La fureur des femmes sur-humaine ou la haine des hommes

Invité

MessagePosté le: Jeu 14 Juil - 13:21
5 h 30 du matin, il fait encore nuit. Les portes de l'ascenseur s'ouvrent et je regarde mon "royaume" . Une pièce très vaste avec quelques colonnes, de soutènement, mais au plafond relativement bas. 5 machines à café et autre candies. Des lampes luisantes, des chaises des papiers, des ordinateurs a écran plat posé sur chacune d'entre elles. Une trentaine de bureaux au bat mot. Chacun le personnalisant en fonction de ses goûts et bien sûr les reporter. Ils sont déjà une quinzaine à travailler sur leur article respectif. Ça bouge, se lève, s'assois et empoigne leurs téléphones ou rédige sur leurs ordinateurs. S'interpelle. Voilà mon univers et mon ambiance

5 h 32, je pénètre dans mon bureau ou s'entasse une pile de dossiers et pas de café ? La moutarde me monte au nez. Je prends quand même le temps de placer ma veste sur le portemanteau et m'assois. J'allume la TV un écran géant qui diffuse une vingtaine de chaînes puis met en marche mon propre ordinateur tout en consultants les articles. Je commence à sélectionner pour savoir ou les placer dans les pages et évidemment de retravailler d'autres.

5 h 47, je lis la note de frais de Lombard et je deviens rouge l'hôtel Shantana mon envoyé la facture de ses deux nuits... Deux nuits ? Alors qu'il habite à coter du Stadium et qu'en voiture ou bus cela prend une demi-heure et en Metro quinze ? Je suis furieux Steve dort dans un hôtel ... Pas question que je couvre ce genre de frais. Je me lève en colère me dirige vers le pas de la porte et hurle


"Lombard dans mon bureau... Immédiatement!!!"

Les vingt prochaines minutes sont engueulade et vocifération une chose est sur certaine. Il va payer de sa poche ses nuits à l'hôtel, il ressort la tête blanche et pas très fière. Non mais j'ai jamais vu cela dans toute ma carrière et pourtant, j'en ai vu des profiteurs dans mon journal, mais pas question de me truander.

6 h 28, j'ai fini de consulter tous mes mails et lut nos concurrents. La encore une autre raison d'être mécontent, je gronde et grommelle puis soudainement cri


"Maximilien dans mon bureau... De suite!!"

Celui-ci arrive rapidement surpris et intrigué. Il entre je l'invite donc à s'asseoir par une geste rapide et sec avant de prendre la parole.

"Comment avance votre investigation sur l'affaire d'hygiène des cantines scolaires ?"

L'homme dégluti légèrement sous mon regard de bulldog et avec une de ses mains se desserre son col de chemise

"J'avance pat..."

Je l'interromps promptement en pointant un doigt rageur sur lui

"Vous aviez  lut l'article du Morning dawn?.. Non ?.. Ils ont bien avancé eux et font des révélations qui vont éclabousser la municipalité et c'est un excellent article. Prenez vos affaires et retournez immédiatement à la Mairie et je veux des scoops compris ou inutile de revenir

Bon, je suis dur et l'homme repart rapidement, mais j'ai le temps de beugler

"Maximilien ... Vous pouviez revenir les autres matins. Mais trouve moi ses scoops non de dieu ! Aller filer "

7 h 28, j'ai fini de remanier l'article de Sarah Princetown sur la crise du logement, je peux l'envoyer ensuite  une autre affaire.

7 h 56 j'entre aperçoit Jimmy qui court avec son appareil photo autour du cou voilà l'occasion

"Jimmy mon café dans deux minutes suis-je limpide ? "

Il sursaute et retourne au pas de course vers une des machines

7 h 29, Jimmy revient et trébuche avant de rentrer dans le bureau mon regard est sombre et lance des éclairs, je place mes mains sur mes hanches et tonne-t-elle Jupiter dans son Olympe. Pour être certain que tout le monde écoute et fasse profit de la menace quand le patron veut son café, il ne faut pas être maladroit


"Jimmy ,tu as moins d'une minute pour m'en ramener un autre ou par le fantôme du grand César, je t'envoie passer les deux prochains jours à photographier les plaques d'égout ...Go"!

8 h 00, les ascenseurs déglutissent des autres qui arrivent par grappe, se bisent ou se servent la main et se demandent mutuellement des nouvelles. J'écoute puis abois

"Ce n'est pas un club philosophique au travail "

Je retourne dans mon siège et écoute les nouvelles sur le vol de la joaillerie, mais qui ai-je envoyé là-bas ? Ah oui Samuel Vesini . Un bon, il va me pondre quelque chose de très bien.Mais accrédité un photographe ? Je cherche dans la salle et trouve une jeunette de la quinzaine qui veut vendre des photos Nathalie Beller si ma mémoire est bonne . Pour le moment, elle parle avec son portable rose. Ah les filles et le rose, je secoue ma tète en signe d'incompréhension puis je l'interpelle sèchement.

"Nath , je ne te paye pas pour causer avec tes amis.Prends ton appareil et direction la Joaillerie Van Bargen je  veux les photos pour dans une heure"

Voilà elle est initiée la gamine pas de traitement différent à la dure est comme moi jeune. Mais mon visage s'adoucit et je lui fais un clin d'œil. Avant de lui tourner le dos. Ah Lois arrive, je me dirige vers elle rapidement

"Lois ton article sur l'affaire de corruption au sein de la Metropolis State Departement of Police dans deux heures suit claire ? Limpide ?"

Je me tourne pour regarder Clark qui discute avec Cat Grant et Noemi Astushi .Comme elle en enceinte de six mois je la laisse en paix. Mais surement pas les deux autres.

"Clark tu n'as pas du travail? Cat tu es supposé être ici?..Non?.. Oui j'en étais sûr donc probablement au Yacht exposition? Allez ouste filez à votre job ou je vous vire"

Là le personnel souris tous connaisse que je suis un ours mal léché mais bien trop tendre et que je vire rarement. Sauf pour faute grave ou trahison

"Ai je dis quelque chose de drôle? Cela vous amuse . Restez concentrer sur vos articles ... Jimmy mon café maintenant !"

Une fois dans mon bureau je place mes mains derrière ma tête un sourire de satisfaction heureux je les aime mes gars. ils sont tous mes enfants

8 h 12, je re travaille l'article de Lynda Carter sur les prochaines tendances de la mode . Je branche mon micro et commence à dicter à haute voix les mots vont se transcrire sur l'écran

9 h 21, j'ai enfin fini la relecture des articles du matin. je convoque les gars et leur demande leur avis .Il approuve sauf Linda qui n'apprécie pas certaines tournures de mes mots et on passe la prochaine demi-heure à discuter et à chercher un compromis. Enfin finalement on est enfin d'accord . Je lui passe son papier pour qu elle envoie à l'imprimerie là en bas .Mademoiselle Lucy Shwertzer une femme encore plus âgée que moi au chignon et des manières usitées d'une autre époque. Une des sages de ce journal et largement présente à mes débuts m'apporte une pile de papiers à signer et sans que je lui demande un café. Elle me connaît si bien. je lui souris et la remercie. je l'adore et je me suis jadis demandé pourquoi elle reste encore et ne profite pas dès ses enfants et petits-enfants? Mais depuis j'ai réalisé que le daily c'est sa vie.

9 h 18 minute et 16 secondes je sens comme des vibrations et je me fixe sur mon café le liquide bouge et cela monte en crescendo .Je lève ma tète les vibrations ne cessent pas au contraire. Je me lève oui là sa tremble . je regarde à gauche et à droite et remarque que les autres inquiets ont le même réflexe . puis soudainement tout bouge de plus en plus fort au point que certains objets tombes cela devient perceptible . Les murs ébranlés entraînant le sol qui dance la salsa et le reste bien sur .Je tombe au sol .Comme tout ceux qui on deux jambes


*Un tremblement de terre!Ici a Métropolis dans une région non tellurique?  impossible *
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 10/12/2012
Messages : 406
MessagePosté le: Mar 19 Juil - 23:17
GIRL'S MONTH
Epilogue


[HRP : Désolé pour ce retard ; je n'ai vraiment pas une heure à moi avec ces prenantes colonies de vacances.]


Informations sur les antagonistes :


Aresia

Orpheline d'un naufrage, elle a été recueillie, entrainée et a reçue les bénédictions des Amazones. Après s'être enfuie de l'Ile, elle a tentée d'empoisonné tous les hommes de la planète après avoir commencé avec Métropolis, mais fut stoppée par Wonder Woman et laissée pour morte après l'explosion de son avion.

Queen Clea

Reine d'une petite province atlante qui ne reconnait pas la gouvernance d'Atlantis, elle est connue par sa cruauté envers les hommes qui ont un statut bien inférieur aux femmes. Exploités, jetés dans des arènes pour la divertir, elle a tourné son regard vers la surface après plusieurs batailles avec Wonder Woman qu'elle désire supprimer. Elle dispose d'un des légendaires Tridents de Poséidon ! La dernière fois qu'on l'a vue c'était à Gateway City.

Dr Cyber

Autrefois à la tête d'un réseau criminel international, elle reçut une sérieuse défaite de la part de Wonder Woman alors dénuée de pouvoirs. Grande brûlée, elle compense la faiblesse de son corps par l'appui d'une technologie de pointe entièrement construite comme une arme pour tuer son ennemi jurée : Wonder Woman. Elle n'a pas été vu depuis des années.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


"Le message est passée. Après de telles secousses, ils doivent se terrer comme des rats." annonce Clea sur un ton sadique qui lui ait bien familier.
Après avoir relevée son Trident du sol, le tremblement de terre se stoppe immédiatement.

Aresia acquiesce et demande à son autre alliée :

"Cyber ? Les issus."

La femme au costume si mécanisée que l'on dirait aisément une androïde pianote sur le panneau de contrôle intégré à son avant bras avant d'annoncer.

"Elles sont verrouillées. Seule la porte devant nous ne l'est pas encore."

"Alors allons y !"

Toutes trois entrent, suivis d'une douzaine de femmes sobrement cagoulées et armées comme des cambrioleurs.
Dans la grande avenue de Metropolis elles sont passées inaperçue grâce à un astucieux brouillage télépathique développé par la Doctoresse.

Le Daily Planet dispose d'un sas de sécurité et de caméras pour éviter ce genre d'intrusion dangereuse. L'époque actuelle sait combien le monde de la presse n'est plus du tout considéré comme intouchable. Toutefois, ce système ne les ennuis aucunement et elles font pas en direction du guichet où la réceptionniste les regarde avec des grands yeux.

Un agent de sécurité à ses cotés qui tentaient quelques approches assez peu subtiles, bombe le torse et lève le bras, tandis que l'autre main est prête à dégainer, car elles sont tout de même armées :

"Mesdames, je..."

Clea abaisse son Trident et aussitôt de l'eau en jaillit, mais ne se comporte pas normalement, formant une étrange bulle, à la fois liquide à l'intérieur et solide à l'extérieure dans laquelle l'homme se débat comme il peut.

"Nous n'avons aucuns ordres à recevoir de vous." lui dit-elle quand elle arrive à son niveau avant de passer son chemin.

Aresia pose sa main sur le bureau de la jeune réceptionniste qui a étouffée un crie d'horreur en voyant la scène, plaquant ses mains tremblotantes contre sa bouche et réprimant des sanglots.

Aresia de son coté est très calme et lui parle avec un ton étrangement doux :

"Ma sœur, nous sommes venue prendre en otage ce bâtiment."

"Emprunter le chemin d'une sortie est inutile et conduira à une exécution sommaire."


Les femmes armées se dispersent alors en direction de celles-ci.

"Que personnes ne quittent son poste, nous nous rendons au 35ème étage pour un direct avec Angela Chen. Merci de..."

Cette fois-ci, c'est Philipo Cardiaz, un vieil employé au ménage du bâtiment, bien connu pour son caractère ronchon et son manque de manières qui déboule dans le hall d'entré vers ces femmes en s'écriant :

"Nom de nom ! Stacy, qu'est-ce qui s'passe donc ici ! Que..."

La vision de l'étrange bulle d'eau dans laquelle flotte à présent le corps sans vie de l'agent de sécurité lui cloue soudainement le bec.

La parole coupée, Aresia le foudroie alors du regard.
Une expression prise au premier degré par Cyber qui dirige son doigt dans sa direction et envoie une puissante décharge au vieil homme qui s'écroule par terre. Quelques spasmes animent encore ses membres, puis, plus rien de bouge.

La réceptionniste retiens un nouveau crie, se bâillonnant avec une rare fermeté.
Arésia reprend :

"... la prévenir."

Elle constate alors son état de détresse et lui sourit tendrement.

"Ma sœur, n'ait crainte. Je ne te ferais aucun mal si tu fait ce que je demande."

"Le patriarcat bâillonne les femmes et je ne veux plus les voir ainsi. Sèche tes larmes, ce n'étaient que des hommes stupides et reprend confiance en toi."


Terrifiée, abasourdit, extrêmement mal à l'aise, la jeune femme embauchée principalement pour son physique et sa fraicheur et non son courage déglutit et s’exécute comme elle peut, balbutiant par l’intermédiaire des haut-parleurs du bâtiment la situation extraordinaire qui viens de commencée.

Les trois femmes, accompagnée encore de deux portes-flingues prennent le chemin de l’ascenseur et grimpent en direction de l'étage souhaitée, le bureau d'http://dc.wikia.com/wiki/Angela_Chen_(DCAU), célèbre reporter Tv du Daily Planet, qui se trouve également être l'étage de rédaction.

Les portes de l'ascenseur s'ouvrent...


[HRP : C'est pas très long. Je pose rapidement l'ambiance et les personnages, mais ce n'est pas encore hard. N'hésitez pas à répondre bien plus vivement que moi, je ferais mon possible pour relancer Wink Et que l'on n'hésite pas à me reprendre, si soucis Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 22 Juil - 14:08
Cette journée commença plutôt comme une journée banale pour un héros, quelques petits délis à droite à gauche. Aquaman alternait entre les problèmes présent à la surface et dans l'eau ce qui lui prenait un temps considérable.

Aquaman se trouvait actuellement à Metropolis, il aidait la police à arrêter deux meurtrier ayant pris la fuite à bord d'un van noir. Ce van roulait à toute allure dans les rue mettant en danger tout les autres automobiliste et piétons.
Alors qu'il courrait derrière le van, le véhicule allait tellement vite que le conducteur ne pût empêcher une collision avec un vieil homme qui traverssait dans les passages cloutés.

En faisant un bon aquaman se mis devant le vieux monsieur, le prenant contre lui et laissa le véhicule s'écraser sur son dos. En faisant cela il empêcha le vieil homme de prendre des dégât et amochais la voiture des fuillard.

Comment allez-vous monsieur pas de mal ?

Oh..euh..non ça va merci à vous aquaman

La police vint interpeller les suspects, mais d'un coup des secousses sismiques se firent ressentirent. Les secousses n'ont durée que quelques instant mais cela ne présageais rien de bon pour la suite.

Et effectivement deux-trois minutes plus tard une alarme se fit entendre très brièvement au Daily Planet. Grâce à son ouïe Aquaman entendit ce qu'il s'y passait, notamment plusieurs personnes dont des femmes venaient de s'y introduire par la force tuant deux hommes.


Il ne pouvait laisser faire ça, il se mit à courir très rapidement arrivant au pied de l'immeuble en quelques secondes. L'atlante ferma les yeux et se concentra sur son ouïe afin de savoir à quel étages les plus fortes de ces femme se trouvaient.

Elles se trouvaient à l'étage de la rédaction qui est assez haut, aquaman fit un bon entrant de force explosant les vitre et mur qui le gênais, ce qui le fit tomber nez à nez avec les femmes responsables de tout ce bazar.

Alors je ne sais pas qui vous êtes mais je ne peux pas vous laissez faire ce que vous voulez. Rendez-vous ou je viendrais vous arrêtez moi même par la force.

Aquaman gardait un grand calme face aux femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 24 Juil - 16:51
Ce matin-là, c'était mon tour de faire le petit- déjeuner. C'était donc moi le premier debout, torse nu et short, je préparais des crêpes sucrées comme ma mère savait si bien les faire. Et bien sûr, j'avais ajouté son ingrédient secret qui les rendait UNIQUE. Malheureusement, quand on goûtait celles faites par Martha Kent elle- même, on avait toujours l'impression qu'elles étaient meilleurs que les miennes... J'étais le premier à le dire. Et pourtant, je suivais la recette à la lettre. J'imagine qu'elle ne m'avait pas tout dit... Tant que Lois les aimait, c'était tout ce qui comptait, alors je continuais d'en faire régulièrement. Elle était aussi l'une des seules personnes à aimer la cuisine Kryptonienne, chose dont je lui étais grandement reconnaissant. En parlant de ma journaliste préférée, elle ne tarda pas à me rejoindre, sûrement attirée par les bonnes odeurs sortant de la cuisine.

"Vous ne trouvez pas que Perry est plus... En forme que d'habitude?"

Remarquai- je à haute voix quand le rédacteur en chef se fut éloigné, avant de me séparer de Cat et Noemi qui étaient chacune allées de sa propre interprétation. Je rejoignis mon bureau pour taper mon article sur une chaîne de restaurants implantés récemment à Metropolis, qui se trouvait être une société écran pour du trafic de stupéfiant. Jimmy me donna les photos en rapport, qu'il avait prises durant notre enquête commune, puis s'en alla apporter son café à Perry. Je pensais vraiment que cette matinée serait des plus ennuyeuses, j'en rêvais depuis des lustres. Une simple matinée à taper des articles, regarder de temps en temps les oiseaux voler par la fenêtre, aller manger avec ma femme à l'heure du déjeuner... Mais rien de tout ça n'aurait lieu, je le sus immédiatement quand le bâtiment se mit à trembler violemment. Ce n'était jamais bon signe. Je fus le premier à réagir quand les secousses cessèrent:

"Nous devons sortir, prenez les issus de secours, dépêchez- vous!"

Mes collègues, qui étaient figés, réagirent à leur tour et prirent leurs vestes et sacs pour partir. Cependant, toutes les portes étaient bloquées. Mais je ne devais le savoir que plus tard, restant en arrière pour m'assurer que tout le monde soit sorti. Je finis par remarquer que les employés restaient agglutinés à une même porte, sans comprendre pourquoi. Je voulus m'approcher, mais l'activation des hauts- parleurs me fit lever les yeux au plafond, immobile. La voix tremblante nous appris la prise d'otage en cours, c'était une attaque de grande envergure. Je me précipitai alors vers la porte en me frayant maladroitement un chemin en balbutiant des excuses, avant de trébucher et de tomber la tête la première contre la porte. Elle s'enfonça sur le coup, l'ouvrant brusquement. Je me retrouvait sur le ventre, à quelques mètres de la porte grandement ouverte maintenant. Mes collègues étaient partagés entre le rire nerveux et le soulagement.

Ils purent ainsi sortir, pendant que je me faisais relever. Je me laissais aider à suivre les autres, faisant semblant d'être très mal après le choc. Quand nous passâmes devant l'ascenseur, les portes s'ouvrirent. La porte des escaliers de secours n'étaient pas loin, mais on dirait qu'on ne devait jamais l'atteindre... Trois puissantes super- vilaines nous surprirent, le timing était vraiment mauvais pour nous! La majorité de notre groupe hurla de peur en les reconnaissant, mais se turent quand les guerrières les menacèrent. D'après elles, nous étions leurs otages et devions regagner notre lieu de travail. Elles nous escortèrent là- bas, en vu de rejoindre un autre bureau plus tard, mais quand nous revînmes dans la salle de rédaction, les fenêtres volèrent en éclat. Aquaman venait de faire une apparition fracassante! Moi qui avais peur de devoir dévoiler mon identité, on dirait que je n'en aurais pas besoin. Les otages -dont moi- s'écartèrent comme la mer rouge devant Moïse, formant une haie d'honneur entre le roi Atlante et les criminelles. Nous nous écartâmes autant que possible devant le potentiel affrontement de grande envergure.

"Aquaman est là, nous sommes sauvé!"

Tentai- je pour apaiser tout le monde.

"J'espère qu'il a rechargé son pistolet à eau..."

Plaisanta Jimmy Olsen. Aquaman n'était pas le héros le plus respecté de tous les temps... Et pourtant, sa valeur égalait au moins celle des autres héros de la Justice League.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 27 Juil - 11:25
Le son du Tonerre se fit entendre dans le ciel de Métropolis, et quelques secondes après, Wonder Woman apparu devant Aquaman pour faire face à sa sœur et ses alliées, toutes d'anciennes ennemis de la Reine Amazone. Diana n'avait pas fait dans la délicatesse comme Aquaman et quelques murs et plafond du Planet serait à rénover après son entré fracassante. Elle tenait son bouclier fermement de sa main gauche, prêt à parer une quelconque attaque magique de la Reine Cléa, ou pour repousser une attaque de Dr. Cyber. Mais sa lame, qu'elle tenait fermement de sa main droite, était bel et bien pointé vers Aresia.

« Aresia, cesse donc cette folie !

Elle ne pensait jamais revoir sa sœur. Il y a bien longtemps, Aresia avait été recueillit par les amazones après s'être échoué sur leur île. Hyppolita l'éleva comme si elle avait été sa propre fille, aux côtés de Diana, et les deux sœurs avait été élevé de la même manière. Mais Aresia avait décidé d'écouter les préceptes honteux des amazones envers les hommes, que Diana avait rejeté dès son départ de l'île de Themyscira. De là, leur chemin avait été bien différent. Diana avait œuvré pour la paix du monde des hommes, Aresia pour leur soumission. Ce qu'elle n'avait jamais voulu entendre, c'est que c'était bel et bien grâce à un homme, le capitaine du navire de réfugié sur lequel elle était avant de faire naufrage, qu'elle était en vie et qu'elle avait été élevé par sa mère.

Diana la pensait morte lors de leur affrontement. Apparemment, il n'en était rien. Et sa haine envers les hommes ne semblait pas s'être atténuée, bien au contraire. Elle s'était de nouveau trouver des alliés dans la gente féminine, qui partageait son point de vue au sujet des hommes. D'autres ennemis de Wonder Woman. Mais Diana les avait toute vaincu, et elle était prête à recommencer, avec l'aide d'Aquaman à ses côtés qui était un vaillant guerrier atlante, en plus d'être leur roi. Roi des Atlantes et Reine des Amazones se tenaient ainsi côte à côte pour combattre le fléau des hommes, dirigé par l'ancienne sœur de Diana.

« Quand comprendras-tu que ce combat est vain ? Héra elle-même n'a pas réussi à soumettre les hommes par la force. C'est par la paix, en leur montrant une autre voie que celle de la violence, que nous devons montrer l'exemple. Sinon, nous ne valons pas mieux qu'eux. Les hommes ne sont pas mauvais, c'est les Amazones qui ont failli à leur devoir en se coupant du monde qu'elles avaient juré de protéger contre la guerre.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 10/12/2012
Messages : 406
MessagePosté le: Mar 2 Aoû - 10:12
Les trois femmes faisaient face à un couple royal inattendu : Aquaman et Wonder Woman.
Dans la salle de rédaction, le silence se fit aussitôt malgré les blagues de Jimmy Olsen, le souffle était coupé, la tension avait nettement grimpée. Tous les journalistes et leurs collaborateurs s'étaient massés contre les murs de la pièce, prêts à esquiver les dommages collatéraux qu'un inévitable affrontement allait forcément créer.

A cet hauteur, par les deux trous béants qu'avaient créés les membres de la Ligue des Justiciers, un courant sifflait en faisant s'envoler les documents papiers posés sur les bureaux, ajoutant une plainte musicale à la scène.

Clea et Cyber ne dirent mots, elles savaient que Aresia voulait être la première à s'exprimer et cette dernière toisa sa ''sœur'' d'un regard méprisant lorsqu'elle lui fit la leçon avant de répondre :

"Diana... Alors tu es devenue Déesse de la guerre ?"

"Tu as arrêté Héra, je sais. Mais, tu n'a pas mis fin à cette guerre. Et pourquoi le ferais-tu, maintenant que tu la représente ?
La guerre cesse quand le sang de tes ennemis inonde les champs de bataille. Jusqu'à ce que tous soient morts et humiliés."

"Et j'ai triomphé de la mort par la grâce des Dieux, voyons s'ils sont aussi clément pour les hommes."


Elle pointa du doigt vers Jimmy Olsen qui ne put s'empêcher de déglutir et n'eut pas vraiment de tirade sur le coup.

"Mais tout d'abord, j'ai un message à transmettre et tu va me laisser faire, sinon le sol de cet immeuble va se couvrir de cadavre. Le poison est en marche..." annonça t-elle a insistant ces derniers mots avec un ton menaçant.

Wonder Woman savait de quoi il pouvait s'agir. Un poison, s'attaquant probablement aux hommes, peut être diffusé en ce moment même, dans cette pièce, dans tous le bâtiment.
Une nouvelle formule, seule connue d'Aresia, un mélange de chimie et de magie et pas d'antidote sous la main...
La Daily Planet pouvait à tout moment se transformer de journal en cimetière.

"Tu peux être mon invitée, mais pas lui."
termina t-elle en désignant cette fois-ci Aquaman d'un air dégouté.

C'est alors que Clea réagit au quart de tour en pointant son Trident vers le Roi des 7 mers pour lui tirer un puissant jet d'eau, venant de nul part, l'expulsant de la pièce.
Elle courue et bondit pour sortir à son tour et se jeter sur le héros alors en chute libre depuis le 35ème étage et le frapper de ses poings puissants avec la nette intention de l'écraser au sol, par la chute, son poids et la force des ses coups.

"Indigne bâtard ! J'ai tellement rêvé de faire couler ton sang impur, honte à notre race !"


Aquaman sorti du bâtiment, Aresia fit un signe de tête à Cyber qui posa sa main gantée et électronique sur le sol de la pièce. Une impulsion bleue parcourue le sol et quelques cris de panique prirent certains journalistes qui s'attendaient à ce qu'il s’effondre sous leurs pieds.

Mais il n'en fut rien. Toutefois l'immeuble entier fut recouvert d'un champ de force bleu non pas de nature technologique, mais magique ; entravant les intrusions.

"Nous ne serons plus dérangée."

Aresia acquiesça et lança d'une voix forte.

"Angela Chen ?"

"Vous m'accompagnez, Diana et moi à votre plateau de tournage."


Sortant sa tête, la présentatrice du JT, s'avança peu rassurée pour suivre l'ancienne l'Amazone dans l'intention de passer un message planétaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La fureur des femmes sur-humaine ou la haine des hommes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La fureur des femmes sur-humaine ou la haine des hommes
» L'une des origines du non-droit de vote des femmes (Grèce)*
» Ryôko Kimura
» POUR NOTRE FEE ;-)
» pour les femmes : auFéminin.com.. et pour les hommes Men's..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis en ruines :: Daily Planet-