors d'état de nuire définitivement. Maggie protégée, j'en avais fini avec Gotham. Qu'en était-il des autres Outlaws ? Je "m'inquiétais" ? Je devais rentrer afin de faire une vérification complète de mon système de réflexion auprès de Cyborg. Réfléchir comme un humain, observer et agir comme tel. Etait-ce cela que "l'humanisation" dont mon Père m'avait un jour parlé ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 18 Mar 2016 - 3:01
Bon. Elle est aussi vive d'esprit que je le pensais. Joues le jeu. Fais toi passer pour ce que tu n'es qu'à moitié. Parce que sinon… Je n'ai pas bâti cette équipe pour qu'un détail stupide vienne tout foutre en l'air. L'initiative GCU, c'est le rêve d'une vie. Une unité de lutte contre le crime qui opère en se moquant bien des divisions par ville, district ou état. Personne, non personne ne va venir réduire mon rêve à néant.Le reste de mes officiers gobe ce qui se dit. Pourquoi se méfieraient-ils? Ils me font confiance à 100%. 110% même. Si je leur dis que le ciel est rose, le ciel est rose. Et là en ce moment, avec le choc de l'écrasement du dirigeable, ils sont un peu plus vulnérables à la suggestion. Et avec cette monstruosité qui débarque… Mais c'est quoi ÇA!? Le réflexe de Jones est le bon. En cas de menace, ouvrir le feu sur les éléments hostiles.

Cette pourriture n'est pas un civil, c'est clairement un truc fait pour la guerre donc je n'ai aucun scrupule à ce qu'on le crible de balles. Et je m'en fous qu'un jour cette personne ait été un être humain. Là cette chose essaie de butter un de MES Outlaws et je ne vais pas autoriser ça. Bon.. Il faut dire qu'Indigo est sacrément badass et capable de s'occuper d'elle mais… On ne sait jamais. Moi je ne prends pas de risques. En revanche, un détail attire mon attention. Sur le bras de la bestiole. Comment lequel? On s'en fout! Sur un de ses bras il y a un tatouage. Un valet de trèfle mais le valet porte un masque blanc. C'est quoi cette merde? Ils tatouent leurs bêtes de guerre les psychopathes maintenant? J'aurai tout le temps de me pencher là-dessus à un moment donné. Mais pas là. En ce moment bien que sommairement rafistolée, je ne pète pas la grande forme. Fait chier. Grave.

Mais je ne vais pas me laisser abattre pour autant, c'est moi qui vous le dis. J'ai assez de sang et d'air dans les poumons donc je peux être fonctionnelle. Il va en falloir bien plus pour me mettre sur le cul. Je ne suis pas le bulldozer Sawyer pour rien. Et qu’on ne vienne pas me faire chier en me disant que je vieillis ou je vous jure que je vous exploser la gueule. Je suis une Sawyer et les Sawyer sont faits pour durer TRÈS longtemps. Dans les problème urgents, que reste-t-il? Là il va falloir ramener le corps de ce machin pour l’étudier… Euh non. Pas question d’amener ce machin dans le GCPD. On va amener ça au QG des Outlaws mais pas celui de Newark et pas celui de Gotham. Un qui est bien isolé et… Qui peut bien m’appeler sur le communicateur des Outlaws en plus. De la discrétion non de… Mais c’est la voix de Jamie ça! Qu’est-ce qu’elle raconte? QUOI!?

Apparemment, ma femme a décidé qu’elle était une Sawyer seulement quand ça lui tente. Pourquoi je dis ça? Madame a décidé d’aller faire de l’avion avec pour bagage une bombe. Les communicateurs des Oultaws ont été développés avec la fortune de Kate et le génie d’Indigo. Je n’ai aucune honte à le dire : je suis une ignorante à côté de cette brave machine. Bref. Je trouve la fréquence de Kate parce que j’ai entre mes mains un produit merveilleux et technologiquement avancé et je commence à l’engueuler. Si vous pensez que je vais accepter nonchalamment qu’elle pense pouvoir faire l’idiote sans m’en parler d’abord… Nous sommes un couple. Plus encore, une famille. Et là où un Sawyer va, le reste suit et aide du mieux qu’il peut. Elle va arrêter de faire la Kane ou je jure de… Je trouverai un châtiment absolument terrible et vicieux, bon. Point à la ligne!


« KATHERINE SAWYER KANE! TU VAS FAIRE DEMI-TOUR IMMÉDIATEMENT! OW! OW! OW! Ok. Crier me fait un mal de chien alors imagine que je vocifère. Tu es une Sawyer. Tu fais partie de la famille. Et les Sawyer affrontent leurs problèmes ensemble. Alors avant de faire des idioties tu pourrais au moins me consulter! Y a la reine de cœur de ta Alice qui essaie de me butter, bordel de merde! Avec un putain de mutant! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 20 Mar 2016 - 9:56

Je laissais Maggie se passer les nerfs sur Batwoman. De mon point de vue et d'après les études que j'avais faites sur les relations entre couples humains, la considération prévalait sur la logique. Hurler de cette manière, n'était autre que la manière détournée de faire comprendre à l'autre le besoin que l'on avait d'être à ses côtés. Calculant le taux d'inquiétude qui montait dans la tension vocale de Maggie, je compris avec aisance à quel point elle se trouvait contrariée. Mon communicateur m'avait lui-aussi permit d'entendre le salut du guerrier dont s'était octroyé Batwoman. Nombreux furent les guerriers des temps passés qui, pour permettre à ceux qu'ils aimaient de rester en vie, avaient sacrifiés leurs vies. Samouraïs, Templiers, Chevaliers errants. Puis ce fut la tristesse. Mes détecteurs sentirent un onde de choc arriver jusqu'à nous. Dans un élan de sursaut, je protégeais alors les membres du GCPD d'un mur de protection. Percuté de plein fouet par le vent qui s'engouffra de part et d'autre de nous, il me sembla alors entendre une voix grésiller dans mon communicateur. Une voix rauque, lointaine, faisant acte d'une première mission réussie. Le reste des mots me furent indistinctement compris. Masque. Vengeance. Autre. Puis ce fut le silence.

Tout autour de nous, poursuivant le bruit assourdissant d'une explosion, suivit un silence si pesant, que moi-même je pu en ressentir les effets sur mes détecteurs de présence. Il manquait un Outlaws. Une Outlaws plus précisément. Qu'était-il advenu de Batwoman ? Mes yeux se tournèrent sur Maggie. Impassible. Son langage cinétique décrivait ce que ses yeux se refusait à faire. La souffrance se lisant sur les traits de son visage. Contrainte à se montrer flegmatique devant ses subordonnés, la femme aux cheveux blonds ne dit pas un mot de plus, se contentant de se relever à mon niveau.


- Je vous ramène en lieux sûr Commissaire Sawyer. Il serait préférable que Gotham City ne perde pas un autre de ses protecteurs.

Dans mes paroles, dont elle seule pu comprendre la portée, je faisais alors allusion à la disparition de Batwoman. Pourtant, et ce malgré le fait que je n'étais qu'une androïde, je me dis qu'il y avait toujours cette chose que les humains appelaient "espoir". Ne pouvant pleurer, je démontrais mon soutiens à Maggie à ma façon. Alors que je la téléportait dans son bureau du commissariat central, je la prit dans mes bras. L'étude faite en compagnie d'Atlee, m'offrait de nouvelles expériences. Le besoin affectif, le désir de "faire plaisir", et surtout, la présence de l'autre. Tout commençait à me paraître compréhensible à force d'études et d'observations sur les humains. Ils étaient réellement fascinants. Eternellement, je leur serait reconnaissante pour ce qu'ils m'offraient.

Comme je m'y attendais, le bureau de Maggie était comme elle, austère, froid, et seule une photo de Jamie et Batwoman trônait sur son bureau. Quel manque de tact aurais-je eu si je lui aurait immédiatement parlé de ce que j'avais entendu ? L'aidant à s'assoir sur son fauteuil, j'observais celle qui était à la tête des Outlaws. Un immense respect monta alors dans mes circuits. En lui souriant, je m'adressais à elle d'un ton moins monocorde que d'habitude.


- Je ramène les policiers ici dans quelques instants. Dès que cela sera fait, je me mettrais à la recherche de Batwoman. Votre tristesse est visible Maggie. Prenez soin de vous. Merci.

Ma téléportation se fit presque immédiatement. Pas de "au revoir" ou quoi que ce soit d'autre tel que cela se faisait dans les films Hollywoodiens. La nuit s'approchait alors à grands pas, et laisser Maggie ainsi dans son bureau me rappela une scène d'un film que je me repasse régulièrement. L'amour étant pour moi une chose encore inexplicable, ce dernier m'offre le soin d'en voir une facette bien différente. "Casablanca"…

[HRP]Et voilà, c'en est fini pour moi ici. Maggie, tu fus (comme toujours) une partenaire de talent. Merci encore pour cette mission que j'ai énormément appréciée ![/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 20 Mar 2016 - 14:55
Je sais qu’elle n’est pas morte. Kate n’est pas morte. C’est mon sixième sens de femme, de mère, de flic, de je ne sais pas quoi mais je SAIS qu’elle n’est pas morte. Ce serait trop facile. Mais pour l’heure, je suis fatiguée. Je suis blessée, physiquement et j’ai encore une crise à gérer. Je vais probablement devoir intervenir à la mairie, éventuellement donc j’ai juste le temps pour un examen médical sommaire et je ne sais quel antidouleur pour pouvoir continuer à être efficace. C’est vraiment pas ma journée. Oui, nous allons sauver la situation mais bordel, si je pensais que nous avions affaire à un lien de cause à effet, je n’en suis plus certaine. Il y a clairement quelqu’un derrière tout ça. Je ne sais pas qui et ce n’est certainement pas Alice. Non c’est encore plus gros. Et j’ai le pressentiment d’avoir déjà pensé quelque chose de similaire.

Je ne parle pas de mes enquêtes régulières, je parle d’opérations Outlaws par le passé. Des événements plus petits. Comme un style, une marque de commerce, un modus operandi. Mais lequel? J’aurai le temps de me pencher là-dessus plus tard parce que le changement soudain dans le comportement d’Indigo me prend complètement par surprise. Non mais oh, qu’est-ce qui lui prend? Un câlin, le ton doux… Ok j’ai peut-être perdu ma femme (techniquement) mais je ne vais pas me jeter dans les bras d’une autre juste après son trépas théorique! C’est quoi, c’est son mode sexbot? J’hallucine, c’est pas possible! Avant même que je ne puisse protester, elle s’est téléporté pour aller récupérer les autres flics. Est-ce que c’est trop demander d’avoir aussi la boite noire du dirigeable? Non. Elle pense à tout la femme robot qui fait des avances sexuelles vraiment foireuses.

Est-ce que l’opération est un succès? Oui et non. La foule s’est dispersée. Le QG du GCPD est sauf mais cette histoire amène plus de questions que de solutions. Manifestement, cette reine de cœur et ses sbires, plus cette horreur mutante bossent pour quelqu’un d’autre. Mon seul indice c’est un tatouage. Et encore. C’est très mince. Je dois continuer de coordonner les Outlaws et j’ordonne qu’on aille récupérer ma fille. Je sais où elle est. Et si les hommes de Jacob m’empêchent de récupérer ma fille, je les fais arrêter tous autant qu’ils sont. Et Jacob Kane, tu vas avoir la visite d’une femme en colère et d’une unité spéciale de la police et si tu ne finis pas en cellule pour tes frasques, c’est parce que tu es meilleur négociateur que je ne le pensais. Mais plus tard. Plus tard. Là je veux savoir ma fille en sécurité près de moi et je veux la fin de ce bordel. Point à la ligne.

Mais j’en fais le serment. Je me fous de savoir qui est vraiment derrière tout ça. Quand je lui mettrai la main au collet, je vais bien me défouler. Pour le moment, c’est une crise à gérer. J’attends des nouvelles de Rae, de John et de mes archers (Il y a vraiment TROP d’archers dans cette équipe. Sérieusement.). Mais nous allons réussir. Nous allons ramener le statut quo à Gotham et nous aurons fait un sacré ménage quand même. Mais le plus beau dans tout ça? Nous l’aurons fait sans les costumés de service et sans Batman et sa clique (théoriquement Batwoman). Ce que ça veut dire? Mais que les Outlaws n’ont besoin de personne, tout simplement. Mon rêve se réalise. Le GCU est une réalité. Et quand tout ceci sera terminé? Toutes les tournées sont pour moi, c’est moi qui offre! Malgré tout ce qui se passe, un sourire se dessine sur mes lèvres. Je n’ai jamais été aussi fière d’être une Outlaw…


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Outlaws]Hurry up ! Zombie's Clash ![PV Maggie Sawyer] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour à la maison ! [Pv : Maggie Sawyer]
» [Flashback]Premier mariage gay de Gotham ! [Pv : Maggie Sawyer]
» Maggie Sawyer : Carnet d'une Inspectrice.
» Zombie wars
» Zombie (Dawn of the Dead)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-