[outlaws] Story Arc 2 ~ Quand une informaticienne rencontre un ordinateur et doit jouer les nounous ~ Felicity (Terminé)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

MessagePosté le: Ven 13 Mai 2016 - 18:58
Bon ben me voilà lâchée dans le grand bain. Les groupes faits, tout le monde sait ce qu'il a à faire. Je donne mes dernières recommandations à Oliver et Mia, je demande surtout à Ollie de faire attention à lui... Sortir avec un super héros, croyez moi, ce n'est pas de tout repos. Bon je dois dire que maintenant j'ai l'habitude mais là, les choses sont différentes. Ce n'est plus une relation de boss à employé qui nous unit mais quelque chose de beaucoup plus important et depuis que nous somme ensemble, je ne peux pas m'empêcher de me faire du soucis pour lui, au grand désarroi de Diggle qui doit supporter mes questions existentielles et crises de panique. Une fois tout le monde parti, je me retrouve donc seule, installée devant du matériel de toute dernière génération. Normalement, j'aurais du bosser en équipe mais mon binôme est dans l'incapacité de venir. On dirait que je ne vais finalement pas rencontrer tout les membres des outlaws aujourd'hui.

Installée devant les écrans, je fais d'abord craquer mes doigts et mon cou avant de remonter les lunettes sur mon nez. Ça y est, la machine informatique est en marche et maintenant plus personne ne va réussir à troubler mon travail. Je suis concentrée, je ne dis plus un mot et je m'occupe déjà de pirater un ou deux satellites qui s'occupent de surveiller les zones où nos héros vont agir.

Il ne me faut pas longtemps pour m'habituer au matériel. De toute façon, un ordinateur reste un ordinateur, que ce soit du haut standing ou non et j'ai toujours vaincu, même sur les plus capricieux. En tout cas, je suis impressionnée par la puissance de l'engin et je ne peux pas m'empêcher de penser à tout ce que je pourrais faire avec un truc pareil. En quelques clics, j'arrive à désactiver les pares feu du premier satellite. Il faut faire vite, on ne sait jamais, ceux qui le surveillent risque de voir que quelque chose ne va pas si je n'agis pas assez vite. Il faut que je rende tout ce petit monde invisible et bien feu !

Je lève les yeux de l'écran, le temps que mon petit virus s'implante tranquillement et je ne peux pas m'empêcher de regarder la fille de Maggie. Je ne sais pas pourquoi, mais de là où je suis je sens que ça pue le pot pourri et qu'on va me demander de jouer la baby-sitter. Sérieux, les enfants ça n'a jamais été mon truc et ils me font même flipper. En plus je ne sais même pas quel âge elle a et je jure que si Maggie me demande de la surveiller, je la colle avec de la super glue sur son fauteuil pour éviter qu'elle ne s'échappe et que je subisse les foudres de la patronne.

Je me racle la gorge et je reporte mon attention sur les deux écrans. Mes doigts pianotent à toute vitesse sur le clavier et en quelques secondes, je finis d'installer mon programme. Un petit bijou que j'ai réalisé moi-même et qui sert de très bon leurre pour ce genre de situation. Ceux qui surveillent ce que voit le satellite auront la certitude que rien ne se passe.

Sourire pas peu fier sur le visage, j'attend avec joie la suite des hostilités. En tout cas, je ne me sens pas dépaysée ici !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 13 Mai 2016 - 20:59
Tous les Outlaws avaient reçu leurs ordres de mission et étaient partis sur le terrain. Maggie Sawyer était en train de donner ses ordres et donc… Elle avait laissé Jamie sans trop de surveillance parce que pour une adolescente de treize ans, elle était d’une rare maturité et donc pouvait se tenir de façon calme et adulte au milieu de ce maelstrom de confusion et d’informations qui fusaient de toute part. C’était ça être fille de flic. Toujours de l’action. On ne pouvait pas vraiment appeler ça une enfance normale, pas vrai? Alors elle restait dans le bunker et observait ce qui se passait. Pas de ses propres yeux, en fait. Elle semblait être sur sa tablette mais le mini bulldozer avait en fait piraté les caméras pour pouvoir regarder ce que tout le monde faisait. Elle regardait avec attention Felicity pirater deux satellites. C’est que Jamie adorait la technologie.

Contrairement à sa mère qui était plus méthodes traditionnelles, l’adolescente aimait bien tout ce qui était gadget et même si elle n’avait pas forcément le niveau de Felicity, elle s’en sortait plutôt bien. Comment pensez-vous qu’elle réussissait à suivre, soir après soir, les opérations de police sur lesquelles sa mère bossait? C’était encore mieux qu’une série télé quoi! Si Rae était la samouraï du réseau et Indigo le Terminatrice du net, Felicity était quelque chose comme… La princesse de l’informatique. Élégante, raffinée, elle avait un style bien à elle qui contrastait avec l’attitude clinique de la femme machine et le tempérament rebelle de la métahumaine. Ceci dit, comme elle voyait ce que Felicity tapait sur l’écran, elle ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Elle avait donné la mauvaise commande pour les rétrofusées du deuxième satellite… Bizarre ça.

Comme c’était une Sawyer donc quelqu’un qui n’avait pas peur de dire ce qu’elle pense, elle s’approcha de Felicity en trainant avec elle sa boîte à lunch, son sac à dos, sa tablette et une chaise à roulettes. Dans des circonstances normales, elle aurait eu l’air de l’adolescente qui va voir sa prof pour une période de récupération pour poser les questions qu’elle ne peut pas poser en classe. La différence, c’était qu’ici, une erreur pouvait tuer. Les questions devaient être précises et les informations pertinentes. Et elle avait vu comment Felicity l’avait regardé. Plusieurs membres des Outlaws n’avaient rien contre Jamie mais tous savaient que si quelque chose lui arrivait, c’était LEURS têtes qui allaient rouler. Jamais la mini Sawyer n’avait fait de chantage en connaissant ce fait mais bon… Elle s’était quand même invitée à la dernière mission. Avec Batwoman.


« Je dis ça je dis rien mais est-ce que tu penses que ce serait sympa d’utiliser des drones aussi? Parce que quand on voit ça à la télé, ils sont utiles. L’armée doit en avoir quelque part, pas vrai? Après je dis pas de tirer sur les gens mais juste quelques yeux de plus dans le ciel, non? Est-ce que tu penses que c’est comme dans les films, qu’ils peuvent devenir invisibles ou indétectables aux radars? »

Felicity allait en rester sur le cul. Quand on voyait Maggie et son attitude dédaigneuse pour « du matériel qui faisait le travail à la place des policiers » (et donc, de son point de vue, encourageait certains officiers de police à paresser), c’était à vous donner une attaque cardiaque d’entendre une Sawyer vous parler technique sans se fouler la mâchoire. Elle était comme ça Jamie. Forcément, son père, sans être négligent, ne lui donnait aucune attention et elle avait le sang chaud de sa mère. Si elle ne pouvait pas aider sur le terrain, elle aiderait avec le soutien logistique. Sortant un thermos de son sac à dos, elle se versa dans un verre en styromousse un thé odorant et fruité et en offrit un à Felicity avant de regarder à gauche puis à droite. Personne? Elle sortit une petite boite avec des petits carrés de chocolat. La recette secrète de sa mère. Si quelqu’un apprenait que Maggie était une maman gâteau…

« Le dit à personne que c’est les chocolats faits par ma mère ou elle va me gronder. Je sais pas si c’est une super boss mais c’est une super maman. Enfin bon, si tu as besoin d’aide je peux aider. Tu prends les satellites et je prends l’électricité, l’eau et les transports? Tu sais, pour faire des diversions. Pas que j’ai déjà piraté le centre du trafic de Gotham. Je suis fille de flic et bien élevée. Mais… Théoriquement… Je pourrais le faire, tu comprends? »

Non contente d’avoir appris des meilleurs du SCPD, du MCPD et du GCPD, Jamie avait également la chance d’avoir tout un modèle en informatique. Elle est belle, elle est classe, elle est riche et elle est rousse : elle parlait bien sûr de sa mère adoptée, Kate Sawyer Kane. Au moins, avec Kate, avant qu’elle ne disparaisse, elle pouvait s’asseoir avec elle et regarder des émissions de science et de technologie et en discuter. C’est justement en regardant une telle émission qu’elle avait appris pour les satellites et les drones. Elle avait ensuite arpenté le monde virtuel du net pour se renseigner davantage et les forums technos un peu « underground » en avait fait leurs choux gras. Les théories du complot sur les drones et autres appareils télécommandés étaient légion, après tout. Pas mal pour la mini détective…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 18 Mai 2016 - 17:27
Assise devant le bureau, les yeux rivés sur les deux écrans, je suis concentrée sur ce que j'ai à faire. Mes doigts tapotent sur le bord du bureau, j'attend de voir si ce que j'ai fais va fonctionner. Alors que je bloque sur mon écran depuis cinq bonnes minutes, je fais un bond dans mon fauteuil. Il me faut quelques secondes avant de comprendre que c'est Jamie, la fille de Maggie et de Kate qui me parle. Sa voix d'abord lointaine, finit par être audible et je ne peux pas m'empêcher de me tourner vers elle, un sourcil levé. Décidément,  je sens que cette journée va être pleine de surprises. Alors non seulement, c'est moi qui vais devoir jouer les nounous, mais en plus, c'est une gamine de, de quoi, 13 ans qui va me dire ce que je fois faire. Je la laisse parler, je ne dis rien, mais je ne me retiens pas de jeter un coup d'oeil sur mon écran. Sa question me fait sourire, elle veut que je lui dise ce que je compte faire mais je reste sur la défensive. Après tout, Maggie a bien dit qu'elle ne devait pas participer à tout ça... Non mais franchement, j'ai une tête à savoir m'occuper des enfants ? Je me contente de secouer la tête affirmativement en réponse à sa question sur les drones. Je la fixe quelques secondes avant de me tourner une nouvelle fois vers mon écran. Pitié, ne passe pas le reste de la journée à me poser plein de questions... s'il te plaît...

En tout cas, je suis plus que surprise par ce que vient de me dire Jamie. Les termes qu'elle vient d'utiliser et la question qu'elle m'a posée contrastent très bien avec l'idée que Maggie a de la technologie. Reste concentrée Felicity, reste concentrée. Alors que je continue de faire ce que j'ai à faire, une odeur de thé fruité m'arrive jusqu'aux narines et je ne peux pas m'empêcher de me tourner vers la source de cet endroit. Jamie me tend une tasse de cette magnifique boisson que j'adore et je lui adresse un sourire pour la remercier. Je souffle à la surface de la tasse et de la fumée s'échappe. Je ferme les yeux quelques secondes avant de les ouvrir pour fixer une nouvelle fois Jamie, qui vient de sortir une petite boîte de son sac. Dés qu'elle l'ouvre, l'odeur qui s'en échappe ne laisse aucun doute quant à son contenu. Du chocolaaaaaat ! Maggie qui fait des chocolats ? En ayant cette image dans la tête, j'ai envie d'éclater de rire, mais je me retiens. Décidémment, Mme La Commissaire est pleine de surprises et j'adore ça ! J'ai hâte de savoir si elle a d'autres secrets qui cassent un peu plus son côté "fort caractère". Je n'y pense pas plus parce que l'odeur de chocolat qui me chatouille les narines vient titiller mon pêché mignon, la gourmandise. Pour couronner le tout, les chocolats, j'adore ça ! J'en prend un avec grand plaisir et je souris une nouvelle fois à la jeune fille. Alors que je suis occupée à croquer, à déguster le petit carré, Jamie me demande quelque chose qui me coupe dans ma dégustation. Les yeux écarquillés, je reste là sans rien dire, une moitié de chocolat dans ma bouche pendant que l'autre fond entre mes doigts.+

- Quoi ? Tu sais faire ça toi ??

Suspicieuse, je la fixe sans cligner des yeux. Va vraiment falloir qu'elle m'explique d'où elle connait tout ça... Les bras croisés sur la poitrine, je reste silencieuse plusieurs secondes avant de prendre la parole, mais en chuchotant.

- Si ta mère apprend ça...

Je ne préfère pas penser à ce qu'elle nous ferait.... Seulement voilà, j'ai pas mal de choses à faire pour aider les autres et je dois bien avouer qu'une paire de mains supplémentaire ne ferait pas de mal au contraire. Ça me faciliterait énormément les choses.

- Assis toi là et attend que je te dise quoi faire....

Je lui désigne un fauteuil avant de le tourner vers mon écran. Pitié, faites que je ne sois pas en train de faire une bêtise et surtout, faites que je ne vois pas ma tête rouler à mes pieds !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 18 Mai 2016 - 21:36
Jamie sourit, amusée, du sourire d’une gamine de treize ans qui dirait à une grande sœur « je connais quelque chose que tu ignores ». Elle était certes la fille de Maggie Sawyer mais quelle adolescente digne de ce nom ne passe pas par une phase rebelle? Certains ados plus que d’autres prenaient de sacrées tangentes mais Jamie semblait avoir troqué les pensées anarchistes pour une attitude plus mature… Mais dans le but de courroucer et de déstabiliser sa très chère maman. Parce que oui, Maggie se plaignait parfois à qui voulait l’entendre que Jamie commençait à contester l’autorité parentale… En accusant copieusement son ex-mari d’être la cause de tout ceci. Comme toutes les mères, Maggie s’inquiétait pour sa progéniture. Jamie étant fille unique, ce n’était plus une mère poule, c’était une mère ptérodactyle avec un flingue.

Mais oublions les petits drames de la vie autrement passionnante de la valeureuse commissaire Sawyer et concentrons-nous sur ce duo de choc en devenir. D’un côté, Felicity Smoak, baby-sitter extraordinaire et de l’autre, un mini bulldozer techno. Jamie, comme sa mère, n’aimait pas rester à rien faire alors elle prenait très au sérieux ce que lui disait la sympathique blonde technophile (ce qui exclut d’entrée de jeu sa maman). Si elle pouvait aider, elle aiderait. Elle est jeune, elle est futée, elle est motivée et très douée : elle pouvait donc contribuer à sa façon aux Outlaws. Et si jamais sa mère passait dans le coin, allergique aux ordinateurs comme elle était, elle ne suspecterait pas que Jamie aidait Felicity. Elle penserait que Jamie regardait sur son propre écran. Prenant une gorgée de thé, elle décida de donner suite à ce sourire amusé esquissé plus tôt.


« Tu sais, elle n’est pas méchante, ma mère. Elle t’aime bien en fait. Quand elle est rentrée à la maison après t’avoir rencontré elle a dit : je viens de rencontrer une anomalie statistique, la blonde la plus intelligente que j’ai vue de ma vie. Ma mère n’est pas du genre à complimenter pour complimenter. En fait pour reprendre les mots de mon papa : il faut les lui arracher de la bouche avec une paire de pinces. »

Et justement, parlant du loup, la tonitruante Maggie Sawyer passa en trombe, sans un regard, beuglant une série d’ordres à ses subordonnés avant de retourner vers le centre névralgique des opérations. Elle ne se rendit compte de rien, ce qui fit glousser Jamie. L’adolescente continuait de regarder ce que Felicity faisait, visiblement très intéressée. Elle ne prétendait pas forcément tout comprendre mais elle était assez intelligente pour s’y retrouver au moins un peu. En tout cas, elle n’était pas déçue d’avoir tenté d’attirer l’attention de Felicity et si ça lui coûtait une partie de son chocolat, tant pis. Ce serait toujours mieux que de rester dans son coin, à attendre que sa mère finisse de sauver le monde pour pouvoir rentrer à la maison. Surtout que depuis que les avocats de Kate s’en étaient mêlés, elle restait presque exclusivement à Gotham.

« Tu comptes faire quoi, au juste? On devrait faire comme dans Watchdogs, tu sais, le jeu vidéo? Et un peu comme dans maman j’ai raté l’avion. Les villes regorgent de machins électroniques qu’on peut pirater à distance, c’est Indigo qui me l’a dit. Elle est sympa. Un peu bizarre mais sympa. Rae aussi est cool. En fait, toutes les filles technos des Outlaws sont cools. Il n’y a que Mia que je ne connais pas. Elle est gentille? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 23 Mai 2016 - 10:57
J'attend que Jamie se soit installée à la place que je lui ai désignée avant de reprendre mon travail. Il faut que je fasse en sorte de faire plusieurs diversions sur un laps de temps assez important ce qui va permettre aux autres de faire ce qu'ils ont à faire sans trop éveiller les soupçons. J'ai plusieurs atouts dans ma manche et même si la programmation et le piratage des réseaux utilisés par la ville n'ont pas de secrets pour moi, je suis sûre que Jamie va être d'une très grande utilité. Oui je sais, je risque de me faire taper sur les doigts par la patronne mais si elle menace de me virer et bien je menacerait de balancer ses petits secrets culinaires aux autres. Les yeux rivés sur l'écran, je continue aussi à surveiller la jeune fille du coin de l'oeil. Pas envie qu'elle me touche à un truc qu'il ne faut pas même si d'après elle, elle s'y connait. Alors qu'elle me parle de sa mère et de ce que cette dernière pense de moi, je ne peux pas m'empêcher de sourire. Je ne suis pas étonnée, je fais cet effet à tout le monde et ça m'amuse. Je me souviens encore de la tête de Ollie quand il a découvert ce que je savais faire avec un disque dur d'ordinateur. Je ne peux pas m'empêcher de pouffer aux derniers mots de Jamie mais je me calme dés que j'aperçois Maggie qui vient passer devant nous pour aller hurler sur quelques hommes qui n'ont, à mon avis, rien demandé. A côté de moi, Jamie glousse lorsqu'elle se rend compte que sa mère ne s'est doutée de rien et moi qui ai retenu ma respiration, je ne peux pas m'empêcher de pousser un soupir de soulagement une fois l'orage passé.

Je fais craquer mes doigts et je programme la première diversion, une coupure de courant générale. Elle ne va durer que 5 minutes, mais ces 5 petites minutes vont, je l'espère, permettre à tout le monde de passer inaperçu. Par dessus mon épaule, je sens le regard de Jamie qui s'intéresse à ce que je fais. Je ne dis rien, ça ne me dérange pas tant qu'elle ne me pose pas trop de questions à la seconde. Seulement voilà, c'est une gamine et une gamine de 13 ans ça ne sait pas tenir sa langue dans sa poche. En quelques secondes, je me fais assaillir de questions et je ne peux pas m'empêcher de lever les yeux au ciel. Quand elle me parle de Watchdogs, je me tourne vers elle, un peu perplexe. Ouais je suis une accro aux ordinateurs, mais je ne m'intéresse pas aux jeux vidéos. Je fais mine de connaître pour ne pas sembler ridicule et je continue ce pour quoi je suis douée, le piratage. Voilà que Jamie me parle des filles du groupe, de comment elle trouve Rae et Indigo et elle finit par me demander comment est Mia. Sans quitter les yeux de mon écran, je lui répond.

- Mia est du genre discrète... Je me tourne vers Jamie et je fronce les sourcils Elle n'est pas du genre à me poser 10 000 questions à la seconde comme toi.

Je secoue la tête et je repose mon regard sur l'écran.

- Tu vois Jamie, je vais pirater le serveur qui gère l'alimentation électrique de la ville. Le courant va se couper pendant une fenêtre de 5 minutes, il n'y aura plus de surveillance, la circulation va être légèrement perturbée... En gros ça va être le bazar et nos petits super héros ont intérêt d'en profiter vois-tu...

En effet, une fois les 5 minutes écoulées, tout va redevenir normal et ils ne seront plus invisibles. Pourquoi 5 minutes ? Parce qu'au delà, la coupure deviendrait suspecte.

- Dans 10 minutes environ, je vais pirater le réseau des communications, les téléphones vont devenir fous etc....

Mettre la zizanie, voilà ce que je compte faire. Et puis si un des outlaws se fait filmer, j'ai prévu quelques petites choses pour effacer les traces.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 23 Mai 2016 - 15:13
Jamie aurait pu jouer les vierges offensées mais elle ne dit rien. Elle était attentive, allumée, vive d’esprit et comprenait très bien que Felicity puisse la considérer plus comme un poids que comme une aide. C’était souvent comme ça en fait. Les gens la jugeaient pour son âge sans se rendre vraiment compte du talent derrière. Ils considéraient ses questions comme agaçantes sans prendre en considération que c’était une manière pour elle d’apprendre. Elle n’en voulait pas à la blonde, elle s’était un peu imposée par sa présence mais en même temps, on ne pouvait pas s’attendre à ce qu’elle reste dans son coin à ne rien faire. Felicity pouvait lui apprendre beaucoup de choses, il suffisait qu’elle se donne la peine d’accepter une aide sincère quand on lui en proposait. Et puis bon, le travail d’équipe, ce n’est pas un mal après tout. C’est un bien.

Jamie, donc, avait écouté tout ce que Felicity avait dit et la gamine de treize ans trouvait cela très intéressant. C’était vraiment comme dans Watchdogs. Utiliser tout ce vaste univers technologique comme d’un terrain de jeu original pour neutraliser les méchants. C’était vraiment cool tout ça. Le seul problème c’est que Felicity ne lui donnait aucune responsabilité. Elle était là, passive, à ne rien faire. Enfin si elle regardait, elle observait mais c’est comme regarder quelqu’un jouer à votre jeu préféré. Vous voulez entrer dans l’action aussi, pas juste être une spectatrice. Sinon c’est nul. Archi nul même. Et comme la blonde n’était pas très causante bah… Il faudrait improviser un peu. Ce n’était pas dramatique, c’était juste… Moche. Elle voulait aider et elle avait l’impression d’être de la visite qui arriverait à l’heure du souper ou encore un cheveu sur la soupe.

Du coup, elle allait faire comme elle faisait tout le temps. Profiter du fait qu’on ne regarde pas pour faire ses trucs. Pendant que Felicity effectue son piratage, Jamie prend des notes. Si elle veut pouvoir faire pareil, il faut bien qu’elle puisse se baser sur quelque chose. Elle sait y faire avec un ordinateur mais Felicity c’est la blonde déesse du réseau, rien à voir avec ce qu’elle fait-elle. Face au monde, elle est douée. Face à Felicity, elle est d’une modestie à peine croyable. Maggie ne le sait pas mais un tel talent c’est de l’or en barre. À la bourse des hackers, cette femme vaudrait des millions à elle seule. Si les hackers avaient une bourse. En tout cas Jamie avait hâte que Felicity lui désigne un ordinateur pour elle et non pas juste un fauteuil pointant sur son écran. Elle voulait prendre part à l’action et si Felicity ne la laissait pas faire… Elle le ferait d’elle-même.

Et en fait c’est ce qu’elle fait. Elle s’installe à l’ordinateur à côté de Felicity et elle commence à faire un peu comme Felicity. Elle se retrouve au bout du compte avec tout ce qui est canalisations. Eau, gaz… Felicity a les communications et l’électricité, elle a deux autres éléments amusants à utiliser. Le gaz, c’est plus dangereux mais le rediriger vers un stock d’arme, par exemple, c’est déjà plus utile pour vaincre les méchants. Tant pis si Felicity n’est pas contente. C’était à elle de lui donner des responsabilités. C’est un peu comme avec son père en fait. Faute de lui donner quelque chose à faire, elle s’ennuie et quand elle s’ennuie elle a envie d’expérimenter et parfois bien… Une erreur de jeunesse est si vite arrivée. Rien de grave, heureusement mais bon hein. On ne peut pas non plus demander la perfection et la maturité absolue aux adolescents qu’en même!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 24 Mai 2016 - 11:28
Bon d'accord, je ne sais pas comment m'y prendre avec les gamins et encore moins quand l'un d'eux insiste pour me donner un coup de main. J'ai envie de lui donner des trucs à faire, mais j'ai un chouilla peur que sa mère me tombe dessus au moment où je m'y attend le moins. J'ai envie qu'elle m'aide, je ne demande que ça parce que ça me faciliterait les choses, mais je n'ai pas vraiment envie que Maggie me tue. Assise devant mon écran, je me triture les doigts et je jette un coup d'oeil vers Jamie qui prend des notes sur ce que je fais. Je lui adresse un petit sourire et je lui fais un clin d'oeil avant de me lever de mon fauteuil. Avant qu'elle ait le temps de comprendre quelque chose, je pousse son fauteuil pour le mettre face au second ordinateur. D'un geste du doigt, je lui demande de ne rien dire. En quelques clics, j'ouvre ce qui nous intéresse. Alors que je vais pour reprendre ma place, j'ai une idée et je vais ouvrir une fenêtre avec le solitaire, juste au cas où.

Une fois que nous sommes installées toutes les deux, je pianote sur mon clavier pour aller m'insérer sur l'ordi de Jamie. Ainsi, je pourrais m'assurer qu'elle fait ce que je vais et surtout, je pourrais lui donner mes instructions sans avoir à parler à voix haute et donc sans attirer l'attention de la grande patronne. Rapidement et discrètement, je demande à Jamie de pirater le serveur qui gére le gaz dans la ville. Quand je lui donnerais le signal, il faudra qu'elle concentre tout ça vers plusieurs points dans la ville, les endroits où son entreposées des armes. Sans quitter l'écrant de mes yeux, je m'adresse à elle.

- Surtout, pas de zéle, tu fais ce que je te dis de faire et surtout quand je te dis de le faire c'est clair ?

Dans ma tête j'ai tout un plan qui est dessiné et si Jamie y met son grain, j'ai peur qu'elle fasse tout tomber à l'eau. Nous on est posé bien sagement à l'abri, mais nos amis sont dehors et ils comptent sur nous pour les aider du mieux que nous pouvons et le mieux, c'est tout ce que je sais faire.

- Dés que je te le dis, tu fais en sorte de dévier le gaz et de le faire aller à une seul et même endroit...

Sur un bout de papier, je griffonne rapidement le nom de la rue et le numéro où se trouve le premier entrepôt. Ca, ça sera la diversion en cas de gros pépin.

- On reste discrètes et tout va bien se passer....

Cette phrase est plus pour moi que pour Jamie, mais tant pis si je l'ai dite à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 24 Mai 2016 - 20:37
Enfin, du vrai travail, une vraie tâche, un vrai objectif à accomplir! Pour un peu plus et elle aurait vraiment pensé qu’elle servait juste à faire joli, une décoration glorifiée pour éviter de s’attirer les foudres de la maman, de Maggie Sawyer et de sa légendaire délicatesse. Felicity acceptait finalement de prendre un risque digne de ce nom. Car oui, il y avait un risque non négligeable : il y avait quand même eu un avertissement très clair sur ce qui se passerait en cas de défi à son autorité. Mais justement, c’était là toute la beauté de la chose! De pouvoir dire : j’ai désobéi et regarde les super résultats obtenus. En pragmatique confirmée, Maggie Sawyer ne pourrait que saluer l’effort… Avant de sévir, il allait de soi. Et encore, considérant que Jamie était en cause, la petite aurait aussi son mot à dire contre la commissaire. Simple comme bonjour.

Jamie était donc aussi motivée qu’attentive, assise à son ordinateur, à attendre d’autres instructions. De son propre chef elle avait aussi visé tout ce qui était eau. Des tuyaux et des canalisations, il n’y en a pas trente-six types non plus. Faire sauter une ligne de gaz, c’est plus simple qu’on ne le croit mais l’adolescente se demandait jusqu’où l’imbécilité humaine pouvait se rendre avant que ces gentlemen suprématistes ne se rendent compte qu’ils étaient les victimes d’attaques informatiques ciblées. Parce que bon, une panne de courant, à la limite, un beau bug de système. Les communications qui plantent, un phénomène météo. Mais une ligne de gaz qui saute et des canalisations d’eau qui rompent… C’est pousser le bouchon un peu loin quand même. Jamie n’osait pas trop remettre en question le plan de Felicity mais elle avait quand même des doutes.

En tout cas, elle était confiante derrière son écran, à regarder un système qui n’était clairement pas le sien. Techniquement, le piratage informatique de ressources gouvernementales est illégal mais les Outlaws avaient un certain nombre de privilège que le commun des mortels n’a pas. Elle l’avait bien compris d’ailleurs. Forcément, avec Maggie Sawyer comme mère, vous finissez par voir le monde d’une façon toute particulière. Elle se sentait un peu nerveuse. Un faux pas et elle risquait de faire une gaffe lourde de conséquence. Elle se demandait comment se sentaient les pilotes de drones ou les gens chargés de lancer les missiles. À l’abri dans un bunker, loin du danger et pourtant… Ils allaient décider du sort d’un tas de gens. Pour Jamie, personne ne devrait avoir un tel pouvoir, c’était à vous donner des idées de grandeur plutôt malsaines.

Mais elle était fidèle au poste. Elle était concentrée. Elle était prête. Il ne lui restait plus qu’à appuyer sur le bouton et une belle explosion se déclencherait. Y aurait-il des morts? Des blessés? Elle n’était pas une tueuse et elle savait que ce n’était pas toutes les personnes de la ville qui étaient fondamentalement de mauvaises personnes. Comment faire pour différencier ceux qui étaient vraiment des dégueulasses, ceux qui étaient coupables de n’avoir rien fait et ceux qui étaient des victimes qui avaient voulu se dresser pour les autres et qui en avait souffert. Elle ne voulait pas devenir une tueuse à treize ans, quand même! C’est que ça vous fait un C.V. plutôt merdique, au final et ça… C’est loin d’être cool, comme disent les jeunes de son âge. Mais bon. Felicitiy savait ce qu’elle faisait. Forcément. Autrement elle ne serait pas dans les Outlaws… Pas vrai?


« J’espère que tu sais ce que tu fais… Meurtrière à treize ans c’est pas cool… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 26 Mai 2016 - 17:06
Faire péter un dépôt d'armes en détournant une conduite de gaz, ça fait tueur complètement psychopathe en mal de sensations. Non je ne suis pas une meurtrière psychopathe en mal d'adrénaline, loin de moins l'idée de blesser des gens ou pire. Jamie doit aussi se poser la question puisque indirectement, elle me demande si je sais ce que je fais. Lorsqu'elle me dit que meurtrière à 13 ans c'est pas cool, je ne peux pas m'empêcher de faire une grimace.

- Je te rassure, même à mon âge c'est pas cool...

Je sais ce que je fais, je suis sûre de moi mais pourtant, une toute petite voix dans ma tête me demande si j'ai pensé à tout, si je suis bien sûre de ce que je vais faire et surtout, si je peux promettre qu'il n'y aura aucune victime. Près de moi, je sens que Jamie me jette des coups d'oeil de temps en temps, elle veut s'assurer que je fais ce qu'il faut et je ne vais pas la blâmer pour ça. Après quelques minutes de silence, je me tourne vers, un sourire dessiné sur les lèvres pour la rassurer même si moi, je ne suis pas très sereine.

- Ne t'en fais pas, je me suis assurée que l'endroit sera bien vide à l'heure prévue...

Maintenant, il n'y a plus qu'à croiser les doigts que personne ne fasse d'heures supplémentaires. Me vient une idée pour nous assurer que personne ne sera là et surtout, pour rassurer Jamie. Je fais glisser mon fauteuil vers elle et je lui fais un clin d'oeil avant de lui expliquer ce que j'attend d'elle.

- Tu sais quoi, on va faire quelque chose pour être sûre qu'il n'y ait personne au moment prévu. Tu en penses quoi ?

Je lui donne un petit coup d'épaule et rapidement, je lui explique ce que je veux qu'elle me fasse. C'est très simple, cinq minutes avant que tout n'explose, elle va déclencher l'alarme incendie de l'entrepôt pour évacuer les retardataires et trois minutes avant, elle va devoir pirater le système de sécurité et ainsi bloquer ceux qui souhaiteraient rentrer dans le bâtiment. Je lui note tout sur un bout de papier et une fois chose faite, je me tourne vers elle.

- Alors, tu en penses quoi ?

Oui je sais, elle n'a que 13 ans mais si je lui demande de faire certaines choses, il faut que je sache si elle s'en sent capable ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 26 Mai 2016 - 18:47
Jamie écouta avec attention ce que Felicity avait à lui dire. Si effectivement on pouvait éviter les morts, ça l’arrangerait beaucoup. Elle ne se voyait pas dire à sa mère : j’ai tué quelqu’un. Elle se demandait comment on pouvait s’endormir le soir quand on a tué. Ce devait être difficile pour les « gentils ». Ceux qui étaient prêts à tout risquer pour affronter tant les criminels que les pires menaces en ce monde. Les policiers, les pompiers, les médecins… Certaines morts étaient accidentelles ou alors indépendantes du fait de vos actions. Des gens meurent et en un sens, c’est normal. Mais c’est une toute autre histoire quand c’est vous qui tenez le flingue… Ou dans son cas la ligne de code qui va tout faire sauter. Mais Felicity savait ce qu’elle faisait. Elle n’était pas la meilleure pour rien. Ce qui était tout un réconfort, soit dit en passant.

Le plan était solide. Utiliser les systèmes de sécurité pour empêcher les gens d’entrer et l’alarme incendie pour les forcer à rester éloignés. Le seul défaut, si tant que le plan ait un défaut, c’était que s’ils avaient des hackers sur place, ils finiraient par se rendre compte que leur système avait été piraté, attaqué. L’absence de réponse en ce moment, de riposte, semblait indiquer que l’ennemi était soit prodigieusement con ou alors sans possibilité de se défendre. Rien n’indiquait qu’ils étaient au courant, pour le moment. Il faudrait suivre les instructions sur le papier de Felicity et tout devrait bien se passer. Elle pouvait le faire. Il lui fallait juste plus de temps que la blonde, plus vieille et plus expérimentée. Elle était capable de le faire mais Jamie révisait toujours deux fois ses lignes de commande avant de lancer un programme. Cependant…


« Moi c’est bon, ça va juste prendre plus de temps que toi. Du coup euh… Ton attaque sur leurs communications, c’est avant ou après l’explosion du dépôt d’armes? Parce que c’est dans les plans, je ne sais juste pas quand. Enfin… Je me remets à mes lignes de code, je ne veux pas faire une erreur. Des gens comptent sur nous… Sur moi. Et je ne peux pas les laisser tomber. Ce ne serait pas… Bien quoi. »

Jamie reporta son attention sur son écran. Elle était vraiment nerveuse mais elle maitrisait sa peur de faire une erreur. Pour une gamine de treize ans, elle était plutôt solide et c’était étrange, quand même, de voir une adolescente jouer dans la cour des grands. D’un autre côté, les Outlaws pouvaient-ils vraiment se permettre de ne pas utiliser toutes les ressources à leur disposition? Des vies étaient en jeu. Celles de leurs agents et celles de civils innocents. Il fallait mobiliser tous les moyens disponibles pour espérer avoir une fin heureuse qui ne termine pas avec un tas de cadavres et plus personne à sauver. Ce serait… Comment dire… Assez moche en fait. Alors Jamie devait se comporter en adulte, qu’elle le veuille ou non. Quand elle eut terminé, elle demanda d’un regard discret et anxieux à Felicity de vérifier que tout était en ordre.

« Ça devrait le faire… J’ai tout vérifié deux fois. Tu me dis quand le faire et le dépôt explose. Avant ça l’alarme et tout ça… J’ai peur Felicity, est-ce que c’est normal? Si j’ai fait une erreur… Comment tu fais pour rester aussi calme alors que tout peut péter à tout moment? J’ai treize ans… Et je me sens tellement… Je sais pas… Dépassée par tout ça. Je veux vous aider, c’est pas la question mais… Tu comprends? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 31 Mai 2016 - 21:53
Jamie a vraisemblablement besoin que je la rassure. J'aimerais bien lui dire que tout va bien se passer, que tout le monde va s'en sortir indemne mais je ne suis qu'un génie de l'informatique pas une médium. Je me contente de lui sourire pour lui montrer qu'il faut qu'elle ait confiance et pour la rassurer un minimum, mais je sais, je sens que ça risque de ne pas suffire. Heureusement pour moi, Jamie reprend la parole et ses premiers mots me font sourire. Non, c'est sûr, elle ne va pas être aussi rapide que moi, mais bizarrement, je la sens capable de tenir le rythme et surtout de faire ce que je lui ai demandé de faire.

- En gros, pour te faire court, les communications, ce sera le premier système qu'on va couper pendant quelques minutes. Ensuite, on laissera passer un petit moment avant de couper tout ce qui est électricité etc pour ne pas que ça soit griller facilement.

Je marque un temps de pause et je me tourne vers elle avec un nouveau sourire.

- Et puis ça sera à toi de jouer, de montrer ce que tu sais faire.

Je sens qu'elle est nerveuse et je ne sais pas quoi lui dire. Je n'ai jamais été vraiment douée pour le contact humain et encore moins avec des gamins. Je fais rouler mon fauteuil pour me mettre près d'elle et je pose ma main sur son épaule.

- J'ai confiance en toi Jamie ok ? Si ça n'avait pas été le cas, je ne t'aurais jamais demandé de faire tout ça... Ils peuvent compter sur toi et moi aussi je peux compter sur toi.

Nouveau sourire et je retourne me placer devant mon écran. En fait, à ce moment précis, ce n'est pas vraiment de Jamie que j'ai peur mais plutôt de sa mère si jamais elle nous tombe dessus et qu'elle se rend compte de ce que j'ai fais faire à sa fille. Si jamais elle l'apprend, je suis certaine que chez les outlaws je suis finie et surtout, je suis convaincue que je signe mon arrêt de mort. J'essaye de chasser ces pensées de ma tête et je me remet au travail. Alors que je pianote des dernières données pour lancer le plan, Jamie me demande pourquoi je suis aussi calme. Cette fois, je ne la regarde pas, je continue de fixer mon écran.

- Travailler avec L'Archer Vert, ça forge le caractère...

Mon doigt appuie sur une touche. Ça y est, le plan est en marche, la première étape est lancée. D'ici quelques minutes, nos héros vont se rendre compte qu'ils ont une fenêtre pour leur permettre plus de mouvements. J'appuie sur mon oreillette et je leur fais passer le message.

// Vous avez une fenêtre de 10 minutes. Les communications sont coupées. 10 minutes pas une de plus.//

Cette fois, on ne peut plus reculer. Les yeux rivés sur l'écran, j'observe les points qui clignotent et qui nous donnent les positions de chacun. Je ne peux pas m'empêcher de fixer celui d'Oliver. J'espère que tout va bien pour lui et Mia et surtout, j'espère qu'il va me revenir entier...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 1 Juin 2016 - 14:10
Sans dire qu’elle était rassurée à 100%, au moins une partie des craintes de Jamie venait de s’envoler. Felicity était douée pour aider à retrouver confiance, en tout cas. Un peu comme sa mère mais en bien plus doux. Maggie était plus du genre à lui dire d’arrêter de se morfondre et d’agir mais pas avec cette formulation. La blonde commissaire aimait sa fille et si elle était une véritable terreur pour son personnel, elle était loin d’être une mauvaise mère. Malheur à quiconque s’en prendrait à Jamie. Elle était excessivement protectrice mais pas étouffante. La petite, volontairement ou non, voulait rendre sa mère fière et après cette engueulade mémorable sur ses activités de pseudo justicière, elle comptait bien continuer à aider à sa façon, que Maggie le veuille ou non. C’était une Sawyer donc par défaut avec tout un caractère. Oh oui.

Felicity avait su susciter juste ce qu’il fallait pour qu’elle se mette en action. Plutôt que d’être craintive, maintenant Jamie avait hâte d’appuyer sur le bouton et de regarder le chaos se produire. Pas qu’elle soit nihiliste ou un truc du genre. Simplement, jouer les redresseurs de tort n’était pas pour lui déplaire. Vraiment pas. L’avenir appartient aux jeunes et elle ne voulait pas d’un avenir plein de racistes et de gens intolérants. Si en faisant le ménage à Progressido cela pouvait marquer le coup d’envoi pour la traque de ces gens-là, tant mieux. La vie était suffisamment injuste sans qu’on y rajoute un tas de débiles du genre. Ce n’était pas normal qu’une gamine de treize ans ait plus de jugement que des adultes. C’était presque poétique que les technologies du futur…


« C’est quand même marrant, quand on y pense. Eux se pensent investis de je ne sais quelle mission et nous, avec le virtuel, on les ramène sur terre. C’est-ce qui est bien de notre époque : on est super bien équipé pour lutter contre des gens comme ça et ramener la justice ici-bas. Je trouve ça vraiment sympa que des gens comme les Outlaws existent. Z’êtes plus cool que la Justice League ou les autres bandes de costumés. »

Et bien que les nouvelles technologies viennent combattre un tel obscurantisme suranné.  Felicity serait fière d’elle : elle allait assurer comme une pro et c’était rassurant, stimulant de se faire dire que la blonde informaticienne avait confiance en elle. Avec un peu de chance, peut-être que Felicity réussirait à donner à Maggie le goût pour tout ce qui est informatique et assimilable. Parce que sa mère, Windows, c’est encore balancer le PC par la fenêtre en l’injuriant de toute la force de ses poumons. Et elle avait toute une capacité pulmonaire, la Maggie Sawyer. Et parlant du loup, la voilà qui repasse mais Jamie, habituée à déjouer la vigilance parentale, semblait en train de jouer sur une quelconque application en ligne. Rassurée de voir que sa fille ne faisait pas de bêtise, elle échangea quelques mots avant de retourner au cœur de l’action.

« Tu sais, c’est vraiment une bonne mère mais les tribunaux ne lui ont pas fait la vie facile. Elle a peur de me perdre alors c’est pour ça qu’elle est aussi dure avec vous. Si tu veux, je peux lui en parler. Ça doit être méga chiant de travailler constamment dans la crainte de se faire hurler dessus par son patron… Et puis bon, il va bien falloir qu’elle se fasse à l’idée que je dois voler de mes propres ailes. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 2 Juin 2016 - 11:41
Mes paroles d'encouragement ont l'air de faire leur effet parce que Jamie semble un peu plus sereine. Dis donc, cette journée est pleine de surprises ! Voilà que me trouve un don pour rassurer les gens alors que je pensais n'être douée qu'avec l'informatique. Fière de moi, fière d'avoir réussi mon coup, je me concentre sur les différents points qui représentent les membres de l'équipe. Après un rapide coup d'oeil à la montre, je constate qu'il leur reste 6 minutes avant que les communications fonctionnent normalement. Mes doigts jouent nerveusement avec un stylo qui traîne sur le bureau... Même si je sais ce que je fais, même si je sais que je suis douée et même si je sais que je ne me plante pas, il y a quand même cette fichue voix dans ma tête qui me dit que j'aurais peut être du la jouer autrement. Je secoue la tête pour faire partir cette voix et je me tourne vers Jamie. La gamine qui se pose plein de questions a disparu et a laissé place à une gamine sûre d'elle qui se sent investie d'une mission. J'étais loin de me douter que mes paroles allaient produire cet effet là, mais tant mieux. Quand elle me sort que nous, les Outlaws, on a plus de classe que tout les supers héros je ne peux pas m'empêcher d'éclater de rire.

- Ah c'est sûr que les collants moulants ne vont pas à tout le monde.

Les héros aux supers pouvoirs.... Je les ai jamais aimé de toute façon. D'accord ils sont là pour nous protéger etc mais je sais pas, y'a quelque chose qui me dérange chez eux. Enfin bref, restons concentré et essayons de ne pas trop nous disperser. Alors que je suis concentrée et que je me focalise sur la suite des événements, Jamie me parle une nouvelle fois mais cette fois-ci le sujet est un peu moins joyeux. Je tourne mon visage vers elle et j'écoute ce qu'elle me raconte. Je ne savais pas que Maggie avait eu des soucis avec les tribunaux et je sais qu'à sa place, je serais sûrement moi aussi très protectrice avec ma fille.. Je grimace et pour le coup, je me sens idiote. Jamie est importante pour Maggie et je comprend qu'elle ne veuille pas qu'elle soit mise en danger inutilement... Si j'avais su tout ça avant, je n'aurais peut être pas demandé à Jamie de me filer un coup de main. Je regarde Maggie qui s'affaire un peu plus loin et je ne peux pas m'empêcher de sourire en pensant au fait que c'est une maman gâteau et que derrière cette allure de guerrière, elle se fait énormément de soucis pour sa fille, la prunelle de ses yeux. Voler de ses propres ailes... Une expression que je connais que trop bien. Coup d'oeil au chrono, dans 2 minutes je dois rétablir les communications.

- Dans deux minutes, on aura toutes les communications de la police etc... On sera si ils ont une idée ou pas de ce qu'il se passe...

Je me tourne vers Jamie et je lui fais un petit clin d'oeil. J'étire mes bras au dessus de ma tête et je fais craquer ma nuque, prête à appuyer sur le bouton pour tout remettre en marche quand le chrono va sonner.

- Toujours partante ?

Je m'assure que Jamie ne change pas d'avis. Oh je n'ai pas peur qu'elle me lâche non, je veux juste m'assurer qu'elle sait toujours ce qu'elle fait.

- Une fois que les communications seront rétablies, on attendra de nouveau dix minutes avant de couper l'électricité...

A ce moment là, les Outlaws seront complètement invisibles aux yeux de tout ce qui est système de surveillance. Ils auront cet avantage pendant 10 minutes là aussi et j'espère qu'ils sauront le mettre à profit pour ne pas se faire prendre.
Le chrono sonne et immédiatement, j'appuie sur le bouton pour tout remettre en route. Dans mon oreillette, j'entend les différentes radios de police, j'écoute avec attention. Pour le moment, ils n'ont pas l'air de se douter de ce qu'il se passe. Tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 2 Juin 2016 - 14:48
Oh, elle ne compte pas changer d’avis. Jamie est résolument déterminée à faire le nécessaire pour que tout fonctionne. Elle ne va pas abandonner maintenant, pas plus qu’elle ne va reculer. Les Outlaws, sans le savoir, comptent sur elle. Le bâtiment pourrait s’effondrer autour d’eux qu’elle resterait à son poste. On ne lui a pas appris à battre en retraite et si c’est une élève studieuse, elle n’a jamais hésité à se tenir debout et à défendre les autres. Elle reste une Sawyer, après tout et ce ne serait pas la première fois qu’elle se bat dans la cour d’école parce que quelqu’un se moque d’elle parce qu’elle a deux mamans (et un papa mais depuis son transfert à Gotham, elle en parle peu). On a besoin d’elle alors elle sera là, à faire le nécessaire. Parce que c’est ce qui est « bien » à faire. Et surtout parce qu’elle aime ça mais chut, ne l’ébruitons pas.

Oui, elle est nerveuse. Oui, elle a des craintes, des doutes. Mais elle ne va pas abandonner pour autant. Oh que non. En fait, elle a hâte à la suite, comme le trahit certains signes dans sa posture. Le fait qu’elle soit sur le bout de sa chaise, le fait qu’elle soit vraiment concentrée sur son écran, le fait que sa main est au-dessus de sa souris comme celle d’un duelliste au-dessus de la crosse de son revolver, au Far West… C’est bien plus cool ce qu’elle fait là que d’être en train de jouer dans son coin et de ne rien faire. Vous en connaissez beaucoup vous, des ados qui préfèrent tenter de sauver le monde plutôt que de vivre leur vie? Probablement pas, non. Elle a suivi avec attention ce que Felicity a fait malgré tout. Sur son ordinateur, elle peut voir ce que fait la blonde informaticienne et inversement. La pauvre informaticienne ne sait pas dans quoi elle s’est embarquée.

Jamie ne la lâchera plus, après, pour en apprendre toujours plus côté ordinateurs. Parce que bon hein, ce n’est pas sa mère qui va lui apprendre toutes sortes de techniques de piratage informatique, quand on connait son aversion pour les machines (excepté la machine à café mais ça, c’est une longue histoire d’amour entre une flic et ce qui lui permet de faire des heures supplémentaires sans s’endormir sur son bureau). Et bien bon, retourner à Star City… Elle connait la ville et si elle ne veut pas loger chez son père, probablement que Oliver Queen, maire de la ville, pourra lui arranger quelque chose! Sinon les Outlaws y ont un avant-poste… En stage avec Felicity Smoak, c’est quand même classe, non? Il faudrait penser à le proposer… Mais plus tard. Parce que bientôt, il va falloir passer à la prochaine partie du plan et elle ne veut pas manquer ça!


« C’est con à dire mais tu ne penses pas qu’ils vont vraiment se douter de quelque chose? Dix minutes pile… Moi perso, je suis du genre à observer ce genre de coïncidences et je suis une gamine de treize ans. Une panne contrôlée, ça se remarque. D’accord, ce sont des gros connards racistes mais certains ont quand même un cerveau fonctionnel. J’ai une idée, tu me diras ce que tu en penses. J’essaie quelque chose hein!

La ville est forcément alimentée par une centrale électrique. Du coup, si on envoie une fausse commande à la centrale, avec un message d’alerte, n’importe qui qui puisse officiellement, si on veut, expliquer la panne. Un test de routine du ministère de l’énergie, je sais pas… Comme dans les films quoi! Parce que si en plus les génératrices de la ville foirent, là c’est clair qu’ils vont se douter d’un truc et pas qu’un peu. Et on ne veut pas ça, pas vrai? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 4 Juin 2016 - 22:57
Pas besoin que Jamie réponde à ma question. Je sais qu'elle est toujours partante pour faire ce que je lui ai demandé de faire parce que je la vois à côté de moi qui trépigne d'impatience. J'ai la sensation de me voir au même âge qu'elle quand je faisais mes tout premiers piratages. C'est marrant, mais plus je passe du temps avec Jamie, plus j'ai l'impression de faire équipe avec moi-même et c'est assez étrange comme sensation. J'étire mes jambes, on a encore un peu de temps avant de lancer les prochains programmes. Je m'apprête à me lever pour aller me faire un thé mais Jamie prend la parole et ce qu'elle me dit me laisse sans voix. Là, pour le coup, je dois avouer qu'elle n'a pas tort. Felicity Smoak, tu viens de te faire moucher par une gamine de 13 ans... qui dit mieux ? Perplexe et quelque peu étonnée par cette constatation, je me laisse tomber dans mon fauteuil alors que la gamine continue de parler. Plus elle parle plus je me sens stupide. C’est moi le génie, c'est moi la nana qu QI ultra élevé... Pourtant, en quelques secondes seulement cette gosse de 13 ans vient de me remettre en place et de me faire douter du plan que j'ai moi-même établit... Je la laisse terminer et je reste muette quelques secondes avant de répondre à tout ce qu'elle vient de me dire.

- Oui je suppose...

Déstabilisée, je me gratte la tête et je la fixe pour essayer de voir si elle se moque de moi ou pas. Je sais, c'est idiot, ce n'est qu'une gamine de 13 ans mais je n'ai jamais aimé me tromper et encore moins me faire remettre en place par quelqu'un qui n'a jamais fais ce genre de chose de sa vie. Suspicieuse, je hausse un sourcil avant de lui demander franchement.

- Tu es sûre que tu n'as jamais fait ce genre de chose ? Tu as l'air très sûre de toi quand même...

Ok, elle peut donner son avis, pas de soucis avec ça. Mais là, en quelques minutes, le plan que j'avais décidé ne fonctionne plus et je m'en veux de ne pas m'être rendue compte de mon erreur plus tôt. Le pire je crois, dans tout ça, c'est qu'elle a raison. Oui, programmer quelque chose toutes les dix minutes va vraiment paraître louche et on va finir par attirer l'attention des personnes qu'il ne faut surtout pas.

- Tu as raison... il faut qu'on s'y prenne autrement...

Je réfléchis quelques secondes et je m'active pour mettre en place ce qu'elle vient de dire. Je fais aussi en sorte d'annuler les programmations toutes les dix minutes. Une fois que tout est mis en place, je me tourne vers elle et je lui montre la touche à appuyer.

- A toi l'honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 5 Juin 2016 - 3:17
La précipitation avec laquelle Jamie répondit « pas du tout » laissait à supposer que l’adolescente avait déjà dû faire un mauvais coup ou deux, très modeste dans le grand ordre des choses mais de quoi faire grimper sa mère dans les rideaux. Et quand on sait ô combien Maggie Sawyer est prompt à monter aux barricades… Il y a de quoi s’inquiéter. Jamie essayait donc de tout faire sauf d’attirer des questions supplémentaires de la part de la blonde informaticienne. Elle avait juste posé une question, formulé un doute et cité ce qu’elle avait vu dans diverses œuvres de fiction (surtout la télé parce que bon, c’est le poison des jeunes modernes) elle ne s’attendait très certainement pas à ce qu’on lui donne raison, surtout en considérant qu’elle n’y connaissait pas grand-chose. C’était Felicity l’experte, certainement pas elle.

Et maintenant elle se retrouvait à devoir tout planifier, en un sens et elle n’était pas certaine que ses frêles épaules d’adolescente de treize ans supporteraient une telle responsabilité. En fait, c’était plutôt paniquant même. En tout cas, elle avait pâli la petite quand Felicity lui avait dit « à toi l’honneur ». Jamie regardait alternativement le clavier et la blonde en se demandant si elle lui faisait une blague, ce qu’elle espérait de toute la force de sa volonté. Mais non. L’alliée de Green Arrow était sérieuse. Oh non. Pas question. Elle voulait juste donner un coup de main, pas diriger une opération. Elle fit non de la tête avant de regarder furtivement si sa mère était dans les parages. Si vous avez joué au jeu de Rayman contre les lapins crétins 2 avec le patron qui sort de nulle part dans le mini jeu du bureau… Bah le patron c’est Maggie Sawyer.


« Non. Non, non, non. Tu peux pas… Tu peux pas me demander ça. Je suis une gamine de treize ans, pas une experte en informatique et en piratage comme toi! Si je me plante des gens vont mourir! Et si ça se sait, ma mère me tue c’est clair! Euh… Euh… Pourquoi tu… Et si tu utilisais… Ok, ok… Je sais. Tu as déjà fait du jeu de rôle sur table, avec les dés et tout? Au fond le problème c’est la constance, pas vrai?

Si tu programmes un algorithme pour déclencher aléatoirement les pannes, les types là-bas peuvent suspecter un sale coup venu de l’extérieur mais c’est plus dur à prouver. Comme un lancer de dé. Tu sais, comme dans la chanson : roll a D6… On communique aux Outlaws le programme et hop! Ça peut marcher non? Et je sais pas pirater le ministère de l’énergie, le plus gros truc que j’ai piraté c’était le système du traffic!

Le dis surtout pas à ma mère. Si elle le savait… Je ne veux même pas y penser. Et puis c’est pas comme si on était dans un jeu vidéo avec la console du développeur pour jouer avec un paquet de trucs qu’on ne pourrait pas faire normalement, c’est toi l’experte, je fais ce que je peux moi! Si tu m’aides, on pourrait espionner ce qu’ils se disent entre eux, ça pourrait aider mais à part donner mon avis et suivre tes consignes je… »


Jamie ne termina pas sa phrase parce que son orgueil d’adolescente se trouva piqué au vif. Hors de question de dire qu’elle était juste une élève glorifiée qui travaille avec le prof sur un gros projet. C’était quand même sa réflexion qui avait mis en lumière une faille dans le plan alors elle n’allait pas se dénigrer. Elle avait admis ses faiblesses et ses lacunes et c’était plus que suffisant. Ressortant son thermos de thé, elle se versa une nouvelle tasse, espérant faire passer le rouge qui lui montait aux joues pour les effets de la chaleur du breuvage. Et oui, c’était une gamer et une geek à ses heures perdues, tout comme elle était aussi une sportive dans l’âme, la faute à sa mère, ça. En tout cas, elle espérait ne pas avoir baissé dans l’estime de la blonde avec sa mini crise de panique. Non mais c’est vrai quoi, elle était une gamine de treize ans, pas une super informaticienne doublée d’une super hackeuse!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 6 Juin 2016 - 10:38
Okaaaaay.... Alors, quand j'ai demandé à Jamie d'appuyer sur le bouton, j'étais loin de m'imaginer de sa réaction. Réaction d'abord muette, elle me fixe, elle fixe le bouton avant de me fixer une nouvelle fois. Plus les secondes passent, plus je vois le teint de la jeune fille devenir blanc et je flippe parce que j'ai pas spécialement envie qu'elle me fasse un malaise là, au beau milieu de ces ordinateurs et surtout, à proximité de sa mère. Puis vient la réaction sonore. Alors là, on peut dire qu'elle est littéralement en panique la petite. Je lui ai juste demandé d'appuyer sur le bouton pour qu'elle lance la seconde vague de piratage et j'étais loin de penser que ça allait la rendre limite hystérique. Alors qu'elle semble ne plus vouloir s'arrêter de parler, j'appuie sur le bouton et je me tourne vers elle en lui faisant un geste de la main, signe qu'elle doit se calmer et respirer si elle ne veut pas manquer d'air. Finalement, elle finit par se calmer et elle finit par me faire part de ce à quoi elle pense. Je l'écoute, je ne dis rien, je veux qu'elle voit que même si elle n'a que 13 ans et même si ici le génie c'est moi, elle a ma confiance.

Je souris, quelque part je suis fière d'elle. Sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, Jamie, vient à elle seule, d'établir un autre plan qui tient, je dois l'admettre, beaucoup plus la route que celui que j'ai fais. Mon sourire s'élargit et je pose ma main sur son épaule alors que nous sommes face à face.

- Je m'occupe du piratage, toi tu te concentres juste sur ce que tu sais faire.

Je presse doucement son épaule et alors que je m'apprête à retourner à ma place, Jamie me supplie de ne rien dire à sa mère.

- Crois moi, je ne dirais rien, je n'ai pas envie de finir entre quatre planches... Toi et ta mère vous allez me rendre folle...

Je me tourne vers l'écran et mes doigts pianotent rapidement sur le clavier. A côté de moi, Jamie ne dit plus rien et se contente de se servir une tasse de thé. N'empêche, il va falloir que je parle un peu avec Maggie, parce que Jamie est loin d'être une idiote... Il ne faut surtout pas qu'elle se bride... Certes, il ne faut pas non plus qu'elle fasse n'importe quoi et je ne pense pas être un très bon exemple, mais si il faut l'aider, je suis là...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 6 Juin 2016 - 18:39
Bon, au moins elle n’avait pas fait de catastrophe, ce qui soulagea grandement l’adolescente. Elle voulait bien paraitre, être utile et pendant un moment, elle avait vraiment craint d’être un boulet plus qu’une aide pour Felicity. Mais apparemment, à sa façon, la blonde lui enseignait une importante leçon. Garder son calme même dans la tourmente. Mais en même temps bon, C’est facile de donner des leçons quand on a le double de l’âge de l’autre, au minimum. En tout cas elle avait bien eu la frousse, Jamie, pensant qu’on venait de mettre sur ses épaules l’intégralité du plan. Elle avait simplement mal compris Felicity, en fait. Tout d’un coup, en y pensant bien… Ça aurait été vachement hasardeux de remettre entre les mains d’une ado le succès complet d’une opération… Il y avait prendre des risques et prendre des risques.

Concentrée sur sa tâche, Jamie comptait bien se rattraper sur son petit épisode de panique et de montrer qu’elle était digne de confiance et apte à la tâche. Un jour, qui sait, peut-être que sa mère la laisserait enfin voler de ses propres ailes et qu’elle pourrait devenir une Outlaw à part entière. Elle avait hâte sans avoir hâte de jouer dans la cour des grands. En temps normal, elle aurait demandé à Kate de faire pression sur Maggie mais elle était encore en colère après sa mère adoptée et donc elle ne lui adressait la parole que si c’était nécessaire. À cause de Batwoman, elle s’était engueulé avec sa mère, avec Maggie, plus d’une demi-douzaine de fois dans les derniers jours. Et deux Sawyer qui s’engueulent, ça en produit des décibels. Enfin bref. Felicity était tranquillement en train de devenir une personne capable de parler favorablement de Jamie devant la commissaire Sawyer.

Une idée trottait dans la tête de Jamie depuis un bon moment. Si les problèmes globaux pouvaient donner une idée générale comme quoi l’ennemi était attaqué, il ne fallait pas perdre de vue que si c’était concentré davantage sur un endroit, sur un secteur, ce serait comme s’être peinturé une cible sur le torse. Du coup, si Jamie jouait avec le système du trafic et que des accidents aléatoires se produisaient en ville… Oui, Progressido était une petite agglomération mais les gens avaient quand même besoin de se déplacer! Il fallait multiplier les coups de malchance pour diviser l’attention. Au mieux, peut-être même se faire passer pour ce que les Outlaws n’étaient pas. Ça pourrait carrément le faire en fait. Restait à le proposer. Encore une fois, merci aux œuvres de fiction pour leur inspiration. Restait à voir ce qu’en pensait l’experte en la matière, la très blonde Felicity.


« Dis, je viens d’avoir une idée. Je l’ai piquée à un livre que j’ai lu : Anarchie 99. En fait toute cette mission me fait penser à des clips de différents trucs que j’ai vu ou lu. On s’entend pour dire que des pannes et des bugs comme ça, par hasard, ça fait suspect, surtout si on fait sauter un dépôt d’armes et rien d’autre. Maintenant, imagines qu’on sème la pagaille dans la ville via l’informatique. Pas juste la cible.

Des conduites d’eau qui se bloquent, des feux de circulation qui merdent, des portes automatiques qui se verrouillent… Et là BANG! Un groupe de hackers, on va dire je sais pas moi, Equalist, comme dans la légende de Korra, revendique les attaques au nom d’une Amérique libre et égalitaire, sans racisme et tout… Du coup, si on fait courir ces idiots après des fantômes, ça nous laisse un peu plus de marge, non? Et… Baisses toi, voilà ma mère! »


Ladite Maggie Sawyer s’approcha du duo, la mine inquisitrice et elle posa une question toute simple à Felicity : qu’est-ce que vous foutez toutes les deux?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 6 Juin 2016 - 22:36
Jamie finit par comprendre qu'elle n'a pas compris ce que je lui ai demandé de faire et elle se calme, enfin. Je lui adresse un clin d'oeil et je retourne à mes programmations. Au moins, elle ne peut pas dire que je n'ai pas de patience et que je ne sais pas gérer les crises. Par contre moi, je me surprend. Je ne me pensais pas du tout capable de savoir gérer ça et encore moins une crise de pré-pubère complètement hystérique. Si jamais, je dis bien si jamais, un jour j'ai des enfants, va vraiment falloir que je potasse tout les livres qui existent à ce sujet. Je secoue la tête et j'essaye de ne pas trop penser à cette image de moi, entourée par une dizaine de marmots qui crient plus qu'ils ne parlent. Je déglutis difficilement et je me tourne vers Jamie alors qu'elle s'adresse à moi. Elle a raison, des pannes qui arrivent comme ça et qui frappent un peu anarchiquement les différents réseaux qui parcourent une ville ça fait louche et attirer l'attention, c'est surtout pas ce que l'on veut. Nous on est à l'abri dans ce bunker mais nos collègues, nos amis et mon petit ami sont là-bas sur le terrain et on a pas le droit à l'erreur.

Je souris lorsqu'elle me parle de hackers et de pannes générales dans la ville. Je me répète mais j'ai vraiment la curieuse sensation de me voir au même âge et c'est assez perturbant comme situation. La voir comme ça, c'est bizarre, mais je suis fière d'elle. Oui je sais, ce que je fais ce n'est pas bien, je suis en train de la faire devenir quelque chose que sa mère ne veut pas.. mais tant pis, je prend le risque. Jamie est pleine de bonnes idées et les bonnes idées sont toujours les bienvenues pour faire avancer les choses et pour éviter les erreurs. Mon sourire s'élargit et je ne peux pas m'empêcher de lui tendre la main pour qu'elle tape dedans.

- Tu sais que tu es une championne toi. On va faire ça, on va leur faire une bonne petite diversion comme je les aime.

L'hystérie nous gagne toutes les deux et alors que je m'apprête à mettre en place cette nouvelle option, Madame la Commissaire fait son apparition, pile poil à ce moment là. Je n'ai pas entendu l'avertissement de Jamie, enfin si mais le temps que je comprenne ce qu'il se passe, Maggie est déjà là à nous demander ce qu'on fait. Je déglutis et sans quitter l'écran des yeux, j'essaye de lui répondre sans avoir la voix qui tremble.

- Je travaille et Jamie me raconte ses histoires de collégienne tout en me servant du thé.

Je relève les yeux vers elle et je croise son regard inquisiteur ce qui me met mal à l'aise. Essaye de ne pas y penser, essaye de ne pas y penser... Plus facile à dire qu'à faire.

- Pour.. pourquoi ? Il y a un soucis ?

Ouch alors là, pour le mode "c'est pas moi j'ai rien fais", on repassera hein.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 7 Juin 2016 - 1:24
Règle numéro un : quand vous voulez faire croire quelque chose à une flic qui toute sa vie a eu à faire parler des ordures de tous calibres, le meilleur choix c’est encore de lui dire la vérité. Si habitué que la flic est à se faire mentir, elle va penser que vous mentez et cherchera à découvrir une vérité qui n’existe pas. Si vous avez le malheur d’être sur la défensive, c’est un aveu de culpabilité, encore plus si ladite flic a une fille, une adolescente. Dès que Felicity prononça les paroles fatidiques, Jamie se tapa le front mentalement en se disant qu’elle aurait dû faire à la blonde un cours de maggieologie 101. Trop tard. Il y avait encore une chance pour que… Malédiction! Le haussement de sourcils! Tout était perdu. Abandonnez le navire, les adolescentes et les blondes d’abord. Tout était encore à jouer dans la réponse de Maggie.

« Hum… Est-ce qu’il y a un soucis? Je dirais que oui. Je demande une question simple à une de mes subordonnées qui un, me ment une première fois et deux, bégaie en essayant de jouer les innocentes. Il me semble avoir été très clair sur le sort que je réservais à quiconque laisserait Jamie faire quelque idiotie que ce soit. Et toi jeune fille, je me souviens t’avoir promis de te priver de sortie jusqu’à tes 98 ans. »

Malédiction! C’est le ton calme et posé, comme si de rien n’était. Là c’est clair, les fesses vont vous chauffer et les oreilles vont vous siffler. C’est la tempête qui approche, l’ouragan, le tsunami, que dire l’apocalypse! Il faudrait être fou pour s’opposer à une telle force de la nature. Mieux vaut prier et espérer la salvation divine. À genoux, Felicity, à genoux et vite et… Et voilà que Jamie se lève, se plante devant sa mère qui la domine de toute sa carrure et commence alors un concours de qui va ciller en premier entre la mère et la fille. Et on ne surnomme pas Jamie Sawyer le mini bulldozer pour rien! Elle ne capitulera pas si facilement. Surtout pas si elle n’est pas en tort. Si Maggie n’aime pas la technologie, Jamie l’adore, surtout si cela lui permet de gagner contre sa mère. Et justement, dans la situation actuelle, il semblerait que…

« Dans ce cas pas de problème. Un, je suis toujours dans le bunker. Deux, Felicity n’est pas coupable de m’avoir fait quitter le bunker. Trois, tu as dit textuellement : Oh et Jamie, si tu oses quitter ce bunker pour aller sur le terrain je te prive de sortie jusqu’à tes 98 ans. Et je réserve un sort particulièrement désagréable à quiconque la laisserait faire! J’ai l’enregistrement pour le prouver. »

Maggie ouvre la bouche pour répliquer avant de fusiller sa fille du regard. Aucune des deux n’a cillé. C’est que c’est dur pour l’orgueil d’un Sawyer de plier. Mais finalement, un mince sourire se dessine sur les lèvres de la policière qui dit à sa fille « Tu es la digne fille de ta mère toi. Pas de folies ou je vais te le faire amèrement regretter… Recrue. » Après quoi, elle tourne les talons, laisse entendre un petit rire et retourne beugler des ordres aux troupes. Sitôt Maggie hors de vue, Jamie se laisse tomber sur sa chaise. Affronter sa mère, quel que soit votre âge, c’est toujours toute une épreuve, surtout que c’était un coup de poker risqué de surcroit. En tout cas, Felicity va garder sa tête, ce qui est une bonne nouvelle. Plus encore, Maggie ne semble pas désapprouver, pour le moment. Elle a quand même appelé Jamie « recrue… »

« La prochaine fois, tu me laisses parler, compris? J’ai cru pendant un instant qu’elle allait me renvoyer de force à Gotham et toi dans la cellule la plus proche! Va vraiment falloir que je t’apprenne à bluffer toi. Ne jamais au grand jamais être sur la défensive avec ma mère, c’est un aveu de culpabilité. Enfin bon… C’est quoi la suite du programme, grand chef? On a une ville à faire paniquer que je sache, non? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 7 Juin 2016 - 10:42
Mentir à une flic, franchement Felicity tu me déçois... Elle va le voir de suite que tu racontes n'importe quoi, en plus tu ne sais pas mentir... Je déglutis alors que Maggie prend la parole. Je me vois déjà sortir de là à grands coups de pieds aux fesses et rien que d'y penser j'ai déjà mal. Près de moi, je sens que Jamie a envie de me taper elle aussi. Ben oui, contrairement à elle je ne sais pas comment dompter sa mère et j'avoue que là, j'aurais vraiment aimé qu'elle me dise comment faire. Si je pouvais éviter l'humiliation en place publique ça m'arrangerait quand même. Alors que Maggie me parle sur un ton posé et calme, ce qui la rend encore plus flippante, je prie intérieurement pour ne pas avoir à subir les foudres de la toute puissante. Je n'ai pas envie de mourir, je suis trop jeune pour ça et j'ai encore tellement de chose à apprendre et surtout à pirater... Alors que je crois que l'heure de ma mort a sonné, ce n'est pas un miracle qui me vient en aide mais Jamie. Incrédule, j'observe la scène qui se présente à moi. Deux Sawyer en puissance qui s'apprêtent à donner une joute verbale qui s'annonce mouvementée.

Je ne bouge pas, je reste sur ma chaise et mes yeux se posent tour à tour sur les deux filles. C'est à celle qui aura le dernier mot et à celle qui intimidera l'autre. Aussi tarée l'une que l'autre... Franchement, à cet instant précis, j'ai envie de prendre mes affaires et de sortir de là. La mère et la fille continuent de se provoquer et j'ai l'impression que si ça ne se calme pas rapidement, ça va partir en éclats de voix et la dernière chose dont j'ai envie, c'est d'assister à une scène de drame familial. Jamie est la première à parler et vu l'expression sur le visage de sa mère, je pense qu'elle l'a moussée. Enfin je pense ça jusqu'à ce que Maggie affiche un sourire qui a une légère connotation, je pense, sadique. Finalement, elle finit par tourner les talons pour retourner à ses occupations. J'ai la sensation de me liquéfier sur ma chaise, j'ai chaud et je tremble. Je l'ai échappé belle et à ce rythme là, si c'est ça à chaque fois, je ne donne pas cher de mon coeur. Je me prend la tête entre les mains et j'inspire pour essayer de calmer les battements de mon coeur qui sont devenus un peu trop rapides à mon goût.

A côté, Jamie me fixe, un peu désabusée. Elle finit par prendre la parole pour m'ordonner de la laisser parler la prochaine fois. J'hoche de la tête, pas de soucis, je te laisse gérer ta mère. Je n'ai jamais été douée pour mentir, au poker on sait toujours quand je bluffe. Maintenant que j'ai repris des couleurs normales, je me tourne vers la jeune fille.

- Et toi, tu aurais pu m'expliquer comment fonctionne ta mère et les choses à ne pas dire....

Là de suite je ne serais pas contre un grand verre d'eau fraîche. Je me racle la gorge et je plisse les yeux pour retrouver le fil du programme. Jamie me demande c'est quoi la suite, je lui répond sans la regarder, toujours pas remise de mes émotions.

- On s'amuse avec les lumières de la ville...

Personnellement, j'adore m'amuser à faire clignoter les feux de la circulation. Ça a tendance à créer un sacré foutoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 7 Juin 2016 - 17:56
Le pire avait été évité. La maman avait été calmée. Une mince victoire ou une grande victoire, difficile à dire ou à déterminer mais les deux protagonistes de cette histoire avaient encore leur tête vissée sur leurs épaules donc on peut déjà dire que c’est positif. Jamie offrit à Felicity le même sourire carnassier que celui de sa mère. En tout cas elle n’était pas la fille d’une autre, les ressemblances étaient bien trop évidentes. D’un haussement d’épaule, elle lui fit savoir que bon hein, ce n’est pas elle qui avait tenté de mentir comme la première gamine venue et que tenter de la préparer à affronter sa mère, ça revenait à dire : retiens par cœur toutes les lignes de code qui constituent tous les systèmes d’exploitation des trente dernières années. Autrement dit, attaches ta tuque avec de la broche parce que ça va être du sport et pas qu’un peu.

Ce n’était pas dit ou fait pour se moquer de la blonde, attention. Juste pour lui faire remarquer que des fois, on n’a pas forcément Google à portée de main pour avoir une réponse et que la vie… C’est compliqué. Oh d’accord, il y avait une pointe de rébellion parce que Jamie avait l’impression que Felicity rejetait la faute sur elle mais bon hein. On parle d’une gamine de treize ans, pas d’un sage de quatre-vingt-cinq ans. Du coup parfois son côté juvénile ressortait. Pouvait-on l’en blâmer? Difficilement, en fait. En tout cas elle était fidèle au poste et elle était prête pour la suite du programme. Jouer avec les feux de circulation? Ça elle savait faire. Elle aurait aussi pu paralyser le métro mais une si petite agglomération n’en avait pas. Elle avait l’impression d’être Napster dans « un boulot à l’italienne ». Les gens e Progressido n’allaient rien y comprendre!


« À moins de faire erreur, ils ont une sorte de fête Western, avec du rodéo et tout ça, écran géant… La totale. Est-ce que je les fais flipper avec du rap islamiste ou tu penses que ça va causer trop de crises cardiaques? Je paierais cher pour voir leurs têtes. Des types comme ça, ça mérite toute une frousse, tu ne penses pas? Moi je dis que oui, le truc c’est de trouver le bon moyen pour le bon effet. »

Jamie était en train de se demander quel coup bas elle pourrait faire pour introduire ce groupe fantôme de hackers. Il faudrait une introduction en règle, quelque chose de percutant et de bien choquant pour ces types ultra coincés qui voyaient tout ce qui n’était pas blanc comme de la marchandise. Il faudrait un nom, un logo de groupe, quelque chose. Elle aurait voulu que Rae soit là, elle était douée pour l’improvisation dans ce style-là. Razorsharp, elle avait la classe. Attention, Felicity est super classe aussi mais Felicity est super classe style haute société. Alors que Rae c’était la super classe style la rue, tout ça, la rébellion et tout. Elle aimait bien imaginer une opération avec Rae à sa droite, Felicity à sa gauche, elle au milieu et tout le chaos qu’elles pourraient infliger aux salauds de ce monde. Enfin bon. Ça c’est si sa mère la laissait faire.

« Dis Felicity, je me demande : au fond, toi et Oliver, vous êtes en couple, non? J’ai bien vu comment tu le regardes. Est-ce que… Comment dire… Toi qui est en amour avec un homme, ça te choque que ma mère soit avec une femme? Je sais, ça n’a aucun rapport avec l’informatique mais j’arrêtes pas de me battre dans la cour d’école à cause des abrutis qui voient juste deux femmes ensemble et pas… Tu sais… L’amour… »

Les Sawyer ou l’art de créer les pires situations pour un entourage non préparé…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 8 Juin 2016 - 13:50
Je viens de dire ce que je compte faire pour commencer et la jeune fille semble être d'accord avec cette première partie. Couper, remettre, couper l'électricité est pour moi un jeu qui m'amuse fortement. On ne s'imagine pas tout le bazar qu'on peut créer rien qu'en s'amusant à faire des coupures. Rien que les feux de circulation déjà... Le fait de les faire clignoter va créer une sacrée pagaille dans les rues et je pense même qu'on aura droit à quelques petits accidents ce qui occupera un peu plus les force de l'ordre.

Je m'occupe donc des derniers réglages, j'essaye aussi par la même occasion de ne plus trop penser à l'épisode "Maggie". Et dire que j'ai failli passer à la guillotine. C'est pas moi qui ai demandé à jouer la nounou en plus ! Jamie est gentille ce n'est pas le problème mais à chaque fois que je lui demande de faire quelque chose j'ai peur de me prendre l'épée de Damoclès que j'ai au dessus de la tête. Pour l'instant, Maggie ne sait pas trop ce que je lui fais faire mais si elle l'apprend, je ne pense pas qu'elle va apprécier, j'en suis même sûre. Je ne regarde pas Jamie quand elle me parle d'une fête qui se passe en ce moment. Par contre quand elle me propose son idée, je la fixe les yeux écarquillés, quelque peu perplexe face à ce qu'elle vient de me dire. La bouche qui forme un O parfait, je ne bouge plus. Il me faut quelques secondes avant de réaliser que j'ai très bien entendu ce qu'elle vient de me dire.

- Ma parole mais t'es folle ! Tu veux qu'on se retrouve avec les forces spéciales sur le dos en plus...

J'ai chuchoté, mais ce n'est pas pour autant que j'ai parlé sur un ton sec. Les mots sont sortis rapidement de ma bouche et je n'ai même pas pris le temps de respirer entre chaque. Cette gamine est folle, ils sont tous fous dans cette famille ma parole.

- La frousse ouais, mais pas cette frousse là tu m'entend ?

Je secoue la tête pour éviter de piquer une nouvelle crise. Je veux bien qu'elle m'aide mais il y a certaines chose avec lesquelles je ne plaisante pas et le terrorisme fait partie de ces choses. Je prend une profonde inspiration et alors que je pense être un peu tranquille, Jamie s'adresse une nouvelle fois à moi et cette fois, ça n'a rien à voir avec l'informatique ou ce qu'on est censé faire. Cette fois je me suis radoucie parce que quand je vois Jamie me parler de ce qu'elle vit dans sa vie de tout les jours, je ne peux pas m'empêcher de repenser à ce que moi je vivais... Je fais glisser mon fauteil vers le sien et je pose ma main sur la sienne.

- Il n'y a rien de choquant à ce que deux femmes s'aiment. Le principal c'est qu'elles soient heureuses non ?

C'est un peu désarmée que je la regarde. Je ne sais pas trop quoi lui dire et j'ai surtout peur de lui dire quelque chose qu'elle pourrait mal interpréter.

- Il n'y a pas de honte à ce que deux femmes s'aiment. Elles s'aiment et d'après ce que j'ai vu elles t'aiment aussi. Sois plus intelligentes que tout ces gens, montre leur que l'amour entre deux personnes est plus important que le genre auquel elles appartiennent.

Je lui fais un sourire et je désigne mon clavier.

- Tu veux lancer la coupure ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 8 Juin 2016 - 18:00
Mais faut qu’elle se calme la blonde, avant de faire une crise cardiaque. Et c’est elle qu’on accusait de paniquer tiens. Misère. Ok alors, plan B. Ce serait Tunak Tunak sur écran géant. Oh quoi, n’importe qui ayant joué à World of Warcraft sait que la danse des Draenai mâle est celle dans Tunak Tunak! On a le droit d’être fille de flic, athlétique, intelligente ET geek/gamer, bon. Si ça évitait à Felicity de faire une crise cardiaque, tant mieux. Jamie décida de mettre son plan à exécution et tant pis pour la panique que cela génèrerait. C’était de la musique étrangère et le mec dans le clip portait un turban alors pour ces imbéciles consanguins… Ce serait tout comme de la musique arabe. Même si ce n’était pas le cas mais ça… Quand on dit que les asiatiques sont des jaunes, sans distinction… La grande classe de la crasse humaine, quoi.

Après bon, elle aurait beaucoup à méditer sur les paroles de Felicity mais cela ne voulait pas dire qu’elle arrêterait de cogner dans la cour d’école pour autant. Parce que chez les Sawyer, on a le sang chaud, c’est codé dans leur ADN. Il ne faut donc pas leur en vouloir. En fait si, on peut mais dans la globalité les Sawyer s’en moquent et pas qu’un peu. Jamie offrit donc un sourire rassuré à Felicity avant de lui donner un énorme câlin dans le pur style Sawyer. Autrement dit, attention les côtes. Felicity avait fait et continuait de faire beaucoup pour elle et chez les Sawyer, on sait montrer sa reconnaissance. C’était rare que les gens veuillent faire confiance à une adolescente pour des tâches importantes, aussi douée soit-elle. C’était la sempiternelle question de maturité qui revenait sur la table, en fait. Ce fut un bref contact mais c’était sincère, il n’y avait aucun doute là-dessus.

Après, elle considéra ce que Felicity avait fait et elle se gratta le sommet du crâne en se demandant si on ne pouvait pas faire encore plus fou. Alors, une scène dans Madagascar 3 lui revint en tête. Vous savez, quand King Julian joue avec les lumières, dans le casino, au son de ce qu’il chante? Pourquoi ne pas utiliser une piste sonore pour jouer avec les feux de circulation? Hum… Quelque chose venu du siècle dernier. Pourquoi pas Blue (Da Ba Dee), qu’on voit dans Iron Man 3, chanson sortie en 1999? Il y a du rythme et de quoi faire rendre dingue d’incompréhension les responsables du trafic… Restait à le programmer par contre. Du coup, elle exposa son idée à Felicity parce qu’elle aurait besoin d’un coup de pouce. Elle ne savait pas tout faire la petite, pas encore, elle avait encore des trucs à apprendre en informatique et en piratage informatique.


« Allez quoi, ça va être marrant, tu vas voir. Par le temps que ces idiots comprennent que leurs feux de circulation suivent un rythme musical, ce sera bien trop tard et avec la confusion au stade, leurs services d’urgence ne sauront plus où donner de la tête. Et si en plus on joue avec les canalisations d’eau en transformant les éviers et les lavabos des maisons en geysers, ça va encore plus ajouter à toute cette pagaille!

En tout cas tu es vraiment cool, tu le sais ça? On lance le tout ou je vais chercher du maïs soufflé et on regarde notre travail confortablement installées? En tout cas moi je ne dirais pas non. Tu crois que tu pourras me donner des cours privés en piratage et en informatique? Moi aussi je veux marcher sur tes traces, ça va être trop génial. Je suis super contente que ma mère t’ait recruté en tout cas. Je m’amuse vraiment beaucoup… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 9 Juin 2016 - 9:56
Ma crise d'hystérie est passée et je me sens plus calme. Je sais que j'ai peut être, sûrement, agi de façon exagérée, mais si il y a bien quelque chose que je ne supporte pas ce sont tout ces fous furieux qui croient qu'ils sont supérieurs aux autres. Je suis peut être une hackeuse, je fais des choses pas très légales mais je ne suis pas du genre terroriste. Même si je sais que Jamie ne pensait pas à mal en me proposant cette solution, je ne compte pas céder là dessus. On utlisera pas de rap islamiste pour faire diversion un point c'est tout.

La pression est maintenant retombée et près de moi, je sens que Jamie ne s'attendait pas vraiment à ce que je parte au quart de tour. Même si ma crise est passée suite à la question que la jeune fille m'a posé, je vois bien le genre de regard qu'elle me jette en coin et qui me dit clairement qu'elle doit me prendre pour une folle furieuse. Je la fixe quelques secondes, encore une fois, elle ne semble pas décidée à appuyer sur le bouton et préfère me dire ce qu'elle a en tête. Faire tout sauter au rythme d'une chanson. Je souris, un sourire franc et jusqu'aux oreilles. Cette idée me plaît et j'imagine très bien la joyeuse pagaille qui va s'emparer de toute la ville.

- Oh oui ça va être marrant...

Sourire limite sadique sur le visage, je me tourne vers Jamie pour lui demander quelque chose.

- Tu veux que je fasse en sorte de faire sortir l'eau de partout en rythme aussi ?

En tout cas, avec tout ce bazar qu'on leur a prévu, il y a peu de chance pour que les forces de l'ordre comprennent ce qui leur tombe dessus. Eux ils vont ne plus savoir quoi faire mais non, bien assises sur nos fauteuils, on va profiter du spectacle et on va s'amuser comme des folles. Jamie doit avoir la même idée que moi en tête puisqu'elle me propose de tout lancer et d'aller faire du pop-corn pour profiter du moment comique qu'on va s'offrir. En temps normal, je ne mange pas pendant que je suis en train de travailler, mais là les choses sont différentes. On va avoir un petit laps de temps sans qu'on ne puisse rien faire donc autant en profiter non ?

- Va pour le pop-corn. Pour les cours on va attendre de voir comment on s'en sort hein.

Jamie m'avoue qu'elle s'amuse et étrangement ça me fait plaisir. Les choses auraient peut être été différentes si elle était venue me voir travailler au repaire de l'Archer. La plupart du temps, je n'ai pas à tout faire sauter en rythme avec de la musique. La plupart du temps, je dois empêcher les méchants de s'en prendre aux civils.
Revenir en haut Aller en bas
 

[outlaws] Story Arc 2 ~ Quand une informaticienne rencontre un ordinateur et doit jouer les nounous ~ Felicity (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Astérix domino mania - Dominos à collectionner à Auchan (septembre 2011)
» West Side Story
» Toy Story
» [REQUETE] garder le wifi en continu meme quand telephone vérrouiller
» [RESOLU] Quand mon tel est en veille, il ne sonne pas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-