Une question à réponse double? [Double-Face]

Invité

MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2016 - 13:54
L'appartement était colossal. Très bien équipé. Huit-cent mètre carré dans le quartier historique de Gotham, au cinquième étage avec vue sur la vielle horloge et son parc sombre, baie double vitrage, système de protection à la pointe de la technologie, deux gardes du corp à temps pleins, une bonne dizaine d'employés et une piscine intérieur, d'après ce que Question avait lu sur le relevé des travaux. Pas exactement ce qu'aurait du pouvoir s'offrir un procureur en début de carrière, dont la femme ne travaillait pas et dont les deux enfants était scolarisés dans la meilleur école privée de la ville. Mais tout cela allait sans doute rapidement s'éclaircir à la lumière -quelque peu brutale- des questions du détective.

Pour une fois, il ne pleuvait pas, mais les réverbères noirs de la ville projetaient une lumière blafarde, qui créait plus d'ombre que de lumière. En contrebas, en planque dans sa cadillac de moins en moins entière, Question observait les lumières de l'appartement, son masque relevé sur le nez pour pouvoir avaler les litres de café qu'il engloutissait depuis plusieurs heures. Nécéssité de travail. C'était sa troisièmes nuit blanche consécutive, et il commençait à entendre des voix lui chuchoter des trucs inquiétants. Sa vielle radio grésillante diffusait en boucle des chansons d'amours d'un Boys Band des années 70, dont les paroles cachées étaient selon le détective, censée mettre en lumière une conspiration à échelle mondiale. Il gribouillait donc consciencieusement des phrases comme « you're my sin baby », «I love you baby», « Please say you love me, » et d'autres fragments hautement révélateurs de ce genre sur son carnet. Depuis son séjour à l'orphelinat Question ne trouvait rien de plus louche que les chansons d'amour, et toutes les démonstrations d'affection d'ailleurs.

Soudain, Question aperçut une silhouette dans la rue.

- Quoi?

Bondissant sur son siège, il se pencha pour mieux voir. Elle avait disparut. Nerveux le détective remit son masque. Merde. Il n'aimait pas ça du tout. Et il n'était pas du genre à se dire que c'étaient des hallucinations du à la fatigue. Au mieux il s'agissait d'un type engagé pour le tuer par un politicien, au pire d'un type engagé pour le tuer par un groupe politique secret qui dirigeait le monde dans l'ombre.

Enfin, les lumières de l'appartement s'éteignirent. Le Procureur Law était partit se coucher. Il était à peine minuit. Question écrasa sa cigarette dans le cendrier surchargé qui était à sa droite et éteignit la radio. Il ferma les yeux pour se concentrer. Il avait du mal ces derniers jours...

-Let's go Baby... Murmura t'il en s'extrayant de la voiture, citant la chanson qu'il venait de supporter pendant deux heures.

***

Une semaine plus tôt, il avait photographié la femme du procureur rentrer dans l'appartement pour avoir le code d'accès. Il le pianota avec des doigts tremblants, regardant nerveusement derrière lui et défaisant sa cravate dans un réflexe angoissé. Bien sur, ils n'avaient pas modifier le code et la porte s'ouvrit. Question était toujours étonnement surpris par la confiance que les gens avaient en un monde qu'il savait pourtant essentiellement régit par des groupes secrets à l'échelle du globe. Enfin, cela facilitait son travail.

S'orientant dans l'appartement plongé dans la pénombre à 'laide des plans des travaux qu'il avait voler et mémoriser, Question alla droit vers la chambre des parents. Il s'était renseigner, et madame Lawe était au spectacle d'école des deux gamins, ils ne rentreraient pas avant deux heures du matin.

Lawe était tout à lui.

Il traversa deux salles de séjour, quatre fois plus grande que tout la chambre minable qu'il louait dans l'East End. Bien qu'il le sache déjà, il eut un frisson désagréable en se rendant compte que la piscine se trouvait dans la chambre des parents. L'eau faisait des reflets angoissants sur les murs. Il regarda le lit. Law dormait à point fermé, la conscience apparemment peu alourdie par tout les assassins qu'il avait laissé partir dans la nature avec six mois avec sursis. Question se dirigea vers son bureau au fond de la pièce, et inspecta les tiroirs et le PC. Une demi heure plus tard, il avait tout les documents nécessaire pour prouver que Lawe avait reçut des pots de vins de la famille Falcone et d'autres criminels. Bien. Il enverrait Lawe et toutes cette belle documentation au GCPD avant l'aube.

Mais avant, il fallait qu'il questionne Lawe sur ceux qui l'avaient payé, histoire d'aller arrêter tout ça jusqu'à la racine. Il lui fallait apprendre des noms, mais aussi obtenir un enregistrement oral de Lawe affirmant qu'il avait reçut de l'argent de la part de Falcone.

Fermant les yeux quelques secondes pour se concentrer à nouveau, Question se dirigea ensuite vers le lit de Lawe.

-Qui t'as payé ? Grogna t'il en attrapant l'homme à la gorge d'une main et en le menaçant avec sa lampe de chevet d'une main.

Lawe se réveilla en sursaut et ses yeux devinrent exorbités en voyant la lampe de Ques

-Quoi ? Que ? S'étrangla Lawe.

-Qui t'as payé ? Gronda Question en le plaquant violemment contre le mur et en assenant un coup de Lampe à quelques millimètres de son visage.

Il avait l'air d'une bête enragée.

-Je...je ne vois pas de quoi vous parlez, hurla Lawe, les yeux révulsés. Je n'ai rien à voir là dedans.

-Tiens donc ? Rien à voir dans quoi ? C'est amusant, parce qu'un procureur qui te ressemble beaucoup, qui a ton nom, ton visage, habite au même endroit que toi et bosse dans ton tribunal pendant tes affaires à laisser Alberto Falcone dehors malgré les preuves qui l'incriminaient dans la fusillade de l'East End, et fait partir la Caculette avec seulement huit mois de sursis, Calculette qui a fait savoir dans le milieu de la pègre qu'il cherche un nouvel employeur. Tu es vraiment certains que ça ne te dit rien ? Parce que ce procureur te ressemble beaucoup. Après je peux me tromper naturellement, Errare Humanum Est, ectetera ...Mais, je vais quand même voir si je peux te rafraîchir la mémoire, ce serait dommage qu'on parte sur un quiproquo...On ne sait jamais que par hasard ça te reviendrait...

Il traîna l'homme jusqu'à la piscine et lui enfonça le visage sous l'eau. L’interrogatoire dura dix longues minutes, particulièrement pénible pour Lawe. A la fin, en larme, il termina par avouer qu'il avait été payé par Falcone tandis que Question enregistrait, le visage neutre.

-Bien... Maintenant dis moi qui t'as payé pour ceux qui ne sont pas affilié à Falcone, ordonna le détective.

Un coup de feu retentit alors. Sursautant, Question faillit tomber dans l'eau. Horrifié, il vit une large tâche de sang se former sur le T shirt de Lawe, qui hoquetait misérablement. Le tenant toujours au collet Question se tourna vers la porte de la chambre, le souffle coupé. Divisé en deux par l'ombre de la porte, la moitié d'un homme se tenait dans l'encadrement, le visage charmant, un petit calibre à la main. Un rayon de lune éclaira son visage, laissant apparaître une peau rongé par l'acide.

-Double face? murmura Question d'une voix étranglé.

Une rage profonde était en train de bouillir dans ses veines. Dent venait de tirer sur un homme -un vendu c'était vrai- sans se demander s'il avait des mômes, sans se poser de question. Question n'aimaient pas les individus qui ne se posait pas de question. Ilallait le massacrer. D'un autre coté, Lawe avait peut être encore une chance de survie....Prendre une décision. Rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 2 Juil 2016 - 16:27
Une question à réponse double?
Ecarte-toi de mon chemin!
Regarde-moi cet immeuble Dent. Dire que pour quelque pots de vins versé t'aurais eu l'occasion de te payer un logement pareil, l'offre en serait presque alléchante si le prix à payer n'était pas ton âme et de vendre tous ce pourquoi tu te bats. Tu te trouves actuellement dans une ruelle sombre étant relié à un long boulevard qui mène au palace somptueux. Tu connais parfaitement ta cible. Un chinois excentrique qui n'hésite pas à montrer sa richesse à qui veux bien la voir. C'était un de t'es principales adversaire à la campagne pour le titre de procureur de Gotham et il semblerait que depuis ton départ le dénommé Law s'en soi sortis à merveille. Et si ça ne suffisait pas à t'énerver davantage et bien sache qu'il a reçu des pots de vins gracieusement par la famille Flacone (ou peut-être par quelqu'un d'autre.) pour laisser traîner le rejeton le plus dangereux Alberton Falcone. Cette raclure à toutes les chances de mourir bien entendu mais, tu dois lui faire un procès équitable comme tous les autres chiens de la casse que tu as éliminé. Pile, il vit face, il meurt. Tu tires alors ta pièce de monnaie à double facette fétiche de ta poche et d'un geste sec du pousse tu entames ta procédure judiciaire habituelle. Le verdict est tombé, comme d'habitude le hasard fait bien les choses, l'homme doit mourir.

Tu souris en voyant la conclusion de ton procès et tu commences à entamer une marche lente lorsque tu t'arrêtes d'un geste de brusque. Tu te caches précipitamment en voyant un véhicule stationné près de l'appartement avec à son bord une silhouette portant un chapeau regardé en ta direction. Un policier sous couverture? Si c'est le cas tu doit le tuer également Dent! Il est hors de question qu'un type dans son genre te mette des bâtons dans les roues. Ce n'est certainement pas lui qui va arriver à mettre fin au procès du procureur Law, de toute façon sa sentence est tombée et rien ni personne ne changera quoi que ce soit! Avance vers la voiture et colle lui une balle dans la tête afin d'écarter cet obstacle ridicule vers ton chemin menant à la justice!

Du calme, ne mérite-il pas également sa chance?

Tu as raison Dent, tout homme mérite le droit d'avoir sa chance à ses côtés, pile il meurt, face il reste en vie. Tu entames une nouvelle fois ta "procédure judiciaire" et laisse retomber la pièce dans ta main. Notre policier sous couverture est un homme chanceux, tu dois bien comprendre que désormais quoiqu'il se passera dans la nuit tu ne dois pas tuer cet homme sous aucun prétexte. Tient d'ailleurs le voilà qui sort de sa voiture et qui part en direction de l'appartement, va donc le prendre en filature. Durant le trajet tu te fais discret tu fais tout pour pas que l'homme ne te remarque pas, d'ailleurs cela marche plutôt bien malgré que l'individu soit extrêmement sur ses gardes. tu t'arrêtes lorsque ta filature se stop vers la porte de l'appartement. tu restes dans l'ombre accroupit la main vers l'intérieur de ton costume à porter de ton arme. L'homme se retourne alors nerveusement et tu te baisses d'avantage te cachant derrière le propre véhicule de celui que tu espionnes. Tu ne vois toujours pas son visage, mais vue son accoutrement il te parait plutôt être un détective privé qu'un policier désormais, qu'importe tu n'as pas le droit de le tuer Dent mais, rien ne t'empêche de l'assommer à un moment opportun. Il possède apparemment le code d'accès de l'appartement et c'est un jeu d'enfant pour le bel inconnue d'entrer dans la propriété. Il rentra alors dans la demeure et la porte allait se refermer avant que tu y places ta main au dernier moment afin de la laissez ouverte, tu rentres à ton tour dans l'appartement toujours à une bonne distance du "détective."

Tu ne sais pas qui est exactement ce personnage anxieux, mais il est pour toi une véritable aubaine, non seulement il prend un chemin afin d'éviter les gardes du corps que tu aurais du tuer inutilement, mais en plus il va te mener droit à ta cible principale , en effet il semble connaître par cœur les plans de la propriété. Pendant la demi-heure qui suit c'est un jeu de cache cache qui commence avec le mystérieux individu masqué, tu arpentes les pièces de l'appartement pour éviter le détective tu te caches derrière les armoires, les fauteuils et toute chose qui te permettent de ne pas avoir à faire un face-à-face avec lui. L'homme semble trop préoccupé à trouver des preuves contre Law pour sentir une présence proche. Il prend ensuite la direction de la chambre de famille là où le procureur est en train de dormir. Il entame alors un réveil violent sur le procureur Law et l'emmène vers la piscine afin de commencer un interrogatoire musclé. Il ne fallut pas longtemps avant que le procureur ne passe à table et avoua complètement ses pécher.

Tu dois empêcher le détective de traîner l'homme en justice Dent! la justice actuelle n'a aucune valeur à t'es yeux et son procès est déjà terminé. Tu commences à sortir ton arme, part d'un pas vif et déterminé. Tu ouvres brusquement la porte et vise le procureur. Tu appuies sur la détente et un bruit sourd vient alors effrayer le tortionnaire que tu reconnais à présent. C'est The Question, une tête brûlée, théoricien du complot qui n'a pas l'habitude de ménager ses adversaires. Tu lui souris et tu regardes l'autre vendu se vider lentement de son sang. Tu t'exclames alors:

Merci d'avoir apporté les preuves nécessaires à son crime Question, son jugement est tombé grâce à toi.

Tu commences alors à mettre en joue ton arme vers le Héros-détective, retirant la sécurité pour plus d'intimidation. La nuit risque d'être longue Dent et n'oublie pas l'homme en face de toi à la chance d'être en vie, tu as donc interdiction de le tuer. Cependant, rien ne t'empêche de... l'écorcher un petit peu.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 9 Juil 2016 - 0:33
-Se balader en costard customisé en prenant un air dérangé n'est pas suffisant pour prétedre émettre un jugement, ex-procureur Dent, siffla Question, son feutre rabattu sur le visage. Tu es un immonde salopard, Dent. Cet homme a deux gamins, une femme et un amas de neurones appeler cerveau qui lui permet de faire des choix raisonnés, ce dont ton crane médiocre semble privé d'ailleurs. Et tu viens de....

Lawe, toujours dans les mains de Question, poussa un grognement mourant et le détective le posa précautionneusement sur les carreaux de la piscine, sans le lâcher, une main soutenant la nuque qu'il maintenait sous l'eau quelques minutes plus tôt. Il tremblait comme un marteau piqueur et avait les yeux révulsé. Question ne quittait pas Dent du regard mais sacrifia généreusement une demi seconde pour jeter un rapide coup d'oeil à Law et la flaque de sang das laquelle il commençait déjà à barboter . Celle ci, sombre, qui était en train de se déverser dans l'eau chloré l'informa qu'il avait tout intérêt à sauver Law dans les deux minutes qui suivaient, à mettre l’arrestation de Dent en deuxième objectif, et ne pas attendre l'arrivée des gardes du corps. Qu'est ce qu'ils foutaient d'ailleurs? Si Question craignais quelques chose plus que les ex-procureur schizophrène, c'étaient bien les hommes qui s'engageaient à protéger, et qui le faisaient mal. La raison pour laquelle la Justice League hantait tout ses cauchemars.

-Si ce type crève à cause de toi, je vais te tabasser jusqu'à ce que tu retrouves un semblant de conscience morale. D'ailleurs, même s'il émerge soudain et court un marathon devant nos yeux ébahis, je vais te tabasser quand même pour avoir tirer sans te poser de question
, grogna Question, sa voix filtrée par son masque comme un chuchotement lointain.

Mais se concentrer sur la priorité plutôt. Le blessé. Question arracha une manche du pijama de Lawe et la pressa pour essayer de freiner l’hémorragie. Le déclic d'un cran de sécurité l'informa que sa menace avait eu autant d'effet sur Dent qu'une conférence d'histoire égyptienne sur un adepte de la théorie des anciens astronautes. Il s'éloigna d'un pas de Lawe et leva les mains à découvert pour signifier à Dent qu'il. Du haut de ses 1m70, de sa réputation de doux dingue et de son entrainement rattrape-en-six-mois-ce-qui-s'apprends-en-une-vie, Question aurait du se douter que sa petite verve moralisatrice n'aurait aucun effet mais ... Toujours l'espoir, cette saloperie teigneuse qui venait foutre en l'air tout son beau pragmatisme si durement acquis. Heureusement qu'il avait une confiance absolue en la bonté humaine et que ses années à enquêter sur le commerce de mineures à Hub lui avaient fait voir les bons cotés de l'humanité, il y avait presque de quoi devenir pessimiste.
Il était temps d'utiliser son super-pouvoir à lui, que lui avait confier une jeunesse à Hub pour palier l'avarice de dame nature: poser des questions quand tout le monde cherchait des réponses. Ilt inclina ses orbites vides et anonyme vers les yeux de Dent.


-Puisque de toute façons je m'en vais bientôt rougir cette sympathique piscine; il y a une série de question qui me taraudent...


Tout en prononçant ce mot d'une voix feutrée, prenant soin de chasser les intonations hermétiques et abrégées qu'il utilisait quand il était inquiet, tachant de cacher sa nervosité, Question se releva lentement, très lentement, de manière quasiment imperceptible.


-Voilà...Est ce qu'une partie de toi à conscience de l'absurdité de cette action? Si non, c'est bien dommage et notre entretien va être terriblement ennuyeux. Mais si oui...Au fond, quel est la véritable raison d'un code de conduite aussi désespérément illogique pour un homme anciennement brillant comme toi? Sexuel? Parce que, entendons nous bien, ta démarche intellectuelle et émotionnelle est totalement foireuse. Victime de l'injustice du monde, tu décides de la corriger en  te vengeant de manière impulsive, soit. Il faut bien un prétexte pour se trouver un nom de scene et aller faire mumuse dans les mauvais quartier. Mais... Faire entrer le hasard dans la justice...Ah, Oui, expliqua Question d'un air innocent en voyant la réaction de Dent, je suis au courant que tu tires tes victimes à pile ou face, j'ai fouiller les fichiers d'Arkham. D'ailleurs, je suis curieux de savoir quel est mon cas. Face serait plutôt ironique, non? Commenta Question en inclinant sa tète sans visage vers Dent.

Constatant que Dent par miracle l'écoutait, Question en profita pour continuer de se rapprocher demi-millimètre par demi-millimètre, de la table de nuit. A tout moment, Dent pouvait s'impatienter et le trouer comme du gibier, et Lawe était en train de crever en ce moment même. Il fallait qu'il continue. Ne pas se déconcentrer. Faire diversioN.

-Faire entrer le hasard donc....C'est totalement...Incohérent. la violence encore, pour un esprit simpliste comme le tiens, peu sembler logique: la bonne vielle loi du talion et sa si attractive absence de nuance... Tant d'autres avant toi se sont laissé séduire.  Mais le hasard...? Pourquoi?  Je ne vois aucune connexion avec ton histoire.  Maroni n'était pas un hasard Dent. Rien de ce qui t'es arrivé n'est un hasard. Me tue à le répéter aux autres individus qui peuplent ce globe d'ailleurs. Mais en tout cas Dent, S'il y a peu de hasard dans mon monde, il y en a particulièrement peu dans le tiens. Ce qui nous fait venir à la question...Pourquoi, Dent? Pourquoi une symbolique sans raccord avec ton histoire? Ne pas contrôler ces choix est si reposant que ça? Et si en fait tu n'étais qu'un lâche, Harvey?

Question évaluait la distance qui le séparait de la table de nuit et cherchait de nouveau angle pour attaquer Dent quand un bruit de porte se fit entendre. Il tourna violemment la tète vers l'entrée de la chambre, prêt à plonger sur le coté quand les deux gardes du corps interviendraient.

Mais ce n'était pas les gardes du corps. Derrière Dent, dans l'encadrement sombre de la porte, madame Lawe et ses deux enfants venaient d’apparaître. La représentation s'était terminée une heure plus tôt que prévu, et, pour rire et même s'il travaillait demain, elle avait voulu réveiller leur père avec les enfants. Ils avaient des restes de confettis dans les mains pour lui mettre dans les cheveux. Tout trois  étaient figés, regardant les deux hommes qui se faisaient face avec des expressions glacées. Soudain, la femme aperçut le corps de son mari, et après une longue seconde de silence, un profond cri de détresse remonta de son ventre pour s'extraire de sa gorge dans un raclement douloureux.

Question saisit immédiatement l'occasion et attrapa dans un bond la lampe de chevet, qu'il balança dans la tète de Dent avec une violence bestiale, avant d'attraper la table de chevet pour l’assommer avant qu'il ne se retourne. Mais Dent était rapide. Le bruit d'un second coup de feu explosa dans l'appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 20:28
Une question à réponse double?
Ecarte-toi de mon chemin!
The Question le détective sans visage. Tu ne pensais pas tombé sur un type de cette trempe qui plus est en pleine enquête. Tu ne dois surtout pas prendre cet homme à la légère Dent, ne fait pas cette erreur. Si ton adversaire est considéré comme étant le second meilleur détective au monde juste après le Batman ce n'est pas pour rien. Dans les rues de Gotham l'homme au masque est décrit comme étant d'une intelligence diabolique, d'une prudence extrême et d'une brutalité qui ferait presque passé la chauve souris pour un enfant de cœur. Cependant, l'homme à deux problèmes à gérer. Le premier n'est autre que toi et le deuxième est le procureur Lawe qui, petit à petit commence à se vider de son sang. De toute façon selon-toi il est perdu, mais qui te dit que c'est vraiment le cas? Chaque homme a l'instinct de survie et il se peut que le procureur est en train de se battre face à la mort pour rester dans ce monde.

Le détective en profite pour te balancer une provocation enfantine en te disant que tu ne sais pas réfléchir avant d'agir. N'en prend pas réellement compte, car nous savons tout deux que tu prémédites t'es meurtres à l'avance et que le simple argument que tu réagis sous la pulsion est totalement faux. De plus, tu as le droit à une menace. Voyons pour qui te prend-il?  Il suffirait que Question prenne un ton menaçant en disant vouloir te cogner dessus pour que tu prennes peur. Tu ne dois pas le sous-estimé, mais il serait idiot de sa part qu'il te sous-estime en croyant pouvoir t'effrayer. En tant que procureur tu as reçu des menaces de mort bien plus convaincante? Tu te contentes alors de rester figé face à lui le canon toujours en sa direction. Ton adversaire tente même de se concentrer sur le vendu, tu lui rappelles alors que te tourner encore une fois le dos serait une erreur regrettable.

Ne pouvant pas venir en aide à la victime du soir, Question se retourne vers toi en voulant faire vaciller toute ta détermination en voulant rendre t'es actes totalement illogique. L'homme a de l'argumentaire, tu ne peux le nier, cependant tu sais pertinemment ce que tu dois faire et la morale d'un homme adepte d'une théorie ridicule concernant un complot à impact planétaire, tu n'en as pas besoin. Par contre, tu fus grandement surpris lorsqu'il évoqua ton lancé de pièce pour chaque prise de décision et de t'es antécédents avec Maroni? Question n'est encore une fois pas un homme qui faut prendre à la légère. Tu comprends la limite des connaissances de ton interlocuteur lorsqu'il te demande quelle connexion il y a entre ton passé avec Salvator et ton lancé de pièce. Et oui, il ne semble pas avoir conscience que cette pièce que tu portes sur toi est la pièce à conviction qui permettait de faire tomber le chef de la mafia. Tu te contentes de le laisser finir sont monologue et après qu'il t'es traité de lâche tu lui réponds simplement:

D'habitude, face à ce genre de propos je me contente de faire taire celui qui remet en doute ma façon de pensée... Cependant, pour le célèbre détective je me contenterais juste de te donner un petit indice. Je suis maître de ma propre chance et de mon jugement...

Tout à coup, la porte derrière toi s'ouvrit brusquement, tu vois alors une femme et deux enfants rentrer dans la propriété. Tu comprends alors qu'il s'agit de la famille Lawe qui pourtant devait rentrer beaucoup plus tard.  Par frayeur tu as le réflexe de te tourner et de pointer ton arme vers cette famille, grosse erreur. Dent, ne t'ai-je pas dit de ne sous -estimé sous aucun prétexte ton adversaire?! Tu sens un violent coup à la tête. tu tombes alors et ressent une grande douleur te rendant un petit moment étourdit. Tu sens une présence menaçante arrivé derrière toi pour t'attaquer, une présence ressemblant à celle à une véritable bête féroce. Soudain l'instinct de survit rattrapa ton corps et tu exécutes une roulade au dernier moment sur le côté droit. Tu l'as échappé belle tu as belle, voyant la table de nuit allant s'écraser directement sur le sol avec un Question pris d'une rage qui ferait peur au plus courageux tu es pris de panique. Possédant toujours ton arme tu pointes ton arme vers le héros tout de suite après avoir exécuté la roulade. Tu vises l'épaule du détective en ne sachant pas si tu vas l'avoir, car tu es encore groggy par la lampe de chevet, mais dans ces moments-là, il ne faut pas réfléchir, tu appuis sur la détente et la balle commence à tracer son chemin à toute vitesse. Tu tournas ensuite ton regard vers la famille Lawe figé de stupeur, en train de s'enlacer pour se protéger mutuellement en poussant des cris repoussant toujours plus les limites sonores. Tu te relèves t'approche rapidement vers eux. Prenant l'enfant (qui semblerait être le plus jeune), sous les sanglot de la mère:

Non! Non! Pitié, pas mon garçon!

Tu lui réponds alors d'un ton plein de rage:

Tu la fermes! Tu restes ici! Toi et ta progéniture vous vous faites tous petit. J'ai une petite affaire à régler avant de m'occuper de vous.

Tu te retournes alors pour voir Question se tenant l'épaule, mais... Il a totalement disparu, tu ne sais pas si la balle l'a atteint et où il se cache dans l'appartement. Peut-être qu'il a quitté la propriété même si cela ne parait pas être son genre. Tu gardes t'es distances, jetant un œil partout pour éviter une attaque surprise. Ou te caches-tu bon sang?! Tu gardes bien en main le petit garçon que tu as pris en otage pointant alors ton pistolet vers sa tempe. Est-ce que le détective ferait-il l'erreur de t'attaquer en sachant que tu pourrais faire une autre victime? Normalement son but premier est de faire en sorte qu'il y ai d'autres bains de sang dans ce lieu, après l'homme au masque est tellement imprévisible qu'il faut s'attendre à tout d'un homme de sa trempe. Une minute le procureur Law c'est fait la malle aussi?
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 18 Juil 2016 - 22:39
Accroupis contre le mur, Lawe étendu devant lui, une main plaqué sur la bouche du procureur pour qu'il ne crie pas, l'autre maintenant le tissu improvisé qui tentait de stopper son hémorragie abdominale Question ne bougeait pas d'un cheveux. De l'autre coté de la fine paroi qui séparait la chambre du bureau, il pouvait entendre Dent menacer la famille, et prendre un gamin en otage. S'en prendre aux enfants... Il allait payer.

Question ferma les yeux, sentant un instant sa tête lui tourner; son épaule lui vrillait les nerfs, la douleur se diffusait dans tout son bras, il pouvait sentir la balle raclé contre son os. Il fallait qu'il soigne ça rapidement. Mais Lawe était dans un état plus critique que lui, d'abord s'occuper de lui. Non d'abord s'occuper de la famille. Mais il lui fallait Lawe vivant pour échafauder un plan. Donc priorité absolu: Lawe. Mais il ne pourrait rien faire tant qu'il serait aussi proche de Double-Face. Question regarda le bureau, déjà fouillé. il y avait une porte dérobée qui menait à la salle de bain des parents, il le savait grâce au plan appris par coeur, mais rien qui permettait de quitter cette aile de la maison. C'était un cul de sac. L'idéal aurait été de partir vers le salon, par l'autre porte, mais c'était par là qu'étaient arrivées la famille Lawe.

Se pinçant pour rester éveillé, de son bras valide, Question attrapa avec mille précaution l'ordinateur portable qui trônait sur le bureau de Lawe, le coinça sous son bras, puis, manquant de s'évanouir hissa Lawe sur son épaule indemne pour le transporter jusqu'à la salle de bain Il savait quelle était insonorisé, il l'avait lu sur les plans. Derrière la parois, Dent semblait s'énerver. Il hurla à Question de se montrer s'il voulait voir le gamin vivant. Une prise d'otage... Question ouvrit la porte de la salle de bain et la referma précautionneusement. La porte parfaitement isolé fit un bruit de sous-marin. Ils pourraient communiquer sans alerter Dent.

Ceci fait, il posa Lawe sur le carrelage glacé -il avait enquêter sur une entrepris de vente de carrelage affiliée à des extrémistes politiques une fois, le bon vieux temps des croisades- et inspecta sa blessure de plus près, récupérant l'une de ses mains pour empêcher son épaule de continuer de déverser son jus sur son imper'. Il versa de l'eau sur la marre de sang qu'était le ventre de Lawe pour voir la tête de ma plaie -une gueule cassée toute droit sortit de la première guerre mondiale pour faire une sympathique comparaison filée-, puis, fouillant les étagères, attrapa une bouteille de désinfectant qu'il déversa sur une serviette propre, et, agrippant une autre serviette qu'il déchira, entrepris de faire un bandage serré, se disant que même si la balle était encore là, il fallait arrêter l’hémorragie avant qu'il ne se vide complètement. Mais Lawe était  à demi inconscient, il avait perdu trop de sang, il n'avait pas une constitution solide...tout ça pour rien... Avec rage, Question comprit qu'il n'avait plus beaucoup d'espoir de le sauver. Dent, tu vas me le payer. mais il restait un espoir pour toute sa petite famille, si Lawe faisait un effort. dent devais être en train de s'impatienter. Merde, pas de temps pour l'épaule. tant pis, il était solide, il tiendrais bien encore quelques temps avant de tomber dans les vapes

Ouvrant d'une main l'ordinateur et craquant le mot de passe d'entrée, Question tapota le visage de Lawe de l'autre. celui ci n'émergeait pas, et question finit par lui mettre une gifle sèche.

-Y a un réseaux de caméra dans la chambre des parents? Pressa l'homme sans visage. Dent a pris l'un de vos môme en otage, et voter femme et l'autre sont coincés avec lui, faut que je vois la situation pour le récupérer avant qu'il ne décide de tirer sa foutue pièce et...

-Oh mon dieu je me vide de mon sang...gémit Lawe.

Question regarda le procureur corrompu d'un non-visage navré; il aurait bien dit qu'il était désolé, mais cela leur aurait seulement fait perdre du temps. Pourtant, il l'était sincèrement. Et puis, pour un orphelin, ce n'était jamais agréable de voir un père de famille mourir.

-Ai essayé d’arrêter l’hémorragie. Vous faudrait un vrai chirurgien, grommela Question de sa voix rauque associable, avant de tacher de reprendre l'autre voix. ...Vous vous videz trop vite mon vieux. Mais c'est pas la priorité. Oubliez la faucheuse trente seconde, restez avec moi pour sauvez vos mômes: est ce que vous avez un sytême de caméra? Redemanda Question en posant l'ordinateur devant Lawe. Connectez vous et montrez moi celle de la chambre des parents. Je vais récupérer vos mome, puis on appellera l'hopital pour vous, et Arkham pour l'autre mal...

-Pourquoi vous n'appelez pas l'hosto maintenant? Hurla Lawe, hystérique.

-Chtt, grogna dangereusement Question en posant sa main sur la bouche de Lawe. Il avait oublié à quel point les bureaucrattes pouvaient être con. Dent est à dix mètre, et même si votre salle de bain et insonorisé, on est pas non plus dans une bulle hors du temps...Il est atteint, mais très loin d'être l'idiot du village, il risque de pas tarder à prendre son courage et à venir fouiller le bureau, et quand il verra que cette porte est fermée...Pour l'hosto, votre mome est en otage, répéta Question avec exaspération, si Arkham et l'hosto débarque, Dent va l'éxécuter, on doit régler ça en interne...

-Mais je vais mourir si vous ne l'appelez pas! Mes gardes du corps ont du partir, parfois ils ne m'obéissent pas... Pleurnicha Lawe en se tortillant par terre, au supplice. Je m'en fous appelez l’hôpital, je veux pas crever ici, pas comme ça...

-Mais, votre gamin va se faire exécuter si j’appelle, s'énerva Question. Pourquoi il s'entêtait à ne pas comprendre? Il était pas censé avoir fait de très longue et très difficile étude ce corniaud là? Son épaule le lançait comme une envie de fumer... se concentrer.

-Mais je m'en fous, appelez moi une ambulance! Vous me faites chier avec vos leçons de morale! Appelez cette ambulance espèce de petit sodomite dégénéré ou  je vous colle un procès. Vous vous croyez dark parce que vous vous êtes étalé du fond de teint sur la gueule? appelez ou je contacterai des gens qui rajouteront des traits à votre joli minois anonyme, avec un rasoir, un poing américain et un fer à souder, menaça Lawe d'une voix étranglé.

Question se rendit alors compte avec horreur que Lawe comprenait parfaitement la situation. Simplement, il n'en avait rien à foutre de ce qui pouvait arrivé à son descendant. Question se sentit pris de nausée. C'était pour ce type qu'il s'était pris une balle quelques minutes plus tot. Non, ne pas juger l'individu, tout individu avait le droit de vivre s'il ne représentait pas une menace immanente...Mais...non ne pas céder à la tentation. Ne pas être comme Dent.

-Vous n'en avez rien à faire de votre fils, articula Question d'une voix brisé, rapée jusqu'à l'os. Il voulait que Lawe lui dise que bien sur que si, que c'était la douleur qu'il voulait sauver son fils et qu'il ne fallait pas appeler l'ambulance. Question voulait se tromper. Tellement.

-Vous ...vous croyez dans La route de Cormac McCarty, murmura Lawe dans un gargouilli sanglant. Je vous emmerde espèce de...

Question frappa le crane de Lawe contre le sol. A force de tabasser des mafieux, il savait le faire sans traumatisme crânien. Question se mit à trembler. L'humanité était à gerber. il posa sa main sur son épaule ensanglanté et eu un spasme de douleur. Ah oui...il fallait qu'il arrête le saignement...il devait rester des bouts de serviette... Pourquoi il faisait tout ça déjà? Question avait envie d'une bouteille de whisky et d'un flacon de médicament qu'il ne fallait pas mélanger, histoire d'oublier ça quelques heures. Ou d'un complot mondial, un bon truc qui l'occuperait, l'empêcherait de penser à tout ça... Il était heureux que dent n'est pas entendu Lawe, il n'aurait pas supporter son rire moqueur. C'est ça que tu sauves, le grand héros? Un enfoiré préférant appeler l'ambulance que sauver son môme? Enfin remarque, ça ne te change pas des autres sous-merdes que tu sauves d'habitude parce que tu as des beau et grands principes moraux qui brillent au soleil... Quel blague. Question sentit une migraine douloureuse se créer sous son front et sa respiration s'accéler. Il paniquait; Non! Ca devait être la fatigue, en plus de ce psychopathe de Dent qui le tentait avec ces méthodes expéditives, ce salopard de Lawe qui était une invitation à déclencher une guerre nucléaire à lui tout seul..ressaisis toi, se murmura Question, ressaisis toi...

***

Il avait réussi à calmer sa crise de panique et avait trouvé de quoi faire un bandage à son épaule pour arrêter le saignement. Maintenant, il allait faire payer à Dent et à l'humanité tout ce qu'il faisait à ses espoirs de beauté, de principes, de valeurs, d'importance de la vie. Vielles choses puantes fracassées sur le sol à longueur de journée, qu'il récupérait toujours plus salie par son pessimisme grandissant. Mais il ne fallait pas se laisser abattre. Ne serait ce que pour les autres.

Round 2...

Question avait finit par trouver le système de caméra seul sur l'ordinateur. Il n'y en avait qu'une seule dans la chambre des parents, mais l'angle de vue lui avait permis de voir que Dent avait préféré ne pas bouger, mais avait envoyer l'un des gamins fouiller le salon. Pas con... songea Question amèrement. Il l'enverrait fouiller le bureau très prochainement. Il fallait agir. Question avait un plan.

Il y avait un système d'interphone dans la maison des Lawe, et un logiciel Audacity pour collégien sur l'ordinateur. Pour un miséreux comme Question, dont l'une des seules armes était sa bonne vielle voix rauque et brisée, c'était comme si Deadshot avait trouvé une douzaine de mitrailleuses chargées à bloc sagement rangée dans un placard. Il diffusa un message rapidement enregistré sur audacity dans l'interphone de la cuisine. Une bouillie guimauvesque  de bonne intentions bien pensante. D'après ce qu'il avait compris de Dent et de sa façons de concevoir la justice, il avait un tel mépris pour ceux qui "faisaient les choses à moitié" qu'il avait de forte chance de tomber dans le panneau. Néanmoins, rester prudent. Dent n'était pas né de la dernière pluie. Enfin d'un autre coté, pour la petite blaque, c'était une pluie d'acide qui l'avait fait naitre... Question se frappa pour avoir eu une pensée pareil. C'était bon pour des petits cyniques irrécupérables comme Constantine, les moqueries psychiques.

-Dent...Dent tu m'entends? Laisse le môme éspèce de taré... tu as gagné, Lawe est foutu, il a perdu trop de sang; je te le ramène si tu le demande, de toute façons, plus personne ne pourra le sauver. si tu laisse le même et le reste de la famille, je te propose ma réddotop et ce qu'il reste du procureur Lawe, Alors e me sort pas le "je n'ai pas le choix." Si tu va jusqu'au bout Dent, cela voudra dire que tu le veux, pas que tu y est obligé. Pose toi des questions Dent...tu tuerais un enfant? Et ton message dans tout ça, l'objectif qui guide tes actions? je me rends, tu restes cohérent. bon plan pour toi. pas de dommage collatéraux, expliqua l'interphone d'une voix cassé de type qui est sur le point de s'évanouir.

Question regarda l'écran. comme prévu, Dent venait de se diriger vers la cuisine, tournant le dos à la salle du bureau ou était Question. Dent cherchait à localiser l'homme sans visage au son de sa voix. Cela étonnerait pas Question qu'il essaye de le faire parler. Dent était bon. Et ça allait le perdre. dent avança d'un pas, et question abandonna son poste dans la salle de bain, laissant Audacity continuer de diffuser le message dans l'interphone; silencieusement, il alla dans le bureau et attrapa une statuette en plomb massif qui représentait la justice, avec la balance, le glaive, les yeux bandés et tout le super-costume habituelle. C'était d'un gout épouvantable, sans doutes offert par des collègues en mal d'inspiration. L'arme idéal. Dans la lumière éteinte du bureau, un rais d'ombre coupa le visage de la statue allégorique en deux, créant un étrange masque à deux face... Question cligna des yeux et mit cela sur le compte de la fatigue et du fait non négligeable qu'il continuait de se vider de son sang.


Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 23 Juil 2016 - 22:47
Une question à réponse double?
Ecarte-toi de mon chemin!
Il est plutôt malin l'animal... Il a profité de ses quelques secondes pour s'échapper du danger en embarquant avec lui ta proie. Le détective est vif et ne laisse rien au hasard. Tu t'avances de quelques pas en serrant toujours de ta poigne la nuque fébrile du garçon que tu viens de prendre en otage. ressentant chaque sanglot et tremblement de sa part. Ta première interrogation est de savoir si tu as bien touché ta cible ou non, puis en voyant les traces rouges sur le sol tu te rends compte que ton adversaire du soir est bel et bien amoché à l'épaule. Tant mieux, l'homme au masque est blessé donc affaiblit et il y a trois raisons qui te font dire que Question ne c'est pas simplement échappé de l'appartement. la première c'est que son code morale lui interdirait de laisser de pauvre "innocents" entres t'es mains, la deuxième c'est qu'avec sa blessure et sans doute beaucoup de fatigues accumulé il n'irait pas bien loin avant de s'évanouir, la troisième raison est simplement instinctif. Lorsqu'un lapin est touché à la patte sa première réaction n'est pas de s'en allez, mais bien de se cacher en espèrent que le prédateur abandonnes les recherches. Oui, tu l'as bien compris Dent, le détective t'invite clairement au jeu du chasseur et du gibier. Il est le lièvre, tu es le renard. À mesure que le temps passe, tu ressens de plus en plus d'excitation, vis-à-vis de cette situation très jouissive.

Cependant, prends garde à toi Dent, plus tu lui laisses le temps de réfléchir, plus il trouvera rapidement une solution pour faire échouer ton échappatoire, il ne faut surtout pas qu'il arrive à contacter le GCPD, cela te serait défavorable. Tu ne sais pas où il se cache et tu pourrais fouiller les lieux si tu n'avais pas peur que le paranoïaque ne t'assomme par derrière. tu as cependant, un autre atout dans ta manche en effet, tu n'as pas fait une prise d'otage pour la forme, tu sais à quel point que Question fera tout pour éviter d'autres blessées, c'est pour cela qu'il faut faire des menaces. De plus, tu pourrais par cette circonstance lui envoyer quelques petites provocations. Histoire de lui faire regretter ses anciennes paroles. Allé fait sortir le lapin de son terrier Dent!

Va-y détective, réfléchi à comment tu vas te sortir de ce merdier! Mais, réfléchit vite! Car, moi, je ne prendrais pas longtemps à décider du sort du petit. Tu me dis que je ne me pose pas assez de questions? J'en es une qui me vient à l'esprit. Qu'est ce qui se passe si du plomb transperce la tempe du môme? Montre-toi Question! Maintenant! Hurla-tu.

Les minutes passent et tu n'as toujours pas de réponse. Tu as beau tendre l'oreille tu n'entends aucun bruit. Que fait-il à l'heure actuelle? Est-il en train de contacter la police et les urgences? Il n'est pas assez bête pour faire ça. Il sait très bien que tu n'hésiterait pas une seul seconde à faire bien plus de dégâts. Est-il en train de soigner Lawe alors? Probable, même s'il devra faire un miracle pour cela. Ta patience s'écoule comme des graines de sable dans un sablier. Il ose se payer le luxe du temps. Tu te retournes violemment vers la famille en sanglot, la mère essaie tant bien que mal de rassurer ses deux enfants malgré la situation épineuse. Tu te tournes ensuite vers l'enfant en larme, totalement traumatisé par ce qui est en train de se passer. Tu tiens toujours ton arme en joue vers sa tempe, mais tu te permets de lui faire un frottement "affectueux" comme un père avec son fils, tu tends ensuite ta bouche vers son oreille pour enfin lui chuchoter:

Chut... Calme-toi, cesse de pleurer. Tu devrais plutôt tirer une leçon de ce qui est en train de se passer... Regarde la justice actuelle, un héros national enterrer comme un rat. Voilà ce que son les protecteurs de notre monde kid, c'est cela que je combats. N'ai pas peur ta petite famille et toi auront une chance de vous en tirer, sois patient. Puis tu te retournes à nouveau vers la famille en montrant du doigt les deux autres gosses.Toi et toi! Allez me le livrer, exécution! N'oubliez pas, une bêtise et vous le regretterez...

Sous la contrainte les enfants se lèvent et vont chercher le détective en commençant par le bureau. Cela est un bon point, non seulement tu n'auras pas l'effet de surprise, mais en plus c'est les mioches qui font le travail à ta place. La femme te supplie de ramener les enfants dans ses bras mais, tu ne tiens pas compte de ses supplications. Ta concentration est telle que tu cherches plus à savoir si les résultats des recherches des enfants ont été fructueux. Puis après quelques minutes, un interphones situé dans la cuisine fait entendre la voix du premier intéressé, Ah! Les choses bougent Dent, la voix de Question te dit qu'il agite le drapeau blanc, que Lawe est foutu, ce qui fait d'ailleurs éclater en sanglot la mère. Il te demande d'aller dans la cuisine où il sera présent en t'apportant la dépouille de la cible morte. Un plan presque parfait, mais va-t-il tenir ses engagements? Tente le coup, au pire des cas n'oublie pas que tu es protéger par la prise d'otage, il n'osera donc pas faire de geste brusque ou s'il le fait, à ses risques et périls. Tu avances donc lentement, en gardant sous la main ton calibre et l'enfant, tu arrives jusqu'à la cuisine où tu prends une précaution de regarder autour de toi. Rien. Tu rentres ensuite dans la cuisine, mais tu ne vois personne... Sa sent pas bon.

Je suis là détective! Montre t..

Tout à coup une ombre vive surgit derrière toi tu te retournes précipitamment, mais c'est rapide. Tu te prends un violent coup au niveau du nez et presse la détente. Malheureusement, ton coup de feu est partie en l'air car, sous le choc tu as lever le bras en tombant à terre. Question se retourne alors en disant au merdeux de s'en allez et appeler les autorités. L'enfoiré, il vient te mettre dans une très mauvaise situation, il se retourne vers toi avec une aura meurtrière. tu te relèves et tu sens des gouttes chaudes recouvrir t'es narines, tu comprends alors que le détective vient de te péter le nez. Tu le flingues du regard et pointe à nouveau ton arme vers lui. Tu te mets alors à éclater de rire face à l'ironie de la chose. Le chasseur est devenu le chassé. On dirait que le Joker a de mauvaises influences sur toi Harvey!

Bravo! Quel coût de maître! mais tu t'es foiré dans t'es calcules! Tu n'as qu'une simple statue de décoration, j'ai un flingue!

Tu presses alors sur la détente, un déclic se fait bien entendre mais rien ne sort du canon?! Misère, ce n'est pas le moment de n'avoir plus de balles! Sous la pression, tu te rues directement vers ton adversaire, le plaquant sur le mur prêt d'une armoire à vaisselle. Tu tentes de frapper le crâne de Question avec le cross de ton arme mais celui-ci a le réflexe de prendre ton poignée et tente à son tour de te frapper à nouveau avec la statue, cependant tu adoptes le même réflexe en te saisissant de son poignet. Le héros est dos au mur. Pour toi la seule chose qui puisse lui faire encore mal est de trancher sa morale en deux. Tu approches lentement ton visage marqué par l'acide de Maroni, de son visage inexistant adoptant un sourire des plus macabre avant de lui dire.

J'espère que tu es content de ce que tu es en train d'accomplir Question! Regarde qui tu es en train de secourir. C'est ça pour toi la vraie justice?! Moi, contrairement à toi je sais pourquoi je fais tout ça! Et toi? Pourquoi tu décides de protéger la veuve et l'orphelin? Pour avoir une condition morale irréprochable? Arrêtes t'es conneries! Tu allais envoyer Lawe en taule et après? Il allait envoyer des pots de vins pour sortir au bout de trois mois. Tu sais la différence entre toi et moi Question? Toi lorsque tu mattes de mecs ils se relèvent, moi quand je matte des mecs ils restent à terre!

La situation commence à virer au vinaigre de plus en plus. Il faut vite en finir avec ce type Dent, avant que la famille appelle les autorités.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 27 Juil 2016 - 23:50
Plaqué contre le mur Question y voyait trouble. L'avait perdu trop de peinture rouge et continuait d'en semer partout autour, sur lui, sur le parquet,  sur le mur, sur le flingue vide, sur la main obstinément sérrée de Dent. Le sans-visage était de moins en moins rapide, de moins en moins éveillé, les meubles se faisaient moins précis à travers l’effacement de sa vision. Et puis son cerveau commençait à le lâcher. 72 heures sans dormir, plus de sang pour irriguer...Les  neurones se mettaient en grève, le corps et la raison suivait. il avait l'impression de perdre légèrement les pédales, tout cela lui évoquait les visions qu'il avait eu pendant des trip violent mêlant LSD et tentative occulte. L'horrible tête coupée en deux de Dent lui paraissait plus tordue qu'à l'accoutumée. terrifiante. Bloqué par ses propres muscles en grèves et celui de l'ancien procureur. Question n'arrivait même plus à lever la tête pour le regarder en face.  Il divaguait, perdu dans le brouillard. L'arrivait même plus à s’arrêter sur des questions concrète comme: le môme a t'il appelé le GCPD?

Dent et lui semblaient, tragiquement,  depuis le début, dans une égalité absolue, avec des faiblesses qui se compensaient les unes les autres, dans un nivellement parfait, presque surnaturel. Et ils étaient revenu au même point de départ. et même les avancements dans la situation était égaux. L'un était menacé par l'arrivée GCPD, l'autre par une perte de connaissance proche. Question aurait parié que les délais étaient identique.  Comme si la justice s'assurait que ses deux interprétations reste dans une parfaite égalité.  La vielle austère refusait obstinément de favoriser l'un ou l'autre de ses rejetons, et la balance restait figée. dans son espèce de demi perte de raison, question pouvait sentir qu'Ils allaient finir par s’entre tuer, sans vainqueur ni perdant.

Il écouta la tirade de Dent dans un état second, parvenant à peine à se maintenir éveiller pour supporter la voix cruelle du procureur, qui venait retourner le couteau dans la plaie que Lawe l’égoïste prêt à sacrifier son môme avait ouvert quelques minutes plus tôt.

Question resta silencieux de longue seconde. Puis il murmura d'une voix à peine audible:

-Tout ce que tu dis est juste Dent. Lawe fera très certainement cela, et s'en sortira. Et même si la formulation n'est pas la mienne -ce que je te pardonnes aisément vu l'heure tardive,
précisa Question avec un non-sourire affable, je fais tout ça parce que je pense que c'est moralement la chose à faire, bêtement. Tu as raison Dent. ...sauf sur un point.

Il remua légèrement la tête et parvint à entrapercevoir Dent plus nettement.

- La différence entre toi et moi, Dent, ce n'est pas que mes mecs se relève et les tiens non, que tu tues et moi pas. Ca c'est la différence entre Batman et toi. Une division bien clair, net, en noir et blanc aussi facile à tenir pour l'un que pour l'autre. Le talion et le pardon. Une dualité parfaite, qui pourrait être raconter et comprise par des enfants de six ans dans un conte de fée. Aucun compromis, l'un refusant d'éliminer un fou dangereux qui est prêt à décimé le globe par jeu et qu'Arkham est définitivement incapable de contenir, l'autre prêt à assassiner des pères de familles sous les yeux de leur môme en pensant arrangé le monde. Une cécité totale et partagée. tu sais, j'ai déjà tué Dent, et je suis prêt à le refaire si nécessaire. Si j'étais Batman, cela ferait longtemps que le Joker serait sous terre. Ce n'est pas ça la différence.

Question redressa doucement le menton et poursuivit:

-La différence entre toi et moi, Dent, c'est que je me poses des questions. Batman et toi vous n'êtes que des aveugles campées sur vos convictions ridicules et les appliquant sans jamais vous adapter aux situations, aux gens, sans jamais penser à rien, sans jamais vous poser de question sur les conséquences de votre morale stupide et fixe. Là ou j'aborde chaque situation en me demandant: qu'est ce que je dois réellement faire pour être utile? Et m'adapte à la réponse. Un minuscule point d'interrogation Dent. C'est ça la différence entre toi et moi.

Le détective eut un rire inquiétant, glacial.

-Et en parlant de question, pardonnes moi, mais il y en a une qui me trotte à l'esprit depuis quelques minutes. Qu'est ce qui, par la logique la plus élémentaire, oui, qu'est ce qui m'empêche de tuer un fou dangereux qu'aucune prison ne peut retenir, qui n'est plus nécessaire affectivement ou socialement à d'autres individus , et qui ne représente qu'une menace supplémentaire pour la ville?

Question leva ses orbittes pleines vers les puissantes mains de Dent, qui continuaient de le retenir. Après les avoir observer en hochant la tête, il tourna son absence de visage vers l'ancien procureur.

-Je pense que j'ai la réponse.

Il lui asséna un coup de tête  avec toute la violence qu'il lui restait, s’assommant plus lui même que son adversaire. Harvey recula  simplement, légèrement sonné par ce coup sans grande puissance. Mais il 'en fallut pas plus à question pour projeter son bras valide contre la vitre de l'armoire à ustensile de cuisine, et resserré sa main pleine de bout de verre contre un couteau tranchant, qu'il asséna dans un mouvement haineux en direction de la tête de Dent, dans le pbut très clair de le tuer. Mais Dent l'esquiva, un flot e sang jaillit, et la syrêne du GCPD s'éleva. Enfin. Mais ils arrivaient trop tard pour son esprit. Maintenant qu'il l'avait formuler à haute voix, le sans visage avait la certitude qu'il était de son devoir d'éliminer une fois pour toute le Janus répugnant qui hantait les rues de Gotham.

Tentant de redonner un coup à Dent, Question tomba à moitié au sol en continuant de tendre son couteau vers l'ex-procureur comme un possédé. Dans le flou, il vit des flics défoncer la porte;

-GCPD! On ne bouge plus!

Ils braquèrent leurs armes...Sur Dent qui courrait...Et sur lui?  Mais rattrapez Dent! Rattrapez le! Ecumant de rage, Question attrapa une seringue d'adrénaline qu'il gardait toujours sur lui et se la planta dans la cuisse, le regard braqué sur Double-Face qui explosait la baie vitrée avec un meuble, prêt à s'enfuir. Le dernier acte avait sonné. Dent pouvait survivre à sa chute, Question le poursuivrait jusqu'en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 30 Juil 2016 - 18:19
Une question à réponse double?
Ecarte-toi de mon chemin!
Tu pouvais sentir toute la fatigue de ton adversaire seulement en ressentant l'alourdissement soudain de ses muscles. C'est l'étape que tu préfères le plus Harvey, lorsque ta proie est tellement épuisée qu'elle te supplie de mettre un terme à sa vie. Pour toi, ça allait bientôt arriver. L'homme sans visage avait beau être un dur à cuire, mais tu sentais que sa volonté s'écoulait comme son sang petit à petit. Sa respiration se fait de plus en plus basse et l'homme est sûr le point de rejoindre les bras de Morphée brusquement. Il s'est bien battu, tu ne peux que l'admirer pour cela, mais il vient un jour ou chaque homme doit avouer sa défaite. Tu ne l'as appris que trop bien, Dent. Dans la vie il ne suffit pas de parier sur la réussite, il y a des perdants et des gagnants. C'est ton cas, chevalier blanc de Gotham. Tu avais tout pour transpercé la gloire et l'avenir radieux que tu avais entre t'es main et malheureusement, comme dit toujours le Joker. Il suffit juste d'un mauvais jour pour qu'un homme de réussite perde tout ce qu'il a. Ce que tu as appris, tu es en train de l'inculquer à ton adversaire. Celui-ci prend d'ailleurs la parole. Il te dit que tu as raison, que Lawe est une raclure et qu'il s'en sortira comme toujours. Il te dit qu'il n'a fait que suivre bêtement sa morale. Cependant, selon ses dire tu te trompes sur un point. Plus Question la parole, plus tu ressers ton étreinte sur son poignet, en l'écoutant toujours attentivement.

Il t'avoue face-à-face qu'il est lui-même un assassin. Que ça lui est déjà arrivée de prendre la vie d'autrui et qu'il n'hésitera pas à le refaire si nécessaire. Tient donc? Le détective à la morale irréprochable à déjà tué? Tu n'en crois pas un mot. Il bluffe! Tu les connais les types comme ça! C'est les types à la trempe de Batman. Tout dans l'intimidation, mais au final incapable de finir le travail. L'homme du Hubb profite alors de la petite discussion pour envoyer de petites piques à son collègue masqué, en la personne du chevalier noir. Il dit qu'au final vous êtes tous les deux campé sur vos convictions. Comment ose-il?! Te comparer ainsi à Batman! Il est dans le faux, ne te laisse pas berner par ses paroles Dent! Ne fais pas cette erreur! Il accentue en sortant à nouveau sa fameuse phrase "contrairement à vous je me pose des questions". Balivernes! Il essaie de détruire tout ce pourquoi tu te bats procureur. Il n'a plus que sa comme arme de toute façon, sa langue de vipère. Fais-le taire, qu'on en finisse avec ce combat ridicule qui ne mène à rien, sinon à l'arrivée imminente de la GCPD.

Dis-moi au lieu de parler pour rien Q, t'aurait une dernière question à me poser avant que j'en finisse directement avec toi?

Tu as déjà oublié, Harvey? Tu ne dois en aucun cas tuer le détective. Le verdict de ton jugement l'a rendu innocent! Contente-toi de le mettre hors-jeu une bonne fois pour toute! Tu remarques alors que l'homme sans visage t'offre un rire des plus inquiétant. Il poursuit en te demandant qu'est-ce qu'il l'empêche de mettre fin à t'es jours. Ce ne sont que des salades encore une fois, il n'osera jamais te... Son front vient heurter ton nez brisé? Tu ne t'y attendais pas, malgré le manque de puissance le coup te fait souffrir et tu lâches par réflexe ta victime. Il prend ensuite un couteau aiguisée dans l'armoire et tente de te trancher la tête? Le coup est assez violent pour que tu reconnaisses que c'est clairement une attaque à but létale. Qu'est-ce que c'est que ce type? Il n'est certainement pas un héros ordinaire. Encore guidé par ton instinct tu esquives de justesse le coup de poignard qui vient te rafler tout de même le haut du front. Le sang gicle, mais ce qui attire le plus ton attention ce sont les sirènes de la police départementale de Gotham-City. L'heure n'est plus de jouer avec cet homme procureur, tu dois t'enfuir et vite! Tu prends alors t'es jambes à ton cou. Cependant, tu es retenu quelque seconde avec Question qui essaie à nouveau de te trancher la gorge, mais la stabilité de l'homme n'est pas là et il ne fait que tombé au sol en tendant l'objet pointu face à toi de façon presque mécanique. La porte se fracasse et les agents équipés rentre en hurlant.

GCPD! On ne bouge plus!

Tu t'empresses de t'enfuir. Un officier presse la détente, mais tu as eu seulement le temps de traverser le couloir la ou un mur arrête la balle de l'homme. Sous ta frénésie tu saisis un meuble pour l'envoyer brusquement vers la vitre qui s'éclata alors. Ne réfléchissant pas plus à ce que tu dois faire tu sautes de façon mécanique en ne sachant même pas si tu réussiras à survivre à ta chute. Ton dos vient alors percuter le toit de la voiture du détective, y faisant un grand trou dedans. Cela, a par chance amorti ton choc, mais ta fait souffrir tout de même. Tu te relèves et tu ressens une balle t'érafler la joue. Les policier ton pris pour cibles. Tu t'accroupis d'abord sous le véhicule pour avoir une protection de celui-ci et enfin, tu te diriges vers les ruelles étroites et sombres de Gotham en sachant que les voitures ne peuvent pas passer. La soirée n'a pas été comme tu l'aurais imaginé Dent et tu en veux à Question d'avoir tout gâché. Quelques minutes sont passées et tu en as profité pour te reposer dans une petite ruelle sombre, reprenant ton souffle. Malheureusement, une silhouette sombre ne tarda pas à attirer ton attention. Non! Jusqu'où va t-il me suivre? Comment a t-il put retrouver t'es traces?! Tu as été négligent Dent!

Je pense qu'il ne sert à rien de m'enfuir face à toi! Je dois l'admettre je me suis trompé sur ton compte! C'est vrai! Tu es donc capable de prendre la vie d'autrui... Bravo! Cependant, tu crois que tu me fais peur en m'annonçant que tu es prêt à prendre ma vie?

Tu t'approches alors lentement de Question en sortant à nouveau ton revolver vide, le prenant par le canon pour frapper avec le cross de l'arme. tu continues alors.

Tu crois que j'ai quelque chose à perdre en m'affrontant jusqu'à la mort face à toi? J'ai déjà tout perdu. Ma femme, mon travail et mon honneur. J'allais faire de cette ville un havre de paix pour ces habitants. Sans corruption et sans criminalité! J'allais faire de Gotham une ville magnifique...Tu hurlas alors.Mais, ce sont des personnes comme Lawe qui m'ont fait ça! Ils m'ont humilié devant tout le monde... Le monde est froid, cruel et je tends les bras à la mort si nécessaire.. Approche Détective, embrassons la mort!

Tu fonces alors droit vers ton adversaire en ayant l'intention de le plaquer violemment au sol. Le dernier round a sonné.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû 2016 - 2:51
Une fois passer par la fenêtre, réceptioné sur sa cadillac défoncé, pister grâce à la traînée de sang qu'il avait laissé avait été extrêmement facile, même avec les troubles de perceptions et de mouvement sévère qu'avait le sans-visage. En chemin, il réfléchit. Ils étaient tout deux tellement usé jusqu'à la corde, c'était un vrai miracle qu'ils tiennent encore debout. Question était un increvable qui voulait croire en la volonté, mais il devait laisser son égo de coté. Il pouvait avoir toute la haine du monde qu'il voulait, rien ne lui garantissait qu'il parviendrait à tuer Dent avant que ce ne soit lui qui ne le tue. Il allait falloir fair eun compromis. une fois de plus. Il appela renée.

-Montoya, articula il péniblement en avançant dans la ruelle ou se dirigeait la trainée de sang, l'épaule valide contre le mur, la main appuyé contre celle qui perdait du sang.

-Hmm? Fit une voix ensomeillée tandis qu'une deuxième voix de femme demandait "qui c'était" en fond sonnore. Vic?! Bon sang ça fait un mois que je n'ai plus de nouvelle éspèce de salaud, est ce que tu ...comment tu...ta voix elle...

-Clock Street, la onzièmeaprès le parc wayne... Tes collègues vont arriver mais ils ne seront pas efficacace...Dent..vais éssayer de le crever, mais m'aura peut être en premier, si c'est lui qui gagne, crève le, les autres flics auront pas les... ils le laisseraient même s'échapper...


Question eut un moment d'étourdissement.

-Vic, hurla Montoya de sa voix de caractérielle dans le combiné tandis que sa compagne grognait à coté, je t'interdis de faire une connerie, qu'est ce que c'est que cet histoire de meurtre, bordel? il est hors de questions que je tue qui que ce soit, et il est hors de question que tu tue qui que ce soit. ta voix elle...mais bon sang, dans quoi tu t'es encore fourré? J'apelle une ambulance et....

-N'oublie pas l'adresse et ta mission, murmura Question avant de raccrocher.

***

La confession haineuse de Dent avait pris le sans-visage au dépourvu. Question ne pouvait s'empêcher de ressentir de l'empathie pour le procureur brisé. Un puissant lien les reliait. Il tentait de lutter contre Ils se ressemblaient tellement. Il avait pitié, il el comprenait, il s'y identifiait, il pouvait suivre chaque détail de sa désillusion. Il voyait l'ancien harvey dent, si semblable à l'ancien Vic sage; idéaliste, honnête, intègre, tout deux aimé... et ils voyait les nouveaux two face et question, détruit, violent, obsédé par la justice, hais et rejetés.  Ils avaient subit la même chose, brisé et humilié méthodiquement par le monde...Non. NON! Ils ne se ressemblaient pas.

-On aurais pu t'aider Dent, c'est toi qui a choisis ton chemin. Y a plein de pauvre clown dans notre genre qui vivent des trucs du genre et qui vont sur le droit chemin.  Tu... tu te cherches des excuses Dent.


Tout comme lui c'en était chercher. Il lui recrachait le même discours creux qu'on lui avait servit à l'orphelinat, puis au sain de la communauté super-héroique. Il se domptait lui même. Question ressentait pour Dent la même haine que pour ses reflets dans le miroir. Au fond de lui, il se rendait bien compte que sa rage n'avait plus grand chose de rationel, qu'elle était plus profonde, plus insidieuse qu'une simple animosité moral. Quesiton se battait contre un reflet déformé. la colère monta de nouveau, et il comptait sur elle pour vaincre, mais il n'avait tout simplement plus rien pour alimenter ses muscles; non, non, non! le timming, le timming!

Question subit l'assaut de Dent dans un éclair rouge sang, et perdit peu à peu conscience à mesure que le procureur le tabassait. les coups s'enchainaient dans une éspèce de moiteur cotoneuse. il tentait d'intimer à sa main de bouger, de lui foutre un poing, mais plus aucune commande ne lui répondait. Il se mit tout simplementà compter les secondes qui séparait Renée de la ruelle. Il fallait qu'il survive assez longtemps pour qu'elle ai le temps de se pointer. Il fallait qu'il garde juste assez d'énergie pour maitriser dent au moment opportun.  Le sans visage ferma les yeux, compta et encaissa. Juste quelques restes d'énergie, qu'il fallait préserver des coups.

Enfin, la syrêne du GCpD hurla pour la seconde fois de la soirée; dent faillit s'enfuir à nouveau, mais Question avait appris et planifié aggripa son mollet avec sa main cassé, l'emp^échant de partir. cri, bruti, main en l'air, il entendit Dent grogné tandis que le spoliciers se lachaient sur lui, comme ils le faisaient toujours sur les tarés qu'ils trouvaient. Puis, il sentit une semelle de botte contre son non-visage et compris qu'il faisait partis des taré en question.il reçut un coup.  quelqu'un le retourna du bout du pied, un autre le menotta avec dégout.

-Vous avez vu la quantitée de sang que ces malades ont laissés, comment ils pouvaient encore tenir debout? Demanda le jeunot qui avait toujours sa botte posé triomphalement sur la tête de Question. On aurait dit qu'ils allaient s'entretuer. Le mien à du pudding à la place de la tronche, vous devriez voir.

-C'est parce que t'as pas vu la...enfin les! gueules du mien mec. Viens voir, c'est two face, Harvey Dent! le mec là, qui s'est fait bruler à l'acide.

-Peut être, mais le mien respire quasiment plus. Le premier machabé sera pour moi.

-Déconne pas, Dent à un couteau de cuisine planté dans la viande, je te parie ce que tu veu qu'il clamse en premier.

-Deal pour moi! Mon enfflure à moi à perdu au moins trois fois plus de sang et il est bien moins épaix.  C'est une question de minute.

Les prognostiques sur leur état de santé continuèrent tandis qu'on les regardait se vider de leur peinture par terre. Et une fois de plus, lui et Harvey était frère de douleur. le détective ne supportait plus de leur voir des destins aussi similaire. et ces imbéciles de bleus, qu'ils l'humilient s'ils le voulaient, mais qu'ils éliminent Harvey! Question se visualisait, reprenant le contrôle de sa main, rattrapant son couteau et lui tranchant la jugulaire. Il le visualisait, en boucle, sans faire attention à la semelle du bleu, éspérant que pour une fois, jsute une fois, le type qui était au ciel allait exacuer son voeux. Tuez le reflet, tuez dent, par pitié... Avant qu'il ne corrompe le reste de foi en l'humanité qu'il avait en lui.

Un cri féminin retentit alors:

-Ecartez vous de lui, il est avec moi! Q, est ce que tu m'entends?

Suivi d'une syrêne d'ambulance. Montoya. question ne sentit pas quand elle le traina sur la civière pour le conduire à l'hopital. Il tenta de voir Dent. Mais trop de monde.

Il voyait s'alterner les lumières des lampadaires depuis une éternité quand il entendit que Montoya passait un coup de fil. Elle revint vers lui, ses sourcils denses résolument fronçé:

-Les ambulances d'Arckam sont arrivé cinq minute après celle ci. Dent a faillit y passer à cause de mes connards de collègues. Bordel, je déteste les petits bleus qui veulent faire justice en faisant trainer les soins pour les mauvais gars; si je n'était pas arrivé, ton ambulance aussi aurait eu cinq minute de retard, sauf que pour toi ça aurait été fatal Vic, murmura renée le regard tourné vers la vitre pour cacher les émotions qui bouillonnaient chez elle. Ils auraient pu tuer Dent.

Victor garda le silence.

-Tu ne trouves pas ça honteux Vic? demanda doucement Montoya.

Sage demeura silencieux, les yeux braqué sur les lumières . Le regard de Renée devint suspicieux.

-Tu es bizarre Vic. D'habitude, tu hurles à l'injustice et au complot dans ce genre de cas, et même au bord de la mort, tu me murmures des noms pour que je commences à crasher leur compte banquaire histoire de leur apprendre la moralité. Je commences à me dire e que tu m'as dis au téléphone...bon sang, sérieusement Q, tu ne penses pas réellement que Dent devrait crever?


Sage se tourna péniblement vers Montoya avec un visage qui ne laissait aucun doute sur l'endroit ou il espérait voir Dent. Celle ci le darda d'un regard noir.

-Q, c'est quoi cette merde?  pourquoi tu penses une choses pareil? Dent est juste un pauvre type brisé par la vie, un dégât collatéral. Voyant le manque de réaction du sans visage, Montoya insista: Vic, c'est le genre de mec que tu défends d'habitude. Pourquoi?

Une larme roula sur la joue de Vic Sage.

-Parce qu'il est l'autre réponse que j'aurais pu donner,
murmura t'il sans oser regarder Montoya.

Elle voulut lui demander ce qu'il entendait, mais la morphine avait déjà fait son effet, le plongeant dans des rèves bizarres, et sans doutes étrangement identique à ceux d'un autre homme, dans une autre ambulance non loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 14 Aoû 2016 - 18:01
Une question à réponse double?
Ecarte-toi de mon chemin!
Pour résumer cette confrontation, disons simplement que l'on a affaire à un combat illégale de chien. Tu peux te considérer toi-même Dent, comme un animal voulant à tout pris mordre ton autre cotée du reflet. Tu plaques alors violemment ton adversaire au sol, sentant à nouveau toute la fatigue accumulée, pompant son énergie de plus en plus. Cependant, tu n'as pas à faire le fier non plus. Tu es crever par tout ce qu'il vient de se passer cette nuit et tu ne cesses de puiser dans t'es ressources les plus profondes pour rendre chacun de t'es coup plus violent. Paradoxalement plus tu frappes ton adversaire au visage plus ta haine s'intensifie. Par contre, plus tu frappes ton adversaire, moins tu as de force et d'agressivité à revendre. Allez, applique toi procureur! N'as-tu pas entendu ce qu'il vient de dire? Il a osé dire que tu n'avais aucune excuse? À t-il eu la carrière que tu as possédée? À t-il eu le parcours que tu as eu? Non. Il est comme tous les autres, avec des jugements et sans connaitre ce qui ta fait devenir comme ça! Frappe Dent, frappe de toutes tes forces! A chaque coup porter tu ressens la haine qui t'entoure et a chaque coup qu'il te porte tu ressens la douleur s'emparer de toi. Tu es plus fort que cet homme, tu as plus de vécu que cet homme! Tu cries dans un hurlement de rage.

Tu ne sais rien! Absolument rien de ce que j'ai vécu durant toutes ses années! D'ailleurs comment aurais-tu pu prendre conscience? Ne parle pas de choses dont tu ne sais rien!

Le combat s'enchaîna et le destin lui-même ne sait pas qui gagnera ce combat. Vous êtes en sangs, tous les deux épuisé par cette rencontre. Tu es avachi sur lui, prêt à donner le coup de grâce lorsque tu entends les sonneries de sirène s'étendre vers la petite ruelle sombre. Tu ne tardas pas à prendre t'es jambes à ton cou. Malgré toute la haine que tu portes envers ton ennemi mortel, tu n'es pas assez stupide pour te faire prendre. Tu lâches prise et entame une course contre les force de l'ordre. Du moins tu essayes, parce que oui, Question dans un dernier effort saisit ta jambe de sa main. L'enfoiré vient de sceller ton destin. Les membres du GCPD viennent violemment te plaquer au sol pour te passer les menottes. Tu n'as plus rien en stock niveau énergie, tu n'essaies même pas de te débattre, car tu es exténué, blesser et brisé. Le plus étonnant dans cette histoire? C'est le personnel du GCPD en question. Il semblerait que ce soit deux nouveaux en service qui n'ont pas l'habitude de grandes affaires comme celle-ci. Ils semblent d'ailleurs eux aussi, pourries jusqu'à la moelle. Ils débattent sur l'état de santé de ton adversaire tout en rigolant. tu regardes alors dans une grande faiblesse Question et ton regard en dit long. "Voilà, ceux qui font la loi de nos jours Q. Veux-tu toujours être de leurs côtés?"

Finalement, un bout de femme arriva et tu ne la reconnais que trop bien grâce notamment à cause de ton statut d'ancien procureur. En effet, tu as eu l'occasion de travailler avec elle sûr de nombreuses affaires. Elle se contente de prendre Question dans son ambulance personnelle et de te laisses avec les autres chiens de la casse. S'en suivi les cinq minutes les plus longues de ta vie. Les hommes continuèrent à vouloir savoir combien de temps tu vas tenir avant l'arrivé des secours. Vous en faites pas les mecs, Dent tiendra beaucoup plus longtemps que des raclures dans votre genre en ce monde soyez-en certains. Les ambulances d'Arkham arrivent enfin et tu es alors transporté dans une civière. C'est à ce moment- là où tu perds totalement conscience. Question ne perd rien pour attendre. Ce n'est que partie remise, tu entends détective?! Ton jugement est tombé. La sentence pour toi est la peine de mort!
Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 15 Aoû 2016 - 17:11
Un mois plus tard


Vic Sage n'avait pas soigné son épaule correctement, trop accaparé par Lawe, et son passage à tabac n'avait rien arrangé. Sa gueule cassé mit du temps à se remettre, et cette rencontre avec Dent lui fit perdre un  mois de travail.

Harvey Dent subit les mêmes soins dans l'infirmerie bien plus violente d'Arkam, préparant sa vengeance et son évasion prochaine, qui ne tarda pas à cause d'une maladresse des gardiens -provoquant une rechutte nerveuse grave chez Sage, qui reçut le lendemain un exemplaire du Gotham Gazette informant que madame Lawe et ses enfants louait le courage de leur mari ou père, si courageux lors de l'attaque. Le journal avait été accompagné d'une pièce aux faces polies, très sobres.

Renée Montoya tacha de remplacer Vic sage pendant sa convalescence, et enfila pour la première fois le visage anonyme de The Question, pour tenter de calmer son "ami", perssuadé que Gotham allait sombrer dans le chaos s'il ne sortait pas de son lit.

Le procureur Lawe, victime de blessure grave au cours de l'affaire surnomée "Two Face and No Face"  par les médias, survécu avec des sesquels légères. accusé de partialité en faveur de la famille Falcone, il n'encourut que six mois de prison avec sursit, les jurés ayant reçut de mystérieuses aides financières pour l'éducation de leurs enfants. Dès qu'il fut rétablit, il porta plainte contre Question et sa "barbarie folle." Bien  que la police ne soit pas encore parvenu à l'attraper, il encourt aujourd'hui une peine d'un ans de prison, et d'une ammende s'élevant à la somme de 5000 dollars, pour coup, blessure, et complicité dans une tentative de meurtre.


Fin ...?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Une question à réponse double? [Double-Face]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» question au sujet des DVD Tom et Jerry
» LA STEPPE de Anton Tchekhov
» (Clip) Knock out - GD & TOP
» MORPURGO, Michaël
» DOYLE Conan Arthur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-