Gordon Eternal.[PV Gothamistes]

Invité

MessagePosté le: Jeu 28 Juil 2016 - 23:33
[HRP: Postez dans n'importe quel ordre. Nous continuerons avec cette liste la suite de l'histoire.]

Le commissaire raccroche son téléphone et remet l'objet au fond d'une poche de son blouson. Il venait de quitter les bureaux du GCPD, quand Harvey le contact. Son ami et ancien partenaire de brigade lui donne rendez-vous dans Midtown. L'homme à des informations sur un groupe relié directement à la famille Falcone. La famille mafieuse par excellence, la dernière encore en piste, pourtant elle semblait disparut depuis plusieurs mois. Jim s'empressa d'abandonner le QG pour rejoindre son acolyte, le coin n'était pas sur en ce moment et les actions de différents criminels laisser, le flic sur ses gardes. Dernièrement, Jim sentait comme quelqu'un l'observant, tous ses mouvements étaient comme épié par un homme invisible. De temps en temps, Gordon suait à grosse goutte, son cœur accélérait, il pensait être malade. Pourtant lors d'une visite à l'hôpital le médecin assure qu'il est toujours en pleine forme pour un homme de son âge.

Jim marchait rapidement, l'établissement de la police déjà loin dans son dos. La ville était toujours aussi calme, les récents événements mettaient les habitants mal à l'aise et ils évitaient de sortir une fois la nuit tombée. Pourtant, certains villageois continuaient de vivre normalement, allant dans les bars, au cinéma et parfois se chamailler sur les trottoirs une fois que l'alcool faisait son travail. Une grosse partie des cellules du commissariat furent remplis de personne alcoolisés, quand ont dit que l'alcool est dangereux et à consommer avec modération.

Environ une demi-heure passa, quand Gordon arriva dans le quartier de Midtown, Harvey l'attendait à l'angle du pub d'Arthur Wich. Un gros bonhomme à moustache, ressemblant d'avantage à un morse qu'un être humain. Jim et Harvey aimaient se rejoindre dans cette établissement, d'ailleurs une partie des flics se donnaient rendez-vous dans l'établissement pour boire un pot, fêter un départ, voir pour les récompenses. Le bar en vue, Jim reconnu aussitôt la masse imposante d'Harvey dans l'ombre d'un lampadaire. Un immeuble presque vide à cent mètre et des barils d’essence sur le côté. Les barils s’imprégnèrent dans l'esprit de Gordon qui trouver étrange un tel matériel dans cette rue pourtant passante en général. Harvey fit signe à son ami de le rejoindre, mais Gordon bifurqua pour inspecter les barils. A hauteur, Bullock beugla, Jim se détourna et trois hommes vêtus de noir, cagoule sur le crâne l'attrapèrent et le poussèrent au sol pour le rouer de coups de pieds. Sans attendre, sans réfléchir Jim se jeta dans la mêlée.

Il empoigna l'un des assaillants par le  col et lui décocha un direct du droit, ses phalanges s'écrasèrent contre la mâchoire de l'attaquant. Un deuxième homme se jeta sur ses épaules et mit Gordon au sol. Les bras en croix au-dessus de son visage, le vieux se défendait le plus possible, en protégeant son visage des coups imposant de son ennemi. Bullock le visage contre le bitume, du sang coulait sur son visage. Un des hommes beugla une ordre inaudible derrière son masque. Quand, un trio sortit d'une rue adjacente. Ils se trouvaient à hauteur des barils, ils avaient tous des flingues automatiques, capable de faire des ravages. Soudainement, les balles fusèrent, sifflante au-dessus de Gordon et Harvey.

- Allez Harvey lève-toi faignant !

Jim aida son ami à se remettre sur ses jambes, en subissant le poids d'un homme presque endormi. Les balles continuaient de siffler, quand l'une d'elles vint se loger dans le mollet de Gordon. Il poussa Harvey contre une poubelle et s'écroula au sol. Il sortit son arme de son service de son étui et entama la réponse. Ses adversaires avançaient dans la ruelle, prompte à mettre un terme à la mission. Un criminel arriva derrière eux et Harvey le tua d'une balle dans la tête. A ce moment, des flics en civils et des habitués du bar arrivèrent dans la rue. Jim ne pouvait rien dire, quand Bullock hurla en direction de son compagnon.

- Jim ! Ils font parti de la famille Falcone fait gaffe.

Gordon comprit aussitôt, dernièrement le commissaire avait tuer un membre important de cette famille. Les menaces de mort venaient sans doute d'émissaire provenant de la famille. Puis Jim ressent une nouvelle fois, son cœur prendre de la vitesse, la sueur perlait sur son front, il ne contrôlait plus rien, ses mouvements étaient saccadés. Sans comprendre vraiment pourquoi, continuant de tirer, une balle se logeant dans un baril d'essence et explosa. Il n"était pas vide, les trois autres barils explosèrent et le souffle rasa les assaillants, l'immeuble, les rues avoisinantes. Le souffle repoussa Jim et Harvey contre le mur. Le vieux frappa son crâne contre la brique et tomba dans le noir.

Une heure plus tard, les sirènes se faisaient entendre, un groupe de flic prenaient les dépositions des témoins. Des corps jonchaient le sol, vêtus de couverture blanche, les ambulanciers faisaient leur possible pour remettre la rue en ordre. Les débris de l'immeuble recouvraient la route, du sang marquer le sol. Jim quitta le lit d'ambulance, un bandage sur le crâne. Quand, Marcy vint à sa rencontre et lui donna des nouvelles. Jim but ses paroles et comprit rapidement le résultat de ses actes. Une vingtaine de mort en tout, cinq blessés grave. Une partie du quartier détruit avec l'explosion des barils. Gordon vit une ombre dans ce méandre de flic et d'ambulanciers. Harvey ronflait sur un brancard, les derniers événements semblaient flou. Marcy allait reprendre la parole, mais Jim la stoppa d'un geste de la main. Il cherchait à reprendre le contrôle de sa mémoire, pour se remémorer l'attaque.

- Fusil, cagoule, quinze homme. Les barils là-bas. Merde ! Nous.... Je suis responsable. Avez-vous trouvés des corps appartenant au clan Falcone ?

- Aucun monsieur. Ls débris sont importants et aucunes traces sur des hommes de cette famille. Les légistes travaillent encore dessus. Mais rien, l'explosion à tout rasé, nous sommes arrivés rapidement sur les lieux.

Jim se retourna est inspecta Bullock dans le brancard, l'homme n'avait aucun signe de bagarre, seulement des égratignures. Des blessures superficielles et pourtant le voilà agité d'un sommeil profond.

- Il a subit un choc important à la tête. Il n'est pas prêt de se réveiller Jim !

L'incompréhension se lisait désormais sur le visage du commissaire. Lorsqu'un adjoint du GCPD vint à sa rencontre. La mine triste, les yeux sur ses bottes, il salua Gordon d'un bref signe de tête et annonça la suite des événements.

- Gordon ! Nous avons reçu l'ordre de vous mettre en état d'arrestation.

La stupeur s'empara de Jim, il ne comprenait plus rien. Pourquoi, l'homme était mis sous examen. Il n'avait que défendu Harvey d'une attaque des Falcone et pas une trace de l'équipe. L'explosion n'est qu'une maladresse. Puis pourquoi ses bidons d'essences dans cette rue. Les questions se bousculaient désormais dans l'esprit du commissaire. L'adjoint affirma l'arrestation et Jim lui tendit ses poignets pour qu'il passe les menottes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 4 Sep 2016 - 18:17
Comme à son habitude après les cours Tim alluma son ordinateur portable. Une fois allumé il avait accès à toutes les caméras de la ville, il avait piraté le résau et surveillait grâce à cette méthode.
Alors qu'il regardait principalement les sorties de bar et les quartier appartenant à la mafia locale, devant son écran il remarqua la présence du commissaire Gordon. Il ne l'avait jamais rencontré mais le connaissait via Batman, son mentor lui avait dis que Jim était un flic de confiance et l'un des seul non corrompus.

Il suivis alors ces mouvement quand il remarqua au coin de la rue plusieurs baril, et visiblement il n'était pas le seul à s'en être rendu compte, le commissaire y alla lui aussi. C'est alors qu'un groupe d'home vinrent s'en prendre à Jim et son collègue, une quinzaine d'homme cagoulé ouvrent le feu sur les deux policiers.

Naturellement ils répondirent en ouvrant le feu avec leur armes de service, ils commençaient à être en mauvaise posture quand une balle vint frappé un baril provoquant ainsi une énorme explosion détruisant la caméra. Devant se dépêcher Tim enfila son costume, et se rendit sur place passant par les toits. Arriver sur place il remarqua un policier passer les menottes au commissaire, d'après ce qu'il avait déduis le commissaire venait de se faire emmener pour homicide involontaire.

Le plus étrange dans cette histoire c'est qu'aucun des corps des quinze mafieux n'étaient présent, je veux bien que l'explosion ai été puissante mais pas suffisamment pour anéantir quinze corps humains.
Il fallait revoir ces enregistrements, il y avait forcement quelque chose qu'avait loupé Tim en levant la tête il remarqua une petite épicerie de l'autre côté de la rue équipée d'une caméra assez puissante.

Tim dégaina une sorte de petit pistolet, il ouvrit le viseur et tira une puce sur la caméra. Ceci étant fait il pris son téléphone et attendait que les donnée soient envoyée sur son téléphone.


Ce n'est pas normal. Même si puissante une explosion aurait laissé des morceaux de cadavres. Je vais vous sortir de la commissaire.
Revenir en haut Aller en bas
 

Gordon Eternal.[PV Gothamistes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joseph Gordon-Levitt
» Sir Cosmo et Lady Duff Gordon
» Eternal de Paul Verhoven
» [Beau livre] Les Carnets de Gordon McGuffin
» [Gordon, Noah] Le médecin d'Ispahan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-