Le justicier et le mercenaire. [Pv: Deadshot]

Invité

MessagePosté le: Dim 22 Mai 2016 - 11:28
Gotham-city quartier résidentiel, 00h30

Tu le sens toi aussi Dent? C'est l'odeur de la pourriture qui infeste ce manoir. Les hommes sont tous les mêmes au final, un peu d'argent sur la table et ils montrent leurs vrais visages. Cela vaux également pour le propriétaire du manoir en face de toi. Depuis que tu n'es plus l'ombre de toi-même Harvey tu entends des choses, des murmure. Ta cible est décrite comme ayant donné des pots de vins aux forces de polices pour que son petit commerce d'arme soit gardé secret. Bien entendu, ce ne sont que des rumeurs, mais si ces calomnies s'avéraient être exact que ferais-tu? Le tuer de sang froid et repartir aussitôt? Non. Il faut un procès équitable pour cette personne, tu ne dois pas laissez t'es pulsions guider ta vie. Après tout malgré les aléas de la vie et ce qui t'es arrivé tu reste tout de même un fervent servant de la justice équitable dans l'échiquier du système. C'est pour cela que tu es actuellement en train de sortir ta pièce de monnaie fétiche de ta poche et que tu la lances en regardant le sort de la personne tournée comme la pièce dans le ciel. Allez disons cela, pile il est innocent et tu retournes d'ou tu viens, face il est coupable de tous ses crimes et doit être jugé d'une balle dans la tête. En regardant la pièce retombée dans ta main droite tu regardes avec attention le sort réservé à ta cible affichant par ailleurs un petit sourire sur le coin de ton visage défiguré. On dirait bien que dame chance ne sourit pas à cet homme. C'est face, il est donc temps de prendre à cœur t'es convictions et d'aller rendre une petite visite à celui dont tu ne sais même pas le nom tellement cela te parait insignifiant.

Mais si cet homme était réellement innocent? Ne ferais-je pas une erreur?Dis-tu d'un air hésitant.

Tu es un idiot Dent. Si tu as jugé cet homme coupable c'est qu'il l'est. Où est passé ton sens impartial? Laisse-moi te guider vers ce que tu es vraiment. Portant ton costume habituel tu décides de t'approcher de la résidence. Bien entendu tu as prévu le coup en apportant un pied de biche avec toi. Tu balances ton outil dans le jardin de ta future victime et tu escalades le grillage silencieusement. Une fois le premier obstacle passé tu reprends ton pied de biche et tu t'approches d'une des fenêtres du manoir. Ce n'est pas le premier endroit que tu as visité sans l'accord du propriétaire c'est pour cela que tu forces les volets fermées sans une grande difficulté. Tu décides par la suite de casser la vitre. Tu sais très bien que ce geste risque d'attirer la curiosité du propriétaire, mais tu n'as plus rien à perdre. De plus, si la cible s'approche de la gueule du loup plus rapidement tu n'en vois pas d'inconvénient. Comme d'habitude tu es équipé de ton pistolet neuf millimètre. Tu comptes donc mettre une balle dans le crâne de cette pourriture rapidement. Tu ouvres donc la fenêtre de l'intérieur et tu décides d'enjamber celle-ci. Il fait noir et l'obscurité te pose un problème très basique, tu ne vois absolument rien. Tu décides de marcher lentement en mettant ta main droite en avant pour te repérer en gardant dans la main gauche le pied de biche si jamais tu avais une mauvaise surprise comme par exemple tomber nez à nez avec le propriétaire de ce bâtiment. Après avoir fait quelques pas tu es pris d'un sentiment étrange. En effet tu ressens une autre présence, mais pas celle de ta victime. Tu regardes autour de toi et ta méfiance devient de plus en plus prononcé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 28 Mai 2016 - 0:59
Quand j'accepte la plupart des contrats qu'on me propose, et ce peu importe la cible. Et je me fiche par-dessus tout que ma cible soit un homme bon ou mauvais. Qu'il fasse la charité ou qu'il tue des orphelins n'entre pas en ligne de compte. Tuer, ce n'est qu'un boulot pour moi. Et on me paye pour remplir un contrat, pas pour décider si cet homme mérite de vivre ou pas. Avoir des états d'âme, c'est se mettre des bâtons dans les roues. Avoir des remords, c'est se condamner soi même. Moi, je me contente de tuer mes cibles sans aucune intervention de ma conscience. Ca rend la tache bien plus simple.  

Ce soir, j'ai un nouveau contrat à honorer. Ma cible, un important trafiquant d'arme qui serait un sérieux concurrent à certaines grandes pontes de la mafia. Alors on m'a engagé pour le liquider. Il vit dans un manoir à l'extérieur de la ville, le genre de baraque avec un lac dans le jardin et des gargouilles sur le toit. Le contrat est simple, je rentre, je le tue, je ressors, rien de plus. D'après les informations que l'on m'a fourni et contrairement à toutes attentes, le manoir qu'il occupe n'est même pas protégé par des gardes ni par aucun système de sécurité quelconque, ce qui me rend la tache encore plus aisée. Et ça m'étonnerait que ça soit sa femme qui se rue sur moi pour le défendre au péril de sa vie. Alors pour ce contrat, je me contente de prendre ma tenue, sans aucune autre arme en plus. Mes deux pistolets aux poignets devraient me suffire. Désormais, ça n'est plus qu'une question de temps avant qu'il soit mort.

00h25. J'ai réussi à entrer dans son manoir sans aucune difficulté. Le grillage n'a pas été un obstacle difficile à franchir et la nuit ne m'handicape pas au vu du fait que mon casque est équipé d'un vision nocturne. Son jardin n'était pas miné, aucun chien de garde n'était là pour patrouiller, il n'y avait même pas de nains de jardin. Et rentrer dans le manoir n'a pas été plus compliqué. Pas de système d'alarme, pas de portes blindées ni de barreaux aux fenêtres. J'ai juste eu à coller deux balles dans la serrure de la porte d'entrée pour l'ouvrir. J'espère que le silencieux a assez étoffé le bruit pour ne pas me faire repérer. Le manoir semble lui aussi bien vide, presque plus que le jardin. Pas le moindre bruit de grillon, le silence complet règne dans la grande demeure. J'arpente consciencieusement le rez-de-chaussée, pièce par pièce. Je passe par la cuisine, faisant à elle seule la moitié de la taille de ma planque; puis la salle à manger, au centre de laquelle trôné une immense table; puis le bar, contenant un nombre impressionnant d'alcool en tout genre, etc … Plus j'avance et plus le calme me trouble. Je finis d'en faire le tour. Il n'y a pas un chat. J'imagine que mes recherches se montreront plus fructueuses au premier étage. Et si les occupants du manoir ne sont pas là, j'attendrais leur retour aussi longtemps qu'il le faudra.  

Soudainement, un bruit se fait entendre, résonnant dans le manoir. Un bruit de verre brisé, comme si quelqu'un avait échappé un verre, ou cassé une fenêtre. J'avance lentement vers l'endroit d'où provenait le bruit, mon bras droit tendu devant moi, prêt à faire feu. Je passe devant les escaliers et me dirige vers la salle à manger. Mais avant même que j'y entre, une personne en sort, un pied de biche à la main. Je m'arrête, laissant quelques mètres entre nous. Le type porte un costume de deux couleurs différentes et a un 9mm à la main. Je regarde son visage et reconnait l'homme qui se tient en face de moi …  


" Double Face … Qu'est-ce qu'un taré dans ton genre vient faire ici ? "  

Je ne m'attendais pas à tomber nez à nez avec un fou comme Double Face ici au bout milieu de la nuit. Gotham a beau être réputé pour ces cinglés qui arpentent les rues, c'est toujours surprenant d'en croiser un. Et j'ai horreur de ces types …  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 29 Mai 2016 - 17:12
En entendant une voix tu te tournes soudainement pointant ton flingue dans la direction ou le son est passé. T'es craintes étaient confirmées, car l'homme en face de toi n'est pas un petit cambrioleur en recherche de bijoux dans un manoir. Cet homme en face de toi c'est Deadshot, mercenaire tristement célèbre pour avoir la réputation de ne jamais rater sa cible et devine quoi t'es dans son viseur. Dans les rues on dit qu'il est préférable de ne jamais croiser la route de Deadshot , car entre la balle qui sépare le chemin jusqu'à ton cœur il y a l'enfer. Tu en rigolerais presque Dent! Te voilà nez à nez face à ce qui est pour toi un vulgaire criminel qui est incapable de prendre position sur quoi que ce soit. Je te l'avoue aussi Harvey ce mec il me répugne. De nos jours il ne suffit pas de pointer un flingue devant un type pour être considéré comme un homme, non il faut avoir des convictions, des convictions qui nous poussent à nous levé de notre lit et à vivre la vie à plein rythme. Nous Harvey on est une entité qui a des convictions! Nous voulons rendre justice aux impunités qui ont été commises dans Gotham et même au-delà! Ce type face à toi il n'est motiver que par le fric, il n'aspire pas à de grandes choses. Ce n'est qu'un chien à qui on a donné un os après qu'il est fait le beau devant son employeur. D'ailleurs en parlant de ça il n'y a pas à chercher plus loin. Il est ici c'est pour te voler ta proie et il en est hors de question! Ta cible doit subir ton jugement et non un vulgaire meurtre de contrat. Ne baisse pas ton arme face à cette ordure et répond d'une façon ferme pour qu'il comprenne que tu ne lui laisseras pas le coupable se prendre une balle de sa part:

Je n'ai pas à justifier mes actes face à toi Deadshot! Moi contrairement à toi Je n'ai aucun besoin de te poser un interrogatoire pour savoir ce que tu fais ici. Par contre je te met en garde, le propriétaire du manoir il est à moi.

Pour appuyer t'es revendications tu as le réflexe de lever le cran de sécurité pour prouver ta détermination face à cet homme. Tu penses que ce ne sera pas lui qui appuiera sur la détente, car ce type a beau être un vulgaire mercenaire ça n'en reste pas moins un professionnel dans son domaine et il ne risquera pas de laisser sa cible s'enfuir à cause d'un bruit du tir à ton encontre. Par contre Harvey, il en va de même pour toi, tu aimerais bien liquider ce Deadshot, cependant, si le propriétaire est bien présent dans la propriété (ce dont tu n'es pas sûr.) entend le coup de feu il risque de s'enfuir ou de s'armer en conséquence pour allez voir ce qu'il se passe dans la direction des coups de feu. De Plus, le type à beau être un criminel l'heure de son jugement n'est pas encore arrivé. Quoique, qu'est ce qui t'empêcherait de lui coller une balle dans la tête? Non pour l'instant reste concentré sur ton objectif, tu t'occuperas de lui peut-être à la fin. Tu tentes alors de le raisonner par cette phrase:

Allez, ne t'en fais pas. Cette situation tu peux la voir comme une aubaine pour toi, tu n'auras pas à te salir les mains pour toucher ta récompense je le ferais à ta place. C'est bon tout va bien se passer tu peux d'hors et déjà rentré chez toi!

C'est ça rentre chez toi et ne remet plus jamais les pieds dans Gotham. Il faut que ce mercenaire comprenne que cette ville appartient à des hommes qui se battent pour la justice et la liberté et non à de misérables tueurs à gage dans son espèce. De plus, ce genre de type est au service de gens aussi corrompu qui décide d'abattre d'autres personnes corrompu afin d'élargir leurs pouvoirs, au final il n'est pas différent de ses victimes, toi en revanche tu sers une cause bien plus noble que ce crétin et qui sait? Peut-être qu'un jour tu devras juger l'employeur et ce sbire qui lui sert de complice. Pour le moment tu te débarrasses de ton pied de biche dont tu n'as plus besoin et tu gardes les yeux rivé sur ton adversaire de ce soir. Il va falloir se libérer de cette situation au plus vite Dent, tu n'as pas le temps de jouer avec cet homme!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Le justicier et le mercenaire. [Pv: Deadshot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un justicier dans la ville, le remake
» Marchombre et Mercenaire?
» Le Mercenaire (Axel Kilgore)
» Série "Le justicier"
» Mercenaire Viking

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-