[Fawcett City] C'était une nuit sombre et orageuse... (PV Razorsharp) (Terminé)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Mer 20 Avr - 21:56
Rae siffla mentalement en attendant que l'orage passe. Elle aurait bien voulu expliquer à la Boss que changer les perceptions d'une intelligence quelconque, c'était également changer sa réalité, tout ça, tout ça... Mais planquées dans la benne à ordure comme elles l'étaient, Rae comprit que ce genre de précision philosphico-sémantique risquait de ne pas grandement intéresser la Boss...

... d'autant plus que sa gamine était déjà informée de la "disparition" de sa mère. Et qu'un incident diplomatique chez les Sawyer était en cours de discussion.

Finalement, le soufflet retomba et l'agneau sacrificiel désigné pour permettre la réconciliation des Sawyer mère et fille - d'après ce que Rae avait pu entendre dans la bouche de sa Boss - n'était personne d'autre... qu'elle même !

Il allait falloir mettre les bouchées doubles et faire en sorte que son plan marche. Ou bien... Elle demanderait peut-être elle-même à être transférée en SuperMax !

"Ouais ben, j'ai fait avec les moyens du bord. La prochaine fois, promis, que j'ai à vous bidouiller une invisibilité subjective en moins de 2 minutes, je dirai que vous avez été butée par Kevin Costner ou par un autre vieil acteur qui plait aux femmes de votre âge..."

Non, mais ! C'était de l'art, ce qu'elle faisait ! Et là, là...

... bon OK, elle avait un poil poussé le bouchon trop loin. D'autant que coller sur le reportage TV la photo de Constantine en calcif...

"Les machines vont intégrer dans leur réalité personnelle que vous êtes morte. Si elles vous voient bouger, elles envisageront l'explication la plus logique : c'est à dire soit que vous êtes un sosie, soit que vous avez été vous-même "ressuscitée" par le Dr. Maboule... A minima, ça va créer un conflit de perception chez elles... Il y a même de grandes chances que pour éviter un bug fatal, elles choisissent purement et simplement de vous ignorer et de faire comme si vous n'existiez pas... Du coup, vous avez une invisibilité relative made in Rae. C'est pas la peine de dire merci !"

Rae déclencha à ce moment le générateur fixé à la ceinture de sa combinaison intégrale : dans l'obscurité, elle pourrait se mouvoir tel un caméléon, pour peu qu'elle ne fasse pas de gestes rapides ou brusques. Elle aussi pourrait passer inaperçue. D'ailleurs, dans la benne à ordure elle avait complètement disparu du champ de vision de la Boss.

"Avec ROB3RT ça fait 13, non ? Notre Doc' aurait-il un trip biblique ? Et notre ROB3RT serait ROB3RTJUDAS en fait ?"

Rae sourit et ouvrit doucement le couvercle de la benne.

"Je vous propose, Boss, de réserver les guns pour notre entrée dans la bâtisse. Avec un peu de chance, il n'y a plus que notre cible. Je préconise d'investir le plus rapidement possible les lieux, tant que les machines sont occupées à l'extérieur à comprendre ce qui leur est arrivé... Je ferai sauter le verrou de la porte principale avec mes lames et pour le reste... On progresse jusqu'au Doc Maboule et vous cassez les crânes ou les unités centrales nécessaires pour arriver jusqu'à lui ? Pis après on improvise !"

Et pour joindre le geste à la parole, Rae bondit hors de la benne. Rasa les murs pour profiter au maximum de son invisibilité. Vérifia que la porte ne comportait aucun capteur, mouchard ou gueulard. Et fit sauter le verrou d'un seul coup de lame. La voie était libre et elle n'attendait plus que sa Boss pour investir l'usine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Jeu 21 Avr - 0:56
Railles tant que tu veux gamine, c'est toi la morte en sursis, pas moi. J'espère que tu cours vite parce que quand Jamie t'aura choppé, tu vas te rendre compte qu'elle est la digne fille de sa mère, un mini bulldozer Sawyer. Aucun respect, celle-là, vraiment. C'est pas grave. Un jour Rae, tu vas marcher au pas et rentrer dans le rang. Ce n'est qu'une question de temps. Je suis patiente, tu devrais le savoir. Sur certains sujets, pour certaines circonstances, je suis plus zen qu'une armée de moines bouddhistes. Là en revanche, comme je ne la sens vraiment pas, je ne suis pas d'humeur pour les vannes et les inepties du genre. C'est son cul que je vais devoir protéger avec mes super talents de flic. Parce que quand ça va commencer à chauffer, pour ce que j'en sais, la demoiselle n'est pas une experte. À chacun sa spécialité. T'inquiète fillette, je suis là.

Je ne comprends pas tout ce qu'elle m'explique et je ne suis pas sûre que ce soit important. Ce que je sais c'est que comme je suis supposément morte, les machines vont m'ignorer. Ouais, intéressant… Ou alors elles vont me butter comme je suis une grosse erreur sur patte pour préserver leur beau petit monde logique. Ce serait bien ma chance ça. Mieux vaut ne pas penser au pire. Du positif Mags. Du positif. En tout cas elle est utile en infiltration la Rae car nous voilà à l'intérieur en moins de deux. Et je continue de ne pas aimer ça. C'est trop facile. Rien n'est jamais aussi facile. Enfin si, quelques fois mais je suis tellement habituée à pisser des larmes et suer du sang que je ne peux que me méfier quand c'est trop facile. En vérité ce n'est pas facile du tout. Sans les compétences plutôt exceptionnelles de Rae, ce serait le bordel et pas qu'un peu. Du coup…

C'est facile mais pas facile. Je sais que ça ne vous parle pas quand je dis ça mais je ne vois pas de moyen plus simple d'expliquer la chose. Peut-être que c'est ça, au fond. Comme je l'ai toujours eu à la dure, quand la solution me tombe du ciel comme ça, je me dis que c'est trop beau pour être vrai. En tout cas si à l'époque j'avais eu quelqu'un comme Rae pour me filer un coup de pouce cette enquête n'aurait pas traîné autant. Reste à savoir ce qu'on va faire de toutes ces machines après avoir réglé ce merdier. Je paries que Washington va ordonner que nous les détruisions mais je ne vais pas dire ça à la gamine. Elle va me faire une crise sinon. Commençons par en finir avec ce bordel et on verra après. Dans le pire des cas, j'ai plusieurs contacts qui me doivent pas mal de faveurs chacun. Je collectionne les services qu'on me doit, en fait. On ne sait jamais…

Mais revenons-en à la situation actuelle. Nous progressons sans encombre dans l'usine. Il ne semble pas y avoir de caméras, je ne vois pas de mouvements suspects… Quelque chose me dit pourtant que nous n'allons pas trouver ce salopard confortablement assis dans le fauteuil du patron. Le type est limite un fugitif, recherché par au moins deux services de police. Ce qui veut dire qu'il doit avoir une planque cachée dans le bâtiment. Et quel est le bon vieux truc de la porte dérobée? Cherchez la porte qui donne sur un truc insignifiant, genre un placard à balais. Vous ne me croyez pas? Vers le fond du bâtiment il y a un locale de maintenance et en l'ouvrant, on remarque sur le côté ce qui ressemble à un thermostat. Mais je sais que ce ne sera pas un thermostat. Normalement il y a un petit bouton pour… Voilà. Un panneau qui coulisse, un! Et… Oh bordel, c'est de la porte ça, avec tout un tas de trucs high tech pour l'ouvrir...


 « Et comment on va ouvrir ça? À froid, je vois un scan rétinien, un pour les empreintes, un pour la voix… Comment on va ouvrir ça? Les machines ne vont pas rester dehors éternellement et on est un peu beaucoup exposées là. Je n'ai pas de problèmes à déclencher un feu d'artifice et flinguer tout ce qui bouger mais on va perdre l'effet de surprise et ce salopard risque de nous filer entre les doigts. C'est pas de la tarte ce bidule... »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Ven 22 Avr - 19:26
Maggie posait une question intéressante : après tout, si elle était rayée des bases de données des machines comme étant décédée, comment réagiraient ces mêmes mécaniques si elles croisaient le chemin de la Boss ?

En :

- l'ignorant comme étant une impossibilité logique, comme si son existence était aporétique et dès lors entrait en conflit avec leur programmation ? Ce serait le mieux, car là, Maggie deviendrait totalement invisible pour les p'tits copains de ROB3RT !

- induisant un conflit électronico-cognitif chez les IA ? Conflit qui ne pourrait que créer une surtension et une surchauffe des circuits. Si les machines sont bien programmées pour avoir de belles réactions bien humaines, elles ne pourront résoudre ce conflit que selon les lois de l’agressivité de Laborit : en fuyant (par la fuite mécanique [en se barrant], par la fuite sensorielle [en coupant la réception des capteurs externes], par la fuite logique [en bugguant]), en luttant (par l'extermination de la cible, par l'automutilation mécanique) ou en explosant ! La solution était moyenne mais permettait, au moins et même dans le pire des cas, de gagner quelques secondes que Maggie n'aurait pas eu si elle n'avait pas bénéficié du coup de pouce de Rae...

- l'incinérant sur le champ, juste au cas où...

Rae à cette dernière idée se mordit la lèvre inférieure et se dit que sa connaissance empirique des IA ne datait que de quelques heures en arrière... Mais bon ce que Maggie ne savait pas ne pouvait pas lui faire peur, non ?

L'usine n'avait rien de particulier et leur progression ne fut ralentie par aucun obstacle significatif. Leur cible n'était visible nulle part... Le placard à balais ! Le scan infra-rouge de Rae aurait permis sa découverte mais les talents d'intuitive de Maggie lui avait permis de coiffer la hackeuse au poteau...

"Pas mal pour une vieille" lança Rae, admirative qu'elle était, en fait, des capacités de flic de Maggie. Elle n'aurait pas fait long feu si sa Boss avait été à ses trousses à l'époque où elle était délinquante ! Mais bon, pour pêcher de la petite friture comme elle, il ne fallait pas mettre les petits plats dans les grands non plus !

Elle considéra la porte en sifflant d'admiration : du rétinien, du digital et du vocal. Au moins trois raisons de se taper la tête contre le mur. L'enfoiré qui menait la danse avait verrouillé la porte avec ses propres données biologiques. Le truc imparable...

... et le truc avec les trucs imparables, c'est qu'il fallait les contourner tout simplement. Alexandre le Grand Power.

"Bon, on va pas se la jouer à l'ancienne, Boss et chercher à qui couper la main ou quel œil il va falloir planter sur un stylo pour montrer au scan rétinien..."

Rae marqua une pause et ajouta, joueuse :

"Vu que ces machines avaient vos données programmées dans leur système, je me demande presque si vous êtes pas capable d'ouvrir la porte avec vos propres empreintes biologiques. Mais..."

Puis une idée lui traversa l'esprit. Une idée en forme de boutade, mais elle la lança quand même :

"A Fawcett, il y a pas cette famille de héros qui ont une sérieuse affinité avec les éclairs, non ? J'veux dire, les potes à ROB3RT se sont pris des coups de foudre sur la tronche... Ça pourrait pas avoir un lien ? J'veux dire, ce serait fou de tomber sur un des méchants des Shazam Scouts, non ? Genre, ce Sivana Machin Chouette..."

Elle pianota sur son ordibras, vérifiant si elle avait bien une connexion au réseau et si elle pouvait accéder au fichier des empreintes digitales de la Police. Ça pourrait lui être utile.

Rae reprit, satisfaite d'elle-même :

"La technologie Boss, c'est comme jouer au Cluedo en ayant regardé avant le début de la partie qui avait foutu le chandelier en travers de la tête du Colonel Moutarde dans la fosse à purin... C'est comme jouer à un jeu vidéo et avoir tous les codes. Dans le futur, Boss..."

Elle sourit, mystérieuse :

"Dans le futur, Boss, y aura même plus à se casser le cul à réfléchir"

Puis elle expliqua son plan :

"J'peux pas deviner quelle empreinte rétinienne il faut fournir, en revanche le scan rétinien émet un signal - qui correspond à l'empreinte attendue - qui entrera en résonance - ou pas - avec l'empreinte fournie... Mes lunettes bidouillées pourront surmonter cet obstacle : elles analyseront le signal émis par le scan et fourniront l'image correspondant à ce signal. Tout simplement..."

Rae marqua une pause, avant de dévoiler la suite :

"Si cette image est répertoriée dans les bases de données auxquelles nous avons accès, dans ce cas nous pourrons avoir les empreintes digitales scannées correspondantes... J'ai un bidule aussi pour ça. Et pour la voix... Hum... On improvisera : si le type est connu et qu'il y a un quelconque fichier où l'on entend sa voix sur la toile, on pourra l'utiliser..."

Et pour pas perdre de temps, Rae initia la première partie du plan... Elle approcha son œil, protégé par ses lunettes spéciales, du scan rétinien. Elles allaient forcément entrer en résonance avec l'appareil de sécurité. Et elles conserveraient l'empreinte rétinienne qui pourrait être comparée en temps réel avec les données collectées par les fichiers de police...

... Rae n'attendait plus qu'un résultat, un nom, un jeu d'empreinte et avec un peu de chance une empreinte vocale !

Et sinon, elle avait ses lames et Maggie ses flingues...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Ven 22 Avr - 21:26
Mais est-ce qu’elle va arrêter de m’appeler la vieille à la fin? Je ne suis pas SI âgée que ça bordel de merde. La prochaine fois je lui mets une claque derrière la tête tiens. Et pas une petite. Le genre que je réserve à ce motard tatoué et criminalisé plus costaud qu’une armoire à glace. Elle va la sentir penser et puis c’est tout. Ses explications sont assez claires mais le truc c’est que ce criminel n’est pas originaire de Fawcett City. Comment pourrait-on avoir des informations sur ce type? Je suis convaincue qu’ils ne sont même pas au courant pour ce type parce que s’il est exactement comme la dernière fois que je l’ai vu, il a un casier notre fou furieux qui se prend pour un scientifique. Impossible alors qu’il se soit établi ici avec le même visage. Je suppose qu’il est passé par un de ses robots, une de ses machines. Du coup, à quoi tout cela l’avance?

Mais je lui fais confiance. En partant du principe que c’est le même type que dans mes dossiers d’archive… Attends une minute… Pour la voix on a de vieux enregistrements et pour les empreintes c’est pareil. Il faut juste qu’elle se connecte avec mon ordinateur, à distance. Ça devrait pouvoir se faire non? Alors je le lui mentionne, toujours à voix basse, au cas où le système décide, par une facétie grotesque, de considérer que la voix qu’il entendra essaie d’avoir accès à ce qui se trouve derrière la porte. Ce serait bien un coup de malchance digne de ce nom ça. Et une fois qu’elle a les informations qui lui faut, cette foutue porte s’ouvre enfin et cette odeur… Comment l’oublier? À la fois sucrée et acide et ô combien entêtante, ce genre de truc que vous reniflez une fois et qui vient hanter vos cauchemars parce que vous savez à quoi c’est associé… C’est bien lui. Il est ici.

Je passe la première, tous les sens aux aguets. C’est le sanctuaire de ce dément. Je le sais. Je le sens. Nous passons une première salle et arrivons devant une nouvelle porte que Rae ouvre avec brio. Nous faisant dos dans un large fauteuil, ce salopard qui charcute des gens est assis. Et avant que Rae ne puisse réagir ou m’inciter à la prudence, je traverse la pièce pratiquement la pièce en courant, fait pivoter le fauteuil… Et je lâche une bordée de jurons. Mais ce type est MORT!? Dans le genre on dirait la scène dans Capitaine Sky et le monde de demain quand ils trouvent le savant fou. Est-ce que ma vie est devenue prévisible au point de devenir un vrai scénario de film? Non c’est forcément un piège, une mise en scène. S’il est mort, qui commande, pourquoi maintenant? Ça n’a aucun sens! Où est ce salopard que je l’étrangle de mes propres mais et… QUE!?





Le maitre d’œuvre se révèle enfin...

« Bonjour commissaire. Vous avez pris du galon depuis le temps. Félicitations. Comme vous pouvez le voir, la chair était trop faible pour me garder en vie. Ce nouveau corps de synthèse, en revanche… Et je vois que vous avez de drôles de fréquentations. Miss Sharpe ici présente est loin d’être une citoyenne modèle. J’ai pris grand plaisir à monter toute cette mise en scène. R0B3RT, tout ça…

Vous vous demandez : pourquoi maintenant? Parce que j’ai besoin de votre aide. Et avant de m’accuser de meurtre, demandez à la gamine qui veut jouer les durs de vous fournir le dossier médical des personnes dont mes machines ont empruntées l’identité. Maladies incurables, phases terminales, ces gens vivaient sur du temps emprunté. Je leur ai donné une seconde chance. Alors, miss Sharpe, vous qui êtes une as du clavier, est-ce que je mens ou non? »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Lun 25 Avr - 16:37
Rae comprit d'un coup qu'elles ne menaient absolument pas la danse, ni l'une, ni l'autre. Le méchant mystère - bien que mort - avait encore quelques coups d'avance. Il les avait voulu, ici, vraisemblablement. Et elles y étaient.

Et il voulait encore jouer aux devinettes ?

La jeune femme eut la tentation de tripoter son ordibras pour vérifier les dires de la machine mais elle y renonça : ça cadrait avec ce que lui avait dit la Boss au briefing et il ne leur avait pas fait faire tout ce chemin pour leur raconter des salades intégrales... Et puis... Elle se refusait à lui donner la satisfaction de la voir faire ce qu'il désirait la voir faire... Aucune machine ne se servirait d'elle !

"OK. On écoute, la Boss et moi. Pourquoi vous avez besoin de notre aide ?"

Elle précisa, en revanche :

"J'suis pas très douée niveau législation, à part pour l'avoir un poil piétiné en mon temps comme vous le savez déjà mais... Vous êtes déjà mort, ce qui signifie que si la Boss elle veut, elle peut vous exploser la gueule et éparpiller vos composants en mer de Chine... Ca sera pas la peine de crier au meurtre, votre existence a la même valeur - légalement parlant - qu'un grille-pain. Moins même : le grille-pain a un propriétaire qui peut agir en justice pour protéger "ses" intérêts. Vous, même pas..."

Rae haussa le sourcil.

"A moins que vous n'ayez déjà prévu ça ? J'veux dire qu'une Commissaire Sawyer surarmée vous explose les circuits ? Et que cette unité que vous actionnez ne soit commandée à distance ?"

Elle avala sa salive et réfléchit deux petites secondes, avant d'ajouter :

"Vous nous avez devant vous. Vous voulez un truc de nous. Mais pourquoi nous vous le donnerions-nous ? J'veux dire... Nous vous proposez quoi en échange ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Lun 25 Avr - 18:30
Rae avait de sacrés bons arguments et avant que je ne puisse rajouter quelque chose, je senti comme une toute petite piqure… Et presque aussitôt après tous mes membres s’engourdir avant de tomber assise dans une chaise qui semblait avoir été préparée à cet effet. La machine se tourna ensuite vers Rae avec un sourire désolé, l’air de dire : c’était inévitable. Moi, j’aurais bien hurlé à la trahison mais je ne pouvais pas bouger. Saloperie de machine traitresse de merde! Tu vas me donner l’antidote tout de suite ou je trouverai un moyen de te faire les gros yeux. C’est quoi ce délire à la fin, merde! Je veux comprendre! Est-ce que c’est un plan tordu pour me butter? Il a eu des dizaines d’occasions de le faire alors pourquoi attendre maintenant? Il y a forcément un truc que j’ai manqué. Mais quoi, telle est la question, surtout maintenant.

« Mademoiselle Sharpe, cessez ce bluff grossier, vous êtes plus sensible à la question des intelligences artificielles que la commissaire Sawyer ici présente. Si j’ai amené cette dernière ici c’était pour la supplier de me remettre quelque chose qu’elle m’a pris il y a des années de cela. Sans cette invention, je ne peux assurer la pleine stabilité des IAs que j’ai créés. Et ne me demandez pas de me souvenir des plans, c’est impossible.

La dernière fois que miss Sawyer et moi nous sommes rencontrés, elle a araché d’une machine une pièce vitale. L’explosion qui a suivi m’a causé une amnésie partielle et je n’ai jamais été en mesure de reproduire ce que j’avais fait. Pendant des années j’ai essayé sans succès. Mais le temps me manque à nouveau et la survie de plusieurs IA est en jeu. Vous vouliez aider R0B3RT : vous pouvez en aider de nombreuses autres. »


Je me souviens très bien de cette rencontre, en effet, et alors? Cet espèce de malade mental allait se servir de sa machine pour animer simultanément une vingtaine de ses machines. Dans quel but, je ne sais pas et je m’en fous mais au vu de son dossier criminel, rien de bon à coup sûr. Et je me souviens aussi de l’explosion qui a suivi. Un sacré boum, si vous voyez ce que je veux dire. Mais je ne vois pas le rapport avec le reste. J’enlève comme par hasard LE morceau super important du truc? Vous me prenez pour une conne ou quoi? Mais admettons que j’accepte d’y croire, le reste? Je n’y connais rien en IA mais en quoi CE machin pourrait les sauver de je ne sais quel péril mortel? En tout cas je l’ai caché et bien caché cet objet et je n’y ai plus retouché depuis des années. Je ne suis pas stupide : le corps de ce malade avait disparu des décombres.

Logiquement il aurait voulu récupérer son truc. Donnes moi l’antidote et je te ferai avaler tes conneries espèce de merde en tôle. Et Rae est plus intelligente que ça. Elle ne va pas se lancer dans une chasse au trésor pour trouver ce truc ou VRAIMENT tenter de me convaincre. C’est forcément un piège! Pourquoi le mec il aurait changé? C’est un enfoiré, ça ne devient pas meilleur avec le temps ce genre de bestiole! Buttes le Rae et finissons-en ou assommes le ou je ne sais pas mais sors moi d’ici qu’un médecin puisse me soigner bon sang. Je déteste ne pas pouvoir bouger. Une Sawyer ce n’est pas fait pour rester immobile, bon. Je jure sur ma propre tête que dès que je peux bouger à nouveau je vais étrangler ce salopard même s’il ne respire pas et que je ne peux pas l’étouffer. Hors de question de mêler Rae à ces conneries. J’aurais tellement juste dû l’envoyer en Supermax, ça aurait été moins dangereux…


« Rendez-moi ce service, mademoiselle Sharpe et je rendrai au commissaire Sawyer sa mobilité. Des nanorobots dont je détiens les codes l’empêchent de se mouvoir. Une vie humaine contre celle de dizaines d’IAs. Est-ce qu’on peut vraiment juste considérer la chose sur une base numérique? Vous ne laisseriez pas des innocents souffrir de l’incompréhension des autres, quand même… »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Mer 27 Avr - 11:27
Rae assista, éberluée, à la chute de la Boss... et se prépara à subir une attaque similaire...

Quand elle comprit que seule Maggie était visée et qu'elle venait tout simplement d'être retirée de la partie pour devenir, elle-même, l'un des enjeux de ladite partie, Rae se mit à transpirer : l'avenir de la Boss reposait dorénavant sur ses frêles épaules.

D'ailleurs, si la Boss avait été encore capable de bouger, il est évident que la seule pensée que sa vie puisse dépendre de ce que pourrait faire - ou pas - Rae l'aurait plongée dans une panique incontrôlable (aurait-elle pleuré ? Supplié ? Se serait-elle mise à faire de grands gestes dans tous les sens ?).

Elle écouta tout bien tout ce que lui dit l'homme mécanique. Elle opina du chef à plusieurs reprises, notamment quand il s'agissait de défendre l'idée selon laquelle même une IA avait un droit inaliénable à exister... Mais... Le discours de la machine avait une faille :

"Euh... Sans vouloir bluffer ou vous manquer de respect, au juste, j'suis censée savoir comment où la Boss a planqué votre bidule ? Elle m'a rien dit à ce sujet et elle fait partie d'une génération qui ne consigne que très peu de trucs sur un ordinateur... J'suis même pas sure qu'elle sache en allumer un toute seule ! Sans compter que du fait de vos nanorobots, elle peut plus causer..."

Rae tenta néanmoins de faire avancer le schmilblick.

"Après, si vous me laissez accéder à votre interface ou à l'interface de l'un de vos protégés, je peux tenter de voir ce qui cloche. J'veux dire... Vous êtes certainement un génie et tout et tout mais..."

Elle avala sa salive et réfléchit à une tournure pour éviter de heurter la sensibilité de la machine :

"Vous, votre truc c'est la combinatoire. Calculer toutes les solutions, tous les paramètres pour trouver le bon. Le problème c'est que vous avez perdu de la mémoire. Et aussi que vous n'aurez jamais l'imagination ou la créativité d'un être humain. Vous êtes plus intelligent que moi, c'est sur. Mais le grain de folie qui peut permettre d'envisager un problème sous un angle nouveau et original, vous ne l'avez pas et vous ne l'aurez jamais"

Elle s'éclaircit la voix et conclut :

"Moi si. Si je peux me brancher sur votre interface personnelle ou celle de l'une de vos IA, je trouverai exactement le problème. J'en mets la tête de ma Boss à couper"

Elle s'attendait presque à entendre Maggie déglutir bizarrement. Mais non. Les nano-bots avaient au moins l'avantage de lui épargner, pour le moment, la brasse monumentale qu'elle risquait de se prendre incessamment sous peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Mer 27 Avr - 18:12
Mais arrêtes de parler et buttes le merde! Rae, il est devant toi, à ta merci, arrêtes d’essayer de négocier et neutralises le bon sang! Est-ce que tu sais comment c’est chiant d’être paralysée? Une vraie purge oui! Et on ne négocie pas avec les criminels franchement! À quoi cette saloperie de conserve joue? Je n’en crois pas un mot et je ne dirai rien, même sous la torture! Je refuse de parler! Ah ouais. On ne me parle pas de toute façon. Et Rae qui veut aider un criminel. Vraiment elle me déçoit là. Criminel un jour, criminel toujours, mademoiselle Sharpe? Je suis déçue. Très déçue. Mais rendez-moi ma mobilité merde que je puisse faire ce qui aurait dû être fait depuis une heure : CASSER LA GUEULE DE CET ENFOIRÉ! J’ai beau me concentrer de toutes mes forces et essayer de remuer… Rien de rien bon sang! J’enrage! Oh que oui!

C’est complètement surréaliste! Rien ne se passe comme il faudrait que ça se passe. Pas de monologue du méchant, pas de discours égoïste et bourré de conneries, pas d’affrontement musclé… Que du bla bla sur le sort de machines! C’est à n’y rien comprendre. Laisse Rae tranquille espèce de pourriture! Son esprit jeune et influençable n’a pas besoin de tes enseignements corrupteurs! Mais pourquoi je ne peux pas bouger à la fin? Je veux bouger! Je… Ah non! Voilà que le méchant se met à expliquer à Rae que c’est bien gentil mais qu’il ne lui fait pas confiance, qu’il a besoin de son machin et qu’il va me rendre l’usage de la parole mais qu’elle doit tout faire pour me convaincre. Je suis juste là, connard, j’ai tout entendu et je ne dirai rien! Même si pour ce faire je dois me farcir, je ne sais pas moi… Une torture atroce. Immonde. Anti convention de Genève.

JE SAIS! Un disque contenant cent vingt heures de citations pourries de John Constantine. Je ne dirai rien! Pas la plus petite information! Je préfère encore me taper ce purgatoire audio! Et comme il a dit qu’il ferait, ses nanorobots me rendent l’usage de la parole et mes premiers mots sont une bordée de jurons tous moins flatteurs les uns que les autres face à cette pourriture de criminel. Je le mordrais tiens, s’il passait à portée de dents. Faute de pouvoir lui casser la gueule. Et Rae, si tu ne te comportes pas plus en représentante de la loi, ce que tu es à peu près par ton statut de Outlaws, je vais te donner une telle fessée que ton derrière servira de panneau d’arrêt pour les voitures et vous, les pervers, arrêtez de fantasmer, c’est une mesure purement punitive. Gardez vos fétichismes sales et crasseux pour vous, loin, très loin de moi. Merci!


« Mais t’es pas bien Rae? On ne négocie pas avec les terroristes! Avec les méchants! Si on lui donne ce qu’il veut, il n’a plus de raison de nous garder en vie! C’est clairement un piège. Le coup du gentil méchant qui a décidé de se repentir et qui fait appel à ton côté altruiste pour faire avancer son plan de débile. Et quand bien même. Admettons qu’il se soit repenti. Il est quand même coupable de crimes.

Il faut donc qu’il soit arrêté et jugé comme tel même s’il n’est plus dans un corps de chair et de sang! Tu as vu les rapports de police, les photos des victimes et tu veux laisser ÇA cavaler dans la nature parce que tu es adores la technologie de pointe et que ça te mets des étoiles dans les yeux de voir de vraies de vraies IA? As-tu seulement pensé aux victimes dans cette histoire?! Tu ne vas pas l’aider pour vrai j’espère! »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Sam 30 Avr - 10:57
Rae soupira : son plan avait échoué. Le gros méchant ne voulait pas qu'elle s'approche de son interface, de peur, certainement qu'elle ne cherche à la pirater et à y foutre le bordel... Ce en quoi, il avait parfaitement raison.

La jeune femme se mordit les lèvres et écouta la machine, grosso modo, lui dire qu'il allait falloir torturer Maggie jusqu'à ce qu'elle crache le morceau.

"Dé... Désolée, je fais pas ça..." lança Rae à l'ex-savant-fou devenu une IA détraquée. Elle tremblait d'impuissance. Si elle ne pouvait pas se connecter, elle ne pouvait rien faire pour la Boss et... Elle allait devoir agir. Sinon, c'est elle qui y passerait. Mais en même temps, si elle lui donnait ce qu'il voulait, quelle garantie pouvait-elle avoir qu'il n'allait pas la tuer aussi sec ?

Aucune.

Et voilà que Maggie se mettait à utiliser sa voix retrouvée pour l'engueuler, elle, l'insulter et insulter le méchant. Elle avait du cran, certes... Mais... Pour qui elle se prenait ?

"Ma gueule avant la tienne" lâcha Rae sèchement à Maggie. "Je... Je suis désolée mais..."

Sa rage venait de monter d'un cran avec le chapelets de reproches qu'elle venait de se prendre.

"Mais t'as pas à me parler comme ça ! J'suis pas ta meuf ou ta gosse. D'ailleurs... D'ailleurs, j'ai jamais pu te piffrer !"

Et elle flanqua un bon crochet du droit à Maggie de toutes ses forces. Elle espérait bien avoir réussi à lui péter la mâchoire pour qu'elle se la boucle et...

... que la machine y croit, ne serait ce qu'un instant. Car ça voudrait dire que son nouveau plan pourrait marcher et qu'elle pourrait faire l'Actor's Studio.

Alors qu'elle finissait de cogner Maggie, elle enfourna son autre main dans la poche de sa ceinture, ferma son poing autour d'un objet, un cylindre métallique contenant un virus de la catégorie des Eis-9, un truc très très méchant pour les systèmes informatiques et parfaitement contagieux qui détruisait tout simplement les données stockées sur les systèmes contaminés...

Le bras tenant l'objet fut transformé en lame et Rae tenta de profiter de l'éventuelle surprise de la machine pour lui ficher sa lame - qu'elle pouvait faire grandir dans la limite du raisonnable - en pleine poitrine. Là, elle laisserait le cylindre ouvert dans la "plaie" béante, en retirant son bras, espérant que l'Eis-9 fera son office...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Sam 30 Avr - 13:48
Rae je te jure que je vais te foutre une claque derrière la tête à te la détacher du cou. Et ne viens pas me dire que tu m’as cogné parce que ça faisait partie de ton plan, je ne mange pas de ce pain-là. Je ne suis pas idiote : j’ai servi dans la police trop longtemps pour ne pas savoir quand quelqu’un agit pour se faire plaisir. Et là, tu as clairement agit par petite vengeance mesquine et je vais me faire une joie de te remettre les idées en place. Dès que je pourrai bouger à nouveau. Ah tiens, je peux bouger mais pas encore de mon propre chef. Je ne sais pas ce que Rae vient de faire à ce connard de criminel fugitif mais ses nanorobots s’affolent, faisant en sorte que mes bras et mes jambes s’agitent dans tous les sens et quand je finis par reprendre plein contrôle de mon corps, je me lève, chancelante et d’un coup magistral… PAF! En arrière de la tête.

Tiens gamine, tu l’as eu ta claque, pour ton insolence. Et si tu me refais un coup pareil, t’en auras une autre. Et tant qu’à jouer toutes les deux à qui est la meilleure actrice, je justifie le geste par un spasme musculaire à cause des nanorobots. Elle a un sacré punch la gamine mais heureusement, je suis solide. Les vieux modèles, c’était fait pour durer. Les nouveaux sont tellement fragiles… Oui, je viens d’avouer que je ne suis plus forcément toute jeune alors foutez moi la paix. Sinon je vais devenir mauvaise et vous ne voulez pas subir mon courroux. Enfin bon, on va pouvoir se charger de ce salopard maintenant. Je ne sais pas ce que Rae a fait mais c’était brillant. Et je voudrais bien comprendre c’est quoi ce bordel. En partant du principe qu’il disait vrai, en quoi ce machin volé est une solution miracle à tous ses problèmes?

La question se pose, après tout. Je reste sur mes gardes. Je suis sûr que tout n’est pas encore terminé. La gamine a l’air de tenir le coup en tout cas. Je ne suis pas convaincue que si ça avait été un être humain elle lui aurait plongé sa lame dans le bide, ce qui m’amène à penser que c’était un risque calculé de sa part. Je me fais une note mentale de la chose en tout cas. Ça peut toujours servir. Au fond, même si elle dit donner des droits et une valeur aux machines pensantes, elle ne les considère pas encore complètement comme des personnes on dirait. Autrement elle aurait eu pas mal de scrupules à faire une telle chose. Bon sang, tout l’aspect éthique et moral de ce bordel commence à me donner mal à la tête et j’ai la tête suffisamment dure pour survivre à la mairie de Gotham… Allez Maggie, essaie de rester saine d’esprit un moment encore, sait-on jamais.


« Bon… Je te laisse fouiller son ordinateur, histoire de trouver quelque chose qui puisse confirmer ou infirmer son délire pendant que je le garde en joue. Machine ou pas, ça se défonce avec un flingue. Là à part se tortiller au sol comme une tranche de bacon dans une poêle je pense que tu l’as quand même bien neutralisé. Qu’est-ce que t’as fait au juste? C’était quoi le machin que t’as récupéré?

Ah et question, comme ça, ça t’a fait du bien de me frapper, gamine? Et si t’as jamais pu me piffer faut le dire, je te renvoie là où la justice te veut. Je t’aime bien malgré tout tu sais? Si je t’ai recruté c’est parce que je crois vraiment en toi. Tu n’es pas parfaite, tu as autant de subtilité qu’un train mais tu es aussi une jeune femme vachement courageuse et pleine de talent. Ça me ferait bien mal de te mettre derrière les barreaux et je ne dis pas ça à la légère. »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Dim 1 Mai - 9:26
Rae tomba à genoux, haletante. Voilà, le méchant avait eu - elle le pensait du moins - son compte. La Boss était sauvée. Et son plan avait fonctionné.

La tape qu'elle s'était prise de la part de la Boss servirait pour toutes les fois où elle l'aurait mérité mais ne s'était pas faite choper.

Quant au reste...

"Les Eis-9, c'est un brise-glace, euh... Un virus qui arrive à casser les protections informatiques... Les Eis-9 sont une famille de virus qui ont la fâcheuse tendance à convertir toutes données qu'ils touchent en copies parfaites du même virus... Comme ça, l'effet produit sur une bécane s'étend à toute bécane qui est connectée à la machine vérolée..."

Elle pinça ses lèvres et ajouta :

"En gros, c'est pour ça que ce genre de virus est contenu dans un cylindre autonome. Vous pouvez pas l'initier à partir de votre interface, sinon vous la détruisez. Le nom vient du bouquin de Vonnegut, le Berceau du Chat, où un scientifique fou a trouvé une eau, la Glace-9, qui gèle à température ambiante et qui au contact de l'eau normale transforme cette dernière en Glace-9... Du coup, quand une molécule de Glace-9 tombe dans l'océan, instantanément tous les océans du monde deviennent de la glace. Idem pour les gens qui en boiraient..."

Pour finir, elle décrit l'étendue des dégâts :

"Mon virus a pour effet de détruire les données. Le système d'exploitation doit encore être bon. Mais là, il n'a plus ni mémoire, ni information sur quoi que ce soit. Je lui ai fait l'équivalent informatique d'une lobotomie totale. Je crains que votre méchant ne parle plus jamais... Et idem pour toute interface avec laquelle il aurait été connecté au moment où le virus a fait son effet. Le fait qu'il remue au sol est un mouvement réflexe... Vous savez, comme quand on fout de l'électricité sur un muscle disséqué de crabe mort... (ou un truc du genre)"

Elle baissa les yeux, se disant que de toutes manières il l'avait bien mérité, qu'il n'agissait pas selon les règles de la Robotique et qu'une IA basée sur la personnalité d'un criminel ne pouvait être que criminelle elle-même... N'empêche qu'elle craignait que ROB3RT ait été détruit au passage. Et ça, ça l'emplissait d'une sorte de tristesse mâtinée de remords...

Puis, Rae chercha du regard un ordinateur qu'elle pourrait examiner, tout en reprenant ses explications :

"Heureusement, l'effet de l'Eis-9 est limité dans le temps. Une fois qu'il a détruit tout ce qu'il avait à détruire, il est programmé pour disparaître de lui-même, dans une apoptose numérique finale !"

Elle trouva un vieil ordinateur portable qui ne semblait pas être branché à quoi que ce soit. Rae tira une chaise, alluma la bécane et commença à pianoter sur le clavier.

"Quant à savoir si je vous déteste ou pas, Boss... On va dire que sous certains aspects vous me gonflez, comme je suis persuadée que je vous insupporte sur pas mal de points... Mais en même temps, vous..."

Rae marqua une pause comme pour trouver ses mots.

"J'sais pas, vous allez me trouver bête mais j'ai l'impression que c'est comme si vous étiez ma mère et que je vous faisait une crise d'adolescence... J'veux dire..."

En fait, Rae se contenta de rougir et d'ajouter :

"Je vous aime bien, Boss, et j'ai vraiment eu peur de pas réussir à vous sauver. Voilà la vérité..."


Bingo ! Les données personnelles du méchant apparurent sur l'écran. Rae se poussa pour laisser à Maggie le privilège de les lire en avant-première...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Dim 1 Mai - 13:49
Bon allez, je dois encore donner l’impression que je comprends, que je suis bien ce qu’elle me dit même si au fond de moi l’informatique ressemble de plus en plus à un volcan en éruption capable de tout détruire. C’est terrifiant, ce n’est rien de le dire, que de penser qu’on peut mettre hors service une ville entière d’une pression sur une touche de clavier. Heureusement que les Outlaws comptent des gens comme Rae pour nous aider à lutter contre ces menaces parce que merde, je peux bien être une super flic, ça, je ne sais pas faire. Mais alors là pas du tout. Et honnêtement? Je n’ai pas de problème à prendre des cours avancés en informatique mais je ne veux pas me retrouver à faire ce que Rae fait. C’est trop… Cérébral. Je veux dire, je suis une meneuse d’hommes. Je peux planifier pour survivre à l’impossible. Ça c’est juste… Trop individuel.

Mais je respecte le grand talent de Rae et si j’étais sa mère, je serais vraiment impressionnée et fière d’elle. Pas sur toute la ligne, elle a quand même fait pas mal de niaiseries. Ceci dit, ça n’enlève pas le fait que ce qu’elle peut réaliser avec un clavier et un ordinateur force une part d’admiration. Quand elle me livre ses commentaires plus personnels et qu’elle me compare à une mère et sa fille en pleine crise d’adolescence, je ne peux m’empêcher de sourire et de poser une main réconfortante sur son épaule. T’inquiète gamine. Je comprends ce que tu veux dire. Moi je m’occupe de toi et je tiens à toi, ce que ta génitrice ne semble jamais avoir fait. Et bon je ne te le dirai jamais mais Jamie, ma propre fille, commence à s’inspirer un peu de toi. Elle voit bien que tu peux jouer les rebelles sans trop de réprimandes et elle veut faire pareil.


« Je comprends Rae, t’en fais pas. Et tu aurais réussi quand même. Tu as énormément de talent et de potentiel et t’as le cœur à la bonne place. Moi aussi je t’aime bien gamine. Je vois en toi le même esprit que dans un paquet de jeunes que j’ai sorti de la rue. Tous ne sont pas devenus écrivains, politiciens ou importants mais ils sont devenus meilleurs parce qu’ils savaient que quelqu’un croyait en eux. Je suis peut-être le Bulldozer Sawyer mais… Je ne suis pas forcément sans cœur. Enfin bref. »

Pour éviter de devenir trop sentimentale, je prends un air concentré pour masquer le fait que sinon je risque de rougir et je me plonge dans les données personnelles du criminel et… Je deviens blanche comme un drap. Oui, ce fou furieux avait dit vrai, que toutes ses machines actuelles étaient des gens avec des maladies incurables ou dégénératives à qui il avait donné une seconde chance. Oui, il avait arrêté de verser dans le crime, de kidnapper des innocents. Mais… Apparemment, peut-être qu’on venait vraiment de faire une gaffe. En l’absence d’ordres de la part de leur « unité centrale », le statut des IA était passé de « normal » à « berserk ». Le machin que j’avais volé permettait à notre criminel de contrôler un plus grand nombre de machines sans dégrader son propre état. Une sorte d’amplificateur. Il a été trop gourmand…

« Bon… Si je te dis qu’on a des IAs en maraude un peu partout, sans directives et qui pourraient tant se mettre à tourner en rond qu’à exploser ou attaquer tout ce qui bouge… Tu me dis que tu as une solution, pas vrai? Parce que ton virus là, il ne semble pas s’être propagé comme il aurait dû le faire. Soit c’était une partie du plan, soit on a plus ou moins merdé. C’est toi l’experte, à toi de me le dire… »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Mer 4 Mai - 17:37
"Ça m'apprendra à acheter des brises-glace frelatés par correspondance..." commenta Rae, tout en réfléchissant à une solution.

Le Eis-9, visiblement, avait rempli son office en faisant l'effet d'un reformatage intégral de leur méchant qui n'en était finalement pas tant un...

Elle avait appuyé sur le bouton de sa chaise électrique personnelle et l'avait expédié au-delà de la Matrice pour compter pour l'éternité des moutons électriques... Rae se serait sentie mal plus que deux secondes si elle ne s'était souvenue qu'il les avait menacées et avait clairement proposé à Razor de torturer sa Boss pour obtenir ce qu'il voulait.

C'était un sale type et sa semi-vie venait de s'achever en raison de ses propres fautes.

Du moins c'est ce que se disait Rae. Qu'elle avait fait pour le mieux, blablabla, qu'à sa place tout le monde aurait agi pareil, etc... Mais elle savait que dans les petites heures de la nuit, elle s'éveillerait en sueur, travaillée qu'elle serait par la conscience d'avoir mal agi...

Tout ça parce qu'elle était intimement persuadée qu'une IA autonome devait avoir des droits, notamment celui d'exister.

Et ça, elle le lui avait enlevé.

Sans compter que cette situation mettait en péril toutes les autres IA qui - ce devait être un système de coupure d'urgence - avaient du - au moment des premiers effets du virus - rompre leur connexion avec l'ex-méchant...

Elle trouva de quoi bricoler une interface avec un clavier et quelques câbles et alla triturer dans le bide du méchant, pour trouver un endroit où se connecter. Rae fit la moue : même si c'était une machine qui imitait seulement l'homme, elle était en train de faire l'équivalent cybernétique d'une chirurgie de guerre à mains nues... C'était peu ragoutant et c'était une Rae qui fermait les yeux pour ne pas pleurer qui - finalement - trouva de quoi se connecter.

Sans prendre la peine d'essuyer ses mains maculées de divers liquides, elle commença à pianoter sur le clavier des lignes de codes pour signaler aux différentes IA que le problème de l'unité centrale avait été résolue.

Si leur comportement était erratique en l'absence du chef, il suffisait juste qu'il y ait quelqu'un pour occuper le poste de contrôle.

Sauf que Rae ne se voyait guère demeurer toute sa vie dans cet entrepôt pour permettre à ROB3RT de continuer à exister...

Exister ? C'était peut-être ça la solution, la simple existence...

"Boss, je vais d'abord reprogrammer les IA sur le fondement des Lois de la Robotique d'Asimov... Une sorte de Roboéthique en somme !" commenta Rae, sans s'interrompre.

Elle entra les trois lois suivantes :

1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger (ainsi le Gouvernement ne pourrait en faire des robots tueurs ou piloter des drones meurtriers...)

2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi (...en revanche les unités pourraient servir à d'autres tâches, comme participer à des secours...)

3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi (... tout en garantissant, a minima, le respect de l'existence de l'IA)

Une fois ceci fait, elle força les IA à accepter cette programmation et à rejeter toute modification ultérieure. Il fallait que ça reste gravé dans le marbre à tout jamais.

Puis, elle ordonna aux IA de revenir à l'entrepôt calmement.

Rae, une fois ceci fait, se détendit quelque peu et fit tournoyer la chaise de bureau sur laquelle elle était assise.

"Boss, on va voir à quel point les IA sont endommagées. J'ai une solution pour leur assurer une certaine tranquillité : on uploadera leurs données, bref ce qui fait leur personnalité, ce qu'elles sont, sur un réseau qui interconnectera ces mêmes données. Ainsi, elles pourront interagir ensemble dans un univers virtuel qu'elles pourront programmer elles-même. Je compte sur le Gouvernement pour..."

Elle se mordit les lèvres.

"... pour leur assurer une belle réalité virtuelle. En échange de quoi, les IA - elles ont des capacités de calculs bien supérieures aux nôtres et ont, en plus, une simili-personnalité qui leur donne une certaine imprévisibilité - pourront servir à craquer des serveurs terroristes, pédophiles, ou ce que vous voulez dégommer... C'est ce qu'on appelle, je crois des CONSTRUCTS, des IA basées sur des personnalités réelles et n'existant que sous forme de données informatiques..."

Enfin, elle termina d'une voix plus sérieuse :

"Je vous fait confiance, Boss, pour que les IA soient utilisées à bon escient. J'ai piégé leur interface : toute tentative sérieuse pour forcer les 3 Lois se soldera par une destruction de l'IA elle-même... Je ne veux pas que mes talents servent à enlever la vie..."

Et elle baissa les yeux, s'octroyant une petite pensée pour l'IA qu'elle venait de détruire par ignorance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Mer 4 Mai - 18:43
Mais comment elle fait tout ça? Je m’explique. Je suis flic. Je suis formée dans de nombreux domaines mais vous ne me verrez pas débarquer sur une scène de crime, désamorcer une bombe en sifflotant, découvrir trois ou quatre indices, identifier la cause du décès et repartir pour arrêter le tueur. Mais Rae? Et que je t’ouvre l’androide mort, et que je te configure je ne sais trop quel machin pour empêcher les IAs de péter un plomb et hop, je viens de sauver la situation avec un clavier, une souris et un écran. Alors je repose ma question : comment fait-elle, bon sang? C’est hallucinant et c’est aussi profondément enrageant parce que j’ai l’impression de ne servir à rien. Il y a un truc, forcément ou alors ce qu’elle fait est beaucoup plus simple que je ne le crois ou… Bref. Affaire plus ou moins classée, je suppose. Enfin, j’espère bien!

Pendant qu’elle fait ses trucs, je fouine. J’écoute tout ce qu’elle me dit, bien sûr. Je suis le chef et le chef doit toujours écouter ce que les subordonnés disent et pouvoir le répéter à la virgule près pour les impressionner. On a la classe ou on ne l’a pas quoi. Je suis comme ça moi. Je comprends ses inquiétudes, tout ça mais elle oublie un truc. Je ne suis pas Washington, moi. Je peux lui promettre que JE ferai mon possible. Ce que mes supérieurs feront, je n’ai aucun contrôle là-dessus, même si je le voulais. Le seul moyen de lui offrir une vraie garantie c’est si on récupérait toutes ces machines pour les Outlaws. Est-ce que c’était son plan depuis le début? Petite futée… Ce serait bien son genre tiens. Rae n’est pas du genre à lâcher le morceau facilement. Et en même temps elle a raison : si on veut être sûrs que les machines sont en sécurité… Hum?

En fouillant dans les effets du criminel mort, ayant transféré son esprit dans une machine avant de mourir à nouveau, je trouve… On dirait une clé USB et il est écrit « pour Maggie Sawyer » dessus. Bon. La curiosité est un vilain défaut. Je sais que je risque de le regretter. C’est évident que je vais le regretter mais… Oh et puis merde. Pendant que Rae est perdue dans ses pensées et ne regarde pas, je branche la clé USB et je lâche un juron particulièrement sonore parce que tout d’un coup, sur un gros écran jusqu’alors éteint, apparait le faciès holographique du criminel. Criminel qui explique que j’ai entre mes mains son « essence », de quoi faire réactiver son IA, que si je vois ce fichier c’est parce qu’il a été désactivé, etc., etc. Si Rae pensait culpabiliser pour avoir fait une gaffe potentielle, ce n’est plus la peine : on a une sauvegarde prête à l’emploi.

Sauf que le truc c’est que je ne sais pas si on devrait le faire. Le mec est un criminel. Admettons que je sois assez conne pour croire qu’il a changé. Je ne peux pas trainer une machine au tribunal, personne ne va me prendre au sérieux. Je ne peux pas le laisser en liberté. Je dois donc l’enfermer quelque part mais… Enfermer une machine, encore une fois, sous quelle autorité et avec quel mandat, considérant que je suis ici plus ou moins de façon officielle? Attends voir… S’il devient aussi… Comment Rae a dit? Une construct? Ouais, s’il devient ça, il sera techniquement enfermé, avec des règles précises à suivre et tout… Bon. Je deviens vieille et je pense sénile par le fait même parce que je ne peux pas croire que je vais dire ce que je m’apprêts à dire. Et quand je dis que je ne peux pas y croire, c’est à peine exagérer. Je suis en train de perdre la raison…


« Bon… Rae, voici ce qu’on va faire. Toutes tes euh… Construct… On va leur trouver une place au QG et on va nous même les prendre en charge. Ensuite, comme on peut dézapper cet enfoiré grâce à la sauvegarde, je le condamne aux travaux d’intérêt général donc on va le constructiser aussi et il purgera sa peine dans un système informatique comme les autres à nous aider avec le démantèlement de je ne sais quoi encore. C’est officiel, je deviens folle… Ça te va? »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 0:37
Quand l'image de l'intelligence qu'elle pensait avoir grillée apparut sur l'écran, Rae poussa un soupir de soulagement : il avait fait une sauvegarde.

Magie de l'informatique qui permettait de conserver "en vie" une personnalité en la répliquant en autant d'exemplaires que nécessaire !

Après la question était effectivement de savoir que faire de tout cela. Monter les personnalités des IA sur des supports numériques et les transformer en CONSTRUCTS, activables sur simple demande, vivant le reste du temps dans un monde binaire et matriciel, ça restait largement dans sa gamme de compétences...

... Mais empêcher que le Gouvernement ne fasse n'importe quoi avec, c'était plus coton ! Bien sur elle avait boobytraper les données en assurant leur apoptose numérique si on tentait de toucher le code fondamental. Mais elle faisait confiance au Gouvernement pour trouver un moyen de contourner la difficulté. Vu la bécane qu'elle avait dans sa piaule, elle imaginait bien que le Département d'Etat ou la NSA avait de la technologie supérieure, de quoi déplomber tout ce qu'elle avait mis en place.

Rae ne se leurrait pas : elle était douée, certes, mais il existait certainement meilleur et bien meilleur qu'elle...

... et il y avait de grandes chances que cet Informagicien, ce samouraï de la toile, se soit déjà fait choper par une agence gouvernementale qui, en échange de sa liberté, a obtenu de lui qu'il bosse pour eux.

Eh ouais, lutter contre l'Empire c'est déjà devenir l'Empire !

Alors, un jour, ce sera une lutte à mort sur le réseau. Lui contre elle. Et ses petites protections sauteront comme neige au soleil.

Et ROB3RT servira à téléguider un drone pour le faire exploser sur une cible au Moyen-Orient.

Et des gosses seraient tués... A cause d'elle.

Sans compter que le Gouvernement pouvait tout simplement planquer les IA dans un entrepôt gigantesque comme celui que l'on voit à la fin des Aventuriers de l'Arche Perdue (Raiders of the Lost Ark).

Carrément flippant.

Pendant que Rae se faisait ses films, soulagée qu'elle était de ne pas avoir commis de meurtre numérique, Maggie proposa la solution...

... on récupère les données du méchant, de ses IA, on les monte sur des CONSTRUCTS qu'on entrepose au QG des Outlaws (genre dans la piaule de Rae) et on s'en sert ponctuellement pour casser des protections.

"Ça serait chouette, Boss, de les garder : au moins je serai sure qu'on en ferait bon usage. Et le reste du temps, ils pourraient le passer dans un monde virtuel à leur convenance..."

Elle leva la tête et posa un regard amusé sur Maggie :

"Du coup, tout est bien qui finit bien, non ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 5:10
« Ah ouais Rae, c’est sûr, tout est bien qui finit bien. Je vais juste devoir expliquer aux autorités de Fawcette City pourquoi un petit nombre de ses citoyens ont disparu, il va falloir clore l’enquête avec R0B3RT, faire en sorte que le policier blessé ne parle pas, régler tous les problèmes immobiliers et juridiques liés au fait que des IAs ont pris la place d’humains donc leurs logements et possessions…

Ah oui, que faire de cette usine qui se retrouve sans personnel ni propriétaire, clore mon enquête avec notre criminel devenu une copie digitale, contacter Star Labs ou je ne sais qui pour des interfaces mobiles pour les constructs, injecter des milliers de dollars pour s’assurer que ça tienne la route, faire mon rapport à Washington, convaincre Washington de garder les IAs… Je continue ou tu as compris le principe? »


Elle en a des bonnes elle. Le bordel n’a jamais été plus intense que maintenant au cours de cette affaire et je fais référence à mes tous débuts là. C’est presque cauchemardesque. Je dois étouffer une affaire qui a des relents de robolution, convaincre le fédéral de me faire confiance avec de la technologie non testée ou tout du moins pas à 100% et prendre toutes les mesures nécessaires pour que jamais personne ne puisse en abuser sous mon commandement. Et je n’ai même pas encore parlé de toute la paperasse qu’il va falloir faire. C’est un cauchemar, rien de moins. Évidemment, ce n’est pas Rae, l’adolescente rebelle dans un corps adulte qui va me filer un coup de main et le temps de monter tout le système des IAs, elles me seront inutiles avec cet enfer administratif. C’est comme avec la cavalerie : ils arrivent APRÈS. Génial.

Ah oui j’oubliais, je vais devoir faire venir une équipe de soutien des Outlaws pour tout cataloguer, tout étiqueter, tout empaqueter et tout amener donc mobiliser des troupes, des véhicules, du matériel… Ça aurait été TELLEMENT plus simple de juste tout détruire. Mais il fallait que Rae me mette dans la tête ces bizarreries sur le caractère « humain » des IAs. Je dois bien être la première flic sur cette planète aux prises avec un problème pareil. Bravo Maggie, tu es en avance sur ton temps. Il était beau le temps où ma calculatrice ne risquait pas de me tuer. Mais bon. Rae est contente, elle n’a plus de peine dans son petit cœur et elle ne se lèvera pas en sueur la nuit à regretter cette opération. En un sens, tout finit bien. Mais je ne peux faire autrement que de me dire que pour une enquête inachevée dans la pile, il en reste un certain nombre à traiter, encore.

Et encore. Je n’aurai pas forcément toujours cette chance. J’aimerais bien mais je sais que c’est utopique que d’y croire. Et de toute façon cette histoire n’est pas finie. Aucune des IAs n’est construct, surtout pas le criminel et je veux que ce soit bien clair. Lui il s’en va en prison. Une prison virtuelle, d’accord, avec possibilité de liberté conditionnelle mais il n’aura pas droit au petit paradis utopique de ses victimes. La loi a été faite pour être appliquée et il aurait tout aussi bien pu se transformer en scarabée, je l’aurais jugé et condamné quand même, bon. Peut-être que je considèrerai des circonstances atténuantes… Mais j’en doute. Il ne faudrait pas abuser de ma générosité quand même. Je pourrais mal le prendre. Et je vous dirais que ce n’est pas le moment de m’emmerder. J’en ai déjà plus qu’assez à digérer, à régler et à démêler en ce moment.


« Tu penses que tu seras capable de construire une prison virtuelle pour notre criminel? Il va répondre devant la justice pour ses crimes et ce n’est pas négociable. Et ça je peux te le garantir. Rien de ce que tu diras ne me fera changer d’avis. Le but, c’était de mettre un terme à mon enquête. On a capturé le méchant, il est à peu près vivant donc il peut être jugé. Tu peux me trouver sans cœur si tu veux mais il a causé bien des morts et des souffrances, je te rappelle. »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 7:39
Rae avait ses grands yeux bien ouverts et bien posés sur la Patronne qui, grosso modo, était en train de lui parler chinois, là...

... et elle comprit la différence fondamentale entre un flic et un délinquant : le délinquant n'avait pas besoin de remplir un bordereau en 3 exemplaires, de délivrer un reçu ni de comptabiliser la sortie en stock pour vendre une dose de MDMA. Le flic, lui, avait même besoin d'un mot du chef pour aller pisser.

Elle trépignait sur place, là. Se dandinant d'un pied sur l'autre, comme la gamine impatiente et mal élevée qu'elle était. Elle aurait voulu, d'un coup de baguette magique, faire disparaître la montagne de paperasse qui attendait la Boss et qui semblait avoir pris une dimension quasi-biblique (Bordel, elle imaginait Maggie prendre son bâton de pèlerin et gravir la montagne de formalités à accomplir pour recevoir les tables de la Loi !).

Parce que bon... Fallait voir les points positifs : leurs amis CONSTRUCTS allaient pouvoir bosser pour les Outlaws...

"Vous imaginez ce qu'on pourrait faire, Felicity et moi, avec nos amis montés sur disque dur externe ? Ça pourrait être grandiose ! Plus un pédophile ne pourra nous résister. On pourrait même envisager un traitement en temps réel des infractions... Genre, tu te lèves, tu te fais chauffer de l'eau pour un petit café, tu vas télécharger un p'tit fichier de pédopornographie des familles, et t'as eu à peine le temps de te servir ton kawa que déjà t'as ROB3RT ou LADY3JANE ou MUETDHIVER ou PATCONL3Y qui t'es tombé sur la gueule en grillant la carte-mère de ta bécane, en fournissant tes coordonnées complètes et ta géolocalisation à une équipe du SWAT et en ayant transféré l'ensemble de tes données pour une analyse intégrale sur notre serveur à distance... Y aura même de grandes chances que t'es pas le temps d'enfiler un pantalon avant qu'on te passe les pinces !"

Elle s'emballait, elle le savait mais elle voulait donner du baume au cœur à Maggie.

Puis une idée lui traversa l'esprit...

"Boss, vous êtes trop honnête. Pourquoi ne pas rien dire tout simplement, j'veux dire ? Parce que..."

Elle plissa les yeux et cogita le problème. "Ne rien dire" c'était un peu léger, jeune fille ! Il allait falloir quelque peu développer...

"Vous faites votre rapport en disant qu'on a trouvé un certain nombre de cadavres mécaniques. Vous expliquez que notre pote, le criminel reconverti Dieu Mécanique, a fait tout ça et que vous avez été obligée de les foudroyer grâce à un dispositif expérimental, trouvé sur place, qui a grillé et dont on n'a pas les plans... Ou alors vous les avez buté à l'ancienne avec un fusil ou un truc du genre..."

Son cerveau était en ébullition. Elle avait l'impression de mettre à profit, pour une fois, ce qu'elle avait pris du mauvais côté de la Loi pour le bien commun... Moins "Washington" en saurait, moins il y avait de risques qu'un jour on vienne lui piquer les CONSTRUCTS.

"Parce que bon, une fois qu'on les aura transférés sur serveur, on n'aura plus besoin des corps. Si besoin, on pourra toujours les uploader sur un quelconque appareil, humanoïde et bipède ou pas. Leur existence sera totalement dématérialisée. Et pour cela, j'ai pas besoin de l'aide de qui que ce soit..."

Elle avala sa salive et poursuivit :

"Si le flic blessé veut porter plainte, on s'en carre, son agresseur est mort. Au pire, on pourra se la jouer Women in Black et lui dire que la sécurité du Territoire en dépend et que s'il parle, il finira à Camp Delta ou à Guantanamo. Idem pour les logements loués par les IA. De toutes manières, je doute que les contrats passés entre un humain et une machine soient juridiquement valables. On laissera les gens se débrouiller de toutes façons : ils n'auront qu'à saisir les biens des machines..."

Finalement, la dernière question lui amena une cogitation plus intense...

"Pour les autres, je pourrai programmer la base d'un univers partagé à leur convenance, qu'ils pourront agrémenter comme bon leur semble : le but étant qu'ils reproduisent notre Monde, leurs appartements pour y vivre et qu'ils puissent se créer des programmes de compagnie. Quant au méchant..."

... qui devra subir la sanction décidée par Maggie : façon juge, jury et bourreau... En même temps, la Boss marquait un point : aucun juge ne les prendrait au sérieux si on lui demandait de juger des données informatiques présentes sur un disque dur... Il aurait trop l'impression de devoir statuer sur le sort d'un grille-pain...

"Je peux créer un programme pour lui tout seul, avec les paramètres de votre choix. Une prison qu'il ne peut modifier. C'est possible, ouais. Avec des interfaces nulles ou limitées avec d'autres programmes..."

Elle s'arrêta, s'apercevant qu'elle avait beaucoup parlé et sourit à la Boss :

"Alors, ça vous va ? On gère la merde comme ça ? Comme ça..."

Rae eut un petit rire sonore.

"... ça vous permet de tirer quelques cartouches dans l'entrepôt ! Une fois que les nettoyeurs de chez nous sont passés tout récupérer, bien sur... Et on emmerde Washington ! Comme ça on garde nos joujoux pour nous..."

Elle parlait comme s'il s'agissait d'une grosse boite de Légo qu'elle aurait eu pour Noël. Mais elle n'avait aucune confiance dans les services gouvernementaux dont l'équipe devait dépendre. Maggie, ouais. Ses mystérieux boss (les Boss de la Boss), non. Ou alors, il faudrait qu'elle les rencontre mais ça, c'était même pas la peine d'y compter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Jeu 5 Mai - 13:35
Si le regard pouvait tuer, Rae serait morte. Ce qu’elle me demandait de faire était plus insultant que de me cracher au visage. J’avais consenti à énormément de sacrifices dans ma carrière de flic. J’avais dû arrêter des collègues qui s’étaient avérés corrompus (merde, j’avais été demoiselle d’honneur de l’un d’entre eux, vous imaginez le mal que ça vous fait), j’avais refusé des pots de vin qui m’aurait permis d’acheter à Jamie une maison en or massif (j’exagère mais pas tant que ça), j’avais subi je ne sais combien de sévices corporels en défendant la loi, j’avais sué sang et eau pour monter les Outlaws et là, pouf, la délinquante me disait : pour sauver mes potes artificiels, on va mentir, tricher et juste rester là à ne rien faire et les autres se démerder avec les retombées? Jamais. Absolument hors de question. Et c’est non négociable.

Elle ne faisait pas que m’insulter moi, elle insultait la flic en moi ainsi que le bon nom des Sawyer. Je lui aurais mis une claque à lui faire faire trois tours sur elle-même mais je préférai lui servir un regard qui avait cloué sur place des types de la trempe de la pire merde de Gotham. Ça devrait la dissuader de continuer en terrain glissant. Ce sera d’ailleurs son SEUL avertissement de la sorte. C’était elle qui avait d’ailleurs initié ce bordel en allant fouiner sur mon ordinateur et elle en rajoutait une couche? Nous n’allons clairement pas nous entendre si tu continues comme ça. Et tu es mieux de trembler dans tes bottines ma petite sinon la prochaine fois j’utiliserai une tactique un peu moins sympathique que de te lancer un regard assassin. Je pris une grande inspiration mais rien à faire. Le volume de mon ton de voix augmenta de façon significative.


« Mais bien sûr, Rae, et tu veux peut-être aussi que j’offre un pot de vin au maire, que je trompe ma femme pour faire bonne mesure et qu’on se fasse une grande fête en fumant du crack, tout ça parce que tu ne fais pas confiance à nos patrons? Parce que quand ils le découvriront, il est évident qu’ils comprendront et qu’une certaine Maggie Sawyer sera arrêtée, jugée et sommairement condamnée pour la chose.

Est-ce que tu sais combien d’années j’ai passé dans la police, à résister à toutes les tentations que tu peux imaginer? L’argent, le pouvoir, une vie meilleure, foutre une balle dans la tête d’un pourri, assurer un vrai futur à ma fille… Et là tu es en train de ME dire que je vais tout foutre ça en l’air, mes principes, mes valeurs parce que tu veux que tes potes IAs soient à l’abri de Washington? Tu me redis un truc pareil et je te… »


Je m’interromps car je me rends compte que j’ai les poings crispés et que je me suis avancée vers Rae qui a reculé, reculé, reculé et qui est collée contre un mur avec une expression pas trop sûre sur le visage. Je sais que tu veux bien faire Rae mais il faut que tu penses avant de parler, des fois. Je me calme, je maugrée quelque chose et je retourne plus loin dans la pièce comme si je cherchais quelque chose, n’importe quoi pour occuper mon esprit. Et tant qu’à croire aux miracles, pourquoi pas Rae qui viendrait s’excuser, un coup parti. Pauvre petite. Elle a vraiment grandi sans le support parental dont elle avait besoin. Attends voir… Je pense avoir trouvé une punition digne de ce nom pour tes écarts… J’ai trouvé. Je me retourne vers Rae et je lui fais savoir qu’il faut savoir assumer ses erreurs et que sa punition sera de s’occuper du mini bulldozer, ma fille, pour la fin de semaine… Et bien sûr nous n’en n’avons pas terminé ici. Il va bien falloir les ramener ces IAs et le faire ce ménage!
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Ven 6 Mai - 16:25
Rae eut honte de sa réaction. Elle n'avait pas à reculer. Elle n'avait pas à craindre sa Boss. Et cette dernière...

"Vous avez pas à me parler comme ça. J'essayais juste de vous aider avec votre problème de paperasse. Vous n'aimez pas ma solution ? Ben, OK, on fait comme vous voulez, ça m'est égal..." beugla-t-elle pour se détendre les bronches.

Elle détourna le regard et respira un bon coup.

"Mais vous avez pas à me punir pour quoi que ce soit... Parce que si vous voulez qu'on cause, on cause... C'est qui nos commanditaires, hein ? Pourquoi on irait pas boire le thé avec eux, hein ?"

Rae sourit. Sa question était absurde mais elle illustrait bien ce qu'elle avait à dire.

"Quand vous nous dites en intervention qu'on a le droit de détruire du matériel ou d'abîmer des gens, vous allez pas me faire croire que nous sommes toujours dans les limites de ce que permet la légitime défense ? Clairement, si vous avez besoin d'une escouade comme les Outlaws, c'est que vous considérez qu'on ne fait pas de bonnes omelettes sans casser quelques œufs ! Alors, votre laïus sur le fait que c'est honteux ce que je vous propose..."

Elle ricana. Razor était en pétard et fallait que ça sorte.

"Alors ouais, je vous ai proposé de falsifier un rapport. OK. Vous trouvez ça plus grave que ce qu'on a fait à Gotham ? Hein ? Je crois pas moi... Alors, j'ai bien noté que vous ferez votre rapport comme bon vous semblera à vos patrons. Pour le reste, vous vous débrouillerez mais je tiens juste à noter... qu'il n'y a pas eu un seul coup de feu de tiré, à ma connaissance et que c'est une opération avez 0 mort, 0 blessé et même du matériel récupéré, qui pourra nous servir. Le fait que je m'oppose formellement à ce que des types que je connais pas puissent s'en servir comme système de guidage pour aller bombarder des pauvres gens en Afghanistan ne fait pas de moi une moins que rien..."

Rae croisa les bras en signe de défiance et ajouta :

"D'ailleurs, mon test, je vous le rappelle n'a donné lieu à aucun décès chez les malfaiteurs qui ont pu tous être capturés vivants alors que vous m'aviez limite demandé de faire un gros massacre... Je vous juge pas, Boss, vous savez des trucs que j'ignore, la raison d'Etat blablabla, mais me bassinez pas avec vos principes quand j'essaye juste de faire correctement mon boulot et surtout, me punissez pas en me demandant d'aller ranger ma chambre !"

Elle en avait terminé. Elle conclut, néanmoins, après quelques secondes de pause :

"Boss ? Je transfère les IA sur disque pendant que vous réfléchissez à votre rapport ?"

Le ton s'était adouci. Pour Razor, il n'y avait rien à ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Ven 6 Mai - 19:05
Elle est presque mignonne tiens. Jamie me fait des crises d’adolescentes plus effrayantes. Rae est entre l’âge adolescent et l’âge adulte, ne sachant pas trop si elle veut grandir ou rester dans ce petit monde d’innocence. Je ne peux pas vraiment lui en vouloir : le monde est déjà assez bordélique comme il est en ce moment, pas besoin d’en rajouter une couche par-dessus. En tout cas elle marquait certains points mais elle ignorait complètement ma réalité et je ne peux pas l’en blâmer. Elle me voit agir, commander d’une certaine façon mais je peux dire une chose avec certitude : je ne lui souhaiterais pas d’être à ma place, même pas dix minutes. Même pas trente secondes. Restes comme tu es Rae. Parce que quand je te regarde, je vois l’espoir. Comme quoi on peut vraiment trouver des gens bien là où on s’y attend le moins.

« Tu sais quoi? Tu mets les IAs sur disque ou ce que tu veux, on fait un peu de ménage et je t’invite à aller manger un morceau. Le rapport peut attendre. Et ce n’est négociable, jeune femme. Et toi et moi on a besoin de se changer les idées et je sais exactement ce qu’il nous faut. Il nous faut un remontant. Je te fais confiance, tu le sais ça. Alors je vais te demander de faire pareil. Tu ne seras pas déçue, promis. »

Transportons-nous dans le futur, une petite demi-heure plus tard. Rae et moi sommes assises à une table d’un minuscule commerce dont probablement personne n’aurait autrement soupçonné l’existence. David Cassan est un homme anonyme comme il y en a tant d’autres mais en vérité ce n’est pas n’importe qui. Né d’un père belge et d’une mère suisse, dès le début de sa vie il a été confronté à LA grande question : qui fait le meilleur chocolat entre les Belges et les Suisses. Et bien en grandissant, si je vous dis qu’il est devenu maitre chocolatier et qu’il marie les deux styles, est-ce que ça vous étonne? Il s’est marié, figurez-vous, à une femme extraordinaire qui est aussi magicienne alors il voyage avec son commerce. Comment je les connais? David est un type bien mais trop gentil et il s’est installé un temps à Star City et a été victime de sa faune.

Évidemment c’est moi qui lui ai sauvé les fesses. Sa femme est bonne magicienne mais elle n’a jamais été formée pour quoi que ce soit d’offensif en fait. Nous nous sommes liés d’amitié et au fil des années, quand je lui passe un coup de fil, il vient me voir, nous discutons un peu et je profite de ses créations culinaires. Et quel talent! Ce type cuisine comme un dieu. Je ne suis nullement une fan de théologie mais je peux quand même faire la comparaison. Et là nous dégustons le spécial de la maison, dans une compétition amicale entre Rae et moi : qui peut avaler le plus de shooters de chocolat? Chocolat noir, blanc, au lait, épicé, de toute provenance du monde… C’est un plan pour un suicide du foie mais qu’est-ce que c’est bon. Et puis si vous pensez que le chocolat ça a un âge, qu’on peut être trop vieux pour en consommer… J’en suis la preuve.


« Abandonnes Rae, tu ne peux pas gagner contre moi. Tu vas te rendre malade et moi je pourrai encore en boire deux ou trois. Tu as de la descente, gamine, mais tu ne peux pas battre une Sawyer. Et pas un mot aux autres Outlaws, tu m’entends? Ce sera notre petit secret et puis basta. S’il fallait que je perde de ma superbe en tant que chef, John ne va jamais me lâcher, ça c’est clair et net, je te le garantis. »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Sam 7 Mai - 16:02
Les IA montées sur disque et les disques rangés dans son sac à dos, Rae se faisait l'impression de transporter avec elle une armée de lilliputiens et leur monde perdu... Patience les zozos, Tatie Rae va vous bricoler le monde féerique que vous méritez...

En fait, ça lui foutait les chocottes : pour les CONTRUCTS, elle allait en quelque sorte exercer les prérogatives d'une divinité. Il y aurait le Verbe, puis les eaux du bas et celles des cieux qui seraient divisées alors en deux, les végétaux, les animaux et la lumière et... les CONSTRUCTS ! Six jours pour tout faire et un, seulement, pour se reposer, le Bon Dieu n'avait pas chômé ! Elle espérait seulement être à la hauteur de la terrible tâche qui allait lui incomber.

Les fesses bien calées sur la banquette de l'échoppe, Rae découvrait les délices du vrai bon chocolat du chocolatier. Elle devait lui concéder ça : Maggie connaissait les bons plans et surtout savait se mettre en quatre, par moments, pour lui faire plaisir...

La jeune femme sourit à l'évocation de leur petit secret entre elles... En même temps, John n'aurait certainement jamais été admis dans cet établissement avec sa clope. Et puis...

"Boss, c'est sympa de m'emmener dans un endroit comme ça. C'est pas trop le genre de lieux que j'ai fréquenté jusqu'à présent... Mes parents m'ont jamais amenée manger une glace ou passer du bon temps. Et depuis que je suis grande et que je fais des conneries, je perds plus mon temps qu'autre chose à m'allumer la tête avec des pilules qu'à faire des sorties du genre..."

Elle posa sa cuillère et baissa les yeux.

"Merci, vraiment, merci... Dans des moments comme ça, je me dit que je devrais peut être arrêter les bêtises, me mettre au sport, m'inscrire dans un club de lecture ou dans des cours du soir pour être moins idiote, boire du jus d'orange et arrêter de prendre des cachets pour me défoncer, dormir ou me calmer..."

Croisant les bras devant elle, Rae poursuivit d'une voix plus sérieuse.

"Vous m'avez accordé ma chance, Boss, et je vous en suis reconnaissante. Je vous fais confiance, croyez-le. Mais j'aimerai passer à la vitesse supérieure : les rapports vous les faites à qui ? Qui est au courant de notre existence ? Qui est le patron ? Et..."

Elle se mordit les lèvres, fébrile comme elle l'était...

"Qui décide de nos missions ? Qui décide de nous recruter ? J'veux dire... Je sais bien que vous ne pouvez pas TOUT me dire et je le respecte mais..."

Rae conclut, plus sérieuse que jamais :

"Vous savez tout de moi, grâce à mon dossier... C'est votre job et j'avais qu'à pas jouer dans la catégorie des délinquants, je sais... Mais... J'aimerai - dans la mesure du possible - que vous me disiez comment vous vous êtes retrouvée à la tête des Outlaws ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Sam 7 Mai - 19:47
Évidemment, ça ne pouvait pas durer. Il fallait que le moment tranquille et au moins un peu amusant prenne abruptement fin pour en revenir aux impératifs d’un monde qui n’avait pas que du bon à offrir. Rae voulait savoir et je ne voyais pas de bonne raison de ne pas lui dire la vérité. Ce n’était pas quelque chose qui me tentait spécialement mais je n’étais pas sans cœur non plus. Je laissai malgré tout entendre un grand soupir parce que je savais précisément dans quoi j’allais m’embarquer et de dire que ça ne me tentait pas, c’était encore trop peu dire. Il y avait une partie née de bons sentiments et l’autre qui me laissait… Perplexe, au strict minimum. Enfin bon. Je lui devais bien ça. La confiance c’est important au sein d’une équipe. Très important. Je fis signe à David de nous laisser. Cela ne le concerne pas après tout.

« Bon. Tu veux savoir? Alors u vas m’écouter parce que je vais parler longtemps. Pour comprendre les Outlaws, il faut connaitre l’Initiative GCU. Global Crime Unit. Quand j’ai commencé à bosser comme flic à Star City, j’étais dans une unité spéciale. À Metropolis j’étais dans le Special Crime Unit, le SCU et à Gotham j’ai servi d’abord dans le Major Crime Unit ou MCU. Jusque-là, c’est plutôt simple en fait.

Le truc c’est que quel que soit le service, c’est le même problème : soit pas assez de moyens, soit tu te retrouves à avoir un tas de gadgets mais tu ne sais plus trop si tu es super héros auxiliaire ou flic. Depuis toujours, j’ai voulu créer une sorte de programme spécial qui serait en vigueur dans tous les services de police. Quelque chose de global, pour combattre le crime efficacement. De cette volonté nait l’Initiative GCU.

Le truc c’est qu’à l’époque, l’administration américaine voulait investir dans l’armée, pas dans la police. Nous étions considérés comme des priorités de seconde zone malgré l’explosion du crime. Tout a changé avec l’arrivée au pouvoir d’un nouveau président qui lui savait reconnaitre une bonne idée quand il en voyait une. Du coup, des fonds ont été débloqués et avec la bénédiction du Département de la Sécurité Intérieure bien…

J’ai commencé le travail. Au début, c’était plutôt réglo. Coordination avec les différents services de police pour développer de nouveaux protocoles d’intervention, un cursus de formation optimisé pour tenir compte du facteur métahumain… Et un jour, devant l’interférence des entités politiques, du municipal au fédéral j’ai poussé une gueulante en disant que si on me laissait faire, je le règlerais le problème, moi. Un coup de colère.

Le lendemain matin, j’étais convoquée au Pentagone. On m’a fait rencontrer Monsieur X. Je ne sais pas qui est ce type mais il est puissant. Extrêmement puissant. J’ai vu des généraux et des amiraux décorés plusieurs fois regarder le plancher plutôt que de regarder cet homme de l’ombre dont on ne voit pas les traits car il reste dissimulé. Il, ou elle car ce pourrait être un synthétiseur de voix m’a dit : tu as une chance de m’impressionner.

Et je l’ai fait. Au début, les Outlaws, c’était une équipe de spécialistes recrutés pour éradiquer le crime, sans se soucier de la méthode. Carte blanche. As-tu déjà entendu parler du cartel de Riziena? Probablement pas, en fait, car je m’y suis attaqué une fois et il a été entièrement démantelé. Après ça, monsieur X m’a dit qu’il mettait des fonds quasiment illimités à notre disposition et que je devais constituer une équipe de choc.

Outlaws, dans le sens de Hors de la loi, au lieu de hors la loi. En marge, si tu préfères. Au fil du temps, nous avons installé des avant-postes, recruté plus de personnel de soutien, commencé à monter l’équipe… Les rapports vont à Washington mais ils passent par monsieur X avant d’arriver sur le bureau du responsable du Département de la Sécurité Intérieure. Ce type voit nos rapports avant le bureau du président. Alors pour te répondre.

Qui est le patron? En théorie, le responsable du Département de la Sécurité Intérieure et par extension, le Président des États-Unis. Officieusement, monsieur X. Il étudie plusieurs scénarios, me les soumet et je décide si je fais ou non. Il me propose des candidats. Tu lui dois ton job, en fait. Et presque personne ne sait que nous existons : je pense que même le Président n’est pas entièrement au courant. Ça se compte…

En fait probablement sur les doigts et les orteils. Vraiment très peu de personnes. Mais je sais une chose par contre. Monsieur X est le vrai maitre d’œuvre derrière tout ça. Mon idée, mon projet, son argent, ses moyens et la bénédiction du gouvernement des États-Unis. Tu veux un conseil? Ne te poses pas trop de questions. Essaies de devenir plus réglo pour avoir une meilleure vie, c’est une bonne idée mais trop poser de questions sur les Outlaws? Mauvaise idée. »


Elle voulait des explications? Elle les avait eus. Et une mise en garde en prime. Ça ne servait à rien de trop vouloir savoir sur le sujet parce que de toute façon, je ne savais pas qui était monsieur X. Ce n’était même pas un mensonge : je l’ignorais véritablement. Alors bon. Je me dis : tant qu’à avoir un généreux commanditaire qui fait en sorte qu’on peut enfin faire le grand ménage, ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre. Après, si vous avez des problèmes éthiques avec la chose, ça vous regarde. Moi tout ce que je dis c’est que nos ordres sont claires, nos cibles bien réelles et qu’il n’y a pas eu de coup fourré jusqu’à présent. La prudence, c’est bien mais il ne faudrait pas qu’elle se transforme en paranoïa. La différence est subtile mais bien réelle. Trop de prudence, c’est comme pas assez de prudence. Et vous avez tous ce que ça fait un manque de prudence.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Dim 8 Mai - 21:13
Maggie avait joué cartes sur table et ça, c'était appréciable...

"Merci, Boss, de pas me prendre toujours pour une gamine irresponsable... J'apprécie vraiment... Franchement" commenta Razor, pendant qu'elle triturait machinalement sa petite cuillère. Était-elle nerveuse ? Certainement, mais le long monologue de la Boss signifiait au moins deux choses :

- il y avait (et il y aurait toujours) un plafond de verre au-delà duquel Rae ne pourrait aller, une connaissance qui lui demeurerait inaccessible...
- ce plafond de verre concernait également la Boss qui, finalement, n'était peut-être qu'une simple Boss locale...

"Dites, Patron, vu que notre existence et secrète et connue d'à peu près personne à part le Big Boss X, vous pensez pas que, ça se trouve, d'autres équipes comme la notre existent ? J'veux dire, on n'est peut-être tout simplement que les pions d'un jeu beaucoup plus vaste qui nous dépasse absolument..."

Elle se mordit les lèvres et ajouta :

"Ce qui est cool dans ce que vous me racontez, c'est que j'ai l'impression - vraiment - qu'on est dans la même galère... Enfin, "galère", j'veux dire par là qu'on est embarquées, toutes les deux, dans le même truc, qu'on contrôle pas mais qui nous convient au moins pour les aspects que l'on connait..."

Comme serrer des méchants. Démanteler des réseaux de criminalité. Bref agir en marge mais dans l'intérêt de la Loi. Pas en en respectant la lettre mais au moins l'esprit. Du moins, c'est comme cela que la petite caboche de Rae le concevait.

"En tout cas, je suis contente d'être des vôtres et j'vous décevrais pas, Boss. Et... je suivrai votre conseil : pas trop me poser de questions qui ne mènent nulle part et reprendre une vie saine et heureuse..."

Elle posa la cuillère et conclut d'une voix posée :

"Si un jour... Je dis bien, SI un jour, vous décidez de connaître la vérité au sujet de Monsieur ou Madame X, j'aimerai en être. D'ici là, je vais me contenter de ce que je sais. Et pour le reste... Ben, si vous avez besoin de données techniques sur les CONSTRUCTS pour le rapport à notre chef, vous les aurez en main propre tout à l'heure..."

Maggie lui avait fait confiance. Elle lui faisait confiance à son tour : la brouille au sujet du contenu du rapport était oubliée et il était évident que Monsieur X ne se contenterait pas d'un rapport bidonné... Rae s'en doutait bien : le Big Boss ne devait certainement pas être du genre à se faire rouler facilement... D'autant plus qu'il (ou elle) pouvait être n'importe qui !

"Mais pour le moment..."


Reprenant la cuillère et la trempant à nouveau dans le bol qui était devant elle, Rae conclut :

"... je crois que je vais savourer mon chocolat et profiter du moment présent !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Lun 9 Mai - 1:27
« Ne t’en fais pas. Il n’y a que nous. Notre commanditaire peut garder son identité secrète mais il oublie que je suis une Sawyer et que j’ai plus d’un tour dans mon sac. Nous sommes la seule équipe et je suis votre seule boss. Notre commanditaire a droit de regard mais ce sont mes opérations. Rien ne vaut le terrain pour planifier une mission, ne l’oublie jamais. Et il le sait, le monsieur X. »

Le raisonnement de Rae a du bon mais là elle fait vraiment trop dans la théorie du complot. Je suis touchée qu’elle s’en fasse pour nous car si ça se trouve, elle adhère vraiment à l’idée de cette grande famille dysfonctionnelle. C’est rigolo, dit ainsi mais… Voilà quoi. De dire que nous sommes une équipe, c’est facile. N’importe qui peut revendiquer faire partie d’une équipe. Mais faire partie d’une famille, c’est loin d’être la même chose et ça, n’importe qui avec une tête le sait, ça. Et notre la famille, celle des Outlaws, est évidemment loin d’être parfaite, soyons francs, quand même. Ceci dit, j’essaie de faire en sorte que la complicité entre les différents membres soit plus que « salut, ça va ». J’ai été flic toute ma vie. Je sais ô combien c’est important une équipe soudée. Quand vous devez mettre votre vie entre les mains de votre collègue…

Vous devez pouvoir avoir une confiance aveugle en lui. Point. Et j’ai confiance en mes Outlaws. Plusieurs me diront que faire confiance à quelqu’un comme Rae, avec un dossier criminel, c’est tout sauf intelligent, argumentant sur la nature profonde des criminels mais malgré ses défauts, aussi surprenant que ce puisse être pour certains, Rae fait partie de cette rare catégorie de « repris de justice » qui veulent vraiment œuvrer du bon côté de la loi. Un de mes instructeurs m’a dit un jour : Sawyer, il y a ceux qui font des erreurs et qui sont assez matures pour le reconnaitre et il y a les récidivistes. Ce sont les pires du lot et ils sont partout, y compris de ton côté de la loi. Je suis convaincue que si Rae avait eu des parents aimants, des parents « normaux », elle n’aurait jamais versé dans le crime. J’ai déjà une fille, est-ce que je veux vraiment prendre Rae sous mon aile?

Jamie est enfant unique, ça lui ferait comme une grande sœur mais comment proposer ça à Rae sans avoir l’air… Gâteuse? À moitié sénile? Je veux dire moi si j’étais une jeune adulte jamais sortit de ma crise d’adolescence et que ma boss me proposait de s’occuper de moi, de m’aider à me prendre en main, je me dirais : eh mamie, je suis une grande fille hein. Mais bon. Ça c’est moi, peut-être que Rae va réagir différemment, je ne sais pas. Il faudrait d’abord que je trouve le courage de le lui proposer. SI je trouve le courage de le lui proposer. Enfin bon. Sur cet aspect des choses, j’ai toujours l’impression d’être vraiment maladroite. Je pense que je suis une bonne mère pour Jamie mais… Je doute. Toujours. Tout le temps. Et si je n’étais pas à la hauteur, en vérité? Merde je ne suis qu’une femme après tout, je ne suis pas Wonder Woman, bordel!


« Ouais. Focusse sur le présent, Rae. Et… Euh… Je… Tu sais, si jamais tu veux… Comment dire… Rattraper le temps perdu, tu sais, faire les trucs qu’une gamine aurait dû faire avec ses parents… Un peu comme maintenant en fait. Bon je l’ai encore fais, je me suis rendue ridicule. Je sais, je sais, tu n’es pas ma fille, je n’ai pas à te prendre par la main, tu es une adulte tout ça… Tu sais que tu es diabolique en fait? Pourquoi quand je te regarde je vois une gamine qui a besoin de se sentir valorisée!? »
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 22/02/2016
Messages : 231
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Jeu 12 Mai - 16:38
"En fait, M. X ou Madame X, c'est Dieu..." lâcha Rae entre deux bouchées de son délice chocolaté.

Comprenant qu'elle avait été un peu lapidaire pour le coup, elle précisa :

"Il est tout puissant, il peut nous balayer comme des chiures de mouche si le cœur lui en dit, on peut pas lui parler en direct, ni démontrer qui il est vraiment, ses voies sont mystérieuses et impénétrables et la plupart du temps on se rendra même pas compte de son existence... M. X est une question purement spéculative qui risque de filer un sérieux mal de tête à quiconque voudra en savoir plus, j'ai bon ?"

Ayant terminé son chocolat, Rae repoussa la coupe vide.

"J'veux dire, ça sert à rien de se prendre le chou sur lui. C'est comme les questions du style : "comment c'était avant le Big Bang ?" ou "y-a-t'il une vie après la mort ?". On peut se les poser autant qu'on veut, on peut en penser ce qu'on veut... Mais la réponse, on l'aura pas dans ce monde..."

La jeune femme se sentait très mystique d'un coup. La Boss lui disait de pas s'en faire et de pas chercher. Pas parce qu'on lui dissimulait des trucs... Mais juste parce qu'il n'y avait rien à chercher ! M. X c'était Mister Nobody ou le Nowhere Man, perdu dans son Nowhere World, du dessin animé des Beatles qu'elle avait vu quand elle était encore toute petite...

Bref ! Elle avait sa réponse et elle en était satisfaite. Tout comme de la glace. Ou de ce moment de qualité partagée à deux...

Rae eut un grand sourire carnassier devant le malaise de Maggie qui essayait vraiment de se mettre en quatre pour elle et...

"Vous inquiétez pas, Boss. C'est donnant-donnant. Je dirai pas que vous vous goinfrez de chocolat à John ou aux autres, si vous dites pas que, quand vous m'emmènerez au cinoche voir une comédie romantique ou un dessin animé, j'ai chouiné devant la bobine..."

Elle eut un petit rire sonore, ramassa sa veste et ajouta sobrement :

"Merci pour tout, Boss... Ça me touche vraiment tout ça. Et..."

Elle conclut :

"On peut pas toujours être en rébellion contre le monde entier. Mine de rien, je m'en suis pas trop mal sortie, grâce aux Outlaws... Je me laisserai plus couler. Je suis libre. Bientôt clean. J'ai un job qui me plait et qui sert à quelque chose. Alors, je vais pas tout gâcher juste pour avoir l'air plus cool que je ne le suis... Donc, avant que je verse ma petite larme, je vais juste - sincèrement - vous remercier pour tout et vous dire que je suis partante pour passer du bon temps, de temps à autre..."

Enfilant sa veste, Rae passa du coq à l'âne en se levant et en lançant à Maggie :

"J'ai de la bidouille informatique à faire et je pense que vous avez votre gamine et votre femme qui vous attendent... On rentre à la base ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Fawcett City] C'était une nuit sombre et orageuse... (PV Razorsharp) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» premiere photos de nuit NOIRE!!!!!
» A. A. Milne
» Et si c'était vrai !!! (nuit du 7 au 8 octobre...)
» [Fawcett City] Let's rock'n roll !!!
» Un nouveau cours... il était temps, hé? [pv: Kayline, Sukie, Lumeka, Xion] Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-