"J'échange ta reproductrice contre trois chameaux vénusiens, trois !!!" [PV Atlee]

Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 2:37

Dans l'immensité du vide interstellaire dérivait un fier navire de métal rutilant sous les millions d'étoiles qui parsemaient la galaxie. Ses puissants moteurs crachaient des flammes azuréennes d'une intensité insoutenable, alors que devant lui, tout un univers attendait. Le pilote de ce superbe bâtiment, un jeune homme à la chevelure jaune solaire et au manteau à l'étoile rouge, pilotait avec aisance à travers les queues luminescentes des innombrables comètes qui fendaient la trame de l'espace infini. Dans ses yeux, tout un univers de plaisirs et de joie, ponctué de trous noirs et de cadavres d'étoiles, vieux restes de supernovas. D'ordinaire bien seul dans sa cabine, il accueillait en ce jour une jolie demoiselle. Vous pensez sûrement à une de ses nombreuses conquêtes: en tant que grand capitaine, il se devait de toujours avoir une belle femme à son bras. Mais vous vous tromperiez. Atlee, connue également sous le nom de Terra, se trouvait être l'alliée, l'amie et la colocataire de ce grand héros célébré comme étant Rik Starr, le Space Ranger !!!
Les bords du grand manteau bleu nuit de l'extra-terrestre flottaient et claquaient au vent, dans le cockpit, alors qu'un visage amusé traversé d'un grand sourire se tournait vers la jeune femme brune, sans nul doute émerveillée par la beauté de l'éternité galactique.

- Ça t'en bouche un coin, hein ?

Jouant distraitement avec son pistolaser, Rik se jeta sur son siège de pilote, et invita son amie à prendre celui de copilote. Au loin, une petite lune d'acier grossissait à vue d’œil, et le nez de l'astronef pointait vers elle. Assez fier de présenter toutes ces merveilles à une jeune néophyte, comme s'il les avait réalisées lui même, Starr brillait d'une aura d'aisance et de bonhommie toute particulière. Il maîtrisait son sujet, l'aimait, le chérissait, et ça se sentait.

- Je parie que tu t'es jamais aventurée aussi loin de la Terre, je me trompe ?

Tous deux passaient souvent du temps ensemble. Parler de tout et de rien, sauver le monde de sous-vêtements maudits, manger une glace sous un arbre de Central Park ou même aller au cinéma pour profiter des dernières sorties et approfondir les mœurs terriennes, voilà ce qui leur plaisait. Mais il fallait avouer que le sujet de la plus lointaine destination n'était pas encore sorti. Si ça se trouvait, Rik se trompait absolument, mais le statut d'intra-terrestre de la jeune femme ne trompait que peu sur ses origines. De plus, si Superman revenait souvent dans les bouches lorsqu'on parlait de héros terriens, ce n'était pas le cas de Terra. Ainsi, le Ténébrien ne risquait pas grande chose à parier sur l'inexpérience de la demoiselle de noir et de blanc vêtue.

- Tu sais, je me pointe pas souvent au MONEY, "Marché Oligarchique Nationalisé d’Échange de Yoghourt" (oui oui, ça vendait des produits laitiers fermentés à l'origine), mais ça me fait plaisir de venir avec toi.

Il parlait, il parlait, il parlait, et bientôt le vaisseau s'approcha d'un quai d'atterrissage réservé aux clients. L'endroit semblait pris d'assaut, littéralement assiégé, mais roublard comme il était, le Space Ranger n'eut que peu de difficultés à se garer.
...
Oui, il s'est arrangé pour piquer la place à un petit couple. Une jeune femme brune toute vêtue de cuir, au visage inexpressif, et un p'tit gars au long manteau de tissu. Les deux portaient des lunettes de soleil, et s'adressaient uniquement aux gens par phrases cryptiques. Ca parlait d'élus, de prophéties, de combats et d'amour incohérent. Bref. Même s'ils avaient en eux les germes de la colère, le pistolaser de Rik et la taille gigantesque de son... de sa... de son vaisseau les retint d'agir. Une fois le pied posé sur le quai, le blondinet inspira profondément et fit quelques pas, ses bottes claquant sur le sol.

- En tous cas, t'as rien à craindre avec l'aimé, l'adulé, le révéré Rik Starr, clairement. Tout le monde me connaît et me respecte dans le coin.

- RIK STARR !!!

Le jeune homme rentra la tête dans les épaules, une grosse grimace déchirant son visage. Aïe, il sentait qu'une de ses vieilles conneries allaient le rattraper. Question: laquelle ?
S'il avait été le battant d'une porte, il aurait grincé en pivotant vers la voix très sûrement mélodieuse en temps normal.

- Euuuuh... oui ? Qui le demande ?

A peine eut-il le temps de parler que...

SBAF

Une baffe monumentale, titanesque, administrée par une plantureuse Numericonienne venue en furie depuis l'intérieur de la petite lune qui n'en était pas vraiment une. Le sauveur de l'univers fit un tour sur lui-même, profitant de tourner le dos à l'agression pour se frotter la mâchoire. Arf, ça faisait pas que du bien, ce genre de merde.

- Oooooh... Six-Nine, c'est toiiiii... écoute, pour ce qui s'est passé il y a deux ans, j'y étais pour rien, tu sais.

Il marmonna ensuite dans sa barbe naissante:

- Hum... je l'avais méritée, celle là.

L'alien haussa un sourcil, leva son doigt, et répondit, d'abord doucement puis avec bien plus de violence:

- Nine-Six, d'abord. Ensuite... DEUX ANS QUE J'ATTENDAIS CE MOMENT, STARR, DEUX ANS, ET CROIS MOI BIEN QUE...

Bien déterminé à ne pas écoper de deux heures d'un terrible laïus sur l'amour, la fidélité, le bonheur, la moralité, les vices de la galaxie et leur incarnation en un seul et unique être, lui, Rik soupira un grand coup et pointa les grilles derrière Nine-Six.

- Oh regarde, ça ouvre.

Effectivement, il ne mentait pas, le souk intergalactique, le bazar stellaire, le magasin universel vnait d'entamer le premier jour de ses soldes, chose qui n'arrivait qu'une fois tous les dix ans. Hors de question de louper un tel événement. La Numericonienne se retourna net, se retint d'admonester une seconde tartine au grand héros face à elle, et soupira en partant, non sans déposer un petit baiser sur la joue du blondinet.
Avec un grand sourire, ce dernier rigola:

- Ha, les femmes... incapables de résister à une paire de bas à -95%.

SBAF

Et encore une. Il aurait dû prendre un abonnement, le prix s'en serait trouvé moins difficile à avaler. Sans se départir de son légendaire sourire, Rik papillonna des paupières, joignit les mains, et observa la nouvelle venue.

- Margreth, toujours un plaisir.

Une Kathoonienne à la super-force s'était pointée pour elle aussi se venger. Bon, le Ranger n'agonisait pas au sol, la nuque brisée, prouvant que la raison habitait encore le corps de l'outrée. Mais Rik ne se débarrasserait pas comme ça de la grosse marque rouge.

- Eh bah profite, parce que c'était le dernier.

Et elle s'éloigna, toujours en furie, à la suite de Nine-Six.

- Je sais plus si je l'ai méritée celle là...

Soupirant comme la cheminée d'un volcan assoupi, Starr se frottait la joue endolorie. Si deux femmes éconduites avaient pu servir de comité d'accueil, qui pouvait savoir quel monde l'attendait à l'intérieur... voleurs lésés, criminels enfermés, chasseurs de primes intéressés... peut-être même Lady Styx et tous ses Darkstars pendant qu'on y était.
Un peu bougon, le blondinet haussa ses épaules musclées et se tourna vers son invitée:

- Bon... tu veux regarder quelque chose ? Je te guide ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 5:08
Atlee était excitée comme une puce. Non. Deux puces. Non. Un troupeau de puces. Faisons simple. Atlee était excitée comme son propre poids en puces. Voilà. On était beaucoup plus près de la réalité. Elle allait passer du temps avec Rik Starr et en plus elle allait visiter un vrai de vrai marché intergalactique avec un tas de trucs étranges et complètement nouveaux pour elle. Strata étant virtuellement coupée du monde, elle ne connaissait pas grand-chose à ce qui se trouvait à la surface, encore moins dans les cieux et au-delà. C’était probablement une occasion unique qu’elle avait de pouvoir élargir ses horizons. Hors de question de gâcher cette chance. Elle écoutait donc tout ce que Rik disait mais son attention était captée par tellement de choses qu’elle avait toutes les misères du monde à rester dans le siège du copilote. Ce n’était pas peu dire.

Habillée de son costume de super héroïne, elle comptait bien se présenter là-bas comme une amie de l’héroïque Rik Starr, sauveur de l’univers et Space Ranger quand il trouvait le temps dans un horaire surchargé. Ce devait tellement être dur de porter un tel fardeau. En tout cas, quand Rik avait proposé à Atlee d’aller faire un tour dans l’espace, il avait failli se faire briser la colonne vertébrale quand la Stratane s’était jetée avec force dans ses bras pour le remercier. Divine, tantôt petite amie de Rik, tantôt non (c’est compliqué leurs histoires) avait décidé d’agrémenter les choses d’un commentaire bien à elle, ce qui avait plongé le fier et blond Rik Starr dans l’embarras. Karen, retenue par une énième rencontre de son conseil d’administration, aurait sans doute fortement désapprouvé le fort sous-entendu à connotation sexuelle de sa jumelle clone. Divine restait Divine.

Chose incroyable (ou presque), pendant tout le trajet, Atlee avait posé moins de cent questions. Et quand on sait que la Stratane pouvait parler sans interruption pendant des heures… C’était plutôt impressionnant. Soit elle faisait des progrès, soit elle était trop captivée par ce que le Space Ranger racontait pour oser l’interrompre. Dans un cas comme dans l’autre, tout un exploit. Il faudrait garder un œil voire les deux sur elle parce que ce ne serait pas bien difficile qu’elle se perde sur la station, curieuse et naïve comme elle était. Si Rik avait le malheur de revenir de cette expédition seul, sans Atlee, Power Girl allait sans doute le trucider… Et Divine serait probablement aussi sur son cas et pas qu’un peu. Pauvre Rik Starr, investi d’une mission (quasi) impossible… Mais il n’était pas le sauver de l’univers pour rien, après tout. Bien sûr que non, voyons!

Le vaisseau se posa, le duo en sortit et Rik se fit agresser sauvagement par une première femme puis par une deuxième. Dans l’esprit parfois si simple d’Atlee, si on attaquait Rik, c’est que c’était parce qu’il s’agissait de méchants. Rik donc, perdu dans ses pensées, n’eut même pas le temps d’expliquer quoi que ce soit à la brune voire de poser sa question qu’un « IIIIIH! » strident se fit entendre… Et Rik pu assister à toute une bagarre entre Atlee et ses deux « ex conquêtes ». Atlee ne faisait ni pitié ni cadeau quand elle se battait contre les méchants et donc les projectiles de métal volaient dans tous les sens. Certains croyaient, à tort, qu’Atlee était simplement la plus grande géokinésiste de la planète Terre. Non. Atlee était la plus grande géokinésiste, point à la ligne. Et si Rik ne voulait pas payer une fortune en dommages, parce qu’Atlee se servait du métal de la station pour se battre… Il faudrait intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 13:04
C'était vraiment, vraiment, vraiment impossible d'échapper aux embrouilles et difficultés quand le fameux Rik Starr sortait avec la puissante Terra. Tous deux attiraient la mouise avec une ferveur toute particulière. Chacun de son côté, déjà, c'était pas la joie, mais les deux ensemble... attaque de sous-vêtements maudits, chute presque mortelle dans une fontaine de centre commercial, défense de la planète à Coast City... Être ami d'un de ces deux zigotos n'était pas de tout repos. Impossible d'y survivre sans des nerfs d'acier... et des muscles aussi. Mais avec les deux... mieux valait oublier leur existence et se faire discret quand ils proposaient sur Facebook une sortie super méga géniale. Nul doute que les visiteurs et acheteurs de MONEY allaient en faire les frais.
Déjà, ça commençait. Sans que rien ne puisse l'expliquer, la jolie demoiselle terrienne bondit sur les deux anciennes conquêtes de Rik pour se battre avec. Si le Space Ranger prenait toujours beaucoup de plaisir à observer du coin de l’œil les combats de femmes, ces fabuleux catfights, là ça posait souci: géokynésiste exceptionnelle, l'amie de Peegee arrachait des morceaux de la station avec son pouvoir. Un peu paniqué qu'on leur en tienne rigueur, Starr se jeta sur le dos d'Atlee.

- NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON ATLEE !!!

Il s'y accrocha comme un petit koala à une branche d'eucalyptus... en moins flegmatique. Une énième catastrophe se profilait, impossible de rester sur le banc de touche à simplement regarder: si Rik revenait seul, sans Terra, il se sentirait très mal, déjà, et Karen lui ferait passer le plus sale de tous les sales quarts d'heure, du style Reservoir Dogs. Rien qu'à y penser... glups... ou pire... il risquait de finir comme le masseur des pieds de Mia Wallace devant son mari Marsellus... reglups.
Sans pouvoir bien plus bouger, le Space Ranger rapprocha ses lèvres de l'oreille d'Atlee. Calmer le jeu, caaaaalmer le jeu.

- C'est pas grave, faut pas les attaquer. J'ai pas fait exprès de les embêter, et elles viennent juste me montrer que mes actions les ont pas laissées de marbre.

Apparemment, ça marchait pas. Chiasse. Opération séduction enclenchée. Lèvres tendues, bandées. Grand soupir de résignation.

- Aux grands mots, les grands remèdes...

Du bout des doigts, il tapota l'épaule de la jeune femme, et lui tourna doucement le visage. Heureusement que Power Girl ne verrait jamais ça, elle ne s'en remettrait jamais... mais lui en mettrait une fameuse, en revanche.

- Atleeeee !!!

Et il embrassa les lèvres charnues. Si ça ne marchait pas, rien ne fonctionnerait. Généralement, Rik gardait ça pour les situations extrêmes, difficiles, en dernier recours quoi. Là, il avait dû penser vite, penser fort, penser choc. Comme quoi, toute résolution de problème ne passait pas par la violence dans la petite caboche du Ténébrien. C'était bon à savoir.
Quelques secondes plus tard et une reformation des espaces personnels, Starr débuta un nettoyage en règle de ses ongles, attendant la fameuse réaction arriver. Nan, pas de baffe ? Peut-être attendait-elle le bon moment ? Bah, de toute façons, il verrait bien.

- Mieux ?

Au milieu d'une scène de carnage, les mains désormais croisées dans le dos, il fit un ou deux pas vers l'entrée, invitant son amie à le suivre. Le long du quai, une petite explication sembla nécessaire. Dans le fond, tout au fond, Rik avait pris du plaisir à ce baiser, mais espérait que Karen ne lui en tiendrait pas rigueur si elle l'apprenait. Quiconque connaissait la Kryptonienne savait que la jalousie ne lui était pas inconnue.
Naissait en même temps un léger sourire au coin des lèvres du Ténébrien.

- On aurait dû rembourser les parties détruites de la station. Ça coûte cher. Et sans argent, impossible de se balader et acheter des trucs sympas.

Enfin, il s'arrêta devant l'entrée, esquivant de justesse les ailes duveteuses d'une Havanienne dans lesquelles il aurait aimé se perdre au cours d'une étreinte passionnée.

- Allez jeune femme, suis moi, ne m'abandonne pas pour partir dans la foule, et allons-y.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 14:30
Atlee voyait Rik comme un grand frère, certainement pas un intérêt amoureux ou sexuel. Oh Rik n’était pas laid, là n’était pas la question. Simplement, dans ce cœur gros comme la galaxie, Atlee n’avait d’yeux que pour la belle Power Girl, sa meilleure amie au monde avec qui elle avait échangé (de façon maladroite) son premier baiser (il y avait eu Indigo, aussi, mais c’était purement scientifique alors ça ne comptait pas). Les circonstances entourant cet événement ne seront pas narrées ici mais toujours est-il que la Stratane n’apprécia pas du tout la manœuvre de Rik et si elle ne lui mit pas une gifle retentissante, elle allait faire bien pire : elle allait le dire à Karen! Et quand Karen l’apprendrait, Rik serait puni comme il se devait à son retour sur Terre. Comme si Atlee avait des secrets pour Power Girl.

Voilà ce qui arrive quand vous donnez à la Stratane un appareil capable de passer des appels dans toute la galaxie. Et l’exclamation indignée voire outrée de Karen Starr fut parfaitement audible pour le Space Ranger, malgré les années lumières. Il s’était mis tout seul dans ce pétrin après tout. Atlee n’était qu’une pauvre victime dans cette histoire. Elle ne comprenait toujours pas pourquoi Rik l’avait empêché de punir les deux méchantes femmes et quand il mentionna les dégâts, elle haussa les épaules et remit les morceaux de métal à leur place comme si de rien n’était (presque comme si, en fait, mais qui s’attarde aux détails). Elle faisait les gros yeux à Rik et pour que le lecteur comprenne bien la gravité de la situation… Atlee croisa les bras sous sa poitrine. Et quand Atlee fait ce geste, c’est pire que de se faire pointer dessus un million d’ogives nucléaires.

Ça veut dire que la demoiselle n’est pas contente. Et quand Atlee n’est pas contente, madame joie de vivre en personne, c’est que ça va chauffer pour vos fesses. Malgré la promesse de découvrir de nouvelles choses, la Stratane refusait d’avancer ce qui veut dire qu’il y avait de très fortes possibilités qu’elle fasse une scène ce qui voulait dire que si elle se mettait à piailler comme elle le faisait en colère, les choses allaient très vite prendre une vilaine tournure. Eh oui. Quand on est le grand Rik Starr, il faut savoir aussi jauger la réaction de ses amis et de ses alliés. Une gifle, on s’en remet. Mais si Atlee se mettait à pleurer, ce serait une toute autre histoire par contre. Une Atlee triste est une terrible chose à voir, de quoi vous hanter pour le reste de vos jours. Et la situation était plus difficile à désamorcer que tous les champs de mine de l’univers.


« Je ne vais nulle part tant que tu ne t’es pas excusé! Tu n’as pas le droit de m’embrasser! Tu es comme un grand frère et on ne s’embrasse pas entre frère et sœur. C’est incestueux. Je l’ai lu sur Internet. Et je l’ai vu à la télé. C’est mal, très mal et si tu fais quelque chose de mal alors tu es un méchant et si tu es un méchant je suis obligé de te combattre et ça m’embête parce que c’est mal de taper sur les copains!

Tu ne m’expliques jamais rien, à la place tu fais n’importe quoi et après tu me fais de la peine et toi, tu fais comme si de rien n’était, comme si tout était normal. Deux femmes te frappent et toi tu restes là, tu ne dis rien… Le plus grand de tous les Space Ranger se fait attaquer par des méchantes et toi tu restes planté là sans rien faire? Et à cause de toi, mon costume est tout déchiré! Un costume tout neuf en plus! Je… Je te boude! Voilà! »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 16:01
La chance souriait aux audacieux.
Et des fois pas.
On était clairement dans le deuxième état de fait. Encore plus dans la merde qu'initialement. Bordel.
Rik Starr avait tenté de régler à sa manière le combat de demoiselles qui menaçait l'intégrité entière de la grosse station marchande: un baiser, tout doux, tout simple, sur les lèvres de la gentille Atlee. Rien d'amoureux ou de sexuel, hein. Juste de quoi l'étonner suffisamment pour stopper net la baston. Le Space Ranger ne pensait que rarement aux conséquences de ses actes. Lorsqu'il devait agir, il agissait, point. Là, c'était un poil plus délicat. En plus de ne pas avoir réfléchi, ça concernait une amie proche qui ne comprenait que peu tout ce jeu de séduction, et pour qui le flirt ressemblait à un engagement marital éternel. Déjà là, pour Rik (et ses innombrables conquêtes, bien sûr), les conceptions divergeaient. Tout ne pouvait que mal se passer. Et tout se passa mal. Non seulement la Terrienne voulut le faire punir par le biais d'une tierce personne, dans le cas présent Power Girl, ce qui énerva profondément le jeune homme, mais en plus elle commença à bouder en lui sortant un laïus sur le BIIIIIIIEN, la morale, et toute sa perception de la balance entre ombre et lumière. Pour un gars habitué à voler les voleurs, à tuer pour survivre, à fuir, à se battre, à lutter pour la liberté et l'indépendance, les mots d'Atlee lui parurent bien gros et bien mal utilisés. Il allait lui falloir comprendre un ou deux trucs pour se débrouiller dans la vie, et Rik excellait pas dans la pédagogie. Il attendit patiemment que la demoiselle termine de parler, politesse avant tout, et croisa les bras à son tour, mâchoire serrée, soupirs agacés et souffles longs en premiers signes de sa colère naissante.

- Je peux parler ?

Quelques secondes pour recevoir une réponse ? Juste un silence. Elle l'écoutait. Parfait.
Son ton pinçait l'air. Sa voix vibrait gravement, comme le grognement d'un félin avant l'assaut.

- Ok, merci.

Il s'avança vers une Atlee boudeuse, ses sourcils blonds froncés. Il faisait bien une tête, une tête et demie de moins que la plantureuse super-héroïne, mais ça n'allait pas l'arrêter, ooooh non. Orion, le puissant, le divin Orion, avait déjà fait les frais d'une des colères du petit blond en blouson bleu.
Déliant ses bras, il pointa du doigt son interlocutrice à la moue apparente pour finalement lui tapoter la clavicule.

- D'abord, on est pas frère et sœur. Je suis... je sais même pas ce que je suis pour toi. Un ami ? Un pote ? Une connaissance ? Un coloc sympa ? Mais de la famille ? Jamais. Nan, j'en ai plus, ok. Plus rien, ni mère, ni père, ni frère, ni sœur. Ils sont tous six pieds sous terre à bouffer les pissenlits par la racine. Donc tu baisses d'un ton avec tes histoires d'inceste, ce sont des conneries. Du bullshit comme vous dites aux États-Unis.

De la douleur, beaucoup de douleur se liait aux mots du Space Ranger. Effectivement, toute sa famille avait péri des mains de Lady Styx, ainsi que ses amis, ses alliés, ses ennemis, bref, sa vie. Pour survivre, il s'était endurci, avait jeté aux oubliettes ces affreux souvenirs. Plus de sœur, ça, c'était sûr. Elle n'avait que quatre ans la dernière fois qu'il l'avait vue.

- Ensuite, c'est pas parce qu'on fait un truc de mal qu'on est méchant. Enfin... si tu tues une autre personne par plaisir ou sans qu'elle puisse se défendre, ouais, ça fait de toi un enculé. Mais le petit voleur qui pique une pomme parce qu'il peut pas se nourrir autrement, ça fait de lui un méchant ? Voler, c'est mal pourtant, nan ? Alors prends du recul et observe avant de hurler au méchant. Bordel, t'allais démonter le quai et la station pour frapper des jeunes femmes qui cherchaient juste à prendre leur revanche sur un petit con. Un petit con qui a juste couché avec elles sans leur dire qu'il comptait partir un jour au milieu d'une relation pensée comme stable et solide. J'ai bien vu que tu as hésité à me mettre une baffe, en quoi c'est pire qu'elles m'en mettent une, hein ?

Professeur Rikane Starr parlait. Il le fallait. Atlee ne faisait pas partie de ces gourgandines écervelées incapable de saisir le fonctionnement du monde qui l'entourait, bien au contraire. Elle n'était pas non plus une enfant. Sa sensibilité différente, plus intense, la conduisait souvent dans des affaires compliquées dont elle ne comprenait pas tout: maîtriser une culture, des concepts flous et inconnus, et même simplement une langue, ce n'était pas si facile à faire. Et le Ténébrien comprenait, plus que beaucoup de monde. Pour avoir voyagé à travers des milliers, des millions de mondes, il savait que l’assimilation d'une culture vivante était la chose la plus difficile. Mais là, foutredieu, il allait falloir balayer ce manichéisme primaire de l'esprit de la jeune Stratanne.

- Alors oui, je t'ai fait de la peine, et je voulais pas, pigé ? Désolé. Mais ça arrive sans qu'on fasse exprès des fois. Je t'ai embrassé parce que je savais pas comment t'arrêter autrement. J'ai réussi, point final. Maintenant si t'es pas contente, on rentre au vaisseau, je te dépose sur Terre, et je me casse loin, quelque part dans l'univers où je pourrais souffler deux putains de minutes.

Excédé, fatigué d'avoir expulsé tout ça de lui, Rik fit un tour complet sur lui même, souffla longuement en se frottant le visage, et posa finalement ses poings sur ses hanches. Ca allait foutrement mieux. Foutrement, sacrément mieux.

- T'es pas contente, mais moi non plus. Je t'adore Atlee, mais ta réaction était on ne peut plus disproportionnée, surtout si tu dis me considérer comme ton frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 17:22
Elle ne comprenait pas forcément tout ce que Rik lui expliquait mais elle savait reconnaitre la peine et la douleur quand elle la voyait. Et elle n’aimait pas voir les gens à qui elle tenait beaucoup souffrir. Atlee, on ne le dira jamais assez souvent, n’était pas méchante. Loin de là. Elle était gaffeuse et maladroite, oui, oui, trois fois oui mais elle ne faisait rien pour volontairement blesser les gens. Surtout pas Rik Starr qu’elle considérait réellement comme un grand frère. Pour les Stratans, la notion de famille était plus élastique. Cette grande communauté voyait dans son prochain l’extension, dans une certaine mesure, de cette notion. Atlee avait un père et une mère, oui. Mais Aurla était toute aussi importante pour elle que sa famille immédiate. Donc, d’entendre Rik dire qu’il n’était pas son grand frère la fit énormément souffrir.

Rik avait vu Atlee dans tous ses états. Joie, peine, colère, doute, il avait été là pour elle durant sa longue réhabilitation, après avoir été manipulée par l’Impératrice de forces extraterrestres belliqueuses. Évidemment, il en avait moins vu que Power Girl, meilleure amie au monde devant l’éternel de la Stratane mais il arrivait en confortable place de second et Divine en troisième. Forcément, à tous vivre à peu près sous le même toit. Mais jamais au grand jamais il n’avait vu dans ces grands yeux mauves une telle douleur. Rik avait fait mal à Atlee et pas qu’un peu. Pour Atlee, la famille, c’était sacré. Et Rik s’était attaqué, probablement sans le vouloir, à tout ceci. Ah, la vie, des fois, ce n’est pas si simple que cela. Vous essayez au mieux et vous échouez quand même. Est-ce qu’Atlee allait se mettre à pleurer? Ce serait le comble, une si gentille fille la (grande) petite…

Mais non. Elle se contenta de serrer Rik contre elle, contre ce buste arrogant sans rien dire. Le silence d’Atlee était souvent plus inquiétant que ses mots et justement, des mots, il y en aurait car quoi qu’elle aurait pu vouloir dire se perdit en une exclamation indignée quand un pervers lui toucha le postérieur, se disant sans doute qu’il pourrait s’en sortir vite fait dans une foule dense. C’était sans compter sur les réflexes aiguisés de la belle qui se mit en chasse de l’énergumène en hurlant au pervers galactique, ce qui suscita tant la surprise que l’hilarité des personnes présentes. Le moment de tension entre Rik et Atlee était pour le moment réglé mais les ennuis potentiels pour le Space Ranger ne faisaient que commencer car la « proie » de Atle se réfugia dans ce qui devait être le bordel galactique le plus mal famé qui soit. Et Atlee, relativement pure et innocente…

N’était clairement pas prête pour ce genre de scènes de débauches. Elle resta figée sur place, tenant par le col de son vêtement le type qu’elle venait de chopper, avec son costume déchiré révélant plus de chair que la bonne morale le permettait. Et pour bien enfoncer le clou, un des clients la complimenta pour son jeu d’actrice style dominatrice avant de mettre ce qui semblait être de la monnaie locale entre les attributs mammaire de la belle qui vira au rouge à faire mourir d’envie un feu de circulation. Une chose était certaine : cette sortie allait rester dans les mémoires, tant dans celle de Rik que dans celle d’Atlee. En bien, en mal, difficile à dire mais Atlee n’était pas prête d’oublier cette expérience. Une bouteille entière de javellisant ne serait pas suffisante pour laver l’innocence entachée de la pauvre Stratane… C’était encore une mission pour Rik Starr, sauveur de l’univers!
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 19:05
Rik n'ouvrait que rarement les vannes de ses émotions. L'arrogance, la moquerie, l'amusement recouvraient toujours de leur vernis la façade de ses ressentis. Toujours joyeux, toujours exubérant, rien ne semblait jamais perturber le pauvre Ténébrien. Pourtant, juste derrière cette surface craquelée par les douceurs et la vie de pacha menée sur Terre, pulsait toute la tristesse du jeune homme. Cette douleur, cette rage, il la transformait en autre chose. En fuel pour alimenter sa machinerie interne, ses conneries les plus folles, ses folies les plus connes, et ses actes de héros. Le Space Ranger n'était pas le Batman, loin de là. Jamais sur la tombe de ses parents il ne jurerait combattre le mal et le crime à travers la galaxie. Y avait déjà Space Ghost pour ça. Et c'était une sacrée tête de con, ce gars. "Je suis le vide spatial, je suis la vengeance, je suis Space Ghost." Peuh, ça fait resucée repompée. Bref... Rik Starr utilisait sa hargne et son passif pour aller de l'avant. Aujourd'hui, un trop plein se faisait remarquer. Il s'était empâté dans une sorte de mollesse vicieuse, celle du canapé de l'appartement de Power Girl. Foutu canapé confortable. Foutue télé face à ce foutu canapé confortable. Ca l'avait rendu gavé d'émotions. Le Ténébrien ne pouvait se poser sur le cul et juste attendre: sa nature le lui interdisait.
Mais maintenant que son sac se trouvait allégé, Rik se sentait mal, très mal. Sa tristesse avait été transférée en Atlee. Il la voyait, au fond des yeux améthystes, perler en petites lueurs vacillantes. Et comprendre que son "bien-être" faisait souffrir son amie le bouleversa. Il s'avança, faible, la main tendue vers l'avant.

- Atlee... ?

Le ton était faible. Tremblotant.
Il craignait de dire ce nom.
Il ne voulait pas empirer les choses.
Quel début de soldes de merde.

- Je... je suis désolé... vraiment. Je t'aime. Tu sais que je t'aime.

L'alien se glissa entre les bras de la super-héroïne et profita de ce câlin. Il serrait avec fermeté, sans pour autant oublier la douceur. Réprimant difficilement un tremblement, il fit disparaître son visage dans la poitrine saillante.

- On est une famille. Pas frères et sœurs, mais de la famille.

Colère de merde, qui brouillait l'esprit et faisait cracher du venin. Il faudrait s'en débarrasser définitivement. Mais... ça signifierait la fin de l'énergie et la vigueur du Space Ranger.

- On devrait y... aller. Atlee ?

Finalement, il s'écarta de la douce silhouette et soupira, yeux fermés, visage encore tendu par ce qui venait de se passer. Allez, reprends toi Rik, faut se remettre en selle et repartir au galop. Tu vas t'effondrer, sinon. Un petit silence relatif répondit au sauveur de l'univers, le poussant à ouvrir un oeil: plus de Stratanne. Juste du dépit, même pas d'énervement.

- Et boule de couilles, la voilà repartie. Encore. J'aurais dû la prévenir dans le vaisseau, avant de se poser.

Pas très grand, et surtout sans l'armure de Darkstar, le petit blondinet s'avança dans la foule en bondissant comme Cpt. K'rot... bien mieux que le lagomorphe, toutefois. A intervalles réguliers, il s'exclamait:

- ATLEE ? ATLEEEEEEEEEE ?

Enfin, après quelques minutes de recherche, la jeune femme pénétra dans le grand bâtiment tartiné de froufrous, de dentelles et de prix exorbitants qui arrachèrent un sourire au Space Ranger. La chair, c'était ce qui coûtait le plus cher, même pendant les soldes. Si ça se trouvait, Terra ressortirait riche... mais entachée au point que Peegee chercherait le responsable de tout ça... et nul doute qu'elle verrait en Rik un bouc-émissaire potentiel. Et pis bon, le bien-être de la Stratanne d'abord, quoi !!!

- Et fichtramère. Pourquoi le bordel... ? Pourquoi le putain de bordel ? Pardon madame, je ne cherchais pas à vous insulter.

Fonçant comme un taureau au milieu de la foule (en moins efficace), il prit appui sur un nain bleu grognon et se propulsa en l'air. Il franchit plusieurs mètres comme ça et atterrit... pile sur le dos de son amie au costume à moitié déchiré. Eh bah, elle avait déjà commencé à récolter des thunes. Foutriquet, elle était douée !!!
Mais hors de question de rester là.
Toujours sur le dos de la grande brune, il posa ses grandes mains sur les yeux de son amie, et lui murmura à l'oreille:

- Je te cache les yeux, écoute le son de ma voix, je te fais sortir. On va aller boire un coup ensemble ailleurs. Faut se changer les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 15 Juil 2016 - 20:13
Une chance que Rik était là quand même parce que bon, c’était une chose de tomber sur une image à caractère pornographique en utilisant innocemment Google, de lire des fanfiction plus toxiques que Tchernobyl (et Atlee avait d’ailleurs fait la chasse à l’écrivain pervers amenant PG dans cette aventure contre son gré, une fois) en pensant que c’était une histoire sur elle et ouvrir la porte des toilettes d’un aéroport et tomber sur un couple en plein ébats (comme si c’était de sa faute si le loquet était cassé)… Mais là par contre ils avaient fait fort avec le bordel. Jamais de sa vie Atlee n’avait été préparée à cela. La sexualité existait à Strata comme ailleurs, oui. Mais c’était un acte respectueux. Amoureux. Affectueux. Il n’y avait pas de prostitution à Strata. Le mot n’existait même pas dans la langue natale d’Atlee! Alors de se retrouver ici…

On pourrait s’attendre à ce que porter sur son dos un adulte soit éprouvant pour Atlee : Rik Starr restait un homme athlétique avec une masse musculaire conséquente. Mais les Stratans étaient physiquement plus forts que les humains et si Atlee n’avait pas la musculature d’une culturiste, elle restait très athlétique malgré de généreux attributs. Rappelons que les Stratans lui avaient donné une apparence qui mettrait les Humains à l’aise, après tout. Il y en a qui dans la vie sont plus gâtés que d’autres. Et puis bon, elle aurait rampé avec Rik sur le dos pour sortir de cet endroit… Mais elle tenait toujours le pervers par le col. On ne relâche pas les méchants dans la nature de toute façon. C’est idiot. Alors du coup il faudrait livrer cette crapule aux autorités de cet endroit, si tant est qu’il y avait l’équivalent d’une police ici. Forcément, il devait y en avoir, non?

Et on ne parlait pas, évidemment, de la police du style. De vraies forces de l’ordre, il va sans dire. Elle avait suivi le son de la voix de Rik, elle était sortie de l’établissement et l’autre pervers geignait dans une langue qu’elle ne comprenait pas. Silence, criminel, on ne parle pas quand on a tort. En tout cas elle ne comptait pas lâcher prise. Et puis en plus on lui avait donné de l’argent pour avoir capturé le vilain. Ça voulait probablement dire ça, dominatrice, non? Il faudrait qu’elle demande à Rik et surtout, qu’elle s’achète un nouveau costume ou quelque chose pouvant remplacer ce qu’elle portait parce que tout le monde la regardait étrangement. Ce n’était pas très agréable, pour tout dire. Elle se pencha pour que Rik puisse descendre de son dos plus facilement (comme si le Space Ranger avait besoin d’aide) puis elle se mit à marcher avec lui dans cette étrange station.

Les choses semblaient avoir repris leur cours normal jusqu’à ce qu’un véritable colosse, qui aurait facilement pu manger de la soupe sur la tête de Superman, bouscule Rik en le traitant de minus et en l’insultant. Atlee en déduisit que ce n’était pas une ancienne amie de Rik, probablement un méchant ou un rival. Et c’est qu’elle avait l’instinct très protecteur quand il s’agissait de ses amis, encore plus de sa famille. Elle confia « son » criminel à Rik et se planta devant le mastodonte, levant la tête pour le regarder dans les yeux et Rik put voir dans les yeux de la belle le signe avant-coureur comme quoi la brute allait en prendre pour son grade. Elle lui dit en détachant bien chaque syllabe de s’excuser à Rik ou il le regretterait. L’odieux personnage se moqua d’elle, allant jusqu’à l’insulter… Et la seconde suivante, il hurlait pratiquement dans les ultrasons, ses noisettes transformées en Nutella par un coup de poing magistral dans les parties. Un poing recouvert de métal, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Sam 16 Juil 2016 - 13:22
Pas aisé de guider un grand bout de femme comme Atlee dans les couloirs étroits de ce lupanar de MONEY. Le plafond, pas très haut, l'atmosphère enfumée de divers produits, certains sûrement plus propres que d'autres. Rik galérait carrément à ne pas provoquer de tohu-bohu supplémentaire en renversant un verre rempli, en bousculant un balourd, certains parmi ces derniers cherchant parfois la bagarre... Mais, le Space Ranger était le meilleur pilote de tout l'univers. Il avait manipulé des planètes, des vaisseaux plus gros que ce que l'imagination peut percevoir. Alors une Stratanne à moitié dénudée, laissez le rire. D'ailleurs, il allait falloir régler cette question de tissu déchiré, de nombreux regards louches convergeaient vers eux. Impossible que quelqu'un parvienne à toucher la belle jeune femme avec autant de métal autour d'eux, mais foutre le boxon faisait pas parti de leurs projets de la journée. Enfin, difficilement, Rik aperçut la lumière du dehors, la liberté, et l'air frais... si tant est qu'il puisse l'être compressé et stocké dans de grandes cuves cachées au public.

- Voilààààà, à droite. Non, un peu plus à gauche. Attention le gros monsieur à la moustache !!! Pardon monsieur, vous n'êtes pas gros. Oui oui, vous êtes enveloppé, pardonnez moi. Quoi le p'tit blond ? Ouais, il est susceptible votre ami. Houlà, fuyons, ça part en couilles !!!

Et merde, ça n'avait pas loupé. Le Ranger et sa grande goule... Bon, heureusement, les deux moustachus semblaient lancés dans une sacrée belle engueulade, qui rougissait leurs gros nez... pardon, leur nez enveloppé. Plus Starr s'éloignait d'eux, plus la tension redescendait, bien qu'on pouvait encore entendre au loin des hurlements ponctués de "MÔSSIEUR" et de lait de chèvre. Une fois en sécurité, le blondinet glissa du dos de son amie, ses bottes claquant sur le sol métallique de la station.

- Ouch, l'équitation, ça te fait sacrément les gambettes, ça oui.

Quelques étirements suffirent à détendre le Ténébrien. Il se posta ensuite devant Atlee, lui prit une main et exulta, ravi comme tout de ne pas avoir déclenché pire bagarre que celle qu'on entendait encore au loin.

- Victoire Atlee, on est sorti !!! Par contre... tu pourrais lâcher monsieur maintenant ? Non ? C'est un vilain pervers qui doit payer pour sa forfanterie ? Bon, d'accord... oh, d'ailleurs, l'argent qu'on t'a donné, c'est juste parce que d'autres pervers plus gentils que lui t'ont trouvé super jolie. J'dis ça j'dis rien.

Ils marchaient tous deux en discutant, et Rik repéra un petit vendeur dans son coin, un peu sombre. Aucun acheteur devant, et un étal garni de petites merdes diverses et variées. De la ferraille, de la verroterie, des breloques sans intérêt, des tissus miteux, et d'autre moins miteux. Profitant de l'instant qu'Atlee lui accordait, le Space Ranger s'approcha et regarda. Les yeux de fouine du vendeur le scrutaient avec insistance. Brrr... terrifiant. Enfin, au bout d'un moment, le sauveur de l'univers sourit et lança une pièce dorée dans la main du gars.

- Tenez, charlatan de tapis véreux, prenez cette modique piécette pour votre foulard déchiré. Vous en voulez une et demie ? Z'êtes au courant qu'on coupe pas la thune à l'air dans ce coin de la galaxie ? Péteux, prenez le blé, fermez votre margoulette défraîchie, et barrez-vous, y a que des honnêtes gens dans le coin.

Il s'empara du morceau de tissu et s'éloigna en grognant. Stop. S'arrêtant net, il força son amie à faire de même.

- Attends deux secondes...

Retournant la pièce dans tous les sens, l'examinant, le passant autour de son cou, il ne ressentit rien qui pouvait s'apparenter à un esprit vengeur et dominateur capable de transformer d'innocents acheteurs en zombies affamés de bas prix. Quoique... ça changerait pas grand chose.

- Nan c'est bon, vas-y, on aura pas de soucis avec ce morceau de tissu.

Enfin, il lança à la Stratanne de quoi dissimuler un peu ces morceaux de peau que l'on ne saurait voir, par pudeur morale et surtout, surtout, surtout pour s'éviter une autre attaque de pervers: le pauvre pendouillait toujours au bout du bras de la justicière, et semblait profiter du voyage.

- Pfff... impossible de profiter des FANTASTIQUES SOLDES A -95% GRAND MAX avec des gens comme ça. Tous des profite... BUMP ! Hé !!!

Un colosse à la tête de con (d'accord, d'accord, il aurait moins eu une tête de con s'il avait pas bousculé presque volontairement ce bon p'tit Rik), musclé comme pas permis, à la tête d'une petite meute de trois gugusses, tous moins mastoc que le chef de bande. Le Space Ranger, seul, aurait clairement pu régler leur compte tout seul, et c'est bien ce qu'il comptait faire, à coup de tatanes et de grosses tartines.

- Minus ouais, une bonne grosse peignée dans ta gueule aussi. Oh ? Tu veux t'en occuper Atlee ? Pas de soucis, amuse toi, t'es assez frustrée comme ça.

Eh bah non. Pauvre, pauvre Rik... il allait pas pouvoir mettre une de ses monumentales baffes dans le nez du peigne-cul qui servait de mâle alpha. Mais d'une certaine manière, profiter du spectacle en direct, ça avait son charme. Récupérant le pervers, Starr le prit par l'épaule et l'emmena au comptoir du bar d'à côté. Quitte à passer du temps ensemble, autant le faire bien.

- T'en penses quoi, de toute cette histoire ? Toi, tu mises sur le gros ? Boooh, petit joueur. Moi, je parie un billet sur ma copine. Tenu. Viens te poser, je t'offre un verre. On va regarder la baston depuis le comptoir.

Le sourire ne quittait plus le visage du Ranger.
Après une rapide commande, les verres glissèrent bien vite jusqu'à leurs mains, alors que la demoiselle en noir et blanc pulvérisait les noisettes du titan un peu trop sûr de lui. Quel beauté, quel cri, c'en était décoiffant. Artistique même !!! Rik récupéra le billet du pervers, et soupira de contentement.

- Aaaaaaah, voilà un bon Géante gazeuse comme je les aime. Ça gratte le gosier, ça chauffe l'intérieur, biiiiien... t'as pris quoi, toi ? Un mojito oan... beuh, p'tit joueur. Hum... t'as bien fait, ça coûte pas trop cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 16 Juil 2016 - 15:13
Comme dit précédemment, pour Atlee, la famille, c’est sacré et c’est un crime extrêmement grave que de s’attaquer à cette dernière. Les Stratans n’étaient ni belliqueux ni violents, vivant en autarcie dans leur cité souterraine, une société très communautaire où tous aidaient sans broncher son prochain, son voisin. Les attaques de bêtes féroces étaient virtuellement non existantes, malgré la présence de créatures de la sousface dont ne peuvent même pas rêver les Humains donc ce crime dont on parle était purement théorique. C’était, au fond, s’attaquer aux valeurs profondes de toute une civilisation que de faire un acte aussi odieux. Atlee ne pouvait pas juste ne rien faire et ne pas défendre Rik. Pas sans renier qui elle était, pas sans renier sa culture, ses origines et ses croyances. Elle n’avait pas peur d’affronter plus gros qu’elle.

Elle affronta donc le colosse et sa clique avec le même courage et la même détermination que si elle s’était battue contre n’importe quel criminel qu’elle avait affronté par le passé. Oui, Rik était capable de se défendre seul mais une famille, ça se protège mutuellement. Rik comptait beaucoup aux yeux d’Atlee. Elle n’avait pas peur de prendre des risques pour lui et elle se prit même quelques coups, en traitre, de la part des amis du colosse. Mais la Stratane pouvait être une vraie furie si elle le voulait et elle se débattit avec force, déstabilisant ses adversaires et distribuant une nouvelle tournée de coups divers et variés qui déclenchèrent une chorale d’exclamation de douleur. Rik, depuis le bar, pouvait assister tranquillement à toute la scène et profiter du spectacle. C’était rare qu’Atlee se batte au corps à corps. C’était Power Girl qui lui avait appris à se battre comme ça.

Enfin… Divine aussi pour les coups plus en traitre ou, dirons-nous, moins orthodoxes. En général, elle balançait des projectiles de roche avec une précision redoutable. Elle pouvait atteindre le centre d’une cible derrière elle sans regarder ou contrôler simultanément des dizaines de petits projectiles. La géokynésiste avait fait de son pouvoir un art en tant que tel. Mais là, elle y allait de près et très personnel. Ces mécréants en firent les frais et elle laissa au tapis la petite bande en leur disant très clairement que si on s’en prenait à Rik, elle le défendrait. Finalement, toute cette agitation amena finalement un « agent de la paix » à sortir de sa tanière et à faire son boulot et il embarqua le groupe de tabassés et le pervers. Le foulard offert par Rik n’avait pas fait long feu et le fier costume d’Atlee ressemblait maintenant plus à un bikini qu’autre chose, ce n’était rien de le dire.

C’est qu’elle s’en était pris aussi, des coups, dans l’affrontement. Mais elle gardait la tête haute, oh ça oui. Enfin, le duo allait pouvoir profiter des soldes, libérés des pervers et des emmerdeurs. Atlee prit le bras de Rik et se laissa guider dans l’immensité de cette station. Elle avait appris sa leçon. Une des premières fois où elle avait fait du magasinage avec Karen, elle s’était laissée distraire et cela avait fini en Power Girl forcée de courir après un métro, emportant Atlee vers un autre coin de la ville complètement. Atlee, parfois, avait les réactions d’une enfant. Si quelque chose captait son attention, elle avait la compulsion d’aller voir et souvent, cela menait à plus d’éléments rocambolesques qu’autre chose. Rik avait mentionné, plus pour lui-même que pour Atlee, qu’il faudrait commencer par lui acheter des vêtements neufs et ce qui devait arriver arriva.

Rik tourna la tête pour admirer les formes d’une alien qui passa à proximité et ne se rendit pas compte qu’Atlee lui avait lâché le bras. Quand il se tourna dans la direction de la Stratane avait disparu. Mais Rik Starr était le sauveur de l’univers et le plus grand des Space Rangers. Il avait parlé de vêtements. Donc Atlee s’était dirigé vers une boutique de vêtements. Et la boutique de vêtements la plus proche… C’était dans un magasin qui était un croisement entre la boutique de costume et le « sex shop ». Il fallait protéger à tout prix l’innocente naïveté d’Atlee! Le temps que Rik entre et commence à chercher la jeune femme, Atlee arriva en sens inverse, désormais « rhabillée »… Mais est-ce que c’était nécessairement mieux qu’avant? Pour les yeux du blond, très certainement. Imaginez un uniforme militaire, avec la casquette, les galons d’officier et le reste. Maintenant, « sexualisez » le tout pour le rendre moulant, style « catsuit » en latex et enfoncez le clou dans le cercueil avec une cravache.


« Tu avais raison Rik, c’est super les soldes! Avec l’argent qu’on m’a donné et ce que tu m’as donné, j’ai pu acheter des vêtements neufs et là, les gens ne vont plus te déranger parce que je ressemble à une policière de l’espace. Ça m’embête un peu par contre, c’était un peu serré au niveau de la poitrine donc j’ai dû laisser un peu ouvert et… Rik? Est-ce que tu m’écoutes quand je te parle? Tu fais une drôle de tête là… »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Sam 16 Juil 2016 - 20:00
Le petit verre partagé avec le pervers fit un bien fou au Space Ranger. Bien qu'habitué à l'alcool, l'effet le détendait toujours. Aaaaaah... quel plaisir. Surtout que le "méchant" pêché par Atlee n'en était pas vraiment un. Homme d'affaires dans le milieu du vaisseau, il profitait des bas prix (relatifs, les maquerelles perdaient pas la boule) des filles de MONEY pour se détendre loin de sa femme et de ses cinq gosses. Cinq enfants ??? Eh bah, il se montrait vigoureux le p'tit monsieur... ou bien distrait, pour ne pas utiliser de moyens de contraceptions. Après, il avait peut-être voulu ces cinq enfants. Sûrement même, l'avortement se pratiquait avec facilité dans l'univers. Les limites spatiales se voyaient constamment repousser par les puissances des moteurs lumière, et s'il y avait bien quelqu'un qui le savait, c'était ce vendeur avec qui Rik buvait. Starr comprenait bien la nécessité, dans de tels cas, de décompresser d'une manière ou d'une autre. Lui même tendait à agir identiquement. Il buvait et couchait à tour de bras, mais avec respect, toujours, et moins de ferveur qu'il y a deux ans. La Terre assagissait, apparemment. En tous cas, le Ranger se retrouvait un peu en son camarade de boisson du moment, au point qu'il glissa un petit billet sur la table. "Pour s'excuser", d'après le blondinet. Terra pouvait parfois se montrer trop réactive dans ce genre de situation. Le Ténébrien raconta l'histoire du centre commercial et du saut dans la fontaine. Les deux compères éclatèrent de rire à la fin.

Finalement, les forces de l'ordre rappliquèrent devant tant de bordel, et embarquèrent les bagarreurs un peu cons, et l'homme d'affaires. Ce dernier se retourna et fit un petit coucou à son nouveau pote, salut de la main bien évidemment rendu. Ah la la, les gars comme ça, on en manquait dans l'univers. Et pis bon, chacun a ses petits vices. Y avait pire que ça dans la vie, clairement.
Prêt à repartir en balade, Rik se retrouva face à une Atlee fort séduisante en bikini noir et blanc, qui ne cachait pas grand chose. Si, en temps normal, le jeune homme aurait pris grand plaisir à la contempler et à la complimenter, il savait que la protéger importait davantage. Elle le méritait, déjà, et était bien trop innocente pour supporter les regards étranges des gens autour. Faudrait lui expliquer la sexualité, un jour.

Prenant Atlee par la main, gentiment, doucement, il commença à fendre la foule, rapidement. Impossible de continuer en la laissant aussi dénudée. Pauvre Stratane... du haut de son mètre soixante-quinze, le Ténébrien se mettait régulièrement sur la pointe des pieds pour repérer un vendeur de vêtements décents. Notez le "décent". Seulement voilà, Starr se retrouva compressé dans la foule et entre deux délicieux et moelleux seins, ceux d'une Talokite particulièrement peu vêtue. Lorsqu'il s'excusa, la demoiselle bleuit et gloussa, laissant dans la main droite du héros son numéro. Attendez deux secondes... main gauche dans le dos, main droite devant... il manquait quelque chose... ah... oui... Atlee... Foutrecouilles de mes deux miches. Après un dernier sourire à la jolie alien, il fit demi-tour et chercha du regard une grande femme à moitié nue. Il n'y en avait pas qu'une, mais celle là était spéciale.

Un bond, deux bonds, trois bonds, et pis la voilà !!! Le Space Ranger aperçut finalement sa cible dans un magasin non loin de là. Un magasin de jeu de rôle sexuel. Evidemment, la Stratane ne savait pas lire ce langage, et même si elle pouvait le comprendre, pas sûr qu'elle saisisse le sens des mots. Rik se rua entre les passants pour arriver, trop tard.
Bon... au moins, noir, c'est sobre, ça oui. Le rouge un peu moins, mais le noir si. Par contre, le reste... pfiuuu, elle en jetait la p'tiote. Moulée dans du latex et du tissu, une cravache à la main, son côté dominateur ressortait clairement, mais sans l'attitude derrière, évidemment. Hésitant entre tirer la langue d'envie ou le frottage d'arête du nez d'agacement, Rik se frappa le visage du plat de sa main, en un superbe facepalm. Mais il le fit trop fort, rompant dans son nez un ou deux vaisseaux sanguins. De son nez coula le liquide de la gloire, le sang ténébrien. Bon, de toutes façons, le blondinet allait se faire passer un savon par Peegee une fois rentré. Autant profiter d'une Atlee si bien habillée.

- Oui oui, très bien, ça te va à merveille. N'enlève surtout rien, tu vas faire un tabac, personne n'osera te toucher.

Le Space Ranger ricana.

- T'inquiète pas, les autres aussi vont faire une drôle de tête.

Son doigt désigna le petit accessoire de la demoiselle, le visage mangé par une barbe de trois jours éclairé d'un lumineux sourire.

- D'ailleurs, si tu veux plaire à Karen, habille toi comme ça pour elle. Et fait claquer la cravache contre ta cuisse et ton fessier. Par contre, faut jouer au jeu et pas cafter: moi, je t'ai rien conseillé.

Il mit les mains dans ses poches en sifflotant. Fallait surtout pas oublier de poser des caméras dans tout l'appartement, histoire de constituer un joli petit dossier bien amusant. Ah la la, être Rik Starr, quoi de mieux dans la vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 16 Juil 2016 - 22:05
Non, vraiment, il y avait des choses qui ne changeraient définitivement jamais. Atlee resterait malgré tout ce qu’elle avait pu vivre et endurer dans les derniers moi une grosse boule d’amour avec une touche d’innocence que toutes les horreurs du monde ne pourraient éliminer. Et c’était probablement sa plus grande force cachée. Quoi qu’il se passe, on ne pourrait tuer ce qu’il y avait de bon en elle. Elle s’émerveillait encore des petites choses de la vie et même habillée en dominatrice (ce qui était totalement accidentel parce qu’Atlee n’avait rien compris à ce que l’alien lui avait baragouiné), elle avait probablement l’air de la plus adorables des dominatrices de la galaxie. Autant parfois elle semblait comprendre la sexualité, autant parfois elle y semblait complètement étrangère. Que voulez-vous : elle était ainsi faite, la Stratane.

C’était d’autant plus ironique quand on considérait que pour plusieurs, elle avait tous les critères d’une bombe sexuelle. Ceci dit, la mignonne n’avait jamais vraiment eu en tête des besoins charnels, juste ce désir de faire triompher le bien. Oui elle pouvait être excessive, oui elle pouvait être franchement énervante mais c’est parce qu’elle voulait bien faire, trop bien faire même. Et Rik, qui savait que Atlee était passé au travers d’un moment extrêmement éprouvant et traumatisant pour elle, se doutait très bien que ses agissements étaient faits dans le but de se racheter d’une faute qu’elle mettait sur ses épaules alors qu’elle n’aurait jamais dû le faire. On l’avait capturé, manipulé, torturé psychologiquement… Atlee n’avait jamais été vraiment adéquatement préparée à affronter la surface, encore moins une puissance extraterrestre belliqueuse, bon sang!

Mais bon, elle était là, avec Rik qu’elle considérait comme un grand frère, à explorer cette gigantesque station spatiale et à vivre des aventures. Le duo se remit en marche, Atlee tenant toujours le bras de Rik pour ne pas se perdre (tactique qui semblait fonctionner une fois sur deux…) et au bout d’un moment, soit Rik avait prévu le coup soit c’était toute une coïncidence, ils arrivèrent devant un commerce vendant des rafraichissements de toute les couleurs. Un bleu électrique, un rouge passion, un vert radioactif… Faites votre propre cocktail pour seulement… En tout cas ce n’était pas le signe du dollar américain ça. Ça pétillait, ça brillait, ça faisait des petites volutes de fumée… Comment ne pas être émerveillé par toutes ces possibilités qui s’offrent à vous? Déjà qu’elle sautillait sur place comme une puce, la mignonne, toute excitée…

Et manquant de dévoiler plus de chair que la bonne morale ne le permettait, considérant que son « uniforme sexy » était ouvert sur l’avant car autrement trop serré. Et quand Rik la tira de son émerveillement en lui donnant des sous en lui disant « tiens c’est pour toi », il se prit le câlin du siècle, manquant de se faire broyer la colonne et étouffer dans les attributs mammaires de la belle. Ça payait d’être plus petit que la Stratane, des fois. Rik avait raison sur un point. Il ne serait jamais son grand frère mais il était de la famille et juste de savoir ça, c’était pour Atlee comme Noël et son anniversaire mis ensemble. Elle s’engouffra dans le commerce, mélangea diverses substances et alla s'asseoir à une table choisie par Rik avec un mélange haut en couleur, comme le personnage. Mais connaissant Atlee… Est-ce qu’offrir à Rik le privilège de la première gorgée serait juste un énième geste mignon ou pour le Space Ranger, le prélude à quelques cabrioles de son estomac?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Dim 17 Juil 2016 - 1:11
S'il y avait bien quelque chose en quoi ne croyait pas Rik, c'était le destin, la destinée, la fatalité. Alors que certains s'imaginaient une gigantesque route tracée toute pour eux, parfois bien lisse, bien droite, parfois creusé de nids de poule et sacrément escarpé, le Space Ranger se montrait catégorique là dessus: le libre arbitre existait et ne régissait pas, justement, la vie des milliards de milliards d'êtres que comportait l'univers. Ainsi épris de liberté, il ne pouvait imaginer qu'un trucmuche de supérieur à sa personne puisse lui creuser une tranchée infernale. Désireux d'amener le vent à tourner, il prit son amie par la main, gentiment, et la guida vers un grand édifice aux multiples couleurs: tape à l'oeil, sobres, douces, vives, violentes, vibrantes, étourdissantes, pour tous les goûts quoi. Des tubes remplis de liquides et de bonbons ornaient les vitres, une banderole de papier violette et jaune tournoyait autour des tours de ce véritable château des douceurs. Et, en gros sur la devanture, un superbe W ouvragé en or attirait le chaland.


Avec un petit rire, le Ténébrien se pencha vers Atlee, lui donna un petit coup de coude et lui lança:

- Cette boîte a été montée par un certain Wylli Wanko. Je crois que Roald Dahl vous l'a piqué, mais en moins bien.

En effet, l'alien se souvenait d'un bouquin trouvé à la bibliothèque de New-York, sur lequel il s'était arrêté. Plusieurs écrits du même auteur avaient piqué sa curiosité. Charla et la Chocolaterie, Jema et la Graisse Poche, le Beau Gras Géant, entre autres. Ce mec devait faire une fixette sur son poids pour autant parler de ce que contenaient les bourrelets: chocolat et tissus adipeux. Quoi qu'il en soit, en amenant la petite Terra ici, Rik espérait rompre le mauvais sort qui les accablait depuis quelques temps. Impossible pour eux deux de passer un moment ensemble, tranquille, sympa sans déclencher la douzième guerre intergalactique. Normalement, chez Wanko, ça devrait mieux aller. Avec un grand sourire, il laissa la jeune femme se jeter tête la première dans la boutique. Après tout, pour ce genre de conneries, hors de question de se restreindre: c'était à fond, ou rien du tout. Flâneur invétéré, comme à son habitude, le Ranger s'avança les mains dans les poches, reluquant gens et petits délices sucrés. Parfois, une Atlee sauvage passait devant lui, un verre de plus en plus rempli à la main. Ah, elle se faisait un délire liquide ? Amusant. Heureusement que mélanger bonbons et boisson lui était pas venu à la tête. Car oui, chez Wanko, tout était permis, aucune limite à la créativité ne se posait.
Par contre, avec la tenue de la Stratane, l'imagination pouvait aller se faire voir. A chacun de ses mouvements, trois clients tombaient, foudroyés. Impossible de rester insensible face à un tel canon, même selon les normes extra-terrestres.

Enfin, le Space Ranger se posa à une table et commanda de quoi boire. Pas de Géante, ni bleue ni gazeuse, mais un soda aux teintes variant entre le rouge, le bleu, le vert et l'octarine moche.

Au bout de quelques secondes, Atlee revint, armée d'un mélange qui aurait pu repousser toute créature vivante à des miles à la ronde. Mais ici, on se trouvait chez Wanko, et ça faisait partie de la norme. Pire encore, c'était encouragé. Avec un rire bien franc, et un sourire tout aussi lumineux, joyeux, le blondinet leva son verre et s'exclama:

- A nos boissons hideusement créatives, et à leur goût sûrement inattendu !!!

Il but une grande rasade, avant de toussoter. Les mélanges de saveur lui sautaient aux papilles. Acide, puis amer, puis doux et sucré, puis vif et tonique, pour finir sur une touche de fruits qu'on ne trouvait pas sur Terre, et qu'on pourrait traduire comme étant de l'ananange. Étonnamment, après avoir essuyé la mousse-tache sous son nez, le Ranger s'aperçut que le gobelet transparent restait tout aussi plein. Hé hé hé, coup de bol, le serveur s'était trompé. Attirant à lui Terra, une lueur complice dans les yeux, il lui expliqua:

- On nous a servi des verres à contenance double, tour de magie et spécialité de Wanko. Après paiement, ils s'agrandissent pour contenir deux fois plus de boisson que normalement. Coup de bol, sauf si ton truc te plaît pas, évidemment.

Puis, il se radossa, ajustant sa PLV (Paille à Longueur Variable) pour siroter depuis le fond de son siège. Le bonheur. Mais ça allait pas durer. Forcément. Le karma, même si Rik y croyait pas. Foutu karma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Dim 17 Juil 2016 - 2:51
C’était ça, au fond, la vraie récompense quand on est une super héroïne. La satisfaction d’un moment de détente avec les gens qu’on aime et apprécie. Profiter, chérir ce genre de moments, en accumuler le plus possible pour pouvoir s’en rappeler dans les moments difficiles. Et puis bon, comment ne pas être surexcitée dans une pareille boutique? C’était plus que ce qu’elle aurait pu imaginer. Une boutique de bonbons de l’espace! Il fallait qu’elle essaie de nouvelles choses. Et quand elle prit une gorgée de son propre breuvage, elle se dit qu’il fallait absolument qu’elle essaie de reproduire ce mélange une fois de retour à la maison. Atlee adorait cuisiner même si parfois elle faisait des catastrophes. Elle aimait préparer à manger à ses amis. Il n’était pas rare qu’elle fasse des brownies, des biscuits, des muffins… Parlant de brownies…

Rik se souviendrait très certainement de la fois où Atlee, qui en était à ses débuts en cuisine, avait fait des brownies si durs qu’on aurait pu s’en servir comme brique. Le blond Space Ranger s’était absenté pour faire les courses et si motivée à partager ce qu’elle venait de préparer avec ses amis, elle était allé à sa rencontre avec son chapeau de cuisinier, son tablier, ses gants de cuisine et un plat de briques, pardon, de brownies, encore fumants. Certes ces derniers n’étaient pas propres à la consommation humaine… Mais le duo s’en était servi pour faire des misères à un groupe de truands s’improvisant cambrioleurs. Se faire mettre KO par des brownies. De quoi vous faire moisir au pays de la honte pour le reste de vos jours. Comme quoi avec un peu d’imagination… On pouvait arriver à de superbes résultats. Conclusion? Elle devait essayer un autre mélange.

Atlee quitta son siège, retourna dans l’espace réservé aux créations et peut-être était-ce les fruits d’un hasard cosmique ou parce que personne n’aurait pensé à faire une telle chose (Atlee ne connaissant rien à ces produits extraterrestres, c’était juste mélanger de jolies couleurs, surtout que les étiquettes n’étaient pas en anglais), elle se retrouva à faire l’équivalent d’un mélange coca cola / menthos sauf que dans le cas qui nous intéresse, au lieu de faire beaucoup de mousse, ça donne naissance à quelque chose de semi intelligent capable de dissoudre certains type de matière tellement c’est acide. Évidemment Atlee poussa un « IIIIIH » strident (personne ne pouvait iiiiiher mieux qu’Atlee ), ce qui attira l’attention de tous et la Stratane couru se réfugier dans les bras de Rik en débitant des propos incohérents dont certains mots étaient audibles comme « j’ai pas fait exprès ».

L’incident fut vite réglé parce que le patron avait une tête sur les épaules et que ça le fit bien rigoler que cette cliente vraiment motivée et enthousiaste obtienne un résultat aussi inusité. Il lui remit une sorte de coupon dans une langue qu’elle ne comprenait pas davantage mais qui disait, au fond « livraison gratuite de votre prochaine commande ». Si ce magasin livrait sur Terre… Rik allait se faire tirer les oreilles pas par Power Girl mais par Divine : comme Karen travaillait et que Rik sortait souvent, c’était elle qui devait garder un œil sur Atlee pour éviter qu’elle fasse une bêtise et une Atlee sur le sucre, c’est comme essayer d’attraper un éclair avec un filet à papillon. Limite impossible. Dévisageant de ses grands yeux mauves le Space Ranger, Atlee décida d’entamer la conversation avec une question. Une Atlee qui ne parle pas? Hérésie.


« Dis Rik, j’ai une question pour toi. Euh… Comment dire… Est-ce que tu penses que j’ai une chance avec Karen? Parce que toi tu vois, t’es comme le James Bond de l’espace, tu séduis les filles tu combats les méchants et tout a l’air super facile pour toi. Moi je me pose tout le temps plein de questions et j’ai peur que… Que Karen me rejette. Tu sais, parce que je suis trop avec un esprit d’enfant, à m’émerveiller devant les couleurs, les formes, les sons, tout ça… »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Dim 17 Juil 2016 - 22:12
Voir la jeune femme s'agiter comme ça, toute heureuse de se servir de ses mimines pour créer de nouvelles saveurs, ça rappelait à Rik de sombres événements... l'invasion des bricookies. Ensemble, ils avaient lu dans un livre de cuisine la recette des célèbres cookies terrestres, un met de choix que les aliens de tout l'univers s'arrachaient. Starr, avant de sortir faire quelques courses (corvée de la semaine oblige), avait gentiment taquiné son amie sur sa capacité à leur faire de délicieux biscuits, croquants et fondants à la fois. Une heure plus tard, quand le Ranger était revenu, il s'était retrouvé face à une Atlee barbouillée de farine, de chocolat fondu et de pâte, de la tête aux pieds... sauf, chose étrange, sur son beau tablier blanc. Ce dernier restait immaculé, comme si l'intérêt d'une telle protection ne s'était pas imposé dans l'esprit de la Stratane. Ainsi, ravie, elle avait présenté ses abjectes monstruosités, bonnes pour l'industrie du bâtiment, au Space Ranger, qui leur avait trouvé une utilité.
En bas de leur immeuble, un groupe de petites racailles à peine sorties de leur puberté martyrisait les jeunes du coin. Quoi de mieux qu'une petite humiliation en bonne et due forme pour faire réfléchir ces jeunes paumés. Les deux colocataires se pointèrent donc, armés de bricookies (contraction de brique et cookies, ndsedr*) pour canarder les racketteurs. Ces derniers, effrayés par le coefficient de pénétration dans l'air des biscuits un peu trop cuits, fuirent à toutes jambes pour ne jamais revenir. Histoire amusante, n'est-ce pas ? Sauf que là, chez Wanko, au milieu de produits aliens étranges, divers et variés, Atlee jouait plus au savant fou qu'à l'apprenti chimiste. Ce qui devait arriver arriva. Elle créa la vie, au sens large du terme. Plié en deux de rire sur son banc rembourré, le Space Ranger récupéra dans ses bras une Terra paniquée, iiiiiiiiiiiiiiiihant comme pas permis. Sans la lâcher un seul instant, le héros galactique serra son amie contre lui et lui murmura à l'oreille:

- Touuuuut va bien, du calme, c'est assez rare de créer la vie ici, mais ça arrive. Touuuuut doux.

Un homme original, excentrique, vêtu de multiples couleurs, paré de pois, de rayures et de bandes multicolores se pointa, intrigué, et éclata d'un rire franc avant de faire amener l'être semi-conscient et acide dans ses laboratoires. En remerciement pour ce mélange étonnant, il donna un bon à la jeune femme, ce qui fit encore plus mourir de rire le blondinet. Eh bah, sacrée journée. Une foutue bonne idée d'avoir emmené l'Atlee dans ce coin de l'univers.

- Tu vois, t'as même épaté le patron. Dis bonjour à Mr Wanko.

Une fois le calme revenu, Starr s'installa confortablement pour siroter sa boisson. Ah, la belle vie... c'était ça: passer du temps avec ses amis, boire un bon cocktail, profiter d'un environnement plaisant, créatif et... QUOI ??? Le Ténébrien faillit en basculer de surprise. Mais d'où sortait cette étrange question. Comment la Stratane en était-elle venue à penser à ce genre de choses ? Peut-être que ça ne quittait jamais son esprit... après tout, derrière ce corps de bombe sexuelle se cachait un être sensible que le monde autour de lui affectait particulièrement.

- Kof kof kof !!! Quoi ??? C'est quoi cette question à la mord moi le...

Devant la mine suppliante de la policière sexy de l'espace en rouge et noir, Rik ne put que céder, se redresser et parler plus sérieusement.

- Bon, d'accord... il est vrai que je suis un charmeur d'enfer, un amant implacable et un héros interstellaire. A mon bras se sont succédées des dizaines de donzelles. Mais ma manière de faire n'est pas la même que la tienne. La situation est différente. Moi, j'ai juste séduit des jeunes (et moins jeunes) femmes. Toi, tu penses à des sentiments, à des choses fortes.

Frrrrrrrrrrrt...
Aspiration de la boisson pour se donner du courage et s'humidifier la bouche. Bordel que ce mélange avait bon goût.

- Déjà, maintenant que je connais un peu Karen, je peux te dire qu'elle te rejettera pas. Et si je me trompe, bah tu viendras dormir dans mon vaisseau et on restera en stationnement au dessus de l'appartement de Peegee pour l'embêter.

Frrrrrrrrrrrrrrrrrrt...
Nouvelle goulée, nouveau plaisir. Brrr, ça faisait du bien. Bien que le liquide ne contienne pas d'alcool, Rik commençait à se sentir un peu chose. Étrange... La boisson lui procurait une drôle de sensation, comme si on pensait pour lui. Mais il restait maître de la situation malgré tout.

- Mais je pense que tu parles de rejet sentimental. Enfin, c'est le souci le plus probable qui peut t'arriver. Si elle te dit qu'elle ne ressent pas la même chose... eh bien, je n'ai pas vingt mille solutions. La drogue, l'alcool ou le temps. Les deux premiers, je conseille pas, qu'on se le dise bien.

Nan, quelque chose n'allait clairement pas. Le Space Ranger le sentait bien. Et ça touchait autre chose que les foies, sans quoi le petit Ténébrien n'aurait sans doute rien senti. Un peu sonné, il secoua la tête, sans interrompre son petit discours, cependant. Atlee passait d'abord.

- En tous cas, tu es une fille bien. Une fille très bien même. J'en connais pas deux comme toi, et dans d'autres circonstances, sache que je me serais battu pour être la personne qui allait partager ta vie amoureusement parlant.

Tiens, la Stratane semblait ressentir des choses elle aussi. Et les autres clients ? Non, tout allait bien. Mais personne ne se levait pour aller régler. Ils restaient assis, sur place. Nan, nan, fallait arrêter la paranoïa. Si ça se trouvait, ils profitaient juste d'une après-midi au frais, loin des masses d'acheteurs compulsifs du dehors.

- Tu n'es pas une enfant. Tu es bien mieux que ça. Et je lève mon verre en ton honneur, belle Atlee. A ta santé. conclut finalement Rik.
__________________________________________________________
*Note Du Superbe Et Délicieux Rédacteur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 18 Juil 2016 - 0:32
Atlee essayait de bien comprendre tout ce que lui disait Rik. Ce n’était pas forcément facile : la Stratane avait encore une conception très embryonnaire sur ce genre de domaines et de se voir renseignée, rassurée par quelqu’un qui s’y connaissait… Bon, elle était aussi soulagée que sa catastrophe précédente n’ait pas eu plus d’effets catastrophiques mais c’était un détail sans importance. Rik la réconfortait et ça voulait dire beaucoup pour elle. D’ailleurs, elle le trouva soudainement un peu étrange, à regarder avec insistance autour de lui. Il cherchait quelque chose de précis? Difficile à dire et elle hésitait à poser la question. S’il avait repéré un danger, briser sa concentration serait mal avisé. Elle se mit donc sur ses gardes, prête à réagir en cas de problème. Manifestement, réfléchir sur les paroles de Rik devrait attendre un moment et…

Et il fallait vraiment qu’elle aille au petit coin. Forcément, même avec une excellente constitution, les mélanges bizarres extraterrestres, ça vous joue sur le système. Atlee s’excusa donc auprès de Rik, demanda le chemin des toilettes et laissa un Space Ranger un peu étrange depuis quelques instants seul à sa table. Seul pour longtemps? Allons donc. C’est de Rik Starr dont on parle. LE Space Ranger.  Celui qui avait mis plus de femmes dans son lit que James Bond et Austin Powers combinés ensemble. Oui môssieur, rien de moins. Certaines de ses ex conquêtes voulaient sa tête et d’autres se concentraient sur les souvenirs d’une nuit mémorable. Tout d’un coup, une ombre tomba sur le blondinet et quelqu’un l’arracha de son siège pour lui faire une étreinte d’ours. On osait attaquer le grand, le séduisant et le sublime Rik Starr en plein repos? Eh non!

En fait il s’agissait de Kho Kharhi, Green Lantern du secteur 422. Les Khunds ayant un physique très similaire tant mâles que femelles (bien que les femelles aient des poitrines plus développées et des visages plus « féminins »), un regard rapide aurait pu croire qu’un videur de bar ou un agent de sécurité venait de s’en prendre à Rik. Mais non. C’était une ancienne conquête. Qui avait conquis qui, exactement? Sans vouloir froisser l’ego du blond sauveur de l’univers, disons que c’était la personne qui portait l’anneau des Green Lanterns  qui avait trainé le Space Ranger vers un endroit plus propice aux rapports intimes (l’histoire ne dit pas si Rik était une victime innocente ou consentante mais… En tenant compte du charisme et du magnétisme animal du personnage… Bref. Rik venait de rencontrer une de ses anciennes conquêtes qui ne le giflait pas.


« Rik Starr, je reconnaitrais cette tenue et cette coupe de cheveux n’importe où dans l’univers! Je pensais à toi justement. Je suis repassée au Vertica récemment et apparemment ils ont enfin fini les réparations à la chambre que nous avons partagée. Souvenirs, souvenirs… Et des bons par-dessus le marché! Alors dis-moi, c’est ta nouvelle conquête, la brune emballée dans du latex qui vient de quitter la table?

En tout cas tu sais les choisir, il n’y a pas à discuter sur le sujet. Procanon Kaa n’a toujours pas décoléré que j’ai passé une nuit de passion avec toi qui a duré pendant trois jours mais bon. Il n’a jamais su profiter de la vie non plus. Mais je ne t’ai rien dit, le connaissant, il serait capable de me faire un sermon pendant des heures et le défi serait alors de rester éveillée. Il ne te porte pas dans son cœur, je peux te le dire ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Lun 18 Juil 2016 - 2:33
Étreint par un ours d'émeraude, Rik tenta vainement de se débattre. Oh non, hors de question de périr sans lutter, foi de Space Ranger. Il avait trop perdu pour finir comme ça, broyé par un animal aussi vicelard et pervers que l'ursidé galactique. Sa main droite se posa immédiatement sur son arme laser, en vain. Agitée de petits spasmes, il la lâcha à peine saisie. Le pistolet chuta sur le sol et cliqueta discrètement, sans attirer particulièrement l'attention. Etrangement, la créature cessa de serrer. Le Ténébrien, désormais libre comme l'air, se redressa d'un bond, bien déterminé à protéger cette boutique de l'énorme bête qui l'attaquait. Les pupilles dilatées, le héros stellaire, séducteur de ces dames et justicier à ses heures perdues recula pour heurter un tabouret blanc d'un style très rococo. Bien évidemment, l'extra-terrestre du Dominion se rendit compte que la demoiselle était on ne peut plus amicale, et pas un ours. Cependant, cet excès de gentillesse se révélait suspect... personne n'était aussi sympa, personne !!! Hors de question de tomber dans un piège aussi ridicule. Les autres clients devaient aussi être dans le coup. Si ça se trouvait, lui-même faisait aussi parti du plan, mais on lui avait lavé le cerveau !!! MAIS OUI, TOUT S’ÉCLAIRAIT SOUDAINEMENT !!!
Saisissant avec la dextérité d'un humain ayant fini un verre de kérosène un couteau en plastique qui trainait, le Ranger menaça son adversaire de sa meilleure verve:

- Tu... tu es venu pour m'abattre, c'est ça ? Recule, démone !!! Je ne rentre pas dans ton jeu !!!

Un second nom surgit dans la conversation. Sûrement l'instigateur de toute cette affaire. Un monstre de la pire espèce qui lui en voulait. Oui, c'était ça !!! On lui en voulait d'être aussi génial, superbe et spécial. On le jalousait jusqu'à la haine la plus terrible, il ne pouvait en être autrement en ce monde de conspirateurs.

- Procanon Kaa, je lui fous mon poing dans les dents et je rigole sec après. Ouh ouh ouh !!!

Puis, avec l'intention de porter un coup mortel avec son couteau en plastique, Rik s'avança et s'effondra au sol. Véritable carpette bleue et blonde, il cherchait à progresser tant bien que mal vers sa cible, sous les yeux à moitié horrifiés, à moitié surpris de la guerrière Khund.
Starr, quand à lui, peinait à articuler ses phrases.

- Gak... je... je ferais triompher... la justice... et la liberté...

Bientôt, tout se transforma en mono-syllabes et gargouillis, comme si le jeune homme revenait en enfance, la bave aux lèvres et la couche au cul en moins... quoique...

- Blop blip blup...

Sur cette fougueuse déclaration, monsieur Wanko se pointa, les mains soigneusement croisées dans le dos retenant une canne délicatement ornée. Son chapeau haut-de-forme trônait difficilement sur son crâne, tandis que ses yeux animés d'un brin de folie scrutaient le pauvre Ténébrien. D'abord occupé à observer, il se tourna vers Kho, sursauta et gloussa.

- Oh ne vous inquiétez pas, il va très bien. Ce p'tit gars a juste tenté de gruger sur son paiement, ah ah ah ah ah !!! Plutôt qu'une grosse dispute, on lui a administré un mélange de mon invention. Oui dah, c'est moi qui l'ai créé... il y a dix minutes. Apparemment, ça lui a déclenché des poussées paranoïaques et un peu fofolles... et enfantines. J'aime bien ça. Je devrais en faire un bonbon. Excellente idée ça, un bonbon qui rend son âme d'enfant...

Avant de partir, le gérant et créateur de génie piqua le bras du Ranger avec une GROSSE seringue argentée, le genre qui faisait peur aux petits enfants. Et miracle, quelques secondes plus tard le blondinet se redressa, la tête dans les mains. Comme après un lendemain de soirée, lorsque la cuite tambourinait contre le crâne pour s'en aller.

- Ma têêêêêête... il s'est passé quoi ? Oh, Kho. Qu'est-ce que tu fais donc là ? Tu es en quête d'une nouvelle nuit de trois jours ?

Apparemment, Rik avait gardé un excellent souvenir du temps passé avec la Lanterne, comme en attestait son grand sourire idiot. Ah la la, quel moment de passion ils avaient partagé. C'était d'un grandiose, d'un plaisant, et d'un idiot à la fois. Lui, petit Starr, avait pu coucher avec une jolie Green Lantern, chose impensable pour un être venu du Tenebrian Dominion, là où les porteurs de l'anneau vert se faisaient traiter de tous les noms... généralement ceux d'oiseaux exotiques, et pas des moindres.
Partageant un grand sourire, la Khund répondit:

- Grand bêta, aucun souvenir d'il y a cinq minutes ?

La tête blonde du Ranger suffisait à elle seule à répondre à la question de la guerrière. Apparemment, monsieur Wanko avait encore besoin de doser ses produits avant de les jeter en pâture sur le marché. Mais doucement, l'alien souffla et se redressa, aidé par son ancienne amante.

- Bof. Pas loupé grand chose, j'ai l'impression. Dis, Kaa est pas là ?

La question, de prime abord inquisitrice, était assez ambivalente. Aux yeux de Kharhi, soit le Space Ranger cherchait à éviter un maximum le Lantern 422.1 pour des raisons évidentes de survie (c'était exagérer, les flics en verts tuaient pas... enfin, pas tous...), soit il espérait secrètement le recroiser pour lui mettre une branlée (ce n'est pas une insulte, loin de là: la branlée est un jeu de cartes extrêmement populaire dans l'univers) monumentale et empocher toute sa solde. Au choix. Mais la forte jeune femme fit non de la tête sans se départir de son sourire.

- Ouf, parce que chuis pas d'humeur à me friter aujourd'hui. Je fais découvrir à une amie MONEY, et c'est déjà assez le bordel comme ça. Tiens d'ailleurs, la revoilà.

Rik se dépêcha de se rasseoir et de faire comme si de rien était.
Il donnerait un sacré foutu pourboire au caissier, pour s'excuser. Après tout, ils étaient chez Wanko: on ne punissait pas vraiment les gens, on leur donnait juste une leçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 18 Juil 2016 - 4:45
La Green Lantern s’amusa du sort réservé à Rik : il cultivait les ennuis comme les fermiers cultivent le blé. C’est ce qui avait fait qu’elle l’avait trouvé si intéressant quand ils s’étaient rencontrés pour la première fois. En tant que Khund, elle préférait l’action aux mots. Le duo s’était rencontré dans un bar et immédiatement ils avaient reconnu dans l’autre un adversaire à défier. Concours de boisson, de bras de fer, de dards, celui qui pouvait avaler le plus de piments forts sans broncher… Le tout s’était superbement terminé par une bagarre de bar qui avait laissé l’établissement en ruines et le patron furieux. Et puis bon, personne n’avait vraiment osé chercher querelle davantage à une Green Lantern (encore moins quand ladite Green Lantern est un char d’assaut sur pattes) : si dommages il y avait eu, c’est que des mécréants l’avaient cherché.

Et puis bien sûr, il y avait eu cette nuit qui s’avéra être un marathon d’activités charnelles plus qu’une simple nuit. Peu pouvaient survivre à la passion des Khunds et pourtant Rik avait réussi. En tout cas, le blondinet semblait s’être un poil assagit s’il faisait visiter l’endroit à une amie. Rik ne se cachait pas d’utiliser les termes pour désigner ce qui était. Il n’avait pas dit : je fais visiter l’endroit à une conquête. Il avait dit amie. Ce qui sous entendait un lien complètement différent, ce qui étonna fortement Kho Kharhi. Une amie qui s’habillait de façon si sexy et provocante? Soit il y avait anguille sous roche, soit Rik était vraiment sincère et… Oula, c’est légal ça, dans une relation de style platonique de se serrer comme ça contre l’autre en écrasant contre son dos ses attributs mammaires? C’est que l’amie de Rik était équipée pour deux si ce n’était trois : c’était à peine exagérer.

Kho Kharhi était en muscles ce que Terra était en buste. En tout cas, si elle était à l’image de Rik soit haute en couleur, elle ne risquait pas de s’ennuyer. Kho connaissait bien Wanko (que les habitués surnommaient Wacko) : elle avait filé un coup de main au Green Lantern du secteur sur le cas d’un alien qui avait causé toute une pagaille sur la station. Atlee, de son côté, regardait de ses grands yeux mauves la Green Lantern. Elle semblait connaitre Rik et inversement mais en général, Rik râlait contre tout ce qui n’était pas lui en matière d’héroïsme et une Green Lantern… Ça entre dans la description générale de ce que dépeignait Rik. Mais bon. Atlee restait et resterait toujours Atlee et elle fit un énorme câlin à Kho qui soudainement se demandait où mettre ses grandes mains pour ne pas toucher accidentellement (ou non) les rondeurs de la belle.

Et on ne parlait pas de tissus adipeux ou de surplus de poids. Atlee reprit sa place sans se douter que quoi que ce soit venait de se passer. Elle prit sagement place à la droite de Rik pour lui permettre d’être aussi assis avec son amie. Elle était polie et bien éduquée. Kho regardait alternativement Atlee et Rik, se demandant quel était le lien entre les deux avant de se servir une grande rasade de ce qu’elle avait commandé…. Et de le recracher aussi sec au visage du Space Ranger quand la Stratane expliqua comme seule Atlee pouvait le faire cette joyeuse bande que formaient Rik Starr, Karen Starr, Divine et Atlee. Et évidemment, Kho avait pris quelque chose de violent et qui arrache donc si Rik n’avait pas les yeux en feu, ce serait déjà une nouvelle des plus rassurantes. Non, décidément, on ne s’ennuyait pas avec la curieuse amie de Rik. Pas le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Lun 18 Juil 2016 - 15:36
Eh bah, Atlee faisait drôlement confiance au jugement de son ami. Presque comme une jeune enfant se fiant à la sympathie que pouvait ressentir son papa pour un autre personne... à ceci près que l'enfant dépassait le papa en terme de taille, et que son tour de poitrine amenait chaque homme qu'elle croisait à rêver éveillé, et chaque femme à se contempler soi-même avec un certain dépit.

- Eh bien, il est temps de faire les présentations, j'ai l'impression.

Ayant particulièrement profité du câlin stratan, Rik soupira de satisfaction et se cala bien au fond de son siège. Mains posées sur le bedon, jambes croisées sous la table (il aurait bien aimé dessus, mais hors de question de tenter Wanko: pour quelques dollars il droguait les gens, alors qui sait ce qu'il ferait face à un manque flagrant de savoir-vivre ?), Starr ferma les paupières avec délice. Maintenant que ça allait mieux, fallait en profiter. Sans rouvrir les yeux, le Ténébrien bougea les mains, désignant à tour de rôle les deux femmes. D'abord, l'amie, pour bien insister sur ce point et ne laisser aucune ambiguïté. Après tout, pourquoi la soirée ne pourrait pas finir teintée d'émeraude ?

- Atlee, juste Atlee aka Terra, super-héroïne géokinésiste terrienne et briseuse de vertèbres. Et une amie, presque une sœur.

Voilà, si là c'était pas clair, Rik pouvait changer de nom et de job pour devenir Captain Useless, animateur de fêtes d'anniversaires pour gosses de pauvres. Toujours paupières fermées, le jeune homme sourit et serra son amie dans ses bras, ayant pour une fois l'initiative du câlin. Puis, il désigna la masse de muscles féminine face à lui, ajoutant un peu d'amusement et de nostalgie à son sourire.

- Kho Kharhi aka Green Lantern, flic verte du secteur 422 de l'univers... et briseuse de reins. Une conquête que je n'oublierais jamais.

Voilà, le ton était donné. "Sex-friend" d'un jour face à "friend" de tous.
Fort heureusement, ce genre de rencontres ne causait que peu de réactions violentes et inattendues. La jalousie n'avait aucune raison d'être, tant les relations étaient différentes. Jamais le Ranger ne pourrait voir Atlee comme il voyait Kho. Rien qu'en terme de caractère, tout séparait les deux femmes. Enfin, la super-héroïne attirée par l'exceptionnelle Peegee commença à décrire leur vie, les relations de tous les jours avec Karen et Divine... ce qui causa une catastrophe pour la vision du Space Ranger. Kharhi, surprise par le débit de la demoiselle et les révélations qui s'enchaînaient, cracha toute sa gorgée en plein dans la face du blondinet. Aïe... vu l'odeur et la puissance corrosive du produit, fallait vite très viteeeee s'en débarrasser. Pourtant, le p'tit gars à l'étoile rouge ne broncha pas.

- Ah... ça pique les yeux, tu sais. Si je finis aveugle, je te jure que je m'habille en combi de cuir rouge moule-bite avec des petites cornes sur la tête pour venir te botter les fesses et t'arrondir tes petites oreilles pointues, juste comme tu aimes. Ou l'inverse, je sais plus.

Il éclata de rire.
Oh allez, c'était drôle. Amusant. Rigolo. Comme tout ce que disait ou faisait Rik Starr, en somme. Un vrai boute-en-train, le garçon. Il lui arrivait bien sûr d'être sérieux, mais la vie était trop courte pour ne pas profiter de chaque instant. Voilà pourquoi il désirait agir dans sa plus grande et totale liberté. Les yeux toujours fermés, le Ranger chercha sa boisson à tâtons, la porta à sa bouche et... la renversa entièrement sur son visage: un client venait de passer et de bousculer par mégarde le blondinet. Un peu paniqué, le Terminien prit une serviette d'une autre table et la donna au martyr ténébrien.

- Bravo Rik... tu penses pas avoir déjà assez expérimenté les produits de Wanko ? Inutile d'en rajouter, nan ? Merci mon bon monsieur.

Le colosse d'albâtre s'éloigna en bafouillant des excuses, alors que le sauveur de l'univers s'essuyait la face en vue de conserver son sens de la vision.

- Ah, mieux. Hum... ça me rappelle ce qu'on buvait, la fameuse nuit. Mémorable. Je pense que si je devais ne garder que quelques souvenirs, ça en ferait partie.

Le Ranger jeta la serviette derrière lui, et croisa les mains derrière sa nuque, comme si rien ne s'était passé. Pourtant, il était passé à un fil de perdre l'usage de ses yeux. Merci, ô grande fatigue de l'avoir poussé à fermer les paupières !!! Merci !!!

- Bon, tu fais quoi ici, Kho ? Amusement ou mission ? Ou les deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 18 Juil 2016 - 16:43
C’était on ne peut plus clair et Rik qui avait les yeux fermés ne put voir l’étincelle de respect dans les yeux de la Green Lantern. De là à dire que Rik Starr devenait sage, non. Mais qu’il ait la maturité et la bonté d’âme de s’occuper de cette jeune femme, surtout que bon, elle avait l’air gentille, dynamique et allumée (allumeuse aussi mais à la voir c’était purement accidentel) mais aussi tellement… Innocente? Quelqu’un de mal intentionné pourrait faire des choses vraiment horribles à une telle personne. La douceur et la tendresse ce n’était pas exactement le rayon des Khunds mais bon. Elle pouvait comprendre la chose malgré tout. Un câlin khund, si votre colonne vertébrale ne fait pas « CRAC » c’est parce que ça manquait de volonté. Et ça Rik le savait très bien après avoir passé un moment de passion avec l’imposante Green Lantern.

Atlee, de son côté, se tenait sagement assise, un exploit quand on considérait qu’en général c’était une puce. Une grosse puce par rapport à la moyenne des puces mais la plus sexy et la plus désirable des puces, actuellement habillée de latex rouge et noir. Oh elle rigola avec Rik parce que le rire, c’est délicieusement contagieux et qu’elle décida de faire un meilleur travail que Rik en l’essuyant avec une serviette (et comme à l’habitude, le contact corporel et l’invasion de la bulle et de l’espace vital de l’autre étaient au rendez-vous), ce qui attira bien des regards. Le bruit du latex se frottant contre la tenue du Space Ranger semblait stimuler l’imaginaire de plusieurs clients et quand Atlee se pencha pour essuyer les cuisses du blondinet (parce que bon, se prendre sa boisson en pleine tronche, le contenu du verre, il va vers le bas, gravité oblige), comment dire…

Au moins un client tourna de l’œil en s’imaginant des choses pas très pures ou catholiques. Kho se rendit compte que s’hydrater le gosier ce serait vraiment une bonne idée et Wanko, qui pensait jouer un tour à Rik pour avoir lancé sa serviette par terre, oublia soudainement son idée et le mélange qu’il préparait lui explosa au visage. Quand Atlee faisait ce genre de choses, soit inspirer des pensées plutôt perverses et totalement par accident (aucun jury au monde ne pourrait croire le contraire), le temps semblait s’arrêter. Mais bon. La Green Lantern en avait vu d’autres (Khund ET Green Lantern, précisons-le encore une fois) et elle parvint à reprendre une attitude plus professionnelle. Wow. Il n’y a rien de plus sexy que quelqu’un qui ignore totalement l’effet qu’elle fait. Atlee était l’arme de distraction massive la plus puissante qu’elle ait vu.


« Un peu des deux en fait. Tu dois être au courant que les Khunds ont attaqué les Green Lantern soit un clan allié. La situation a été réglée, ultimement mais c’est un déshonneur terrible pour les loyalistes de mon peuple qui étaient contre cette idée. Pour éviter que Khundia ne sombre dans la guerre civile, je suis venue ici pour acheter d’un antiquaire un présent symbolique pour sceller la paix.

Ceci dit Rik, si tu décides de passer un peu de temps sur la station, on pourrait se voir en privé… J’ai quelques questions à te poser et je serai me montrer très persuasive pour les obtenir. Et comme Procanon Kaa est à des années lumières d’ici… Il n’y a aucune urgence. J’aurais bien interrogé ton amie également mais ce serait mal. Elle a déjà quelqu’un en tête et je respecte ça. Elle a du goût en tout cas. Power Girl… »


« Oh mais tu peux m’interroger aussi! J’aime aider les gens! »

Qui c’est qui n’a rien compris aux sous-entendus? C’est Atlee…
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Lun 18 Juil 2016 - 18:55
Encore tout humide et poisseux, le Ranger se résigna à passer le reste de la journée ainsi. Une bonne lessive, et pis ce serait bon. Mais c'était sans compter sur Terra l'hyper-active, Terra la nettoyeuse, Terra la maladroite. La jeune femme, surprenant tout le monde dans les environs, commença à frotter frotter frotter le torse de son ami, puis, doucement, les cuisses, produisant moult bruits érotiques et mouvements évocateurs. Dans la boutique Wanko, bon nombre de clients détourna les yeux, reniflant pour dissimuler des saignements de nez intempestifs. D'abord amusé et chatouillé, Rik se débattit un peu avant de s'arrêter net pour éviter un potentiel terrible accident... castrateur.

- Mais qu'est-ce que tu fais Atlee ? Ah... oui, d'accord. Tu sais, y a moyen d'être plus subtil que ça. Ooooooh, doucement au niveau des cuisses !!! Tu sais pas que ça peut déclencher de drôles de réactions chez les gens ? Nan ? Ah la la, va vraiment falloir que je te fasse ton éducation, toi.

Bien vite, le Space Ranger chercha à se rattraper. Non non non, il parlait pas de ce type d'éducation, vil pervers. Juste une culture théorique pour s'éviter des ennuis pareils. Même le pauvre Wanko, décontenancé, laissa son mélange lui exploser à la figure. Traces noires et cheveux dressés, fort heureusement il portait une paire de lunettes de sécurité, comme tout bon chimiste au moins amateur.
Sans réaction physiologique particulière (ça se gorgeait pas, quoi), Starr se redressa et écarta son amie un peu trop innocente: valait mieux stopper ça avant qu'on leur demande de partir. Une fois bien remis, il rigola:

- Hé hé hé... Eh bah ma foi, y a eu des guerres qui ont été déclenchées pour moins que ça. Hein Kho.

Eeeeet encore une fois la grande gueule de Rik faisait des siennes. Impossible de pas sortir une connerie par phrase. Pire encore, il se débrouillait pour en balancer en avance. Doué, Starr, très très doué.

- Oh merde... j'aurais dû faire plus attention à mon choix de mots. Nan, j'ignorais pour le conflit. Y a pas trop eu de morts, au moins ?

Mais il ne pouvait se retenir... là, le Ténébrien avait en tête une blague, gentille, mais impossible à contenir. Le genre d'absurdité qui brûlait la gorge et la langue pour sortir. Déjà qu'il avait bu des trucs un peu bizarres, le Rik, alors en plus se retenir difficilement de parler ? Hors de question. Les moralisateurs rédigeraient des diatribes terrifiantes pour l'accuser d'atteinte à l'éthique, mais peu importait: on pouvait encore rire de tout.

- Hum ton objet symbolique, c'est quoi ? Un buste ? Un vase ? Une broche ? Un pin's ?

Et il commença à se marrer, comme un idiot, en mimant un mouvement de vénération religieuse, d'adoration d'idole. Il ondulait, les yeux pétillants de malice. Sa fougue, son enthousiasme revenait au fur et à mesure que la drogue de Wanko se dissipait. D'une certaine apathie, le jeune homme se dirigea vers l'excitation, la joie, la folie douce.

- A genoux devant le pin's sacré !!! Hé hé hé, ça ferait bien rire la postérité.

Rik s'imaginait parfaitement ce genre de scènes, et avec quelques mouvements bien sentis, il chercha à la partager à ses amies. Hé hé hé, un jour, il deviendrait acteur, forcément. Avec son charme, son talent, sa présence, il magnétisait et attirait les foules. Une flamme dansante s'alluma ensuite dans le regard du Space Ranger, quand Kho lança des sous-entendus, ooooh des sous-entendus, plaisants. Se retrouver, passer une nuit ensemble, voire deux, voire trois, et s'amuser tous les deux, comme il y a déjà quelques années. Et là, Rik était prêt, plus rude, plus capable qu'avant. Cette fois, elle ne parviendra pas à lui faire craquer la colonne vertébrale !!!

- Proposition intéressante. Surtout que j'ai été témoin de beaucoup de choses. J'ai également appris de nouvelles techniques de combat. Mais va courir pour que je te les dévoile. Seules les plus persuasives sauront me les arracher.

Mais oui, il valait mieux éviter que la Stratane se mêle à ces questions sexuelles. D'abord, elle n'était pas prête. Ensuite... bah le manque d'expérience, les désirs concentrés vers une seule personne, l'innocence et la légèreté risquaient de la choquer, de la bloquer. L'ami décida de repousser gentiment et calmement, pour le bien de chacun.

- Atlee, tu n'as pas les informations confidentielles nécessaires. Ce sont des affaires spatiales. Par contre, si jamais Kho avait besoin de toi, elle viendra cordialement te chercher, n'est-ce pas Kho ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 18 Juil 2016 - 20:01
Non, définitivement, Atlee ne comprenait rien à ce qui se passait et ses grands yeux innocents ne faisaient que réfléter sa bonne humeur. Kho utilisa son anneau pour écrire dans l’air derrière Atlee des mots. « Elle est adorable! » pouvait lire Rik dans une langue que la Stratane ne comprendrait très certainement pas. Kho était une grosse brute (synonyme plutôt fidèle de Khund) mais à force de côtoyer d’autres espèces, elle avait fini par développer d’autres sentiments que le simple désir de battre ou tuer tout ce qui bouge. Et puis bon, Atlee avait cet effet sur les gens. Elle serait capable de ramollir un cœur de pierre comme une motte de beurre laissée au soleil. Un pouvoir caché? Non, probablement pas. C’était plus… Comme un talent caché, en fait. Comme Rik Starr en fait, plus extraordinaire que Superman! Du matériel de White Lantern, le petit Rik.

Bah oui, petit. Les dernières mesures officielles de Kho remontaient à loin, quand elle venait de se joindre aux Green Lanterns. Apparemment les Kuhnds connaissaient des poussées de croissance plus longues que celles des humains. Est-ce qu’on pouvait dire que Kho Kharhi était une belle femme? Oula, non, pas selon les standards humains. Mais en même temps, si vous avez besoin d’un Khund, ce n’est très certainement pas pour sa beauté. C’est pour sa force, sa fougue et son endurance. Kho ne se faisait pas d’idées. Elle ne serait probablement jamais dans le top dix des conquêtes de Rik. Par contre, elle pouvait se vanter d’être dans le top de celle qui resterait les plus mémorables. Et de penser que le Space Ranger, depuis le temps, avait dû, consciemment ou non se préparer pour un rang deux… Atlee était gentille mais il faudrait l’occuper ailleurs.

C’est que les grandes personnes avaient des choses à faire. Et parlant du loup, plus précisément de la Stratane, son attention de poisson rouge fut de nouveau sollicitée quand Kho parla d’une lance de combat faite de métaux précieux de Khundia. Atlee était une géokinésiste, une Stratane et une habitante de la sousface. Tout ce qui était du monde minéral l’intéressait. Elle était curieuse de voir ces nouveaux métaux et elle offrit, naturellement, son aide à Kho. Non cette petite était décidément trop adorable. Hum… Du coup… Peut-être que… Si elle demandait à Atlee de se charger de récupérer la lance (et elle ne doutait pas des capacités de persuasions de la Stratane), cela prendrait un certain temps, suffisamment pour trouver un petit coin tranquille pour donner à Rik un avant-goût de ce qu’elle lui réservait plus tard, dans une relative intimité.

Oui parce que bon, pousser un cri de guerre avant de se lancer dans des jeux charnels, ça surprend la première fois. Mais ils sont comme ça, les Khunds, c’est purement culturel! En tout cas Atlee se porta volontaire, se leva, sautilla sur place d’excitation, glissa sur la serviette jetée négligemment par Rik au sol, tomba, vit le choc amortit en partie par son buste et… Apparemment, Atlee ne portait pas de soutien-gorge parce que bon hein, la chute, le mouvement de masse, le haut laissé plus ouvert car trop serré… Garçon, une tournée d’hémoglobine pour tout le monde sinon l’infirmerie de la station va saturer avec toutes ces explosions rouges et nasales… Et Atlee, bien entendu, qui était tout sauf prude et qui pouvait se promener dans l’appartement sans le moindre vêtement sans se douter de l’effet qu’elle produisait, y alla d’un commentaire obligatoirement innocent.


« Hum, finalement Karen ne plaisantait peut-être pas la dernière fois. Plus c’est gros, plus ça amorti la chute, c’est bien vrai, je ne me suis même pas fait mal! Mais tu devrais faire atention Rik, ce n’est pas bien de jeter des choses par terre, ça cause des accidents! Regardes ce que tu as fait. Une chance que c’est juste la fermeture qui s’est baissée, j’ai déjà eu assez de costume ruiné pour aujourd’hui, bon. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 05/10/2014
Messages : 1391
Localisations : Sur le dos d'un cheval ailé qui tire des lasers avec les yeux...


MessagePosté le: Jeu 21 Juil 2016 - 15:07
Conclusion logique à la rencontre Kho Kharhi-Atlee: la première avait littéralement fondu pour la seconde, au point de la trouver "adorable". Et ouais, tous les amis du fabuleux, de l'exceptionnel Space Ranger étaient exceptionnels, souvent à leur manière. Ravi que la Khund se soit attaché à la Stratane, au moins pour ces quelques instants passés ensemble, Rik sourit de satisfaction et se renfonça dans son siège.
Il fallait dire que le Ténébrien servait de point de ralliement à grand nombre d'êtres fabuleux. Cpt K'rot et Jediah Caul dans le Tenebrian Dominion, Kho Kharhi et Procanon Kaa dans le secteur 422, Superman, Orion et Virgil Hershell auprès de Metron, Miss Martian et les Space Adventurers, Power Girl, Atlee et Divine à New-York et bientôt, il ne le savait pas encore, la JSA dans son entièreté. Peut-être était-ce un don latent, d'attirer les gens comme un gros aimant à talents. Hééééé... il lui suffisait de se reconvertir en animateur télévisé de "L'Univers a un incroyable talent !!!" pour engranger un gros, très gros, un énorme paquet de thunes. Ouaiiiis, ça pouvait le faire... sauf que Rik avait rencontré autant de bonnes personnes (citées au dessus) que de mauvaises. Lady Styx, Kalibak, K'arl le Darkstar, les destructeurs de Coast City, les Rogues, des pirates (une fois, il était tombé sur un vaisseau de pillardes intergalactiques en manque de contact charnel masculin... il leur avait servi pendant une semaine avant d'être relâché).
Pour quelqu'un d'aussi prompt à la dépression quand il ne se passait rien, c'était une véritable chance, en tous cas.

Perdu dans ses pensées, le Ranger n'entendit que la fin de la discussion entre les deux femmes. Une lance, Atlee qui voulait la récupérer. Que quoi ? Aaaaah oui... le petit clin d'oeil de la Khund aidant, Rik comprit que c'était une astuce pour passer un peu de temps ensemble, sûrement ailleurs... et nus. D'abord un peu inquiet, le blondinet se rassura: Kho n'enverrait pas la gentille Stratane au casse-pipe. Il laissa la super-héroïne se lever, et s'en aller... pour la voir se rapprocher dangereusement de la serviette qu'il avait préalablement jeté là.

- ATTENTI... Et merde...

Tombée. Pouf, sur le sol, presque fissuré par la pression qu'exerçait sa volumineuse poitrine. Les dalles noires et blanches souffraient, et auraient hurlé de mécontentement si Wanko les avait doté de bouches.
Se ruant vers son amie, Starr s'arrêta net face à elle, surpris par la vue.

- Tu vas bien Alte... cache moi ça tout de suite.

Hors de question de la laisser comme ça.
L'aidant à se relever, il essaya de remonter la fermeture éclair de la tenue de policière sexy dominatrice, difficilement.

- Viiiiite, donne moi un coup de main, tu vas rendre fou tous les êtres conscients du coin !!!

Effectivement, quelques nez se souillaient de sang. Tant que c'était juste le nez et du sang, tout irait bien. Enfin, après de longues secondes et des yeux de consommateurs luisant d'intérêt, Rik réussit à dissimuler à la foule les opulents attributs mammaires.

- Mieux.

Bon, il fallait vraiment engager une discussion à ce propos, maintenant.
Divine lui avait raconté quelques histoires étranges à propos de la Stratane, comme quoi elle était sortie d'une cabine d'essayage poitrine nue, ce genre de choses.

- Tu sais ma jolie, la nudité est quelque chose que l'on ne pratique pas en public. Me demande pas pourquoi, c'est comme ça. C'est une convention sociale. Et toi, encore plus que les autres, tu as un beau corps. Un superbe corps. Et montrer ainsi ta poitrine, c'est considéré comme érotique... euuuh... pas loin du sexuel. Moi j'aime bien, mais je suis respectueux. D'autres gens, par contre, comme le monsieur qui t'avait mis la main aux fesses, y en a aussi.

Il sourit, et posa sa main sur l'épaule vêtu de latex.
Ses yeux trahissaient son amusement. Qui ne pouvait pas rire devant tant de naïveté, d'innocence, de pureté ? Qui ?

- Je sais que c'est pas ton intention, mais c'est comme ça que les autres le perçoivent. Toi, Karen, Kho, vous avez tendance à faire réagir les gens avec vos attributs féminins imposants. Vos poitrines, quoi.

Pas chercher à utiliser des mots compliqués. Loin d'être conne, Atlee avait simplement un peu de mal avec l'ironie, le sarcasme, les tournures trop imagées, et les métaphores. Pour la réussite de leur discussion, il valait mieux se montrer le plus littéral.

- Donc, pour éviter les débordements, il serait bien que tu fasses attention à pas trop mouler ta poitrine dans un petit vêtement, et surtout, surtouuuuut, à ne pas la dévoiler. Tu aideras les autres à ne pas saigner du nez, comme ça. Cherche pas, c'est magique. Maintenant, si tu as compris, tu peux y aller. Je te retiens pas plus longtemps.

Il la serra contre lui, lui fit un gros bisou et la laisser y aller.
Puis, il se retourna vers Kho, soupira et s'étira.

- Alors, on fait quoi maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 21 Juil 2016 - 15:48
Kho Khari, ex caporal des forces Khunds, Green Lantern en charge du secteur 422 et techniquement lien entre Khundia et le clan des Green Lantern, se mordait pratiquement la lèvre pour ne pas éclater de rire. Elle était tellement mignonne cette petite! Gaffeuse, douce, naïve avec de grands yeux mauves tellement expressifs… Clairement, Rik avait trouvé en la jeune femme quelqu’un qui pouvait lui servir d’ancre. Ne pas se perdre, au fond. Se concentrer sur l’essentiel. Avec Atlee, Rik était entre de bonnes mains. Si jamais il déprimait ou se sentait mal, il aurait l’équivalent d’une sœur pour l’aider. Une sœur avec des formes pouvant pousser à l’inceste mais le Space Ranger, c’était du solide, du coriace, fait pour durer. C’est pour cette raison qu’elle l’aimait bien, le blondinet. Ça et des raisons considérablement plus primaires et personnelles.

De son côté, Atlee n’avait pas vraiment compris ce que Rik voulait dire. Si tout le monde avait un corps, logiquement, c’est que c’est quelque chose de normal. On ne met pas de vêtements aux nuages et pourtant ils sont jolis. Pour la Stratane, les vêtements servaient avant tout à se protéger. Du chaud, du froid, des intempéries… La mode était un concept qu’elle luttait pour comprendre. Elle s’habillait parce qu’elle trouvait ça joli. Une fois, et Rik l’avait appris les nouvelles à la télé, Atlee avait décidé, comme elle le faisait de temps en temps, d’explorer le monde, seule. Elle était arrivée en Espagne, à Pampelune, pendant les courses de taureaux… Intégralement habillée de rouge. C’était sa couleur du moment, une lubie passagère. Et donc, Atlee en rouge qui se trémousse et qui piaille devant les jolis animaux de ferme… Vous vous doutez bien de la suite, n’est-ce pas.

À sa défense, personne n’avait été blessé. Enfin bref, tout cela pour dire qu’Atlee ne faisait pas ce qu’elle faisait par provocation : elle ne comprenait simplement pas tout ce qu’on essayait de lui expliquer. Mais là, elle pouvait se rendre utile, accomplir une mission et si l’amie de Rik pensait qu’elle pouvait réussir, alors elle tenterait sa chance sans hésiter. Elle était motivée pour dix cette petite. Elle fit un câlin à Rik, reprit sagement sa place (bien qu’elle remuait sur son siège parce qu’elle était super motivée à commencer sa mission spéciale) et quand elle eut tous les détails, elle se leva d’un bond avant de se diriger courageusement vers le lieu de rencontre, tel un soldat s’en allant au front. Elle avait fière allure, surtout dans son costume d’officier sexy. Elle était comme ça Atlee : une gaffeuse invétérée mais aussi une vraie de vraie héroïne prête à tout.

Il ne restait donc à la table que la musculeuse Kho et Rik Starr, sauveur de l’univers. Les consommations réglées et un Wanko plus que désireux de revoir ces clients (plus spécifiquement la jolie brune aux formes affolantes qui venait de faire tripler son chiffre d’affaire normal) leur remit à chacun un bon donnant un rabais sur leur prochain achat. Considérant que Wanko distribuait ce genre de chose au compte-goutte, c’est que le trio avait vraiment fait bonne impression. Kho murmura à l’oreille de Rik un lieu et une heure où se rencontrer avant d’afficher un sourire promettant mille délices et autant de merveilles. Il lui faudrait du temps, à la Stratane, pour accomplir sa mission. Quelques instants plus tard, alors que Kho et Rik sortaient de la boutique, ils purent entendre le nouveau message publicitaire de Wanko… Soit un hologramme d’Atlee dans son costume en latex, prenant une pose sexy et qui disait « Je suis Terra et ce magasin est mon préféré sur le Money »…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

"J'échange ta reproductrice contre trois chameaux vénusiens, trois !!!" [PV Atlee]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bourse d'échange MOTO : GIGNAC MECANIC le 27/09/2009
» [VEND]/[ECHANGE] HTC DESIRE HD contre iPhone4
» Places individuelles VSD contre un bracelet ?
» [VENDS] 650 XR
» Échange divers billets contre billets algériens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Espaces :: Espace-