[Fawcett City] Let's rock'n roll !!!

Invité

MessagePosté le: Ven 29 Avr - 0:53

Sterling Morris, le directeur général de WHIZ Radio, était tranquillement assis à son bureau, dos à une grande baie vitrée donnant sur l'immensité old-school de Fawcett City. Homme bedonnant mais toujours de belle stature, il ressemblait à un de ces self-made men américains à la fin de leur vie. Bien bâtis grâce aux efforts de leur jeunesse, ils s'empâtaient une fois fortune faite. Qui pouvait leur en vouloir, de toute façon ? Ils avaient plus que réussi leur vie, et la chance s'était révélée de leur côté. Le patron de la plus grande compagnie médiatique de Fawcett City regardait la porte de son bureau s'ouvrir, dévoilant un petit gars de 17 ans, béquille sous le bras. Avec un sourire presque paternel, Morris se leva et positionna le siège de manière à ce que le petit estropié n'ait pas trop de difficultés. Le jeune garçon, qui appréciait son chef, le remercia d'un vif signe de tête, et se posa tranquillement.
L'homme à la moustache blanche alla se rasseoir, croisa les mains sur la table, patienta quelques secondes pour tourner ses phrases dans sa tête, et prit la parole.

- Avant toute chose, Freddy, je voulais te remercier pour ton excellent travail. Il y a un an, j'hésitais à t'embaucher: quelle erreur j'aurais fait de ne pas t'accepter.

Le jeune homme passa la main dans ses cheveux pour repousser une mèche rebelle, et dissimuler derrière son bras un léger rosissement au niveau de ses pommettes. Les compliments lui faisaient cet effet là. Il aimait bien ça, mais se sentait toujours un peu gêné après. Il faisait son boulot de reporter, point.

- Arrêtez patron, vous allez me faire rougir.

Le sourire doux de l'homme fané s'étira encore davantage. Ah, ce petit gars... modeste, timide, poli, courageux, volontaire, exemplaire en un mot. Si seulement le monde avait davantage de Freddy Freeman, de Billy et de Mary Batson... tout irait drôlement mieux.

- J'aime souligner la qualité quand je la vois. Bref... dis moi, tu connais les Electrics ?

Le sourcil droit du garçon se leva, interrogateur. Non, il ne voyait pas du tout. Vu le nom, ce pouvait être un festival, un groupe de musique, une bande de vilains, voire tout ça à la fois. Le festival d'un groupe de vilains faisant de la musique... après tout, rien n'était impossible, avec un peu d'imagination et d'huile de coude.

- Les Electrics, monsieur Morris ?

Le directeur pouffa légèrement, et sortit une vieille affiche un peu usée, mais pas jaunie pour autant. Quatre musiciens d'une autre époque semblaient s'amuser à jouer de leurs instruments un rythme endiablé, mais très ancré dans une période un peu psychédélique. Même s'il s'était renseigné sur un peu tout ce qui s'était fait durant son absence, Freddy ne connaissait pas vraiment ce style.

- Oui, un vieux groupe des années 70, du bon rock un peu psyché, juste comme j'ai... vous aimez, vous les jeunes, avec votre mode du retro.

En son fort intérieur, le petit Freeman sourit. Pris la main dans le sac, Mr. Morris. L'employé de WHIZ Radio avait devant lui un grand fan des Electrics, apparemment. Ca sautait aux yeux... qui gardait une vieille affiche de concert pendant plus de quarante ans près de soi ?

- Je suis plus années 60, patron.

Le King, Chuck Berry, Johnny Cash et autres grandes pointures du rock américain... mais surtout Elvis. S'il ne lui vouait pas un culte, Freddy se trouvait toujours entraîné par le rythme de ses chansons. Après tout, il avait grandi avec... et il semblerait même qu'il l'ait inspiré, en tant que Captain Marvel Jr.
Quel honneur d'apprendre cela, même après coup. S'il avait pu, il serait allé le voir pour lui serre la main et faire une jolie photo avec lui.

- Goûts amusants pour un garçon comme toi.

Morris souriait, sincèrement étonné par l'ancienneté des goûts de son salarié. 17 ans, et déjà vieux comme le monde.

- Pas tant que ça, vous savez. Fawcett reste une ville sacrément ancrée dans cette belle époque.

Sterling fit pivoter son siège pour regarder au dehors. Oh oui, la ville des Shazam n'avait que peu changé depuis l'époque où il avait fondé WHIZ Radio. Cité brillante, ensoleillée, douce et plaisant: merveilleuse, en un mot comme en mille. Peut-être était-ce pour cela que rien n'avait changé... il ne pouvait exister lieu de vie plus parfait.

- Tu n'as pas tort, hé hé hé... quoi qu'il en soit, ce groupe s'est séparé dans le milieu des années 80, et leur chanteur, Jim Rook, a continué à faire carrière en solo.

Ca y est, Freddy mit le doigt dessus, et même pas besoin de la sagesse de Salomon pour le deviner.

- Et il passe chez nous.

Avec un enthousiasme non feint, le directeur rangea son affiche, se leva de son siège, un sourire béat s'étirant sur son visage. Il était clairement aux anges de savoir qu'une de ses idoles de jadis allait passer... exactement comme le jour où les Marvel volèrent de nouveau dans le ciel d'azur.

- Exactement. Dans une petite semaine, il jouera sur la place de l'hôtel de ville, pour une organisation caritative, je crois. Je serais parmi les spectateurs, et je voudrais te confier un travail.


Une semaine plus tard...

Vêtu de son blazer, de sa chemise blanche ainsi que de son écharpe fétiche, Freddy s'avançait vers la grand-place. Le brouhaha de la foule se faisait entendre même trois rues plus loin, c'en était impressionnant. Appuyé sur sa béquille, il découvrit une grande estrade colorée, de qualité, avec jeux de lumières, grand espace pour le chanteur, bref, la grande classe. Il boitilla jusqu'à un des vigiles, vêtu d'un t-shirt noir, et lui présenta son badge.


- Excusez moi monsieur, vous pourriez m'indiquer l'entrée des médias ?


Le colosse s'exécuta poliment, détaillant le chemin pour y accéder. Avec un hochement de tête, le petit journaliste remercia l'homme et reprit sa route. Après cinq bonnes minutes de route, il atteignit enfin son objectif, et se présenta convenablement à celui qui gardait l'entrée.

- Bonjour, Frederick Freeman, reporter à WHIZ Radio, j'ai rendez-vous avec Mr. Rook pour interview.

L'homme lui aussi en t-shirt noir, barré d'un grand "Crew" blanc, observa le badge du jeune homme, compara avec la liste qu'il avait en main, revérifia et sourit à son interlocuteur.

- Bien, passez. Il vous recevra après le concert.

- Merci.

L'adolescent pénétra dans les coulisses, commença à prendre quelques notes, lorsque le concert débuta. Même si les enceintes étaient dirigées vers le public, Freddy entendait parfaitement les notes, accords et paroles du chanteur. Jim Rook se débrouillait encore drôlement bien pour un sexagénaire. Si, à la base, Freddy ne faisait pas parti des afficionados de cette mouvance musicale, il ne pouvait que reconnaître les qualités de l'artiste, et clairement profiter de ce concert. Se posant sur une chaise pour soulager sa jambe blessée, il ferma les yeux et écouta du mieux qu'il put.

*Hum hum... il joue et chante plutôt bien. Je pense que ce ne sera pas un si mauvais moment que ça.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 29 Avr - 14:09
James observait ses musiciens dans le miroir de la loge. Ils bavardaient entre eux, très détendus. Le staff les avait très bien accueillis. Tout était fait pour que le groupe délivre une belle prestation le soir même.

''Tu sais pourquoi cette bière est aussi bonne ? C'est parce que Captain Marvel souffle sur l'orge pendant qu'il pousse. C'est la tradition ici.''
''Sans blague Jack. D'ailleurs, c'est pas Batman qui bénit les Chrysler qui sortent de l'usine ?

Sans toquer à la porte comme à l'accoutumée, l'organisatrice du concert rentra dans la loge où se trouvait les Electrics.

''Votre manager tient absolument à filmer le concert, mais évidemment faut qu'il se décide aujourd'hui et qu'il m'en fasse part deux heures avant… On installe quelques caméras supplémentaires, vous allez commencer un peu en retard. De toute façon, ça nous arrange parce qu'il y a plus de monde que prévu. Vous avez encore des fans les gars. A tout à l'heure!''

La porte se referma et se rouvrit aussitôt. L'organisatrice passa brièvement sa tête par l'encadrure.

''Et ne buvez pas trop. Interview par Freddy Freeman pour Whiz Radio après le concert.''

La porte claqua. James se laissa aller aux soins apportés à sa chevelure par la coiffeuse.

''Vous êtes drôlement bien conservé, Monsieur Rook. Mon père était super fan de vous.''
''J'ai pas fait comme tous les autres à l'époque, j'ai préféré un pacte avec le diable à un pacte avec la drogue ! ''
''Ma copine joue aussi dans un groupe de rock, je lui transmettrai le conseil ! Travis Baxter, c'est à vous !''

James quitta sa chaise pour laisser la place au seul jeune du groupe.

''Elle a une copine, Travis'' avait murmuré le bassiste à l'oreille de Travis. Le jeune homme préféra l'ignorer.

Travis était le plus jeune fils de Paul Baxter, le premier batteur du groupe, récemment emporté par la maladie. Son décès fut l'une des raisons qui poussèrent les Electrics à accepter ce concert caritatif ; car à part James, protégé de la vieillesse grâce à la magie de son épée, le reste des membres du groupe… James ne voulait pas y penser. Mieux valait trinquer une bière fraîche avec les copains et se remémorer quelques souvenirs partagés.


On vint chercher les Electrics pour monter sur scène. La place de Fawcett City était bondée, du sol aux toits des immeubles qui bordaient la place. James se sentit tout petit d'un coup. Les exploits de Nightmaster étaient chantés sur Myrra et colportés à travers bien des dimensions magiques. Ce soir, il s'agissait de sa planète natale et de ses habitants rongés par un mal qu'un coup d'estoc ne pouvait défaire. Il s'agissait d'aider à récolter de l'argent. Allait-il contribuer à sauver des vies ? Ce concert ferait-il la différence ?

*Ce soir, tu n'es pas le héros providentiel ou le commandant des armées, James. Juste un musicien.*

Son bassiste lui tapa sur l'épaule.

''T'as vu la foule, Jim ? On n'a pas joué devant une foule comme ça depuis…''
''Altamont.''
''Sacré bordel les sixties quand on y pense. Mais on est à Fawcett City ce soir, et ça va bien se passer.''


Jim hoche la tête en souriant. Après avoir jeté un dernier coup d'oeil au flight-case dans lequel il avait caché son épée pour se rassurer, James prit la guitare qu'on lui tendait, vérifia l'accordage et fit son entrée sur scène sous les cris du public.

Vers le premier tiers du concert, un halo éthéré de lumière s' échappait de la fermeture du flight-case. Nightsword prévenait son détenteur d'un danger imminent. Mais James ne jetait pas un regard aux coulisses, trop occupé à jouer avec le public, emporté par l'énergie que dégageait le groupe ce soir-là.

Ce ne fut que lorsque le solo du jeune Travis commença que James remarqua qu'on s'agitait backstage. Profitant que le batteur captait toute l'attention, James se faufila discrètement vers le groupe de roadie.

''Votre flightcase brille drôlement, m'sieur Rook. L'équipe de déminage est en chemin.''
''Non, vous ne comprenez pas…''
''Procédure de sécurité, m'sieur Rook. Je suis certain que vous comprenez pourquoi on fait ça…''

Les coups donnés à la batterie commençaient à prendre plus d'ampleur. Comme des coups de tonnerre.

''Ils foutent quoi les ingés…''

Une onde de choc les projeta au sol. Les enceintes de la scène furent fortement ébranlées et une se détacha de la structure de métal pour s'écraser au sol. James, suivi par des agents de la sécurité, se précipita sur la scène pour dégager les corps inconscients de ses amis. Il grimpa sur la petite plate-forme qui supportait la batterie et écarta les deux toms au sol pour pouvoir se saisir du corps de Travis. James le tira hors de là et l'emmena dans les coulisses pour l'exfiltrer.

Un portail inter-dimensionnel s'était ouvert au dessus de la scène dans un grondement sourd qui couvrait presque les cris de la foule. Quelque chose commençait à émerger du portail. Sans prendre le temps d'analyser la situation, James hurla à l'adresse de la première personne qui croisa son regard. Un jeune boiteux.

''Ouvre le flight-case et lance-moi le paquet que tu y trouveras !''


*A t-on vraiment besoin de James Rook ? A t-on jamais eu besoin de moi ? Plus les années passent et plus je crois que nous avons besoin de Nightmaster. Ai-je été si naïf de croire que j'aurais pu faire la différence ?*
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 3 Mai - 8:22
Tout se passait à merveille. Les Electrics reformés jouaient à merveille, et semblaient s'amuser à le faire. Le public de Fawcett City réagissait extrêmement bien à la musique et à l'ambiance instillée par le groupe, ce qui donnait encore plus la patate aux musiciens. Un cercle vertueux se formait ainsi, promettant un spectacle exceptionnel. Même Freddy, pas particulièrement fan, se surprit à taper du pied en rythme dans les coulisses. On sentait que tout allait bien, et c'était plaisant. Seulement, quand tout se passait bien dans le monde d'un super-héros, on pouvait clairement prédire qu'une embrouille se tramait non loin de là. Effectivement, là où peu d'humains s'étaient rendus, des êtres étranges trépignaient d'impatience. Ils allaient bientôt pouvoir se dégourdir les jambes, et les mâchoires...
Étonnamment, le son de toute cette musique enflait. Il grossissait, il tournoyait dans les airs, devenant presque perceptible. Il s'accumula au dessus de la scène, et au bout de quelques secondes, éclata en une violente onde de choc. Les musiciens et spectateurs proches furent projetés au sol, tandis que les autres ne firent que ressentir la force du souffle. Freddy, lui, heurta durement le mur derrière lui. Le souffle coupé, plié en deux, il chercha à inspirer le plus d'air possible, avant de lancer:

- Holy Moley !

Rapidement remis, il fit quelques pas vers la scène, et observa ce qui s'y passait. Une espèce de grand miroir vert parcouru de veinures irrégulières plus claire flottait au dessus des artistes. L'adolescent fronça les sourcils... que Salomon lui vienne en aide. Ce ne pouvait pas être un de ces musiciens qui était la cause de l'événement. Il refusait d'envisager cette éventualité, tout pétri de foi en l'humanité qu'il était.
Quoi qu'il en soit, il ne servait à rien de débattre philosophie et convictions ici, des vies pouvaient être en danger. Pour lui même, le garçon murmura, car il le sentait:

- C'était magique...

Des formes commencèrent à émerger de ce qui finalement était un portail. Vers où ? Vers quand ? Personne ne pouvait le savoir, mais au fond de lui, Freddy détecta une autre source magique, toute aussi puissante, mais différente. Bénéfique. Et elle émanait du flightcase que Jim Rook pointait du doigt en hurlant.
Aussi vite qu'il le put - pauvre petit boiteux - Freeman ouvrit la boite noire et en sortit un paquet ressemblant à une canne ou... à une épée, ainsi qu'un petit sac en toile de jute. Sans reprendre appui sur sa béquille, il lança les deux au fameux chanteur, et s'éloigna en boitillant vers les coulisses. Il fallait faire quelque chose. Protéger les Fawcettiens. Le jeune des années 60 accéléra le pas, et grand bien lui en fit: des morceaux de métal brisés par l'onde de choc tombèrent des structures, et fracassèrent le sol pile là où il se serait trouvé s'il n'avait pas avancé.

- Nom de...

Ca devenait dangereux ici. Il était temps d'appeler:

- J'ai l'impression qu'il va y avoir de l'orage ! SHAWoooooops !

Freddy se jeta sur le côté au dernier moment, manquant de peu de se faire heurter par d'autres énormes fragments. C'était dangereux ET ça pressait, désormais. Rampant sur quelques mètres pour ne pas abimer plus encore le lieu, il sourit, et s'exclama enfin:

- SHAZAM !

Les citoyens terrifiés fuyaient devant les créatures qui émergeaient du portail. Des êtres difformes, étranges, qui ressemblaient à des gobelins, caquetaient avec ferveur devant ce nouveau monde qui s'offrait à eux. Ils allaient pouvoir fonder leurs villes, leurs pays, et surtout interdire la musique. Toute musique en ce monde serait annihilée, et c'est ce que hurla le plus gros des gobelins au soleil qui brillait doucement au dessus de lui.
Cependant, un nuage gris se forma en quelques secondes devant l'astre de vie, et de lui jaillit un vif éclair doré. Les Fawcettiens connaissaient cela, et d'un coup, l'espoir revint en eux. Pourquoi fuyaient-ils, quand ils avaient d'aussi grands protecteurs que les Marvel ?
Des décombres métalliques jaillit alors un être divin, auréolé d'énergie électrique, que beaucoup connaissaient sous le nom de King Marvel. Jadis, Marvel Jr., il avait su évoluer, su grandir pour devenir plus que ce que le pouvoir du Captain pouvait lui offrir, et ce afin de protéger la magie et la vie. Utilisant sa voix puissante, le grand brun s'exclama:

- Citoyens de Fawcett City, gagnez les différentes sorties de la ville ! Le menace sera contenue !

Il se craqua ensuite les doigts. Ca faisait quelques jours qu'il n'avait pas pu se dégourdir les jambes. Prenant son élan dans les airs, il chargea vers les créatures, rejoignant un combattant à l'épée: Rook... apparemment, il avait été infusé d'un quelconque pouvoir magique. Ce devait expliquer sa grande forme et sa jeunesse à bientôt soixante-dix ans.

- A nous deux, créature.

Alors que l’Épéiste s'occupait de deux gobelins, Shazam n'avait plus qu'à gérer la dernière. Se posant au sol, il s'avança jusqu'au monstre, le souleva d'une main, et le renvoya dans son portail, d'un jet parfait. Ce serait bientôt fini.
L'ouverture dimensionnelle se mit à gronder, à vrombir. Plusieurs monstres similaires en sortirent, plus d'une demi-douzaine, de grands sourires gravés sur leurs visages.

- A nouuuuus... quinze, maintenant.

Shazam allait de nouveau foncer, quand autre chose passa une grande main par le passage. Gigantesque. Comme s'il s'agissait d'un trou dans un mur, elle élargit le chemin, pour frayer un passage au corps qui contrôlait cette main. Une créature bipède titanesque, frôlant les dix mètres de haut, enfonça le stage, brisa le béton en dessous, et se faufila sur Terre. Des piques gigantesques ornaient ses articulations, et deux défenses sans nul doute mortelles pointaient de chaque côté de son immense gueule garnie de crocs ensanglantés. Il tenait à la main une poignée de gobelins à moitié mangés, et progressait avec fureur et fracas sur la place de l'hôtel de ville.

- Arrrrh, par le Rocher ! Vous n'y allez pas avec le dos de la cuillère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 6 Mai - 20:36
Nightsword métamorphosa James en un éclair. La tenue de concert laissa place à une armure bleutée et une cape vermillon. Le jeune homme qui lui avait lancé l'épée avait disparu. D'ailleurs, James ne pensait plus à lui, car ce qui se déroulait sous ses yeux lorgnait sur une toile de Jérôme Bosch. Il n'y avait plus qu'une chose à espérer: l'arrivée miraculeuse de l'un des protecteurs – ou d'une protectrice! –  de Fawcett City.

La dextérité de Nightmaster parvenait sans peine à se débarrasser des petits gobelins. Ceux-ci, malingres, difformes et de petite taille, tenaient maladroitement sur leurs jambes arquées. Aucun doute n'était possible: ce portail était bien d'origine magique, un seuil vers une autre dimension. Où les gobelins se trouvaient être mélophobes.

Cette intolérance à la musique étonna tellement Nightmaster que lorsque le chef Gobelin – bien plus gros et puant que les autres – beugla l'extinction de toute forme musicale d'une voix grasse dans une gueule baveuse; le chevalier lui coupa la parole en lui coupant la tête. Deux gobelins se jetèrent sur lui, un troisième fut renvoyé dans le portail par un membre de la famille Marvel. King Marvel!

''One for the money, two...''

James n'avait pu s'empêcher de crier ces paroles alors qu'il se débarrassait de ses deux assaillants. Le visage de King Marvel ressemblait fortement à celui d'Elvis Presley, le King, celui qui donna envie au jeune James de prendre une guitare et de chanter.

''On ne vous attendait plus, King Marvel! Et eux non plus d'ailleurs...''

Nightmaster raffermit la prise de ses doigts autour de son épée et adopta une nouvelle position de garde de façon à envoyer un coup latéral ample et de large amplitude. Une quinzaine de gobelins venait de débarquer.

Cette nouvelle vague d'ennemis fut en partie écrasée par une immense ''main'' griffue qui saisit quelques survivants pour les fourrer dans une gueule plus grande encore. L'autre ''main'' tenait d'autres gobelins qui, s'ils n'étaient pas avalés, périraient sans doute d'asphyxie. La créature avait défoncé la scène et les deux héros durent leur survie grâce à leurs réflexes. Nightmaster se releva péniblement, la chute avait été dure et il n'était pas arrivé à se réceptionner correctement. Sans leur prêter plus d'attention, la créature parcourait déjà la place.

James craignait pour les civils. A cause de leur grand nombre, les secours et les renforts peinaient à rentrer sur la place. Mais il ne devait pas se laisser submerger. Il ne le pouvait pas. Il se souvint avoir crié quelque chose à King Marvel avant se plonger dans les décombres de la scène.

''Je suis trop petit pour gérer ce monstre! Je vais chercher un moyen de fermer ce portail! On se retrouvera sur son cadavre encore fumant! Je vous aiderai, King Marvel mais mon épée et moi ne pouvons que lui porter le coup de grâce... Vous seul pouvez le maitriser!''

James disparut. Qui avait bien pu ouvrir ce portail ? Qui... ou quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Fawcett City] Let's rock'n roll !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Fawcett City] Let's rock'n roll !!!
» pull rock'n roll attitude
» Lucile amour et rock'n roll
» AutomobiliA (rock'n'roll spirit)
» BIENTOT NOEL BAGUES PENDENTIFS ROCK N ROLL .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-